Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Introduction

Texte intégral

1La Société du Sacré-Cœur est une congrégation religieuse apparue en France en 1800 et qui depuis a rassemblé plusieurs milliers de femmes diverses par l’âge, la culture, la langue, la nationalité mais unies par le désir de suivre le Christ. Qui les a mises en route, alors et maintenant, et pourquoi ? La réponse varie selon chacune et se nuance au long de la vie. Mais toutes se sont retrouvées dans la proposition élaborée à l’extrême fin du XVIIIe siècle par Sophie Barat, canonisée en 1925.

2À l’occasion du Concile de Vatican II, l’Église a redécouvert l’importance des charismes dans le monde chrétien et a demandé aux congrégations religieuses de revoir leurs sources spirituelles. Pour la Société du Sacré-Cœur, le charisme fondateur est celui d’une Française née en Bourgogne sous le règne de Louis XVI et morte dans les dernières années du Second Empire. Dans sa jeunesse, Sophie Barat avait senti que l’amour de Dieu, dont le sacré Cœur de Jésus était un symbole, était capable de donner sens à sa vie et à celle de femmes qui faisaient et feraient la même expérience. L’amour reçu gratuitement de Dieu ne pouvait être gardé pour soi, mais, reconnu, il devait être transmis et offert à tous.

3Glorifier le Cœur de Jésus est un but qui peut s’exprimer en des modes de vie variés. En fonction de sa personnalité et des caractères qu’elle devait à sa naissance, à son tempérament et à l’éducation exceptionnelle pour une jeune fille de son temps qu’elle avait reçue, Sophie Barat avait saisi que dans un pays dont la Révolution avait détruit les institutions traditionnelles et certaines des structures sociales, la glorification du Cœur de Jésus pouvait être assurée par des religieuses dont le service d’Église serait l’éducation des jeunes filles. Car, pour elle, c’était grâce à des femmes bien formées qu’une société pouvait trouver ou retrouver son assise. Sophie Barat avait eu l’intuition qu’un institut religieux pouvait ainsi contribuer à la fabrication d’un maillage social attentif à la vie familiale, fondé sur une vie chrétienne forte et sur une foi justifiée par la raison. Ce projet, élaboré dans le contexte de la France, a eu d’emblée valeur générale, car éduquer des jeunes filles, c’était former des adoratrices du Cœur de Jésus aptes à manifester l’amour du Christ jusqu’aux extrémités du monde.

4Un charisme fondateur évolue en fonction des sociétés humaines dans lesquelles il prend forme. Du vivant même de la Mère Barat, l’intuition initiale avait progressivement trouvé des expressions neuves et attractives en fonction des besoins sociaux qui avaient été repérés, mais aussi des aptitudes de celles qui étaient entrées dans la congrégation. Un corps religieux s’était peu à peu construit. Fondée sur l’alliance étroite de la contemplation et de l’action, la Société du Sacré-Cœur avait élaboré un genre de vie « mixte ». Ayant reçu de la Compagnie de Jésus, entre autres, ses structures de gouvernement, elle a créé et fait vivre, grâce à sa fondatrice qui en fut la supérieure générale pendant près de soixante ans, des institutions capables de soutenir la vie apostolique de religieuses appelées à servir dans des pays aux régimes politiques et aux organisations sociales et culturelles divers.

5L’histoire d’un groupe se ressent de l’idéologie ou de la position de celui ou de celle qui la pratiquent. Longtemps l’histoire de la Société du Sacré-Cœur a été celle de ses supérieures générales et tout ce qui s’était passé en son sein était rapporté à leur manière d’être, à leur administration et à la qualité des conseillères qu’elles avaient été à même de susciter. L’examen prouve que les supérieures générales de la congrégation ont été des femmes remarquables et qu’elles ont été entourées de religieuses tout aussi douées. La Société du Sacré-Cœur est une congrégation ignatienne où la construction était pyramidale, fondée sur l’obéissance et sur un rapport particulier entre la tête et les membres, ou plutôt entre les membres et le « centre », selon une expression qui n’est tombée en désuétude que récemment. Mais son histoire est aussi celle des femmes de toutes origines qui y sont entrées et dont la mission unique, glorifier le Cœur du Christ, s’est exprimée en des activités multiples. Elles étaient parfois dotées d’une vaste culture littéraire, scientifique ou artistique. Certaines, chargées de tâches qui peuvent apparaître exaltantes, ont été supérieures générales, membres des conseils généraux, vicaires ou provinciales, supérieures locales. Les plus nombreuses ont vécu leur vocation dans des tâches obscures et dans de lointains postes de mission, très loin parfois de leur lieu de naissance. Toutes ont été Religieuses du Sacré-Cœur, animées par le souci de découvrir et de manifester l’amour du Cœur du Christ. Le charisme de Sophie Barat et de leur congrégation a donné sens et saveur à leur tâche d’éducatrice au service de peuples dont les conditions de vie changeaient au fur et à mesure des mutations géostratégiques.

6Balayer cent cinquante ans de l’histoire d’une congrégation internationale, c’est tâcher de cerner comment vit et évolue un corps religieux. C’est essayer de percevoir comment se dégagent des moyens et une organisation permettant à la vie apostolique de s’exprimer et de s’adapter. Mais c’est aussi garder le souvenir des religieuses qui les ont fait vivre, dans la fidélité à leurs vœux, dans « un seul cœur et dans un seul esprit. » C’est se rappeler que la vie religieuse n’est pas déconnectée de son environnement politique, économique, social et que, répandues à travers le monde, les Religieuses du Sacré-Cœur ont toujours dû en tenir compte pour créer et développer leurs œuvres. Tous les événements, importants ou modestes qu’elles ont eu à traverser, tous les changements religieux, politiques, sociaux, économiques auxquels elles ont dû faire face ont influé d’une manière ou d’une autre sur leur vision du monde. Les histoires générales, nationales et locales sont à prendre en compte dans ce récit car elles ont modelé les femmes qui entraient dans la Société du Sacré-Cœur et elles ont donné au corps sa tonalité, bien qu’on ait longtemps été vigilant à maintenir la politique en dehors de la vie des communautés. Cette histoire de la Société du Sacré-Cœur de la mort de sa fondatrice à la célébration de son bicentenaire voudrait cerner comment se maintient se transforme une congrégation de vie apostolique, fidèle à ses origines, attentive aux signes des temps et désireuse de glorifier le Cœur du Christ au cœur du monde.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540