Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Première partie : La vitalité de la Société du Sacré-Cœur 1865-1909

Chapitre III : Les aléas de la mission

Texte intégral

  • 1 Une religieuse avait peu de chance de revoir son pays, sauf si elle ne parvenait pas à supporter l (...)
  • 2 Vie de la T. R. Mère de Sartorius, p. 147.

1Pour glorifier le Cœur du Christ jusqu’aux extrémités de la terre, les Religieuses du Sacré-Cœur devaient être prêtes à tout quitter. Elles savaient que leur départ pouvait être sans retour1. Mais partout, elles seraient aidées par l’uniformité des coutumes religieuses, voulue par la fondatrice parce qu’elle permettait de vivre la mission sans réclamer de trop lourdes adaptations. Partout elles trouveraient « un tabernacle », et comme l’avait dit d’une manière lapidaire un évêque à Jeanne de Lavigerie en 1878 : « le Jésus du Pérou était aussi bon que celui de France » ! Il n’empêche que partir réclamait de la générosité. Tout d’abord parce qu’il fallait laisser sa famille et son pays : « Un coup de canon annonça que le steamer quittait le Havre. Ce signal a toujours quelque chose qui saisit, et, quand pour la première fois, on s’éloigne de ce qu’on a le plus aimé, quand on voit fuir le rivage de la patrie, sans savoir si on le reverra jamais, le cœur se serre involontairement ; mais lorsque le sacrifice est fait pour le Seigneur, il se mêle à ce sentiment de la nature une joie d’en haut : celle de donner à son Dieu tout ce qu’on peut lui donner2. » Si la biographe de la Mère von Sartorius n’en avait pas fait l’expérience, elle en avait reçu la confidence. La plupart des missionnaires moururent dans un pays qu’elles étaient parvenues à faire leur.

1. Voyager au cœur des éléments déchaînés

  • 3 M. Monahan, op. cit., 21 novembre 1913, p. 456.
  • 4 Lettres annuelles, 1947-1952, p. 170.

2L’accès à des contrées éloignées exigeait du courage, voire de l’intrépidité car les distances réclamaient de se plier à des conditions de transport qui n’étaient pas confortables. Mais à une époque où l’on voyageait plus par nécessité que par plaisir, surtout si l’on était une femme, les religieuses ont fait partie du groupe de ceux qui avaient la possibilité de voir des paysages qui n’étaient connus que par les livres. Les voyages transatlantiques permettaient d’apercevoir des icebergs et des baleines et dans les mers du sud de contempler des couchers de soleil fabuleux, comme celui que décrivit la Mère Stuart en 1913 : « Nous sommes sous le régime des alizés du sud-est. Ce vent a la spécialité de trouer les nuages en forme de cercle, ce qui permet de voir le rond bleu du ciel ou des étoiles la nuit. Eh bien, un soir, une masse de lourds nuages gris chassés vers l’ouest prit les contours les plus divers ; à un moment donné, un bloc de nuages s’éleva en prenant la forme d’un énorme ostensoir, ton vieil argent, style fin Renaissance, sculpté d’une couronne de chérubins et de nuages floconneux ; le vent pratiqua un cercle juste au beau milieu puis – représentez-vous la scène ! - le soleil couchant descendit exactement là et parut se poser sur cet ostensoir majestueux qui s’élevait à l’horizon, la base reposant sur la mer. Une splendide bénédiction du Saint Sacrement unique en son genre3. » Comme le résuma Julie de Landresse, face à la cordillère des Andes, aux îles qui semblaient surgir de l’océan et aux poissons volants qui entouraient le bateau : « Les deux yeux ne suffisent pas à admirer4. »

  • 5 Id. 1863-1866, p. 139-140.
  • 6 Id. p. 157-158.

3Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les transports maritimes n’étaient pas encore suffisamment améliorés pour être rapides. Leur durée permettait peut-être de faire le deuil de la vie antérieure, mais ils restaient périlleux. En septembre 1863, le bateau qui transportait à New York la supérieure d’Halifax fut éventré par un rocher. La Mère Bowler et sa compagne atteignirent le village voisin du lieu du naufrage dans un chariot traîné par des bœufs5. Trois ans plus tard, six coadjutrices, qui avaient quitté New York pour la Louisiane, firent naufrage au large de la Caroline du sud. Leur calme fit l’admiration du capitaine qui dit : « Au moins, voilà des femmes qui ne crient pas et qui sont paisibles ! » Par une mer démontée, elles quittèrent le bateau en utilisant une échelle de corde, ce à quoi se refusaient les autres passagers ! D’île en île, elles gagnèrent la côte et poursuivirent leur voyage par le train, grâce à l’amabilité d’un de leurs compagnons d’infortune, car elles étaient sans argent6.

  • 7 Arch. Prov. Japon. Biographie de la R. M. Sheldon.

4Des traversées étaient retardées par des vents contraires. En avril 1866, le voilier qui amenait des États-Unis la Mère Susannah Boudreau avait pris un tel retard que la Mère Goetz, qui devait partir pour l’Espagne, ne put l’attendre. Ce n’étaient pas seulement les transports intercontinentaux qui étaient problématiques. Il fallait plusieurs jours pour joindre Cuba et les États-Unis, et le passage n’était pas sans danger. On pouvait aussi se trouver en butte à des événements imprévus. En 1916, le voyage de l’Australie au Japon prenait un mois. Lors d’une escale à Brisbane, pour une raison mystérieuse, le bateau où avait embarqué la Mère Sheldon repartit plus tôt que prévu. Elle-même et sa compagne le rejoignirent en chaloupe et furent hissées à bord dans un panier. Elles furent applaudies lorsqu’elles apparurent à la salle à manger7 !

  • 8 Arch. Gén. C I A5, box 6.

5La généralisation de la navigation à vapeur fit gagner du temps pour rejoindre l’hémisphère sud. C’était la durée des voyages qui avait retenu la Mère Barat d’envoyer ses filles aux antipodes. La Mère Lehon accepta de fonder en Australie et en Nouvelle Zélande quand le canal de Suez réduisit la traversée depuis l’Europe à six semaines. Si la longueur des traversées donnait le temps de prier et de travailler, voire, comme le fit la Mère Stuart pendant son tour du monde, d’écrire un livre, elle finissait par être pesante. Le 19 août 1898, la Mère Digby, entrant dans l’estuaire du Saint Laurent « alla sur le pont pour contempler la terre qu’elle revoyait avec bonheur, assurant qu’elle n’eût jamais cru qu’un jour elle la regarderait avec tant de plaisir8 ! »

6L’amélioration de la navigation ne supprima pas les inconvénients dus aux conditions atmosphériques. Lorsqu’en octobre 1884 la Mère von Sartorius partit pour la Louisiane, la traversée, qui prenait habituellement dix jours, dura deux semaines à cause d’un gros temps permanent. Le bateau « luttait contre les flots, sans cesse couché sur le flanc, tantôt à droite, tantôt à gauche. Personne ne pouvait se tenir debout ; les hommes eux-mêmes allaient rarement sur le pont. Il fallait sans cesse se cramponner à quelque appui. » Des Maristes voyageant sur le même bateau, les religieuses avaient rêvé d’échanges spirituels et d’une messe quotidienne. Il n’en fut rien, tous étant victimes d’un mal de mer qui les maintint enfermés dans leur cabine. La Mère von Sartorius n’avait même pas la force d’ouvrir la valise où se trouvaient ses médicaments. Quand, la veille de la Toussaint, elle entra dans la cabine où ses compagnes étaient étendues dans leur hamac pour les préparer à la fête du lendemain, une voix hasarda timidement : « Ma Mère, est-ce que vous ne pourriez pas attendre un autre moment ? » Les voyages en Méditerranée n’étaient pas plus cléments et, à plus d’une reprise, la vicaire du midi de la France essuya des tempêtes lorsqu’elle se rendait à Alger.

  • 9 Id. p. 177.

7Les périples terrestres étaient périlleux. Au Chili, le trajet entre Santiago et Concepción était pittoresque mais dangereux. Lorsqu’en février 1866 la Mère du Rousier accompagna cinq religieuses à Concepción, « au détour rapide d’une montagne, un des chevaux mal dirigés, s’abattit et entraîna la première voiture dans le gouffre. C’en était fait de nos Mères, si un énorme trou n’avait arrêté la voiture dans sa chute : le cocher de la seconde voiture s’élance de son siège, ouvre la portière et sauve les voyageuses de cet imminent danger. Les routes aquatiques n’offraient guère plus de sûreté : nos Mères durent passer onze heures, deux en bateaux et les autres à gué, sans bien connaître la profondeur de leurs lits ! Sur le Lontué, un pont formé de bambous ne leur offrit pas un chemin plus agréable : contre leur attente, elles furent bercées par un mouvement d’oscillation qui les mettait dans d’étranges perplexités. Un troupeau de bœufs les escortait à la nage, en poussant des mugissements qui indiquaient que leur volonté n’entrait pour rien dans ce trajet nautique. Comme ces animaux, il fallut bon gré mal gré que nos Mères passassent quelques torrents en posant le pied fort adroitement sur quelques pierres jetées çà et là ; et l’une des voyageuses, Madame Camille Vacherot, peu au fait des lois de l’équilibre, enfonça dans l’eau et fut ensuite obligée de se mettre sous le chaume d’une cahute indienne pour faire sécher sa chaussure9. » En1901, on tenta de dissuader les Mères Stuart et de Lavigerie de visiter la maison de Colorado pendant l’hiver, car les chemins étaient impraticables. Elles partirent mais « les chevaux et la voiture s’enterraient à une telle profondeur que l’on se demandait comment ils en sortiraient. Un peu plus loin, la route devint si mauvaise que les deux hommes qui nous accompagnaient durent prendre leur lazo, corde que l’on attache au timon pour [les] aider à sortir des chemins fangeux. » Elles passèrent une rivière à cheval couvertes « de grands manteaux de caoutchouc qui [leur] donnaient un air chevaleresque. » En 1907, les fondatrices parvinrent à Bogotá à dos de mules.

  • 10 Vie de la T. R. M. Lehon, p. 307-308.

8C’était bien pour éviter de tels inconvénients que la Maison Mère refusait de donner suite à des propositions pour des fondations trop isolées pour ne pas être dangereuses, aussi bien pour la santé physique que spirituelle des religieuses. La Mère Lehon ne voulut pas d’une fondation à Antioquia, en Nouvelle Grenade, quand elle apprit qu’il fallait quatre jours à cheval pour l’atteindre. Et encore lui avait-on promis qu’un chirurgien accompagnerait les religieuses pour réparer les effets d’une chute10 !

  • 11 Arch. Gén. C I A, 5d, box 6. La Mère Digby était cardiaque et pendant son voyage en Amérique on te (...)

9À peu près partout, le chemin de fer facilita les communications. Mais au début de la période, les réseaux étaient inachevés et il fallait utiliser une diligence attelée de douze à seize mules pour aller de Madrid en Andalousie. On n’était pas à l’abri des déraillements, comme la Mère Lehon en fit les frais dans les Alpes. Le confort des chemins de fer fit des progrès vers la fin du siècle. Lorsque la Mère Digby visita le Canada en 1898, elle disposa entre Montréal et Halifax d’un compartiment situé au fond du wagon, qui lui permit d’être de pouvoir travailler et prier à l’aise : « De vrais lits donnant les moyens de se livrer à un sommeil réparateur, ce voyage quoique long n’est pas vraiment fatigant sans les secousses du train qui se font exceptionnellement sentir11. »

  • 12 Vie de la R.M. de Lavigerie, p. 68.

10Malgré l’humour dont ont fait preuve les narratrices, les relations de voyage, qui étaient destinées à être lues dans les communautés, présentaient ces périples comme une longue suite de dangers plus ou moins diaboliques dont on sortait grâce à la protection du Cœur de Jésus et aux prières de ses sœurs. Subir les tempêtes et les typhons permettait aussi de libérer des ressources d’énergie puisées dans la foi et de manifester une confiance en Dieu éprouvée au cœur des menaces ambiantes et malgré celles-là. Mais les pays lointains n’étaient pas pour autant remplis de pièges. La Mère du Rousier avait rappelé que l’apostolat en Amérique du Sud ne se vivait pas forcément au cœur de la forêt vierge : « Celles qui aspirent aux missions se forment parfois une idée très erronée des épreuves qui les attendent. Ainsi, au Chili, elles n’auront rien à craindre des serpents ; elles ne dormiront pas sur des peaux de buffles ; elles ne s’alimenteront pas exclusivement de pommes de terre, de maïs et de riz12. »

11Il est évident que pour des femmes âgées ou de santé fragile, naviguer sur un océan démonté ou franchir le Mississipi dans une nacelle était une épreuve. La Mère du Rousier souffrait du mal de mer. Pour lui éviter une nouvelle traversée, moins d’un an après son retour au Chili, la Maison Mère lui suggéra de ne pas assister à la congrégation générale de 1865 et de voter par correspondance lors de l’élection de la supérieure générale. Mais bien des Religieuses du Sacré-Cœur, au cours de ces périples, ont révélé leur force de caractère, manifesté des qualités sportives dont elles n’avaient pas l’occasion de faire usage en Europe et sont apparues comme de véritables « aventurières », retrouvant l’esprit qui avait animé les pionnières des générations précédentes. La Mère Stuart, qui avait pratiqué assidûment l’équitation dès son enfance, fut certainement heureuse de monter à cheval en Amérique du Sud !

  • 13 M. d’Ernemont, op. cit., p. 188-189 et 193-194.
  • 14 Id. p. 194.
  • 15 John Morris, Life of Mother Henrietta Kerr, p. 135-136. 2 décembre 1865.
  • 16 Vie de R.M. de Lavigerie, p. 178.

12Quelques religieuses, jeunes ou moins jeunes, étaient ravies de ces voyages qui leur permettaient de découvrir des paysages nouveaux. La Mère Nicholl traversa le Chili avec la Mère du Rousier : « J’étais ravie de mieux voir un pays où l’art a peu fait encore pour détruire les beautés de la nature et pour faciliter la circulation des habitants. La grandeur du paysage m’empêcha de souffrir de la chaleur et de la fatigue, car je regarde de tous mes yeux, rien ne m’échappe, aussi ma Mère en rit et me demande de temps en temps si j’ai bien tout vu. Tout me charme », écrivit-elle, à la vue des « fermes si soignées, entourées souvent d’un beau jardin », des costumes des habitants, des sombreros, des ponchos de couleurs brillantes, des ombrelles de plumes d’autruche, des armes en métal précieux : « Tout leur ensemble est pittoresque au possible. » Aux arrêts, elle cueillait « des bouquets de fleurs dignes du salon d’un roi. » Même les plaines arides avaient « un éclat sauvage » qui lui plaisait13. Des scènes insolites agrémentèrent son voyage. Sur les bords du Rio Claro, les religieuses virent un homme traverser la rivière, sa femme sur le dos : « La femme est grande, la traversée longue, le courant fort, et l’homme qui s’appuie sur un gros bâton n’a qu’un bras pour soutenir sa Dulcinée. Peu à peu, il la laisse glisser jusqu’à ce qu’elle semble assise sur l’eau ; elle ne s’en inquiète pas, mais, arrivée à terre, elle secoue l’eau de ses vêtements, contente d’elle et de son mari. » Devant ce spectacle, la Mère du Rousier lui fit remarquer que « Notre Seigneur, qui aime à faire plaisir dans les plus petites choses, avait permis pour elle cette scène comique, car dans ses voyages, elle n’avait jamais vu la pareille !14 » Henrietta Kerr décrivit à son père la route qu’elle avait suivie entre Nice et Florence. Le voyage avait duré trente heures : « C’était très fatigant, reconnut-elle, mais la route est si belle, et nous avons vu la corniche à la perfection pendant la nuit. La lune était splendide, la mer sauvage, avec de brillants éclats de lumière. L’ensemble était vraiment magnifique. Les vagues ressemblaient à des couronnes d’argent… Que c’est beau ! Je ne regrette pas du tout les longues heures de diligence. J’aurais été désolée d’avoir manqué tout cela15. » La Mère de Lavigerie estimait que « des religieuses enseignantes [devaient] développer leurs facultés par tous les moyens et s’instruire dans le grand livre de la nature. » Aussi, quand elle traversait l’océan, passait-elle ses soirées à scruter la voûte céleste pour y reconnaître les constellations indiquées sur les cartes qu’elle empruntait au capitaine16.

2. Les dangers de la nature

13À destination, les religieuses avaient à s’accommoder d’un climat contre lequel on n’avait guère alors les moyens de se prémunir. La Mère Barat avait hésité à fonder à Cuba, car on lui avait dit que les Européennes n’avaient pas les moyens de lutter contre la fièvre jaune. Mais les religieuses avaient aussi à faire face aux catastrophes, naturelles ou non, qui pouvaient provoquer aussi bien des destructions que des morts. Il faut du reste reconnaître que si la Société du Sacré-Cœur eut à enregistrer les premières, elle eut très rarement à déplorer les secondes. On se contentera de quelques exemples tirés des Lettres annuelles.

  • 17 Lettres annuelles, 1863-1866, p. 126.

14En 1871, pendant sept nuits de suite, les religieuses de Chicago purent se vanter d’être en état de lire et d’écrire à la seule clarté du brasier qui engloutit vingt mille maisons de la ville. Les cyclones sévissaient périodiquement dans la mer des Antilles. Le 22 octobre 1865, à Cuba, après le passage de l’un d’entre eux, « un soleil brillant vint éclairer la scène de désolation qui s’offrait partout : des arbres renversés ou privés de leurs feuilles frappaient les regards, nos cours étaient encombrées de débris de toutes sortes et ce triste spectacle n’était qu’un faible indice des pertes immenses occasionnées par l’ouragan17. » Ces épisodes se reproduisaient de manière récurrente, avec plus ou moins de conséquences pour les maisons. Des incendies provoqués par la foudre faisaient disparaître des bâtiments mais ils n’eurent heureusement pas l’ampleur de celui qui en 1929 détruisit totalement au Canada le Sault-du-Recollet, mais sans que l’on ait à déplorer des pertes humaines.

15Des invasions de sauterelles détruisaient les récoltes. À Saint Joseph, aux États-Unis, au début des années 1870, le fléau se reproduisit pendant plusieurs années consécutives et restreignit le nombre des pensionnaires dont les familles avaient perdu leurs biens. La maison d’Alger subit plusieurs fois ce phénomène. Les religieuses assistèrent en mai 1866 à l’arrivée de nuées de sauterelles qui, poussées par le simoun depuis les régions subdésertiques, s’abattirent sur les plaines. L’invasion des criquets entraîna une disette qui à la suite d’un tremblement de terre qui affecta la Mitidja se transforma l’année suivante en famine. En 1867, décrite comme « l’année de la mort », une sécheresse exceptionnelle, conjuguée à une double épidémie de choléra et de typhus, causa en Algérie la mort de près d’un million de personnes. Les familles des élèves de l’école campèrent longtemps sous des tentes improvisées.

  • 18 Arch. Gén. C I A, 5d, box 6. Un tremblement de terre particulièrement sévère eut lieu le 24 janvie (...)

16Les religieuses ne s’inquiétaient pas des tremblements de terre quand il ne s’agissait que de quelques secousses sans conséquences. Mais certains séismes semèrent la panique. À Concepción, dans la nuit du 23 juillet 1898, « on eut dit qu’une main de géant jouait à la balle avec notre maison qui montait et qui descendait. De toutes les murailles disloquées tombait une pluie de pierres, de terre, de chaux. L’affreuse secousse fut suivie d’une seconde d’un silence de mort. Tout le monde était atterré ! Vinrent ensuite des cris, des larmes, de l’agitation. » Les dégâts étaient importants. Elèves et adultes avaient subi un choc que la narratrice décrivit avec détails : « Nos enfants se montrèrent bien dociles. Au premier tremblement, toutes se précipitèrent sur les Mères surveillantes. L’une d’elles, timide colombe, s’écria : « De grâce, mes enfants, retirez-vous un moment pour que je puisse m’habiller ! » Une petite, enlaçant son cou, lui dit : « Oh ! non, nous devons mourir ensemble ! » et toutes ajoutèrent : « Oui, oui ! » La toilette se fit donc en compagnie, mais dans ces instants, on a des yeux pour ne pas voir. Dans le dortoir des grandes, la maîtresse générale se vit assaillie et entraînée par son petit peuple ; elle traversa trois fois le dortoir en robe de nuit, essayant vainement la possibilité de s’habiller. La Mère X, autre bon pasteur du dortoir, avait reçu une pluie de terre calcaire dans son lit, mais ayant fait ses apprentissages lors des grands tremblements de terre de Valparaiso, elle était moins émue et reçut tranquillement à son lit ses brebis épouvantées, pieds nus et en robe de nuit. Considérant avec compassion ses agneaux effrayés, il y en eut un qu’elle ne reconnut pas d’abord : c’était la maîtresse générale ! » Après une autre secousse, « on courut en plein air pour éviter d’être enseveli sous les murs ; la panique allait toujours croissant ; les enfants priaient, pleuraient, promettaient. Les plus calmes tranquillisaient leurs compagnes en leur disant : « Que peut-il nous arriver dans la maison du Sacré-Cœur ? Notre Seigneur nous protège ! Nous sommes beaucoup plus en sécurité que chez nos parents. » Un peu avant minuit, notre Digne Mère, dont le calme apaisait Mères et enfants fit distribuer une boisson chaude et donna la permission de passer la nuit où on le voudrait. Les enfants restèrent à la salle d’étude ; quant aux religieuses, les unes commencèrent leur méditation à la chapelle, les autres gardaient la porterie ; les plus délicates essayèrent de dormir sur les planchers, avec une chaise pour oreiller ; la longue Mère Z. se mit sur la longue table du salon de couture, ce qui fit dire à la Mère assistante : « Au premier choc, elle tournera comme une omelette ! » Pauvre petite Mère D, elle mourait de peur et répétait au milieu de ses effrois : « Si ce n’était ma vocation, je partirais par le premier vapeur… » Nous trouvâmes la fervente Mère L. sur la marche de l’autel devant le tabernacle, en petit costume. De la main gauche, elle tendait sa lanterne, de la droite, elle se frappait la poitrine, en répétant de séraphiques « Saint, saint, saint est le Seigneur, le Dieu des armées ! » Nous eussions pu ajouter : « Le grand Dieu des tremblements de terre ! » Lorsque la terre s’apaisa et nos esprits de même, nous avions envie de rire en contemplant notre accoutrement : celle-ci pieds nus, celle-là en jupons chancelants, la plupart en robe de nuit couvertes d’un châle… » Comme le concluait la narratrice, qui avait un exceptionnel talent descriptif et beaucoup d’humour, « on assure qu’il y eut beaucoup de conversions. Concepción est une autre Babylone qui a bien besoin de revenir au Seigneur. Prions pour elle18. »

  • 19 Lettres annuelles, 1906-1908, p. 182-183.
  • 20 Id. p. 138-139.

17Le tremblement de terre qui affecta San Francisco en 1906 « fut un moment effroyable : les murs s’entrouvrent et s’affaissent, les édifices et les maisons s’effondrent, le sol agité comme une mer en furie ne respecte, n’épargne rien. » L’incendie qui suivit accrut la catastrophe : « Le soleil obscurci semblait couleur de sang et projetait, avec les flammes innombrables des incendies allumés de toutes parts, des lueurs lugubres. Les détonations de dynamite se succédaient sans interruption, la détresse et l’angoisse étaient à leur comble ; nous nous trouvions aux prises avec un double désastre et la mort semblait inévitable. Tous les conduits d’eau de la ville avaient été brisés par la violence des secousses, et le seul homme connaissant leur position exacte, le chef de la compagnie des incendies, avait été une des premières victimes19. » Les religieuses se réfugièrent chez les Petites Sœurs des Pauvres, après avoir vu en chemin des spectacles de désolation. Les plus âgées et les plus fragiles furent envoyées à Menlo Park. Leur couvent ayant été finalement préservé de la destruction, les religieuses purent s’y réinstaller et elles hébergèrent une ambulance pendant que la ville était en état de siège. Mais l’événement donna l’occasion d’un transfert qui aurait eu lieu de toute manière, l’emplacement primitif n’étant pas favorable au progrès de l’externat. Le Sacré-Cœur s’établit alors dans l’un des meilleurs quartiers de San Francisco, « avec une vue magnifique sur la baie et les Portes d’Or. » À la même époque, le Vésuve attirait les amateurs des grands spectacles naturels par ses grondements et ses jets de flammes. De Naples qui fut épargnée, on voyait « l’air saturé d’électricité. Les éclairs continuels sillonnaient le ciel noir et un brouillard rougeâtre nous entourait de tous côtés ; les cendres pleuvaient sur la ville qui était ensevelie sous une épaisse couche grise ; l’air imprégné de soufre était à peine respirable. » Le jour du Jeudi saint de 1906, les ténèbres étaient devenues si « épaisses qu’on pouvait à peine distinguer les objets environnants20. » La communauté de Portici s’était réfugiée à Naples mais la maison ne fut pas réouverte.

  • 21 Id. 1863-1866, p. 175. Ce fut le cas à Concepción.
  • 22 Vie de la T.R.M. Goetz, p. 284.

18Qu’elles fussent envoyées dans des terres proches ou lointaines, les religieuses devaient être aptes à supporter une installation dont les débuts pouvaient être rudes. Si des fondations avaient été soigneusement préparées par ceux et celles qui avaient appelé les religieuses, au point que celles-ci découvraient les lits faits, les tables de toilette fournies d’eau, de savon et de serviettes, la dépense approvisionnée pour plusieurs jours et le dîner prêt sur le fourneau de la cuisine21, dans d’autres lieux le dénuement était complet. À Séville, le couvent qu’on leur confia servait depuis longtemps d’asile à une centaine de familles. Elles durent le visiter pour s’assurer qu’il était vide : « Nous n’avions qu’une table qui faisait les multiples offices de table de réfectoire, de repassage, etc. Quant aux chaises, il fallait les transporter des cellules au réfectoire, car il n’y en avait qu’une par personne. » Lorsque la Mère Goetz vint visiter la maison quelques mois plus tard, les religieuses n’avaient que trois petites lanternes, « à la lueur desquelles on distinguait mal les amas de copeaux qui obstruaient les passages22. »

  • 23 Vie de la R.M. de Lavigerie, p. 68.
  • 24 Vie de la R.M. Nerincx, p. 35.
  • 25 Vie de la R.M. de Pichon, p. 135.

19Mais comme l’avait reconnu avec réalisme la Mère du Rousier, plus que les privations matérielles, c’était « le sacrifice de la patrie, des personnes chères, des coutumes du pays d’origine qui pesait le plus. » Il fallait « se faire à d’autres usages et aux caractères distincts des enfants23. » C’était à ce prix que l’activité apostolique pouvait être menée. Les « missionnaires » savaient qu’elles étaient soutenues par leurs sœurs. Les communautés européennes cherchaient à les aider lors de leur départ. Si les religieuses ne s’arrêtaient pas à Calais, les élèves montaient à l’étage supérieur de la maison pour les saluer au passage du train24. À Bordeaux, les élèves, au cours de la messe, chantaient l’Ave Maris Stella et le cantique Amour et sacrifice, en harmonie avec ce que l’on pensait être les sentiments des partantes25.

3. Vie religieuse et environnement géopolitique

20Certains discours pourraient laisser entendre que la vie religieuse se déroule hors de toute temporalité. Une congrégation étant affectée par la politique des pays dans lesquels elle s’insère, la Société du Sacré-Cœur a dû affronter des guerres ou des événements apparemment moins traumatisants mais importants pour la vie des populations locales. Après 1865, une nouvelle culture politique, moins conservatrice qu’auparavant, était en train d’apparaître : l’institut eut à la prendre en compte, sous peine d’être en complet décalage avec son temps.

3.1 La sortie de la guerre de Sécession

21Les dernières années du généralat de la Mère Barat avaient été assombries par la guerre de Sécession. La fondatrice avait même remis la tenue de la congrégation générale, espérant que la guerre s’arrêterait et que les vicaires des États-Unis pourraient s’embarquer pour l’Europe. Lorsque la congrégation générale eut finalement lieu en 1864, la guerre n’était pas encore achevée, mais les opérations militaires étaient sur le déclin et l’on savait que les Fédérés avaient vaincu.

  • 26 Lettres annuelles, 1906-1908, p. 65.

22Cette guerre, qui avait éclaté le 26 janvier 1861, avait été prévue dès l’élection d’Abraham Lincoln par la vicaire de la Louisiane, la Mère Shannon. Elle avait alors écrit à la Mère Barat : « L’élection d’un président favorable à l’abolition de l’esclavage nous fait craindre une révolte des Noirs. La séparation du Nord et du Sud est inévitable. J’évoque notre dangereuse situation politique, ma Très Révérende Mère, afin de solliciter vos saintes prières pour notre cher pays. Jusqu’en mars nous serons dans un état d’incertitude anxieuse. » Les maisons du nord des États-Unis et celle du Kansas furent préservées pendant la guerre. Mais le travail des coadjutrices fut alourdi car on ne trouvait plus ni hommes de peine ni artisans à cause de la mobilisation26. Les troupes fédérales avaient occupé la maison du Missouri mais respecté les lieux.

  • 27 Id. p. 116-117. Le général Banks, qui avait pris le commandement de la zone du Golfe en décembre 1 (...)
  • 28 Id. 1863-1866, p. 159-160 et 1905-1907, p. 308. Les jésuites avaient été d’un grand secours.
  • 29 Arch. Jeanne de Charry. Rapport de la Mère Goetz.
  • 30 Une seule femme avait quitté Saint Michel après l’acte d’émancipation.

23La Louisiane en revanche avait connu un bouleversement complet. Les communications avaient été coupées et les religieuses avaient vécu dans l’anxiété car elles étaient Sudistes soit par leurs origines, soit par leurs convictions ou leurs sympathies. Les effectifs des pensionnats s’étaient effondrés et il avait fallu, avec des ressources qui se tarissaient, faire vivre des communautés nombreuses et maintenir l’exploitation des plantations sous le feu des canonnières qui bloquaient le Golfe, dans des secteurs où les esclaves n’étaient pas sûrs. Quand les Nordistes s’étaient présentés en 1862 à Saint-Michel, ils savaient qu’ils n’étaient pas en pays ami mais ils avaient été reçus avec courtoisie et ils avaient fait protéger la maison alors que les propriétés du voisinage étaient pillées27. En haute Louisiane, Grand Coteau et Natchitoches avaient souffert de la disette et du manque d’eau28. Elles avaient été aidées par la vicaire, qui les avait rejointes en traversant les zones où sévissait la guérilla et qui était parvenue à récupérer les vivres qu’on lui avait confisquées. « L’incendie et le pillage avaient réduit à l’indigence les familles les plus opulentes ; les esclaves étaient devenus maîtres et des personnes habituées au luxe s’estimaient privilégiées lorsqu’elles pouvaient recueillir dans les camps abandonnés les restes de maïs laissés par les chevaux et dont elles nourrissaient leurs enfants29. » Lors de l’émancipation des esclaves, en janvier 1863, les maisons du Sacré-Cœur étaient parvenues à conserver leur main-d’œuvre30. Mais les familles qui avaient perdu leurs esclaves et leurs propriétés n’avaient plus les moyens de payer la pension de leurs enfants. À Saint Michel, faute de moyens, il fallut tailler les habits religieux dans les manteaux de chœur et fabriquer les chaussures avec de vieux morceaux de toile ou de tapis.

  • 31 Vie de la R.M. Shannon.

24À la fin de la guerre, les maisons du Sacré-Cœur étaient intactes. Mais c’était toute la culture du Sud, fondée sur l’esclavage, qui était à reconstruire. Les pertes humaines avaient été considérables. Des familles s’étaient exilées. D’autres étaient déclassées, leurs enfants contraintes « de partager leur misère et leurs privations » et parfois de passer du pensionnat à l’école gratuite. Après la reddition du général Lee, « l’édifice social et politique se révélait dans un complet désarroi ; les Noirs, jouissaient de tous les droits de citoyens, droits dont ils ne comprenaient même pas la nature et dont étaient privés ceux qu’ils avaient appelés leurs maîtres ; tous les offices publics entre les mains d’aventuriers du Nord, avides et peu scrupuleux, ou d’esclaves libérés ; un grand nombre des meilleures familles des Etats réduites à l’indigence, la douleur et le deuil dans tous les cœurs. Les survivants retrouvaient leurs propriétés dévastées, leurs ressources détruites et souvent leurs femmes et leurs enfants dénués de tout. Beaucoup voyaient le peu qui leur restait dévoré par les dettes contractées avant la guerre et qui leur avaient paru alors insignifiantes ; des jeunes gens auxquels l’avenir avait souri devaient se résigner à une vie de pauvreté et à d’obscurs travaux31. » Les Religieuses du Sacré-Cœur éprouvaient de la compassion devant ce marasme, mais elles eurent aussi à soutenir jeunes et moins jeunes pour leur permettre d’affronter un avenir qui se révélait menaçant.

  • 32 Lettres annuelles, 1867-1868, IV, 18.
  • 33 Id.

25La misère s’était généralisée parmi les blancs. Des jeunes femmes de la bonne société faisaient de longs trajets à pied pour assister aux réunions des Dames Enfants de Marie, car il n’y avait plus ni chevaux ni calèches. À Natchitoches, « deux jeunes personnes qui nous avaient quittées par suite de la pénurie où se trouvent leurs parents, vinrent nous voir et témoignèrent d’un grand désir de revenir au couvent. « Ma Mère, dit l’une d’elles, s’adressant à la supérieure, nous venons prendre quelque arrangement avec vous ; malgré toute sa bonne volonté, Papa ne peut vous payer notre pension de l’année dernière. Nous voudrions lui venir en aide, et voici comment : j’ai un petit champ que j’ai moi-même cultivé et qui rapportera cent cinquante barils de maïs, si je réussis à le sauver de l’eau, car la rivière a débordé. Pensez-vous, ma Mère, pouvoir accepter ces cent cinquante barils, en paiement de ma pension ? » – « Moi, reprit l’autre, je compte sur cinquante barils, puis-je m’arranger aussi avec vous, ma Mère ? » Ces bonnes enfants se sont retirées heureuses de la réponse de notre digne Mère32. » Aux malheurs de la guerre s’ajoutèrent en effet des inondations à Saint Michel et dans les Opelousas. Le coton avait été détruit par les chenilles : « Nos cœurs souffrent de ne pouvoir venir en aide à toutes les misères ; il ne nous est guère possible de soulager les autres, quand nous éprouvons nous-mêmes les effets de ces désastres33. »

  • 34 L. Calan, op. cit. p. 539.

26Il fallut introduire le salariat dans l’exploitation des propriétés. Or, ruinées par la guerre, les maisons du Sacré-Cœur n’avaient pas les moyens de rémunérer les Noirs devenus des employés. La Mère Shannon, dans l’impossibilité d’augmenter voire même de leur donner des gages, leur avait suggéré d’aller ailleurs, s’ils trouvaient mieux, ce qu’ils n’avaient pas fait. Elle leur proposa de recevoir, en échange de leur travail, nourriture, vêtement et logement. Mais, signe de la transformation qui s’opérait, un contrat fut établi : treize anciens esclaves le signèrent, ce qui montrait que, discrètement, une instruction élémentaire leur avait été donnée auparavant par les religieuses34.

  • 35 Lettres annuelles, Grand Coteau, 1863-1866. Cité par L. Callan, p. 525.

27Pour préparer les pensionnaires à une vie où le travail manuel aurait au moins momentanément une part importante, avec réalisme, les Religieuses du Sacré-Cœur avaient modifié le programme des études : « Nous avons jugé qu’il valait mieux initier les élèves au nouveau style de vie auquel la Providence les destinait, en leur enseignant à faire le travail qu’on laissait autrefois aux esclaves. Divisées en groupes, avec une religieuse à la tête de chacun, elles apprennent tous les genres de travaux manuels et du soin d’une maison, prenant à tour de rôle le soin des dortoirs, du réfectoire, de la cuisine, de la vaisselle et du repassage. Quelques-unes ont même demandé à apprendre tout ce qui concerne la laiterie. Ces occupations ne remplissent pas les périodes de classes, mais le temps qui autrefois était consacré aux leçons de piano, à la pratique de la musique et des arts. Les enfants apportent de l’énergie et du courage à ces nouvelles occupations, comme leurs mères le font au milieu des revers de fortune les plus sévères35. » Supprimer les cours d’arts d’agrément était aussi une manière d’aider les familles, puisque ces leçons n’étaient pas comprises dans la pension des élèves.

  • 36 Vie de la R. M. Hardey, p. 235.
  • 37 Lettres annuelles, 1906-1908, p. 315.

28La guerre de Sécession laissa les États-Unis ébranlés. Au Nord, les religieuses durent faire preuve de prudence pour éviter que les passions politiques n’affectent la vie des pensionnats. Lors de l’assassinat de Lincoln, la Mère Hardey, pour ne pas froisser les pensionnaires originaires du Sud, refusa que les élèves de Manhattanville portent des crêpes et elle désavoua les religieuses « inexpérimentées » qui avaient manifesté des sentiments patriotiques « outrés »36. En Louisiane, la guerre de Sécession avait provoqué une telle stagnation que la maison de Natchitoches fut fermée en 1876. En 1899, Grand Coteau n’avait toujours pas regagné ses effectifs d’ante bellum37.

3.2 Unité nationale et libéralisme en Europe

29En Allemagne, la Société du Sacré-Cœur éprouva peu de difficultés lors des luttes qui s’engagèrent pour unifier le pays. Elle n’y possédait qu’une maison située à Marienthal, près de Munster. Après l’affaire des duchés danois, Bismarck parvint à isoler diplomatiquement l’Autriche et à réorganiser le nord de l’Allemagne sous l’autorité de la Prusse. Une guerre éclair se termina le 3 juillet 1866 par la victoire prussienne de Sadowa et fit disparaître les dernières traces du Saint Empire. À Blumenthal, il fallut maintenir la cohésion d’un pensionnat peuplé d’Allemandes de diverses origines dont les gouvernements avaient pris position pour la Prusse ou pour l’Autriche. Dans les pays du sud de l’Europe en revanche, les contrecoups des luttes pour l’unité ou pour des réformes libérales provoquèrent des craintes.

3.2.1 L’unification de l’Italie

  • 38 Arch. Gén. box 10, congrégation générale de 1884.
  • 39 Lettres annuelles, 1866-1867.

30L’unité italienne menée par le Piémont avait abouti à la mise en place d’un régime libéral qui avait une incontestable visée anticléricale : la Société du Sacré-Cœur en avait déjà fait les frais en 1848. Obtenues avec l’aide de la France, les victoires de Magenta et de Solferino, en juin 1859, avaient permis au Piémont d’annexer l’Italie centrale. Les maisons de Lorette, Saint Elpidio, Pérouse, Parme et Milan furent supprimées entre 1859 et 1862. À la mort de la Mère Barat, le Sacré-Cœur ne conservait que Padoue dont le sort était incertain, car, si la maison avait été confisquée en 1863, la Société en avait reçu la jouissance pour vingt ans38 et les trois maisons de Rome. Le pensionnat de Chambéry avait été réouvert, car en échange de sa participation à l’unité italienne, la France avait obtenu en 1860 le rattachement de Nice et de la Savoie et décidé par décret impérial de réintégrer les congrégations religieuses dans leurs droits. Les anciennes élèves de Turin y envoyèrent leurs filles39, ce qui était une manière d’exprimer leur fidélité à la congrégation qui les avait éduquées et leur hostilité à la politique de l’état italien.

  • 40 Id. 1866-1868, p. 11.

31Après Sadowa, la Vénétie, cédée par les Autrichiens à Napoléon III, fut rétrocédée à l’Italie. Les jésuites furent expulsés. La supérieure de Padoue, la Mère Bentivoglio, parvint à sauver sa maison lorsqu’en mars 1867 une agitation populaire, orchestrée par Garibaldi, aboutit à la suppression de nombreux ordres religieux. Un décret de suppression lui fut adressé, mais le 21 novembre 1867, les fonctionnaires royaux « s’entretinrent assez longtemps avec notre digne Mère, puis nous fûmes toutes appelées pour signer une déclaration par laquelle on constatait que nous étions résolues à continuer de vivre ensemble comme nous l’avions fait jusqu’à ce jour. Cette formalité excita quelque hilarité parmi nous et sembla convaincre nos visiteurs que personne ne désirait un changement. » La Mère Bentivoglio exigea que l’on en prit acte dans l’arrêté : « Néanmoins toutes ces dames ayant déclaré vouloir continuer à vivre ensemble comme auparavant, le pensionnat demeurera tel qu’il a été jusqu’ici, dirigé par les mêmes maîtresses et de la même manière40. » Sa présence d’esprit permit de ne perdre aucune élève et de maintenir les principes de fonctionnement de l’établissement. À la même époque, Garibaldi fomenta des troubles à Rome. À Sainte Rufine, au cours des affrontements qui se déroulèrent dans le Transtevère entre les insurgés et les troupes pontificales renforcées par les Français de la division de Failly, une bombe brisa les vitraux de la chapelle et des balles entrèrent dans la maison, mais sans faire de victimes.

  • 41 Arch. Gén. C I C3, box 10.

32La qualité de maison française qui était attachée à la Trinité des Monts la préserva lorsque Rome cessa d’appartenir au pape. Le 3 octobre 1870, la Trinité fut envahie par des Bersaglieri à la recherche des zouaves pontificaux et des pensionnaires, qualifiées de « filles des zouaves ». Cette visite domiciliaire fut désavouée par les autorités qui vinrent au couvent faire des excuses. Les liens des Religieuses du Sacré-Cœur avec le Saint-Siège étaient connus mais personne ne souhaitait créer des difficultés avec la France. Après la fermeture à Rome de nombreux couvents et l’expulsion de leurs membres, la Villa Lante accueillit des camaldules et ouvrit ses jardins à des contemplatives dont le nouvel asile était particulièrement exigu. La municipalité de Rome chercha à exproprier partiellement Sainte Rufine et la Villa Lante dont le sort resta longtemps incertain. En 1880, la Villa Lante fut laissée à la garde de quelques religieuses qui s’occupèrent de l’école et de l’orphelinat et le noviciat fut transféré à Florence. Ce n’est qu’en 1891 que la Société du Sacré-Cœur put faire reconnaître ses droits sur cette maison. En 1883, l’État italien décida d’expulser les occupantes de Padoue, à l’exception des treize religieuses présentes lors de l’annexion. On acheta alors une autre maison pour poursuivre l’œuvre41.

3.2.2 L’Espagne de la royauté à la république

  • 42 La Mère Barat avait envoyé de menus objets pour qu’ils puissent lui être offerts en cadeau lors de (...)
  • 43 Leur frère, le futur Alphonse XII, était élève au collège Stanislas. Ce fut lui qui vint reprendre (...)

33Pendant toute une partie du siècle, l’histoire de l’Espagne fut particulièrement mouvementée pour des raisons dynastiques. Dépourvu d’héritier mâle, Ferdinand VII avait décidé en 1833 de transmettre le trône à sa fille Isabelle par une pragmatique sanction dont la mise en application avait provoqué une rébellion plus ou moins larvée en faveur de son frère Carlos et de ses descendants. Les « Carlistes », tout en invoquant le respect de la loi salique, défendaient le traditionalisme et l’absolutisme. Des maisons du Sacré-Cœur éduquèrent des infantes carlistes. Montigny accueillit des nièces de « Carlos V » ; Riedenburg éduqua deux princesses de Parme, dont l’une épousa en mars 1863 le nouveau prétendant42 ; Pau reçut la fille du couple. Mais les trois filles d’Isabelle II, Pilar, Paz et Eulalie, furent élevées à Paris, rue de Varenne43, après l’exil de leur mère. Le Sacré-Cœur n’avait pas donné l’impression de pencher plus d’un côté que d’un autre.

34La reine Isabelle II en 1854 avait accordé une constitution libérale et laissé le pouvoir à O’Donnell et à Narváez. Une répression plus ou moins sévère avait alors été menée contre les carlistes et les républicains. En septembre 1866, une insurrection donna l’occasion au général Juan Prim de prendre le pouvoir et de chasser la reine. Isabelle II se réfugia en France où elle fut accueillie par le couple impérial. Elle laissait un tel souvenir dans son pays que lors de la visite de la Mère Goetz à Séville, la foule crut que la supérieure générale du Sacré-Cœur était la fameuse Sœur Patrocinio dont on disait qu’elle avait exercé une influence occulte sur la souveraine et on faillit lui faire un mauvais sort ! Une république provisoire avait été installée en septembre 1868, mais le régime républicain, proclamé en 1873, ne dura que deux ans. Les provinces dans lesquelles était installé le Sacré-Cœur furent la proie d’insurrections et de combats entre factions rivales, surtout au début et à la fin de la période.

  • 44 Rennes offrit des chaussures aux cent cinquante jésuites réfugiés en Bretagne et Toulouse leur don (...)
  • 45 Lettres annuelles, 1867-1868, p. 75-77.
  • 46 Id. p. 91-92.

35En 1866, beaucoup de jésuites et d’oratoriens durent quitter l’Espagne, de leur propre gré ou sous la contrainte des juntes locales. Beaucoup s’installèrent en France, où les maisons du Sacré-Cœur se mobilisèrent pour leur venir en aide44. En Espagne, l’intensité des troubles varia selon les régions. En Catalogne, où les républicains étaient nombreux, les religieuses de Sarriá virent les incendies allumés dans divers points de Barcelone, mais les nouvelles autorités les protégèrent. Elles se mirent en quête d’une maison capable de les accueillir, elles et leurs élèves, si la situation devenait critique. Quand la loi prohiba les couvents de femmes non vouées à l’éducation et aux œuvres de charité, elles redoutèrent de devoir héberger des religieuses expulsées de leurs couvents, mais il en fut rien45. À Madrid, dans la crainte d’une expulsion, la Mère Goetz avait prévu un repli sur Bordeaux. Les parents des élèves se mobilisaient, les pauvres promettaient de faire une émeute si un arrêté d’expulsion était pris. Les religieuses vivaient dans l’incertitude : « Pour l’instant, nous sommes tranquilles en apparence… mais tout s’agite horriblement autour de nous. Ce qui remplit de crainte et de peine [les élèves], c’est que la liberté des cultes s’est introduite dans cette contrée si attachée aux croyances religieuses46. » Le pensionnat de Chamartín comprenait beaucoup d’enfants dont les familles avaient perdu leurs positions à la suite de la chute de la royauté, ce qui était sans doute un autre motif de crainte et de peine ! À Séville, le culte devint privé, les sonneries de cloches furent interdites et l’église du Sacré-Cœur fut saisie par la municipalité. Toutefois par faveur spéciale, on permit aux religieuses d’y entrer en cachette et d’en garder les clés. Une insurrection populaire ayant éclaté à la fin de mai, le Sacré-Cœur, surmonté du drapeau français, servit de refuge à des civils désemparés par l’ampleur des combats. Il hébergea des enfants et des femmes des quartiers pauvres dont les maris s’étaient enrôlés chez les rebelles. La Sœur Encarnación s’occupa d’eux. La maison reçut aussi des trinitaires chassées de leur couvent avec leurs élèves, des enfants abandonnées. Cette foule épuisa toutes les provisions du couvent mais contribua dans le quartier à asseoir la réputation du Sacré-Cœur. La maison échappa aux incendies, mais l’église fut détruite. En janvier 1874, le bourg de Sarriá ayant été occupé par les républicains, une bataille à l’arme lourde, à la grenade et à la baïonnette, opposa ces derniers aux troupes gouvernementales. Au Sacré-Cœur, les dégâts ne furent que matériels, les élèves ayant passé le temps de cet affrontement sanglant dans un réfectoire situé au sous-sol.

  • 47 Id. p. 73.
  • 48 Id. p. 98.
  • 49 Id. 1872-1874, p. 122.

36La qualité de congrégation française qu’avait le Sacré-Cœur avait des effets contrastés. À Sarriá, ce caractère que les membres du conseil municipal « donnaient à toutes » avait été cause de méfiance47. La maison, qui avait eu du mal à obtenir une approbation légale, était à la merci des autorités locales. En revanche, à Séville, le Sacré-Cœur tira avantage de la présence du consul de France qu’avait sollicitée la supérieure pendant l’inventaire de l’église. Quand des fonctionnaires avaient annoncé aux religieuses qu’elles allaient être expulsées, elles avaient répondu : « Que si l’on nous chassait d’Espagne, nous irions vivre ailleurs, qu’ils y perdraient, mais non pas nous48 ! » Mais quand la République fut proclamée en mai 1873, les supérieures des maisons d’Espagne arborèrent le drapeau français49. À Séville, le recours aux ambassadeurs de France et de Belgique empêcha la mise aux enchères de l’église du Sacré-Cœur.

  • 50 Id. 1867-1868, p. 95-96.

37Partout les Religieuses du Sacré-Cœur purent compter sur le soutien de la population. Des femmes de Sarriá poursuivirent de leurs sarcasmes des républicains qui prononçaient des discours menaçants. Les religieuses de Séville furent respectées grâce à l’existence de leur l’école gratuite : « Quoique les pères de plusieurs des enfants soient révolutionnaires et sans religion, ils ont apprécié les soins que l’on prodigue à leurs filles. Le nom de la maîtresse générale des pauvres est vraiment un nom populaire dans le pays50. »

3.3 1870-1871 : une guerre désastreuse

38À diverses reprises, les Religieuses du Sacré-Cœur avait subi des guerres et des expulsions. Mais la guerre franco-allemande de 1870 eut des conséquences sur son gouvernement : la congrégation, ayant son siège à Paris, était forcément sensible aux événements qui s’y déroulaient.

  • 51 Id. p. 114.

39Napoléon III avait toujours évité d’affronter la Prusse. Prévisible depuis Sadowa, l’épreuve de force fut engagée par Bismarck qui cherchait un succès pour rallier les Allemands du sud et qui trouva un prétexte en proposant la candidature d’un Hohenzollern au trône d’Espagne. Mais déclarée le 18 juillet 1870 par Napoléon III, la guerre opposa à la France la totalité des états allemands. Rien ne laissait présager sa défaite. La France avait une armée considérée comme aguerrie et les pays européens avaient décidé de ne pas prendre parti dans le conflit. Comme tout le monde avait « de graves inquiétudes pour l’Allemagne51 », la Mère Goetz fit transférer le noviciat de Marienthal à Jette, en Belgique. Les pensionnats de Marienthal et de Blumenthal furent fermés mais on se contenta d’envoyer dans les Ardennes et en Picardie les religieuses ou les pensionnaires de Lorraine.

40Si l’armée française ne manqua ni d’ardeur ni d’héroïsme, elle ne put faire face à des forces allemandes supérieures en nombre, parfaitement organisées, mieux équipées, disciplinées et unies, bien que venant de sept pays différents. La mobilisation en France fut lente et la décision de l’empereur Napoléon III de ne pas franchir le Rhin força à la défensive. À partir du déclenchement des combats, le manque d’informations sur les mouvements et sur les pertes réelles des belligérants, la stratégie hésitante de l’Empereur, les erreurs ou les fautes de certains de ses généraux aboutirent à la défaite. Les premiers échecs de Wissembourg, Froeschwiller, Reichshoffen et Forbach, au début d’août, donnèrent l’Alsace aux Allemands et leur ouvrirent la Moselle. Au terme d’une bataille de quatre jours à Gravelotte, le général Bazaine se laissa enfermer dans Metz le 18 août 1870. La meilleure armée de France était bloquée dans cette place forte qui n’était reliée à Paris ni par le chemin de fer et ni par le télégraphe. L’armée de Mac Mahon qui essaya de libérer Metz fut encerclée à Sedan. Le 2 septembre 1870, Napoléon III y fut fait prisonnier avec son armée. Deux jours plus tard, une insurrection populaire eut raison à Paris d’un régime impérial que personne ne défendit et la République fut proclamée.

3.3.1 L’Année terrible52

  • 52 En France, ce titre d’un poème de Victor Hugo est devenu usuel pour caractériser l’année 1870-1871

41Les maisons de Lorraine et d’Alsace subirent immédiatement les conséquences de la guerre. Des ambulances furent organisées à Montigny et à Metz. La Mère Goetz donna l’ordre d’alléger les communautés et de renvoyer les élèves. Or beaucoup de familles allemandes qui avaient peut-être pensé que le sort de la guerre se déciderait en une seule bataille avaient laissé leurs filles en France. Les pensionnaires allemandes de Montigny furent évacuées sur Charleville et le retour en Allemagne de celles de Nancy ne fut pas aisé. En revanche l’évacuation des élèves suisses se fit sans difficulté. Les religieuses dispersées entre Charleville, Nancy et Besançon, puis envoyées à Paris et dans le sud de la France firent des voyages épuisants, les trains étant réservés aux troupes. En octobre, la supérieure de Kientzheim fit passer les novices en Suisse. Dans le reste de la France, on se préparait à la guerre sans imaginer qu’on en verrait les horreurs et on se procura des permis de séjour pour les religieuses allemandes.

  • 53 Elles hébergèrent une famille : « Ils nous confièrent même leur vache, c’était un vrai trésor dans (...)
  • 54 Lettres annuelles, 1870-1871,. II, 3
  • 55 La R.M. Juliette Desoudin, p. 166.
  • 56 M. d’Ernemont, op. cit. p. 186.

42Les premières défaites vécues comme des désastres répandirent une consternation qui se transforma en panique. À Montigny qui était aux mains de trois gardiennes53, des blessés de toutes nationalités se succédaient à l’ambulance. Un parc d’artillerie était installé le long des murs du couvent. Trois cents soldats occupaient l’école. « Plus le temps avançait, plus notre situation devenait difficile. On aurait pu peut-être s’habituer aux privations de tous genres, au grondement du canon retentissant la nuit et le jour, mais on ne pouvait se faire aux souffrances morales d’une place bloquée : les bruits les plus contradictoires, les avis les plus opposés, les espérances, en apparence les mieux fondées, aussitôt déçues ; les incertitudes succédant aux angoisses54. » Victimes de malnutrition, les religieuses tombèrent malades. Autour d’elles, les blessés et les civils étaient atteints par le typhus et la variole. La capitulation de Metz, le 29 octobre 1870, traumatisa une population qui s’interrogeait sur les responsabilités de ceux qui n’avaient pas pu empêcher le désastre. Une des assistantes générales, la Mère Desoudin, était née à Metz : « Longtemps, elle ne put accorder foi à la reddition et elle s’attendait toujours à un démenti ; mais lorsque le doute lui devint impossible, son cœur lorrain en ressentit une profonde amertume55. » Comme l’écrivit alors du Chili la Mère du Rousier : « Nous souffrons de notre sécurité. Oh ! que le Seigneur paraisse nous secourir56 ! »

43Montigny échappa à la réquisition grâce au frère d’un général prussien qui suggéra de rouvrir l’école. La maison de Metz fut occupée mais « les rations surabondantes [des soldats] nous fournirent les moyens de réconforter nos pauvres blessés et de soulager autour de nous bien des misères. D’ailleurs, il faut rendre justice à nos hôtes allemands, ils se montrèrent toujours très polis, très réservés, et quand ils reçurent de leurs chefs l’ordre de départ, ils nous ont quittées avec autant de regret que de reconnaissance. » À Nancy, la maison du faubourg qui devait accueillir des malades contagieux, échappa à la réquisition. Celle de la rue Stanislas hébergea vingt religieuses bavaroises qui suivaient l’armée allemande. Dans les Ardennes, Charleville put évacuer ses élèves sur Bruxelles et Liège, mais la maison fut bombardée. Dans le nord de la France, le général Faidherbe préserva de l’invasion Lille et Calais mais ne parvint pas à fermer la route de Paris. Les troupes allemandes traversèrent la Picardie en novembre 1870 et stationnèrent à Amiens jusqu’en juillet 1871 sans que le « Berceau » ait à en souffrir. En Franche-Comté, les religieuses qui manquaient de tout, furent ravitaillées par des voisins. La maison de Bourges qui avait été sur le point d’être transformée en caserne, abrita un dépôt de fournitures militaires puis un hôpital.

44La riposte républicaine fut organisée depuis Tours par une délégation gouvernementale présidée par Léon Gambetta. À Marmoutier, un comité anglais, peut-être suscité par la supérieure, la Mère Digby, s’occupa des blessés que firent les combats qui se déroulèrent autour de la maison. Les Allemands s’installèrent à Rougemont où ils transformèrent les pupitres des salles de classe en mangeoires pour leurs chevaux. La première armée française de la Loire, dans laquelle s’étaient engagés en masse d’anciens zouaves pontificaux qui se battaient sous l’emblème du Sacré-Cœur, put reprendre Orléans. Après la capitulation de Metz, les forces allemandes franchirent la Loire. Une deuxième armée de la Loire commandée par le général Chanzy se reconstitua, mais après la bataille du Mans, elle ne put que freiner la retraite et éviter la débâcle. Laval ne fut pas occupée par les Prussiens. Un armistice général arrêta les combats le 28 janvier 1871.

3.3.2 Au cœur de Paris assiégé

  • 57 M. Williams, Josephine Goetz, p. 50.
  • 58 Vie de la R. M. Hardey, p. 294.
  • 59 Elle accepta en revanche le 27 avril 1871, avec reconnaissance, l’aide financière de la Mère Harde (...)

45Les troupes allemandes ayant investi la capitale le 18 septembre 1870, on dispersa les communautés et les élèves. Les pensionnaires de la rue de Varenne partirent par petits groupes ; les novices et les religieuses de Conflans allèrent en Bretagne, les orphelines à Paris ou en Picardie, une douzaine de professes restant sur place pour garder la maison. À l’annonce de la capitulation, l’entourage de la Mère Goetz lui demanda de quitter Paris. Elle refusa tout d’abord mais apprenant que Pie IX, lors d’une visite à Sainte Rufine, s’était écrié : « Quand la tempête s’annonce, le pilote prend des précautions » et que le général des jésuites avait ordonné aux provinciaux de quitter Paris, elle gagna Laval le 6 septembre 1870, avec la Mère Desoudin et la secrétaire générale, la Mère Dufour, laissant à Paris la Mère Lehon. La Mère Peacock lui avait proposé de venir à Halifax57 et la Mère Hardey lui avait écrit : « Qui sait si la bonne Providence n’a pas suscité les troubles en Europe pour vous donner un signe que c’est sa volonté que vous visitiez vos maisons d’Amérique58 ! » Mais la Mère Goetz ne voulut pas quitter la France59. La Mère Lehon proposa aux religieuses de quitter Paris avant que le siège fût effectif si elles estimaient ne pas pouvoir en supporter les contraintes. L’économe générale, la Mère Bulliat, se rendit à Marmoutier. Comme Conflans était sur la ligne de feu, ses gardiennes se réfugièrent à Paris le 14 septembre, laissant la maison à la garde d’un voisin, parent de la Mère Barat, et d’un domestique. En décembre une petite colonie put y retourner, le couvent étant devenu un hôpital militaire.

  • 60 Sa première lettre n’arriva que le 21 novembre. Sur dix-sept ou dix-huit lettres, une seule parvin (...)
  • 61 Lettres annuelles, 1869-1871.

46Le blocus de Paris débuta le 19 septembre. Rue de Varenne, les religieuses étaient affolées en entendant chanter la Marseillaise sous leurs fenêtres. Car dans ce contexte d’invasion, elle était redevenue un hymne révolutionnaire. Le 29 septembre 1870, la canonnade retentit pour la première fois. Pendant cinq mois, la population parisienne subit des tirs de seize coups par minute. La Mère Lehon écrivait tous les deux jours à la Mère Goetz des lettres qui arrivaient à Laval par ballons, si les vents étaient favorables et si la tempête ne les avait pas déchirés. Les messages de la Mère Goetz parvenaient par des pigeons voyageurs dont l’arrivée était aléatoire60. Les religieuses de Paris étaient « séparées du monde61. »

  • 62 Id. 1906-1908, p. 97-98.
  • 63 Vie de la T. R. M. Lehon, p. 249.

47Les sorties des troupes françaises, rendues difficiles par un hiver particulièrement rude, échouèrent à desserrer l’étau. Dans la ville, les souffrances de la population furent extrêmes : « Après trois mois et demi de siège, les vivres commencèrent à manquer, l’administration chargée d’y pourvoir avait bien remplacé depuis longtemps le beurre par la graisse de chandelle, réduit à trente grammes la ration de viande de cheval, à trois cents grammes celle de pain noir où l’on trouvait jusqu’à de la ficelle ; malgré tout, les ressources diminuaient rapidement. » Les communautés religieuses qui vivaient dans une sorte d’autarcie étaient incontestablement mieux loties que les autres habitants de la ville. De plus la maison de la rue de Varenne avait des provisions. Mais il fallait nourrir une communauté qui comprenait plus de cinquante personnes, secourir des gens en détresse et donner une soupe à une foule de pauvres. Les provisions durèrent au-delà de toutes les prévisions et permirent d’aider d’autres communautés religieuses, dont les Auxiliatrices du Purgatoire. Mais on garda le souvenir de plats d’orties immangeables. Par chance, un obus ayant atteint une vache, un boucher put la dépecer en secret et la communauté eut un plat de viande quotidien pendant une semaine62. On ne recevait plus ni visites ni correspondance : « C’était une vie de prière, de travail et d’union63. »

  • 64 Id. p. 258-259.

48Lors des premiers bombardements en janvier 1871, la Mère Lehon fit aménager un dortoir et une chapelle dans la cave. Les bombes firent des dégâts importants, mais pas de victimes. Mais on dispersa les religieuses dans des familles amies. La Mère Lehon écrivit : « On se forme peu à peu des habitudes dont on croit ne pouvoir se passer pour la nourriture, le logement et voici que le siège coupe court à tout. Au lieu d’être seule dans sa cellule bien commode, avec tout le mobilier nécessaire, on est campé dans la cave, sept ou huit personnes dans une pauvre chambre, n’ayant pas même la place de mettre une chaise, et on se porte bien tout de même64. »

3.3.3 Les troubles révolutionnaires

49À l’annonce des premières défaites, une agitation populaire spontanée s’était produite dans diverses villes de France. Le Sacré-Cœur n’eut pas à en souffrir, alors que beaucoup de couvents de contemplatives étaient forcés. En revanche, des troubles plus graves se produisirent après la capitulation de Sedan. La population réclamait une « levée en masse », comme en 1792, s’estimait trompée par les autorités et voulait des coupables. Le progrès de l’indifférence religieuse ou du rejet de l’Église fit qu’on les chercha parmi les religieux. À Perpignan, à Aix-en-Provence et à Marseille, les résidences des jésuites furent attaquées et des religieux emprisonnés. Mais dans ces villes le Sacré-Cœur ne subit pas de dommages. En revanche des incidents sérieux se produisirent à Lyon et à Paris.

50Le 4 septembre 1870, à l’annonce de la proclamation de la République, le drapeau rouge fut arboré à l’Hôtel de Ville de Lyon. « Les autorités se déclaraient impuissantes, des attroupements armés faisaient retentir des menaces de pillage et de mort, spécialement dirigés contre les couvents. » On s’en prit cette fois aux maisons du Sacré-Cœur. Celle des Anglais, protégée par des voisins, ne fut pas envahie. Mais on prit la précaution de mettre en sécurité les objets précieux et de disperser la plupart des religieuses qui partirent pour Avignon, Chambéry et Montfleury. En prévision d’un siège, les autorités militaires voulaient créneler les murs de la propriété, mais l’installation d’une ambulance la sauva. La maison de la rue Boissac fut visitée par des gardes nationaux qui pensaient y trouver un souterrain communiquant avec la résidence des jésuites. Mais cette visite empêcha les excès et les profanations dont fut victime le couvent proche des clarisses. En revanche, à la Ferrandière, les perquisitions faillirent dégénérer.

51À l’annonce de l’arrestation des jésuites, les religieuses de la Ferrandière, qui avaient commencé une retraite aux Anglais, rentrèrent chez elles le 7 septembre, vêtues de vêtements séculiers plus ou moins hétéroclites : « Leur voyage ne fut pas sans danger : contraintes deux fois de descendre de voiture et d’entrer dans un corps de garde, elles y subirent un examen détaillé, au milieu d’hommes sinistres, armés de toutes pièces. L’inspection minutieuse de leurs paquets et en particulier de leurs livres d’office révéla bientôt leur véritable caractère, de vagues menaces furent exprimées devant elles contre les communautés religieuses. » Elles en furent quitte pour la peur. Mais la Ferrandière avait été envahie par trois cents manifestants : « L’un poursuivait une de nos sœurs qui portait un paquet de linge, en lui criant de « ne rien cacher à la République ! » Les manifestants étaient à la recherche de souterrains, de dépôts d’armes et d’un « trésor ». Le lendemain, à la suggestion de l’archevêché, le noviciat fut envoyé à Montpellier. Après une deuxième visite domiciliaire, la maison fut laissée aux soins de quelques gardiennes.

52Les troubles gagnèrent la capitale après la signature de l’armistice et une révolution, la « Commune », éclata le 18 mars 1871. Réaction patriotique d’une population ouvrière qui avait souffert du siège et qui refusait la cessation des combats, elle fut perçue comme le « règne de la terreur », et elle le fut à certains égards. La Commune décréta le 3 avril 1871 la séparation de l’Église et de l’État, la suppression du budget des cultes et la nationalisation des biens des congrégations. À Paris, un tiers des églises paroissiales fut interdit au culte et 40 % des écoles congréganistes furent laïcisés.

  • 65 P. Perdrau, op. cit., t. 1, p. 573.
  • 66 Vie de la T. R. M. Lehon, p. 262.
  • 67 Elle reçut l’aide d’un Alsacien qui, devenu Allemand après la défaite, obtint des passeports et pu (...)

53Le gouvernement de Thiers, qui s’était réfugié à Versailles, prit la décision d’assiéger la ville. Quand elle l’apprit, la Mère Goetz écrivit à la Mère Lehon : « Il vaut mieux tout perdre que d’exposer les personnes65. » Elle demanda de mettre en sûreté les communautés de la maison-mère et de la rue de Varenne qui s’étaient reconstituées après l’armistice. La Mère Lehon refusa de partir, répondant le 26 mars : « J’ai déjà traversé plusieurs révolutions ; je n’ai pas peur, je suis Belge, je suis calme, je suis vieille, il me semble avoir toutes les qualités requises pour rester au logis66. » Mais elle envoya les religieuses les plus impressionnables et les malades à Conflans qui était située en dehors de la zone d’occupation de l’armée prussienne mais protégée par sa présence proche et elle trouva des cachettes pour les archives et les objets précieux67. Madame Blunt, mère d’une ancienne élève, lui suggéra de mettre la maison-mère sous la protection des États-Unis dont le drapeau flotta sur la maison des œuvres du Boulevard des Invalides.

54Dès le commencement du second siège de Paris, les Communards prirent des otages dans la bourgeoisie et le clergé. La maison-mère servit de refuge aux membres de l’administration diocésaine qui venaient clandestinement y célébrer la messe et y tenir leurs réunions. Lorsqu’elle apprit l’arrestation des ecclésiastiques, la Mère Goetz ordonna à la Mère Lehon de la rejoindre à Laval car elle redoutait que l’on en vint à capturer des femmes. Après une visite domiciliaire qui, le 14 avril 1871, aurait pu dégénérer sans sa présence d’esprit, la Mère Lehon fit encore partir quelques religieuses qui eurent du mal à obtenir des laisser-passer et à sortir d’une ville dont toutes les issues étaient gardées. Elle-même quitta Paris le 16 avril. La Mère Perdrau, la Mère Langlet, trop malade pour se déplacer, quatre coadjutrices et quatre domestiques restèrent rue de Varenne ; quelques gardiennes occupèrent la maison-mère.

  • 68 Arch. Gén. C I A 2 d, box I, « Relation des principaux faits qui se sont accomplis dans nos trois (...)
  • 69 Le peintre de Mater admirabilis… p. 73.

55L’école de la rue de Babylone continua de fonctionner pendant toute la Commune et reçut quotidiennement trois cent cinquante élèves : « Tout va comme à l’ordinaire, écrivait la maîtresse générale des pauvres, la Mère Esther Saingéry, je pourrais même dire : tout va mieux qu’à l’ordinaire ; on sent que le Maître est là pour gouverner ; les enfants sont dociles et beaucoup plus calmes. » En effet, elle n’avait pas été inquiétée, alors que dans le voisinage, « des délégués de la Commune, l’écharpe rouge au côté, chassaient les sœurs des écoles et inauguraient leur enseignement, dont le programme était parfois ainsi conçu : 1er exercice : Marseillaise récitée. 2e exercice : Marseillaise dictée. 3e exercice : Marseillaise chantée. Il n’était pas nécessaire d’aller plus loin depuis que la Commune avait voté d’urgence un décret supprimant l’orthographe68. » Les Communards n’étaient pas tous aussi ignares que cette relation pourrait le laisser entendre mais, comme l’écrivit la Mère Perdrau à la Mère Goetz, « ce que l’on fait, selon vos désirs, pour les chers amis du Sauveur met autour de nos maisons je ne dis pas un cordon de sûreté, mais une garde divine. Le pain que nous distribuons fait merveille ; on répète dans nos environs qu’il ne faut pas nous inquiéter, qu’on nous prendra moins que nous ne donnons69. »

56La répression des Communards par les troupes versaillaises, sous l’œil goguenard des Allemands, fut sanglante. Dans le quartier des Invalides, les Versaillais furent reçus comme des sauveurs. « Des ombres de fédérés passant au fond de la rue de Bourgogne, nos Versaillais criaient : « Ah ! coquins, ah ! scélérats ! Il faut les abattre ! » La Mère Perdrau put les dissuader de créneler les murs de la maison-mère : « Non, madame, votre maison de paix sera sauvegardée par nous, rien de plus. » Les jardins de la maison-mère et de la rue de Varenne furent envahis par des armes de toute sorte et des drapeaux rouges pris aux Communards flottaient dans les arbres. Le 24 mai 1871, des incendies éclatèrent dans la ville. « Le soleil essaie en vain de percer le nuage rouge et épais qui s’élève sur Babylone en feu. Notre cour est couverte de papiers à tous les degrés de calcination. Les cendres, la poussière volent et descendent sur nous comme une pluie légère et odoriférante », nota la Mère Perdrau dans son journal. De Conflans, la Mère de la Guibourgère écrivit à la Mère Lehon : « Nos yeux fixés sur le cratère en feu croyaient voir le Vésuve, nos oreilles assourdies par des coups de canon et de mitrailleuses se figuraient entendre le roulement prolongé de ces orages affreux où un coup n’attend pas l’autre et se répète d’écho en écho ; nos âmes angoissées par la pensée des victimes de l’incendie et des balles criaient miséricorde au Seigneur. » L’atmosphère était irrespirable. Le même jour, l’archevêque de Paris, Mgr Darboy, fut l’un des premiers otages fusillés par les Communards. Parmi les quatre-vingt deux otages exécutés figuraient seize ecclésiastiques dont un jésuite, le Père Olivaint, l’ancien directeur des Dames Enfants de Marie, qui fut désormais considéré dans la Société du Sacré-Cœur comme un martyr de la foi.

  • 70 Dans la crainte d’une arrestation, elles se couchaient « demi habillées ».

57La fin de la Commune fut accueillie avec soulagement. La Mère Perdrau écrivit : « Quel repos après la Commune et ses horribles. Je croyais rêver ; je ne puis m’habituer à vivre en sûreté : laisser une lettre dans mon bureau ; écrire sans mettre dans ma poche la lettre en train ; laisser le calice dans la sacristie ; écouter sur le boulevard des bruits confus sans craindre, ne me vient encore qu’après réflexion. Rien ne peut faire apprécier le sentiment si doux et si fort en même temps de la sécurité que d’avoir vécu quelque temps nuit et jour avec angoisse et terreur. » Il est vrai qu’à Paris les Religieuses du Sacré-Cœur avaient longtemps été « dans l’attente d’une mort très prochaine70. » Du côté des Communards, le bilan fut lourd, avec sans doute vingt mille tués. Des anciennes élèves venant Rue de Varenne avouèrent avoir été obligées de marcher sur des cadavres. Les maisons de Paris n’avaient pas subi de dommages, et on pensait le devoir à l’intercession de la Mère Barat, comme l’écrivit la Mère de la Guibourgère à la Mère Goetz : « Si le Sacré-Cœur a traversé cette crise terminale sans malheur, comment jamais exprimer nos actions de grâces pour un miracle qui dépasse tous ceux de Gédéon, de Daniel et des autres ? Notre bien-aimée Mère fondatrice a obtenu du Cœur de Notre Seigneur mille saluts pour mille dangers. Donc elle est puissante et Jésus est faible quand elle intercède. »

  • 71 Lettres annuelles, 1872, IV, 11-12.

58La Commune avait également été proclamée à Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Grenoble. À Marseille, les religieuses de la rue des Dominicaines, inquiètes du pillage des couvents et des manifestations incessantes de bandes de « civiques », s’étaient réfugiées dans la maison de Saint Joseph. Elles y virent apparaître sur le haut des murailles des « têtes couvertes du hideux bonnet rouge », mais il ne s’agissait que de « pacifiques curieux71 ! »

  • 72 Circulaires de la T.R.M. Goetz, p. 131.
  • 73 Arch. Gén. C I A 2 d, box I, « Relation des principaux faits qui se sont accomplis dans nos trois (...)

59La Mère Goetz regagna Paris le 6 juillet 1871. Jamais elle n’a évoqué la guerre de 1870 dans ses circulaires, se contentant de parler de « la terrible crise que nous traversons », mais le 9 mai 1872, elle y fit une allusion indirecte : « Qu’il soit béni [le divin Cœur] de la préservation providentielle et presque miraculeuse dont nos maisons ont expérimenté les effets au milieu des calamités qui les ont environnées72. » Elle avait, dès le début de la guerre, remis le sort de ses maisons « aux mains de Notre Seigneur » et, le 6 septembre 1870, constitué la Sainte Vierge gardienne des maisons de Paris. Comme l’avait dit un aumônier des Versaillais à une religieuse : « La France doit être sauvée par le Sacré-Cœur ; comment, en vue de l’avenir, la Société qui porte ce nom béni n’aurait-elle pas été gardée intégralement73 ? » Dans la congrégation, devant cette préservation providentielle, le même sentiment prévalait.

3.3.4 Des activités apostoliques nouvelles

60Au début de la guerre, un jésuite avait dit aux religieuses de Layrac : « Il faut, à l’occasion des malheurs de la France, changer tout en prière continuelle et y joindre aussi le sacrifice. Nos soldats donnent le sang de leurs veines, les familles leurs larmes ; nous, du moins, donnons le sang de notre cœur par l’immolation perpétuelle de nous-mêmes. » La guerre mit les religieuses en contact direct avec la souffrance et la mort.

  • 74 Lettres annuelles, 1869-1871, p. 32.

61Les supérieures firent la preuve de leurs qualités, défendant leurs maisons contre les autorités françaises ou allemandes et ne cédant que devant l’inévitable. Pour éviter la réquisition de leurs établissements, elles sollicitèrent l’installation d’ambulances qui furent placées dans les écoles des pauvres où les religieuses continuaient de recevoir des élèves. Dans les villes occupées, les usines ayant cessé toute activité, beaucoup de jeunes filles se rendaient dans les écoles, dans l’espoir d’y recevoir un repas à midi. Les Religieuses du Sacré-Cœur avaient préparé les lieux et confectionné des centaines de paillasses. Les élèves faisaient de la charpie pour le soin des blessés. Les ambulances étaient gérées par des médecins et des infirmiers civils et militaires, par des religieux ou des séminaristes. Si les religieuses furent associées à leur direction ou aidèrent aux soins, la plupart préparèrent à la mort les plus atteints. Elles reçurent le tout venant : soldats débandés errant à la recherche d’un abri et de nourriture, malades qui arrivaient à toute heure du jour et de la nuit : « Nous manquions de tout, de literie, de linge ; celui que nos bonnes sœurs lavaient avec peine gelait au lieu de sécher et nous ne pouvions soulager ces pauvres gens, dévorés par la vermine74. » En Bretagne, les pensionnaires, voyant les coadjutrices surchargées de besogne, prirent l’habitude de faire leur lit. À une époque où l’on opérait sans anesthésie et où l’on ne possédait pas les moyens d’éviter les complications, les religieuses furent témoins de souffrances inouïes. Comme des malades étaient atteints de fièvre typhoïde, de typhus et de variole, la contagion fit des morts dans les communautés.

  • 75 Id. p. 14-15.

62On apprit à lire et à écrire aux blessés. On les catéchisa au moyen de grandes images dont on se servait à l’école. On incitait les hommes à remplir leurs devoirs religieux et les religieuses assistèrent à d’innombrables « retours ». À Quimper, « tout se passait en famille : on arrivait coiffé du bonnet de coton, emballé dans une vieille robe de chambre ou dans une couverture de campement, portant à la main la tasse de tisane destinée à calmer les accès de toux. Restait le point capital, la confession. Un jeune caporal d’un caractère entreprenant donna librement le signal de cette détermination difficile. Il se confessa et en fut si joyeux qu’il ouvrit le cœur de tous et vint communiquer sa joie à notre digne Mère en lui disant : « Il faudra, ma Supérieure, me donner un souvenir de c’t’ affaire là, car chez moi, personne ne voudra y croire ! » Il fallut même parfois modérer le zèle des néophytes et rappeler à un jeune sous-officier, qui s’apprêtait à envoyer ses hommes au confessionnal en rang, que cet acte religieux devait rester libre ! « Un Gascon passa plusieurs jours assis près de son lit, la tête dans les mains, faisant de gros soupirs, et quand on lui en demandait la cause : « C’est que voyez, ma Sœur, ça demande réflexion, et on ne va pas là comme à la noce ! » La grâce triompha cependant et il vint tout tremblant se placer sur le banc d’attente pour la confession. Celle des nôtres qui se trouvait à ce moment à l’ambulance, touchée de son émotion, l’entretint dans ses bonnes résolutions et le réconforta par une petite tasse de vin sucré qui lui rendit complètement le courage75. » On ne sait pas si partout on fit preuve de la même créativité. Sachant que la confession est un combat, cette religieuse avait spontanément donné du vin à ce blessé, comme on donnait de l’alcool aux soldats avant l’assaut ! Beaucoup de soldats pratiquants récitaient leur chapelet et allaient prier à la chapelle. À Nantes, ils se distribuaient les heures de garde devant le Saint Sacrement, car « le « divin capitaine » ne devait pas rester sans factionnaire » : « Un jeune caporal se promenait un jour dans l’avenue avec un des vicaires. « Eh ! pardon, Monsieur l’abbé, s’écrie-t-il tout à coup en regardant sa montre. C’est mon heure de faction, je pars. »

  • 76 Id. p. 32. « Corses, Arabes, Noirs se réunissaient sous notre toit et, malgré cette diversité des (...)
  • 77 Id. p. 41.
  • 78 Id. p. 47.

63Les Religieuses du Sacré-Cœur découvrirent la réalité d’un monde populaire dont la clôture les tenait à l’écart. Elle prirent conscience de la variété de la société française dont l’armée était un miroir76. Leur manière d’être reçut sa récompense. À Laval, le premier janvier 1871, « un bon cuirassier consacra une partie de ses petites économies à acheter trois oranges. « Tenez, dit-il à l’infirmière, il y en a une pour la supérieure générale, une pour la supérieure de Laval, une pour la sœur qui me soigne77. » Après la guerre, les maisons reçurent des survivants ou de leurs familles des lettres émouvantes. Beaucoup de blessés avaient trouvé que l’accueil dans les ambulances du Sacré-Cœur avaient été pour eux une chance de survie. À Moulins, « la Mère assistante, sans qu’on put l’apercevoir, surprit le dialogue suivant : « Dis donc, m’est avis que cet hôpital est le mieux desservi de toute la France ? — Tu veux dire de toute l’Europe ? — Non, répondit un troisième, faut que ce soit une maison où l’on nous reçoit par charité, où l’on nous soigne par charité, de sorte que l’on fait plus que mieux !78 » On comprend que des blessés aient appréhendé d’être envoyés dans d’autres hôpitaux !

64Pendant l’occupation, les Religieuses du Sacré-Cœur durent parfois céder leur chapelle à des protestants et elles donnèrent leurs soins à des ennemis qui, de manière générale, les traitèrent avec respect. Découvrant parmi eux beaucoup de catholiques, elles comprirent qu’au-delà des différences d’appartenance nationale, il y avait une foi commune. La guerre ne fit pas sentir ses effets qu’en France. À Marienthal, les élèves avaient travaillé pour les blessés allemands. À Posen, un camp rassembla des milliers de prisonniers français. La variole qui s’y déclara fit deux victimes parmi les religieuses.

3.3.5 Les conséquences de la défaite

  • 79 Id. 1870 – 1872, II, p. 14.
  • 80 Id. p. 41 et 14.
  • 81 Vie de la R. M. Voitot, p. 61.

65La paix fut signée à Francfort le 10 mai 1871. La France devait payer une indemnité de cinq milliards de francs-or mais surtout céder l’Alsace et une partie de la Lorraine « devenues la rançon de la France79. » Cette annexion fut tempérée par des mesures transitoires. Les habitants purent opter pour la nationalité française, à charge pour eux d’avoir quitté les régions annexées avant le 10 octobre 1872. En Alsace, « le deuil était devenu général » et Metz était « un presque désert80. » Quels furent les sentiments de la Mère Goetz qui était originaire de Sélestat ? Nous ne le savons pas, mais nous pouvons supposer que cette femme qui avait déjà dû souffrir en quittant Paris d’abandonner trois communautés exposées à un siège, fut affectée par le sort qui était celui de sa province d’origine. Les dispositions du traité de paix provoquèrent des remaniements dans la vicairie de l’Est. Le noviciat de Kientzheim fut transféré à Conflans. Les religieuses souffrirent de « voir arracher à la France cette belle province. » Longtemps la supérieure de Kientzheim, la Mère Voitot, « s’était refusée à croire que la Reine du Ciel qui y comptait de si nombreux sanctuaires pût l’abandonner aux ennemis de son Fils81. »

66L’« option » ne concernait pas les religieuses mais toucha de nombreuses familles qui ne souhaitaient pas vivre dans le Reich ni voir leurs fils servir dans l’armée allemande. À Metz, la supérieure organisa pour les Dames Enfants de Marie une retraite avant la dispersion. À la suite de ces transferts de population, les pensionnats de Nancy, de Besançon et de diverses villes de « l’intérieur » gagnèrent des élèves. Dans l’été de 1873, les armées allemandes quittèrent la France. La nouvelle frontière passait à une quinzaine de kilomètres de Metz et de Montigny.

4. La lutte contre les catholiques en Allemagne : les effets du Kulturkampf

67Un sort tragique pesa sur les maisons allemandes ou devenues telles, du fait de la politique menée par Bismarck contre les forces qu’il jugeait hostiles à l’unification de l’Allemagne, entre autres l’Église catholique. « Combat pour la civilisation », la lutte contre l’Église se fonda sur les « lois de mai » élaborées entre 1873 et 1875 et ne prit fin qu’en 1878. Mais, dès 1872, elle fut précédée par l’expulsion des jésuites et par la suppression des congrégations que l’on estimait faire partie de « l’internationale noire » : les pères du Saint-Esprit, les rédemptoristes et les lazaristes. Une seule congrégation féminine leur fut associée, la Société du Sacré-Cœur, bannie du Reich le 20 mai 1873.

  • 82 Lettres annuelles, 1872-1873, p. 73 et sq. Comme l’avait spécifié un document présenté au conseil (...)
  • 83 P. Perdrau, op. cit. t. 2, p. 649.

68Le grief invoqué contre elle était le « jésuitisme », qui, « par les Religieuses du Sacré-Cœur s’infiltre dans les familles ; ce sont elles qui, par leur influence sur la jeunesse, procurent à la cour de Rome des subsides considérables. » Elles étaient présentées comme des « jésuitesses », à cause de leur origine, de leur manière de pratiquer l’obéissance et de leur soumission à Rome. Le résultat de l’éducation qu’elles donnaient ne pouvait « pas être autre qu’une piété en toutes choses au service des exigences de la Compagnie de Jésus, le dépérissement de l’existence de soi-même, du jugement propre et de la volonté82. » Le fait que la maison-mère fut installée à Paris ne constitua pas un grief supplémentaire. Au reste, sa situation à Rome n’aurait pas été, en l’occurrence, de meilleur aloi ! Lorsque la Mère von Sartorius, qui était la supérieure de Marienthal, reçut communication de l’arrêté de bannissement, elle dit : « Si c’est à cause du dévouement et d’une soumission filiale à la sainte Église romaine et au pape, vicaire de Jésus Christ, que la Société du Sacré-Cœur est bannie, Messieurs, ce lui est un titre de gloire83. »

  • 84 Vie de la T. R. M. de Sartorius, p. 91.

69Dès l’expulsion des jésuites, les Religieuses du Sacré-Cœur s’étaient attendues à cette mesure, dont la mise en application fut précédée de vexations diverses. L’inspection des établissements servit à vérifier si on ne se servait pas de livres rédigés par des jésuites et si l’enseignement était fait en allemand. La correspondance des religieuses fut surveillée, avec maladresse il est vrai, puisque la Mère von Sartorius reçut une lettre dont l’enveloppe, déchiquetée, portait la mention suivante : « Malgré tous nos soins, nous ne pouvons nous débarrasser des souris84. » Elle fut obligée de faire transiter son courrier par la Hollande et la Belgique.

  • 85 Article du 19 juin 1873, extrait d’un journal messin de langue allemande. Communiqué par Marie-Thé (...)

70Toutes les maisons d’Allemagne durent fermer. Celle de Montigny fut louée aux Sœurs de Charité, dites de Sainte Barbe ; celle de Posen fut vendue à une famille amie. De petites communautés de trois ou quatre religieuses de chœur et de quelques coadjutrices furent maintenues, après négociations, à Metz, Montigny et Kientzheim. Il s’agissait de personnes âgées ou infirmes dont il n’était pas possible d’assurer le retour en France et qui logèrent dans un bâtiment annexe. Les cent quatre-vingt religieuses expulsées furent réinstallées à Blumenthal, Prague, Lemberg, Conflans ou Jette où les suivirent des pensionnaires. Les orphelines de Kientzheim furent placées ou envoyées à Besançon. Ces fermetures avaient des conséquences culturelles et économiques. L’enseignement du polonais était peu à peu interdit dans la région de Posen. La fermeture des pensionnats appauvrissait les régions qui la subissaient85.

  • 86 Condamné pour son hostilité à la politique de Bismarck, dépouillé des dotations de l’état qui comp (...)
  • 87 Lettres annuelles, 1873-1874, p. 129-130.

71Dans les provinces annexées, le bannissement fut perçu comme une brimade infligée aux minorités catholiques. En Pologne, le primat Ledochowski décida de consacrer officiellement au Sacré-Cœur ses diocèses de Posen et de Guesen le 8 décembre 187286. En octobre 1872, les religieuses de Kientzheim reçurent du clergé alsacien une adresse qui était à la fois une protestation vigoureuse contre la mesure qui les touchait et une reconnaissance pour l’œuvre de la congrégation en Alsace : « Nobles dames, qu’il nous soit permis de manifester la très poignante douleur que nous cause l’arrêt de suppression de l’illustre maison de Kientzheim. Votre triste mais glorieux départ pour l’exil, afflige, au-delà de toute expression, l’Alsace catholique. Depuis trente-trois ans, le Sacré-Cœur fut, pour notre province et les pays limitrophes, un phare de vertu, de science et de charité ; en retour, la ruse, la colère, la haine contre le Christ et son Église viennent de combler la mesure de leurs violences en vous exilant comme des criminelles d’État ! On fait un crime du droit, de la charité, de la fidélité, de la religion, et ce crime s’appelle « menées hostiles : Vaakgafafo ! » Nous réitérons nos protestations contre ces attentats et usurpations sacrilèges, et réunissant nos âmes dans l’attachement au martyr du Vatican, à la Compagnie de Jésus et au Sacré-Cœur, dans l’amour et la doctrine, nous défions les efforts de l’enfer. – Nobles dames, en ce moment, une tristesse inexprimable envahit nos âmes, nos cœurs se remplissent de larmes à la pensée que l’heure de la séparation est arrivée. Comme Enée emporta des ruines de sa patrie son trésor le plus cher, un vieux père et ses pénates, proscrites, vous emportez avec vous les beaux exemples, les sciences, les larmes de ces centaines d’orphelines et les bénédictions de l’Alsace éplorée. Daignez agréer, nobles dames, avec nos respects, notre profonde sympathie et nos hommages87. »

  • 88 Vie de la T. R. M. de Sartorius, p. 104-106 et Enfants de Marie, t. 1, p. 60.
  • 89 Vie de la T. R. M. de Sartorius, p. 108-110.
  • 90 Des religieuses allemandes transitèrent par Paris. La Mère Goetz entendit les conducteurs des voit (...)

72Les anciennes élèves d’Allemagne s’élevèrent contre le bannissement du Sacré-Cœur ; celles de Grande-Bretagne transmirent leur protestation à la comtesse Nesselrode88. La Mère von Sartorius envoya au gouverneur de Westphalie une lettre dans laquelle elle écrivait : « Nous partons donc, mais en protestant hautement et solennellement contre la loi qui nous bannit, contre la manière dont elle a été exécutée à notre égard et contre la violation de nos droits. Nous quittons notre bien-aimée patrie où nous laissons parents, frères, sœurs, amis, bienfaiteurs ; nous la quittons sans amertume contre ceux qui nous imposent cette dure nécessité, mais avec les sentiments d’une douleur profonde89. » Cette lettre fut également signée par l’assistante de Marienthal, la Mère Elisabeth von Zur-Mehlen. Le repli se passa partout dans le calme et la discrétion90.

73Une accalmie se produisit à la fin du siècle. La prise en main du gouvernement du Reich par l’empereur Guillaume II et la démission de Bismarck permirent d’en finir avec le Kulturkampf qui était peu à peu tombé en désuétude. Le Reichstag ayant autorisé des congrégations religieuses expulsées à reprendre certaines de leurs activités, la Mère Pauline Simons réouvrit l’école et l’ouvroir de Montigny et y accueillit des externes. En 1895, un pensionnat allemand y fut autorisé et en octobre 1904 une classe de travaux manuels fut ouverte. La communauté composée d’Allemandes et de Françaises dépendait de la vicairie d’Autriche. Peu après, une quinzaine d’élèves de nationalité française fut accueillie à Kienzheim.

  • 91 La vie de la Mère Louise Du Mont, à la maison-mère, pendant la guerre de 1870, n’avait pas été fac (...)
  • 92 Circulaires de la T.R.M. Lehon, 1er octobre 1872, p. 130-140. Une exception était faite pour tout (...)

74La guerre franco-allemande et le Kulturkampf auraient pu avoir des contrecoups dans les communautés91. La Mère Goetz demanda d’éviter toute allusion aux événements : « Je désire rappeler un devoir dont les circulaires et les avis de notre vénérée Mère fondatrice ont fait mention en diverses circonstances : celui de bannir des récréations, des rapports mutuels et des relations avec les étrangers, tout ce qui dans l’esprit de nationalité pourrait altérer, même de loin, l’union parfaite des esprits et des cœurs ; dans ce but notre sainte règle nous interdit la communication des nouvelles reçues du dehors, les conversations touchant à la politique, les critiques malignes et les allusions peu bienveillantes sur les usages des différentes nations92. » Déjà en 1870, la Mère von Sartorius, qui avait une Alsacienne dans sa communauté de Blumenthal, avait interdit d’évoquer les événements qui se déroulaient. La recommandation de la Mère Goetz ne contribua pas à développer la conscience politique des religieuses, mais, en faisant jurisprudence, elle permit aux communautés de traverser le plus paisiblement possible les guerres et les conflits politiques.

5. Au cœur des remous de l’Amérique latine

75La Société du Sacré-Cœur était arrivée en Amérique latine après que les guerres d’indépendance l’aient morcelée en une vingtaine de pays. La décolonisation n’y ayant pas accompagné l’accès à la souveraineté, l’édification des états nés du démantèlement de l’empire espagnol fut souvent mouvementée. Les richesses minières des pays latino-américains ne laissaient indifférents ni les États-Unis ni l’Europe.

  • 93 Lettres annuelles, 1867-1868, p. 176.

76Après la mort de la Mère Barat, un conflit opposa Chiliens et Espagnols et se traduisit par un long blocus du port de Valparaiso. Quand la supérieure de Concepción, la Mère Mac Nally, fut rappelée à Santiago, elle put éviter la traversée de la Cordillère des Andes grâce au consul britannique qui avait recommandé sa compatriote au commandant d’une frégate anglaise stationnant dans la rade de Valparaiso. Ce dernier obtint de l’amiral espagnol, par une faveur spéciale, le passage libre et une canonnière espagnole transporta la voyageuse du vapeur chilien à une frégate anglaise qui la conduisit à terre93.

  • 94 La région de Tacna ne revint au Pérou qu’en 1929.

77Entre 1879 et 1883, le Chili, le Pérou et la Bolivie s’affrontèrent pour la possession des mines de nitrates d’Atacama. En 1880, la flotte chilienne bloqua Lima. La supérieure de San Pedro, la Mère Laura Rew protégea sa maison en arborant le drapeau anglais. Le Sacré-Cœur fut également appuyé par le vice-amiral français Dupetit-Thouars qui croisait à proximité. Lors de l’occupation de Lima en janvier 1883, San Pedro servit de refuge à trois cents civils épouvantés. Par le traité d’Alcon, le Chili s’empara en 1884 d’une partie du sud du Pérou94. Dix-sept ans plus tard, la Mère Stuart constata que les passions n’étaient pas éteintes. Les Péruviens, qui ne souhaitaient pas envoyer leurs filles à Santiago, où le noviciat avait été transféré en 1888, réclamaient la réouverture d’un noviciat à Lima. Car ils redoutaient qu’elles ne reviennent pas au Pérou et que leurs dots fussent conservées au Chili : « Est-ce que les Chiliens ne nous ont pas assez pris ? » entendait-on. La guerre avait renforcé un sentiment de « supériorité » chez les Chiliens et les religieuses chiliennes ne « s’offraient » pas pour aller vivre au Pérou ou refusaient les obédiences qui leur étaient données.

  • 95 Vie de la M. de Lavigerie, p. 102. La maison de Lima fut alors protégée par l’Espagne dont la supé (...)
  • 96 Id. p. 224-225.
  • 97 M. Recavarren, op. cit., p. 28. Extrait du journal de la maison.

78Après la guerre du Pacifique, la vie politique péruvienne resta longtemps chaotique et des troubles insurrectionnels se déroulèrent lors des élections présidentielles qui faisaient s’affronter des caudillos. En 1885, l’une d’elles opposa les généraux Cacéres et Iglesias qui avaient l’un et l’autre mis leurs filles au Sacré-Cœur95. Dix ans plus tard, le Sacré-Cœur servit de refuge à la famille du président Cacéres menacé par la révolution de Pierola et des Montoneros. Les religieuses parvinrent à se tirer d’affaire. La Mère de Lavigerie avait abrité sous son toit des combattants des deux partis et surtout veillé à les empêcher de se rencontrer. Elle avait fait enterrer dans le jardin les armes dont des émeutiers s’étaient débarrassé et elle avait fait planter de la salade pour dérouter les agents chargés des perquisitions96 ! Pendant les combats de rues entre factions rivales, des soldats profitant de ce que San Pedro paraissait inoccupé y pénétrèrent et se réfugièrent dans la chapelle de la Sainte Vierge : « Sœur Jeanrot entrant dans une autre chapelle vit quelque chose bouger près de l’autel : « Qui est là ? », dit-elle d’une voix ferme. « Madrecita, ne nous trahissez pas », répondit une voix. Apparut une tête, une seconde, une troisième… Ils étaient six. « Bien, dit-elle, mais on n’entre pas ainsi dans un couvent. Suivez-moi. » La supérieure favorisa leur évasion97.

79Après l’indépendance des colonies espagnoles, Cuba était restée soumise au gouvernement de Madrid qui y avait promulgué quelques réformes libérales : leur timide application n’avait pas mis un terme au désir d’indépendance qui était largement répandu parmi les Cubains exilés et parmi ceux qui étaient restés sur place. Les planteurs du sud des États-Unis, qui rêvaient d’une expansion de leurs activités dans les Caraïbes, poussaient le gouvernement fédéral à acheter l’île.

80Appuyée par les États-Unis qui soutenaient le principe dit de Monroë, « l’Amérique aux Américains », une première guerre d’indépendance, à la fin de 1869, fut menée par les esclaves qui réclamaient l’abolition de l’esclavage et par les « petits Blancs » qui protestaient contre le régime qui empêchait de reconnaître comme égaux les Espagnols d’Europe et d’Amérique. L’esclavage fut aboli en 1870, mais par manque de réformes réelles, les rebelles continuèrent de demander l’indépendance. La guerre reprit en 1875 et s’acheva par la paix du Zanjon, mais vingt ans plus tard, la guérilla se transforma en une insurrection sérieuse. Les troupes espagnoles rassemblèrent dans des camps de « regroupement » les populations rurales. Les anciennes élèves s’occupèrent des internés parmi lesquels il y avait beaucoup de femmes et d’enfants. Alors qu’un statut d’autonomie était en préparation, les États-Unis intervinrent, offrant tout d’abord d’acheter Cuba, puis se mobilisant contre les atrocités commises par les troupes du général Weyler. L’affaire dégénéra en guerre hispano-américaine en avril 1898, après l’explosion du croiseur Le Maine dans le port de la Havane.

  • 98 Mémoires de la R.M. Tommasini, p. 457.

81Le bombardement de la Havane ne fit pas de victimes dans la maison du Cerro où des laïques et les religieuses de Tajadillo s’étaient réfugiées. Les religieuses, qui avaient proposé sans succès d’accueillir une ambulance, n’avaient pas les moyens de soulager ceux qui les entouraient : « Nos enfants de l’école nous ont touchées par leur empressement à venir alors que nous n’avions plus un morceau de pain à leur donner. Les sacs de riz et de haricots apportés par les dames du monde pour les pauvres semblèrent se multiplier. Les caresses de la sainte pauvreté et les secours spirituels ne nous ont jamais manqués98. ». Les religieuses durent se contenter de conserves et de morue séchée. Porto Rico subit également les bombardements des navires américains. Entre avril et septembre 1898, Santurce abrita des laïques. Devant l’accroissement des affrontements entre la marine américaine et les troupes espagnoles retranchées dans l’île, les religieuses finirent par louer à Arecibo une maison qui ne se révéla pas plus sûre que la précédente. Elles regagnèrent difficilement Santurce, mettant deux nuits et une journée pour franchir, par des chemins défoncés, une cinquantaine de kilomètres. Les religieuses des États-Unis avaient des échos de cette guerre par leurs familles, les parents de leurs élèves ou leurs Anciennes dont les maris ou les fils servaient dans l’armée des États-Unis.

  • 99 M. Monahan, op. cit., lettre de la Havane, avril 1901 : « Très facile de s’exclamer : « Aller par (...)
  • 100 Les États-Unis accordèrent en 1917 la citoyenneté américaine aux habitants de l’île. Porto Rico fi (...)

82Par le traité de Paris, signé le 10 décembre 1898, l’Espagne céda aux États-Unis, les Philippines, Guam et Porto Rico contre une indemnité de vingt millions de dollars et reconnut l’indépendance de Cuba. La reprise des activités apostoliques à la Havane fut rapide. En revanche la transformation de Porto Rico en protectorat des États-Unis força les Religieuses du Sacré-Cœur à abandonner leur maison dont elles n’étaient pas propriétaires et qui était réclamée par les Américains, ce qui désorganisa momentanément leurs œuvres. Elles finirent par louer à San Juan un local destiné à abriter la communauté et un externat et elles purent y installer un pensionnat au début du XXe siècle. Les séquelles de la guerre hispano-américaine désorganisèrent longtemps les communications en Amérique centrale. En 1901, la Mère Stuart eut beaucoup de mal à gagner Cuba depuis Porto Rico. Son voyage de Cuba à Panama ne s’avéra pas plus facile : elle dut retourner à New York pour rejoindre Colón99 ! Porto Rico dépendit de la vicairie de New York entre 1904 et 1908 et passa ainsi dans une nouvelle aire culturelle100.

  • 101 La vicairie du nord de l’Espagne aida à la reconstruction des couvents et au réaménagement des égl (...)

83Dans l’histoire de l’Espagne, 1898 fut l’année du désastre. L’humiliation de la défaite et la perte de prestige qu’entraîna la fin d’un empire colonial sur lequel, depuis le règne de Charles Quint, le soleil ne se couchait jamais, développèrent un antimilitarisme qui se manifesta quand l’Espagne tenta de gagner des positions en Afrique. En 1909, à l’annonce des incidents qui s’étaient produits à Melilla, le gouvernement décida d’envoyer des troupes au Maroc. Soutenus par les socialistes qui avaient appelé à manifester, des soldats se mutinèrent. À Barcelone, l’émeute violente qui débuta le 26 juillet s’accompagna d’une flambée anticléricale dont les églises, les couvents et les écoles congréganistes firent les frais. Les Religieuses du Sacré-Cœur durent se disperser dans des familles amies et se réfugier à Sarriá. L’émeute fut jugulée par l’armée au cours de la « Semaine tragique »101.

84L’histoire de la Société du Sacré-Cœur reproduit l’histoire générale, parce que déjà largement répandue dans le monde, la congrégation en subissait inévitablement les contrecoups. Les religieuses sont passées à travers des événements éprouvants pour leur santé physique ou mentale. Mais elles n’étaient pas les simples spectatrices d’une réalité qui ne transparaît pas toujours dans les relations des maisons. C’était aussi à travers cet environnement géopolitique qu’elles avaient à vivre leur mission apostolique. Pendant que les secousses des tremblements de terre se produisaient, à proximité des champs de batailles parfois, elles avaient à s’occuper des enfants qui leur avaient été confiées. Le courage dont elles firent preuve était à demander dans la prière et à mettre en pratique avec simplicité quand l’urgence le réclamait. Par bonheur, les bouleversements, pour nombreux qu’ils aient été, ne furent pas été monnaie courante et bien des communautés ont pu vivre dans le calme et la paix.

Notes

1 Une religieuse avait peu de chance de revoir son pays, sauf si elle ne parvenait pas à supporter le climat ou si elle était appelée à une autre mission.

2 Vie de la T. R. Mère de Sartorius, p. 147.

3 M. Monahan, op. cit., 21 novembre 1913, p. 456.

4 Lettres annuelles, 1947-1952, p. 170.

5 Id. 1863-1866, p. 139-140.

6 Id. p. 157-158.

7 Arch. Prov. Japon. Biographie de la R. M. Sheldon.

8 Arch. Gén. C I A5, box 6.

9 Id. p. 177.

10 Vie de la T. R. M. Lehon, p. 307-308.

11 Arch. Gén. C I A, 5d, box 6. La Mère Digby était cardiaque et pendant son voyage en Amérique on tenta de lui éviter tout effort superflu.

12 Vie de la R.M. de Lavigerie, p. 68.

13 M. d’Ernemont, op. cit., p. 188-189 et 193-194.

14 Id. p. 194.

15 John Morris, Life of Mother Henrietta Kerr, p. 135-136. 2 décembre 1865.

16 Vie de R.M. de Lavigerie, p. 178.

17 Lettres annuelles, 1863-1866, p. 126.

18 Arch. Gén. C I A, 5d, box 6. Un tremblement de terre particulièrement sévère eut lieu le 24 janvier 1939 à Concepción et rendit la maison inhabitable. Deux coadjutrices moururent ensevelies sous les décombres. Pendant un trimestre, la communauté « campa ». La Société se mobilisa pour lui envoyer des secours. Au bout de six mois, un campement accueillit cinq internes. Il fallut totalement reconstruire les bâtiments. La maison de Lima, ébranlée par le séisme du 24 mai 1940, dût être momentanément fermée. À Chorrillos, les dégâts furent importants, mais uniquement matériels.

19 Lettres annuelles, 1906-1908, p. 182-183.

20 Id. p. 138-139.

21 Id. 1863-1866, p. 175. Ce fut le cas à Concepción.

22 Vie de la T.R.M. Goetz, p. 284.

23 Vie de la R.M. de Lavigerie, p. 68.

24 Vie de la R.M. Nerincx, p. 35.

25 Vie de la R.M. de Pichon, p. 135.

26 Lettres annuelles, 1906-1908, p. 65.

27 Id. p. 116-117. Le général Banks, qui avait pris le commandement de la zone du Golfe en décembre 1862, avait une fille au pensionnat de New York. Il se chargea du courrier des religieuses de Saint Michel et leur fit passer des nouvelles du nord des États-Unis. Il leur fit également parvenir des denrées alimentaires.

28 Id. 1863-1866, p. 159-160 et 1905-1907, p. 308. Les jésuites avaient été d’un grand secours.

29 Arch. Jeanne de Charry. Rapport de la Mère Goetz.

30 Une seule femme avait quitté Saint Michel après l’acte d’émancipation.

31 Vie de la R.M. Shannon.

32 Lettres annuelles, 1867-1868, IV, 18.

33 Id.

34 L. Calan, op. cit. p. 539.

35 Lettres annuelles, Grand Coteau, 1863-1866. Cité par L. Callan, p. 525.

36 Vie de la R. M. Hardey, p. 235.

37 Lettres annuelles, 1906-1908, p. 315.

38 Arch. Gén. box 10, congrégation générale de 1884.

39 Lettres annuelles, 1866-1867.

40 Id. 1866-1868, p. 11.

41 Arch. Gén. C I C3, box 10.

42 La Mère Barat avait envoyé de menus objets pour qu’ils puissent lui être offerts en cadeau lors de son départ du pensionnat. Elle avait écrit de sa main le nom de la destinataire, Lettres annuelles, 1863-1865, p. 51.

43 Leur frère, le futur Alphonse XII, était élève au collège Stanislas. Ce fut lui qui vint reprendre ses sœurs en juillet 1870, au début de la guerre. Il dit alors aux religieuses combien il enviait le Prince impérial qui avait déjà reçu son baptême du feu !

44 Rennes offrit des chaussures aux cent cinquante jésuites réfugiés en Bretagne et Toulouse leur donna des chemises et des provisions. En Catalogne, des jésuites passés dans la clandestinité continuèrent d’exercer leur ministère à Sarriá.

45 Lettres annuelles, 1867-1868, p. 75-77.

46 Id. p. 91-92.

47 Id. p. 73.

48 Id. p. 98.

49 Id. 1872-1874, p. 122.

50 Id. 1867-1868, p. 95-96.

51 Id. p. 114.

52 En France, ce titre d’un poème de Victor Hugo est devenu usuel pour caractériser l’année 1870-1871.

53 Elles hébergèrent une famille : « Ils nous confièrent même leur vache, c’était un vrai trésor dans ces temps difficiles. »

54 Lettres annuelles, 1870-1871,. II, 3

55 La R.M. Juliette Desoudin, p. 166.

56 M. d’Ernemont, op. cit. p. 186.

57 M. Williams, Josephine Goetz, p. 50.

58 Vie de la R. M. Hardey, p. 294.

59 Elle accepta en revanche le 27 avril 1871, avec reconnaissance, l’aide financière de la Mère Hardey et de la Mère Shannon.

60 Sa première lettre n’arriva que le 21 novembre. Sur dix-sept ou dix-huit lettres, une seule parvint à destination.

61 Lettres annuelles, 1869-1871.

62 Id. 1906-1908, p. 97-98.

63 Vie de la T. R. M. Lehon, p. 249.

64 Id. p. 258-259.

65 P. Perdrau, op. cit., t. 1, p. 573.

66 Vie de la T. R. M. Lehon, p. 262.

67 Elle reçut l’aide d’un Alsacien qui, devenu Allemand après la défaite, obtint des passeports et put camoufler des domestiques.

68 Arch. Gén. C I A 2 d, box I, « Relation des principaux faits qui se sont accomplis dans nos trois maisons de Paris de janvier à août 1871 », p. 25.

69 Le peintre de Mater admirabilis… p. 73.

70 Dans la crainte d’une arrestation, elles se couchaient « demi habillées ».

71 Lettres annuelles, 1872, IV, 11-12.

72 Circulaires de la T.R.M. Goetz, p. 131.

73 Arch. Gén. C I A 2 d, box I, « Relation des principaux faits qui se sont accomplis dans nos trois maisons de Paris de janvier à août 1871 », p. 1. Les citations de la Mère Perdrau et de la Mère de la Guibourgère proviennent de la même source.

74 Lettres annuelles, 1869-1871, p. 32.

75 Id. p. 14-15.

76 Id. p. 32. « Corses, Arabes, Noirs se réunissaient sous notre toit et, malgré cette diversité des races (sic), vivaient en bonne intelligence, pendant que l’œuvre de leur salut s’opérait sans interruption. »

77 Id. p. 41.

78 Id. p. 47.

79 Id. 1870 – 1872, II, p. 14.

80 Id. p. 41 et 14.

81 Vie de la R. M. Voitot, p. 61.

82 Lettres annuelles, 1872-1873, p. 73 et sq. Comme l’avait spécifié un document présenté au conseil fédéral de Prusse, « par rapport aux ordres de femmes, on n’a pas pris en considération ceux qui sont uniquement consacrés à la vie ascétique, ni ceux qui s’occupent principalement des œuvres de miséricorde, bien que la propagation des idées empruntées à l’ordre des jésuites ne soit pas exclue de ces ordres, mais leur influence est renfermée dans des cercles plus étroits et par conséquent ne porte pas en elle-même le caractère d’un danger imminent. Mais en tant que l’instruction et l’éducation des jeunes filles forment le but de l’association, les ordres de femmes paraissent particulièrement propres à poursuivre les tendances de l’ordre des jésuites : leur action étant dirigée sur des personnes dont l’âge est facilement accessible à des influences nuisibles, et, eu égard à la future vie de famille, il est évident que l’état a un intérêt remarquable à s’occuper de cette éducation. »

83 P. Perdrau, op. cit. t. 2, p. 649.

84 Vie de la T. R. M. de Sartorius, p. 91.

85 Article du 19 juin 1873, extrait d’un journal messin de langue allemande. Communiqué par Marie-Thérèse Houdoy.

86 Condamné pour son hostilité à la politique de Bismarck, dépouillé des dotations de l’état qui complétait ses revenus, il fut incarcéré, privé de célébrer la messe et déposé en février 1874. Il dut se réfugier à Rome.

87 Lettres annuelles, 1873-1874, p. 129-130.

88 Vie de la T. R. M. de Sartorius, p. 104-106 et Enfants de Marie, t. 1, p. 60.

89 Vie de la T. R. M. de Sartorius, p. 108-110.

90 Des religieuses allemandes transitèrent par Paris. La Mère Goetz entendit les conducteurs des voitures, assistant à l’accueil chaleureux dont elles étaient l’objet, s’écrier : « Voyez comme ces religieuses sont des gens heureux. Notre gouvernement devra rappeler les Allemandes et nous reviendrons les chercher pour les ramener en Allemagne ! » (M. Williams, op. cit., p. 57).

91 La vie de la Mère Louise Du Mont, à la maison-mère, pendant la guerre de 1870, n’avait pas été facile, car « malgré la réserve, la discrétion, la charité qui régnaient à la communauté, bien des faits et des récits ne pouvaient manquer de l’atteindre en sa qualité d’Allemande. » (Lettres annuelles, 1906-1908, p. 98).

92 Circulaires de la T.R.M. Lehon, 1er octobre 1872, p. 130-140. Une exception était faite pour tout ce qui touchait au sort de la papauté.

93 Lettres annuelles, 1867-1868, p. 176.

94 La région de Tacna ne revint au Pérou qu’en 1929.

95 Vie de la M. de Lavigerie, p. 102. La maison de Lima fut alors protégée par l’Espagne dont la supérieure était ressortissante.

96 Id. p. 224-225.

97 M. Recavarren, op. cit., p. 28. Extrait du journal de la maison.

98 Mémoires de la R.M. Tommasini, p. 457.

99 M. Monahan, op. cit., lettre de la Havane, avril 1901 : « Très facile de s’exclamer : « Aller par New York ! mais c’est ridicule ! Je ferais certes autrement ! » quand de la vieille Europe on s’assied pour regarder et combiner un voyage sur une carte. Mais si vous deviez vous tirer d’affaire pratiquement, sur place, et cela depuis la guerre, ce serait une autre paire de manches ! » (p. 147).

100 Les États-Unis accordèrent en 1917 la citoyenneté américaine aux habitants de l’île. Porto Rico fit partie de la vicairie de la Havane de 1908 à 1961.

101 La vicairie du nord de l’Espagne aida à la reconstruction des couvents et au réaménagement des églises dévastées (Vie de la T.R.M. Vicente, p. 69-70).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540