Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Deuxième partie : L'internationalisation de la Société du Sacré-Cœur 1909-1957

Chapitre IV : Persécutions et idéologies extrêmes

Texte intégral

1En Europe et en Amérique, l’après-guerre avait été prévu comme le temps du « retour à la normale ». Ce rêve fut brisé par la crise de 1929 à laquelle aucun pays n’échappa. Mais les années de l’entre-deux-guerres ne furent pas paisibles. Une autre étape dans l’histoire mondiale se dessinait : le XXe siècle se révéla être une époque de violences et d’affirmation des extrêmes.

1. Révolutions en Amérique latine

2Les états latino-américains avaient tenté de construire leur unité nationale en utilisant la force et le prestige du catholicisme mais avec des politiques différentes, car les Églises locales n’avaient pas eu des attitudes semblables par rapport à la situation économique et sociale. Le Sacré-Cœur n’éprouva pas d’ennuis au Chili où en 1932 une crise politique mit en péril l’existence des congrégations. Le Mexique en revanche fut le théâtre d’un affrontement meurtrier entre l’état et l’Église. Les instituts religieux, en particulier les congrégations enseignantes d’origine européenne, furent aux prises avec un conflit qui les dépassaient mais dont elles étaient l’objet car l’Église avait misé sur l’éducation pour tenir ses positions et conserver le peuple tout en attirant les élites. À la faveur d’un régime politique libéral, elle avait procédé à une nouvelle évangélisation du pays. La Société du Sacré-Cœur avait bénéficié de cette accalmie à laquelle elle avait contribué et elle avait développé ses œuvres au point de pouvoir rassembler en 1912 près de sept cents élèves dans son école gratuite de San Luis Potosí.

  • 1 Arch. Gén. C III, 2. Mexique. Elles passèrent la nuit du 24 au 25 octobre assises sur une chaise.
  • 2 Lettres annuelles, 1947-1952, p. 94-95.

3Les premiers signes d’un changement apparurent en 1909 quand Porfirio Díaz voulut briguer un nouveau mandat. Le développement économique impulsé au cours de sa longue dictature n’avait pas contribué à repartir la richesse dans la population. L’insurrection qui débuta le 20 novembre 1910 gagna les paysans, les mineurs et les Indiens et toucha peu à peu tout le pays. Les maisons du Sacré-Cœur furent coupées les unes des autres et sans possibilité de communiquer avec Rome. Díaz fut finalement contraint à l’exil par Francisco Madero qui s’était fait le champion des idées démocratiques et des réformes sociales. Deux ans plus tard, une coalition eut raison de Madero qui mourut en février 1913 au cours des combats qui opposèrent ses partisans et ses adversaires. Les affrontements ne cessèrent pas pour autant. À Monterrey, les religieuses réfugiées dans le réfectoire du pensionnat, seul lieu inaccessible aux balles, en furent quitte pour la peur1. Lorsque les troupes du général Alvaro Obregón prirent Guadalajara le 8 juillet 1914, la maison du Sacré-Cœur, malgré la protection du consul de Grande-Bretagne, fut saccagée et transformée en caserne. Le 9 juillet, les quarante-huit religieuses se dispersèrent chez des particuliers2.

4La révolution s’était radicalisée et, en mai 1914, les ecclésiastiques et les religieux furent menacés d’emprisonnement ou d’expulsion. La Mère Stuart donna l’ordre aux religieuses de se réfugier aux États-Unis. Le 31 août 1914, celles de Guadalajara gagnèrent la côte dans un train spécial, accompagnées par le consul de Grande-Bretagne. Elles s’embarquèrent avec soixante prêtres et religieux sur un bateau qui transportant habituellement des immigrants chinois ne misait pas sur le confort de ses passagers. Après un voyage de sept jours, elles parvinrent à San Francisco et furent envoyées à Cuba, à Porto Rico, au Pérou, en Colombie et en Argentine.

  • 3 Elles avaient cherché à obtenir un sursis en août 1914 en ayant une entrevue avec le général Obreg (...)
  • 4 Elle avait été placée sous la protection de la France.

5Comme le Mexique était une république fédérale, le sort des maisons du Sacré-Cœur fut fonction de l’activité des troupes révolutionnaires. En août 1915, la plupart des religieuses de San Luis Potosí durent se réfugier à Monterrey et à Mexico3. Celles qui restèrent sur place ouvrirent dans un autre local des « classes de langues » reconnues par le ministère de l’Éducation. La maison de Guanajuato resta ouverte jusqu’en décembre 1915, puis les religieuses partirent pour les États-Unis et les maisons des Caraïbes. Ce fut celle de Mexico qui souffrit alors le moins4. Les religieuses, qui s’étaient cachées au fond d’une tribune, ne furent pas appréhendées pendant des visites domiciliaires que les inspecteurs n’avaient pas le désir de mener à leur terme.

  • 5 M. T. Guevara, op. cit., p. 75-76.

6Alors que les affrontements se poursuivaient de manière plus ou moins intense entre les troupes gouvernementales et celles de Zapata et de Pancho Villa, un ancien gouverneur au temps du porfiriat, Venustiano Carranza, prit la tête d’un mouvement « constitutionnaliste ». La constitution de Querétaro, qu’il fit adopter en 1917, réglementa la « profession cléricale », limita l’exercice du culte et restreignit la liberté d’enseignement des congrégations. Mais sous les présidences de Carrenza et d’Obregón, il n’y eut pas de crise. Aussi, en juillet 1923, dix religieuses revinrent à Guadalajara. « Tout recommença comme avant. » Les élèves affluèrent au pensionnat et « la maison fut un oasis de paix et un centre d’apostolat fécond5. »

7La situation s’aggrava lorsque le général Plutarco Elias Calles prit le pouvoir en 1924. Considérant le catholicisme comme incompatible avec l’état mexicain et la lutte contre l’Église comme une phase du combat de la lumière contre les ténèbres, il mena une politique extrême, cherchant sans grand succès à susciter une Église schismatique. Puis il déclencha contre le clergé et ceux qui résistaient une répression violente et meurtrière qui allait provoquer, à partir de 1926, le soulèvement populaire des Cristeros. Sentant venir la persécution, la vicaire, la Mère Lalande, renonça à assister à la canonisation de la Mère Barat.

  • 6 Une profession religieuse fut célébrée à Mexico, le 12 février 1926, dans l’infirmerie transformée (...)
  • 7 Arch. Prov. Mexique. Dans un pensionnat du Sacré-Cœur, l’aumônier fit jurer devant l’hostie aux él (...)
  • 8 Arch. Gén. C III 2, 18 février 1926.

8Les conditions imposées par l’état à l’exercice du culte et au fonctionnement des écoles privées équivalaient à une volonté d’affronter directement l’Église. En janvier 1926, une législation répressive considéra comme délits de droit commun les infractions en matière de culte et conditionna son exercice à l’enregistrement des prêtres auprès du ministère de l’Intérieur. La mesure était destinée à en réduire le nombre et à éliminer du clergé ceux qui n’étaient pas Mexicains. Les édifices religieux devinrent propriété de l’état. Prêtres et religieux perdirent leur personnalité civile. Le culte ne pouvait même plus être célébré dans les chapelles privées6. Le 14 février commencèrent les arrestations de prêtres et de religieux7. À Mexico, trois jours plus tard, les scellés furent apposés sur les portes de la chapelle du Sacré-Cœur. On fit disparaître de la maison statues et tableaux à sujet religieux. Comme l’écrivit la supérieure de Monterrey à la Mère générale : « Nous souffrons beaucoup voyant notre très sainte Église si persécutée dans ce pauvre pays. Nos cœurs sont dans l’amertume, Notre Seigneur si offensé, nos évêques si apostoliques et si saints sous le poids de la persécution… Nous voudrions consoler le Cœur de Jésus, l’aimer chaque jour plus8. » Le 22 février 1926, le ministère de l’Éducation décida que l’enseignement donné dans les établissements privés devait être aligné sur l’enseignement public et interdit aux congrégations et aux ecclésiastiques de diriger des écoles primaires. Les responsables de l’enseignement catholique tentèrent sans succès d’imaginer des parades. Au Sacré-Cœur, les visites domiciliaires se multiplièrent. Un agent de police s’installa dans la maison de Monterrey. Par crainte de profanations, les évêques firent enlever le Saint Sacrement. Les supérieures codèrent leurs lettres. Les religieuses quittèrent l’habit et sortirent les jours de fêtes pour se rendre par petits groupes dans les églises. Finalement, elles se dispersèrent.

  • 9 Id. Lettre du 9 mars 1926. Les scellés avaient été apposés le 7 mars sur la pièce où avaient été r (...)
  • 10 Id. 13 avril 1926, à la Mère von Loë.

9La législation n’était pas uniformément appliquée. À Guadalajara et à San Luis Potosí, les classes purent reprendre le 4 mars 1926. Mais à Monterrey, les religieuses qui n’avaient pas le droit d’enseigner, donnèrent des cours d’ouvrage et de musique aux élèves et organisèrent des jeux et des lectures, car écrivirent-elles, « on nous dit que le pire serait de les renvoyer et nous tenons bon. » Le 11 mars, la supérieure, la Mère Tamariz, écrivit à la Mère de Lavigerie qu’elle attendait la visite des juges : « Je crois que c’est le commencement d’une tourmente terrible, surtout pour les prêtres. » Elle fut poursuivie devant les tribunaux pour avoir incité les élèves et les Anciennes à la rébellion. On l’accusa de trahison pour avoir fait appel à la protection du consul des États-Unis, d’avoir dérobé des biens appartenant à la nation, car elle avait caché des statues et des objets du culte, et de ne pas avoir fermé la chapelle à la première injonction des autorités. Courageusement, les religieuses recommencèrent les classes sans autorisation le 5 avril. Elles vivaient « abandonnées entre les mains de Dieu, décidées à lutter et à souffrir pour défendre ses droits et pour sauver l’âme de ses enfants convoitées par Satan et ses amis9. » À Mexico, on dut fermer l’école des pauvres : « Cela fait saigner le cœur », écrivit une religieuse. La situation était paradoxale. « Ce n’est pas une révolution, estimait la Mère Bermejillo, c’est la persécution qui veut apparaître légale et qui prend des formes de civilité et de constitutionnalité. Il est malheureusement vrai que la constitution de 1917 autorise par ses décrets bon nombre des actes du gouvernement actuel ; pour les autres, ils n’ont même pas cette excuse, mais ils désirent les revêtir d’une apparence de loi ; c’est bien une combinaison satanique10. »

  • 11 Id. Lettre du 26 juillet à la Mère von Loë. Arch. Prov. Mexique. Journal de Monterrey : « On impos (...)
  • 12 Les communautés se répartirent par étages et vécurent une vie autonome.
  • 13 Id. C I A7 B, box 2. Lorsque les religieuses furent réfugiées aux États-Unis, la Mère von Loë leur (...)

10Quand parurent de nouveaux décrets « dictatoriaux », en juin 1926, les Religieuses du Sacré-Cœur, commençant à envisager un repli, anticipèrent les examens. À Monterrey, elles cherchèrent en ville une maison capable de les recevoir en cas d’expulsion et confièrent les objets précieux et le matériel scolaire à des personnes amies. Celles de San Luis Potosí partirent le 25 juin. Finalement les évêques signifièrent qu’il fallait quitter le pays, car une grève du culte était prévue le 31 août et on prévoyait que le gouvernement ne laisserait le choix qu’entre la soumission et l’affrontement. La vicaire donna l’ordre de ne pas résister11. Les départs pour Cuba et pour les États-Unis eurent lieu au cours de la seconde quinzaine de juillet. Un petit groupe resta incognito à San Luis, pour assurer le soin d’une Mère âgée et intransportable. Les religieuses de Monterrey et de San Luis s’installèrent dans la même maison à Laredo, au Texas, où elles souhaitaient ouvrir un pensionnat pour les élèves qui passeraient la frontière et elles s’occupèrent d’œuvres populaires12. Celles de Mexico allèrent à San Antonio, puis dans la maison de Saint Michel, que la Mère von Loë mit en 1927 à leur disposition et où elles reçurent une soixantaine de pensionnaires13.

  • 14 Id. Lettre du 26 juillet de la Mère Bermejillo à la Mère von Loë : « Pas en grand nombre, la peur, (...)
  • 15 À Guadalajara, la maison du Sacré-Coeur fut occupée par Dolores Palomar de Valencia et Clarisa Pri (...)

11Des Anciennes du Mexique, avec un réel courage14, avaient décidé de veiller sur les maisons du Sacré-Cœur pour empêcher d’éventuelles expropriations. Elles prirent en charge les écoles où elles assurèrent l’enseignement et elles y maintinrent l’esprit du Sacré-Cœur15. Beaucoup d’entre elles s’engagèrent dans les soulèvements spontanés qui suivirent les inventaires des établissements religieux et la suspension du culte, puis dans la Christiade, ce mouvement insurrectionnel qui éclata en janvier 1927 et qui dura deux ans. La brutalité de la répression sanglante menée par l’armée et d’une véritable persécution religieuse encourageait les Cristeros à combattre. Guadalajara et le centre du Mexique furent des zones où la Christiade connut un vrai succès. Constatant que les rebelles ne pouvaient pas être vaincus sur le terrain, le gouvernement mexicain dut composer avec l’Église qui n’avait pas intérêt à laisser durer la situation. En juin 1929, l’application de la loi anti-religieuse fut suspendue. Le culte était désormais toléré et les églises furent rouvertes. Si l’amélioration des relations entre l’état et l’Église permettait d’envisager un retour des religieuses au Mexique, ce dernier s’avérait d’autant plus nécessaire que le pensionnat installé à Saint Michel ne recrutait plus que difficilement, beaucoup de familles mexicaines ayant été ruinées par la crise économique.

12En août 1931, les religieuses mexicaines de Laredo, puis en octobre et en décembre 1931 celles de Saint Michel entreprirent de rentrer au Mexique, sans en avoir l’autorisation puisque les prêtres et les religieux n’étaient pas autorisés à y pénétrer. Elles profitèrent, pour passer la frontière, des pèlerinages organisés à l’occasion du quatrième centenaire des apparitions de la Vierge de Guadalupe. La vicaire et sa secrétaire, qui étaient Françaises, se rendirent en décembre à Mexico. Menacées d’expulsion, elles durent payer de lourdes amendes, mais, grâce à l’intervention du consul de France, elles obtinrent en mars 1932 le droit de résider au Mexique. En 1934, les religieuses de San Luis Potosí, de Mexico et de Monterrey qui n’étaient pas Mexicaines, quittèrent Laredo. On y garda toutefois jusqu’en 1943 une maison pour les malades et les invalides. Cela donnait aussi le moyen d’avoir une boite postale hors du Mexique.

13La vie apostolique des religieuses se déroulait dans des conditions inédites. L’enseignement de la religion était interdit. L’éducation devait être socialiste et mixte, et, à partir de 1935, elle dut combattre le fanatisme et initier la jeunesse à une connaissance rationnelle et exacte du monde et de la vie sociale. Les « corporations » religieuses, ceux et celles qui étaient directement ou non les propagandistes d’un culte, ne devaient plus intervenir dans l’enseignement. Les établissements du Sacré-Cœur furent transformés en écoles de commerce ou en académies des beaux-arts. Pour éviter d’avoir à enseigner le « socialisme » dans les écoles primaires, on les supprima. L’enseignement religieux ne pouvait plus être qu’oral.

  • 16 Arch. Prov. Mexique. Un document anonyme contient les souvenirs d’une religieuse mexicaine qui véc (...)
  • 17 Arch. Gén. C III, 2). Rapport de la supérieure de Monterrey, janvier-juillet 1936. Les autorités m (...)
  • 18 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 285.
  • 19 Arch. Prov. Mexique.

14Les religieuses vivaient dans une quasi clandestinité et sous la menace d’une expulsion16. Les établissements étaient officiellement dirigés par des Anciennes munies des diplômes requis. À Monterrey, où le gouvernorat pratiquait un laïcisme strict, seules la maîtresse générale et quelques surveillantes passaient la nuit dans le pensionnat. En 1936, les autorités cherchèrent à en faire une « Maison du Paysan », puis une « Maison du Maître ». La directrice de l’« académie » essaya d’obtenir le renouvellement du contrat antérieur. Comme diverses congrégations avaient été expropriées, les Religieuses du Sacré-Cœur pensaient partir pour éviter les violences que d’autres instituts avaient subies. Finalement elles purent rester à Monterrey17. À Mexico, la situation était plus difficile encore. Une dizaine de religieuses vivaient dans une petite maison donnant sur une cour minuscule. Au début de 1935, la supérieure générale leur permit de réunir des groupes d’une dizaine d’élèves dans des maisons particulières. Les religieuses s’y répartirent et enseignaient chaque matin à quelques élèves18. La vicaire passait d’un lieu à l’autre pour leur rendre visite. En 1936, la Mère Vicente décida d’envoyer les plus jeunes des religieuses passer quelques mois à la Havane pour qu’elles puissent « vivre une vie normale et porter l’habit19. »

  • 20 Id. Elle portait le nom de Juan de Dios Peza, un poète mexicain chrétien, ce qui était une manière (...)
  • 21 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 287 et M. T. Guevara, op. cit., p. 42. À Guadalajara, les Ancienn (...)
  • 22 Arch. Prov. Mexique, Histoire de la province du Mexique, le retour dans la patrie.

15À San Luis Potosí, où l’école était reconnue20, des religieuses diplômées pouvaient enseigner. À cause de la moindre pression qui s’y exerçait, on y ouvrit un noviciat pour les coadjutrices et la vicaire s’y établit jusqu’en octobre 194321. Le pensionnat recevait des élèves de tout le pays. En janvier 1937, on y envoya des religieuses de Mexico où la situation était précaire. Celles qui restèrent dans la capitale, dans l’impossibilité de trouver un local pour abriter l’« école de commerce » qu’elles avaient ouverte, continuèrent d’enseigner chez ceux qui acceptaient de les héberger. Elles devaient passer d’une maison à l’autre, les classes n’ayant pas lieu au même endroit le matin et l’après-midi et elles étaient obligées de faire transporter d’un lieu à l’autre les demi-pensionnaires pour le repas de midi. Il n’était pas question d’envoyer au Mexique des religieuses d’autres nationalités. Aussi l’établissement de Mexico comprit-il un grand nombre d’enseignantes laïques22 et en décembre 1938, pour la première fois, la vicairie fut confiée à une Mexicaine, la Mère Concepción Paredo.

  • 23 Vie de la R.M. Symon, p. 218-219.
  • 24 Id. p. 219-220.

16La vie religieuse avait dû se « laïciser ». Prenant acte du fait, la Mère Symon dit à Monterrey en 1938 : « En ce moment, les circonstances imposent ici des sacrifices. Il faut les accepter de grand cœur, sans y revenir : ce sont des moyens en vue de notre fin qui est la glorification du Cœur de Jésus. Il y a d’abord le cadre extérieur. Ce doit être une académie de commerce – laïque dans son aspect. Donc consentir à supprimer les images, statues, etc., afin de pouvoir continuer à mettre dans les âmes des enfants – ce qui est bien plus important que de le placer sur les murs – la pensée, l’amour, l’imitation de Jésus crucifié, le culte de la Vierge très pure. Il y a ensuite le costume. Il faut en ceci se rappeler de nouveau les moyens pour la fin. Vous n’êtes tolérées ici que comme laïques. C’est encore une fois un sacrifice, mais il faut l’accepter et ne pas y revenir. C’est donné, donné… affaire conclue avec Lui. D’ailleurs, au lieu de regarder ce vêtement comme laïque, regardez-le comme religieux, « la tenue de campagne », a dit un Père en Espagne. Il est plus grand, plus impersonnel de voir uniquement le service de Jésus-Christ qui exige telle ou telle chose, que de se considérer même sous couleur de plus de perfection. Un de vos évêques disait : « Vous pouvez bien porter un costume laïque lorsque vous considérez que le Verbe de Dieu s’est revêtu de notre chair ! » Ce matin, étant près du tabernacle, j’avais compris la même chose. Et verbum caro factum est ! – Jamais nous ne nous abaisserons autant que Lui23 ! » Au Mexique, les Religieuses du Sacré-Cœur étaient « comme ceux qui gardent allumé le feu des phares dans les ténèbres de la nuit… Vous êtes comme les Tarcisius de tous les siècles, portant non pas les saintes espèces pour communier le prochain, mais Jésus-Christ dans sa doctrine, ses exemples, afin d’aider à former dans les âmes d’enfants d’autres Christs. L’Église compte sur vous. Le pape, les évêques vous encouragent. Vous êtes au poste d’honneur de la Société. C’est une grâce de choix24. »

  • 25 Id. p. 220.
  • 26 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 290 et 1958-1961, p. 140. Tém. Patricia García de Quevedo et Socc (...)

17Le Mexique servait de laboratoire à une nouvelle forme de vie religieuse, sans couvent ni habit. Comme le dit aux religieuses la Mère Symon : « Il vous faut garder la lumière de la foi dans toute sa splendeur, d’autant plus que le cadre extérieur est comme un voile qui la cache. Vous avez à veiller sur la flamme de la charité d’autant plus que les circonstances rendent parfois la vie plus difficile. Enfin il vous faut porter avec un singulier amour et passer à toutes celles qui vous suivront le flambeau de nos traditions religieuses25. » Les religieuses du Mexique supportaient en pionnières un mode de vie qui allait être imposé à beaucoup d’autres par la montée en puissance des régimes totalitaires. La situation s’améliora toutefois dans les années Quarante au point qu’on put rouvrir Guadalajara en 1941, installer en 1943 le centre de la vicairie dans la capitale, former un noviciat pour les religieuses de chœur en 1947 et un juvénat en 1948. La formation initiale qui selon les circonstances avait été assurée en Belgique, en Espagne, en Italie, en France, aux États-Unis et à Cuba pouvait désormais se faire sur place. En 1952, les religieuses purent reprendre l’habit le dimanche26.

2. Crise politique et guerre civile en Espagne

2.1 La Deuxième République

  • 27 Les Lettres annuelles ne firent pas allusion à Primo de Rivera. En revanche, la relation de Sarriá (...)
  • 28 Il y avait alors à Chamartín cinquante-neuf novices de chœur et vingt juvénistes.
  • 29 Arch. Gén. C VII 2c, Journal de la Mère Castejón.

18La consécration de l’Espagne au Sacré-Cœur en mai 1919 avait solennisé la catholicité dans un pays où l’anticléricalisme était le signe de la déchristianisation d’une partie de la population et un moyen de traduire des contestations politiques et sociales ainsi que des aspirations nationalistes. L’Église qui avait soutenu la monarchie était restée à l’écart pendant la dictature militaire du général Primo de Rivera27. Les catholiques craignaient un changement de régime. Depuis 1928, la supérieure générale du Sacré-Cœur était espagnole. La Mère Vicente avait une connaissance suffisante de son pays pour savoir qu’il fallait anticiper plutôt que subir les troubles. Peu après que la proclamation de la République, elle demanda à la vicaire de Madrid, la Mère Modet, d’envoyer les novices et les juvénistes en Italie28. La Mère Modet reçut la lettre le 11 mai 1931, à un moment où elle n’eut pas le temps de l’ouvrir. Quand elle le fit, les parents des novices venaient chercher leurs filles ! Le même jour, des couvents furent incendiés à Madrid, Valence, Alicante, Murcie, Séville, Malaga et Cadix. Chamartín fut l’un d’entre eux. Quand la Mère Modet et ses compagnes quittèrent les dernières la maison, « les « Rouges » l’arrosaient d’essence et toute une partie était déjà la proie des flammes29.

  • 30 Quatre vingt-dix personnes partirent pour l’Italie, dont six professes et trois sœurs.
  • 31 Lettres annuelles, 1929-1931, p. 486.
  • 32 À Puerta Santa María, le gouverneur ordonna de rouvrir le pensionnat sous peine de confisquer la m (...)

19La maîtresse des novices, la Mère Sánchez de Alva, organisa le départ des plus jeunes pour Avigliana30 et les religieuses malades furent envoyées en France. Le noviciat des coadjutrices fut dirigé sur Montpellier. Les religieuses françaises furent rapatriées par leur ambassade31. Mais la fuite des religieuses avait été si rapide que la Mère Modet était incapable de localiser chacune. Les Religieuses du Sacré-Cœur rentrèrent chez elles une dizaine de jours plus tard. La situation avait été plus ou moins dangereuse selon les villes. Palma était restée calme ; la maison de Séville, encerclée par des émeutiers, avait été préservée par la force publique ; celle de Bilbao avait été gardée, la nuit, par les fils, les frères et les maris des Anciennes. Les religieuses avaient loué un hôtel proche de Chamartín, car il fallait faire acte de présence pour éviter l’expropriation32. Mais dès le 20 mai, elles reprirent l’enseignement et, à la rentrée d’octobre, elles rassemblèrent une cinquantaine d’internes dans la partie du bâtiment qui avait résisté à l’incendie. La statue du Sacré-Cœur, demeurée intacte dans la cour d’entrée, dominait les ruines.

  • 33 C’est en 1936 que pour la première fois des sections d’Action catholique sont signalées dans le co (...)
  • 34 À Bilbao, une association catholique de culture féminine assura au Sacré-Cœur une formation pour d (...)

20Les relations entre la République et l’Église connurent des vicissitudes diverses. Au sein du catholicisme, des courants se manifestaient. Un catholicisme libéral et social commençait à prendre de l’ampleur33. Mais dans la hiérarchie, la tendance était au dénigrement du nouveau régime et de ceux qui le soutenaient de près ou de loin. Cette orientation, qui n’était pas forcément celle de la majorité des prêtres et des fidèles, contribua à développer l’anticléricalisme. Des prises de position sans nuances, de part et d’autre, aboutirent à des mesures vexatoires. Le 23 janvier 1932, la Compagnie de Jésus fut supprimée. En juin 1933, l’instruction religieuse fut abrogée dans les écoles. Les congrégations, interdites d’enseignement, ne pouvaient pas avoir d’autres revenus que ceux qui étaient nécessaires à l’entretien de leurs membres. Au Sacré-Cœur, on prépara les jeunes religieuses à passer les diplômes nécessaires pour enseigner34. Dans toutes les villes à majorité républicaine, on isola le local où vivait la communauté du reste de la maison. À Bilbao, les religieuses quittaient l’habit pour enseigner.

  • 35 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 227-228.
  • 36 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 359.

21À la fin de 1933, l’Église parvint à mobiliser ses fidèles et à obtenir des succès lors des élections. Les tensions semblèrent s’apaiser et l’accalmie apparut suffisante à la Mère Modet pour suggérer le retour en Espagne des novices de chœur. La Mère Vicente refusa mais permit celui des novices coadjutrices. Après un voyage en Espagne, elle écrivit le 12 janvier 1936 : « Puisque je parle de consolations, je ne vous cacherai pas que mon dernier voyage en Espagne m’en a procuré quelques-unes en voyant comment, après les révolutions et les difficultés de toutes sortes, ces maisons se maintiennent ferventes et florissantes sous la bénédiction du Cœur de Jésus35. » Mais quand on lui demanda son avis sur ce qui était susceptible d’arriver, avec perspicacité, elle répliqua : « Il me semble que nous sommes sur des charbons ardents qui brûlent sous la cendre36. »

  • 37 Id. p. 390.

22La participation au gouvernement de ministres catholiques à un moment où l’agitation populaire associait des revendications d’autonomie régionale à des exigences en matière sociale nourrissait des sentiments antireligieux. Au cours des grèves massives organisées dans les mines des Asturies en octobre 1934, les insurgés s’emparèrent d’Oviedo, mais le gouvernement arrêta ce début d’insurrection. La loi martiale fut proclamée dans tout le pays. À Bilbao, « le pensionnat fut licencié. Dans les rues, toute circulation était arrêtée, pas un véhicule, le silence n’était interrompu que par les coups de feu, soit des agents de police, soit des révoltés. Ceux-là occupaient les toits des maisons et tiraient de leurs observatoires, les agents répondaient37. » À San Sebastian, le gouverneur militaire fit garder le Sacré-Cœur. À Barcelone, une république catalane fut proclamée le 6 octobre 1934. L’insurrection, fomentée par les autonomistes et les forces de gauche, fut rapidement jugulée.

  • 38 Id. Les religieuses allèrent parfois voter en habit séculier. À Bilbao, on cherchait, du moins dan (...)
  • 39 Elle avait été fondée en 1932 par José Antonio de Rivera, le fils du général Primo de Rivera. Arrê (...)
  • 40 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 583. En 1931, les villageois avaient promis de les défendre.

23Après les élections générales de février 193638 et la constitution du gouvernement du Front populaire, l’instabilité s’accrut, attisée par les provocations de la Phalange39 et par une gauche avide de revanche. Dans des communes où les autorités étaient favorables au Front populaire, les biens des religieux étaient tentants pour ceux qui pensaient que la réforme agraire était prioritaire et qui voulaient des satisfactions immédiates. À plusieurs reprises, en février et en mars 1936, des Religieuses du Sacré-Cœur quittèrent leur maison, à la demande de la vicaire ou d’une supérieure qui avait vu des flammes s’élever d’une église ou d’un couvent proches. Les rumeurs alimentaient les angoisses réciproques. À Tetuan, près de Chamartín, le bruit courut que les religieuses distribuaient aux enfants des bonbons empoisonnés. Le maire, qui voulait s’emparer de leur propriété, en fut empêché par les autorités madrilènes. À Saragosse, le couvent était protégé par des volontaires et des soldats. Mais à Santa María de Huerta, les religieuses purent enseigner jusqu’aux vacances40. Les assassinats de personnalités des deux bords ne provoquèrent pas le déclenchement de l’insurrection mais furent des étapes dans un processus d’affrontement. L’armée préparait ouvertement un soulèvement général qui éclata le 18 juillet 1936.

2.2 Du Mouvement national à la guerre civile

  • 41 Id. p. 515 et 571.

24Commencé au Maroc, le putsch réussit dès les premières heures en Galice, aux Baléares et en Andalousie où la maison de Séville servit de base à l’état-major du général Queipo de Llano et où Grenade fut « une île de tranquillité au milieu des flots marxistes41 ». Mais le pays basque resta fidèle au gouvernement républicain. À San Sebastian, la Mère Garrido abrita les villageois qui fuyaient les combats et elle fut respectée par les communistes auxquels elle donna des couvertures pour les réfugiés et qui lui fournirent des vivres. Mais elle refusa d’arborer le drapeau rouge ! La ville fut finalement conquise par les nationalistes qui comptaient dans leurs rangs les Requetés carlistes. Après avoir caché des nationalistes, la Mère Garrido sauva des républicains. Madrid et à Barcelone, à cause d’une mobilisation populaire massive et immédiate, restèrent aux mains de la république.

  • 42 Pierre Vilar, La Guerre d’Espagne, Paris 1986, p. 108.
  • 43 Les archives des provinces d’Espagne ont gardé la trace de quarante-cinq internements. Peut-être y (...)
  • 44 La Maison Mère, pendant ou après la guerre civile, demanda à des religieuses de faire état de ce q (...)

25Le Mouvement ne fut pas un simple pronunciamento parce que dans tout le pays des civils prirent position pour le soutenir ou le combattre. C’est à cause de l’échec du putsch qu’éclata une guerre civile qui allait durer trois ans et prendre des allures de « croisade ». Les déchirements fratricides entre les deux camps, qu’opposaient aussi bien la manière d’envisager la société et l’économie du pays que la conception de la nation, transformèrent l’Espagne en un charnier. La répression, de part et d’autre, fut impitoyable et même effroyable, mais le camp républicain manifesta immédiatement une « obsession antireligieuse » qui « [imputait] au religieux l’oppression sociale42. » La Société du Sacré-Cœur en fut la victime. Mais si des violences furent infligées à ses membres et si beaucoup de religieuses furent internées43 ou retenues en otage, elle eut la chance de ne pas avoir à compter des morts44.

  • 45 La Mère Elena Ytturalde avait fait des recherches à Coimbra et à Lisbonne. Le patriarche de Lisbon (...)
  • 46 La Mère de la Cavada fut prévenue le 17 juillet dans la soirée par cet officier père d’une pension (...)
  • 47 La maison de Caballero de Gracía fut adjugée au syndicat des décorateurs de théâtre, puis abrita d (...)

26Après les élections de février 1936, les deux vicaires s’étaient mises en quête de refuges au Portugal45. Les religieuses de Séville, Grenade, Pontevedra et Santa María de Huerta gagnèrent Lisbonne mais elles retournèrent rapidement dans la zone « libérée ». Grâce à un officier supérieur, la vicaire de Madrid savait quand l’insurrection se produirait46. Mais les religieuses ne purent pas quitter la capitale, le transport ferroviaire ayant été arrêté. Le 19 juillet, Chamartín fut mis à sac peu après le départ des religieuses. Les deux maisons de Madrid furent envahies par « une multitude ivre de rage » qui frappait à la porte en criant : « Ouvrez, cette maison nous appartient47 ! » Trois Françaises de Chamartín furent rapatriées un mois plus tard par le consulat. Les Espagnoles, dispersées par petits groupes, durent changer de refuges à plusieurs reprises. À Barcelone, alors que beaucoup de couvents avaient déjà été incendiés, la vicaire, la Mère Alcibar, donna aux religieuses l’ordre de quitter les maisons en costume séculier et avec le strict nécessaire. L’armée républicaine s’empara le 7 août de la maison de Bilbao. La région de Valence, où avait été fondée en 1927 la Fédération anarchiste ibérique qui avait joué un rôle important dans l’organisation du monde ouvrier pendant la République et noyauté la Confédération nationale du travail, fut celle où l’on enregistra le plus de victimes parmi les religieuses, le clergé et les laïcs engagés dans les œuvres paroissiales et sociales. Beaucoup d’églises flambèrent le 22 juillet. La maison de Godella, où la municipalité voulait installer une école publique, fut épargnée mais le maire demanda aux religieuses de préparer les repas pour deux cents chômeurs « communistes » des deux sexes : il voulait éviter que la faim ne les rende sanguinaires ! Les religieuses la quittèrent le 30 juillet : les plus âgées restèrent au village et les autres furent recueillies par des amis.

  • 48 Irujo, ministre de la Justice dans le gouvernement Negrín, fit cesser les persécutions après 1937 (...)

27Dans les zones républicaines, le sort des religieux fut critique. Aucune cérémonie religieuse n’était permise, sauf dans le pays basque. Le culte était interdit même en privé, les célébrants et les assistants risquant leur vie s’ils étaient découverts48. L’échec du Mouvement national donna le coup d’envoi de l’arrestation des prêtres et des religieux, dont beaucoup furent massacrés. Les exécutions sommaires furent surtout nombreuses dans l’été de 1936, plus rares après l’élimination des anarchistes en mai 1937. Entre-temps, en Catalogne au moins, les tribunaux populaires avaient apporté quelques garanties et la prison avait remplacé la peine de mort. Les persécutions recommencèrent en janvier-février 1939 lorsque les Franquistes lancèrent leur offensive finale.

  • 49 Rapport de la vicairie de Barcelone.

28Si la répartition des religieuses dans les refuges avait été planifiée, la brutalité du déclenchement des hostilités empêcha de suivre les prévisions. Car la guerre civile commença alors que les familles qui avaient promis leur concours étaient en villégiature. Des citadins avaient du reste anticipé leur départ en vacances en prévision des troubles et étaient passés en France. Des portes furent ouvertes par des domestiques. Mais dans les grandes villes, les miliciens contrôlaient les portiers et, par eux, savaient qui vivait dans les maisons particulières. Le plus souvent les religieuses durent chercher elles-mêmes un logis et, « comme à tâtons, aller de porte en porte49. » Des coadjutrices parvinrent à se placer dans des familles comme domestiques, cuisinières ou bonnes d’enfants, gagner leur vie et être à l’abri.

  • 50 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 343.

29Des Religieuses du Sacré-Cœur furent parfois dénoncées mais le plus grand nombre des arrestations fut le fruit du hasard. La férocité des exactions de la police et des milices populaires engendrait une peur dont certaines firent les frais. La répression était menée par des groupuscules plus ou moins autonomes et les perquisitions consistaient à s’emparer de tout ce qui pouvait avoir une valeur. Mais le pire pouvait arriver si les miliciens découvraient des objets du culte ou des insignes religieux : « Les communistes triomphants se promenaient dans les rues, dans des camions énormes ; ils arrêtaient leurs voitures où bon leur semblait, incendiaient, pillaient, tuaient, sans subir la moindre contrainte. À toute heure du jour, ils entraient dans les maisons particulières pour ces terribles registros – il s’agissait des perquisitions – où ils emportaient en premier lieu l’argent et les objets de valeur, détruisant avec une rage satanique crucifix, images et objets religieux, et emmenant ensuite avec eux les personnes qui leur semblaient suspectes et qui généralement ne revenaient plus50. » À la vue des reliques et des objets du culte, « leur fureur [ne connaissait] plus de bornes. Ils jettaient tout par les fenêtres, déchirant, déchiquetant, tandis que dans la rue, les enfants se revêtaient des ornements sacrés et faisaient une parodie impie des cérémonies saintes ». Les profanations et les sacrilèges auxquelles elles assistèrent et qui n’étaient pas toujours exécutés par des enfants comptèrent parmi les événements pénibles que les religieuses eurent à affronter. « Au premier moment, on nous accueillit très bien, mais au bout de trois ou quatre jours, les choses changèrent par force : les Rouges perquisitionnaient et s’ils découvraient des prêtres, des religieux, des religieuses, leur fureur s’exerçait sur les bâtiments saccagés, pillés, démolis et sur des personnes maltraitées et qui parfois même payèrent de leur vie leur généreuse hospitalité. Le danger de compromettre nos hôtes devint tel qu’on ne pouvait plus compter sur un domicile stable ; beaucoup des nôtres durent cinq ou six fois changer d’asile, à grand’peine, et passer dans la rue des journées entières, errant de droite et de gauche, sans but, sans nourriture. » Si pour les hôtes, la tension était permanente, la plupart firent preuve d’un courage impressionnant.

  • 51 Rapport de la vicairie de Sarriá.
  • 52 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 391.
  • 53 Id.

30Les supérieures ne pouvaient pas assurer la protection des membres de leur communauté. À une personne qui ramenait l’une de ses filles, celle de Godella, qui ne savait pas où la placer, dit : « Accompagnez-là jusqu’à un banc du boulevard car nous n’avons plus personne qui puisse nous recevoir ! » La personne en question ramena chez elle celle dont elle avait peur d’assurer la charge. Des religieuses qui ne voulaient pas compromettre leurs consœurs ne savaient plus comment agir. L’une d’elles, en Catalogne, « après des heures passées seule et sans abri, presque épuisée de faim et de fatigue, voyait tomber la nuit, et, bien qu’elle sut où sa supérieure était réfugiée, n’osait la rejoindre, sachant qu’il y avait au même lieu vingt-quatre religieuses et craignant, si elle était dépistée en chemin par les Rouges, de perdre le groupe. Elle réussit à se glisser dans la maison et dit à sa supérieure : « Ma Mère, me voici, mais si je dois vous compromettre, je suis prête à retourner dans la rue. » On devine la réponse. La Révérende Mère étreignit dans ses bras en pleurant celle qui plus que jamais était sa fille51. » À Bilbao, « beaucoup de religieuses, dispersées la veille, revenaient le lendemain trouver la Mère assistante : « Ma Mère, où faut-il aller ? Nous avons dû partir en hâte de la maison indiquée. » Où aller ? C’était le problème… Finalement, on s’entassait dans un petit appartement loué. À peine installées, nous voyions accourir un ami : « Dispersez-vous, on va faire une perquisition, vous êtes dénoncées52. » Les novices coadjutrices de Sarriá avaient pu se réfugier, avec leur maîtresse des novices et une autre religieuse, dans un local prévu à l’avance. Leur présence finit par attirer l’attention : « Les communistes du quartier arrivèrent en disant que la maison était réquisitionnée ; ceux-là n’étaient pas de très mauvaises gens, des faibles et des peureux plutôt, car ils nous conseillèrent de cacher nos objets de piété et de prendre nos précautions. Nous aurions pu peut-être rester si nous n’avions pas eu les jeunes novices, trop exposées par les visites. Trois ou quatre groupes de Rouges vinrent à diverses reprises, se livrant à de grossières plaisanteries que la maîtresse des novices essayait d’arrêter, mais les derniers communistes qui vinrent étaient si méchants qu’ils menacèrent d’emmener les novices. La Mère qui les défendait avec courage se vit mettre sous le menton le canon d’un fusil tandis qu’elle expliquait que ces jeunes filles étaient pauvres, que c’étaient des filles d’ouvriers comme eux, confiées à ses soins par leurs parents et qu’elle en était responsable devant eux. Enfin ces enragés finirent par consentir à ce qu’elle se retirât avec ses filles, lui donnant une heure pour les renvoyer à leurs familles et évacuer la maison prise par la FAI53. »

  • 54 Les réactions étaient fonction du tempérament des personnes. La Mère de Ymbert, qui était la supér (...)
  • 55 Rapport de la vicairie de Sarriá.

31Dans toute l’Espagne républicaine, il était dangereux de se retrouver dans la rue, car on pouvait être arrêté par la Garde civile, des miliciens, des militants du parti communiste ou des anarchistes54. Au mieux, on risquait une fouille « complète » et de très longs interrogatoires. Pendant qu’elles erraient à la recherche d’un abri, des novices de Catalogne furent arrêtées et gardées au commissariat de la FAI pendant quelques heures. Finalement, après avoir été abondamment insultées, elles purent se réfugier dans une famille. Par sécurité, les religieuses étaient obligées de rester confinées. Elles « vécurent comme si elles étaient prisonnières tant la terreur des vexations journalières était poignante et l’angoisse des continuelles alertes effrayante pour l’entourage, non sans motifs55. »

  • 56 Les miliciens lors de la perquisition trouvèrent un insigne des Requetés. Ces derniers faisaient p (...)
  • 57 Elle a raconté que les sacs qui contenaient les valeurs de la vicairie gardés dans une banque nati (...)
  • 58 Elle y resta du 22 août 1936 au 26 février 1937 où, par Valence, elle put rejoindre Marseille.

32Par leur seule présence, des religieuses pouvaient provoquer l’emprisonnement ou la disparition de leurs parents, qui risquaient de subir le sort de ceux qu’ils hébergeaient. La Mère Rosario Villalonga, qui était assistante à Godella, se retrouva en prison avec sa mère en mars 1937. La Mère Gloria Elió, supérieure de Saint-Denis à Madrid et qui s’était réfugiée chez sa mère, y fut arrêtée avec l’une de ses sœurs56. Pour éviter des inconvénients à ceux qui l’avaient reçue, l’économe de la vicairie de Madrid, la Mère Louisa Jacobs57, qui était Belge, finit par prendre contact avec son ambassade. Elle vécut dans un local où transitèrent des religieux et des laïcs de toutes nationalités, tous en danger de mort58. La vicaire, la Mère de Cavada, refusa de profiter de ce refuge, de crainte d’être complètement coupée de ses filles. Elle se cacha dans sa famille, gardant des contacts avec celles qui étaient emprisonnées, cherchant des abris pour ses religieuses et négociant leur départ avec diverses ambassades susceptibles de fournir des visas et d’organiser des convois vers les ports.

  • 59 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 391-392.
  • 60 Id. p. 483 et tém. Vincenette d’Uzer. Ce qui était normalement interdit, un navire de guerre n’aya (...)
  • 61 Relation de la Mère de Ymbert, p. 5. Le groupe s’embarqua le 31 juillet 1936.
  • 62 « Quelques religieuses du Sacré-Cœur des maisons de Barcelone… » p. 15-16.
  • 63 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 429-430.

33Car rapidement il apparut qu’il fallait quitter l’Espagne. Les religieuses du Guipuzcoa furent évacuées vers la France le 31 août 1936 par un bateau allemand59. Avant que le siège de San Sebastian fût effectif, un navire de guerre français prit à son bord des Françaises60. Les vicaires ne communiquaient plus avec Rome, mais elles savaient que la Mère Vicente aurait ordonné de partir à l’étranger. L’Italie semblait offrir le plus de possibilités d’accueil, Mussolini étant l’allié des nationalistes et ayant envoyé en Espagne des troupes pour les soutenir. La vicaire de Catalogne, la Mère Alcibar, put obtenir du consulat d’Italie le statut de réfugiées pour soixante-deux jeunes religieuses qui arrivèrent au port sous la protection de miliciens61. C’est après avoir assuré ce premier départ qu’elle-même et son économe, la Mère Pilar Verges, furent arrêtées dans un tramway et conduites à la Rabassada, la colline des exécutions, proche de Sarriá. Elles furent séparées l’une de l’autre et l’économe fit l’objet d’un interrogatoire au cours duquel « cette pauvre Mère se vit renouveler des questions de toute espèce mais si horribles et si inconvenantes qu’elle s’écriait devant ces insanités : « Tuez-moi ! Mais tuez-moi ! » On ne peut les répéter62. » Alors qu’elles s’attendaient à être fusillées, elles furent libérées. Huit jours plus tard, la Mère Alcibar et cinquante-sept religieuses de Barcelone s’embarquèrent pour Gênes. L’évacuation des religieuses âgées et infirmes avait été difficile à préparer : elles firent pitié aux gardes qui durent les porter63. Les religieuses avaient dû saluer le poing levé !

34Pour les trente et une religieuses de Godella qui avaient reçu des visas pour l’Italie, les formalités d’enregistrement dans les locaux de la Confédération nationale du travail, le 7 septembre 1936, tournèrent au cauchemar : « Le bruit courut qu’il s’agissait de l’embarquement de religieuses. Alors s’est formée une terrible manifestation dirigée par des femmes, des jeunes filles, des garçons ou des jeunes gens de quatorze à dix-huit ans qui ont entouré la maison où nous étions. Quelques-uns étaient montés sur les barres des fenêtres en criant, et le pire, en blasphémant. Ils ne voulaient pas que les religieuses s’embarquent, parce que, disaient-ils, « elles doivent aller au front lutter avec nous. » « Elles sont fascistes », disaient d’autres, « elles vont rejoindre l’armée fasciste pour nous tuer, pour tuer nos fils. » D’autres demandaient de l’essence pour nous brûler ; des voix criaient : « Al Saler ! » (c’était l’endroit des exécutions). On entendait aussi des voix qui disaient : « Où sont les amis qui vous ont conduites déposer votre voix au moment des élections ? » Nous avons entendu des cris nous traitant d’hypocrites, et d’autres paroles qu’on ne peut pas répéter, de pénibles mensonges : « Nous savons bien les rapports que vous avez avec les religieux, les prêtres. » Les hommes étaient plus modérés et paraissaient vouloir nous défendre, ou peut-être avaient-ils peur d’être enrôlés par les femmes. »

  • 64 Rapport de la supérieure de Godella, p. 1-2.

35Conduites à la gare maritime, elles ne purent pas sortir des véhicules car leurs gardes craignaient un lynchage et elles furent finalement retenues un mois dans l’ancien couvent des Petites sœurs des pauvres. Elles y prirent conscience de l’état d’esprit des miliciennes, de la sujétion qui avait été la leur auparavant : « J’ai trouvé en elles, a écrit la supérieure de Godella, plus d’ignorance que de mauvaise foi et de vraie malice. » Pour ces femmes, la révolution étaient une revanche : « Quelques-unes avaient été dans des écoles de religieuses ; elles avouaient que leurs mères priaient, qu’elles avaient aussi prié, mais que maintenant il ne fallait pas le faire parce que les choses avaient changé. Bon nombre de ces miliciennes qui passaient la journée dans l’asile couchaient aux étages pris par les Rouges et leur crainte était que s’ils perdaient cette guerre, elles retournent à leur triste vie, n’ayant pas de quoi manger ni de logis pour s’abriter64. » Les Républicains faisaient l’amalgame entre l’Église et les nationalistes. À partir du moment où appuyés par la Légion et l’armée d’Afrique, ceux-ci entreprirent la conquête systématique de l’Espagne, la foule s’en prit à l’Église accusée de complaisance à l’égard de la haute société espagnole et aux congrégations religieuses enseignantes qui étaient présentées comme responsables de l’illettrisme largement répandu dans les masses.

  • 65 Les « Cekas » étaient des « commissions d’enquête » organisées sur le modèle des Tchékas soviétiqu (...)
  • 66 Elles furent libérées le 26 octobre 1936 et passèrent en Italie. La Mère Vicente, pour les sauver, (...)

36Le cas le plus critique fut sans aucun doute celui de la Mère Elió. Arrêtée le 2 septembre 1936, elle fut incarcérée à la « Ceka »65 des Beaux Arts, à Madrid. Sauvée un peu par hasard à son arrivée par un gardien qui la mit au cachot, elle en fut extraite quatre jours plus tard et envoyée, sans jugement, au couvent des Capucines transformé en une prison qui rassemblait détenues politiques et prisonnières de droit commun. Elle y fut astreinte au travail et y vécut dans des conditions pénibles, la nourriture étant rare, la prison surpeuplée et la promiscuité éprouvante. « Comment j’en suis sortie moi-même ? », écrivit-elle. « Je ne le sais pas ! Je sais seulement qu’après deux mois d’emprisonnement, le bon Dieu a fait réussir une nouvelle tentative d’élargissement en dépit de la volonté adverse qui semblait irrévocable de me garder jusqu’à l’exécution. Un jour, on nous fit sortir, ma sœur et moi, précipitamment, pour nous conduire à l’ambassade de Norvège et de là, en avion, à Paris, où le ministre des Affaires étrangères nous réclamait toutes les deux66. »

  • 67 Lorsque la nouvelle de la « libération » des religieuses retenues à Barcelone fut connue, la Maiso (...)
  • 68 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 295.

37Le 4 octobre 1937, les cent-cinquante religieuses restées à Madrid obtinrent leur visa. Des religieuses furent toutefois bloquées à Valence et à Barcelone pendant près d’un an. Elles furent libérées grâce à l’intervention de la vicaire d’Angleterre auprès du ministère des Affaires étrangères, de la marine britannique et de l’ambassadeur des États-Unis, Joseph Kennedy, dont les filles étaient pensionnaires à Roehampton. Un navire de guerre britannique frété par les États-Unis prit à son bord les vingt-huit religieuses qui restaient et, après une escale à Marseille, les transporta à Newhaven67. L’une des conditions de leur prise en charge par les Britanniques étant qu’elles devaient rester en Grande-Bretagne jusqu’à la fin de la guerre, elles furent dispersées entre Roehampton et les maisons de Londres. La France et l’Italie hébergèrent la plupart des religieuses réfugiées. Des familles catalanes furent reçues à Montpellier et à Toulouse, des pensionnaires à Gênes68. Entre septembre 1936 et novembre 1937, plus de cent religieuses transitèrent par Marseille.

  • 69 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 485-487.

38Après que les armées nationalistes aient progressé vers le nord de l’Espagne, des religieuses furent renvoyées dans leur pays pour soutenir les maisons qui avaient conservé ou repris leurs activités ou accueilli une ambulance. Beaucoup allèrent à Palma de Majorque mais le plus grand nombre fut envoyé à San Sebastian qui était devenu un refuge dès l’automne de 1936 et dont le pensionnat était surpeuplé : « Dès les derniers mois de 1936, bon nombre des élèves de nos maisons de Madrid, Barcelone, Valence et même Bilbao, venaient nous demander l’hospitalité : c’étaient des enfants qui réussissaient à s’échapper de la zone rouge, soit avec leurs parents, bien souvent même toutes seules et n’avaient qu’une pensée : venir trouver leurs Mères, reprendre leur vie de pensionnaires. On les accueillait à bras ouverts et on se serrait un peu pour leur faire place. » À la fin de 1936, les effectifs avaient doublé. Pendant l’été de 1937, les demandes d’inscription triplèrent. Les cellules et les dortoirs des religieuses furent cédés au pensionnat, les réfectoires transformés en salles d’études, les repas organisés en plusieurs services. « Dans les salles d’études, c’était une forêt de pupitres ; pour les classes on avait fait construire de petits fauteuils qui remplaçaient à la fois tables et chaises. » Quand l’effectif eut quadruplé, on arrêta les inscriptions : « Des mamans font valoir leurs titres si réels de fidèles et dévouées Anciennes de chez nous. Quelques-unes mettent en jeu de hautes influences : cardinal primat, révérends pères jésuites. Après un refus, une maman demande ingénument : « Si j’apporte une recommandation du Généralissime, admettrez-vous ma fille ? » La supérieure ne descendait plus au salon ! « Elle dit un jour à une petite fille : « Nous n’avons plus de place au réfectoire. » « Ma Mère, je mangerai debout. » « Nous n’avons plus de place au dortoir. » « Je dormirai debout. » Comme les combles ne pouvaient plus contenir les religieuses, on dut les faire héberger ailleurs69.

  • 70 Id. 1959-1961, p. 50. Les religieuses et les Anciennes, formées par un médecin militaire et par de (...)
  • 71 Arch. Gén. C I A 8d, box 3. Rapport du 8 février 1938.
  • 72 « Un couple paysan, elle avec son classique fichu, entre dans la salle et un des blessés de s’écri (...)

39Les religieuses assurèrent aussi le fonctionnement d’ambulances, ponctuellement comme à Séville, ou dans la durée aux confins de l’Aragon où les combats furent longtemps intenses et incertains. L’ambulance de Saragosse, ouverte le 20 décembre 1937, reçut des blessés qui avaient combattu sous les ordres du général Moscardó. Les Anciennes et les élèves du Sacré-Cœur leur assuraient des soins70, les religieuses se chargeant de l’accompagnement des mourants71. Ces dernières constatèrent un patriotisme et une ferveur religieuse intense chez les blessés et les parents qui venaient les voir72. Dans les zones reconquises, des maisons furent ouvertes dans des propriétés prêtées par des amis de la congrégation. En octobre 1937, une colonie de religieuses s’installa en Navarre, à Villava, aux portes de Pampelune. Les plus âgées ou les malades y restèrent tandis que les autres étaient envoyées là où les besoins se faisaient sentir. Prévue comme provisoire, la maison fut finalement autorisée par la Maison Mère après la prise de Madrid.

  • 73 Deux de ses filles étaient pensionnaires à Placeres.

40À la fin de la guerre, les routes étaient encombrées par des caravanes de gens rentrant chez eux avec leur bétail ; les champs de batailles étaient jonchés de cadavres. Le retour des religieuses fut difficile car la circulation ferroviaire était loin d’être rétablie et parce que les maisons n’étaient pas libérées de leurs occupants. À Godella, le 30 mars 1939, il y avait encore du personnel sanitaire « rouge » dans la maison, mais, au balcon de la façade, le drapeau sang et or avait repris sa place. La rentrée des Religieuses du Sacré-Cœur prit toutefois des allures de triomphe. Si la vicaire de Madrid ne voyagea finalement pas dans la voiture de la sœur du général Franco73, la supérieure de Godella utilisa celle du primat d’Espagne, le cardinal Gomá. « À notre arrivée, racontèrent les religieuses, on nous regarde, on nous applaudit, les dames viennent nous embrasser, les messieurs nous serrent la main, prennent nos croix et la médaille de notre chapeler pour les baiser. »

  • 74 Lettres annuelles, 1959-1961, p. 175.
  • 75 Id. 1935-1937, p. 327.

41Il fallut patienter avant de se réinstaller dans les maisons qui avaient été transformées en casernes et en ambulances ou tenues par les services de l’armée. À Madrid, la maison de Saint Denis avait été détruite, celle de Cabalero de Gracía hébergeait un centre de l’aide sociale ; Chamartín était occupé par des habitants du bourg et les combats avaient eu lieu dans le jardin et le cimetière. Il fallut trouver des locaux provisoires. La supérieure générale fit débloquer les fonds nécessaires pour reconstruire Chamartín et Sarriá. Dès leur réouverture, les maisons reçurent des dons de toutes parts, en particulier d’Angleterre et d’Australie74. En octobre 1939, l’activité apostolique avait repris partout. Au fur et à mesure de la reconquête, le gouvernement franquiste avait « aboli les lois sectaires, rendu obligatoire l’enseignement religieux dans les écoles et les lycées, rétabli le crucifix, prescrit la traditionnelle salutation espagnole Ave Maria Purissima, sin pecado concebida, à l’entrée et à la sortie des classes, en en mai, l’exercice du mois de Marie. La mixité [était] interdite, les livres de textes [devaient] être approuvés par l’autorité ecclésiastique ; les maîtres dont les idées ou la conduite n’[offraient] pas entière confiance [étaient] destitués et remplacés par ceux qui [avaient] été persécutés pour leur attachement à la religion. En outre, il a donné des lois d’après lesquelles le mariage civil ne peut s’effectuer qu’après le mariage canonique ; le divorce est interdit. La Compagnie de Jésus a été rétablie et on lui a rendu ce que la République lui avait confisqué. » C’est donc avec des espérances renouvelées que les religieuses reprirent leurs tâches avec la confiance que « le triomphe final [des Nationalistes] avait rendu au Divin Maître tous ses tabernacles75. »

  • 76 Id. 1959-1961, p. 27.
  • 77 Id. 1935-1937, p. 394.

42Tout semblait retrouver un cours normal. Mais la plupart des religieuses avaient perdu un père, un frère ou un neveu au cours des combats ou des assassinats qui avaient été perpétrés. Pendant son séjour à Avigliana, la maîtresse des novices avait dû annoncer plus de cinquante décès de proches à ses novices76. Les élèves eurent du mal à se remettre au travail après des mois ou des années de privations et d’angoisses77. La reconstruction des bâtiments démarra en 1940 et leur inauguration eut lieu du printemps de 1941 pour Algorta et Sarriá en mai 1944 pour Chamartín. La Société du Sacré-Cœur en profita pour améliorer ses installations ou poursuivre des travaux qui avaient été arrêtés par la guerre civile. Dès 1940, le régime franquiste apporta divers aménagements dans le domaine de l’instruction publique féminine, reconnaissant les établissements des congrégations religieuses à condition qu’ils s’alignent sur des programmes officiels, « très adaptables à notre plan d’études », admettaient les religieuses de Bilbao. À Saragosse, l’école gratuite fut reconnue comme une école officielle et des fonds accordés pour l’entretien des élèves. Chamartín bénéficia des subsides de l’état octroyés aux écoles congréganistes et put créer une cantine dans l’école gratuite.

3. Le Sacré-Cœur en Allemagne et en Autriche au temps du nazisme

43Deux mois après la prise du pouvoir par Hitler, la population allemande eut à connaître, catégorie par catégorie, la Gleichschaltung, la « mise au pas » imposée par la révolution nationale-socialiste. Les associations et la presse catholiques furent poursuivies sous prétexte de lutter contre le « catholicisme politique », accusation suffisamment vague pour donner au nouveau régime des possibilités d’interventions multiples. La purge du 30 juin 1934, dite la « nuit des longs couteaux », réprima toutes les formes avouées ou potentielles d’opposition. La persécution s’accéléra en 1935 par le lancement de la répression judiciaire. Parce qu’ils étaient accusés de prendre leurs mots d’ordre et de transférer des fonds à l’étranger, des responsables de congrégations religieuses furent poursuivis. Les publications du régime soulignaient avec usure les déviances auxquelles la pratique des vœux pouvait conduire des individus et les sévices ou les crimes sexuels dont des religieux s’étaient rendus coupables. Les catholiques furent soumis à une politique qui évolua du harcèlement à la marginalisation. Les pressions directes et indirectes qui s’exerçèrent étaient multiples. La Hitlerjugend devant encadrer les jeunes et concourir à l’organisation de la société selon le Führerprinzip, les associations catholiques de la jeunesse furent peu à peu vidées de leur substance et frappées d’extinction et les jeunes furent empêchés de fréquenter les églises.

  • 78 Arch. Gén. C IV, 2) Allemagne.
  • 79 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 230.
  • 80 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 181 et 183.

44L’école était un secteur sensible. Dès le début de 1936, les nazis firent une distinction entre l’éducation, prise en charge par l’état, et l’instruction, assimilée à l’enseignement, qui pouvait encore être pratiquée par les établissements privés. « L’avenir est très incertain, très menaçant même, l’état tendant à concentrer entre ses mains l’éducation de la jeunesse », reconnut la vicaire d’Allemagne, la Mère von Waldstein. À Saint Adelheid, il avait fallu en « venir à des concessions nécessitées par les circonstances », dont on ne connaît pas la teneur78. Lors de sa visite en juin 1936, la Mère Vicente reçut des religieuses la promesse « qu’étant à un poste de péril et d’honneur, elles voulaient être de ces toutes fidèles au cœur noble et généreux sur lesquelles Notre Seigneur peut toujours compter79. » Rien ne laissait prévoir quelle forme prendrait une éventuelle persécution, mais elle n’était pas impossible. En Bavière, la « déconfessionnalisation » de l’école fut engagée le 1er octobre 1936 et cautionnée par un plébiscite qui apparut aux catholiques comme une violation légale du concordat puisque le respect des dispositions de ce dernier n’était plus obligatoire quand elles entraient en concurrence avec la législation du Reich. Les séminaires furent fermés en 1937 et des chaires supprimées dans les facultés catholiques. Le Sacré-Cœur dût renoncer à l’externat de Munich. On lui fit des tracasseries à propos de l’inscription « Heim Nazareth » qui figurait au fronton de la maison et qui contrevenait à l’idéologie anti-juive du Reich80.

  • 81 Arch. Gén. C IV, 2). La déconfessionnalisation de l’enseignement ne fut achevée dans la région de (...)
  • 82 Lettres annuelles, 1947-1949, p. 102.

45Les nazis étaient assez habiles pour instaurer une progressivité dans leur programme d’asservissement. Lors de la visite régulière de 1938, le secondaire n’avait pas été étatisé. Quelques grands internats subsistaient : la maison de Saint Adelheid était « encore tolérée et même assez favorablement vue. » Mais la vicaire avait conscience que cette tolérance pouvait « cesser à bref délai. Si l’état la laisse subsister, elle est et sera encore dans la suite écrasée par les impôts. » Pour les études, « les exigences du gouvernement, les modifications perpétuelles, les réglementations diverses [demandaient] une souplesse et un esprit d’adaptation constants. » À Munich, enseigner la religion devenait périlleux, car « les difficultés du temps présent [étaient] de plus en plus menaçantes. Les parents ne [pouvaient] plus user de leurs droits les plus sacrés81. » Les enfants de plus de douze ans avaient reçu l’autonomie religieuse et certains abjurèrent. Les parents étaient incités à ne plus donner des prénoms chrétiens à leurs enfants. Le mouchardage des parents par les enfants était encouragé et fut parfois pour eux lourd de conséquences. En 1945, les Religieuses du Sacré-Cœur s’aperçurent que de nombreuses externes de Berlin n’avaient pas été baptisées82.

  • 83 Il ne s’agissait pas de religieuses, mais de laïques.
  • 84 Arch. Gén. C IV, 2). Lettre du 7 janvier 1938.
  • 85 Id. Lettre du 19 juin 1938.

46Dès le début de 1938, les supérieures d’Allemagne codèrent leurs lettres et cherchèrent à joindre Rome « par occasion ». La Mère Mathilde von Loë, qui utilisait les services de religieux ou d’étudiants italiens qui retournaient dans leur pays, put ainsi annoncer la fermeture de nombreux établissements scolaires bavarois et décrire les formes de la persécution antireligieuse : « Dans les hôpitaux et autres œuvres de bienfaisance, on fait entrer beaucoup de « sœurs brunes »83. Les professeurs d’université ont fait demander en sous main que les religieuses ne se présentent plus aux examens en habit religieux. En certains endroits, on ne peut rien entreprendre sans être membre du parti, et cela signifie la sortie de l’Église. D’autre part, on multiplie les occasions de travail surtout par des bâtisses immenses, entre autres de très grandes écoles gouvernementales. Et le peuple en partie est content quand il a du travail84. » Six mois plus tard, elle annonça la démolition de la synagogue et de la cathédrale protestante de Munich et elle se demandait si le tour des églises catholiques n’allait pas venir85. Comme les relations entre l’Allemagne et la Tchécoslovaquie étaient au bord de la rupture, la Mère von Loë envisageait de replier la communauté de Munich vers l’Italie ou la Suisse. Elle évoqua le cas d’une religieuse dont la congrégation avait été dissoute et qui demandait à entrer au Sacré-Cœur pour continuer sa vie apostolique. Les religieux n’avaient plus le droit d’enseigner quand leur établissement était fermé ni d’être embauchés par des écoles gouvernementales. Depuis 1936, la loi sur les successions les avait privés du droit d’héritage.

  • 86 Arch. Prov. Allemagne. Notice de la Mère Werhahn, p. 7-8.
  • 87 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 125.

47À Berlin, où la Société du Sacré-Cœur s’installa en 1938, la Mère Werhahn, pour éviter tout choc avec les autorités, veilla à ce que les prescriptions du gouvernement, autant qu’elles n’atteignaient pas la conscience, fussent observées. Ordre avait été donné de ne jamais parler de la politique : « Il fallait cette prudence, car parmi les jeunes filles qui habitaient la maison, il pouvait y avoir des espionnes86. » C’est toutefois à Grünewald que le cardinal von Preysing lut aux Anciennes un projet de lettre pastorale d’une « noble intrépidité. Cette lecture fut écoutée dans un religieux silence, puis, spontanément, toutes se levèrent et entonnèrent le chant traditionnel de la fidélité à l’Église et aux serments du baptême87. »

  • 88 Souvenirs de Barbara Walterskeichen.
  • 89 Arch. Gén. C IV 2) Vienne. La Mère Maria Mayr et la Mère zu Salm Salm se rendirent à plusieurs rep (...)
  • 90 Souvenirs B. Walterskeichen.
  • 91 « Rattachement » ou « réunion » sont des termes qui donnent le sens d’Anschluss.
  • 92 Souvenirs B. Walterskeichen.
  • 93 Arch. Gén. C IV 2) Graz. La supérieure de Saint Adelheid écrivit à Rome : « Que de changements pou (...)

48Si en Allemagne, la « mise au pas » avait été graduelle, en Autriche, elle fut immédiate et apparut d’autant plus brutale. En février 1938, à Graz, qui était le quartier général des nazis en Autriche, « l’atmosphère était de plus en plus lourde et les Mères du conseil étaient visiblement préoccupées88. » Le 10 mars 1938, les blindés allemands pénétrèrent en Autriche et occupèrent Vienne deux jours plus tard. L’Autriche fut « réunie » à l’Allemagne le 15 mars. Avant la proclamation de l’Anschluss, la vicaire d’Autriche, la Mère Anna Kömstedt, écrivit le 13 mars à Rome une première lettre codée : « Nous avons changé de régime et nous avons un peu de peine à nous y faire. Il nous semblait aller bien avec l’ancien, les forces revenaient, prenaient un développement. Mais le médecin a trouvé bon d’imposer ce changement et nous tâcherons d’en tirer profit pour être entièrement à notre travail89. » À Pressbaum, une laïque, professeur de l’école ménagère qui se révéla être membre du parti national-socialiste, « se posa en officier responsable de la maison. Hissée sur une estrade en face de toutes les religieuses et enfants de nationalité autrichienne, elle observait les physionomies, tandis que nous étions obligées, bien avant dans la nuit, d’écouter les discours que vociférait le Führer dans le palais impérial de Vienne dont il avait pris possession. Il y avait au pensionnat un groupe d’enfants apparentées à l’ancienne famille impériale. Leur tenue fut irréprochable. La face sérieuse, les yeux baissés, elles l’entendaient ruisseler des injures contre tout ce qu’elles aimaient et vénéraient90. » Le 10 avril 1938, 99,73 % des Autrichiens se prononcèrent pour le « rattachement »91. L’archevêque de Vienne, le cardinal Innitzer, avait demandé aux supérieurs majeurs de faire voter oui à l’Anschluss et cette décision fut répercutée dans les communautés religieuses92. Après le vote, la Mère Kömstedt résuma la situation en écrivant : « Nous avons pu dire oui à ce que le bon Dieu a arrangé lui-même93 », ce qui était sans doute, en la replaçant dans une perspective providentialiste, la seule manière de l’envisager dans la paix !

  • 94 M. Benziger, op. cit., p. 8. Ce n’est qu’en 1939 que les clochers des églises durent, en Allemagne (...)

49Pressbaum et Riedenburg eurent à loger des soldats allemands dont la présence leur assura une certaine sécurité. Riedenburg reçut l’ordre de pavoiser, puis apprit par une communication téléphonique menaçante que ce n’était pas le drapeau autrichien qu’on devait hisser mais le drapeau à croix gammée qu’on dut se procurer au bourg. Et encore fallut-il l’arborer non pas à la fenêtre, mais au sommet du clocher94. Ce pavoisement « spontané » de l’Autriche signifiait l’enthousiasme de sa population à l’occasion de son changement de statut. Les autorités surveillèrent Riedenburg et Graz par le biais d’une « personne de confiance » qu’elles prirent dans le personnel enseignant, pour parler clair d’un membre du parti national-socialiste ou de quelqu’un qui voulait lui donner des gages. À Pressbaum, le personnel porta le brassard à croix gammée. Une élève menaça une religieuse de la dénoncer si elle continuait de faire le « salut allemand » avec désinvolture, en levant le bras, mais sans ouvrir la main. Dans les pensionnats, quelques grandes élèves prirent en charge la Bund Deutscher Mädchen : elles firent faire aux petites des exercices quasi militaires et leur apprirent les chants du Parti.

  • 95 La Mère zu Salm Salm lui avait fait reconnaître ce statut en 1929. Les diplômes d’une Deutsche Aus (...)
  • 96 M. Benziger, op. cit., p. 10. « C’est le plus beau jour de ma vie », dit-il. « J’ai fait tomber Ri (...)

50Les événements se précipitèrent. À Graz, le 7 mai 1938, des délégués du gouvernement vinrent visiter l’établissement où ils voulaient installer les bureaux du service ouvrier. À la fin de l’année scolaire, la directrice de l’externat fut renvoyée. En juin, le jardin d’enfants de Pressbaum fut fermé. Les écoles privées étaient condamnées à disparaître car elles n’avaient plus le droit de faire de la publicité. L’établissement de Vienne fut fermé le 12 août 1938. Le 29 août, une école gouvernementale dont le directeur, membre du parti national-socialiste, était un ancien professeur du Sacré-Cœur, fut installée à Graz. À Pressbaum, le pensionnat ne put pas rouvrir. À Riedenburg, où le jardin d’enfants et l’école ménagère furent fermés, le pensionnat, qui était une « école allemande en pays étranger »95, fut réouvert à la rentrée de 1938 et accueillit des élèves de Pressbaum. Mais le 1er novembre, l’inspecteur en chef des écoles du Voralberg, accompagné d’une ancienne novice du Sacré-Cœur qui portait les insignes du parti nazi, vint donner l’ordre de fermer l’établissement96. Les religieuses purent continuer à enseigner, la directrice laïque passant de temps en temps dans leurs classes. Elles pensaient avoir obtenu un répit, mais le 6 janvier 1939, le pensionnat fut fermé. Elles n’eurent pas même le droit de donner des leçons particulières.

  • 97 Elles furent aidées par les membres des congrégations mariales. Le cardinal Innitzer avait demandé (...)

51Pour subsister, on vendit tout ce qui pouvait l’être. La vicaire décida de louer les maisons quand on le pouvait, mais de rester sur place pour être à proximité des élèves et garder les propriétés. À Vienne, une école supérieure ménagère s’installa au Sacré-Cœur. Dans les maisons qui n’étaient pas réquisitionnées, les religieuses envisagèrent d’ouvrir un internat pour les élèves qui fréquentaient les écoles publiques et d’accueillir des laïques. Par manque de moyens, elles durent réduire le personnel domestique, travailler dans les champs et au jardin. Il fallait alléger les communautés et, dès octobre 1938, des religieuses furent envoyées en Pologne, en Hongrie, en Hollande, en Italie, en France, en Grande-Bretagne et à Berlin. Comme les rentrées d’argent étaient devenues aléatoires, les religieuses de Vienne firent du tricotage et de la tapisserie pour des magasins de la ville97. À Pressbaum, pour se chauffer, on brûla les vieux pupitres et les décors de théâtre. Comme l’écrivit la supérieure de Saint Adelheid à Rome le 25 août 1938 : « Nos chères cousines sont péniblement éprouvées ». Elles le restèrent longtemps !

  • 98 J.M. Mayeur, Ch. Pietri, A. Vauchez, M. Venard, Histoire du Christianisme, t. 12, Paris, 1990, p.  (...)

52En 1937, à deux reprises, le Saint-Siège s’éleva contre le totalitarisme dont le communisme et le nazisme pouvaient être considérés comme des manifestations efficaces. La publication quasi simultanée des deux encycliques Mit brennender Sorge et Divini Redemptoris traduisit sa volonté de résister à une déification de l’état que Pie XI appelait la statolâtrie et qu’il présenta comme la nouvelle hérésie du siècle. Rédigée en allemand, Mit brennender Sorge fut lue le 21 mars 1937 dans toutes les églises du Reich dont elle condamnait les principes fondateurs. Elle dénonçait « la vaine tentative d’emprisonner Dieu dans les frontières d’un seul peuple, dans l’étroitesse de la communauté de sang d’une seule race. » Parue le 19 mars, Divini Redemptoris condamna le communisme comme « intrinsèquement pervers ». L’encyclique dénonçait les « horreurs commises en Russie, au Mexique et dans une grande partie de l’Espagne98. » Nazisme et communisme étaient deux religions séculières dangereuses contre lesquelles il fallait lutter. En 1937, la lutte contre l’Église n’avait pris fin ni au Mexique ni en Espagne ; en Allemagne et en Autriche, l’avenir n’était pas assuré. Les bouillonnements nationalistes en Europe et en Asie étaient lourds de menace et préparaient les esprits à une probable veillée d’armes.

Notes

1 Arch. Gén. C III, 2. Mexique. Elles passèrent la nuit du 24 au 25 octobre assises sur une chaise.

2 Lettres annuelles, 1947-1952, p. 94-95.

3 Elles avaient cherché à obtenir un sursis en août 1914 en ayant une entrevue avec le général Obregón alors de passage dans la ville.

4 Elle avait été placée sous la protection de la France.

5 M. T. Guevara, op. cit., p. 75-76.

6 Une profession religieuse fut célébrée à Mexico, le 12 février 1926, dans l’infirmerie transformée en chapelle.

7 Arch. Prov. Mexique. Dans un pensionnat du Sacré-Cœur, l’aumônier fit jurer devant l’hostie aux élèves d’être fidèles jusqu’à la mort.

8 Arch. Gén. C III 2, 18 février 1926.

9 Id. Lettre du 9 mars 1926. Les scellés avaient été apposés le 7 mars sur la pièce où avaient été rassemblées les statues puis sur les portes de la chapelle.

10 Id. 13 avril 1926, à la Mère von Loë.

11 Id. Lettre du 26 juillet à la Mère von Loë. Arch. Prov. Mexique. Journal de Monterrey : « On impose la pratique de l’indifférence. Aucune observation. Aucun désir. »

12 Les communautés se répartirent par étages et vécurent une vie autonome.

13 Id. C I A7 B, box 2. Lorsque les religieuses furent réfugiées aux États-Unis, la Mère von Loë leur écrivit le 28 août 1926 : « Maintenant que je vous sais au Texas, j’ai hâte de venir à vous et de vous dire toute la part que nous avons prise aux nombreux sacrifices que Dieu vous a demandés. Rester tant de mois privées de l’habit religieux, de la liberté d’enseignement et surtout de la demeure de Jésus parmi vous, étaient déjà des circonstances fort douloureuses et auxquelles nous n’avons cessé de compatir. Mais Dieu vous a demandé davantage. Vous avez dû lui sacrifier votre patrie, nos chères maisons et leurs belles œuvres. Je sais que vous l’avez fait avec un généreux courage et que votre patience est soutenue par la pensée de réparer tant d’outrages faits au divin Roi par un gouvernement impie. Il vous juge dignes d’être persécutées pour Son amour, mes bien chères Mères et Sœurs. Il compte toutes les privations et gênes de l’heure présente et rien n’est oublié par son Cœur. »

14 Id. Lettre du 26 juillet de la Mère Bermejillo à la Mère von Loë : « Pas en grand nombre, la peur, la crainte de se compromettre paralysent les volontés et nous nous sommes senties seules. » Déjà le 10 mars elle avait écrit à la Mère Lalande : « La foi est ici moindre qu’ailleurs dans le pays, et elle cède devant le danger ou les intérêts matériels. Nous en sommes vraiment à accompagner Notre Seigneur dans sa passion. Toutes courageuses, calmes et même joyeuses… »

15 À Guadalajara, la maison du Sacré-Coeur fut occupée par Dolores Palomar de Valencia et Clarisa Prieto de Hernandez. Dolores Prieto ouvrit un externat pour aider les enfants à continuer leurs études dans une maison du Sacré-Cœur. Tous les 25 du mois, les Anciennes se réunissaient pour une messe et une réunion littéraire. À Guanajuato, où la maison avait été fermée en 1915, les Anciennes restaient proches des « Mères ». Elles avaient fait placer une statue de sainte Madeleine Sophie dans la basilique de Notre Dame.

16 Arch. Prov. Mexique. Un document anonyme contient les souvenirs d’une religieuse mexicaine qui vécut à San Luis. Il montre les difficultés de toutes sortes qui étaient celles des religieuses, leurs efforts pour camoufler tout objet religieux, voire les élèves, quand une inspection se produisait, au moins pendant la première année qui suivit le retour au Mexique.

17 Arch. Gén. C III, 2). Rapport de la supérieure de Monterrey, janvier-juillet 1936. Les autorités mexicaines étaient gênées pour exproprier les maisons du Sacré-Cœur parce qu’elles avaient été mises au nom de religieuses étrangères résidant hors du Mexique.

18 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 285.

19 Arch. Prov. Mexique.

20 Id. Elle portait le nom de Juan de Dios Peza, un poète mexicain chrétien, ce qui était une manière discrète de rappeler, grâce au nom « Dieu » que l’école était chrétienne. Ce nom ne fit pas de difficulté.

21 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 287 et M. T. Guevara, op. cit., p. 42. À Guadalajara, les Anciennes cherchaient à faire rouvrir la maison. En 1938, elles y invitèrent la Mère Symon et l’accueillirent par ces mots : « Toujours, toujours ! »

22 Arch. Prov. Mexique, Histoire de la province du Mexique, le retour dans la patrie.

23 Vie de la R.M. Symon, p. 218-219.

24 Id. p. 219-220.

25 Id. p. 220.

26 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 290 et 1958-1961, p. 140. Tém. Patricia García de Quevedo et Soccoro Rubio. Pendant la semaine, en classe, elles portaient un costume civil noir très strict, avec une jupe longue. Les cheveux étaient coiffés en chignon.

27 Les Lettres annuelles ne firent pas allusion à Primo de Rivera. En revanche, la relation de Sarriá souligna la piété qu’Alphonse XIII avait manifestée lors de l’inauguration de l’Exposition universelle de Barcelone, en suivant à pied la procession du Saint Sacrement, la dignité et la grandeur d’âme dont il fit preuve quand il quitta le pouvoir (1929-1931, p. 278 et 280). Lors du décès de la reine-mère Marie-Christine, Palma la présenta comme un modèle de reine, d’épouse et de mère chrétienne (id. p. 376). La reine était très attachée à la maison de San Sebastian et ses visites fréquentes avaient donné du lustre au pensionnat.

28 Il y avait alors à Chamartín cinquante-neuf novices de chœur et vingt juvénistes.

29 Arch. Gén. C VII 2c, Journal de la Mère Castejón.

30 Quatre vingt-dix personnes partirent pour l’Italie, dont six professes et trois sœurs.

31 Lettres annuelles, 1929-1931, p. 486.

32 À Puerta Santa María, le gouverneur ordonna de rouvrir le pensionnat sous peine de confisquer la maison, Lettres annuelles, 1929-1931, p. 525.

33 C’est en 1936 que pour la première fois des sections d’Action catholique sont signalées dans le compte rendu d’activités des pensionnats espagnols.

34 À Bilbao, une association catholique de culture féminine assura au Sacré-Cœur une formation pour des religieuses enseignantes (Lettres annuelles, 1954-1958, p. 240).

35 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 227-228.

36 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 359.

37 Id. p. 390.

38 Id. Les religieuses allèrent parfois voter en habit séculier. À Bilbao, on cherchait, du moins dans les bureaux où elles se présentèrent, à empêcher de voter ceux dont on supposait qu’ils soutenaient la CEDA (Confédération espagnole des droites autonomes), qui avait regroupé divers organismes catholiques.

39 Elle avait été fondée en 1932 par José Antonio de Rivera, le fils du général Primo de Rivera. Arrêté sur l’ordre du gouvernement républicain, jugé sommairement et fusillé à Alicante le 20 novembre 1936, celui que la droite appelait « José Antonio » fut célébré comme un martyr par les Franquistes, bien que le général Franco n’ait pas fait grand-chose pour le sauver.

40 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 583. En 1931, les villageois avaient promis de les défendre.

41 Id. p. 515 et 571.

42 Pierre Vilar, La Guerre d’Espagne, Paris 1986, p. 108.

43 Les archives des provinces d’Espagne ont gardé la trace de quarante-cinq internements. Peut-être y en eut-il d’autres dont on a perdu le souvenir.

44 La Maison Mère, pendant ou après la guerre civile, demanda à des religieuses de faire état de ce qu’elles avaient vécu. Le cardinal protecteur Eugenio Pacelli réclama à celles qui avaient été emprisonnées un récit de ce qu’elles avaient vu ou subi. Ces rapports sont rassemblés dans CI A 8d box 3. Deux récits concernent la vicairie de Barcelone, un se rapporte à Godella, un autre à Madrid.

45 La Mère Elena Ytturalde avait fait des recherches à Coimbra et à Lisbonne. Le patriarche de Lisbonne avait refusé l’ouverture d’un pensionnat. À son retour, elle ne put pas rentrer à Bilbao. Après un séjour à Salamanque, elle rejoignit Saragosse.

46 La Mère de la Cavada fut prévenue le 17 juillet dans la soirée par cet officier père d’une pensionnaire, qui devait prendre part à l’insurrection de la caserne de la Montagna et qui l’engagea à disperser sa communauté, et « aujourd’hui plutôt que demain », précisa-t-il, quand la vicaire souligna l’heure tardive.

47 La maison de Caballero de Gracía fut adjugée au syndicat des décorateurs de théâtre, puis abrita des orphelins de guerre, enfin des miliciens du ministère de la Guerre.

48 Irujo, ministre de la Justice dans le gouvernement Negrín, fit cesser les persécutions après 1937 et chercha à renouer les relations avec l’Église, souhaitant aller jusqu’au rétablissement de la liberté religieuse. Les pourparlers furent sabotés par le vicaire général de Barcelone, Torrent, qui empêcha toute célébration publique du culte en Catalogne et menaça les prêtres qui transgresserait ses ordres des sanctions canoniques. La réconciliation entre l’Église et la République s’avéra impossible.

49 Rapport de la vicairie de Barcelone.

50 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 343.

51 Rapport de la vicairie de Sarriá.

52 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 391.

53 Id.

54 Les réactions étaient fonction du tempérament des personnes. La Mère de Ymbert, qui était la supérieure de Barcelone, a écrit : « À cause de tous ces départs et changements de maisons, j’avais dû me promener beaucoup dans les rues de la ville. C’était là où je me sentais le plus en sécurité, car dans les maisons, on craignait toujours les perquisitions, mais dans les rues, il y avait tant de monde que l’on ne faisait pas attention à nous. »

55 Rapport de la vicairie de Sarriá.

56 Les miliciens lors de la perquisition trouvèrent un insigne des Requetés. Ces derniers faisaient partie de l’organisation militaire de la communion traditionaliste carliste. Ils se recrutaient principalement en Navarre, au point qu’une novice coadjutrice avouant, lors d’une arrestation, qu’elle en était originaire s’attira des avanies de la part des membres de la FAI qui l’interrogeaient.

57 Elle a raconté que les sacs qui contenaient les valeurs de la vicairie gardés dans une banque nationalisée furent retrouvés après l’exode du gouvernement : « Le dépôt intact nous fut remis à la banque en présence de deux notaires, d’un agent de change, de notre homme d’affaires : ce fut un moment émouvant. Combien d’autres n’eurent pas la même bonne fortune ! Hélas ! la précieuse porte du tabernacle de Chamartín ne nous fut rendue qu’en partie ; les Rouges avaient gardé l’intérieur tout d’or et de brillants avec quatre médaillons d’ivoire artistiquement travaillés… »

58 Elle y resta du 22 août 1936 au 26 février 1937 où, par Valence, elle put rejoindre Marseille.

59 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 391-392.

60 Id. p. 483 et tém. Vincenette d’Uzer. Ce qui était normalement interdit, un navire de guerre n’ayant pas le droit de prendre des civils.

61 Relation de la Mère de Ymbert, p. 5. Le groupe s’embarqua le 31 juillet 1936.

62 « Quelques religieuses du Sacré-Cœur des maisons de Barcelone… » p. 15-16.

63 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 429-430.

64 Rapport de la supérieure de Godella, p. 1-2.

65 Les « Cekas » étaient des « commissions d’enquête » organisées sur le modèle des Tchékas soviétiques et avaient de fait droit de vie et de mort. Dans son rapport, la Mère Elió signale que les membres du tribunal auxquels elle eut à faire étaient « pour la plupart Russes. Sur place, on juge, on condamne, on exécute. Tout au plus on mène la victime à la campagne pour la fusiller. Quand par hasard, on la garde à la Ceka, on la fait souffrir de toutes les manières. »

66 Elles furent libérées le 26 octobre 1936 et passèrent en Italie. La Mère Vicente, pour les sauver, fit agir la France et la Grande-Bretagne. La Mère Ogilvie Forbes fit des démarches au Foreign Office et la Mère de Neuville au Quai d’Orsay. Ce fut finalement le consul de France qui les fit évacuer par un avion militaire français. La situation de la Mère Vicente était incontestablement pénible : « Elle souffrait en silence des événements tragiques de la guerre, des incompréhensions et aussi de la situation de beaucoup de nos religieuses qui se trouvaient en Espagne », a noté la Mère Castejón.

67 Lorsque la nouvelle de la « libération » des religieuses retenues à Barcelone fut connue, la Maison Mère reçut des lettres de toute la Société.

68 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 295.

69 Lettres annuelles, 1935-1937, p. 485-487.

70 Id. 1959-1961, p. 50. Les religieuses et les Anciennes, formées par un médecin militaire et par des sœurs hospitalières, prirent totalement en charge cet hôpital de cinq cents lits. Le travail assuré de jour et de nuit exigea d’instaurer un double horaire pour la communauté.

71 Arch. Gén. C I A 8d, box 3. Rapport du 8 février 1938.

72 « Un couple paysan, elle avec son classique fichu, entre dans la salle et un des blessés de s’écrier : « Mes parents ! » et il éclate en sanglots d’émotion. La mère l’embrasse et lui dit : « Ne t’affaiblis pas ! Pour Dieu et pour l’Espagne, tout est peu de chose. » Ils sont de Burgos. Un Castillan se présente quand son fils est déjà enterré. La supérieure le reçoit et elle assume aussi la cinquième œuvre de miséricorde qui est de consoler ceux qui souffrent. « Votre fils en arrivant a demandé en premier à se confesser », dit-elle. — « Je n’ai pas besoin de savoir autre chose. Cela me suffit », répondit ce père héroïque et chrétien ». « Quelques échos de notre hôpital », 8 février 1938. « Un sergent est très mal ; il vient d’être amputé : « Je vais mourir », s’exclama-t-il. — « Non, vous avez encore beaucoup de choses bonnes à faire dans votre vie. » — « J’en ai déjà fait trois : premièrement, en étant toujours bon catholique ; secondement de m’être enrôlé dès les premiers jours du Mouvement ; troisièmement d’avoir offert à Dieu ma jambe coupée. »

73 Deux de ses filles étaient pensionnaires à Placeres.

74 Lettres annuelles, 1959-1961, p. 175.

75 Id. 1935-1937, p. 327.

76 Id. 1959-1961, p. 27.

77 Id. 1935-1937, p. 394.

78 Arch. Gén. C IV, 2) Allemagne.

79 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 230.

80 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 181 et 183.

81 Arch. Gén. C IV, 2). La déconfessionnalisation de l’enseignement ne fut achevée dans la région de Cologne et d’Aix-la-Chapelle qu’en avril 1939.

82 Lettres annuelles, 1947-1949, p. 102.

83 Il ne s’agissait pas de religieuses, mais de laïques.

84 Arch. Gén. C IV, 2). Lettre du 7 janvier 1938.

85 Id. Lettre du 19 juin 1938.

86 Arch. Prov. Allemagne. Notice de la Mère Werhahn, p. 7-8.

87 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 125.

88 Souvenirs de Barbara Walterskeichen.

89 Arch. Gén. C IV 2) Vienne. La Mère Maria Mayr et la Mère zu Salm Salm se rendirent à plusieurs reprises à Vienne pour conférer avec la vicaire, le téléphone et la poste étant surveillés (Lettres annuelles, 1961-1963, p. 137).

90 Souvenirs B. Walterskeichen.

91 « Rattachement » ou « réunion » sont des termes qui donnent le sens d’Anschluss.

92 Souvenirs B. Walterskeichen.

93 Arch. Gén. C IV 2) Graz. La supérieure de Saint Adelheid écrivit à Rome : « Que de changements pour nos maisons d’Autriche… »

94 M. Benziger, op. cit., p. 8. Ce n’est qu’en 1939 que les clochers des églises durent, en Allemagne, arborer le drapeau nazi.

95 La Mère zu Salm Salm lui avait fait reconnaître ce statut en 1929. Les diplômes d’une Deutsche Auslandsschule étaient reconnus en Allemagne.

96 M. Benziger, op. cit., p. 10. « C’est le plus beau jour de ma vie », dit-il. « J’ai fait tomber Riedenburg. »

97 Elles furent aidées par les membres des congrégations mariales. Le cardinal Innitzer avait demandé aux fidèles d’apporter des secours aux religieuses privées de leurs revenus.

98 J.M. Mayeur, Ch. Pietri, A. Vauchez, M. Venard, Histoire du Christianisme, t. 12, Paris, 1990, p. 39-40.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540