Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Première partie : La vitalité de la Société du Sacré-Cœur 1865-1909

Chapitre VI : Le choc des expulsions

Texte intégral

  • 1 Des maisons étaient gérées par tontine, c’est-à-dire qu’elles revenaient aux survivantes du groupe (...)
  • 2 Arch. Gén. CI A 5 d, box 9, note de 1916.

1La Société du Sacré-Cœur, en France, était reconnue mais la situation légale de ses maisons variait de l’une à l’autre, sans que l’on en sache les raisons. Vingt-huit maisons étaient autorisées, deux l’étaient pour une partie de l’établissement ; cinq appartenaient à une religieuse étrangère, une était détenue par plusieurs religieuses en indivis, deux étaient aux mains d’une société civile1. Avignon avait été, en 1869, la dernière maison autorisée. Par la suite les supérieures générales ne demandèrent plus l’approbation de l’état pour leurs fondations et elles diversifièrent le cadre juridique de leurs possessions. Était-ce parce qu’après 1870 « on sentait venir l’orage2 ? » Ou parce que la République était un régime qui n’inspirait pas confiance ? Ou parce que l’état ne souhaitait plus autoriser de nouvelles fondations et l’avait fait savoir ? Quoi qu’il en soit, quinze maisons françaises n’étaient pas autorisées, dont les sept ouvertes entre 1873 et 1895.

1. La Société du Sacré-Cœur face à la législation de « défense républicaine »

  • 3 En 1874, la congrégation générale avait aboli, parce que contraire aux Constitutions, un décret ant (...)
  • 4 C. Langlois, op. cit., p. 380-384.
  • 5 Circulaires, I, p. 98-100, 16 juin 1841 : « Plusieurs des nôtres, pour ne pas dire la majeure parti (...)
  • 6 En 1874, la congrégation générale décida qu’elles seraient affectées de façon fixe à une maison, af (...)

2Les premières attaques contre les ordres religieux furent fiscales. Incontestablement la Société du Sacré-Cœur appartenait au groupe des mieux nantis. Son patrimoine provenait de dons mais aussi des dots et des legs reçus par les religieuses3. Il est impossible d’en peser le volume, car aucun document ne permet d’estimer une richesse mobilière constituée de valeurs, de liquidités, d’œuvres d’art et de l’orfèvrerie utilisée pour les besoins du culte ou le décor des chapelles. Seules laissaient des traces les bourses de l’état ou des particuliers en faveur des élèves, mais elles étaient relativement rares. Quant à la fortune immobilière de la congrégation, elle avait été évaluée en 1880 à une vingtaine de millions de francs. La Société du Sacré-Cœur arrivait aux premiers rangs pour la richesse immobilière alors qu’elle ne figurait pas parmi les vingt-cinq congrégations ayant le plus de membres4. Des propriétés vastes s’imposaient pour des religieuses cloîtrées et dont les bâtiments abritaient les œuvres. Elles avaient été achetées ou reçues de bienfaiteurs. Mais ces biens immobiliers n’en étaient pas moins voyants : leur contenance atteignait plus de deux cent quarante-deux hectares dont quarante-neuf pour les maisons non autorisées et, au début du XXe siècle, l’ensemble fut évalué à vingt six millions et demi de francs. Cette fortune faisait vivre les fondations situées hors de France. La Mère Barat avait veillé à ce que la mise en commun des biens apportés par les religieuses se fasse au niveau de la Société, car leur mise à la disposition des communautés locales aurait pu avoir des conséquences sur la mobilité des sujets, l’indifférence quant aux affectations et la réalité du Cor unum5. Il n’empêche qu’il existait des maisons plus riches que d’autres, parce que leurs activités apostoliques étaient florissantes ou que certains de leurs membres recevaient des pensions de leurs familles6.

  • 7 Lettres circulaires de la T.R.M. Lehon, p. 88, 25 mai 1881.
  • 8 Id. p. 157, 22 décembre 1889.
  • 9 Id. p. 162-163, 30 décembre 1890.

3Un impôt, en 1880, taxa les maisons de France pour 46.000 F. La Mère Lehon dégagea le sens spirituel de cette charge : « Tirons en un profit réel en nous attachant davantage à la sainte pauvreté et n’en redoutons pas trop les effets. On s’habitue facilement à vouloir en toutes choses : dans les offices, dans les arrangements matériels, on voudrait avoir ce qui est le plus commode, ce qu’il y a de mieux et mettre nos maisons les moins considérables au niveau de celles des grandes villes. Je crains que l’esprit du monde n’entre par cette porte et que quelques-unes n’oublient d’imprimer profondément dans leurs cœurs l’amour de l’abjection, de l’humiliation et de la pauvreté7. » L’état aurait voulu imposer un impôt pour chaque maison. Par un procès gagné en 1883, le Sacré-Cœur obtint que l’impôt fût global, ce qui était moins coûteux. Si la Mère Lehon estima cette loi ruineuse8, elle écrivit : « Je trouve tous vos cœurs préoccupés des exigences injustes au moyen desquelles, en notre pauvre France, on voudrait ruiner les congrégations religieuses. Cependant je dois ajouter avec notre vénérable Mère : ne croyez pas que ces périls soient de nature à me remplir de pénibles sollicitudes. Oh ! non. Un seul point de nos règles négligé, une infraction à la charité tolérée seraient tout autrement sensibles à mon cœur, et alors vraiment je gémirais devant Dieu. Devant une loi qui veut nous dépouiller, devenons plus pauvres par l’affection et dans la pratique ; devant les calomnies, efforçons-nous d’être plus humbles ; si l’on blâme notre enseignement, travaillons à le rendre plus solide9. »

  • 10 Comme elle n’avait pas versé le droit d’accroissement, elle avait à redouter une pénalité de 578.54 (...)

4C’est sous le généralat de la Mère von Sartorius que la situation commença à se tendre. En 1894, une loi « d’accroissement » imposa aux congrégations de payer des droits de succession sur les biens des religieuses décédées. Depuis février 1849, il existait un impôt de mainmorte destiné à remplacer les droits de transmission exigés lors des donations entre vifs ou lors du transfert des biens après décès, mais il était beaucoup plus léger que cette nouvelle mesure contre laquelle l’Église de France se mobilisa et à laquelle la Société du Sacré-Cœur refusa de se soumettre. Le 16 avril 1895, la loi « d’abonnement » la modifia, tout en maintenant le principe d’un impôt sur toutes les catégories de biens des congrégations. L’économe générale, la Mère Borget, estima qu’il faudrait prendre sur le capital pour verser chaque année 121.300 F10. Si la congrégation ne payait pas les impôts réclamés, elle courait le risque de se voir retirer son décret d’existence, confisquer ses immeubles et retirer son autorisation d’enseignement.

  • 11 Vie de la R. M. Césarine Borget, p. 174.
  • 12 Arch. Gén. CI A, box 10.

5La Mère Borget apprécia ainsi l’enjeu de l’affaire dans des notes spirituelles qu’elle rédigea pendant la Semaine Sainte : « On croirait cette année assister plus intimement à la passion de Notre Seigneur tant elle a d’actualité : Jésus vendu pour trente deniers ; ses religieux, ses membres, en discussion devant la Chambre et le Sénat pour les grever de trente centimes répétés sans fin d’une façon tout à fait injuste : « Ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi. » Oh ! oui, comme le Maître et avec Lui, nous voulons être persécutées, et nous tenir plus unies à Lui, plus dépendantes de sa grâce, plus fidèles dans les détails, plus pauvres surtout de tout ce que le monde convoite. Nous vivrons plus détachées, ne dépensant rien qui ne soit de stricte utilité, pour Lui, et pour le vrai intérêt des âmes. Voilà le beau côté de cette loi inique ; elle nous rendra plus humbles, plus saintes, plus conformes à notre unique Jésus11. » Mais elle mena le combat. La Société du Sacré-Cœur participa à la fronde antifiscale qui s’était engagée sur les auspices de l’archevêque de Paris et elle pratiqua une résistance passive. Menacée de saisie, elle se pourvut en justice. Mais elle perdit son procès en appel et en cassation. Comme le mobilier de la maison des Anglais à Lyon était sur le point d’être saisi, elle se soumit en 1901. Les conseillers juridiques de la congrégation parvinrent à faire réduire d’un tiers la somme due à l’État – elle atteignait 1.422.722 F – et à en étaler les versements sur dix ans. Pour les assurer, la Mère Borget emprunta et hypothéqua la maison-mère. Elle se demandait si l’administration n’utilisait pas cette pression fiscale comme un moyen de chantage pour forcer la Société du Sacré-Cœur à faire reconnaître toutes ses maisons12. Quoi qu’il en soit, le montant des impôts en 1902 avait doublé par rapport à celui de l’année précédente !

6C’est dans ce contexte que l’on prit connaissance de la loi du 1er juillet 1901. Trois ans plus tôt, dans une ambiance d’agitation nationaliste et antisémite alimentée par l’affaire Dreyfus au cours de laquelle les valeurs de la République apparurent en danger, les élections avaient envoyé à la Chambre des députés une majorité de « Défense républicaine ». Pierre Waldeck-Rousseau, président du Conseil et ministre de l’Intérieur et des Cultes, avait commencé par sévir contre la congrégation non autorisée des Assomptionnistes qui avait fait de son journal, La Croix, une tribune antisémite. En 1899, il avait décidé de déposer un projet de loi sur les « associations », dont une partie serait consacrée aux congrégations religieuses. Discutée à partir de janvier 1901 à la Chambre, la loi fut adoptée par les députés deux mois plus tard. Mais alors que Waldeck-Rousseau avait voulu en faire un instrument de contrôle, les députés l’avaient alourdie, en interdisant l’enseignement aux congrégations non autorisées. Après son passage au Sénat, la loi fut promulguée en juillet 1901.

7La loi de 1901 suscita chez les religieuses des inquiétudes dont une lettre de la Mère Digby, du 17 septembre 1901, aux seules vicaires et aux supérieures, se fit l’écho : « De regrettables indiscrétions de la part de plusieurs jeunes religieuses m’étant revenues par le dehors, laissez-moi vous prier d’exercer la plus grande vigilance sur toutes les lettres écrites par les nôtres. On ne doit y faire en rien allusion à la loi, ni à ce qui pourrait en résulter pour nous ; et dans le cas où des questions vous seraient adressées en communauté ou au salon, je vous demanderais, ma Révérende Mère, de ne donner vous-même ou de ne permettre de donner aucun renseignement, vous bornant à répondre brièvement et à renvoyer à Paris pour plus de détails. Si l’on vous interroge officiellement, il faudrait dire que votre établissement appartient à une congrégation reconnue et approuvée comme ayant son siège et son gouvernement à la maison-mère, 33, Boulevard des Invalides ; que vous ignorez ce qui est décidé et arrangé à votre égard ; mais que si quelque mesure est à prendre, la Maison Mère s’en occupe ou l’a déjà fait. » Mais par la même occasion, la Mère Digby leur demanda de dresser la liste des religieuses, avec leur âge et leur lieu de naissance, en indiquant celles qui étaient directrices ou adjointes des pensionnats et des écoles. À tout le moins voulait-elle avoir le matériel nécessaire pour établir des dossiers. En 1904, elle signala que, comme la loi de 1901 ne faisait pas mention des établissements non autorisés appartenant à des congrégations reconnues, la Société du Sacré-Cœur n’avait pas à demander l’autorisation pour les maisons ouvertes avec la seule autorisation académique. À la fin de 1901, nota-t-elle, « quelques grandes congrégations cédèrent », mais pas le Sacré-Cœur qui resta sur ses positions. De fait la Préfecture de la Seine, le 19 décembre 1901, lui avait rappelé « que l’autorisation accordée ne recouvrait nullement les succursales irrégulièrement créées et qu’une demande d’autorisation devait être introduite pour chacune d’elles », mais elle lui avait donné, sous menace de fermeture, un délai jusqu’au 25 janvier 1902. C’est en toute dernière limite, le 13 janvier 1902, que la Maison Mère déposa une demande de régularisation pour treize des maisons non autorisées, mais ni pour Joigny ni pour le demi-pensionnat de Marseille que l’on décidait donc d’abandonner.

  • 13 Lettres annuelles, 1901-1903, p. 220.

8À Marseille, on réinstalla le demi-pensionnat dans une maison préalablement autorisée mais qu’on avait laissée pour insuffisance de surface. À Joigny, on évacua la maison natale de la fondatrice le 10 janvier 1902, car « quitter la maison bénie de notre vénérée Mère était le seul moyen de la conserver à la Société13. » Elle fut mise au nom d’un parent de la Mère Digby. Mais l’affaire prit une tournure inattendue, car un liquidateur fut nommé en mars 1902. Après l’inventaire de la maison, effectué sous la protection de la gendarmerie et auquel le locataire, le colonel de Guilhermy, et son concierge s’étaient opposés, l’un et l’autre furent condamnés à 50 F d’amende et à trois jours de prison pour injures et voies de fait envers l’autorité et le jugement fut confirmé en appel. La Société du Sacré-Cœur engagea alors contre l’état un procès qu’elle gagna en juin 1902. Les attendus précisaient qu’une congrégation autorisée avait le droit de ne pas demander l’autorisation pour une maison qu’elle ne désirait pas conserver tandis que l’état n’avait ni le droit ni le pouvoir de nommer un liquidateur à une congrégation existant légalement. Cette décision fit jurisprudence.

  • 14 Id. p. 366. À Angoulême, les actes d’autorisation avaient disparu de la préfecture qui refusa de re (...)
  • 15 Rapport de la Mère Digby à la congrégation générale de 1904.

9Pendant l’été de 1902, d’autres alertes furent enregistrées. Le Sacré-Cœur fut sommé de fermer Angoulême et Saint-Ferréol, maisons que l’on avait cru autorisées et pour lesquelles on demanda l’autorisation14. Lors de la mise en demeure de fermer l’école des pauvres de Paris, le conseil général éprouva de l’angoisse, car cette école était située dans la propriété qui contenait la maison-mère. Après réclamation, la Préfecture de la Seine déclara nulle sa mise en demeure, l’école ne constituant pas un établissement particulier. L’état admettait ainsi que la maison-mère, qui était autorisée, formait un établissement unique comprenant des œuvres diverses15.

10Les élections de 1902 furent âprement discutées entre partisans et adversaires de la politique anticléricale. Mais des urnes sortit une Chambre des députés plus à gauche que la précédente. Waldeck-Rousseau fut remplacé par le sénateur radical Emile Combes, dont le nom a donné naissance au terme de « combisme », synonyme de lutte acharnée contre l’Église et la liberté de conscience. Il était prévisible que Combes tâcherait de supprimer les congrégations religieuses. Sa « campagne laïque » se concrétisa tout d’abord par la promulgation de décrets concernant les établissements congréganistes d’enseignement ouverts après le 1er juillet 1901. La Société du Sacré-Cœur n’était pas concernée par cette mesure. Puis furent visés les établissements non autorisés établis avant 1901. La loi de 1901 avait prévu que les congrégations autorisées auraient la possibilité de faire régulariser la situation de leurs établissements non reconnus. Mais Combes refusant de transmettre au conseil d’État les demandes d’autorisation, la fermeture des maisons non autorisées du Sacré-Cœur commença le 25 mars 1903 par Moulins et Orléans. Jusqu’en octobre, onze autres maisons subirent le même sort. Angoulême fut fermée en mars 1904. La congrégation alla en justice à propos de Saint-Ferréol où elle n’avait pas réouvert le pensionnat en octobre 1903. Elle avait refusé de demander une autorisation pour le seul orphelinat, comme le lui avait suggéré le préfet du Doubs. Quant aux maisons autorisées, elles ne furent touchées qu’à partir du 28 mars 1904, date de la dissolution de la congrégation.

11La Société du Sacré-Cœur ferma sans résister ses établissements non autorisés. La Mère Digby justifia par la suite sa décision en expliquant qu’il était impossible d’y continuer les œuvres avec la perspective de procès, de perquisitions et d’expulsions. De fait on avait craint, en résistant, de compromettre le sort des maisons autorisées, surtout de la maison-mère, et de perdre les immeubles des maisons fermées. Mais la réaction fut différente suivant les lieux : soit on attendit la dernière limite pour partir, soit on anticipa le mouvement, soit on ne ferma qu’une partie de l’établissement. À Aix-en-Provence, on supprima l’orphelinat pour préserver le reste de la maison. On évacua Bordeaux, car les demi-pensionnaires pouvaient aller au pensionnat de Quadrille.

  • 16 Lettres annuelles, 1917-1919, p. 834.

12En attendant la fermeture, la vie se poursuivit partout dans le calme. Elle s’avérait difficile parce qu’au fur et mesure de la clôture des établissements congréganistes, ceux qui étaient encore ouverts recevaient les élèves des autres et que les religieuses expulsées se réfugiaient dans les maisons qui étaient encore ouvertes. À Nantes, « il fallut faire des prodiges de combinaisons, de compression en quelque sorte. On vit les corridors se transformer en dortoirs, les hangars décorés du nom de marquises, les classes et les cours ne prendre fin que pour laisser la place aux pianos marchant tous à la fois16. » Le Sacré-Cœur hébergea momentanément des religieuses d’autres ordres qui partaient à l’étranger. Ou bien il offrit l’hospitalité de ses chapelles à des religieuses sécularisées ou non, qui avaient du mal à faire leurs exercices de piété hors des couvents. Les communautés reçurent, avec discrétion, les jésuites qui s’étaient dispersés dans des maisons amies et qui, selon les lieux, étaient plus ou moins surveillés. Elles leur permirent de disposer ainsi d’un confessionnal, d’un gîte et parfois de se retrouver entre eux et elles accueillirent leurs oeuvres.

13Mais il fallait aussi préparer départs et déménagements et faire un véritable travail de deuil, car partir signifiait quitter une région où l’on était implanté souvent depuis longtemps et abandonner des œuvres florissantes. Quand la fermeture d’une maison était signifiée, la supérieure refusait de signer l’inventaire, de se constituer gardienne des objets inventoriés, puisque la Société en était propriétaire, et d’affirmer par serment que rien n’avait été oublié dans la liste des biens meubles. La Maison Mère avait demandé que les religieuses quittent rapidement les lieux pour éviter des poursuites judiciaires et l’apposition des scellés. Après la fermeture, ne restaient sur place que quelques gardiennes, religieuses de chœur et coadjutrices, que venaient soutenir les supérieures des maisons déjà fermées. Le temps de gardiennage fut variable mais il dura deux ou trois ans à Amiens, Besançon, Perpignan, Toulouse, Alger et Bourges. En Bretagne, la population se mobilisa pour conserver religieux et religieuses, multipliant les pétitions et demandant des sursis à exécution. Aussi à Quimper, pendant l’été de 1906, la vicaire décida-t-elle de résister « jusqu’au bout », fixant la date de la rentrée, organisant des démarches auprès du préfet. Ce ne fut qu’un an plus tard que la maison fut fermée.

  • 17 Arch. Prov. France, lettre du 4 septembre 1904 à une assistante générale.

14On se contentera d’évoquer la visite de la maison d’Amiens par le liquidateur telle qu’elle a été évoquée par la Mère de Rudeval. Tout ce qui pouvait l’être en fait de meubles, de vaisselle, d’ustensiles de tous genres et d’objets de sacristie, y compris les saintes huiles, avait été amoncelé dans la cave à vins afin de les « soustraire à la rapine du loup qui se préparait à fondre sur la bergerie. » La « belle protestation » de la supérieure fut écoutée « l’œil morne et l’oreille basse par la gente du gouvernement bien peu à son aise » et la Mère de Rudeval raconte comment le commissaire priseur marchait tout penaud derrière la religieuse chargée de lui faire visiter la maison. Cette dernière lui fit faire assez de tours et de détours pour qu’il ne sut plus très bien où il était et pour que bien des pièces aient été soustraites à son investigation ! Il s’agissait d’une « ingrate besogne » qui n’était pas forcément appréciée des membres de l’administration qui y étaient contraints, bien que la Mère de Rudeval ait estimé que le commissaire priseur sortit du Sacré-Cœur avec « de pénibles remords et un honneur souillé17. »

  • 18 Arch. Gén. C I A 5d, box 9bis.
  • 19 Lettres circulaires de notre T.R.M. Digby, p. 200, 24 juillet 1907.

15Le sort de la maison-mère préoccupait. Fallait-il la fermer avant que le dernier établissement l’ait été ? On s’accorda pour « préserver le siège social du Sacré-Cœur, car les fermetures n’étaient légales que si elles étaient signifiées à la supérieure générale. Et où les lui signifier si l’on supprimait son domicile légal18 ? » Mais le départ qui dut finalement avoir lieu fut l’occasion d’un déchirement et d’un sacrifice ressentis dans la Société toute entière. Car quitter le Boulevard des Invalides, c’était abandonner un lieu où avaient vécu et où étaient décédées la fondatrice, celles qui lui avaient succédé et la plupart des assistantes générales19 ; beaucoup de professes y avaient fait leur probation. La Mère Digby, après avoir fait clouer sur la porte de la maison-mère une protestation dans laquelle elle rappelait que les spoliateurs encouraient l’excommunication, quitta Paris pour Conflans le 10 août 1907. Ce n’est que le 30 juillet 1909 qu’elle partit pour la Belgique avec le conseil général. Un mois plus tard, les gardiennes de Nantes gagnèrent l’Angleterre. « Tout était consommé ». Il n’y avait plus de Religieuses du Sacré-Cœur en France.

2. Les modalités du repli

  • 20 Id. 18 décembre 1902, p. 125-126.
  • 21 Vie de la R.M. Le Bail, p. 90.

16C’est sans aucun doute en 1901 que la Mère Digby décida de quitter la France, mais ce n’est qu’à la fin de 1902 qu’elle l’annonça aux religieuses de manière indirecte en écrivant dans une circulaire : « Si Dieu Notre Seigneur s’adressant à chacune d’entre nous, nous dit : « Allez et enseignez sur d’autres terres », nous répondrons avec le même élan de volonté que lorsqu’à sa première invitation : « Venez et suivez-moi », nous avons tout laissé ; car si Notre Seigneur sème au loin son grain choisi, ne nous contenterons-nous pas de savoir que nous sommes vouées à son service, que nous appartenons à la Société de son cœur et lui sommes consacrées pour le temps et pour l’éternité ? Ne lui dirons-nous pas comme Ruth à Noémi : « Partout où vous irez, j’irai, et là où vous demeurerez, moi aussi je demeurerai20. » Elle avait trouvé des positions de repli et fait déménager les archives du secrétariat général21.

  • 22 Journal de la Trinité des Monts, Rome.
  • 23 Arch. Gén. C III, Égypte. Lettre de la Mère Digby au cardinal protecteur, 26 octobre 1903. L’évêque (...)
  • 24 La Mère Noély Alix recensa dans un carnet les obédiences des religieuses de Laval, Saint-Brieuc, Qu (...)

17La Société du Sacré-Cœur disposait de deux atouts dont ne bénéficiaient pas toutes les congrégations françaises. Le premier était son internationalité. Il était en effet possible d’envoyer les religieuses dans les maisons situées hors de France. Comme l’a dit la Mère Digby à la Trinité des Monts le 30 décembre 1902 : « Ce n’est pas chose facile de placer près de trois mille personnes, mais en ce cas, les murs de nos maisons s’élargiront, n’est-ce pas22 ? » La plupart des religieuses partirent individuellement, ou à deux ou trois, dans les communautés existantes. Les plus jeunes furent envoyées dans les pays les plus lointains et dans les « missions ». On ne put pas installer de religieuses en Alsace et en Moselle, car un arrêté des autorités allemandes avait interdit d’y recevoir des Françaises23. Le second avantage était financier. L’envergure de la Société du Sacré-Cœur lui donnait les moyens de se réinstaller hors de France. Car payer les voyages, acheter ou louer des bâtiments à l’étranger, sans avoir liquidé les possessions en France ni même pouvoir les vendre à leur juste coût, réclamait une surface dont toutes les congrégations ne disposaient pas. À cet égard il y avait un écart considérable entre les instituts internationaux et les congrégations diocésaines dont les membres n’avaient pas toujours les moyens économiques et culturels de défendre leurs droits ou leur conception de la vie religieuse. Dès le printemps de 1902, la Société acheta le château de Flône, en Belgique, et, en 1903, elle ouvrit vingt et une maisons en Belgique, en Italie, en Autriche et en Espagne. Les fondations se poursuivirent en Europe jusqu’au départ définitif de 190924.

  • 25 Lorsqu’ils avaient été menacés d’expulsion en 1877, les jésuites avaient demandé à la Société du Sa (...)

18Si l’on pouvait réinsérer assez rapidement les religieuses les plus jeunes, il fallait songer en priorité aux plus âgées. Des « refuges », aux frontières, recueillirent pendant l’été de 1903 les malades, les Mères et les Sœurs « anciennes », qui y vivraient dans des communautés de langue française, chargées de légères tâches apostoliques. Le choc de l’événement accéléra du reste des décès aussi bien avant le départ qu’à l’arrivée. On ouvrit, grâce à des dons, des prêts et des achats, quatre refuges dans le nord de l’Italie, au Cioché, à Cassinetta, à Lubliano et à Trinità, trois en Belgique, à la Ramée, à Fontaine-l’Evêque et à Wetteren. D’autres furent installés à Subiaco, en Angleterre, à Miralonda, en Autriche, et à San Sebastian, en Espagne. Des fondations à Nimègue, Ostende et Anvers devinrent également des refuges. En 1904, on se préoccupa d’éloigner les plus jeunes. Pendant la Semaine sainte, les juvénistes et les aspirantes de chœur partirent au Cioché. Durant l’été, les novices de Conflans gagnèrent Jette et celles de la Ferrandière Rivoli, la dernière prise d’habit ayant eu lieu à Conflans le 11 juillet 1904. On dispersa les probanistes françaises mais une dernière probation de seize Italiennes, Autrichiennes, Anglaises et Américaines fut discrètement ouverte à Conflans le 1er septembre 1906. La Mère Digby avait décidé, on le sait, de faire un sort à part aux aspirantes coadjutrices. Elle s’engagea toutefois à les reprendre si à l’avenir la Société pouvait rentrer en France et si elles-mêmes avaient persévéré dans leur vocation. Craignant peut-être des profanations, elle décida de mettre en sûreté le corps de la Mère Barat, qu’on expédia légalement mais discrètement à Jette le 29 avril 190425.

  • 26 Les Religieuses du Sacré-Cœur furent reçues avec réticence à Ostende par l’évêque qui avait déjà da (...)

19Il fallait s’installer à proximité de la France si l’on voulait continuer à recevoir les enfants auxquelles leurs familles voulaient conserver l’éducation du Sacré-Cœur. Des pensionnats furent créés à San Sebastian pour accueillir les élèves du sud-ouest, à San Remo pour celles d’Aix-en-Provence, à Avigliana, pour celles de Lyon, en Angleterre pour celles de l’ouest. Dès l’annonce d’une probable fermeture de Lille, les parents des élèves demandèrent l’ouverture d’un établissement en Belgique. En mai 1905, ils prospectèrent les propriétés disponibles. Econduits à Tournai, ils firent acheter le château de Lindthout, près de Bruxelles26.

  • 27 M. Quinlan, op. cit., p. 94.

20Le départ de plus de deux mille six cents personnes réclamait une organisation soigneuse. La Mère générale avait demandé aux supérieures des précisions sur l’état de santé et les aptitudes de leurs religieuses, en particulier sur leur connaissance des langues étrangères. Les supérieures ajoutèrent leur avis sur les possibilités de réinsertion de telle ou telle. Aidée par les vicaires et par ses notes personnelles, la Mère Digby se chargea d’établir les obédiences. Cette longue tâche ne fut pas facile. Les listes conservées ont gardé la trace de ses repentirs et des changements d’affectation qui en résultèrent, parfois au dernier moment. On raconte qu’elle tenta d’alléger les conditions de certains départs, en fonction de ce qu’elle savait des dispositions des religieuses, en envoyant une dont elle connaissait la passion pour les fleurs dans une maison qui disposait d’un beau jardin27.

  • 28 Vie de la R.M. Le Bail, p. 95.

21Les Religieuses du Sacré-Cœur montrèrent, à l’usage, la qualité de la formation qu’elles avaient reçue et l’intensité de leur vie religieuse. Elles savaient qu’elles pouvaient être appelées hors de leur pays sans espoir de retour et elles étaient conscientes que l’apostolat primait sur toute autre considération. Il n’empêche que le détachement et le courage dont elles firent preuve furent impressionnants. Une jeune coadjutrice, à qui la Mère Le Bail demandait son lieu de destination, répondit simplement : « Je ne sais pas bien ; la Mère Assistante me l’a dit et je l’ai oublié. Mais si vous voulez le savoir, c’est écrit sur mon panier ! » Une autre interrogée sur son aptitude à s’habituer aux climats extrêmes répondit : « Ma Mère, pour obéir, je ne crains ni le froid, ni la chaleur, ni les bêtes, ni les gens28. » Les religieuses découvraient leur obédience en s’installant dans leur stalle. Comme l’écrivit la Mère Baillot d’Estiveau, au moment de quitter Quimper, « tout notre mobilier disponible a son obédience, mais les personnes ignorent encore leur destination… C’est toujours « chez Lui », que le Maître nous attend, c’est toujours la même invitation : « Demeurez dans mon amour. » Destinée à Tijuca, au Brésil, elle se retrouva en Pologne !

  • 29 Notice de la Mère Baillot, p. 8 : « En août 1907, je goûtais pour la seconde fois l’amertume des de (...)
  • 30 Vie de la R.M. Borget, p. 183-184 et 201-202.

22Les départs étaient douloureux et, comme la plupart des religieuses eurent à quitter successivement plusieurs maisons, l’épreuve se répéta29. Les craintes portaient sur les conditions de réinsertion, sur de possibles difficultés à maîtriser la langue du pays d’accueil : « Ne dites pas cela, répliqua la Mère Borget à l’une des religieuses qui les avait exprimées, il y aura partout des pommes de terre à éplucher » et elle ajouta : « Soyons reconnaissantes à la Société d’avoir toujours un emploi à nous procurer, et estimons-nous en très honorées ; tant de personnes dans le monde souffrent et se lamentent de ne pas trouver de travail ! Notre manière de remercier nos Mères et nos Sœurs de tout ce qu’elles font pour nous, c’est de bien remplir notre emploi30. » Aucune Religieuse du Sacré-Cœur ne prit prétexte de la situation pour demander un relevé de vœu. Le phénomène est assez rare pour être souligné car, dans beaucoup de congrégations masculines et féminines, des religieux ne se sentirent pas le courage de quitter leur pays.

  • 31 Jean-Dominique Durand, « Rome, les congrégations et la France », Le Grand exil des congrégations re (...)
  • 32 Lettre d’Elisabeth de Kerautem, communiquée par Marie-Guyonne du Penhoat.

23Pendant qu’il était temps, il fallait sauver les biens de la Société. La supérieure générale avait pris la précaution de garder deux fers au fer et pour préserver autant qu’il était possible les possessions, elle demanda en janvier 1903 au Vatican de relever du vœu de pauvreté des professes pour faire passer des immeubles sous leur nom31. Mais l’essentiel de la politique consista à réaliser les biens meubles et immeubles. La Mère Borget, malgré son âge – elle avait alors soixante-dix sept ans –, fut le maître d’œuvre exceptionnel d’une opération qui montra sa vive intelligence et son sens des affaires. Dès 1901, elle avait liquidé les annexes, les aumôneries, les bâtiments non reconnus des maisons autorisées ainsi que les propriétés qui avaient été mises au nom des religieuses. Elle fit écouler sur place les objets qui ne pouvaient pas être emportés ou dont la valeur était inférieure aux frais de port. Une Ancienne de Quimper a décrit l’état de la maison avant la fermeture : « Permission d’aller dans tout ce qui avait été le pensionnat et de prendre ce qu’on voulait. C’était navrant. À Saint Michel, dortoir d’en haut, fenêtres, persiennes, tout avait disparu. Au petit pensionnat, belle salle avec parquet, on ne voyait plus qu’un trou immense : plus de plancher. Dehors, entrée libre. Des pauvres venaient avec des voiturettes à bras couper et prendre du bois. Dans les cloîtres, deux ouvriers faisaient un vacarme assourdissant en enlevant le dallage32. »

  • 33 Arch. Gén. C I A, 5d, box 5.
  • 34 Vie de la R.M. Le Bail, p. 96.

24Comme on avait décidé de ne rien laisser, un inventaire des biens meubles fut constitué et adressé aux maisons qui pouvaient demander ce dont elles avaient besoin. Dans un petit carnet33, on recensa tout ce qui avait été envoyé, avec le lieu d’origine et le lieu de destination de chaque objet ou catégorie d’objets. Tout partit : horloges, orgues, autels, tables de communion, chaires, bancs, prie-Dieu, confessionnaux, tabernacles, bénitiers, lampes, vases sacrés, cloches, candélabres, bannières de procession, statues, ornements liturgiques, reliques. Tout ce qui était utile aux établissements scolaires et aux communautés, – les bibliothèques, le mobilier, le linge, les cabinets de physique et de sciences naturelles ou les serres – quitta aussi la France. Le cèdre qu’avait aimé la Mère Barat fut débité en planches. Des parquets furent retirés et parfois même les volets, les vitraux et les appuis des fenêtres. Boulevard des Invalides, dans l’attente de l’« expulsion », le matériel avait été réduit. La Mère Digby ne pouvait plus loger ses visiteuses, car on n’avait gardé qu’un lit par personne. Dans son appartement, elle disposait de quelques vieilles chaises de paille et des caisses faisaient office de bibliothèques. On vivait « sous la tente34. »

  • 35 Nantes expédia plus de douze cents colis de tailles diverses.

25Les envois en Belgique furent les plus nombreux, parce que c’était la vicairie qui comptait le plus de fondations et parce que les envois étaient si avantageux qu’on pouvait y adresser des objets de peu de valeur par wagons directs, ce qui évitait les frais d’emballage. La vicaire, la Mère Betzy Nieuwland, avait en effet obtenu la dispense des droits de douane. Ces derniers, variables selon les pays, guidèrent la stratégie en matière d’expédition. L’Angleterre ne reçut que des objets de valeur car, si les taxes étaient inexistantes, le transport par mer entraînait de gros frais. Les droits exigés par l’Autriche et l’Italie étant élevés et ceux de l’Espagne quasiment prohibitifs, on s’« arrangea » avec des « expéditeurs habiles » pour y faire passer clandestinement des objets de sacristie. Hors d’Europe, on n’achemina que des objets que l’on ne trouvait pas sur place. Tout n’arriva pas intact à destination. Les statues de saint Joseph et de sainte Philomène qui provenaient de Montpellier étaient brisées quand elles furent déballées au Caire. La plaque d’autel de la chapelle de Mater admirabilis put être récupérée, mais elle conserve la trace d’une cassure, conséquence d’un empaquetage maladroit. Le travail matériel imposé par ces envois fut considérable35.

  • 36 Arch. Gén. CI C 3, 1910, box 16.

26Cette tactique de « terre brûlée » porta ses fruits. En 1910, la Mère Borget estima que les fermetures avaient été un désastre et qu’elle n’avait pu sauver que des « épaves »36. Il n’empêche que la vente des biens fonciers, opérée avant la nomination du liquidateur, permit de payer les frais de liquidation. Comme le surplus des recettes d’une liquidation de congrégation devait aller à des œuvres similaires, en l’occurrence pour les congrégations enseignantes à l’enseignement public, la Société du Sacré-Cœur avait décidé de ne pas laisser de reliquat. Elle fit transférer, changer et vendre hors de France les valeurs mobilières, n’abandonnant à la liquidation que deux titres nominatifs de faible importance. La mise à l’abri des biens meubles évita de lourds frais d’installation hors de France.

  • 37 Une professe, qui avait un député dans sa famille, refusa de revendiquer.

27L’opération la plus fructueuse concerna toutefois la revendication des dots et donations des religieuses vivantes ou décédées permise par la loi qui protégeait les droits des individus. La Mère Digby ne voulait pas s’y livrer, soit parce qu’elle pensait que l’on n’aboutirait à rien, soit parce qu’elle ne souhaitait pas faire connaître l’ampleur des sommes reçues. La Mère Borget et les avocats de la Société ne partageaient pas cet avis et finirent par avoir gain de cause. On ne fit revendiquer que les professes et on ne força personne à le faire pour éviter des difficultés aux familles37. Les magistrats se montrèrent bienveillants, sauf pour les immeubles qui auraient pu servir à reconstituer la congrégation. Ils n’exigèrent pas de preuve de la donation : il fallait simplement fournir l’assurance que la fortune de la famille était ou avait été suffisante pour l’effectuer et, pour les religieuses décédées, que la somme avait été réellement versée. La quasi-totalité des revendications fut reçue par les tribunaux. La plus grande partie des sommes récupérées varia de 10.000 à 20.000 F. Il y en eût toutefois de beaucoup plus considérables ! La Société du Sacré-Cœur, qui semble avoir été la congrégation qui fit le plus de revendications, récupéra 85 % environ de ce à quoi elle prétendait et la liquidation ne s’acheva qu’après la première guerre mondiale. La Mère Stuart avait décidé de réserver cette somme et les revenus qui y étaient attachés au rachat des maisons de France quand on pourrait y rentrer.

  • 38 Sauf le bâtiment de l’ancienne préfecture que la Mère Digby avait cédé pour que puisse s’y établir (...)

28C’était la vente des immeubles d’une congrégation qui procurait à l’état les fonds nécessaires pour restituer les dots et donations. Les propriétés du Sacré-Cœur étaient aussi difficiles à vendre qu’à louer à cause de leur étendue. Elles furent acquises par des entreprises, des diocèses, transformées en établissements scolaires, en hôpitaux ou en casernes. Des acquéreurs s’engagèrent à rendre les immeubles de Lille38, Amiens, Joigny, Marmoutier, Bordeaux et Marseille si la congrégation se réinstallait en France. Mais il y eut aussi des acquisitions suspectes aux yeux du droit canon ; des propriétés furent morcelées et des bâtiments détruits. Le cas le plus complexe était celui de l’hôtel Biron. Les descendants de l’ancienne propriétaire, la duchesse de Charost, allèrent en justice car ils prétendaient que le Sacré-Cœur n’avait pas acheté l’immeuble de la Rue de Varenne mais l’avait reçu en donation. Ce n’est qu’en avril 1909 que la justesse de la position de la congrégation fut reconnue et que le liquidateur put mettre aux enchères la propriété. Divers prétendants étaient sur les rangs, mais l’intervention à la Chambre de députés catholiques, que le Sacré-Cœur estima « malheureuse », attira l’attention du gouvernement sur cette propriété de cinq hectares, située en plein cœur de Paris. Le président du Conseil, Aristide Briand, vint la visiter et la fit acheter pour six millions et demi de francs.

3. Les raisons et les conséquences d’une attitude intransigeante

  • 39 À Quimper, les religieuses devaient partir le 25 septembre 1907. Mais le 16, le préfet donna l’ordr (...)
  • 40 Lettres annuelles, supp. 1958-1961, p. 176.
  • 41 Vie de la R.M. de Neuville, p. 8.
  • 42 Religieuses du Sacré-Cœur, t. 3, p. 259.

29Bien conseillée par ses hommes de loi, la Société du Sacré-Cœur sut faire traîner les choses et, par des procès divers intentés aux liquidateurs pour vice de forme, elle put rester sur les lieux plus longtemps que prévu. Mais si elle se servit de tous les expédients qu’offrait la loi, elle évita l’affrontement direct. La dispersion des religieuses fut parfois avancée pour éviter une descente de police39. Quand la supérieure générale et ses assistantes quittèrent Paris, elles le firent discrètement, sans prévenir quiconque. Ce furent les « amis » du Sacré-Cœur, en fait les parents des religieuses et des pensionnaires, qui firent des démarches pour retarder les fermetures. À Lille, la Mère Catherine de Montalembert fut prévenue, six mois à l’avance, de la fermeture de sa maison, sans doute par son cousin, le comte Emmanuel de Montalembert, qui était député du Nord et qui l’accompagna en voiture jusqu’à la gare lors de son départ pour la Belgique. C’est grâce à un autre député catholique, Plichon, dont trois filles étaient pensionnaires à Conflans que la maison gagna deux ans de répit et put ainsi servir de refuge au conseil général. Les élèves s’étaient mobilisées, multipliant les neuvaines pour obtenir que « les Mères » restent en France. Dans les pensionnats, tous les quarts d’heure on sonnait la cloche à la salle d’études et à l’invocation : « Sacré Cœur de Jésus », toutes les élèves répondaient : « Gardez-nous nos Mères et sauvez la France40. » Avant de quitter Paris, la Mère Digby remit à chacune des élèves de la rue de Varenne une médaille portant cette inscription : « Quis nos separabit41 ? » Pour sauver Conflans, les enfants de l’école gratuite s’étaient partagé les quartiers de Charenton et avaient recueilli une à une les signatures d’une pétition42. Les religieuses n’ont pas recherché la publicité ni les manifestations de sympathie dont elles furent l’objet lors de leur départ. Mais partout, elles furent escortées par leurs élèves et les parents de celles-ci dans des cortèges qui mêlaient riches et pauvres.

  • 43 Arch. Gén. C I C3, 1904.
  • 44 Circulaires de la T.R.M. Digby, p. 166-167,

30Des questions subsistent sur les raisons d’une intransigeance qui fit des émules parmi les autres congrégations françaises. Comme la Mère Digby l’a dit lors de la congrégation générale en 1904, elle n’a pas voulu négocier : « Il a semblé à la fois digne et utile de ne pas se faire expulser par violence et de ne pas demander l’ombre d’une faveur à un gouvernement qui s’apprêtait déjà à interdire l’enseignement à toute congrégation religieuse43. » S’il est clair qu’elle n’a pas voulu provoquer par une résistance excessive un scandale qui lui semblait sans doute peu compatible avec la conception qu’elle avait de la vie religieuse, tout montre qu’elle n’a pas voulu traiter avec l’état. Il ne semble pas qu’il faille voir dans sa décision le résultat de pressions qui seraient venues du Vatican. Le compte rendu de l’audience que le pape lui donna le 24 décembre 1904 montre que Pie X ne liait pas la fermeture des établissements et le départ de France, puisqu’il demanda à la Mère Digby si la Société du Sacré-Cœur n’avait pas la possibilité d’y demeurer44. Elle lui répondit : « Très Saint Père, une loi nous avait accordé l’autorisation ; une autre loi nous l’enlève ; il n’y a rien à faire ! », ce qui prouve qu’elle confondait ou voulait confondre l’autorisation accordée à une congrégation, qui assurait son existence légale, et celle qui concernait ses activités.

  • 45 Arch. Gén. C I A 5 d, box 10.
  • 46 Le cardinal Sevin fit plus tard état du conflit qui l’avait opposé à la Mère Digby sur ce point.
  • 47 Elisabeth de Kerautem, qui assista au départ des religieuses de Quimper le 16 août 1907, écrivit à (...)

31La décision de quitter la France n’a fait l’unanimité ni à l’extérieur ni à l’intérieur de la congrégation. Des parents d’élèves ont estimé qu’en partant la Société du Sacré-Cœur laissait sans soutien celles dont elle avait la charge et qu’elle abandonnait ses œuvres à la concurrence de l’état ou des congrégations restées sur place. D’autres raisons étaient plus mesquines. Des institutrices laïques n’allaient-elles pas réclamer des frais de pension supérieurs à ceux que demandaient les religieuses45 ? Préoccupé par le sort de l’enseignement libre en France, l’épiscopat n’était pas unanime sur le départ des religieuses46. Dès 1908, la Mère Digby prit conscience que des congrégations restées sur place, y compris des congrégations ignatiennes, s’organisaient pour remplacer le Sacré-Cœur, cherchant à s’en approprier le prestige et les emblèmes. Aussi ordonna-t-elle de faire détruire les coins des médailles des Enfants de Marie. Pour que les associations des Anciennes ne restent pas sans appui, la Mère Digby autorisa quelques religieuses à revenir, en civil, passer régulièrement quelques jours en France, dans les villes les plus proches des frontières, pour poursuivre leur accompagnement spirituel. Incontestablement des Anciennes furent mécontentes du départ des religieuses. Bien que l’Entente cordiale ait été signée en 1904, une partie de la population française manifestait aux Britanniques une méfiance latente, ravivée par le conflit qui avait opposé au Soudan en 1898 les généraux Marchand et Kitchener pour la possession de Fachoda. Des Anciennes se demandèrent si la nationalité de la supérieure générale n’avait pas pesé dans sa décision de quitter la France et si les religieuses avaient eu alors leur mot à dire47.

  • 48 Tém. Vincenette d’Uzer, pour Layrac.

32S’il n’y eut pas de remous dans le corps de la congrégation à l’annonce du départ, avant 1904, le conseil général n’avait pas été unanime sur la stratégie à adopter. Le conflit, qui opposa la supérieure générale à deux de ses assistantes, était plus large et concernait la gouvernance de la Mère Digby, différente de celle des Mères générales qui l’avait précédée. L’une de ses causes porta toutefois sur sa façon de traiter du sort de la congrégation en France. Certes sa santé lui imposait de passer une partie de l’année à Rome et sa charge la faisait voyager en Europe. Mais, compte tenu de la gravité de la conjoncture, on peut s’étonner qu’elle n’ait pas privilégié alors des séjours à Paris ou qu’elle n’ait pas emmené à Rome certaines de ses assistantes générales. Car elle ne pouvait pas discuter avec ses conseillères autrement que par courrier. Comme les archives générales ont conservé de petits billets qui portent cette question : « Devons-nous essayer de rester en France ? » il semble bien qu’il n’y eut pas de vrai débat au sein du conseil sur ce point fondamental, ou que la Mère Digby n’a interrogé ses assistantes générales que pour la forme. L’avenir de la Société en France fut en effet l’une des questions en litige. La Mère Juliette Depret était la supérieure de la Maison des Anges, à Paris. En contact avec des milieux divers, y compris politiques, elle estimait qu’il fallait au moins conserver en France quelques maisons, pour se donner les moyens d’attendre l’apaisement du tumulte et pour permettre un retour. La tradition rapporte qu’elle suggérait de garder celles qui avaient développé des œuvres prometteuses en milieu populaire48.

  • 49 Grâce au procès verbal de la congrégation générale de 1904, on voit que la supérieure générale conn (...)

33Parce qu’elle ne souhaitait pas négocier, la Mère Digby s’interdisait les recours permis par les aménagements de la loi de 1901. Elle n’a pas traité à propos de la maison d’Alger qui était l’une des maisons catholiques d’éducation les plus anciennes d’Afrique puisqu’elle datait de 1842. Or le gouvernement faisait un sort particulier aux congrégations ayant des bases dans l’Empire et n’exportait pas habituellement sa politique anticléricale hors de la métropole49. La Mère Digby aurait aussi pu arguer du fait que les pensionnats du Sacré-Cœur, à l’étranger, recevaient les enfants de l’élite et qu’ils contribuaient au renom de la France en oeuvrant en faveur de son rayonnement culturel. Enfin un excellent argument pour le maintien de la congrégation aurait consisté à rappeler que le noviciat général était destiné à pourvoir les maisons de l’étranger. Car l’amendement Leygues, adopté le 21 mars 1904, stipulait que pouvaient rester ouverts les noviciats qui formaient du personnel pour l’enseignement du français dans les pays étrangers et les colonies.

  • 50 Arch. Prov. France. Emily A. Miller signale que les religieuses étaient « fortement royalistes » et (...)

34La stratégie de la Mère Digby avait été rapidement élaborée, peut-être trop rapidement, mais il faut noter à sa décharge que la situation légale des maisons françaises a été une cause d’imbroglio. Les responsables de la congrégation, malgré la qualité de leurs archives, n’avaient pas toujours une vision claire de la situation réelle de leurs établissements. Mais les Religieuses du Sacré-Cœur n’avaient pas confiance dans le régime républicain50. Aussi la Maison Mère a-t-elle anticipé les événements, l’abandon de la maison de Joigny en est la preuve, et les justifications fournies a posteriori par la Mère Digby sont totalement anachroniques. Mais comment savoir quel fut le discernement auquel elle se livra ? Elle a fait preuve d’intransigeance, « comme les jésuites », dit-on. Mais le refus de plier n’avait pas les mêmes conséquences pour des religieux qui pouvaient se fondre dans la population tout en poursuivant leur ministère, voire demander à intégrer le clergé diocésain, et pour des religieuses semi-cloîtrées.

  • 51 Arch. Prov. Égypte, Correspondance I. Lettre reçue au Caire.
  • 52 Les autorités politiques ou judiciaires ne poursuivirent pas les religieuses sécularisées qui conti (...)
  • 53 Se référait-elle à la révolution de 1789, ou à la révolution anglaise ? L’un des membres de sa fami (...)

35La sécularisation et l’abandon du costume religieux furent envisagés par le conseil général, comme le prouve une lettre d’août 1904 : « Notre Très Révérende Mère dit que du dehors lui venaient pour nous nombre de demandes de sécularisation, à quoi elle répondait que nous ne quitterions jamais ni notre habit, ni nos vœux, ni notre vie religieuse. Tant que le Saint-Siège existera, les Religieuses du Sacré-Cœur resteront ce qu’elles sont51. » Peut-être aurait-il fallu faire une distinction entre le port de l’habit et la pratique des vœux. Mais on voit mal comment les Religieuses du Sacré-Cœur auraient pu renoncer à la vie communautaire. Or vivre à plusieurs pouvait constituer un « délit de congrégation »52. Une tradition interne à la Société prétend que la Mère Digby, influencée par les souvenirs de la Révolution, avait redouté qu’une persécution mette en péril la vie des religieuses53.

36Si la loi de 1904 n’impliquait pas la dispersion d’une congrégation, elle empêchait ses activités d’enseignement. C’est incontestablement ce qui a dû prévaloir. Pour glorifier le Cœur de Jésus, la Société du Sacré-Cœur disposait, outre l’éducation formelle, de l’accompagnement spirituel. Il ne semble pas que la Mère Digby ait songé, pour rester en France, à miser sur cette forme d’éducation. En revanche après 1909, elle relança l’œuvre des retraites et l’accompagnement spirituel sous toutes ses formes. La Mère Stuart, à son tour, fit comprendre que le « troisième » et le « quatrième » moyens d’action apostolique prévus par les Constitutions étaient appelés à se substituer à l’éducation formelle lorsque celle-ci n’était plus possible. Il ne faut pas oublier que le pensionnat faisait vivre la communauté et les autres œuvres éducatives. Comment financièrement aurait-on pu tenir sans l’apport des pensions payées par les élèves ? Mais on ne songea pas non plus, semble-t-il, à transférer la direction des pensionnats et des écoles à des laïques.

  • 54 Lettres annuelles 1901-1903, p. 286.
  • 55 Arch. Gén. C I A 5 d. Grâce à George Attlee, le neveu d’une religieuse, qui était en mission au con (...)
  • 56 Arch. Prov. Belgique. Jacqueline Parmentier, « Sainte Madeleine-Sophie à Jette ».
  • 57 Vie de la R.M. Borget, p. 176.
  • 58 Circulaires de la T.R.M. Digby, 6 janvier 1906, p. 180.

37C’est sans aucun doute la vision spirituelle que la Mère Digby avait de la situation qui peut expliquer sa conduite. À partir de 1902, elle a toujours présenté la politique du gouvernement français comme un effet de l’affrontement du bien et du mal. C’est « une guerre que nous voyons déclarée à Dieu », écrivit la secrétaire de la maison d’Alger, résumant l’opinion commune54. Un esprit « guerrier » était du reste sensible à la maison-mère. En 1903, la crainte de l’espionnage y était telle que la supérieure générale, pour correspondre avec l’étranger, fit usage de la malle diplomatique britannique55. Les lettres étaient codées, y compris celle qui annonça le transfert du corps de la Mère Barat en Belgique56. Une preuve de cet état d’esprit est fournie par une anecdote savoureuse. La Mère Borget conservait sur sa cheminée une petite bouteille dans laquelle nageait un papier blanc. « Ce sont les ministres qui trempent dans l’eau bénite », expliquait-elle à ses visiteuses ahuries57. Elle avait copié leurs noms sur un papier qui, plongé dans l’eau bénite, s’était décoloré ! La rupture des relations diplomatiques entre la France et le Vatican, puis la séparation des Églises et de l’État formèrent un arrière-plan « tragique » à une période « extraordinaire ». La loi du 9 décembre 1905 fut qualifiée par la Mère Digby de « crime qui bien que préparé de longue date n’en cause pas moins la stupeur et demande expiation58. »

  • 59 Id. p. 206, 1er janvier 1908. À la veille de quitter Quimper, la supérieure de Quimper offrit aux A (...)
  • 60 Id. p. 148-149, 19 juin 1903.
  • 61 Id. p. 130, circulaire du 18 décembre 1902.
  • 62 Id.
  • 63 Id. p. 182-183.
  • 64 Arch. Gén. C I C3. Rapport de la supérieure générale.
  • 65 Guy Laperrière, Les congrégations religieuses. De la France au Quebec, 1880-1914. t. 2 : Au plus fo (...)

38Le désir qu’avait la Mère Digby de suivre Jésus-Christ impliquait pour elle d’affronter toute forme de persécution. Il fallait combattre, faire preuve de générosité et de courage, manifester un amour radical du Christ, « en revivant les mystères de la passion douloureuse de Jésus doux et humble de cœur59. » Le sacrifice était onéreux, mais il ne devait pas être fait « autrement que par amour60. » La Mère Digby avait toujours voulu qu’elle-même et ses filles fussent dignes de leur fondatrice qui avait donné pour devise à ses premières compagnes la générosité61. Lors du centenaire de la fondation de la Société du Sacré-Cœur, elle leur avait écrit : « Il n’est pas juste que nous vivions sur l’ancien prestige de la Société, dont le nom exerce une puissance magique sur celles dont la mémoire peut encore les reporter à ses premières années62. » Aussi leur avait-elle demandé de renforcer les vertus religieuses, l’obéissance et l’union, de manifester courage et ferveur63. En 1904, la Société apprit que « la supérieure générale et son conseil [tâcheraient] de résister jusqu’au bout : nous sommes dans notre domicile, c’est notre droit d’y rester ! Nous passerons peut-être par des moments difficiles ; mais tant que nous vivrons, il faudra lutter et ne jamais rendre les armes64. » La proclamation de l’héroïcité des vertus de la Mère Barat, le 12 février 1905, et sa béatification, le 25 mai 1908, confortèrent sans aucun doute la Mère Digby dans son attitude de fermeté. On ne saura jamais, bien sûr, si pour elle un retour en France était seulement envisageable. En tout cas, en prenant la décision de la quitter, elle coupait les ponts avec le pays qui avait vu naître la Société du Sacré-Cœur et qui lui fournissait ressources et vocations. Des religieux s’étaient demandé si des femmes étaient capables de résister à des mesures politiques hostiles65. Incontestablement les Religieuses du Sacré-Cœur ont été appelées à faire la preuve de leurs vertus « viriles », de leur dévouement et de leur fermeté et elles obéirent. Lorsque la Mère Digby était passée du protestantisme au catholicisme, contre l’avis de son père et d’une partie des siens, elle avait fait un choix coûteux, renouvelé lors de son entrée rapide dans la vie religieuse. La décision qu’elle prit de quitter la France fut tout aussi radicale. Ce fut aussi ce que l’obéissance exigea de ses filles. Mais pour elle et pour les autres, cette résolution ne fut pas sans douleur.

  • 66 Arch. Prov. Égypte, Correspondance I.
  • 67 Vie de la R.M. Le Bail, p. 93.
  • 68 Arch. Prov. Égypte, Journal du Caire, 12 mars 1904.
  • 69 Id. 25 juillet 1904.
  • 70 Vie de la R.M. Borget, p. 219.

39Une décision peut en effet être prise dans la souffrance, sans que celle-ci s’exprime forcément dans un texte ou un discours, d’autant plus qu’à l’époque l’éducation n’habituait pas à faire connaître ses sentiments. Ni le courage ni la générosité ne sont synonymes de dureté. Ils peuvent aussi se manifester dans la fragilité et la faiblesse. Des indices le révèlent discrètement. Une lettre d’août 1904, reçue par une religieuse du Caire, fait état des sentiments qui se manifestaient à Paris : « Le vœu de notre Très Révérende Mère pour ses filles est que chacune soit prête à aller partout… Nos Mères appellent la probation actuelle, « celle du miracle » ; les probanistes ambitionnent le nom de « probation du rien ». On nous a écrit qu’à la fête de l’Immaculée Conception, la Révérende Mère Borget faisant la consécration avait éclaté en sanglots à ces paroles : « Bénissez celles qui portent tout le fardeau de la Société » et n’avait pu achever66. » À la maison-mère, il avait été « convenu qu’on ne s’appesantirait pas sur les difficultés du temps67 », ce qui était une manière de garder le moral. La douleur était générale : les religieuses qui recevaient les envois en provenance de France souffraient de ce que c’étaient « des reliques de maisons destinées à mourir. Quelle émotion pour celles de nous qui ont été à Montpellier de revoir ici toutes ces richesses ! Quel brisement de cœur pour nos Mères qui les ont vues partir et pour les Enfants de Marie qui les avaient données68. » Celles du Caire se consolèrent en se disant que « grâce à cette fuite en Égypte, ces choses étaient mises à l’abri de tout danger et ne [tomberaient] pas entre les mains des Hérodes modernes69. » Mais la Mère Borget a écrit à une correspondante : « Si vous saviez comme il est triste de voir ainsi tout enlever70. »

 

  • 71 Lettres de la T.R.M. Digby, 26 juin 1909, p. 278.

40Les expulsions furent pour les congrégations religieuses qui la subirent une épreuve que la solidité de la Société du Sacré-Cœur put contenir. Mais elles la transformèrent et lui firent franchir une étape de son histoire. Jusqu’alors la congrégation avait toujours été dirigée depuis Paris où les supérieures générales avaient leur résidence. Rien ne dit que l’on n’ait pas pensé alors à la transférer à Rome. Mais pour la Mère Digby, une installation en Belgique s’imposait, car il fallait rester le plus près possible de la France afin d’éviter un « grave détriment pour les biens de la Société71. » La Belgique était aussi un pays neutre dont on appréciait le calme. Insister sur le caractère provisoire du transfert de la maison-mère était aussi une manière d’apaiser les craintes des religieuses françaises singulièrement touchées par la situation. Mais l’abandon de la France ne pouvait pas rester sans conséquences administratives et humaines. Au-delà de la multiplication des vicairies dans les pays européens qui fut alors opérée, c’était une « nouvelle » Société du Sacré-Cœur, plus internationale et désormais présente sur les cinq continents, qui était à construire ou à reconstruire.

Notes

1 Des maisons étaient gérées par tontine, c’est-à-dire qu’elles revenaient aux survivantes du groupe initial qui était régulièrement renouvelé.

2 Arch. Gén. CI A 5 d, box 9, note de 1916.

3 En 1874, la congrégation générale avait aboli, parce que contraire aux Constitutions, un décret antérieur qui avait mis à la disposition de la supérieure générale les biens meubles et immeubles de chaque religieuse. En 1895, la congrégation générale reconnut que les religieuses pouvaient disposer d’une partie notable de leur fortune en faveur de leur famille ou pour les bonnes œuvres, mais avec permission.

4 C. Langlois, op. cit., p. 380-384.

5 Circulaires, I, p. 98-100, 16 juin 1841 : « Plusieurs des nôtres, pour ne pas dire la majeure partie, auxquelles il revient des dots, héritages, dons de leurs parents, demandent que cet avoir soit donné à la maison où elles se trouvent. C’est sans doute pour un bon motif, mais elles ne considèrent pas que cette demande est contraire à l’indifférence et au dépouillement absolu. Chacune ne voit que les besoins de la maison qu’elle habite ; elle perd de vue alors ceux de la Société entière, la Mère de toutes, qui n’a que cette unique ressource pour soutenir les fondations, surtout celles des états protestants […] Comment donc soutenir les nouvelles fondations ? Nous serions forcées de les abandonner privées de ressources. Toutes ne font-elles pas qu’un ? »

6 En 1874, la congrégation générale décida qu’elles seraient affectées de façon fixe à une maison, afin d’éviter les difficultés au moment des obédiences qui s’étaient produites auparavant.

7 Lettres circulaires de la T.R.M. Lehon, p. 88, 25 mai 1881.

8 Id. p. 157, 22 décembre 1889.

9 Id. p. 162-163, 30 décembre 1890.

10 Comme elle n’avait pas versé le droit d’accroissement, elle avait à redouter une pénalité de 578.546 F.

11 Vie de la R. M. Césarine Borget, p. 174.

12 Arch. Gén. CI A, box 10.

13 Lettres annuelles, 1901-1903, p. 220.

14 Id. p. 366. À Angoulême, les actes d’autorisation avaient disparu de la préfecture qui refusa de reconnaître une valeur aux doubles qui furent produits.

15 Rapport de la Mère Digby à la congrégation générale de 1904.

16 Lettres annuelles, 1917-1919, p. 834.

17 Arch. Prov. France, lettre du 4 septembre 1904 à une assistante générale.

18 Arch. Gén. C I A 5d, box 9bis.

19 Lettres circulaires de notre T.R.M. Digby, p. 200, 24 juillet 1907.

20 Id. 18 décembre 1902, p. 125-126.

21 Vie de la R.M. Le Bail, p. 90.

22 Journal de la Trinité des Monts, Rome.

23 Arch. Gén. C III, Égypte. Lettre de la Mère Digby au cardinal protecteur, 26 octobre 1903. L’évêque de Metz parvint toutefois à éviter une nouvelle expulsion aux quelques religieuses qui y avaient été envoyées. Quatre religieuses de Nantes furent envoyées à Kientzheim en 1909.

24 La Mère Noély Alix recensa dans un carnet les obédiences des religieuses de Laval, Saint-Brieuc, Quimper et Nantes où elle fut successivement envoyée avant de partir pour l’Irlande :

Image 100000000000035C0000017833420C14.png

25 Lorsqu’ils avaient été menacés d’expulsion en 1877, les jésuites avaient demandé à la Société du Sacré-Cœur si elle voulait se charger des restes du Père Varin. La Mère Lehon l’avait fait enterrer à Conflans. Les novices allaient souvent prier sur sa tombe pour demander, par son intermédiaire, d’acquérir l’esprit de la Société (Vie de la R.M. Fornier, p. 111). La Mère Digby fit partir pour Roehampton son cercueil, ainsi que celui de Marie Lataste. Celui de la Mère Hardey fut expédié en janvier 1905 à Kenwood. Il semblerait que ce fut le Vatican qui poussa au transfert du corps de la Mère Barat dont le procès de béatification était en cours.

26 Les Religieuses du Sacré-Cœur furent reçues avec réticence à Ostende par l’évêque qui avait déjà dans son diocèse une congrégation vouée au Sacré-Cœur. On se posa aussi la question du bien fondé de cette fondation dans un lieu de villégiature. Il est vrai que la maison était proche de celle où séjournait le shah de Perse, et cela n’était pas considéré comme un voisinage de tout repos !

27 M. Quinlan, op. cit., p. 94.

28 Vie de la R.M. Le Bail, p. 95.

29 Notice de la Mère Baillot, p. 8 : « En août 1907, je goûtais pour la seconde fois l’amertume des derniers adieux ».

30 Vie de la R.M. Borget, p. 183-184 et 201-202.

31 Jean-Dominique Durand, « Rome, les congrégations et la France », Le Grand exil des congrégations religieuses françaises, 1901-1904, Paris, 2005, p. 104.

32 Lettre d’Elisabeth de Kerautem, communiquée par Marie-Guyonne du Penhoat.

33 Arch. Gén. C I A, 5d, box 5.

34 Vie de la R.M. Le Bail, p. 96.

35 Nantes expédia plus de douze cents colis de tailles diverses.

36 Arch. Gén. CI C 3, 1910, box 16.

37 Une professe, qui avait un député dans sa famille, refusa de revendiquer.

38 Sauf le bâtiment de l’ancienne préfecture que la Mère Digby avait cédé pour que puisse s’y établir l’évêque de Lille.

39 À Quimper, les religieuses devaient partir le 25 septembre 1907. Mais le 16, le préfet donna l’ordre à l’armée de cerner la maison. Après une dernière messe célébrée le 17 septembre à 4 heures du matin par leur aumônier, les religieuses quittèrent leur couvent dont les portes furent forcées à 5 heures (Lettre d’E. de Kerautem.)

40 Lettres annuelles, supp. 1958-1961, p. 176.

41 Vie de la R.M. de Neuville, p. 8.

42 Religieuses du Sacré-Cœur, t. 3, p. 259.

43 Arch. Gén. C I C3, 1904.

44 Circulaires de la T.R.M. Digby, p. 166-167,

45 Arch. Gén. C I A 5 d, box 10.

46 Le cardinal Sevin fit plus tard état du conflit qui l’avait opposé à la Mère Digby sur ce point.

47 Elisabeth de Kerautem, qui assista au départ des religieuses de Quimper le 16 août 1907, écrivit à sa cousine, Melle de Kermenguy, une ancienne de Vannes : « La Mère générale Digby était Anglaise ! Ne faisons pas de jugements téméraires. Mais tu comprends, avec une Mère générale et une Mère provinciale, la supérieure de Quimper n’avait qu’une demi-liberté. C’est peut-être pourquoi elles sont parties ? »

48 Tém. Vincenette d’Uzer, pour Layrac.

49 Grâce au procès verbal de la congrégation générale de 1904, on voit que la supérieure générale connaissait cette disposition prévue par l’amendement Leygues : « L’application de la loi ne semble pas devoir être faite aux colonies ; peut-être conservera-t-on la maison d’Alger. » Encore eut-il fallu en demander la possibilité, ce qui ne fut pas fait. Il est vrai que le pensionnat d’Alger n’avait jamais été florissant et qu’à plusieurs reprises la Mère Barat s’était demandé s’il ne fallait pas quitter l’Algérie.

50 Arch. Prov. France. Emily A. Miller signale que les religieuses étaient « fortement royalistes » et qu’on ne célébrait pas le 14 juillet à Marmoutier : « Les leçons avaient lieu comme d’habitude, alors qu’on avait fait le 4 juillet une fête pour toute l’école », à cause de la présence de deux élèves des États-Unis !

51 Arch. Prov. Égypte, Correspondance I. Lettre reçue au Caire.

52 Les autorités politiques ou judiciaires ne poursuivirent pas les religieuses sécularisées qui continuaient ostensiblement à vivre ensemble voire à exercer une activité d’enseignement.

53 Se référait-elle à la révolution de 1789, ou à la révolution anglaise ? L’un des membres de sa famille avait été condamné à mort et exécuté dans des conditions atroces lors de la répression du « complot des poudres ».

54 Lettres annuelles 1901-1903, p. 286.

55 Arch. Gén. C I A 5 d. Grâce à George Attlee, le neveu d’une religieuse, qui était en mission au consulat de Grande-Bretagne à Paris.

56 Arch. Prov. Belgique. Jacqueline Parmentier, « Sainte Madeleine-Sophie à Jette ».

57 Vie de la R.M. Borget, p. 176.

58 Circulaires de la T.R.M. Digby, 6 janvier 1906, p. 180.

59 Id. p. 206, 1er janvier 1908. À la veille de quitter Quimper, la supérieure de Quimper offrit aux Anciennes un exemplaire d’un ouvrage de Mgr Laty, Gethsémani (Lettre d’E. de Kerautem).

60 Id. p. 148-149, 19 juin 1903.

61 Id. p. 130, circulaire du 18 décembre 1902.

62 Id.

63 Id. p. 182-183.

64 Arch. Gén. C I C3. Rapport de la supérieure générale.

65 Guy Laperrière, Les congrégations religieuses. De la France au Quebec, 1880-1914. t. 2 : Au plus fort de la tourmente, 1901-1904, Québec, 1999, p. 173. Ce sont les eudistes qui s’étaient posé la question.

66 Arch. Prov. Égypte, Correspondance I.

67 Vie de la R.M. Le Bail, p. 93.

68 Arch. Prov. Égypte, Journal du Caire, 12 mars 1904.

69 Id. 25 juillet 1904.

70 Vie de la R.M. Borget, p. 219.

71 Lettres de la T.R.M. Digby, 26 juin 1909, p. 278.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540