Version classiqueVersion mobile

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE II. La cité-jardin et les fondements de l’intervention publique

Chapitre II. L’intervention du mouvement des cités-jardins dans la politique urbaine

Texte intégral

1Le chapitre précédent a montré comment le postulat écologique de la cité-jardin libéra de nouvelles catégories de pensée qui transformaient la perception de l’espace urbain. Comment ces représentations s’intégrèrent-elles alors aux projets réformateurs qui, dans les deux pays, visaient à rénover la politique urbaine ? C’est l’impact de ces représentations sur l’émergence de nouveaux modèles d’action publique qu’il s’agit à présent d’évaluer.

2Il n’est pas aisé, néanmoins, de débroussailler la question de l’intervention publique tant elle emboîte différents aspects : les échelles de l’intervention privilégiées dans chacun des pays, les modes d’intervention (règlementation de la construction, politique foncière, allègements financiers), les pratiques concrètes d’intervention et les idéologies qui les sous-tendent (pratiques et idéologies étant parfois discordantes). La multiplicité des cadres de l’intervention ne facilite pas, de surcroît, la comparaison. Néanmoins, la cité-jardin offre un angle d’attaque, en orientant la comparaison autour d’un axe commun. Il s’agit en effet, non pas de renvoyer la question de l’intervention publique à des modèles nationaux, mais de prendre en considération les circonstances concrètes – projets de construction, débats, constitution de réseaux réformateurs – dans lesquelles le projet des cités-jardins a pu impulser de nouvelles formes d’intervention publique. Cet angle de vue a en outre l’avantage de montrer comment les représentations de l’intervention, ainsi que les modèles d’organisation spatiale qui s’y rattachent, furent pris en charge par les acteurs confrontés à la mise en œuvre de la politique urbaine. L’analyse privilégiera trois aspects :

3A. L’émergence de représentations spatiales qui, par l’avènement d’un nouveau paradigme communautaire, bouleversèrent les frontières jusqu’alors admises entre espaces privés et espaces publics.

4B. L’articulation de ces représentations avec les pratiques de gestion urbaine. L’expérience des cités-jardins permet en effet de suivre la généalogie des catégories de l’intervention publique dans la gestion urbaine. Dans cette perspective, l’analyse s’attachera notamment à la mise en place de normes juridiques réglant la construction et l’octroi de logements. Elle étudiera également les mécanismes qui déclenchèrent les financements publics facilitant la construction massive. Elle s’interrogera enfin sur les niveaux institutionnels qui encadrèrent ces ferments d’intervention publique. On mettra ainsi en lumière les enjeux concrets de cette intervention – ses ressorts mais aussi ses freins.

5C. L’extension des compétences publiques et ses retentissements dans l’orga­nisation de la vie sociale.

A. Pensées de l’environnement et conceptions de l’espace public

  • 1 Voir l’important travail de publication d’Edouard Fuster consacré au système social allemand.
  • 2 Edouard Fuster, « Retour de Dresde. L’énergie française », in : Alliance d’Hygiène Sociale, 7e Cong (...)

6La cité-jardin de Howard et la logique environnementale qui soutenait ce projet étayaient un paradigme communautaire interprété en France et en Allemagne selon des perspectives différentes. Malgré ces lectures divergentes, ce paradigme bouscula dans les deux pays les représentations de l’espace public et de l’espace privé. Alors que ce que l’on nomme aujourd’hui communément la politique du logement était en cours d’élaboration, jetant les bases d’un nouvel interventionnisme public, les perspectives ouvertes par la cité-jardin sur les catégories de public et de privé s’intégraient à la réflexion menée dans les cercles réformateurs sur l’intervention publique et ses modalités. Le cadre de la comparaison ne facilite pas l’analyse de ces catégories et des nouvelles représentations auxquelles la cité-jardin a pu ouvrir, tant elles ont pu être perméables aux préjugés idéologiques, notamment dans ces années marquées par la concurrence nationale. Ainsi, il n’est pas rare que dans les débats relatifs à l’intervention publique, les différences relevées par les observateurs français dans les pratiques nationales aient stigmatisé des mentalités éloignées, si ce n’est des tempéraments nationaux antagonistes. Edouard Fuster par exemple, vice-président de l’Alliance d’hygiène sociale, qui affichait au Musée social et à la SFHBM une réputation de fin connaisseur de la société allemande1, tint, à son retour de l’Exposition internationale d’hygiène de Dresde en 1911 où le gouvernement français l’avait dépêché à titre de commissaire général, une conférence sur l’avancée des œuvres sociales dans les deux pays. La description du système social propre à chaque pays était parasitée par des appréciations idéologiques sur les particularités nationales que Fuster opposait terme à terme. Ainsi, le génie et l’inventivité étaient l’apanage de l’esprit français dont Fuster admirait le rôle précurseur dans les progrès de l’hygiène sociale2. Cette créativité était associée aux efforts isolés d’« individualités ». Il incriminait au contraire le manque d’originalité des Allemands et dénonçait le plagiat du modèle français. Il admirait cependant la manière dont les idées françaises étaient mises en œuvre en Allemagne, attribuant cette faculté à une organisation « méthodique » et au sens de l’esprit « collectif ».

  • 3 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)

7Ainsi, la mise en œuvre du progrès social dévoilait, aux yeux de Fuster, deux profils nationaux dont les lignes bien marquées délimitaient un sens de l’action collective d’un côté et des qualités d’initiative plus individuelles de l’autre. Cette opposition tranchée était également un argument avancé par les réformateurs français pour expliquer le « retard » français en matière d’urbanisme et en conséquence les progrès de la réglementation urbaine en Allemagne. Le rapport qu’adressait Henri Sellier en 1915 au Conseil général de la Seine pour soutenir l’aménagement planifié du département de la Seine, s’il soulignait les qualités d’aménagement admirées dans les villes allemandes, était émaillé des mêmes jugements de valeur que ceux qui tissaient les propos de Georges Risler à l’encontre de l’urbanisme allemand. S’il attribuait les prouesses d’aménagement périphérique des villes allemandes au « sens pratique des nécessités collectives » du peuple allemand3, il reconnaissait dans l’au jour le jour de la gestion administrative, et dans le déploiement anarchique des banlieues, l’individualisme inhérent au peuple français. Ces comparaisons nationales fossilisaient des identités tranchées en même temps qu’elles charriaient des clichés éculés : individualisme romain d’un côté versus sens communautaire de l’autre.

  • 4 Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Éd (...)

8Il n’est pas aisé lorsque, dans le cadre d’une comparaison, on manie les représentations qui ont impulsé de nouveaux types d’intervention publique, de faire la part du discours idéologique qui les a légitimées. La tentation est grande de reproduire les arguments qui expliquent le succès relatif de la cité-jardin en Allemagne par le « sens communautaire » allemand. On contourne cette difficulté en prenant en compte le champ intellectuel4 dans lequel ces représentations ont été élaborées. Cette démarche insiste sur les rapports qui liaient les représentations de la ville et les logiques du fonctionnement urbain, l’action des acteurs et les enjeux politiques. Cette approche a l’avantage d’autre part de ne pas fixer ces représentations sur une toile de fond mais explicite leur avènement. Il s’agit alors de comprendre comment les notions de « communauté » ou de « collectivité », centrales chez Howard, se sont intégrées dans le champ intellectuel propre au milieu réformateur de chacun des deux pays, renouvelant les conceptions traditionnelles de l’« espace public ». L’idée d’espace public renvoie dans le cadre de cette étude aussi bien à l’espace urbain destiné à un usage collectif qu’aux interventions de la puissance publique. L’analyse en terme de champ intellectuel prend appui sur les institutions qui encadrèrent les débats et examine l’impact de ce fonctionnement sur le programme social élaboré en France et en Allemagne à partir du projet des cités-jardins.

1. La cité-jardin : lieu d’accomplissement de la solidarité sociale

La DGG et le symbole de la coopération

  • 5 Bernhard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », in : « Mitteilungen der Deutschen Gartenstadtgese (...)
  • 6 Voir notamment Jürgen Reulecke, Sozialer Frieden durch soziale Reform. Der Centralverein für das Wo (...)
  • 7 « Die Gartenstadt Hellerau », supplément au n°6 de « Gartenstadt » in : Hohe Warte, vol. 4, 1908, p (...)
  • 8 Sur l’organisation et l’encadrement des activités culturelles dans la cité de Karlsruhe : Gartensta (...)
  • 9 Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der (...)
  • 10 « Die Gartenstadt Hellerau », supplément au n°6 de « Gartenstadt », in : Hohe Warte, vol. 4, 1908, (...)
  • 11 Die Gartenstadt Hellerau bei Dresden, Dresden, Verlag der Gartenstadt Hellerau bei Dresden G.m.b.H, (...)

9La DGG justifiait son action au nom de la cohérence sociale dont la conception s’inspirait du système coopératif tel que les pionniers de Rochdale l’avaient réalisé. La DGG revendiquait un rôle « pionnier » : ses responsables partageaient en effet l’opinion que seule l’initiative privée pouvait engager l’œuvre réformatrice et frayer ainsi le chemin à l’action législative. Conformément à une conception qui célébrait la nature expérimentale de l’action réformatrice5, en accord avec les idées de la réforme sociale en France, l’initiative des réformes émanait de la société civile. La conception défendue par la DGG s’était en réalité modelée sur les idées de « paix sociale » développée dans le mouvement de la réforme sociale depuis le milieu du XIXe siècle6. Friedrich Naumann, par exemple, homme politique libéral par ailleurs engagé dans le Werkbund et la DGG, prônait en 1906, dans les colonnes de la revue Gartenstadt, les efforts de « pacification » menés par les réformateurs en complément de la législation sociale, pour parachever l’action des institutions7. Il pointait du doigt l’incapacité de la société et des organisations politiques à régler la question sociale et par conséquent à endiguer les velléités révolutionnaires. Conformément à cette position, les réformateurs de la DGG prêtaient au projet des cités-jardins le pouvoir de maintenir, voire de rétablir l’équilibre social. La DGG, lorsqu’elle proclamait sa neutralité politique, balisait son action en dehors des sentiers politiques conformément à la vision dominante selon laquelle les coalitions politiques tout comme les groupements syndicaux généraient scissions et tensions. Tous les moyens furent mis en œuvre dans la cité-jardin pour soumettre l’engagement politique des ouvriers à l’ordre communautaire : on encouragea donc leur participation aux décisions, on suscita de nouveaux modes de rassemblement en dehors des organisations politiques. À Karlsruhe, un cabinet de lecture fut institué : revues et journaux politiques furent exclus dans un premier temps des abonnements proposés qui leur préféraient des revues de la réforme comme Der Kunstwart ou Der Türmer. On organisa des soirées-discussions consacrées aux questions du mouvement coopératif de façon à ce que des « liens plus intimes se créent entre les habitants8 ». On encouragea de plus les habitants à participer à l’exécution architecturale des cités-jardins. Ainsi, à Hellerau, les ouvriers furent invités à exprimer dans le cadre de questionnaires leurs préférences esthétiques9. Une commission artistique fut d’ailleurs instituée qui incluait, en marge des architectes, les représentants des habitants. On déféra même à la commission les prérogatives d’une assemblée représentative puisqu’elle fut déclarée responsable « de la volonté de toute la population ouvrière10 ». En même temps, la tâche assignée à cette commission rend compte de toute l’ambiguïté du dessein qui présidait au projet de pacification sociale poursuivi par les réformateurs. Si elle accordait aux ouvriers un droit de participation, au moins de manière symbolique, c’était néanmoins sur le terrain artistique, et non pas politique. On donnait en outre aux ouvriers une certaine liberté d’expression tout en la canalisant puisque cette commission d’experts11, appelée à remplacer les associations syndicales, jouissait d’une prérogative de contrôle. À travers ces différents exemples, on observe comment les responsables de la DGG entendaient transposer les formes d’action et de rassemblement politique dans les nouvelles structures de la cité-jardin. Il va sans dire que ces structures, si elles offraient de nouveaux modes d’expression à la population, étaient dépositaires de l’idéal social réformateur qui visait une nouvelle forme de coexistence sociale.

  • 12 Bernhard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », op. cit., p. 5.
  • 13 Sur la conception de l’association réformatrice : Bernhard Kampffmeyer, Gartenstadt und Landeskultu (...)
  • 14 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Genossenschaft in England und Deutschland », in : Deutsche Gart (...)

10La suprématie accordée par la DGG à l’initiative privée tenait par ailleurs à la qualité qu’elle attribuait au travail des associations privées : les associations dont il était question, regroupant un nombre relativement restreint de membres, avaient une marge de manœuvre plus large que les instances publiques12. Cette conception de l’action sociale se modelait en réalité sur le modèle anglais des coopératives de consommation. Ainsi Hans Kampffmeyer, armé d’arguments semblables à ceux de Bernhard Kampffmeyer à propos des associations réformatrices13, faisait l’éloge de ces coopératives aptes à prévoir et traduire, avec exactitude, sous forme statistique les besoins des membres affiliés14. L’association, elle aussi, poursuivait dans son action une exigence d’exactitude qui éclaire le statut important que l’action réformatrice décernait plus généralement au travail de connaissance et d’accumulation de savoir. À l’instar de la coopérative, en sus, elle consacrait la communauté d’intérêts qui liait ces hommes entre eux. Dans cette perspective, la solidarité, expression d’une communauté d’intérêts, n’était pas interprétée comme le moyen pour l’individu de conquérir sa liberté, conformément à la vision française, mais comme le moyen de parvenir à une forme communautaire plus accomplie.

Intérêt individuel et avantages collectifs : le projet social de Howard à la lumière de la lecture « libérale » des réformateurs français

  • 15 In : Georges Risler, « Les cités-jardins », in : Musée social, Mémoires et documents, op. cit., p.  (...)

11Avant tout sensible aux qualités d’aménagement de la cité-jardin, la majorité des membres du Musée social ou de la Société française des habitations à bon marché semble avoir longtemps ignoré la spécificité du paradigme communautaire sur lequel reposait la conception de Howard. C’est par le truchement des questions environnementales que les réformateurs français abordèrent l’organisation communautaire de la cité-jardin. C’est ainsi que Risler, dans l’allocution qu’il tint au Musée social en décembre 1909, admirait l’aménagement de la cité-jardin pour les « avantages collectifs15 » qu’il offrait. Le choix du terme « avantage » dévoile autant l’intérêt nouveau suscité par les aspects communautaires de la cité-jardin qu’il en trahit les limites. L’« avantage collectif » dénote, en effet, dans une perspective fonctionnaliste, l’idée de services mis à la disposition de l’individu. Le social est ici considéré du seul point de vue individuel. On comprend alors mieux pourquoi aucune allusion au rituel communautaire, centre de gravité de la description howardienne, ne vint compléter la description de Risler centrée sur les qualités hygiéniques et esthétiques de ces nouveaux ensembles urbains ainsi que sur le régime de location qui y avait cours.

  • 16 Maurice Dufourmantelle, « La réforme de l’habitation populaire par les cités-jardins », in : Revue (...)
  • 17 Georges Risler, Maurice Dufourmantelle, « L’habitation populaire en Angleterre. Souvenirs du 8e Con (...)
  • 18 Maurice Dufourmantelle, « les Cités-Jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation (...)

12À mesure que s’étoffait la connaissance de la cité-jardin, la lecture du paradigme communautaire de Howard s’ouvrait néanmoins à de nouvelles interprétations. À la suite de Risler, le juriste Maurice Dufourmantelle poursuivit une série d’études sur l’organisation sociale et économique de la cité-jardin qui sillonnaient de nouvelles pistes, sans toutefois rompre avec la perspective de Risler centrée sur l’intérêt individuel. Il fixait ainsi en ces termes le but social des cités-jardins : « harmoniser les intérêts de l’individu avec ceux de la collectivité16 ». Même si sa description de l’organisation foncière de la cité-jardin le conduisait à souligner « l’intérêt général de la collectivité », Dufourmantelle, précau­tion­neusement, appréciait la valeur de cette organisation collective à l’aune de l’intérêt individuel. La connaissance que Dufourmantelle17 avait du projet des cités-jardins évolua néanmoins au fil des études qu’il réalisa sur ce sujet entre 1908 et 1915 et surtout des visites qu’il réalisa en Angleterre, mais aussi en Allemagne. Il aiguisa notamment sa perception des différents types d’organisation foncière et par ce biais, il aborda les enjeux sociaux de la cité-jardin. Cette exploration lui révéla de nouveaux modes d’organisation collective. La notion de collectif ou de collectivité, telle que l’entendait Dufourmantelle, n’embrassait cependant pas l’idée de communauté au sens des réformateurs allemands. Lorsque dans le cadre de la Conférence nationale des Sociétés d’habitations à bon marché, les 13 et 14 juin 191418, il soulignait la dimension collective des cités, il avait à l’esprit la taille des opérations : si la Société des habitations à bon marché avait jusqu’alors entrepris des opérations ponctuelles, la construction des cités-jardins embrassait de vastes unités, elle étendait le projet réformateur à la ville dans sa globalité. En outre, la cité-jardin fédérait, aux yeux de Dufourmantelle, des efforts multiples et coordonnait les différentes initiatives réformatrices.

  • 19 Janet Horne, « L’antichambre de la Chambre : le Musée social et ses réseaux réformateurs, 1894-1914 (...)
  • 20 Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, Armand Colin, 1913, p. 200.
  • 21 Maurice Dufourmantelle, « les Cités-Jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation (...)

13Cette conception de la collaboration rejoignait l’idéal social des réformateurs du Musée social. Janet Horne a en effet décrit le Musée social comme un véritable creuset qui liait « diversité des origines sociales » et « diversité des formes d’engagement dans un mouvement réformateur caractérisé par la volonté de travailler en collaboration avec l’État, mais non sous sa tutelle, et par le souci de renforcer les structures d’encadrement social et industriel qui permettaient le dialogue entre des partenaires aux intérêts divergents19 ». Cette action reposait sur l’organisation d’une société solidaire, définie par Léon Bourgeois, un des principaux dirigeants du Parti radical, comme un ordre bourgeois qui conditionne le déploiement de la liberté individuelle20. Cet arrière-plan institutionnel, s’il éclaire les enjeux de l’action réformatrice, révèle aussi la signification que Dufourmantelle attribuait au caractère communautaire de la cité-jardin. Dufourmantelle en effet, n’appréciait pas les aspects collectifs de la cité-jardin d’un point de vue endogène, en considérant la vie dans la cité-jardin dans la perspective de ses habitants. Dans son approche, le collectif faisait référence aux structures qui encadrent la communauté et animent la vie sociale. Ce point de vue institutionnel s’imprima sur la définition qu’il livra, en juin 1914, aux réformateurs impliqués dans la construction des habitations à bon marché, de la cité-jardin comme « organisation de portée économique au profit des classes moins fortunées, qui sont plus particulièrement menacées par les conditions ordinaires de l’habitation urbaine21 ». Cette perspective explique l’intérêt succinct avec lequel Dufourmantelle survola l’organisation coopérative des cités-jardins allemandes. L’allusion rapide aux œuvres sociales réalisées à Hellerau avait presque valeur d’anecdote et tranchait avec l’importance accordée par le mouvement allemand des cités-jardins aux activités associatives, notamment culturelles, mais aussi aux initiatives d’entraide dans le maintien de la cohésion communautaire.

2. Le mouvement des cités-jardins allemand et l’idéal communautaire de Howard interprété à travers le filtre nostalgique d’un ordre social organique

  • 22 In : Jürgen Kocka, Das lange 19. Jahrhundert. Arbeit, Nation und bürgerliche Gesellschaft, Stuttgar (...)
  • 23 Ils constituaient 40% de la croissance urbaine in : ibid.

14Alors que le projet des cités-jardins était en pleine élaboration, la nation allemande avait atteint le rang de première puissance industrielle. Cette rapide poussée industrielle entraîna une intense urbanisation. Ainsi à l’aube de la Première Guerre mondiale, les villes de plus de 100 000 habitants regroupaient presque 30 % de la population contre 5 % en 187122. Cette croissance urbaine relevait en partie des mouvements migratoires à l’intérieur du territoire national consécutifs à la création de nouvelles industries, notamment des grands cartels23. Ces déplacements de population frappaient l’imagination des contemporains qui lisaient dans ces bouleversements rapides les symptômes d’une crise sociale. Ils figuraient un véritable déracinement de la population, au sens propre comme au sens figuré : la disparition du cadre de vie familier, la dissolution des liens communautaires semblait préfigurer l’érosion des valeurs traditionnelles ainsi que des repères identitaires. En réaction contre ces changements brutaux, on se mit à cultiver l’image d’une ruralité mythifiée ainsi que la nostalgie des communautés villageoises parées des plus grandes qualités de cohésion sociale. Les diverses expériences tentées au sein du mouvement réformateur au tournant du siècle entendaient parer au péril de dissolution sociale par la promotion de nouveaux types de sociabilité.

  • 24 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Genossenschaften und Genossenschaftsstädte, tract n°4, Berlin, V (...)
  • 25 In : Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, G. B. Teubner, 1909, p. 88-90 : « Die Gart (...)

15C’est dans le cadre de ces initiatives que s’inscrivit l’action de la DGG. Aux yeux de Howard, la cité-jardin dont les dimensions devaient rester modestes servait de cadre idéal à la promotion d’une économie fondée sur le modèle coopératif. Cette idée connut en Allemagne de nombreux développements : la DGG consacra une brochure24 ainsi que de nombreux articles dans la revue Gartenstadt à ce thème. Bien que le mouvement coopératif anglais constituât l’horizon de référence des analyses, un amalgame mélangeait souvent organisation coopérative et modèle corporatif. Ainsi, Hans Kampffmeyer, inscrivit à plusieurs reprises la cité-jardin dans une histoire, celle des villes allemandes du Moyen Âge. Cette archéologie lui semblait mettre à nu les principes d’organisation coopérative. Pourtant, les exemples choisis évoquaient surtout un ordre social structuré selon le mode corporatif et rappelaient le rôle central des corporations dans l’ordonnancement de l’espace des villes allemandes du Moyen Âge25. L’oscillation entre l’idée de coopérative et celle de corporation indique en réalité le rôle que Kampffmeyer attribuait à la cité-jardin dans l’organisation d’un nouveau lien social : elle devait rénover l’ordre social déstabilisé par la décorporatisation de la société. Le terme d’« organisme » employé pour décrire le programme social de la cité-jardin, porte la trace de cette nostalgie d’une vie sociale harmonieuse. Ainsi, dans la condamnation qu’il professait à l’encontre de l’industrialisation, qu’il déplorât l’érosion des « traditions locales » ou le « déracinement » des ouvriers, le plaidoyer de Kampffmeyer en faveur de l’artisanat rappelait en filigrane le tableau pessimiste que Riehl avait dressé auparavant de la décorporatisation de la société.

16Cet arrière-plan explique pourquoi le paradigme communautaire de Howard fut investi d’une charge symbolique plus forte en Allemagne qu’en France. Pour les réformateurs français du Musée social ou de la SFHBM, l’ordre collectif était essentiellement interprété au prisme de l’intérêt que l’individu pouvait en tirer. Dans cette perspective, l’aménagement de la vie collective se résumait à la création d’« avantages collectifs ». En Allemagne, la conception du lien social était organiciste. Cette inversion des perspectives fut riche de conséquences pour l’interprétation du programme social proposé par Howard. Pour les réformateurs de la DGG, l’organisation de la vie collective ne se réduisait pas à l’aménagement d’équipements collectifs, elle relevait d’une dimension mystique dont témoignent les abondantes considérations sur la promotion culturelle dans la cité-jardin. Quelles que soient les différences idéologiques qui les opposaient, les réflexions engagées de part et d’autre accordaient à l’espace un pouvoir performatif dans l’exécution des réformes sociales. Elles visaient l’aménagement d’un espace public, mieux adapté aux nouvelles conceptions du social en train d’émerger.

3. Le pouvoir performatif de l’espace

Cité-jardin et recomposition des espaces de la ville en France : l’émergence du paysage urbain

17Les développements précédents ont montré dans quelle mesure la cité-jardin avait sensibilisé le public français à la valeur pittoresque de l’aménagement urbain. Alors que la notion de paysage urbain envahissait la littérature urbaine, la cité-jardin, que les observateurs français découvraient sous la forme des réalisations anglaises et allemandes, posait le cadre d’une esthétique urbaine idyllique. Loin de se cantonner à une appréciation esthétique, cette nouvelle approche de la cité-jardin élargissait la perception de l’espace public et la conception que l’on avait jusqu’alors de la gestion urbaine. Ainsi, c’est la valeur pittoresque de l’architecture des cités-jardins qui conduisit l’architecte Donnat-Alfred Agache, dans sa conférence sur la cité-jardin au Congrès de l’Alliance d’hygiène sociale de Roubaix, à préconiser la restriction des droits du propriétaire au profit d’une incursion des pouvoirs publics dans l’aménagement urbain :

  • 26 Donnat-Alfred Agache, « La cité-jardin », in : Alliance d’Hygiène Sociale, 7e Congrès d’Hygiène Soc (...)

Il faut se rendre compte qu’une maison construite pour être la propriété d’un individu n’en est pas moins appelée à être vue par tous [souligné par nous] et à jouer un rôle défini dans un ensemble certain26.

  • 27 Pierre Rosanvallon, « État et société. Du XIXe siècle à nos jours », in : André Burguière et Jacque (...)
  • 28 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes (...)

18On ne peut percevoir l’enjeu du débat lancé par Agache sans rappeler le statut important de la propriété dans la France républicaine. Ce statut particulier remonte à la Révolution française et à la lente mutation de la société d’ordres en un système social démocratique réglé par la mécanique libérale. Dans sa contribution consacrée à l’évolution de l’État et de la société française depuis le XIXe siècle, Pierre Rosanvallon montre comment la Révolution française est ainsi parvenue à ajuster la « modernité économique (la société de marché) et la modernité politique (la consécration de l’individu comme sujet de droits imprescriptibles27) ». La propriété individuelle fait le trait d’union entre ces deux logiques puisqu’elle affiche la puissance économique de l’individu tout en l’affranchissant des dépendances de corps. La question de la propriété continuait d’être considérée au tournant du siècle comme un des piliers de la société française. Elle fut ainsi au cœur des discussions fondatrices de l’urbanisme français, la volonté planificatrice se heurtant aux résistances de la propriété individuelle ou aux inerties des représentations qui la cautionnaient. Ainsi dans son rapport sur l’urbanisme anglais publié pendant la guerre, un des membres dirigeants de la Société française des habitations à bon marché, Joseph Dépinay relevait, parmi les principaux obstacles qui gênaient l’application des pratiques anglaises en France, « l’exercice individuel du droit de propriété28 ».

  • 29 Donnat-Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin, Edouard Redont, Comment reconstruire nos cités détruite (...)

19La cité-jardin marqua toutefois l’avènement d’un nouveau rapport entre propriété individuelle et intervention publique. Le discours esthétique que la cité-jardin servait aux débats d’urbanisme légitimait une intervention urbaine qui restreignait les prérogatives des propriétaires. L’argumentaire d’Agache en faveur d’une intervention de l’État dans les choix architecturaux poursuivait en effet une logique similaire à celle qui gouvernait l’action de la Société pour la protection des paysages de France : pour justifier l’application de mesures légales à la préservation des sites naturels et par conséquent les incursions du législateur dans le domaine de la propriété individuelle, les réformateurs étendaient la notion de patrimoine public des monuments historiques au paysage. C’est à l’aune de critères visuels et esthétiques que se mesurait principalement cette valeur patrimoniale. Agache s’appuyait lui aussi sur les qualités visuelles de la cité-jardin pour justifier les éventuelles incursions de l’architecte dans le domaine du propriétaire. Les spécialistes de l’urbanisme appliquèrent par la suite aux théories de l’aménagement urbain le postulat écologique mis en valeur dans le projet de cité-jardin. En effet, dans le manuel fondateur d’urbanisme français publié en 1916 et auquel Agache participa29, le lecteur redécouvre, insérées cette fois aux théories de la nouvelle discipline, les réflexions que la morphologie des cités-jardins avait inspirées à ce dernier. À la question : « jusqu’à quel point la réglementation doit-elle s’immiscer dans l’esthétique urbaine ? », les auteurs répondaient :

L’architecture urbaine est le seul art qui s’impose forcément à tous, il n’est plus propriété privée, mais dans une certaine part appartient à la communauté puisque nul ne peut échapper à sa vue.

20L’architecture urbaine tirait donc son caractère public de sa valeur esthétique, on pourrait aller jusqu’à dire de sa fonction « environnementale » : à l’image du paysage, elle ne pouvait se soustraire au regard. Tout comme le paysage, elle constituait un patrimoine au sens où elle faisait l’objet de droits et de devoirs :

C’est pourtant un droit et même un devoir pour les pouvoirs qui ont la responsabilité de la beauté leur ville, de prendre les mesures nécessaires pour la protéger et en conserver les joyaux.

  • 30 Maurice Dufourmantelle, « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habitation populaire (...)
  • 31 Voir notamment Werner Szambien, Symétrie, goût, caractère. Théorie et terminologie de l’architectur (...)

21Dufourmantelle fut l’un des premiers réformateurs français à prendre conscience de la brèche ouverte par les cités-jardins dans la conception de l’intérêt public et la désignation de nouvelles responsabilités publiques. Il admirait en effet les cités-jardins allemandes pour leur « confort public30 ». L’emploi du terme de confort pour qualifier l’aménagement de l’espace public contraste avec l’usage jusqu’alors de rigueur : dans la typologie de l’architecture classique, l’idée de confort s’appliquait exclusivement aux espaces intérieurs31. La cité-jardin révéla aux contemporains une nouvelle perception de l’espace urbain. Les cloisonnements entre espaces intérieurs et espaces urbains n’étaient plus aussi rigides : la logique environnementale n’opposait pas, elle articulait divers types d’espace, elle mettait même en valeur dans l’aménagement de l’espace urbain de nouvelles qualités qui jusqu’alors n’avaient été attribuées qu’aux espaces privés.

L’espace de la cité-jardin en Allemagne : un forum

  • 32 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1909, op. cit., p. 46.
  • 33 Peter Behrens, « Die Gartenstadtbewegung », article initialement paru dans le Berliner Tageblatt, r (...)
  • 34 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Baukunst » in : Moderne Bauformen, Monatshefte für Architektur, (...)
  • 35 Karl-Ernst Osthaus, « Gartenstadt und Städtebau », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnu (...)
  • 36 F. Biel, Wirtschaftliche und technische Gesichtspunkte zur Gartenstadtbewegung, Leipzig, H. A. Ludw (...)

22À partir de 1911, la DGG put se réclamer d’un programme architectural. Ce programme était né de la volonté d’« acclimater » la cité-jardin anglaise aux circonstances allemandes32. Ce fut seulement à partir de 1906, alors qu’on engageait les premières expériences de construction, que cette tâche fut amorcée. Ainsi, Peter Behrens tenta en 1908 une synthèse des règles de construction de la cité-jardin33. Kampffmeyer poursuivit l’entreprise à travers un article publié dans une revue d’architecture : « Cité-jardin et architecture34 ». Enfin en 1911, au seuil de cinq années d’expériences accumulées, l’Assemblée générale de la DGG dressait l’inventaire des principes urbanistiques de la cité-jardin : style épuré et organique, petites parcelles, maisons bâties en rangée, jardin conçu comme la prolongation de l’habitat toujours aménagé derrière la maison, séparation des voies de circulation et des voies « résidentielles », valorisation des bâtiments publics par des effets d’optique ou de relief35. Alors que la construction des cités-jardins commençait à s’ordonner selon un programme architectural, la cité-jardin renvoyait à une physionomie précise. Le terme s’était répandu dans la vie quotidienne pour désigner un type particulier d’aménagement devenu familier36.

  • 37 Stefan Muthesius, The English Terraced House, New Haven/London, Yale Univ. Press, 1982, p. 1 et sui (...)
  • 38 Pour plus de précisions sur ce mode de construction en rangée, on se reportera à la note (1) de l’a (...)

23Le projet architectural qui s’élabora au fil des expériences de construction tirait son éloquence esthétique de la nostalgie d’une communauté organique. La construction des maisons en rangée, Reihenhäuser, le plus souvent imposée par la réduction des coûts de construction, tirait de ce principe sa justification esthétique. Copiée de l’architecture des cités anglaises37, la construction des maisons en rangée était peu développée au tournant du siècle, hormis dans certaines régions où elle figurait parmi les traditions locales comme à Brême ou dans certaines cités ouvrières construites au XIXe siècle38. Elle définit pourtant rapidement un trait typique de l’architecture des cités-jardins. Cette évolution n’allait pas de soi : au tournant du siècle, les réformateurs, qu’ils aient été allemands ou français, honnissaient les modes d’habitat collectif qui entravaient le cloisonnement de la vie privée. Victor Aimé Huber, un des initiateurs de la réforme du logement ouvrier au milieu du XIXe siècle, avait par exemple formulé des prescriptions très claires à ce sujet :

  • 39 Voir Victor Aimé Huber, « Über innere Kolonisation » article de 1846, publié in : Hartmut Frank (ed (...)

La condition sine qua none à la vie de famille, c’est un certain degré d’indépendance, de cloisonnement du ménage, de l’habitation39.

24Le mouvement allemand des cités-jardins inversa la tendance et légitima cette nouvelle forme architecturale qui dotait la communauté d’une physionomie particulière. Elle était en partie caractérisée par l’importance dévolue aux espaces publics, jardins, places ou rues qui, par leur aménagement, exprimaient l’idée du voisinage, de la rencontre. Mais le point d’ancrage de la communauté, c’était bien entendu le territoire sur lequel elle s’établissait. Migge, engagé comme architecte-paysagiste dans de nombreuses cités-jardins, donna chair aux motifs de l’enracinement et de l’appartenance développés au même moment par les différents organes du mouvement Heimat en les plaçant au cœur de sa théorie esthétique :

  • 40 Leberecht Migge, Deutsche Binnenkolonisation. Sachgrundlagen des Siedlungswesens, Berlin, Deutscher (...)

Une maison ne peut être considérée comme un corps, un organe de la nature qu’à partir du moment où elle prend racine dans le sol et y croît comme une plante40.

  • 41 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 6 (...)
  • 42 Camillo Sitte, Städtebau. Nach seinen künstlerischen Grundsätzen, réédition de l’édition originale (...)

25Le principe esthétique édicté par Migge devint progressivement un trait saillant de l’architecture des cités-jardins. Dans de nombreuses cités allemandes, le socle des maisons fut ainsi doté d’une importance particulière, parfois traité comme un élément décoratif41. Le décor végétal qui ornait les façades ne participait pas seulement du caractère pittoresque de la cité, il arrimait à proprement parler les bâtiments au territoire. Les théories urbanistiques de Camillo Sitte42 trouvèrent leur expression adéquate dans l’urbanisme des cités-jardins qui adaptait l’architecture des bâtiments à la topographie.

Ill. 5 - Heinrich Tessenow, maisons en rangées, Hellerau

Ill. 5 - Heinrich Tessenow, maisons en rangées, Hellerau

Ill. 6 - Bruno Taut, Plan de la cité de Falkenberg, Berlin-Grünau

Ill. 6 - Bruno Taut, Plan de la cité de Falkenberg, Berlin-Grünau

26Enfin, le mobilier de la cité-jardin, qu’il s’agisse des bancs sur les places publiques ou devant les maisons, s’ils étaient une survivance des traditions villageoises, contribuait lui aussi à asseoir les habitants dans un lieu particulier et à ancrer leur sentiment d’appartenance à une communauté.

  • 43 Georges Benoit-Lévy, « Art et coopération dans les cités-jardins », in : La cité-jardin, troisième (...)
  • 44 Léon Jaussely, « Les cités dévastées par la guerre. Études de reconstitution », in : La vie urbaine (...)
  • 45 Leberecht Migge, « Mehr Ökonomie », in : Gartenstadt, 4e année, n°10, octobre 1910, p. 111; Peter B (...)
  • 46 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Baukunst », op. cit., p. 90.
  • 47 Voir « Émile Jacques Dalcroze und seine Bildungsanstalt », in : Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen (...)

27L’espace public, reflet de l’union organique de la communauté, était doté d’un poids symbolique particulier dont les observateurs français ne saisirent pas toujours les enjeux. Ainsi, la construction des maisons en rangée, bien que typique de l’architecture anglaise, ne s’implanta pas avec le même succès sur le territoire français. Les réformateurs qui avaient visité les cités-jardins allemandes se montraient récalcitrants à ce type d’architecture. Georges Benoît-Lévy voyait ainsi dans les rues d’Hellerau une réminiscence des « corons ouvriers » qui stigmatisaient le mode collectif d’habitat honni par les réformateurs43. Même après la guerre, le groupement semblait encore ressusciter le spectre du coron ouvrier. L’architecte Léon Jaussely confirmera, dans un article de La Vie urbaine consacré à la reconstruction sur le mode de la cité-jardin, les réticences françaises pour la réalisation de rangées trop longues : il continuait de lui préférer en effet l’édification de maisons autant que possible « séparées » ou si cela ne put se faire, par raison d’économie, « groupées selon le plus petit nombre possible44 ». Cette incompréhension et ces réticences soulignent surtout la spécificité de l’aménagement des cités-jardins allemandes. L’espace public tint lieu à la communauté de surface de projection. Les formes qui le composaient déclinaient sous différents registres l’essence organiciste de la communauté. Dans cette logique, les architectes des cités-jardins concevaient le projet esthétique des cités-jardins comme la réalisation d’un espace fermé, scandé par un rythme45. Le groupement des maisons en rangée fut décrit dans cette perspective « comme une unité architecturale dans laquelle les maisons individuelles ne sont que des membres articulés à l’ensemble architectural46 ». L’idée de rythme fut tellement importante qu’elle devint même le principe fondateur de la cité-jardin d’Hellerau. Un centre de musique contemporaine s’était installé dans cette cité-jardin où la musique occupait une place centrale47. Ces références conjointes au rythme, qu’il s’agisse du rythme qui scande les formes visibles de la cité-jardin ou de celui qui émane des activités culturelles qui s’y déploient, n’ont pas valeur anecdotique. Elles signalent non seulement à nouveau la volonté d’encourager une harmonie organique, mais elles indiquent aussi le rôle dévolu à l’espace public dans la cité-jardin : expression de l’harmonie communautaire, il sert de forum culturel, il est le lieu où la culture communautaire s’exprime.

L’espace de la cité-jardin : la culture mise en scène

  • 48 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Baukunst », op. cit., p. 91.
  • 49 Hans Kampffmeyer, Gartenstadt und ästhetische Kultur, op. cit., p. 13.
  • 50 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1913, op. cit., p. 95.

28La DGG n’a cessé d’insister sur l’importance de la culture dans la cité-jardin. Elle s’interrogea notamment sur les moyens à mettre en œuvre pour offrir au plus grand nombre une éducation culturelle. Que Hans Kampffmeyer appuyât la vocation culturelle du mouvement des cités-jardins dans la conclusion à l’article de 1908 sur l’architecture des cités-jardins, n’a donc pas de quoi surprendre48. C’est par une mise en scène de l’espace urbain que la DGG poursuivait son idéal de démocratisation de l’héritage culturel : il s’agissait de ponctuer le milieu de vie des habitants de toutes sortes de citations culturelles. La visée pédagogique de ce programme esthétique se doublait alors d’une volonté heuristique. Dans la cité-jardin, le moindre détail de l’agencement domestique pouvait être mis au service de cette ambition culturelle : ainsi, des « coopératives artistiques » (Kunstgenossenschaften), chargées du ravitaillement en ustensiles domestiques aussi bien que de la décoration des maisons par des œuvres d’art devaient veiller, dans l’esprit de Hans Kampffmeyer, à propager le bon goût dans les moindres aspects du quotidien49. Les habitants incités, par des concours, à décorer leurs maisons et jardins recevaient dans cet esprit comme prix « une belle lithographie réalisée par des artistes, un vase aux couleurs fraîches, un bon livre50 ».

  • 51 Les cours de Julius Posener publiés dans la revue Arch+ offrent un aperçu complet et intéressant su (...)
  • 52 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1909, op. cit., p. 104.
  • 53 Certaines façades de Falkenberg rappellent les façades de la renaissance. Certains détails – boiser (...)
  • 54 « Hier wohnen lauter Arbeiter und die haben ja keinen Geschmack! », in : Der Falkenberg, n°3, 1916, (...)
  • 55 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, 1909, op. cit., p. 105.

29Cette ambition, héritée des théories de Ruskin sur l’usage social du beau51, inspira un vaste mouvement d’art social qui se développa aussi bien en France qu’en Allemagne. En Allemagne, La DGG épaula le Werkbund dans la mise en œuvre de ce programme. L’introduction de cours de peinture envisagée par la DGG s’inscrivait dans cet esprit. Loin d’être conçus comme la transmission d’un bagage théorique, ces cours devaient, par un apprentissage pratique, développer le sens esthétique des habitants. On entendait leur apprendre à décorer leur environnement immédiat, notamment par la peinture des volets ou des meubles52. Bruno Taut, l’architecte des cités-jardins de Falkenberg et de Magdebourg, poursuivit un objectif similaire en introduisant la couleur dans la peinture des façades. Il ne cherchait pas uniquement à agrémenter le quotidien des habitants d’un décor harmonieux, mais entendait faire participer les habitants de la cité à une œuvre esthétique. Ainsi, il appliquait l’art des peintres à l’architecture, son usage de la couleur étant fondé sur une connaissance poussée des alliances chromatiques. Son architecture, loin de se résumer à une coulisse bigarrée, faisait, par le truchement de motifs picturaux, référence à diverses traditions culturelles53 – Ill.7 + Ill.8. L’art descendait dans la rue : on comprend mieux pourquoi la cité-jardin de Falkenberg, cible des critiques, fut à l’époque comparée à une palette de peinture – « Tuschkastensiedlung54 ». La cité-jardin devenait une sorte de musée vivant et son architecture était à la fois le lieu et l’objet de l’exposition. Hans Kampffmeyer, dans cet esprit, envisagea la création d’un musée dans la cité-jardin, non comme un sanctuaire destiné à recueillir des collections, mais comme un lieu de rencontre parsemé de sculptures, ou agrémenté de bains d’eau et d’air « pour que les habitants apprennent à prendre goût à la beauté de leur corps et au soin de ses formes55 » et dont les murs auraient été tapissés de fresques.

Ill. 7 - Bruno Taut, cité Falkenberg

Ill. 7 - Bruno Taut, cité Falkenberg

Ill. 8 - Bruno Taut, cité Falkenberg

Ill. 8 - Bruno Taut, cité Falkenberg

Ill. 9 - Heinrich Tessenow, Festspielhaus, Hellerau

Ill. 9 - Heinrich Tessenow, Festspielhaus, Hellerau

Ill. 10 - Heinrich Tessenow, Festspielhaus - bain d’air et de soleil

Ill. 10 - Heinrich Tessenow, Festspielhaus - bain d’air et de soleil
  • 56 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und ästhetische Kultur », tract n°6, op. cit., p. 13.
  • 57 Gemeinnüzige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Kolonie Reform eG, Reform. 95 Jahre Gartenstadtgesc (...)
  • 58 Das Stockfeld. Mitteilungen der gemeinnützigen Baugenossenschaft für die Gartenstadt Stockfeld, n°1 (...)
  • 59 Das Stockfeld. Mitteilungen der gemeinnützigen Baugenossenschaft für die Gartenstadt Stockfeld, n°8 (...)
  • 60 « Émile Jacques-Dalcroze und seine Bildungsanstalt », in : Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum S (...)
  • 61 Voir notamment Rüdiger vom Bruch, « Gesellschaftliche Funktionen und politische Rollen des Bildungs (...)
  • 62 Wolfgang Kaschuba, « Deutsche Bürgerlichkeit nach 1800. Kultur als symbolische Praxis », in : Jürge (...)
  • 63 Rüdiger vom Bruch, « Kulturbegriff, Kulturkritik und Kulturwissenschaften um 1900 », in : Rüdiger v (...)

30Ce programme culturel qui s’inscrivait dans la logique de pédagogie visuelle mise en œuvre par la DGG réactivait le rôle délégué à la culture dans l’édification de la société bourgeoise depuis l’époque des lumières. Conformément aux préceptes de Wilhelm von Humboldt qui revendiquait une formation humaniste de l’individu, la cité-jardin proposait ainsi une gamme variée et très complète d’activités culturelles : conférences, théâtre, concerts etc.56 Les chorales furent instaurées dans de nombreuses cités-jardins, à Magdebourg57 ou à Strasbourg par exemple58. La cité de Stockfeld proposait en outre un cabinet de lecture qui mettait à la disposition des habitants des revues, notamment des revues de jardinage59. À Hellerau, la salle des fêtes, Festspielhaus, conçue par Tessenow comme le centre monumental de la cité, outre qu’elle recueillit le centre de musique de Jacques-Dalcroze et constitua un centre culturel de renommée européenne60, comportait une salle de spectacle mais aussi une salle de lecture qui accueillait les habitants de la cité dans leur vie de tous les jours. Ainsi, les fêtes de fin d’année organisées par l’école de Hellerau entre le 28 juin et le 11 juillet 1912 furent scandées par des spectacles de grande envergure organisés dans la salle des fêtes : outre des pantomimes, ce sont des scènes de l’Orphée de Gluck dans la mise en scène d’Adolphe Appia qui furent jouées en avant-première. En émaillant la routine quotidienne des habitants de spectacles artistiques dont le rayonnement dépassait les limites de la cité, les responsables du projet de Hellerau tentèrent d’une manière plus poussée qu’ailleurs de réaliser l’un des objectifs de la DGG, faire descendre la culture dans la rue. Le regard porté sur la vocation culturelle de la cité s’inscrivait dans un mouvement plus général qui, au tournant du siècle, percevait les tensions sociales comme l’expression d’une « crise culturelle ». Dans cette logique, la culture était conçue, par des élites issues d’une bourgeoisie à multiples facettes, comme un moyen de fédérer, au-delà des clivages sociaux, territoriaux et politiques, une société autour de valeurs partagées61. Partant, ces élites réactivaient un idéal hérité de la première moitié du XIXe siècle62 qui fut transposé dans la communauté des cités-jardins. Ainsi, dans l’esprit de Kampffmeyer, le musée installé dans la cité-jardin faisait non seulement office d’institution culturelle mais aussi de lieu de rencontre qui avait vocation à fédérer la communauté des habitants autour d’un programme culturel. Dans son acception de la culture, le mouvement des cités-jardins rejoignait la conception presque mystique des élites éclairées du tournant du siècle : non pas accumulation encyclopédique de savoirs éteints mais références communes autour desquelles se créerait un nouveau consensus social. Cette acception de la culture comme fondement de la sociabilité nous invite à suivre la piste posée par Rüdiger vom Bruch63 et à interroger l’essence de cet idéal : décrivait-il l’harmonisation des différences au sein d’un tout « pluraliste » ou plutôt, comme le suggère Rüdiger vom Bruch, la nostalgie d’une harmonie communautaire fusionnelle qui transcenderait les tensions ?

  • 64 Voir Marcel Roncayolo, « L’intervention publique », in : La ville et ses territoires, Paris, Gallim (...)

31En France comme en Allemagne, la cité-jardin remettait en question le dessin traditionnel de l’espace public. La question était abordée sous l’angle des infrastructures et des agencements matériels en France, alors qu’en Allemagne l’aménagement de l’espace servait de surface de projection à des schémas communautaires. Pourtant, quelle que fût sa fonction, le renouvellement de la trame urbaine introduisait une nouvelle ligne de partage entre les compétences et bouleversait le rapport traditionnel entre autorité publique, intérêt public et propriété acquise. Le projet des cités-jardins jetait alors les bases d’une nouvelle logique de l’intervention urbaine. Les nouveaux enjeux posés par l’aménagement urbain supposaient effectivement une extension des compétences publiques qui ne pouvaient plus se réduire au maintien de la sécurité, au tracé de l’alignement ou au devoir d’embellissement64. Il importe alors d’examiner comment logiques urbaines, régime politique et action des réformateurs se sont accordés dans le cadre du champ intellectuel que nous venons de décrire : quel impact réel les projections spatiales développées dans le milieu réformateur eurent-elles sur la gestation de nouvelles formes d’intervention ? Comment les représentations cristallisées sur la cité-jardin furent-elles prises en compte par les acteurs impliqués dans la gestion urbaine ? C’est dans un premier temps sous l’angle de l’interventionnisme local que seront abordées les répercussions du projet des cités-jardins sur le développement des politiques urbaines. L’analyse comparative se doit en effet d’accorder une attention particulière à cette échelle d’intervention alors que les réformateurs allemands et français, s’ils reconnaissaient la nécessité d’un engagement des pouvoirs publics dans la politique urbaine, ne s’accordaient pas sur le rôle du pouvoir municipal dans le remaniement de la gestion locale.

B. Cité-jardin et catégories de l’action publique : la gestion locale en débat

  • 65 Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., p. 39-41.
  • 66 Pour une synthèse sur la question voir : « L’esquisse d’un interventionnisme public », in : Jean-Pi (...)
  • 67 Pietro Emili, « Le principe de subsidiarité : norme secondaire entre séparation verticale et sépara (...)
  • 68 Voir Jürgen Reulecke, Geschichte der Urbanisierung in Deutschland, op. cit., p. 62 et suivantes : « (...)

32La question de l’intervention publique soulevée par le projet des cités-jardins s’inscrivait en France comme en Allemagne dans un débat plus général sur l’extension des prérogatives publiques dans la politique urbaine. En Allemagne, l’action lancée en 1898 par le Verein Reichs­wohnungs­gesetz, si elle visait le vote d’une loi sur le logement à l’échelle du Reich, ciblait également un engagement plus grand des collectivités locales dans la gestion des territoires urbains : élaboration d’une démarche planificatrice ajustée à un cadre réglementaire rationalisé, incitation des municipalités à développer un patrimoine foncier et à collaborer au financement de la construction de logements65. Si en France, autour de 1910, le principe d’un interventionnisme local semblait acquis, les modalités de son exercice ne faisaient pas consensus au sein de la réforme française66. Certains réformateurs, tout en sollicitant une meilleure gestion du territoire municipal et la prestation de services sociaux, considéraient ainsi avec défiance la marge de manœuvre des municipalités allemandes dans la gestion urbaine, notamment le pouvoir, laissé à leur libre discrétion, de construire des logements ou de mener des politiques foncières. Il est vrai qu’en Allemagne, le principe de subsidiarité défini au milieu du XIXe siècle pour formaliser les rapports juridiques entre pouvoir central et pouvoir local67 garantissait un fort degré d’autonomie aux municipalités dans la gestion de leurs affaires autant qu’il assignait à l’État la définition et le maintien des règles de droit et un devoir de soutien financier68. L’idée d’auto-administration, Selbstverwaltung, qui en découlait, accordait de fait au pouvoir municipal une force motrice dans la mise en œuvre des politiques urbaines et leur réforme. La question de l’autonomie municipale, de ses formes et de ses limites forme donc la toile de fond sur laquelle le projet des cités-jardins a impulsé dans les deux pays de nouvelles formes d’interventionnisme local :

331. On retracera comment le projet des cités-jardins est intervenu dans ce processus, soit qu’il contribua à stimuler de nouveaux modes d’initiative municipale, soit qu’il lui substitua d’autres formes de compétences dans la gestion urbaine.

342. La croissance urbaine, manifeste à travers le débordement du corps urbain sur ses « marges », modifia l’équilibre qui réglait le rapport entre les structures du pouvoir local et l’organisation des armatures urbaines. Ces dissensions ont rejailli sur la mise en œuvre d’un interventionnisme local. Compte tenu des décalages dans l’intensité du processus d’urbanisation entre la France et l’Allemagne, l’analyse se concentrera sur les projets d’aménagement des métropoles de Paris et de Berlin abordées comme observatoires de l’urbanisation et de ses effets. Il s’agira alors à travers l’intégration de la cité-jardin aux projets d’aménagement périphérique des deux capitales de saisir comment le projet des cités-jardins a servi de trame à de nouveaux dispositifs territoriaux et quelles furent les nouvelles pratiques de gestion initiées par ces recadrages territoriaux en France et en Allemagne.

1. Le rôle catalyseur des cités-jardins dans la gestion urbaine en Allemagne

La DGG et la réforme de la gestion urbaine

  • 69 Ansiedlungsverein Gross-Berlin, Im Kampfe um Gross-Berlin, dritter Jahresbericht des Ansiedlungsver (...)
  • 70 Bernard Kampffmeyer, « Vorwort », in : Bauordnung und Bebauungsplan, op. cit., p. 3.
  • 71 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 12-13.
  • 72 Il s’agit notamment du ministre de Bavière, Brettreich, voir Gartenstadt, n°4, avril 1910, p. 45.
  • 73 Voir « Gartenstadt und Gartenvorstadt », tract publié en annexe de Deutsche Gartenstadt­gesellschaf (...)

35Les réformateurs allemands associés dans le projet des cités-jardins ciblaient la mise en œuvre de nouveaux types d’intervention sur le territoire urbain, mieux adaptés à la construction de quartiers périphériques pour les populations modestes. Sans néanmoins prétendre se substituer à l’action des pouvoirs publics, conformément à la ligne d’action réformatrice69, la DGG entendait transformer les cadres réglementaires de l’aménagement urbain, soit en influant sur le travail des administrations, soit en stimulant le vote de nouvelles lois70. Cette intervention sur le fonctionnement de l’appareil institutionnel opéra notamment par le biais des services d’expertise mis en œuvre par la DGG. La création d’un service de renseignements sur la réalisation des cités industrielles – Beratungsstelle für Industrieansiedlung, placé sous la tutelle du professeur Franz de l’Université Technique de Berlin, soutenait en particulier les petites villes, aux services administratifs rudimentaires, dans l’exécution d’une démarche planificatrice, l’aménagement d’industrie ou d’infrastructures71. Cette conception de l’expertise prêtait à l’action réformatrice la capacité de rénover la mécanique institutionnelle par la vertu de l’exemple. Si l’instauration de services d’expertise, c’est-à-dire la transmission, par des spécialistes, de savoir-faire « modèle », constituait un ressort essentiel de ce processus réformateur, le recrutement au sein de la DGG de représentants des pouvoirs publics était également un des moyens d’agir indirectement sur le travail des administrations et de former un personnel compétent. En 1910, Hans Kampffmeyer notait effectivement que des « représentants du gouvernement et des ministres72 (Bavière, Saxe) s’étaient résolument engagés aux côtés du mouvement des cités-jardins » et que surtout « 36 municipalités s’étaient affiliées à la DGG73 ». La liste des participants du voyage en Angleterre de 1909 fait par ailleurs état de nombreux représentants de l’administration municipale. L’organisation du projet des cités-jardins, qui reposait sur une implantation au sein des réseaux locaux de la réforme, désignait effectivement le périmètre municipal comme le terrain d’exercice privilégié de cette rénovation institutionnelle.

36À partir d’une étude de cas centrée sur la cité-jardin de Nuremberg, celle de Hellerau, de Strasbourg, de Leipzig et de Mannheim, on examinera selon quels mécanismes l’expérience des cités-jardins a stimulé de nouveaux types de gestion locale et quel fut le rôle du pouvoir municipal dans ce processus réformateur. Les cas choisis répondent effectivement à des configurations municipales contrastées qui permettent justement d’évaluer le rôle des pouvoirs locaux dans la mise en œuvre du projet réformateur.

La construction d’une cité-jardin à Nuremberg : un exemple d’intervention gouvernementale dans la gestion urbaine.

  • 74 Gartenstadt Nürnberg E.G., 75 Jahre, Nürnberg 1983 ; Gartenstadt Nürnberg e.G., 100 Jahre Leben in (...)
  • 75 Lettre de Paul Schlegel à Paul Matthes reproduite in : Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Kol (...)
  • 76 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit, p. 36.

37Les difficultés qui ont jalonné l’entreprise de construction d’une cité-jardin dans la banlieue de Nuremberg font voler en éclat la représentation commune qui prête à la gestion des villes allemandes un rôle moteur dans le processus de réforme des services urbains. C’est au contraire le conseil municipal, largement composé d’élus libéraux, représentants de la classe propriétaire, qui posa les principaux obstacles à la réalisation projetée par la coopérative de construction créée le 22 septembre 1908 par une poignée de sociaux-démocrates. Le projet avait été lancé par Paul Schlegel – éditorialiste d’un journal régional de gauche, le Fränkische Tagespost – qui avait rendu compte de la construction d’Hellerau dans les colonnes de son quotidien74. Stimulé par cette expérience innovante, il s’était assuré du soutien de la DGG pour créer une société coopérative75 qui, étant donné la crise du logement qui régnait à Nuremberg, attira rapidement de nombreux intéressés76.

  • 77 Sur la mise en place du projet de construction voir : Gartenstadt Nürnberg e.G., 100 Jahre Leben in (...)

38Malgré ces prémices favorables, l’opération fut ralentie par les décisions d’un conseil municipal hostile à une entreprise qui perturbait le libre fonctionnement du marché de la construction. Outre les intérêts des propriétaires de Nuremberg majoritairement représentés au conseil municipal, le clivage des convictions politiques explique ces réticences : la coopérative rassemblait un large éventail de sociaux-démocrates alors que le conseil municipal comptait une large palette de libéraux. Le conseil municipal rejeta d’emblée la proposition du Magistrat, le collectif à la tête du pouvoir exécutif, d’adhérer à la coopérative et de lui allouer un crédit de 20 000 Mark. En refusant également de garantir le crédit alloué par la Landeskulturanstalt – caisse de crédit régionale, il condamnait à l’échec la société coopérative tributaire du soutien financier des puissances publiques. Le Sénat de police locale opposa à la réalisation de la cité-jardin une résistance tout aussi rédhibitoire. Un bras de fer s’engagea notamment sur la hauteur des pièces et les dimensions des marches d’escalier que les architectes avaient considérablement réduites par rapport aux normes en vigueur77. En refusant d’accommoder les règlements de construction, les pouvoirs publics entravaient le développement d’une architecture à bon marché tributaire de la compression des coûts financiers – ce qui supposait un usage parcimonieux des matériaux de construction et une réduction des dimensions architecturales.

  • 78 Sur un collège de 60 membres en 1908, le conseil municipal comptait 10 élus sociaux-démocrates en 1 (...)
  • 79 « Rundschau », in : Gartenstadt, n°4, Avril 1910, p. 45. Pour faciliter la compréhension, nous avon (...)

39La situation se débloqua progressivement au gré de la pression du milieu réformateur, des réformes du droit de vote qui en 1906, puis en 1908 transformèrent la mécanique institutionnelle et de l’action de certains membres du gouvernement qui contrebalança les résistances municipales. La loi de 1908 qui introduisait le système du vote proportionnel dans les communes de plus de 4000 habitants, même si elle n’infléchissait que modérément les restrictions au droit de vote, constituait un ferment de démocratisation qui aida les sociaux-démocrates à pénétrer l’enceinte municipale entre 1908 et 191178. Cette avancée facilita le déblocage de crédits municipaux. Il fallut néanmoins l’intervention du gouvernement pour venir à bout des résistances les plus fortes : la garantie du prêt de 50 000 Mark alloué par la caisse d’assurances et l’allègement des règlements de construction. Ces avantages octroyés par décision gouvernementale résultaient pour grande part de l’engagement personnel de deux ministres du gouvernement, le ministre des Finances national-libéral, von Papp et le ministre de l’Intérieur, Heinrich von Brettreich qui manifesta son appui par un discours en faveur de l’édification de la cité-jardin devant la Chambre – Kammer – de Bavière le 14 et 15 mars 191079.

  • 80 Voir Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 37.
  • 81 Berlepsch-Valendas, Hansen, Die Gartenstadt München-Perlach, München, Verlag E-Reinhardt 1910, p. 3 (...)

40La volonté d’emboîter le pas aux sociaux-démocrates sur le terrain social et d’endiguer leur progression est certainement une des raisons qui expliquent l’appui de la part de deux représentants d’un gouvernement de fonctionnaires, conservateur de surcroît. La résolution de ces entraves administratives fait néanmoins également apparaître l’efficacité du jeu des réseaux de sociabilité et d’échanges qui s’établirent autour du projet des cités-jardins. Le crédit de 50 000 Mark fut alloué à la société de construction sous l’effet d’une pétition adressée au gouvernement en 1911. Cette pétition relayée par la DGG dans les colonnes de son journal reçut l’appui des principales forces de la réforme. Lorsqu’il fallut lutter pour l’allègement des règlements de construction, là encore le jeu du réseau d’expertise supervisé par la DGG joua à plein. L’architecte chargé du plan d’ensemble de la cité de Nuremberg n’était autre que Richard Riemerschmid, l’un des principaux architectes d’Hellerau. Les avis de spécialistes qui appuyaient la pétition adressée au gouvernement bavarois émanaient à plus forte raison des forces impliquées dans la réalisation d’Hellerau. Ainsi les pétitionnaires se référaient à l’expertise d’un architecte de Munich, Theodor Fischer qui avait siègé à la Commission technique d’Hellerau et dont Riemerschmid avait par ailleurs été l’élève80. La pétition se réclamait également du soutien de la cité-jardin d’Hellerau et joignait un rapport des services de la police des constructions de Dresde. La collaboration des services de police et des architectes de la cité d’Hellerau fut certainement propice à cet auspice favorable. L’influence du réseau d’échanges organisé autour du projet des cités-jardins tient également à l’existence d’un pôle réformateur bavarois articulé autour des métropoles Munich et Nuremberg. Le projet de construction d’une cité à Perlach au Sud-Est de Munich, échafaudé en 1909 par l’architecte de la DGG, Hans Eduard von Berlepsch-Valendas, conforta effectivement des relations d’échange et d’entraide entre les deux villes. On a déjà évoqué l’intervention à Nuremberg de l’architecte Theodor Fischer, professeur renommé de l’Université Technique de Munich. Il faut mentionner également l’hygiéniste munichois Max von Gruber, très actif au sein de la DGG, qui fut sollicité comme expert pour attester auprès des services municipaux des deux villes de la salubrité des terrains pressentis pour la construction des cités-jardins respectives81.

Hellerau : la coopération des pouvoirs locaux suscite la naissance d’un nouveau type de réglementation urbaine

  • 82 Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der (...)
  • 83 Sur la création d’Hellerau: Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op (...)
  • 84 Voir DGG, Bauordnung und Bebbauungsplan. Ihre Bedeutung für die Gartenstadtbewegung, « Vorträge geh (...)
  • 85 Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der (...)
  • 86 Deutscher Verein für Wohnungsreform, Neue Aufgaben in der Bauordnungs- und Ansiedlungsfrage. Eine E (...)
  • 87 In Percival Booth, Der Erlass des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sachsen vom 10. (...)
  • 88 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1909, op. cit., p. 77.

41La construction de la cité-jardin d’Hellerau ne connut pas les mêmes difficultés et suscita un modèle original de règlement urbain. Cette conjoncture particulière tient entre autres à l’influence qu’exerça l’entrepreneur Karl Schmidt sur le projet. Aiguillé sur la voie des cités-jardins par les articles publiés par la DGG dans Der Kunstwart, la revue de son ami Ferdinand Avenarius, Karl Schmidt, directeur des Deutsche Werkstätte für Handwerkkunst Dresden und München G.m.b.H, envisagea dès 1904 la construction d’une cité-jardin dans la périphérie de Dresde alors qu’il projetait d’agrandir ses ateliers82. Il ne concevait toutefois pas cette cité-jardin comme une colonie ouvrière puisque loin de n’abriter que les ouvriers de son entreprise, elle s’ouvrait à toutes les catégories sociales. Le succès de ce projet tient sans aucun doute à l’influence de cette personnalité liée à deux grands architectes de l’époque, Hermann Muthesius et Richard Riemerschmid. L’essor économique des Ateliers facilita également l’exécution du projet architectural. À la suite de l’exposition organisée à Dresde en 1906, la demande du public pour les produits manufacturés dans les Ateliers avait renchéri. Devant la situation florissante de l’entreprise de Karl Schmidt, les collectivités locales se montrèrent conciliantes dans les négociations engagées sur le choix du terrain et l’élaboration d’un nouveau règlement d’urbanisme. Le gouvernement avait effectivement tout intérêt à favoriser l’implantation dans la région d’une industrie puissante sur le marché. Outre l’installation d’un tramway, aménagement décisif pour l’implantation d’une cité-jardin sur un terrain situé à 6,5 km de la ville de Dresde, les pouvoirs publics validèrent l’élaboration d’un nouveau règlement d’urbanisme. Après acquittement d’un droit, la cité d’Hellerau qui à l’origine empiétait sur deux juridictions administratives conquit son indépendance et gagna le statut de commune autonome83. Ce nouveau statut juridique fut alors assorti d’un règlement d’urbanisme adapté aux contraintes spécifiques de l’architecture pavillonnaire84. Fidèles à l’idée répandue parmi les réformateurs qu’il fallait ajuster les règlements d’urbanisme à la densité du bâti et aux particularités morphologiques du site, Karl Schmidt et son ami architecte Richard Riemerschmid avaient négocié auprès de la police des constructions le droit de soumettre Hellerau à un règlement taillé sur mesure. Le plan d’aménagement élaboré par Riemerschmid fut validé par les autorités pour une durée de deux ans85. L’attitude conciliante des autorités fut appuyée par le progressisme de la législation d’urbanisme en vigueur dans le royaume de Saxe. Le code d’urbanisme donnait ainsi aux communes la possibilité d’édicter, en dehors du cadre normatif général, des règlements locaux, si besoin s’en fallait86. La nécessité d’alléger le marché de l’habitation dans la région de Dresde fut reconnue comme l’une des conditions énumérées par ce code87. Cette entorse aux pratiques habituelles constituait une innovation importante dans le champ de l’urbanisme. Le droit d’assouplir le cadre réglementaire de la construction octroya une grande marge de manœuvre aux architectes de la cité et les autorisa à modeler les règlements aux contraintes spécifiques à l’architecture de la cité-jardin88.

  • 89 Gartenstadt Hellerau, Ein Bericht über den Zweck, die Organisation, die Ansiedlungsbedingungen, die (...)

42La contribution d’une commission technique de spécialistes89 à l’élaboration de ce règlement et du projet d’ensemble constituait une seconde innovation. Composé entre autres de Theodor Fischer, d’Hermann Muthesius, de Richard Riemerschmid, d’Otto Gussmann (le seul architecte localisé à Dresde), d’Adolf von Hildebrand et de Fritz Schumacher, ce collectif fut créé en réaction aux critiques des spécialistes de l’urbanisme qui incriminaient l’incompétence technique et artistique des fonctionnaires communaux habituellement chargés des travaux d’aménagement. Aux yeux des instigateurs d’Hellerau, la réalisation d’une cité-jardin mettait en jeu des dimensions artistiques, sociales mais aussi hygiéniques impliquant l’intervention d’« experts » (« Sachverständige ») capables de coordonner tous ces aspects tout en prenant soin de la cohérence d’ensemble de l’aménagement.

  • 90 Sur les origines du Werkbund et la formation à Dresde d’un réseau d’artistes et d’architectes, voir (...)

43Les circonstances qui facilitèrent l’éclosion d’Hellerau n’ont donc rien de commun avec la situation observée à Nuremberg. C’est l’attitude conciliante des autorités et un cadre législatif particulièrement flexible qui ont favorisé le déploiement des activités réformatrices. Par ailleurs, la mise en œuvre de ce projet doit beaucoup à la synergie des forces qui opéra à Dresde autour de la figure de Karl Schmidt : la création du Werkbund lors de l’exposition d’art industriel de 1906 est révélatrice de l’important vivier réformateur qui se développa à Dresde quelques années auparavant autour de l’architecte Fritz Schumacher90. Le soutien que les services de la police des constructions de Dresde ont apporté à la société coopérative de Nuremberg permet en outre de mesurer l’incidence de l’action réformatrice sur la gestion urbaine.

Strasbourg : collaboration active de la coopérative des cités-jardins et des autorités municipales

  • 91 Alexander Dominicus, Straßburgs deutsche Bürgermeister Back und Schwander 1873-1918, Frankfurt/Main (...)
  • 92 Sur le parcours des fonctionnaires de l’administration strasbourgeoise et leur rôle dans l’élaborat (...)

44À Strasbourg, le projet de construire une cité-jardin dans les faubourgs de la ville s’intégrait à un programme plus large de modernisation et de spécialisation de l’administration municipale. Le statut de capitale régionale du Reichsland Elsaß-Lothringen auquel la ville de Strasbourg fut promue en 1871 favorisa effectivement l’éclosion d’un dynamisme municipal encouragé par le renouvellement de l’équipe municipale à partir de 1896. La volonté de venir à bout de l’ignorance et des résistances d’une administration largement composée de bénévoles autochtones incita en effet le maire d’origine vieille allemande, Otto Back, à les remplacer au fur et à mesure par de jeunes représentants de la population vieille allemande recrutés en tant que fonctionnaires91. Cette reconfiguration insuffla à plus d’un titre un élan modernisateur à l’activité municipale. Tous âgés d’une trentaine d’années, les nouveaux représentants de l’administration municipale, dotés d’une formation universitaire de juriste ou de sciences économiques, partageaient le même idéal réformateur92.

  • 93 Sur les étapes qui ont préludé à cette mise en place : Alexander Dominicus, Straßburgs deutsche Bür (...)
  • 94 Stadtverwaltung Straßburg, Verwaltungsbericht der Stadt Straßburg für die Zeit vom 1. April 1910 bi (...)
  • 95 Voir notamment Stefan Fisch, « Der Straßburger ‘Große Durchbruch’ (1905-1907). Kontinuität und Brüc (...)
  • 96 Ibid., p. 58.
  • 97 Voir Socolopo, Historique depuis la fondation, p. 32-33.
  • 98 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 58.
  • 99 Ibid., p. 56 et suivantes.
  • 100 Stefan Fisch, « Der Straßburger ‘Große Durchbruch’ (1905-1907) », op. cit., p. 148.
  • 101 Alexander Dominicus, Straßburgs deutsche Bürgermeister Back und Schwander 1873-1918, op. cit., p. 6 (...)

45Bénédicte Zimmermann a analysé comment le processus de profes­sion­nalisation de l’administration strasbourgeoise contribua à l’élaboration d’une politique municipale de régulation du chômage. Une tendance similaire a préludé à l’instauration d’une politique municipale du logement93. C’est la mise en pratique de la loi française de 1850 sur l’insalubrité, jusqu’alors peu appliquée en France, qui presque de manière paradoxale, mit en branle ce dynamisme municipal. La création d’une commission occupée de visiter les logements déclarés insalubres constitua la première incursion de la puissance publique dans le domaine privé. Cette évolution se radicalisa par la suite : une inspection du logement fut mise en œuvre qui employait un « technicien » chargé de visiter de manière systématique tous les logements de la ville pour établir une carte de l’insalubrité. Ce service fut complété par un département qui publiait la liste des logements inoccupés. En 1905, ces services furent réunis au sein d’une structure de l’administration municipale, l’Office du logement – Wohnungsamt – dont la tâche, mettre en œuvre une politique municipale du logement, révélait la spécialisation et la profes­sion­nalisation de l’administration strasbourgeoise94. Partant, le fonctionnement de cet office répondait à la lettre à l’idéal réformateur. Placée sous la tutelle du juriste vieil-allemand Alexander Dominicus, cette administration du logement appuyait sa politique et son action sur une connaissance précise de la réalité sociale strasbourgeoise – cartographie et statistiques de l’insalubrité, travail d’enquêtes et visites de terrain du personnel municipal95. Ce travail préparatoire inspira la politique de grands travaux inaugurée par la ville de Strasbourg en 1907 et financée pour partie par la souscription d’un impôt direct96. Le tracé d’une grande percée au cœur de la ville fut assorti d’un projet de construction destiné à reloger la population délocalisée. Si la ville ne dirigea pas elle-même les opérations de construction de la cité-jardin projetée en 1909 au Stockfeld, au Sud-Est de Strasbourg, la présence affirmée des représentants de l’administration au conseil de surveillance et au comité directeur de la Société coopérative chargée de sa réalisation témoigne de l’influence municipale97. Celle-ci se manifesta par l’octroi de facilités financières – prêts financiers, garantie de prêt98 – mais aussi par la cession du terrain à des conditions avantageuses et la prise en charge des opérations de raccordement99. La présence de Dominicus à la tête du jury du concours chargé de primer le projet d’architecture achève de démontrer l’ascendant de la municipalité sur ce projet de construction100. Les effets de ce projet pilote ne se mesurent pas seulement à l’engagement poussé des édiles strasbourgeois dans la construction de logements, mais également à l’instauration de nouveaux instruments de planification urbaine. Ainsi, l’expérience du Stockeld inspira en 1910 l’élaboration d’un code d’urbanisme valable pour la ville de Strasbourg. Ce code, qui édictait le principe d’étagement des zones de construction (Staffelbauordnung), c’est-à-dire adaptait le cadre réglementaire aux différents secteurs urbains et à leurs contraintes respectives, comptait en effet parmi les plus modernes d’Allemagne101.

La cité-jardin de Leipzig-Marienbrunn : l’impact d’une célébration nationale sur la réforme de la gestion locale

  • 102 Sur la réalisation de la cité-jardin de Marienbrunn: Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. ci (...)
  • 103 Voir Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1913, op. cit., p. 66-67.

46La réalisation de la cité-jardin de Marienbrunn102 mettait en jeu de nombreux partenaires : les responsables de la Société coopérative de construction, les représentants de la DGG, le pouvoir municipal, les services d’architecture de la ville et les organisateurs de l’Exposition internationale de la construction (Internationale Baufachausstellung) prévue à Leipzig en 1913. Les résistances du pouvoir municipal, sans pouvoir être complètement vaincues, furent contre­balancées par le soutien indéfectible de l’architecte de la ville, Hans Strobel, acquis très tôt au projet des cités-jardins. L’inauguration de ce projet d’habitation dans le cadre de l’Exposition internationale de la construction (IBA) à Leipzig gagea également de sa réussite. La réalisation de la cité-jardin de Leipzig se déroula selon le schéma qui singularise le processus de construction des cités-jardins en Allemagne : la propagande de la DGG déboucha en 1910 sur la création d’un Ortsgruppe de la DGG. La tenue à l’été 1911 du Congrès national de l’habitation à Leipzig favorisa sans doute le bon déroulement du projet : ce congrès placé sous la présidence de l’ancien secrétaire d’État à l’Intérieur, le comte Posadowsky, contribua à populariser les idées de la réforme du logement à Leipzig, et en particulier le projet des cités-jardins puisqu’il organisa également une visite de la cité-jardin d’Hellerau. Mais c’est l’exposition de l’IBA prévue en 1913 qui le mit véritablement en train. La décision de présenter au public la cité de Marienbrunn dans le cadre d’une manifestation internationale consacrée au logement populaire et à la construction pavillonnaire conforta non seulement l’opération d’un important soutien financier, elle influa également sur l’attitude de la municipalité. La cité constituait en effet une véritable attraction au sein de ce programme d’exposition : comme elle était aménagée en retrait du site de l’exposition, à proximité du fameux monument national de la Bataille des Nations – Völkerschlachtdenkmal, un petit train conduisait les visiteurs de l’IBA dans la cité. L’édification de la cité dans le cadre d’une manifestation qui permettait à la municipalité de pavoiser aux yeux du monde revêtait de surcroît une dimension patriotique. Alors qu’on fêtait le centenaire de la libération des territoires allemands, la construction projetée dans le périmètre du Völker­schlachtdenkmal avait valeur programmatique : Leipzig, lieu d’exposition des exploits techniques réalisés sur le sol allemand, s’affirmait aussi comme vitrine de l’identité nationale. On saisit alors l’enjeu de cette réalisation pour la municipalité désireuse d’affirmer le profil d’une ville entreprenante et progressiste. C’est certainement la raison qui l’incita à développer une politique du logement en signant avec la coopérative de construction un contrat de superficie héréditaire – Erbbauvertrag. Ce contrat perçu et affiché dans les publications de l’époque comme une expérience pilote inaugurait des pratiques jusqu’alors peu développées103. Outre qu’il réglait les modalités d’acquisition, par la Société de construction, de terrains municipaux, il gageait de la validité financière de l’opération puisque ses promoteurs pouvaient alors prétendre aux crédits attachés au régime juridique d’occupation des sols défini par l’Erbbaurecht.

47Pourtant, la signature du contrat le 31 décembre 1912, plus d’un an après sa rédaction, fut laborieuse, concluant une succession de litiges dus principalement à la position rétive du conseil municipal. En effet, celui-ci s’opposait au soutien municipal au nom de l’orthodoxie libérale : il ne fallait pas « intervenir dans le cours naturel des choses » et par des actions imposées de l’extérieur forcer des évolutions qui « n’auraient pas trouvé la force de s’imposer par elles-mêmes ». En outre, la construction d’une cité d’habitation prévue pour les classes moyennes consacrait le soutien de la municipalité à une couche particulière de la population au détriment d’autres catégories. Le contrat fut alors assorti d’une série d’obligations, notamment l’institution d’un taux d’amortisation élevé, qui entravaient une entreprise non lucrative. Ces réserves marquaient surtout la position peu conciliante de la municipalité que l’acharnement d’Hans Strobel, l’inspecteur des services municipaux d’architecture, parvint à infléchir sur quelques points. Cet architecte en charge du plan de la cité qui siégeait également dans la commission d’architecture de la cité, était effectivement familier du projet des cités-jardins : il avait déjà participé à la visite des cités anglaises organisé par la DGG à l’été 1909, alors qu’il était en poste dans les services d’architecture de la ville de Brême, une ville où la DGG comptait de nombreux soutiens. Son engagement se mesure notamment à l’élaboration d’un code d’urbanisme ajusté aux spécificités du bâti pavillonnaire et valable dans le périmètre de la cité de Marienbrunn pour une durée de deux ans. Cette réglementation stimula la politique urbaine locale puisque le code d’urbanisme valable dans la ville de Leipzig finit par intégrer des dispositions règlementaires propres au bâti pavillonnaire.

48L’exemple de Leipzig montre à quel point le succès de l’entreprise réformatrice était tributaire d’un rapport de force qui impliquait plusieurs partenaires : pouvoir municipal, promoteurs financiers et forces réformatrices. Les négociations qui équilibrent ce rapport de force révèlent la signification de l’argument financier : si la signature de l’Erbbauvertrag garantit l’application à Marienbrunn d’un régime foncier propagé par l’idéal réformateur, elle conditionna également la viabilité financière d’une entreprise économique. On devine à quel point ces enjeux financiers ont pu influer également sur le choix des partenaires du projet. Les puissances municipales monnayèrent effectivement les facilités qu’elles accordaient par le prestige que l’exposition de l’IBA, organisée sur fond de célébration patriotique, leur apportait. Le rôle central joué par l’inspecteur des services d’architecture, Hans Strobel, dans ce processus de négociation confirme enfin à quel point l’interpénétration des scènes du pouvoir municipal et de la réforme fut déterminante dans la mise en route des projets de construction.

Mannheim : intrication des scènes de la réforme et des sphères du pouvoir municipal

  • 104 Dieter Schott, « 1891-1908: Die Stadt unter Strom », in : Michael Caroli, Ulrich Nieß (dir.), Gesch (...)
  • 105 Sur les activités de Moericke : Otto Moericke, Erinnerungen, Sigmaringen, Thorbecke, 1985, p. 44-48

49La présence d’Otto Beck à la tête du Magistrat de Mannheim de 1891 à 1908 révèle les circonstances favorables à l’éclosion du projet des cités-jardins dans cette ville : la synergie des forces réformatrices et du pouvoir municipal. Le nom de ce dernier reste effectivement attaché à l’essor de l’administration municipale (recrudescence du personnel employé), corrélatif de la modernisation des services municipaux (développement des infrastructures sanitaires et de transport, mise en œuvre d’un programme de réforme de l’enseignement, promotion du secteur des affaires sociales au sein de l’administration)104. C’est dans le cadre de ce développement des structures administratives qu’il recruta en 1907 le jeune juriste Otto Moericke à la tête d’un département qui embrassait les affaires sociales, les affaires culturelles et la question du logement105. Otto Moericke à qui revient la paternité du projet de la cité-jardin formé au tournant de l’année 1909 apparaît lui aussi comme une figure tangente, dont les activités résultaient de la conjonction de différentes formes d’action sur la sphère publique. Moericke débuta en effet sa carrière en endossant la fonction de conciliateur dans le cadre des tribunaux de commerce chargés de régler les conflits du travail. En mettant ses compétences de juriste au service de la paix sociale, il pénétra le monde social dans toute son épaisseur, nouant des contacts avec un milieu hybride composé de représentants d’organisations professionnelles, mais aussi de l’élite ouvrière et des milieux industriels de la région –  compétence sociale qu’il sut habilement exploiter lorsque fut créée la société coopérative pour édifier la cité-jardin. Le maire Otto Beck lui confia un rôle d’expert dans le cadre d’un projet réformateur : auteur d’un rapport d’évaluation sur la création de services d’assistance juridique aux plus démunis, il fut ensuite nommé à la tête d’une structure similaire créée par le conseil municipal. Au service du maire Beck, il occupa une position stratégique à la croisée de l’organisation administrative et des structures du pouvoir municipal : s’il avait à charge la rédaction de textes statutaires réglementant le travail municipal et défendait les intérêts municipaux devant les tribunaux ou face aux intérêts concurrents, il concevait également l’argumentaire des décisions du Magistrat à l’endroit du conseil municipal. La fonction administrative qu’il exerçait lui ouvrait l’accès aux sphères du pouvoir et cette compétence rhétorique lui octroyait une influence déterminante sur les décisions politiques et administratives : fort de cette fonction médiane, il gagna facilement le soutien municipal au projet de construction d’une cité-jardin.

  • 106 Zeitschrift für Wohnungswesen, n°7, 1913, p. 120.
  • 107 Pour plus de précisions sur la formation du mouvement, on se reportera à « Eingabe an die 2. Kammer (...)
  • 108 Otto Moericke, Erinnerungen, op. cit., p. 50.

50Le soutien de la DGG fut, à Mannheim aussi, un facteur de succès. Otto Moericke se mit en contact avec Hans Kampffmeyer, lui-même engagé dans la construction d’une cité-jardin située dans la métropole voisine de Karlsruhe. Tout comme dans le royaume de Bavière, ces deux expériences mettent au jour l’existence d’un facteur de proximité géographique qui renforça la consistance du projet réformateur. Des échanges, sous forme de conférences, de visites ou de liens personnels, mettaient en lien les acteurs des cités-jardins de Karlsruhe, Mannheim et Strasbourg106. Les liens de solidarité créés autour des projets de construction furent notamment mobilisés dans l’action collective menée par Hans Kampffmeyer pour solliciter l’engagement du gouvernement badois dans la politique du logement : il revendiquait avant tout l’octroi de facilités de crédit aux sociétés coopératives, l’allègement des codes d’urbanisme et l’allocation de terrains de construction107. Après l’échec de cette première démarche, Hans Kampffmeyer tenta de poursuivre cette action par d’autres moyens : l’expérience de Mannheim fut également utilisée comme tremplin pour solliciter l’engagement de l’État. Alors que la cité-jardin accueillit la visite en grande pompe du Prince Maximilien de Bade et de certains de ses ministres au printemps 1914, Kampffmeyer enjoignit Moericke d’évoquer à cette occasion la nécessité de créer un fonds de financement de la construction à bon marché108. Cette démarche ne récolta pas plus de succès.

  • 109 Ibid., p. 49 et p. 51.
  • 110 Ibid., p. 54.

51La réalisation de la cité-jardin de Mannheim109 met en évidence la densité des échanges qui liaient les réformateurs mobilisés autour du projet des cités-jardins. Ces échanges prenaient la forme de visites sur le terrain : la cité de Mannheim a ainsi attiré une foule bigarrée réunissant architectes, fonctionnaires de l’administration municipale, mais aussi de l’administration prussienne, réformateurs sociaux originaires d’Allemagne et de l’étranger (entre autres de France, d’Angleterre, de Hongrie et même du Canada), et enfin les représentants du gouvernement badois ! Mais ces échanges furent également suscités par les institutions de la réforme, entre autres la Zentralstelle für Volkswohlfahrt et la Gesellschaft für volks­wirtschaf­tliche Ausbildung de Francfort/Mein, et des associations professionnelles qui sollicitèrent Moericke pour présenter l’expérience de Mannheim à un public élargi et par-delà son périmètre d’action habituel. Ces échanges ne se cantonnèrent toutefois pas au milieu réformateur. La trajectoire personnelle de Moericke au sein de la municipalité de Mannheim signale l’influence des activités réformatrices sur l’évolution de la politique municipale110. En effet, alors que jusqu’en 1914, Moericke avait surtout appliqué ses qualités de juriste à la rédaction de documents écrits, une réforme de l’organisation municipale le contraignit à participer de manière active aux réunions du conseil municipal pour y défendre ses argumentaires. L’introduction de ce nouveau rituel sollicitait les qualités d’orateur que Moericke avait pu développer au cours de son engagement réformateur. Elle s’inscrivait par ailleurs dans un mouvement de politisation de la vie municipale. On devine à travers cet exemple quel a pu être l’impact, au-delà du milieu réformateur stricto sensu, de cet espace de communication établi sur le réseau des sociabilités réformatrices.

52L’expérience de Strasbourg et le cas de Nuremberg décrivent deux pôles opposés entre lesquels se sont déployées des formes très contrastées de gestion locale. Alors qu’à Strasbourg, sous l’effet d’une équipe municipale dynamique et acquise au projet réformateur, l’édification de la cité-jardin du Stockfeld constitue l’un des volets d’une politique publique qui englobe aussi bien la réalisation d’un nouveau cadre réglementaire de l’urbanisme que le réaménagement du centre-ville, le conseil municipal de Nuremberg afficha une hostilité affirmée au projet réformateur. Entre ces deux cas extrêmes, le projet des cités-jardins a suscité l’essor de la politique urbaine sous de multiples aspects. Si dans la plupart des cas, l’expérience des cités-jardins s’est soldée par la réforme sur le terrain de nouveaux cadres réglementaires mieux adaptés aux contraintes du bâti pavillonnaire et à la construction périphérique, elle a pu parfois déclencher la réalisation de politiques pionnières dans le domaine foncier : la conclusion d’un contrat de superficie héréditaire – Erbbauvertrag – surprend moins à Mannheim, une ville par ailleurs très impliquée dans une politique de services publics qu’à Leipzig où fut appliqué, malgré la position libérale de la municipalité, un régime original de régulation des loyers, inspiré du système de l’Erbbauvertrag. Cette étude de cas fait ensuite apparaître les ressorts de l’intervention municipale. À Hellerau, ce furent en effet des enjeux économiques qui stimulèrent le soutien des collectivités publiques au projet de la cité-jardin. À Leipzig, ce furent des enjeux politiques – le prestige d’une exposition internationale et d’une célébration nationale – qui contraignirent une municipalité d’abord hésitante sur le terrain de réalisations pionnières – mise en œuvre d’un Erbbauvertrag, allègement du code d’urbanisme. L’analyse a également révélé l’impact d’autres niveaux d’intervention sur l’essor des politiques urbaines. Ainsi, à Nuremberg, c’est de manière paradoxale l’intervention du gouvernement, entorse au principe de la Selbstverwaltung, qui provoqua le soutien municipal. Néanmoins, l’influence de l’expérience réformatrice s’est dans la plupart restreinte au périmètre municipal. À Leipzig, l’attitude conciliante de la municipalité face aux innovations réglementaires expérimentées dans la cité tint principalement à la souplesse et au progressisme du cadre réglementaire en vigueur dans le périmètre de Saxe.

53Quelque soit la multiplicité des configurations dans lesquelles s’est inscrite l’action réformatrice, les cas étudiés ont mis en valeur quels en étaient les ressorts. Ils ont décrit sous un angle différent l’efficacité de cet espace d’échanges tissé à partir des expériences locales. Si dans le premier chapitre, on a vu comment la DGG a ciblé son action de propagande vers la réalisation d’un réseau de sociabilité véhiculant informations, connaissances et savoir-faire, l’analyse a montré comment les projets de construction, autour desquels se sont articulés de véritables pôles réformateurs – Munich-Nuremberg, Strasbourg-Mannheim-Karlsruhe – ont relayé cette action. Carrefours où se croisèrent réformateurs et représentants de la société locale, mettant en lien des acteurs venus d’horizons géographiques très variés, issus de métiers divers ou actifs dans différents organes du pouvoir, ces projets ont constitué un véritable brassage de population et d’expériences. Néanmoins, ce sont également les limites de cette action que l’étude a révélées : ainsi à Mannheim et à Karlsruhe, les réformes, circonscrites au périmètre local, n’ont pas abouti à la mise en œuvre d’une politique publique du logement par le gouvernement badois, comme le souhaitaient pourtant les réformateurs.

2. La cité-jardin : un instrument au service de la réforme de la gestion urbaine.

La position différente des municipalités dans la politique urbaine en France et en Allemagne

  • 111 Voir Compte rendu et documents du Congrès international des habitations à bon marché tenu à Paris l (...)

54Alors qu’en Allemagne, les réformes impulsées par le mouvement des cités-jardins découlèrent des expériences de construction, circonscrites aux situations locales, adaptées à la diversité des configurations, il en alla tout autrement en France où l’articulation entre les échelles de compétences, locales ou nationales, se posait en des termes bien différents. Lors des congrès internationaux de l’habitation, les spécialistes du logement des deux pays émettaient, il est vrai, des avis discordants sur le rôle des pouvoirs publics dans la promotion de l’habitat. Ainsi lors du Congrès international des habitations à bon marché qui se tint à Paris en 1900, le théoricien allemand de l’urbanisme, Josef Stübben, saluait l’activisme des municipalités allemandes dans la promotion du logement : il donnait en exemple la ville de Düsseldorf, la première à se lancer dans la construction de logements populaires, mais aussi l’engagement financier des communes rhénanes dans la construction111. Cette position ne concordait guère avec l’opinion libérale répandue parmi les réformateurs français dont la résolution votée lors du Congrès de Paris en 1889 semblait résumer la teneur :

  • 112 Ibid., p. 127.

L’intervention directe de l’État ou de l’autorité locale sur le marché, venant faire concurrence à l’industrie privée ou tarifer les loyers, doit être écartée ; elle ne peut être admise que s’il s’agit de moyens de communication, de police sanitaire, et de péréquation fiscale112.

  • 113 C’est notamment le point de vue défendu par Eugène Rostand contre les thèses étatistes, in : ibid., (...)
  • 114 Ibid., p. 143.
  • 115 Actes du 7e Congrès international des habitations à bon marché. 7-10 Août 1905, « Compte-rendu des (...)
  • 116 Henri Rousselle, Frédérich Brunet, Émile Desvaux et Dherbécourt, Rapport au nom de la Commission de (...)
  • 117 Sur Frédéric Brunet : notice p. 113 in : Arlette Schweitz (dir.), Les parlementaires de la Seine so (...)
  • 118 Actes du 7e Congrès international des habitations à bon marché. 7-10 Août 1905, « Compte-rendu des (...)

55S’opposant aux doctrines des « Étatisants », ils récusaient l’inter­ven­tionnisme en matière de logement au nom de l’intimité du foyer domestique et d’une conception de l’intervention axée sur le maintien de l’ordre public113. L’intervention municipale, « plus étroitement dépendante qu’aucune autre de l’élection114 » et partant soumise à l’influence des partis, était notamment la cible de leur critique. Ces conceptions de l’interventionnisme s’infléchirent néanmoins au cours des années suivantes. Ainsi, lors de la discussion sur l’intervention des pouvoirs publics et ses modalités dans le cadre du Congrès international des habitations à bon marché de 1905115, Jules Siegfried admit que la « seule initiative individuelle en matière d’habitations à bon marché » n’était pas « suffisante ». L’intervention municipale dans la construction continuait cependant de se heurter à des oppositions. Au cours de ce congrès, Siegfried déplorait par exemple que l’administration fût exclusivement composée de fonctionnaires et craignait que l’intervention municipale ne soit déjouée par des compromissions ou des intrigues politiques. Le radicalisme de ces positions s’effrita encore davantage au cours des années suivantes. Autour de 1910, la capitale fut soumise aux effets d’une urbanisation soudain accélérée. Les conséquences de cette croissance subite, interprétées comme les symptômes d’une situation de crise, sensibilisèrent les réformateurs à la nécessité d’une meilleure gestion urbaine, notamment d’une réorganisation des relations entre la capitale et sa banlieue. Ce diagnostique de crise suscita alors des prises de position au sein du milieu réformateur en faveur d’un renforcement des pouvoirs municipaux dans la construction de logements. Tel est le sens du rapport que des élus parisiens rédigèrent en 1912 sur la « crise du logement » parisienne pour le compte de la Commission des HBM du Conseil municipal de Paris116. Il est vrai que le progressisme du plaidoyer en faveur d’une intervention municipale sur le marché du logement répondait aux convictions politiques de leurs auteurs : Henri Rousselle et Émile Desvaux représentaient le parti radical-socialiste, alors que l’artisan menuisier Frédéric Brunet soutenait à titre de conseiller municipal, à l’instar de nombreux socialistes, le système des régies coopératives. Amédée Dherbécourt, ouvrier sellier de métier, était quant à lui un élu socialiste du XVIIIe arrondissement117. Ce mouvement général infléchit même les convictions de certains tenants du non-interventionnisme. Augustin Rey, architecte affilié au Musée Social qui se réclamait d’une solide expérience dans l’architecture des habitations à bon marché, plaidait lui aussi, lors du Congrès de Roubaix de 1911, pour une extension des prérogatives municipales dans les domaines de l’hygiène et de la construction. Cette ouverture s’accommodait néanmoins d’une attitude plus conservatrice que les élus de la mouvance socialiste puisqu’il refusait toujours aux municipalités le droit de construire et de gérer elle-même118.

Le regard des réformateurs français sur la gestion municipale en Allemagne : reflet des contradictions internes au débat français sur l’intervention municipale ?

  • 119 Compte-rendu et documents du Congrès international des HBM, Paris, 1900, p. 262-293. Citations, p.  (...)
  • 120 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 333-34.
  • 121 Sur les études de cas traités par Risler: Ibid., p. 329-331.
  • 122 In : Georges Hottenger et Georges Risler, « Les plans d’extension et d’aménagement des villes », Bu (...)
  • 123 Bernard Kalaora, « Georges Hottenger et la question urbaine : L’approche leplaysienne de la ville » (...)

56Le débat français sur l’intervention municipale révèle, malgré un réel assouplissement des parti-pris, des discordances qui continuaient d’entacher la question de l’initiative municipale dans la politique urbaine, notamment dans la construction de logements. La référence aux expériences étrangères, en particulier celles qui furent menées en Allemagne, était constitutive des réflexions et appuyait les différentes prises de position. Observé sous cet aspect, le regard porté par les réformateurs français sur l’action des villes allemandes semble surtout un bon indicateur de l’évolution du débat français. Ainsi, les expériences allemandes, si elles étaient prises en exemple, furent tour à tour consacrées comme références ou au contraire rejetées comme contre-modèles. En 1900, lors du Congrès international des habitations à bon marché de Paris119, l’élaboration par les municipalités d’une politique du logement constituait le principal point d’achoppement entre les participants allemands et français : si l’avocat Eugène Rostand, par ailleurs spécialiste d’économie et président du conseil d’administration de la Caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône, rejetait radicalement l’intervention directe de l’administration municipale, « plus dépendante qu’aucune autre de l’élection », l’entrepreneur Max Brandts, très engagé dans la réforme du logement ouvrier et directeur de la caisse d’assurance invalidité, lui opposait l’argument que « toutes nos villes sont très satisfaites de la gestion, par les municipalités, des services dont celles-ci ont pris la charge ». En 1912, alors que le débat réformateur revendiquait un engagement plus grand des municipalités françaises dans l’aménagement de leur territoire, Risler dressait de la politique urbaine menée en Allemagne un tableau très enthousiaste. Bref, il considérait les expériences menées dans ces villes comme des « modèles typiques » de dynamisme municipal, notamment par comparaison avec d’autres pays120. La ville d’Ulm, dont on sait qu’elle s’était activement engagée dans la construction de logements, offrait à cet égard l’« un des exemples d’interventionnisme municipal les plus complets et les plus curieux ». À Wiesbaden, « les résultats étaient prodigieux121 ». Ce dynamisme municipal caractérisé par le progressisme des règlements d’urbanisme se manifestait de surcroît à travers la prestation de nombreux services collectifs, assimilée à un trait caractéristique de « l’esprit allemand ». La même année, il continuait d’admirer le niveau « d’éducation de l’esprit public en matière municipale » du côté allemand et déplorait au contraire le retard français dans un article122 écrit en collaboration avec un autre membre de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social, Georges Hottenger, réformateur leplaysien inséré dans les milieux industriels nancéens123. La question de l’intervention et de ses formes, et notamment la vitalité de la vie municipale, était donc perçue comme l’avatar d’une mentalité, l’évanescence d’un « esprit » national. Cette position explique entre autres le tableau peu nuancé qu’il dressait du dynamisme municipal en Allemagne érigé en « modèle » national : il ignorait la diversité des configurations locales et n’explorait pas les conditions qui pouvaient impulser ou au contraire freiner l’action municipale, qu’il s’agisse du jeu des forces politiques et sociales ou de l’interaction de différentes échelles d’intervention dans la mise en œuvre de la planification. Risler ne mettait pas en perspective l’action des villes avec d’autres formes d’intervention : la municipalité allemande était mise en scène comme l’acteur principal de la politique urbaine, et surtout le moteur de l’urbanisme. Ce regard reflétait moins le fonctionnement municipal en Allemagne que l’enjeu revêtu par la question de l’interventionnisme municipal au même moment en France, alors que la question du plan d’aménagement et d’extension était au centre des débats de la réforme urbaine.

3. Cité-jardin et articulation des différentes échelles d’intervention

La loi Bonnevay : la cité-jardin intégrée au débat français sur l’extension des compétences municipales

57La cité-jardin, par de nombreux aspects, servit de caisse de résonance au débat sur la gestion municipale, ses limites et ses modalités. Elle fut effectivement envisagée comme l’instrument d’une réforme de la gestion municipale. Ainsi, dans la conférence de Georges Risler de 1909, la cité-jardin, limitée dans sa taille, posait le cadre idéal de l’exercice de la citoyenneté politique :

  • 124 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 397.

Ne semble-t-il pas que, par ce temps de suffrage universel, la gestion de ces petites communes à laquelle chaque habitant est intéressé, est une excellente école pratique où chacun apprend à bien remplir ses devoirs et à mieux exercer ses droits de citoyen ?124

  • 125 Susanna Magri a mentionné cette évolution dans la mise en œuvre de nouveaux modes de gestion de l’h (...)
  • 126 À propos du parcours réformateur d’Hottenger : Renaud Payre, Une science communale ? Réseaux réform (...)

58Georges Risler envisageait la cité-jardin comme un laboratoire où seraient expérimentées de nouvelles formes de participation125, et partant une forme renouvelée de vie locale. Aux yeux des réformateurs, et notamment de Maurice Dufourmantelle, la cité-jardin permettait en outre de développer la prestation de services publics admirée dans les villes allemandes. La cité-jardin pouvait alors être envisagée par ces réformateurs, rétifs à une extension illimitée des prérogatives municipales, comme une « voie de compromis » : elle permettait d’ajuster le modèle allemand aux réserves qui, en France, entachaient la question de l’interventionnisme municipal, c’est-à-dire de procéder à une réforme de la gestion locale, tout en restreignant la marge de manœuvre des municipalités. L’assimilation de l’organisation de la cité-jardin au fonctionnement de l’entreprise s’inscrit dans cette logique. Cette conception, compatible avec la logique libérale, abordait la question de la gestion urbaine et sa réforme, d’un point de vue technique, tout en ignorant les aspects politiques qui concernaient l’extension des prérogatives municipales – dans la construction par exemple. Elle rejoignait effectivement les représentations de l’action municipale développées par d’autres réformateurs libéraux du Musée social, à l’instar de Georges Hottenger. Ce professeur de droit de l’Université de Nancy, proche des milieux industriels lorrains, réformateur leplaysien, développa en effet une conception de la gestion urbaine calquée sur le fonctionnement de l’entreprise. Le « développement d’un industrialisme municipal » lui paraissait garantir l’autonomie municipale tout en posant un garde-fou au danger de politisation de la gestion urbaine126.

  • 127 Sur la loi Bonnevay et le modèles des instituts italiens : Henri Rousselle, Frédéric Brunet, Émile (...)

59C’est la loi Bonnevay, instituant le 23 décembre 1912 la création des Offices publics d’habitation à bon marché, qui éclusa ces idées de réforme vers une voie de compromis. Evoquée pour la première fois dans un texte législatif, la construction de cités-jardins figurait parmi les attributions des Offices. Ainsi, grâce aux moyens concrets délivrés par la loi Bonnevay, la cité-jardin quittait le terrain des spéculations et suscitait des projets concrets d’aménagement. Cette loi marquait une césure importante puisque, par le truchement des Offices, elle offrait aux municipalités la possibilité de s’engager dans la construction de logements économiques alors que dans les cercles réformateurs, le climat était jusqu’alors globalement peu favorable à l’idée. La loi Bonnevay tranchait donc le débat ouvert depuis le tournant du siècle sur les autorités compétentes dans la politique urbaine, et en particulier sur la légitimité de l’intervention municipale en matière de construction de logements. La loi Bonnevay offrait en effet aux communes une plus grande latitude dans la gestion de leur parc immobilier puisqu’elle les autorisait à construire des logements adaptés aux familles nombreuses de trois enfants ou plus. Les Offices ouvraient quant à eux le champ d’une intervention publique accrue en matière de logements sociaux tout en évitant l’ingérence directe des municipalités. Ils étaient en effet copiés sur les instituts autonomes italiens, sorte de société-paravent « à caractère nettement démocratique et philanthropique127 ». Ces instituts constituaient des organismes de gestion mixte, leur conseil d’administration étant recruté au sein du conseil municipal et nommé par lui tout en ayant des actionnaires, porteurs de parts qu’ils rémunéraient. Ce que la loi retenait du système des instituts, c’était leur caractère « paravent ». De manière significative, elle éludait le principe de mixité, les Offices étant définis comme des « établissements publics autonomes, indépendants, administrés comme le sont (…) nos hospices et nos bureaux de bienfaisance ». Cette autonomie offrait bien sûr un garde-fou à l’ingérence municipale dont les réformateurs craignaient les déviances, notamment politiques. Définis comme un service public, les Offices ne rémunéraient ni société ni actionnaires et étaient administrés gratuitement, poursuivant ainsi l’idéal des associations de la réforme.

Henri Sellier et son implication dans la réalisation de la réforme proposée par la loi Bonnevay

  • 128 Sur cette « figure emblématique du municipalisme suburbain » : Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger, (...)
  • 129 In : Roger-Henri Guerrand, Christine Moissinac, Henri Sellier, urbaniste et réformateur social, Par (...)
  • 130 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., Chapitre III : « L’Action du département de la Seine (...)
  • 131 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)

60C’est Henri Sellier128 qui exploita la marge de manœuvre accordée par cette conception renouvelée du service public. Ce socialiste d’obédience vaillantiste débuta une carrière d’élu local du canton de Puteaux en remplaçant Lucien Voilin au titre de conseiller général de la Seine en 1910. « Porte-parole des "communes suburbaines"129 », Sellier avait une conscience aiguë de la crise du logement qui touchait les communes de banlieue et de leur difficulté matérielle à la résoudre. Sa première initiative consista à saisir le Conseil général d’une proposition imprimée le 9 juillet 1913, quelques mois après la promulgation de la loi Bonnevay. Il souhaitait d’une part réclamer la « constitution d’une commission des habitations ouvrières et du plan d’extension » et d’autre part la « création d’un Office départemental d’habitation à bon marché130 ». Alors qu’il ne faisait pas encore explicitement référence aux cités-jardins, Sellier, à l’occasion d’un rapport ultérieur adressé au Conseil général sur la « réorganisation administrative du département de la Seine », préconisait l’organisation de Paris et de sa couronne « sous la forme de création de cités-jardins131 ». La cité-jardin était donc envisagée comme un instrument d’aménagement. Lors de la séance du Conseil général de la Seine du 1er juillet 1914, la question des cités-jardins fut abordée de manière plus concrète puisqu’il était question d’un voyage effectué par les membres du conseil général et du conseil municipal pour visiter les cités-jardins réalisées à l’étranger, notamment en Angleterre.

  • 132 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1024.

61La création de l’Office du département de la Seine réclamée par Sellier fut déclarée par décret le 18 juillet 1915. Sans s’attarder ici sur les tenants et les aboutissants de ce décret qui constitueront l’objet de la troisième partie de cet ouvrage, il convient tout de même de mentionner que cette création, qui s’inscrivait dans le cadre de la loi Bonnevay, créditait la cité-jardin d’une importance inédite puisque la construction de ces ensembles figurait au premier rang des attributions de l’Office du département de la Seine132. Mais à travers la mise en place de l’Office départemental, la cité-jardin apparaissait surtout comme un instrument d’aménagement. L’institution de l’Office, dont la tâche principale visait la réorganisation du département de la Seine « sous la forme de création des cités-jardins », ne redéfinissait donc pas seulement les conditions de l’intervention publique dans la politique du logement, mais plus largement dans la planification urbaine.

La cité-jardin dans le débat sur les échelles d’intervention en France et en Allemagne : essai de bilan

62À travers le débat qu’elle suscita sur l’articulation entre les échelles d’intervention, la cité-jardin contribua à la réforme de la politique urbaine en France comme en Allemagne. En France, la cité-jardin permit en effet aux réformateurs du Musée social de penser l’extension des compétences publiques dans la politique urbaine sans s’aliéner aux modèles collectivistes ou muni­cipalistes. Le système de la cité-jardin, aux yeux des réformateurs, présentait une voie de compromis. Il prenait acte de l’extension du domaine public que réclamait la satisfaction de besoins collectifs accrus. Ainsi, les cités-jardins donnaient à ces auteurs l’occasion de réfléchir aux moyens de procéder à des réserves foncières municipales, de frapper de servitudes esthétiques et hygiéniques des terrains tout en continuant de rejeter de nombreux aspects de l’interven­tionnisme municipal, notamment dans la construction. La loi Bonnevay qui posait le cadre légal de la réalisation des cités-jardins en France permit d’introduire un système « mixte » : une nouvelle forme de service public était en train d’émerger qui s’affranchissait néanmoins de l’interventionnisme municipal. Cette réforme agit principalement sous l’influence des mécanismes centralisateurs dans le cadre d’une loi : la loi Bonnevay transformait les cadres de la politique urbaine, proposant un type inédit d’interventionnisme dans la politique du logement.

63En Allemagne, où la répartition des compétences entre les villes et l’État se négociait différemment, la cité-jardin intervint d’une autre manière dans le débat sur les échelles d’intervention. C’est « sur le terrain », grâce à la collaboration, parfois contrainte, entre forces réformatrices, représentants municipaux, voire gouvernementaux, que la cité-jardin exerça une action sur la politique du logement, provoquant la révision des normes d’urbanisme ou de nouvelles formes d’engagement des pouvoirs publics dans la construction. C’est surtout à l’échelon local, à la faveur de la percée des forces réformatrices dans les sphères du pouvoir municipal, que se développèrent de nouvelles formes d’interventionnisme. Alors qu’en France, la loi Bonnevay servit à tempérer la portée de l’interventionnisme municipal dans la politique du logement, la latitude des villes allemandes a pesé d’un poids important sur l’édification des cités-jardins et plus largement sur la réforme de la gestion urbaine. L’action réformatrice ne réussit guère à rompre l’équilibre traditionnel qui réglait les tâches entre l’État et les municipalités. Si à Nuremberg, le gouvernement bavarois contrecarra l’inertie municipale, ailleurs les gouvernements continuaient de refuser d’intervenir dans un domaine qu’ils avaient désinvesti au profit des municipalités.

64Le projet des cités-jardins n’a pas seulement mis en débat la question de l’interventionnisme municipal et de ses modalités. Au moment où la croissance urbaine bouleversait les schèmes habituels dans la perception des faits urbains, la réforme de la politique urbaine envisageait l’organisation de la ville selon de nouveaux dispositifs territoriaux. Le projet des cités-jardins servit notamment de trame à l’élaboration de nouveaux cadres dans l’aménagement des capitales.

4. La définition de nouveaux cadres territoriaux

  • 133 Renaud Payre, « Le stade de l’expérience : une incertaine science communale et la question de l’ins (...)
  • 134 Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan, op. cit., p. 49-50.

65Les modes traditionnels de gestion urbaine paraissaient globalement inadaptés à régler la croissance urbaine. Les cadres territoriaux dans lesquels les politiques urbaines avaient été conçues ne semblaient plus s’accorder avec l’évolution des villes. Cette prise de conscience partagée par les réformateurs européens déboucha finalement sur l’organisation d’un « Congrès International de l’art de construire les villes et de l’organisation municipale », à Gand en juillet 1913 – manifestation qui préluda à la création d’une Union internationale des villes qui visait « à ériger l’organisation de la vie municipale en problème politique133 ». Les réformateurs attribuaient ce problème, entre autres, aux conséquences du développement périurbain134. Si la croissance rapide des banlieues était la préoccupation des spécialistes allemands de l’urbanisme depuis le début du siècle, cette question était en France d’une actualité plus récente, liée à l’extension de l’agglomération parisienne dont la crise du logement autour des années 1911-1912 fut le principal révélateur. Face à ce diagnostique commun, il convient de s’interroger sur les solutions élaborées de part et d’autre pour contrôler cette croissance urbaine et notamment le développement périphérique. On s’intéressera plus particulièrement à la manière dont le projet des cités-jardins contribua à redéfinir le dispositif territorial de l’agglomération parisienne et de la métropole berlinoise.

La cité-jardin au fondement d’une nouvelle perception du fait urbain

  • 135 In : Henri Rousselle, Frédéric Brunet, Émile Desvaux et Dherbécourt, Rapport au nom de la Commissio (...)

66Ce sont les mutations intervenues dans l’organisation du territoire parisien qui transformèrent la perception du fait urbain. À partir de 1910, l’implantation d’industries dans la banlieue parisienne eut pour corollaire un fort accroissement de population. Le parc immobilier n’épousait pas le rythme de la croissance. La crise parisienne du logement déplorée par les réformateurs autour de 1911 résultait pour une part de cette évolution. Ainsi, à la Chambre, la proposition de loi sur l’expropriation pour cause d’insalubrité publique fut considérée au prisme de la situation parisienne135. La crise de l’habitation populaire qui sévissait à Paris et sur sa couronne révélait l’inadaptation des procédés mis en œuvre dans le règlement de la question sociale. En effet, la crise se caractérisait d’une part par l’insalubrité des logements modestes et d’autre part par le nombre trop réduit de logements à bon marché. Les initiatives engagées jusqu’alors semblaient impropres à parer au problème tant était jugée inopérante la loi sur l’expropriation et paraissaient insuffisantes les interventions ponctuelles menées par l’initiative privée, notamment les constructions isolées d’HBM. Les déficiences du parc immobilier imposaient donc des opérations de plus grande envergure. Nous avons eu l’occasion de souligner ailleurs que la conception du logement social épousait ces bouleversements et s’intégrait progressivement à une perspective qui embrassait la ville et son aménagement. Face à ce changement d’échelle, l’intervention des pouvoirs publics s’imposait à tous comme une condition désormais inévitable.

67Ce changement d’échelle eut des répercussions sur la perception du territoire parisien. Ainsi, les regards perçaient les limites administratives de la ville pour sillonner ses marges. La réflexion sur la planification se cristallisa sur la banlieue et son aménagement. En 1908, l’ingénieur Georges Bechmann fut l’un des premiers parmi les membres du Musée social, à articuler la question des banlieues au débat sur la planification :

  • 136 « Section d’hygiène urbaine et rurale : séance du 23 janvier 1908 », in : Musée social, Annales, n° (...)

Pour la banlieue, composée de municipalités indépendantes les unes des autres, le moyen d’action fait défaut. Tout le plan de construction de la banlieue serait à faire136.

  • 137 «La ville de Francfort-sur-Mein et la loi Adickes du 28 juillet 1902 », in : SFHBM, Bulletin, n°4, (...)
  • 138 L’Humanité, n°13, lundi 15 avril 1912.
  • 139 Ibid., 16 avril 1912.

68Le sénateur Ambroise Rendu, dans les débats de la Société française des habitations à bon marché, envisageait l’aménagement de la capitale à l’échelle du département137. Ce sont néanmoins les candidats socialistes regroupés au sein de la Fédération socialiste du département de la Seine qui formulèrent avec le plus d’acuité la question de la banlieue parisienne. Les élections municipales de 1912 servirent de caisse de résonance à la situation déplorable des périphéries ouvrières. Face à cette situation qu’ils dénonçaient, les candidats socialistes prônaient la création d’un « Paris agrandi, élargi, étendu jusqu’aux bornes même du département138 ». Henri Sellier, rapporteur du programme municipal pour la banlieue, préconisait alors une réorganisation territoriale selon le principe de « l’unification » et de la « centralisation139 ».

  • 140 Ibid.
  • 141 Ibid., lundi 15 Avril 1912.

69L’échelle la mieux adaptée à la réalisation de ce nouvel ordre territorial était à ses yeux le département140. La réorganisation administrative de l’agglomération parisienne combinait deux logiques. Une logique territoriale d’une part : le département choisi comme échelle d’aménagement répondait à la perception nouvelle du territoire parisien, plus généralement du phénomène urbain, en plein déploiement. Une logique sociale d’autre part : le département servait d’assise territoriale à une nouvelle forme de combinaison, jugée plus harmonieuse, des différentes classes sociales. Les militants socialistes entendaient, en redessinant les limites de l’agglomération parisienne, « déjouer » le plan de la bourgeoisie qui consistait à repousser les travailleurs en banlieue pour faire de Paris une « ville fête141 ». Le projet des cités-jardins fut conçu dans cet esprit comme un outil d’aménagement apte à conjuguer ces deux logiques.

La cité-jardin au centre du dispositif territorial proposé par Henri Sellier

  • 142 Henri Sellier, Proposition relative à l’intervention du département de la Seine en matière d’habita (...)
  • 143 Henri Sellier, Propositions tendant à la réorganisation administrative du département de la Seine e (...)

70Le choix du département comme nouvelle échelle d’intervention sur le territoire de la capitale, pour lequel les représentants de la Fédération socialiste de la Seine optèrent, faisait écho au diagnostique de crise urbaine. Pour comprendre les raisons de ce choix, il convient de retracer la logique des arguments en faveur du cadre départemental, notamment dans l’analyse par Henri Sellier de la « crise » parisienne. Au centre de son diagnostique, Sellier plaçait la question foncière. C’était l’objet de la première proposition qu’il adressait au Conseil général de la Seine142 et qui l’introduisait sur la scène de la réforme urbaine. Il approfondit son analyse au cours d’un rapport qu’il transmit l’année suivante au Conseil général143. Dès l’introduction, Sellier pointait les raisons du développement anarchique des banlieues, qui, à son avis, constituait l’épine dorsale de la crise urbaine et étayait son argumentaire d’une référence à Halbwachs :

Halbwachs souligne le souci des classes dirigeantes d’accaparer à leur profit la rente foncière urbaine, l’« unearned increment ».

  • 144 Pour une description du réseau qui se forme autour d’Albert Thomas voir : Christian Topalov, « Maur (...)
  • 145 Maurice Halbwachs, Espaces libres et fortifications, Paris, Librairie du Parti socialiste, « Les Ca (...)

71La référence n’était pas fortuite, elle inscrivait le propos de Sellier dans une mouvance intellectuelle, celle qui caractérisait le « socialisme municipal » dont les thèses furent défendues par les Cahiers du Socialiste. La revue lancée en 1908 regroupait une poignée de militants autour d’Albert Thomas : Henri Sellier, Maurice Halbwachs144. Henri Sellier, en insistant sur la question foncière, poursuivait la réflexion menée par Maurice Halbwachs dans la brochure des Cahiers du Socialiste, « Espaces libres et fortifications ». C’est à la rente foncière, « cet accroissement continu de valeur dont bénéficie le sol dans les villes145 » qu’il attribuait le développement centrifuge de la ville de Paris. L’exemplarité du cas parisien poussait Sellier à établir une comparaison avec d’autres capitales européennes, notamment Londres et Berlin :

  • 146 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)

Notre banlieue, contrairement à celles de Londres et de Berlin s’est, comme Paris, construite en hauteur au lieu de s’étendre en surface146.

72La comparaison des différentes capitales avait une vertu heuristique : les capitales étant abordées comme des observatoires du phénomène d’urbanisation, l’examen de leurs évolutions contrastées mettait au jour les symptômes de crise et explicitait les causes du développement anarchique de la capitale :

  • 147 Ibid.

Nous sommes, et c’est là notre faiblesse, un peuple d’anarchistes, réfractaires à toute espèce de préoccupation d’ordre collectif. Alors que les Anglo-saxons et les Germains ont, en matière administrative, cette immense qualité de savoir prévoir, tout l’effort de nos bureaux, de nos assemblées, comme d’ailleurs du Parlement et du Gouvernement, consiste à gérer les affaires publiques au jour le jour.147

  • 148 Ibid., p. 61.

73Ce constat, l’organisation anarchique de l’administration française et partant les incuries de la planification, le conduisit à rejeter le principe de centralisation dans la gestion des affaires urbaines et à revendiquer une plus grande « souplesse de l’organisation communale148 ». Il proposa alors un modèle d’organisation de Paris et de sa banlieue intéressant à double titre. Ce modèle témoignait d’abord d’une nouvelle conception du fait urbain. Sellier appréhendait en effet la ville comme une articulation de fonctions, mais aussi comme un assemblage de quartiers :

  • 149 Ibid.

Mais qu’il y ait des quartiers riches, des quartiers pauvres, des quartiers industriels, des quartiers commerçants, tous concourent par leur force contributive à l’administration communale149.

74Dans cette nouvelle représentation, le quartier symbolisait aussi bien une fonction qu’une aire géographique ou qu’une réalité sociale. Ainsi, sa vision de Paris ne reposait pas sur l’idée de ville mais sur celle, au sens propre du terme, d’agglomération – qu’il s’agisse d’une agglomération de lieux, de structures sociales ou de fonctions. L’emploi de l’expression « force contributive » s’insérait dans cet horizon sémantique. En effet, la capitale ne dessinait pas à ses yeux un ensemble fini, clos et centré, représentation qui aurait simplement légitimé une formule rejetée par Sellier, l’annexion des communes de banlieue par le centre parisien. Elle formait au contraire un agrégat de territoires, de fonctions ou de couches sociales. Son territoire devait refléter dans son ordonnancement la logique qui avait guidé son évolution, celle de l’agrégation des individus, des groupes, des fonctions.

  • 150 Ibid., p. 68.
  • 151 Ibid., p. 79.
  • 152 Ibid., p.82.
  • 153 Ibid., p. 70.

75Cette perception du fait urbain présentait de nombreuses analogies avec la logique centrifuge et rationnelle qui ordonnait chez Howard l’organisation de la cité-jardin. Dans le projet howardien, l’espace de la cité-jardin était découpé et structuré en zones selon les fonctions sociales et économiques qui leur étaient affectées. En outre, en concevant l’agglomération parisienne comme la coordination solidaire de différentes cellules, Sellier évoquait le schéma de Howard qui imaginait un territoire à grande échelle organisé selon un système de cités-jardins disposées en étoile et reliées les unes aux autres par des infrastructures d’échange. Dans l’idée de Sellier, l’autonomie communale ne privait pas les communes de liens les unes avec les autres. Ces liens, constitués aussi bien par la circulation des hommes150, que par des intérêts communs liés à l’organisation de la santé publique151 ou des services d’équipement par exemple, constituaient un principe de solidarité entre les communes152. L’idée de Sellier calquait ainsi sur l’agglomération parisienne le schéma d’organisation de la cité-jardin imaginé par Howard. Il n’est donc pas étonnant que Sellier, dans son projet de planification de la capitale, ait eu recours à la cité-jardin, principe d’aménagement en parfaite adéquation avec sa perception de la réalité urbaine153. Ce nouvel angle d’observation favorisait une perception plus étendue et décentralisée du territoire urbain. À cet égard, l’aménagement du territoire de la capitale répondait à une nouvelle logique : le champ d’intervention publique ne pouvait se cantonner aux limites communales. Le département apparaissait à Sellier comme le cadre idéal d’un nouveau type d’interventionnisme.

Vision sociologique de la ville et recadrage territorial de la gestion urbaine

  • 154 Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan, op. cit., p. 142.
  • 155 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)
  • 156 In : « extrait du procès-verbal de la Séance du Conseil général de la Seine du 9 juillet 1913 », in (...)

76Ce nouveau cadrage territorial marquait une rupture radicale avec la loi de 1884. Jean-Pierre Gaudin a montré que, dans la loi communale de 1884, « une forte liaison demeure entre les idées de propriété, de voisinage, et de gestion du territoire. L’"intérêt communal" est envisagé essentiellement "ratione loci", et les compétences municipales se définissent d’abord en fonction d’une circonscription territoriale précise154 ». En axant l’aménagement de l’agglomération parisienne sur la construction des cités-jardins, Sellier se plaçait en porte-à-faux avec cette représentation territoriale des affaires de la commune. Sa vision, en mariant l’idéal décentralisateur de Howard au principe de solidarité défendu par Léon Bourgeois, insistait sur l’« interdépendance » des segments constituant l’agglomération. Sellier introduisait le terme d’« affaires générales » pour légitimer l’intervention du département dans la gestion de certains services, comme ceux de la santé publique ou de la voirie alors qu’il préconisait de « laisser à des pouvoirs locaux élus et responsables, le contrôle de la gestion administrative et les attributions locales155 ». Le logement social, selon les ressources financières des communes, pouvait aussi dépendre des attributions départementales. Cette conception de la gestion urbaine résultait d’une vision de la ville plus sociologique que territoriale. La ville lui apparaissait en effet comme l’émanation d’un « ordre collectif156 ». À cette vision d’essence sociologique se rattachait l’idée chère à Sellier d’« effort public » qui posait le cadre d’un interventionnisme public intensifié. Le service public ne s’entendait plus en terme de revenus, mais embrassait une palette d’équipements – santé, aménagement, infrastructures, logement – destinés à répondre au « besoin social » qui émanait de l’ordre collectif de la ville.

  • 157 Voir notamment Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan, op. cit., p. 25-40.
  • 158 Thierry Leroux, « Sellier et la vie urbaine », in : Katherine Burlen, La Banlieue Oasis : Henri Sel (...)
  • 159 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)
  • 160 Cité in : Thierry Leroux, « Sellier et la vie urbaine », op. cit., p. 89.
  • 161 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 244.

77La réalisation des cités-jardins envisagée par Henri Sellier posait en effet la question de l’État sous un angle nouveau. L’intervention de l’État et ses modalités avait déjà été abordée au cours des débats autour des espaces libres. Les membres de la Section d’hygiène urbaine et rurale s’accordaient tous sur la nécessité de fonder la gestion urbaine sur une démarche prévisionnelle : établissement de servitudes hygiéniques, expropriation, introduction de plans fonctionnels d’aménagement et d’extension. C’est notamment autour de la gestion du sol et de l’expropriation que se cristallisa le débat sur l’interventionnisme157, parce que ce procédé remettait en cause les intérêts de la propriété dont nous avons déjà souligné le statut dans la France de la IIIe République. Sellier aborda, du point de vue des socialistes réformistes dont il était issu, le terrain balisé par les membres du Musée social. Comme le rappelle en effet Thierry Leroux158, Henri Sellier, sans avoir « décidé d’orienter l’action des Offices vers la création de cités-jardins », « a sans aucun doute vu dans ce texte la possibilité de relier entre eux les objectifs municipalistes et hygiénistes ». Reliant les grandes lignes des débats échangés dans la Section d’hygiène urbaine et rurale, Sellier pointait en effet la principale lacune dans l’organisation du service public français : l’absence de démarche prévisionnelle. Il stigmatisait ainsi avec virulence l’attitude de « nos bureaux, de nos assemblées, comme d’ailleurs du Parlement et du Gouvernement » dont tous les efforts consistaient selon lui « à gérer les affaires publiques au jour le jour159 ». Il sollicitait donc, en accord avec les autres réformateurs, le vote d’une loi sur la planification qui permettrait de réduire la portée des intérêts individuels dans l’aménagement urbain. Il enrichissait cependant le débat de la Section d’hygiène urbaine et rurale des motifs développés dans les cercles réunis autour d’Albert Thomas au sujet de la région parisienne et de la situation de sa banlieue. Sellier mentionnait effectivement l’influence qu’exerça sur son action un article d’Albert Thomas, qui lui fut « une révélation et posa pour la première fois à mon [son] esprit la notion d’urbanisme » car il « avait déjà évoqué les principes essentiels suivant lesquels devaient être envisagés l’ensemble des problèmes dans lesquels se débat la région parisienne160 ». Inspiré des réquisitoires lancés par les candidats socialistes lors des élections municipales de 1912 contre le déséquilibre social et administratif entre Paris et sa banlieue, il fondait sa nouvelle conception de l’intervention publique sur la situation de la banlieue. Mais, innovation intéressante, la question de l’État et de son intervention s’effaçait derrière ce qu’il nomma « le service public de l’habitation161 ». C’est sur le « principe de solidarité » entre les communes de banlieues qu’il bâtit cette théorie du service public.

  • 162 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)
  • 163 Susanna Magri, Christian Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un tournant du proje (...)

78Cette conception du service public s’éclaire à la lecture du rapport présenté en 1915 au Conseil général sur la Réorganisation administrative du département de la Seine dans lequel Sellier critiquait tout à la fois la « centralisation oppressive » de l’organisation administrative française qui « réduit à zéro les initiatives municipales » et l’autonomie municipale qui figurait au rang des revendications socialistes162. Ce qu’il suggérait, c’était un remodelage des structures administratives qui dépasserait le clivage local/ national et ne s’inscrirait pas dans le débat sur l’État et ses frontières. Le projet de Sellier conforte la thèse développée par Christian Topalov et Susanna Magri sur le changement qui s’annonçait dans le projet réformateur. Les auteurs montrent en effet que « l’essentiel n’est pas l’extension des frontières de l’intervention de l’État, mais un autre changement plus fondamental, qui se met en œuvre de part et d’autre de l’Atlantique selon des modalités différentes : la formation d’un consensus très large sur un diagnostic, un projet et une méthode entre les courants réformateurs les plus divers et parfois les plus opposés à propos de mesures particulières ». Ce consensus s’élabora, selon Magri et Topalov, autour de « l’émergence d’une idéologie pratique de la solidarité sociale fondée sur la science, qui implique l’institution de droits et d’obligations aussi bien pour les dominés que pour les dominants163 ». « Solidarité », « droits et obligations », tels sont en effet les piliers qui fondent ce que Sellier, quelques années plus tard, nommera le « service public de l’habitation ». La notion de « solidarité » ne pouvait que rallier les réformateurs, quelles qu’aient été leurs divergences politiques. Si elle imprégnait le programme de la Fédération socialiste de la Seine, elle était aussi centrale dans les débats du Musée social, développée notamment par Léon Bourgeois. Ce qui représentait au mieux l’intérêt général, c’était un « organisme » nouveau, le département dont il disait encore qu’il « coordonnait » l’action des communes. Né de l’incapacité de l’initiative privée à satisfaire un « besoin d’intérêt général », le « service public » désignait en premier lieu un type d’organisation rationnelle, il exprimait ensuite un idéal qui modelait le programme social de Sellier, celui de la solidarité.

La participation du mouvement des cités-jardins à la création du « Grand-Berlin »

  • 164 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Im Kampfe um Groß-Berlin. Dritter Jahresbericht des Ansiedlungsverei (...)
  • 165 « Gartenstadt », 2e année, n°3, p. 22, Hohe Warte, vol. 4, 1908.
  • 166 « Gartenstadt », 2e année, n°5, p. 44, Hohe Warte, vol. 4, 1908.
  • 167 Gartenstadt, 3e année, n°7, novembre 1909, p. 104.
  • 168 Gartenstadt, 4e année, n°1, janvier 1910, p. 10.
  • 169 Le 5 novembre 1909, Theodor Goecke intervenait sur le thème de « Du Grand-Berlin vers la cité-jardi (...)

79La cité-jardin, intégrée très tôt en Allemagne aux débats sur le développement suburbain, joua également un rôle important dans la réforme du statut administratif de la capitale de l’Empire. L’implication de la DGG en est un premier indice. En 1908, Karl von Mangoldt, dont le rôle central dans la mise en œuvre d’une politique nationale du logement a été décrit au cours de la première partie, créa, dans le cadre des initiatives qui visaient une réforme de l’organisation administrative de Berlin, le Ansiedlungsverein Groß-Berlin (Comité des agglomérations du « Grand-Berlin ») conçu comme une antenne locale de l’association phare de la réforme du logement, le Deutscher Verein für Wohnungsreform. L’objet de ce Comité, dont l’action se décrivait en des termes similaires à celle de la section d’Hygiène urbaine et rurale du Musée social, était d’entamer une réflexion sur la croissance de Berlin et d’élaborer les instruments de sa maîtrise – en attachant une attention particulière à l’aménagement d’espaces verts. Le remodelage du tissu urbain de Berlin ne répondait pas seulement à des enjeux de technique urbaine, il poursuivait des objectifs sociaux. Le Comité, dans un de ses textes de propagande, posait ainsi un rapport d’analogie entre l’extension urbaine et le développement des « masses » à l’intérieur de la société164. Sans aucun doute, les réformateurs entrevoyaient dans les techniques d’organisation du territoire un moyen de se profiler dans le champ des partis et des coalitions d’intérêts afin de proposer, par l’encadrement des masses, des solutions de pacification sociale. Ce sont du moins les raisons qu’ils avancèrent pour justifier le rassemblement des forces réformatrices à l’intérieur du Ansiedlungsverein Groß-Berlin. Ce sujet s’inscrivait parfaitement à l’horizon des préoccupations de la DGG et on n’est donc pas étonné que Bernard Kampffmeyer, président de la Société, fût aussi le président adjoint du Ansiedlungsverein165. Cette parenté explique sans aucun doute qu’une des priorités pratiques du Ansiedlungsverein fût la création d’une cité-jardin aux abords de Berlin, le long du canal Berlin-Stettin166. La DGG et le Ansiedlungsverein poursuivaient effectivement un objectif identique, la réorganisation des tissus périphériques sous la forme d’un bâti aéré167. Signe des vues conjointes du Ansiedlungsverein et de la DGG, cette dernière adopta à l’unanimité, lors de son assemblée générale du 3 octobre 1909, la résolution proposée par Mangoldt. Elle s’engagea elle-même activement dans le projet du Ansiedlungsverein en suscitant la création en 1909 d’un groupement local des cités-jardins – Ortsgruppe – présidé par un des responsables de la DGG, Adolf Otto168. Elle confia à d’illustres représentants du projet des cités-jardins, Theodor Goecke, Hermann Muthesius et Franz Oppenheimer, le soin de réaliser un cycle de conférences sur l’aménagement de la banlieue berlinoise selon le principe des cités-jardins169.

  • 170 Gartenstadt, n°1, janvier 1912, p. 10.
  • 171 Gartenstadt, n°3, mars 1912, p. 49.
  • 172 Gartenstadt, n°4, avril 1912, p. 70 : « Musterkolonie Falkenberg beabsichtigt ».

80La collaboration du Ansiedlungsverein et de la DGG fut consacrée par la création d’une coopérative « Banlieue-jardins du Grand-Berlin », issue de la fusion du groupement local des cités-jardins de Berlin – Ortsgruppe – présidé par Adolf Otto avec une Société coopérative de construction. Bernard Kampffmeyer fut élu président du conseil d’administration170. Et on avait déjà en vue un terrain à proximité de la gare de Grünau, à la périphérie de Berlin. En mars 1912, le terrain était acheté171. Il ne s’agissait pas pour la DGG d’ajouter à la liste des cités-jardins déjà construites un trophée supplémentaire mais de réaliser une expérience pionnière. On projetait avec la construction de la cité-jardin de Falkenberg, à Grünau, une « colonie modèle172 ». Cette réalisation inspira justement la mise en œuvre de l’agence d’architecture déjà mentionnée, Bauabteilung der DGG G.m.b.H, dans le but d’élaborer, sous la tutelle d’un professionnel de l’architecture, Bruno Taut, une construction idéale, adaptée aux exigences de l’opération.

  • 173 Die Bedeutung der Gartenstadtbewegung, vier Vorträge in Gegenwart der Frau Kronprinzessin, gehalten (...)
  • 174 Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 238.
  • 175 Le secrétaire d’État Dernburg fut nommé en 1906 à la tête du département des colonies au ministère (...)
  • 176 Bernhard Kampffmeyer était président adjoint du comité. Voir Gartenstadt, 2e année, n°3, p. 20, Hoh (...)
  • 177 Gartenstadt, n°12, décembre 1913, p. 244-245.
  • 178 Ibid.

81Récupéré à des fins utiles, à savoir la réorganisation de l’agglomération berlinoise, le projet des cités-jardins fut envisagé comme simple technique d’aménagement dans la recomposition des territoires urbains au risque d’en perdre de vue la spécificité. Ainsi, en novembre 1913, le réformateur Bernhard Dernburg, compagnon de route du Ansiedlungsverein Groß-Berlin, qui, quelques mois auparavant, avait tenu devant la chambre haute – Herrenhaus – une conférence sur la cité-jardin173, revendiquait l’« intérêt que les communes du Grand-Berlin devraient avoir pour le mouvement des cités-jardins et des logements sociaux174 ». L’intervention de cet ancien fonctionnaire du gouvernement prussien, chargé de la direction de l’administration des affaires coloniales entre 1906 et 1910, témoignait de la percée du projet des cités-jardins175. En le présentant devant la chambre haute, Bernhard Dernburg, en charge d’un mandat parlementaire depuis 1912, enjoignait les pouvoirs publics à soutenir le projet des cités-jardins. Il en minorait aussi l’originalité en le plaçant sur le même plan que le mouvement pour la réforme du logement populaire. Certes, les membres de la DGG encadraient eux aussi la création du Ansiedlungsverein176. Toutefois, le programme du Ansiedlungsverein débordait largement sur les prérogatives de la DGG. Dans le paysage des associations qui se créaient, le champ d’action du mouvement des cités-jardins se restreignait. Il n’était plus le seul dépositaire du projet de Howard. Cette évolution fut confirmée par la création en 1913 du Groß-Berliner Verein für Kleinwohnungswesen177 – Association du Grand-Berlin pour la promotion du logement économique. Cette association présidée par Bernhard Dernburg, dont la création fut inspirée par le Ansiedlungsverein, inscrivit effectivement à son programme la création « d’une véritable cité-jardin aux portes de la ville de Berlin » et l’aménagement, à terme, sur la couronne du Grand-Berlin « de cités-jardins florissantes178 ». Témoin de cette évolution, l’usage de plus en plus répandu, voire galvaudé du terme de « Siedlung » au lieu de cité-jardin.

Cité-jardin et réorganisation de l’agglomération berlinoise

  • 179 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Wie ist die Neugestaltung Groß-Berlins durchzuführen ?, Berlin 1911, (...)
  • 180 Voir Robert Schmidt, Denkschrift betreffend Grundsätze zur Aufstellung eines General-Siedlungsplane (...)

82Le AnsiedlungsvereinGroß-Berlin poursuivait une tâche comparable à celle que Sellier attribuait aux Offices. À travers la réforme de l’aménagement et de l’habitation dans la métropole berlinoise, le Ansiedlungsverein envisageait une nouvelle échelle d’intervention. Mangoldt l’avait souligné dans la brochure consacrée à la réorganisation du Grand-Berlin, le Ansiedlungsverein visait l’établissement d’un plan général d’aménagement du Grand-Berlin179. L’idée du plan général d’aménagement – Generalsiedlungsplan – était novatrice. Elle réunissait encore peu d’adeptes. Robert Schmidt, adjoint de la ville d’Essen, lui avait consacré, en précurseur, d’importants développements théoriques dans son travail de doctorat180. L’idée du plan général d’aménagement supposait une nouvelle échelle d’intervention : il s’agissait de penser le développement des tissus urbains de manière coordonnée à l’échelle globale de la ville. Elle impliquait en outre la réforme des cadres institutionnels de l’urbanisme : cette approche fonctionnelle et globale de la ville nécessitait l’ajustement des différentes compétences territoriales sollicitées dans l’aménagement urbain – l’administration municipale chargée de la planification et les services de la police des constructions qui dépendaient de l’échelon gouvernemental.

  • 181 Voir notamment Christoph Bernhardt, « Von der „Berliner Mietskaserne“ zum Großsied­lungsbau : Der E (...)

83Cette nouvelle approche avait en effet pour corollaire la réorganisation administrative du territoire de la capitale allemande. Le Ansiedlungsverein promouvait la création d’un syndicat de communes – Zweckverband Groß-Berlin – apte à réaliser l’aménagement à l’échelle de la métropole dans son ensemble. Ce but fut atteint en 1911, même s’il fallut s’accommoder des résistances de la chambre haute – Herrenhaus. Ainsi, le syndicat de communes, loin de contrôler l’aménagement du territoire dans son ensemble, obtint seulement un rôle consultatif : il conseillait les communes dans l’établissement de leur plan d’aménagement181. Les prérogatives que les communes continuaient d’exercer empêchaient en fait la réalisation d’une cohérence uniforme sous la forme d’un plan général d’aménagement.

84Même si la propagande menée par le Ansiedlungsverein ne fut pas couronnée du succès escompté, il n’en demeure pas moins qu’elle avait inspiré une réflexion inédite sur le phénomène de suburbanisation, les types d’intervention publique et d’organisations territoriales qu’il requerrait. La cité-jardin dont dérivait un schéma inédit d’aménagement décentralisé du territoire, se prêtait parfaitement à la réalisation d’un tel programme. Ainsi, lors de l’assemblée générale de la DGG en 1911, à laquelle Mangoldt fut convié à titre d’intervenant, le mouvement tirait des expériences de construction réalisées les premières leçons d’urbanisme et insistait sur le rôle des cités-jardins dans l’introduction d’une nouvelle échelle d’urbanisme. Le concepteur du Musée Folkwang, Karl Ernst Osthaus, l’un des conférenciers invités par l’assemblée, soulignait par exemple les nouvelles opportunités d’aménagement qu’offrait la réalisation des cités-jardins. Elles permettaient en effet à la fois de structurer un tissu urbain discontinu et de prévoir des échelles étendues d’aménagement. La ville aurait désormais la possibilité :

  • 182 Karl-Ernst Osthaus, « Gartenstadt und Städtebau », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnu (...)

(…) d’acheter tous les terrains qui couvraient son périmètre, de les placer en gestion agricole, et d’aménager ces périphéries sous la forme de cités closes sur elles-mêmes, telles des planètes, reliées les unes aux autres par des voies de circulation182.

  • 183 Ibid. : « auf der Grundlage von Zweckverbänden nach amerikanischem Muster ».

85C’est le type d’aménagement régional pratiqué aux États-Unis sous la forme des Associations intercommunales – Zweckverband – qui semblait lui inspirer ce modèle ordonné selon le principe des cités-jardins183.

Syndicat de communes et département : des structures identiques ?

86Le remodelage du dispositif territorial des capitales imaginé dans les deux pays proposait donc des échelles d’aménagement similaires. Les enjeux administratifs d’une organisation modelée sur la structure départementale d’une part et sur une « association » de communes d’autre part étaient-ils cependant identiques ?

87Le mode de scrutin – suffrage direct et universel – revendiqué par le Ansiedlungsverein pour l’élection des représentants politiques du syndicat des communes semble assimiler les deux types d’organisation territoriale :

  • 184 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Wie ist die Neugestaltung Groß-Berlins durchzuführen ?, op. cit., p. (...)

L’assemblée déclare que le syndicat des communes du Grand-Berlin – Zweckverband – ne peut satisfaire aux nécessités posées par le développement du Grand-Berlin qu’à la condition qu’il repose, non pas sur une délégation des communes et des districts, mais sur une assemblée représentative élue au suffrage direct et secret par tous les habitants et selon les mêmes modalités quels que soient les districts de vote. Elle appelle donc la population du Grand-Berlin à exprimer cette revendication184.

  • 185 Le jeu du scrutin, démocratique et égalitaire dans le Reichsland d’Alsace-Lorraine, était inégalita (...)

88Cette revendication éclaire alors la place réservée aux cités-jardins dans le projet d’aménagement du Grand-Berlin défendu par le Ansiedlungsverein. Il y a lieu d’émettre l’hypothèse que la cité-jardin, conçue comme microcosme communal, ne fut pas utilisée dans ce projet à la seule fin d’un aménagement rationnel. Les réformateurs abordaient effectivement, sur le terrain de l’urbanisme, des questions qui touchaient en réalité à l’organisation de la vie publique et à sa réforme. La DGG réclamait elle aussi la réforme du scrutin législatif. Pour les réformateurs engagés sur le terrain de la construction, la question du vote était d’autant plus importante que le jeu du scrutin très inégalitaire en vigueur en Prusse, le Dreiklassen­wahlrecht – suffrage à trois classes –, favorisait la domination des municipalités par les propriétaires, largement hostiles aux réformes proposées185. Ils plaidaient donc pour que les couches populaires, classes moyennes ou ouvrières, cible des réformes, soient dotées dans le paysage électoral de la représentativité que leur part dans le chiffre de la population rendait légitime. La construction des cités-jardins remplit pour partie cette intention en inaugurant dans le cercle étroit de ces petites communes de nouvelles pratiques, en accordant notamment aux déshérités du système politique des droits dont ils étaient privés :

  • 186 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1913, op. cit., p. 80.

La commune constituée par la cité-jardin peut aussi, à condition d’être structurée de manière coopérative, accorder certains droits à ses habitants dont la loi régionale les prive, elle peut donc accélérer l’évolution des politiques urbaines186.

  • 187 Ibid.
  • 188 Ibid., p. 82.
  • 189 Ibid., p. 98.
  • 190 Ibid., p. 81-82.

89Les efforts déployés par la DGG, notamment auprès des associations de femmes, en sont un indice supplémentaire : celles qui étaient « exclues de la vie publique », la Société les appelait à « s’engager au nom des questions de l’habitation187 ». Le projet de la cité-jardin, sans aucun doute, a constitué un laboratoire, une scène parallèle, où de nouveaux modes de participation furent expérimentés : à Karlsruhe, ce nouveau statut fut consacré dans le règlement de la cité-jardin qui invitait la population féminine à assister aux assemblées délibératives188. Cette promotion s’inscrivait dans un programme plus général de « démocratisation du droit de vote189 » poursuivi par la DGG qui incluait également l’extension du droit de vote en direction des femmes190.

  • 191 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)
  • 192 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)
  • 193 Sur l’histoire du développement des départements comme unités constitutives du territoire français  (...)
  • 194 In : ibid., p. 133.

90Le syndicat de communes fut conçu par le Ansiedlungsverein dans cette perspective de démocratisation comme l’émanation directe de la volonté citoyenne. Définie comme l’expression de la volonté générale et non plus comme une « délégation » de communes, la nouvelle structure cherchait à dépasser les particularismes qui s’exprimaient au sein des bastions communaux. Ce sont des motifs similaires qui menèrent Sellier à choisir le département comme nouveau cadre de la gestion urbaine. Sellier, qui refusait sans ambages la solution du syndicat intercommunal, lui préférait la création « d’une grande administration centrale pour tout le département191 ». C’est une assemblée départementale, « représentant l’ensemble de la collectivité192 », qui devait prendre en charge les affaires générales de la capitale. L’usage que Sellier faisait de la cité-jardin pour élaborer une nouvelle échelle d’intervention, le département, s’inscrivait dans une histoire particulière – celle de Paris et du développement de sa banlieue – et dans une tradition administrative singulière – le département défini depuis la Révolution française comme unité territoriale constitutive de l’unité politique de la France193. On constate en effet de nombreuses similitudes entre les arguments utilisés par Sellier pour légitimer le département comme nouvelle structure de gestion de la capitale et les thèmes développés à l’occasion des discussions sur la rationalisation du découpage de la France où il s’agit de « rationaliser, égaliser, uniformiser, mais aussi [de] donner à chaque unité territoriale les mêmes chances et les mêmes moyens tout en l’associant mieux au destin collectif de la nation en train de se constituer194 (…) ».

  • 195 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Wie ist die Neugestaltung Groß-Berlins durchzuführen ?, op. cit., p. (...)

91Les conceptions développées de part et d’autre de la frontière se rejoignaient aussi dans le rôle qu’elles attribuaient aux collectivités publiques dans la politique du logement. L’Office, nous l’avons dit, constituait un organisme « paravent » : le président du Ansiedlungsverein, Mangoldt, préférait, lui aussi, déléguer l’édification de logements à des sociétés de construction. Les attributions assignées au syndicat des communes – Zweckverband – du Grand-Berlin, qu’il s’agisse de l’établissement du plan général d’aménagement, de la définition de nouvelles règles d’urbanisme, de l’établissement de réserves de terrains ou du recours à des mesures allégées d’expropriation, renforçaient certes la tutelle publique dans l’aménagement urbain. Ces interventions encadraient toutefois l’action parallèle d’organismes « semi-publics ». Ainsi, le Ansiedlungsverein entendait favoriser l’action des coopératives de construction dans l’aménagement du Grand-Berlin, notamment en vue de la construction de cités-jardins. La construction de cités-jardins ne contribuait pas seulement à un aménagement plus rationnel des périphéries urbaines. Elle relevait d’un type d’intervention mixte qui proposait une alternative intéressante à l’intervention publique puisqu’il prenait en compte l’intérêt général sans négliger la particularité des besoins195. Ainsi, le mode d’action coopérative, mieux ajusté aux particularités sociales, était un exemple de ce régime mixte. Finalement, à travers la réforme administrative de Berlin, le Ansiedlungsverein semblait en quête de modes inédits de gestion urbaine mieux adaptés aux nécessités sociales qui auraient constitué une alternative au seul interventionnisme municipal. Après la guerre, les municipalités confieront effectivement volontiers la réalisation de logements à des Sociétés de construction auxquelles elles participeront comme actionnaires. Au-delà des techniques d’urbanisme, la réorganisation territoriale de la capitale allemande visait la réforme des pratiques de gestion urbaine et l’amélioration de la mécanique institutionnelle. Cette réflexion incite à examiner comment les efforts de réorganisation territoriale de la capitale ouvrirent la voie à une réforme des procédures de décision et de l’équilibre des pouvoirs à l’intérieur des municipalités.

Nouvelle organisation territoriale et intervention des « spécialistes » dans le champ de la gestion urbaine

  • 196 Ibid., p. 13.
  • 197 Hermann Salomon, « Gartenstädte », in : Joseph Brix, Felix Genzmer, Städtebauliche Vorträge, VIe cy (...)
  • 198 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 23 ; p. 50 et suivantes.
  • 199 Gartenstadt, N°3, mars 1911, p. 34.

92Le Ansiedlungsverein prévoyait, dans son programme visant la création d’un syndicat de communes – Zweckverband –, de confier le développement harmonieux et esthétique de l’aménagement suburbain à des experts et non plus à des fonctionnaires. Il préconisait à cette fin l’institution d’une commission englobant des architectes aussi bien que des ingénieurs, des spécialistes des transports, de l’économie ou des questions de salubrité196. Cette réclamation faisait écho aux revendications formulées très tôt par la DGG qui développait une pratique de l’urbanisme fondée sur l’expertise, à l’encontre des administrations jugées inopérantes197. Lors de la création d’une cité-jardin à Leipzig, la Société responsable de la réalisation de la cité, Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn G.m.b.H., revendiquait l’élaboration d’un nouveau code d’urbanisme supervisé par les « experts198 » du projet. La formation, le 6 décembre 1910 à Berlin, d’une commission chargée de délivrer des services d’expertise dans le domaine de la construction199 – Bauberatungsstellen –, avant son institution officielle en février 1911, s’inscrivait donc dans cette continuité puisque ces services, assumés par des architectes, avaient pour tâche d’améliorer le cadre règlementaire – Bauordnung – ainsi que les instruments de la planification – Bebauungspläne. Cette commission présidée par une des forces de la réforme du logement, Heinrich Albrecht, était d’autre part constituée par des acteurs dont le statut d’experts répondait à des critères variés. Theodor Goecke, affilié à la DGG, devait sa participation à ce collège de spécialistes à sa compétence de théoricien de l’urbanisme, alors que c’est l’expérience des cités-jardins qui avait assis la réputation de certains de ses membres, à l’instar des architectes Karl Schmidt et Hugo Wagner. Leur présence au sein de ce collège signale donc l’efficacité du réseau d’expertise établi par la DGG autour du projet des cités-jardins.

  • 200 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 311.
  • 201 Georges Hottenger et Georges Risler, « Les plans d’aménagement et l’extension des villes », cité pa (...)

93En France aussi, on assistait à une tendance comparable à la spécialisation. Georges Risler, dans sa conférence sur les plans d’aménagement et d’extension de 1912, mettait déjà les vertus de la compétence à l’honneur lorsqu’il se référait au « plan des artistes » qui devait en 1793 servir de trame au réaménagement de la capitale200. Il arguait également de la variété des tâches sollicitées par la démarche planificatrice pour préconiser l’instauration d’une commission de spécialistes à la place des fonctionnaires de l’administration municipale suspectés d’incompétence technique. C’est dans la logique de ce plaidoyer que fut instaurée en 1911 la Commission de l’extension pour planifier l’articulation des territoires de la capitale à sa périphérie. Les réformateurs français, lorsqu’ils critiquaient l’incompétence des administrations françaises, leur opposaient le fonctionnement et l’efficacité des municipalités allemandes. Ils prenaient en exemple la position des maires dont ils célébraient les qualifications201.

94Or c’est justement pour contrer le pouvoir des maires dont ils déploraient les effets néfastes sur la gestion urbaine que les réformateurs allemands plaidaient pour l’insertion des experts dans les administrations municipales. On entendait en effet déléguer la gestion urbaine à différents types de compétences plutôt que de l’abandonner au pouvoir arbitraire d’un individu unique, notamment du maire. La commission de spécialistes, à laquelle le Ansiedlungsverein prévoyait de confier l’aménagement de la capitale, permet de saisir la portée politique de gestes dont on pourrait penser de prime abord qu’ils ne servaient qu’à valoriser un aménagement esthétique et rationnel de l’espace suburbain. À travers la promotion de cette organisation collégiale, on explorait des modalités inédites de gestion des affaires municipales.

  • 202 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Sein (...)
  • 203 Nous renvoyons à l’extrait déjà mentionné in : Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Im Kampf um Groß-Berl (...)

95Howard imagina avec la cité-jardin un nouveau mode d’aménagement calqué sur un schéma décentralisateur mais aussi un type de gestion locale renouvelée visant une plus grande efficacité. Ces nouveaux schémas d’organisation vinrent étoffer les débats qui avaient cours en France et en Allemagne sur la rationalisation de la politique urbaine en proposant une redistribution des compétences et des recompositions territoriales. Les questions d’aménagement impliquaient la redéfinition des modes de gestion urbaine : que ce soit à travers les Offices, en France, par le biais des nouveaux codes d’urbanisme qui réglaient l’aménagement des cités-jardins en Allemagne ou sous la forme de financements, les pouvoirs publics furent de plus en plus sollicités dans la politique urbaine, en particulier dans la politique du logement. La tutelle des pouvoirs publics sur l’organisation de l’espace s’affirmait à travers la définition de normes juridiques de plus en plus précises : les codes d’urbanisme se spécialisaient en Allemagne, adaptant les différentes règles aux catégories de construction ; en France, les voix se multipliaient en faveur d’une loi réglementant l’aménagement et l’extension des villes. L’aménagement de l’espace selon de nouvelles normes figurait en réalité la trame visible de changements qui visaient une nouvelle organisation sociale. Sellier justifiait par exemple le programme d’aménagement de la banlieue parisienne au nom de ses convictions socialistes. C’est donc un idéal d’harmonie sociale qui transparaissait à travers les réflexions que poursuivait ce socialiste réformiste sur la configuration des territoires. Il prétendait, à travers son action sur les espaces urbains, réaliser une « société en harmonie avec les lois qui régissent ces phénomènes202 », entendons la concentration urbaine. C’est un discours comparable qui dominait la scène des réformateurs allemands regroupés au sein du Ansiedlungsverein Groß-Berlin. Certains développements théoriques évoquaient dans un même souffle l’extension urbaine et l’effervescence des masses203, comme si la visibilité qu’ils essayaient de promouvoir dans l’organisation des territoires était le gage d’un meilleur contrôle de ce progrès des « masses ». C’est le lien entre la réglementation de l’espace, conséquence d’une extension des compétences publiques dans la politique urbaine, et l’organisation de la vie sociale qu’il s’agit à présent d’interroger à partir du projet des cités-jardins.

C. Politique du logement et régulation de la vie sociale

96Les politiques du logement en gestation dans les deux pays voisins incitaient au renforcement des compétences publiques. Cet interventionnisme eut pour corollaire une rationalisation de la gestion urbaine. L’exercice accru de ce pouvoir réglementaire ne se limita néanmoins pas à l’arrangement des formes urbaines, mais déborda sur l’organisation de la vie sociale. Toute politique prévoit des bénéficiaires : la politique du logement instituait donc des populations cibles sur la base de normes claires. Les pouvoirs publics, de plus en plus sollicités dans la construction, influèrent de différentes manières sur l’affectation sociale des cités-jardins, notamment par le biais des soutiens financiers. Ce chapitre se propose de retracer, à travers la mise en œuvre du projet des cités-jardins, la généalogie de ce processus de règlementation.

1. Le programme social de la cité-jardin répondait à un objectif : la satisfaction des « besoins sociaux ». Cette notion très ambiguë, décrite comme l’émanation des nécessités sociales, fut développée par les réformateurs allemands et français pour légitimer l’incursion des pouvoirs publics dans l’organisation du logement ou l’aménagement urbain. On s’interrogera sur les conditions d’élaboration d’une notion constitutive de la conception du logement comme service social et objet de politique publique.
2. La désignation des besoins sociaux reposait sur une catégorisation claire des populations sociales. On se demandera dans quelle mesure le nécessaire soutien des pouvoirs publics a déterminé le programme social des cités-jardins.
3. La catégorisation sociale des habitants de la cité-jardin ne fut qu’un des aspects du processus de rationalisation qui gouvernait plus largement la réalisation des cités mais aussi l’organisation de leur quotidien. De la standardisation des procédés de construction jusqu’à l’ordonnance minutieuse de la vie quotidienne, on analysera l’enjeu des normes qui réglaient la vie sociale de la cité.

1. La définition du besoin social

97Dans la littérature consacrée aux cités-jardins et plus généralement à la question du logement, que ce soit du côté allemand ou du côté français, le terme de « besoin » fait figure de topos. Ainsi, les réformateurs, toutes origines et convictions politiques confondues, justifiaient les objectifs qu’ils fixaient à la politique du logement au nom d’un « besoin social » à satisfaire. L’idée de « besoin social », spécifique d’un mode de vie typiquement « urbain », émanait de la pensée hygiéniste qui orienta dans la seconde moitié du XIXe siècle le courant de la réforme urbaine aussi bien en France qu’en Allemagne. Cette origine transparait à travers la conférence de Georges Risler consacrée en 1909 aux cités-jardins :

  • 204 Georges Risler, les cités-jardins, op. cit., p. 375.

L’idée première des cités-jardins est vraiment bien lointaine. Le besoin naturel de soleil et d’air pur, de verdure et de fleurs est si impérieux chez l’homme que c’est dans un grand jardin, « le paradis terrestre », que toutes les religions ont cru devoir placer les premiers hommes …204

  • 205 Christian Topalov, « La politique de l’habitat dans les politiques sociales : 1900-1940. Notes pour (...)
  • 206 Ibid., p. 16-17.

98Risler déployait, sur la toile de fond du mythe religieux des origines, les lieux communs de la pensée hygiéniste et caractérisait ainsi l’évidence de ce besoin de nature, tout à la fois besoin physiologique et nécessité existentielle. Appliquée par les réformateurs sociaux à l’un des aspects de la « question sociale », le milieu de vie ouvrier, cette notion de « besoin » constituait la cheville ouvrière de la pensée, mais aussi de l’action réformatrice. Comme le rappelle Christian Topalov, le discours réformateur posait en effet son « diagnostique sur les sciences205 ». Dans cette perspective, la notion de besoin social, issue du vocabulaire physiologique, parée de la rationalité et de l’infaillibilité du discours médical, participait de cette rhétorique savante au cœur du diagnostique posé par les observateurs sociaux. Car l’identification des besoins s’inscrivait aussi à l’horizon d’une « anthropologie du monde ouvrier » qui passait les comportements au tamis de schémas rationnels pour les rendre intelligibles tout en légitimant l’action des réformateurs206. Dans la logique réformatrice, l’élaboration d’une politique du logement reposait sur une perception rationnelle du champ social. Mais ce travail de décryptage des comportements était assorti d’une volonté de contrôle. Signe de cette nouvelle rationalité, l’analyse des besoins sociaux prétendait endiguer les comportements et les satisfaire tout à la fois à travers l’ordonnance réglée de l’espace, l’arrangement minutieux des intérieurs, la prise en charge du loisir des habitants. La notion de « besoin social » illustre alors le dilemme et l’ambiguïté de la pensée sociale : volonté d’améliorer la qualité de vie des plus démunis et prévision des conduites selon des normes préétablies. La satisfaction des besoins prend parfois la forme d’un contrôle. L’intérêt pour les classes moyennes qui à la veille de la Première Guerre mondiale mobilisa les promoteurs du projet des cités-jardins éclaire à cet égard l’ambiguïté inhérente à l’action réformatrice : conséquence de l’évolution de la mosaïque sociale, il répond aussi à l’aliénation du projet des cités-jardins au soutien financier, notamment de la part des pouvoirs publics.

2. La « construction » des couches populaires : l’émergence des classes moyennes

  • 207 Delphine Gardey évoque pour la France l’essor du groupe des employés de bureau qui « commence vers (...)

99Dans l’esprit de Howard, la cité-jardin, bien qu’elle abritât l’ensemble des couches sociales, comblait en première ligne la pénurie des logements destinés aux ouvriers. Ce fut en l’occurrence cet aspect que retinrent les premiers interprètes du projet anglais des deux côtés de la frontière. Puis, à mesure que le dessein urbanistique de la cité-jardin fut remanié, sa vocation sociale se transforma. La prise en compte progressive de nouvelles catégories par le projet réformateur autour des années 1910, en France comme en Allemagne, tenait à l’évolution de la société urbaine. Signe de l’expansion des couches moyennes dans les grands centres urbains et de la précarité de leurs conditions de vie, le Congrès international des classes moyennes de 1908 consacrait une section entière à la question du logement. Le développement des villes remorquait de nouveaux emplois207, suscitant l’accroissement du nombre des « employés ».

  • 208 Maurice Dufourmantelle, « Les cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation (...)
  • 209 Delphine Gardey, Un monde en mutation, op. cit., p. 129.
  • 210 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1909, op. cit., p. 6.
  • 211 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 24.

100En France, les réformateurs prirent acte d’un problème du logement spécifique aux couches moyennes208. Si cette question reflétait les mutations de la structure sociale, elle était le révélateur aussi de la déchéance de certaines catégories. Delphine Gardey a montré en effet que « la dureté des conditions de travail faites à l’employé en ce début de siècle est un des aspects principaux du développement du syndicalisme et du thème de l’employé-prolétaire209 ». De son côté, la DGG accorda à l’habitation des couches moyennes une part de plus en plus grande de ses activités210. La cité Marienbrunn de Leipzig fut explicitement décernée au logement des couches moyennes. Cette vocation ne répondait pas seulement à une nécessité sociale, elle gageait également du succès financier de l’opération de construction. À leipzig, la classe de logements correspondant au pouvoir financier de cette population faisait défaut. En comblant une faille du marché de la construction, les promoteurs du projet de construction pouvaient à plus forte raison prétendre au soutien de la municipalité : ils exploitèrent largement cet argument dans la requête adressée au pouvoir municipal, statistiques à l’appui211. Certainement, le tournant pragmatique qui modifia le profil de la DGG au cours de l’année 1906 n’est pas étranger à cette ouverture à la catégorie des classes moyennes, et plus particulièrement à celle des « employés », comme le soulignait Hans Kampffmeyer. On se souvient que les obstacles notamment financiers rencontrés lors de la construction des premières cités-jardins avaient étiolé certains idéaux. L’argument financier rejaillissait aussi sur la destination sociale de la cité :

  • 212 F. Biel, Wirtschaftliche und technische Gesichtspunkte zur Gartenstadtbewegung, Leipzig, H. A. Ludw (...)

Même si la cité est ouverte à tout le monde, il n’en demeure pas moins que seuls sont concernés ceux qui sont en mesure de payer le loyer, sinon les dépenses courantes, les intérêts, le recouvrement des crédits ainsi que l’entretien courant212.

101Même si la rhétorique propagandiste invoquait le « prolétariat », les populations effectivement logées dans les cités-jardins trahissaient un échantillonnage différent. Ainsi en 1912, Ernst Behnisch, qui comptait alors parmi les dirigeants de la DGG, justifiait en ces termes l’absence des populations les plus misérables de Strasbourg dans la cité-jardin du Stockfeld :

  • 213 Ernst Behnisch, « Stockfeld », in : Gartenstadt, n°10, octobre 1912, p. 172.

Nous voyons à nouveau qu’on ne peut aider qu’indirectement la classe d’habitation la plus basse : en favorisant l’ascension de la couche sociale juste au-dessus si bien que ceux qui sont situés en bas de cette classe d’habitation sont un peu hissés vers le haut213.

  • 214 « Über die Gartenstadt Braunschweig », in : Gartenstadt, mars 1914, p. 56.
  • 215 Cité par Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., p. 99.

102Ce discours trahit un profond clivage avec les idéaux sociaux que la DGG propageait par ailleurs. La réussite financière des opérations de construction reposait en effet sur un échantillonnage précis de la population à partir des « classes d’habitation » – Wohnklasse. Les ouvriers accueillis dans les cités-jardins étaient sélectionnés parmi l’élite. À Braunschweig, peu de temps avant la guerre, on recruta les futurs habitants de la cité parmi les ouvriers « qui se réclame(nt) d’un revenu sûr et qui dans ses(leurs) vues n’est(ne sont) pas dépourvu(s) d’une certaine part d’idéalisme214 ». L’allusion à l’idéalisme des ouvriers supposait, on le devine, un certain niveau culturel. Le profil social des classes moyennes semblait bien correspondre à ces attentes. Mais ce n’était pas la seule garantie qu’offrait cette catégorie sociale. Elle servait de gage au montage financier qui soutenait la construction. Adolf Pohlmann, l’un des membres du mouvement de la réforme foncière, rappelle en effet la précarité du système de crédit qui finançait le droit de superficie héréditaire – Erbbaurecht – en usage dans les cités-jardins. Les structures de crédit préféraient en effet financer des catégories de population dotées de revenus réguliers, parfois tirés d’un commerce ou d’une petite entreprise, si ce n’est d’un petit capital215.

  • 216 Sur l’introduction de l’assurance employé et les modalités de sa gestion : Sandrine Kott, L’État so (...)
  • 217 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Berlin, 1909, op. cit., p. 85.

103La présence des classes moyennes dans les cités-jardins, bénéficiaires privilégiés des crédits alloués par les banques, conjecturait alors la sécurité financière des opérations. Alors qu’une enquête du ministère de l’Intérieur du Reich confirmait en 1901 la précarité sociale des employés et confortait les revendications des employés formulées depuis la fin des années 1890 en faveur d’une assurance particulière, l’introduction d’une assurance réservée aux employés, finalement instituée en décembre 1911216 était entrevue, en outre, par les sociétés de construction comme un moyen de maintenir le cap financier. Hans Kampffmeyer, dès 1909, reconnut l’avantage financier que les sociétés de construction pourraient tirer de la création d’une caisse nationale d’assurances, susceptible d’investir dans le projet des cités-jardins217.

104Le montage des opérations de financement du projet des cités-jardins achève de révéler l’ambiguïté de la notion de « besoin social ». Il met en valeur l’enjeu des conditions de financement de la construction pour la sélection sociale des habitants et nous éclaire sur la catégorisation des couches sociales dans les politiques du logement. Cette catégorisation sociale à l’œuvre dans le projet réformateur, prélude aux politiques du logement, contribue à la normalisation de l’espace et de son aménagement dans les cités-jardins.

3. La cité-jardin « modèle » : architecture et normalisation

Cité-jardin : la naissance d’un « type » d’habitat

  • 218 Voir notamment Christian Moley, L’ Architecture du logement. Culture et logiques d’une norme hérité (...)
  • 219 Ernst-Ludwig-Verein-Darmstadt, Praktische Wohnungsfürsorge in Hessen, Darmstadt, Heedt&Ganss, 1908.
  • 220 Henri Sellier, La crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitation populaire da (...)

105En France comme en Allemagne, le projet des cités-jardins opéra une rationalisation des procédés de construction. L’épuration fonctionnelle de l’architecture des cités répondait avant tout aux contraintes économiques de la réalisation. Certes, le processus de normalisation de la construction ne fut pas initié par les cités-jardins. Il suffit de se reporter au catalogue de « maisons-types » établi par Émile Cacheux218 ou aux innovations architecturales tentées dans les cités ouvrières219 pour s’apercevoir de l’effort de rationalisation déjà suscité par la construction de l’habitation populaire. La cité-jardin intensifia ce phénomène et servit de terrain d’exercice, en France comme en Allemagne, à l’application des méthodes de rationalisation – standardisation des éléments de construction, élaboration de plans-types –, certainement parce qu’elle impliqua des échelles de construction plus ambitieuses. L’exercice de la comparaison achoppe néanmoins ici à une difficulté qui tient au décalage chronologique dans la mise en œuvre de ces pratiques en France et en Allemagne. La construction des cités-jardins sur la couronne parisienne inaugurera certes de nouvelles techniques de standardisation, mais après que l’Office public d’HBM du département de la Seine aura été créé en 1915. En effet, des architectes seront alors désignés, chargés d’étudier un « certain nombre de formules220 » : ils s’inspireront notamment des cités-jardins déjà construites à l’étranger. L’édification des cités-jardins, plus précoce en Allemagne, généra au contraire plus tôt l’expérimentation de nouveaux procédés de rationalisation de la construction. On ne peut en faire l’impasse ici car ces progrès permettent d’expliquer le rôle dévolu à la cité-jardin ultérieurement, notamment dans les projets de reconstruction élaborés dès les débuts du premier conflit mondial.

  • 221 « Les difficultés principales qui empêchent actuellement l’extension plus large du mouvement des ci (...)
  • 222 Gartenstadt, 3e année, n°7, novembre 1909, p. 105.
  • 223 Karl von Mangoldt, « Aussichten der Gartenstadtbewegung », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, (...)

106Très tôt, les promoteurs allemands du projet des cités-jardins, soucieux de réduire les coûts de construction221, posèrent des exigences de rationalisation qui se répercutèrent sur l’organisation de la construction. La structure d’expertise créée en 1910 par la DGG, le Verbandgemeinnütziger Garten­stadtunter­nehmungen, envisagea par exemple la création d’un comptoir central, une coopérative d’achat en gros de matériel de construction, mais aussi d’éléments de construction (fenêtres, portes, poêles, installations sanitaires etc.) ainsi que de meubles222. À travers la mise en place de ces structures, qu’il s’agisse des services d’expertise, d’agences spécialisées dans l’architecture des cités-jardins comme celle de HugoWagner, Lotz&Schacht de Brême ou de comptoirs d’achat, on s’acheminait vers l’élaboration d’une architecture normée. Karl von Mangoldt soulignait à cet égard le rôle précurseur de la DGG dans « l’exécution d’un nouveau type [souligné par l’auteur] d’aménagement urbain223 ».

  • 224 Voir Felix Genzmer, « Kunst im Städtebau », in : Joseph Brix, Felix Genzmer, Städtebauliche Vorträg (...)
  • 225 F. Biel, Wirtschaftliche und technische Gesichtspunkte zur Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 45.

107Ce type était avant tout fixé par le schéma réglé de ses artères. Les architectes des cités-jardins appliquaient le principe préconisé par les urbanistes de l’époque : séparation rigoureuse des voies de circulation selon leur fonction et leur emplacement – Verkehrstrassen et Wohnstrassen224. Par nécessité économique, l’aménagement du réseau routier se conforma à des mesures standard, ainsi qu’à des techniques de construction rudimentaires (chaussée goudronnée, chemins piétons constitués d’une couche de scories recouverte de gravier et bordés de pavés au lieu d’onéreuses dalles de granit)225.

  • 226 Ibid., p. 92-94, tableau C3a.
  • 227 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », p. 69, in : Gartenstadt, 7e année, n°4, (...)
  • 228 Ibid., p. 69.

108Le lotissement des cités-jardins répondait aussi à des dimensions standard : la taille des parcelles individuelles oscillait entre 150 et 5000 m²226, mais couvrait en moyenne 400 m². La surface moyenne des jardins équivalait environ à 200m². L’utilisation de l’espace, compte-tenu de ces dimensions réduites, faisait l’objet d’une ordonnance très stricte. Ainsi donc, même à l’intérieur des jardins privés, nature des essences, emplacement des massifs, taille des arbres et des buissons étaient déterminés dans un règlement valable à l’échelle de la cité227. Migge prévoyait une « structure du jardin » rationnelle – Ill. 15 – qui ne devait pas être abandonnée à la fantaisie des habitants228.

109L’aménagement intérieur était lui aussi calqué sur un schéma fonctionnel et les seules variations étaient dues aux libertés qu’octroyaient les classes de construction destinées à une clientèle un peu plus aisée. Ainsi dans la maison « élémentaire » de la cité-jardin, on trouvait au rez-de-chaussée une cuisine et une, voire deux pièces attenantes.

Ill. 11 - Heinrich Tessenow, maison élémentaire, Hellerau

Ill. 11 - Heinrich Tessenow, maison élémentaire, Hellerau

110La cuisine faisait en général office de salle à manger et en fonction de la classe de construction, elle était parfois flanquée d’une salle à manger indépendante. Lorsque la cave faisait défaut, on avait parfois ménagé un coin dans la cuisine consacré à la lessive ainsi qu’aux soins du corps. L’étage supérieur comptait les chambres à coucher. Ce plan-type procédait d’une hybridation des modèles : à l’aménagement intérieur des premières cités ouvrières se superposait l’agencement des maisons dans les cités-jardins anglaises. Comme dans les maisons ouvrières, la cuisine disposée au rez-de-chaussée accédait au jardin ou à l’étable, de manière à faciliter le lavage des produits du jardin. L’introduction de la baignoire dans la cuisine était copiée des pratiques initiées dans les cités-jardins anglaises. C’est le cas aussi, semble-t-il, de l’ouverture de la cuisine sur une terrasse.

Ill. 12 - New Earswick, baignoire où on lave aussi les légumes

Ill. 12 - New Earswick, baignoire où on lave aussi les légumes

Ill. 13 - Hermann Muthesius, plan cuisine, habitation populaire

Ill. 13 - Hermann Muthesius, plan cuisine, habitation populaire
  • 229 Gartenstadt Hellerau. Ein Bericht über den Zweck, die Organisation, die Ansiedlungs-Bedingungen, di (...)
  • 230 Hermann Muthesius, Kleinhaus und Kleinsiedlung, op. cit., p. 225.
  • 231 Voir Lucius Burckhardt (dir.), Der Werkbund in Deutschland, Österreich und der Schweiz. Form ohne O (...)

111La standardisation de la construction était en outre gouvernée par la contrainte du rendement. On expérimenta donc de nouveaux procédés de construction dont la confection et le prix s’avéraient plus économiques. L’édification d’Hellerau induisit par exemple plusieurs innovations. Un des architectes, Heinrich Tessenow, introduisit un nouveau procédé dans la réalisation des façades qui facilitait la construction rapide et à moindre coût de la maison économique229. Le procédé fut commercialisé par une entreprise créée à cette occasion Kleinhausbau G.m.b.H qui se spécialisait dans la construction de maisons économiques. L’architecte Muthesius indiquait en outre que pour la première fois, lors de la construction d’Hellerau, « on exécuta des portes et des fenêtres selon des normes unitaires230 ». C’étaient bien les méthodes de l’architecture en série qu’on était en train d’explorer. Si ces méthodes étaient dictées par les contraintes économiques, elles trouvaient aussi une justification stylistique : la répétition des motifs architecturaux et la simplicité furent revendiquées par le mouvement des cités-jardins comme un trait typique de leur morphologie. La référence au rythme qui fondait le principe de cette composition architecturale habillait les contraintes économiques de la construction d’une signification esthétique – posture esthétique qui faisait écho aux idées développées au même moment par les adeptes du Werkbund231. De nombreux clichés publiés dans les ouvrages de propagande du mouvement des cités-jardins mettent ainsi en valeur, grâce à une prise de vue appropriée, la reproduction en série des bâtiments ou la répétition régulière des jardins.

Ill. 14 - Hermann Muthesius, composition de la rue, Hellerau

Ill. 14 - Hermann Muthesius, composition de la rue, Hellerau

Ill. 15 - Leberecht Migge, jardins, cité Leipzig-Marienbrunn

Ill. 15 - Leberecht Migge, jardins, cité Leipzig-Marienbrunn
  • 232 Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Reform, op. cit., p. 66.

112Cette justification esthétique témoigne de l’ambiguïté du processus de rationalisation qui gouvernait la réalisation des cités-jardins. Ainsi, cette idée de rythme fut convoquée pour légitimer la construction des maisons en enfilade qui pourtant ne plaisaient pas aux ouvriers. Un membre de la coopérative Reform décrit leur préférence pour la maison individuelle232. Si le projet des cités-jardins impliqua une standardisation de l’architecture, quelle fut l’influence des formes sur la vie sociale des habitants et dans quelle mesure ce projet normatif débordait-il sur la vie privée ?

Régler le quotidien

  • 233 Voir « Auch unsere Körper müssen einen Sabbat, auch unsere Seelen einen Sontag haben. Arbeitszeit, (...)
  • 234 Peter Behrens, « Die Gartenstadtbewegung », in : Gartenstadt, 1908, n°4, op. cit., p. 27.
  • 235 « Neue Beiträge zur Wohnungskultur » in : Gartenstadt, 1re année, n°4, p. 31, Hohe Warte, vol. 3, 1 (...)

113Le mouvement des cités-jardins accordait, on l’a dit, à l’architecture le pouvoir de modeler la vie sociale de la cité. La standardisation qui d’un côté était dictée par les nécessités de la production était aussi revendiquée par la réforme du logement comme un moyen d’éduquer les habitants à de nouvelles habitudes, en somme d’introduire de nouveaux modes de vie. Les articles publiés dans la revue Gartenstadt abordent l’urbanisme fonctionnel de la cité-jardin comme le produit d’un ajustement du bâti aux mutations du travail tout comme aux conditions de l’urbanisation. Ainsi la cartographie fonctionnelle de l’espace, séparant quartiers résidentiels et quartiers des activités, décalquait en quelque sorte l’affectation du temps entre travail et repos, conséquence de l’évolution de la législation sociale sur le repos ouvrier233. Si la démarche prévisionnelle était au cœur de l’urbanisme des cités-jardins, elle s’étendit aussi à l’agencement de la vie quotidienne dans la cité. La fonction résidentielle assumée par la cité-jardin devenait synonyme de « calme », de « repos », de « confort », de « sédentarité », qualités bourgeoises qui différenciaient le loisir du travail. Ainsi Peter Behrens préconisait l’aménagement de places dans les cités-jardins qui devaient transmettre « le sentiment du calme, on pourrait dire du bien-être domestique234 ». La revue Gartenstadt tirait le bilan des mutations qui bouleversaient la conception de l’habitat – Wohnungskultur – qui n’était plus aménagé à des fins de représentation mais en vertu du « bien-être235 ».

  • 236 Ibid.
  • 237 Gartenstadt, n°4, avril 1912, p. 58.
  • 238 Voir « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907, p. 109.
  • 239 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 6 (...)
  • 240 Leberecht Migge, « Die Gartenstadt als Stadt der Gärten », in : Gartenstadt, n°1, janvier 1914, p.  (...)

114L’élément naturel articulait non seulement cette différenciation fonctionnelle des espaces mais aussi l’affectation du temps entre loisir et travail. Ainsi, le mouvement des cités-jardins admettait transposer en Allemagne une tendance désormais établie en Angleterre en mettant à la portée des plus humbles une modeste villa campagnarde où « passer ses vacances et les dimanches chômés236 ». Le jardin, paré de tous les bienfaits que le mouvement des cités-jardins prêtait de manière générale à la nature, prenait en charge cette nouvelle conception de l’habitat. La cité-jardin était destinée aux « employés, fonctionnaires et ouvriers qui ont peut-être le plus besoin de trouver, après les peines du travail, le réconfort d’un logis calme et de son jardin et qui n’ont pas le temps d’aller se promener dans les parcs237 ». De manière étonnante, le travail de la terre, préconisé par les réformateurs notamment dans le cas des populations émigrées encore rompues aux habitudes rurales, loin d’être perçu comme un labeur, était considéré comme le loisir idéal de l’ouvrier à la sortie de l’usine238. Car le jardin ordonnait le temps libre des habitants autour d’activités savamment ritualisées : le travail de la terre certes, mais aussi la lecture, le repos, les jeux. Le jardin, véritable salon de verdure, permettait en effet d’inculquer les valeurs du beau et de l’ordre, de transmettre cette nouvelle culture du loisir : des cours de jardinage étaient dispensés aux habitants239. Migge, cet architecte spécialisé dans l’aménagement paysager, suggérait que l’on confiât l’aménagement des jardins individuels à un « spécialiste » chargé de régler, contrôler et planifier la plantation des arbres240.

115Cette suggestion laisse percevoir toute l’ambiguïté de cette culture du logis et du loisir modelée par les formes spatiales : imposition de schémas de la classe dominante ou amélioration du sort des plus démunis ? Ainsi, la cité-jardin de Leipzig Marienbrunn servit de cadre à une exposition d’intérieurs où, pouvait-on lire dans la brochure de présentation :

  • 241 Die Gartenstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 83.

On trouvait tout ce qui est nécessaire à la vie domestique et même, ce qui est loin d’être négligeable, à la bonne place241.

Ill. 16 - Heinrich Tessenow, maison pour ouvriers, jardin

Ill. 16 - Heinrich Tessenow, maison pour ouvriers, jardin
  • 242 Pour un aperçu de la question voir : « L’intérieur domestique. Pour une analyse du changement dans (...)
  • 243 « Handwerkerausstellung in Marienbrunn 1913 », in : Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit(...)
  • 244 Ibid., p. 88.
  • 245 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, 7e année, n°4, avril (...)

116Mais selon quels critères la « bonne place » était-elle déterminée ? Quel était l’impact de l’ordonnancement fonctionnel des espaces ? Quelle conception de « l’ordre » décalquait-il ? On n’insistera pas sur cette problématique d’ores et déjà abondamment discutée242. La cité-jardin sans aucun doute sert de révélateur à l’ambiguïté du projet réformateur. On ne peut à cet égard ignorer la visée normative qui habitait l’exposition de meubles organisée dans la cité-jardin de Marienbrunn à l’occasion de cette fameuse manifestation internationale qui se tint à Leipzig en 1913243. Les objets exposés étaient censés répondre aux besoins spécifiques des « classes moyennes244 », celles pour qui la cité de Marienbrunn fut d’ailleurs conçue. À travers la mise en scène du cadre de vie, on simulait un mode de vie pour identifier une catégorie sociale dont l’homogénéité était présumée. La fonction du jardin dans la cité participe d’une tendance similaire à la normalisation des conduites. L’aménagement de son espace fixé à l’intérieur d’un règlement restreignait la jouissance que l’habitant pouvait en tirer245. Une des clauses du contrat de bail de la cité-jardin de Leipzig-Marienbrunn stipulait à cet effet :

  • 246 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 70.

La plantation d’arbres sera réalisée par le bailleur. En outre, le preneur ne devra pas réaliser de plantations en dilettante. Le preneur veillera au bon entretien du jardin et à son maintien. Les arbres et buissons plantés rentreront, à la fin du présent contrat, dans la possession de bailleur, sans contrepartie financière246.

  • 247 Leberecht Migge, « Die Gartenstadt als Stadt der Gärten », in Gartenstadt, n°1, janvier 1914, p. 4-
  • 248 Voir notamment la présentation programmatique de la cité-jardin d’Hellerau in : August Lux, « Die G (...)

117L’aménagement de l’espace déterminait de surcroît les emplacements et partant dictait les conduites : la terrasse qui bordait la maison abritait repas et lectures, alors que le potager invitait au travail. Mais il servait aussi à inculquer à l’habitant les principes d’une conduite morale. Migge citait trois règles auxquelles obéissait l’aménagement des jardins : « économie, simplicité, honnêteté ». Le jardin apprenait aussi à l’ouvrier à « organiser » son temps : l’emplacement des chemins y avait été étudié de manière à composer un système rationnel247. L’usage réglé des lieux et des objets était un moyen d’introduire dans la vie quotidienne le principe d’efficacité. Le terme de rationalité248 – Zweckmässigkeit – qui servait souvent à décrire l’aménagement idéal de l’espace dans la cité insiste sur ces deux aspects : l’introduction d’un principe de rationalité et de prévisibilité mais aussi la recherche de l’efficacité. Cette rationalité n’affectait pas seulement l’organisation de l’espace, mais aussi les corps et les gestes. À travers le jardin, on voit comment les déplacements furent déterminés à l’avance. La cuisine offre un exemple supplémentaire de cette « normalisation » des conduites : les gestes de la ménagère furent étudiés, mais aussi programmés à travers l’emplacement des meubles et des ustensiles, fixés à l’avance dans les plans-types. Le rêve initial des fondateurs du mouvement des cités-jardins, régénérer la société, se perpétua dans une représentation quasi-prométhéenne de la tâche de l’architecte des cités-jardins qui :

  • 249 Theodor Fischer, « Was ich bauen möchte », in : ibid., p. 326.

(…) simplement par le climat de son espace parvient à contraindre l’homme à enlever son chapeau et la femme à contrôler son ton de voix249.

Ill. 17 - Heinrich Tessenow, aménagement planifié de la cuisine

Ill. 17 - Heinrich Tessenow, aménagement planifié de la cuisine

Conclusion du deuxième chapitre

118Le succès recueilli par l’ouvrage de Howard tient sans doute à la force de son postulat : s’appuyer sur les formes spatiales pour modeler de nouvelles configurations sociales. La thématique qu’il y développait intervenait en effet à un moment où les questions environnementales constituaient l’actualité de la pensée urbaine. Les discours sur la ville, qu’ils aient concerné l’hygiène, le logement social ou l’aménagement urbain, étaient parcourus par une ligne d’intelligibilité transversale : le « milieu » servait aussi bien de cadre d’observation que de schème explicatif. De même, alors que la protection de l’environnement commençait à s’organiser sous la férule des institutions, le terme de « paysage », soumis à de nouvelles clarifications conceptuelles, devint lui aussi central pour la pensée environnementale en plein essor. C’est le croisement fécond du postulat de Howard avec cette réflexion qui a intéressé cette étude : l’analyse comparative s’imposait à un sujet où l’articulation de l’urbain et du naturel cristallisait en Allemagne et en France des images nationales. On a notamment pu constater que ce croisement avait engendré de nouvelles représentations de l’espace public et impulsé de nouvelles formes d’incitation publique dans la gestion urbaine. Le renvoi récurrent à la cité-jardin dans les réflexions sur l’habitat populaire et les politiques du logement eut des répercussions sur la gestion locale. L’analyse a examiné les différentes manières dont le projet des cités-jardins est intervenu dans la réforme de la politique urbaine en France et en Allemagne : dans le cadre d’une réforme de la législation du logement dans un cas, par le biais d’expériences menées sur le terrain dans l’autre. On a vu en outre comment le projet s’est imposé comme référence pour penser à une nouvelle échelle l’organisation territoriale des deux capitales. La cité-jardin fut intégrée, aussi bien en France qu’en Allemagne, aux discussions sur l’articulation des niveaux d’intervention dans la gestion locale. La réalisation des cités-jardins allemandes servit de tremplin pour impulser la réforme des politiques du logement à une échelle plus globale. On a pu alors observer que certaines expériences ont parfois remis en question la suprématie municipale, suscitant l’arbitrage d’autres échelons de compétence dans la réforme des réglementations urbaines. En France, la cité-jardin aida à résoudre la question de l’extension des compétences municipales dans la construction : elle inspira un mode inédit de « service public ».

119C’est jusqu’à présent à travers la réforme de la gestion locale que fut abordée la question de l’interventionnisme public. Le prochain chapitre se propose de changer la focale d’observation et d’aborder le débat sur l’interventionnisme dans la construction des cités-jardins dans un cadre national. Ce débat est en effet parcouru, en France comme en Allemagne, de références à la Nation. Les chapitres qui suivent seront consacrés au rôle de la référence nationale dans ce débat.

Notes

1 Voir l’important travail de publication d’Edouard Fuster consacré au système social allemand.

2 Edouard Fuster, « Retour de Dresde. L’énergie française », in : Alliance d’Hygiène Sociale, 7e Congrès d’Hygiène Sociale Roubaix 19-22 octobre 1911, op. cit., p. 363-364.

3 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, Paris, M. Rivière, 1920, p. 40 et Henri Sellier, La crise du logement, p. 235.

4 Christophe Charle, Les intellectuels en Europe au XIXe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

5 Bernhard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », in : « Mitteilungen der Deutschen Gartenstadtgesellschaft », 2e année, n°1-2, p. 3, Hohe Warte, vol. 4, 1908 ; Bernhard Kampffmeyer, Gartenstadt und Landeskultur, tract n°10, Berlin 1906, op. cit., p. 12.

6 Voir notamment Jürgen Reulecke, Sozialer Frieden durch soziale Reform. Der Centralverein für das Wohl der arbeitenden Klassen in der Frühindustrialisierung, Wuppertal, Peter Hammer Verlag, 1983. On se reportera notamment au chapitre « Die Gründung des Centralvereins », in : ibid., p. 76-87 et « ’Praktischer Sozialismus’ im Vormärz : der Centralverein zwischen Armenpflege und ‘radikaler Sozialreform’ », in : ibid., p. 126-142.

7 « Die Gartenstadt Hellerau », supplément au n°6 de « Gartenstadt » in : Hohe Warte, vol. 4, 1908, p. 325.

8 Sur l’organisation et l’encadrement des activités culturelles dans la cité de Karlsruhe : Gartenstadt, 8e année, n°4, avril 1914, p. 80.

9 Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der Gartenstadt Hellerau, op. cit., p. 336.

10 « Die Gartenstadt Hellerau », supplément au n°6 de « Gartenstadt », in : Hohe Warte, vol. 4, 1908, p. 314.

11 Die Gartenstadt Hellerau bei Dresden, Dresden, Verlag der Gartenstadt Hellerau bei Dresden G.m.b.H, 1912, p. 20.

12 Bernhard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », op. cit., p. 5.

13 Sur la conception de l’association réformatrice : Bernhard Kampffmeyer, Gartenstadt und Landeskultur, op. cit., p. 12.

14 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Genossenschaft in England und Deutschland », in : Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Aus englischen Gartenstädten, Berlin 1910, p. 75.

15 In : Georges Risler, « Les cités-jardins », in : Musée social, Mémoires et documents, op. cit., p. 378.

16 Maurice Dufourmantelle, « La réforme de l’habitation populaire par les cités-jardins », in : Revue économique internationale, septembre 1910, p. 18.

17 Georges Risler, Maurice Dufourmantelle, « L’habitation populaire en Angleterre. Souvenirs du 8e Congrès international des HBM. Londres 1907 », op. cit., « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habitation populaire en Allemagne », in : SFHBM, Bulletin, n°4, 1909 ; « La réforme de l’habitation populaire par les cités-jardins », in : Revue économique internationale, septembre 1910, op. cit., « les Cités-Jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », op. cit.

18 Maurice Dufourmantelle, « les Cités-Jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », op. cit., en particulier p. 20 et p. 23.

19 Janet Horne, « L’antichambre de la Chambre : le Musée social et ses réseaux réformateurs, 1894-1914 », in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, op. cit., p. 125.

20 Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, Armand Colin, 1913, p. 200.

21 Maurice Dufourmantelle, « les Cités-Jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », op. cit., p. 60. Sur les cités-jardins allemandes : Ibid., p. 47.

22 In : Jürgen Kocka, Das lange 19. Jahrhundert. Arbeit, Nation und bürgerliche Gesellschaft, Stuttgart, Klett-Cotta, 2001, p. 78-79.

23 Ils constituaient 40% de la croissance urbaine in : ibid.

24 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Genossenschaften und Genossenschaftsstädte, tract n°4, Berlin, Verlag der Deutschen Gartenstadt-Gesellschaft, 1904.

25 In : Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, G. B. Teubner, 1909, p. 88-90 : « Die Gartenstadt eine neue Stufe städtischer Entwicklung ».

26 Donnat-Alfred Agache, « La cité-jardin », in : Alliance d’Hygiène Sociale, 7e Congrès d’Hygiène Sociale Roubaix 19-22 octobre 1911, op. cit., p. 89.

27 Pierre Rosanvallon, « État et société. Du XIXe siècle à nos jours », in : André Burguière et Jacques Revel (dir.), Histoire de la France, volume II : Jacques Le Goff (dir.), L’État et les pouvoirs, Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 496.

28 Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, La question de la reconstruction des villes et des villages détruits par la guerre, op. cit., p. 52 et p. 61.

29 Donnat-Alfred Agache, Jean-Marcel Auburtin, Edouard Redont, Comment reconstruire nos cités détruites. Notions d’urbanisme s’appliquant aux villes, bourgs et villages, Paris, A. Colin 1915 (dépôt 1917). Citations : p. 70 ; p. 72 et p. 74.

30 Maurice Dufourmantelle, « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habitation populaire en Allemagne », op. cit., p. 458.

31 Voir notamment Werner Szambien, Symétrie, goût, caractère. Théorie et terminologie de l’architecture à l’âge classique. 1550-1800, Paris, Picard, 1986.

32 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1909, op. cit., p. 46.

33 Peter Behrens, « Die Gartenstadtbewegung », article initialement paru dans le Berliner Tageblatt, reproduit in : « Gartenstadtmitteilungen », 2e année, n°4, p. 26, Hohe Warte, vol. 4, 1908.

34 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Baukunst » in : Moderne Bauformen, Monatshefte für Architektur, n°3, 1908.

35 Karl-Ernst Osthaus, « Gartenstadt und Städtebau », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan. Vorträge gehalten auf der Jahresversammlung der DGG, op. cit., p. 39.

36 F. Biel, Wirtschaftliche und technische Gesichtspunkte zur Gartenstadtbewegung, Leipzig, H. A. Ludwig Degener, 1914, p. 8 ; Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 3.

37 Stefan Muthesius, The English Terraced House, New Haven/London, Yale Univ. Press, 1982, p. 1 et suivantes.

38 Pour plus de précisions sur ce mode de construction en rangée, on se reportera à la note (1) de l’article de Gerhard Fehl, « Gartenstadt-Bebauung oder schematische Reihenhaus-Bebauung ? Zum Konflikt um die Bebauungsweise neuer Siedlungen ab 1918, dargestellt am Werk des Essener Architekten Josef Rings », in : Franziska Bollerey, Im Grünen wohnen, im Grünen planen, Hamburg, Christians, 1990, p. 189-227.

39 Voir Victor Aimé Huber, « Über innere Kolonisation » article de 1846, publié in : Hartmut Frank (ed.), Lesebuch zur Wohnungsfrage, Köln, Pahl-Rugenstain, 1983, p. 124.

40 Leberecht Migge, Deutsche Binnenkolonisation. Sachgrundlagen des Siedlungswesens, Berlin, Deutscher Kommunal-Verlag G.M.B.H, 1926, p. 52 -53. Citation, p. 53.

41 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 68.

42 Camillo Sitte, Städtebau. Nach seinen künstlerischen Grundsätzen, réédition de l’édition originale de 1909, Braunschweig/Wiesbaden, Friedr. Vieweg&Sohn, 1983.

43 Georges Benoit-Lévy, « Art et coopération dans les cités-jardins », in : La cité-jardin, troisième volume, Paris 1911, p. 112-113.

44 Léon Jaussely, « Les cités dévastées par la guerre. Études de reconstitution », in : La vie urbaine, n°1-2, mars-juin 1919, p. 136.

45 Leberecht Migge, « Mehr Ökonomie », in : Gartenstadt, 4e année, n°10, octobre 1910, p. 111; Peter Behrens, « Die Gartenstadtbewegung », in : Gartenstadt, 2e année, n°4, op. cit., p. 26.

46 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Baukunst », op. cit., p. 90.

47 Voir « Émile Jacques Dalcroze und seine Bildungsanstalt », in : Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der Gartenstadt Hellerau, op. cit., p. 356.

48 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und Baukunst », op. cit., p. 91.

49 Hans Kampffmeyer, Gartenstadt und ästhetische Kultur, op. cit., p. 13.

50 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1913, op. cit., p. 95.

51 Les cours de Julius Posener publiés dans la revue Arch+ offrent un aperçu complet et intéressant sur le sujet : Julius Posener, « Arts and Crafts und die Folgen », « William Morris und die Folgen », « Zwischen Arts and Crafts und dem Werkbund », in Arch+, « Vorlesungen zur neuen Architektur 1750-1933 », Aachen, Arch+ Verlag, 1982, p. 4-27.

52 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1909, op. cit., p. 104.

53 Certaines façades de Falkenberg rappellent les façades de la renaissance. Certains détails – boiseries, tenants de fenêtres et de portes – portent les traces de l’architecture pratiquée dans le Nord de l’Europe – Hollande.

54 « Hier wohnen lauter Arbeiter und die haben ja keinen Geschmack! », in : Der Falkenberg, n°3, 1916, p. 10.

55 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, 1909, op. cit., p. 105.

56 Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und ästhetische Kultur », tract n°6, op. cit., p. 13.

57 Gemeinnüzige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Kolonie Reform eG, Reform. 95 Jahre Gartenstadtgeschichte an der Leipziger Straße, Magdebourg, Gemeinnüzige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Kolonie Reform eG, 2004, p. 51.

58 Das Stockfeld. Mitteilungen der gemeinnützigen Baugenossenschaft für die Gartenstadt Stockfeld, n°1, 21 février 1913, p. 1.

59 Das Stockfeld. Mitteilungen der gemeinnützigen Baugenossenschaft für die Gartenstadt Stockfeld, n°8, 6 juin 1912, p. 49.

60 « Émile Jacques-Dalcroze und seine Bildungsanstalt », in : Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau, op. cit., p. 356-364.

61 Voir notamment Rüdiger vom Bruch, « Gesellschaftliche Funktionen und politische Rollen des Bildungsbürgertums im Wilhelminischen Reich » et « Kulturbegriff, Kulturkritik und Kulturwissenschaften um 1900 », in : Rüdiger vom Bruch, Bürgerlichkeit, Staat und Kultur im Kaiserreich, op. cit., p. 52 et p. 84.

62 Wolfgang Kaschuba, « Deutsche Bürgerlichkeit nach 1800. Kultur als symbolische Praxis », in : Jürgen Kocka, « Bürgertum im 19. Jahrhundert. Deutschland im europäischen Vergleich », Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1988, p. 22-26.

63 Rüdiger vom Bruch, « Kulturbegriff, Kulturkritik und Kulturwissenschaften um 1900 », in : Rüdiger vom Bruch, Bürgerlichkeit, Staat und Kultur im Kaiserreich, op. cit., p. 94.

64 Voir Marcel Roncayolo, « L’intervention publique », in : La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1997, p. 132. Ainsi que Jürgen Reulecke, Geschichte der Urbanisierung in Deutschland, op. cit., p. 50-51.

65 Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., p. 39-41.

66 Pour une synthèse sur la question voir : « L’esquisse d’un interventionnisme public », in : Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan. Technique et politique dans la prévision urbaine. 1900-1930, op. cit., p. 69.

67 Pietro Emili, « Le principe de subsidiarité : norme secondaire entre séparation verticale et séparation horizontale des pouvoirs en Allemagne », in : Alain Faure (dir.), Territoires et subsidiarité. L’action publique locale à la lumière d’un principe controversé. L’harmattan, Paris, 1997, p. 95-132. Sur une mise en perspective historique, voir notamment : p. 103-107.

68 Voir Jürgen Reulecke, Geschichte der Urbanisierung in Deutschland, op. cit., p. 62 et suivantes : « Bürgerliche Selbstverwaltung und kommunale Daseinsvorsorge ». Hermann Beckstein, Städtische Interessenpolitik. Organisation und Politik der Städtetage in Bayern, Preußen und im Deutschen Reich 1896-1923, Düsseldorf, Droste Verlag, 1991, p. 22.

69 Ansiedlungsverein Gross-Berlin, Im Kampfe um Gross-Berlin, dritter Jahresbericht des Ansiedlungsvereins Gross-Berlin, Berlin, Fortschritt G.m.b.H., 1911, p. 13-14.

70 Bernard Kampffmeyer, « Vorwort », in : Bauordnung und Bebauungsplan, op. cit., p. 3.

71 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 12-13.

72 Il s’agit notamment du ministre de Bavière, Brettreich, voir Gartenstadt, n°4, avril 1910, p. 45.

73 Voir « Gartenstadt und Gartenvorstadt », tract publié en annexe de Deutsche Gartenstadt­gesellschaft, Aus englischen Gartenstädten, op. cit.

74 Gartenstadt Nürnberg E.G., 75 Jahre, Nürnberg 1983 ; Gartenstadt Nürnberg e.G., 100 Jahre Leben in der Gartenstadt, Erlangen, Druckhaus Mayer, 2008, p. 17.

75 Lettre de Paul Schlegel à Paul Matthes reproduite in : Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Kolonie Reform, op. cit., p. 2-4.

76 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit, p. 36.

77 Sur la mise en place du projet de construction voir : Gartenstadt Nürnberg e.G., 100 Jahre Leben in der Gartenstadt, op. cit., p. 26-27 et Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 37.

78 Sur un collège de 60 membres en 1908, le conseil municipal comptait 10 élus sociaux-démocrates en 1908 et 20 trois ans plus tard. Max Spindler, Alois Schmid (dir.), Das neue Bayern. 1880 bis zur Gegenwart., Vol. I : « Staat und Politik », München, Beck, 2003, p. 406.

79 « Rundschau », in : Gartenstadt, n°4, Avril 1910, p. 45. Pour faciliter la compréhension, nous avons retranscrit au discours direct ce discours qui à l’origine était au discours indirect.

80 Voir Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 37.

81 Berlepsch-Valendas, Hansen, Die Gartenstadt München-Perlach, München, Verlag E-Reinhardt 1910, p. 37 et Gartenstadt Nürnberg e.G., 100 Jahre Leben in der Gartenstadt, Nürnberg Wohnungsbaugenossenschaft Gartenstadt e.G, 2008, p. 26.

82 Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der Gartenstadt Hellerau, op. cit., p. 329-330.

83 Sur la création d’Hellerau: Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 17-19.

84 Voir DGG, Bauordnung und Bebbauungsplan. Ihre Bedeutung für die Gartenstadtbewegung, « Vorträge gehalten auf der Jahresversammlung der DGG 1911 », op. cit., p. 47 : « Le règlement d’urbanisme d’Hellerau. »

85 Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der Gartenstadt Hellerau, op. cit., p. 334.

86 Deutscher Verein für Wohnungsreform, Neue Aufgaben in der Bauordnungs- und Ansiedlungsfrage. Eine Eingabe des Deutschen Vereins für Wohnungsreform, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1906, p. 33.

87 In Percival Booth, Der Erlass des königlichen Ministeriums des Innern im Königreich Sachsen vom 10. November 1913 über Erleichterungen im Kleinwohnungsbau in seiner Bedeutung für die Wohnungsfürsorge nach dem Krieg, Leipzig, B. G. Teubner, 1916, p. 3.

88 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1909, op. cit., p. 77.

89 Gartenstadt Hellerau, Ein Bericht über den Zweck, die Organisation, die Ansiedlungsbedingungen, die bisherigen Erfolge und die Ziele, op. cit., p. 20.

90 Sur les origines du Werkbund et la formation à Dresde d’un réseau d’artistes et d’architectes, voir : Markus Eisen, « Die III. Kunstgewerbeausstellung 1906 und ihre Folgen », in : Winfried Nerdinger (dir.), 100 Jahre Deutscher Werkbund 1907-2007, München, Architekturmuseum der TU München, 2007, p. 25-26.

91 Alexander Dominicus, Straßburgs deutsche Bürgermeister Back und Schwander 1873-1918, Frankfurt/Main, Moritz Diesterweg, 1939, p. 15-19.

92 Sur le parcours des fonctionnaires de l’administration strasbourgeoise et leur rôle dans l’élaboration d’une politique municipale de régulation du chômage voir notamment : Bénédicte Zimmermann, « Naissance d’une politique municipale du marché du travail. Strasbourg et la question du chômage (1888-1914) », in : Revue d’Alsace, n°120, 1994, p. 209-234. Notamment : p. 227.

93 Sur les étapes qui ont préludé à cette mise en place : Alexander Dominicus, Straßburgs deutsche Bürgermeister Back und Schwander 1873-1918, op. cit., p. 56-65.

94 Stadtverwaltung Straßburg, Verwaltungsbericht der Stadt Straßburg für die Zeit vom 1. April 1910 bis Ende 1918, Straßburg, Fischbach, 1919, p. 504 et Archives de la CUS, 103MW2, Office du logement généralisé 1907/1922. Jahresbericht der Straßburger Wohnungsinspektion für die Zeit vom 1. April 1905 bis 8. März 1906.

95 Voir notamment Stefan Fisch, « Der Straßburger ‘Große Durchbruch’ (1905-1907). Kontinuität und Brüche in Architektur, Städtebau und Verwaltungspraxis zwischen deutscher und französischer Zeit », in : Christoph Cornelißen, Stefan Fisch, Annette Maas, Grenzstadt Straßburg. Stadtplanung, kommunale Wohnungspolitik und Öffentlichkeit 1870-1940, Röhrig, St. Ingbert 1997, p. 105-204. Ici : p. 113 et Alexander Dominicus, Straßburgs deutsche Bürgermeister Back und Schwander 1873-1918, op. cit., p. 59.

96 Ibid., p. 58.

97 Voir Socolopo, Historique depuis la fondation, p. 32-33.

98 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 58.

99 Ibid., p. 56 et suivantes.

100 Stefan Fisch, « Der Straßburger ‘Große Durchbruch’ (1905-1907) », op. cit., p. 148.

101 Alexander Dominicus, Straßburgs deutsche Bürgermeister Back und Schwander 1873-1918, op. cit., p. 64.

102 Sur la réalisation de la cité-jardin de Marienbrunn: Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit. (en particulier : p. 6-8, p. 11, p. 12, p. 27, p. 33); Gedenkschrift der Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn 1911-1936, Leipzig, Felix Meiner, 1938, en particulier : p. 7, p. 10, p. 14, p. 11, p. 19, p. 23)

103 Voir Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1913, op. cit., p. 66-67.

104 Dieter Schott, « 1891-1908: Die Stadt unter Strom », in : Michael Caroli, Ulrich Nieß (dir.), Geschichte der Stadt Mannheim, Vol. 2 : 1801-1914, Ubstadt-Weiher, 2007, p. 502-511.

105 Sur les activités de Moericke : Otto Moericke, Erinnerungen, Sigmaringen, Thorbecke, 1985, p. 44-48.

106 Zeitschrift für Wohnungswesen, n°7, 1913, p. 120.

107 Pour plus de précisions sur la formation du mouvement, on se reportera à « Eingabe an die 2. Kammer der Badischen Landstände », in : Gartenstadt, n°4, avril 1910, p. 40-41.

108 Otto Moericke, Erinnerungen, op. cit., p. 50.

109 Ibid., p. 49 et p. 51.

110 Ibid., p. 54.

111 Voir Compte rendu et documents du Congrès international des habitations à bon marché tenu à Paris les 18,19,20 et 21 juin 1900, Paris, Société française des habitations à bon marché, 1900, p. 169-175 et p. 265-266.

112 Ibid., p. 127.

113 C’est notamment le point de vue défendu par Eugène Rostand contre les thèses étatistes, in : ibid., p. 287.

114 Ibid., p. 143.

115 Actes du 7e Congrès international des habitations à bon marché. 7-10 Août 1905, « Compte-rendu des séances », p. 50.

116 Henri Rousselle, Frédérich Brunet, Émile Desvaux et Dherbécourt, Rapport au nom de la Commission des habitations à bon marché, sur la crise du logement et la création d’habitations à bon marché, Conseil municipal de Paris, Imprimerie municipale, 1912, p. 126.

117 Sur Frédéric Brunet : notice p. 113 in : Arlette Schweitz (dir.), Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001 ; Sur Dherbécourt : Notice p. 198 in : Ibid.

118 Actes du 7e Congrès international des habitations à bon marché. 7-10 Août 1905, « Compte-rendu des séances », p. 126.

119 Compte-rendu et documents du Congrès international des HBM, Paris, 1900, p. 262-293. Citations, p. 265 et p. 266.

120 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 333-34.

121 Sur les études de cas traités par Risler: Ibid., p. 329-331.

122 In : Georges Hottenger et Georges Risler, « Les plans d’extension et d’aménagement des villes », Bulletin de la Société industrielle de l’Est, Nancy, 1912. Cité par Bernard Kalaora, « Georges Hottenger et la question urbaine : L’approche leplaysienne de la ville », in : Vincent Berdoulay, Paul Claval, Aux débuts de l’urbanisme français. Regards croisés de scientifiques et de professionnels, op. cit., p. 117.

123 Bernard Kalaora, « Georges Hottenger et la question urbaine : L’approche leplaysienne de la ville », op. cit., p. 107.

124 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 397.

125 Susanna Magri a mentionné cette évolution dans la mise en œuvre de nouveaux modes de gestion de l’habitat. In : Susanna Magri, « Du logement monofamilial à la cité-jardin. Les agents de la transformation du projet réformateur sur l’habitat populaire en France, 1900-1909 », in : Colette Chambelland, Le Musée social en son temps, op. cit., p. 219.

126 À propos du parcours réformateur d’Hottenger : Renaud Payre, Une science communale ? Réseaux réformateurs et municipalité providence, CNRS Éditions, Paris 2007, p. 94-96 et Bernard Kalaora, « Georges Hottenger et la question urbaine : L’approche leplaysienne de la ville », op. cit., p. 107-118. Citation : p. 114.

127 Sur la loi Bonnevay et le modèles des instituts italiens : Henri Rousselle, Frédéric Brunet, Émile Desvaux et Dherbécourt, Rapport au nom de la Commission des habitations à bon marché, sur la crise du logement et la création d’habitations à bon marché, op. cit., p. 134-135.

128 Sur cette « figure emblématique du municipalisme suburbain » : Annie Fourcaut, Emmanuel Bellanger, Mathieu Flonneau, Paris/Banlieues, conflits et solidarités. Historiographie, anthologie, chronologie 1788-2006, Paris, Creaphis, 2007, p. 205-206

129 In : Roger-Henri Guerrand, Christine Moissinac, Henri Sellier, urbaniste et réformateur social, Paris, Éditions La découverte, 2005, p. 51.

130 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., Chapitre III : « L’Action du département de la Seine », p. 596.

131 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., p. 17.

132 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1024.

133 Renaud Payre, « Le stade de l’expérience : une incertaine science communale et la question de l’institutionnalisation disciplinaire des savoirs urbains », in : Revue d’histoire des sciences humaines, n°12, p. 97-116. Citation, p. 5.

134 Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan, op. cit., p. 49-50.

135 In : Henri Rousselle, Frédéric Brunet, Émile Desvaux et Dherbécourt, Rapport au nom de la Commission des habitations à bon marché, sur la crise du logement et la création d’habitations à bon marché, op. cit., p. 15.

136 « Section d’hygiène urbaine et rurale : séance du 23 janvier 1908 », in : Musée social, Annales, n°2, février 1908, p. 61.

137 «La ville de Francfort-sur-Mein et la loi Adickes du 28 juillet 1902 », in : SFHBM, Bulletin, n°4, 1912, p. 517.

138 L’Humanité, n°13, lundi 15 avril 1912.

139 Ibid., 16 avril 1912.

140 Ibid.

141 Ibid., lundi 15 Avril 1912.

142 Henri Sellier, Proposition relative à l’intervention du département de la Seine en matière d’habitations ouvrières à bon marché, Paris, 1913.

143 Henri Sellier, Propositions tendant à la réorganisation administrative du département de la Seine et à la création d’un Office public départemental d’habitations à bon marché, Paris, 1914.

144 Pour une description du réseau qui se forme autour d’Albert Thomas voir : Christian Topalov, « Maurice Halbwachs et les villes (1908-1912). Une enquête d’histoire sociale des sciences sociales », in : Annales HSS, Septembre-Octobre 1997, n°5, p. 1071-1073.

145 Maurice Halbwachs, Espaces libres et fortifications, Paris, Librairie du Parti socialiste, « Les Cahiers du socialiste n°4 », 1908, cité par Christian Topalov, Ibid., p. 1075.

146 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., p. 40.

147 Ibid.

148 Ibid., p. 61.

149 Ibid.

150 Ibid., p. 68.

151 Ibid., p. 79.

152 Ibid., p.82.

153 Ibid., p. 70.

154 Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan, op. cit., p. 142.

155 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., p. 92.

156 In : « extrait du procès-verbal de la Séance du Conseil général de la Seine du 9 juillet 1913 », in : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 995.

157 Voir notamment Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan, op. cit., p. 25-40.

158 Thierry Leroux, « Sellier et la vie urbaine », in : Katherine Burlen, La Banlieue Oasis : Henri Sellier et les cités-jardins. 1900-1940, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1987, p. 89.

159 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., p. 40

160 Cité in : Thierry Leroux, « Sellier et la vie urbaine », op. cit., p. 89.

161 Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 244.

162 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., citations respectives : p.55 ; p. 60.

163 Susanna Magri, Christian Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un tournant du projet réformateur », in : Revue française de sociologie, vol. XXVIII, n°3, 1987, p. 419.

164 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Im Kampfe um Groß-Berlin. Dritter Jahresbericht des Ansiedlungsverein Groß-Berlin, op. cit., p. 5.

165 « Gartenstadt », 2e année, n°3, p. 22, Hohe Warte, vol. 4, 1908.

166 « Gartenstadt », 2e année, n°5, p. 44, Hohe Warte, vol. 4, 1908.

167 Gartenstadt, 3e année, n°7, novembre 1909, p. 104.

168 Gartenstadt, 4e année, n°1, janvier 1910, p. 10.

169 Le 5 novembre 1909, Theodor Goecke intervenait sur le thème de « Du Grand-Berlin vers la cité-jardin ». Le 19 novembre, c’était Hermann Muthesisus sur le thème de « La maison individuelle construite à la campagne », puis le 26 novembre Franz Oppenheimer : « Comment réaliser la cité-jardin ? ».

170 Gartenstadt, n°1, janvier 1912, p. 10.

171 Gartenstadt, n°3, mars 1912, p. 49.

172 Gartenstadt, n°4, avril 1912, p. 70 : « Musterkolonie Falkenberg beabsichtigt ».

173 Die Bedeutung der Gartenstadtbewegung, vier Vorträge in Gegenwart der Frau Kronprinzessin, gehalten von Geh. Reg.-Rat Dr. Ing. H. Muthesius, Exc. Wirkl. Geheimrat Dr. B. Dernburg, Ministerialdirektor Dr. Freund, Geh. Medizinalrat Prof. Dr. Salomon, Leipzig/Paris, Renaissance-Verlag Robert Federn, 1914.

174 Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 238.

175 Le secrétaire d’État Dernburg fut nommé en 1906 à la tête du département des colonies au ministère des Affaires Étrangères. Il démissionna néanmoins et mit à profit son absence du pouvoir pour réaliser des recherches en sciences économiques et à s’intéresser aux questions de logement. Sur la carrière de Dernburg, voir notamment : Werner Schiefel, Bernhard Dernburg, 1865-1937, Kolonialpolitiker und Bankier im wilhelminischen Deutschland, Zürich/Freiburg i. Breisgau, Atlantis, 1973.

176 Bernhard Kampffmeyer était président adjoint du comité. Voir Gartenstadt, 2e année, n°3, p. 20, Hohe Warte, vol. 4, 1907-1908.

177 Gartenstadt, n°12, décembre 1913, p. 244-245.

178 Ibid.

179 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Wie ist die Neugestaltung Groß-Berlins durchzuführen ?, Berlin 1911, p. 5.

180 Voir Robert Schmidt, Denkschrift betreffend Grundsätze zur Aufstellung eines General-Siedlungsplanes für den Regierungsbezirk Düsseldorf, thèse de doctorat pour l’obtention du titre de docteur-ingénieur défendue à l’université d’Aix-La-Chapelle en 1912.

181 Voir notamment Christoph Bernhardt, « Von der „Berliner Mietskaserne“ zum Großsied­lungsbau : Der Erste Weltkrieg und der Wandel im Berliner Städtebau 1910-1925 », in : Rainer Hudemann, François Walter, Villes et guerres en Europe au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 82.

182 Karl-Ernst Osthaus, « Gartenstadt und Städtebau », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan, op. cit., p. 38.

183 Ibid. : « auf der Grundlage von Zweckverbänden nach amerikanischem Muster ».

184 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Wie ist die Neugestaltung Groß-Berlins durchzuführen ?, op. cit., p. 23.

185 Le jeu du scrutin, démocratique et égalitaire dans le Reichsland d’Alsace-Lorraine, était inégalitaire dans le reste de l’empire, la fixation de ses modalités étant laissée à la discrétion de chaque État. À ce propos : Kurt Jeserich, Hans Pohl, Georg von Unruh (dir.), Deutsche Verwaltungsgeschichte, vol. 3, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1984, p. 606-610

186 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig 1913, op. cit., p. 80.

187 Ibid.

188 Ibid., p. 82.

189 Ibid., p. 98.

190 Ibid., p. 81-82.

191 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., p. 98 : « Nous possédons, en effet, par notre organisation départementale les cadres de l’Assemblée qui pourrait remplir les attributions exercées dans le comté de Londres par le London County Council ».

192 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., p. 92.

193 Sur l’histoire du développement des départements comme unités constitutives du territoire français : Daniel Nordman, Jacques Revel, « La formation de l’espace français », in : Louis Bergeron (dir.), L’espace français, in : André Burguière (dir.), Histoire de la France, vol. IV, op. cit., p. 132-151.

194 In : ibid., p. 133.

195 Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Wie ist die Neugestaltung Groß-Berlins durchzuführen ?, op. cit., p. 12.

196 Ibid., p. 13.

197 Hermann Salomon, « Gartenstädte », in : Joseph Brix, Felix Genzmer, Städtebauliche Vorträge, VIe cycle de conférences, op. cit., p. 44.

198 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 23 ; p. 50 et suivantes.

199 Gartenstadt, N°3, mars 1911, p. 34.

200 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 311.

201 Georges Hottenger et Georges Risler, « Les plans d’aménagement et l’extension des villes », cité par Bernard Kolaora, « Georges Hottenger et la question urbaine : l’approche leplaysienne de la ville », op. cit., p. 116-117.

202 Henri Sellier, Les banlieues urbaines et la réorganisation administrative du département de la Seine, op. cit., p. 23.

203 Nous renvoyons à l’extrait déjà mentionné in : Ansiedlungsverein Groß-Berlin, Im Kampf um Groß-Berlin!, 1911, op. cit., p. 4-5.

204 Georges Risler, les cités-jardins, op. cit., p. 375.

205 Christian Topalov, « La politique de l’habitat dans les politiques sociales : 1900-1940. Notes pour un débat », in : Les Cahiers de la recherche architecturale, n°15-17, 1er trimestre 1985, p. 10-17.

206 Ibid., p. 16-17.

207 Delphine Gardey évoque pour la France l’essor du groupe des employés de bureau qui « commence vers le milieu des années 1860 et se poursuit à un rythme soutenu jusqu’aux années 1920, témoignant des transformations de la structure de l’économie et de la société française : tertiarisation des activités, développement des activités de bureau dans les entreprises et le commerce » in : Delphine Gardey, Un monde en mutation. Les employés de bureau en France. 1890-1930 : féminisation, mécanisation, rationalisation, thèse de doctorat soutenue en 1995, p. 135. Pour une histoire du groupe des employés en Allemagne, on se reportera à : Jürgen Kocka, Die Angestellten in der deutschen Geschichte : 1850-1980, Göttingen, Vandenhoeck&Ruprecht, 1981.

208 Maurice Dufourmantelle, « Les cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », op. cit., p. 63-64.

209 Delphine Gardey, Un monde en mutation, op. cit., p. 129.

210 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1909, op. cit., p. 6.

211 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 24.

212 F. Biel, Wirtschaftliche und technische Gesichtspunkte zur Gartenstadtbewegung, Leipzig, H. A. Ludwig Degener, 1914, p. 16

213 Ernst Behnisch, « Stockfeld », in : Gartenstadt, n°10, octobre 1912, p. 172.

214 « Über die Gartenstadt Braunschweig », in : Gartenstadt, mars 1914, p. 56.

215 Cité par Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., p. 99.

216 Sur l’introduction de l’assurance employé et les modalités de sa gestion : Sandrine Kott, L’État social allemand. Représentations et pratiques, Paris, Belin, 1995, p. 271-273.

217 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Berlin, 1909, op. cit., p. 85.

218 Voir notamment Christian Moley, L’ Architecture du logement. Culture et logiques d’une norme héritée, op. cit., p. 93 et suivantes.

219 Ernst-Ludwig-Verein-Darmstadt, Praktische Wohnungsfürsorge in Hessen, Darmstadt, Heedt&Ganss, 1908.

220 Henri Sellier, La crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitation populaire dans l’agglomération parisienne, op. cit., « Le rôle et les méthodes de l’Office public des HBM du département de la Seine », p. 253.

221 « Les difficultés principales qui empêchent actuellement l’extension plus large du mouvement des cités-jardins sont de nature financière, liées à l’accumulation de fonds. » in : Hermann Salomon, « Gartenstädte », in : Joseph Brix, Felix Genzmer, Städtebauliche Vorträge, Berlin, Ernst, 1913, p. 25.

222 Gartenstadt, 3e année, n°7, novembre 1909, p. 105.

223 Karl von Mangoldt, « Aussichten der Gartenstadtbewegung », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 82.

224 Voir Felix Genzmer, « Kunst im Städtebau », in : Joseph Brix, Felix Genzmer, Städtebauliche Vorträge, n°1, Berlin, Ernst, 1908, p. 28.

225 F. Biel, Wirtschaftliche und technische Gesichtspunkte zur Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 45.

226 Ibid., p. 92-94, tableau C3a.

227 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », p. 69, in : Gartenstadt, 7e année, n°4, avril 1913, p. 67.

228 Ibid., p. 69.

229 Gartenstadt Hellerau. Ein Bericht über den Zweck, die Organisation, die Ansiedlungs-Bedingungen, die bisherigen Erfolge und die Ziele, op. cit., p. 65

230 Hermann Muthesius, Kleinhaus und Kleinsiedlung, op. cit., p. 225.

231 Voir Lucius Burckhardt (dir.), Der Werkbund in Deutschland, Österreich und der Schweiz. Form ohne Ornament, op. cit. et en particulier l’article de Julius Posener dans ce volume : « Zwischen Kunst und Industrie : der Deutsche Werkbund », in : ibid., p. 7-15.

232 Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Reform, op. cit., p. 66.

233 Voir « Auch unsere Körper müssen einen Sabbat, auch unsere Seelen einen Sontag haben. Arbeitszeit, Freizeit, Urlaub », in : Wolfgang Ruppert, Die Arbeiter. Lebensformen, Alltag und Kultur von der Frühindustrialisierung bis zum « Wirtschaftswunder », München, C. H. Beck, 1986, p. 146-156.

234 Peter Behrens, « Die Gartenstadtbewegung », in : Gartenstadt, 1908, n°4, op. cit., p. 27.

235 « Neue Beiträge zur Wohnungskultur » in : Gartenstadt, 1re année, n°4, p. 31, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

236 Ibid.

237 Gartenstadt, n°4, avril 1912, p. 58.

238 Voir « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907, p. 109.

239 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, n°4, avril 1913, p. 69.

240 Leberecht Migge, « Die Gartenstadt als Stadt der Gärten », in : Gartenstadt, n°1, janvier 1914, p. 5.

241 Die Gartenstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 83.

242 Pour un aperçu de la question voir : « L’intérieur domestique. Pour une analyse du changement dans les manières d’habiter », Genèses, n°28, septembre 1997, p. 146-164.

243 « Handwerkerausstellung in Marienbrunn 1913 », in : Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 81.

244 Ibid., p. 88.

245 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, 7e année, n°4, avril 1913, p. 69.

246 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, op. cit., p. 70.

247 Leberecht Migge, « Die Gartenstadt als Stadt der Gärten », in Gartenstadt, n°1, janvier 1914, p. 4-5

248 Voir notamment la présentation programmatique de la cité-jardin d’Hellerau in : August Lux, « Die Gartenstadt Hellerau : Gründung der Deutschen Werkstätten für Handwerkskunst », in : Hohe Warte. Beiheft zur 6. Nummer der Mitteilungen der DGG, vol. 4, 1908, p. 313 et suivantes.

249 Theodor Fischer, « Was ich bauen möchte », in : ibid., p. 326.

Table des illustrations

Titre Ill. 5 - Heinrich Tessenow, maisons en rangées, Hellerau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Ill. 6 - Bruno Taut, Plan de la cité de Falkenberg, Berlin-Grünau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Ill. 7 - Bruno Taut, cité Falkenberg
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Ill. 8 - Bruno Taut, cité Falkenberg
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Ill. 9 - Heinrich Tessenow, Festspielhaus, Hellerau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Ill. 10 - Heinrich Tessenow, Festspielhaus - bain d’air et de soleil
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Ill. 11 - Heinrich Tessenow, maison élémentaire, Hellerau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Ill. 12 - New Earswick, baignoire où on lave aussi les légumes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Ill. 13 - Hermann Muthesius, plan cuisine, habitation populaire
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Ill. 14 - Hermann Muthesius, composition de la rue, Hellerau
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Ill. 15 - Leberecht Migge, jardins, cité Leipzig-Marienbrunn
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Ill. 16 - Heinrich Tessenow, maison pour ouvriers, jardin
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Ill. 17 - Heinrich Tessenow, aménagement planifié de la cuisine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4043/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 335k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search