Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE III. L’impact de la guerre sur la cité-jardin en France et en Allemagne : naissance d’une pensée urbaine « uniforme » ?

Chapitre III. Cité-jardin et aménagement « standard »

Texte intégral

1La guerre, si elle accéléra certaines réformes préparées dans les décennies précédentes, marqua aussi un tournant qui modifia considérablement, aussi bien en France qu’en Allemagne, les conditions dans lesquelles les milieux réformateurs avaient jusqu’alors formulé la question du logement populaire. La fin du conflit, en effet, ne signifia pas pour autant le retour à la « normale » sur le marché du logement. Une crise de pénurie, anticipée par les spécialistes de l’urbain, sévit également dans les deux pays. Le déclassement social de certaines catégories, l’expérimentation de diverses formes de mobilisation sociale, influèrent sur les représentations qui avaient jusqu’alors gouverné la réforme de l’habitat populaire. L’introduction d’un nouveau type de soutien public dans le secteur du logement mais aussi la rationalisation des méthodes de construction comptaient de surcroît parmi les grands changements issus du conflit. La guerre constitua de ce point de vue un fonds commun d’expériences et la vogue de l’habitat pavillonnaire qui se répandit aussi bien en France qu’en Allemagne à la fin des hostilités suggère effectivement des évolutions parallèles.

2Si l’après-guerre fut favorable au développement des cités-jardins, il faut se demander ce que désignait désormais cette notion de cité-jardin dont se réclamaient sans modération les ouvrages d’urbanisme, les congrès internationaux, les promoteurs de colonies résidentielles, aussi bien pouvoirs publics que spéculateurs, ou les maîtres d’œuvre des cités ouvrières. L’après-guerre signa la diffusion mais aussi la banalisation d’une référence qui, à l’origine, était balisée par un programme relativement bien défini dans le cadre institutionnel de la réforme. Devant cette profusion de réalisations et d’institutions inspirées par l’idée de cité-jardin, on est pris de vertige. Au cœur d’une dynamique de vulgarisation, la cité-jardin apparaît alors comme un objet fuyant. On en tiendra pour preuve la multiplication des termes qui gravitent autour de la notion-mère, Siedlung, Gartensiedlung, Kleinsiedlung. En France, il s’agissait de « villes-jardins », « banlieues-jardins », « faubourgs-jardins ». Cette diversité de termes recouvrait-elle les mêmes réalités morphologiques ?

3Le cadre de ce travail comparatif renforce encore plus l’impression de flou : comment comparer un objet qu’il semble malaisé de cerner ? Nous avons choisi dès le début de cette étude de prendre cette difficulté comme point de départ de la comparaison. Pour mieux circonscrire la réalité que recouvrit cette désignation de cité-jardin après la guerre, nous tâcherons de la même façon de d’abord définir les cadres dans lesquels elle fit désormais référence. La cité-jardin avait été au croisement d’échanges sur la scène de la réforme aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. La guerre, nous l’avons vu, marquait à plus d’un titre un tournant et traçait plusieurs lignes de rupture dans ces réseaux. Les clivages nationaux avaient rompu certains canaux d’échanges, en avaient ouvert de nouveaux.

4A. Il s’agit en premier lieu de mesurer les effets, sur le projet des cités-jardins, de la reconfiguration des réseaux réformateurs au niveau national et transnational. Car la cité-jardin, pour une part, fut objet et vecteur d’échanges, modelé, en retour, par ces échanges. Comprendre ce que signifie la référence à la cité-jardin, c’est avant tout analyser les alliances qui se nouèrent autour de ce projet au sortir de la guerre.

5B. Dans le cadre d’une comparaison centrée sur ces deux pays, il faut interroger l’impact de la guerre, conçue comme fonds d’expériences partagées, sur l’évolution de la cité-jardin comme modèle typique de développement urbain. En effet, malgré la rupture de certains types de contacts suite à la guerre, malgré un développement urbain inégal dans ses rythmes, malgré les décalages qui s’intercalaient entre les législations et les pratiques urbaines, force est de constater que le projet des cités-jardins auquel se référaient les auteurs de la politique du logement renvoyait, en France comme en Allemagne, à des expériences communes : standardisation de la construction, uniformisation du territoire urbain, normalisation des relations sociales…En quoi la guerre a-t-elle joué un rôle particulier dans cette « uniformisation » qui, selon les points de vue qu’on adopte, semble s’être manifestée de différentes manières ?

6C. Cette standardisation des formes signifia-t-elle pour autant que la cité-jardin devenait le support d’une culture urbaine uniforme ?

A. La reconfiguration du mouvement des cités-jardins

1. Le rassemblement, en France, des forces de la réforme urbaine autour du projet des cités-jardins et leur insertion dans le réseau de l’urbanisme international

Le rassemblement des énergies de la reconstruction en France autour du projet des cités-jardins

  • 1 Sur l’application et les limites de la loi Cornudet posant les jalons de la planification urbaine, (...)
  • 2 IFA, Archives d’architecture du 20e siècle, vol. 1, Liège, Mardaga, 1991, p.97-99; Henri Sellier, L (...)
  • 3 In Catherine Bruant, « Donat-Alfred Agache (1875-1959). L’urbanisme, une sociologie appliquée », in (...)
  • 4 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1100.
  • 5 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », in : (...)

7L’élan qui, en France, avait rassemblé les forces de la réforme urbaine à partir de 1915 ne succomba pas à la démobilisation. Les difficultés de la reconstruction nécessitaient plus que jamais le ralliement des énergies. Le 14 mars 1919, la loi tant attendue sur les plans d’aménagement et d’extension des villes fut votée transformant les conditions de la (re)construction1. Elle donnait surtout à la réforme urbaine une nouvelle impulsion : il fallait désormais réfléchir aux moyens d’appliquer la loi, plus concrètement définir des instruments et des techniques, mettre en place des structures qui permettraient de réaliser l’extension des agglomérations selon les conditions prévues par la loi. C’est dans ce but que Sellier initia la constitution de l’Association française pour l’étude de l’aménagement et de l’extension des villes présidée par Louis Bonnier, cet inspecteur général des Services techniques d’architecture et d’esthétique du département de la Seine, très engagé avant 1914 dans le mouvement en faveur de la planification2. Il s’agissait d’une fédération de tous les groupements « qui s’occupent d’habitations à bon marché et de cités-jardins ». Elle rassemblait donc la Renaissance des cités, une « association d’entraide sociale » constituée en 1916 pour communiquer aux villes et aux villages les informations et la documentation nécessaires à la reconstruction3, l’Association des cités-jardins de France, la Société française des habitations à bon marché, l’Office public de la ville de Paris et bien évidemment l’Office public du département de la Seine. Cette fédération reprenait à son compte l’idéologie qui, pendant la guerre, avait mobilisé les énergies de la réforme et confirmait le statut fédérateur du projet des cités-jardins : créée dans l’intention de « réunir et de coordonner les efforts faits en France », elle se vouait explicitement à l’étude des « conditions théoriques et pratiques de la création des cités-jardins4 », notamment « sous la forme de villes-satellites5 ». L’imbrication des thématiques, cités-jardins et plans d’aménagement, n’a pas de quoi surprendre, puisque la cité-jardin avait nourri dès 1908 les débats de la réforme autour de la planification urbaine. Cette fédération s’inscrivait dans l’action menée par Sellier durant la guerre à la tête de l’Office public du département de la Seine, alors qu’il tentait de délimiter le cadre dans lequel le projet des cités-jardins serait exécuté en France. En outre, en s’affiliant à l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes – International Garden Cities and Town Planning Association –, elle articulait les efforts menés en France par les spécialistes de l’urbain à un mouvement d’échanges plus vaste qui s’organisait sur la scène internationale.

Redistribution des rôles sur la scène de l’urbanisme international

  • 6 Gerd Albers, Zur Entwicklung der Stadtplanung in Europa : Begegnungen, Einflüsse, Verflechtungen, B (...)
  • 7 Renaud Payre, « Le stade de l’expérience : une incertaine science communale et la question de l’ins (...)

8La création en 1913 de l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes6 reposait sur un postulat : il était possible de déduire de la comparaison des configurations spatiales les lois universelles de l’évolution urbaine. L’existence d’un devenir commun des villes posait les prémisses d’un savoir urbain7. À une époque où la vogue des congrès internationaux était à son acmé, la spécialité de l’urbanisme apparaissait donc comme un canal privilégié d’échanges. Et la cité-jardin servait de support à la circulation des savoirs sur la ville.

  • 8 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. (...)
  • 9 L’Association regroupait en 1913 des représentants allemands, anglais, français mais aussi japonais (...)
  • 10 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. (...)
  • 11 Gerd Albers, Zur Entwicklung der Stadtplanung in Europa : Begegnungen, Einflüsse, Verflechtungen, o (...)

9La guerre modifia à certains égards la constellation instaurée en 1913. Elle interrompit les conférences de l’Association qui ne reprirent qu’en septembre 1919 à Bruxelles8. Cependant, l’équilibre des alliances de 19139 fut perturbé. La distribution des compétences sur la scène de l’urbanisme international reflétait le clivage entre vainqueurs et perdants. La mise au ban de la jeune République allemande lors des rencontres officielles internationales aux lendemains de la guerre est particulièrement frappante, tant les spécialistes allemands de l’urbanisme avaient joué un rôle pionnier sur la scène internationale de l’urbanisme avant-guerre. Il fallut attendre octobre 1922 pour que Bernhard Kampffmeyer et Adolf Otto soient élus au conseil de l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes10. Ce rapprochement timide fut confirmé lors du 7e congrès de l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes – qui depuis 1922 s’intitulait Fédération internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes – qui se tint à Göteborg en 1923. Il donna en effet lieu à une exposition consacrée en grande partie à la cité-jardin et dont l’organisation échut au spécialiste allemand de l’urbanisme, Werner Hegemann11.

  • 12 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1123
  • 13 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. (...)

10Si, entre 1919 et 1922-23, les spécialistes allemands de l’urbanisme restèrent en marge des rencontres officielles sur la scène internationale, la France au contraire se profila parmi les vainqueurs et afficha à ce titre sa présence aux manifestations internationales qui après-guerre réunissaient les spécialistes de l’urbain. Elle participa effectivement à tous les congrès internationaux d’urbanisme qui scandèrent la reconstruction12. En juin 1920, une excursion de l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes fut même organisée sur le sol français13. La localisation de certaines manifestations internationales à Paris, comme le Congrès interallié d’urbanisme en septembre 1919, puis celui de l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes en 1922, signale enfin le nouveau prestige de l’urbanisme français sur la scène internationale.

  • 14 Henri Sellier, « Rapport sur le mouvement en faveur des cités-jardins, de l’aménagement des villes (...)
  • 15 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1121-1122

11Si la France put prétendre jouer un rôle nouveau sur la scène internationale, cela tenait en grande partie aux efforts déployés par Sellier pour développer l’urbanisme comme spécialité. Outre l’Association française pour l’étude de l’aménagement et de l’extension des villes, Sellier institua en 1919 un centre d’études urbaines, l’École des Hautes Études Urbaines qui succédait à l’Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaines fondé en 191714. Ce centre, qui avait vocation à enseigner les savoirs sur la ville et l’urbain, offrait de surcroît un cadre de formation professionnelle aux métiers de la politique urbaine. Les connaissances que Sellier avait accumulées dès 1914 au sujet des cités-jardins jouèrent un rôle fondamental dans la constitution de ces structures. Ainsi, c’est le fonds documentaire accumulé par l’Office, constitué en grandes parties par des documents sur les cités-jardins européennes en provenance de l’Angleterre15, qui fournit à l’École les bases de sa réflexion et de son action. Le rôle central que Sellier attribuait à ce fonds documentaire dans l’élaboration d’un enseignement de l’urbanisme révèle la signification du projet des cités-jardins comme vecteur des savoirs et des connaissances sur l’urbain à un moment où l’urbanisme, comme spécialité théorique et pratique professionnelle, était en pleine élaboration.

  • 16 Ibid., p. 1122. La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 3, p. 37.
  • 17 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1102. La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 1- (...)
  • 18 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. (...)
  • 19 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1122.

12L’épanouissement du projet français des cités-jardins facilita l’intégration de la France dans le champ de l’urbanisme international dont témoigne le choix de Louis Bonnier comme vice-président de l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes. Mentionnons l’affiliation à ce forum international, de l’Association française pour l’étude de l’aménagement et de l’extension des villes, ainsi que celle de l’Office des HBM du département de la Seine depuis 191916. L’enjeu de cette participation n’était pas moindre tant cette Association internationale, présidée par Howard, n’avait pas pour seul objet la diffusion des expériences relatives aux cités-jardins, mais constituait un réseau de sociabilité qui mettait en contact les spécialistes de l’urbanisme du monde entier17 et où circulaient plus généralement les connaissances sur l’aménagement urbain. La vie urbaine, revue publiée à partir de 1919, par Henri Sellier et Marcel Poëte, fut définie à cet égard comme l’organe éditorial, au même titre que The Garden Cities and Town Planning Magazine, de l’Association internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes18. L’édition de cette revue renforçait autant l’alliance avec le partenaire anglais, devenu une référence essentielle non seulement dans le domaine des cités-jardins mais plus généralement dans celui de la planification, qu’elle offrait un forum aux spécialistes de l’urbain, toutes nationalités confondues. Cette collaboration avec le partenaire anglais accorda vraisemblablement aussi une visibilité plus grande aux expériences françaises d’urbanisme sur la scène internationale : Sellier mentionne, par exemple, les articles sur l’Office public des habitations à bon marché du département de la Seine publiés dans The Garden Cities and Town Planning Magazine19.

  • 20 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. (...)
  • 21 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1101.
  • 22 Ibid., p. 1102 et p. 1122.
  • 23 Ibid.

13Les expositions dont le développement fut stimulé par le contexte d’après-guerre et les enjeux de la reconstruction furent également de véritables vecteurs d’échanges. L’Exposition de la Reconstruction qui s’ouvrit à Bruxelles en septembre 1919 offrit ainsi à l’Office l’occasion de démontrer son dynamisme dans la promotion du projet des cités-jardins20 en affichant schémas, plans, maquettes, statistiques ou photographies21. Les documents relatifs aux projets des cités-jardins que ces expositions exhibaient suscitèrent notamment la circulation des savoirs sur la ville et jouèrent à ce titre un rôle essentiel dans l’élaboration de la pensée urbaine en France. L’Office public des HBM du département de la Seine installa par exemple dans les locaux de l’Institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaines, « une exposition des documents que lui avaient confiés le Gouvernement britannique, l’Association anglaise des cités-jardins et un certain nombre de sociétés instituées en vue de la réforme du logement22 ». Les expositions qui avaient été, nous l’avons vu, un moyen de diffuser l’idée de cité-jardin, furent relayées en outre par un nouvel instrument médiatique dont l’usage avait été propagé par la guerre : un film cinématographique fut tourné par les services de l’Office qui donnait « une figuration de la plupart des cités-jardins et faubourgs-jardins existant dans le Royaume-Uni (…)23 ».

  • 24 Sur la césure de 1914 voir : Christian Topalov, « le champ réformateur », in : Christian Topalov (d (...)

14La participation dynamique de la France aux activités internationales, en impulsant la circulation des savoirs urbains, profita non seulement à la construction concrète de cités-jardins mais favorisa aussi l’essor de structures qui encadraient l’institution de la science urbaine. Ces structures, caractérisées par la professionnalisation des pratiques liées à l’urbanisme, relayaient l’action réformatrice poursuivie avant-guerre par des institutions comme le Musée social. Le sort similaire subi par la DGG semble confirmer le rôle de césure joué par la guerre dans la mise en œuvre du projet réformateur24.

2. L’éclatement du mouvement allemand des cités-jardins

Le déclin de la DGG

  • 25 Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 161-162.

15La guerre, à de multiples égards, sonna le glas de la DGG. L’essoufflement fut perceptible dès 1915. La Société publiait, après environ six mois d’interruption, un nouveau numéro de Gartenstadt qu’elle ouvrait par un constat résigné qui tranchait avec l’optimisme jusqu’alors affiché dans les colonnes de sa revue. Suite à l’échec de leurs idéaux, les adeptes de la cité-jardin déclaraient s’être rabattus sur un domaine plus modeste, « la maison économique construite sur le mode coopératif dans certaines cités de banlieue25 ».

  • 26 « Bericht über die Vereinstätigkeit vom 1. Juli 1913 bis 30 Juni 1914 », in : Gartenstadt, n°9, fév (...)
  • 27 Une vue de la cité telle qu’elle avait initialement été conçue est reproduite in : Hermann Salomon, (...)
  • 28 Gundela Lemke, « Der vergebliche Kampf um eine Gartenstadt bei Braunschweig. Zum nicht realisierten (...)
  • 29 « Geschäftsbericht für das Jahr 1915/16 », in : Gartenstadt, n°11, octobre 1916, p. 234.

16Certes, la DGG avait déjà, dans les mois qui précédaient la guerre, ralenti ses activités : ainsi entre le 1er juillet 1913 et le 30 juin 1914, elle limita les créations de sociétés locales – Ortsgruppe – et de coopératives de construction26. Mais c’est surtout la guerre, en paralysant la construction, qui bloqua son essor. La réalisation des cités-jardins lui avait effectivement insufflé un grand dynamisme, mais la guerre étouffa de nombreux projets : la cité Falkenberg de Grünau n’atteint jamais l’envergure initialement prévue27. Riddaghausen, la cité-jardin projetée par Theodor Goecke, ne fut jamais réalisée28. La situation financière de nombreuses cités-jardins se dégrada : Hellerau fut pour un temps insolvable29.

  • 30 Composition du Beirat in : Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit., p. 293 et notamment not (...)

17La DGG ne renonça pas pour autant à ses activités et collabora à d’autres projets réformateurs. Mais ces collaborations, loin d’encourager son essor, semblent avoir forcé son déclin. En effet, la DGG reconnaissait elle-même que ces nouvelles alliances transformaient sa vocation : elle renonçait à jouer le rôle pionnier qui avait été le sien avant 1914. On ira même jusqu’à se demander si, en collaborant à des projets qui, dans une certaine mesure, lui emboîtaient le pas, il ne lui devint pas difficile d’affirmer son profil particulier au sein de la sphère réformatrice. Le projet des colonies de combattants auquel elle prit part témoigne en effet du caractère à double tranchant de ces « alliances de guerre ». Ce nouveau programme de construction, qui s’insérait parfaitement dans le programme de ses activités, l’aida sans aucun doute à maintenir le cap durant ces années difficiles. Cependant elle resta dans l’ombre du Bund deutscher Bodenreformer avec laquelle elle collaborait à cette nouvelle entreprise. Cette association qui affichait un programme idéologique par certains aspects proche de la DGG était en effet plus puissante, et bénéficiait d’une assise plus forte parmi le public allemand. Le projet des colonies de combattants, mené de front par les deux associations, servit alors de tremplin aux réformateurs fonciers pour pénétrer les sphères du pouvoir gouvernemental. Alors qu’Adolf Damaschke, le chef de file des réformateurs fonciers, intégra l’administration gouvernementale par sa nomination en juin 1920 au poste de président du Conseil permanent des biens de famille – Ständiger Beirat für Heimstättenwesen –, aucun réformateur de la DGG ne figurait dans la composition de cette institution30. La guerre contraignit donc la DGG à se ranger en arrière-plan sur la scène réformatrice et l’idée de cité-jardin qu’elle avait promue peinait à marquer sa spécificité face aux multiples projets d’habitation qui émanaient du large mouvement de la réforme suscité par la guerre. Le Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen auquel la DGG s’affilia et dont la guerre encouragea les activités reprit ainsi à son compte bon nombre des revendications qui avaient été jusqu’alors au centre de la propagande de la Société : diffusion de la maison monofamiliale, promotion des jardins potagers, développement du financement public de la construction notamment au moyen de l’hypothèque de second rang. On devine qu’il fut difficile à la DGG d’affronter une concurrence qui se déployait de surcroît dans son propre champ d’activités. La prolifération soudaine des termes qui remplaçaient désormais celui de Gartenstadt signale la popularité d’un projet dont la DGG ne maîtrisait plus le devenir.

  • 31 Deux articles virulents furent publiés en 1914 : « Die deutsche Gartenstadtgesellschaft gegen Engla (...)
  • 32 Voir aussi « Der englische Einfluss in der Architektur », in : Die Bauwelt, n°3, 21 janvier 1915, p (...)

18Si la mobilisation des forces réformatrices mit en péril le champ d’action qui avait favorisé l’essor de la DGG, la Grande Guerre affaiblit à un autre point de vue la Société : elle mit en effet un terme aux échanges avec l’Angleterre qui avaient été, nous l’avons vu, au cœur de ses activités. L’idée de cité-jardin fut effectivement mobilisée dans la guerre des tranchées qui opposait l’Empire allemand aux alliés de l’Ouest, notamment l’Angleterre. Ainsi, la campagne orchestrée par la revue des spécialistes de la construction, Die Bauwelt, contre le mouvement anglais des cités jardins et la DGG31 témoigne du préjudice que la mobilisation patriotique causa à la Société. Des articles se succédèrent à partir de septembre 1914 pour minorer l’influence anglaise sur la création des cités-jardins et critiquer l’attitude anglophile des réformateurs de la DGG32. La mise au ban de la Société renégate signale en tout état de cause l’émergence d’un climat de mobilisation dans le champ de l’urbanisme.

  • 33 Ibid., p. 3.
  • 34 Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Reform, op. cit., p. 94 : Schönberg mentionne la participa (...)

19Même si le maintien des échanges transnationaux fut garanti par les relations personnelles entre réformateurs allemands et anglais33, cet ostracisme nationaliste fut fatal à une société dont l’organisation était fondée sur les échanges transnationaux avec l’Angleterre. La Société interrompit effectivement toutes ses activités à la démobilisation pour ne les reprendre véritablement qu’en 192534. Cette reprise coïncidait avec la réinsertion officielle de l’Allemagne dans les réseaux internationaux de l’urbanisme. Le déclin institutionnel de la DGG, s’il révèle le poids des échanges transnationaux dans l’élaboration du projet des cités-jardins, invite également à mettre en perspective la signification du projet réformateur dans une nouvelle constellation politique et institutionnelle. La création par la République de Weimar d’institutions gouvernementales chargées de définir les principes d’une politique du logement changea la donne du projet réformateur conçu dans le contexte d’un régime autoritaire.

Recomposition des forces de la réforme urbaine et évolution de l’idée de cité-jardin

  • 35 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, Berlin, graphische Kunstanstalt, 1921, p. 5.
  • 36 Dossier SG-24, Arch. Municipales Dessau.
  • 37 « Die Gartenstadt Zehlendorf (1913-1930) », in : Zehlendorfer Chronik, Schriftenreihe des Heimatver (...)
  • 38 Voir notamment Ludovica Scarpa, Martin Wagner und Berlin. Architektur und Städtebau in der Weimarer (...)

20Si jusqu’en 1914, la DGG était parvenue à déployer son influence parmi les institutions de la réforme, c’est parce qu’elle avait été une sorte de point nodal au centre d’un maillage d’expériences locales qu’elle tentait de coordonner. Après la guerre, la DGG fut supplantée à cette fonction par d’autres institutions, notamment par le Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen qui avait manifesté au cours du conflit un dynamisme fédérateur. Le déroulement du projet de construction d’une cité-jardin à Dessau, Siedlung Hohe Lache, témoigne de ces changements. Même après l’éclatement du conflit, la DGG continuait d’encadrer ce projet initié par un élu socialiste Heinrich Pëus, sur le mode habituel en encourageant la création d’un Ortsgruppe et en apportant son soutien logistique35. Après la guerre, ce projet devenu urgent dans un contexte de pénurie extrême de logements dans la périphérie industrielle de Dessau fut soutenu par le Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen qui prit en charge le rôle de mise en réseau, ainsi que la fonction d’expertise jusqu’alors endossés par la DGG. Le contact avec le Groß-Berliner Verein avait été établi par l’ingénieur Erich Leyser, membre de l’Association, qui était en lien avec Theodor Overhoff, l’architecte de la cité. L’Association communiqua alors des informations relatives à l’architecture des cités et transmit aux promoteurs de Hohe Lache les cordonnées de deux spécialistes rompus à l’architecture des cités36 : celles de Paul Mebes, connu pour avoir réalisé, à Berlin, avant-guerre, une cité d’habitations pour fonctionnaires37, et celles de Martin Wagner qui était engagé au même moment dans la réalisation de la cité Lindenhof à Schöneberg, à la lisière de Berlin38.

  • 39 Deutscher Verein für Wohnungsreform e.V, Dreißig Jahre Wohnungsreform. 1898-1928 : Denkschrift aus (...)
  • 40 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit., p. 252-264.
  • 41 Adolf Otto, Genossenschaftliche Fragen, Berlin, Heimstättenamt, 1920.
  • 42 Ibid., p. 32-33.

21La reconfiguration politique qui intervint après la chute du régime impérial transforma effectivement les enjeux du travail réformateur. Après-guerre, Mangoldt soulignait l’impact des transformations politiques sur l’action réformatrice conçue pour pallier aux déficits institutionnels d’un régime autoritaire39. Des institutions furent créées sous la tutelle des pouvoirs publics qui relayaient l’action réformatrice ou lui offrait, au mieux, des possibilités de collaboration. Le Beirat für Städtebau, créé en 1917, fut remplacé en mai 1918 par une administration centrale consacrée au logement, le Staats- und Reichskommissar für das Wohnungswesen. La création de services spécifiques au sein de l’administration gouvernementale constituait une étape décisive dans l’élaboration de la politique du logement qui fut mise en œuvre après la guerre dans le cadre de commissions spécialisées abritées par le Reichs­arbeits­ministerium, le ministère du Travail. L’institution d’une commission au logement au sein du Reichstag parachevait ce nouveau dispositif institutionnel40. Corollaire de ces changements politiques, de nouveaux acteurs institutionnels étaient apparus dans le champ de la construction : les syndicats suppléaient à la tâche que les associations de la réforme du logement, notamment la DGG, avaient accomplie avant et pendant la guerre. La reconversion d’Adolf Otto, qui avait jusqu’alors dirigé la DGG, est caractéristique de ces mutations. Ce dernier participa à la réorganisation qui s’opéra après-guerre dans la maîtrise d’ouvrage de l’habitation populaire : après avoir consacré dans la maison d’édition des Heimstätten une publication à la question de la coopération41, il accepta de présider au début de 1924 le Reichsverband Deutscher Baugenossenschaften de Berlin et du Brandenbourg – Fédération nationale des coopératives allemandes de construction. C’est ainsi qu’il participa à la création de la Gehag, une Société créée pour promouvoir, avec le soutien des syndicats, la réalisation de logements destinés aux employés42.

  • 43 Il y siégera jusqu’en 1928. Voir Wilfried Posch, Die Wiener Gartenstadtbewegung, Reformversuch zwis (...)
  • 44 Stephan Prager, Die DASL, Rückblick und Ausblick 1922-1955, Tübingen, Wasmuth, 1955.

22Mais les changements institutionnels qui remettaient en cause l’action réformatrice étaient aussi liés à la transformation des pratiques de l’urbanisme à laquelle la reconversion professionnelle d’Hans Kampffmeyer apporte un éclairage intéressant. La promotion de cet ancien jardinier, nommé en 1921 à la tête des services d’urbanisme de Vienne43 caractérise le mouvement de professionnalisation des pratiques de l’urbanisme : désormais, Hans Kampffmeyer exerçait au sein de services municipaux spécialisés la tâche d’expert apprise sur le tas au fil de l’expérience réformatrice. Ce phénomène de profession­nalisation, corollaire de la spécialisation encouragée par l’action réformatrice, déboucha après-guerre sur la création de nouvelles structures pour rassembler les acteurs de l’urbanisme. Die Freie deutsche Akademie für Städtebau44, fondée en 1922 sous l’action d’architectes, dont certains comme Walter Lehweß avaient participé au projet des cités-jardins, relayait l’action de la DGG. Il est à ce propos intéressant que l’Académie accueillît parmi ses membres de nombreux activistes du mouvement des cités-jardins, à l’instar d’Hans Kampffmeyer, de Paul Wolf, de Theodor Fischer ou de Paul Schmitthenner. Ouverte sur l’étranger, elle se concevait en effet comme un lieu d’échanges orienté vers la production de connaissances sur l’urbanisme. Elle assumait également une fonction d’expertise en encadrant le travail législatif et administratif. Néanmoins, trait nouveau, forum de spécialistes triés sur le volet, elle offrait une visibilité institutionnelle à une catégorie en pleine émergence, les métiers de l’urbanisme.

  • 45 Eva Benz-Rababah, Leben und Werk des Städtebauers Paul Wolf (1879-1957) unter besonderer Berücksich (...)
  • 46 Kristiana Hartmann« Bruno Taut, der Architekt und Planer von Gartenstädten und Siedlungen », in : W (...)

23Bien que la DGG se soit absentée de la scène institutionnelle entre 1918 et 1925, le projet des cités-jardins continua pour autant d’exister : il était au cœur de l’actualité architecturale. Même si le terme était de plus en plus rarement mentionné, la vogue des colonies pavillonnaires portait l’empreinte de l’architecture des cités-jardins. La transmission des formes architecturales éprouvées dans les premières cités-jardins doit beaucoup à l’influence personnelle après-guerre de certains architectes actifs dans la DGG, comme Paul Wolf45 ou Bruno Taut. Ce dernier qui avait travaillé comme expert de la DGG se spécialisa dans l’architecture des cités après-guerre46. Outre qu’il acheva l’édification de la cité-jardin de Magdebourg, il s’engagea en 1919 dans le projet de la cité Lindenhof exécuté par Martin Wagner à Berlin-Schöneberg. Cette collaboration se poursuivit avec la construction des grands ensembles berlinois, avatar du projet des cités-jardins. Cette mutation de l’idée howardienne répondait aux transformations qui bouleversaient les cadres de l’action réformatrice.

B. Réforme urbaine autour du projet des cités-jardins et naissance d’un prototype

24Au sortir de la guerre, reconstruire les régions dévastées, loger les soldats démobilisés ainsi que les populations déplacées posaient des défis d’une envergure nouvelle. Aux puissances publiques : la question du logement aggravée par la guerre était devenue une question « nationale » à laquelle l’État avait le devoir de porter son concours. À l’Industrie : l’intervention des pouvoirs publics dans le domaine de l’habitat, l’ajustement de l’organisation du travail aux processus de rationalisation rejaillissaient sur la question du logement ouvrier. Aux réformateurs : la « crise » du logement ravivée par la démobilisation plaçait la réforme de l’habitat au cœur de l’actualité. S’il fallait reformuler la question du logement populaire, les structures de la réforme, la nature des réseaux et des collaborations qui s’étaient noués avant 1914, subirent aussi de profondes transformations. Défi aux architectes et aux spécialistes de l’urbanisme enfin : comment satisfaire la demande accrue en logements alors que la construction était paralysée par la pénurie de matériaux et la cherté de la main-d’œuvre ?

25Face à ces nombreux défis, le projet des cités-jardins présentait de nombreux avantages. Les nouvelles mesures de standardisation expérimentées dans l’édification des cités-jardins avant-guerre contribuèrent à la promotion de ce bâti alors que les principes d’efficacité et de rationalité gouvernaient la pensée urbaine.

1. L’influence de l’économie de guerre sur la rationalisation de la construction

  • 47 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1193 et 1196.

26La demande accrue de logements de petite taille qui s’annonça à la fin des hostilités en France comme en Allemagne représentait pour les acteurs de la reconstruction une véritable gageure. La reprise de la construction s’opéra dans une crise de pénurie intense. Les deux pays furent confrontés à une croissance vertigineuse des prix, notamment à la cherté des matériaux et aux coûts élevés de la main-d’œuvre. En Allemagne, cette situation de pénurie se manifesta avec d’autant plus d’acuité que les réparations qui incombaient au vaincu grevaient le marché de la construction. Le paiement de la dette de guerre, en effet, ne se monnaya pas seulement sous forme financière, il fut également soutenu par un transfert de savoir-faire, la livraison de matériaux de construction et l’exploitation de la force de travail allemande. La Commission Loucheur, instaurée pour organiser les conditions matérielles de la reconstruction en France, conçut effectivement un programme de constructions provisoires qui sollicitait les efforts du pays vaincu (livraison clefs en mains de maisons en bois édifiées en Allemagne et en Autriche et organisation de missions d’étude dans ces pays)47.

  • 48 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Premièr (...)

27Cette situation de pénurie infléchit une réorganisation de l’économie de la construction. Des deux côtés du Rhin, on expérimenta, en particulier dans la construction des cités-jardins, les techniques de standardisation. S’il n’est pas question de revenir sur la description des premiers efforts de rationalisation dans le logement social, détaillée par Susanna Magri et Christian Topalov48, c’est plus spécifiquement sous l’angle du transfert de ces techniques de la production au domaine de l’architecture – et de ses modalités – que cette question sera abordée ici.

  • 49 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit., p. 128.
  • 50 Patrick Fridenson, Histoire des usines Renault, tome I : « Naissance de la grande entreprise. 1898- (...)
  • 51 Aimée Moutet, « La Première Guerre mondiale et le taylorisme », in : Maurice de Montmollin, Olivier (...)
  • 52 Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française », in : Annales ESC, septembre-o (...)

28On sait que dans les premières décennies du XXe siècle, le patronat français qui avait manifesté jusqu’alors « une certaine timidité par rapport à l’innovation technologique » se lança dans un important « effort de mécanisation » qui impliqua notamment l’expérimentation de nouvelles formes d’organisation49. L’application précoce des théories de Taylor dans les usines Renault, désormais bien connue, en offre un exemple50. La guerre devait accélérer ces transformations à plusieurs points de vue. Des analyses de Patrick Fridenson consacrées à l’essor des théories tayloriennes dans le cadre de l’économie de guerre française, nous ne retiendrons que les traits saillants, utiles à notre propos : l’émergence de productions nouvelles et corrélativement de nouvelles techniques de production51 (avec une accélération de ce phénomène dans les années 1917-1918), l’apparition d’un nouveau climat intellectuel qui participe de la naissance de l’idéologie du « taylorisme », l’implication de l’État dans la mise en œuvre de ces nouvelles mesures d’organisation et de production52.

  • 53 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, op. cit., p. 23-28.

29En Allemagne aussi, l’économie de guerre provoqua la rationalisation et la modernisation de la production industrielle : elle affecta aussi bien l’organisation de l’entreprise, la mécanisation de la production que le perfectionnement de certaines branches53. Différentes sortes d’innovations dans la fabrication des matériaux de substitution, la mise au point de nouvelles formes de mécanisation compatibles avec l’emploi d’une main-d’œuvre non qualifiée parèrent à la carence des matières premières provoquée par le blocus économique renforcé en 1917. À travers l’État qui intervint dans le contrôle de la production de guerre, de nouvelles formes d’organisation furent introduites dans la production dont les effets survécurent parfois au conflit. La création de véritables Sociétés mixtes soumises au contrôle de la puissance publique visait à rationaliser l’organisation de la production pour en accroître les rendements. Chaque Société, qui supervisait une branche particulière, prenait en charge la commande de matériaux, transmettait les directives de l’État aux différentes entreprises, négociait avec le partenaire public les prix et les conditions de la production. La rationalisation de la production, la centralisation des commandes et des décisions, eut une incidence sur l’organisation de l’industrie allemande : les formes d’organisation collective sous la forme de cartels, syndicats et comités professionnels se développèrent sans que leur influence ne s’effaçât à la fin de la guerre.

2. Transposition des doctrines de la rationalisation dans le domaine de la construction : l’action des pouvoirs publics dans la naissance du prototype

  • 54 Voir notamment Martin Wagner, « Baukosten­verbilligung im Klein­wohnungsbau », in : Deutscher Verei (...)

30En France comme en Allemagne, les théories de la rationalisation furent appliquées à trois domaines de la conception architecturale : production en série des matériaux de construction, établissement des plans-types et réorganisation du secteur du bâtiment. L’édification des cités-jardins semble avoir fourni un terrain d’expérimentation particulièrement fructueux aux nouvelles théories. L’architecture de la maison économique mettait non seulement en œuvre des matériaux légers, mais aussi des modèles standard de construction54.

De l’industrie de guerre à la construction : les acteurs du transfert en Allemagne

31En France comme en Allemagne, malgré des chronologies décalées, le transfert, de la production à la construction, des méthodes de rationalisation mit en jeu des alliances nouvelles qui liaient les représentants des puissances publiques et les spécialistes de l’urbain rassemblés dans le projet réformateur. Continuant de jouer le rôle de coordination qu’il avait endossé pendant le conflit, l’État eut une action déterminante sur le remodelage de la production architecturale.

  • 55 « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfskommission am 23. Oktober 1915 », in : Wiederaufba (...)
  • 56 Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes Heimatschutz, Ostpreußen, seine Vergangenheit, Gegenw (...)
  • 57 Sur les activités du Normenausschuß et la collaboration des acteurs de la réforme : Erich Leyser, D (...)

32Nous ne reviendrons pas ici sur la mise en œuvre dans le cadre du programme gouvernemental de reconstruction de la Prusse orientale des méthodes d’organisation conçues dans le projet réformateur d’avant-guerre, notamment l’instauration d’un comptoir central des matériaux dirigé par l’un des artisans de la reconstruction, l’architecte Paul Fischer et financé en partie par l’investissement public. Calqué sur le fonctionnement des structures centralisées qui encadraient la réalisation des cités-jardins, ce comptoir avait le profil d’une société à responsabilité limitée qui préfigurait également les guildes de construction instaurées par Martin Wagner dans les années 192055. Partant, on s’inspira de types d’organisation en usage dans d’autres domaines de l’économie, par exemple dans les grands magasins56. Mais c’est la modernisation de l’industrie de guerre qui communiqua à la réorganisation de la construction sa véritable impulsion. Le 22 décembre 1917, le bureau de Spandau chargé de la distribution du matériel de guerre créa, sur la proposition d’une association professionnelle, le Verein deutscher Ingenieure, un comité chargé d’étudier la question de la standardisation des pièces et de la production en série – Normenausschuß für die deutsche Industrie57. L’essor du Normenausschuß suscita la création d’un service spécifique de la construction, encouragé par le ministère de la Guerre, plus précisément par le directeur du Bauten­prüfungsstelle des Kriegsamts – Service de contrôle des bâtiments. La mise en œuvre de ce programme de standardisation suscita en outre le concours des acteurs qui avaient collaboré au projet de réforme urbaine. En effet, la question du transfert des normes de la production industrielle à la construction des maisons économiques avait fait l’objet de manière parallèle de travaux de recherche initiés par l’ingénieur Erich Leyser dans le cadre du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen. Elles avaient débouché sur l’établissement d’un catalogue de différents plans-types destinés à l’édification de maisons économiques sous la forme de cités. Ils étaient conçus de manière à ce que l’aménagement de l’espace réponde à la satisfaction de besoins minimaux. Ces plans-types supposaient en outre que les éléments du bâtiment soient produits en série.

  • 58 « Normenannahme der deutschen Industrie », in : Bauwelt, n°47, 21.11.1918.
  • 59 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 6 et 13.
  • 60 Berliner Geschichtswerkstatt (ed .), « Das war’ne ganz geschlossene Gesellschaft hier ». Der Linden (...)
  • 61 Erich Leyser, Die Typisierung im Bauwesen, op. cit., p. 25.

33Le Normenausschuß für die deutsche Industrie sollicita par ailleurs la collaboration de tous les métiers impliqués dans les travaux de standardisation : cette structure recruta alors au sein de milieux professionnels divers – industrie, administrations publiques, offices des matériaux, laboratoires d’expérimentation etc. – afin d’étudier la question des plans-types et de la standardisation des éléments de construction. Un catalogue de fenêtres et de portes « standard », diffusé dans la presse spécialisée58, résulta de ces efforts conjoints. Les standards définis par le Normenausschuß furent, sans être imposés de manière obligatoire, largement diffusés dans la construction des cités. Ce fut par exemple le cas de la cité-jardin Hohe Lache dans la banlieue de Dessau, dont la première pierre fut posée en juin 1919 et qui était destinée à loger les travailleurs employés dans les industries de la région59. Martin Wagner s’inscrivit dans la continuité des recherches poursuivies par le Normenausschuß  et développa lors de l’édification de la cité Lindenhof, en 1919, un « catalogue des normes pour la construction future60 ». Le transfert des méthodes de rationalisation de l’industrie de guerre à la construction mettait donc en jeu un large réseau de relations né à l’occasion de la guerre qui imbriquait les forces de la réforme urbaine et les structures mises en place par l’État pour répondre à la crise du logement. L’ingénieur Leyser décrivait à cet égard l’œuvre du Normenausschuß comme le résultat d’une « collaboration organique de tous les services impliqués61 ».

  • 62 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit., p. 249
  • 63 LarchB, Rep.48-05/3, Gemeindeverwaltung Weissensee, Nr. 54, Ohne Bl.-Nr. : Beirat für Städtebau und (...)

34La mise au point de ce processus de rationalisation de la construction impliqua en effet différents services soutenus par les pouvoirs publics, véritables laboratoires où des acteurs issus de la réforme et de l’administration publique s’associèrent pour expérimenter de nouveaux procédés de construction à bon marché. Ainsi, l’ingénieur Leyser composa des plans-types pour l’édification de maisons économiques dont l’un fut retenu par le ministère des Travaux Publics et soumis à une commission d’experts. Elle était composée d’architectes pour la plupart rompus à la construction des cités-jardins : Hermann Muthesius, Paul Schmohl, Max Sonnen et Paul Mebes, entre autres, furent chargés de modeler, pour le compte du ministère des Travaux Publics, un type minimal d’habitation à partir de la trame de Leyser. Ce travail d’innovation poursuivi par les réformateurs et encadré par le ministère des Travaux Publics doit en outre beaucoup à l’influence de Paul Fischer, l’architecte engagé par le gouvernement prussien pour superviser la reconstruction en Prusse orientale et à l’action d’un service de l’administration gouvernementale, le Beirat für Städtebau und städtisches Wohn- und Siedlungswesen. Chargé d’étudier la question de l’habitation en Prusse et d’évaluer les mesures proposées par le gouvernement pour résoudre la crise du logement, le Beirat créé en octobre 1917 à l’initiative du ministère prussien des Travaux Publics et du ministère prussien de l’Intérieur62, était composé de deux commissions. La première, chargée d’analyser la réforme des plans d’aménagement et des règlements d’urbanisme, comprenait aussi bien des personnalités influentes de la réforme, telles Karl von Mangoldt, président du Deutscher Wohnungsausschuß, les acteurs les plus engagés de l’urbanisme – Theodor Goecke, Josef Stübben, Fritz Beuster –, les directeurs des services d’architecture des grandes villes – l’architecte Balduin Schilling, député de Trêve, Ludwig Hoffmann de Berlin et enfin le maire de Danzig, Heinrich Scholtz nommé à la fonction de président de ladite commission63. La seconde commission à laquelle fut attribuée la question du logement économique était présidée par un représentant du pouvoir local, le maire Erich Koch mandaté à Kassel, et comptait notamment parmi les 10 membres qu’elle regroupait : Bernhard Dernburg, président du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Georg Haberland, un important promoteur immobilier berlinois, fondateur de la Société de construction Berlinische Boden-Gesellschaft, Paul Schmohl, l’architecte des cités ouvrières Krupp, ainsi que Gustav Hartmann, représentant du regroupement des métiers – Gewerkverein. Paul Fischer, l’architecte en titre du ministère des Travaux Publics, figure centrale de la reconstruction, participait quant à lui aux assemblées des deux commissions.

35L’influence exercée par Paul Fischer, sorte de figure « médiane » entre la sphère gouvernementale et les milieux réformateurs, traduit l’engagement inédit de l’État dans un domaine jusqu’alors réservé à l’action réformatrice. Cette nouvelle zone d’influence se manifestait à travers la palette d’attributions dévolues aux commissions du Beirat qui posaient les jalons d’une politique du logement. Cette action gouvernementale fut en outre appuyée par le concours des réformateurs. L’intervention d’une forte proportion d’architectes et d’ingénieurs au sein des différents services instaurés par le gouvernement légitimait le statut de l’expert valorisé quelques années plus tôt par l’action réformatrice. La collaboration de ces acteurs aux services instaurés par l’État accordait une nouvelle visibilité à leurs travaux et renforçaient leur marge de manœuvre. C’est une dynamique semblable qui impulsa en France le transfert des schémas d’organisation de la production industrielle à la construction.

La réflexion sur la standardisation de la construction au croisement des compétences : aperçu des expériences françaises au sortir de la guerre

  • 64 Voir notamment Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 61-76 et p. 85-94. « L’initiati (...)
  • 65 Voir notamment Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 38.
  • 66 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1185-1196.
  • 67 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1209.
  • 68 Faut-il rappeler que la voiture joua un rôle essentiel dans le ravitaillement et les liaisons avec (...)
  • 69 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1188 et suivantes.
  • 70 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1197.

36Les réformateurs s’accordaient sur le rôle pionnier joué par l’industrie lourde dans l’application de la démarche rationalisatrice à la construction64. Reconverties à la production de guerre, ces industries puissantes furent effectivement confrontées au problème du logement des ouvriers qu’elles recrutaient en nombre. Leurs initiatives inspirèrent notamment les commissions de spécialistes chargés après-guerre par les pouvoirs publics d’étudier la standardisation des procédés de construction65. Ainsi, en 1920, la commission présidée par Louis Loucheur, fut instituée par le ministre de l’Hygiène, de l’Assistance et de la Prévoyance Sociales en vue de l’étude des mesures propres à remédier à la crise du logement66. Elle abordait aussi bien l’usage des nouveaux procédés dans la construction des maisons économiques que plus généralement la rationalisation du dispositif de la construction67. Sans toutefois procéder au recensement systématique des formes standard ou à celui de plans-types, comme cela avait été le cas en Allemagne, elle se contenta de centraliser les informations. Rappelant le Beirat für Städtebau du ministère des Travaux Publics allemand, elle mêlait à la fois les figures tutélaires de la réforme, des acteurs politiques, des représentants de l’organisation syndicale et des délégués du crédit foncier ainsi que l’entrepreneur Louis Renault, pionnier dans l’application des doctrines du taylorisme en France68. La commission Loucheur qui mit au point un véritable programme d’action prévoyant la construction de 500000 logements définit les méthodes de la construction moderne fondée sur la production en série des éléments selon des normes et l’élaboration de plans-types69. Cette équipe fut secondée par une autre commission créée en 1920 par le ministre de l’Hygiène à la demande de Ribot, chargée d’étudier spécialement de nouveaux procédés de construction70. Outre Louis Loucheur, des figures tutélaires de la réforme et des chefs d’entreprise, elle comptait, contrairement à la première commission, de nombreux architectes : Arnaud, Henri-Paul Nénot, par ailleurs affilié au Musée social, Louis-Marie Cordonnier, architecte de la région du Nord-Pas-de-Calais, Louis Feine, concepteur de la cité-jardin de Cachan en 1921, et Auguste Labussière.

  • 71 Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », op. cit., p. 1062

37L’engagement des pouvoirs publics dans la question du logement au cours du conflit ne suffit pas à justifier la présence de Loucheur au sein de cette équipe. La question de la standardisation s’insérait en effet dans les préoccupations de cet ingénieur polytechnicien, chef d’industrie, qui suppléa Albert Thomas à la tête du ministère de l’Armement en 1917 et fut nommé par Clémenceau ministre de la Reconstitution industrielle en novembre 1918. Ce propagandiste d’une « version néo-libérale du taylorisme71 » imaginait la reconversion de l’industrie de guerre en industrie de consommation.

38Les structures mises en place par les pouvoirs publics pour réfléchir à l’application des doctrines de la rationalisation au domaine de la construction scellaient, en France comme en Allemagne, la collaboration des spécialistes de l’urbain et des pouvoirs publics. Si les spécialistes de l’urbanisme furent fortement représentés en Allemagne, en France, où la discipline reposait sur des assises institutionnelles plus récentes, ce furent surtout les forces de la réforme urbaine et les architectes qui furent sollicités. Les recherches effectuées au sein de ces structures eurent un impact très grand sur la réalisation des cités-jardins.

3 L’impact des théories de la rationalisation sur la réalisation des cités-jardins en France et en Allemagne

  • 72 Voir notamment Martin Wagner, « Baukostenverbilligung im Kleinwohnungsbau », in : Deutscher Verein (...)

39L’expression « théorie de la rationalisation » telle que nous l’employons ici ne fait pas référence à des doctrines spécifiques telles que les épigones de Taylor ou de Ford ont pu les formaliser. Il s’agit plutôt d’analyser l’impact, sur l’architecture des cités-jardins, des différentes recherches consacrées à la rationalisation de la construction, comme l’élaboration de plans-types ou la normalisation des éléments de construction. Définie comme terrain idéal de l’expérimentation des procédés de rationalisation72, la cité-jardin servit à appliquer les méthodes de la production de masse éprouvées par l’industrie de guerre, qu’il s’agisse de la fabrication en série des éléments, de la création de comptoirs centraux de fourniture en matériaux de construction, ou de la standardisation des plans-types.

L’organisation de la construction se calque sur les moyens de distribution mis en place dans le cadre de l’industrie de guerre 

  • 73 Rémi Baudouï, Un grand commis de l’État. Raoul Dautry 1881-1951, Paris, Institut des sciences polit (...)

40En France comme en Allemagne, l’introduction dans les industries de guerre de méthodes de rationalisation inspira la mise en œuvre de nouvelles structures d’organisation de la construction. La manière dont l’ingénieur Raoul Dautry, propagateur des principes tayloriens au sein de la Compagnie des chemins de fer du Nord, transposa les méthodes expérimentées pour le ravitaillement du front à la construction des cités de cheminot a déjà fait l’objet d’analyses approfondies dont nous ne retiendrons ici que les grandes lignes73. Dautry appliqua au chantier des cités-jardins de la Compagnie des chemins de fer du Nord les principes de rationalisation expérimentés en temps de guerre : introduction d’un réseau Decauville pour réduire les coûts d’acheminement des matériaux, construction de trains-parc pour loger la main-d’œuvre sur les chantiers, utilisation de matériaux de substitution tels les agglomérés de ciment fabriqués à partir des scories de charbon. L’application de ces techniques de rationalisation justifiait, aux yeux de Dautry, une séparation claire des compétences sur le chantier de construction : à l’ingénieur le soin de régler les questions d’aménagement, à l’architecte le loisir de se consacrer au décor esthétique. La standardisation de la production architecturale qui supposait une spécialisation des tâches s’étendait donc à l’organisation des métiers.

  • 74 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1185-1196.
  • 75 Martin Wagner, Neue Bauwirtschaft. Ein Beitrag zur Verbilligung der Baukosten im Wohnungsbau, Berli (...)
  • 76 Ludovica Scarpa, Martin Wagner und Berlin. Architektur und Städtebau in der Weimarer Republik, Brau (...)

41L’idée des comptoirs centraux fut en outre aussi bien préconisée en France qu’en Allemagne pour faciliter le ravitaillement des chantiers et réduire les coûts de distribution. Elle fut spécialement encouragée en France par le programme fixé par la Commission Loucheur qui s’appuyait sur les structures mises en place dans l’Industrie des mines et de la métallurgie74. En Allemagne, après les initiatives de la commission gouvernementale prussienne Kriegshilfs­kommission pour organiser la distribution du matériel de construction par des comptoirs centraux, Martin Wagner fut le propagandiste d’une organisation centralisée de la construction inspirée du fonctionnement des guildes du Moyen Âge et modelée selon les principes d’organisation scientifique du travail définis par Taylor75. Il envisageait qu’une seule structure supervisât les différentes étapes de la construction, de la conception à l’exécution proprement dite en passant par le financement. Il aménagea cette idée aux nouvelles expériences de socialisation suscitées par la chute du régime impérial. Les Bauhütten, fondées sur la participation des syndicats – dont la première fut créée en octobre 1919 – résultaient de l’hybridation76 des principes d’organisation scientifique imaginés par Taylor, et du modèle coopératif redevable des idées propagées par le mouvement des cités-jardins avant 1914.

La construction des « cités provisoires » en France et en Allemagne : terrain d’expérimentation des nouvelles méthodes de standardisation

  • 77 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1142-1143.

42Les nouvelles méthodes de la construction préconisées au sein des commissions de spécialistes, en France comme en Allemagne, trouvèrent une application pratique dans la construction des « cités provisoires » : les cités-jardins qu’on projeta d’édifier constituèrent de véritables laboratoires d’expérimentation des nouvelles méthodes et des nouveaux procédés. En France, en effet, le 5 août 1920, une loi autorisait, de manière exceptionnelle, le département de la Seine à construire lui-même des maisons provisoires agglomérées sous la forme de cité-jardin77. Cette loi reposait sur une convention passée entre l’État, qui fournit les crédits de cette construction, et le département, qui se chargeait, soit par l’intermédiaire de l’Office, soit lui-même, de l’exécution du projet : cet accord scellait donc à nouveau la collaboration de compétences diverses sur le modèle des partenariats instaurés dans les commissions gouvernementales. On explora en outre, dans le cadre de cette expérience inédite, les voies de la maîtrise d’ouvrage « publique » : la rapidité des travaux fut ainsi attribuée au « tour de force » réalisé « grâce aux efforts de l’Administration, de l’État et du Conseil général ». L’intervention d’un promoteur public facilita sans aucun doute l’expérimentation des méthodes de rationalisation qui avaient été au cœur des travaux menés par les institutions gouvernementales. Il est vrai que ces cités, dont la construction devait être rapide, à partir de matériaux légers et peu coûteux, se prêtaient aussi particulièrement bien aux expériences de fabrication en série et de rationalisation des opérations.

  • 78 Ibid., p. 1169.
  • 79 Ibid., p. 1155.

43Les mesures de standardisation furent aussi appliquées aux matériaux, ainsi qu’aux éléments de la construction. Il fut prévu qu’au 25 septembre 1920 au plus tard, les constructeurs devraient faire parvenir à l’administration « toutes propositions qu’ils jugeraient utiles pour l’adaptation de leurs systèmes de constructions à des types de pavillon répondant à un programme déterminé et à des plans schématiques qui leur étaient donnés78 ». Cette entreprise impulsa de véritables innovations non tant dans le choix des matériaux, que dans les procédés de construction, épaisseur des murs, évidements, composition des agglomérés ou celle des autres matériaux79.

Ill. 21 - Bruno Taut, maisons provisoires

Ill. 21 - Bruno Taut, maisons provisoires
  • 80 Bruno Taut, « Notbauten für ostpreussische Landwirte. Transportable Wohnhäuser », in : Die Bauberat (...)
  • 81 Voir notamment Christian Kopetzki, Friedhelm Fischer (ed.), Gartenstadt- und Erwerbslosen­siedlunge (...)
  • 82 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, Hambourg, Deutsch­nationale Verlags­anstalt Aktien­ge (...)

44En Allemagne, la conception de maisons provisoires intervint de manière plus précoce qu’en France tandis que la reconstruction des villes et villages de Prusse orientale fut mise en œuvre en plein cœur des hostilités. Bruno Taut, l’architecte en titre de la DGG, imagina dès l’automne 1914 des « baraques » amovibles construites avec des moyens rudimentaires80 destinées à reloger dans l’urgence les fermiers « déportés » de Prusse orientale. Bruno Taut, qui avait dans le cadre des cités-jardins de Falkenberg et de Magdebourg, déjà procédé à l’exécution des plans selon des types minimaux et expérimenté à ce titre la standardisation des éléments, réussit à composer, à partir d’un programme minimal, une œuvre d’architecture. Le concept de construction amovible recelait des innovations : réduction drastique des dimensions et simplification à l’extrême des formes (introduction du toit plat), usage parcimonieux des matériaux, utilisation de matériaux de substitution légers et démontables (tels l’amiante). L’enjeu de ces innovations se mesure à l’influence qu’elles exercèrent sur l’architecture d’après-guerre. Ainsi, les « types » élémentaires que Taut concevra à la tête du service d’architecture de Magdebourg en 1921 pour la réalisation des cités d’habitation économique s’inscrivent en réalité dans la logique de ces premiers essais81. Il exploitera dans un contexte de pénurie des matériaux et de déficit financier les solutions élaborées sous la contrainte de la guerre. De la même manière, le toit plat vulgarisé par les cités construites par Taut dans l’après-guerre semble hérité de ces premières expérimentations. L’idée de maisons amovibles inspira également après-guerre la production standardisée du logement conçu comme un espace reproductible de ville en ville et affranchi de la référence à son environnement géographique. Ainsi, la société de construction Gagfah – Gemeinnützige Aktien-Gesellschaft für Angestellten-Heimstätten – conçut dès 1918 un prototype de logement adapté aux besoins d’une catégorie professionnelle, les employés. En favorisant l’exécution de ce modèle dans de nombreuses villes d’Allemagne, la Société de construction Gagfah entendait mettre à disposition des employés en proie aux déménagements fréquents un espace standard82, variation sur le thème de la baraque amovible de Bruno Taut. La mise en œuvre d’éléments standard ou de matériaux de substitution, l’élaboration de « types » ne se limita pas à la construction provisoire, mais connut en outre une application étendue dans l’architecture des cités de l’après-guerre, en France comme en Allemagne.

L’élaboration de types dans les cités-jardins du département de la Seine et leur diffusion

  • 83 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 255.
  • 84 Ibid., p. 1045.
  • 85 Ibid., p. 1028.
  • 86 Ibid., p. 253.

45La réalisation des cités-jardins que prévoyait l’Office public des HBM du département de la Seine reposait sur une conception standardisée de l’architecture. Sellier en effet définissait la cité-jardin comme « un type d’organisation dont nous trouvons à l’étranger, notamment en Allemagne et en Angleterre, de nombreux exemples83 ». Il attribua en outre à l’Office la tâche d’édifier des « lotissements-types avec prédominance marquée de constructions individuelles groupées de manière à préparer l’extension des centres actuels84 ». L’étude de ces types et des conditions de leur reproduction requit la mise en œuvre d’un service spécialisé d’architecture au sein de l’Office. Il était pour partie constitué d’une « commission d’architecture et d’esthétique » composée de représentants du conseil d’administration de l’Office qui évaluait les projets soumis par le bureau des architectes de l’Office85. Ces architectes étaient par ailleurs chargés d’étudier un « certain nombre de formules » de manière à donner « une orientation générale commune à toutes les opérations poursuivies par l’Office86 ».

  • 87 Ibid., p. 598.
  • 88 Ibid., p. 598-599.
  • 89 Ibid., p. 1112.

46L’élaboration de ces formules résulta du croisement de différents modèles. En effet, dès que « les premiers terrains susceptibles d’être aménagés ultérieurement » furent acquis, le conseil d’administration de l’Office chargea de « l’étude des différents lotissements les architectes ayant obtenu les premières et secondes primes aux concours d’habitations à bon marché de la ville de Paris87 ». Si en Allemagne, c’est habituellement par concours que les architectes étaient recrutés, la désignation de candidats rompus à l’architecture des HBM contribua à inoculer au projet anglais des pratiques et méthodes inaugurées dans l’édification des édifices HBM. Car ces candidats, primés par les concours d’habitations à bon marché de la ville de Paris, eurent en outre pour mission de réunir au cours de voyages d’études « le maximum d’éléments d’informations sur les expériences étrangères88 ». C’est donc une conception originale des cités-jardins qui incubait au sein de l’Office, au croisement du projet réformateur élaboré avant-guerre, des premières expériences de construction à bon marché testées en France et des résultats recueillis à l’étranger. L’Office mit en outre en application les principes de rationalisation de la construction préconisés au sein des commissions gouvernementales : ainsi les bureaux des conseils d’administration de l’Office public des habitations à bon marché de la ville de Paris et de l’Office public des habitations à bon marché du département de la Seine se réunirent le 5 mai 1920 pour « examiner en commun la question des matériaux et des procédés économiques de construction ». Cette réunion déboucha sur « la constitution d’une commission technique, chargée spécialement de l’étude de la standardisation89 ».

  • 90 Ibid., p. 1172
  • 91 Ibid., p. 1173

47Les types élaborés dans le cadre du service d’architecture de l’Office public des HBM du département de la Seine s’inscrivaient dans une tendance plus générale qui caractérisa l’architecture des cités au lendemain de la guerre : le modelage d’une morphologie « standard », favorisée par la circulation des architectes entre les projets. Les architectes de l’Office public du département de la Seine participèrent par exemple à la construction de nombreuses cités provisoires : ainsi Joseph Bassompierre, Paul de Rutté et Paul Sirvin dirigèrent la construction de la cité-jardin de Dugny90, Maurice Payret-Dortail celle d’Arcueil-Cachan91. On retrouve également Joseph Bassompierre, Paul de Rutté et Paul Sirvin à la tête du projet de la cité-jardin d’Ungemach à Strasbourg. L’architecture de cette cité porte la trace d’un croisement d’inspirations : si l’utilisation de motifs régionaux dans les façades des maisons fait référence à la cité du Stockfeld, l’ordonnancement de la cité selon de grandes perspectives évoque les cités-jardins de la couronne parisienne, par exemple Suresnes ou Stains. Ce vocabulaire hérité de la tradition classique est néanmoins accommodé aux principes de l’aménagement pittoresque popularisés en France par Unwin – voies courbes, décochement des façades pour rompre l’alignement des maisons.

  • 92 Rémi Badouï, Un grand commis de l’État. Raoul Dautry, op. cit., p. 135 et suivantes.
  • 93 Jean-Marcel Auburtin, Henri Blanchard, La cité de demain dans les régions dévastées, op. cit., p. 2 (...)
  • 94 Sur Georges Charbonneaux et la cité du Chemin Vert : Delphine Henry, L’œuvre d’éducation populaire (...)
  • 95 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 53-60.

48La diffusion des méthodes de standardisation expérimentées sur les différents chantiers contribua également à la cristallisation d’une architecture standard. Rémi Baudouï a déjà souligné de ce point de vue les similitudes entre la cité du Tergnier aménagée par Raoul Dautry et la cité du Chemin Vert à Reims92. Il est vrai que l’entrepreneur Georges Charbonneaux, qui projetait, à Reims, la construction d’une cité ouvrière sur le modèle des cités-jardins, avait fait appel à l’architecte Jean-Marcel Auburtin qui avait été à la pointe des recherches de standardisation poursuivies par la SADG en 1915. Les méthodes qu’il appliqua à la construction de la cité du Chemin Vert – aménagement d’un réseau Decauville, utilisation d’agglomérés de scories, logement des ouvriers dans des baraquements, matériaux fabriqués sur place – s’inspiraient donc des techniques élaborées dans le cadre de l’économie de guerre, notamment pour le ravitaillement du front, comme ce fut aussi le cas dans les cités de Raoul Dautry93. La circulation de ces procédés de standardisation contribua à l’hybridation des modèles : si Georges Charbonneaux suivait attentivement les œuvres de Sellier94, ce dernier considérait l’expérience de Dautry comme source d’inspiration95.

L’application des normes élaborées par le Normenausschuß dans la construction des cités-jardins en Allemagne

  • 96 Martin Wagner, « Baukostenverbilligung im Kleinwohnungsbau », in : Deutscher Verein für Wohnungsref (...)

49En Allemagne, l’élaboration de plans-types et la production d’éléments standard se greffèrent sur les premières expériences de rationalisation tentées avant 1914 dans les cités-jardins. Nous ne reviendrons pas sur l’invention de procédés de construction économiques à Hellerau, l’élaboration de plans-types aux dimensions minimales à Falkenberg ni sur le modèle de maison minimale expérimenté par Tessenow à Hellerau et diffusé dans les premières années de guerre par Percival Booth. Rien d’étonnant donc à ce que Martin Wagner, dans un bilan sur les techniques de rationalisation de la mise en œuvre architecturale96, se référât aux « types de construction » élaborés dans la cité-jardin de Falkenberg à Berlin ou dans celle de Spandau.

  • 97 Sur Hans Bechly et Hermann Frank : Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale. Lo (...)
  • 98 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, Hambourg, Deutschnationale Verlagsanstalt Aktien­gese (...)
  • 99 Christine Mengin, Loger l’employé : maîtrise d’ouvrage syndicale et modernité architecturale sous l (...)
  • 100 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, op. cit., p. 25.

50La création de la Gagfah, Société de construction fondée en 1918, illustre comment les mesures de standardisation développées au sortir de la guerre s’imprimèrent sur ces expériences précoces. Cette création émanait du projet de fondation d’une « Société d’utilité publique pour la réalisation de l’habitat des employés », mis en œuvre par Hans Bechly, employé de commerce à la tête de l’organisation de représentation professionnelle des employés du commerce, le DHV (Deutschnationaler Handlungsgehilfen-Verband), et par Hermann Frank, lui-même employé de commerce originaire de Hambourg, impliqué dans l’entreprise d’édification d’une cité-jardin à Wandsbek (Hambourg) en 191097. Il fut déjà question précédemment de la dégradation des conditions de vie d’une catégorie sociale, par ailleurs pointée du doigt par les réformateurs comme les victimes de la crise du logement. Cette Société dévolue à l’habitat des employés était en majorité dirigée par les représentants des syndicats d’employés. Son programme reposait sur un présupposé : il était possible d’élaborer un mode d’habitat spécifique pour les employés sur la trame de prototypes. Cette conception fut développée à partir d’un ouvrage cosigné peu de temps auparavant par Frank et Bechly, republié sous le nom de Bechly en 1918, Le foyer de l’employé98. Sorte de guide de la construction du logement employé, cet ouvrage définissait les principes d’un habitat standard à partir de trois « plans-types modèles » de construction. Ces catégories élémentaires furent développées sur le fondement d’une expérience tentée dans la cité-jardin de Steenkamp à la périphérie de Hambourg. Cette cité fut édifiée pour les « classes moyennes » par la société de construction spécialement créée à cet effet par Hermann Frank en 1913, le Gemeinnütziger Bauverein Altona-Ottensen G.m.b.H99. Le programme de construction du logement « employé » standard exploita, en outre, les méthodes mises en œuvre par l’industrie de guerre pour rationaliser la production et le ravitaillement du front. Dans son ouvrage sur le Foyer de l’employé, Bechly préconisait en effet qu’on organisât la distribution des matériaux de construction à partir des infrastructures instaurées pendant la guerre par les pouvoirs publics pour faciliter la distribution des matières premières et qu’on organisât la production des éléments de construction selon des types élémentaires100.

La standardisation de l’architecture : essai de bilan et de comparaison

51L’application de techniques de rationalisation à la construction se modela en France et en Allemagne sur les méthodes utilisées dans l’industrie de guerre. Les pouvoirs publics ne se démirent pas des prérogatives que l’organisation de la production de guerre leur avait déférées : en France comme en Allemagne, ils continuèrent de jouer un rôle déterminant dans la conception nouvelle de la construction. Le transfert des procédés expérimentés dans l’industrie de guerre à la construction suscita de nouvelles formes de collaboration : des réseaux se développèrent qui favorisaient la coopération des acteurs politiques, des ingénieurs, des industriels et des spécialistes de la réforme urbaine.

  • 101 Henri Sellier, « La technique moderne de l’habitation », in : La cité moderne. Exposition de l’habi (...)

52L’union des compétences suscitée par l’intervention des pouvoirs publics eut pour corollaire la centralisation des efforts mais aussi des méthodes. En Allemagne, l’esprit de rassemblement trouva son aboutissement plus précocement dans un effort de systématisation qui déboucha sur le catalogage des éléments standard de la construction (portes, fenêtres, serrures etc.). En 1929, Henri Sellier déplorait que les pouvoirs publics français n’aient pas édicté, à l’exemple de l’Allemagne ou de l’Angleterre, une telle « standardisation officielle des éléments de la construction101 ». Les théories de la rationalisation étayèrent toutefois un véritable programme de la construction conçu à l’échelle du pays par la Commission Loucheur en 1920. Bien qu’il restât lettre morte, il signalait néanmoins une mutation dans la conception de la construction.

  • 102 Bruno Taut, Die neue Baukunst in Europa und Amerika, Stuttgart, Julius Hoffmann Verlag, 1979, p. 2.

53Cet effort de centralisation prit donc des formes différentes en France et en Allemagne et fut appliqué à des degrés divers. Cependant, il transformait les conditions de la production architecturale. « Formules » en France, « types » en Allemagne : la cité-jardin fut un vecteur de diffusion de ces nouvelles méthodes. La vulgarisation des doctrines de la rationalisation n’intervint pas seulement dans l’organisation matérielle de la construction. Elle eut des retombées importantes sur les représentations de l’espace urbain. Bruno Taut évoqua en effet l’impact de la mécanisation sur l’uniformisation des formes architecturales et leur inter­nationalisation102. La contribution de la cité-jardin aux théories qui circulaient sur la scène de l’urbanisme international autour de la guerre nous permettra d’évaluer les conséquences des doctrines tayloriennes sur la conception de l’urbain. C’est la naissance d’une pensée « uniforme » de la ville à partir du modèle des cités-jardins qu’il s’agit de mettre à l’épreuve de l’analyse.

4. Cité-jardin et urbanisme

54Au sortir de la guerre, le taylorisme industriel ne transforma pas seulement les techniques de construction, il influença par ailleurs les représentations de l’urbain, qu’il s’agisse des pensées de la ville ou des images qui les véhiculaient. La cité-jardin servit alors de trame au dessin de diagrammes et de schémas qui ordonnançaient la croissance urbaine selon une logique rationnelle. Ces nouveaux schèmes d’intelligibilité de la croissance urbaine suscitèrent en outre l’essor des visions qui pensaient dans un rapport nouveau la ville et ses alentours. À une période où l’agglomération avait supplanté la ville, c’est la définition du territoire urbain qui était en question.

Essor industriel et pensée urbaine

  • 103 Voir notamment les discussions qui ont lieu au Musée social dans la Section d’hygiène urbaine et ru (...)
  • 104 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La Technique sanitaire et municipale, Novembre 1918, p. 232.
  • 105 Paul Wolf, Städtebau, Leipzig, Klinkhardt & Biermann, 1919, p. 87.
  • 106 Paul Wolf, Städtebau, op. cit., p. 3.

55Au sortir de la guerre, les professionnels de l’urbanisme, français comme allemands, examinaient le développement de la croissance urbaine à travers le prisme des théories de la rationalisation, au premier rang desquelles la doctrine du taylorisme. Le poids des déterminations économiques sur les questions d’aménagement spatial se manifesta de deux façons. Les spécialistes de l’urbanisme préconisèrent d’une part la spécialisation des quartiers et la création de « zones industrielles ». L’affectation fonctionnelle du territoire urbain selon des zones, recommandée depuis longtemps par le milieu de l’urbanisme allemand, fut mise en débat par les urbanistes français dans les années qui précédaient la guerre103 pour être définie comme l’abécédaire de la planification à l’achèvement du conflit. Ainsi, Léon Jaussely souligne dans son rapport sur l’urbanisme présenté à la session nationale du Congrès général du génie civil en mars 1918104 la nécessité « d’aménager des quartiers industriels ». L’architecte allemand Paul Wolf, dans le schéma d’organisation de la ville moderne qu’il proposa dans son précis d’urbanisme de 1919105, prévoyait une zone consacrée à l’industrie : située à l’Est de la ville, en fonction des vents dominants, elle comprenait l’industrie lourde exclue de la zone d’habitation en raison de son caractère polluant, bien desservie par les voies de communication, autour de laquelle se grouperaient les petits établissements et les ateliers qui n’étaient pas tributaires des réseaux de transport. La question de l’emplacement des activités, privilégiée par la réflexion urbanistique, fut plus que jamais centrale au sortir de la guerre. En France, le développement de certaines périphéries, notamment de la banlieue parisienne, plaçait la question de la production au centre du débat urbain. En Allemagne, la poursuite du blocus et la période d’inflation engendrèrent de nombreuses réflexions sur la mise en œuvre d’une économie nationale capable d’assurer l’autosuffisance du pays. L’organisation rationnelle de la production industrielle apparaissait à cet égard comme une question de survie nationale106.

  • 107 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La Technique sanitaire et municipale, Novembre 1918, p. 232.
  • 108 Paul Wolf, Städtebau, op. cit., p. 3.

56Ainsi, le débat sur l’organisation industrielle, malgré les décalages évidents dans le développement urbain des deux pays, eut des retentissements comparables sur les discussions d’urbanisme en France et en Allemagne. Perçu comme une priorité nationale, le dynamisme de la production industrielle constitua l’un des ressorts de la réflexion sur la planification urbaine. Dans cette perspective, Jaussely concevait l’aménagement des quartiers industriels comme « un des leviers de la puissance économique de la nation107 ». Paul Wolf, quant à lui, centrait le débat sur la question de la « forme de la ville industrielle108 ». Le débat, s’il avait gagné en intensité, n’était cependant pas neuf. Les répercussions de la question industrielle sur la représentation de l’urbain et de l’aménagement étaient en revanche plus originales.

L’impact du taylorisme sur les représentations de l’urbain

  • 109 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La Technique sanitaire et municipale, op. cit., p. 229.
  • 110 Jh. Geist, « Wohnungsnot und Wohnungssiedlung », in : Städtebau, n°17, 1920, p. 62.

57Les lois qui gouvernaient l’économie industrielle modelèrent alors les conceptions de la ville, aussi bien en France qu’en Allemagne. Jaussely plaidait ainsi pour une « évolution naturelle » de la spécialisation par quartiers, modelée sur l’évolution économique109. Il semblait lui prêter une force presque autonome dans le façonnement de la ville. La revue Städtebau110 préconisait l’adaptation de l’aménagement « aux facteurs primaires du travail productif », si l’on voulait « favoriser un aménagement sain des quartiers d’habitation ».

  • 111 Léon Jaussely, « Avertissement », p. VII, in : Raymond Unwin, L’Étude pratique des plans de ville. (...)

58À partir de ce présupposé, les théories de l’urbanisme calquèrent les règles définies pour ordonner la croissance urbaine sur les principes de l’organisation scientifique du travail élaborés par Taylor. Ainsi, la planification urbaine, conçue sur le mode de l’organisation de l’entreprise, fut évaluée à l’aune des critères d’efficacité et de rentabilité. C’était d’ailleurs une des thèses développées par Léon Jaussely dans son introduction à l’ouvrage fondateur d’Unwin111 : « La ville, par son organisation, doit avoir le meilleur rendement possible. ». La question fut formulée par les urbanistes allemands en des termes identiques.

59Si l’organisation scientifique du travail prévoyait la segmentation des tâches et leur uniformisation, l’espace était divisé en « zones » : il s’agissait de décomposer et d’uniformiser le territoire urbain. Jaussely soulignait le rapport de similitude entre l’ordonnancement des quartiers et l’organisation de la production :

  • 112 Ibid.

On en est arrivé à considérer l’organisation économique des cités comme une sorte de « taylorisation » en grand d’un très vaste atelier où, (…) chaque chose doit avoir une place définie et ne peut-être qu’à cette place112.

  • 113 Jh. Geist, « Wohnungsnot und Wohnungssiedlung », in : Städtebau, n°17, 1920, p. 62.

60Un professionnel allemand expliquait quant à lui que la question de l’habitation ne répondait qu’en second lieu à la « satisfaction du besoin de logement ». En premier lieu, la question du logement n’était qu’une des pièces dans le fonctionnement d’une mécanique plus large : elle garantissait « l’engrenage de tous les facteurs du travail113 ». Cela ne revenait-il pas à dire comme Jaussely que « chaque chose est à sa place » ?

61La régulation efficace du temps, autre principe valorisé par le taylorisme, détermina également la démarche planificatrice en France comme en Allemagne. Certes, la manière dont les ouvriers affectaient leur temps « libre » préoccupait depuis longtemps les réformateurs. Les années de guerre accentuèrent cette tendance. Un spécialiste allemand de l’urbanisme souhaitait par exemple le « groupement des cités d’habitation » de manière à ce :

  • 114 Ibid., p. 63.

(…) qu’elles soient dans un rapport économique avec les lieux de production et qu’aucune perte inutile de temps et d’argent ne soit engendrée par les trajets114.

62Soumise au même titre que l’entreprise aux impératifs de la productivité, l’organisation des quartiers obéissait à une mécanique dont le facteur temps déterminait l’exactitude. Albert Thomas, dans la préface de 1920 au rapport de Sellier sur la réorganisation du département de la Seine, mettait en évidence cette corrélation :

  • 115 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)

Pour que l’ouvrier produise en huit heures autant qu’il produisait hier pendant une journée plus longue, il faut que sa vie d’homme et de consommateur le maintienne en bonne santé, lui permette ardeur et joie au travail. Il ne faut pas qu’il perde le profit de la courte journée en de longues heures de transport. Il ne faut pas qu’il attende le départ d’un train à la marche lente ou le passage irrégulier de trop rares tramways115.

63Rationalité, mesure, rentabilité : la guerre marqua l’émergence des principes tayloriens dans les pensées de la ville. Cette logique rationnelle eut pour pendant une schématisation des représentations de l’espace urbain, à laquelle la cité-jardin servit de support.

Rationalité et schématisation : Paul Wolf et la cité-jardin « triple ». La cité-jardin comme support d’une représentation schématique du territoire urbain

  • 116 C. B. Purdom, The building of satellite towns. A contribution of town development and regional plan (...)
  • 117 La vie urbaine, n°4, 1919, p. 503.
  • 118 Raymond Unwin, « Städtebauliche Verteilung », Zentralblatt der Bauverwaltung, 21 Mai 1921, p. 253-2 (...)
  • 119 Voir Ernst May, « Stadterweiterungen mittels Trabanten », in : Städtebau, 1922, p. 51-53.

64L’impact des théories tayloriennes sur la démarche planificatrice se mesure à la diffusion d’un modèle d’aménagement développé pendant la guerre et largement diffusé dans les années suivantes sur la scène européenne, celui de la ville-satellite. L’ample circulation de cette représentation qui se greffe sur les schémas de la cité-jardin imaginés par Howard permet difficilement d’en déterminer l’origine. Ainsi Charles Benjamin Purdom mentionnait la publication en 1915, par G. R. Taylor, d’une étude consacrée aux « villes-satellites116 ». Taylor désignait par cette expression le développement périphérique de centres industriels aux alentours d’une grande ville. Le terme, certainement lancé pour la première fois, allait connaître une longue postérité. En effet, en février 1920, au cours de la Conférence interalliée organisée par l’International Garden Cities and Town-Planning Association à Londres, les spécialistes du mouvement anglais des cités-jardins, Raymond Unwin et Charles Benjamin Purdom, présentaient la notion dans une communication qui eut un grand retentissement, en Angleterre comme sur la scène internationale117. Sous le titre de « répartition urbaine », Raymond Unwin précisait le 7 janvier 1921, devant le Town Planning Institute de Londres, le modèle de développement urbain auquel la « ville-satellite » faisait référence118. La métaphore du système solaire à laquelle il recourait pour décrire ce développement caractérisait un système de croissance décentralisée qui préconisait l’ordonnancement des banlieues selon le principe des cités-jardins. C’est selon une logique similaire que le projet proposé par l’architecte allemand Ernst May au concours d’urbanisme de Breslau en 1922 abordait l’extension périurbaine. Entre le concept de ville-satellite et celui de « Trabantenstadt »119 qui décrivait le système de croissance imaginé par Ernst May, de nombreuses similitudes sautent aux yeux. May ouvrit son projet, comme Unwin sa conférence, par la description enthousiaste de la vie dans les petites villes. Aux yeux d’Unwin, la petite ville communiquait un sentiment d’appartenance, May la décrivait comme une « patrie » – Heimat. La grande ville moderne aux yeux de May formait au contraire un lieu de vie anonyme. Pour Unwin, elle représentait une « masse populaire amorphe ». Le modèle de ville-satellite autant que celui de Trabantenstadt opposait à ces dangers de déliquescence une conception organiciste du corps urbain. Unwin s’inspirait de la structure du système solaire pour proposer, à l’encontre de ce chaos informe, l’échelonnage du tissu urbain organisé selon des zones articulées et une logique décentralisatrice. Bien que May, ancien collaborateur d’Unwin en 1910, ait vraisemblablement eu connaissance de la conférence d’Unwin au moment où il participait au concours de Breslau, il est néanmoins hasardeux d’attribuer la paternité de cette nouvelle conception à Unwin, tant ce nouveau schéma d’organisation décentralisée féconda après la guerre de nombreuses représentations qui puisaient à un fonds commun d’images et de pensées sur la ville héritées du projet des cités-jardins. Ainsi, Charles Benjamin Purdom se référait, dans l’ouvrage qu’il publiait en 1925 sur le sujet, aux modèles de croissance urbaine qui figuraient dans le traité d’urbanisme du spécialiste allemand Paul Wolf publié en 1919. L’architecte Paul Wolf, dont la connaissance du projet des cités-jardins remonte au plus tard aux années 1910, illustrait effectivement les principes de l’aménagement urbain de deux schémas.

Ill. 22 - Paul Wolf, schéma d’organisation de la grande ville

Ill. 22 - Paul Wolf, schéma d’organisation de la grande ville
  • 120 Hans Kampffmeyer, Friedenstadt, op. cit.

65Le premier décrivait une logique d’étagement du territoire urbain selon un principe radial. Il caractérisait de manière explicite la répartition des activités selon des zones distinctes : la zone industrielle, parquée à l’Est du noyau urbain ; le centre des affaires bordé par les zones d’habitation qui s’étalaient jusqu’à la périphérie ; la banlieue enfin, structurée par un système de quartiers schématisés par des cercles. La loi d’évolution radiale qui gouvernait le système permettait d’ordonner et donc de contrôler la croissance urbaine. Le mouvement centrifuge qui réglait le développement des centres d’habitation proposait un passage progressif de la ville vers la campagne. Bien plus, la nature servait de joint entre les deux univers : entre la nature urbaine et la campagne, le schéma ne marquait pas de césure nette. Logique centrifuge de développement urbain, répartition fonctionnelle et équilibrée des activités selon un système de zones, articulation harmonieuse des territoires urbains et de la campagne environnante : la représentation schématique proposée par Wolf était redevable des diagrammes de la cité-jardin qui figuraient dans l’ouvrage fondateur de Howard. Elle était d’ailleurs accompagnée d’un second schéma, « la cité-jardin triple », avatar de la cité-jardin, largement inspiré des réflexions développées par Hans Kampffmeyer pendant la guerre120.

Ill. 23 - Paul Wolf, schéma - cité-jardin triple

Ill. 23 - Paul Wolf, schéma - cité-jardin triple
  • 121 Paul Wolf, Städtebau, op. cit., p. 94.
  • 122 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », in : (...)

66Wolf envisageait effectivement de régler le problème de la décentralisation industrielle par la création de toutes pièces de villes à la campagne. Ces villes industrielles étaient modelées sur le schéma qui gouvernait à ses yeux le développement de la ville moderne. Il s’agissait de trois cités-jardins regroupant 300 000 habitants gravitant autour d’un « centre », le « forum communal121 » qui rassemblait les attractions culturelles. Les trois cités étaient isolées les unes des autres, entourées de verdure et d’exploitations agricoles, mais reliées par des voies de communication. En réalité, ce schéma, calqué sur le premier diagramme qui ordonnait la croissance urbaine selon un assemblage de noyaux, portait également en germe l’idée de ville-satellite. La circulation sur la scène européenne d’un modèle de croissance décentralisée tirait sa force d’une logique de schématisation qui figurait l’ordonnancement fonctionnel et rationnel des espaces et la croissance limitée des villes. Ces nouvelles représentations dont les diagrammes howardiens fondaient le support fixaient un modèle « standard » de développement urbain. La consécration de la « ville-satellite » comme modèle d’aménagement des banlieues sur la scène européenne aux débuts des années vingt caractérise ce mouvement d’uniformisation, dont témoigne le mot d’ordre publié dès 1922 par La vie urbaine qui préconisait le développement des banlieues sous la forme de « villes-satellites122 ».

  • 123 Ibid., p. 20.

67L’intitulé de la conférence d’Unwin, « répartition », en Anglais « distribution », signalait la transposition à l’aménagement de l’espace des principes d’organisation du travail introduits par Frederick Taylor, c’est-à-dire, le découpage fonctionnel des différentes activités. Partant, la notion de ville-satellite revisitait le projet des cités-jardins au prisme de l’organisation de la production : le rapport présenté en octobre 1922 dans le cadre de la Conférence Internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes, en définissant la cité-jardin comme « entreprise d’aménagement économique des villes » allait dans ce sens123. Chez Wolf, c’est la technique de représentation qui portait l’empreinte des principes tayloriens. La cité-jardin de Wolf était réduite à une épure géométrique tant le schématisme de la représentation était poussé à l’excès. Cette technique de schématisation contribuait ainsi, par sa rigueur géométrique et son ordonnance symétrique, à traduire l’idée de rendement et d’efficacité. Elle assignait en outre à chaque espace clairement délimité une fonction particulière à l’aide d’une forme de représentation qui de manière sobre et stylisée précisait même la nature des liens entre chaque élément.

68Au sortir de la guerre, le diagnostique de « crise » qui hantait les rapports des spécialistes du logement en Allemagne comme en France faisait surtout émerger les points communs : pénurie de logements, précarisation de certaines catégories sociales, déracinement de certaines populations, difficultés d’insertion, crise de la construction. Les solutions préconisées pour alléger les symptômes s’accordaient elles aussi : intervention des pouvoirs publics, organisation de la construction selon les méthodes de rationalité expérimentées par l’industrie de guerre. Les auteurs de ces nouveaux modèles étaient issus des réseaux réformateurs reconfigurés pendant la guerre.

  • 124 Sur la transformation du regard porté sur la situation du logement dans les campagnes, voir notamme (...)

69Si la guerre avait constitué un fonds commun d’expériences, elle avait aussi accéléré les évolutions. Ainsi, en France, l’essor industriel avait pour corollaire l’extension de certaines agglomérations, la rupture des cadres dans lesquels la question urbaine avait été jusque-là abordée. L’attention que les spécialistes français de l’urbain portèrent après la guerre aux campagnes est révélatrice de cette évolution : il n’en émanait plus l’image d’une ruralité mythique. On percevait désormais à la campagne aussi une « crise du logement124 ». Ce nouveau regard signale le glissement ou plutôt la rupture brutale des frontières entre les territoires, consécutive de la croissance urbaine. Où s’arrêtait la ville, où commençait la campagne ? Signe de ce changement, les spécialistes de la ville se concentraient désormais sur les banlieues et leur aménagement. Cette évolution modela les pensées sur la ville qui s’ajustèrent aux conceptions développées plus tôt en Allemagne : la circulation entre l’Allemagne, la France et l’Angleterre du concept de villes-satellites, réminiscence de la garden city des origines, témoigne de cet horizon commun en train de se dessiner, à l’origine du développement d’une image schématique de l’urbain.

  • 125 Martin Wagner, Neue Bauwirtschaft. Ein Beitrag zur Verbilligung der Baukosten im Wohnungsbau, Berli (...)

70Cet horizon commun fut en outre appuyé par le transfert des doctrines tayloriennes de l’industrie de guerre au domaine de la conception architecturale. La cité-jardin fut un laboratoire où types et standards furent expérimentés. Cela eut des répercussions sur la conception originelle des cités-jardins : s’il avait été question avant la guerre d’ajuster l’architecture des cités-jardins à la topographie des lieux, Martin Wagner s’appuyait désormais sur les conceptions de Taylor pour préconiser le développement à tout le territoire d’un type de construction adapté à un mode de vie, celui des ouvriers125. Le cadre de référence n’était plus défini par une géographie, mais par un mode d’aménagement spécifiquement urbain et par un régime de vie auquel on identifiait une catégorie sociale déterminée.

71La cité-jardin fut à l’origine un objet importé. En Allemagne aussi bien qu’en France, c’est avant tout dans un cadre national que se déploya la réflexion autour des cités-jardins. Les mutations nées de la guerre, l’émergence de cet horizon commun, nous conduisent à interroger à nouveau la pertinence de ce cadre national pour aborder le développement des cités-jardins après 1918 : la cité-jardin au sortir de la guerre décrivait-elle un mode de vie urbain, une culture urbaine ? L’uniformisation à laquelle Wagner faisait allusion abolissait-elle non seulement les frontières entre localités mais aussi entre nations ? La question semble d’autant plus légitime que cette uniformisation était issue d’une conjoncture dans laquelle de manière paradoxale la question de l’habitat, définie pendant le conflit comme une priorité nationale, avait été envahie de représentations nationalistes. C’est ce paradoxe que nous tenterons d’élucider en nous plaçant résolument dans un cadre national et en nous demandant si le projet social des cités-jardins, malgré l’évolution d’une morphologie « standard », présente des caractéristiques différentes en France et en Allemagne.

C. Le projet social des cités-jardins

  • 126 Susanna Magri, Christian Topalov, « L’Habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie (...)

72Howard avait conçu le projet des cités-jardins avec l’idée, d’une part, d’améliorer le mode d’habitat ouvrier et, d’autre part, de promouvoir une forme inédite de culture urbaine. Aux lendemains de la guerre, la cité-jardin servit à reformuler la question du logement populaire. Comme Christian Topalov et Susanna Magri l’ont montré, elle n’était plus seulement destinée à loger les ouvriers, mais représentait désormais le modèle d’habitat du salarié moderne126. La cité-jardin contribua-t-elle pour autant à conformer les sociétés urbaines en France et en Allemagne à un modèle standard ? Ces aspects seront abordés dans un premier temps à travers l’étude des transformations qui bousculèrent après-guerre l’organisation de la maîtrise d’ouvrage et contribuèrent alors au renouvellement du programme social attaché au projet des cités-jardins. Puis, c’est à travers le prisme de sociétés marquées par les conséquences de la guerre que le projet des cités-jardins sera interprété.

1. L’organisation de la maîtrise d’ouvrage

Les cités-jardins de l’industrie

73En France comme en Allemagne, la guerre transforma dans une large mesure les conditions de construction des cités ouvrières. On constate d’une part la tendance chez les industriels à déléguer la construction de l’habitat destiné à loger leur personnel. Ce furent désormais de plus en plus fréquemment des sociétés de construction qui assumèrent l’édification et la gestion des cités. Qu’elles aient impliqué la collaboration des pouvoirs publics ou celle du personnel, elles mettaient fin au modèle paternaliste.

  • 127 Ainsi la législation de protection des locataires introduite après la guerre empêchait de facto les (...)
  • 128 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 6.
  • 129 Franz Knipping, « Werkwohnungen », in : Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, (...)

74Aux lendemains de la guerre, dans les deux pays, les industriels se déchargèrent effectivement de plus en plus fréquemment des responsabilités de la construction sur les pouvoirs publics. L’édification de ce que l’on appelait les cités patronales – Werkwohnungsbau – subit en Allemagne de profondes mutations. L’introduction de la législation en faveur de la protection des locataires mais aussi les nouveaux modes de gestion paritaire institués par la « communauté centrale de travail » – Zentralarbeits­gemeinschaft – en décembre 1919 entamèrent effectivement le contrôle que les chefs d’industrie exerçaient habituellement sur l’habitat de leur personnel127. Cette conjoncture incita les chefs d’entreprise à limiter leur rôle dans la construction des logements à un concours financier. Il n’était pas rare ainsi qu’ils déléguassent l’édification à des Sociétés à responsabilité limitée dont ils devenaient sociétaires aux côtés des collectivités publiques. Ce fut le cas à Dessau où les industriels de la région collaborèrent avec la municipalité à la création d’une Société à responsabilité limitée – Gemeinnützige Siedelungs­gesellschaft für Dessau, Stadt und Land, m.b.H128. Dans le bassin de la Ruhr, les cités-jardins des miniers furent réalisées par une Société par actions – Ruhrwohnungsbau A.G – dirigée conjointement par les pouvoirs publics et le patronat129. Les fonds étaient avancés de manière paritaire.

  • 130 À propos de l’expérience de Drancy, on se reportera à : Henri Sellier, La crise du logement, op. ci (...)

75De telles structures mixtes furent aussi introduites en France, certes de manière plus timide. En 1920, l’Office public des HBM du département de la Seine fut « saisi par le syndicat des chemins de fer de la ceinture d’une demande tendant à susciter la construction d’habitations destinées aux ouvriers du dépôt de machines que cette entreprise se disposait à exploiter sur le territoire de Drancy-Bobigny130 ». La construction de la cité-jardin de Drancy fit alors l’objet d’un contrat entre le syndicat et l’Office, dont Sellier notait qu’il constituait « un exemple extrêmement intéressant de participation d’industriels à l’effort public de constructions d’habitations à bon marché ». Si l’Office en tant qu’organisme gestionnaire se réservait le droit de sélectionner les locataires, il devait accorder la priorité aux adhérents du syndicat de la compagnie des chemins de fer du Nord et le syndicat était également représenté au sein du comité gestionnaire. Cette collaboration déterminait également le montage financier de l’opération : si l’Office devait se procurer « les sommes nécessaires pour la réalisation intégrale de l’opération », le syndicat se dédommageait en versant « le montant de l’annuité payée pour amortissement et les intérêts des emprunts contractés » ainsi qu’« à titre de frais de gestion, 1 % du capital emprunté et du capital provenant de toute subvention ».

  • 131 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 85.

76La création de certaines Sociétés se solda par ailleurs par une participation plus grande du personnel des entreprises à la réalisation de leur habitat. Ainsi, en France, se multiplièrent des Sociétés d’habitations à bon marché constituées par le personnel avec l’encouragement de l’entreprise industrielle. Ce montage, s’il faisait écho à la tendance récente qui affranchissait l’habitat des ouvriers de la tutelle patronale, garantissait également le soutien financier de l’État « refusée à la construction directe pas les industriels131 ».

  • 132 Voir Franz Knipping, « Kohlenbergarbeitersiedlungen », in : Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm L (...)
  • 133 Voir à ce sujet : Renate Kastorff-Viehmann, Ursula von Petz, Manfred Walz, Stadtentwicklung Dortmun (...)
  • 134 Gerald Feldman, Irmgard Steinisch, Industrie und Gewerkschaften 1918-1924. Die überforderte Zentral (...)

77Le principe de participation ouvrière à la construction des cités se développa en Allemagne, mais sous une autre forme. La construction des cités ouvrières dans le secteur des mines aux lendemains de la guerre offre un exemple intéressant des nouvelles constellations suscitées par les accords Stinnes-Legien du 15 novembre 1918132. Face à la vague de pénurie générale qui, après la guerre, déferla sur le pays, l’industrie du charbon usa de tous les moyens pour intensifier sa production. La question de l’habitat des ouvriers constituait un rouage important du dispositif mis en place pour accroître la productivité : il fallait désormais loger de nouveaux ouvriers et de surcroît dans de bonnes conditions. Il fut décidé que la construction serait financée par une majoration prélevée sur chaque tonne de charbon produite. L’application d’une telle mesure fut exercée par des « comités de travail » – Arbeitsgemeinschaft – composés paritairement de représentants ouvriers et patronaux, institués à l’intérieur de chaque branche syndicale. La construction, quant à elle, fut déléguée à une Société à responsabilité limitée qui représentait « paritairement » les deux partenaires réunis au sein des comités de travail. L’intervention d’un tiers, la Société à responsabilité limitée, prévenait l’hégémonie d’une des parties et donnait donc corps au principe que les communautés de travail cherchaient à réaliser, la conjonction des intérêts de l’employeur et des employés. Ainsi, ces nouvelles Sociétés immobilières, à l’instar de la Treuhandstelle für Bergmanns­wohnstätten im rheinisch-westfälischen Steinkohlenbezirk à Essen133, calquaient leur structure sur les modèles imaginés dans le cadre de la « Communauté centrale de travail134 » – Zentralarbeitsgemeinschaft – en décembre 1919 à l’origine de l’introduction des structures paritaires dans les entreprises industrielles et commerciales, notamment les commissions d’arbitrage, les conseils d’entreprise etc.

  • 135 Michel Gérard, La participation du personnel à la gestion des cités-jardins de la compagnie du chem (...)
  • 136 Raoul Dautry, L’organisation de la vie sociale, Paris, Éditions de la S.A.P.E., 1928, p. 27.

78Ce type d’organisation, moulé sur les structures de cogestion nouvellement créées, ne se limita pas à la construction des cités industrielles. Il caractérise plus largement la maîtrise d’ouvrage en Allemagne après 1918. La mise en place de cette collaboration, dans laquelle l’action des syndicats était prédominante, semble effectivement avoir eu des résonances plus rares, si ce n’est plus tardives en France. Ainsi, si l’Office public des HBM du département de la Seine, qui prit en charge la construction de la cité-jardin des cheminots de Drancy, collabora à cette entreprise avec le syndicat des chemins de fer de ceinture, l’expérience ne semble pas avoir fait tache d’huile par la suite puisque Dautry, l’un des initiateurs de la gestion « paritaire » des cités-jardins de la Compagnie des chemins de fer du Nord en 1919135, continuait en 1928 de revendiquer la participation des syndicats à la construction136. La logique de participation syndicale spécifique à l’organisation de la maîtrise d’ouvrage des cités ouvrières en Allemagne gouvernait aussi d’autres structures mises en place au sortir de la guerre pour faire face à la pénurie de logements. Il nous semble qu’elle fonde même une des spécificités de la maîtrise d’ouvrage des cités allemandes édifiées aux lendemains du conflit. On en tiendra pour preuve l’émergence de Sociétés immobilières destinées à promouvoir exclusivement les intérêts de certaines catégories professionnelles, notamment des employés.

Maîtrise d’ouvrage et intérêts professionnels

79La prise en compte des « classes moyennes » dès les années 1910 modifia la conception du logement populaire en France comme en Allemagne. Cette ouverture eut également des répercussions sur l’agencement du territoire urbain : la question du logement se spécialisa en fonction des catégories concernées et la composition de l’espace urbain refléta par ses divisions cette catégorisation sociale.

Ill. 24 - réalisations de l’Office public du département de la Seine

Ill. 24 - réalisations de l’Office public du département de la Seine

80L’aménagement des cités-jardins du département de la Seine après-guerre témoigne de cette approche segmentée. L’affectation sociale des cités-jardins sur la couronne parisienne apparaît guidée par des critères sociaux et professionnels. Ainsi, la cité-jardin prévue à Châtenay-Malabry fut conçue pour des « petits salariés ». Le mode de vie de cette catégorie sociale légitimait ce choix aux yeux des concepteurs :

  • 137 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 646.

Ces petits salariés qui ne sont pas tenus de commencer leur travail dès la première heure, et qui pourront bénéficier de la semaine anglaise, auront intérêt et plaisir à habiter dans ce cadre champêtre et utiliser leurs heures de loisir aux travaux de la petite culture137.

  • 138 Gagfah 1918-1968. Eine Dokumentation, Hamburg, Hammonia-Verlag GmbH, 1968, p. 21.

81En Allemagne, la conception du logement populaire et plus précisément la construction des cités-jardins épousa de manière plus radicale encore les intérêts de certaines catégories sociales, voire des regroupements professionnels. Ainsi, l’habitat des employés, milieu particulièrement affecté par la guerre, fut pris en charge par des structures spécifiques. Cela constitue un trait original de la maîtrise d’ouvrage des cités-jardins en Allemagne qui se modela en effet sur les structures de regroupement professionnel de leurs locataires. En 1918 les représentants des principaux syndicats d’employés et la Société d’assurances pour employés (RfA) s’associèrent en effet pour fonder la Gagfah138, une Société de construction spécialisée dans la réalisation de l’habitat « employé ». Financée par la puissante centrale des assurances pour employés ainsi que par des fonds municipaux, elle élabora les plans des logements sur la base de prototypes, de manière à satisfaire les « besoins » spécifiques des employés. Chacun des trois modèles élémentaires d’aménagement intérieur décrit dans l’ouvrage fondateur Le foyer de l’employé correspondait à la classe financière des habitants escomptés. Ces modèles se distinguaient donc par le nombre de pièces qu’ils comportaient et un degré de confort plus ou moins élevé. Ces différents modèles reposaient cependant sur un présupposé : l’existence d’un mode d’habiter spécifique aux employés, quelles que soient les différences de statut financier.

  • 139 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, op. cit., p. 9-11.
  • 140 Ibid., p. 17.
  • 141 Ibid., p. 9.
  • 142 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 646.

82L’influence des regroupements professionnels sur la construction ne semble pas s’être limitée à l’organisation de la maîtrise d’ouvrage, mais bien avoir débordé sur la conception de l’habitat. La forte mobilité qui scandait la vie professionnelle des employés nécessitait, aux yeux des concepteurs de la Gagfah, la réalisation de cités pavillonnaires aménagées selon un modèle standard, distribuées sur tout le territoire139. Ainsi, « la ressemblance des plans-types permettrait aux employés qui déménagent de pouvoir à nouveau aisément disposer leurs meubles140 ». Cette conception constitue une variation intéressante sur le principe de l’ancrage et l’idéal d’appartenance développés à l’origine par la DGG. Pour les auteurs du projet, l’appartenance n’attachait plus l’habitant à un territoire ou à une communauté localisée mais à un groupe professionnel. L’organisation « standardisée » de l’espace des cités pour les employés reflétait en réalité, autant qu’elle garantissait, l’identité professionnelle de cette catégorie définie comme « les nomades de la grande ville141 ». Certes, en France aussi, sans qu’il n’existe une structure comparable à la Gagfah, on voyait émerger la conception d’un habitat dévolu aux petits salariés. Ainsi, les aménagements intérieurs de la cité-jardin de Châtenay-Malabry furent définis en fonction des « goûts et habitudes de cette classe sociale142 ». En Allemagne toutefois, c’est la prise en compte d’un statut professionnel, manifeste à travers l’intervention des syndicats dans la maîtrise d’ouvrage, qui fonde la conception d’un habitat destiné aux employés.

Maîtrise d’ouvrage et collectivités publiques

  • 143 Dr. D. Joseph, « Kriegerheimstätten und Kapitalabfindung », in : Städtebau, vol. 17, 1920, p. 71.
  • 144 Städtebau, vol. 16, 1919, p. 72 ; Dr. D. Joseph, « Kriegerheimstätten und Kapitalabfindung », op. c (...)

83L’après-guerre fut caractérisée en France comme en Allemagne par l’émergence de nouveaux modes d’intervention publique dans la réalisation des cités-jardins. L’extension des problèmes de logement à de larges couches de la population, la percée d’une rhétorique de la mobilisation collective pendant la guerre avaient pour une large part contribué à cet essor. En Allemagne, l’introduction de ces nouvelles modalités coïncida de surcroît avec le changement de régime. Dans une République fraichement proclamée, la politique du logement était lourde d’enjeux : il s’agissait d’édifier la société sur des bases nouvelles et la politique du logement fut conçue comme un instrument pour assurer le passage d’une société de classes à une société démocratique143. Les écrits urbanistiques de l’époque cristallisaient effectivement les espoirs de renouveau sur la réalisation des cités qu’ils décrivaient comme une œuvre d’éducation politique144.

  • 145 Il est souvent question de « Gemeinsinn » ou de « Gemeinwohl ».
  • 146 Dr. Pauly, « Der Staat und die Wohnungsreform », in : Dreissig Jahre Wohnungsreform 1898-1928, op. (...)

84En France, l’institution de ces nouvelles formes d’intervention s’appuya sur la notion de « service public ». Cette notion ne recouvre cependant aucun équivalent en Allemagne. Certes, la mobilisation y favorisa également l’essor de multiples références à l’intérêt général ou au « bien commun145 ». C’est aussi souvent l’idée d’utilité générale que l’on rencontre – Gemeinnützig – mais qui s’applique aussi bien aux actions entreprises par l’initiative privée que publique. Le concept d’« assistance146 » – Volkswohlfahrt ou Fürsorge – est invoqué pour légitimer l’action publique dans la promotion du logement, mais la notion de service public reste absente des réflexions sur l’interventionnisme dans la construction. S’agit-il plus que d’un écart de vocabulaire ? Pour trancher cette question, ce sont les formes d’initiative publique mise en place en France et en Allemagne qu’il s’agit de comparer.

  • 147 Pour une information plus précise, on se reportera à : Hildegard Kösters, « Kommunale Wohnungspolit (...)
  • 148 Georg Klinke, « Gemeinnützige Bautätigkeit », in : Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, E (...)
  • 149 Ibid., p. 270.

85En Allemagne, ce sont les villes qui fondèrent l’assise territoriale de cette intervention. Certes, l’État – que ce soit au niveau du Reich ou des États membres – joua aux lendemains de la guerre un rôle nouveau dans la politique du logement en posant des lois-cadres qui définissaient les mesures à appliquer. Quant aux États, ils furent les artisans de cette politique, en ce qu’ils procédèrent à l’uniformisation de mesures qui avaient parfois déjà cours localement. Mais, c’est à l’échelon municipal que fut déléguée l’exécution pratique de ces mesures, entre autres la construction147. Ce sont majoritairement des Sociétés financières qui servirent de relais à l’action municipale dans la construction des logements économiques148. Ces Sociétés, Sociétés par actions ou Sociétés à responsabilité limitée, rappelaient le système des régies. Relevant du régime de droit privé, elles menaient effectivement des opérations commerciales. Qualifiées « d’utilité publique » – Gemeinnützig –, elles ne devaient néanmoins pas rapporter à leurs sociétaires de profits supérieurs à un taux fixé à l’avance. Les profits supérieurs étaient réinvestis pour le compte de l’œuvre entreprise149. Ce statut leur accordait certains privilèges, en particulier dégressifs. Ayant le statut de personne morale, elles portaient en outre la responsabilité des opérations engagées.

  • 150 Stéphane Jonas, « Les jardins d’Ungemach à Strasbourg : une cité-jardin d’origine nataliste », in : (...)
  • 151 Archives de la CUS, 99 MW 171, Commission municipale du logement. Relevé des notes : visite faite p (...)
  • 152 À propos de l’action des offices municipaux et départementaux : Henri Sellier, le problème du logem (...)

86En France, l’intervention des collectivités publiques dans la construction répondait à une autre logique. Les villes, sans aucun doute, ne jouèrent pas le même rôle dans la construction. À cet égard, la collaboration de la ville de Strasbourg au projet de la cité-jardin d’Ungemach en 1923 nous semble plutôt poursuivre le dynamisme municipal inauguré durant la période allemande, avec la création de la cité du Stockfeld en 1909, que signaler des pratiques municipales courantes en France. Bien qu’émanant d’une fondation privée initiée par le responsable d’une fabrique de bonbons et de chocolats, Léon Ungemach, le projet reposait en effet sur un contrat conclu entre le maire de la ville et cette même fondation. Ce contrat accordait un rôle important à la municipalité dans l’exécution de l’opération : il prévoyait notamment que la ville aménagerait et viabiliserait un terrain concédé à la fondation en fermage jusqu’en 1950150. Outre que le maire de Strasbourg, le médecin de la ville et le doyen de la faculté de droit de l’université de Strasbourg siégeaient au conseil d’administration de la fondation, l’influence municipale se manifestait également à travers le mode de gestion singulier de cette cité. La cité avait en effet pour vocation de « servir la construction d’habitations à bon marché à des fins nettement eugéniques ». L’application de ce programme social justifiait la visite annuelle de la commission municipale du logement chargée d’attester le bon état hygiénique du logement mais aussi la fécondité des familles. Outre le médecin de la ville de Strasbourg, le maire faisait lui aussi partie de cette commission de contrôle151. Cet exemple d’immixtion municipale dans la construction, la gestion et la vie quotidienne d’une cité faisait néanmoins exception. Les municipalités françaises intervenaient d’ordinaire dans la construction par le biais des Offices municipaux d’habitations à bon marché. À l’évidence, les projets des Offices municipaux répertoriés par Henri Sellier dans Les banlieues urbaines et la réorganisation du département de la Seine ne rivalisaient pas avec les Offices départementaux, ni surtout avec la grande opération lancée par l’Office du département de la Seine. Les Offices départementaux relayaient d’ailleurs fréquemment les municipalités dans la construction, comme ce fut par exemple le cas dans le Calvados152.

  • 153 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1012.
  • 154 Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handbuch des Wohnungsw (...)

87Étant donné l’action primordiale des Offices départementaux et notamment de l’Office du département de la Seine après-guerre, il faut donc, pour comparer le mode d’intervention des collectivités publiques dans la construction des cités-jardins de part et d’autre du Rhin, s’interroger sur les différences de statut et d’organisation que présentent Offices en France et Sociétés de construction en Allemagne, qu’il s’agisse des Sociétés par action ou des Sociétés à responsabilité limitée. La nature des tâches accomplies par ces différents promoteurs « publics » révèle des similitudes. Intéressés à la réalisation d’une œuvre d’utilité générale, ils renonçaient dans un cas comme dans l’autre à réaliser des profits. Ils poursuivaient par ailleurs un objectif semblable : construire des logements pour une population défavorisée. Henri Sellier, en décrivant les Offices comme des « institution(s) responsable(s) et qualifiée(s) » qui « se rapproche(nt) singulièrement du type d’exploitation de services publics que les socialistes ont toujours préconisé sous le qualificatif de “régies autonomes”153 », semblait lui-même tisser un lien entre les Offices et les Sociétés auxquelles, dans le système des régies autonomes, les collectivités publiques déléguaient un certain nombre de tâches. Les Offices tout comme les Sociétés relayaient en effet les collectivités locales, municipalités ou département, qui n’intervenaient pas directement dans la construction. L’introduction d’un organisme paravent permettait dans les deux cas de neutraliser les jeux d’influences politiques et de pouvoir, ainsi que les déroutes d’une administration dont l’inefficacité était déplorée de part et d’autre du Rhin. Notons que des arguments similaires furent avancés pour justifier la création des Sociétés financières en Allemagne154.

  • 155 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 209-215.
  • 156 Voir acte de fondation de la Société à responsabilité limitée, Gemeinnützige Siedlungs-Gesellschaft (...)
  • 157 Hildegard Kösters, « Kommunale Wohnungspolitik in der Weimarer Republik », in : Wolfgang Hofmann, G (...)
  • 158 Renate Amann, Barbara von Neumann-Cosel, Wohnreform in Magdeburg. 85 Jahre Gartenstadt-Kolonie Refo (...)
  • 159 « Auszug aus dem Geschäftsbericht 1926 », Arch. Gemeinnützige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Ko (...)

88Malgré ce profil apparemment symétrique, ces institutions avaient des statuts très différents. Alors que les Sociétés par action étaient des organismes commerciaux relevant du droit privé, les Offices étaient caractérisés comme « des établissements publics » menant une mission de service public155. Cette différence se répercute aussi sur l’organisation financière de ces institutions. Si les sociétaires portaient une responsabilité à concurrence de leur participation financière, l’Office ne pouvait faire faillite. Ces nuances de statut se décalquèrent également sur leur composition. La Société à responsabilité limitée était dirigée par un conseil d’administration sous l’autorité d’un président, dont la composition reflétait l’équilibre des contributions financières. Ainsi, la ville et les industriels de la région de Dessau comptaient parmi les principaux sociétaires de la Société de construction à responsabilité limitée créée pour construire une cité-jardin dans la périphérie industrielle de Dessau et ils se partageaient par ailleurs les postes du conseil d’administration156. Bien sûr, ce mode de financement, s’il influait sur la composition du conseil d’administration, intervenait dans la nature des décisions et déterminait l’orientation de la politique du logement. Après la guerre, la création, par la ville d’Altona, d’une Société par actions, la Heimag, met au jour le jeu des investissements financiers dans l’équilibrage des pouvoirs de décision. En 1920, en pleine inflation, alors que la Heimag était au bord de la faillite, la ville d’Altona investit des fonds de rescousse. Elle gagna ainsi une influence de plus en plus grande au sein de la Société si bien qu’en 1922 les constructions réalisées échurent à la ville157. Un autre exemple est offert par la reprise du projet de construction de la cité-jardin de Magdebourg en 1919. La coopérative de construction Reform qui avait posé les premiers murs de la cité n’intervenait plus seule dans la construction. L’installation d’une municipalité social-démocrate à Magdebourg en avril 1919 facilita la promotion d’un nouveau type d’organisation : un organisme central, Verein für Kleinwohnungswesen, créé en 1920, englobait alors diverses coopératives de construction, dont Reform, la Société coopérative à l’origine de la cité. Il faisait également office de comptoir des matériaux et se chargeait de centraliser les commandes de matériel158. La municipalité, qui collaborait financièrement à l’entreprise, intervenait aussi dans son fonctionnement. Cette contribution financière lui octroyait une marge de contrôle sur la gestion des cités, et notamment la cité Reform, à la hauteur de ses contributions : la ville exerçait en effet un droit de regard sur le choix des locataires, la coopérative n’ayant le droit de sélectionner librement qu’1/6 des locataires159.

  • 160 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 104.

89Les Offices, quant à eux, étaient aussi structurés par un conseil d’administration dont étaient issus un bureau, différentes commissions consacrées aux attributions variées des Offices, un président, un secrétaire général ainsi qu’un administrateur-délégué160. La composition du conseil d’administration était néanmoins fixée à l’avance selon des règles claires : ainsi, le conseil de l’Office du département de la Seine était composé pour 1/3 de membres nommés par le Conseil général, pour 1/3 de membres nommés par le préfet, et pour le dernier 1/3 de représentants des comités de patronages des HBM, des Sociétés de secours mutuels, des coopératives et Sociétés de construction, de représentants de l’Union des syndicats du département et enfin de deux membres choisis parmi les locataires des bâtiments gérés par l’Office. Ce découpage stable témoignait d’une répartition des pouvoirs et des compétences qui n’était pas forcément tributaire du poids des investissements financiers. Ces investissements d’ailleurs pouvaient aussi bien provenir de dons, de legs, de dotations, de subventions que de crédits garantis par l’État.

  • 161 Internationales Arbeitsamt, Die Wohnungsprobleme Europas nach dem Kriege, Studien und Berichte Reih (...)
  • 162 Susanna Magri, Christian Topalov, « "Reconstruire" : l’habitat populaire au lendemain de la Premièr (...)
  • 163 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1189.

90Ainsi, l’Office revêtait plus la forme d’un organisme administratif sous la tutelle de la puissance publique que la Société de construction qui, en dehors de toute visée lucrative, demeurait au contraire une entreprise commerciale. Les Sociétés de construction apparaissent effectivement comme le prisme d’une convergence d’intérêts qui liaient entre eux différents partenaires. Le type de financement qui soutenait ces modes d’intervention ainsi que la nature commerciale des Sociétés révèlent une conception de l’incitation publique fondée sur l’idée de partenariat. L’introduction d’un impôt dans les entreprises employant plus de 20 personnes en Prusse pour financer la construction semble offrir un autre exemple de cette conception particulière de l’action publique dans la construction. Cet impôt réglé par le §9 de la loi sur les impôts communaux, Kommunal­abgabengesetz, prévoyait que les industriels employant plus de 20 personnes puissent être contraints à participer financièrement à l’effort municipal de construction161. Cette contribution financière était posée comme condition préalable à la promotion du logement ouvrier par les municipalités. Ainsi, à nouveau, l’aide publique à la construction était soumise au principe de collaboration et à la coordination des efforts. Il ne semble pas anodin que la commission présidée par Loucheur à partir de mars 1920162 ait d’abord envisagé puis rejeté l’introduction d’un tel système en France : le projet de lever une majoration de 1 % sur les salaires versés par les employeurs pour financer la construction avait été abandonné sous prétexte qu’une « œuvre de solidarité nationale » ne pouvait être « supportée par certaines catégories de citoyens » seulement, mais par la « collectivité163 » dans son ensemble. Le décalage qui apparaît ici entre les deux pays semble révélateur d’une mise en œuvre très différente de l’interventionnisme public dans la construction. Il faut, pour saisir la portée d’un argumentaire qui en France invoque l’effort collectif, mentionner les conceptions du « service public », fondées sur l’idée de la solidarité sociale et de la coopération, élaborées à la même époque par les juristes français. La « coopération des services publics », trait constitutif de la définition de l’État, fut effectivement posée comme une condition indispensable à la réalisation de la solidarité sociale. Une correspondance était ainsi supposée entre le maintien de la cohésion sociale et l’organisation des services publics selon le principe de la coopération :

  • 164 L. Duguit, Traité de droit constitutionnel, t. 2, Fontemoing, 1928, p. 59-66, cité par : Jacques Ch (...)

L’État n’est pas (…) une puissance qui commande, une souveraineté ; il est une coopération de services publics organisés et contrôlés par des gouvernants. (…) On apercoit dès lors la notion de service public : c’est toute activité dont l’accomplissement doit être assuré, réglé et contrôlé par les gouvernants, parce que l’accomplissement de cette activité est indispensable à la réalisation et au développement de l’interdépendance sociale (…)164.

91La manière dont se manifesta en Allemagne l’implication des pouvoirs publics dans la construction s’inscrit dans la logique de partenariat qui gouvernait l’organisation de la maîtrise d’ouvrage au sortir de la guerre. Face à des modèles si tranchés entre la France et l’Allemagne, il y a lieu de se demander quelles furent les conséquences de ces formes d’organisation sur la réalisation des cités, notamment sur l’agencement de l’espace et le projet social qu’il cristallisait.

2. L’organisation de la maîtrise d’ouvrage et la division de l’espace

Construire pour les populations « défavorisées » : les bénéficiaires de la construction publique

  • 165 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 646. Citation : p. 628.
  • 166 Ibid., p. 255
  • 167 Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handbuch des Wohnungsw (...)
  • 168 Voir la plaquette de présentation de la cité Hohe Lache à la périphérie de Dessau: Die Siedelung Ho (...)

92En France comme en Allemagne, les collectivités publiques entendaient répondre à la demande accrue de logements au retour de la paix par la construction de cités-jardins. Alors que le marché du logement était déséquilibré par les flux migratoires et la précarisation de nombreuses catégories sociales, le « problème de l’habitation » touchait désormais de larges pans de la population. En théorie, les cités-jardins de la couronne parisienne étaient donc ouvertes « aux travailleurs de toutes classes », c’est-à-dire aux ouvriers, mais aussi aux employés de l’industrie ou de la fonction publique, aux professions intellectuelles, artistiques, libérales et même aux travailleurs agricoles165. La distribution équilibrée des cités-jardins sur le territoire de la banlieue parisienne reflète à cet égard l’ampleur de l’effort social imparti à l’Office – Ill. 24. Sellier n’a pas concentré les cités-jardins dans les zones d’habitat déjà denses dont l’aménagement était en grande partie insalubre mais les a plutôt réparties de manière équilibrée entre les régions industrialisées (par exemple aux alentours de Saint-Denis) et les zones encore rurales (par exemple autour de Châtenay-Malabry). Il abordait donc l’aménagement de la périphérie parisienne comme un problème d’ensemble, dans une visée d’« aménagement rationnel ». Dans cette perspective, Sellier qualifiait les cités-jardins projetées de « types d’organisation166 » qu’« un certain nombre de formules » contribuait à identifier. Ce n’était donc pas un type particulier d’occupation sociale mais un certain mode d’aménagement qui caractérisait à ces yeux les nouveaux centres urbains. En Allemagne aussi, les cités-jardins promues par les pouvoirs publics étaient de manière générale destinées à loger les catégories défavorisées sans distinction et ne s’ouvraient pas aux seuls ouvriers. Pour pouvoir prétendre à la qualification d’utilité publique – gemeinnützig –, ces opérations devaient en effet profiter à la collectivité167. Dans cette perspective, les habitants des cités-jardins étaient recensés sous l’étiquette de « populations peu fortunées », dont l’indétermination offrait l’avantage de ne cibler aucune catégorie en particulier168.

  • 169 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 646

93Dans l’après-guerre, la cité-jardin fut donc conçue en vue de la cohabitation harmonieuse de populations d’origines et de professions variées. La mise en œuvre de ce programme répondait néanmoins à diverses logiques. Ainsi, la distribution sociale des cités-jardins du département de la Seine était pour partie réglée selon des critères géographiques. Malgré les positions de principes affichées par Sellier, chacune des cités-jardins du département de la Seine ciblait apparemment un groupe social déterminé. Dans l’idée des architectes André Arfvidson, Joseph Bassompierre et Paul de Rutté, la cité de Malabry devait accueillir les horticulteurs et pépiniéristes de la contrée, les employés des administrations publiques et privées et les petits fonctionnaires169. La cité du Plessis-Robinson était, elle aussi, plutôt prévue pour loger les représentants des classes moyennes, petits fonctionnaires, professeurs, employés de bureau des administrations publiques et privées :

  • 170 Ibid., p. 266-267.

qui ont l’habitude de demeurer assez loin de leur centre de travail, qui déjeunent à Paris, commencent assez tard dans la matinée et sont libres, le soir, à des heures qui leur permettent de supporter un assez long parcours avant de rentrer dîner à la maison170.

  • 171 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 268.
  • 172 Ibid., p. 673.

94Le faubourg-jardins de Stains fut conçu pour des ouvriers non qualifiés à salaires relativement bas171, tandis que la cité de Suresnes devait héberger les ouvriers de la région de Puteaux « qui obtiennent en général des salaires élevés172 », et qu’à Champigny on entendait loger « les travailleurs des chemins de fer ».

  • 173 Ibid., p. 646.
  • 174 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, thèse de doctorat soutenu (...)

95Le programme des cités-jardins de la couronne parisienne envisageait donc la distribution sociale des cités en fonction de critères sociaux et géographiques. Ses concepteurs démarquaient distinctement la catégorie des ouvriers de celle des employés auxquels étaient attribués des modes de vie distincts, rythmés par des emplois du temps décalés : au contraire des employés, les ouvriers, dont la journée horaire de travail était plus longue et plus concentrée, devaient loger à proximité de leur lieu de travail173. Ainsi, il apparaît clairement que les cités de Suresnes et de Stains furent construites pour loger les employés des entreprises industrielles alentour et éviter l’habitat en garnis. Dans les cités-jardins au Sud de Paris, on privilégia en revanche plutôt les « petits salariés ». La distribution géographique décalquait donc aussi des différences sociales. Il arriva néanmoins que la spécialisation sociale des cités envisagée par les architectes fût déjouée par des facteurs géographiques. Ainsi, la cité de Stains174, conçue à l’origine pour des ouvriers non qualifiés à salaires modestes, accueillit certes les ouvriers et employés des usines à gaz de Saint-Denis, mais aussi « un assez grand nombre de fonctionnaires d’administrations publiques ou de Sociétés concessionnaires », alors « qu’un grand nombre d’ouvriers travaillant dans le centre ont dû renoncer à venir y habiter ».

  • 175 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 673
  • 176 Ibid., p. 288

96À la logique sociale et professionnelle qui guidait l’affectation des cités se superposait aussi un facteur écologique. Le cadre « agréable » et champêtre de la cité de Suresnes, mais aussi le « voisinage des plus beaux quartiers de Paris », prédisposait par exemple à la sélection d’une clientèle « d’habitants particulièrement intéressants175 ». Ce sont des arguments similaires qui déterminèrent à Malabry un habitat consacré aux employés, aux petits fonctionnaires et aux professions intellectuelles ou artistiques qui par l’agencement de leur emploi du temps, avaient le loisir, à la différence des ouvriers, de goûter aux plaisirs de la nature. Ce ne sont pas seulement les modes de vie qui motivaient la sélection sociale des cités-jardins. Elle répondait également à la logique de ségrégation à laquelle Sellier procéda dans le projet des cités-jardins du département de la Seine pour « éloigner dans une certaine mesure des cités ouvrières, à famille nombreuse, forcément tumultueuse » les « travailleurs de la pensée176 ».

  • 177 Nous nous référons dans le cadre de ce travail au plan de 1933 : il présente certes un état avancé (...)
  • 178 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 25.
  • 179 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit., p. 119-120. À p (...)
  • 180 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 710.

97La catégorisation sociale qui gouvernait le projet d’aménagement de la couronne parisienne reposait donc sur l’anticipation des conduites et des modes de vie. L’aménagement des cités répondait aussi à une logique de hiérarchisation sociale. Le plan de la cité de Suresnes177, ainsi que celui de Stains, décrit par exemple la marginalisation de ceux qui étaient stigmatisés comme indésirables ou perturbateurs. En effet, un édifice projeté dès 1926 pour l’« hébergement des sans-abris » – Ill. 32 – fut érigé à l’une des extrémités de la cité de Suresnes. À la lecture de l’article de la revue Urbanisme178 qui en 1935 évoquait l’immeuble « conçu de façon à éviter les dépenses onéreuses d’entretien » pour loger « les familles, souvent nombreuses, qui ont révélé une éducation sociale douteuse et qui ont besoin d’être observées et améliorées avant d’être introduites dans un milieu normal », il est aisé de s’imaginer que ce bâtiment faisait office de « sas » où l’on logeait les zonards issus des garnis, le temps qu’ils soient acclimatés aux règles de la sociabilité urbaine. La frontière entre marginalisation et exclusion était en réalité très mince. Ainsi, Berthe Leymarie179, collaboratrice d’Henri Sellier à l’Office public des HBM du département de la Seine, chargée, en qualité d’« infirmière visiteuse » – statut précurseur de celui d’assistante sociale institué en 1946  – de juger du bon développement hygiénique, médical et social des cités, observait, à travers un prisme darwinien, la frange de « locataires de meublés et garnis ou de taudis, chargés d’enfant que l’on hésite à mettre en cité, présumant comment ils s’y comporteront ». Elle évoquait le projet de l’Office de procéder au « filtrage » de ces « indésirables » en les parquant dans une « construction spéciale ». À propos de ceux qui, parmi ces locataires, ne se laissaient pas éduquer aux valeurs d’hygiène et de moralité, Leymarie concluait, selon cette même logique d’exclusion darwinienne, qu’ils « s’élimineraient d’eux-mêmes ». À Stains aussi, on constate un cloisonnement social des quartiers : les villas sont séparées des blocs de petits immeubles. Ces derniers étaient destinés à abriter des populations jusqu’alors « nomades180 » pour les éduquer à un mode de vie stable avant de leur confier une maison aménagée avec tout le confort et tout l’agrément que doit comporter l’habitation individuelle telle que la conçoit l’Office.

Ill. 25 - Gonnot et Albenque, plan de la cité Stains

Ill. 25 - Gonnot et Albenque, plan de la cité Stains

98Ceux dont on pensait qu’ils n’étaient pas encore intégrés « socialement » étaient distingués du reste de la population à double titre : d’une part, par leur position géographique dans la cité et d’autre part, par le mode d’habitat qui leur était réservé, le petit immeuble collectif. Les familles nombreuses notamment, décriées pour leur mode de vie bruyant et désordonné, étaient fréquemment logées en retrait, comme ce fut le cas à Stains par exemple – Ill. 25. Cette marginalisation dans l’espace apparaissait aussi comme une forme déguisée de stigmatisation. Berthe Leymarie notait par exemple le contraste qui opposait la partie de la cité de Drancy occupée par les familles nombreuses et la seconde où :

  • 181 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit., p. 117.

(…) l’aspect des maisons est plus agréable, le jardin mieux entretenu (…), l’intérieur des logements y est plus soigné et rares sont les disputes entre locataires. Cela se conçoit aisément car presque toutes les incartades ont pour cause les enfants181.

  • 182 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 7-8.

99La composition sociale des cités allemandes construites sous l’impulsion des collectivités publiques révèle aussi, malgré l’hétérogénéité affichée, une stratification de la population. Cette stratification ne répondait néanmoins pas à la logique presque scientifique qui gouvernait la compartimentation sociale des locataires de l’Office. La cité Hohe Lache, aménagée dans les environs de Dessau pour les populations défavorisées de la ville et du district, regroupait a priori un large échantillonnage de catégories professionnelles : fonctionnaires, employés, ouvriers, travailleurs indépendants voire représentants des professions libérales et artisans182. À la vue du plan de la cité – Ill. 29, on est frappé que l’aménagement apparemment très centralisé de la cité en 1921 s’accommode néanmoins d’une segmentation selon des zones de bâtis clairement délimitées. Le secteur A est composé d’une longue chaîne de maisons doubles dont se démarquent au milieu deux villas aménagées en retrait et visiblement plus cossues.

Ill. 26 - Les deux villas à l’entrée de la cité Hohe Lache, Dessau

Ill. 26 - Les deux villas à l’entrée de la cité Hohe Lache, Dessau
  • 183 Ibid., p. 6.
  • 184 Ibid., p. 14.
  • 185 Ibid., p. 16.

100Ces deux bâtiments signalent l’entrée d’une allée qui conduit au « centre » de la cité : une place polygonale bordée de maison en rangées – secteur B. Cette place se resserre à l’autre extrémité sur une rue également flanquée de maisons accolées, Am Winkel – secteur C. Il est à noter que la disposition des maisons octroie à cette rue les qualités urbaines d’une place. C’est à nouveau une place cette fois « ouverte » qui occupe l’autre extrémité de la cité – secteur D – et introduit une rue longée de bâtiments collectifs construits en « zigzag » qui abritent plusieurs appartements– secteur E. À ce principe de segmentation spatiale fondé sur la composition du bâti se superposait une seconde logique de distinction sociale. À y regarder de plus près, ce principe de partition de l’espace se calquait aussi sur l’organisation de la maîtrise d’ouvrage. La Société de construction dont la ville de Dessau encouragea la création associait en effet différents partenaires : la municipalité avança elle-même un fonds de 300 000 Mark et fournit le terrain, le district s’impliqua en octroyant 200 000 Mark tandis que les industriels contribuèrent à l’opération par un investissement de 300 000 Mark183. La répartition du financement se répercuta sur le découpage de l’espace : ainsi, si les segments du Waldweg et du Achtweg – segment A et B – furent financés par les fonds de la ville, de l’État de Saxe et du Reich, les maisons en rangée de la rue Am Winkel – segment C – qui abritaient les populations les plus modestes ne bénéficièrent que du financement municipal appuyé par des fonds privés184. Ce fut d’ailleurs la seule opération de la cité qui ne fut pas déléguée à une société de construction, mais dirigée par la ville elle-même. Les bâtiments plus confortables qui longeaient l’autre côté de la rue – maisons en rangée de six et maison individuelle – profitèrent quant à eux de financements plus élevés fournis par la municipalité, mais aussi par l’État et le Reich. L’édification des deux villas les plus cossues de la cité, plantées à l’entrée, fut soutenue par les capitaux d’une entreprise de la région. Les maisons de la rue Hohe Lache – secteur E – furent financées par les fonds publics et les investissements de l’industrie qui négocia en échange des conditions de logement privilégiées pour son personnel185. Le démarquage des différents quartiers répondait donc moins à un programme social fixé à l’avance qu’il ne suivait la logique économique et ne reflétait surtout les modalités d’organisation de la maîtrise d’ouvrage.

101Si l’aménagement de l’espace reproduisait en France comme en Allemagne un schéma de distinction sociale, l’affectation sociale des quartiers était gouvernée par des contraintes économiques qui se répercutaient sur la distribution du bâti par secteurs : les immeubles collectifs se démarquaient des maisons individuelles réservées à une clientèle moins favorisée. La logique de la rente foncière conférait au cadre environnemental un rôle déterminant dans la séparation sociale des quartiers. À Suresnes, les maisons collectives furent disposées le long des voies les plus fréquentées alors que les maisons individuelles étaient groupées dans la zone la moins « urbanisée ». L’architecte Alexandre Maistrasse prévoyait d’ailleurs l’aménagement de « grandes villas ayant vue sur l’hippodrome », « bénéficiant d’un certain isolement et d’une magnifique vue sur le champ de courses et les collines boisées des environs » :

  • 186 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 677.

Ces habitations, plus vastes et plus luxueuses que les autres, seraient d’ailleurs louées à des prix rémunérateurs, contribuant ainsi à assurer l’équilibre financier de l’opération186.

  • 187 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 15.

102Certes, ces effets ségrégatifs s’accommodaient aussi d’une volonté réelle de décloisonner l’espace. Ainsi, on mentionnera à Suresnes la tentative de disposer au sein d’un même bloc habitat collectif et habitat individuel – voir Ill. 32. Cependant, il apparaît clairement que les jardins font écran entre les deux types d’habitat. De même dans la cité Hohe Lache, la rue Am Winkel – secteur C – groupe un habitat très modeste construit de manière rudimentaire et des maisons groupées par six, d’un standard plus élevé voire une maison isolée. Néanmoins, ces deux types d’habitat sont bâtis en vis-à-vis et non pas mélangés187. Quant à la maison isolée, elle clôt la rue.

103Fortement déterminée par la catégorisation des locataires en France, en Allemagne, la distribution spatiale des cités décalque fortement l’organisation de la maîtrise d’ouvrage. Quel fut l’impact de ces différentes logiques d’aménagement sur l’organisation de la vie sociale ?

3. Un nouveau modèle social ?

Cités-jardins et renouveau social

  • 188 Bruno Taut, Die Stadtkrone, Jena, Diederich, 1919.
  • 189 «  Die Gemeinwirtschaft für ein Wohnungsbaugesetz », in : Städtebau, 1921, p. 24.
  • 190 Hans Kampffmeyer, Wohnungsnot und Heimstättengesetz, Karlsruhe, Braunsche Hofbuchdruckerei und Verl (...)

104L’œuvre des cités-jardins qui cristallisait les espoirs de renouveau de sociétés hantées par le souvenir de la guerre favorisait, en France comme en Allemagne, le déploiement de nouvelles formes de sociabilités et de vie civique. Ces espoirs de renouveau s’exprimaient d’une manière très spécifique dans le pays vaincu, alors que la chute du régime impérial lâchait la bride à l’effervescence révolutionnaire. L’esprit utopique qui imprégnait les projets urbains développés sur la trame de l’idée de cité-jardin semble porter la trace de cette énergie révolutionnaire. Die Stadtkrone188, l’ouvrage de l’ancien architecte en titre de la DGG, Bruno Taut, portait l’empreinte de l’expérience des cités-jardins. Il décrivait le centre de la ville de l’avenir comme l’émanation de l’esprit social, sorte de variation sur le thème du sentiment communautaire développé par le mouvement des cités-jardins. La réforme du logement servit par ailleurs de terrain d’exploration à de nouvelles formes d’organisation politique. Entre 1918 et 1921, les spécialistes de l’urbain se mobilisèrent et envisagèrent la réforme du logement  sous l’angle des mutations qui affectaient aussi l’ordre social : application des principes de collectivisation, notamment par l’intervention des syndicats, à la production de logements189, socialisation des structures de promotion du logement social190 etc.

105Ces nouvelles tendances se répercutèrent en Allemagne sur la conception des cités-jardins. La neutralité politique affichée par le mouvement des cités-jardins céda le pas, après 1918, devant l’effervescence idéologique qui se cristallisait sur les projets de rénovation sociale. La cité-jardin de Magdebourg offre un exemple intéressant de cette évolution. Initiée à l’origine par une poignée de militants sociaux-démocrates, la cité-jardin fut décrite après la guerre comme une expérience socialiste. Il est vrai que la volonté de réforme démontrée par l’architecte Bruno Taut fut confortée par le maire social-démocrate de la ville, Hermann Beims. La visite du président Ebert en 1919 apparut comme un geste symbolique : elle fut pérennisée par l’exposition de son buste planté à l’entrée de la cité.

  • 191 Hans Kampffmeyer, Friedenstadt, op. cit.

106En France comme en Allemagne, le souvenir de la guerre marqua, de différentes façons, l’espace des cités-jardins. Le projet esquissé par Hans Kampffmeyer de bâtir une cité-jardin, « monument » national pour la paix, suffit à nous en convaincre191. La « forteresse » de Bruno Taut qui ouvre solennellement la cité-jardin Lindenhof à Schöneberg et accueillait les anciens combattants nous fait d’ailleurs l’effet d’un hommage rendu aux victimes du combat. Le plan de la cité-jardin de Suresnes déplie lui aussi une carte du souvenir : les noms de rue – Place Jean-Jaurès, Place de la paix, Rue de Locarno, Avenue du président Wilson, École maternelle Wilson etc. – ne pérennisent pas seulement la mémoire de l’événement, ils conjurent le maintien de la paix. C’est aussi un espoir de paix que figure la statue de Jaurès postée à l’entrée de la cité.

  • 192 « Gartendorf », in : souvenirs de Kurt Colosser rédigés par écrit, manuscrit daté de décembre 1985, (...)

107Le souvenir de la guerre ne hantait pas seulement les références symboliques, il semblait rejaillir sur la conception architecturale des cités-jardins, notamment en Allemagne. Les cités qui y furent réalisées juste après la guerre constituent un espace clos et protecteur dont la limite avec l’extérieur est clairement marquée. Souvent, l’entrée de la cité est constituée d’un porche qui conforte cette impression. En outre, l’aménagement circulaire des cités renforce l’image de la clôture. D’ailleurs, non seulement la morphologie, mais aussi les références fréquentes au Moyen Âge, à l’instar du nom de Lindenhof dont fut baptisée une cité de la périphérie berlinoise, évoquent l’image de la cité-jardin forteresse. L’Hôtel que Bruno Taut édifia dans cette cité, entre autres pour l’habitat des anciens combattants, exhibe des références à l’architecture médiévale et rappelle les portes des enceintes : il marque l’entrée dans un nouvel espace. Un des habitants qualifia même cette cité de « village-jardin »192, insistant ainsi sur l’impression de convivialité et d’intimité. À Hohe Lache, Hesse, le maire de Dessau, présenta la cité comme un lieu d’intimité pour ses habitants :

  • 193 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 9.

Ceux du dehors doivent prendre encore plus conscience que ceux de l’intérieur, ceux de la ville, qu’ils ne sont pas seulement un des engrenages dans la grande mécanique du travail, à une époque qui est celle de la machine, mais qu’ils sont – loin de l’usine, de l’atelier ou du bureau – ce qui correspond à leur destinée : des êtres humains193.

  • 194 Edith Schulze, « Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau », in : Die Wohnung, vol. II, 1927, p. 5.

108Les murs de la cité séparaient l’espace intime et le temps libre de l’univers du travail. Edith Schulze, la collaboratrice de l’architecte de la cité Hohe Lache, Theodor Overhoff, indiqua194 quant à elle que la place polygonale devait exercer sur celui qui la pénétrait un effet « saisissant » et qu’il devait avoir l’impression de pénétrer un « cloître ». Cet aménagement fermé contraste avec l’architecture des cités-jardins de la banlieue parisienne. Ainsi, à Suresnes, par exemple, l’ordonnancement classique des axes ouvre au contraire l’espace de la cité sur l’environnement urbain. La cité-jardin se présente ainsi comme une extension du noyau urbain de la vieille ville de Suresnes – Ill. 31.

Éduquer : le projet des cités-jardins s’inscrit dans la continuité du programme réformateur

109La volonté de régénérer des sociétés meurtries par l’épisode de 14-18 imprégna l’œuvre des cités-jardins : il s’agissait autant de panser les plaies que de bâtir un monde meilleur. Elle ne fut donc pas seulement conçue comme un lieu d’habitation mais aussi comme un lieu d’éducation. À cet égard, le projet des cités-jardins s’inscrivait aussi dans la continuité de la pensée réformatrice ou de l’idéologie paternaliste du XIXe siècle qui prêtait au cadre de vie le pouvoir de modeler de nouvelles conduites sociales. Ainsi, les cités-jardins fixaient le cadre d’un apprentissage des valeurs d’hygiène, de discipline, de prévoyance mais aussi de bon goût et de culture générale.

110Fidèles à l’idéologie du « milieu », les concepteurs des cités-jardins accordèrent donc, quel que soit le pays, une grande importance à la décoration de l’espace : fresques murales, ferronneries stylisées des grilles dans les écoles de la cité-jardin de Suresnes, façades agrémentées de quincailleries colorées à Suresnes, ou jeu d’harmonies chromatiques sur les façades des maisons de la cité-jardin de Magdebourg, espaces publics ponctués de sculptures.

Ill. 27 - Sculptures - Entrée de l’école, cité-jardin Suresnes

Ill. 27 - Sculptures - Entrée de l’école, cité-jardin Suresnes

Ill. 28 - École - mosaïques murales, Cité-jardin Suresnes

Ill. 28 - École - mosaïques murales, Cité-jardin Suresnes
  • 195 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 34.

111Mais on prêta aussi à l’environnement naturel la fonction de transmettre aux habitants des valeurs d’ordre : dans la cité-jardin de Suresnes comme dans celle de Lindenhof à Schöneberg, les cours de jardinage, l’aménagement de jardins « scolaires » participaient de la nouvelle pédagogie appliquée dans la cité-jardin195.

  • 196 Règlement de la cité-jardin de Suresnes, documentation non classée de l’Office public des HLM de Su (...)

112Dans les deux pays, la mise en œuvre de cette pédagogie opérait selon un ordre structuré par des règles anonymes fixées par le règlement de la cité. Ces règlements ordonnaient la vie quotidienne en soumettant ses différents aspects à des normes strictes. Le rappel des principes d’hygiène était prédominant, quelle que soit la cité-jardin concernée. On n’est donc pas étonné qu’un paragraphe concerne aussi bien à Suresnes qu’à Magdebourg, l’entretien des appareils d’eau196. Le règlement de la cité-jardin de Suresnes s’ouvrait d’ailleurs par des mises en garde sanitaires :

i. S’essuyer les pieds sur les paillassons des vestibules avant de s’engager dans les escaliers
ii. Ne cracher ni dans les passages, ni dans les escaliers, ni sur les paliers. C’est une précaution imposée maintenant par tous les règlements sanitaires ; elle a pour objet d’éviter la propagation des maladies conta­gieuses, notamment de la tuberculose.

  • 197 Réglement de la cité Lindenhof « Hausordnung », Cité Lindenhof, Ursula Pasche, classeur A-F, Arch. (...)

113Les règlements en vigueur dans les cités-jardins allemandes et françaises présentent à cet égard de nombreux points de similitude : ainsi, le premier alinéa du règlement de la cité Lindenhof insiste sur la nécessité de signaler à la coopérative l’infestation des locaux par des parasites197. Tout comme le règlement de la cité de Suresnes, il interdit de secouer tapis et couvertures dans les escaliers ou sur les paliers. Mais, alors que le règlement de Suresnes incite les habitants à les secouer par les fenêtres, le règlement de Lindenhof est encore plus restrictif et assigne des emplacements réservés à cet usage. Le règlement de la cité-jardin de Magdebourg est lui aussi gouverné par le souci du respect des règles d’hygiène. Le premier alinéa rappelle les règles de compostage des déchets.

114Ces règlements préconisaient en outre une discipline de vie en ordonnant l’usage des espaces de la cité suivant leur fonction : à Suresnes, il est par exemple précisé que bicyclettes et poussettes sont garées dans des locaux spécifiques, à Lindenhof, c’est dans les cages d’escalier. La détermination des espaces en fonction de leur usage trace des frontières claires entre espace privé et communautaire : à Suresnes, il est rappelé par exemple que la porte de l’appartement devra être fermée, à Lindenhof, on interdit le dépôt d’objets dans les couloirs et les cages d’escalier.

  • 198 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 51.
  • 199 Ibid., p. 21.
  • 200 Ibid., p. 31.
  • 201 Ibid., p. 33-34; p. 38.
  • 202 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 22.

115C’est l’école qui fut le relais principal de la pédagogie exercée dans les cités-jardins de la couronne parisienne. On en tiendra pour preuve les brochures consacrées aux écoles des cités-jardins, le nombre important de bâtiments scolaires dans la cité-jardin de Suresnes, l’ordonnancement monumental des édifices scolaires à l’intérieur des cités – Ill. 27. On tenta même une expérience pilote avec la réalisation d’une école de plein air à Suresnes, décrite comme « l’école de l’avenir198 ». L’institution scolaire prenait en effet en charge tous les aspects de la pédagogie définie en France par les concepteurs des cités-jardins : lieu d’apprentissage de l’hygiène199, mise en valeur par un décor architectural spécifique200, l’école était avant tout perçue comme le vecteur d’une nouvelle éducation destinée à remodeler les formes sociales. Ainsi, de nouveaux principes éducatifs y furent expérimentés, favorisant respect et sagesse et développant l’enseignement de nouvelles pratiques201 – enseignement ménager, travaux manuels, « leçon de choses » fondée sur l’observation de la nature. Lieu de l’ordre, elle servait de courroie de transmission du modèle de sociabilité que l’on tentait alors d’introduire dans les cités-jardins. L’école, comparée aussi à un « jardin, la serre où la fleur de l’enfance poursuit son épanouissement202 », semblait donc parfaitement adhérer à l’esprit qui avait gouverné la réalisation des cités-jardins du département de la Seine. L’importance accordée à l’école dans l’architecture des cités-jardins nous signale aussi la place nouvelle accordée à l’enfant dans la stratégie réformatrice. Ainsi, sur les quatorze alinéas du règlement de la cité-jardin de Suresnes, quatre concernent les enfants et le rappel des principes de bonne conduite à leur inculquer. Certes, Suresnes logeait les familles nombreuses. Les enfants ne sont néanmoins pas mentionnés avec une telle insistance dans les règlements des cités-jardins allemandes. Tout nous porte à croire que la réforme visée par le projet des cités-jardins du département de la Seine accorda un statut particulier à l’enfance. L’école ne transmettait pas seulement des savoirs, elle favorisait aussi l’épanouissement des principes de la réforme sociale :

  • 203 Ibid., p. 21.

(…) laisser prendre à l’enfant une nourriture saine, dont la préparation servira d’exercice pratique à l’enseignement ménager ; la cantine scolaire est complétée par la colonie de vacances203.

  • 204 Ibid., p. 38 : « (…) mais si la mère n’est plus là, ou si parfois elle est indigne, l’enfant retrou (...)
  • 205 Ibid., p. 56.
  • 206 Archives du Musée social, documents de la Section d’hygiène urbaine et rurale, boîte 5, E.6 « Docum (...)
  • 207 Archives CUS, 99 MW 171, Commission municipale du logement, relevés des notes et 99 MW 166, Gérance (...)

116Elle était décrite comme une sorte d’institution polymorphe qui parait aux défaillances des familles204, prenait en charge les enfants pendant que les parents travaillaient de manière à les « soustraire aux dangers de la rue205 » et faisait autant office de lieu de plaisir que de discipline. Cette attention portée à l’enfance s’inscrivait dans la stratégie d’action réformatrice aux lendemains de la guerre : sorte de courroie de transmission entre la famille et les institutions publiques, il incombait à l’enfant la tâche de diffuser les valeurs réformatrices parmi ses proches. Ainsi, l’Union des grandes associations françaises pour l’essor national visait de manière symptomatique, dans son projet de campagne contre les fléaux sociaux206, « "l’Éducation d’hygiène sociale" de l’enfant, au double point de vue de son instruction personnelle et de l’influence sur ses parents ». Elle prévoyait à cet effet de distribuer dans les salles de classe les tracts élaborés par les réformateurs, de les proposer en guise de dictée et de lecture et d’en confier des exemplaires aux élèves « pour qu’ils les fassent lire à leur parent ». Ce souci des enfants, de leur éducation et de leur bien-être doit être lu aussi comme la conséquence de la saignée provoquée par la guerre et de la chute considérable de la natalité qu’elle avait entraînée. La réalisation de la cité Ungemach à Strasbourg constitue à cet égard un cas extrême qui met en lumière comment l’effort réformateur fut mobilisé dans la mise en œuvre d’une politique démographique. Conséquence de la vocation eugénique prêtée à la cité, l’aménagement des maisons « judicieusement adaptée(s) aux besoins des mères de famille » fut conçu pour encourager la fécondité des familles. Étaient exclues de ce cadre « tranquille et pittoresque », celles dont la fécondité ne répondait pas aux attentes de la Fondation définies en accord avec la Commission municipale du logement207.

  • 208 Ce fut le cas dans la cité Lindenhof : Der Lindenhof fut publié à partir de 1925. Der Falkenberg fu (...)
  • 209 Voir par exemple V. Hähnlein, « Wohnungspflege », in : Der Lindenhof, n°2, 1925.

117L’édifice scolaire ne fut pas tant mis à l’honneur dans l’aménagement des cités-jardins allemandes : aucun ne fut construit à Magdebourg, le plan de la cité-jardin Hohe Lache n’en prévoyait pas non plus. L’école de la cité Lindenhof fut construite un peu en retrait par rapport au reste de la cité – Ill. 33. Il ne faudrait pas en conclure que l’éducation fut moins valorisée par le programme social des cités-jardins allemandes. Si l’éducation passait par le relais d’infrastructures en France, il nous semble que d’autres courroies de transmission furent privilégiées en Allemagne. L’organisation des habitants en coopérative favorisait en effet d’autres formes de sociabilité : on évoquera notamment l’édition fréquente d’un petit journal208. Les articles publiés transmettaient ainsi les règles et principes209 inculqués dans les écoles des cités-jardins françaises ainsi que les règles de bonne conduite. La différence qui apparaît dans l’exercice de la pédagogie en France et en Allemagne montre que l’éducation n’était pas seulement conçue comme la transmission de savoirs ou de valeurs, mais aussi comme l’apprentissage d’un nouveau modèle social. C’est rappeler qu’un aspect essentiel de la pédagogie des cités-jardins visait aussi bien en France qu’en Allemagne à promouvoir un mode d’urbanité : à façonner un mode de vie « urbain » aussi bien qu’à valoriser un nouveau type de sociabilité.

La cité-jardin et le modelage d’une nouvelle culture urbaine

  • 210 D. B. Wehl, « Industrielle Innenkolonisation in der Schweiz und Deutschland », in : Städtebau, n°16 (...)
  • 211 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, op. cit., p. 132.

118De nombreux locataires des cités-jardins étaient en effet encore pétris d’habitudes « rurales ». En Allemagne, l’« acculturation » d’une population d’origine rurale, son adaptation à un mode de vie urbain, étaient définies comme un des enjeux de la politique du logement. L’architecte Wehl qui évoquait la construction des cités-jardins dans un article de la revue Städtebau rappelait que la guerre avait provoqué un mouvement d’exode rural et que la tâche des réformateurs consistait aussi à « éduquer ces populations fraichement urbaines à de meilleures mœurs dans leur façon d’habiter210 ». Gérard Noiriel rappelle que l’afflux de population dans les banlieues déclenché par la guerre provenait du monde rural211. La cité-jardin fut effectivement perçue par les concepteurs du projet d’aménagement de la région parisienne comme un lieu d’adaptation à un nouveau mode d’habiter. Berthe Leymarie rappelait que :

  • 212 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 58.

(…) les habitants des cités-jardins proviennent des quatre coins du département de la Seine, on pourrait même dire des quatre coins de la France, puisqu’il suffit de deux ans de résidence dans le Département pour pouvoir bénéficier d’un logement212.

  • 213 Voir modèle de bail in : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1136.
  • 214 « Haus- und Gartenordnung », §9, Arch. de la Coopérative Gemeinnützige Wohnungsgenossenschaft Garte (...)
  • 215 Engagement de location, commune de Suresnes, exemplaire de l’Office public des HLM de la ville de S (...)
  • 216 Der Lindenhof, n°1, août 1925. La fête des vendanges est toujours en usage à Suresnes.

119La cité-jardin servait de vecteur à l’apprentissage de la vie « urbaine » à ceux dont les conduites étaient encore imprégnées des habitudes de la campagne ou déformées par la vie dans les taudis, comme le suggère la construction de l’Hôtel des sans-abris de Suresnes. La réglementation stricte, à laquelle fut soumis l’usage des jardins, manifeste la volonté « d’apprivoiser » ces habitudes. Le règlement de la cité-jardin de Magdebourg rappelle à cet effet qu’il est interdit « de scier, de couper du bois, de réduire les briques de charbon sur le sol des logements ». Une restriction identique est imposée par les baux de location en usage dans les cités-jardins gérées par l’Office du département de la Seine213. L’élevage d’animaux à des fins commerciales était aussi prohibé. En Allemagne, il était précisé que seul le menu bétail était accepté dans l’enceinte de la cité214. À Suresnes, le bail de location interdisait la présence d’animaux aussi bien dans la maison que dans le jardin215. Ainsi, la cité-jardin permettait l’adaptation en douceur de populations issues de l’exode à un mode d’habiter urbain. Les fêtes qui y avaient cours perpétuaient certains rites qui avaient rythmé la vie des champs216. La réglementation des jardins encadrait néanmoins ces habitudes rurales dans des limites strictes.

  • 217 Lettre de Paul Benser au maire de Dessau datée du 5 mai 1919, série SG-24, Arch. municipales de Des (...)
  • 218 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 166-170.
  • 219 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., resp. p. 647 et p. 743.

120La culture du jardin semble cependant avoir été plus développée dans les cités-jardins en Allemagne qu’en France. Elle fut conçue juste après la guerre comme un instrument essentiel à la subsistance quotidienne, d’autant plus que le blocus perdurait toujours217. Dans les cités-jardins du département de la Seine, le jardinage, prenait plus l’allure d’un loisir récréatif utile à l’embellissement de la cité et à la mise en œuvre du projet réformateur218. Le projet d’aménager des marchés en plein-air à Châtenay et à Stains, par exemple, suggère effectivement que la culture des jardins était peut-être seulement considérée comme une ressource d’appoint219.

  • 220 Sur les mutuelles de loyer : Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Par (...)

121L’apprentissage de l’urbanité véhiculait aussi, on s’en doute, de nouveaux modes de sociabilité. L’institution d’associations et de mutuelles à l’intérieur des cités-jardins françaises, l’organisation fréquente des habitants des cités-jardins allemandes sous forme de coopératives, servaient à promouvoir la cohésion communautaire des locataires. Ainsi, dans les cités-jardins du département de la Seine, l’Office incita l’institution de mutuelles de loyer de manière à inculquer aux locataires le sens de l’entraide et de la solidarité220 ; il suscita aussi le développement d’initiatives culturelles et festives parmi les locataires. Ces initiatives néanmoins furent caractérisées par l’ancienne « visiteuse » sociale des cités-jardins, Berthe Leymarie comme « minimes » :

Ainsi que nous l’avons vu, de grands mouvements d’ensemble ne sont pas possibles, dans les cités-jardins, la population en étant trop diverse.

  • 221 Voir Rapport de M. Buxbaum, septembre 1926, classeur G-N, Ursula Pasche, archives du Heimatmuseum d (...)
  • 222 Voir « Fragebogen zur Wohnungsbewerbung », in : Archives de la Coopérative GWG-Kolonie Reform eG, n (...)

122La situation se présentait différemment en Allemagne : l’organisation des habitants sous forme coopérative était déjà bien implantée dans les habitudes, le mouvement des cités-jardins avait favorisé son essor avant la guerre. Il était même fréquent que les habitants des cités-jardins prennent eux-mêmes l’initiative de fonder une coopérative : ce fut par exemple le cas dans la cité Lindenhof en 1921221. L’organisation d’une coopérative y revêtait aussi des formes plus contraignantes que les structures associatives introduites dans les cités-jardins du Grand-Paris. Souvent, la location d’un logement dans la cité-jardin était corrélée avec l’adhésion obligatoire à la coopérative des habitants : c’était le cas dans la cité Lindenhof, mais aussi dans la cité Reform à Magdebourg. La signature du bail était couplée avec un engagement écrit du locataire qui souscrivait à des corvées communautaires222. La coopérative n’était pas seulement chargée de l’organisation des rituels festifs ou culturels, elle jouait un grand rôle dans le maintien de la cohésion communautaire.

123La sociabilité mise en œuvre dans le cadre des cités-jardins était en effet « réglée ». Les règlements rappelaient à ce titre les normes de bonne conduite et les principes de bon voisinage. Si le règlement en vigueur à Suresnes prenait en considération la conduite des enfants et les relations entre le concierge et les locataires, les règlements en usage dans la cité Reform ou dans celle de Lindenhof prescrivaient des règles de bonne entente entre les habitants. À Magdebourg, les locataires :

(…) devaient s’abstenir de proférer des injures ou d’autres paroles humiliantes à l’égard des autres locataires ou des responsables de la coopérative ou de la commission. Ils devaient veiller à ce que ni lui ni les siens ne perturbent la paix du voisinage.

124Et le règlement de Lindenhof de préconiser :

Il est attendu des membres de la cité et de leurs proches qu’ils se comportent calmement et avec décence.

  • 223 Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 20.

125Conséquence de la place des écoles dans le plan des cités-jardins, l’institution scolaire joua un rôle stratégique dans le programme réformateur : lieux d’apprentissage des règles de bonne conduite, les « services scolaires » furent effectivement chargés de favoriser une « adaptation raisonnable et consentie à la vie sociale223 ». Le modelage de nouvelles formes de sociabilité s’accompagnait de l’apprentissage de la citoyenneté.

La cité-jardin : exercice de la vie civique

  • 224 Sur la politique du logement menée par la Compagnie du Nord et sa vocation à intégrer le personnel (...)
  • 225 Dautry, ingénieur polytechnicien, intervint en tant qu’adjoint de l’Ingénieur en chef des travaux e (...)
  • 226 Sur la gestion des cités de la Cie du Nord : Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisa (...)

126Si en Allemagne, les cités-jardins avaient, déjà avant 1914, permis d’expérimenter à travers l’introduction de formes inédites de participation, de nouveaux modes de citoyenneté, en France, l’implication des habitants dans la gestion de la cité ne prit son essor qu’après le conflit. L’introduction d’une forme de gestion participative dans la cité-jardin du Tergnier de la compagnie du Nord semble avoir joué un rôle pionnier224. Ainsi, en accord avec les conceptions sociales de Raoul Dautry225, l’un des principaux artisans des cités construites sous l’égide de la Compagnie du Nord après la guerre, la Compagnie n’intervenait dans l’organisation de la vie sociale « que pour donner des conseils et pour fournir des moyens matériels de réalisation226 ». Un « Comité de gestion » fut créé dans ce but, et composé des représentants des principaux services de la compagnie, il « stimulait les activités locales relatives aux œuvres sociales ». La gestion de chaque cité de plus de 50 logements était en outre exercée par « un conseil d’administration composé de trois fonctionnaires nommé par le Comité de gestion et d’agents élus par leurs camarades, à raison d’un membre par cinquante ménages ». Les « conseils d’administration » semblaient offrir aux habitants des responsabilités inédites. Ils étaient en effet chargés d’animer et de régler la vie sociale de leur cité :

Ces conseils disposent d’un budget de soixante francs par logement, pour assurer les services généraux tels que l’enlèvement des ordures ménagères, les vidanges des fosses, l’entretien des jardins publics, des rues, l’éclairage public, la gérance des bains douches, de la salle de réunion, l’organisation des fêtes, etc. S’ils réalisent des bénéfices, ils les emploient à leur gré en donnant des fêtes, en organisant des cours ménagers, des œuvres post-scolaires, etc.

  • 227 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit., p. 133.

127Ces initiatives transmettaient aux habitants un goût des responsabilités et un sens de l’esprit communautaire. C’est certainement ce système qui incita l’Office à encourager le développement de structures collectives dans les cités-jardins de la banlieue parisienne. Les trois domaines couverts par ces initiatives – « prévoyance, besoin d’économie domestique, besoin de récréation et d’esthétique227 » – déclinaient en effet la palette des fonctions attribuées aux conseils d’administration de la cité-jardin du Tergnier.

  • 228 Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 20.

128Cette nouvelle marge de manœuvre était en réalité encouragée pour promouvoir l’apprentissage de la vie « civique ». Sellier signala d’ailleurs que les conseils d’administration de la cité du Tergnier exerçaient les « fonctions d’un conseil municipal ». Par certains aspects, l’idéal social appliqué au projet des cités-jardins évoquait effectivement la conception que Sellier, maire de Suresnes, défendait par ailleurs de la vie municipale. Il n’est donc pas étonnant que la description de la cité-jardin de Suresnes faite par un article paru dans Urbanisme – « La commune devient la famille des familles, sur lesquelles elle exerce un patronage moral et matériel permanent228 » – fasse écho à la conception que Sellier avait de l’organisme municipal – et que Louis Boulonnois, son secrétaire, retranscrivait dans ces termes :

  • 229 Louis Boulonnois, L’œuvre municipale de M. Henri Sellier à Suresnes, Paris, Nancy, Strasbourg, Berg (...)

La règle d’or pour nous, c’est de faire revivre la ville en unité complète229.

  • 230 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 632.

129La vision que Sellier avait de l’organisation municipale trouva son expression dans l’agencement de l’espace des cités. L’aménagement de places nombreuses et monumentales dans la cité-jardin du Plessis-Robinson, les pergolas et sculptures qui décoraient les cours d’écoles de Suresnes réactivaient par exemple l’idéal du forum antique. Dans la description du projet, Payret-Dortail y faisait explicitement référence230.

  • 231 Voir Office Public d’habitations du département de la Seine, service de documentation et de propaga (...)
  • 232 Louis Boulonnois, L’œuvre municipale de M. Henri Sellier à Suresnes, Paris, Nancy, Strasbourg, Berg (...)
  • 233 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 279.

130Les lieux dévolus à l’exercice de la sociabilité furent souvent qualifiés par Sellier et les architectes de « centres sociaux ». L’image du centre traduit certes le projet collectif au fondement de l’architecture des cités, mais elle évoque aussi l’importance accordée aux équipements dans le modelage de la communauté sociale. Le « centre » regroupait effectivement les infrastructures collectives qui sous-tendaient l’organisation de la vie civique. Les cités du Grand Paris devaient être pourvues de toutes les « institutions d’intérêt collectif nécessaires à la vie urbaine231 », « services » collectifs qui, aux yeux de Sellier, constituaient l’essence de la vie urbaine moderne. Ainsi, Louis Boulonnois consacra les deux premiers chapitres de son ouvrage sur la vie municipale232 aux « institutions municipales pour le service social de l’enfance » et aux « services samaritains de l’âge adulte ». C’est pourquoi le centre de la cité-jardin est souvent mis en valeur par un aménagement monumental : ainsi, à Suresnes – Ill. 31 –, il est souligné par le croisement des axes de circulation aménagés selon les règles de l’architecture classique. Les principaux édifices scolaires bordent l’axe principal qui mène en outre à la place du théâtre. Le « centre de vie sociale233 », à l’honneur dans les cités-jardins françaises, définit moins un lieu de convivialité qu’un « équipement collectif » qui englobe toutes les infrastructures nécessaires à la vie collective : groupant « les différents organismes d’hygiène et d’éducation populaire », il est avant tout conçu comme un « service social ».

  • 234 Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, resp. p. 19, p. 22, p. 21.
  • 235 Ibid., p. 24.

131L’existence d’un organisme gestionnaire centralisé, l’Office, tendait effec­tivement à donner aux institutions collectives de la cité le caractère de services. Le vocabulaire234 portait l’empreinte de cette conception : équipement social, service social, « faisceau d’institutions et d’organismes municipaux coordonnés ». Qu’il s’agisse des « institutions d’hygiène, d’enseignement, d’assistance, de sport235 », les structures collectives qui encadraient la cité étaient conçues comme des équipements destinés à aménager la vie sociale. Aux yeux des promoteurs de la cité-jardin, le fonctionnement de la cité et l’harmonie sociale reposaient avant tout sur le bon engrenage des infrastructures. On en tiendra pour preuve cette description des institutions sociales de la cité-jardin de Suresnes :

  • 236 Ibid., p. 66.

La crèche élèvera les tout-petits. L’École Maternelle Jardin d’Enfant, assure leur développement et leur évolution, médicalement contrôlés, jusqu’au moment où les Écoles primaires, avec leurs sections ménagère et de préapprentissage permettent de les orienter professionnellement. Plus tard ils peuvent, suivant leurs aptitudes, suivre les cours des Écoles Primaires supérieures et techniques, organisés d’après la conception de l’École Unique, qui les mèneront soit à un bon métier, soit aux diplômes du Brevet élémentaire et supérieur, soit au Baccalauréat, soit au concours d’entrée des grandes Écoles… Et puis, c’est la vie… À la Cité-jardin le logement ensoleillé, salubre, plus ou moins vaste suivant la composition de la famille, plus ou moins luxueux selon les moyens… La vieillesse survient. Aux vaincus de la vie, Suresnes offre son petit hospice familial236.

132La cité-jardin semblait donc offrir une prise en charge de tous les instants et de tous les aspects de la vie quotidienne, relayée par un système d’infrastructures qui fondaient la solidarité entre les habitants de la cité. Il est en effet remarquable que ce soit la chaîne des institutions sociales, de la crèche au dispensaire, qui exprime ici les liens intergénérationnels.

133Certes, les cités-jardins allemandes aussi étaient dotées d’aménagements collectifs : magasins coopératifs, comptoirs d’achat, restaurants, maison commune. La gestion des cités, conçue selon un autre modèle, ne conférait néanmoins pas à ces institutions la même valeur. Les lieux de sociabilité collective semblaient plus s’y définir comme des lieux de convivialité que comme des infrastructures. L’hôtel pour célibataires de la cité Lindenhof, par exemple, faisait office de maison commune à double titre. Hôtel abritant les anciens combattants, c’était un monument commémoratif qui se distinguait des autres édifices par une mise en scène imposante. Englobant une salle de spectacle, mais aussi une auberge et des commerces, il était peu comparable, néanmoins, au « centre social » des cités-jardins françaises : il ne contenait ni dispensaire, ni centre d’hygiène et s’apparentait plutôt à un lieu de convivialité. En outre, c’étaient souvent les lieux de verdure qui en Allemagne, formaient les points nodaux des cités (la place octogonale de la cité Hohe Lache, le lac de la cité du Lindenhof), alors que dans les cités-jardins françaises, c’étaient les « centres sociaux » – Ill. 33/Ill. 31.

L’encadrement des cités-jardins

  • 237 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 13.
  • 238 Ibid., p. 41-42.

134L’objectif des normes et des règles auxquelles la vie quotidienne des cités-jardins fut soumise était non seulement d’ajuster les comportements à un modèle, mais aussi de conforter l’émergence d’une « conscience de groupe ». Quelle que soit la forme revêtue par la collectivité, la cohésion du groupe exigeait l’exercice d’un « patronage ». En France, comme en Allemagne, ce « patronage » opérait par l’intermédiaire de structures qui entretenaient la solidarité collective, de normes qui réglaient la cohabitation des habitants et induisaient une conscience collective. Le maintien de la cohérence communautaire nécessitait l’exercice d’un contrôle qui se traduisait de différentes manières. Il opérait en premier lieu à travers la sélection des habitants. En France, aussi bien dans les cités-jardins industrielles237 que dans les cités-jardins de l’Office, les habitants faisaient l’objet d’un tri. Les locataires admis dans les cités-jardins du Grand Paris étaient choisis au terme de deux étapes238 : ils recevaient la visite d’un « inspecteur » chargé de mener « l’enquête », pour déceler, à travers l’observation de leur cadre de vie, leur moralité ; ils répondaient en outre à un questionnaire qui évaluait en particulier l’état de santé, les facultés d’épargne, les capacités financières du ménage. Même si les familles nombreuses démunies étaient privilégiées, elles étaient soumises à un « filtrage » afin d’en extraire les éléments « indésirables ».

  • 239 Voir « Wohnungsvergebungen », in Geschäftsbericht 1926, Archives GWG, Magdebourg.
  • 240 Voir Fragebogen zur Wohnungsbewerbung, Archives GWG, Magdebourg.
  • 241 Voir « Wohnungsvergebungen », in Geschäftsbericht 1926, Archives GWG, Magdebourg.

135En Allemagne, la sélection opérée dans les cités-jardins dépendait étroitement de l’organisation de la maîtrise d’ouvrage. L’implication de différents partenaires dans la réalisation des cités-jardins mettait en jeu différents critères dans le choix des habitants qui ne s’accordaient pas toujours. La participation financière de la municipalité de Magdebourg à la construction de la cité-jardin Reform lui donnait ainsi un droit de regard sur le choix des habitants. Elle privilégiait les familles nombreuses239. La coopérative exerçait, elle-aussi, une sélection d’après un questionnaire qui déterminait notamment les capacités financières, la propension à l’épargne des candidats, leur état de santé et leur statut d’ancien combattant240. Ses choix ne se conciliaient pas toujours avec ceux de l’administration mu­nicipale : la coopérative était en effet plus encline à privilégier les jeunes membres de la coopérative, avec moins d’enfants241.

136Le contrôle qui visait aussi le respect de l’ordre préconisé dans les règlements était en outre exercé par les représentants de l’organisme gestionnaire. Il s’agissait en France d’une part des concierges que mentionne par exemple le règlement de la cité de Suresnes. L’Office créa d’autre part en 1924 « Le Foyer », une institution sociale, copiée sur le modèle des structures aménagées aux États-Unis au début du siècle, qui employait des « infirmières-visiteuses ». Si elles avaient pour mission de porter assistance aux familles dans le besoin, ces visiteuses exerçaient aussi un contrôle sur les familles. Nous avons eu l’occasion d’évoquer la conception darwinienne de la vie sociale que développait dans sa thèse Berthe Leymarie à partir des observations qu’elle avait menées en tant qu’infirmière-visiteuse. Le rôle de la visiteuse était de procéder à une catégorisation des populations :

  • 242 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 163.

(…) le rôle important que jouent les visiteuses dans la mise à jour du « dossier » démographique, économique, sanitaire et social des locataires, renseignements qui se feront chaque jour plus complets (…)242.

  • 243 Ibid., p. 162.

137Cette catégorisation n’échappait pas aux jugements de valeur et visait, on s’en doute aussi, à l’élimination des soi-disant indésirables. Ces infirmières-visiteuses opéraient en outre la jonction entre les habitants et l’Office gestionnaire243.

  • 244 Voir Rapport de M. Buxbaum, septembre 1926, Cité Lindenhof, ursula Pasche, classeur G-N, archives d (...)

138L’organisation coopérative des cités-jardins allemandes se répercuta sur la nature du contrôle exercé sur la cité. Ainsi, ce sont des représentants de la coopérative, les « Bezirksleiter244 » qui dans la cité Lindenhof comme dans la cité Reform s’assuraient du bon déroulement de la de la vie quotidienne, du respect des règles et faisaient office de relais entre les habitants et l’organisme gestionnaire. Ces « Bezirksleiter » étaient choisis par et parmi les habitants. S’ils remplissaient une fonction similaire par certains aspects à celle des infirmières « sociales » – maintien de l’ordre, règlement des conflits, soutien aux familles –, leur statut était très différent puisqu’ils étaient issus de la cité.

L’expression de l’autorité

  • 245 Voir Berliner Geschichtswerkstatt, Der Lindenhof. Eine Genossenschaftssiedlung in der Großstadt, 19 (...)

139L’encadrement de la vie sociale des cités-jardins nous semble révéler deux modèles qui reflètent des modes de gestion antagonistes. L’existence de l’Office, organisme gestionnaire centralisé, soumettait la cité à une tutelle extérieure. Les modalités de paiement des loyers en témoigne : un « inspecteur » de l’Office distribuait les quittances de loyer au concierge des immeubles et venait ensuite toucher les sommes versées au concierge. Dans les cités-jardins allemandes, au contraire, l’organisation coopérative favorisait de plus grandes accointances entre l’organisme gestionnaire et la communauté : dans la cité Lindenhof, le bureau de la coopérative où les habitants réglaient leur loyer était installé à l’intérieur d’un bâtiment communautaire, d’abord au sein de l’hôtel pour célibataires, puis au-dessus du magasin de la cité245. La gestion coopérative suscitait aussi une expression différente de l’autorité qui ne semblait pas émaner de l’extérieur. Ainsi, les appels à la responsabilité individuelle étaient fréquents : lors de l’annonce d’une fête dans la cité-jardin Lindenhof, il était précisé que le choix de venir était laissé au libre arbitre de chacun. Le contrat par lequel les locataires de la cité Reform s’engageaient à remplir des charges collectives révèle aussi une forme plus intériorisée de l’autorité. C’est enfin par un appel à la « conscience collective » que la direction de la coopérative de Lindenhof sollicitait le respect des règles de la part des habitants :

  • 246 « Genossenschaft » : déclaration de F. Czeminski, classeur G-N Ursula Pasche, Arch. Heimatmuseum.

Nous aimerions simplement rappeler qu’en ce qui concerne la bonne tenue des habitations, la propreté des rues et des espaces collectifs de la coopérative, vous n’êtes pas les locataires d’un pascha qui tire sa rente des loyers perçus mais que tous les coûts que chacun cause à la coopérative sont supportés par les autres membres246.

  • 247 Susanna Magri, Christian Topalov, « L’habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie (...)

140Ces différences constatées dans l’encadrement social et notamment le patronage d’une tutelle extérieure à la cité en France nous invitent à examiner et à développer plus avant une hypothèse formulée par Christian Topalov et Susanna Magri247: ne peut-on considérer la forme de « patronage » exercé par l’Office comme rémanence du paternalisme ? La conception qu’a Sellier de la fonction du règlement, l’usage qu’il fait à ce propos du terme « paternel », nous suggère ce parallèle :

  • 248 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1117.

Dans chacune de nos maisons collectives est affiché un règlement conçu en termes à la fois paternels et sévères, qui a pour but essentiel d’exiger des locataires le respect des droits de leurs voisins et l’application des principes élémentaires d’hygiène, et de leur signaler des recommandations destinées à rendre aussi agréable que confortable le séjour dans nos immeubles248.

141L’influence évidente de la cité-jardin industrielle du Tergnier sur l’organisation des cités-jardins du Grand-Paris achève d’attester l’hypothèse. Non seulement Sellier s’y réfère, mais elle fait l’objet du premier chapitre de la thèse de Berthe Leymarie. Nous avons vu en outre que les mutuelles de locataires instaurées dans les cités-jardins du Grand Paris semblaient inspirées du modèle de gestion ouvrière expérimentée dans ces cités. Or, l’organisation des cités de la Compagnie du Nord ne rompait pas totalement avec les modèles hérités. Ainsi, si elles inauguraient de nouveaux modes de participation ouvrière, elles poursuivaient, sous une forme nouvelle, certains principes qui gouvernaient l’organisation paternaliste des cités ouvrières. La tâche des conseils d’administration demeurait en effet supervisée par un comité central, « le Comité de gestion » composé des représentants des services de la Compagnie. Ce Comité, par ses fonctions, exerçait au demeurant une activité de contrôle :

  • 249 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 60.

Ce comité, qui n’a aucun caractère administratif, stimule les initiatives locales relatives aux œuvres sociales, distribue les crédits d’édilité qu’il augmente ou diminue suivant que la cité est bien ou mal gérée249.

  • 250 Georges Ribeill, « Politiques et pratiques sociales du logement dans les compagnies de chemins de f (...)
  • 251 Susanna Magri, Christian Topalov, « L’habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie (...)

142Ce modèle de gestion s’accommodait donc de nouvelles formes de patronage250. L’accession à la propriété, pierre de touche du paternalisme, était relayée dans ce système par la participation à la gestion qui visait aussi l’apprentissage « contrôlé » de la prévoyance. La prise en charge de la vie sociale par une série d’infrastructures, qui couvraient tous les aspects de la vie quotidienne et toutes les étapes de l’existence, rappelle par ailleurs l’organisation « du berceau à la tombe de la vie des ouvriers251 ».

143Les décalages que nous venons de constater dans l’encadrement social des cités – patronage d’un organisme gestionnaire d’un côté, conception d’une gestion « participative » grâce à la mise en place de structures coopératives de l’autre – se répercutèrent sur les modes de sociabilité qu’on tenta de promouvoir dans les deux pays, au lendemain de la guerre, grâce à la réalisation des cités-jardins. Que ce soit dans les cités gérées par l’Office public du département de la Seine, ou dans les cités patronales comme dans la Cité du Chemin Vert à Reims ou la cité du Tergnier, le bon fonctionnement des infrastructures – écoles, dispensaires, services sociaux etc. – garantissait la force des liens sociaux. L’organisation de la vie sociale tenait beaucoup à la performance des services aménagés dans la cité-jardin. En témoigne l’aspect qu’offre le décor naturel des cités-jardins du département de la Seine : l’arrangement des jardins collectifs sous la forme du « square haussmannien » souligne la fonction d’infrastructure urbaine assignée à la nature. C’est une vision quelque peu divergente de la communauté sociale qui émanait des cités-jardins construites sur le sol allemand. L’encadrement de la vie sociale prenait moins le relais d’infrastructures – écoles, dispensaires, services sociaux : le lien collectif était au contraire posé comme a priori et l’appartenance à la cité présupposait un consentement de chacun à la vie sociale. Bien entendu, cette vision devait beaucoup à la mise en œuvre de structures coopératives ; les gestes symboliques qui en découlaient – comme la signature d’un contrat par lequel chaque nouveau locataire s’engage à endosser des corvées collectives – participaient de cette mise en scène de la communauté.

Notes

1 Sur l’application et les limites de la loi Cornudet posant les jalons de la planification urbaine, voir Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan, op. cit., p. 149-153.

2 IFA, Archives d’architecture du 20e siècle, vol. 1, Liège, Mardaga, 1991, p.97-99; Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1100; Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », in : La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 2.

3 In Catherine Bruant, « Donat-Alfred Agache (1875-1959). L’urbanisme, une sociologie appliquée », in : Vincent Berdoulay, Paul Claval (dir.), Aux débuts de l’urbanisme français, op. cit., p. 142.

4 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1100.

5 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », in : La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 1.

6 Gerd Albers, Zur Entwicklung der Stadtplanung in Europa : Begegnungen, Einflüsse, Verflechtungen, Braunschweig, Wiesbaden, Vieweg, 1997, p. 157-158.

7 Renaud Payre, « Le stade de l’expérience : une incertaine science communale et la question de l’institutionnalisation disciplinaire des savoirs urbains. », op. cit.

8 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. cit., p. 7-8.

9 L’Association regroupait en 1913 des représentants allemands, anglais, français mais aussi japonais, polonais, américains, espagnols et polonais. Voir Gartenstadt, 7e année, n°10, octobre 1913, p. 213.

10 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. cit., p. 10

11 Gerd Albers, Zur Entwicklung der Stadtplanung in Europa : Begegnungen, Einflüsse, Verflechtungen, op. cit., p. 187-188 et Werner Hegemann, Der Städtebau nach den Ergebnissen der internationalen Städtebau-Ausstellung Gothenburg, Berlin, Wasmuth, 1925.

12 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1123

13 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. cit., p. 8.

14 Henri Sellier, « Rapport sur le mouvement en faveur des cités-jardins, de l’aménagement des villes et de l’éducation civique en France », in : La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 32.

15 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1121-1122

16 Ibid., p. 1122. La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 3, p. 37.

17 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1102. La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 1-47.

18 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. cit., p. 9.

19 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1122.

20 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », op. cit., p. 8.

21 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1101.

22 Ibid., p. 1102 et p. 1122.

23 Ibid.

24 Sur la césure de 1914 voir : Christian Topalov, « le champ réformateur », in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 470-471.

25 Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 161-162.

26 « Bericht über die Vereinstätigkeit vom 1. Juli 1913 bis 30 Juni 1914 », in : Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 203.

27 Une vue de la cité telle qu’elle avait initialement été conçue est reproduite in : Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 52.

28 Gundela Lemke, « Der vergebliche Kampf um eine Gartenstadt bei Braunschweig. Zum nicht realisierten Projekt von Theodor Goecke », in : Franziska Bollerey, Gerhard Fehl, Kristiana Hartmann (dir.), Im Grünen wohnen-im Blauen planen. Ein Lesebuch zur Gartenstadt mit Beiträgen und Zeitdokumenten, Hamburg, Christians, 1990, p. 148.

29 « Geschäftsbericht für das Jahr 1915/16 », in : Gartenstadt, n°11, octobre 1916, p. 234.

30 Composition du Beirat in : Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit., p. 293 et notamment note 156.

31 Deux articles virulents furent publiés en 1914 : « Die deutsche Gartenstadtgesellschaft gegen England », in : Die Bauwelt, n°37, 17 septembre 1914, p. 3, et « Das Englische in der Gartenstadtbewegung », in : Die Bauwelt, n°40, 8 octobre 1914, p. 12. Voir également « Städtebauliches aus Ostpreussen », in : Die Bauwelt, n°1, 28 janvier 1915, p. 10.

32 Voir aussi « Der englische Einfluss in der Architektur », in : Die Bauwelt, n°3, 21 janvier 1915, p. 2 : « Mais la construction de maisons accolées est aussi peu une invention anglaise que ne l’est la cité-jardin. » et « Die deutsche Gartenstadtgesellschaft gegen England », in : Die Bauwelt, n°37, 17 septembre 1914, p. 3.

33 Ibid., p. 3.

34 Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Reform, op. cit., p. 94 : Schönberg mentionne la participation de représentants de la cité-jardin Magdebourg à la 15e assemblée générale de la DGG en 1918. « Rückschau in der Sitzung des erweiterten Vorstandes vom 14. Dezember 1929 », in : Gartenstadt, 4e année, n°1/3, juin 1930, p. 20.

35 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, Berlin, graphische Kunstanstalt, 1921, p. 5.

36 Dossier SG-24, Arch. Municipales Dessau.

37 « Die Gartenstadt Zehlendorf (1913-1930) », in : Zehlendorfer Chronik, Schriftenreihe des Heimatvereins für den Bezirk Zehlendorf e. V., n°11, 1999.

38 Voir notamment Ludovica Scarpa, Martin Wagner und Berlin. Architektur und Städtebau in der Weimarer Republik, Braunschweig/Wiesbaden, Vieweg & Sohn, 1986, p. 25.

39 Deutscher Verein für Wohnungsreform e.V, Dreißig Jahre Wohnungsreform. 1898-1928 : Denkschrift aus Anlaß des dreißigjährigen Bestehens, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1928, p. 52 et p. 57-59.

40 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit., p. 252-264.

41 Adolf Otto, Genossenschaftliche Fragen, Berlin, Heimstättenamt, 1920.

42 Ibid., p. 32-33.

43 Il y siégera jusqu’en 1928. Voir Wilfried Posch, Die Wiener Gartenstadtbewegung, Reformversuch zwischen erster und zweiter Gründerzeit, Vienne, Édition Tusch, 1981, p. 63.

44 Stephan Prager, Die DASL, Rückblick und Ausblick 1922-1955, Tübingen, Wasmuth, 1955.

45 Eva Benz-Rababah, Leben und Werk des Städtebauers Paul Wolf (1879-1957) unter besonderer Berücksichtigung seiner 1914-22 enstandenen Siedlungsentwürfe für Hannover, thèse soutenue en 1993 à l’université de Hanovre, département d’architecture, p. 22.

46 Kristiana Hartmann« Bruno Taut, der Architekt und Planer von Gartenstädten und Siedlungen », in : Winfried Nerdinger, Architekt zwischen Tradition und Avantgarde, Stuttgart, Dt. Verl.-Anst., 2001, p. 146-152.

47 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1193 et 1196.

48 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », in : Archives Européennes de Sociologie, Vol. XXIX, 1988, p. 363-367.

49 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit., p. 128.

50 Patrick Fridenson, Histoire des usines Renault, tome I : « Naissance de la grande entreprise. 1898-1939 », Paris, Seuil, 1972.

51 Aimée Moutet, « La Première Guerre mondiale et le taylorisme », in : Maurice de Montmollin, Olivier Pastré, Le taylorisme, Paris, éditions de la Découverte, 1984, p. 67-81.

52 Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française », in : Annales ESC, septembre-octobre 1987, n°3, p. 1061 et suivantes.

53 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, op. cit., p. 23-28.

54 Voir notamment Martin Wagner, « Baukosten­verbilligung im Klein­wohnungsbau », in : Deutscher Verein für Wohnungs­reform, Ein Programm für die Übergangswirtschaft im Wohnungswesen, Berlin, Franz Siemenroth, 1918, p. 77-78.

55 « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfskommission am 23. Oktober 1915 », in : Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, op. cit., p. 123-125.

56 Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes Heimatschutz, Ostpreußen, seine Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft, n°1, op. cit., p. 81.

57 Sur les activités du Normenausschuß et la collaboration des acteurs de la réforme : Erich Leyser, Die Typisierung im Bauwesen, Dresde, Oscar Laube Verlag, 1918, p. 17-25.

58 « Normenannahme der deutschen Industrie », in : Bauwelt, n°47, 21.11.1918.

59 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 6 et 13.

60 Berliner Geschichtswerkstatt (ed .), « Das war’ne ganz geschlossene Gesellschaft hier ». Der Lindenhof : Eine Genossenschafts-Siedlung in der Grossstadt, Berlin, Dirk Nishen, 1987, p. 100.

61 Erich Leyser, Die Typisierung im Bauwesen, op. cit., p. 25.

62 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit., p. 249

63 LarchB, Rep.48-05/3, Gemeindeverwaltung Weissensee, Nr. 54, Ohne Bl.-Nr. : Beirat für Städtebau und städtisches Wohn- und Siedlungswesen, gedrucktes Gründungsprotokoll vom 16. Oktober 1917.

64 Voir notamment Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 61-76 et p. 85-94. « L’initiative privée », in : Le problème du logement, op. cit., p. 88-90.

65 Voir notamment Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 38.

66 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1185-1196.

67 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1209.

68 Faut-il rappeler que la voiture joua un rôle essentiel dans le ravitaillement et les liaisons avec le front pendant la guerre ?

69 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1188 et suivantes.

70 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1197.

71 Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », op. cit., p. 1062.

72 Voir notamment Martin Wagner, « Baukostenverbilligung im Kleinwohnungsbau », in : Deutscher Verein für Wohnungsreform, Ein Programm für die Übergangswirtschaft im Wohnungswesen, Berlin, Franz Siemenroth, 1918, p. 77-78.

73 Rémi Baudouï, Un grand commis de l’État. Raoul Dautry 1881-1951, Paris, Institut des sciences politiques, mémoire de thèse soutenue en 1991, p. 71-83 et p. 112-114.

74 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1185-1196.

75 Martin Wagner, Neue Bauwirtschaft. Ein Beitrag zur Verbilligung der Baukosten im Wohnungsbau, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1918, p. 26-30 et Martin Wagner, « Baukostenverbilligung im Kleinwohnungsbau », in : Deutscher Verein für Wohnungsreform, Ein Programm für die Übergangswirtschaft im Wohnungswesen, Berlin, Franz Siemnroth, 1918, p. 79.

76 Ludovica Scarpa, Martin Wagner und Berlin. Architektur und Städtebau in der Weimarer Republik, Braunschweig/Wiesbaden, Friedr. Vieweg & Sohn, 1986, p. 22-25.

77 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1142-1143.

78 Ibid., p. 1169.

79 Ibid., p. 1155.

80 Bruno Taut, « Notbauten für ostpreussische Landwirte. Transportable Wohnhäuser », in : Die Bauberatung, n°8, p. 9, Beilage zur Bauwelt, n°45, 12 novembre 1914.

81 Voir notamment Christian Kopetzki, Friedhelm Fischer (ed.), Gartenstadt- und Erwerbslosen­siedlungen aus der Zeit der Weimarer Republik in Magdeburg, Magdeburg, Landeshauptstadt Magdeburg, 1995, p. 12.

82 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, Hambourg, Deutsch­nationale Verlags­anstalt Aktien­gesellschaft, 1918, p. 17.

83 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 255.

84 Ibid., p. 1045.

85 Ibid., p. 1028.

86 Ibid., p. 253.

87 Ibid., p. 598.

88 Ibid., p. 598-599.

89 Ibid., p. 1112.

90 Ibid., p. 1172

91 Ibid., p. 1173

92 Rémi Badouï, Un grand commis de l’État. Raoul Dautry, op. cit., p. 135 et suivantes.

93 Jean-Marcel Auburtin, Henri Blanchard, La cité de demain dans les régions dévastées, op. cit., p. 27 et suivantes.

94 Sur Georges Charbonneaux et la cité du Chemin Vert : Delphine Henry, L’œuvre d’éducation populaire dans une cité-jardin emblématique Reims 1919-1939, CRDP de Champagne Ardenne, Éditions de l’Apic, 2002.

95 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 53-60.

96 Martin Wagner, « Baukostenverbilligung im Kleinwohnungsbau », in : Deutscher Verein für Wohnungsreform, Ein Programm für die Übergangs­wirtschaft im Wohnungswesen, op. cit., p. 77-78.

97 Sur Hans Bechly et Hermann Frank : Christine Mengin, Guerre du toit et modernité architecturale. Loger l’employé sous la république de Weimar, Publications de la Sorbonne, Paris, 2007, p. 459-460.

98 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, Hambourg, Deutschnationale Verlagsanstalt Aktien­gesellschaft, 1918.

99 Christine Mengin, Loger l’employé : maîtrise d’ouvrage syndicale et modernité architecturale sous la République de Weimar, thèse dactylographiée en deux volumes soutenue à l’Université de Paris I en décembre 1994, p. 502-503.

100 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, op. cit., p. 25.

101 Henri Sellier, « La technique moderne de l’habitation », in : La cité moderne. Exposition de l’habitation, Octobre 1929, p. 25.

102 Bruno Taut, Die neue Baukunst in Europa und Amerika, Stuttgart, Julius Hoffmann Verlag, 1979, p. 2.

103 Voir notamment les discussions qui ont lieu au Musée social dans la Section d’hygiène urbaine et rurale. Voir « L’Art de bâtir les villes, une mission en Allemagne », in : Musée social, Annales, n°3, mars 1914, p. 89

104 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La Technique sanitaire et municipale, Novembre 1918, p. 232.

105 Paul Wolf, Städtebau, Leipzig, Klinkhardt & Biermann, 1919, p. 87.

106 Paul Wolf, Städtebau, op. cit., p. 3.

107 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La Technique sanitaire et municipale, Novembre 1918, p. 232.

108 Paul Wolf, Städtebau, op. cit., p. 3.

109 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La Technique sanitaire et municipale, op. cit., p. 229.

110 Jh. Geist, « Wohnungsnot und Wohnungssiedlung », in : Städtebau, n°17, 1920, p. 62.

111 Léon Jaussely, « Avertissement », p. VII, in : Raymond Unwin, L’Étude pratique des plans de ville. Introduction à l’art de dessiner les plans d’aménagement et d’extension, traduit de l’anglais par William Mooser, Traduction revue et mise au point par Léon Jaussely, Paris, Librairie centrale des beaux-arts, 1922.

112 Ibid.

113 Jh. Geist, « Wohnungsnot und Wohnungssiedlung », in : Städtebau, n°17, 1920, p. 62.

114 Ibid., p. 63.

115 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, Paris, M. Rivière, 1920, p. 10.

116 C. B. Purdom, The building of satellite towns. A contribution of town development and regional planning, London, Temple Press, 1925, p. 23.

117 La vie urbaine, n°4, 1919, p. 503.

118 Raymond Unwin, « Städtebauliche Verteilung », Zentralblatt der Bauverwaltung, 21 Mai 1921, p. 253-255.

119 Voir Ernst May, « Stadterweiterungen mittels Trabanten », in : Städtebau, 1922, p. 51-53.

120 Hans Kampffmeyer, Friedenstadt, op. cit.

121 Paul Wolf, Städtebau, op. cit., p. 94.

122 Henri Sellier, « Conférence internationale des cités-jardins et de l’aménagement des villes », in : La vie urbaine, n°18, 15 février 1923, p. 1.

123 Ibid., p. 20.

124 Sur la transformation du regard porté sur la situation du logement dans les campagnes, voir notamment : Henri Sellier, « les aspects nouveaux du problème de l’habitation dans les agglomérations urbaines », in : La vie urbaine, n°15, Avril 1923, p. 82.

125 Martin Wagner, Neue Bauwirtschaft. Ein Beitrag zur Verbilligung der Baukosten im Wohnungsbau, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1918, p. 21.

126 Susanna Magri, Christian Topalov, « L’Habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie et aux États-Unis, 1900-1925 », in : Yves Cohen ; Rémi Baudouï (dir.), Les chantiers de la paix sociale (1900-1940), Fontenay-aux-roses, ENS Éditions Fontenay-Saint-Cloud, 1995, p. 223-253.

127 Ainsi la législation de protection des locataires introduite après la guerre empêchait de facto les industriels de congédier, au moment de la pénurie de logements, les locataires installés, même illicitement, dans les cités patronales. La loi sur les conseils d’entreprise de 1920 (§ 66, alinéa 9) accordait aux conseils d’entreprise un droit de participation à la gestion de l’entreprise. Voir Franz Knipping, « Werkwohnungen », in : Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handwörterbuch des Wohnungswesens, Jena, Fischer Verlag, 1930, p. 757.

128 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 6.

129 Franz Knipping, « Werkwohnungen », in : Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handwörterbuch des Wohnungswesens, op. cit., p. 757, et Franz Knipping, « Kohlenberg­arbeiter­siedlungen », in : Ibid., p. 435.

130 À propos de l’expérience de Drancy, on se reportera à : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 732-737.

131 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 85.

132 Voir Franz Knipping, « Kohlenbergarbeitersiedlungen », in : Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handwörterbuch des Wohnungswesens, op. cit., p. 433. Sur ces accords qualifiés aussi d’accords sur les communautés de travail – Arbeits­gemein­schaftsab­kommen – voir : Gerald Feldman, Irmgard Steinisch, Industrie und Gewerkschaften 1918-1924. Die überforderte Zentral­arbeits­gemeinschaft (Schriftenreihe der Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, n°50), Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1985, p. 135-137.

133 Voir à ce sujet : Renate Kastorff-Viehmann, Ursula von Petz, Manfred Walz, Stadtentwicklung Dortmund : Die moderne Industriestadt 1918-1946. Standortsicherung der Industrie, Wohnungsbau, Stadtplanung, Dortmund, Kolander&Poggel GbR, 1995, p. 104-105.

134 Gerald Feldman, Irmgard Steinisch, Industrie und Gewerkschaften 1918-1924. Die überforderte Zentral­arbeits­gemeinschaft, op. cit., p. 137-141.

135 Michel Gérard, La participation du personnel à la gestion des cités-jardins de la compagnie du chemin de fer du Nord, thèse soutenue à l’Institut d’Histoire urbaine en 1926.

136 Raoul Dautry, L’organisation de la vie sociale, Paris, Éditions de la S.A.P.E., 1928, p. 27.

137 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 646.

138 Gagfah 1918-1968. Eine Dokumentation, Hamburg, Hammonia-Verlag GmbH, 1968, p. 21.

139 Hans Bechly, Die Heimstätte des Angestellten, op. cit., p. 9-11.

140 Ibid., p. 17.

141 Ibid., p. 9.

142 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 646.

143 Dr. D. Joseph, « Kriegerheimstätten und Kapitalabfindung », in : Städtebau, vol. 17, 1920, p. 71.

144 Städtebau, vol. 16, 1919, p. 72 ; Dr. D. Joseph, « Kriegerheimstätten und Kapitalabfindung », op. cit., p. 71.

145 Il est souvent question de « Gemeinsinn » ou de « Gemeinwohl ».

146 Dr. Pauly, « Der Staat und die Wohnungsreform », in : Dreissig Jahre Wohnungsreform 1898-1928, op. cit., p. 79-80.

147 Pour une information plus précise, on se reportera à : Hildegard Kösters, « Kommunale Wohnungspolitik in der Weimarer Republik (1919-1928). Das Beispiel der preussischen Stadt Altona », in : Wolfgang Hofmann, Gerd Kuhn (dir.), Wohnungspolitik und Städtebau 1900-1930, op. cit., p. 147.

148 Georg Klinke, « Gemeinnützige Bautätigkeit », in : Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handwörterbuch des Wohnungswesens, op. cit., p. 272.

149 Ibid., p. 270.

150 Stéphane Jonas, « Les jardins d’Ungemach à Strasbourg : une cité-jardin d’origine nataliste », in : Paulette Girard, Bruno Fayolle Lussac, Cités, cités-jardins : une histoire européenne, op. cit., p. 69.

151 Archives de la CUS, 99 MW 171, Commission municipale du logement. Relevé des notes : visite faite par la Commission municipale du logement le 19 octobre 1926.

152 À propos de l’action des offices municipaux et départementaux : Henri Sellier, le problème du logement, op. cit., p. 117-128.

153 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1012.

154 Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handbuch des Wohnungswesens, op. cit., p. 272.

155 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 209-215.

156 Voir acte de fondation de la Société à responsabilité limitée, Gemeinnützige Siedlungs-Gesellschaft für Dessau Stadt und Land, Gesellschaft mit beschränkter Haftung, 7 mars 1919, Dossier SG-1, Archives municipales Dessau.

157 Hildegard Kösters, « Kommunale Wohnungspolitik in der Weimarer Republik », in : Wolfgang Hofmann, Gerd Kuhn (dir.), Wohnungspolitik und Städtebau, op. cit., p. 153.

158 Renate Amann, Barbara von Neumann-Cosel, Wohnreform in Magdeburg. 85 Jahre Gartenstadt-Kolonie Reform, Berlin, Arkadien, 1994, p. 38.

159 « Auszug aus dem Geschäftsbericht 1926 », Arch. Gemeinnützige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Kolonie Reform e.G.

160 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 104.

161 Internationales Arbeitsamt, Die Wohnungsprobleme Europas nach dem Kriege, Studien und Berichte Reihe G, Genf, G. Böhm, 1924, p. 390-391.

162 Susanna Magri, Christian Topalov, « "Reconstruire" : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale », op. cit., p. 339.

163 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1189.

164 L. Duguit, Traité de droit constitutionnel, t. 2, Fontemoing, 1928, p. 59-66, cité par : Jacques Chevallier, Le service public, Paris, PUF collection « Que sais-je », 1971, p. 20-21.

165 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 646. Citation : p. 628.

166 Ibid., p. 255

167 Gerhard Albrecht, Albert Gut, Wilhelm Lübbert, Emil Weber, Otto Wölz (dir.), Handbuch des Wohnungswesens, op. cit., p. 270

168 Voir la plaquette de présentation de la cité Hohe Lache à la périphérie de Dessau: Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 6-7.

169 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 646

170 Ibid., p. 266-267.

171 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 268.

172 Ibid., p. 673.

173 Ibid., p. 646.

174 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, thèse de doctorat soutenue à l’Institut d’histoire urbaine de Paris en 1926, p. 116.

175 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 673

176 Ibid., p. 288

177 Nous nous référons dans le cadre de ce travail au plan de 1933 : il présente certes un état avancé de la construction, mais permet de visualiser les idées qui furent programmées dès le début du projet, dont la réalisation néanmoins fut plus tardive. C’est le cas de la plupart des institutions collectives – théâtre, église.

178 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 25.

179 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit., p. 119-120. À propos des infirmières visiteuses : Christian Topalov, Les laboratoires du nouveau siècle, op. cit, p. 447-448; Katherine Burlen, Citadin-citoyen, citoyenneté politique et citoyenneté sociale, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 115-117

180 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 710.

181 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit., p. 117.

182 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 7-8.

183 Ibid., p. 6.

184 Ibid., p. 14.

185 Ibid., p. 16.

186 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 677.

187 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 15.

188 Bruno Taut, Die Stadtkrone, Jena, Diederich, 1919.

189 «  Die Gemeinwirtschaft für ein Wohnungsbaugesetz », in : Städtebau, 1921, p. 24.

190 Hans Kampffmeyer, Wohnungsnot und Heimstättengesetz, Karlsruhe, Braunsche Hofbuchdruckerei und Verlag, 1919.

191 Hans Kampffmeyer, Friedenstadt, op. cit.

192 « Gartendorf », in : souvenirs de Kurt Colosser rédigés par écrit, manuscrit daté de décembre 1985, classeur G-M, ibid.

193 Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau, op. cit., p. 9.

194 Edith Schulze, « Die Siedelung Hohe Lache bei Dessau », in : Die Wohnung, vol. II, 1927, p. 5.

195 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 34.

196 Règlement de la cité-jardin de Suresnes, documentation non classée de l’Office public des HLM de Suresnes. Règlement de la cité-jardin de Magdebourg, Arch. de la Coopérative Gemeinnützige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Kolonie Reform eG, non classée.

197 Réglement de la cité Lindenhof « Hausordnung », Cité Lindenhof, Ursula Pasche, classeur A-F, Arch. Heimatmuseum Schöneberg.

198 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 51.

199 Ibid., p. 21.

200 Ibid., p. 31.

201 Ibid., p. 33-34; p. 38.

202 « La cité-jardin », in : Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 22.

203 Ibid., p. 21.

204 Ibid., p. 38 : « (…) mais si la mère n’est plus là, ou si parfois elle est indigne, l’enfant retrouvera à l’École quelque chose de sa famille. ».

205 Ibid., p. 56.

206 Archives du Musée social, documents de la Section d’hygiène urbaine et rurale, boîte 5, E.6 « Documents non classés », « projet de campagne de propagande contre les fléaux sociaux soumis à l’approbation de Monsieur le Ministre de l’Hygiène Sociale », pièce 1+ pièce 3.

207 Archives CUS, 99 MW 171, Commission municipale du logement, relevés des notes et 99 MW 166, Gérance de la cité Ungemach, correspondance.

208 Ce fut le cas dans la cité Lindenhof : Der Lindenhof fut publié à partir de 1925. Der Falkenberg fut publié dans la cité-jardin de Grünau à partir de 1915.

209 Voir par exemple V. Hähnlein, « Wohnungspflege », in : Der Lindenhof, n°2, 1925.

210 D. B. Wehl, « Industrielle Innenkolonisation in der Schweiz und Deutschland », in : Städtebau, n°16, 1919, p. 33.

211 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, op. cit., p. 132.

212 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 58.

213 Voir modèle de bail in : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1136.

214 « Haus- und Gartenordnung », §9, Arch. de la Coopérative Gemeinnützige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Kolonie Reform eG.

215 Engagement de location, commune de Suresnes, exemplaire de l’Office public des HLM de la ville de Suresnes.

216 Der Lindenhof, n°1, août 1925. La fête des vendanges est toujours en usage à Suresnes.

217 Lettre de Paul Benser au maire de Dessau datée du 5 mai 1919, série SG-24, Arch. municipales de Dessau.

218 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 166-170.

219 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., resp. p. 647 et p. 743.

220 Sur les mutuelles de loyer : Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 133. Citation p. 146.

221 Voir Rapport de M. Buxbaum, septembre 1926, classeur G-N, Ursula Pasche, archives du Heimatmuseum de Schöneberg.

222 Voir « Fragebogen zur Wohnungsbewerbung », in : Archives de la Coopérative GWG-Kolonie Reform eG, non classée.

223 Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 20.

224 Sur la politique du logement menée par la Compagnie du Nord et sa vocation à intégrer le personnel particulièrement sollicité par l’effort de guerre : Georges Ribeill, « Politiques et pratiques sociales du logement dans les compagnies de chemins de fer », in : Susanna Magri, Christian Topalov (dir.), Villes ouvrières 1900-1950, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 159-165.

225 Dautry, ingénieur polytechnicien, intervint en tant qu’adjoint de l’Ingénieur en chef des travaux et de la surveillance de la Compagnie du Nord dans la gestion de la cité du Tergnier. Il fut nommé directeur général du Réseau de l’État en novembre 1928. Il fut l’un des promoteurs de la modernisation technique du Réseau de l’État, où il introduisit de nouvelles méthodes de planification. Voir notamment, Raoul Dautry. La naissance d’une pensée technnique, Paris, IFA, 1987 et Georges Ribeill, « Politiques et pratiques sociales du logement dans les compagnies de chemins de fer », in : Susanna Magri, Christian Topalov (dir.), Villes ouvrières 1900-1950, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 163-165.

226 Sur la gestion des cités de la Cie du Nord : Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation du département de la Seine, op. cit., p. 60.

227 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit., p. 133.

228 Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, p. 20.

229 Louis Boulonnois, L’œuvre municipale de M. Henri Sellier à Suresnes, Paris, Nancy, Strasbourg, Berger-Levrault, 1938, p. 2.

230 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 632.

231 Voir Office Public d’habitations du département de la Seine, service de documentation et de propagande, « Cité-jardin de Suresnes », plaquette de présentation du projet de Suresnes daté de juin 1933 détenue par l’Office public d’HLM du département 92.

232 Louis Boulonnois, L’œuvre municipale de M. Henri Sellier à Suresnes, Paris, Nancy, Strasbourg, Berger-Levrault, 1938, p. 12 et p. 28.

233 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 279.

234 Urbanisme, 4e année, n°32, janvier 1935, resp. p. 19, p. 22, p. 21.

235 Ibid., p. 24.

236 Ibid., p. 66.

237 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 13.

238 Ibid., p. 41-42.

239 Voir « Wohnungsvergebungen », in Geschäftsbericht 1926, Archives GWG, Magdebourg.

240 Voir Fragebogen zur Wohnungsbewerbung, Archives GWG, Magdebourg.

241 Voir « Wohnungsvergebungen », in Geschäftsbericht 1926, Archives GWG, Magdebourg.

242 Berthe Leymarie, L’organisation sociale des cités-jardins du Grand-Paris, op. cit, p. 163.

243 Ibid., p. 162.

244 Voir Rapport de M. Buxbaum, septembre 1926, Cité Lindenhof, ursula Pasche, classeur G-N, archives du Heimatmuseum de Schöneberg.

245 Voir Berliner Geschichtswerkstatt, Der Lindenhof. Eine Genossenschaftssiedlung in der Großstadt, 1987, p. 16.

246 « Genossenschaft » : déclaration de F. Czeminski, classeur G-N Ursula Pasche, Arch. Heimatmuseum.

247 Susanna Magri, Christian Topalov, « L’habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie et aux États-Unis, 1910-1925 », op. cit., p. 244.

248 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1117.

249 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 60.

250 Georges Ribeill, « Politiques et pratiques sociales du logement dans les compagnies de chemins de fer », op. cit., p. 163-164 ; p. 168.

251 Susanna Magri, Christian Topalov, « L’habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie et aux États-Unis, 1910-1925 », op. cit., p. 244.

Table des illustrations

Titre Ill. 21 - Bruno Taut, maisons provisoires
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Ill. 22 - Paul Wolf, schéma d’organisation de la grande ville
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Ill. 23 - Paul Wolf, schéma - cité-jardin triple
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Ill. 24 - réalisations de l’Office public du département de la Seine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Ill. 25 - Gonnot et Albenque, plan de la cité Stains
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Ill. 26 - Les deux villas à l’entrée de la cité Hohe Lache, Dessau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Ill. 27 - Sculptures - Entrée de l’école, cité-jardin Suresnes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Ill. 28 - École - mosaïques murales, Cité-jardin Suresnes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4050/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540