Version classiqueVersion mobile

L'artiste pluriel

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Marc Perrenoud
, 
Roberta Shapiro

Notices des auteurs

L’artiste pluriel

Texte intégral

1Marie-Christine Bureau est socio-économiste, chargée de recherches CNRS. Ses travaux réalisés au Centre d’études de l’emploi portent sur la mise en œuvre de l’action publique dans le domaine de l’emploi, de l’insertion professionnelle et de l’action culturelle. Elle poursuit ses recherches au sein du Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise). Co-auteur de plusieurs ouvrages, elle a notamment publié Les emplois jeunes dans la culture, La Documentation française, 2001 ; Les feux follets de la démocratie, Charles Léopold Mayer, Desclée de Brouwer, 1998. Parmi ses articles : « Shiva Naipaul ou L’invention quotidienne de soi », Tangence no 74, Québec, 2004 (avec E. Mbia) ; « L’entreprenariat associatif culturel : une question d’économie politique » in Économie et Solidarités no 36 (1), Québec, 2006 ; « Besoins de culture. Le rôle des emplois-jeunes dans les turbulences de l’offre culturelle » in Défaillances et inventions de l’action sociale, Cahiers du GRIOT, L’Harmattan, 2006.

2Antonella Corsani est maître de conférences en économie, Université de Paris 1 — Panthéon-Sorbonne, et membre de l’équipe de recherche Matisse du Centre d’économie de la Sorbonne, UMR 8174. Ses thèmes de recherche : « capitalisme cognitif », « revenu garanti », « travail et précarité ». Dernière publication : Intermittents et Précaires, en collaboration avec Maurizio Lazzarato, Éditions Amsterdam, 2008. Elle est membre fondateur de la revue Multitudes.

3Isabelle Kauffmann, docteur en sociologie, travaille au Centre nantais de sociologie (Cens) sur les questions de socialisation, de cultures minorisées et de jeunesse. Elle a notamment publié : « Une « mise au pas » extra-ordinaire, ou comment la danse hip-hop a socialisé une fraction de la jeunesse populaire », dans Bernié-Boissard, C., Chastagner, C., Crozat, D., Fournier, L., (dir.) La fête au présent, Paris, L’Harmattan, 2008 ; Génération du hip-hop. Danser au défi des assignations, thèse de sociologie, Université de Nantes, 2007 ; « Éléments pour une histoire des relations entre le politique et la danse hip-hop », in J. Deniot et A. Pessin (dir.), Les peuples de l’art, Paris, L’Harmattan, 2006 ; « Musique et danse hip-hop, des liens étroits à l’épreuve de la professionnalisation », Volume ! Autour des musiques populaires, 2004, vol. 3, no 2.

4Loïc Lafargue de Grangeneuve, docteur de l’ENS Cachan, est chercheur associé à l’ISP — Institut des sciences sociales du politique. Il travaille sur l’institutionnalisation des cultures populaires et sur le lien entre politiques culturelles et politiques sociales. Il a notamment publié : « Gérer les risques avec les jeunes. État, cultures jeunes et (in)civilité », Lien social et politiques. Revue internationale d’action communautaire, no 57, printemps 2007. ; « Politique du rap. Sociographie de porte-parole marseillais », in Jean-Marie Seca (dir.), Musiques populaires underground et représentations du politique, Cortil-Wodon, InterCommunications/EME, 2007 ; « L’ambivalence des usages politiques de l’art. Action publique et culture hip-hop dans la métropole bordelaise », Revue française de science politique, vol. 56 no 3, juin 2006.

5Maurizio Lazzarato est sociologue indépendant et philosophe. Il vit et travaille à Paris où il poursuit des recherches sur le travail immatériel et l’éclatement du salariat. Il écrit également sur le cinéma, la vidéo et les nouvelles technologies de production d’images. Il a élaboré avec le Groupe Knobotic Research le projet IO_dencies/travail immatériel pour la biennale de Venise. Depuis 1990, il collabore avec la vidéaste Angela Melitopoulos à l’écriture de textes pour des catalogues d’exposition. Après avoir collaboré régulièrement à la revue Futur antérieur, il est l’un des fondateurs de la revue Multitudes dont il est membre du comité de rédaction.

6Françoise Liot est maître de conférences en sociologie à l’IUT Michel de Montaigne, Université de Bordeaux 3 et chercheur au Laboratoire d’analyse des problèmes sociaux et de l’action collective (Lapsac), Université de Bordeaux 2. Elle travaille sur l’analyse des politiques publiques et la sociologie des professions. Elle a publié notamment Le métier d’artiste, Paris, l’Harmattan, 2004 ; « Spectacle vivant et politiques cultuelles : enjeux et perspectives territoriales », l’Observatoire, revue des politiques culturelles, no 32, septembre 2007 ; elle a collaboré avec F. Benhamou et N. Moureau pour Les « nouveaux conservateurs », Notes de l’observatoire de l’emploi culturel, no 46, août 2006 ; elle est également coauteur avec G. Felouzis et J. Perroton de L’apartheid scolaire, Paris, Le Seuil, 2005.

7Élise Macaire est architecte et doctorante au Laboratoire espaces travail — École nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette — sous la direction de Thérèse Evette. Elle travaille sur le renouvellement des pratiques dans le domaine de l’architecture et en particulier sur les modes d’inscription de l’activité architecturale dans le champ culturel. Elle est responsable du site internet du Réseau activités et métiers de l’architecture et de l’urbanisme (www.ramau.archi.fr), un réseau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère du ministère de la Culture et de la Communication. Elle est également présidente de « didattica », association de l’ENSAPLV, qui mène des actions pédagogiques et participatives dans le domaine de l’architecture. A paraître : « Ville, art et politique : un nouveau champ d’action pour les architectes » dans les actes du colloque « Mise en culture des territoires : nouvelles formes de culture événementielle et initiatives des collectivités locales », 10 et 11 mai 2007, aux Presses universitaires de Nancy, et « Des architectes à l’épreuve de la participation », dans les actes du colloque de École doctorale Ville et environnement (Paris VIII) « Ville éphémère/ville durable. Quels acteurs pour la ville de demain ? », 17 janvier 2008, au éditions de l’œil d’Or.

8Marc Perrenoud, est sociologue et ethnologue, chercheur au LISST-CERS (UMR 5193), Université Toulouse II le Mirail-CNRS. Il est également musicien. Outre un ouvrage sur le métier, Les musicos. Enquête sur des musiciens ordinaires, Paris, La Découverte, 2007, il a dirigé l’ouvrage collectif Terrains de la musique, L’Harmattan, 2006. Marc Perrenoud a également publié de nombreux articles dont : « Passage à l’acte : de la réception active à la pratique musicale chez les jeunes amateurs », in Les arts moyens aujourd’hui, L’Harmattan, 2008 ; « Jouer « le jazz » : où ? comment ? Approche ethnographique et distinction des dispositifs de jeu », Sociologie de l’art, 8 – Les mondes du Jazz aujourd’hui, 2006 ; « Les musicos au miroir des artisans du bâtiment : entre « art » et « métier » », Ethnologie Française, XXXVIII/1 – L’art au travail, 2008.

9Serge Proust est maître de conférences, Université de Saint-Etienne, et chercheur au Modys (UMR 5264). Il travaille sur les mobilisations d’intermittents du spectacle ainsi que sur l’organisation du champ théâtral, dont la figure spécifique du metteur en scène. Il a notamment publié : « Salariat incertain et grève improbable pour les intermittents mobilisés », in Relations au travail, relations de travail, Aballéa F, Lallement M (coord.), Toulouse, Octarès, 2007 ; Le comédien désemparé. Autonomie artistique et interventions politiques dans le théâtre public, Paris, Économica – Anthropos, 2006 ; « Les luttes autour du régime de l’intermittence et leur radicalisation en 2003 » in, Art et contestation, J. Balasinski, L Mathieu, Rennes, PUR («Res Publica»), 2006 ; « La communauté théâtrale, Entreprises théâtrales et idéal de la troupe », Revue Française de Sociologie, vol. 44 no 1, Janvier-mars 2003 ; « Les formes de coopération dans le théâtre public », Réseaux, vol. 20, no 111, 2002 ; « Une nouvelle figure de l’artiste : le metteur en scène de théâtre », Sociologie du travail, vol. 43, no 4, 2001.

10Janine Rannou est sociologue, ingénieur au Centre de sociologie du travail et des arts, Institut Marcel Mauss, EHESS – CNRS, spécialiste des professions et des marchés du travail artistiques au sein des arts du spectacle. Elle a notamment travaillé sur les carrières des ouvriers, techniciens et cadres de l’audiovisuel et des spectacles. Elle a contribué à la réalisation du Contrat d’études prospectives (CEP) sur le spectacle vivant et elle a dirigé deux chantiers de recherche sur les nomenclatures d’emplois et de secteurs dans le spectacle vivant. Elle est l’auteur, avec Ionela Roharik, d’un ouvrage sur la profession de danseur.

11Hyacinthe Ravet Sociologue et musicologue de formation, maître de conférences, Université de la Sorbonne — Paris IV. Elle consacre notamment ses recherches à la sociologie de la musique, des arts et de la culture, à la sociologie des professions et à l’analyse des rapports de genre. Parmi ses dernières publications : « Devenir clarinettiste. Carrières féminines en milieu masculin », Actes de la recherches en sciences sociales, no 168, juin 2007 ; « Les femmes, les arts et la culture. Frontières artistiques, frontières de genre », en co-direction avec M. Cacouault, Travail, Genre et Sociétés, no 19, 2008 ; L’accès des femmes à l’expression musicale, en co-direction avec A.-M. Green, Paris, L’Harmattan – Ircam, 2005.

12Ionela Roharik est sociologue, ingénieur au Centre de sociologie du travail et des arts, Institut Marcel Mauss, EHESS – CNRS, spécialiste du marché du travail artistique ainsi que des méthodes quantitatives en sciences sociales. Elle a travaillé sur les carrières professionnelles des grandes catégories d’artistes : effets du vieillissement des populations d’artistes, les disparités hommes/femmes dans les métiers artistiques du spectacle, la relation d’emploi dans le cadre de l’intermittence, etc. Elle est l’auteur avec Janine Rannou d’un ouvrage sur la profession de danseur.

13Roberta Shapiro est sociologue, chargée de recherche au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture et chercheure associée au Centre d’études de l’emploi. Elle a animé, avec Marie-Christine Bureau, le séminaire Culture, travail, emploi. Parmi ses publications : « Art et changement social : l’artification », in P. Le Quéau, Vingt ans de sociologie de l’art : bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, 2007 ; « Une seconde chance pour les jeunes ? », in M.-C. Bureau et E. Marchal, Au risque de l’évaluation. Salariés et candidats à l’emploi soumis aux aléas du jugement, Lille, Septentrion, 2005 (avec M.-C. Bureau et P. Nivolle) ; « The Aesthetics of Institutionalization : Breakdancing in France », The Journal of Arts Management, Law and Society, Vol. 33, No 4, 2004.

14Emmanuel Sulzer est docteur en sociologie, Université de Nantes. Sa thèse soutenue en 1999 s’intitulait « Apprendre l’art. L’enseignement des arts plastiques et ses usages sociaux 1973-1993 ». Chargé d’études au Céreq depuis 1996, membre du comité de rédaction de la revue Formation-Emploi, ses travaux ont d’abord porté sur l’analyse des emplois et des compétences, avec notamment les publications suivantes : « Les référentiels de compétences : enjeux et formes », in Brochier Damien (Coord.), La gestion des compétences : acteurs et pratiques, Paris, Économica, 2002 (avec Ewan Oiry) et « Objectiver les compétences d’interaction. Critique sociale du savoir-être », Éducation permanente, no 140, 1999. Depuis 2003, il contribue à des recherches relatives aux relations qu’entretiennent les jeunes, moyennement ou faiblement qualifiés, avec les entreprises et le marché du travail.

15Laure de Verdalle est sociologue, chargée de recherche au CNRS et membre du laboratoire Printemps (UVSQ). Après une thèse consacrée aux recompositions du monde théâtral est-allemand après la réunification, ses travaux portent actuellement sur les formes de l’entrepreneuriat dans les mondes de l’art (cinéma et théâtre principalement). Elle a publié récemment Le théâtre en transition. De la RDA aux nouveaux Länder, Paris, EHESS, collection Dialogiques, 2006 ; « Les fusions théâtrales dans les nouveaux Länder : héritage culturel, fardeau financier », Travail et Emploi, no 108, 2006 ; « Comédiens-entrepreneurs dans les nouveaux Länder allemands : la création de structures théâtrales entre héritages et mutations », in Martine Mespoulet et Sandrine Kott (dir.), Le Postcommunisme dans l’histoire, Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles, 2006 ; « Comment se constitue une mémoire du théâtre est-allemand dans les nouveaux Länder ? », Allemagne d’aujourd’hui, no 181, 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search