Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE III. L’impact de la guerre sur la cité-jardin en France et en Allemagne : naissance d’une pensée urbaine « uniforme » ?

Introduction

Texte intégral

1La guerre bouleversa à de multiples points de vue l’organisation des villes. Leur tissu urbain fut d’abord affecté par de lourdes démolitions – même si les dégâts en Prusse orientale n’égalaient en rien les destructions subies par les régions du Nord et de l’Est de la France. Les déplacements de main-d’œuvre, consécutifs au développement de l’économie de guerre, les mouvements migratoires provoqués par les combats, révélaient en outre la nécessité de pourvoir à la pénurie de logements, notamment à la lisière des villes. À la fin de la guerre, le retour des combattants ainsi que les déplacements de population, l’ampleur des dévastations firent prendre conscience de l’inadaptation du marché de l’habitation : dans des sociétés rongées par l’inflation et par les ravages que la guerre avait laissés dans son sillage, « la crise de l’habitation » qu’on ne cessait de déplorer devenait le symptôme du déséquilibre instauré par des bouleversements plus profonds. Reconstruire signifiait donc autant réparer les dégâts matériels que régénérer une société meurtrie ou désorganisée par la houle de 14-18.

2Il n’est guère étonnant à cet égard que la cité-jardin ait figuré dès 1915 en bonne place dans les débats autour de la « renaissance des cités ». Renouveler les forces sociales à partir du réagencement des formes spatiales : la guerre permit d’une certaine manière de renouer avec l’esprit qui animait initialement le projet howardien. La conception de la cité-jardin qui s’était déployée en France et en Allemagne au cours de la décennie précédente fut cependant remodelée au gré des mutations que la guerre portait dans son sillage. Intervention publique, croissance urbaine, politique du logement : en quelques années, les termes du débat dans lequel la cité-jardin s’était insérée furent fortement transformés. Les nouveaux projets qu’inspira la cité-jardin pendant le conflit, aussi bien en France qu’en Allemagne, permettent-ils de percevoir des lignes de continuité avec les expériences initiées avant-guerre ou faut-il au contraire aborder cette période de mutations comme une rupture ?

  • 1 Voir Wolfgang Hofmann/ Gerd Kuhn, « Einleitung : Die wohnungsgeschichtliche Periode 1900-1930 und i (...)
  • 2 La notion d’« expérience » introduite par certains historiens de la Grande Guerre nous semble très (...)

3Si nous avons choisi d’articuler cette partie autour de la guerre, c’est bien parce que l’événement marque un jalon essentiel dans une étude qui s’intéresse à la trajectoire d’un modèle spatial, observée dans deux configurations nationales particulières. Nous avons vu en effet dans quelle mesure certaines divergences constatées dans l’interprétation du projet anglais en France et en Allemagne tenaient à des décalages dans l’évolution de la trame urbaine, dans les normes juridiques qui réglementaient l’aménagement, dans les héritages qui gouvernaient les pratiques et modelaient les armatures urbaines. La guerre, outre qu’elle joua à certains égards un rôle d’« accélérateur1 » dans certaines évolutions constitua un terreau d’« expériences2 » partagées : destructions massives, développement de l’économie de guerre, « crise du logement » etc. Quelles furent les répercussions de cet horizon commun d’expériences sur l’idée de cité-jardin, sa mobilisation dans la conjoncture de guerre et les nouvelles conceptions qu’elle cristallisa ?

4Après s’être demandé en quoi l’événement de 14-18 a pu constituer un levier dans les conceptions de la cité-jardin jusqu’alors développées en France et en Allemagne (A), on examinera plus précisément quel nouvel enjeu le projet des cités-jardins a pu revêtir dans un contexte de mobilisation des forces au sein des deux nations (B). Il s’agira alors d’expliquer pourquoi, malgré ce durcissement des fronts et la rupture des canaux officiels d’échange, l’idée de cités-jardins qui se généralisa après 1918 des deux côtés du Rhin définit un modèle « standard » d’aménagement (C). On est frappé en effet que la cité-jardin ait fini, en France comme en Allemagne, par calquer sa morphologie sur un moule commun. Il nous faudra interroger le rôle de la guerre dans ces évolutions parallèles et se demander si la parenté des formes dévoile pour autant des projets identiques.

  • 3 Voir Wolfgang Hofmann/ Gerd Kuhn, « Einleitung : Die wohnungsgeschichtliche Periode 1900-1930 und i (...)

5Cette introduction ne saurait être complète sans une dernière remarque concernant le choix du bornage chronologique. Pourquoi avoir choisi d’arrêter cette étude autour de 1924 ? Cette date marque une rupture dans l’évolution du projet des cités-jardins. En Allemagne, la fin de l’inflation transforma les conditions de la production de logements : l’introduction de nouvelles mesures de financement public incita le développement d’une production de masse, favorisant l’essor des grands ensembles3. Bien qu’il puisse apparaître comme un avatar des cités-jardins, ce nouveau type d’habitat, qui se diffusa en France aussi, signa un tournant dans l’histoire de la politique du logement. Il clôturait l’ère de la maison individuelle inspirée du cottage anglais, qui en France comme en Allemagne, désignait un des signes de reconnaissance de la cité-jardin, tout comme il sonnait le glas, en Allemagne, des activités du groupe réformateur qui avait lancé et défini le projet. Étant donné que ce travail aborde le projet des cités-jardins en étroite corrélation avec les cadres institutionnels dans lesquels il évolua, cette date apparaissait comme un butoir dans la réception du projet des cités-jardins tel qu’il fut conçu jusqu’à présent par cette étude.

Notes

1 Voir Wolfgang Hofmann/ Gerd Kuhn, « Einleitung : Die wohnungsgeschichtliche Periode 1900-1930 und ihre Erforschung », in : Wolfgang Hofmann/ Gerd Kuhn (dir.), Wohnungspolitik und Städtebau, Berlin, Gerhard Weinert GmbH, 1993, p. 6.

2 La notion d’« expérience » introduite par certains historiens de la Grande Guerre nous semble très utile pour analyser certains phénomènes qui se sont développés de manière parallèle dans les sociétés en guerre. En outre, la notion offre l’avantage de prendre en compte aussi bien les expériences individuelles que collectives suscitées par l’événement. Voir à ce propos, Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich, Dieter Langewiesche, Hans-Peter Ullmann, Kriegserfahrungen. Studien zur Sozial- und Mentalitätsgeschichte des Ersten Weltkriegs, Klartext, Essen, 1997 et Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 193 : les deux auteurs abordent ainsi la question de la violence comme un des versants de l’« expérience combattante ».

3 Voir Wolfgang Hofmann/ Gerd Kuhn, « Einleitung : Die wohnungsgeschichtliche Periode 1900-1930 und ihre Erforschung », op. cit., p. 6-7.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540