Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE II. La cité-jardin et les fondements de l’intervention publique

Conclusion de la partie 2

Texte intégral

1Cette partie nous a donné l’occasion de sonder les nouvelles politiques urbaines inspirées par la cité-jardin et ses représentations en France et en Allemagne. Le projet des cités-jardins, en effet, engageant à de nouvelles « lectures » du territoire urbain, incitant l’exercice renforcé du pouvoir réglementaire, participa à la gestation des politiques du logement. Il s’intégra aux débats sur la gestion locale et ses modalités. La contribution de l’expérience des cités-jardins au projet d’aménagement des deux capitales a mis en valeur des parallélismes dans l’élaboration d’un nouveau cadre d’intervention sur le territoire des métropoles, mais aussi dans la formulation d’une idéologie de la compétence. Ce discours valorisant l’aptitude des spécialistes tirait sa légitimité du savoir spécialisé élaboré dans le champ réformateur. Le terme d’expertise auquel nous avons recours ici décrit la spécificité de l’action réformatrice : orienté vers l’élaboration de savoirs de pointe, l’engagement réformateur visait, à travers la diffusion de ces connaissances, l’édification de la sphère publique.

  • 1 Christian Topalov, « Patronages », p. 381-386, in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouve (...)

2S’accommodant de l’héritage d’armatures urbaines et de cadres politiques différents, le projet des cités-jardins généra des formes éloignées de politique urbaine dans l’un et l’autre pays. Si l’institution de l’Office public des HBM du département de la Seine s’accomplit par voie législative, les réformateurs allemands peinèrent à remettre en cause l’équilibre traditionnel entre compétences locales et pouvoir central dans la gestion urbaine. Cible des revendications réformatrices, le vote d’une loi sur le logement à l’échelle du Reich, l’instauration d’un fonds de financement des politiques du logement par les gouvernements des États ou la mise en œuvre d’une politique foncière à grande échelle se heurta aux résistances institutionnelles d’un système autoritaire. Si en Allemagne, le périmètre local fut désigné comme terrain privilégié de l’exercice des réformes, cela tient au rôle moteur que le principe de subsidiarité prêtait au pouvoir municipal dans l’élaboration des politiques urbaines. Cette singularité de l’action réformatrice est également liée à la composition spécifique du milieu allemand engagé dans le projet des cités-jardins. Ainsi, en France les carrières politiques de certains des acteurs investis dans l’expérience des cités-jardins peuvent rendre compte de la perméabilité de la scène politique au projet réformateur : alors que Christian Topalov caractérise Jules Siegfried comme un « exemple(s) de parlementaires républicains ‘patrons’ de causes réformatrices », il montre comment Sellier, quant à lui, « assied son autorité au conseil général sur les positions qu’il s’est assurées dans les institutions réformatrices1 ». Tandis que dans l’Empire allemand, les entraves que les chambres prussiennes et le Bundesrat mirent au vote d’une loi sur le logement signalent l’imperméabilité des assemblées politiques au projet réformateur. Si le projet des cités-jardins a remorqué de nombreux acteurs de l’administration municipale, il trouva parfois auprès des fonctionnaires de l’État des relais à défaut de véritables missionnaires. Au moment où Bernhard Dernburg s’engageait pour la création de cités-jardins sur la couronne berlinoise, il n’occupait plus son poste de secrétaire d’État aux colonies. Friedrich Freund, directeur ministériel au ministère prussien de l’Intérieur, joua certes le rôle de diffuseur, mais timide, du projet des cités-jardins auprès de la Chambre Haute : il se solda par un crédit accordé par le ministère de l’Intérieur à la construction de la cité de Berlin Grünau moyennant l’accueil, parmi les habitants, de fonctionnaires de l’État.

3Dans ces conditions, la question du rôle de l’État dans la politique du logement, soulevée des deux côtés de la frontière par un discours réformateur de plus en plus perméable aux escarmouches de politique extérieure, ne put être formulée de la même manière malgré le recours à des motifs similaires : dans un régime marqué par les tendances hégémoniques du pouvoir prussien et qui, du reste, accordait une part faible au principe représentatif, l’État était en effet moins facilement identifiable que dans un système parlementaire. Ces circonstances éclairent d’un jour nouveau le modèle d’action publique élaboré dans le champ réformateur de part et d’autre de la frontière. Si le travail réformateur, relayé en France par les organes politiques, pouvait s’accommoder d’un écho auprès d’un public sélectionné, en Allemagne le projet réformateur se développa à partir d’expériences de terrain qui reposaient sur une diffusion large et massive des nouvelles conceptions du logement. L’analyse a mis en exergue les enjeux politiques d’une forme de circulation qui tentait de parer aux déficits du système représentatif. On a vu que ce sont de nouvelles formes de participation politique et une démocratisation du droit de vote qui se profilaient à l’horizon de la réforme locale des techniques urbaines.

4Cette période de gestation réflexive, si elle n’a pas toujours abouti à modifier en profondeur les dispositifs de décision qui gouvernaient l’organisation municipale, contribua du moins à rénover les représentations de l’urbain. On perçoit d’ailleurs la portée de ce travail réflexif au moment où les bouleversements induits par la Grande Guerre impliquèrent la recomposition des tissus urbains.

Notes

1 Christian Topalov, « Patronages », p. 381-386, in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540