Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Préface

Clare Pratt

Texte intégral

1C’est avec reconnaissance et admiration que je souhaite présenter cette histoire de la Société du Sacré-Cœur, qui s’étend de 1865, année de la mort de sa fondatrice, Madeleine-Sophie Barat, au bicentenaire de l’an 2000. L’histoire de certaines provinces ou pays dans lesquels la Société est implantée a déjà été écrite mais c’est la première fois qu’une histoire de la congrégation tout entière est rédigée ; ce qui a représenté un énorme travail.

2Monique Luirard combine la compétence d’une historienne de profession avec ses méthodes de recherche et d’analyse, et l’expérience de la vie intérieure d’une religieuse du Sacré-Cœur. Cette alliance de la « tête » et du « cœur » donne à l’ouvrage une qualité très satisfaisante.

3À un moment donné de la vie de tout être humain naît le désir de connaître quelque chose de la généalogie de sa famille, de l’histoire de ses ancêtres, soit par curiosité, soit comme aide à une meilleure compréhension de soi. Il en est de même pour une congrégation religieuse dont l’histoire offre à chaque nouvelle génération, fondation et inspiration. Les directives du Concile Vatican II (1962-1965) demandant de renouveler la vie religieuse dans un « processus simultané » d’adaptation aux nouvelles conditions des temps et de retour à l’inspiration originale du fondateur/fondatrice, furent pour la Société du Sacré-Cœur une invitation à retrouver ou à découvrir des documents de son histoire qui, jusque-là, étaient restés inconnus ou disséminés.

4Phil Kilroy, dans son livre Madeleine Sophie Barat : une Vie, a présenté la fondatrice comme une femme de son temps, une femme extraordinaire qui tint le gouvernail pendant les soixante-cinq premières années de la vie de la congrégation et devint une sainte en vivant pleinement l’idéal qui l’avait inspirée quand elle avait à peine vingt et un ans. Ce livre, La Société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps, en est la suite. Cependant, Monique Luirard ne focalise pas sur une seule personne mais sur des milliers de religieuses du Sacré-Cœur qui ont vécu un même idéal sur les cinq continents pendant cent-trente-cinq ans.

5Les années qui ont suivi la mort de Sophie Barat ont été divisées en trois parties : de 1865 à 1907, de 1907 à 1957, et de 1957 à 2000. La troisième partie est la plus détaillée et, en soi, cela est compréhensible. La semi-clôture et l’uniformité de la vie et de l’apostolat avant Vatican II sont moins complexes et plus faciles à décrire que l’explosion de l’expérimentation et de la diversification des réponses apostoliques aux besoins locaux, rendue possible par le Concile. Cela étant dit, la seconde partie de l’ouvrage inclut l’expansion internationale due aux expulsions de France (et de Chine), les deux guerres mondiales ainsi que la violence et l’instabilité politique de nombreux pays (par exemple en Espagne et au Mexique), sans compter un certain nombre de désastres naturels, tel que le tremblement de terre au Japon, en 1923. Tous ces évènements ont affecté la Société en dépit de sa vie cloîtrée.

6Certains fils tissés tout au long de cette histoire de la Société du Sacré-Cœur, sont particulièrement signifiants. Depuis le commencement de la Société, sa conception a été universelle et l’internationalité, une dimension essentielle depuis 1818, lorsque Philippine Duchesne quitta la France pour porter l’amour du Cœur de Jésus au continent américain. Un autre nom pour cela est le « sens du corps », caractéristique de la Société depuis ses débuts alimenté par la manière d’être en relation de Madeleine Sophie, qui devint la marque du futur gouvernement et fut l’instrument qui permit d’instiller dans les cœurs des religieuses de chaque génération un profond amour de la congrégation. Comme symbole de cette affection que nous exprimons souvent par le « Cor unum », j’aimerais citer le fait qu’au moment des expulsions hors de France (1904-1909), aucune religieuse professe (la plupart étaient françaises), n’a choisi de quitter la congrégation plutôt que d’être envoyée dans un autre pays. Le « sens du corps » fut plus fort que l’esprit national.

7Un autre fil est l’engagement à réparer par l’éducation le tissu social endommagé. Même quand les religieuses ne pouvaient quitter la propriété où se trouvaient le couvent, le pensionnat et l’école des pauvres, elles s’ingéniaient à inventer des moyens pour répondre aux besoins non assumés par les institutions locales, à assurer une dimension éducative lors de situations d’urgence telles que la guerre, l’occupation ou les épidémies. Lorsque la clôture a été supprimée et que les religieuses ont pu sortir du couvent, elles l’ont fait avec un cœur d’éducatrice.

8Un autre fil qui apparait est l’évolution dans la Société de la conscience politique. D’une situation où l’on se refrénait à parler de tout ce qui concernait la politique (c’était sagesse dans les débuts de la Société, et facilité par la règle du silence), nous sommes arrivées à reconnaître au Chapitre général de 1988 « la dimension politique de notre vie apostolique ». Plus la Société s’est acculturée, plus notre vie est devenue solidaire de la vie et des combats des autres.

9Ce qui est frappant en lisant, page après page, les évènements horribles qui ont touché nos vies tels que la guerre, la persécution, les désastres naturels, c’est le fait que des milliers de religieuses du Sacré-Cœur ont continué à vivre une vie habituelle : elles sont entrées au noviciat, ont reçu l’habit religieux, ont prononcé leurs vœux, ont enseigné, ont cuisiné pour des centaines de personnes, ont soigné des blessés, ont hébergé des réfugiés et des orphelins, et elles ont réussi envers et contre tout à maintenir une vie de prière. Sans doute était-ce/ est-ce la vraie dimension contemplative de la vocation Rscj, qui fut secouée pendant un temps par la suppression des structures monastiques, mais par voie de conséquence, creusée et affermie ; ce qui explique la sérénité et l’équanimité de beaucoup de religieuses du Sacré-Cœur qui ont fait face à ces défis sans précédents.

10Ce qui donne couleur et texture à cette tapisserie qu’est la Société du Sacré-Cœur est sa raison d’être : communiquer par la parole, les actes et l’exemple de l’amour de Dieu pour chaque être humain ; découvrir en chaque personne ce même amour qui peut être caché.

11Découvrir le trésor qui est caché en l’autre me rappelle quelques mots de Madeleine-Sophie qui semblent, ici, appropriés : « Il y a des sources qui restent inconnues. Enlevez un peu de terre et aussitôt vous verrez apparaître une eau claire et limpide. » Dans ce livre, Monique Luirard a réalisé un beau travail, celui de dégager la terre des sources qui ont toujours existé mais qui, jusqu’à présent, nous étaient inaccessibles.

12Je pense que la Société ainsi que les cercles toujours plus vastes d’amis laïcs et de collègues, d’anciens étudiants et d’associés, feront bon accueil à ce livre. C’est une belle contribution à notre « histoire de famille » aussi bien qu’à l’histoire de la vie religieuse féminine des XIXe et XXe siècles. C’est intéressant, souvent fascinant et inspirant.

3 juillet 2008, 20e anniversaire de la canonisation de Philippine Duchesne.

Auteur

Religieuse du Sacré-Cœur. Supérieure Générale. Rome.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540