Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps 1865 - 2000

 | 
Monique Luirard

Remerciements

Full text

1Cet ouvrage n’aurait pas pu être écrit sans le soutien de la Société du Sacré-Cœur. Je voudrais assurer de ma reconnaissance Patricia García de Quevedo et Clare Pratt. La première, en 2000, a accueilli favorablement le projet de cette Histoire de la Société du Sacré-Cœur dans le monde de son temps. La seconde m’en a confié la réalisation.

2La Maison Mère et les provinces m’ont facilité la tâche. Je souhaite tout spécialement remercier Margaret Phelan, archiviste générale. Les archivistes ou les secrétaires provinciales m’ont été d’un grand secours : Frances Gimber, à Saint Louis, dans le Missouri, Mary Coke, à Roehampton, Jeanine Zech et Clotilde Meeûs, à Bruxelles, Anne Leonard, à Rome, puis à Montréal, Claude Brahamsha, au Caire, Maryvonne Duclaux, à Poitiers, Tanaka Tsutako, à Tokyo, Elvira Rabatté, à Guadalajara, Angela Corsten, à Vienne, Marta Elena Mejía, à Medellín, Blanca de Sivatte, à Barcelone, Concepción Santamaría, à Madrid. Francisca Tamayo, qui avait contribué à ma recherche pendant qu’elle était chargée du secrétariat général à Rome, m’a guidée au Pérou, tout comme l’a fait Patricia García de Quevedo au Mexique. L’une et l’autre m’ont permis d’entrer dans la culture et la vie de ces deux provinces.

3Ma reconnaissance va également aux provinciales qui ont transmis aux religieuses les questionnaires que je leur envoyais et qui ainsi ont souhaité accroître les archives de leur province en sollicitant la mémoire de leurs sœurs. Je remercie tout spécialement Ysabel Lorthiois, Geneviève Mousset et Hélène Carré (+), qui ont traduit les documents qui arrivaient d’Espagne, de Colombie et du Chili.

4Ce sont enfin toutes celles qui ont porté ce projet par la prière, par les entrevues qu’elles m’ont accordées, par les réponses qu’elles m’ont fournies, par le temps qu’elles y ont consacré, par la confiance qu’elles m’ont accordée, que je voudrais remercier. Ces rencontres ont été pour moi des moments importants au cours desquels j’ai beaucoup reçu. C’est du reste aux milliers de femmes, vivantes ou non, qui sont entrées dans la Société du Sacré-Cœur pour glorifier le Cœur du Christ et pour suivre sainte Madeleine Sophie que je voudrais dédier cette histoire qui est la leur.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540