Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE III. L’impact de la guerre sur la cité-jardin en France et en Allemagne : naissance d’une pensée urbaine « uniforme » ?

Chapitre II. Le projet des cités-jardins au service de la mobilisation nationale

Texte intégral

1La guerre transforma la conception du logement à divers points de vue. Elle favorisa d’une part l’épanouissement d’un nouveau modèle qui allait devenir la référence standard de l’urbanisme de l’après-guerre : la colonie pavillonnaire. Ce type de construction bénéficia d’autre part du soutien des pouvoirs publics, grâce à une série d’innovations législatives introduites au cours de la guerre. La promotion de ce type de bâti n’est pas sans causer l’étonnement. On se souvient par exemple que la propagande menée par la DGG en faveur du bâti pavillonnaire relevait avant la guerre d’un véritable combat. Le débat autour de la maison individuelle, qu’elle ait été construite de manière isolée ou en rangée, divisait les cercles professionnels en Allemagne comme en France. Les uns tentaient de prouver les avantages aussi bien sociaux, hygiéniques qu’économiques de ce type architectural alors que les autres le rejetaient au nom de son prix coûteux. Les règlements d’urbanisme en vigueur, ajustés à un autre type de bâti, en rendaient l’exécution difficile. Comment expliquer dans ce contexte l’engouement soudain pour ce type d’habitat ? C’est l’émergence du consensus autour d’une forme d’habitation largement inspirée de la cité-jardin qui, quelques années auparavant, avait encore eu du mal à s’imposer, que ce chapitre abordera sous deux angles :

2A. En examinant d’abord les conditions de ce consensus que l’on replacera dans la dynamique de rassemblement suscitée par la mobilisation.

3B. En s’appliquant ensuite à mesurer les effets de ce consensus : comment la propagande menée, durant le conflit, en faveur d’un habitat aéré déboucha-t-elle sur le vote de mesures législatives qui facilitèrent la promotion du bâti pavillonnaire après-guerre ?

A . La cité-jardin dans le contexte de la mobilisation nationale

4En France comme en Allemagne, la guerre transforma le jeu des alliances qui unissaient les spécialistes de l’urbain dans la décennie précédente. Alors qu’en France, la création de l’Office public des HBM du département de la Seine impulsa une nouvelle dynamique de rassemblement autour de l’idée des cités-jardins, en Allemagne, le consensus qui s’établit autour d’une nouvelle forme d’habitat, la colonie pavillonnaire périurbaine, transformait l’équilibre institutionnel qui organisait la scène réformatrice. C’est d’un point de vue institutionnel que sera tout d’abord envisagé le projet des cités-jardins et sa transformation au moment des hostilités : Pourquoi de nouveaux acteurs adhérèrent-ils au projet ? Quelles furent les répercussions de ce ralliement sur la conception des cités-jardins ?

1. La percée d’un « mouvement » français des cités-jardins

5À la veille de la guerre, la décision du Conseil général de la Seine de créer un Office départemental chargé d’édifier des cités-jardins dans la banlieue parisienne (finalement créé par le décret du 18 juillet 1915) et de le doter de 150 000 francs portait en germe la constitution, sur le sol français, d’un véritable mouvement des cités-jardins orchestré par Henri Sellier. Si l’idée des cités-jardins avait jusqu’alors été abordée d’un point de vue théorique, la création de l’Office inaugurait l’étape des réalisations concrètes.

  • 1 « Extrait du procès-verbal de la séance du Conseil général de la Seine du 14 décembre 1916 », in : (...)
  • 2 « Extrait du procès-verbal de la séance du Conseil général de la Seine du 21 décembre 1916. Attribu (...)

6La guerre joua un rôle d’accélérateur dans l’organisation d’un tel mouvement. Ainsi le 14 décembre 1916, Sellier demanda, au cours d’une séance du Conseil général, l’accélération de la constitution de l’Office départemental dès lors que les hostilités laissaient prévoir une aggravation du problème du logement à la fin de la guerre1. Lors de la même séance, la composition du conseil d’administration de l’Office fut rendue publique. Trait remarquable, il fédérait en son sein les réformateurs que la campagne autour des espaces libres avait rapprochés : ainsi parmi les délégués du conseil d’administration, on comptait entre autres le sénateur Ambroise Rendu, par ailleurs conseiller municipal, membre influent de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social et de la Société française des habitations à bon marché ; Louis Dausset, président de la Commission des transports en commun, qui collabora aussi à la campagne des espaces libres avec la création de la « Ligue pour les espaces libres, l’assainissement et les sports » en 1909 ; Donnat-Alfred Agache, affilié dès 1909 à la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social, puis secrétaire de la Société française des architectes urbanistes, l’un des architectes qui popularisa l’architecture des cités-jardins parmi les réformateurs ; Joseph Dépinay, membre du Conseil supérieur des HBM et fin connaisseur de l’urbanisme anglais ; Edouard Fuster, correspondant du Musée social en Allemagne ; Maurice Dufourmantelle et évidemment, Henri Sellier. La guerre contribua en outre à ordonner l’action du mouvement autour d’un programme articulé. Étant donné la conjoncture qui paralysait l’industrie du bâtiment, l’Office ne pouvait se lancer dans la construction : il privilégia donc d’abord « l’achat de grandes quantités de terrain ». Cette acquisition fut soutenue par le Conseil général de la Seine qui octroya en décembre 1916, sous la pression de la conjoncture de guerre et des carences en logement, une allocation de 10 millions de francs2.

7L’Office jetait ainsi les bases d’une politique foncière inédite et appliquait les idées défendues par la Section d’hygiène urbaine et rurale dont la réalisation avait, faute de moyens, et dans un contexte réglementaire défavorable, jusque-là tardé. En Allemagne, la guerre transforma l’équilibre des forces au sein du mouvement de la réforme du logement. La DGG se rallia au vaste mouvement de la réforme uni par l’esprit de mobilisation, au risque d’en être absorbée. Cette reconfiguration institutionnelle se répercuta sur le rôle de la cité-jardin dans la réforme du logement développée pendant le conflit.

2. La DGG et la mobilisation des forces réformatrices en Allemagne

  • 3 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, (...)
  • 4 « Grundsätze für ein Reichsgesetz zur Schaffung von Kriegerheimstätten », in : Gartenstadt, n°9, fé (...)
  • 5 H. Albrecht, J. Altenrath, Zeitschrift für Wohnungswesen, 25 septembre 1914, n°22/24, p. 329.
  • 6 « Bericht über die Verhandlungen der 2. Generalversammlung des Groß-Berliner Vereins für Kleinwohnu (...)
  • 7 Voir Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Grossstadt und Kleinhaus, op. cit., p. 29.
  • 8 Composition du conseil d’administration nommé le 9 avril 1913, in : Groß-Berliner Verein für Kleinw (...)
  • 9 Bericht über die 2. Versammlung, op. cit., p. 19.
  • 10 5000 Mark collectés par les administrations de l’État et des communes. Ibid., p. 19-20.
  • 11 On trouvera la liste des participants in : Gross-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Bericht üb (...)
  • 12 Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Großstadt und Kleinhaus, op. cit., p. 27.

8Durant les années de guerre, la DGG fédéra ses forces à celles de la Gesellschaft für innere Kolonisation – Société de colonisation intérieure – et du Hauptausschuß für Kriegerheimstätten – Comité central pour la promotion du foyer des combattants – afin de proposer des modèles d’habitation pour les soldats de retour du front, une action à laquelle l’opinion publique se montrait fort sensible3. Elle participa même activement avec les acteurs de la réforme foncière, très engagés dans l’élaboration d’une politique nationale du logement, à la rédaction de principes destinés à l’élaboration d’une « loi nationale sur le foyer – Heimstätte – des combattants4 ». Cette collaboration confirmait la nouvelle direction dans laquelle la DGG avait engagé ses activités conformément à la profession de foi publiée le 13 septembre 1914. Cette déclaration déployait une rhétorique, certes typique du langage de la réforme qui prônait la coopération et l’entraide, mais aussi imprégnée de l’esprit de mobilisation qui se propagea dans les rangs réformateurs après l’éclatement des hostilités5. La DGG se rallia effectivement au mouvement fédérateur initié par la mobilisation, en s’affiliant au Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen6. Cette association créée au tournant de l’année 1912/1913 se consacrait à la question du logement dans l’agglomération berlinoise et notamment à la promotion du bâti pavillonnaire7. La guerre impulsa une nouvelle dynamique aux activités de cette association qui certes brassait déjà lors de sa création les figures tutélaires de la réforme urbaine et des hommes politiques8, mais dont le rayon d’action était jusqu’alors circonscrit à l’agglomération du Grand-Berlin. Créée sous les auspices du juriste Alfred von Conrad, chef de la chancellerie du Reich de 1901 à 1904, président depuis 1910 de la province du Brandenbourg, elle dut son épanouissement à l’engagement et à l’énergie de certains de ses membres influents, comme l’ancien secrétaire d’État Bernhard Dernburg qui présidait le conseil de l’association ou les industriels Ernst von Borsig et Carl Friedrich von Siemens. Mais elle s’assurait également le soutien des fers de lance de la réforme : Alexander Dominicus, maire de Schöneberg de 1911 à 1921, réputé pour sa contribution à la réforme de l’administration municipale de Strasbourg avant 1911, Heinrich Albrecht, architecte à la tête d’une institution phare de la réforme, la Zentralstelle für Volkswohlfahrt, éditeur du Zeitschrift für Wohnungswesen, sans compter les spécialistes de l’urbanisme les plus en vue comme Josef Stübben et Theodor Goecke. Elle parvint à maintenir le cap au début de la guerre, continuant d’attirer de nouveaux adhérents9, bénéficiant du soutien des puissances publiques sous la forme d’un crédit qui lui fut alloué au début du conflit10. La liste des participants qui assistaient à la première assemblée générale organisée depuis le début des hostilités, le 6 octobre 1915, témoigne de l’audience élargie d’une association dont l’ancrage avait jusqu’alors été essentiellement local. Elle attira outre les membre de l’administration gouvernementale, à l’instar de Friedrich Freund directeur ministériel au ministère de l’Intérieur du royaume de Prusse, des représentants du Reich ou des parlements, tel le président du Reichstag Johannes Kämpf. Mais elle s’ouvrit également aux institutions les plus actives de la réforme du logement, à l’instar entre autres du Werkbund, du Bund Heimatschutz, de l’Association pour la promotion du logement de la province de Westphalie ainsi que celle de la Zentralstelle für Wohnungsfürsorge im Königreich Sachsen – Office central pour la promotion de l’habitation dans le royaume de Saxe –, toutes deux réputées pour leur activisme11. La conjoncture de guerre donna l’occasion au Groß-Berliner Verein d’impulser une véritable dynamique de rassemblement autour de ses projets de réforme du logement. La présence, lors de sa troisième assemblée générale, le 6 février 1917, du chef de la reconstruction en Prusse délégué par le ministre des Travaux Publics de Prusse, Paul Fischer, mais aussi du ministre de la Guerre constitue un premier indice de cette évolution12.

  • 13 Bericht über die zweite Generalversammlung, op. cit., p. 20

9Partant, les objectifs poursuivis pendant la guerre débordèrent le champ des activités définies lors de la création de l’Association : la promotion d’un habitat décentralisé dans la couronne du Grand-Berlin. Ils débouchèrent sur différents projets de réforme articulés autour de la question du financement de la construction et des soutiens publics au logement : l’Association soumit une requête au Reichstag dès le début du conflit dans laquelle elle envisageait les moyens de traiter la crise de l’habitation dès l’arrêt des hostilités et notamment de surmonter la pénurie de logements économiques13. La profusion des rapports publiés sous son égide durant le conflit témoigne autant de l’étendue de ses activités que de la diversité des acteurs que l’Association réunissait désormais. L’ingénieur Erich Leyser publia une étude sur la standardisation des matériaux, l’industriel Carl Friedrich von Siemens traita de la réforme du logement ouvrier, l’architecte paysagiste Ludwig Lesser s’intéressait à l’aménagement des jardins de subsistance – Kleingarten. Le rapport sur le financement de l’habitation économique mandé par la Immobiliar­kredit­kommission des Reiches – Commission impériale du crédit immobilier – achève de prouver son influence sur la politique du logement en pleine élaboration. Les thématiques abordées, qu’il s’agisse de la standardisation de la construction ou des formes de l’engagement public signalaient la forte implication de l’Association dans les débats qui par ailleurs polarisaient l’actualité politique. La standardisation des matériaux et procédés de construction s’inscrivait en effet dans la continuité de l’effort rationalisateur qui organisait l’économie de guerre. Les enjeux nationaux attachés à la question du logement dans un pays tendu par l’effort de guerre contraignaient en outre les pouvoirs publics à s’investir dans un domaine jusqu’alors abandonné aux forces de la réforme. La signification des travaux poursuivis par l’Association explique de ce fait le soutien que les pouvoirs publics lui accordèrent.

Consensus autour du bâti pavillonnaire et convergence d’intérêts

  • 14 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », in : Groß-Berlin (...)

10L’audience élargie du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen témoigne d’un intérêt croissant pour la question de la construction économique, notamment sous la forme du bâti pavillonnaire, qui s’étendait alors jusqu’aux membres du gouvernement. La position campée par l’un des membres du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Carl Friedrich von Siemens, sur la question du logement ouvrier permet d’éclairer le consensus qui fédéra industriels, réformateurs et représentants du gouvernement autour d’un modèle d’habitation à bon marché, la colonie pavillonnaire. Le chapitre précédent a décrit l’évolution de la politique sociale de l’entreprise déterminée par l’objectif du rendement économique. On a évoqué le rôle joué par le fils du grand entrepreneur, Carl Friedrich von Siemens, dans la définition de ce nouveau programme social. Il n’est donc pas étonnant que Carl Friedrich von Siemens14 ait rédigé, pour le compte du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, en 1917, un court opuscule consacré à « L’importance de la question du logement pour l’industrie ». Corollaire du tournant qui marqua la politique sociale de l’entreprise, ce plaidoyer s’affranchissait des principes du paternalisme traditionnel et développait des idées en accord avec les changements d’attitude constatés chez les ouvriers. Ces derniers posaient en effet de nouvelles exigences et aspiraient à loger indépendamment du lieu où ils travaillaient. Siemens, puisqu’il considérait cette tendance contraire aux intérêts de l’entrepreneur qui entendait au contraire s’attacher durablement ses ouvriers, essayait donc de définir sur un autre registre les liens de l’ouvrier à l’usine : il convenait désormais de transmettre à l’ouvrier, en guise de liens, un sentiment « d’appartenance » et de le nouer durablement en veillant à son « bien-être ». Il retournait donc complètement l’argument fondamental du paternalisme : pour lier l’ouvrier durablement à l’entreprise, il fallait de manière paradoxale le laisser « libre » entre ses quatre murs. La cité-jardin semblait se prêter à de telles conceptions qui apparaissaient comme une variation sur le thème de l’enracinement abondamment développé par le mouvement des cités-jardins. D’autant plus que la politique sociale développée par Siemens durant ces années de guerre, en concevant l’amélioration des conditions de vie comme un facteur de rentabilité, attachait une importance particulière au cadre de vie des ouvriers, à ses qualités hygiéniques et environnementales. Si le désir de s’assurer durablement les services d’une armée d’ouvriers le poussait à se soucier de leur « bien-être », le souci de rentabilité prenait en compte leur santé physique et leur fécondité.

11Si de telles idées s’articulaient à des représentations qui, déjà avant-guerre, ébranlaient l’héritage paternaliste, Siemens élargissait néanmoins la brèche ouverte : il sollicitait en effet le soutien de l’État dans la construction de l’habitat ouvrier au nom de la convergence des « intérêts de l’État avec ceux de l’Industrie ». Les considérations démographiques, notamment le constat d’un recul de la natalité, semblaient la pierre de touche de cet intérêt commun. Dans la conjoncture de guerre, la santé et la fécondité de l’ouvrier intéressaient autant l’industriel, soucieux de la reproduction de la force de travail, que l’État pour lequel le taux des naissances incarnait la vigueur nationale.

  • 15 Copie d’une lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Finances et de l’Agriculture, cité pa (...)
  • 16 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, op. cit., p. 47-48.
  • 17 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », op. cit., p. 8 e (...)
  • 18 Correspondance du directeur du syndicat des communes du Grand-Berlin avec le ministre des Finances (...)

12La convergence évoquée par Siemens entre les intérêts publics et ceux de l’industrie fut confirmée par l’engagement des autorités gouvernementales pour la construction d’un bâti aéré sous la forme de colonies pavillonnaires. La saignée démographique provoquée par la guerre incita effectivement les pouvoirs publics à fixer les principes de la reconstruction. En Prusse, dans une lettre adressée au ministre des Finances et de l’Agriculture, le ministre de l’Intérieur préconisa par exemple la construction d’un bâti aéré « pour le renforcement de la force du peuple allemand après la guerre15 », nonobstant les difficultés concrètes posées par ce type de construction, en particulier la constitution d’un parc foncier. Certainement, les soulèvements qui se multiplièrent au cours du conflit et qui ressuscitaient le spectre de la révolte ont favorisé la prise de position des autorités publiques. Le logement fut alors perçu comme le volet d’une politique sociale destinée à éviter les débordements. Jürgen Kocka a souligné que les différentes manifestations d’agitation, les actions de protestation visèrent au plus tard en 1916 des questions de politique intérieure. La rudesse légendaire de l’hiver 1917, les événements russes de février 1917 et les mouvements d’agitation suscités par la loi Fideikommissgesetz menaçaient la stabilité intérieure du pays, tout au moins était-ce une crainte partagée par les autorités politiques puisque le 29 mars 1917, pour la première fois depuis le début de la guerre, un grand débat du Reichstag fut consacré à la situation politique à l’intérieur des frontières16. Le souci exprimé par Siemens en 1917 pour le « contentement » des ouvriers, pour la satisfaction qu’ils pouvaient tirer des « plaisirs de la vie », s’inscrivait dans ce contexte17. En juillet 1916, un autre membre du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Karl Steiniger, directeur du syndicat des communes du Grand-Berlin depuis 1912, avait déjà dévoilé des craintes similaires18 lorsqu’il évoquait « l’immense danger d’État » que pouvait représenter « l’accroissement de l’entassement de la population dans des immeubles à plusieurs étages ».

  • 19 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg. Wohnungsfrage, Wohnungspolitik und der Erste Weltkrieg in De (...)
  • 20 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Premièr (...)

13L’enjeu national revêtu par la question du logement au cours de ces années de guerre déboucha sur la création à l’automne 1917 d’un Beirat für Städtebau und städtisches Wohn- und Siedlungswesen – Comité d’urbanisme, du logement et des colonies d’habitation urbaines – à l’initiative du ministère des Travaux Publics et du ministère de l’Intérieur de Prusse19. Ce Comité qui réunissait bon nombre des acteurs de la réforme urbaine, et notamment des membres du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, était l’expression de l’alliance d’intérêts nouée pendant le conflit. Pour éclairer ce consensus, il importe de le replacer dans l’évolution qui se manifestait aussi dans les autres nations européennes au moment du conflit et que Susanna Magri et Christian Topalov20 ont désignée sous le terme d’« industrialisme ». Ce terme révèle la prise de conscience durant la guerre totale de l’urgence des réformes pour résoudre les problèmes sociaux mais surtout la nécessité de fixer de nouvelles méthodes et de nouveaux objectifs. Il caractérise en outre l’impact de la mobilisation militaire et industrielle sur l’instauration de nouveaux rapports entre « les grands industriels, les syndicats et les partis ouvriers, les professionnels » et la naissance de ce que les deux auteurs appellent une « idéologie commune » qui « constitue le socle d’un nouveau consensus social, qui fixera un cadre et des limites aux conflits à venir ».

  • 21 Voir Ludwig Lesser, Der Kleingarten. Seine zweckmässigste Anlage und Bewirtschaftung, Berlin, Carl (...)
  • 22 Voir notamment Hugo Wagner, « Landwirtschaftliche Bodenpolitik der Städte », in : Die Bauwelt, 3 dé (...)

14La promotion d’un bâti aéré sous la forme de la cité-jardin semblait répondre aux préoccupations communes nées de la conjoncture de guerre. Dans le climat de mobilisation, les forces étaient effectivement unies vers la réalisation d’un but commun : la victoire nationale. Quels que soient les bords dont ils étaient issus, industriels, acteurs politiques ou spécialistes de l’urbain formulaient tous le même souci du rendement et de l’efficacité. La cité-jardin fut conçue comme un des moyens de parvenir à ce but. Le statut particulier accordé au jardin dans le discours des réformateurs allemands obéit à une logique similaire : s’ils avaient jusqu’alors espéré soustraire l’ouvrier à la rue et au cabaret grâce au travail du jardin, c’est l’idée de rentabilité qui était désormais au cœur des réflexions sur le jardin individuel21. La guerre signifiait la mobilisation des forces : le jardin était un cadre idéal où l’ouvrier pouvait se reposer de sa journée de travail tout en ne « dilapidant » pas inutilement ses énergies22. Le blocus économique accentuait effectivement la conception selon laquelle chaque force contribuait à la survie nationale. La mobilisation des forces fédéra donc de nouvelles unions autour du projet des cités-jardins. Les effets de ce ralliement s’interprètent à la lumière des nouvelles formes de soutien public, orientées vers la promotion de ce type d’habitat.

B. La cité-jardin et la définition du logement comme priorité nationale

1. Cité-jardin et mobilisation nationale

L’espace de la cité-jardin : cristallisation d’une profession de foi patriotique

  • 23 Georges Risler, « De la reconstruction des villes détruites par l’ennemi », in : La technique sanit (...)
  • 24 Fritz Beuster, Städtische Siedlungspolitik nach dem Krieg, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1915, p. 2

15La montée du conflit franco-allemand a mis en valeur les représentations nationales voire nationalistes dont les problèmes d’aménagement urbain furent alors chargés, convoquant de plus en plus fréquemment des références au sentiment patriotique et au territoire national. Cette coloration patriotique s’accentua pendant la guerre. Les conférences qui se déroulèrent en 1916 dans le cadre de l’Exposition de la Cité reconstituée brassaient, à travers les questions techniques de plan et d’aménagement, des références au sol qui cristallisaient une identité patriotique, voire franchement nationaliste. Ainsi, dans son plaidoyer pour l’instauration des plans d’aménagement et d’extension, Risler se référait à la terre, soubassement idéologique d’un argumentaire qui insistait sur le clivage entre l’Allemagne et la France. Certes, les Allemands avaient « porté bien près de la perfection l’élaboration des plans d’aménagement et d’extension des villes et de leur exécution23 ». Cependant ces qualités, Risler les dévalorisait dans un même mouvement en évoquant « la barbarie foncière des brigands » qui avaient profané le sol français en traçant les tranchées du front avec la charrue, symbole sacré de la ruralité. En Allemagne, les discussions sur l’urbanisme valorisèrent aussi les références au sol de la « patrie ». Les réflexions techniques sur l’aménagement continuaient d’être articulées à la notion de « colonisation intérieure ». La guerre conforta la dimension nationaliste de ces thématiques. L’étude que le spécialiste d’urbanisme Fritz Beuster consacrait aux orientations de l’aménagement urbain après-guerre émaillait ses développements sur les enjeux techniques de la planification de prises de position impérialistes sur la victoire24.

  • 25 Ambroise Rendu, « Assainissement et aménagement du département de la Seine », in : Technique sanita (...)
  • 26 Ibid., p. 39.

16Ces représentations territoriales se cristallisèrent sur le projet des cités-jardins. En articulant les questions d’aménagement à des considérations démographiques, les débats français exaltaient l’enjeu national et politique de ce mode d’habitation25. La guerre avait renforcé des inquiétudes, déjà perceptibles auparavant, au sujet de la dégénérescence de la race. Le fort taux de mortalité et la chute de la natalité suggéraient des pronostics alarmistes pour l’avenir du pays. L’amélioration de la situation passait, pour les réformateurs, par un relèvement des conditions de vie, donc un meilleur aménagement des villes et de leur banlieue. L’édification de banlieues salubres sous la forme de cités-jardins fut dans cette perspective désignée par le sénateur Ambroise Rendu comme « une besogne patriotique, une œuvre nationale (…)26 ».

  • 27 Fritz Beuster, Städtische Siedlungspolitik nach dem Kriege, op. cit., p. 2-3.
  • 28 Franz Oppenheimer, Paul Schmitthenner, Fritz Stahl, Die Gartenstadt Staaken, Berlin, Wasmuth, 1917, (...)

17Les spécialistes allemands de l’urbanisme développèrent eux aussi ces questions d’aménagement sur la toile de fond du spectre démographique27. Franz Oppenheimer, médecin de métier, introduisait quant à lui son étude sur la cité-jardin de Staaken en octobre 1917 par un tableau apocalyptique où la vitalité de la nation allemande et son avenir politique se mesuraient à l’aune de l’état sanitaire de la population28. Les mutilés de guerre, ceux qui rentraient du front blessés ou malades, donnaient corps, à ses yeux, à la menace qui pesait sur la nation. Ils semblaient présager de manière métaphorique aussi bien le déclin démographique que le déclin politique. Le traumatisme de la guerre surgissait au détour de la description des maladies et des blessures qu’elle avait infligées aussi bien aux corps qu’aux esprits :

  • 29 Ibid., p. 5.

La mort sur le front a soufflé au visage de 2 millions des plus jeunes et des plus forts, ce sont des centaines de milliers de mutilés, de malades qui rentrent à la maison, et seul l’avenir nous dira combien, parmi ceux qui enserrent nos frontières d’un rideau de fer, ont apporté les germes de la faiblesse, de la maladie, des épidémies29.

18Encerclement des armées ennemies, périls de guerre et menaces épidémiques se confondaient dans ce tableau apocalyptique de la guerre et de ses lendemains. Cela prouvait bien que la santé du peuple était devenue une question politique de portée nationale, d’autant plus que la masse des rescapés de guerre qui rentraient blessés semblait donner chair à la menace de la guerre puis de la défaite et en perpétuer la trace. Oppenheimer mentionnait à ce propos la « blessure nationale » incarnée par ces hommes innombrables qui avaient payé leur tribut à la patrie.

19Les questions démographiques qui se multiplièrent au cours du conflit dans les débats sur la cité-jardin se greffèrent en Allemagne de surcroît sur un enchaînement d’images qui réactivaient les références au sol cultivées par la propagande du mouvement des cités-jardins. Dans le climat de mobilisation, ces images furent intégrées à la profession de foi patriotique, voire nationaliste, qui se propageait aussi dans les milieux réformateurs. Les allusions au sol comme « bien patriotique » firent tache d’huile dans la littérature consacrée aux cités-jardins :

  • 30 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt, op. cit., p. 33.

L’existence de tout peuple repose sur un fondement géographique et spatial. Et comme l’a dit l’un des plus grands connaisseurs de cette terre, Friedrich Ratzel, un État est un organisme ancré dans un territoire [bodenständiger Organismus] et sa tâche consiste à organiser progressivement ce territoire en nouant des liens de plus en plus étroits avec le peuple. Ces principes doivent orienter le travail de la cité-jardin30.

  • 31 Franz Oppenheimer, Paul Schmitthenner, Fritz Stahl, Die Gartenstadt Staaken, op. cit., p. 5.

20La référence à Friedrich Ratzel, qui conceptualisa son œuvre géographique au moment de la fondation de l’Empire, n’est pas fortuite dans ces quelques lignes extraites de l’étude consacrée aux cités de combattants par l’hygiéniste Hermann Salomon. Cette allusion inscrivait le projet des cités-jardins dans le programme politique de la construction nationale. Plus le conflit se prolongeait, plus les références à l’espace dans la propagande du mouvement des cités-jardins se confondaient avec les références au territoire national. Ainsi, Franz Oppenheimer, dans sa présentation de la cité-jardin de Staaken, agglomérait le besoin de logement et le besoin d’espace (« Raum ») dont souffrait à ses yeux la nation allemande31. Siemens, lui aussi, dans sa conférence consacrée au « nouveau » logement ouvrier, exploitait cette confusion entre espace et territoire lorsqu’il comparait la patrie à une « grande maison » :

  • 32 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », op. cit., p. 11.

La providence sociale doit exercer un effet équilibrant de manière à ce que les forces tendues vers la victoire n’échouent pas, de manière à ce que la lumière et l’air se répartissent uniformément dans la nouvelle grande maison, notre patrie allemande protégée de nouvelles murailles32.

21La métaphore spatiale l’autorisait à établir un rapport de continuité entre l’espace du logement et le territoire national. Ces différentes représentations arc-boutèrent les discours qui revendiquaient et tentaient de justifier le soutien des puissances publiques à la création des cités-jardins.

2. Le projet des cités-jardins bouscule les conceptions de l’intervention publique

Le jeu des représentations dans le débat sur l’intervention publique et la réalisation des cités-jardins en France

  • 33 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 209-213.

22Pendant le conflit, ce sont de nouvelles représentations qui se greffèrent en France sur l’argumentation hygiénique qui, depuis les débats autour des espaces libres, conduisait à revendiquer l’intervention de l’État dans l’aménagement urbain. Les arguments avancés par Henri Sellier en 1917 devant le Conseil général de la Seine pour soutenir la politique d’acquisition des sols de l’Office public d’habitations à bon marché de la Seine rendent compte de l’évolution du débat. En effet, en 1917, la constitution du parc foncier nécessaire à l’exécution du projet de l’Office manqua d’achopper aux rigidités de la loi sur l’expropriation qui soumettait le droit d’exproprier à la nécessité d’« utilité publique ». Un conflit sur l’interprétation de la notion d’utilité publique opposa notamment Sellier à l’avocat de la préfecture Aubert qui refusait à l’Office le droit d’exproprier : puisqu’à ses yeux la construction de logements salubres et d’habitations à bon marché ne produisait aucun revenu et que les immeubles n’étaient pas affectés à un « service public », ce projet de construction ne constituait pas un « travail public »33. Sellier tentait de prendre le contre-pied de cette conception en définissant la notion d’intérêt public selon d’autres critères. Il prenait en effet prétexte du « besoin d’intérêt général » que satisfaisait « l’habitation saine et hygiénique des personnes peu fortunées » pour définir l’œuvre de l’Office comme un « service public ». Il contrecarrait alors les arguments d’Aubert à deux points de vue : l’intérêt général lui suffisait d’une part à définir la tâche des Offices comme un travail public. La prise en compte de l’intérêt social caractérisé par un aménagement salubre lui permettait d’autre part de prétendre que la construction de logements hygiéniques était en fin de compte productrice de revenus. Sellier, dans sa démonstration, avançait effectivement les arguments habituellement défendus par les réformateurs qui soulignaient les charges financières que représentait une population en mauvaise santé. Les considérations démographiques qui étayaient son argumentation étaient en outre lourdes des craintes de déclin et de dégénérescence attisées par le traumatisme de la guerre :

  • 34 Ibid., p. 884. La citation suivante se reporte également à cette référence.

On a trouvé tous les fonds nécessaires pour ne pas mourir. Il le fallait bien : il reste à payer. Mais il y a à trouver aussi les fonds nécessaires pour vivre et il faudra bien les trouver34.

  • 35 « Extrait du procès-verbal de la séance du Conseil général de la Seine du 21 décembre 1916 », in : (...)
  • 36 Le 11 décembre 1918, la création d’une cité-jardin dans les communes du Plessis-Robinson et du Chât (...)
  • 37 Ibid., p. 1034 et suivantes, p. 1089 et p. 1130.
  • 38 Ibid., p. 896.
  • 39 M. Legros, « Espaces libres-Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévastés (...)

23L’argumentaire démographique légitimait l’intervention des pouvoirs publics puisqu’il transformait la question du logement en priorité nationale, voire en une question de survie nationale35. L’attribution aux Offices de nouvelles prérogatives36, l’engagement financier accru de l’État37 ne furent pas les seuls effets de cette logique démonstrative. En concevant la réalisation des cités-jardins comme une tâche « nationale », nécessaire au maintien de la vigueur nationale, Sellier envisageait par ailleurs le logement comme un « droit absolu » de l’ensemble du peuple38. L’engagement de l’État dans l’œuvre de reconstruction conçu comme rétribution de l’effort de guerre fourni par la population légitimait par ailleurs la ligne argumentative d’Henri Sellier. Ainsi, l’architecte voyer de la ville de Paris, Georges Legros, dans le rapport sur la « reconstitution des pays dévastés » présenté au Congrès général du Génie civil en mars 1918, rejoignait Sellier dans sa conception du « droit39 » au logement salubre. Ces représentations contribuèrent à présenter le logement sain et agréable aménagé dans la cité-jardin comme un droit de la population dans son ensemble et l’aide publique comme un devoir, contrepartie du tribut payé par la population à la survie nationale.

Le projet des cités de combattants : du droit au sol au droit au logement

  • 40 Jahrbuch der Bodenreform, 1915, p. 136 et suivantes.
  • 41 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 5.
  • 42 Adolf Damaschke, « Kriegerheimstätten eine Schicksalfrage für das deutsche Volk », in : Soziale Zei (...)

24L’édification des cités de combattants polarisa dès 1915 les activités de la réforme. Ce projet cristallisa donc les réflexions et initiatives qui envisageaient la mise en œuvre d’une politique publique du logement. La constitution du Hauptausschuß für Kriegerheimstätten visait, entre autres, l’édification de colonies d’habitation pour les soldats de retour du front. Le principe de ces cités était fortement inspiré des cités-jardins. Ce comité réunit ces efforts à ceux de la DGG et du Bund deutscher Bodenreformer pour proposer en 1915 des principes destinés à l’élaboration d’une « loi nationale sur le foyer des combattants » – Grundsätze für ein Reichsgesetz zur Schaffung von Kriegerheimstätten. L’objet de ces principes était de poser le cadre d’une loi qui permettrait aux soldats de retour du front d’« acquérir, grâce au soutien public, un bien de famille insaisissable dans l’Empire ou dans ses colonies, que ce soit dans le cadre d’une colonie de jardins, d’une colonie rurale ou sous la forme d’un logement40. » En somme, les réformateurs posaient les jalons d’une politique publique du logement en soutenant le droit de tout soldat à habiter une maison entourée d’un jardin. Cette revendication qui assimilait le soutien public à la rétribution de l’effort de guerre41 faisait écho au débat qui avait cours parmi les réformateurs français. Dans leur plaidoyer, les réformateurs allemands jouaient sur la notion polysémique de Heimstätte, qui désignait le projet d’édification des cités pour combattants, pour amalgamer attachement au foyer domestique (Heim) et sentiments patriotiques (Heimat) 42. La publication des lettres écrites par les soldats du front dans la revue du mouvement de la réforme foncière, Bodenreform, visait, à travers la description du contact « intime » avec la terre que la vie dans les tranchées aurait transmis aux soldats, à cautionner l’idée d’un droit au logement, contrepartie du devoir imposé au citoyen de défendre sa patrie :

  • 43 Extrait des Deutsche Nachrichten, 14 avril 1918, cité par Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg. Wo (...)

La construction de vrais espaces d’habitation a transmis à chacun un vrai droit au sol, un droit à la patrie – Heimatrecht – qui s’inscrit d’autant plus à la conscience de chacun qu’il n’est pas soumis à l’impôt ou bien limité par aucune obligation de locataire. Et ce droit au sol, ce droit à la Heimat se transforma en un devoir auquel les soldats consentirent avec bonheur lorsqu’il s’agissait de défendre les tranchées au prix de leur vie43.

  • 44 « Grundsätze für ein Reichsgesetz zur Schaffung von Kriegerheimstätten », in Gartenstadt, n°9, févr (...)
  • 45 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 28.

25L’enchaînement métaphorique qui amalgamait espace du logement, espace national et vigueur nationale contribua à étendre les revendications formulées pour la réalisation des cités de combattants. Comme le soulignait la DGG, le vote des « principes pour la loi nationale sur le foyer des combattants » constituait un premier pas vers une « politique du logement d’envergure nationale44 ». Le droit reconnu aux soldats du front de posséder une « part du sol de la patrie » [vaterländischer Boden] fut par continuité appliqué à la population dans son ensemble. Cette réclamation s’enracinait en réalité dans un projet de loi non abouti de 1904, Reichsheim­stättengesetz, qui déjà envisageait « le droit de chaque citoyen de l’empire allemand à édifier avant l’aboutissement de sa 24ème année un foyer – Heimstätte45 ».

  • 46 Gartenstadt, octobre 1916, n°11, p. 235.

26Les réformateurs fonciers avaient enclenché une dynamique qui conduisit à formuler un droit au logement pour chaque citoyen de la nation. Cette idée fut à l’origine d’un mouvement composite qui réclamait l’engagement de l’État dans l’aménagement d’un environnement sain et salubre sous la forme de cités-jardins46. Ces efforts débouchèrent sur une reconnaissance de principe ancrée dans l’article 155 de la constitution de Weimar, socle constitutionnel d’une nouvelle politique publique du logement :

  • 47 Verfassung des Deutschen Reiches vom 11. August 1919 in : Horst Hildebrandt (dir.), Die deutschen V (...)

(…) à chaque citoyen allemand le [du] droit à un logement sain et à chaque famille allemande, notamment aux familles nombreuses, le [du] droit de posséder un bien de famille conforme à ses besoins47.

  • 48 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit, p. 261. L’auteur analyse la portée réelle de l’aide (...)
  • 49 Le décret sur les cités du 29 juillet 1919 – Reichssiedlungsverordnung – définit l’organisation et (...)

27La réalité détrompa néanmoins les attentes : si l’État consentit à une aide temporaire après la guerre, notamment sous la forme d’un soutien financier48 et de l’allocation de réserves foncières, il limita son action au vote de lois cadre49. C’est surtout aux villes et aux gouvernements des États que l’État délégua la responsabilité de la construction, en particulier des cités pavillonnaires.

Conclusion du deuxième chapitre

28La guerre avait profondément transformé les enjeux du problème de l’habitation économique. Réformateurs, architectes, industriels ou représentants du pouvoir politique : tous furent conduits à reconnaître le logement comme une priorité « nationale ». Cette prise de conscience entremêla mythes et réalités : les politiques publiques du logement en gestation s’enracinaient dans un terreau de représentations patriotiques que la cité-jardin contribua à alimenter de part et d’autre de la frontière. Malgré les dérives pragmatiques qui avaient peu à peu lissé le projet de Howard, il semble que la cité-jardin, en vertu de cet héritage utopique, se prêtât particulièrement bien à l’élaboration des mythes nationaux convoqués par la mobilisation de guerre. Si le sol avait été l’un des grands principes dans l’interprétation et l’exécution de la cité-jardin en Allemagne dès 1902, il servit de pierre de touche à tous les projets élaborés pendant le conflit autour de la colonie pavillonnaire. L’image mythique du sol célébrée par la propagande en faveur des cités-jardins pour combattants fusionnait tous les motifs qui avaient jusqu’alors caractérisé le projet des cités-jardins en Allemagne : foyer, famille, contact avec la terre fondaient le socle de la nation. Dès lors la cité-jardin pour combattants servit pendant les années de guerre de creuset aux représentations qui émanaient de différents groupes de la réforme. Elle imbriqua multiples représentations mais aussi différentes échelles : l’image du foyer unissait cité et nation en un tout cohérent. Même si le motif du sol ne fut pas exploité avec la même force dans les projets de cité-jardin élaborés en France, il n’en demeure pas moins que la cité-jardin y fut aussi appréhendée comme une œuvre patriotique qui affermissait le pacte civique, et servit à ensemencer l’espoir d’une régénérescence nationale. Ainsi, la cité-jardin, dont nous avons vu qu’elle fut un creuset d’expériences et au croisement d’échanges aussi bien entre les pays qu’à l’intérieur des cercles de la réforme, polarisait d’un seul coup les identités nationales et marquait les clivages nationaux.

29Mais ces représentations ne plantèrent pas seulement le décor idéologique de la mobilisation de guerre. Galvaudées par les revues professionnelles de l’époque, les ouvrages consacrés à la réforme du logement et de l’urbanisme, par les débats tenus dans les assemblées politiques, elles témoignaient d’un consensus né des nouvelles coalitions qui se formèrent au moment du conflit. Ainsi les forces qui s’unirent autour de cette idéologie fédératrice posèrent les bases d’une politique publique du logement. En France comme en Allemagne, une chaîne de représentations qui, ravivées par le traumatisme de guerre, suggéraient le spectre de la dégénérescence nationale, définissait le logement comme une priorité patriotique et posait sans aucun doute les jalons d’un « droit au logement ». L’idée d’un droit au logement salubre transforma la conception du logement et, plus spécifiquement celle des cités-jardins qui prit désormais en compte une palette plus étendue de catégories sociales. Bien entendu, la cause de cet infléchissement ne peut pas être uniquement attribuée à la force des représentations. Nous avons eu l’occasion de constater l’impact de la guerre sur le fonctionnement de la mécanique sociale. La déchéance qui frappa de plein fouet les classes moyennes, notamment en France, invita les réformateurs à élargir la question du logement à de nouvelles catégories. La percée d’une idéologie nationaliste dans le projet des cités-jardins, la transformation du programme social qui sous-tendait sa réalisation, la reconfiguration des forces institutionnelles transformaient radicalement l’idée qui s’était développée en France et en Allemagne à la veille du conflit. La multiplication des termes utilisés pour évoquer les projets qu’elle suscitait en témoigne et nous invite à présent à interroger le modèle qui fut développé sous cette appellation au sortir de la guerre.

Notes

1 « Extrait du procès-verbal de la séance du Conseil général de la Seine du 14 décembre 1916 », in : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1030.

2 « Extrait du procès-verbal de la séance du Conseil général de la Seine du 21 décembre 1916. Attribution d’une dotation de 10 millions à l’Office public d’HBM du département de la Seine », in : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1030, p. 1034 et suivantes.

3 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, « Schriften des Groß-Berliner Vereins für Kleinwohnungswesen», cahier n°3, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1915, p. 27.

4 « Grundsätze für ein Reichsgesetz zur Schaffung von Kriegerheimstätten », in : Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 193-194.

5 H. Albrecht, J. Altenrath, Zeitschrift für Wohnungswesen, 25 septembre 1914, n°22/24, p. 329.

6 « Bericht über die Verhandlungen der 2. Generalversammlung des Groß-Berliner Vereins für Kleinwohnungswesen im Rathause der Stadt Berlin am 6. Oktober 1915 », in : Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, Berlin, Bauwelt, 1915, p. 18.

7 Voir Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Grossstadt und Kleinhaus, op. cit., p. 29.

8 Composition du conseil d’administration nommé le 9 avril 1913, in : Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Erster Jahresbericht, Berlin, Verlag von Trowitzsch & Sohn, 1914, p. 5.

9 Bericht über die 2. Versammlung, op. cit., p. 19.

10 5000 Mark collectés par les administrations de l’État et des communes. Ibid., p. 19-20.

11 On trouvera la liste des participants in : Gross-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Bericht über die zweite Generalversammlung, op. cit., p. 45-51. Sur l’impact de la guerre sur l’élargissement géographique de l’association: ibid., p. 18.

12 Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Großstadt und Kleinhaus, op. cit., p. 27.

13 Bericht über die zweite Generalversammlung, op. cit., p. 20

14 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », in : Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Großstadt und Kleinhaus, op. cit., p. 3-11. Sur le bien-être des ouvriers: p. 10. Sur les questions démographiques: p. 7. Sur la survie nationale: p. 11.

15 Copie d’une lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Finances et de l’Agriculture, cité par : Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg. Wohnungsfrage, Wohnungspolitik und der Erste Weltkrieg in Deutschland und Großbritannien (1914-1932), Berlin, Duncker&humblot, 2002, p.140.

16 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, op. cit., p. 47-48.

17 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », op. cit., p. 8 et 9.

18 Correspondance du directeur du syndicat des communes du Grand-Berlin avec le ministre des Finances de Prusse du 3 juillet 1916, cité par Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit., p. 139.

19 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg. Wohnungsfrage, Wohnungspolitik und der Erste Weltkrieg in Deutschland und Großbritannien (1914-1932), op. cit., p. 249.

20 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Étude comparative France, Grande Bretagne, Italie, États-Unis », in : Archives européennes de sociologie, XXIX, 1988, p. 321-322.

21 Voir Ludwig Lesser, Der Kleingarten. Seine zweckmässigste Anlage und Bewirtschaftung, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1915.

22 Voir notamment Hugo Wagner, « Landwirtschaftliche Bodenpolitik der Städte », in : Die Bauwelt, 3 décembre 1914, n°48, p. 1.

23 Georges Risler, « De la reconstruction des villes détruites par l’ennemi », in : La technique sanitaire et municipale, mars-avril 1915, p. 40.

24 Fritz Beuster, Städtische Siedlungspolitik nach dem Krieg, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1915, p. 2.

25 Ambroise Rendu, « Assainissement et aménagement du département de la Seine », in : Technique sanitaire et municipale, février 1917, p. 36.

26 Ibid., p. 39.

27 Fritz Beuster, Städtische Siedlungspolitik nach dem Kriege, op. cit., p. 2-3.

28 Franz Oppenheimer, Paul Schmitthenner, Fritz Stahl, Die Gartenstadt Staaken, Berlin, Wasmuth, 1917, p. 6.

29 Ibid., p. 5.

30 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt, op. cit., p. 33.

31 Franz Oppenheimer, Paul Schmitthenner, Fritz Stahl, Die Gartenstadt Staaken, op. cit., p. 5.

32 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », op. cit., p. 11.

33 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 209-213.

34 Ibid., p. 884. La citation suivante se reporte également à cette référence.

35 « Extrait du procès-verbal de la séance du Conseil général de la Seine du 21 décembre 1916 », in : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit, p. 1039.

36 Le 11 décembre 1918, la création d’une cité-jardin dans les communes du Plessis-Robinson et du Châtenay fut reconnue d’utilité par décret. Ce fut une étape importante dans la réalisation par l’Office d’une politique foncière d’envergure. In : ibid., p. 218.

37 Ibid., p. 1034 et suivantes, p. 1089 et p. 1130.

38 Ibid., p. 896.

39 M. Legros, « Espaces libres-Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévastés », op. cit, p. 206.

40 Jahrbuch der Bodenreform, 1915, p. 136 et suivantes.

41 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 5.

42 Adolf Damaschke, « Kriegerheimstätten eine Schicksalfrage für das deutsche Volk », in : Soziale Zeitfragen, n°66, Berlin 1918, p. 3.

43 Extrait des Deutsche Nachrichten, 14 avril 1918, cité par Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg. Wohnungsfrage, Wohnungspolitik und der Erste Weltkrieg in Deutschland und Großbritannien (1914-1932), Berlin, Duncker&humblot, 2002, p. 99.

44 « Grundsätze für ein Reichsgesetz zur Schaffung von Kriegerheimstätten », in Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 193.

45 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 28.

46 Gartenstadt, octobre 1916, n°11, p. 235.

47 Verfassung des Deutschen Reiches vom 11. August 1919 in : Horst Hildebrandt (dir.), Die deutschen Verfassungen des 19. und 20. Jahrhunderts, Paderborn, Schöningh, 1977, p. 71 et 107.

48 Thomas Koinzer, Wohnen nach dem Krieg, op. cit, p. 261. L’auteur analyse la portée réelle de l’aide à la construction de 100 millions de Mark dévolue par la direction du Reich en 1918.

49 Le décret sur les cités du 29 juillet 1919 – Reichssiedlungsverordnung – définit l’organisation et les buts de la construction des cités, notamment des colonies rurales. La loi sur les cités – Reichssiedlungsgesetz – définit les modalités de construction des cités dans le périmètre des entreprises. Ainsi, l’ordonnance du 15 janvier 1919 relative à la crise du logement – Verordnung zur Behebung der dringendsten Wohnungsnot – posa le cadre de mesures généreuses facilitant la procédure d’expropriation. La loi du 10 mai 1920 sur les biens de famille insaisissables résultait de la propagande en faveur des cités de combattants et offrait à chaque citoyen des conditions avantageuses pour se procurer une parcelle et y aménager une maison ou un jardin. Rudolf Eberstadt, Das Wohnungswesen, Leipzig, Teubner, Berlin, 1922, p. 92-93.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540