Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 « La ville : durée ou changement ? », in : Marcel Roncayolo, Lectures de villes. Formes et temps, C (...)

1Au terme de ce parcours qui nous a conduit du début du XXe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale, il serait tentant d’aborder la ville-satellite, avatar du projet howardien qui se diffuse après-guerre à travers l’Europe, comme une trame spatiale propice à l’épanouissement, par-delà les frontières nationales ou les barrières entre les sociétés, d’un mode de vie urbain caractérisé par la « multiplicité des formes d’habitat intermédiaire, l’étalement des migrations quotidiennes de travailleurs et des aires de loisir1 ». Position d’autant plus tentante qu’Howard conçut, sous le projet de cité-jardin, un schéma d’organisation spatiale, qui, abolissant l’opposition ville/campagne, aurait été susceptible d’engendrer une nouvelle culture urbaine, attribuant aux formes le pouvoir de remodeler les sociétés.

2S’en remettre à l’idée d’une uniformisation des modes de vie provoquée par la diffusion d’une matrice spatiale, reviendrait à accréditer la conception de la cité-jardin comme « modèle » – posture théorique que nous avons rejetée dès l’ouverture de ce travail. Loin de nous donner à voir des modèles de construction, l’expérience des cités-jardins nous a au contraire introduit au cœur d’un vaste chantier. Un chantier qui nous montre les hommes à l’ouvrage, en train de tâtonner, d’essayer et d’innover, un chantier où ont incubé les méthodes de l’aménagement standardisé, un chantier où des acteurs d’origines professionnelles variées, voire des « amateurs », ont rodé de nouvelles pratiques à l’origine des métiers de l’urbanisme. Si la cité-jardin a constitué un des « laboratoires » de la réforme sociale, elle s’est plus spécifiquement prêtée comme terrain de recherche et d’essai à l’élaboration de savoirs et de savoir-faire au fondement d’un champ en pleine émergence : l’urbanisme. Aborder la cité-jardin comme chantier impliquait donc que l’on sonde les dynamiques qui sous-tendent les processus de constitution de ce champ, qu’on explore les voies qui ont ouvert à la codification de savoirs et de pratiques voués aux yeux des contemporains à fonder la « science » des villes et de leur construction. Fouler le chantier des cités-jardins nous a incité à analyser les rapports d’interaction entre, d’un côté, les expériences tentées pour mouler la matière urbaine qui s’enracinent dans la bigarrure, le divers, le local et de l’autre, l’élaboration de savoirs théoriques qui prétendent au contraire étayer le particulier des armatures de la généralité. On s’est attaché à comprendre comment l’expérience des cités-jardins a contribué, sur le terrain, à éprouver et à modeler les règles fixées à l’agencement des espaces urbains. Mais inversement, on s’est interrogé sur les conditions dans lesquelles des expériences ponctuelles, tentées au hasard des situations locales ont été diffusées, généralisées pour fonder le socle de savoirs ou de pratiques codifiés, en somme quelles ont été les conditions propices à une diffusion et à une uniformisation des pratiques et des savoirs.

3Une telle perspective a mis en valeur les dynamiques qui ont impulsé le projet des cités-jardins, et par ricochet les échanges que ce creuset de multiples expériences réformatrices – de la protection des paysages à l’hygiène sociale en passant par l’expérimentation de nouveaux procédés de construction – a cristallisés. À cet égard, l’analyse s’est montrée attentive aux multiples déplacements que la construction de ces villes nouvelles a inspirés : exploration de territoires inconnus, circulation de représentations figuratives et symboliques, débats et confrontations à l’intérieur du milieu diffus de la réforme sociale, émergence de collaborations inédites entre experts et pouvoirs publics. Mais pour sonder la portée de ces déplacements et la nature de ces échanges, l’analyse a par ailleurs plus particulièrement ciblé la trajectoire de l’expérience des cités-jardins entre la France et l’Allemagne. Une telle démarche a été induite par le cheminement de cette recherche. L’expérience allemande des cités-jardins fut en effet abordée par les réformateurs français, comme une sorte de lentille grossissante qui leur révélait avec évidence les principes de développement des villes allemandes, abordé à la fois comme modèle et contre-modèle. En outre, ce dispositif de recherche avait une visée heuristique : en prenant en compte la trajectoire de cette expérience dans des contextes politiques et sociaux très contrastés, on a évalué les enjeux distincts dont a été dotée l’expérience réformatrice dans les deux pays voisins.

4Les étapes qui ont jalonné la réception, en France et en Allemagne, de l’idée d’Howard, véhiculée sous la forme d’un récit, de schémas ou de réalisations tangibles, ont ainsi mis en évidence la trajectoire d’une expérience qui s’est nourrie de l’élan réformateur, a cristallisé les échanges qui configuraient ces réseaux associatifs à l’intérieur et par-delà les frontières nationales, pour finalement contribuer à l’émergence d’un savoir expert. La constitution de savoirs spécialisés, prélude au processus de codification des savoirs et pratiques, et donc à la naissance de l’urbanisme comme champ de pratiques professionnelles, s’est consolidée en effet au gré du parcours de réformateurs soucieux de s’intégrer au sein des réseaux associatifs pour faire prévaloir l’expérience des cités-jardins comme objet de réforme – l’« investissement » évoqué par Christian Topalov au sujet de ceux qu’il conçoit comme des « entrepreneurs » de la réforme.

5Approfondir la signification de l’expérience des cités-jardins revenait donc à s’interroger sur les spécificités du milieu réformateur des deux côtés de la frontière et plus spécifiquement sur la portée de l’action réformatrice dans deux régimes politiques éloignés afin de mettre en valeur les dynamiques spécifiques qui ont modelé le champ de l’urbanisme dans les deux pays. La contribution du projet des cités-jardins à l’élaboration d’une politique publique du logement revêtit en effet des aspects distincts dans deux pays qui se démarquaient par leur régime politique, mais aussi par les cadres institutionnels dans lesquels fut définie la politique urbaine. L’analyse a notamment mis en valeur l’inscription locale du projet des cités-jardins en Allemagne, qui se développa à partir du maillage disséminé et architecturé des associations de la réforme sociale – ancrage local favorable à l’exécution précoce de projets de construction, contrairement à la France. La mise en œuvre du projet allemand des cités-jardins a mis en exergue l’importance du niveau municipal comme terrain d’essai des réformes. Cette importance tenait autant aux obstacles institutionnels posés à l’élaboration d’une politique étatique du logement dans un régime autoritaire qu’au principe de Selbstverwaltung qui accordait aux municipalités une large autonomie dans la gestion de leurs affaires. En s’appuyant sur la configuration de l’activité réformatrice allemande, l’analyse a par ailleurs mis en évidence le vaste réseau d’échanges tissé par l’expérience des cités-jardins, étayé par les contacts personnels et l’armature associative. Il a favorisé le déploiement d’un espace public soutenu par une riche activité de publication, l’organisation de débats publics ou d’expositions et finalement l’institution de services d’expertise en marge des administrations publiques. Si un tel réseau d’échanges a préludé à la diffusion et à la sédimentation des savoirs au fondement de l’urbanisme, il a permis en outre d’éprouver de nouveaux modes d’action politique dans un régime autoritaire où le système représentatif était largement entravé par des pratiques de vote inégalitaires. Ainsi même si le vote d’une loi susceptible de fixer les principes d’une politique du logement à l’échelle de l’Empire a échoué, les ferments de cette politique ont incubé dans les laboratoires de nombreuses expériences locales, comme par exemple à Strasbourg, où la municipalité a exploré de nouvelles formes de politique urbaine, à Leipzig où des pratiques peu courantes de politique foncière se sont développées ou à Dresde où les cadres réglementaires se sont ajustés à la particularité du bâti. En France aussi, l’expérience des cités-jardins a constitué un vecteur d’échanges sur la scène réformatrice. Néanmoins, cet espace de circulation s’organisa autrement : balisé par les institutions tutélaires de la réforme sociale, largement circonscrit au périmètre parisien, le projet réformateur fut relayé par l’action législative qui fixait les principes d’une politique publique du logement.

6Il serait erroné néanmoins d’en conclure que l’action réformatrice a suivi deux voies indépendantes des deux côtés de la frontière. L’analyse a montré au contraire que même si dans deux régimes politiques éloignés, l’action réformatrice n’avait pas eu la même portée, l’expérience des cités-jardins avait au contraire été le foyer d’un « jeu de miroirs » favorisant les échanges transnationaux entre les réformateurs mais aussi les prises de position et les démarcations. À cet égard, l’analyse a montré comment les fortes tensions nationales autour de l’épisode de la guerre ont rejailli sur un projet d’aménagement territorial, confortant les discours qui revendiquaient l’engagement des pouvoirs publics dans le domaine du logement et en définissaient les principes. La cité-jardin, par ailleurs, est apparue comme un laboratoire où furent éprouvés de nouveaux modes de gestion locale, permettant en France d’appliquer certaines qualités attribuées au dynamisme municipal allemand, tout en servant de paravent contre le déploiement excessif des initiatives municipales, cible des critiques envers le municipalisme allemand.

7L’épisode de la guerre enfin, abordé comme le terreau d’expériences partagées, a été analysé comme un événement fondateur dans la consolidation, mais surtout dans la codification des savoirs et savoir-faire éprouvés avant-guerre au fil de l’expérience des cités-jardins. L’émergence d’un type d’aménagement urbain standardisé en France et en Allemagne, développé pour faire face aux impératifs de la reconstruction, met en effet en lumière les conditions dans lesquelles s’est opérée la conversion d’une action réformatrice en spécialité professionnelle. Malgré les différences qui caractérisent la configuration du champ réformateur de part et d’autre de la frontière, malgré les enjeux différents accolés à l’action réformatrice, le projet réformateur a suivi une évolution similaire après-guerre dans les deux pays. Les anciens réseaux associatifs furent progressivement relayés par de nouvelles structures bien arrimées sur le marché professionnel de l’urbanisme, qui offrirent de nouveaux points de chute à de nombreux acteurs impliqués dans le projet des cités-jardins et remodelèrent le réseau d’échanges qui s’était organisé autour de l’expérience des cités-jardins. Cette professionnalisation s’inscrivait notamment à l’horizon des bouleversements suscités par la guerre, entre autres la mobilisation des experts dans l’entreprise de reconstruction encadrée par les services de l’État. L’émergence de nouvelles formes de collaboration entre les spécialistes de la réforme et les pouvoirs publics, en accélérant la diffusion et l’uniformisation des savoirs et des pratiques, participa alors de la professionnalisation des pratiques de l’urbanisme. Ces parallélismes et convergences qui acheminent l’expérience des cités-jardins sur la voie d’un type d’aménagement rationnel et standardisé n’ont pour autant pas aboli les différences qui caractérisaient l’action réformatrice entre les deux pays avant-guerre. Au lendemain du conflit, tandis qu’en France la conception d’une politique du logement se fondait sur la notion de service public dont les offices publics d’HBM étaient les principaux prestataires, en Allemagne, la mise en œuvre d’une politique du logement s’opéra en grande partie au niveau municipal et la maîtrise d’ouvrage se greffa sur le modèle des Sociétés de construction éprouvées avant 1914 par l’expérience des cités-jardins. Ces contrastes qui se répercutent sur la réalisation des cités et l’organisation de la vie sociale invitent à évaluer le poids des héritages dans ces évolutions. Et la question des héritages aiguille cette recherche vers de nouveaux horizons. Appliquées à l’analyse comparée des métiers de l’urbanisme en France et en Allemagne au XXe siècle, les lignes de réflexion développées dans cette enquête contribueraient à inscrire les dynamiques qui gouvernent les processus de professionnalisation dans la spécificité des contextes politiques et sociaux. Cela reviendrait à se demander notamment dans quelle mesure les logiques qui ont gouverné l’action réformatrice dans les deux pays ont continué d’infléchir la professionnalisation des pratiques liées à l’urbanisme au cours du XXe siècle.

Notes

1 « La ville : durée ou changement ? », in : Marcel Roncayolo, Lectures de villes. Formes et temps, Cahors, Parenthèses, 2002, p. 23.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540