Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Deuxième partie : L'internationalisation de la Société du Sacré-Cœur 1909-1957

Chapitre II : La Grande Guerre des Religieuses du Sacré-Cœur

Texte intégral

  • 1 L’alliance franco-russe fut signée en 1893.

1L’Europe n’avait pas connu de guerre générale depuis 1815 et les conflits qui depuis l’avaient ensanglantée avaient pu être circonscrits dans l’espace et dans le temps. La prépondérance de l’Allemagne, consacrée en 1870, avait été reconnue par l’Autriche et la Russie, mais il avait fallu le génie de Bismarck pour « faire marcher entre les éléphants apprivoisés, l’allemand et l’autrichien, l’impétueux éléphant russe. » Le pacte « des trois empereurs », destiné à isoler la France, ne prenait pas en compte les intérêts ou les prétentions de l’Autriche et de la Russie dans les Balkans. Dans les décennies suivantes, les gains de l’Autriche dans le sud des Balkans avaient poussé la Russie à accepter les ouvertures de la diplomatie française1. Avec l’accession au pouvoir de Guillaume II, l’Allemagne amorça une politique mondiale suffisamment menaçante pour engager des pays européens à la neutralité ou pour inciter la France, la Grande-Bretagne et la Russie, à constituer, face au bloc de la Triplice, qui comprenait désormais l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie, celui de la Triple Entente.

1. Des prodromes de l’affrontement aux jours sombres de l’été de 1914

2Plus que jamais les ambitions rivales pouvaient engendrer des crises. En 1912, après la constitution de la ligue balkanique, la Mère de Montalembert, qui craignait un affrontement entre Russes et Autrichiens en Galicie, fit renvoyer le pensionnat de Zbylitowska Gora et dirigea les religieuses et les pensionnaires qui n’avaient pu rentrer chez elles à Prague et à Pressbaum où elles demeurèrent jusqu’en janvier 1913. La poussée des nationalismes dans les Balkans en faisait une poudrière, dont la dangerosité pouvait se manifester à tout moment. L’assassinat à Sarajevo, le 28 juin 1914, du prince héritier autrichien, l’archiduc François-Ferdinand, enclencha un processus qui allait aboutir à une guerre vue à la fois comme un moyen de consolider l’empire austro-hongrois menacé d’éclatement sous la pression des nationalités et comme une occasion, en réglant le sort de la Serbie, de réduire l’influence de la Russie. Alors qu’auparavant la pression de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne avait permis de localiser les conflits, en 1914, les puissances européennes acceptèrent le risque d’une guerre générale qui allait se solder par des millions de morts et qui bouleversa complètement les positions des états européens.

  • 2 M. Monahan, op. cit., p. 482.

3Le 28 juillet 1914, la déclaration de guerre de l’Autriche-Hongrie à la Serbie provoqua la mobilisation partielle puis générale en Russie, en Autriche-Hongrie et en Allemagne. L’Italie décida de rester neutre. Après la déclaration de guerre de l’Allemagne à la France le 3 août et le refus de la Belgique de laisser passer les troupes allemandes sur son territoire, la neutralité belge fut violée et la Grande-Bretagne s’engagea à son tour dans le conflit. D’Ixelles, la Mère Stuart écrivit alors : « Quel réconfort de savoir que l’Empire entier combat à l’unisson pour une noble cause ! Il faut la réalité pour réveiller le lion britannique, mais quel jeune lion valeureux que la Belgique pour qui nous luttons2 ! » Les combats allaient se dérouler simultanément à l’est et à l’ouest de l’Europe.

  • 3 Arch. Gén. C IV 2). L’ambulance semble avoir été retirée dans l’été de 1916. L’« autre école » y f (...)

4La Galicie fut l’un des pivots des opérations militaires sur le front oriental. Après avoir repoussé les armées austro-hongroises, les Russes en occupèrent la partie orientale. Lemberg, au printemps de 1915, fut reprise par les troupes des empires centraux, puis, en 1918, par les Polonais. Dès le début de la guerre, la maison du Sacré-Cœur devint un hôpital militaire, occupé successivement par les uns et les autres et dans lequel des religieuses donnèrent des soins à des blessés hongrois, russes, cosaques, tatares et persans. Les religieuses parvinrent au fil des mois à organiser des retraites pour les Anciennes, à préparer les enfants à la première communion, à accueillir les familles des blessés. Elles réouvrirent l’externat, puis le pensionnat. La maison de Zbylitowska Gora, occupée par les Russes le 13 novembre 1914, fut endommagée par la canonnade autrichienne. Ses religieuses furent dispersées entre Vienne et Pleszow, un petit château situé près de Cracovie. Après la reprise de la Galicie par les Autrichiens, on y rétablit, comme à Lemberg, le pensionnat et l’école qui fonctionnèrent jusqu’à la fin de la guerre. En Styrie, Graz accueillit une ambulance et céda des salles à des écoles publiques3.

  • 4 Arch. dép. Moselle, 29 J 599, Gouvernement der Festung Metz Sekt Ivb Nr 25 M Metz den 2. August 19 (...)
  • 5 Id. Lettre du 2 août 1914.
  • 6 Arch. Gén. C I 7d, box 4.

5En Lorraine, le gouverneur militaire de Metz demanda aux religieuses de servir d’aide soignantes4. La supérieure de Montigny, la Mère Fromherz, refusa parce qu’« ayant clôture, les membres de [sa] communauté ne [pouvaient] pas remplir les fonctions de garde-malades en dehors de la maison »5, mais elle accepta l’installation d’une ambulance qui y fut tenue par les Sœurs de Charité. Les religieuses allemandes y prirent part jusqu’en novembre 1916 où elles quittèrent Montigny. En août 1914, les Françaises furent expulsées de Montigny. Les plus âgées et les infirmes allèrent à Riedenburg, les autres, ainsi que les religieuses de Kienzheim, ne trouvant pas de place dans une vicairie d’Autriche surpeuplée, furent envoyées en Hollande et au nord de l’Italie6.

  • 7 Arch. Prov. Belgique-Nederland. Notes sur les maisons du Sacré-Cœur.
  • 8 Elle avait été vicaire de Lyon et de Bretagne.
  • 9 Arch. Gén. C I 7d, box 4 et Arch. Prov. Belgique-Nederland. Notes sur les maisons du Sacré-Cœur.

6L’état-major allemand qui souhaitait en finir rapidement avec l’armée française avait décidé de la surprendre en passant par le nord. Des combats acharnés se déroulèrent en Belgique. Liège tomba le 15 août 1914 et Bruxelles fut occupée le 20 août. À cause de la rapidité de la « course à la mer », l’ensemble de la Belgique devint zone de combat. Le recours à l’aviation de reconnaissance et de combat affola les populations. Les maisons de Belgique furent réquisitionnées. À la Ramée, « un général allemand refusa de loger au Bouloy, le trouvant indigne de son grade, mais des officiers s’en contentèrent7. » Flône avait été décrétée « maison de malades », ce qui la mit à l’abri d’un logement de troupes et valut à ses habitantes une paix relative. La colline de Bois-l’Evêque, exposée aux tirs de l’artillerie allemande, était intenable. Dès le début des combats, on fit partir les plus âgées, les infirmes et les plus jeunes des religieuses. Après la chute de la ville, le reste de la communauté, à l’exception de la supérieure et de quelques gardiennes, se réfugia chez des particuliers puis gagna Ixelles. Tournai fut aussi victime des combats. Montées à l’étage supérieur de la maison pour voir d’où venait le danger, la supérieure, la Mère Adrienne Buhet8, et la Mère Madeleine de Brolac furent tuées par balles. Wetteren, sur l’Escaut, était un enjeu pour les deux camps. Les Religieuses du Sacré-Cœur y accueillirent des soldats belges et français. Les « Prussiens », précédés par des otages pris dans les bourgs voisins, entrèrent dans la ville le 4 septembre. Après le bombardement et l’incendie partiel de la ville, les religieuses partirent par petits groupes, sous une pluie de balles, vers Ostende9, qui apparaissait comme un refuge possible, le roi Albert 1er de Belgique ayant réussi à se maintenir dans la région d’Ypres. Ce fut du reste vers cette maison que convergèrent peu à peu les religieuses et la vicaire de Belgique. Ostende fut prise à son tour.

  • 10 Id.

7Anvers était un lieu stratégique puisque le port commandait les relations dans la mer du Nord. La maison du Sacré-Cœur avait reçu une ambulance, qui occupait une trentaine de religieuses. À l’annonce d’un possible bombardement du port par les Allemands, l’ambulance fut évacuée. Les religieuses s’attardèrent pour mettre de l’ordre dans les locaux, sans vraiment s’attendre au pire. Le bombardement se déclencha le 6 septembre, et après une nuit d’angoisse, elles finirent par quitter la maison, affamées et sans provisions, munies d’une valise ou d’un baluchon pour s’apercevoir qu’il n’y avait plus de train et qu’il fallait gagner la Hollande à pied : « Nous étions dans un état de souffrance que Dieu seul a su. Nous tâchions d’être gaies pour nous soutenir mutuellement », écrivirent-elles par la suite. Après diverses péripéties, elles parvinrent à la frontière et gagnèrent La Haye dans des wagons à bestiaux. D’autres utilisèrent un chaland qui n’avançait qu’à marée descendante mais elles ne payèrent pas leur transport, les bateliers prenant à leur bord tous ceux qui se présentaient. Ces voyages se déroulèrent, au milieu d’une cohue indescriptible et dans une ambiance dantesque car « les dépôts de pétrole avaient été vidés par précaution pour éviter une explosion et leur contenu déversé dans l’Escaut. Une forte couche de pétrole surnageant rendait l’eau inutilisable même au nettoyage. Les bombes survolaient nos bateaux10. »

  • 11 Vie de la T.R.M. de Loë, p. 333. Le voyage des Italiennes se déroula dans des trains bondés de sol (...)
  • 12 Dans sa circulaire du 10 août 1914, la Mère Stuart avait écrit : « Pour nous à la maison-mère, le (...)
  • 13 M. Monahan, op. cit., p. 483, p. 485.
  • 14 Id. p. 486.

8Le sort de la Maison Mère était préoccupant, à cause de la nationalité de la supérieure et des assistantes générales et de la présence de vingt-quatre probanistes venues de tous les points du globe. La Mère Stuart qui était rentrée de son tour du monde le 9 juillet 1914 fit partir les nouvelles professes anglaises et américaines avant que la route d’Ostende ne fût coupée. Les autres rentrèrent par la suite dans leurs pays11 et firent savoir que la Maison Mère était totalement isolée, même du reste de la Belgique12. Ixelles ne fut pas occupée, mais comme l’écrivit la Mère Stuart, « nous ignorons tout, sauf que Dieu dirige les événements et décide qu’ils aillent « jusque-là et pas plus loin », comme il lui plaît. Aucune leçon ne pourrait mieux nous enseigner le détachement et la confiance en Dieu13. » Pour envoyer des messages, elle essaya d’obtenir l’aide des légations des États-Unis et d’Espagne, qui étaient neutres, sans succès. Le 24 août, elle put, grâce au gouvernement militaire allemand de Bruxelles, faire savoir à Vienne que les maisons de Belgique étaient intactes14. Elle avait quelques échos des mouvements de troupes grâce à des amis qui lui fournissaient les informations qu’ils pouvaient glaner et à la famille de la Mère Nerincx, dont l’un des frères était vice-président de la Chambre des députés.

9Cet isolement pouvait devenir préjudiciable à la Société. Arguant du précédent de 1870, on envisagea de faire partir la Mère Stuart. Grâce à la supérieure d’Ostende, le neveu d’un échevin de cette ville arriva à Ixelles le 3 septembre, porteur de lettres venues de Londres qui pressaient la Mère Stuart de passer avec ses services en Angleterre, pendant qu’il était encore temps. La supérieure générale, après avoir délibéré avec ses assistantes, quitta la maison-mère avec lui le lendemain, accompagnée de la secrétaire générale et d’une sœur, sans bagages, pour ne pas attirer l’attention. « C’était pour Dieu et pour la Société », écrivit-elle plus tard. Elle partit sans passeport, mais on pensait que sa nationalité lui permettrait de s’embarquer. La Mère Stuart atteignit Roehampton le 5 septembre. Elle y retrouva les supérieures d’Égypte, d’Australie, du Japon, des États-Unis et du Canada qui étaient bloquées en Angleterre. L’état de santé de la supérieure générale se détériora rapidement et, après deux opérations chirurgicales qui échouèrent, elle mourut le 21 octobre 1914. Le généralat de la Mère Stuart, dont on avait beaucoup attendu, s’achevait brusquement.

  • 15 Elle avait pris une part active aux rencontres qui avaient abouti à la béatification de la Mère Ba (...)

10Les assistantes générales restées à Ixelles, qui n’avaient reçu des nouvelles de la Mère Stuart que grâce à des messagers, apprirent la dégradation de son état le 20 octobre par un télégramme de Blumenthal. Deux jours plus tard, une dépêche de la Haye, qui avait transité par Cologne, annonça son décès. La supérieure de Blumenthal, la Mère Becker, se chargea de prévenir la Mère von Loë qu’elle avait été nommée vicaire générale. Ce choix s’était sans doute imposé parce que Marie von Loë, qui était vicaire d’Italie et qui résidait à Rome depuis un quart de siècle, était incontestablement une personnalité importante dans la Société du Sacré-Cœur15. En la circonstance, sa nationalité s’avéra utile. Si son voyage depuis Venise fut difficile, car en Autriche et en Allemagne, les trains étant réservés aux troupes, il fallait subir de longs et fréquents arrêts, la Mère von Loë, qui était Allemande, put parvenir en Hollande, sans se heurter à des obstacles trop graves, alors que la Mère de Montalembert avait eu beaucoup de mal à obtenir un passeport pour la rejoindre. Elles partirent pour la Belgique en compagnie de la Mère Le Baïl, qui était rentrée d’Angleterre.

  • 16 Vie de la R.M. Borget, p. 276.

11À Ixelles, la vie était intenable. Le téléphone était coupé et la censure rendait difficiles les correspondances. Rapidement, la vicaire générale décida de retourner à Blumenthal, en pays neutre. Elle partit avec deux des assistantes générales, les Mères de Lavigerie et de Montalembert, et avec la secrétaire générale. La Mère Borget resta en Belgique avec la Mère Nerincx à qui son état de santé ne permettait pas de voyager. Cette décision fut dure à supporter comme l’écrivit la Mère Borget qui avait proposé de rester à Ixelles avec la Mère Nerincx : « Impossible de la laisser seule ! Mon âge me désignait pour rester à Ixelles ; mais c’est un sacrifice, car nous avons besoin d’être ensemble16. »

  • 17 Vie de la R.M. de Montalembert, p. 427-428.
  • 18 La Mère Nerincx, qui n’avait pas pu quitter Ixelles pour raisons de santé, fut déchargée de son as (...)

12Encore fallait-il savoir où organiser la congrégation générale. Dans l’impossibilité de la réunir dans un pays en guerre ou en Hollande, trop proche des zones de combat, la Mère von Loë en fixa la convocation à Rome, le 18 février 1915. Elle-même partit pour l’Italie le 5 février 1915 avec une religieuse et une sœur allemandes et elle gagna Rome, sans encombres, par l’Allemagne et la Suisse. Tel ne fut pas le sort des assistantes générales et des vicaires des pays belligérants qui durent voyager par mer alors que la guerre sous-marine commençait. Les Mères de Lavigerie, de Montalembert et Le Baïl finirent, après diverses péripéties et être passées par l’Angleterre, par traverser la France et l’Italie « au prix de fatigues et de privations sans nombre17. » La Mère Borget, par l’Allemagne et la Suisse, eut un voyage plus paisible mais qui dura plus de quatre jours18.

  • 19 La Mère Marguerite Benzinger a écrit dans ses mémoires (Austria nazified, 1938-1946), qu’en France (...)
  • 20 Lettres circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 14.
  • 21 À partir de la déclaration de guerre de l’Italie à l’Autriche en mai 1915, les probanistes autrich (...)
  • 22 Lettres circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 67, 12 décembre 1918.

13Le 22 février 1915, la Mère von Loë fut élue supérieure générale dès le premier tour, mais à une courte majorité19. Comme l’écrivit à la Société du Sacré-Cœur la doyenne des assistantes générales, la Mère Borget, « pour la première fois cette élection n’a pas pu avoir lieu à la maison-mère comme jusqu’ici, les événements ne permettant pas de s’y réunir ; mais c’est à l’ombre de Saint Pierre, sous les yeux de notre très saint Père que s’est fait ce choix20. » Dans l’impossibilité de retourner en Belgique, la nouvelle supérieure générale décida de se fixer à Rome où elle pouvait au moins rassembler les probanistes des pays neutres21. Elle fit usage jusqu’à la fin de la guerre des circuits diplomatiques du Vatican et put obtenir des informations sur l’état des maisons du Sacré-Cœur par l’intermédiaire des nonciatures22.

  • 23 Arch. Gén. C I C3, box 13.
  • 24 Lettres circulaires de la T.R.M. de Loë, 16 juillet 1919, p. 74-75.

14L’assemblée aborda la question du transfert de la maison-mère à Rome23. Certaines des objections concernant la difficulté de rassembler à Rome la probation, le noviciat général et le juvénat supérieur furent rapidement balayées car Rome n’était pas plus difficile d’accès que d’autres villes européennes et la ville offrait la possibilité de secours spirituels en toutes langues. Le climat y était certes chaud en été, mais la malaria en avait été éradiquée et « quel climat n’offrait aucun côté pénible à la nature ? » En revanche d’autres inconvénients, plus intéressants, furent évoqués. On se demanda tout d’abord si placée près de « la première autorité de l’Église », la supérieure générale serait libre on non dans son gouvernement. Cette remarque ne parut pas sérieuse à la Mère von Loë qui rétorqua que « Rome respecte plus qu’aucun évêque du monde des constitutions approuvées par le Saint-Siège et [que] la Mère générale ne gouverne jamais qu’en conformité avec les Constitutions ». Surtout, « ne devait-elle pas plus que d’autres chercher à entrer dans les vues du Souverain Pontife et chercher lumière et force près du vicaire de Jésus-Christ ? » Une autre objection concernait le rôle que la France avait jusqu’alors tenu dans la congrégation : « Dans la mesure où jusqu’aux expulsions les vocations et les ressources pécuniaires étaient principalement venues de France, n’y avait-il pas risque à fixer la maison-mère à Rome ? » La Mère von Loë dissocia les deux éléments et, tout en estimant qu’« aucune nation n’avait surpassé la France en générosité », elle demanda si « un ordre religieux [devait] craindre la pauvreté ou le bien-être ». La dernière objection concernait les garanties de sécurité que pouvait offrir l’Italie. La Mère von Loë reconnut qu’elle n’en donnait aucune. « Mais quel pays d’Europe pourrait en offrir ? Où semblait-on plus assuré qu’en Belgique ? La stabilité de Rome n’émane pas du gouvernement de Rome mais de la présence du Saint-Siège », conclut-elle, ce qui était politiquement hardi ! Il était clair que sa décision était prise. Ce ne fut toutefois pas avant la fin de la guerre qu’elle fit chercher une propriété susceptible de recevoir la maison-mère. En juillet 1919, elle annonça l’achat d’un immeuble situé Via Nomentana24 où la maison mère fut installée pendant plus d’un demi siècle. Il semble que la nouvelle de son transfert à Rome fut bien accueillie dans la congrégation.

2. Aspects d’une guerre de quatre ans

  • 25 Pauline Curmi, Malte, notre histoire.
  • 26 Arch. Prov. Égypte. Petite histoire de nos maisons entre 1914 et 1950.
  • 27 M. Williams, op. cit., p. 51. En 1916, elles ne parvinrent pas à faire savoir à Rome les décès qua (...)

15La vie dut s’organiser en fonction des opérations militaires et de l’extension des zones de combat. À cause de sa position stratégique en Méditerranée, Malte reçut des troupes alliées, terrestres et navales, anglaises et françaises et des blessés : « Le couvent devint un refuge pour ceux qui cherchaient amitié et aide spirituelle. Elles leur étaient volontiers données par les religieuses françaises et anglaises. Des distractions étaient fournies par les élèves sous forme de concerts. Plusieurs soldats et marins demandèrent l’instruction religieuse ou retournèrent à la foi. Il y eut des baptêmes, des premières communions, des confirmations dans la chapelle25. » En Égypte, sur laquelle la Grande Bretagne établit son protectorat le 18 décembre 1914, des affrontements étaient à craindre entre les troupes de l’Entente et de l’empire ottoman, car ce dernier s’était allié à l’Allemagne et il se déclara en état de neutralité armée. En 1916, les Turcs échouèrent dans leur attaque contre le canal de Suez dont les Anglais occupèrent la rive orientale. Quatre sœurs allemandes durent alors quitter l’Égypte. Mais l’apostolat n’y fut pas entravé et le nombre des élèves s’accrut. Bien que la traversée de la Méditerranée fût devenue aléatoire, quinze religieuses arrivèrent d’Europe, après des détours et des retards sans nombre. La maison d’Alexandrie hébergea pendant plusieurs mois les Dames de Nazareth d’Haifa. Au Caire et à Héliopolis, les Religieuses du Sacré-Cœur recevaient les soldats britanniques qui venaient pour le salut et le sermon, et elles leur offraient le thé et « quelques douceurs »26. Au Japon allié à l’Entente, les Allemandes abandonnèrent leurs charges et évitaient de parler aux élèves. Les religieuses y sentirent les effets de la censure et eurent du mal à communiquer avec Rome27.

  • 28 Celle de Brighton abrita des infirmières, non sans difficulté pour l’observance de la règle ! (Let (...)
  • 29 Life of the R.M. Thunder, p. 79.
  • 30 Arch. Gén. C I C3, b 13. Rapport de la vicaire générale, 1915.
  • 31 Id. C I 7d, box 1.
  • 32 Life of the R.M. Thunder, p. 78.
  • 33 Vie de la R.M. Symon, p. 106 : « Il fut convenu qu’il n’y aurait ni plaintes, ni récriminations. « (...)

16En Grande-Bretagne, des maisons du Sacré-Cœur furent réquisitionnées28. L’Irlande accueillit les probanistes de langue anglaise qui ne pouvaient plus aller à Rome. Après que les troupes allemandes aient opéré leur descente vers Paris, une moindre pression s’exerça sur la Belgique et certaines des cent trente-cinq religieuses de Belgique qui, depuis la Hollande, avaient été envoyées en octobre 1914 en Angleterre et en Irlande29, purent retourner à Anvers, à Wetteren et à Strée, mais pas à Ostende30, trop proche de la France où les combats furent acharnés et indécis en 1915 et 1916. Fontaine-l’Evêque, Strée et Tournai furent fermées en 1916 et 191731. En 1917 et 1918, les raids aériens devenus progressivement quotidiens sur Londres furent source d’anxiété en Angleterre32. En 1918, Bois-l’Evêque devint un hôpital militaire et les religieuses durent abandonner une partie de l’aile de la maison33.

  • 34 Vie de la T.R.M. de Loë, p. 372.

17L’entrée en guerre de l’Italie en mai 1915 eut des conséquences immédiates en Vénétie. Les bombardements firent des ravages à Venise, mais pas de victimes. Le vestibule de la maison fut aménagé par les autorités locales en une tranchée où les voisins venaient se réfugier le soir. Padoue dut renvoyer pensionnaires et élèves. L’offensive austro-allemande, qui rompit le front italien sur les rives du Tagliamento, aboutit à la débâcle de Caporetto le 28 octobre 1917. On se demanda s’il fallait évacuer la Vénétie. Le pape Benoît XV conseilla de « rester ferme sur le poste tant qu’un ordre formel [n’obligeait] pas à partir34. » Les Italiens étant parvenus à stabiliser le front sur la Piave à la fin de novembre 1917, la Maison Mère se contenta de diriger des religieuses de Venise vers Florence et celles de Padoue vers Montecchio, dans la province d’Arezzo. San Remo et Florence reçurent des ambulances et Rivoli des réfugiés.

  • 35 Id. p. 367.

18Le retournement diplomatique de l’Italie risquait d’entraver l’action de la supérieure générale. La Mère von Loë le redoutait : « Que Notre Seigneur daigne permettre que nous puissions rester à Rome » écrivit-elle. « À tant de points de vue, un départ serait regrettable35 ! ». Il était surtout inenvisageable et elle ne savait sans doute pas où s’installer. Sa nationalité était devenue source d’inquiétude. Dès 1915, la Questure avait fait le recensement des ressortissants des pays de l’Alliance qui résidaient dans la péninsule. En 1917, l’Italie décida d’interner les Allemands et les Autrichiens du Piémont, de la Ligurie et de Rome. Un premier sursis en faveur de la supérieure générale fut obtenu par l’intermédiaire d’un conseiller d’état italien. Mais en 1918, un nouvel édit ne put être tourné que grâce à l’intervention personnelle du pape. Si la Mère von Loë évita l’internement, une cinquantaine de Religieuses du Sacré-Cœur furent internées à Montecchio et à Arpino, près de Caserte. Ces séjours dans une communauté religieuse hospitalière ou près des réfugiées de Padoue ne furent pas trop lourds à supporter.

  • 36 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 64, 12 décembre 1918.
  • 37 La Mère Marie-Antoinette Kammerer, qui avait passé la guerre dans l’empire austro-hongrois, écrivi (...)
  • 38 Arch. Gén. C I 7d.
  • 39 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 64, 12 décembre 1918.

19Partout dans les pays en guerre se manifestaient contraintes et privations. L’extension du conflit et l’insécurité sur terre et sur mer empêchèrent longtemps les obédiences. Des familles se manifestèrent pour obtenir que leurs filles fussent maintenues à proximité pour compenser l’éloignement ou la perte de leurs fils. On dut prendre aussi en compte les demandes des religieuses qui avaient « cru devoir, à leur tour, exposer leurs raisons en faveur d’un changement de maison ou d’emploi36. » Pour certaines d’entre elles, vivre dans un pays en guerre avec leur pays d’origine fut une épreuve dure à supporter37. Les familles qui n’avaient pas de nouvelles de leurs filles demandaient à la Maison Mère ce qu’elles étaient devenues38. L’« espionnite » se généralisant, même les religieuses des pays neutres eurent du mal à gagner un pays en guerre. La Mère Vicente, dont un espion avait pris le nom, dut se rendre à Paris afin d’obtenir de l’ambassade d’Espagne un passeport pour passer en Italie où elle avait été nommée assistante générale. Ses compagnes, la vicaire de Sarriá et la supérieure de Barcelone, furent arrêtées à la frontière italienne et durent retourner à Lyon pour avoir des sauf-conduits. Elles ne furent sans doute pas les seules à connaître pareille mésaventure. Fait nouveau, des Religieuses du Sacré-Cœur avaient dû quitter leur couvent pour se livrer à diverses démarches. Comme le reconnut par la suite la supérieure générale, « la nécessité des temps nous a souvent obligées à nous écarter de nos usages. Il fallait se procurer des passeports, visiter les consulats, pourvoir à des besoins urgents, aller à la banque et se charger de l’approvisionnement. On avait vu des Religieuses du Sacré-Cœur circuler dans les rues, se mêler aux foules39. »

  • 40 Circulaires de la T.R.M. Stuart, p. 387.
  • 41 Id. p. 385.
  • 42 Vie de la R.M. Symon, p. 99-100.

20Partout il fallut soutenir le moral. Dès le 10 août 1914, la Mère Stuart avait écrit : « Laissez-moi dire à toutes qui ont des membres de leurs familles sous les drapeaux – et c’est la plupart d’entre nous – combien nous les recommandons à Dieu, afin qu’Il les protège dans l’accomplissement de leur devoir, ou s’ils doivent donner leur vie, qu’Il les soutienne par sa grâce et les reçoive dans sa divine miséricorde40. » Dans des communautés multinationales, il fallut, comme toujours, éviter les discussions, « tenir et servir ». Dans la même circulaire, la Mère Stuart avait écrit : « Dans tous les pays, la Société a sa part des souffrances de l’heure présente, cela doit être, notre nom en fait foi. C’est l’heure de Dieu, la grandeur des événements dépasse tellement la mesure ordinaire des affaires humaines, que nous pouvons avec d’autant plus d’assurance nous en remettre à Dieu pour le présent et pour l’avenir. Notre part est d’attirer sur le monde entier, par la prière et le renoncement, la grâce et la lumière qui conduiront toutes ces choses à la foi voulue de Lui. Chacune jettera dans la balance tout ce que le moment actuel lui offre : souffrances, inquiétudes, privations, pénitences, sûre que l’amour y donnera un poids au-delà de ce que nous pouvons mesurer41. » Les supérieures s’occupèrent de développer la vie de prière et les études. Des religieux les y aidèrent en venant donner des conférences. Il s’agissait de « rester au front de la conquête du monde pour y aider le Rédempteur du travail », comme l’avait suggéré à Bois-l’Evêque, un jésuite, le Père Pierre Charles42.

  • 43 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 25-26, 12 décembre 1915.

21La Mère von Loë, dans l’une de ses premières circulaires, rappela aux religieuses que les événements devaient les conduire à développer leur vie intérieure : « Peut-être l’activité naturelle se mêlait-elle trop parfois à notre zèle. Le besoin de se tenir au courant de toutes les nouvelles, de multiplier les communications verbales et écrites l’emportait chez quelques-unes sur la tendance sérieuse au recueillement et à la vie intérieure. Les conjonctures, les indiscrétions, les commentaires souvent inexacts sont facilement la suite de cette soif de nouvelles. Par les graves événements qui nous entourent, Notre Seigneur y a mis un frein et, de sa main puissante, se plaît depuis de longs mois à entraver les communications qui semblent les plus légitimes, les projets qui ne visent cependant que sa gloire, les satisfactions de cœur qu’un temps normal met à notre portée. Heureuse l’âme religieuse qui sait entrer pleinement dans les vues crucifiantes du Divin Maître, qui concentre toutes ses aspirations sur l’unique nécessaire avec la ferme résolution d’avancer grandement l’œuvre de sa sanctification. Heureuse celle qui croit fermement en l’amour de son Dieu et voit son Cœur à travers le voile de la douleur, de l’incertitude, de l’étreinte… Prendre patience ; nous abandonner en aveugle avec tout ce qui nous est cher ; compter sur ce Cœur sacré avec une confiance que rien n’ébranle, ne sont-ce pas là les grandes leçons de l’heure présente43 ? »

22Dans les zones de combat, les pensionnats furent momentanément fermés. En revanche partout on parvint à maintenir les écoles. En Galicie et en Belgique, on continua de rassembler les Anciennes pour des retraites. L’apostolat se diversifia. À Venise, les religieuses s’occupèrent la nuit de ceux et de celles qui venaient s’abriter dans leur maison : elles leur faisaient la lecture et animaient la prière au milieu des bombes qui explosaient. Bois-l’Evêque créa au printemps de 1915 un internat pour une trentaine d’orphelines de guerre ou de sinistrées. Mais en 1917, il fallut s’en séparer, dans l’impossibilité de les nourrir. Les religieuses tentèrent aussi d’alléger le sort des prisonniers de guerre, ceux de leurs familles et ceux du voisinage. En mai 1917, l’offensive allemande poussa en Belgique des réfugiés du nord et de l’est de la France dont les villages avaient été dévastés. Ils furent accueillis à Strée. Des paysans, dont les chaumières avaient été incendiées, vinrent se réfugier avec leurs familles et leur bétail à Lemberg.

  • 44 Lettres circulaires, 1932-1937.

23Beaucoup de religieuses firent preuve d’une incontestable bravoure. On ne prendra que l’exemple de la Mère de la Sauzaie qui était assistante à Lemberg : « Lorsque les bombes pleuvaient sur la maison, provoquant des commencements d’incendie, c’était elle qui portait secours au péril de sa vie. Comme de droit, elle était partout où les autres ne pouvaient ou ne devaient pas aller. Par sa prompte décision, son calme parfait, ses interventions spontanées et ingénieuses, elle sut sortir des plus graves embarras. Et il y en eut beaucoup avec les continuels changements des « patrons » de l’ambulance. Ceux-ci, fussent-ils Russes, Autrichiens ou autres, devenaient des pourvoyeurs, même des protecteurs aux heures de danger44. » D’autres activités, qui mêlaient charité et patriotisme, auraient pu être lourdes de conséquences pour celles qui s’y livraient. Les « Aiglons » polonais, des enfants-soldats âgés de dix à dix-neuf ans, trouvèrent bon accueil à Lemberg : « Exténués de fatigues, de veilles et de combats, ployant sous le faix de carabines trop lourdes, ils venaient confiants. La Mère de Sauzaie les accueillait à bras ouverts : feu, vêtements, nourriture, cachette même, tout était offert à ces enfants qui couraient intrépides au danger, comme des vétérans de la guerre. Aux accents de leur chant devenu si populaire en Pologne, elle était toujours profondément émue. » Elle reçut après la guerre la Légion d’Honneur, décoration qui à l’époque n’était guère donnée à des femmes, à moins qu’elles aient fait preuve d’un courage touchant à l’héroïsme. Bois-l’Evêque fut une plaque tournante pour ceux et celles qui avaient besoin de passeports pour se rendre en Hollande et Anvers reçut des patriotes qui cherchaient à passer en Angleterre.

  • 45 Vie de la R.M. Symon, p. 102-105.
  • 46 Id. p. 105 et Odile Biolley, Une âme d’élite, Mère Hélène de Burlet, p. 63. Dans la prison d’Anver (...)
  • 47 Arch. Gén. CI 7 d, box 4. La Mère de Burlet reçut la croix de chevalier de l’Ordre de Léopold.

24Lorsqu’en 1917 les autorités allemandes, libérées de leur front oriental par la révolution russe puis par la défection de la Roumanie et galvanisées par les échecs des percées françaises en Artois et en Picardie, décidèrent de pousser leur avantage à l’ouest, elles sévirent contre ceux qui entravaient leur action. La Mère Adèle Symon, qui avait aidé de jeunes Belges et des officiers français et anglais à rejoindre le front, fut arrêtée le 1er septembre 1917. Elle fut libérée après quarante-sept jours de détention45. À la suite d’une dénonciation, la police allemande apprit que la maison d’Anvers avait hébergé des fuyards. La Mère Hélène de Burlet fut arrêtée le 10 septembre 1917 et mise au secret. Au cours des interrogatoires, elle comprit qu’elle était accusée d’avoir agi en concertation avec les jésuites, d’être « un instrument occulte » du cardinal Mercier et de se servir de son influence sur les « jeunes dames » pour faire de la maison d’Anvers un foyer de patriotisme et un centre de résistance à l’occupant. Elle passa en conseil de guerre le 6 avril 1918 et fut condamnée à deux ans et demi de travaux forcés pour trahison. Alors que Ludendorff lançait une « grande bataille de France » qui ne fut pas décisive, sa peine fut commuée en emprisonnement, ce qui lui évita un transfert en Allemagne. Après l’offensive des troupes de l’Entente, renforcées par celles des États-Unis sous le commandement du général Foch, la situation militaire se renversa. En septembre 1918, prévoyant l’issue de la guerre, les Allemands adoucirent les conditions de détention des prisonniers politiques. La Mère de Burlet fut transférée le 10 octobre dans un hôpital militaire et libérée le 23 octobre 1918 : sa longue détention laissa des traces sur sa santé. Le cardinal Gasparri et le nonce de Belgique étaient intervenus en faveur des deux religieuses46. Après la victoire, la Belgique reconnut les services que des Religieuses du Sacré-Cœur avaient rendus pendant la guerre : trente-six furent citées ou décorées47.

  • 48 Arch. Prov. Égypte. En Égypte, « le ravitaillement devint extrêmement difficile, certaines choses (...)
  • 49 Lettres annuelles, 1917-1919, 1ère partie.
  • 50 Arch. Gén. C I A7d, box 4.
  • 51 Vie de la R.M. Symon, p. 101. La Mère Symon en fit usage en faveur des prisonniers de guerre et or (...)

25Les conditions matérielles étaient partout sujet d’inquiétude. L’économat général, qui n’avait pas les moyens d’aider les communautés en difficulté, dès le début de la guerre, avait demandé de réduire au maximum les dépenses alors que beaucoup de maisons devaient héberger des réfugiées. La guerre se prolongeant, toutes les maisons souffrirent plus ou moins de la disparition des produits de première nécessité48. En Belgique, la situation se détériora fortement dans les dernières années de la guerre. À Strée, « le rationnement, bien organisé pourtant, fonctionnait mal et ne fournissait pas grand-chose : la ration de pain était insuffisante ; la plus grande difficulté venait de ce que l’autorité allemande défendait de porter les vivres d’une commune à l’autre, et même de les vendre sur place. La misère était extrême autour de nous et vint un temps où nous ne pûmes continuer à donner la soupe et le morceau de pain que des malheureux imploraient à genoux. Leur faim était si grande qu’ils refusaient le sou qu’on leur tendait, car ils ne trouvaient plus rien à acheter. Dans ce pays de charbonnages, la houille manquait, faute de trains et de chevaux pour la transporter. Comme toujours, la misère et le manque de travail excitèrent les passions mauvaises, des bandes de voleurs ont, pendant trois mois, pillé le pays pour se procurer des aliments : notre jardin potager a été dévasté avant qu’on ait pu rentrer les légumes d’hiver, tandis qu’au bas de notre parc, ces troupes hardies venaient couper les épis à des meules de blé appartenant aux fermiers49. » À Anvers, pour éviter que les petits pains destinés aux enfants ne fissent l’objet d’un « marché noir », le comité des écoles catholiques exigeait que les élèves les mangent séance tenante. Dans les communautés, les portions étaient comptées : « De temps en temps, une affiche ou un billet au réfectoire avertit et prie chacune de ne prendre que deux pommes de terre, une grosse et une petite : les grosses ne le sont guère et les autres sont toutes petites ». Les rations en produits de première nécessité étaient réduites. « Nous nous réjouissons de vivre en vrais pauvres et les petites privations nous font dire : merci, mon Dieu ! Mais les sollicitudes de nos Mères et Sœurs pourvoyeuses grandissent tous les jours. » Les communautés les moins mal loties partageaient avec les autres et les dons en nature étaient devenus des cadeaux de valeur. Les économes parvinrent parfois à s’entendre avec des paysans et avec des congrégations religieuses dotées d’exploitations agricoles. Se vêtir devint encore plus difficile. Les étoffes étaient introuvables. Dans l’hiver de 1917-1918, la laine des matelas, puis les matelas eux-mêmes furent réquisitionnés. « Nous dormons sur des « matelas de guerre », minces comme des galettes, qui se retournent aussi aisément qu’une omelette ; les uns sont en crin, beaucoup d’autres en paille d’avoine ou en foin. Il y eut même en ville une affiche ordonnant de ne plus y employer ces denrées devenues trop rares, et de les confectionner en papier coupé ! Mais c’est aussi une chose rarissime50. » Les Belges, au fur et à mesure de leur libération, purent disposer des approvisionnements venus de l’Amérique du Nord et du Sud. Le Sacré-Cœur disposa aussi de secours venus des maisons d’Amérique et put en faire profiter ceux et celles avec qui il était en relation51.

  • 52 Souvenir de la Mère Maria von Jordis, Arch. Gén. C IV OSU, Budapest, mémoires.

26La vie fut tout aussi pénible en Europe centrale. À la fin de 1914, les pays de l’Entente, à défaut de vaincre les empires centraux sur le terrain, décidèrent de les asphyxier économiquement et d’empêcher les neutres de les ravitailler. À Prague, la famine sévit dès 1915. À Riedenburg, les novices allaient cueillir des herbes pour nourrir la communauté et les pensionnaires. On finit par se contenter de betteraves fourragères et d’avoine qu’on allait moudre dans une machine à moudre le café52. En 1916, le rationnement devint très sévère. À Prague, écrivit la Mère Deydier, « nos pauvres sœurs avaient un énorme travail pour arriver à soustraire en les changeant de place nos provisions au regard des inspecteurs et cela sans la nourriture suffisante pour soutenir leurs forces. » La misère, aggravée par l’échec des offensives militaires, attisa l’agitation dans les villes. L’effondrement de la Russie en 1917 et la paix de Brest-Litovsk permirent aux empires centraux d’occuper l’Ukraine dont les matières premières, le bétail et le blé, étaient indispensables au ravitaillement de leur économie et de leur population. En février 1918, les Ukrainiens de Galicie orientale reçurent l’autonomie en échange de livraisons de céréales.

  • 53 Lettres annuelles, 1940-1945, p. 41.
  • 54 Tém. M. von Jordis.
  • 55 Lettres annuelles, supp. 1961-1963, p. 135-136..
  • 56 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 125 et sq.

27Dans les communautés d’Autriche et de Hongrie, la tuberculose fit des ravages. À Prague, dix-sept religieuses moururent, dont certaines de faim53. Comme la population urbaine affamée commençait à se livrer à des pillages, à Riedenburg, la vicaire fit murer les vases sacrés dans une cave. La situation ne se rétablit pas après l’armistice. À Pressbaum, en 1919, les religieuses allaient chercher des bûches dans la forêt et les sciaient dans la cour. On ne chauffait que quelques salles du pensionnat pendant quelques heures et pas du tout celles qui étaient utilisées par la communauté. Au cours de l’été de 1920, « un jour, la dépensière vint en pleurant dire à la Mère assistante qu’elle n’avait absolument rien pour le dîner. L’assistante envoya les sœurs ramasser des champignons dans la forêt54. » On dut fermer Graz où la disette était telle que les religieuses tombaient malades et où l’on ne pouvait pas maintenir un pensionnat55. Conséquence des conditions sanitaires précaires, la grippe « espagnole » fit des ravages. À Rome, à l’automne de 1919, une épidémie, qu’on estima causée par la contamination subie par une probaniste qui avait dû traverser des champs de bataille, dura trois mois et fit deux morts parmi les jeunes religieuses. Elle provoqua une anxiété compréhensible à la Maison Mère56.

3. Le retour en France

28La guerre provoqua un changement inattendu dans la mesure où elle permit de retourner en France. En vue de favoriser un consensus national, le ministre de l’Intérieur, Louis Malvy, avait ordonné le 1er août 1914 de ne pas procéder à l’arrestation des militants d’extrême gauche considérés comme de possibles défaitistes. Le lendemain, il suspendit les mesures prises à l’encontre des congrégations. Ce fut le président de la République, Raymond Poincaré, qui lança la formule célèbre de « l’Union sacrée ». Car, écrivit-il aux parlementaires, « le pays sera héroïquement défendu par tous ses fils, dont rien ne brisera, devant l’ennemi, l’union sacrée, et qui sont, aujourd’hui, fraternellement assemblés dans une même indignation contre l’agresseur, et dans une même foi patriotique. » L’union sacrée fut accueillie avec surprise à l’étranger. Sans renoncer à la loi de 1901, la France mettait en place une mesure d’apaisement qui eut des effets immédiats, puisque les religieux exilés en âge de porter les armes se présentèrent dans les consulats pour demander à être mobilisés. Leur conduite montra que l’on pouvait être religieux et patriote.

  • 57 Il s’agissait de la Mère Digby.
  • 58 Le pape faisait bien entendu allusion au « combat » pour le maintien de l’enseignement libre en Fr (...)
  • 59 Arch. Gén. C I C3, box 8.
  • 60 Lettres annuelles, Supp. 1940-1945, p. 102.

29Dès l’automne de 1914, les « vrais amis » de la Société lui suggérèrent de profiter des circonstances pour revenir en France, comme l’avaient déjà fait d’autres congrégations féminines. En septembre 1914, le père de deux religieuses du Sacré-Cœur signala à la Mère Stuart que des Sœurs de Charité, qui ne s’étaient pas sécularisées, avaient pu faire enregistrer leur orphelinat auprès de la préfecture du Nord et que des ursulines étaient revenues à Amiens. En octobre, l’archevêque de Paris, le cardinal Amette, écrivit qu’il n’y aurait aucun risque si des religieuses venaient s’établir par petits groupes dans des maisons particulières. Il suggérait qu’elles soignent les blessés, ce qui serait « une sauvegarde de plus ». Mais il n’était pas question d’enseigner, à moins de quitter l’habit. L’archevêque de Lyon, le cardinal Sevin, avait déjà dit le 7 juin 1914 aux religieuses de la Trinité des Monts : « Vous aussi, mes filles, faites un trou dans ce petit coin de France ; prêtez l’oreille et vous entendrez les enfants de France qui crient « revenez ! » À Lyon, vos trois maisons vous attendent, les générations que vous y avez élevées ne vous ont pas oubliées. À bientôt donc je l’espère ! La première fois que j’ai vu votre Très Révérende Mère57, j’ai failli me fâcher avec elle. Je lui disais : « Vous nous reviendrez ; mais il faut que ce soit d’abord sans bonnet. » Et ceci est ma conviction intime. J’ai plaidé ma cause auprès du saint père et je l’ai gagnée. Il m’a dit : « Ce n’est pas l’affaire du costume qui doit les arrêter. Celles qui sont nées en France doivent combattre58 sur le sol natal, batailler là où vous bataillez. » Vous voyez que j’ai gagné un puissant défenseur59. » Les jésuites poussaient dans le même sens. Dès septembre 1914, la Mère Stuart fit revenir d’Amérique du Nord une religieuse française à qui elle fit savoir qu’elle la destinait à la France dès qu’un retour serait possible60.

  • 61 Arch. Gén, C I C3, box 13.

30Les juristes consultés estimèrent qu’il fallait se hâter de reprendre pied en France, sans attendre qu’on y fût rappelé, ce qui n’avait guère de chance de se produire. Une réinstallation permettrait d’abord de s’occuper des œuvres « secondaires » de la Société, à savoir l’accompagnement des Dames Enfants de Marie et des congrégations populaires, de relancer les patronages et d’assurer aux enfants une préparation à la première communion. Mais l’objectif était bien de rouvrir des institutions, quitte à préparer les jeunes religieuses à passer les diplômes nécessaires. Mais la prudence consistait à avoir momentanément parmi le personnel des religieuses belges et de les charger des rapports avec l’extérieur, car « les hommes de loi pensent que le gouvernement n’oserait rien contre des réfugiées si jamais il s’occupait de notre retour en France. » On fit choix de Lyon pour la première tentative, puisque le cardinal Sevin souhaitait le retour de la Société dans sa ville61. Mais il ne fut pas question de renoncer à la clôture et à l’habit religieux. La décision de retourner en France passa de justesse à la congrégation générale de 1915 où elle fut approuvée par douze voix contre huit, trois autres membres l’estimant prématurée.

  • 62 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 41-42.

31Dès 1915, la Société du Sacré-Cœur se réinstalla en France. La Mère Marie Joyaut de Couesnongle, qui avait été maîtresse générale à Rennes et qui avait mission de trouver une implantation en Bretagne, arriva avec quatre autres religieuses à Paramé au printemps de 1915 sans trop savoir s’il fallait fonder à Rennes, au Mans ou à Nantes. Les Anciennes trouvèrent assez rapidement un local à Nantes. Cette première implantation dut être laissée en 1919 et finalement le Sacré-Cœur acheta la Perverie. Les fondations furent souvent provisoires, comme à Lyon où les religieuses reprirent une maison des jésuites sur la colline de Fourvière. Progressivement toutefois la congrégation retrouva des locaux qui lui avaient appartenu. Les premières activités furent modestes. À Paramé puis à Nantes, les religieuses donnèrent des cours d’instruction religieuse et d’ouvrage. Dès qu’elles furent assurées de recruter des élèves, elles ouvrirent un établissement officiellement dirigé par une directrice laïque. En septembre 1917, les vingt-quatre novices françaises quittèrent Rivoli pour Rougemont, en attendant que Marmoutier, occupé par un collège des jésuites, fût libéré62.

  • 63 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 89, audience du 8 janvier 1920.
  • 64 À Metz, le gouverneur militaire décida que les filles des officiers iraient au Sacré-Cœur. La mais (...)
  • 65 Arch. Gén. C I C3, box 13.

32En janvier 1920, onze maisons avaient été ouvertes. On avait pu aussi, comme le signala la Mère von Loë au pape Benoît XV63, « ressusciter » les trois maisons d’Alsace-Lorraine, puisque la France avait recouvré ses provinces perdues. En avril 1919, des religieuses françaises avaient réinstallé un pensionnat à Montigny64. Rouvrir des maisons en France signifiait fermer les refuges ou transformer les maisons qui avaient été consacrées partiellement ou totalement à l’accueil des religieuses et des pensionnaires françaises. Certaines d’entre elles, comme Fontaine-l’Evêque et Strée, avaient déjà été quittées pendant la guerre. Flône, Trinità, Rivoli, Leamington et Sartario furent revendues en 1919 et 192065. San Sebastian devint un pensionnat espagnol. En 1927, les maisons de France furent réparties entre les trois vicairies de Paris, de l’Est et du Midi.

4. Les lendemains de l’armistice

33Le 24 octobre 1918, les Italiens et les troupes de l’Entente, en déclenchant l’offensive alliée sur la Piave, donnèrent le coup de grâce à l’empire austro-hongrois. Les pertes furent lourdes dans les rangs des troupes impériales et royales et des signes de décomposition apparurent dans l’armée. Lorsque le 4 novembre l’armistice entra en vigueur, il n’y avait plus d’état. Sans abdiquer, l’empereur Charles 1er, qui n’avait pas pu faire admettre auparavant ses propositions de paix, avait cessé d’exercer le pouvoir. Sans combats, une « révolution de velours », le 28 octobre, fit établir à Prague une assemblée nationale destinée à donner forme à un état tchèque. À Vienne, la monarchie fut dissoute et une République d’Autriche fut instaurée le 12 novembre 1918. À Budapest, des agitations et des combats de rues aboutirent à la scission de la Hongrie et à la proclamation de la République le 16 novembre. Le gouvernement présidé par le comte Mihály Karolyi fit adopter le suffrage universel, la liberté de presse et de réunion et promit une réforme agraire.

  • 66 Id. C IV 2) Graz, visites régulières de janvier 1922 et de mai 1924.

34L’armistice signé par les Allemands à Rethondes, à l’aube du 11 novembre 1918, n’était pas la paix. La conférence des vainqueurs élabora une nouvelle carte de l’Europe. Le traité de Trianon, signé le 4 juin 1920 avec la Hongrie, replaçait ce pays qui avait obtenu sa restitution territoriale en 1867 au rang des petites nations. Celui de Saint-Germain en Laye, signé avec l’Autriche le 10 septembre 1919, reconnaissait l’indépendance des différents pays slaves qui avaient été auparavant sous la domination de l’empire. Sur ses décombres surgirent des états issus des nationalités jadis sujettes. Les pertes territoriales de l’Autriche et de la Hongrie séparèrent des centaines de milliers de familles par des frontières quasi étanches. Des routes furent coupées, des marchés économiques éclatés entre plusieurs états. La transformation politique de l’Europe centrale modifia les habitudes des familles en matière de placement des enfants dans les pensionnats du Sacré-Cœur. Celui de Graz, réouvert en 1921, en accueillit qui venaient désormais de Yougoslavie, de Hongrie et de Bulgarie66, et qui avaient fréquenté auparavant des écoles slaves, allemandes et italiennes, ce qui n’aida pas à la fusion et posa le problème des langues à enseigner.

35La Pologne fut reconstituée et une mission militaire française en traça les frontières. En avril 1920, Pilsudski, à qui le pouvoir avait été confié, engagea les hostilités contre la Russie bolchevique, en direction de l’Ukraine, et en mai occupa Kiev. Prévoyant que les Soviétiques ne resteraient pas sans réagir, les officiers de la Mission française installés à Lwow, l’ancienne Lemberg qui avait repris son nom polonais, poussèrent les Religieuses du Sacré-Cœur à quitter la ville. Elles se réfugièrent à Zbylitowska Gora. L’Armée rouge marcha sur Varsovie au cours de l’été de 1920. Sa percée sur la Vistule fut arrêtée par les Polonais, soutenus par un corps expéditionnaire français. La paix de Riga, en mars 1921, permit aux religieuses de rentrer dans leurs maisons. Le Sacré-Cœur se réinstalla en Poznanie. Comme il n’était pas possible de réoccuper la propriété de Wilda, on commença par louer une maison qui se révéla à la fois exiguë et mal située. Assez rapidement, une propriété de vaste étendue, située à Polska Wies et peu éloignée de Poznan, fut achetée par l’économat général. En 1933, grâce à une donation, une maison fut ouverte au cœur de la ville de Poznan.

  • 67 Arch. Gén. C IV 1) Prague.

36La Société du Sacré-Cœur ne put pas se maintenir en Tchécoslovaquie. La maison de Prague qui avait été, après le Kulturkampf, un refuge pour les religieuses de Poznanie avait développé ses œuvres parmi les Polonais exilés ou émigrés. À la fin du XIXe siècle, le pensionnat était peuplé par tiers de Polonaises, de Tchèques et d’Allemandes. Mais il n’avait jamais connu un vrai succès dans l’aristocratie ou la bourgeoisie locales, le Sacré-Cœur étant accusé de vouloir germaniser les élèves. Il est vrai que très rares étaient les religieuses capables de parler la langue « bohémienne », comme on disait alors, et d’avoir des relations fructueuses avec le dehors. En tout cas, la fusion des nationalités au pensionnat n’avait jamais été aisée. La vicaire avait prévu qu’en cas de victoire des Tchèques, la maison de Prague ne serait pas viable. Elle fut vendue en 1919 à l’état qui souhaitait y installer la poste et qui achemina gratuitement son mobilier jusqu’à la frontière67.

37La Révolution d’Octobre 1917 eut des prolongements en Europe centrale. Après la révolte spartakiste déclenchée par l’extrême gauche allemande à Berlin et réprimée dans le sang en janvier 1919, une République des Conseils prit le pouvoir en Hongrie le 21 mars 1919. Elle dura jusqu’au 1er août 1919 et fut ainsi la plus longue des tentatives révolutionnaires qui se déroulèrent alors. Une dictature du prolétariat fut instaurée par Bela Kun, qui avait fondé le parti communiste hongrois en 1918 puis négocié un accord avec le parti social-démocrate. Il prit pour modèle la Commune de Paris et fit preuve d’un anticléricalisme agressif. La collectivisation qu’il mena fut trop précipitée pour ne pas lui faire perdre le soutien d’une large part de la population, mécontente des confiscations et des excès policiers qui se produisirent, ainsi que des exécutions sommaires qui eurent lieu. Avec le soutien des pays de l’Entente et des représentants de ceux de l’ancienne Alliance, des unités roumaines firent leur jonction avec les troupes hongroises qui avaient fait défection ou qui ne s’étaient jamais ralliées et reprirent Budapest au début d’août. L’amiral Horthy, proclamé régent le 1er mars 1920, déclencha une « terreur blanche » et dirigea le pays jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

  • 68 Les archives générales (C IV D1 box 2, 8P. « Communisme ») contiennent des extraits du Journal du (...)

38La Société du Sacré-Cœur avait deux maisons à Budapest. La plus ancienne, qui disposait d’un pensionnat, avait été fondée en 1893. Siituée dans les faubourgs, à Durer sor, elle fut appelée après la béatification de la Mère Duchesne le Philippineum. La plus récente, créée en 1914 au cœur de la ville, le Sophianum, disposait d’une école secondaire et était destinée à rassembler les anciennes élèves. Les journaux des deux maisons et diverses correspondances68 sont révélateurs du choc subi par la population lors de la mise en place brutale de la dictature du prolétariat par Bela Kun, dont Lénine lui-même estima qu’il manquait du « sens des masses ». La Mère Marie-Anne von Schaffgotsch, qui était la supérieure de Durer sor, dans une lettre de quatorze pages commencée le 16 mai, et dont elle ignorait si elle pourrait jamais la faire parvenir à Rome, chercha à éclairer la Maison Mère sur la réalité d’un régime inédit et fournit, avec exemples à l’appui, une remarquable description d’un pays et d’une société placés sous un système totalitaire de type communiste. Ce document qui décrivait les rouages de la censure et de la surveillance quotidienne mises en œuvre pour dominer la population, ainsi que les divers modes de réorganisation sur le plan économique, social et religieux de la Hongrie en un pays « communisé », pour reprendre l’expression dont elle usa habituellement, montre que les Religieuses du Sacré-Cœur étaient remarquablement informées. Il est vrai que la Mère von Schaffgotsch, une Allemande qui avait été vicaire d’Autriche, avait été envoyée à Budapest dès la fondation. Elle avait su entrer dans la manière de penser, de juger et d’agir d’un pays qu’elle connaissait bien et qu’elle aimait.

  • 69 Bela Kun était le fils d’un employé d’origine juive. Le fait qu’il fut le fondateur du parti commu (...)
  • 70 Arch. Gén. C IV 1) Budapest, box 8 P.

39Les Hongrois, affaiblis par la défaite et mis au pas par la police, avaient peu réagi face au progrès du totalitarisme : « C’est le temps des grandes souffrances, de beaux dévouements, expliqua la Mère von Schaffgotsch, mais aussi de nombreuses délations et de viles lâchetés, d’illusions fatales aussi, car le communisme est une utopie qui trompe facilement certains esprits. Le grand nombre des gens fatigués par la guerre, déçus par son issue, sont tombés dans une léthargie mortelle, l’espionnage est à l’ordre du jour, la justice terrifiante ; aussi il n’y a pour ainsi dire pas de réaction, ou bien elle est aussitôt réprimée. Toutefois personne n’est content, pas même les ouvriers. Nous sommes à la merci de quelques centaines de fanatiques bolcheviques et… juifs69 qui ont le pouvoir et le soutiennent au moyen de la garde rouge qui seule dispose des armes. La délivrance ne viendra jamais de l’intérieur, où l’on ne peut pas s’organiser. On dit que l’Entente, intéressée à ne pas voir s’étendre le communisme, va venir occuper le pays et nous placer sous une dictature étrangère. Est-ce vrai ? Et quand cela se fera-t-il ? Ce serait le seul moyen d’assainir la situation. Mais d’ici là chaque jour est marqué par des ruines… Je me désole surtout du mal fait aux âmes d’enfants qu’on pervertit à dessein. Celui-là est irréparable. » Le journal de Durer sor évoque pour sa part le « régime de terreur » qui s’était abattu sur la Hongrie : « Personne n’est sûre de son semblable. Personne ne sait si, dans la minute suivante, il ne sera pas dénoncé et enfermé ; par suite chacun se méfie de son voisin70. »

40La liquidation des établissements religieux sécularisés par l’une des premières ordonnances du régime avait été confiée à des prêtres ou à des religieux défroqués. Ils cherchèrent tout d’abord à obtenir la sécularisation des religieuses. À la demande des parents, le Sacré-Cœur ferma le pensionnat. La supérieure du Sophianum, la Mère Leonilda von Zaufal, dispersa en partie sa communauté. Les religieuses qui n’étaient pas hongroises furent envoyées à Vienne. À la mi-mars 1919, la supérieure et l’assistante partirent, avec un certain nombre de sœurs hongroises, pour Kàm, une zone rurale située près de la frontière autrichienne qui disposait d’un bon « comitat » et elles se séparèrent en deux groupes installés dans un moulin appartenant au frère de l’une des sœurs et dans une maison qu’on leur avait prêtée. Elles avaient entre elles des contacts périodiques. Par un mauvais calcul, des religieuses de chœur allemandes et autrichiennes y furent envoyées, alors que les Hongroises, qui n’avaient aucune chance d’obtenir un passeport, avaient été laissées à Budapest. Elles y étaient plus exposées qu’à la campagne, où elles auraient pu franchir, si nécessaire, clandestinement la frontière.

41Au Sophianum, dont le directeur et les membres de l’administration étaient des laïcs, on put continuer l’enseignement plus longtemps qu’à Durer Sor. Mais le ministère y affecta une enseignante juive et commença à mettre en place le système prévu pour les établissements scolaires. Un « directorat » composé des professeurs contrôlait le directeur. Un ou deux élèves « de confiance », pris dans chaque classe, formaient un « directorat des élèves » chargé de surveiller les enseignants et de discuter des intérêts et des droits des élèves. Une directrice protestante fut placée à la tête du Sophianum et le personnel enseignant épuré. Redoutant le pillage de la maison, la Mère von Schaffgotsch décida d’en retirer les religieuses, n’y laissant que l’économe, la Mère Bisch, une Française, une sœur et des domestiques dont on était sûr de la fidélité. Pour éviter que des groupes trop nombreux n’éveillent l’attention, les religieuses furent hébergées par leurs familles ou des amis de la Société. La Mère von Schaffgotsch s’installa à Durer sor, où les autorités avaient placé une quinzaine d’enfants issus de familles prolétaires et une économe dont on pensait qu’elle avait pour mission principale de mettre la maison en coupe réglée.

  • 71 Arch. Gén. C IV D1. Journal de Durer sor. Le 3 mai 1919, la mesure fut appliquée au Sophianum (p.  (...)
  • 72 Id. Mois d’avril, p. 59-60 : « Nous partîmes en voiture complètement fermée, emportant avec nous e (...)

42L’officier qui présidait la Mission américaine mit un terme provisoire à une situation qui devenait de plus en plus précaire. Il fit valoir auprès des autorités que le Sacré-Cœur était un ordre français, ce qui était un argument obsolète depuis une dizaine d’années, que ses maisons devaient rester indemnes et que son personnel devait bénéficier de la protection due aux étrangers. Il l’obtint à condition que l’enseignement cesse dans les établissements71 et que les religieuses quittent les lieux. Les dernières sœurs hongroises furent alors envoyées dans des familles d’accueil, les deux maisons restant aux mains de trois étrangères. Finalement la Mère von Schaffgotsch, dont la mission était surtout de soutenir le moral de ses filles dispersées en ville et astreintes, comme elle le reconnaissait, à une « semi-sécularisation », s’installa en banlieue, à Pest Ujhely, dans une petite maison ouvrière, où elle était libre de les recevoir72.

  • 73 Id. Lettre du 16 mai 1919.
  • 74 Budapest reçut aussi de la nourriture en provenance des États-Unis.
  • 75 Les religieuses réfugiées en Autriche rentrèrent le 28 août 1919.

43Le salut semblait ne devoir venir que de l’extérieur. Mais en cas d’entrée de troupes étrangères, on redoutait des pillages ou un massacre, dont les étrangers seraient les premières victimes. « Mais que faire, écrivait la Mère von Schaffgotsch, tant que j’ai ici encore quatorze filles qui ne sont pas à l’abri de la tourmente ; je pense que j’ai grâce d’état pour rester avec elles et que c’est mon devoir de ne pas les quitter. » L’avenir était sombre. Soit le communisme se maintenait, et la seule solution était de faire partir les religieuses vers d’autres maisons de la Société, avec l’espoir d’éviter la confiscation à Budapest ou d’obtenir un dédommagement de l’état. Soit un nouveau régime se mettait en place et restait à savoir si la congrégation pourrait participer à son système d’éducation73. Finalement au début de juin 1919, les Religieuses du Sacré-Cœur décidèrent de faire intervenir l’ambassadeur d’Allemagne, le comte von Fürstenberg, apparenté à la Mère von Schaffgotsch. Tous les diplomates occidentaux étaient en effet désireux de faire traîner la liquidation des biens des ordres étrangers, en espérant que la situation allait se retourner contre le gouvernement de Bela Kun. Le jour de la fête du Sacré-Cœur, le 27 juin 1919, le putsch attendu se déclencha. Mais ce fut l’intervention des pays étrangers qui termina l’affaire. Le 3 août 1919, les Roumains entrèrent à Budapest. Pendant que les domestiques remettaient à leur place les meubles et les tableaux qui avaient été cachés par précaution chez des amis, des soldats roumains cherchèrent à faire de Durer sor une caserne. Finalement ils abandonnèrent les lieux, en laissant aux religieuses des conserves qui s’avérèrent très utiles74 ! La Société du Sacré-Cœur put rouvrir ses établissements en septembre 191975.

  • 76 Id. Journal du Philippineum, p. 60.
  • 77 Elle quitta le Sophianum le 26 octobre 1919 épuisée et fut envoyée en Allemagne en mars 1921.

44Si pendant la révolution de Bela Kun, les supérieures vivant en Hongrie n’avaient guère eu de contacts avec Vienne et Rome, elles avaient pu recevoir quelques rares messages, qui leur transmettaient toujours le même conseil : être prudentes et ne pas s’exposer, les bâtiments n’étant rien en comparaison des vies. La vicaire d’Autriche, la Mère von Waldstein, écrivait à la supérieure de Durer sor : « Dites à tante Marianne, chère amie, qu’elle n’expose pas les santés ni les vies pour des avantages moins précieux : c’est ce que la tante fait dire à sa nièce76. » Les deux supérieures de Budapest, qui n’avaient pas fait les mêmes choix, avaient du moins agi pour le mieux, en faisant jouer leurs relations. Mais comme l’avait écrit le 16 mai la Mère von Schaffgotsch à la Mère von Loë : « Priez pour que votre fille indigne mais fidèle par la grâce de Dieu ne fasse pas trop de bêtises. On ne sait jamais si ce que l’on fait est vraiment bien et prudent77. »

  • 78 Arch. Gén. C III, 3) Allemagne. En 1902, la Mère Catherine de Montalembert prit contact avec son c (...)
  • 79 Id. Elle demanda à la Mère Nieuwland, la vicaire de Belgique, son avis sur la question. Celle-ci l (...)

45Pour mettre à la guerre un terme dont l’état-major ne voulait pas assumer la responsabilité, l’empereur Guillaume II avait abdiqué le 9 novembre 1918. Un régime nouveau, la République de Weimar, apparut en Allemagne et allait durer jusqu’à la prise du pouvoir par Hitler le 30 janvier 1933. Bien que le Kulturkampf n’ait plus fait sentir ses effets avant même la démission de Bismarck, le Second Reich avait été méfiant à l’égard des catholiques et des congrégations religieuses inspirées par la Compagnie de Jésus. En 1898, sentant le vent tourner, une cinquantaine d’Anciennes de Blumenthal avaient décidé d’adresser à l’empereur une supplique pour obtenir le retour du Sacré-Cœur en Allemagne. Guillaume II l’avait mise au panier, mécontent de constater que les signataires, qui avaient rédigé leur texte en allemand, avaient en la maladresse de faire suivre leurs noms de leurs titres nobiliaires exprimés en français ! Il s’était écrié : « Baronne de…, Comtesse de… » et avait poursuivi : « Pour des religieuses qui prient en français !… » Les Anciennes cherchèrent alors à faire jouer leurs relations pour gagner à leur cause les députés du parti du Centre78 et l’épiscopat allemand, avant les conférences qui les réunissaient annuellement à Fulda, mais sans succès. En 1903, le Reichstag finit par abolir la loi qui avait expulsé les jésuites. Les religieux et les religieuses pouvaient désormais vivre en Allemagne, mais ils n’avaient pas le droit d’y avoir des communautés ni d’ouvrir des établissements d’enseignement. Il n’empêche que la Mère Digby qui tenait à retourner en Allemagne au point de vouloir sacrifier Metz et Kientzheim, parce qu’elle estimait que l’existence de ces maisons était une « cause de vexation pour l’état allemand » (sic)79, décida de faire préparer des religieuses afin qu’elles puissent obtenir les diplômes exigés des enseignantes.

  • 80 Il s’agissait du français.
  • 81 Les arguments avaient été fournis par le comte von Savigny avec qui les assistantes générales avai (...)
  • 82 Arch. Gén. C III, 3) Allemagne. Rapport non signé. La Mère Stuart répugnait, et c’était à son honn (...)

46La situation avait évolué par la suite et en juin 1912 on avait suggéré à la Mère Stuart, alors en visite en Autriche, d’envoyer des religieuses à Berlin pour rencontrer Matthias Erzberger qui était l’une des personnalités marquantes du Centre, voire de rédiger un mémoire pour prouver que le Sacré-Cœur n’était pas affilié aux jésuites, que la confiance des familles allemandes qui avaient confié leurs filles au Sacré-Cœur était légitimée par le fait que la congrégation se conformait aux exigences des plans d’éducation allemands et fournissait, « à côté d’une autre langue »80, une éducation allemande et que si le Sacré-Cœur pouvait ouvrir des établissements en Allemagne, la majorité des religieuses serait de nationalité allemande81. La Mère Stuart n’avait pas poussé l’affaire, consciente qu’en Allemagne personne n’était favorable à la Société du Sacré-Cœur, ni dans le gouvernement, ni parmi les ordres religieux, ni même parmi les catholiques82. Du reste en mai 1913 le Bundesrat avait refusé d’envisager l’établissement du Sacré-Cœur en Allemagne.

  • 83 Longtemps les documents officiels conservèrent l’appellation de « Blumenthal ».
  • 84 La maison fut aidée par la famille de la Mère Werhahn et par la princesse Paz de Bavière, qui avai (...)

47Pendant la guerre de 1914-1918, les catholiques allemands s’étaient intégrés dans la nation. Comme dans les autres pays européens en guerre, ils avaient participé à la défense de leur patrie et manifesté leur patriotisme. Ce fut toutefois à la faveur du changement de régime que le Sacré-Cœur put rentrer en Allemagne. Il n’y avait plus d’Église d’état et la République de Weimar renonça à un contrôle rigoureux sur l’activité ecclésiastique. En février 1920, le Sacré-Cœur acheta, près de Bonn, la propriété de Saint Adelheid. C’est évidemment à partir de Bloemendal83, aux Pays-Bas, où le siège de la vicairie fut établi en 1921 que la fondation fut assurée. Saint Adelheid végéta à cause de la proximité de Bloemendal qui continuait d’attirer des élèves allemandes et les travaux de construction se poursuivirent pendant une partie de la décennie. En 1930, la Société du Sacré-Cœur s’installa à Munich et reprit un foyer d’étudiantes qui fut confié à la Mère Paula Werhahn. Cette dernière trouva dans un quartier proche de l’Université un autre local dont elle fit aussi un lieu d’accueil pour les Anciennes du Sacré-Cœur84.

  • 85 Arch. Gén. C IV 2). L’établissement bénéficia, en conséquence, de l’extraterritorialité. Il accuei (...)

48Etablir des fondations dans des régions où le catholicisme était fortement implanté limitait les risques d’échec ou de rejet. Ce n’est que peu avant la seconde guerre mondiale que la congrégation gagna Berlin. En février 1938, l’ambassade de France lui proposa de créer une école française pour les enfants du corps diplomatique accrédité auprès du Troisième Reich. La Mère Werhahn, chargée de la nouvelle fondation qui s’établit dans cinq petites villas au Grunewald, créa un demi-pensionnat pour des élèves francophones85, un foyer d’étudiantes et accueillit des « grandes pensionnaires ». Les fondations de Munich et de Berlin avaient été approuvées par les cardinaux von Faulhaber et von Preysing.

  • 86 Grace Hammond, The History of the England-Malta Province, p. 80. Elle fait suivre cette indication (...)

49Les pays vainqueurs de l’ouest de l’Europe ne connurent pas les mêmes périls pour leur vie nationale. Mais ils durent panser leurs plaies. Les destructions avaient été énormes en Belgique, au nord et à l’est de la France, ainsi qu’au nord de l’Italie. Partout les pertes humaines étaient considérables. Car la mobilisation, introduite dans des pays qui comme la Grande-Bretagne ne l’avait jamais connue auparavant, avait touché de plus en plus d’hommes de toutes les tranches d’âge. À Roehampton, après la guerre, on plaça, autour du crucifix du jardin, beaucoup de petites plaques portant le nom des pères, frères et parents des religieuses britanniques qui avaient donné leur vie pour leur pays86. Les premières visites que reçut dans les années 1920 la maison d’Amiens furent celles de religieuses anglaises qui accompagnaient leurs élèves en pèlerinage sur les champs de bataille de la Somme où les régiments britanniques avaient enregistré des pertes énormes.

50L’Irlande, qui était unie à la Grande-Bretagne depuis 1800, avait peu à peu connu une évolution de son sort dans le dernier tiers du XIXe siècle, bien qu’un gouvernement colonial y ait été maintenu. En 1869, le Premier Ministre Gladstone y avait « désétabli » l’Église anglicane et redistribué ses biens aux Églises catholique et presbytérienne. Il avait aussi réduit la tension sociale en faisant voter en 1881 le Land Act qui octroyait une indemnité aux fermiers évincés. En revanche ses projets de Home Rule avaient été repoussés par les Communes puis par les Lords. Le rôle croissant des députés irlandais dans la vie politique britannique, puis la radicalisation des mouvements insulaires qui réclamaient l’indépendance poussèrent les Britanniques aux concessions. Le Home Rule, finalement accordé en 1912, devait être mis à exécution en 1914, malgré l’opposition des habitants de l’Ulster qui faillirent alors déclencher une guerre civile. La déclaration de guerre entraîna le report de son application. De nombreux Irlandais du nord et du sud s’engagèrent comme volontaires dans les troupes britanniques, escomptant sans doute que la victoire finale entraînerait pour leur pays une indépendance qui à leurs yeux ne pouvait qu’être accordée par un état entré en guerre pour sauvegarder l’existence de la Belgique et se battant pour le rétablissement de celle de la Pologne.

  • 87 On estime les pertes irlandaises à 25,34 % du nombre des volontaires engagés.
  • 88 C’est le titre – Four glorious years – que Frank Gallagher, compagnon de Eamon De Valera, donna au (...)
  • 89 C’était au « Château » de Dublin que vivaient les autorités civiles et militaires qui dirigeaient (...)
  • 90 Arch. Prov. Angleterre-Pays de Galles. Nuala O’Higgins, Résumé de l’histoire de la province d’Irla (...)

51Pendant la première guerre mondiale, la nation irlandaise se fit reconnaître comme une réalité, alors que peu auparavant Lloyd George l’avait qualifiée « d’artifice et d’imposture ». Ses combattants, parfois au son d’une chanson qui évoquait Tipperary, se battirent sur la Somme et dans les Dardanelles avec un courage qui impressionna les Alliés87. Dans l’île, l’insurrection de la Semaine de Pâques, qui dura du 24 au 29 avril 1916, fit trois cents morts, treize cents blessés et ruina le cœur de Dublin. La révolte fut écrasée dans le sang et seize condamnations à mort furent suivies d’exécutions capitales. Après l’armistice, la « question irlandaise » contribua à la crise que connut la Grande Bretagne et les « quatre années glorieuses »88, de 1918 à 1922, virent s’accroître les affrontements. La proclamation de l’indépendance de l’Irlande par le « gouvernement » d’Eamon De Valera le 21 janvier 1919, le développement d’une guerre d’indépendance à laquelle répondit une répression féroce aboutirent en 1921 à la partition de l’Irlande. De rébellion en guérilla, l’Irlande toute entière avait été aux prises avec une guerre civile qui avait épuisé matériellement et moralement le pays et elle avait dû renoncer temporairement à l’unité territoriale. La Société du Sacré-Cœur, qui jusqu’alors avait surtout rayonné sur la population anglo-irlandaise et sur les « catholiques du Château »89, désireux d’encourager la culture celtique et favorables à l’autonomie de l’Irlande, voire à son indépendance, mais sans violence, et le plus souvent unionistes, n’en subit pas les contrecoups. La supérieure de Dublin avait discrètement nourri la population quand la guerre civile avait accru la misère des plus pauvres. Dans les communautés d’Irlande, les religieuses irlandaises n’avaient pas les mêmes convictions et ne soutenaient pas les mêmes camps, alors que les religieuses anglaises déploraient la « rebellion » et souffraient d’être coupées de manière permanente de Roehampton90, mais la règle qui interdisait d’évoquer en communauté la politique fut fidèlement observée et permit de ne pas faire naître des conflits entre les personnes.

  • 91 Les maisons d’Écosse avaient demandé à être rattachées à l’Irlande.
  • 92 Tém. Aideen Kinlen.
  • 93 Arch. Prov. Irlande-Ecosse, IRS.1.0030, rapport du 26 avril 1944.
  • 94 Id. 1.0031, lettre du 15 août 1967.
  • 95 Id. 1.0055. En 1942, la vicairie souhaitait faire suivre des cours aux jeunes religieuses irlandai (...)

52Sous prétexte de morceler la vicairie d’Angleterre dont le nombre de maisons s’était accru et qui rayonnait sur l’Angleterre, l’Irlande et l’Écosse, la Société du Sacré-Cœur prit discrètement acte des événements. En 1918, une vicairie englobant les maisons d’Irlande et d’Écosse fut créée91. La présence en son sein de Newcastle permettait d’éviter une scission qui aurait pu donner l’impression d’entériner les changements politiques et nationaux qui étaient en train de se produire. Le centre de la vicairie fut fixé à Edimbourg. Il n’était guère possible, à cause des troubles qui avaient lieu en Irlande, de l’installer ailleurs. Peu après la proclamation de l’indépendance, un noviciat fut ouvert en 1921 en Irlande. Maintenir les novices irlandaises en Angleterre n’était plus humainement possible. On s’en était peut-être rendu compte lorsque l’un des responsables de l’insurrection de 1916, Joseph Plunkett, avait été exécuté dans la cour de la prison de Kilmainham alors que l’une de ses sœurs était novice à Roehampton92. Envisagea-t-on alors de faire passer dans la nouvelle vicairie les nombreuses religieuses irlandaises qui vivaient en Angleterre ? Désormais les Irlandaises appartenaient à deux vicairies. La vicaire, la Mère Walsh, – on avait nommé une irlandaise – se transporta en Irlande en 1928 et la vicairie fut dénommée vicairie de Mount Anville. La maison de Newcastle avait été transférée à l’Angleterre, ce qui évita aussi une concurrence entre son école normale et celle de Craiglockhart. Incontestablement le souvenir du contentieux historique qui avait existé entre l’Angleterre et les pays qui avaient donné naissance au Royaume Uni pesait lourdement sur les habitants des Iles britanniques. En 1939, des élèves irlandaises qui faisaient leurs études à Craiglockhart furent accusées d’avoir « secoué leurs jolies boucles et regardé le pianiste pendant l’exécution du God save the King »93 ! En 1967, la Mère de Valon se proposa de réunir en Angleterre les novices de Grande-Bretagne et d’Irlande. La vicaire, la Mère Carton, lui répondit que si elle comprenait qu’il fût désirable de les rassembler à cause de la réduction de leur nombre, elle était hostile à l’union des deux noviciats : « Géographiquement, expliqua-t-elle, les deux pays sont proches. Cependant il y a une différence marquée du point de vue racial (sic) qui a été accentuée par l’histoire de plusieurs siècles. Je crois que ce serait faire injure à la Société en Irlande, à ce moment de l’histoire du pays, si son petit noviciat était déplacé pour rejoindre celui de la vicairie d’Angleterre94. » La vicairie de Mount Anville, en Irlande et en Grande-Bretagne, avait à appliquer les trois législations de l’Écosse, de la République d’Irlande et de l’Ulster95.

Notes

1 L’alliance franco-russe fut signée en 1893.

2 M. Monahan, op. cit., p. 482.

3 Arch. Gén. C IV 2). L’ambulance semble avoir été retirée dans l’été de 1916. L’« autre école » y fonctionnait en mars 1917.

4 Arch. dép. Moselle, 29 J 599, Gouvernement der Festung Metz Sekt Ivb Nr 25 M Metz den 2. August 1914. Communiqué par M. T. Houdoy.

5 Id. Lettre du 2 août 1914.

6 Arch. Gén. C I 7d, box 4.

7 Arch. Prov. Belgique-Nederland. Notes sur les maisons du Sacré-Cœur.

8 Elle avait été vicaire de Lyon et de Bretagne.

9 Arch. Gén. C I 7d, box 4 et Arch. Prov. Belgique-Nederland. Notes sur les maisons du Sacré-Cœur.

10 Id.

11 Vie de la T.R.M. de Loë, p. 333. Le voyage des Italiennes se déroula dans des trains bondés de soldats ou de blessés. La Maison Mère n’avait pas pu faire savoir que la retraite des supérieures était annulée et que la probation suivante était remise à plus tard. Une petite probation d’une douzaine d’aspirantes des maisons de Belgique fut ouverte à l’automne de 1914. La Mère Borget se chargea des instructions et en février 1915 reçut les professions.

12 Dans sa circulaire du 10 août 1914, la Mère Stuart avait écrit : « Pour nous à la maison-mère, le plus pénible est de rien savoir des maisons qui sont le plus en souffrance, mais la consolation est l’assurance intime que Dieu veillera sur tout ce qui est à Lui, et que dans la Société la tradition de courage et de confiance qu’elle garde depuis ses premiers commencements ne s’oubliera pas ». (Circulaires de la T.R.M. Stuart, p. 386.)

13 M. Monahan, op. cit., p. 483, p. 485.

14 Id. p. 486.

15 Elle avait pris une part active aux rencontres qui avaient abouti à la béatification de la Mère Barat. Elle avait des rapports fréquents avec le Sacré Collège et avait souvent servi d’intermédiaire entre la Maison Mère et le Vatican. Lors d’un audience, Pie X avait dit à la Mère Stuart : « Mère Générale, savez-vous que vous avez ici, à Rome, à la Villa Lante, une tête qui serait capable de gouverner non pas une, mais trois Sociétés du Sacré-Cœur ? » (Vie de la T.R.M. de Loë, p. 347).

16 Vie de la R.M. Borget, p. 276.

17 Vie de la R.M. de Montalembert, p. 427-428.

18 La Mère Nerincx, qui n’avait pas pu quitter Ixelles pour raisons de santé, fut déchargée de son assistanat général et remplacée par la Mère Rumbold.

19 La Mère Marguerite Benzinger a écrit dans ses mémoires (Austria nazified, 1938-1946), qu’en France beaucoup d’Anciennes furent choquées de l’élection d’une « Boche » et que certaines d’entre elles démissionnèrent des congrégations des Dames Enfants de Marie. On ne sait pas si la nationalité de la Mère von Loë joua un rôle lors de son élection. Mais les résultats prouvent que les vicaires qui ne votèrent pas pour elle n’ont pas dispersé leurs voix et portèrent leurs suffrages sur la Mère Amélie Salmon qui était Française et vicaire d’Australie, un des pays du Commonwealth en guerre avec les empires centraux.

20 Lettres circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 14.

21 À partir de la déclaration de guerre de l’Italie à l’Autriche en mai 1915, les probanistes autrichiennes n’eurent plus la possibilité d’aller à Rome. Pour celles des États-Unis, la Mère von Loë demanda aux parents d’autoriser leurs filles à franchir l’Atlantique (Helen Tichenor, Mother Eleanor Regan, p. 25). Après leur départ d’Italie, les nouvelles professes américaines furent bloquées pendant plusieurs mois en Espagne et elles rentrèrent aux États-Unis par Cuba.

22 Lettres circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 67, 12 décembre 1918.

23 Arch. Gén. C I C3, box 13.

24 Lettres circulaires de la T.R.M. de Loë, 16 juillet 1919, p. 74-75.

25 Pauline Curmi, Malte, notre histoire.

26 Arch. Prov. Égypte. Petite histoire de nos maisons entre 1914 et 1950.

27 M. Williams, op. cit., p. 51. En 1916, elles ne parvinrent pas à faire savoir à Rome les décès quasi simultanés de la supérieure et de l’assistante de Tokyo. La vicairie d’Australie elle-même eut du mal à en faire connaître la nouvelle en Grande-Bretagne. Après la guerre, la Mère Sheldon écrivit à la supérieure générale : « Ni la censure, ni les poissons ne jouiront plus de nos secrets. ».

28 Celle de Brighton abrita des infirmières, non sans difficulté pour l’observance de la règle ! (Lettres annuelles, 1947-1952, p. 28).

29 Life of the R.M. Thunder, p. 79.

30 Arch. Gén. C I C3, b 13. Rapport de la vicaire générale, 1915.

31 Id. C I 7d, box 1.

32 Life of the R.M. Thunder, p. 78.

33 Vie de la R.M. Symon, p. 106 : « Il fut convenu qu’il n’y aurait ni plaintes, ni récriminations. « Dominus est. » Des cloisons nous séparerons de ces hôtes importuns, dit-elle, mais surtout notre silence et notre parfaite dignité. »

34 Vie de la T.R.M. de Loë, p. 372.

35 Id. p. 367.

36 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 64, 12 décembre 1918.

37 La Mère Marie-Antoinette Kammerer, qui avait passé la guerre dans l’empire austro-hongrois, écrivit : « Je suis sortie effectivement de mon pays et je ne voudrais en rien revenir sur cette offrande : je l’ai faite de tout mon cœur, mais ces années de guerre rendent le sacrifice plus sensible. »

38 Arch. Gén. C I 7d.

39 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 64, 12 décembre 1918.

40 Circulaires de la T.R.M. Stuart, p. 387.

41 Id. p. 385.

42 Vie de la R.M. Symon, p. 99-100.

43 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 25-26, 12 décembre 1915.

44 Lettres circulaires, 1932-1937.

45 Vie de la R.M. Symon, p. 102-105.

46 Id. p. 105 et Odile Biolley, Une âme d’élite, Mère Hélène de Burlet, p. 63. Dans la prison d’Anvers fut également internée une postulante du Sacré-Cœur qui entra par la suite dans la vie religieuse, la Mère Siret.

47 Arch. Gén. CI 7 d, box 4. La Mère de Burlet reçut la croix de chevalier de l’Ordre de Léopold.

48 Arch. Prov. Égypte. En Égypte, « le ravitaillement devint extrêmement difficile, certaines choses firent complètement défaut, comme le charbon, les chaussures, les étoffes, le savon. »

49 Lettres annuelles, 1917-1919, 1ère partie.

50 Arch. Gén. C I A7d, box 4.

51 Vie de la R.M. Symon, p. 101. La Mère Symon en fit usage en faveur des prisonniers de guerre et organisa l’œuvre des marraines de guerre.

52 Souvenir de la Mère Maria von Jordis, Arch. Gén. C IV OSU, Budapest, mémoires.

53 Lettres annuelles, 1940-1945, p. 41.

54 Tém. M. von Jordis.

55 Lettres annuelles, supp. 1961-1963, p. 135-136..

56 Vie de la T.R.M. Vicente, p. 125 et sq.

57 Il s’agissait de la Mère Digby.

58 Le pape faisait bien entendu allusion au « combat » pour le maintien de l’enseignement libre en France !

59 Arch. Gén. C I C3, box 8.

60 Lettres annuelles, Supp. 1940-1945, p. 102.

61 Arch. Gén, C I C3, box 13.

62 Lettres annuelles, 1954-1958, p. 41-42.

63 Circulaires de la T.R.M. de Loë, p. 89, audience du 8 janvier 1920.

64 À Metz, le gouverneur militaire décida que les filles des officiers iraient au Sacré-Cœur. La maison gagna ainsi une centaine d’élèves et on dût élever un nouveau bâtiment pour les accueillir (Lettres annuelles, 1940-1945, p. 41).

65 Arch. Gén. C I C3, box 13.

66 Id. C IV 2) Graz, visites régulières de janvier 1922 et de mai 1924.

67 Arch. Gén. C IV 1) Prague.

68 Les archives générales (C IV D1 box 2, 8P. « Communisme ») contiennent des extraits du Journal du Philippineum (en français) pour la période du 28 mars au 17 juillet 1919, et des journaux rédigés par les groupes de religieuses installés à la frontière autrichienne (en français et en allemand).

69 Bela Kun était le fils d’un employé d’origine juive. Le fait qu’il fut le fondateur du parti communiste hongrois et qu’il ait dirigé la République des Soviets contribua à maintenir ou à développer l’antisémitisme en Hongrie et eut des conséquences tragiques par la suite.

70 Arch. Gén. C IV 1) Budapest, box 8 P.

71 Arch. Gén. C IV D1. Journal de Durer sor. Le 3 mai 1919, la mesure fut appliquée au Sophianum (p. 69) : « Il faut bien en passer par là pour éviter un pire mal. D’ailleurs, peut-être est-ce une grâce de la divine Providence qui évite par là que des conférences communistes se tiennent et pervertissent les enfants. »

72 Id. Mois d’avril, p. 59-60 : « Nous partîmes en voiture complètement fermée, emportant avec nous encore quelques objets précieux que nous tenions à sauver du désastre. Quel pénible départ ! Laisser cette maison dans un pareil état, aux mains de pareils gens, c’était une de ces permissions mystérieuses de la volonté de Dieu, si impénétrable que l’on se prosterne à genoux et adore, sachant combien ses desseins sont élevés au-dessus de notre pauvre petite compréhension humaine. En pensant que cette maison de la Société allait bientôt vraisemblablement nous échapper, nous pensions à la peine de notre T. R. M. Générale voyant un apostolat si prospère auprès des âmes s’arrêter subitement, ses filles dispersées comme des brebis hors de leur bercail. »

73 Id. Lettre du 16 mai 1919.

74 Budapest reçut aussi de la nourriture en provenance des États-Unis.

75 Les religieuses réfugiées en Autriche rentrèrent le 28 août 1919.

76 Id. Journal du Philippineum, p. 60.

77 Elle quitta le Sophianum le 26 octobre 1919 épuisée et fut envoyée en Allemagne en mars 1921.

78 Arch. Gén. C III, 3) Allemagne. En 1902, la Mère Catherine de Montalembert prit contact avec son cousin le prince von Arenberg qui était député du Centre pour savoir comment procéder en cas d’abolition de loi qui avait expulsé les religieux.

79 Id. Elle demanda à la Mère Nieuwland, la vicaire de Belgique, son avis sur la question. Celle-ci lui répondit le 10 décembre 1903 : « J’étais toute confuse en lisant que vous me demandiez mon avis ! D’abord mon avis est toujours votre avis ! » On peut au moins en conclure que la Mère Digby, qui était pourtant en France pendant la guerre de 1870, n’avait pas conscience de ce que représentaient l’Alsace et la Lorraine pour la France et pour les religieuses de ce pays !

80 Il s’agissait du français.

81 Les arguments avaient été fournis par le comte von Savigny avec qui les assistantes générales avaient échangé une correspondance nourrie.

82 Arch. Gén. C III, 3) Allemagne. Rapport non signé. La Mère Stuart répugnait, et c’était à son honneur, à nier les services rendus par les jésuites « depuis la fondation [de la Société du Sacré-Cœur] jusqu’à nos jours ».

83 Longtemps les documents officiels conservèrent l’appellation de « Blumenthal ».

84 La maison fut aidée par la famille de la Mère Werhahn et par la princesse Paz de Bavière, qui avait été pensionnaire à Paris.

85 Arch. Gén. C IV 2). L’établissement bénéficia, en conséquence, de l’extraterritorialité. Il accueillit aussi des enfants des membres des délégations diplomatiques des pays d’Amérique du Sud.

86 Grace Hammond, The History of the England-Malta Province, p. 80. Elle fait suivre cette indication du vers fameux de Rupert Brook : « Si je meurs dans un coin à l’étranger, pensez seulement que c’était pour l’Angleterre de toujours ! »

87 On estime les pertes irlandaises à 25,34 % du nombre des volontaires engagés.

88 C’est le titre – Four glorious years – que Frank Gallagher, compagnon de Eamon De Valera, donna aux souvenirs qu’il publia en 1953, sous le pseudonyme de David Hogan.

89 C’était au « Château » de Dublin que vivaient les autorités civiles et militaires qui dirigeaient l’Irlande.

90 Arch. Prov. Angleterre-Pays de Galles. Nuala O’Higgins, Résumé de l’histoire de la province d’Irlande-Ecosse.

91 Les maisons d’Écosse avaient demandé à être rattachées à l’Irlande.

92 Tém. Aideen Kinlen.

93 Arch. Prov. Irlande-Ecosse, IRS.1.0030, rapport du 26 avril 1944.

94 Id. 1.0031, lettre du 15 août 1967.

95 Id. 1.0055. En 1942, la vicairie souhaitait faire suivre des cours aux jeunes religieuses irlandaises dans l’école normale de Craiglockhart. Le ministre de l’Éducation d’Irlande fit savoir à l’archevêque de Dublin que ce n’était pas judicieux pour celles qui devaient enseigner en Irlande à cause de l’importance de la langue irlandaise dans les établissements scolaires et du « fait qu’une part essentielle de notre système est la complète gaélisation de l’atmosphère et des activités de nos écoles normales » (lettre du 19 mai 1942).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540