Version classiqueVersion mobile

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE III. L’impact de la guerre sur la cité-jardin en France et en Allemagne : naissance d’une pensée urbaine « uniforme » ?

Conclusion de la partie 3

Texte intégral

1Les nuances que nous venons de constater dans la mise en œuvre de la communauté sociale de part et d’autre du Rhin nous invitent à revenir sur notre hypothèse de départ : la cité-jardin a-t-elle contribué à la diffusion d’une « culture urbaine » uniforme ? L’examen auquel nous venons de nous livrer dans cette dernière partie nous permet en effet de cerner cette idée de « culture urbaine » avec plus de rigueur.

2Nous avons déjà eu l’occasion de le souligner, la ville s’est affirmée, à travers les époques, comme un berceau de la civilisation. La ville, enserrée dans ses murs protecteurs, se définissait traditionnellement contre la campagne : l’urbain touchait alors à la civilisation et à la culture. La croissance urbaine fit tomber l’enceinte des villes et partant ébranla certaines représentations. Les discussions qui se développèrent sur la question des limites du territoire urbain dans les rangs des urbanistes allemands autour de 1910 – après la guerre, du côté français –, en offre un bon exemple : comment délimiter un territoire urbain qui semblait s’étendre indéfiniment, au risque « d’absorber » les espaces naturels environnants ? Délimiter les territoires revenait en réalité à redéfinir les espaces et les qualités qui leur étaient attribuées. Le projet des cités-jardins s’inscrit dans cet horizon : à une période où les frontières entre les espaces semblaient poreuses, où il devenait de plus en plus difficile de délimiter l’urbain du naturel, la cité-jardin proposait un nouveau type de « culture urbaine » qui ne reposerait pas sur l’opposition culture/nature mais au contraire réconcilierait des pôles qui jusqu’alors avaient été définis comme des extrêmes.

3L’épisode de la guerre semble avoir joué un rôle décisif dans la promotion de ce projet. Nous l’avons dit, il a contribué à accélérer les évolutions et de ce fait à égaliser les décalages qui s’étaient manifestés dans le développement urbain en France et en Allemagne au tournant du XXe siècle. Une même vision de la cité-jardin comme quartier suburbain planifié se développa alors dans les deux pays. Nous avons vu que la diffusion de cette vision doit beaucoup à l’application des méthodes tayloriennes à la production architecturale, qui transforma aussi les représentations de l’urbain.

4L’enquête nous a montré néanmoins que les formes visibles ne suffisent pas à modeler une « culture urbaine ». Nous avons mesuré l’impact d’autres critères, comme l’influence déterminante de la maîtrise d’ouvrage. Il nous faut mentionner aussi l’héritage légué par le mouvement allemand des cités-jardins créé dans la décennie précédente qui se mesure à la pérennité des structures collectives ou à la valorisation de la culture du jardin dans les cités allemandes. Malgré une trame élémentaire qui, à première vue semble identique d’une cité à l’autre, on constate donc que les espaces n’ont pas été qualifiés de la même manière dans les deux pays.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search