Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE II. La cité-jardin et les fondements de l’intervention publique

Chapitre III. L’enjeu national du projet des cités-jardins

Texte intégral

1La diffusion du projet des cités-jardins en transforma la teneur aussi bien en France qu’en Allemagne. Encore perçu au début du siècle comme une vague utopie regroupant une poignée d’adeptes, il s’intégra une décennie plus tard à des projets d’aménagement à grande échelle. La cité-jardin fut alors envisagée comme un moyen d’ordonner le territoire urbain, comme une technique de planification. Ce changement d’échelle eut des répercussions sur les discussions inspirées par l’idée « anglaise » : au fur et à mesure, les références nationales, voire nationalistes, se multipliaient dans les débats sur la cité-jardin. Parallèlement, la cité-jardin servit aussi bien en France qu’en Allemagne à formaliser la question de l’État et de son intervention dans la construction de l’habitation populaire. L’analyse de cette coïncidence fera l’objet de ce chapitre articulé autour de deux axes de réflexion :

2A. La cité-jardin fut un vecteur d’échanges sur la scène internationale tout comme elle fit l’objet d’une appropriation « nationale » à l’intérieur des pays. Elle fut donc au centre d’un « jeu de miroirs » dont il convient d’élucider les mécanismes.

3B. Il s’agira alors de comprendre comment la montée des tensions sur la scène européenne se répercuta sur la propagande autour de la cité-jardin devenue une surface de projection des identités nationales. Les liens qui apparaissent entre ces projections nationales et les arguments avancés en faveur d’une intervention de l’État dans la réalisation des cités-jardins occuperont le cœur de cette réflexion.

A. Cité-jardin et jeu de miroirs

  • 1 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux (...)

4L’expression « jeu de miroirs », forgée par Christian Topalov1, caractérise avec justesse la dynamique qui a façonné le projet des cités-jardins, modèle importé, tour à tour objet d’échanges internationaux et réceptacle d’une identité nationale. Ce terme, choisi par Christian Topalov pour décrire les échanges sur la scène internationale de la réforme, met en valeur l’incidence qu’ils ont pu avoir dans les débats qui engageaient les réformateurs sur la scène nationale cette fois :

Les réformateurs de la période étudiée ici entretenaient d’intenses échanges internationaux et mobilisaient dans leurs batailles locales les images qu’ils construisaient des expériences étrangères : ils affirmaient ainsi des homologies de positions et de propositions entre les protagonistes des débats français et ceux des autres pays.

5L’existence de ce jeu de miroirs a permis à Christian Topalov de justifier sa démarche, l’application d’une catégorie en usage en Grande-Bretagne comme aux États-Unis, celle de réformateurs, à l’analyse des « milieux et domaines d’action très divers, des hommes aux inclinations politiques différentes et souvent opposées » travaillant en France « à “réformer” la société ». La cité-jardin était par nature prédestinée aux échanges. « Importé » d’Angleterre, le projet soulevait néanmoins des questions et proposait des solutions qui concernaient sans distinction les sociétés touchées par l’urbanisation. Il fit, à cet égard, l’objet de débats dans le cadre de congrès internationaux qui réunissaient les réformateurs des nations européennes autour d’une préoccupation commune : « réformer ». Les hommes réunis dans ces congrès partageaient la même énergie prométhéenne et étaient animés du même désir de modeler la matière sociale à l’image de leurs visions. Ces visions, qui ne s’accordaient pas toujours, s’enrichissaient des expériences étrangères. La cité-jardin offrait au projet réformateur un double avantage. Elle s’intégrait parfaitement, par son essence utopique, au rêve prométhéen. Le projet, parce qu’il suscita des expériences architecturales, facilita en outre la circulation d’idées, d’images mais aussi de techniques et de savoir-faire au centre du jeu de miroirs évoqué par Topalov.

6Mais le jeu de miroirs n’a pas seulement réfléchi les correspondances. Il a aussi provoqué la diffraction du projet des cités-jardins en une multitude d’expériences singulières. En nous plaçant ici dans une perspective transnationale, nous entendons saisir la tension dont la cité-jardin fut le foyer. Homologie et diffraction : le registre métaphorique se prête à l’étude de l’utilisation à première vue paradoxale de la cité-jardin pour diffuser des expériences étrangères et pour dans un même mouvement affirmer une identité nationale. Pour appréhender cette tension, il faut analyser comment, au moment même où la cité-jardin suscitait des échanges d’urbanisme entre la France et l’Allemagne, elle fut aussi le lieu où s’affirmaient les contrastes nationaux.

1 « La cité-jardin doit éveiller le désir de l’imitation » : transposition des formes, circulation des expériences.

L’imaginaire de la cité-jardin

  • 2 Jacques Le Goff, L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. II.
  • 3 Ibid., p. VI.

7La cité-jardin de Howard tenait pour partie du rêve. Bâtir des villes de toutes pièces pour rénover la société : son projet réhabilitait la ville et l’urbanité. Malgré les déroutes pragmatiques subies par le projet en France ou en Allemagne, la cité-jardin restait en partie l’expression d’un « imaginaire2 ». Notion naturellement floue, l’imaginaire qui « fait partie du champ de la représentation » produit des images qui « ne se limitent pas à celles qui s’incarnent dans la production iconographique et artistique. » « Elles s’étendent à l’univers des images mentales. (…) léguées par les traditions, {elles} s’empruntent d’une civilisation à une autre, circulent dans le monde diachronique des classes et des sociétés humaines3 ». C’est justement le rapport entre cet imaginaire nourri par le projet de Howard et les images produites par ou à partir de la cité-jardin qu’il est intéressant de sonder.

  • 4 Bernhard Kampffmeyer, « Unsere Studienreise nach England », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, (...)
  • 5 Georges Riser, « Les cités-jardins », décembre 1909, op. cit., p. 375.

8Dès les premières années du XXe siècle, le terme de cité-jardin charriait une batterie de représentations. L’évoquer suffisait à planter le décor idéal d’une vie meilleure. Indifféremment décrites comme des « oasis4 » ou assimilées au « paradis terrestre5 » par les observateurs allemands et français, les cités-jardins anglaises inspiraient émerveillement aux visiteurs étrangers.

9En axant leur propagande sur la diffusion de reproductions plastiques et photographiques, les réformateurs de la DGG cherchaient certes à rendre une réalité étrangère mieux palpable au public allemand, mais aussi à planter le décor idéal d’une vie meilleure et à déployer l’imaginaire inhérent à l’utopie anglaise :

  • 6 Bernhard Kampffmeyer, « Unsere Studienreise nach England », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, (...)

La vue de créations comme Earswick, Port Sunlight, Harborne, Bournville, Hampstead Garden Suburb, Letchworth doit convaincre jusqu’aux plus sceptiques que l’idée peut être transposée, la vision de ces oasis à l’intérieur de nos déserts urbains doit éveiller le désir de l’imitation 6.

10Reproductions photographiques, reproductions plastiques, stéréotypes ou visions, la turbulence des images, projections mentales ou clichés sur papier, prédestinait la cité-jardin aux échanges. Au-delà de la transposition des formes, il s’agissait de s’approprier, par la reproduction, les caractéristiques admirées dans une autre société, les traits associées à une autre culture. Le regard enchanté porté par les observateurs étrangers sur les cités-jardins anglaises ne dévoile pas autre chose. Ainsi, Risler insista dans sa description de la cité-jardin de Hampstead sur la vitalité qui en émanait :

  • 7 Georges Risler, « les cités-jardins », op. cit., p. 401.

Dans la plupart de ces maisons, on voit de jeunes mères portant dans leurs bras de beaux babys blonds aux joues roses, qu’elles paraissent fières de montrer aux visiteurs7.

11Cette description s’accordait par ailleurs avec les représentations imagées de la cité-jardin comme berceau du bonheur familial.

Ill. 18 - couverture du livre de Georges Benoit-Lévy

Ill. 18 - couverture du livre de Georges Benoit-Lévy

Ill. 19 - Erich Weinert, Gartenstadt Hopfengarten

Ill. 19 - Erich Weinert, Gartenstadt Hopfengarten
  • 8 Petra Overath, « Zwischen Krisendeutung und Kriegsszenarien. Bevölkerungspolitische Vorstellungen i (...)

12Cette vision eugénique de la cité anglaise contrebalançait les pronostiques alarmistes qui, dans un contexte de fortes tensions diplomatiques, s’accumulaient dans le débat français sur la dépopulation8. Dans cette vision, image et imaginaire se confondent : la cité-jardin offrait une surface de projection à une « image mentale », une vision idéale.

13Les représentations qui nimbaient la cité-jardin anglaise offrent un nouvel indice de la complexité du transfert organisé autour du projet des cités-jardins et rattachent ce propos à la problématique du jeu de miroirs évoqué au début de ce chapitre. Le projet des cités-jardins a mis en branle, à travers ce mouvement d’images, un incroyable déplacement d’hommes, d’idées mais aussi la circulation de techniques et de savoir-faire. La trajectoire de deux personnalités intégrées aux réseaux de la réforme sur la scène nationale et transnationale éclaire l’incidence de ce « voyage » sur la consolidation du projet réformateur à l’intérieur des frontières nationales.

Le rôle de la circulation des idées et des images dans la consolidation du projet réformateur à l’intérieur des frontières nationales

  • 9 Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 447.
  • 10 Sur le parcours de Maurice Dufourmantelle : « Maurice Dufourmantelle. Allocution prononcée par M.P. (...)
  • 11 Georges Risler, « Les cités-jardins », in : Musée social, Mémoires et documents, p. 403.

14À la différence de Georges Risler, « généraliste de la réforme9 », avec lequel il contribua à diffuser le projet des cités-jardins, Maurice Dufourmantelle10 pouvait se valoriser d’une spécialité. Juriste de formation, chargé de cours à la faculté de droit puis au Collège libre des sciences sociales, Maurice Dufourmantelle s’imposa comme un spécialiste de droit comparatif. Cette compétence lui ouvrit les portes de la Société de législation comparée. Au fil des notices qu’il rédigea pour l’Annuaire Étranger sur la législation allemande relative au crédit populaire et au logement populaire, il s’affirma au sein du champ réformateur comme le connaisseur de la société allemande : Georges Risler le désignait en 1909 comme celui « qui est au courant, mieux que qui que ce soit, de tout ce qui touche au mouvement social dans les pays germaniques11 ». C’est à ce titre que lui furent alors confiés au sein de la SFHBM – à laquelle il avait adhéré en 1902 – les rapports déjà mentionnés sur les cités-jardins allemandes. Ce statut de « passeur » ainsi que ses compétences de juriste constituèrent un double atout qui l’aidèrent à se tailler une place dans le milieu réformateur français. C’est effectivement au juriste que revient le mérite d’avoir pointé au sein de la SFHBM l’enjeu de la question foncière dans la construction des cités-jardins. Il doit sans aucun doute à la maîtrise de ces savoirs de pointe ainsi qu’à sa connaissance des cités-jardins anglaises et allemandes la place importante qui lui fut décernée au sein du champ de l’urbanisme français en pleine configuration : membre dirigeant de la SFHBM depuis 1910, nommé en juillet 1916 vice-président du conseil d’administration de l’Office public des HBM chargé de la réalisation des cités-jardins sur la couronne parisienne, il assista Henri Sellier à double titre dans la gestion de l’organisme de construction d’HBM puisqu’il fut également l’administrateur du Foyer, une filiale de l’Office chargée de l’organisation sociale des cités-jardins du Grand Paris.

  • 12 Rainer K. Wick, « Muthesius als Wegbereiter der Werkbundpädagogik », in : 100 Jahre Deutscher Werkb (...)
  • 13 Hermann Muthesius, Das englische Haus, 3 vol., Berlin 1904.

15Le rôle de l’architecte Hermann Muthesius12 dans la diffusion du projet allemand des cités-jardins présente des similitudes avec la trajectoire de Maurice Dufourmantelle. Alors qu’il était attaché de l’Ambassade d’Allemagne en Angleterre, Hermann Muthesius renforça l’engouement pour l’architecture domestique d’outre-manche qui s’était développé en Allemagne au tournant du siècle : la publication d’un ouvrage consacré au cottage anglais popularisa alors le goût pour l’architecture pavillonnaire anglaise et particulièrement l’idée de confort domestique, trait attribué aux intérieurs13. Ce rôle de passeur le prédestina à jouer un rôle d’autorité au sein du projet des cités-jardins : il siégeait à la Commission d’experts chargés de superviser la construction d’une des premières cités-jardins, à Hellerau, et ses compétences furent mobilisées dans les services d’expertise supervisés par la DGG. Muthesius ne collabora pas seulement au projet des cités-jardins à titre de praticien, il contribua également à la diffusion de cette expérience par un important travail théorique : les conférences qu’il multiplia sur les cités-jardins et l’activité éditoriale qu’il mena au sein de la DGG composaient l’armature théorique des ouvrages qu’il consacra ensuite à l’architecture pavillonnaire. Véritables guides d’architecture, ces ouvrages qui codifiaient les principes d’une architecture standard des cités-jardins prolongeaient en fait le travail d’expertise qu’il avait réalisé pour le compte de la DGG. S’ils tiraient le bilan de l’activité de praticien impliqué dans la construction des cités-jardins allemandes, ils portaient aussi l’empreinte des développements que Muthesius avait consacrés à l’architecture domestique anglaise : marque de fabrique du salon des cottages anglais, la catégorie du confort pénétrait la cuisine de la cité-jardin allemande, projetant les vertus du foyer domestique dans l’espace fonctionnel du logis ouvrier.

2. Diffraction du projet des cités-jardins au prisme des représentations nationales

L’urbanisme : un champ où se jouaient des rapports d’échanges et de concurrence entre les nations européennes

  • 14 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 313.

16Les sociétés européennes, transformées par le processus d’urbanisation, vivaient des expériences identiques qui les plaçaient aussi en position de concurrence. Ainsi, en 1912, alors que les réformateurs du Musée social orientaient leurs efforts vers l’élaboration d’une législation française de la planification, Risler étayait sa conférence sur les plans d’aménagement et d’extension d’exemples empruntés aux pratiques anglaises, belges ou allemandes, prétextant qu’« il est indispensable de jeter un regard sur ce qui s’est fait à l’étranger14 ».

  • 15 Musée social, Annales, février 1911, p. 68.

17L’urbanisme, terrain d’échanges certes, apparaissait aussi ou surtout comme champ de confrontations. En France, par exemple, si les débats de l’époque ne cessaient de faire référence aux prouesses admirées ailleurs, c’était pour mieux jauger à cette aune les réussites ou les échecs comptabilisés à l’intérieur des frontières nationales. Dans ce concert des prouesses nationales, c’est l’Allemagne qui, aux yeux des observateurs français, occupait le pupitre soliste. La comparaison avec les villes allemandes, considérées comme des modèles d’aménagement urbain, servait aux réformateurs d’étalon de mesure. Alors que le conflit autour des espaces libres battait son plein autour de 1908, les conférences comparaient en effet, statistiques à l’appui, les surfaces en espaces libres des principales capitales européennes, pour évaluer le rang de la France par rapport aux autres états européens15.

18Quel était le statut de ces comparaisons chiffrées ? Simple témoignage de rigueur scientifique ou reflet de la concurrence nationale ? La question est d’autant plus légitime que ce sont les capitales nationales qui servirent de pôles à la comparaison et que l’espace était au fondement de cette démarche quantitative. Il nous appartient donc de comprendre comment les débats autour des espaces libres cristallisèrent des représentations nationales. Nous analyserons alors, à partir de la mobilisation des représentations spatiales dans ce jeu de surenchère nationale, comment la cité-jardin fut investie aussi bien en France qu’en Allemagne d’une symbolique nationale.

Cités-jardins, espaces libres et concurrence nationale

  • 16 Georges Risler : « Les espaces libres dans les grandes villes », op. cit., p. 367.

19Alors que les tensions nationales se déployaient sur la scène européenne, la campagne lancée à partir de 1908 par le Musée social pour la cause des espaces libres nouait aux questions techniques des références à la nation et à sa vitalité. En février 1909, alors la question des fortifications parisiennes et de leur allocation continuait de défrayer la chronique des séances de la Section d’hygiène urbaine et rurale, Georges Risler, dans une conférence consacrée aux espaces libres, enjoignit la municipalité parisienne à avoir recours aux servitudes hygiéniques pour procéder à des réserves de terrains sur les fortifications. Par un tour rhétorique qui amalgamait les « servitudes militaires », gage de la paix nationale avec les « servitudes hygiéniques », l’enceinte militaire avec la ceinture d’espaces verts et de cités-jardins16, Georges Risler pointait l’enjeu national des espaces libres. L’année précédente, au cours des conférences organisées dans le Grand amphithéâtre de la Sorbonne, le réformateur Louis Landouzy, médecin de profession, justifiait l’aménagement d’une « zone sanitaire » à l’emplacement des fortifications parisiennes au nom de critères eugéniques :

  • 17 « Discours de M. le Docteur Landouzy », in : Musée social, Mémoires et documents, 1908, p. 213.

Nos adolescents conquerront la vigueur, la santé comme leurs pères conquerraient l’adresse et le courage au champ de mars17.

20Alexandre Ribot, quant à lui, poursuivait de manière plus explicite le parallèle jusqu’alors suggéré entre espaces libres, vigueur nationale et concurrence des nations :

  • 18 « Discours de M. Ribot », in : ibid., p. 231.

La France a des ennemis ; je ne parle pas des ennemis du dehors (…) ce sont les ennemis du dedans qui s’attaquent chez elle aux sources même de la vie18.

  • 19 Ibid., p. 230.
  • 20 « On donne le goût des sports aux jeunes générations et l’on a raison ; une jeunesse qui ne joue pa (...)
  • 21 « Discours de M. Ribot », in : ibid., p. 229.
  • 22 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1002.

21La figure de « l’ennemi » servait à Ribot à jouer sur le registre de la guerre, de la menace nationale, pour dresser un tableau apocalyptique dans lequel il envisageait des « fléaux » sanitaires, comme par exemple « l’alcoolisme, qui menace de tarir les sources de la vie de notre race ». Elle lui permettait de prétexter l’« intérêt vraiment national19 » de la cause des espaces libres. L’implicite que maniait Ribot dans son discours, l’allusion à la menace de guerre, répondait sans aucun doute à une stratégie rhétorique. En évoquant en filigrane les tensions sur la scène diplomatique internationale, les réformateurs tentaient, dans le cadre de leur campagne, d’user d’arguments dont la force incantatoire visait à rallier l’ensemble de la population à la cause des espaces libres. Les allusions à la survie de la « race », à la vigueur nationale20, ou à l’état de santé de la jeunesse française21, appuyaient une vision eugénique qui inscrivait le débat réformateur autour des espaces libres dans une perspective nationale, voire nationaliste. De manière significative, les discussions suscitées par le projet des cités-jardins s’articulèrent à ces débats, développant des motifs similaires. Ainsi, Sellier eut recours à l’argument patriotique pour défendre devant le Conseil général la création d’un Office public du département de la Seine22. Le diagnostique hygiénique sur lequel s’appuyait son argumentaire servait aussi à estimer la place de la nation française dans la « statistique mondiale ». Du même coup, la réalisation des cités-jardins quittait le terrain de la technique planificatrice et était abordée comme un aspect de la « politique patriotique ». Au moment où Sellier prononçait ce réquisitoire, le 9 juillet 1913, on devine en outre l’emphase dont était chargée une telle expression. C’est bien dans le climat des tensions internationales qu’il faut replacer cette assertion pour en saisir la portée. Un an plus tard, en effet, alors que Sellier abordait de front la question de l’Office public du département de la Seine devant le Conseil général, il explicitait l’enjeu « patriotique » de cette réalisation, par une allusion au contexte politique à la veille de la guerre :

  • 23 Ibid., p. 1015.

Nous avons conscience de défendre contre eux et contre les intérêts d’une classe bourgeoise qui a perdu tout sens des préoccupations nationales, ce qui, beaucoup mieux que le militarisme, représente la vie et la force de la nation : la santé morale et matérielle du peuple23.

  • 24 Ibid., p. 1019.

22Sellier invoquait les arguments qui avaient déjà sillonné les débats autour des espaces libres ; il convoquait à nouveau les symboles nationaux qui, par le biais de la perspective hygiéniste, s’étaient greffés sur les questions d’aménagement territorial. Il investissait à son tour, et d’une manière encore plus explicite, les questions de technique d’aménagement d’une idéologie nationale, en caractérisant la création de l’Office public du département de la Seine, d’« œuvre nationale24 ».

23En réalité, en invoquant l’enjeu national attaché aux questions d’aménagement, Sellier poursuivait la logique argumentative développée par les partisans des espaces libres. En même temps, il situait la question dans un débat d’actualité qui défrayait la chronique politique. Ses convictions socialistes – l’opposition à la guerre – se superposaient alors aux motifs nationaux qui jusqu’alors avaient parcouru les discussions au sein du Musée social. S’il utilisait des images identiques, il leur donnait en revanche une coloration politique différente : la réalisation des cités-jardins était certes brandie comme une arme dans la défense de la nation, non pas contre les ennemis extérieurs mais contre la « classe bourgeoise » assimilée à l’adversaire politique, aussi bien dans le débat social, que dans le débat politique centré sur la guerre.

24Quel que soit le bord politique des réformateurs, une véritable ligne de continuité se dessinait dans l’emploi des images et des métaphores brandies dans le débat sur l’aménagement urbain à la veille du premier conflit mondial. Ainsi, par le biais de la pensée hygiéniste, le discours sur l’aménagement du territoire, qu’il ait visé la création d’espaces libres ou celle de cités-jardins, s’armait d’arguments qui invoquaient la raison nationale.

Cité-jardin, colonisation intérieure et question nationale dans le Reich allemand

25C’est sur la problématique foncière, particulièrement développée dans la propagande du mouvement allemand des cités-jardins, que se greffèrent symboles et représentations nationaux. L’articulation de la propagande de la DGG aux débats contemporains sur la « colonisation intérieure » – Innenkolonisation –, dans lesquels les questions d’affectation du sol étaient naturellement centrales, participa en effet de l’appropriation « nationale » du projet de Howard.

  • 25 Sur l’histoire de ce concept: Hartmut Frank, Lesebuch zur Wohnungsfrage, op. cit., p. 69-73.
  • 26 Voir notamment « Gartenstadtmitteilungen », n°3, Hohe Warte, vol. 4, 1908. Deutsche Gartenstadt-Ges (...)

26L’idée de « colonisation intérieure » n’était pas neuve, elle faisait référence à un enchaînement de projets qui prenaient racine dans la politique de colonisation des provinces de Prusse orientale après la guerre de Trente Ans25. Victor Aimé Huber articula à cette notion ses conceptions de réforme de l’habitat populaire vers le milieu du XIXe siècle. Il envisageait en effet les mesures destinées à l’amélioration du logement populaire comme un moyen pour prévenir les « couches moyennes » les plus humbles du risque de prolétarisation. Quant aux plus défavorisés qui fournissaient les armées du prolétariat, il les considérait comme perdus : il se proposait de les parquer dans des colonies situées à l’extérieur des villes et à proximité des industries. L’expression de « colonisation intérieure » lui servit alors en 1846 à désigner ce projet. Après 1848, il conçut cependant la colonisation intérieure comme un moyen de préserver, grâce à l’accession à la propriété, la petite bourgeoisie du déclassement social. L’essor de l’industrialisation conduisit alors les réformateurs sociaux à s’intéresser à la colonisation intérieure pour mettre un frein à l’exode rural. C’est dans cet esprit que fut votée en 1886 la Ansiedlungsgesetz, première loi prussienne sur la colonisation : elle servit de fondement au programme institué par les autorités gouvernementales de Prusse pour « repeupler » les provinces agraires de Posnanie et de Prusse occidentale. La politique de « colonisation intérieure » élaborée au sein d’une Commission spécialement créée à cette fin visait en effet, par la mise en œuvre de mesures foncières, à combattre les effets de l’exode rural dans les campagnes de l’Est prussien et partant, à empêcher la « poussée slave » dans les provinces de Prusse : les domaines agricoles étaient divisés en parcelles soumises à un régime foncier spécifique et distribuées à des « colons » à des conditions avantageuses. La DGG intégra à sa propagande le projet de colonisation intérieure soutenu par le gouvernement prussien26. Si le choix de ce pôle d’activités répondait de la part d’une organisation en quête de reconnaissance à des intérêts stratégiques, il ne fait aucun doute qu’en intégrant cette question à son programme, elle l’abordait sous un jour nouveau.

  • 27 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Der Zug der Industrie aufs Land. Eine Innenkolonisation, tract n (...)

27Intégré à la propagande en faveur de la réalisation de cités-jardins sur le sol allemand, le terme de colonisation intérieure servit alors à caractériser le projet d’aménagement territorial envisagé par la DGG, la décentralisation de l’industrie et sa répartition équilibrée sur l’ensemble du territoire allemand. La politique foncière, au centre du projet, axait la réflexion poursuivie sur le territoire, son occupation et sa distribution. En intitulant son projet « colonisation intérieure » – Innenkolonisation –, la DGG l’ancrait aussi dans un débat d’actualité, celui de l’impérialisme, terrain d’affrontement où se mesuraient les trois nations européennes. Ainsi, dans un tract publié peu de temps avant la première crise marocaine27, la DGG décrivait la décentralisation industrielle comme une priorité nationale, un instrument pacifique, qui permettrait de surcroît à l’Allemagne de tenir son rang sur la scène des puissances coloniales :

  • 28 Ibid., p. 10.

Cela signifie ni plus ni moins que le mouvement des cités-jardins présente tous les traits d’un mouvement colonial. (…) Il est de plus en plus urgent de conquérir une nouvelle sorte de colonies. Le mouvement colonial a épuisé ses réserves. (…) Il ne reste plus d’autre solution que de créer des marchés intérieurs qui restent les meilleurs et les plus sûrs28.

  • 29 Max Gruber, « Kolonisation in der Heimat », in : « Gartenstadtmitteilungen », n°3, p. 18, Hohe Wart (...)

28Le thème de la colonisation continua d’être décliné sous différents registres dans la propagande menée par le mouvement allemand des cités-jardins. Ainsi, l’hygiéniste Max Gruber développa, dans le cadre d’une conférence tenue le 21 septembre 1907 devant les réformateurs de l’association d’hygiénistes Deutscher Verein für Volkshygiene, « Colonisation de la Heimat29 », le rôle des cités-jardins dans l’aménagement du territoire. L’usage du terme colonisation insistait bien entendu sur la dimension territoriale de l’œuvre des cités-jardins et abordait la question de l’aménagement à l’échelle nationale : la cité-jardin était envisagée comme un instrument de technique planificatrice qui structurait le territoire dans son ensemble. La distribution équilibrée des cités-jardins sur le territoire national, en même temps qu’elle introduisait un principe de cohérence dans son organisation, garantissait alors la cohésion nationale, l’unité de la « Heimat ». La colonisation entendue habituellement comme un instrument au service de la puissance nationale servait à étendre vers l’extérieur le territoire national. Ici, l’extension était moins entendue au sens quantitatif que qualitatif : la cohésion nationale émanait de la cohérence organique du territoire.

  • 30 Gartenstadt, n°10, octobre 1912, p. 168.
  • 31 Il invitait notamment toutes les classes à s’unir dans l’œuvre menée par la réforme, notamment dans (...)
  • 32 Ibid.
  • 33 « Die Lösung der Wohnungsfrage ist mehr als je eine Frage der Stärkung unseres Geschlechtes », in : (...)
  • 34 Hermann Salomon, « Gartenstädte », in : Städtebauliche Vorträge aus dem Seminar für Städtebau an de (...)

29À la veille de la guerre, cependant, les références à la puissance nationale prises en charge par la propagande du mouvement allemand des cités-jardins se chargèrent d’une symbolique patriotique plus appuyée. C’est autour de 1912, alors qu’on fêtait le centenaire des guerres de libération – Freiheitskriege – que l’on perçoit la percée d’une idéologie nationale. Ainsi, Ernst Behnisch, actif depuis 1912 au sein du bureau de la DGG30, publia dans la revue Gartenstadt un article dans lequel il assimilait la crise du logement en Allemagne et les guerres de libération, conjurant ainsi l’image d’une « croisade nationale31 » contre les carences de l’habitation. Dans ce contexte, les références au sol et à son usage étaient habitées d’accents patriotiques : le sol de la cité-jardin était désormais décrit comme le « sol de la patrie » – « vaterländischer Grund und Boden32 ». Dans le même esprit, la revue citait le ministre de Saxe qui, dans un discours sur le logement social, avait invoqué l’enjeu du logement social pour le « renforcement de notre race33 ». L’intégration, par le truchement des références territoriales, de la cité-jardin à cette symbolique nationale revêtait même des accents nationalistes. Ainsi, l’hygiéniste Hermann Salomon, dans une conférence qu’il tint en 1913 sur les cités-jardins dans le séminaire de l’Université technique de Berlin, inscrivit à son tour le projet des cités-jardins dans l’œuvre de colonisation intérieure34. Partant, il insistait sur la participation du mouvement des cités-jardins à la cohésion nationale. Il citait la parole du chancelier qu’il appliquait à l’œuvre des cités-jardins : « l’ancrage d’existences toujours plus nombreuses au sol patriotique [heimischer Boden] ». Jusqu’ici, rien de très neuf. Si ce n’est que Salomon caractérisait la réalisation des cités-jardins comme une question de survie nationale : « C’est le nerf vital qui sera atteint si l’exode rural persiste (…). » La distinction nette qu’il établissait entre l’« extérieur », perçu comme menaçant et l’intérieur caractérisé par le « Heim » lui servait à inscrire la problématique territoriale développée par le projet des cités-jardins dans une perspective plus large, celle de la situation géopolitique de l’Allemagne. Il ne s’agissait plus seulement de conforter la puissance nationale, il fallait désormais la protéger de la concurrence extérieure, quand ce n’est des risques d’invasion. Il se référait aux discours qui mettaient en balance le dépeuplement des « provinces à l’est de l’Elbe » et la constitution d’« empires gigantesques à l’extérieur ». L’allusion à la multiplication des travailleurs étrangers dans les provinces de l’Est, vraisemblablement d’origine polonaise, renforçait de surcroît la menace que le dépeuplement de ces régions faisait peser sur la « survie nationale » – Selbsterhaltung – et semblait laisser planer le risque d’une invasion.

30Les références territoriales servirent aussi bien en France qu’en Allemagne de caisse de résonance aux discours nationaux qui se développaient dans un climat de tensions sur la scène européenne. À la veille de la guerre, ces références furent intégrées au discours patriotique qui se développait dans les deux pays voisins. Bien que l’on perçoive des motifs similaires dans cette surenchère patriotique – références à la vigueur nationale, invocation de la survie de la race etc. –, ce ne sont pas les mêmes images qui furent investies par cette idéologie. Si l’espace était au centre de la propagande patriotique dans les deux pays, c’est le sol qui en Allemagne servit de réceptacle aux symboles nationaux.

B. Les répercussions de l’idéologie nationale sur le discours en faveur de l’interventionnisme

31Alors que les représentations « nationales » et parfois nationalistes, se greffaient sur le projet des cités-jardins, les arguments se multipliaient en faveur d’un engagement de l’État dans la politique du logement, en particulier dans la réalisation des cités-jardins. Il convient d’expliquer et de comprendre la nature de cette coïncidence. En quoi les références nationales servaient-elle à parfaire la stratégie argumentative d’un discours qui entendait légitimer l’action de l’État dans la construction ? Quelles furent les implications de ces références sur la conception du « public » et de ses modalités ?

32L’intervention directe de l’État dans la politique du logement social en général, plus spécialement dans la construction des cités-jardins, se heurtait en France comme en Allemagne aux intérêts acquis de la propriété foncière, ainsi qu’à la ténacité de représentations qui, dans la tradition libérale, circonscrivaient l’action de l’État au respect du Laissez-Faire. Malgré les résistances, cependant, certains réformateurs souscrivirent à un engagement accru de l’État, sinon dans la construction, du moins dans son financement ainsi que dans la législation de l’aménagement urbain. Cette action, sans déboucher immédiatement sur le succès escompté, sécréta cependant de nouvelles conceptions qui balisèrent la voie sur laquelle l’État se dirigea dans les années de guerre.

33À la veille de la guerre, un discours se fraya parmi les penseurs urbains, qu’ils aient été français ou allemands, qui revendiquait l’aide de l’État dans la construction de cités-jardins. Même si la forme de ce soutien était interprétée en des termes différents dans les deux pays, il est frappant que les lignes argumentatives se rejoignent dans leur manière d’aborder la cité-jardin comme une question « nationale ». Ces discours nouaient en effet autour de la cité-jardin de nouveaux rapports entre représentations nationales, aménagement territorial et intervention publique qu’il nous appartient de confronter ici de manière comparative.

1. Les espaces libres, une question nationale : représentations territoriales et intervention de l’État

  • 35 Eugène Hénard, « Les espaces libres à Paris », in : Musée Social, Mémoires et Documents, 1908, p. 1 (...)
  • 36 Voir Musée social, Mémoires et documents, 1908.
  • 37 Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1997, p. 132.
  • 38 « Compte-rendu de la réunion en faveur des espaces libres tenue dans le Grand Amphithéâtre de la So (...)

34La campagne menée par le Musée social, à partir de 1908, pour la cause des espaces libres mobilisait les grandes thèses de l’hygiène publique, ce faisceau de savoirs autour de la médecine sur lequel s’organisait la science urbaine depuis la fin du XIXe siècle. Les réformateurs qui prenaient parti pour la plantation de massifs de verdure à l’intérieur des enceintes urbaines insistaient sur leur rôle dans la distribution d’éléments indispensables à la vie comme l’eau et la lumière35. Les débats étaient par ailleurs contaminés par des termes médicaux habituellement consacrés à décrire la santé de l’organisme humain : « ville saine », « intérêt de la santé publique », « quartiers malsains »36. En avançant l’argument du « risque sanitaire », les réformateurs accréditaient la thèse d’une intervention de l’État dans l’aménagement urbain, s’accommodant ainsi des résistances des libéraux les plus orthodoxes pour lesquels l’État veillait essentiellement au maintien de l’ordre public. L’assainissement constituait effectivement « l’un des trois justificatifs de l’intervention publique » parmi lesquelles on comptait en outre la circulation et l’embellissement37. Ainsi, en juillet 1908, lors de la conférence organisée dans le Grand amphithéâtre de la Sorbonne pour mobiliser l’opinion publique, le réformateur Louis Landouzy, médecin de son état, balaya d’un tour de main rhétorique les oppositions idéologiques au renforcement des pouvoirs publics dans la planification urbaine en assimilant l’épanouissement hygiénique de la capitale à une mesure d’ordre public38.

  • 39 Georges Risler, « Les Espaces libres dans les grandes villes », op. cit., p. 354. Citation : p. 358

35Dans la question des prérogatives de l’État et de ses limites, la référence à la science hygiéniste changeait la donne à deux titres. Elle cautionnait d’une part le discours tenu par les réformateurs du sceau de la rationalité scientifique et axait d’autre part la réflexion sur la responsabilité de l’État dans l’aménagement territorial. Le diagnostique du risque sanitaire, en déployant une chaîne d’images inspirées par le thème de la contagion, proposait en effet une grille de lecture « territoriale » de l’insalubrité, ses causes et son développement. Les réformateurs, dans leur plaidoyer en faveur des espaces libres, se référèrent aux découvertes épidémiologiques de Pasteur pour aiguiser la menace de risque sanitaire qui planait sur des villes trop denses39. L’image de la contagion ou de l’invasion microbienne versait alors un nouvel argument au débat sur l’engagement des pouvoirs publics :

On ne peut s’en étonner, une ville malsaine étant un foyer de contamination qui tend à envahir tout le pays.

36Le risque sanitaire mettait en péril l’intégrité du territoire. À travers ces allusions métaphoriques qui ouvraient le registre de l’attachement patriotique, Georges Risler faisait écho à l’évocation par Ribot, dans son discours en faveur des espaces libres, des « ennemis de la France ». L’entrecroisement des strates de discours, l’allusion polysémique, à travers la figure de « l’ennemi », à l’état sanitaire du pays et à la menace militaire, illustrent de manière éloquente les liens entre territoire, salubrité et interventionnisme tissés par la campagne du Musée social pour les espaces libres.

  • 40 Yankel Fijalkow, les Ilots Insalubres, op. cit., p. 146-147.
  • 41 « Discours de M. Ribot », in : Musée social, Mémoires et documents, 1908, p. 230.
  • 42 Georges Risler, « Les Espaces libres dans les grandes villes », op. cit., p. 356.

37La mobilisation des représentations territoriales dans un discours en faveur d’un exercice accru du pouvoir réglementaire n’est pas anodine, elle nous introduit au cœur des bouleversements qui agitèrent la pensée urbaine au cours de ces années. Yankel Fijalkow, qui a montré comment la « constitution » des îlots insalubres dans les premières années du XXe siècle « nous introduit dans l’explication d’une rhétorique du risque à laquelle participent le pouvoir de la propriété immobilière et les conflits institutionnels de légitimité », s’est notamment intéressé au processus de territorialisation du « risque ». Il a ainsi décrit comment les « édiles ont besoin de spatialiser les “maux de la ville” » et comment, à partir de ces représentations territoriales, fut « envisagée une action publique en gestation40 ». Des conclusions identiques s’appliquent aux débats sur les espaces libres. À travers le discours hygiéniste, la rhétorique du risque imprégnait les débats autour des espaces libres. Le risque qui semblait menacer l’intégrité du territoire cautionnait le plaidoyer pour une intervention de l’État dans l’aménagement urbain. En soulignant « l’intérêt véritablement national41 » de l’aménagement urbain, les réformateurs envisageaient en effet dans une nouvelle perspective la portée sociale des questions environnementales. Risler réclamait par exemple que « chacun puisse avoir sa part de bon air et de soleil42 ». Évoquant quelques lignes plus loin les « lois sociales de la République », qui avaient introduit le repos hebdomadaire, il s’inquiétait des endroits où les ouvriers occuperaient leurs loisirs. De là, il n’y avait plus qu’un pas à appréhender l’aménagement d’un environnement agréable et sain comme « un droit social ». Cette perspective légitimait d’autant plus la nécessité d’une intervention publique dans la planification urbaine.

38Ainsi, de manière insidieuse, les questions de technique urbaine incitaient les réformateurs à envisager d’une nouvelle manière les rapports entre territoire et intervention publique, territoire national et conception de l’État. Sellier, dans la lutte qu’il mena quelques années plus tard pour obtenir le concours de l’État dans la construction des cités-jardins, effila les armes rhétoriques brandies lors de la campagne de 1908.

2. Imaginaire national et plaidoyer en faveur d’une intervention de l’État dans la construction des cités-jardins en Allemagne

  • 43 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1913, op. cit., p. 72-74.
  • 44 DGG, Die Bedeutung der Gartenstadtbewegung. Vier Vorträge, Renaissance Verlag Robert Federn, Berlin (...)
  • 45 Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 71
  • 46 B. Dernburg, « Die wirtschaftlichen Voraussetzungen der Gartenstadt », in : Die Bedeutung der Garte (...)
  • 47 Gartenstadt, n°12, décembre 1912, p. 209.

39En Allemagne, les difficultés pratiques qui entravaient la construction des cités-jardins révélaient la nécessité de mettre en œuvre une politique publique du logement au niveau étatique et non plus seulement municipal. On a vu d’une part que par l’exercice d’un vote inégalitaire, le pouvoir municipal reflétait souvent les intérêts de propriétaires hostiles au projet réformateur. Les principaux obstacles à la construction étaient en sus liés à la configuration du système de financement des cités-jardins. Ainsi, c’étaient les institutions municipales privées ou publiques, mais aussi les banques hypothécaires ou les caisses d’épargne municipales qui constituaient les principales sources de financement de la construction. Mais, les discordances entre logique d’aménagement suburbain et pratiques de gestion urbaine qui reposaient sur deux géographies antinomiques signalaient l’inaptitude de ce système à assumer les charges de la construction économique : les structures de crédit « locales » qui ne finançaient que les projets situés à l’intérieur du périmètre urbain n’étaient pas habilitées à s’engager dans des projets de construction périphérique43. Les caisses régionales d’assurance, autre source de financement des cités-jardins, ne suffisaient néanmoins pas à soutenir un mode de financement qui reposait sur la souscription de deux hypothèques. Les réformateurs revendiquaient par conséquent que la puissance publique, que ce soit au niveau du Reich ou des différents gouvernements, supporte les charges de l’hypothèque de second rang que des organismes de crédit craignaient d’allouer. Ce fut notamment l’objectif de la manifestation organisée en avril 1913 par la DGG dans le cadre de la chambre haute de Prusse – Herrenhaus –, en présence de la princesse héritière, sous le protectorat de laquelle la DGG était placée. Une série de conférences consacrées au projet allemand des cités-jardins visait plus particulièrement à obtenir la prise en charge par le gouvernement prussien de l’hypothèque de second rang contractée pour construire la cité-jardin de Grünau à la périphérie de Berlin44. La tutelle exercée par le gouvernement prussien sur les affaires de la capitale légitimait cet appel qui par ailleurs concevait l’intervention de la puissance publique sous un nouvel aspect. L’hygiéniste Hermann Salomon impliqué dans cette action arguait en effet que les œuvres charitables (Almosen) n’étaient pas suffisantes45. Partant, les conférenciers prenaient prétexte du cas particulier de la cité-jardin de Grünau pour définir les lignes directrices d’une politique publique du logement. Bernhard Dernburg, ancien secrétaire d’État reconverti à l’action réformatrice, fixait effectivement à la puissance publique un « programme » : l’aide publique ne pouvait se restreindre à la prise en compte des intérêts particularistes de l’État employeur mais devait être définie comme la satisfaction du bien-être général46. Cette conception faisait écho à la résolution que les participants du premier congrès des Associations de la construction – Bauvereinstag – formalisèrent en 191247 : le soutien financier de la puissance étatique nécessitait l’institution d’un fonds budgétaire Reichsgarantiefonds, destiné au financement de la construction économique, notamment sous la forme de cités-jardins, et à la souscription de l’hypothèque de second rang. La fragilité du système de financement qui soutenait la construction économique était particulièrement manifeste pour les cités-jardins placées sous le régime de l’Erbbaurecht. Les instituts fiduciaires se montraient généralement frileux lorsqu’il s’agissait de supporter l’hypothèque de second rang souscrite dans le cadre d’un régime foncier dont l’exercice restait soumis, en l’absence d’une législation claire et valable à l’échelle du Reich, à l’arbitraire des situations.

  • 48 Zeitschrift für Wohnungswesen, 1913, n°8, p. 130-131.
  • 49 Zeitschrift für Wohnungswesen, 1913, n°9, p. 137-147.
  • 50 Clemens Zimmermann, Von der Wohnungsfrage zur Wohnungspolitik, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1 (...)

40Ces revendications qui perçaient les limites étroites du mouvement des cités-jardins s’articulaient aux débats qui faisaient alors l’actualité de la tribune réformatrice. Ils mettaient en lumière la difficulté à formaliser la question de l’intervention étatique dans un régime autoritaire. Au début de l’année 1913, en effet, le secrétaire d’État à l’Intérieur, Clemens von Delbrück, opposa son veto à deux requêtes élaborées par le Reichstag qui posaient les jalons d’une politique publique du logement à l’échelle du Reich. La première visait l’institution d’un fonds de garantie budgétaire destiné à soutenir la construction à bon marché. La seconde sollicitait l’avis du gouvernement sur l’élaboration d’une réglementation du logement à l’échelle nationale. Aux yeux de Delbrück, ces deux requêtes mettaient en cause à double titre la mécanique institutionnelle du Reich. Elles définissaient d’une part les modalités d’une intervention centrale qui menaçait l’autonomie de gestion des États fédérés. Elle constituait d’autre part une entorse au principe de subsidiarité qui confiait la gestion du social au pouvoir municipal. Delbrück renvoya donc le traitement de cette question à une autre instance d’intervention. Il aiguillait le débat sur une voie secondaire et proposait, à défaut d’une politique du logement valable à l’échelle du Reich, de rouvrir le dossier épineux du vote d’une loi prussienne sur le logement48. Mais le vote de cette loi avait déjà échoué en 1904, se heurtant aux intérêts acquis que l’exercice d’un vote inégalitaire plaçait en position de majorité au sein des chambres prussiennes. Quelque peu remanié en 1913, ce projet de loi proposait des mesures qui habilitaient l’État à intervenir dans le domaine de compétence des municipalités : l’élaboration du plan d’aménagement. Conçu dans l’intérêt du logement économique, ce projet mettait en mesure les services de police relevant du pouvoir étatique de s’opposer à des aménagements s’ils s’avéraient ne pas prendre en compte les nécessités sociales de la communauté, notamment les besoins en logement49. Une fois encore, ce projet n’aboutit néanmoins pas. Les méandres du processus d’élaboration d’une politique publique du logement reflètent en réalité la complexité d’une configuration institutionnelle qui juxtaposait différents niveaux de compétence. Le logement tout comme l’aménagement relevaient d’attributions étatiques et municipales qui ne se laissaient pas toujours coordonner. La complexité de ce cheminement législatif résulte en outre du déficit démocratique qui pesait sur le fonctionnement des institutions : la requête déposée au Reichstag au début de 1913 fut empêchée par le veto du Bundesrat50 et les chambres prussiennes résistaient au vote d’une loi contraire aux intérêts de la majorité de leurs représentants.

  • 51 Voir notamment « Die Beleihung des Erbbaurechtes und wirtschaftlich verwandter Formen gebundenen Gr (...)
  • 52 « Miete, Erbmiete, Erbbesitz », op. cit., p. 229 et suivantes.

41Dans un contexte où la mise en œuvre d’une politique publique du logement se heurtait aux blocages du système représentatif et au télescopage des échelons d’intervention, la question de l’État ne pouvait se formuler d’une manière aussi évidente que du côté français. Comme nous avons analysé la rhétorique qui soutenait les revendications françaises en faveur d’une intervention active de l’État dans le domaine de la construction économique, nous nous proposons d’explorer dans cette perspective les discours qui sollicitaient l’intervention du Reich dans la construction des cités-jardins. Autour de 1912, la revue Gartenstadt se fit en effet la caisse de résonance du débat sur la politique foncière51 qui formulait de manière neuve la question de l’« État » et de son intervention dans la construction. Alors qu’on célébrait le centenaire de la libération des territoires allemands, la seconde crise marocaine avait coloré de symboles patriotiques les discussions autour de la politique foncière. Dans ce climat de tensions entre la France et l’Allemagne, la célébration des guerres de libération avait un enjeu symbolique. Le débat sur le financement de l’Erbbaurecht se colora d’accents patriotiques. Les articles publiés par Heinrich Ermann, membre de la principale association qui rassemblait les partisans d’une réforme foncière (Bund deutscher Bodenreformer), articulèrent alors la question de l’État, de son intervention dans l’exercice de l’Erbbaurecht, à une célébration du « sol patriotique ». Heinrich Ermann, qui revendiquait le vote d’une loi nationale sur l’application de l’Erbbaurecht52, tapissait même son réquisitoire de considérations franchement nationalistes :

  • 53 Ermann, Jahrbuch der Bodenreform, 1912, p. 255, cité par Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und (...)

La conception du sol défendue par les spéculateurs est anarchique, individualiste, réfractaire à tout sens de l’État… Ici dans la Ostmark, elle a été mise en faillite par le sentiment national des Slaves avec lequel elle entra en collision53.

  • 54 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 7.
  • 55 Heinrich Ermann, « Das Erbbaurecht und die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn », in : Gartenstadt, (...)
  • 56 Ernst Behnisch, « Ernste Jubiläumsjahr-Gedanken », in : Gartenstadt, n°10, octobre 1913, p. 190 et (...)

42La signature de plusieurs articles de Gartenstadt par Heinrich Ermann concourut certainement au basculement patriotique qui se manifesta également dans la propagande de la DGG. La présence du nom d’Ermann dans les colonnes de la revue confirmait une collaboration qui s’était nouée avec le mouvement des cités-jardins lors de la construction de la cité-jardin de Leipzig. C’est en effet Ermann, le « spécialiste » de la question de l’Erbbaurecht dans le Bund deutscher Bodenreformer qui fut l’artisan du contrat de superficie héréditaire expérimenté dans la cité-jardin de Leipzig-Marienbrunn54 : il appuya son action auprès du conseil municipal de Leipzig par une conférence devant le patriciat de la ville, dans laquelle il revendiqua le vote d’une loi nationale sur l’application de l’Erbbaurecht à l’échelle du Reich55. Cette conférence ne constitue en rien un détail anecdotique mais nous éclaire au contraire sur l’influence qu’opéra la réalisation de Leipzig-Marienbrunn sur la coloration patriotique de la propagande de la DGG en faveur de l’interventionnisme. La signature du contrat de superficie héréditaire – Erbbauvertrag – entre la Société de construction de la cité-jardin et la ville de Leipzig coïncidait effectivement avec l’inauguration du monument de la bataille des nations, situé à proximité de la cité-jardin projetée. Le débat autour de l’Erbbaurecht développa donc la question de l’intervention de l’État sur un fond de mythologie nationale. D’autant plus que le centenaire des guerres de libération se confondait pour la DGG avec le dixième anniversaire de son existence : cette coïncidence redoubla l’emphase des discours qui mobilisèrent dans leur propagande ces symboles nationaux. Dans ce contexte, la revue Gartenstadt présenta l’œuvre des cités-jardins comme une croisade pour la victoire de l’hygiénisme. Le souvenir de la victoire contre Napoléon était brandi comme une arme contre la menace de dégénérescence du pays56.

Ill. 20 - Vue sur le monument de la bataille des nations, cité Leipzig Marienbrunn

Ill. 20 - Vue sur le monument de la bataille des nations, cité Leipzig Marienbrunn
  • 57 Dr.-Ing. Weiss, « Erwiderung an Herrn Dipl.-Ing. Wehl », in : Gartenstadt, n°12, décembre 1913, p.  (...)
  • 58 Marie-Bénédicte Vincent, Serviteurs de l’État : les élites administratives en Prusse de 1871 à 1933 (...)
  • 59 « Miete, Erbmiete, Erbbesitz », in : Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 230.
  • 60 Ernst Behnisch, « Erbbesitzer », in : Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 232.
  • 61 Ernst Behnisch, « Ernste Jubiläumsjahr-Gedanken », in : Gartenstadt, n°10, octobre 1913, p. 190.

43La propagande développée à cette période par la DGG exploitait donc les mêmes images et symboles que ceux qui soutenaient les débats autour des espaces libres en France : peur de la dégénérescence, allusions à l’intégrité territoriale, appel au sentiment patriotique. La stratégie discursive développait non seulement de semblables enchaînements d’images, elle visait un but identique : légitimer l’intervention du pouvoir gouvernemental dans la construction des cités-jardins. Si en France Ribot s’écriait : « l’État ne doit pas se comporter en spéculateur ordinaire », on déplorait en Allemagne le « pillage du sol de la patrie grevé par la spéculation et les impôts57 ». Si le détour par la référence nationale servait dans le débat allemand à légitimer l’intervention gouvernementale, il dénotait aussi la difficulté à thématiser la question de l’État. Alors que Ribot invoquait explicitement l’État, reflet de l’intérêt public et expression politique du national, une telle équation était malaisée dans le cadre d’un régime autoritaire et inégalitaire, d’autant plus que l’avènement d’un « champ politique national » à partir de 1871 avait révélé le « dualisme entre la Prusse et le Reich58 ». L’exécution d’une politique du logement à l’échelle du Reich menaçait, il est vrai, les prérogatives de l’État Prussien. Dans ce contexte, c’est la force du lien communautaire qui fut en effet convoquée par les réformateurs allemands pour légitimer la mise en œuvre d’une politique publique du logement. Ainsi, dans les discours qui réclamaient l’aide des pouvoirs publics, le régime de l’Erbbaurecht n’était plus seulement décrit comme un moyen de consolider le sens du foyer, mais surtout comme celui de « communiquer sentiment du chez soi et constance à la vie de famille et à la vie du peuple allemand59 ». La propagande autour de l’Erbbaurecht confondait désormais « amour du foyer » (Häuslichkeitsliebe) et « amour de la patrie » (Vaterlandsliebe)60. L’inscription de la propagande dans un cadre national infléchit le programme social du mouvement des cités-jardins. Il n’était plus question de travailleurs ou d’ouvriers mais de plus en plus fréquemment du « peuple laborieux » (Werktätiges Volk). Loin d’évoquer exclusivement les classes défavorisées, il désigna de plus en plus fréquemment le peuple allemand dans sa globalité61 :

Il manque au peuple allemand l’essentiel : des logements, de l’air, de la lumière et du sol [Boden].

  • 62 Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 71.
  • 63 Wolfgang Voigt, Hartmut Frank (dir.), « Paul Schmitthenner 1884-1972 », op. cit., p. 9-12.

44La mobilisation de ce discours national apportait au débat sur l’interven­tionnisme de nouveaux arguments. Pourtant ses effets restèrent modestes. Ainsi, si le gouvernement prussien finit par prêter son concours au financement de la cité-jardin de Grünau, comme l’avaient réclamé les réformateurs engagés dans le projet des cités-jardins, il exigea en contrepartie que la cité-jardin accueillît exclusivement les employés de l’État62. Malgré les invocations au « peuple » allemand, l’État continuait de défendre une conception « paternaliste » de son rôle. Même si la réalisation de la cité-jardin de Staaken, dont l’État fut maître d’œuvre à partir 1913, constituait une avancée, les progrès restaient minces. Certes, le Reichsamt des Innern prit l’initiative de ce projet de construction et fit appel à Paul Schmitthenner, un architecte de la mouvance réformatrice, qui avait en outre participé à l’expérience d’Hellerau aux côtés de Riemerschmid. La cité de Staaken ne logeait toutefois que les ouvriers employés dans les ateliers de l’État63. Il faudra attendre l’intervention forcée de l’État dans l’économie de guerre, pour que les revendications du mouvement des cités-jardins portent ses fruits et que de nouvelles formes de soutien à la construction soient légitimées. Avant la guerre, c’étaient avant tout de nouvelles représentations qui incubaient.

Notes

1 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France,1880-1914, op. cit., p. 13.

2 Jacques Le Goff, L’imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. II.

3 Ibid., p. VI.

4 Bernhard Kampffmeyer, « Unsere Studienreise nach England », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Aus englischen Gartenstädten, op. cit., p. 5.

5 Georges Riser, « Les cités-jardins », décembre 1909, op. cit., p. 375.

6 Bernhard Kampffmeyer, « Unsere Studienreise nach England », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Aus englischen Gartenstädten, op. cit., p. 6.

7 Georges Risler, « les cités-jardins », op. cit., p. 401.

8 Petra Overath, « Zwischen Krisendeutung und Kriegsszenarien. Bevölkerungspolitische Vorstellungen in Deutschland und Frankreich (1870-1918)  », in : Petra Overath, Daniel Schmidt, Volks-(an)ordnung. Einschliessen, ausschliessen, einteilen, aufteilen!, Leipzig, Universitätsverlag, 2003, p. 65-72.

9 Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 447.

10 Sur le parcours de Maurice Dufourmantelle : « Maurice Dufourmantelle. Allocution prononcée par M.P. Grunebaum-Ballin », in : Bulletin mensuel du Crédit populaire, septembre-octobre 1933, p. 154.

11 Georges Risler, « Les cités-jardins », in : Musée social, Mémoires et documents, p. 403.

12 Rainer K. Wick, « Muthesius als Wegbereiter der Werkbundpädagogik », in : 100 Jahre Deutscher Werkbund, op. cit., p. 51-53.

13 Hermann Muthesius, Das englische Haus, 3 vol., Berlin 1904.

14 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 313.

15 Musée social, Annales, février 1911, p. 68.

16 Georges Risler : « Les espaces libres dans les grandes villes », op. cit., p. 367.

17 « Discours de M. le Docteur Landouzy », in : Musée social, Mémoires et documents, 1908, p. 213.

18 « Discours de M. Ribot », in : ibid., p. 231.

19 Ibid., p. 230.

20 « On donne le goût des sports aux jeunes générations et l’on a raison ; une jeunesse qui ne joue pas sera toujours vaincue dans la lutte pour la vie par une jeunesse qui joue » in Georges Risler, « Les espaces libres dans les grandes villes », in : Musée social, Mémoires et documents, 1910, p. 357.

21 « Discours de M. Ribot », in : ibid., p. 229.

22 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1002.

23 Ibid., p. 1015.

24 Ibid., p. 1019.

25 Sur l’histoire de ce concept: Hartmut Frank, Lesebuch zur Wohnungsfrage, op. cit., p. 69-73.

26 Voir notamment « Gartenstadtmitteilungen », n°3, Hohe Warte, vol. 4, 1908. Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 7.

27 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Der Zug der Industrie aufs Land. Eine Innenkolonisation, tract n°5, Berlin 1904.

28 Ibid., p. 10.

29 Max Gruber, « Kolonisation in der Heimat », in : « Gartenstadtmitteilungen », n°3, p. 18, Hohe Warte, vol. 4, 1908.

30 Gartenstadt, n°10, octobre 1912, p. 168.

31 Il invitait notamment toutes les classes à s’unir dans l’œuvre menée par la réforme, notamment dans la politique foncière. Voir Ernst Behnisch, « Ernste Jubiläumsjahr-Gedanken », in : Gartenstadt, n°10, octobre 1913, p. 191.

32 Ibid.

33 « Die Lösung der Wohnungsfrage ist mehr als je eine Frage der Stärkung unseres Geschlechtes », in : Gartenstadt, n°6, Juni 1914, p. 106.

34 Hermann Salomon, « Gartenstädte », in : Städtebauliche Vorträge aus dem Seminar für Städtebau an der königlichen technischen Hochschule zu Berlin, op. cit., p. 25.

35 Eugène Hénard, « Les espaces libres à Paris », in : Musée Social, Mémoires et Documents, 1908, p. 186.

36 Voir Musée social, Mémoires et documents, 1908.

37 Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1997, p. 132.

38 « Compte-rendu de la réunion en faveur des espaces libres tenue dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne le 5 Juillet 1908 », in : Musée Social, Mémoires et Documents, 1908, p. 214.

39 Georges Risler, « Les Espaces libres dans les grandes villes », op. cit., p. 354. Citation : p. 358.

40 Yankel Fijalkow, les Ilots Insalubres, op. cit., p. 146-147.

41 « Discours de M. Ribot », in : Musée social, Mémoires et documents, 1908, p. 230.

42 Georges Risler, « Les Espaces libres dans les grandes villes », op. cit., p. 356.

43 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1913, op. cit., p. 72-74.

44 DGG, Die Bedeutung der Gartenstadtbewegung. Vier Vorträge, Renaissance Verlag Robert Federn, Berlin, 1914.

45 Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 71

46 B. Dernburg, « Die wirtschaftlichen Voraussetzungen der Gartenstadt », in : Die Bedeutung der Gartenstadtbewegung, sans pagination.

47 Gartenstadt, n°12, décembre 1912, p. 209.

48 Zeitschrift für Wohnungswesen, 1913, n°8, p. 130-131.

49 Zeitschrift für Wohnungswesen, 1913, n°9, p. 137-147.

50 Clemens Zimmermann, Von der Wohnungsfrage zur Wohnungspolitik, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, p. 223.

51 Voir notamment « Die Beleihung des Erbbaurechtes und wirtschaftlich verwandter Formen gebundenen Grundbesitzes », in : Gartenstadt, n°9, septembre 1911, p. 114 et suivantes ; Ermann, « Das Erbbaurecht und die Gartenstadt Leipzig-Marienbrunn », in : Gartenstadt, n°5, mai 1912, p. 77 ; Compte-rendu de la conférence d’Ermann : « Das Erbbaurecht und die Gartenvorstadt Leipzig Marienbrunn », in : ibid., p. 91; Radenacher, « Erbmietvertrag für Gartenstädte mit einem Vertragsmuster », in : Gartenstadt, n°7, juillet 1912, p. 119; Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 71; « Generalversammlung des Verbandes preußisch-deutscher Vororte », in : Gartenstadt, octobre 1912, p. 173-174 ; « Miete, Erbmiete, Erbbesitz », in : Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 229.

52 « Miete, Erbmiete, Erbbesitz », op. cit., p. 229 et suivantes.

53 Ermann, Jahrbuch der Bodenreform, 1912, p. 255, cité par Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit, p. 100.

54 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 7.

55 Heinrich Ermann, « Das Erbbaurecht und die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn », in : Gartenstadt, n°5, mai 1912, p. 91.

56 Ernst Behnisch, « Ernste Jubiläumsjahr-Gedanken », in : Gartenstadt, n°10, octobre 1913, p. 190 et p. 193.

57 Dr.-Ing. Weiss, « Erwiderung an Herrn Dipl.-Ing. Wehl », in : Gartenstadt, n°12, décembre 1913, p. 246.

58 Marie-Bénédicte Vincent, Serviteurs de l’État : les élites administratives en Prusse de 1871 à 1933, Belin, Paris, 2006.

59 « Miete, Erbmiete, Erbbesitz », in : Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 230.

60 Ernst Behnisch, « Erbbesitzer », in : Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 232.

61 Ernst Behnisch, « Ernste Jubiläumsjahr-Gedanken », in : Gartenstadt, n°10, octobre 1913, p. 190.

62 Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 71.

63 Wolfgang Voigt, Hartmut Frank (dir.), « Paul Schmitthenner 1884-1972 », op. cit., p. 9-12.

Table des illustrations

Titre Ill. 18 - couverture du livre de Georges Benoit-Lévy
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Ill. 19 - Erich Weinert, Gartenstadt Hopfengarten
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Ill. 20 - Vue sur le monument de la bataille des nations, cité Leipzig Marienbrunn
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4044/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540