Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE III. L’impact de la guerre sur la cité-jardin en France et en Allemagne : naissance d’une pensée urbaine « uniforme » ?

Chapitre I. La guerre et ses ruptures

Texte intégral

A. La guerre et ses destructions : la cité-jardin mobilisée dans les projets de reconstruction

1. Villes et villages en ruine

  • 1 Maurice Agulhon (dir.), « La ville de l’âge industriel. Le cycle haussmannien », p. 136, in : Georg (...)
  • 2 Erich Göttgen, Der Wiederaufbau Ostpreussens. Eine kulturelle, verwaltungstechnische und baukünstle (...)
  • 3 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfs­kommis (...)
  • 4 E. Maul, « Aufgaben des Städtebaues und des Heimatschutzes beim Wiederaufbau zerstörter Ortschaften (...)
  • 5 Robert Mielke, « Ostpreussen und seine bodenständige Baukunst », in : ibid., p. 4.
  • 6 Erich Göttgen, Der Wiederaufbau Ostpreussens, op. cit., p. 4.
  • 7 Robert Mielke, « Ostpreussen und seine bodenständige Baukunst », op. cit., p. 4.

1Cette guerre qu’on prévoyait courte fut non seulement longue, mais elle causa aussi des destructions inégalées. Dès 1915 en effet, le bilan des ravages qui s’étendaient dans les régions à l’Est et au Nord de la France sur une dizaine de départements pesait lourd. Ce furent surtout les villages et les villes petites et moyennes du Nord, de la Somme, de l’Aisne et de la Champagne qui furent très endommagés. Les grandes agglomérations furent moins lourdement atteintes : Lille qui « ne subit qu’un bombardement exceptionnel en octobre 1914 » fut bien moins touchée qu’Amiens et surtout Reims1. Les destructions n’épargnèrent pas le territoire allemand, même si le bilan des dégâts en Prusse orientale n’égalait de loin le niveau des dégâts français2. Les armées russes lancèrent effectivement deux offensives dans les contrées de l’Est : la première invasion, le 24 août 1914, stoppée à la mi-septembre 1914, fut immédiatement suivie d’une seconde au cours de l’hiver 1914, définitivement écrasée en février 1915. Le bilan de ces offensives éclair fut lourd : 24 villes et 600 villages furent intégralement détruits, environ 300 domaines agricoles saccagés, 34 000 édifices ravagés, environ 200 000 logements pillés dont 100 000 intégralement3. Les rapports officiels, qui comparaient la table-rase laissée par les invasions russes aux ravages des catastrophes naturelles4, permettent d’évaluer, outre l’ampleur des dégâts, la portée de l’événement sur la perception des contemporains : les destructions subies sur les confins orientaux réveillaient certainement les peurs d’envahissement qui avaient impulsé les programmes de « colonisation intérieure » développés par le gouvernement prussien. Néanmoins, l’impact de l’événement ne se mesure pas tant au bilan chiffré des destructions. C’est plutôt l’intervention des puissances publiques dans la mise en œuvre d’un plan de reconstruction, à peine la première offensive russe achevée, qui colorait l’événement d’une tonalité d’inédit. Alors que la guerre continuait de battre sur un autre front, il fallait effectivement, en un temps ramassé, relever de leurs ruines villes et villages entiers5. L’intervention gouvernementale répondait à la nécessité de stopper l’exode de la population alors que les régions de Prusse orientale constituaient une importante « meule nourricière »6. Cette urgence de portée nationale plaçait donc la reconstruction des villes et villages de Prusse orientale au rang des priorités de l’économie de guerre et motivait par conséquent l’intervention gouvernementale. L’effort financier auquel le gouvernement prussien fut soumis se solda alors par une extension inédite de ses pouvoirs : tandis que la prise en charge financière des travaux se monnayait par un incroyable effort de rationalisation, l’organisation des cadres institutionnels aussi bien que des programmes de reconstruction le dotait d’une nouvelle compétence de planificateur. Les plans de reconstruction furent par conséquent soumis à de nouvelles « exigences techniques, artistiques et économiques7 ». Face à ces nouveaux défis qui engageaient sa compétence sur un terrain jusqu’alors inexploré, l’État encouragea le développement de nouvelles structures administratives soutenues par les experts allemands de l’urbanisme et de la construction. C’est à cette démarche innovante que se mesure réellement l’impact des destructions subies en Prusse orientale : elle inaugurait une nouvelle forme d’intervention des puissances publiques dans le champ de l’urbanisme, marquée par le renouvellement des services administratifs et une collaboration entre l’autorité publique et les spécialistes du champ professionnel.

2. Élaboration des projets de reconstruction pendant la guerre

Le cadre de la reconstruction : dispositifs et acteurs

2Si en Prusse orientale, la nécessité de relever dans l’urgence et par temps de guerre les ruines causées par les invasions russes détermina l’engagement gouvernemental, les destructions massives subies par la France dès le début des hostilités sollicitèrent aussi l’intervention de l’État. Dans les deux pays, des institutions furent créées qui rassemblaient responsables politiques et spécialistes de l’urbanisme : véritables laboratoires d’idées, ils brassaient en réalité les projets élaborés dans les cercles de la réforme peu de temps avant la guerre et tentaient de les appliquer dans les plans concrets de reconstruction. On devine l’enjeu de ces institutions pourtant improvisées dans une situation de précarité et d’urgence : ce sont les principes, les méthodes et les structures de l’urbanisme moderne qui étaient en train d’être expérimentés.

  • 8 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes (...)
  • 9 Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin, Edouard Redont, Comment reconstruire nos cités détruites, noti (...)
  • 10 Sur le déroulement et le programme de l’exposition : Louis Gaultier, Exposition de la Cité reconsti (...)
  • 11 Sur les arguments avancés en faveur d’un engagement de l’État, voir : Jean-Marcel Auburtin, Henri B (...)
  • 12 Sur ces initiatives : Ibid, p. 17-34 ; La Technique sanitaire et municipale, septembre 1916, p. 213 (...)
  • 13 In : Raoul de Clermont, « Note documentaire », in : Louis Gaultier, Exposition de la Cité reconstit (...)

3En France, l’ampleur des dommages dans les régions industrielles du Nord et de l’Est poussa les réformateurs à envisager dès 1915 les mesures à prendre pour préparer la reconstruction. La Société française des habitations à bon marché anticipa les projets de reconstruction en consacrant plusieurs de ses séances à la réforme des plans d’aménagement8. C’étaient les réflexions entamées avant la guerre par les réformateurs qui furent accommodées aux enjeux de la reconstruction. Le Musée social se mobilisa aussi : Alfred Agache, architecte, Marcel Auburtin, architecte du gouvernement et Edouard Redont, architecte paysagiste, collaborèrent à un ouvrage collectif qui traçait dès 1915 les lignes directrices d’un programme de reconstruction9. Une grande exposition d’idées fut également initiée par l’Association des Hygiénistes et Techniciens Municipaux. Organisée, avec le concours des principales forces réformatrices, entre mai et août 1916 aux Tuileries, elle avait vocation à rallier tous les efforts en vue de la reconstruction, après la guerre, des villes et villages détruits, conformément à l’esprit de mobilisation suscité par le contexte de guerre10. Le projet d’exposition s’inscrivait en outre dans la logique, mais aussi dans la continuité de l’action réformatrice qui ciblait, par la collecte des connaissances relatives « à la reconstruction des villes, à leur aménagement, à leur extension, à l’urbanisme en général » et par la publication de tous les documents qui s’y rattachaient, la mobilisation massive de l’opinion publique pour une question désormais d’intérêt national. La multiplication des initiatives relatives à la reconstruction, le souci d’ajuster leur coordination servirent par ailleurs à justifier l’intervention des puissances publiques qui orchestrèrent le travail de réflexion entamé par les forces de la réforme11. En 1915, la SADG – Société des architectes du gouvernement –, sollicitée par Louis Revault, député de la Meuse et président du Comité des réfugiés meusiens, lança des recherches sur la standardisation des procédés de construction et l’élaboration de matériaux de substitution. Pilotés par deux architectes du gouvernement, Henri Blanchard et Jean-Marcel Auburtin, affiliés au Musée social, ces travaux préparatoires débouchèrent en 1916 sur la création du Comité interministériel dirigé par Léon Bourgeois, figure tutélaire de la réforme urbaine, pour « aider à la reconstitution des régions envahies ou atteintes par les faits de guerre12 ». Ce comité interministériel était entre autres chargé de « coordonner » les projets de reconstruction, objectif typique de l’effort rationalisateur induit par la conjoncture de guerre. Il s’agissait notamment d’articuler les actions menées par les forces de la réforme et les initiatives dispersées à l’intérieur des institutions de l’État, à l’instar du « Service spécial pour la reconstitution des moyens d’habitation et des immeubles détruits », initié le 6 mai 1916 par le ministère de l’Intérieur et dirigé par Albert Bluzet, ancien inspecteur adjoint des services sanitaires devenu inspecteur général des services administratifs du ministère de l’Intérieur en 190713.

  • 14 Erich Göttgen, Der Wiederaufbau Ostpreussens, op. cit., p. XII.
  • 15 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegs­hilfs­kommi (...)
  • 16 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°8, « Bericht über die Sitzung der Kriegshilfskommission vom (...)

4En Allemagne aussi, le dispositif mis en place par le gouvernement prussien pour pourvoir à la reconstruction des villes et des villages de Prusse orientale recrutait parmi les professionnels de l’urbanisme impliqués avant la guerre dans le projet réformateur. Cependant, alors que les initiatives menées en France envisageaient surtout la reconstruction d’un point de vue théorique, le départ des troupes russes permit au contraire d’aménager un véritable plan de reconstruction en Prusse orientale. La Commission gouvernementale – Kriegshilfs­kommission für die Provinz Ostpreussen – créée le 24 Septembre 1914, suite à la première offensive des armées russes14, était chargée de préparer les lois et d’instituer les structures destinées à fixer les formes de l’intervention publique. Afin de pouvoir évaluer l’ampleur de l’engagement financier et fixer le cadre de son intervention, elle quadrilla les territoires de Prusse orientale de nouvelles structures chargées de superviser la reconstruction selon les principes de l’urbanisme moderne. Ainsi 16 services d’expertise de la construction – Bauberatungsamt – furent déployés dans la région. Selon l’état des destructions, ils chapeautaient chacun un à trois districts15. L’ampleur des efforts à entreprendre nécessita alors un immense travail d’organisation et de planification auquel la Kriegshilfs­kommission für die Provinz Ostpreussen pourvut par la tenue régulière de réunions et l’assignation de prérogatives précises aux Bauberatungsämter16 : expertise aussi bien technique, artistique qu’économique des projets de reconstruction, remise en état de la substance architecturale dans le respect des styles vernaculaires et de l’histoire locale. Ce travail d’expertise était déterminé par l’ampleur de l’effort financier imposé aux puissances publiques. Les dédommagements de guerre engageaient en effet des sommes très élevées et l’allocation équitable et conforme à l’intérêt public des crédits de l’État mettait en jeu l’avis des experts :

Le plus simple pour l’administration publique serait d’employer un architecte fiable qui ne serait rétribué que pour le dessin du plan et la maîtrise d’ouvrage, qui ferait office de médiateur entre l’État et le maître d’œuvre, une sorte d’« arbitre » de la construction comme on en trouve dans les procès civils entre tribunal et avocats.

  • 17 Sur les infrastructures mises en place en Prusse orientale dès 1914 : Wiederaufbau der Provinz Ostp (...)
  • 18 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegs­hilfs­kommi (...)

5Chaque comité fut par conséquent dirigé par un architecte, non pas employé par l’État, mais privé. Cet archipel de comités était sous la férule d’une institution centrale qui siégeait à Königsberg. Celle-ci était présidée par un architecte du gouvernement cette fois, Paul Fischer, qui connaissait bien la situation de la région pour avoir participé à la Commission de colonisation intérieure – Ansiedlungskommission – de Posen avant la guerre. Innovation de taille, les services administratifs installés dans les communes ou dans les États de Prusse orientale devaient soutenir le travail des architectes nommés à la tête des Bauberatungsämter17. Le terme de soutien travestissait en réalité le contrôle exercé par ces architectes qui supervisaient et validaient les plans exécutés par les administrations. Il est vrai que l’instauration des Bauberatungsämter investissait ces professionnels issus du marché privé de l’architecture de nouvelles responsabilités dans la politique urbaine. En préconisant que les Bauberatungsämter ne soient pas constitués de fonctionnaires mais qu’on s’en remette plutôt à « l’expérience pratique, technique et économique » de spécialistes, la Kriegshilfs­kommission für die Provinz Ostpreussen ouvrait l’ère de l’expert dans la planification urbaine18.

Planification urbaine et experts19

  • 19 Cette analyse se greffe sur les développements consacrés par Susanna Magri et Christian Topalov à l (...)
  • 20 Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes Heimatschutz. Ostpreußen, seine Vergangenheit, Gegenw (...)

6La composition professionnelle de ces Bauberatungsämter ne confortait pas seulement la position des architectes au sein des administrations publiques, elle pourvoyait également aux difficultés de survie économique qui par temps de guerre menaçaient plus le marché privé de la construction que les administrations20. Partant, cette incursion des pouvoirs publics sur le marché professionnel marquait une avancée dans le processus de professionnalisation des métiers de l’architecture et des pratiques de l’urbanisme, comme le soulignait Georg Frentzen, un architecte de la Kriegshilfs­kommission für die Provinz Ostpreussen, par ailleurs président d’une association professionnelle d’architectes, le Bund deutscher Architekten :

  • 21 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°8, « Bericht über die Sitzung der Kriegshilfskommission vom (...)

En tant qu’architecte, j’aimerais adresser mes remerciements à votre Excellence ainsi qu’à ses conseillers pour être parvenus à préciser la position de l’architecte, dans le point 2a des principes réglementant le paiement des avances de dédommagement, intitulé « plan de construction ». Nous devons nous montrer particulièrement reconnaissants car, dans notre profession, la dénomination d’architecte est justement soumise à l’arbitraire le plus grand. Je crois que nous pouvons saluer la tentative d’améliorer le statut de l’architecte à travers cette réglementation de notre profession21.

7C’était rappeler qu’aucune réglementation ne codifiait encore le statut pro­fessionnel des architectes privés, puisque l’usage du titre d’architecte était soumis à l’arbitraire des pratiques professionnelles et des trajectoires personnelles. L’effort rationalisateur qui ordonnait l’intervention des pouvoirs publics s’appliqua par continuité à la délimitation des compétences investies dans le projet de reconstruction : à travers l’affectation réglée des tâches, la puissance publique cernait avec précision les attributions professionnelles et s’engageait sur la voie d’une réglementation des pratiques architecturales.

  • 22 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Premièr (...)
  • 23 Louis Gaultier, « Exposition de la “Cité reconstituée” », in : La technique sanitaire et municipale (...)

8En France aussi, comme l’ont souligné Christian Topalov et Susanna Magri22, les institutions créées pour guider la reconstruction assirent et étendirent la légitimité des experts. Le statut inédit accordé à l’expert dans l’aménagement des villes tenait certes, comme en Allemagne, à l’ampleur des tâches imposées par la reconstruction, mais aussi au développement très récent des instruments de prévision urbaine. Le débat sur la reconstitution des villes dévastées s’articulait en effet aux réflexions sur l’amé­na­gement périurbain qui avaient mobilisé les réformateurs à la veille de la guerre. La né­cessité de reconstruire des pans entiers de villes rendait désormais urgente et inévitable l’institution d’une réglementation systématique de l’aména­ge­ment et de l’extension urbaine. L’Exposition de la « Cité reconstituée » s’inscrivait d’ailleurs dans la continuité d’un projet né avant-guerre, « une exposition des plans d’extension et d’aménagement des villes », que seule la guerre avait fait avorter23. On n’est guère étonné à cet égard que l’ouvrage consacré par Agache, Auburtin et Redont à la reconstitution des provinces détruites ait posé du même coup les principes de la planification urbaine.

  • 24 Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin, Edouard Redont, Comment reconstruire nos cités détruites, op. (...)

9C’est sur cet horizon que les réflexions autour de la reconstruction déployèrent la question du « spécialiste » des questions urbaines. La réalisation des plans d’aménagement et d’extension étant devenue irrémédiable, il fallait concevoir de nouveaux services, former un personnel compétent qui maîtriserait les aspects techniques de la planification. Ainsi, Agache, Auburtin et Redont pré­conisaient l’institution à l’intérieur des administrations municipales de « services d’urbanisation » dans lesquels le rôle de « l’urbaniste » s’annonçait « prépondérant24 », augurant ainsi la profession­nalisation des pratiques de l’urbanisme.

  • 25 Die Bauwelt, n°34, 26 août 1915, p. 13.
  • 26 « Bericht des Dr. Alexander R. v. Raczinski über den Wiederaufbau von Ostpreußen», in : Wiederaufba (...)
  • 27 Die Bauwelt, n°34, 26 août 1915, p. 13.
  • 28 Wolfgang Voigt, « Gartenstadt, Volkswohnung und fabriziertes Fachwerk : Paul Schmitthenner und die (...)
  • 29 Bruno Taut, « Notbauten für ostpreussische Landwirte. Transportable Wohnhäuser », in : Die Bauberat (...)

10De part et d’autre de la frontière, l’appel aux spécialistes s’inscrivait dans la continuité de la démarche réformatrice. En créant les services d’expertise de la construction – Bauberatungsämter – sur le modèle des structures mises en place dans le projet réformateur, la Kriegshilfs­kommission für die Provinz Ostpreussen exauçait enfin les vœux des réformateurs qui revendiquaient l’engagement de spécialistes pour parer à l’inaptitude des services administratifs chargés de la planification urbaine. Il n’est pas étonnant dans ce contexte que la Kriegshilfs­kommission ait recruté ses architectes au sein des réseaux qui s’étaient constitués autour du projet des cités-jardins. On retrouve ainsi deux architectes brêmois engagés dans les activités de la DGG dont l’analyse a montré qu’ils avaient su développer autour du projet des cités-jardins une véritable expertise technique : Hugo Wagner coiffait le Bauberatungsamt du district de Johannisburg. Son associé, Heinrich Lotz, supervisa quant à lui le Bauberatungsamt du district de Pillkallen25. De même, Kurt Frick26, un des architectes d’Hellerau, dirigea le Comité de Stallupönen27. Gustav Wolf, associé à Paul Schmitthenner dans la construction d’une cité-jardin aux portes de Breslau en 1911 et à Staaken28, était responsable du comité d’un district dont le chef-lieu était fixé à Heilsberg. Bruno Taut, l’architecte à la tête de l’agence d’architecture de la DGG, conçut quant à lui des plans de maisons provisoires pour reloger les populations réfugiées de Prusse orientale29. L’architecte Paul Fischer enfin, qui supervisait le programme de reconstruction, attestait d’une connaissance précise du projet des cités-jardins. Ce nouveau type de collaboration entre pouvoirs publics et spécialistes de la réforme inaugurait de nouvelles pratiques dans le champ de l’urbanisme dont la réalisation des cités-jardins après la guerre porte la trace.

  • 30 Susanna Magri et Christian Topalov, « "Reconstruire" : l’habitat populaire au lendemain de la Premi (...)

11En France, l’apologie de la « compétence » caractérisait également la pensée réformatrice. Susanna Magri et Christian Topalov ont montré cependant que si l’audience des experts avait été limitée « jusque-là [à] leur pratique professionnelle ou [aux] organisations réformatrices privées », la création d’institutions « chargées de gérer les problèmes sociaux liés à la mobilisation et de préparer la reconstruction » marqua à ce titre un tournant signalé par l’intégration du projet des cités-jardins aux programmes de reconstruction30.

L’intégration de la cité-jardin aux projets de la reconstruction

  • 31 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes (...)
  • 32 Une section fut consacrée « aux cités-jardins, aux quartiers-jardins, au logement ouvrier » à l’Ann (...)
  • 33 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes (...)
  • 34 M. Legros, « Espaces libres- Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévasté (...)
  • 35 Donnat-Alfred Agache, « Les grandes villes et leur avenir ». Conférence du 22 juin 1916, in : Louis (...)

12En France, la corrélation qui s’établit pendant la guerre entre les projets de reconstruction et les théories de l’aménagement urbain en incubation favorisa la vulgarisation de l’idée de cité-jardin. Aussi bien lors des séances de réflexion de la SFHBM en 1915 où une section lui fut explicitement consacrée31 que dans le cadre de l’Exposition de la Cité reconstituée32, on envisagea la cité-jardin sous l’angle des possibilités « d’application à l’œuvre de réédification des localités dévastées33 ». L’architecte voyer en chef de la ville de Paris Georges Legros, dans son rapport sur l’urbanisme présenté à la session nationale du Congrès général du génie civil, préconisait, pour mener à bien ce projet, la création « au ministère des Reconstructions [d’] une direction tout spécialement chargée des cités-jardins, des villages et des banlieues-jardins34 ». Partant, la cité-jardin fut consacrée comme une technique de l’urbanisme moderne. Agache, dans la conférence qu’il fit à l’occasion de l’Exposition de la Cité reconstituée, inscrivait au programme de l’avenir des grandes villes la création de « cités-ouvrières, de cités-jardins, de villes banlieues35 ».

  • 36 « Städtebauliches aus Ostpreussen », in : Die Bauwelt, n°4, 28 janvier 1915, p. 9.
  • 37 Cité dans Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes Heimatschutz, Ostpreußen, seine Vergangenhe (...)
  • 38 « Die deutsche Gartenstadt-Gesellschaft gegen England », in : Die Bauwelt, n°37, 17 septembre 1914, (...)
  • 39 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfskommiss (...)
  • 40 « Zum Aufbau von Ostpreussen », in : Die Bauwelt, n°3, 21 janvier 1915, 6e année, p. 9.
  • 41 Paul Fischer, Zur Förderung des Kleinwohnungswesens. Aufgestellt im Auftrage des Herrn Ministers fü (...)

13En Prusse orientale, la cité-jardin fut abordée par les programmes de re­construction comme un type d’aménagement36. La revue professionnelle de la construc­tion publiée par le ministère des Travaux Publics, Zentralblatt der öffent­lichen Arbeiten, envisageait d’ailleurs l’application des principes énoncés par le mouvement des cités-jardins au programme de reconstruction37. La DGG fut même officiellement pressentie, sur la proposition de l’architecte Hugo Wagner, pour gouverner le mouvement qui se rassemblait autour de l’œuvre de reconstruction38. Le programme architectural élaboré dans le giron de la Kriegshilfs­kommission remorquait par ailleurs de nombreuses idées élaborées par les réformateurs engagés dans le projet des cités-jardins. Ce programme entendait concilier deux tendances qui s’accordaient parfaitement avec le projet des cités-jardins : effacer les traces de la destruction en célébrant l’héritage du passé, souligner par les aménagements la beauté des lieux profanés, tout en accommodant la trame des villes et des villages détruits aux exigences de l’urbanisme moderne. L’édification des cités-jardins, au surplus, avait éprouvé des méthodes d’organisation de la construction, des techniques d’aménagement encore inaccoutumées dont les acteurs engagés dans la reconstruction, architectes et autorités publiques, entendaient tirer parti. La reconstruction, en effet, ne visait pas le rétablissement à l’identique de la trame urbaine mais envisageait le remodelage radical des structures urbaines selon des principes schématiques et unitaires, corollaire de l’effort rationalisateur évoqué plus haut39. La reconstruction engageait la réforme des codes d’urbanisme de manière à privilégier la réalisation d’un bâti aéré autour d’une cellule de base, la maison monofamiliale40. Flexibilité des règlements d’urbanisme, ajustement à la diversité des situations locales41 : le programme de la reconstruction accomplissait les revendications des architectes engagés dans le projet des cités-jardins.

  • 42 Gustav Wolf, « Wohnhausbau in Einheitsform », in : Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes He (...)
  • 43 Voir Percival Booth, Der Erlaß des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sachsen vom 10 (...)
  • 44 Paul Fischer, Zur Förderung des Kleinwohnungswesens, 1916, op. cit.
  • 45 Ibid., p. 35-36.
  • 46 Ibid., p. 24-25.

14Si le projet des cités-jardins avait stimulé des innovations réglementaires dont la réforme des codes d’urbanisme envisagée en Prusse orientale pouvait s’inspirer, il avait également mis au point des techniques adaptées à la réalisation d’un bâti conçu selon un schéma « standard42 ». La Kriegshilfs­kommission concevait en effet le programme de reconstruction selon un modèle d’aménagement clair et unique par opposition au dispositif urbain bariolé, conséquence d’interventions successives et non coordonnées. L’idéal des « formes standard » ainsi que le modèle de la maison monofamiliale répondait certes à des enjeux esthétiques, mais surtout à des impératifs économiques. Le coût ainsi que la rareté des matériaux en temps de guerre incitait à privilégier des constructions rapides et peu coûteuses. Les expériences tentées au sein du mouvement des cités-jardins pour optimiser la réalisation de la maison individuelle s’agençaient donc particulièrement bien dans le programme qui organisait la reconstruction. Ainsi, l’architecte Heinrich Tessenow conçut en 1914 dans la cité-jardin de Hellerau une « maison-type » aux dimensions minimales de manière à réduire au maximum les coûts de production. L’architecte Percival Booth qui habitait la cité-jardin de Hellerau documenta très précisément ce projet, suggérant son application après la guerre à la construction des logements pour les invalides ou les veuves de soldats43. Dans l’ouvrage sur la maison à bon marché qu’il publia en 1916, l’architecte responsable de la reconstruction, Paul Fischer, reconnaissait explicitement sa dette envers le projet des cités-jardins qui avait fourni d’importants efforts de rationalisation44. Cet ouvrage s’appuyait effectivement sur les expériences d’Hellerau, de Stockfeld et de Falkenberg pour développer les grandes lignes de la reconstruction en Prusse orientale à partir de la cité-jardin conçue comme un « type d’habitat économique, pratique et approprié à la culture du jardin45 » : construction groupée, aménagement des voies de circulation à la périphérie de la cité, respect du principe esthétique de la cohésion d’ensemble46.

  • 47 « Städtebauliches aus Ostpreussen », in: Bauwelt, « Die Bauberatung », 28 Janvier 1915, n°4, p. 10.

15Le programme de reconstruction de Prusse orientale, en banalisant le projet des cités-jardins conçu comme un type standard d’aménagement constituait un incroyable tremplin pour les idées réformatrices élaborées avant 1914. Pourtant, la DGG qui coordonnait ce mouvement ne semble pas avoir saisi cette opportunité pour déployer son influence au sein des structures mises en place par le gouvernement. Officiellement pressentie pour diriger la reconstruction, elle ne paraît pas s’être impliquée ni dans les réalisations ni dans le travail des commissions. À plusieurs reprises, les auteurs de la reconstruction se démarquèrent même du programme de la DGG. S’ils retenaient de la cité-jardin de nombreuses « formules », ils récusaient le modèle de la cité-jardin en lui-même47. Cet apparent paradoxe est significatif de l’évolution du mouvement des cités-jardins que l’on présageait déjà autour de 1913 mais que les années de guerre confortèrent. Le déploiement de l’architecture des cités-jardins menaçait de banaliser les principes défendus par l’association allemande. Le programme de reconstruction qui fut défini au cours de l’année 1915 acheva de vulgariser un modèle, réduisant l’architecture des cités-jardins à l’application de quelques formules, au mieux à une rhétorique. Face au déferlement de la maison individuelle entourée de son jardin, l’association réformatrice qui s’était organisée avant-guerre autour de l’expérience pionnière des cités-jardins pouvait-elle parvenir à imposer son profil singulier ? La question est d’autant plus légitime que la cité-jardin suscita un véritable regain d’intérêt au moment où la « crise du logement » déclenchée par la guerre était au centre des préoccupations des cercles de la réforme urbaine.

B. La cité-jardin à la rescousse de la « crise du logement »

  • 48 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 295.

16« Crise du logement » : l’expression galvaudée durant les années de guerre jonche la littérature publiée dans les rangs de la réforme urbaine, que ce soit en France ou en Allemagne. Certes, le spectre de la « crise » hantait déjà les discussions sur le logement à la veille des hostilités. Mais jamais auparavant ce thème ne fut aussi central parmi les spécialistes de l’urbain qu’après l’explosion du conflit : il semble que le faisceau de tous les troubles qui agitaient alors l’organisation sociale se focalisa à travers le problème du logement. La « crise du logement » qui révélait aussi bien la déchéance de certaines catégories sociales, l’âpreté de la vie quotidienne et les carences du parc locatif suite aux mouvements de population, devenait le symptôme visible des mutations que la guerre avait introduites dans la vie sociale. Henri Sellier, après avoir constaté que « la crise du logement en est arrivée à un degré tellement aigu (…) que nul ne peut méconnaître l’urgence de la recherche d’une véritable solution et non plus seulement de palliatifs », attribuait cette crise aux conséquences de la guerre, dont les « bouleversements sociaux » et les « déplacements de population48 ». Le XIXe siècle avait formulé la « question sociale » à travers le prisme de l’espace. Durant ces années de guerre où les questions d’urbanisme et du logement occupaient une place centrale, le social et ses transformations étaient à nouveau abordés par le biais de l’espace et de ses configurations. C’est la manière particulière dont le contexte de guerre favorisa la mobilisation des formes spatiales et plus particulièrement du projet des cités-jardins qu’il convient désormais d’interroger.

1. Le diagnostique de crise

Croissance urbaine et mobilités : les flux migratoires

  • 49 « La crise du logement », in : André Bruggeman, Henri Sellier, Le problème du logement. Son influen (...)
  • 50 Ibid., p. 4.
  • 51 Ibid., p. 7.
  • 52 Ibid.
  • 53 Die Volkswohnung, 20 août 1920, p. 231.

17Henri Sellier, lorsqu’il analysait la crise du logement déclenchée par la guerre en termes de « crise de quantité » et de « crise de qualité49 », signalait autant les continuités de la situation du logement avec la période d’avant-guerre qu’il en marquait les ruptures. La « crise de qualité » avait à ses yeux toujours été symptomatique de la situation du logement alors que la guerre avait entraîné une « crise de quantité » sans précédent : tandis qu’on avait arrêté de bâtir, et que le « nombre de locaux vacants ne cessait de décroître », les besoins étaient « plus étendus que jamais50 ». La « crise de quantité » révélait en réalité les difficultés du marché de l’habitation à s’ajuster aux transformations rapides déclenchées par la guerre. Parmi ces mutations brutales, on compte l’afflux de réfugiés vers certains pôles métropolitains après la destruction massive des villes et des villages français51. En Allemagne, ce fut l’exode de population provoqué par les attaques russes en Prusse orientale. Alors que les flux de réfugiés furent assimilés en France à un phénomène en grande partie temporaire dont les effets sur le marché du logement s’amenuisèrent à la fin des hostilités52, en Allemagne, le marché du logement ne parvint pas, après la signature du Traité de Versailles, à absorber les mouvements de population provoqués par les recompositions territoriales53.

  • 54 Susanna Magri, « Housing », in : Jay Winter, Paris, London, Berlin 1914-1919 : Capital Cities at Wa (...)
  • 55 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la Société Française, op. cit., p. 120-121.
  • 56 Voir Maurice Agulhon, « La ville de l’âge industriel », p. 53-56, in : Georges Duby (dir.), Histoir (...)
  • 57 André Bruggeman, Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 6.
  • 58 Voir Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la Société Française, op. cit., p. 121.
  • 59 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 5.

18L’essor industriel suscité par la production de guerre provoqua quant à lui des déplacements de main-d’œuvre qui révélèrent à partir de 1915 les carences du parc locatif. La banlieue parisienne, notamment les communes du Nord de Paris – Puteaux, Saint-Denis – ainsi qu’Ivry ou Boulogne, où de nombreuses usines d’armement s’étaient installées, fut spécifiquement touchée par cette « crise de quantité » caractérisée par le surpeuplement et la carence des logements54. La proportion de logements vacants à Berlin qui chuta de 6,6 % à 3 % entre 1916 et mai 1918, et dans les districts industriels au Nord et à l’Est de la capitale de 5-6 % à 2,5 %, témoignait également des difficultés du marché à absorber les nouveaux habitants. En France, l’essor industriel eut surtout des conséquences déterminantes sur la composition du tissu urbain. Comme le montre Gérard Noiriel, la guerre joua un rôle de levier dans l’expansion économique de la France « commencée au début du siècle », qui « s’accélère dans les décennies suivantes55 ». L’extension de certaines villes rendit cette accélération d’autant plus sensible que la France avait jusqu’alors connu des rythmes d’urbanisation modérés56. La croissance, certes temporaire dans certaines villes, qui à l’exemple de Tarbes, ne parvinrent pas à réaliser la reconversion des industries de guerre à la fin du conflit, perdura dans les grandes métropoles dont le tissu urbain resta marqué par un phénomène de concentration urbaine57. En transformant en profondeur l’organisation de la production industrielle sur le territoire français58, la guerre avait engrené la recomposition du tissu urbain. Le tissu de nombreuses villes présentait « le phénomène général de concentration commerciale dans le centre et l’exode des habitants vers les quartiers de maisons individuelles à la périphérie » décrit par Henri Sellier pour la ville de Caen59. Dans ce contexte de transformation des tissus urbains, la question du logement économique se posait en des termes nouveaux. Il ne suffisait pas de construire plus, il fallait adapter les modes de construction à cette évolution du tissu urbain et surtout anticiper la croissance à venir. La substance urbaine remodelée par l’essor industriel incita les réformateurs français, notamment après la guerre, à reformuler la question du logement. La « crise de quantité » analysée par les spécialistes n’était qu’un des symptômes de changements plus profonds qui alarmaient les contemporains. C’est surtout l’ajustement difficile du marché du logement aux conditions nées du conflit de 1914 qui révélait la césure des années de guerre.

2. L’ajustement difficile du marché du logement aux mutations de la guerre

La guerre et ses répercussions sur la demande : promotion d’un nouveau type d’habitat

  • 60 Ibid., p. 4 et Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 161-163.
  • 61 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 48.
  • 62 Sur la carrière de cet urbaniste, voir Jean-Yves Puyo, « L’urbanisme selon Léon Jaussely », in : Vi (...)
  • 63 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La technique sanitaire et municipale, novembre 1918, p. 231.
  • 64 « Chronik », in : Städtebau, vol. 14, 1917, p. 56.
  • 65 Siedlung, Kleinhaussiedlung, Gartensiedlung etc.
  • 66 Ursula Weis, « Zu den sozialen Grundlagen des Wohnungsbaus in der Weimarer Republik », in : Wolfgan (...)
  • 67 Voir notamment Percival Booth, Der Erlaß des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sach (...)
  • 68 In : Städtebau, vol. 14, 1917, p. 80.
  • 69 Rudolf Eberstadt, Das Wohnungswesen, Leipzig/Berlin, Teubner, 1922, p. 91.
  • 70 Ce fut le cas notamment à Braunschweig en 1917 où des allégements réglementaires furent promulgués, (...)
  • 71 Percival Booth, Der Erlaß des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sachsen vom 10. Nov (...)

19En France comme en Allemagne, la guerre et ses aléas économiques renouvelèrent la demande qui se tournait désormais majoritairement vers les logements à loyer modéré et de petite taille60. Par cet aspect, la guerre marqua une véritable césure : elle imposa en effet durablement le logement économique de petite taille, souvent sous la forme du lotissement pavillonnaire qui déferla lors de la reprise des constructions à la fin des hostilités61. Dans son rapport sur l’urbanisme présenté à la session nationale du Congrès général du génie civil, le spécialiste d’urbanisme Léon Jaussely62, quant à lui, interprétait cette diffusion de l’habitat pavillonnaire comme une tendance de l’urbanisme moderne à « rapprocher » le milieu urbain de l’univers campagnard63. La promotion de ce nouveau type de bâti encouragea la diffusion du projet des cités-jardins dans l’après-guerre. En Allemagne, une tendance similaire, sinon encore plus appuyée, marqua l’évolution du marché de la construction. Les facteurs saillants de cette évolution tiennent au marasme économique et à la diminution en taille des ménages. Le logement économique de petite taille, Kleinwohnungsbau, fut popularisé, à partir de 1915, par les revues spécialisées comme le nouvel idéal de l’urbanisme moderne. En 1917, le Comité du Reichstag chargé des questions du logement émit le vœu que le service consacré à la promotion de l’habitat au sein du Reichsamt des Innern – Office national de l’Intérieur – fût étendu par la création d’une section spécialisée dans la construction des logements de petite taille, mais aussi notamment des cités d’habitation64. S’il n’était plus exclusivement question de cité-jardin mais souvent de cités – Siedlung – et que les termes se diversifiaient pour décrire cette nouvelle forme d’habitat65, les aménagements préconisés se référaient toujours à un type qui s’était sédimenté dans les années précédentes, au fil de la construction des cités-jardins. L’essor du bâti pavillonnaire semble s’être imposé en Allemagne avec une force inégalée. Les chiffres sont à cet égard évocateurs : Ursula Weis a pu ainsi montrer à partir de l’évolution des constructions neuves à Francfort-sur-le-Mein entre 1914 et 1919 une progression fulgurante du pourcentage des bâtiments d’au plus deux étages, de 35 à 99,5 %66. Ce modèle, outre qu’il suscita d’abondantes publications de la part des spécialistes de l’architecture et de l’urbanisme67, gagna aussi les suffrages des pouvoirs publics qui, par une série de mesures et d’institutions, encouragèrent son développement. Ce fut en particulier l’objet du décret promulgué en Prusse en mars 1917 qui énonçait des directives destinées à promouvoir ce type de bâti – « Leitsätze zur Förderung von Kleinhaussiedlungen und Kleinhausbauten »68. Après la guerre, les crédits à la construction accordés par les pouvoirs publics primèrent le bâti pavillonnaire69. Les collectivités locales ne furent pas en reste qui tentèrent, grâce à l’allégement des codes d’urbanisme ou l’allocation de crédits, de promouvoir un type de bâti plus aéré dominé par l’architecture de la maison avec jardin70. La Zentralstelle für Wohnungsfürsorge – Office central pour la promotion de l’habitation – de Saxe, stimulée par la réforme des codes d’urbanisme de 1913, préconisait, dans un rapport consacré à la question du logement après la guerre, l’aménagement des quartiers périphériques sous la forme d’un habitat aéré pourvu de jardins individuels71.

  • 72 Gustav Langen, « Das Archiv für Siedlungswesen während der Kriegszeit », in : Städtebau, 1917, p. 9 (...)
  • 73 « Chronik », in : Städtebau, vol. 14, 1917, p. 140 ; « Chronik », in : Städtebau, 1918, p. 92 ; Stä (...)

20Mais la construction de colonies pavillonnaires fut aussi encouragée par de nombreuses initiatives privées : ainsi l’institution créée par l’architecte Gustav Langen à l’occasion de l’Exposition internationale de la construction – Internationale Baufachausstellung – à Leipzig en 1913, les Archives des cités – Archiv für Siedlungswesen –, s’associa en 1917 au Bund Heimatschutz et à l’Association des cités allemandes et de l’excursion – Vereinigung für deutsche Siedlung und Wanderung – pour créer l’Œuvre des cités – Das Siedlungswerk. Cette entreprise assumait les activités d’expertise initiées par la DGG : à partir d’un important fonds documentaire accumulé sur l’architecture des cités rurales et urbaines, elle élaborait des modèles destinés à l’aménagement de colonies d’habitations rurales, semi-rurales ou de quartiers pavillonnaires urbains et de quartiers ouvriers72. Les régions où l’industrie de guerre connut un puissant essor, en Saxe ou en Westphalie notamment, favorisèrent le développement de Sociétés de construction spécialisées dans la promotion de ce type d’habitat73.

  • 74 Der Siedler : eine deutsche Halbmonatsschrift für Heim und Scholle. Nachrichtenblatt der Auskunftss (...)

21Si le logement économique de petite taille devenait la référence standard de l’urbanisme, la caserne locative, Mietskaserne, s’effaçait derrière la petite maison avec jardin qui, par le choix de matériaux légers et économiques, rentabilisait les coûts de construction. Ce type d’habitat, outre qu’il pouvait être réalisé à moindre frais, ne mettait pas en jeu des techniques de construction élaborées : alors que l’industrie du bâtiment était paralysée par le marasme économique, la construction de ces maisons économiques pouvait avantageusement être prise en charge par les habitants eux-mêmes. Du moins y furent-ils incités, comme en témoigne la parution de la revue Der Siedler, dont les conseils techniques encourageaient l’homme de la rue à s’improviser architecte74. En Allemagne notamment, où le logement économique sous la forme de la maison avec jardin fut primé avec une vigueur jusqu’alors inconnue, la longue bataille menée par le mouvement des cités-jardins en faveur de l’habitat pavillonnaire semblait enfin aboutir. Avec la guerre, cette revendication ensemençait en effet sur un terrain favorable et débordait largement la question ouvrière pour devenir un problème global de société.

Les victimes de la guerre et les fluctuations de l’équilibre social

  • 75 Philippe Bernard, La fin d’un monde1914-1929, op. cit., p. 58.
  • 76 Pour un aperçu comparatif des politiques de loyer mises en place au début de la guerre et leur mise (...)
  • 77 Jean-Louis Robert, Les Français dans la grande guerre, Paris, Éditions Robert Laffont, 1980, p. 26.
  • 78 Philippe Bernard, La Fin d’un monde, op. cit., p. 58-59.
  • 79 Jean-Louis Robert, Les Français dans la grande guerre, op. cit., p. 59.
  • 80 Delphine Gardey, Un monde en mutation. Les employés de bureau en France (1890-1930) : Féminisation, (...)
  • 81 Cité in : ibid., p. 139.
  • 82 Susanna Magri, « Housing », op. cit., p. 401-402.
  • 83 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1973, p. 7 (...)
  • 84 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, op. cit., sur la situation des ouvriers : p.  (...)
  • 85 Ibid., p. 18.

22La « crise du logement », dénoncée par les réformateurs au cours des hostilités, en cachait en réalité une autre : celle d’une société dont la guerre avait modifié l’équilibre. Cet équilibre était troublé de fluctuations multiples qui dérangeaient les repères traditionnels : flux migratoires, mobilités sociales, difficultés de réinsertion des blessés de guerre. La mobilisation générale avait en effet provoqué des transformations brutales, fermeture des boutiques, chômage, arrêt des usines75, dont les conséquences sur la situation du logement se firent immédiatement sentir : la politique des loyers qui fut mise en place en Allemagne et en France76 dévoilait la soudaine misère économique d’une grande majorité des locataires77. Les classes moyennes furent particulièrement atteintes par la vie chère. En France, alors que la mobilisation industrielle permit vraisemblablement à un certain nombre d’ouvriers de sortir « d’une misère encore profonde en 191478 », les couches moyennes subirent une véritable précarité. Les maris mobilisés furent rarement, contrairement aux ouvriers, rappelés du front et laissaient leur famille dans un « profond état de dénuement d’autant plus grave que leur statut social leur interdisait d’obtenir les allocations distribuées pendant longtemps aux seuls “nécessiteux” non inscrits sur les rôles des contributions directes ». Les rentes ainsi que les traitements de fonctionnaires stagnaient79. En France, la déchéance fut particulièrement manifeste dans la catégorie des employés si bien que Delphine Gardey s’est demandé « si le conflit n’a pas été un tournant clef dans la baisse du statut relatif du groupe des employés de bureau au sein de la société française80 ». La misère des employés semble tout au moins avoir acquis durant cet épisode une grande visibilité81 à laquelle les grandes grèves du printemps 1917, largement féminines, ne sont pas étrangères. Susanna Magri a montré elle aussi, à partir de l’étude des conditions de logement dans les capitales des deux pays voisins, que la situation de logement des employés de bureau se dégrada en comparaison de celle de certains ouvriers d’industrie, notamment lorsqu’on se réfère à leur situation respective à la veille de la guerre. S’ils touchaient une rémunération semblable à celle des ouvriers qualifiés embauchés dans l’industrie, ils ne bénéficiaient pas des avantages accordés à ces derniers par la politique des loyers82. Si les employés allemands furent eux aussi victimes du phénomène de prolétarisation constaté en France, la déchéance des couches moyennes allemandes est à nuancer suivant les catégories qui les composaient. Certes les fonctionnaires les mieux placés s’appauvrirent par comparaison avec les fonctionnaires du milieu et du bas de l’échelle. Les artisans et les petits commerçants, quant à eux, purent parfois tirer parti, à des degrés divers suivant les branches et suivant les localisations, de la conjoncture de guerre. La conjoncture renforça aussi parmi les artisans la tendance à la coopération des métiers et des ateliers, décuplant ainsi leur capacité de résistance à la crise83. En ce qui concerne les ouvriers en revanche, Jürgen Kocka remet en question l’opinion répandue à l’époque selon laquelle ils auraient conquis grâce à la production de la guerre « de conséquents avantages matériels ». Il décrit au contraire leur « appauvrissement », notamment au cours du blocus économique84. La précarité du quotidien causée par la pénurie brutale des produits de subsistance ajouta effectivement au dénuement des catégories dont la position sociale avait déjà été fortement ébranlée par les conséquences de la guerre. Faut-il rappeler que le rationnement des principales denrées alimentaires provoqua l’introduction de la carte de rationnement pour le pain et la farine dès février 191585 ? Les répercussions du blocus sur l’organisation de la vie sociale singularisèrent la situation de l’Allemagne par rapport à celle des autres pays engagés dans le conflit, notamment celle de la France.

  • 86 « Maison d’artisans et d’exploitants ruraux », in : La vie à la campagne, 10e année, vol. XVI, n°19 (...)
  • 87 Theodor Goecke, « Gartenstadt Braunschweig-Riddaghausen », in : Städtebau, 1915, p. 45-48. Gustav L (...)

23Enfin, parmi les victimes de la guerre, on ne peut oublier les invalides et les blessés de guerre. Cette catégorie, dont le sort préoccupa dès 1915 les spécialistes du logement, a eu de fortes répercussions sur la manière dont le problème du logement populaire fut reformulé. Même si en France, on envisagea la construction de cités-jardins pour améliorer le quotidien des victimes rapatriées, blessés ou mutilés de guerre86, l’hébergement des victimes de la guerre n’y bénéficia pas d’une publicité aussi prononcée qu’en Allemagne. À nouveau, la résolution d’un problème social, la réinsertion d’une population meurtrie par la guerre, se rapportait chez les réformateurs allemands à une question d’aménagement spatial résolue sous la forme de la Kriegerheimstätte – « foyer des combattants » – aménagé dans des colonies pavillonnaires. Dès 1915, les réformateurs engagés avant-guerre dans le projet des cités-jardins multiplièrent ouvrages et articles dans les revues spécialisées87. La très active Zentralstelle für Wohnungsfürsorge im Königreich Sachsen – Office central pour la promotion de l’habitation dans le royaume de Saxe – rédigea, à l’intention du ministère de la Guerre et des Finances, un mémoire sur le logement des blessés de guerre. La DGG ne fut pas en reste, qui dès la fin des hostilités sur le front de l’Est, consacra une partie de ses activités à l’étude de la question.

  • 88 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden, Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen. Denkschrift der D (...)
  • 89 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg, op. cit., p. 88.

24Comment expliquer le retentissement si fort de cette question en Allemagne ? Les principaux artisans du projet des cités de combattants étaient issus du mouvement des cités-jardins et du mouvement de la réforme foncière. Or ces mouvements jouissaient d’une assise solide dans le paysage réformateur qui explique la vitalité de la campagne autour de ce sujet en Allemagne. Les difficultés de la guerre, le blocus économique entre autres, avaient de surcroît favorisé, parmi la population, l’essor de pratiques d’entraide et de collaboration qui ne pouvaient manquer d’encourager un projet imprégné des idées coopératives développées au sein du mouvement des cités-jardins. Aussi préconisait-on par exemple la mise en commun des ateliers, la mise en place de systèmes d’entraide88, la création de nouveaux emplois pour les mutilés de guerre inspirés des structures d’organisation coopérative de l’artisanat ravivées pendant le conflit89.

3. La mobilisation et la mise en pratique du civisme dans le projet des cités-jardins

HBM et cité-jardin : élaboration d’un nouveau paradigme

  • 90 Voir l’introduction que Maurice Dufourmantelle rédigea en janvier 1916 à : Joseph Dépinay, Maurice (...)

25Face à la crise du logement, les forces de la réforme, galvanisées par la mobilisation, s’unirent dès 1915 pour élaborer des plans de reconstruction qui, sans être applicables dans l’immédiat, anticipaient les lendemains de guerre. Cet élan réformateur stimula les réflexions et les projets développés autour du logement à bon marché à la veille du conflit. Dans cette perspective, la guerre appuya la tendance qui se dessinait dans les discussions de la Société française des HBM à la veille du conflit, selon laquelle « il ne suffisait pas d’envisager le problème de l’habitation ouvrière en lui-même, mais […] il fallait aussi l’examiner dans sa relation avec la question plus générale de la structure des agglomérations urbaines90 ». Le modèle d’aménagement global auquel se référait le programme de la reconstruction s’enracinait en outre dans l’idéal d’harmonie collective porté avant-guerre par le projet des cités-jardins. L’intérêt suscité par « l’organisation collective du groupement » était par ailleurs stimulé par l’esprit de mobilisation qui s’étendait jusqu’au milieu réformateur. « Mise en commun », « coordonner », « tout organisé », « groupement organisé », les expressions qui jonchaient alors les publications d’urbanisme donnent la mesure de l’élan que l’Union sacrée transmit aux activités de la réforme.

26Le projet imaginé par Howard permettait de transposer cet idéal d’union civique dans l’espace. C’est ainsi qu’un rapport présenté à la session nationale du Congrès général du génie civil en mars 1918 incitait le « plus grand développement possible » des cités-jardins « dans la reconstitution des pays ravagés ». Il soulignait notamment l’« esprit de solidarité » qui s’y déployait, propice au développement économique et social de la cité et à la mobilisation des forces :

  • 91 M. Legros, « Espaces libres – Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévast (...)

C’est la guerre qui, par voie de conséquence, doit apporter le concours le plus efficace à cette œuvre si bienfaisante des cités-jardins dont l’indifférence égoïste et apathique du temps de paix n’a que trop longtemps retardé l’essor91.

  • 92 L’ouvrage de Donnat-Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin et Edouard Redont distingue les quartiers i (...)
  • 93 Alfred-Donnat Agache, « les grandes villes et leur avenir », conférence du 22 juin 1916, in : Louis (...)

27L’aménagement de l’espace, que ce soit à l’intérieur de la ville ou dans le logement, répondait donc à un nouveau paradigme qui valorisait les vertus du collectif. La cité-jardin inspira de nouvelles morphologies, transpositions plastiques de ce paradigme. Ainsi, dans le modèle développé par les premières théories d’urbanisme, le « centre social », mis en valeur par la distribution fonctionnelle des quartiers urbains92 qui distinguait en outre les quartiers industriels et les quartiers d’habitation, pouvait apparaître comme une réminiscence du centre de la cité-jardin. Traduction de cet idéal communautaire, la « maison du peuple » mise à l’honneur par l’urbanisme d’après-guerre, rappelait le centre civique des cités-jardins. L’aménagement des espaces publics, dans la conception de l’urbanisme moderne, devait exprimer les vertus sociales de l’union et de l’harmonie. Ce fut l’un des grands principes énoncés lors de l’Exposition de la Cité reconstituée de 1916 qui posait les fondements de l’urbanisme à venir93 :

De même, ayant des villes heureusement aménagées, aux rues largement ventilées, aux transports commodes, aux promenades bien distribuées, le rendement des habitants au point de vue de l’apport social sera manifestement supérieur.

  • 94 « Congrès de l’association des 28-30 juillet 1916 », in : La Technique sanitaire et municipale, sep (...)

28La logique productiviste, qui à la faveur de l’industrie de guerre transforma les modes d’organisation du travail, s’appliquait également au fonctionnement de la ville : les principes tayloristes qui régulaient « le développement du grand atelier, bref la mise en commun des activités » étaient désormais transposés à l’organisation des structures urbaines. Mais, le principe du rendement ne gouvernait pas seulement l’aménagement des infrastructures, il organisait aussi le social. Le parallèle établi entre l’aménagement urbain et l’organisation du travail compose l’image d’une société dont la mécanique, parfaitement réglée, garantit la cohérence et la solidité des liens. Le modèle de « l’habitation en voisinage immédiat », préconisé dans le cadre de l’Exposition de 1916, s’intégrait à cette conception. Il suggérait la création de quartiers d’habitation qui faciliteraient les avantages de la proximité, aussi bien spatiale que sociale. Ce nouveau paradigme s’appliqua aussi à l’aménagement intérieur du logement populaire : on prôna l’introduction dans l’habitation ouvrière de la « salle commune », « où tous les membres de la famille se retrouvent, qui abrite les devoirs et les jeux des enfants » et qui ne pouvait se confondre avec le « salon des maisons bourgeoises », destiné à l’accueil des « gens du dehors » et non de ceux du logis94.

29Appliqué à l’organisation de l’espace, ce paradigme du collectif transformait donc le programme de l’architecture populaire, l’affranchissant dans une certaine mesure du mode d’habiter bourgeois. En Allemagne aussi, la thématique du civisme se greffa sur les activités des associations de la réforme urbaine, en particulier sur celles de la DGG. L’intégration de la cité-jardin aux projets d’habitation des combattants en fut le signe le plus manifeste.

La cité-jardin dans le débat sur la réinsertion des soldats

  • 95 Bodenreform, 28e année, n°6, 20 mars 1917, p. 163.

30La question de l’habitation des blessés et des mutilés de guerre mobilisa intensément l’opinion publique allemande. Adolf Damaschke, à la tête du mouvement des réformateurs fonciers, notait en effet que « presque 6 millions de familles (…), presque la moitié de tout le peuple allemand » purent être gagnées à la cause de l’habitation des combattants dont il s’était fait l’apôtre95. Mais ce retentissement ainsi que la part immense des activités que les acteurs de la réforme du logement consacraient à cette question trahissent la charge émotionnelle d’un sujet qui ne semble pas avoir eu parmi les réformateurs français la primauté que lui accordèrent les spécialistes allemands.

  • 96 Paul Helbeck, « Unseren Kriegsinvaliden ein gartenstädtisches Heim », in : Gartenstadt, 8e année, n (...)
  • 97 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, Leipzig, Renaissan (...)
  • 98 Städtebau, 1916, p. 115.
  • 99 « Berliner-Vereinigung zur Förderung der Kriegs-beschädigten-Ansiedlung », in : Gartenstadt, n°11, (...)
  • 100 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, (...)
  • 101 Ce comité comptait aussi comme membre la DGG in : Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozials (...)
  • 102 « Grundsätze für ein Reichsgesetz zur Schaffung von Kriegerheimstätten », in : Gartenstadt, n°9, fé (...)

31C’est la cité-jardin qui fut considérée comme le mode d’habiter idéal des victimes de guerre. La nécessité de loger ces rescapés dans un cadre hygiénique, régénérant et agréable était en effet perçue comme une dette sociale dont la nation devait s’acquitter envers ceux qui avaient sacrifié leur vie. La petite maison entourée d’un jardin, décrite comme l’habitation idéale pour ces déshérités, prédestinait la DGG à s’emparer de la question. Sitôt la publication de la revue reprise en février 1915, elle édita un article de fond sur le sujet96. L’hygiéniste Hermann Salomon consacrait à cette question un ouvrage publié dans la maison d’édition de la Société au printemps de la même année97. En 1916, la DGG soutenait la publication d’une revue hebdomadaire Heim und Scholle destinée à tous ceux qui désiraient fonder une colonie d’habitations et en particulier aux mutilés de guerre98. La même année, la création d’une Berliner Vereinigung zur Förderung der Kriegerheimstätten – Union berlinoise pour la promotion du foyer des combattants – confirmait cet engagement puisque son secrétaire général n’était autre qu’Adolf Otto, également installé à la tête de la DGG99. Elle participa100, avec la Gesellschaft für innere Kolonisation – Société de colonisation intérieure – et le Hauptausschuß für Kriegerheimstätten101 – Comité central pour la promotion du foyer des combattants – créé en 1915 sous la férule du Bund deutscher Bodenreformer, à l’élaboration de principes en vue d’introduire une « loi nationale sur le foyer des combattants102 ». Ces principes concevaient la cité des combattants comme un havre de régénération d’où devait naître un « peuple sain de corps et d’esprit. » L’application du régime foncier relevant du Vorkaufsrecht – droit de rachat – devait mettre les parcelles à l’abri de la spéculation ; en outre, le lopin de terre alloué au soldat n’était pas résiliable. Les références à la terre comme lieu de l’origine et de l’ancrage, la connotation patriotique associée à l’image du sol, l’organisation du travail agricole qui devait assurer la subsistance de la famille et permettre aux victimes de la guerre de se régénérer au contact d’un environnement naturel et sain, et l’interdiction, enfin, au chef du ménage de vendre sa parcelle sans l’accord explicite de l’épouse : ces thèmes rendaient manifeste la continuité avec la propagande menée par la DGG dans les années qui précédaient la guerre.

  • 103 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 9.
  • 104 Hans Kampffmeyer, Wohnungsfürsorge und Ansiedlungstätigkeit nach dem Kriege, Karlsruhe, G. Braunsch (...)

32Mais la cité-jardin semblait surtout offrir un cadre idéal à la réinsertion professionnelle et sociale de ces combattants de guerre : la question que posait l’hygiéniste Hermann Salomon en introduction de son étude sur les cités de combattants était de savoir quelle place allait être accordée aux invalides et notamment quel métier ils allaient pouvoir entreprendre103. En langue allemande, le terme « place » est traduit par Raum qui signifie « espace ». Cette ambiguïté rhétorique, loin d’être fortuite, signale l’emboîtement des représentations sociales et spatiales qui guidaient l’action réformatrice : le statut social de ces victimes était conçu et défini, selon la logique performative au fondement de la démarche réformatrice, à partir d’une réflexion sur l’espace et son aménagement. C’est un véritable programme de réinsertion sociale qui était imaginé à partir de la cité-jardin afin que ces rescapés ne soient pas parqués « dans des lotissements spéciaux à l’écart du reste de la population104 ».

  • 105 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 25.
  • 106 Bernhard Kampffmeyer, « Gemeinsame Arbeitsstätten », in : Gartenstadt, n°11, octobre 1916, p. 221.
  • 107 Gartenstadt, n°11, octobre 1916, p. 236.
  • 108 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, (...)
  • 109 Hans Kampffmeyer, Wohnungsfürsorge und Ansiedlungstätigkeit nach dem Kriege, op. cit., p. 14.

33L’aménagement de la vie quotidienne des sacrifiés de la guerre sous une forme communautaire renouvelait les débats sur l’entraide et la coopération, développés par le projet des cités-jardins et réactualisés dans le contexte de guerre. Tous les thèmes évoqués dans les débats sur la réinsertion sociale et professionnelle des victimes de guerre par l’instauration d’ateliers artisanaux coopératifs – genossenschaftliche Werkstätte105 – ou le travail à domicile reflétaient aussi des pratiques collectives favorisées par le blocus : mise en commun des ateliers106, instauration de comptoirs centraux pour la commande groupée des matériaux107, organisation des métiers108, autosubsistance grâce à la culture de jardins aménagés en colonies109. Mais si la cité-jardin fut conçue comme un modèle d’habitat idéal, cela tient aussi aux promesses de régénération et d’idylle qui se greffaient sur les représentations de son environnement naturel.

4. « Qu’aux champs de carnage et de désolation puissent succéder les paysages radieux… » : le discours sur la nature pendant la guerre

L’environnement des cités-jardins : entre autosubsistance et régénérescence

  • 110 M. Legros, « Espaces libres – Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévast (...)

34En France, les débats sur la reconstruction des régions dévastées ravivèrent la charge utopique inhérente à la conception howardienne des cités-jardins. Les ruines qui recouvraient les champs de combat évoquaient par contraste l’image idyllique qui depuis la campagne en faveur des espaces libres était apposée à l’idée de cité-jardin. Ainsi, le rapport sur la reconstitution des pays dévastés présenté en mars 1918 à la session nationale du Congrès général du génie civil110 affirmait :

Pour qu’à ces champs de carnage et de désolation puissent succéder les paysages radieux, manifestement heureux du travail pacifique et fécond, c’est aux cités-jardins qu’il faudra donner le plus grand développement possible dans la reconstitution des pays ravagés ! 

  • 111 Dans la région de Neumünster 700 hectares furent de cette manière exploités à des fins agricoles. C (...)
  • 112 « Nutzgärten für den kleinen Mann », in : Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 179 ; Hugo Wagner, « L (...)
  • 113 « Verwertung von brachliegendem Baugelände », in : Die Bauwelt, n°7, 1915, p. 17.
  • 114 Hugo Wagner, « Landwirtschaftliche Bodenpolitik der Städte », in : Die Bauwelt, n°48, 3 décembre 19 (...)
  • 115 Leberecht Migge, « Wie baue ich eine grüne Stadt ? », in : Städtebau, 1917, p. 59.
  • 116 Leberecht Migge, Jedermann Selbstversorger! : Eine Lösung der Siedlungsfrage durch neuen Gartenbau, (...)

35En Allemagne, le « retour à la terre », motif amplement développé dans le projet des cités-jardins, déferla dans les discussions sur le logement et l’urbanisme au moment du conflit. Il faisait d’abord concrètement référence à l’aménagement des jardins de subsistance alors que le blocus provoqua la pénurie des denrées alimentaires et soumit les citadins, notamment, à la disette. Toutes les surfaces libres, prairies et terres en friches, furent mises à contribution111. Mais même le parc foncier urbain fut exploité à des fins agricoles112. À Berlin, une coopérative d’intérêt général – gemeinnützige Genossenschaft – fut créée, avec le soutien du ministère de l’Agriculture, des Domaines et des Forêts, dans le but d’assurer la conversion des terrains de construction non bâtis en champs de pommes de terre113. Il y a fort à parier que l’introduction de ces nouvelles habitudes, le travail de la terre, mais surtout l’entraide qui s’organisa autour de la culture de ces lopins improvisés, familiarisèrent certains citadins avec les pratiques communautaires instituées par les cités-jardins. Tout au moins assura-t-elle un regain d’intérêt pour la cité-jardin chez les réformateurs qui y reconnaissaient un mode d’habitat idéal pour la promotion du jardin de subsistance, Kleingarten. Ainsi, l’architecte Hugo Wagner préconisait dès 1914 l’extension des terres cultivables au sein des périmètres urbains : alors qu’il anticipait le blocus dès le début de la guerre, il assignait à la gestion municipale de développer les jardins maraîchers dans les villes ou à favoriser la construction de l’habitat pavillonnaire114. Leberecht Migge, dans sa conception de la « ville verte115 », n’appréhendait pas seulement la nature urbaine comme un accessoire d’agrément mais l’envisageait aussi comme un moyen d’autosubsistance116. Le développement de ces nouvelles pratiques suscita dans les cercles de la réforme urbaine de copieux développements théoriques et servit de point de départ à une propagande intense en faveur de la « cité-jardin », terme de plus en plus employé pour désigner, de manière générique, les colonies pavillonnaires.

36Cette propagande rassemblait les forces vives de la réforme, des spécialistes de l’architecture et du logement mais aussi des industriels, et fut favorablement accueillie par les autorités publiques. Elle s’appuyait sur un constat : l’épanouissement d’un besoin de nature dans la population allemande corrélatif à la guerre. L’éclosion spontanée des petits jardins d’autosubsistance était perçue comme le signe d’un retour à la nature. La conférence de Carl Friedrich von Siemens, l’un des fils de l’entrepreneur Werner von Siemens, consacrée en 1917 à l’habitation ouvrière, permet d’évaluer comment cet argument fut mobilisé dans la propagande en faveur de l’aménagement des cités ouvrières sous la forme de cités-jardins. Il prenait acte dans son plaidoyer d’un habitus que la guerre aurait considérablement renforcé, en particulier chez les ouvriers :

  • 117 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », in : Groß-Berlin (...)

La guerre a induit chez beaucoup une nouvelle conception. Des milliers de citadins sont depuis longtemps déjà en contact constant avec la nature, leur amour pour la nature, leur compréhension de la nature ont été réveillés, et au détour des conversations qu’on peut échanger avec beaucoup d’entre eux, on perçoit qu’ils songent avec horreur à la possibilité d’être à nouveau enfermés dans des rues étroites et des cours mal aérées117.

  • 118 Heidrun Homburg, « Le taylorisme et la rationalisation de l’organisation du travail en Allemagne (1 (...)

37Alors que la production de guerre et la maximisation du rendement invitaient les industriels à se pencher sur les conditions de vie des ouvriers, notamment sur leur logement, Siemens arguait de l’émergence de ces conduites pour envisager la cité-jardin comme modèle idéal de cité ouvrière. Le plaidoyer de Carl Friedrich von Siemens s’inscrivait dans la stratégie de concertation poursuivie par l’entreprise Siemens à la veille de l’effondrement de l’Empire, en rupture brutale avec la politique paternaliste et ouvertement antisyndicale de contrôle ouvrier qui avait jusqu’alors gouverné le fonctionnement de l’entreprise118. Pourtant, malgré ces concessions, l’idéalisme social ne prenait en aucun cas le pas sur le pragmatisme. Au contraire, comme le souligne Heidrun Homburg, le nouveau cours de cette politique sociale ciblait « la réduction du volume de la force de travail et l’évolution de sa composition » de manière à intensifier le rendement et les profits de l’entreprise. Si cette évolution incite à interpréter l’argumentaire de Siemens en faveur d’un besoin de nature dans la logique de cette idéologie de la rentabilité, il convient de sonder les enjeux de cette propagande dans le discours réformateur.

« Le besoin de nature » : une expérience collective

  • 119 Ce fut notamment l’objet de la propagande menée par l’Association du logis ouvrier – Verein Arbeite (...)
  • 120 Karl von Mangoldt, « Schafft Kleingartensiedlungen an die Ortsanlagen ! », Ostpreussen, seine Verga (...)
  • 121 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », in : Groß-Berlin (...)
  • 122 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, (...)

38L’habitat organisé sous la forme des cités-jardins ne fut pas seulement préconisé pour les ouvriers. Les acteurs de la réforme du logement, auxquels le Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen – Association du Grand-Berlin pour la promotion du logement économique – servit de forum durant le conflit, s’accordaient à voir dans la recrudescence des pratiques maraîchères le signe d’un « besoin de nature » qui revêtait différentes formes : désir de posséder un coin de terre – eigene Scholle119 –, amour du jardinage et de la nature, volonté de loger dans des conditions hygiéniques120. Très vite ce besoin de nature fut identifié comme un phénomène collectif. C’est en effet à partir d’une véritable « ethnographie » de la société que les réformateurs diagnostiquèrent le « besoin de nature » comme une caractéristique issue du conflit. Siemens, lorsqu’il constatait chez les citadins un renforcement du goût pour la nature, se référait aux conversations qu’il avait pu tenir avec bon nombre d’entre eux depuis l’éclatement des hostilités121. S’en remettant aux entretiens qu’ils avaient eus avec les soldats des tranchées, d’autres réformateurs constataient l’« expansion vertigineuse » durant le conflit de l’aspiration à posséder une petite maison individuelle avec jardin122.

  • 123 Bodenreform, n°3, 5 février 1917, p. 96.

39Enfin et surtout, le mouvement de la réforme foncière appuyait la propagande en faveur des cités de combattants sur les témoignages des soldats du front publiés à la fin de chaque numéro de la revue Bodenreform. Ces témoignages semblaient cautionner du sceau de l’authenticité l’analyse du « besoin de nature » que les acteurs de la réforme foncière constataient chez les combattants. Des centaines de lettres envoyées du front s’alignèrent qui relataient comment la guerre avait fait émerger le goût de la nature et qui évoquaient dans un même souffle la nostalgie du foyer et la célébration du sol patriotique. On citera par exemple ces quelques lignes attribuées à un grenadier en poste en Hongrie123 :

C’est justement la guerre et l’agitation permanente qu’elle entraîne, le sentiment d’être à l’étranger {« in der Fremde »}, coupé de ses racines {« das Gefühl der Heimatlosigkeit »}, et en même temps l’intime conviction que même si l’on ne peut fouler le sol de son pays {« (...) aber keine bodenständige Heimat hat (…) »}, on a toujours une patrie {« Vaterland »}, qui fait émerger avec d’autant plus de force la nostalgie d’un petit coin de terre{« Scholle »} dans un environnement paisible.

  • 124 La difficulté inhérente au maniement de ce type de sources a été évoquée par Nikolaus Buschmann dan (...)

40L’homologie qui lie en allemand les termes de foyer – Heim – et patrie – Heimat – invitait à ce type de correspondances répandues dans de nombreuses lettres. L’« authenticité » des lettres publiées par Bodenreform pose problème124. Leur analyse fait effectivement ressurgir des représentations éculées par les réformateurs du mouvement Heimat et du projet des cités-jardins avant 1914. Ces jeux d’échos suggèrent l’hypothèse que la construction par les réformateurs d’un phénomène, le « retour à la nature », fut utilisée pour justifier la promotion d’un nouveau mode d’habitat.

Une vision romantique de la « nature » vécue au front

  • 125 Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Bericht über die zweite Generalversammlung des Groß-Be (...)
  • 126 Lettre d’un soldat du front à ses parents et à ses frères et sœurs. Cité in : Benjamin Ziemann, Fro (...)

41Que ce soit dans les journaux de la réforme qui se référaient aux lettres du front, que ce soit à travers les discussions que les réformateurs prétendaient avoir échangées avec soldats ou citadins, le front était décrit comme le lieu d’une expérience fondatrice, celle du contact avec la nature. Cette référence à l’expérience de guerre, éclairée de multiples points de vue, explique pourquoi ce « besoin de nature » fut rapidement perçu comme un phénomène collectif dont le bien-fondé ne faisait aucun doute. Ce sont des motifs communs qui structuraient les récits des réformateurs. En premier lieu, la vie dans les tranchées était stylisée à travers des descriptions qui célébraient dans un même mouvement le contact avec la terre et le goût retrouvé du foyer125. Partant, ces récits escamotaient tous les aspects pénibles auxquels d’autres soldats au contraire assimilaient le quotidien des tranchées – rudesse du travail physique, mauvaise nourriture, sans omettre l’horreur des combats –, comme l’ont mis en valeur des travaux récents126.

  • 127 Ute Wiedenhoff, « Kontinuitäten korporierter Mentalität im Ersten Weltkrieg », in : Gerhard Hirschf (...)
  • 128 Ibid., p. 196.

42L’étude des corps enrôlés dans la guerre des tranchées de 1914/15 a par exemple mis au jour les représentations qui parcouraient les récits et descriptions que ces soldats faisaient de leur quotidien dans les tranchées et a montré que ceux-ci se comparaient de manière ironique à des « taupes » – Maulwürfe – qui habiteraient des « palais de terre » – Erdpalast – où, « ensevelis jusqu’au-dessus du nez », ils vivaient une « vie de grotte » – Höhlenleben127. C’est aussi l’ennui et le désespoir qui émergent de la plupart de nombreux comptes-rendus des soldats immobilisés dans la guerre des tranchées. Grâce aux plaisirs de l’alcool, ils cherchaient souvent à s’évader de ces « trous » – Loch – où « ils se tenaient toute la journée à attendre que peut-être la première grenade atteigne son but128 ». Si ces descriptions tissent effectivement un réseau métaphorique autour de l’image du sol, elles expriment moins le plaisir retrouvé du contact avec la nature que le désarroi et la peur de la mort. Il ne subsiste rien dans ces allusions à la vie des tranchées comme grottes de l’enfer du tableau édulcoré que voulaient bien en faire les réformateurs.

  • 129 Bodenreform, n°14, 20 juillet 1918, p. 232.

43L’évocation du goût retrouvé de la nature que les réformateurs attribuaient aux soldats du front réactualisait en effet les motifs romantiques d’une terre matrice, terre des origines, lieu de la régénération, dont le premier chapitre a montré qu’ils avaient constitué l’armature idéologique de la propagande du mouvement des cités-jardins. Les fréquentes allusions au sol de la patrie et à la terre dans les lettres des soldats des tranchées publiées par Bodenreform servaient à conforter cette idéologie réformatrice129 :

  • 130 Frank vom Rhein, « Deutsche Scholle für unsere Tapferen », in : Der Türmer, n°2, avril-septembre 19 (...)

Cela fait maintenant un peu plus d’un an qu’ils vivent là-bas sur le front, au cœur de la nature (…) à l’air pur et au soleil et confrontés à d’innombrables dangers. Ils ont appris grâce au travail de leurs mains à améliorer mais aussi à embellir leur existence étriquée, autant que cela leur a été possible, comme cela est propre à l’âme allemande – combien ne dépériraient-ils pas s’ils devaient, à leur retour, regagner leurs logements étriqués et sobres qui restreignent tant les choix de l’existence ! Des milliers de gens se sont habitués à prendre plaisir à leurs plantations et à prendre goût à toutes les petites choses, à toutes ces finesses que leur dévoile la nature130.

  • 131 Bodenreform, n°1, 5 janvier 1918, p. 24 et Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Bericht übe (...)

44Les descriptions tirées des lettres de soldats ou des écrits de la réforme urbaine célébraient une image mythifiée de la ruralité131 avec laquelle l’expérience du front aurait permis de renouer. La similitude des motifs convoqués par ces descriptions et ceux développés dans le projet des cités-jardins depuis le début du siècle suscite deux interrogations : pourquoi cette perception de la nature fut-elle décrite comme un phénomène collectif d’une part et quel rôle ces représentations stylisées de la nature jouaient-elles d’autre part dans la conjoncture de guerre ?

Du tableau de la nature idyllique à la cité-jardin : conjurer l’unité sociale

45C’est à partir d’une véritable ethnographie des tranchées et de l’arrière que ce « besoin de nature » fut diagnostiqué par les réformateurs comme une évidence collective. C’est une expérience originelle et universelle que tous les récits s’accordaient à relater. La nature, convoquée dans des descriptions qui célébraient aussi bien l’héritage romantique que l’idéal social défendu par le projet des cités-jardins effaçait les inégalités et unissait les forces. Le soudain regain d’intérêt pour la cité-jardin, que manifestèrent les spécialistes de l’habitat populaire et de l’urbain au cours du conflit, s’inscrit aussi dans cette volonté de sceller l’union des forces sociales.

  • 132 Franz Oppenheimer, Paul Schmitthenner, Fritz Stahl, Die Gartenstadt Staaken, Berlin, Wasmuth, 1917, (...)

46Au fil du conflit, la mobilisation des références à la nature dans le discours des réformateurs visa de plus en plus à escamoter les douleurs et les traumatismes d’une guerre qui non seulement se prolongeait mais provoqua aussi une véritable saignée. Le « besoin de nature » que la cité-jardin était censée satisfaire de manière idéale apparaissait comme une réaction aux meurtrissures et aux peines des combats. Dans son introduction de 1917 à l’ouvrage de présentation de la cité de Staaken, Franz Oppenheimer, par exemple, préconisait au peuple allemand une « cure d’air et de soleil » pour panser la « plaie » que la guerre lui avait infligée132. La plaie faisait autant référence aux morts sacrifiés au champ de bataille qu’au traumatisme moral qui avait affaibli la nation allemande.

  • 133 Hans Kampffmeyer, Friedenstadt. Ein deutsches Denkmal, Jena, Eugen Diederichs, 1918.
  • 134 Zeitschrift für Wohnungswesen, 16e année, 1917/18, p. 345.

47Le discours qui prêtait à la nature la capacité de régénérer une société meurtrie se déploya dans le milieu réformateur avec d’autant plus de force que la guerre se prolongeait. Hans Kampffmeyer, par exemple, élabora dès 1917 le projet d’une « ville de la paix133 » inspirée de la cité-jardin, sorte de mémorial gigantesque qui marquerait symboliquement le début d’une ère nouvelle : modèle idéal d’aménagement urbain, il fonderait aussi un nouvel ordre social. De tels amalgames se multiplièrent après la défaite. Ainsi, la déclaration prononcée par Hindenburg au retour des troupes, aussi anecdotique soit-elle, est typique de l’état d’esprit qui se diffusa durant la guerre : cherchant, malgré la défaite, à galvaniser les forces en vue d’un nouveau combat, celui de la Reconstruction, il annonçait une ère nouvelle marquée par l’« œuvre » commune à réaliser, l’édification de nouveaux logements. Ce démiurge des armées promettait la construction pour les ouvriers, les employés et les fonctionnaires de « maisons dans des cités-jardins et des banlieues-jardins134 ». Hindenburg faisait ici de la cité-jardin le même usage que celui qui fut fait de la nature dans la propagande de guerre : invoqué comme soulte à la défaite, ce projet servait à mobiliser les forces pour un nouveau combat, relever le pays de ses ruines. Sauf qu’une nouvelle menace planait sur la reconstruction. Les catégories auxquelles il s’adressait avaient été les premières victimes des difficultés économiques liées à la guerre. L’évocation de la cité-jardin, berceau du rassemblement, servait alors à conjurer un climat conflictuel, à effacer le spectre du mécontentement, les ferments de révolte parmi ceux que la guerre avait affaiblis.

Conclusion du premier chapitre

  • 135 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Premièr (...)

48Susanna Magri et Christian Topalov ont montré que la guerre avait « permis une accélération inespérée des changements sur tous les terrains stratégiques définis par les réformateurs depuis le début du siècle135 ». Dans les deux pays, les débats sur la reconstruction se sont ainsi inspirés de l’idée de cité-jardin. La mise en œuvre de la reconstruction en Allemagne fut largement redevable des méthodes expérimentées avant-guerre par les défenseurs du projet des cités-jardins. En France, si le programme de reconstruction ne put être exécuté aussi précocement, les réflexions développées durant le conflit empruntèrent de nombreuses références à la cité-jardin, qu’il s’agisse du paradigme du collectif qui imprégna la constitution de l’urbanisme français, de la prédilection pour un bâti aéré ou des références à la nature.

49L’anticipation de la crise du logement qui devait éclater à la fin des hostilités conduisit par ailleurs les spécialistes de l’urbain à préconiser la cité-jardin comme habitat modèle. Au moment où les spécialistes français de l’urbanisme avançaient encore à tâtons, s’inspirant de la cité-jardin pour élaborer de nouvelles théories d’urbanisme, au moment où l’Office des habitations à bon marché du département de la Seine à peine créé explorait les voies ouvertes en Angleterre par le projet des cités-jardins, les professionnels allemands de l’architecture pouvaient quant à eux se réclamer d’une expérience solide de construction qui définissait un type d’habitat utilisé comme étalon. L’Office des habitations à bon marché du département de la Seine, s’il envisageait la construction de cités-jardins, ne pouvait pas encore asseoir son projet sur un programme architectural. Les débats allemands sur la maison économique et les colonies pavillonnaires ne s’embarrassaient pas de question de style, ils tentaient d’appliquer les formules que la construction des cités-jardins avait déjà permis d’éprouver. Ils bénéficiaient d’une avance dont on perçoit les conséquences sur la mise en place de certaines structures essentielles aux tâches de la reconstruction, comme l’introduction dès 1915 des comptoirs d’achat groupé de matériaux pour la reconstruction des provinces de Prusse orientale par exemple. La réalisation des cités-jardins à la veille de 1914 avait initié non seulement des méthodes de construction, mais aussi des principes d’organisation de la vie sociale qui furent mobilisés dans la conjoncture de guerre : les structures collectives imaginées pour la réinsertion des victimes de guerre, la réalisation de formes collectives d’entraide furent sans aucun doute inspirées des formes de sociabilité introduites dans les cités-jardins.

50Les références à la nature, récurrentes dans les discussions sur le logement, contribuèrent aussi à la promotion de la cité-jardin comme modèle idéal d’habitat. Le symbole de la nature fut convoqué en France, mais surtout en Allemagne pour aplanir les aspérités du quotidien en ces temps de guerre. L’analyse a mis en évidence l’impact du blocus et de ses conséquences économiques sur la prédominance du discours sur la nature en Allemagne : l’essor des jardins individuels favorisa le développement de nouvelles formes de subsistance dans une population soumise à la menace de la famine. Le champ des représentations autour de la nature développées depuis le tournant du siècle par le mouvement réformateur fut réactivé par un discours qui diagnostiqua l’émergence d’un « besoin de nature » généré par la guerre. Miroir de l’idéal de cohésion et d’harmonie, le symbole de la nature cristallisa aussi, dans les deux sociétés, les espoirs de renouveau, une fois les hostilités achevées. S’il était paré de toutes les promesses d’un monde meilleur en France, il servait de surcroît, en Allemagne, à alléger le poids de la défaite. Alors que le modèle du bâti pavillonnaire s’imposa progressivement comme idéal d’aménagement, il reste à savoir comment ce type d’habitat fit consensus, des cercles réformateurs aux acteurs politiques.

Notes

1 Maurice Agulhon (dir.), « La ville de l’âge industriel. Le cycle haussmannien », p. 136, in : Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, vol. 4, Paris, Seuil, 1983.

2 Erich Göttgen, Der Wiederaufbau Ostpreussens. Eine kulturelle, verwaltungstechnische und baukünstlerische Leistung, Königsberg Pr., Verlag Gräfe und Unzer, 1928, p. XI.

3 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfs­kommission am 23. Oktober 1915 », p. 80-81.

4 E. Maul, « Aufgaben des Städtebaues und des Heimatschutzes beim Wiederaufbau zerstörter Ortschaften », in : Verein « Heimatschutz in Brandenburg », Ostpreussen und sein Wiederaufbau. Studien zur Frage des Wiederaufbaus zerstörter Ortschaften, Berlin, Robert Riepert, 1915, p. 27-28.

5 Robert Mielke, « Ostpreussen und seine bodenständige Baukunst », in : ibid., p. 4.

6 Erich Göttgen, Der Wiederaufbau Ostpreussens, op. cit., p. 4.

7 Robert Mielke, « Ostpreussen und seine bodenständige Baukunst », op. cit., p. 4.

8 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes et villages détruits par la guerre, op. cit., p. 3-4.

9 Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin, Edouard Redont, Comment reconstruire nos cités détruites, notions d’urbanisme s’appliquant aux villes, bourgs et villages, Paris 1915 (dépôt 1917).

10 Sur le déroulement et le programme de l’exposition : Louis Gaultier, Exposition de la Cité reconstituée, esthétique et hygiène. Salle du Jeu de Paume et terrasse des Tuileries, 25 mai-15 août 1916, Rapport général par Louis Gaultier, Paris, Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux, 1917, p. 10-12.

11 Sur les arguments avancés en faveur d’un engagement de l’État, voir : Jean-Marcel Auburtin, Henri Blanchard, La cité de demain dans les régions dévastées, Paris, Armand Colin, 1917, p. 33.

12 Sur ces initiatives : Ibid, p. 17-34 ; La Technique sanitaire et municipale, septembre 1916, p. 213 ; Léon Rosenthal, Villes et villages français après la guerre, Paris, Payot, 1918, p. 257-258.

13 In : Raoul de Clermont, « Note documentaire », in : Louis Gaultier, Exposition de la Cité reconstituée, esthétique et hygiène, op. cit., p. 143.

14 Erich Göttgen, Der Wiederaufbau Ostpreussens, op. cit., p. XII.

15 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegs­hilfs­kommission am 23. Oktober 1915 », op. cit., p. 122.

16 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°8, « Bericht über die Sitzung der Kriegshilfskommission vom 17. Janvier 1916 », op. cit., p. 33-34. Citation, p. 31.

17 Sur les infrastructures mises en place en Prusse orientale dès 1914 : Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfskommission am 23. Oktober 1915 », op. cit., p. 122-123.

18 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegs­hilfs­kommission am 23. Oktober 1915 », op. cit., p. 118.

19 Cette analyse se greffe sur les développements consacrés par Susanna Magri et Christian Topalov à l’émergence d’une « idéologie de la compétence » en France, mais aussi en Italie, en Angleterre et aux États-Unis. Voir : Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », in : Archives Européennes de Sociologie, Vol. XXIX, 1988, p. 337 et p. 338-344.

20 Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes Heimatschutz. Ostpreußen, seine Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft, München, Callwey, 1915, p. 152.

21 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°8, « Bericht über die Sitzung der Kriegshilfskommission vom 17. Janvier 1916 », p. 53.

22 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », in : Archives Européennes de Sociologie, op. cit., p. 319-370.

23 Louis Gaultier, « Exposition de la “Cité reconstituée” », in : La technique sanitaire et municipale, septembre-octobre 1915, p. 149.

24 Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin, Edouard Redont, Comment reconstruire nos cités détruites, op. cit., p. 84.

25 Die Bauwelt, n°34, 26 août 1915, p. 13.

26 « Bericht des Dr. Alexander R. v. Raczinski über den Wiederaufbau von Ostpreußen», in : Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfs­kommission am 23. Oktober 1915 », op. cit., p. 123.

27 Die Bauwelt, n°34, 26 août 1915, p. 13.

28 Wolfgang Voigt, « Gartenstadt, Volkswohnung und fabriziertes Fachwerk : Paul Schmitthenner und die Rationalisierung im Wonungsbau », in : Wolfgang Voigt, Hartmut Frank (dir.), Paul Schmitthenner 1884-1972, Frankfurt/Main, Wasmuth, 2003, p. 9-10.

29 Bruno Taut, « Notbauten für ostpreussische Landwirte. Transportable Wohnhäuser », in : Die Bauberatung, n°8, Beilage zur Bauwelt, n°45, 12 novembre 1914, p. 9.

30 Susanna Magri et Christian Topalov, « "Reconstruire" : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », in : Archives européennes de sociologie, vol. XXIX, 1988, p. 337.

31 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes et villages détruits par la guerre, op. cit., p. 77-131.

32 Une section fut consacrée « aux cités-jardins, aux quartiers-jardins, au logement ouvrier » à l’Annexe des Étrangers dans le cadre de l’« Exposition Civique et urbaniste » dirigée par Geddes. In : La technique sanitaire et municipale, juin 1916, p. 128-129.

33 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes et villages détruits par la guerre, op. cit., p. 5.

34 M. Legros, « Espaces libres- Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévastés », in : La technique sanitaire et municipale, septembre-octobre 1918, p. 208.

35 Donnat-Alfred Agache, « Les grandes villes et leur avenir ». Conférence du 22 juin 1916, in : Louis Gaultier, Exposition de la Cité reconstituée, esthétique et hygiène, op. cit., p. 240-241.

36 « Städtebauliches aus Ostpreussen », in : Die Bauwelt, n°4, 28 janvier 1915, p. 9.

37 Cité dans Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes Heimatschutz, Ostpreußen, seine Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft, n°1, München, Callwey, 1915, p. 147.

38 « Die deutsche Gartenstadt-Gesellschaft gegen England », in : Die Bauwelt, n°37, 17 septembre 1914, p. 3.

39 Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, n°7, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfskommission », op. cit., p. 118.

40 « Zum Aufbau von Ostpreussen », in : Die Bauwelt, n°3, 21 janvier 1915, 6e année, p. 9.

41 Paul Fischer, Zur Förderung des Kleinwohnungswesens. Aufgestellt im Auftrage des Herrn Ministers für Landwirtschaft, Domänen und Forsten, Berlin, Deutsche Landbuchhandlung, 1916.

42 Gustav Wolf, « Wohnhausbau in Einheitsform », in : Kriegsveröffentlichungen des Deutschen Bundes Heimatschutz, Ostpreussen, seine Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft, n°1, op. cit., p. 81.

43 Voir Percival Booth, Der Erlaß des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sachsen vom 10. November 1913, Leipzig, Teubner, 1916, p. 31 et suivantes.

44 Paul Fischer, Zur Förderung des Kleinwohnungswesens, 1916, op. cit.

45 Ibid., p. 35-36.

46 Ibid., p. 24-25.

47 « Städtebauliches aus Ostpreussen », in: Bauwelt, « Die Bauberatung », 28 Janvier 1915, n°4, p. 10.

48 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 295.

49 « La crise du logement », in : André Bruggeman, Henri Sellier, Le problème du logement. Son influence sur les conditions de l’habitation et l’aménagement des villes, publications de la dotation Carnegie pour la paix internationale, Paris, New Haven, Les Presses Universitaires de France, Yale University Press, 1927, p. 1.

50 Ibid., p. 4.

51 Ibid., p. 7.

52 Ibid.

53 Die Volkswohnung, 20 août 1920, p. 231.

54 Susanna Magri, « Housing », in : Jay Winter, Paris, London, Berlin 1914-1919 : Capital Cities at War, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 400 et suivantes. Exemples chiffrés: p. 402-403.

55 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la Société Française, op. cit., p. 120-121.

56 Voir Maurice Agulhon, « La ville de l’âge industriel », p. 53-56, in : Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, vol. IV, op. cit.

57 André Bruggeman, Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 6.

58 Voir Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la Société Française, op. cit., p. 121.

59 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 5.

60 Ibid., p. 4 et Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 161-163.

61 Henri Sellier, Le problème du logement, op. cit., p. 48.

62 Sur la carrière de cet urbaniste, voir Jean-Yves Puyo, « L’urbanisme selon Léon Jaussely », in : Vincent Berdoulay, Paul Claval, Aux débuts de l’urbanisme français, op. cit., p. 119-132.

63 Léon Jaussely, « L’urbanisme », in : La technique sanitaire et municipale, novembre 1918, p. 231.

64 « Chronik », in : Städtebau, vol. 14, 1917, p. 56.

65 Siedlung, Kleinhaussiedlung, Gartensiedlung etc.

66 Ursula Weis, « Zu den sozialen Grundlagen des Wohnungsbaus in der Weimarer Republik », in : Wolfgang Hofmann/ Gerd Kuhn (dir.), Wohnungspolitik und Städtebau 1900-1930, Berlin, Bibliothek der Technischen Universität, 1993, p. 171.

67 Voir notamment Percival Booth, Der Erlaß des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sachsen vom 10. November 1913 über Erleichterungen im Kleinwohnungsbau in seiner Bedeutung für die Wohnungsfürsorge nach dem Kriege, op. cit.; Paul Fischer, Zur Förderung des Kleinsiedlungswesens, op. cit.; Hermann Muthesius, Kleinhaus und Kleinsiedlung, op. cit.; Hans Kampffmeyer et Baurat Stürzenacker, « Wohnungsfürsorge und Ansiedlungstätigkeit nach dem Kriege », in : Badischer Landes-Wohnungsverein, Wohnungsfürsorge und Ansiedlung nach dem Kriege, Karlsruhe, Braun, 1916 ; Fritz Schumacher, Die Kleinwohnung, Leipzig, Quelle und Meyer, 1917 ; Carl Friedrich von Siemens, Fritz Thielicke, Erich Leyser, « Großstadt und Kleinhaus », in : Schriften des Groß-Berliner Vereins für Kleinwohnungswesen, Berlin, Bauwelt, 1917. Il faut aussi mentionner l’apparition en 1916 d’une revue destinée à soutenir la construction de colonies d’habitations par des indépendants : Heim und Scholle. Zentralblatt für das gesamte deutsche Siedlungswesen. Voir: Städtebau, 1916, p. 115.

68 In : Städtebau, vol. 14, 1917, p. 80.

69 Rudolf Eberstadt, Das Wohnungswesen, Leipzig/Berlin, Teubner, 1922, p. 91.

70 Ce fut le cas notamment à Braunschweig en 1917 où des allégements réglementaires furent promulgués, destinés à encourager l’architecture de la maison in : Städtebau, 1918, p. 70. Dans la province de Westphalie, le parlement vota un crédit d’un million de Mark pour soutenir la création de petits logements, notamment sous la forme de la maison avec jardin. L’État souscrivit quant à lui 2 millions de Mark. In : « Chronik », Städtebau, 1917, p. 140.

71 Percival Booth, Der Erlaß des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sachsen vom 10. November 1913 über Erleichterungen im Kleinwohnungsbau in seiner Bedeutung für die Wohnungsfürsorge nach dem Kriege, op. cit., p. 3-8 et p. 25.

72 Gustav Langen, « Das Archiv für Siedlungswesen während der Kriegszeit », in : Städtebau, 1917, p. 94.

73 « Chronik », in : Städtebau, vol. 14, 1917, p. 140 ; « Chronik », in : Städtebau, 1918, p. 92 ; Städtebau, n°16, 1919, p. 23.

74 Der Siedler : eine deutsche Halbmonatsschrift für Heim und Scholle. Nachrichtenblatt der Auskunftsstelle für Ansiedlungswesen des Deutschen Vereins für ländliche Wohlfahrts- und Heimatpflege, Dresden, Laube, 1920-1922.

75 Philippe Bernard, La fin d’un monde1914-1929, op. cit., p. 58.

76 Pour un aperçu comparatif des politiques de loyer mises en place au début de la guerre et leur mise en œuvre dans les deux capitales, voir Susanna Magri, « Housing », in : Jay Winter, Jean-Louis Robert, Capital cities at war. Paris, London, Berlin 1914-1919, op. cit., p. 377- 397.

77 Jean-Louis Robert, Les Français dans la grande guerre, Paris, Éditions Robert Laffont, 1980, p. 26.

78 Philippe Bernard, La Fin d’un monde, op. cit., p. 58-59.

79 Jean-Louis Robert, Les Français dans la grande guerre, op. cit., p. 59.

80 Delphine Gardey, Un monde en mutation. Les employés de bureau en France (1890-1930) : Féminisation, mécanisation, rationalisation, thèse de doctorat en trois volumes 1995, p. 146.

81 Cité in : ibid., p. 139.

82 Susanna Magri, « Housing », op. cit., p. 401-402.

83 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1973, p. 73 (fonctionnaires) ; p. 88 (artisans).

84 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg 1914-1918, op. cit., sur la situation des ouvriers : p. 12-21. Sur l’impact du blocus : p. 18-19.

85 Ibid., p. 18.

86 « Maison d’artisans et d’exploitants ruraux », in : La vie à la campagne, 10e année, vol. XVI, n°193, 1er juillet 1919, p. 143.

87 Theodor Goecke, « Gartenstadt Braunschweig-Riddaghausen », in : Städtebau, 1915, p. 45-48. Gustav Lilienthal, « Kriegerheimstätte », in : Städtebau, 1915, p. 92 et p.100-101.

88 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden, Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen. Denkschrift der Deutschen Gartenstadt-Gesellschaft über den Dienst des Vaterlands an den Kriegsinvaliden und den Hinterbliebenen der gefallenen Krieger, Leipzig, Renaissance Verlag R. Federn, 1915, p. 11-12 et p. 33.

89 Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg, op. cit., p. 88.

90 Voir l’introduction que Maurice Dufourmantelle rédigea en janvier 1916 à : Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes et villages détruits par la guerre, op. cit., p. 3.

91 M. Legros, « Espaces libres – Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévastés », in : La technique sanitaire et municipale, septembre-octobre 1918, p. 206.

92 L’ouvrage de Donnat-Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin et Edouard Redont distingue les quartiers industriels, quartiers ouvriers, quartiers d’habitation, quartiers commerciaux et quartiers de caractères spéciaux in : Donnat Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin, Edouard Redont, Comment reconstruire nos cités détruites ?, op. cit., p. 19-23.

93 Alfred-Donnat Agache, « les grandes villes et leur avenir », conférence du 22 juin 1916, in : Louis Gaultier, Exposition de la Cité reconstituée, esthétique et hygiene, op. cit., p. 238 et suivantes. Sur l’habitation en voisinage immédiat : p. 240.

94 « Congrès de l’association des 28-30 juillet 1916 », in : La Technique sanitaire et municipale, septembre 1916, p. 214.

95 Bodenreform, 28e année, n°6, 20 mars 1917, p. 163.

96 Paul Helbeck, « Unseren Kriegsinvaliden ein gartenstädtisches Heim », in : Gartenstadt, 8e année, n°9, février 1915, p. 172.

97 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, Leipzig, Renaissance Verlag, 1915.

98 Städtebau, 1916, p. 115.

99 « Berliner-Vereinigung zur Förderung der Kriegs-beschädigten-Ansiedlung », in : Gartenstadt, n°11, octobre 1916, p. 237.

100 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, « Schriften des Groß-Berliner Vereins für Kleinwohnungswesen», cahier n°3, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1915, p. 27.

101 Ce comité comptait aussi comme membre la DGG in : Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., p. 107-113.

102 « Grundsätze für ein Reichsgesetz zur Schaffung von Kriegerheimstätten », in : Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 193.

103 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 9.

104 Hans Kampffmeyer, Wohnungsfürsorge und Ansiedlungstätigkeit nach dem Kriege, Karlsruhe, G. Braunsche Hofbuchdruckerei, 1916, p. 14.

105 Hermann Salomon, Unseren Kriegsinvaliden Heim und Werkstatt in Gartensiedlungen, op. cit., p. 25.

106 Bernhard Kampffmeyer, « Gemeinsame Arbeitsstätten », in : Gartenstadt, n°11, octobre 1916, p. 221.

107 Gartenstadt, n°11, octobre 1916, p. 236.

108 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, « Schriften des Groß-Berliner Vereins für Kleinwohnungswesen », cahier n°3, Berlin, Bauwelt, 1915, p. 25.

109 Hans Kampffmeyer, Wohnungsfürsorge und Ansiedlungstätigkeit nach dem Kriege, op. cit., p. 14.

110 M. Legros, « Espaces libres – Cités-jardins. Leur importance dans la reconstitution des pays dévastés », in : La Technique sanitaire et municipale, sept-oct. 1918, p. 206.

111 Dans la région de Neumünster 700 hectares furent de cette manière exploités à des fins agricoles. Ce sont notamment des prisonniers (2000) qui fournirent la main d’œuvre in : « Aus der Bautätigkeit : Kultivierung von Heide- und Wiesenländereien », in : Die Bauwelt, n°6, 1915, p. 4.

112 « Nutzgärten für den kleinen Mann », in : Gartenstadt, n°9, février 1915, p. 179 ; Hugo Wagner, « Landwirtschaftliche Bodenpolitik der Städte », in : Die Bauwelt, n°48, 3 décembre 1914, p. 1.

113 « Verwertung von brachliegendem Baugelände », in : Die Bauwelt, n°7, 1915, p. 17.

114 Hugo Wagner, « Landwirtschaftliche Bodenpolitik der Städte », in : Die Bauwelt, n°48, 3 décembre 1914, p. 1; Ludwig Lesser, Der Kleingarten. Seine zweckmässigste Anlage und Bewirtschaftung. Cahier n°1 des publications du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1915.

115 Leberecht Migge, « Wie baue ich eine grüne Stadt ? », in : Städtebau, 1917, p. 59.

116 Leberecht Migge, Jedermann Selbstversorger! : Eine Lösung der Siedlungsfrage durch neuen Gartenbau, Jena, Diederichs, 1918.

117 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », in : Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Großstadt und Kleinhaus, Berlin, Bauwelt, 1917, p. 8.

118 Heidrun Homburg, « Le taylorisme et la rationalisation de l’organisation du travail en Allemagne (1918-1939) », in : Maurice de Montmollin, Olivier Pastré, Le taylorisme, Paris, Éditions la découverte, 1984, p. 104 et suiv. Citation : p. 106.

119 Ce fut notamment l’objet de la propagande menée par l’Association du logis ouvrier – Verein Arbeiterheim. Voir « Geschäftsbericht des Vereines Arbeiterheim », in : Gartenstadt, n°10, septembre 1915, p. 201.

120 Karl von Mangoldt, « Schafft Kleingartensiedlungen an die Ortsanlagen ! », Ostpreussen, seine Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft, n°1, op. cit., p. 66.

121 Carl Friedrich von Siemens, « Die Bedeutung der Wohnungsfrage für die Industrie », in : Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Großstadt und Kleinhaus, op. cit., p. 8.

122 « Bericht über die 2. Generalversammlung », in : Dr. Dernburg, Krieg, Wohnungsfrage und Realkredit, « Schriften des Groß-Berliner Vereins für Kleinwohnungswesen », cahier n°3, op. cit., p. 27.

123 Bodenreform, n°3, 5 février 1917, p. 96.

124 La difficulté inhérente au maniement de ce type de sources a été évoquée par Nikolaus Buschmann dans un article qui met en perspective le statut des lettres du front dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale : Nikolaus Buschmann, « Der verschwiegene Krieg : Kommunikation zwischen Front und Heimatfront », in : Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich, Dieter Langewiesche, Hans-Peter Ullmann, Kriegserfahrungen. Studien zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte des Ersten Weltkriegs, Essen, Klartext, 1997, p. 208-209.

125 Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Bericht über die zweite Generalversammlung des Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, op. cit., p. 27.

126 Lettre d’un soldat du front à ses parents et à ses frères et sœurs. Cité in : Benjamin Ziemann, Front und Heimat, ländliche Kriegserfahrungen im südlichen Bayern 1914-1923, Essen, Klartext Verlag, 1997, p. 144.

127 Ute Wiedenhoff, « Kontinuitäten korporierter Mentalität im Ersten Weltkrieg », in : Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich, Dieter Langewiesche et Hans-Peter Ullmann, Kriegserfahrungen. Studien zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte des Ersten Weltkriegs, op. cit., p. 195.

128 Ibid., p. 196.

129 Bodenreform, n°14, 20 juillet 1918, p. 232.

130 Frank vom Rhein, « Deutsche Scholle für unsere Tapferen », in : Der Türmer, n°2, avril-septembre 1916, p. 813-816.

131 Bodenreform, n°1, 5 janvier 1918, p. 24 et Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen, Bericht über die zweite Generalversammlung, op. cit., p. 27.

132 Franz Oppenheimer, Paul Schmitthenner, Fritz Stahl, Die Gartenstadt Staaken, Berlin, Wasmuth, 1917, p. 6.

133 Hans Kampffmeyer, Friedenstadt. Ein deutsches Denkmal, Jena, Eugen Diederichs, 1918.

134 Zeitschrift für Wohnungswesen, 16e année, 1917/18, p. 345.

135 Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Étude comparative France, Grande Bretagne, Italie, États-Unis », in : Archives européennes de sociologie, XXIX, 1988, p. 319.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540