Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Première partie : La vitalité de la Société du Sacré-Cœur 1865-1909

Introduction de la Première partie

Texte intégral

  • 1 Lettres annuelles, 1865, p. 119.
  • 2 Id. p. 124.

1Le 25 mai 1865, jour de l’Ascension, mourut Madeleine Sophie Barat, fondatrice de la Société du Sacré-Cœur. Elue supérieure générale en 1806, alors qu’elle n’avait que vingt-six ans, elle avait dirigé sa congrégation depuis cette date, affrontant parfois des crises graves qu’elle était parvenue à traverser sans céder sur l’essentiel. En 1864, elle avait manifesté le désir de résilier sa charge mais elle en avait été dissuadée. Elle avait toutefois préparé sa succession en nommant une vicaire générale, la Mère Joséphine Goetz, destinée à la remplacer. Aussi la succession fut-elle aisée. Les religieuses de Detroit, aux États-Unis, exprimaient un sentiment général dans la congrégation lorsqu’elles écrivirent : « [La Mère Barat] nous laissait aux soins d’une Mère déjà connue et appréciée et qui, choisie par elle, nous devenait doublement chère1. » Car Joséphine Goetz était bien « celle que [la Mère Barat] elle-même avait élue2. »

2Ce choix laissait supposer que la nouvelle générale tiendrait longtemps sa charge puisqu’elle n’avait que quarante-sept ans et qu’elle serait à même de voyager, car les maisons du Sacré-Cœur, à l’exception de celles de la région parisienne, n’avaient quasiment plus été visitées par la Mère générale depuis une quinzaine d’années. Certes la Mère Barat avait suivi les affaires et fait usage d’une abondante correspondance composée aussi bien de lettres d’affaires que de lettres spirituelles, mais il était temps de retrouver un mode de gestion courant et de revenir aux visites régulières effectuées par la supérieure générale, et non plus seulement par ses assistantes.

  • 3 Cécile de Cassini, une des premières compagnes de la Mère Barat, mourut peu après cette dernière. L (...)
  • 4 C’est en 1879 que l’encyclique Aeterni Patris restaura dans l’enseignement de l’Église « la manière (...)

3La Mère Goetz avait déjà rempli des charges qui l’avaient mise en état de connaître bien des membres de la Société du Sacré-Cœur, tant en France qu’à l’extérieur : elle avait été maîtresse des novices à Conflans pendant dix-sept ans, puis, depuis 1864, maîtresse de la probation, ce temps de préparation à l’intégration définitive dans la Société du Sacré-Cœur qui réunissait des religieuses de toutes nationalités à la maison-mère. Ses qualités spirituelles étaient connues : elle était austère, mais surtout son humilité était proverbiale et la situait dans la droite ligne de la fondatrice dont on avait fini par ne retenir que cette vertu3. Elle était aussi l’une de ces « saintes savantes » qu’avait souhaitées la fondatrice. Femme de cabinet, Joséphine Goetz avait besoin de longs temps de travail et de réflexion. Dotée d’une pensée solide et d’un esprit logique, elle avait lu et annoté la Somme de saint Thomas d’Aquin, alors que le néo-thomisme n’était pas encore devenu la base de la formation dans les séminaires et que la lecture de cette œuvre n’était ni courante ni répandue4.

  • 5 En revanche, l’élection de la Mère Lehon, en 1874, fut connue à Detroit en moins d’une semaine, grâ (...)
  • 6 Lettres annuelles, I. 1865, p. LXII.

4Si la nouvelle du décès de Madeleine Sophie Barat, connue seulement à la mi-juin de 1865 en Louisiane et un mois plus tard à Santiago du Chili, car on n’usait peu du câble à l’époque5, attrista les Religieuses du Sacré-Cœur ainsi que tous ceux et celles qui avaient été en relation avec elle, elle n’était pas insolite puisque la Mère Barat, née le 13 décembre 1779 à Joigny, dans l’actuel département de l’Yonne, était âgée de quatre-vingt cinq ans. Comme le nota, sans aucune ironie sans doute, une ancienne élève dans sa lettre de condoléances : « Madame Barat ne pouvait plus suivre, de la terre, ses enfants dispersées sur tous les points du globe ; l’extension de la Société du Sacré-Cœur prend des proportions telles qu’il fallait le ciel à sa fondatrice pour diriger elle-même ce grand progrès de son œuvre si précieuse pour le monde6. » Humainement parlant, le temps était venu pour la fondatrice de passer la main. Elle laissait une congrégation bien vivante et qui s’était rapidement développée, si l’on songe que c’était le 21 novembre 1800, que la jeune Sophie s’était consacrée au Sacré-Cœur dans la chapelle privée d’un hôtel parisien situé Rue de Touraine.

Notes

1 Lettres annuelles, 1865, p. 119.

2 Id. p. 124.

3 Cécile de Cassini, une des premières compagnes de la Mère Barat, mourut peu après cette dernière. Lorsqu’on l’interrogeait sur la fondatrice du Sacré-Cœur, elle répondait : « Je ne me souviens que d’une chose de la Mère Barat, c’est qu’elle était humble comme la poussière ! »

4 C’est en 1879 que l’encyclique Aeterni Patris restaura dans l’enseignement de l’Église « la manière chrétienne de philosopher dont la doctrine de Saint Thomas doit rester […] le modèle et la règle. »

5 En revanche, l’élection de la Mère Lehon, en 1874, fut connue à Detroit en moins d’une semaine, grâce au câble Atlantis.

6 Lettres annuelles, I. 1865, p. LXII.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540