Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE II. La cité-jardin et les fondements de l’intervention publique

Chapitre I. Pensées sur l’environnement, formes spatiales et communauté sociale

Texte intégral

Ill. 4 - Schéma des trois aimants de Howard

Ill. 4 - Schéma des trois aimants de Howard
  • 1 On se reportera à l’aimant de Howard – Ill. 4 – ainsi qu’à sa description de la campagne in : Ebene (...)
  • 2 Notion empruntée à Marcel Roncayolo, « Le paysage du savant », in : Pierre Nora (dir.), La Nation I(...)

1La cité-jardin de Howard se range dans la tradition des utopies urbaines qui accordent à l’organisation spatiale un rôle décisif dans la consolidation d’une cohérence sociale. La cité-jardin, loin de se limiter à un arrangement particulier de formes, procède d’une interrogation sur l’environnement et sur sa contribution à l’harmonie sociale. La réflexion environnementale que poursuit Howard puise aux différentes pensées réformatrices sur la ville que son temps a secrétées : amélioration des conditions hygiéniques, préservation d’espaces libres, propriété collective du sol. La cité-jardin de Howard se limite-t-elle alors à une variation sur des airs déjà connus ? Variation sans doute, mais variation novatrice. Le schéma de l’aimant qui introduit l’ouvrage suffit à nous en convaincre. En unissant en son sein les avantages de la campagne et ceux de la ville, la cité-jardin dépasse les antagonismes et propose la création d’un nouvel univers. Il ne s’agit pas de tourner le dos à l’urbain pour lui préférer de manière nostalgique la vie à la campagne. Il s’agit de concilier les atouts de la campagne et de la ville tout en supprimant leurs inconvénients respectifs. La nature, telle que la comprend Howard, est une métaphore. Il imagine une nouvelle culture urbaine qui s’inspire de manière analogique des vertus accordées au cadre de vie naturel : bien-être, hygiène de vie, beauté1 etc. La cité-jardin s’appuie sur ce « postulat écologique2 » : Howard, justement parce qu’il n’abordait pas la nature comme une réalité concrète mais comme un réservoir d’analogies capables de modeler de nouvelles formes sociales, avait laissé planer dans le vague la description matérielle de la cité-jardin pour n’en décrire que le principe. Les adeptes de la cité-jardin restaient donc libres d’interpréter ce postulat écologique à leur convenance. Le but de ce travail comparatif est de mettre en lumière la gamme de ces interprétations. Nous nous sommes attaché à la production en amont des formes spatiales et aux projets sociaux que les concepteurs y accolèrent. Après avoir déterminé les filtres à travers lesquels le postulat écologique de la cité-jardin fut interprété en France et en Allemagne (A), nous retracerons les types d’organisation territoriale qu’il a suscités (B) pour mieux cerner les conceptions du lien social et du sentiment d’appartenance imaginées à partir des formes spatiales (C).

A. La problématique environnementale

1. Paysage, Heimatschutz et identité nationale en Allemagne

  • 3 Voir à ce propos « Heimat » in : Etienne François, Hagen Schulze, Deutsche Erinnerungsorte III, Mün (...)
  • 4 Wilhelm Heinrich Riehl, Land und Leute, Stuttgart und Augsburg, J. G. Cotta’sche Buchhandlung, 1857 (...)
  • 5 Edeltraud Klueting, « Heimatschutz », in : Diethart Kerbs, Jürgen Reulecke, Handbuch der deutschen (...)
  • 6 Voir Jürgen Reulecke, Geschichte der Urbanisierung in Deutschland, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1985, (...)
  • 7 Lothar Gall, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft, München, R. Oldenburg Verlag, 1993, (...)

2L’intérêt qui se développa au cours des années 1880 pour les questions environnementales doit être lu dans le contexte d’institution de l’Empire allemand dont l’unification politique s’accomplissait sur fond d’une nouvelle cartographie. Cette reconfiguration territoriale coïncida effectivement avec l’émergence du mouvement de protection de la « Heimat ». Dans cette nébuleuse gravitaient des associations réformatrices dont les activités, très diversifiées, visaient aussi bien à parfaire la connaissance du territoire national qu’à valoriser l’image du « pays », notamment en préservant tout ce qui caractérisait paysages mais aussi espèces végétales et animales. L’idée de Heimat, si elle semblait se cristalliser dans la singularité des paysages, s’exprimait aussi à travers une série de caractéristiques et d’usages locaux, tels les styles architecturaux, les us et les coutumes, les représentations vernaculaires. Les connotations aussi variées soient-elles du terme Heimat se rattachaient néanmoins à une racine sémantique commune : l’idée d’appartenance et de lien identitaire à un territoire. Cette acception renvoyait à la signification originaire du terme qui désignait un statut juridique : il indiquait la provenance d’un individu, le lieu où il était né3. Au XVIIIe siècle, Herder et Möser procédèrent à l’extension du concept juridique en le chargeant d’une sémantique plus émotionnelle. Wilhelm Heinrich Riehl poursuivit sur cette voie dans son projet de réaliser une « ethnographie sociale de l’Allemagne4 » en insistant sur le sentiment d’appartenance qui unit un individu à son environnement naturel et culturel5. Cette dérive sémantique se doublait chez Riehl d’un réquisitoire contre l’érosion culturelle de la société qu’il mettait en relation avec les progrès de la civilisation universalisante, le phénomène d’industrialisation et les tendances globalisantes de la culture de son temps. L’évolution de la société allemande avait provoqué, à ses yeux, la disparition des repères familiers qui encadraient la vie quotidienne des individus. Au nombre de ces repères, il comptait notamment le lieu d’appartenance d’un individu, le lieu qui l’ancrait dans une tradition et une culture. La référence locale, matrice du sentiment d’appartenance, était mise en concurrence par l’espace abstrait et universel tracé par la poussée industrielle sur le continent européen. Cet espace dessiné par les échanges industriels, comme par la circulation des hommes et des biens était par définition mouvant. Il ne reposait sur aucun substrat, il ne s’enracinait dans aucune topographie particulière, plus grave encore il s’étendait au-delà des frontières nationales. Il ne s’inscrivait alors dans aucune tradition culturelle. Pour mieux comprendre les accents nostalgiques dont le discours de Riehl, puis par continuité celui des réformateurs réunis sous la bannière du Heimatschutz, fut chargé, il faut rappeler deux innovations législatives qui, au début du XIXe siècle, bouleversèrent l’équilibre social. Ainsi en 1815, les déplacements à l’intérieur des États allemands ainsi que les mouvements migratoires entre les États allemands ne furent plus soumis à aucune restriction6. L’introduction de la liberté d’entreprise – Gewerbefreiheit – dans les États annexés de la rive gauche du Rhin7, les réformes Stein/Hardenberg introduites en Prusse en 1810 commencèrent en outre à ébranler l’ordre corporatif de la société. Ce nouveau cadre législatif provoqua de nouvelles mobilités : accroissement des flux de population mais aussi décorsettement progressif de la société d’ordres. Dans un monde bouleversé par une plus grande mobilité de la population et des transformations sociales rapides, les associations réformatrices qui s’étaient rassemblées sous la bannière de la Heimat entendaient célébrer un héritage culturel qui symbolisait aussi des racines communes.

  • 8 Alon Confino, The Nation as a local Metaphor : Württemberg, Imperial Germany, and National Memory, (...)
  • 9 Alan Confino, The Nation as a local Metaphor : Württemberg, Imperial Germany, and National Memory, (...)
  • 10 Alan Confino, The Nation as a local Metaphor : Württemberg, Imperial Germany, and National Memory, (...)

3À partir de 1871, cette vocation se doubla d’un enjeu national. Claudia Appelgate et Alon Confino8 ont montré à partir de la situation respective du Palatinat et du Württemberg comment l’unification politique de l’État allemand suscita l’émergence, dans un contexte d’urbanisation et d’industrialisation, d’une myriade d’associations réformatrices implantées à travers l’ensemble du territoire. Alon Confino s’intéresse en particulier aux associations créées dans la province du Württemberg dans les années 1880, dont le rôle était de promouvoir l’image d’une identité locale. Si ces associations, en particulier les musées d’histoire et des traditions locales créés à partir des années 1890, les associations de défense du paysage et des traditions locales, Heimatschutzverein, s’employaient à répertorier les traces d’une identité locale, elles cherchaient aussi à innerver un sentiment d’appartenance national9, notamment en inscrivant ce patrimoine régional, ferment d’une mémoire collective, dans un contexte et une histoire nationale. Les associations spécialisées dans les activités de préservation de la nature, également affiliées au mouvement composite du Heimatschutz, s’employaient elles aussi à donner corps au sentiment d’appartenance nationale. Ainsi parmi les différents regroupements qui militaient pour une vie en harmonie avec l’ordre naturel, associations de touristes, clubs d’excursion, associations de photographes amateurs, associations de sciences naturelles, nombreuses étaient ceux qui proposaient des randonnées à leurs membres pour découvrir les sites pittoresques. De fait, ces associations ont également contribué à donner corps à l’unité nationale installée en 1871 en ancrant les citoyens de la nouvelle nation dans un territoire10.

4La problématique écologique au fondement de la cité-jardin de Howard se greffa sur la notion d’« environnement » et sur ses inflexions particulières, développées par les mouvements de préservation de la Heimat dans chacun des deux pays. Si le contexte de l’unification politique semble essentiel pour expliquer la référence territoriale constitutive de la notion de Heimat, on ne peut faire l’impasse sur le débat autour des espaces libres qui, en France, marqua de son empreinte la question environnementale et par ricochet la lecture de la cité-jardin.

2. La cité-jardin dans le débat autour des espaces libres en France : la question environnementale

  • 11 Marie Charvet, « La question des fortifications de Paris dans les années 1900. Esthètes, sportifs, (...)
  • 12 À propos du jardin public et de sa naissance, on pourra consulter : Marie Blanche d’Arneville, La F (...)
  • 13 Voir par exemple : M. Beaufreton, « Le logement populaire à Paris », in : Musée social, Annales, n° (...)
  • 14 « Compte-rendu de la réunion en faveur des espaces libres tenue dans le Grand Amphithéâtre de la So (...)

5En France, l’action menée pour la préservation des espaces libres et la mise en place de mesures pour protéger les ressources naturelles résultaient d’efforts conjoints et simultanés11. Le débat autour des espaces libres introduisit la problématique environnementale au cœur des projets de réforme urbaine. Certes, depuis la Révolution française, le jardin public constituait une priorité de la politique urbaine12. Le jardin public avait été perçu, notamment au cours des transformations du Paris haussmannien, comme un instrument au service de l’embellissement, de la salubrité et de la rationalité planificatrice. En outre, considéré comme un « salon de verdure », il remplissait un objectif social, familiariser les classes populaires avec le mode de vie bourgeois. Au tournant du siècle, la cause des espaces libres fit intervenir de nouveaux arguments en faveur de la nature urbaine. Enrichies des réflexions autour des paysages et de leur protection, les discussions autour des espaces verts parisiens proposèrent alors une lecture patrimoniale de l’espace urbain. Dans l’enceinte du Musée social, les espaces libres furent à plusieurs reprises qualifiés de « réserves ». Le terme s’inscrit dans la logique prospective que les réformateurs appliquaient généralement à la politique sociale, plus spécialement à la question du logement populaire. Soucieux de convertir les couches populaires aux valeurs bourgeoises, les réformateurs prêtaient effectivement au milieu de vie la capacité d’inculquer aux habitants les vertus de la prévoyance13. L’accession à la propriété du logement fut plus particulièrement envisagée comme un moyen d’apprentissage de ces vertus. L’espace libre, élément essentiel de la prévision urbaine, fut appréhendé dans cette logique comme un patrimoine collectif qu’il s’agissait de préserver, de protéger. Ainsi, Alexandre Ribot, au cours de la « réunion en faveur des espaces libres » organisée le 5 juillet 1908 par le Musée social dans le Grand amphithéâtre de la Sorbonne14, abordait dans une même perspective la création des espaces libres à Paris et les bienfaits de l’assistance sociale collective. Ce conservateur libéral, sans exclure le soutien public aux « déshérités », prêchait les vertus d’un « socialisme » aménagé à l’idéologie libérale, qui « au lieu de pousser à la division des classes et à la guerre civile » ferait « des propriétaires ». Mais tous, en revanche, n’étaient pas admis à bénéficier de cette assistance qui devait distinguer parmi ceux qui ne « possèdent pas », ceux qui ont « la vertu de l’épargne et de la prévoyance », « l’esprit d’ordre et d’économie ». Il appliquait les mêmes principes à l’aménagement urbain :

Des réserves ! nous en avons peu maintenant dans l’intérieur de la ville. (…) au nom de l’économie, de la bonne gestion des finances, on détruit tous ces petits espaces libres. Eh bien, pour moi, ce n’est pas de l’économie, c’est de la politique de prodigue et non pas de la politique d’économie, parce qu’on gaspille ainsi les seuls trésors qui nous restent, les trésors de santé et de vie de nos petits-enfants, c’est-à-dire de la France de demain.

  • 15 Musée Social, Annales, n°2, février 1911, p. 68.
  • 16 Musée Social, Annales, n°1, janvier 1914, « Travaux des sections : section d’hygiène urbaine et rur (...)

6Mais les débats autour des espaces libres eurent encore d’autres répercussions sur les représentations de la « nature urbaine ». Au-delà de leurs enjeux immédiats – la vente des fortifications parisiennes qui rendait possible l’aménagement de nouveaux jardins –, les discussions exploraient, en ce début de siècle, le sens de l’urbain. Pour mieux comprendre la ville à venir, on ne pouvait cependant faire l’économie de ce qu’elle avait été. Les regards se tournèrent donc vers ces jardins légués par l’Histoire. On tenta ainsi de mettre à l’abri de la spéculation les jardins les plus anciens qui subsistaient au cœur de la ville. Ces jardins, « œuvre des siècles15 », avaient, à travers l’histoire, acquis une valeur patrimoniale. On comprend ainsi mieux pourquoi Raoul de Clermont suggéra un mode de classement et de recensement des espaces libres inspiré de l’archivage des œuvres d’art et fondé sur le principe de « série hygiénique16 ».

  • 17 « Compte-rendu de la réunion en faveur des espaces libres tenue dans le Grand Amphithéâtre de la So (...)
  • 18 Musée Social, Annales, n°12, décembre 1910, p. 416.

7Cette représentation de l’espace libre comme patrimoine collectif légitimait l’intervention publique dans l’aménagement urbain et surtout la politique foncière, dans un pays où l’intervention des pouvoirs publics avait jusqu’alors été souvent perçue comme un abus de pouvoir vis-à-vis des propriétaires. Ainsi, Alexandre Ribot, quoique réputé pour ses convictions libérales, mettait en garde l’État17, soulignant que même s’il avait « le droit de veiller à ses intérêts », il ne pouvait « se conduire comme un spéculateur ordinaire ». Peu de temps après, un autre réformateur de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social, Georges Risler osa s’aventurer plus loin en envisageant même d’impartir aux municipalités d’augmenter la surface réservée aux espaces libres18. Pour les y encourager, il préconisa l’établissement de servitudes hygiéniques et esthétiques, soumettant la vente des terrains à certaines obligations, entravant ainsi les prérogatives de la propriété et favorisant l’aménagement d’espaces libres. L’espace libre appréhendé comme patrimoine collectif cautionnait alors de nouvelles formes d’intervention publique.

  • 19 « Rapport sur les travaux de la section d’hygiène urbaine et rurale », in : Musée social, Annales, (...)

8Les débats autour des espaces libres, en inaugurant cette lecture patrimoniale de la ville, accordaient de surcroît à l’environnement un poids très grand dans le façonnement d’une identité sociale. Ainsi, Georges Risler voyait dans l’aménagement de terrains de jeux le moyen de « vider les prisons et les hôpitaux », en bref de garantir la paix sociale19. Certes l’idée n’était pas neuve. Si jusqu’à présent, la littérature sociale avait accordé au milieu de vie, notamment des travailleurs, un grand pouvoir dans le maintien de l’ordre social, le raisonnement ne se limitait plus, désormais, à l’organisation de l’habitation mais s’étendait à l’environnement urbain. C’est dans ce contexte que les cités-jardins attisèrent l’intérêt des réformateurs. Leur vision de la cité-jardin anglaise fut tamisée à travers la perception environnementale qui émergeait du débat autour des espaces libres.

B. Le mouvement de protection de la nature en France et en Allemagne et ses effets sur la lecture environnementale de la cité-jardin

1. La description française de la nature dans les cités-jardins

Le paysage et ses topoi

  • 20 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, in : Musée social, Mémoires et documents, nov (...)
  • 21 Il s’agit des chapitres VI et VII de son ouvrage, Robert de Souza, Nice, capitale d’hiver : Regards (...)
  • 22 Marie Charvet, La question des fortifications de Paris dans les années 1900, op. cit., en particuli (...)
  • 23 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, in : Musée social, Mémoires et documents, nov (...)
  • 24 Sur ce point voir notamment : Bernard Rupprecht, « Villa. Zur Geschichte eines Ideals », in : Probl (...)

9Nous avons montré dans la partie précédente comment le débat autour des espaces libres a orienté la lecture que les réformateurs du Musée social firent de la cité-jardin anglaise. Les premières descriptions des cités-jardins anglaises qui coïncident avec la mobilisation des réformateurs pour la cause de espaces libres sont à cet égard tissées de topoi semblables à ceux qui ponctuent les développements consacrés aux espaces libres. Ils nous renseignent moins sur le véritable aspect de la cité que sur le sens attribué par les contemporains à leur milieu, sur le rapport d’une société à son écologie. En décrivant les cités-jardins anglaises comme des coulisses de verdure20, les premiers observateurs de ces expériences inédites d’architecture, tels Georges Risler ou Robert de Souza21, semblaient moins esquisser la physionomie singulière des cités-jardins que se conformer à une conception du paysage et de la nature largement héritée des traditions de la peinture paysagère – tendance conforme à la composition du milieu mobilisé dans l’action de préservation des espaces libres et des paysages qui comptait de nombreux artistes, « esthètes » et des « hommes de lettres » à l’instar de Robert de Souza22. Même la liste qu’ils dressaient des atouts hygiéniques de la cité-jardin, si elle faisait écho aux stéréotypes qui jonchaient les descriptions des études épidémiologiques de l’époque, s’accréditait aussi des représentations de la nature qui depuis la renaissance italienne, étaient inscrites dans la conscience européenne. Ainsi, pour Risler, la cité-jardin renouait un « large et bienfaisant contact avec l’air pur, les rayons du soleil, et la terre23 » – conception qui prenait en charge la vision substantialiste de la nature qu’une tradition littéraire appréhendait, depuis le XVIe siècle, comme la combinaison des quatre substances élémentaires de l’eau, de l’air, de la terre et de la lumière24.

La cité-jardin ou « comment l’aspect pittoresque de l’habitation s’est précisé »

  • 25 Voir notamment pour une analyse de cette évolution : Susanna Magri, Christian Topalov, « De la cité (...)
  • 26 Alliance d’Hygiène Sociale, 7Congrès d’Hygiène Sociale. Roubaix 19-22 octobre 1911, op. cit.
  • 27 Georges Benoit-Lévy, « Lotissements modèles et cités-jardins », in : ibid., p. 66.
  • 28 Catherine Bruant, « Donnat Alfred Agache (1875-1959). L’urbanisme, une sociologie appliquée », in : (...)
  • 29 Donnat-Alfred Agache, « La cité-jardin », in : Alliance d’Hygiène Sociale, 7e Congrès d’Hygiène Soc (...)
  • 30 Ibid., p. 77.
  • 31 Ibid., p. 76, p. 83 et p. 85.

10À travers la mobilisation sur le problème des espaces libres, la question environnementale gagna une place prépondérante dans l’analyse de la question urbaine et notamment du logement. Certes, l’idée de milieu avait toujours été au cœur de la réflexion autour du logement social. Cependant, le milieu d’un individu tel que le définissait la Société des habitations à bon marché dans les premières années du XXe siècle était encore circonscrit à son logement, son cadre de vie étroit. La cité-jardin, en prenant en charge la problématique environnementale, modifiait les échelles de référence dans la discussion autour du logement populaire25. Cet infléchissement fut particulièrement perceptible au cours du 7e Congrès d’hygiène sociale, organisé par l’Alliance d’hygiène sociale à Roubaix en octobre 191126. Dans le cadre de la section consacrée à la cité-jardin, Georges Benoît-Lévy soulignait en effet qu’« on ne pouvait isoler la maison du milieu où elle est édifiée27 ». Les développements que l’architecte Donnat-Alfred Agache28 consacrait, dans le même cadre, au projet anglais et surtout à son impact sur la question sociale méritent une attention particulière car ce familier du Musée social combinait le regard du technicien de l’aménagement à celui de l’observateur social. Particulièrement bien informé des réalisations d’urbanisme en Angleterre et en Allemagne, inséré dans les réseaux de l’urbanisme international, cet architecte formé au parcours classique de l’École des Beaux-Arts joua par ailleurs un rôle précurseur dans l’élaboration de l’urbanisme comme pratique professionnelle puisqu’il compta parmi les membres fondateurs de la Société française des architectes urbanistes – S.F.A.U – en 1913. À ce titre, son analyse se montra particulièrement sensible à l’originalité de l’expérience des cités-jardins dans le programme de réforme du logement qui jusqu’à présent avait considéré la crise urbaine du seul point de vue de la « maison économique » et de son aménagement. Attentif à la dimension urbaine du projet des cités-jardins, il soulignait la nouveauté d’une conception qui faisait « participer cette maison économique à un ensemble qui ne donne pas l’impression de la pauvreté29 », c’est-à-dire qui se préoccupait de l’environnement étendu de la maison et de son organisation. L’attention portée à la beauté du cadre transformait l’approche du logement à bon marché, jusqu’alors abordé d’un point de vue hygiénique qui faisait répondre le « type d’habitation à bon marché (…) à un programme minimum ». Aux yeux d’Agache, l’expérience des cités-jardins révélait à l’architecte de l’habitat populaire « l’aspect pittoresque du problème de l’habitation30 ». Néanmoins, la dimension environnementale et pittoresque de la cité-jardin faisait essentiellement référence aux qualités de l’aménagement plastique. Lorsqu’Agache envisageait la cité-jardin comme solution « plus complète(s) et plus élégante(s) » au problème de l’habitation que celles qu’on avait jusqu’alors proposées, son propos restait dominé par l’impression visuelle qu’exerçait la cité-jardin31. La cité-jardin rendait l’architecte sensible aux liens qui relient le logement et son environnement appréhendé avant tout comme un tableau attrayant, dans la continuité de la perception pittoresque des réformateurs mobilisés pour la préservation des paysages. En Allemagne, l’interprétation des qualités environnementales de la cité-jardin reposait sur d’autres prémisses.

2. L’interprétation environnementale de la cité-jardin en Allemagne

11Au premier abord, les réformateurs accordaient la même valeur perfor­mative à l’environnement que leurs collègues français :

  • 32 In : « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, vol. 3, cahier numéro 1, 1906, p.107.

Des milliers de fils nous relient à notre environnement.
Nous sommes constamment soumis à l’influence de notre milieu32.

  • 33 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, tract n°1, p. 1.
  • 34 Ibid., p. 2

12Ces quelques lignes, publiées en 1906 dans le numéro spécial de la revue Die Hohe Warte destiné à présenter la cité-jardin au public allemand, s’inscrivaient dans la continuité de la littérature consacrée, depuis la seconde moitié du XIXe siècle, à la question sociale : l’individu étant déterminé par son milieu, il fallait agir sur celui-ci pour transformer ses conditions de vie. Ces « milliers de fils » qui « nous relient à notre environnement », au-delà de l’influence du milieu, évoquaient de surcroît l’image de l’appartenance que modulèrent sur différents registres les associations locales de préservation de la Heimat. Les différentes connotations de la notion de Heimat cristallisèrent autour de la cité-jardin : c’est la question du sol et de sa distribution qui servit alors de caisse de résonance aux variations sémantiques suscitées par l’idée de Heimat. Qu’il s’agisse des références à la « terre matrice » (« Mutterboden »)33, au terroir (« Erdscholle »)34 ou des descriptions de la nature comme terre de l’enracinement, la littérature consacrée à la cité-jardin ne cessa de dévider l’écheveau des images associées à l’idée de Heimat.

  • 35 « Association des cités-jardins de France Paris », in : Gartenstadt, n°12, décembre 1912, p. 212.
  • 36 Voir notamment : Henri Sellier, La crise du logement et l’intervention publique en matière d’habita (...)
  • 37 Hans Kampffmeyer, Gartenstadt und ästhetische Kultur, tract n°6, 1904, op. cit., p. 6.
  • 38 Ibid., p. 6.

13L’importance accordée au motif du sol, si elle répondait aux enjeux fonciers inhérents au projet howardien, caractérise néanmoins la réception allemande, notamment par comparaison avec les premières interprétations françaises du projet anglais. La question foncière fut longtemps négligée au sein des débats du Musée social et de la SFHBM, ainsi que le déplorait d’ailleurs la DGG35. Malgré les efforts entrepris par Maurice Dufourmantelle dès 1909 pour valoriser la dimension foncière inhérente au projet des cités-jardins, la réception française, du moins dans les premières années, n’accorda pas la même importance symbolique au sol. En sus de Maurice Dufourmantelle, il y eut, à la veille de la Première Guerre mondiale, Henri Sellier, que son passage aux Cahiers du socialiste avait sensibilisé à la question, qui aborda le projet des cités-jardins sous l’aspect des modalités juridiques d’affectation sociale des sols36. En Allemagne, en revanche, où la question foncière donna naissance à des développements métaphoriques autour de la thématique de l’enracinement, ces questions furent d’emblée à l’ordre du jour du programme d’action de la DGG. La DGG ne cultivait cependant pas la nostalgie des temps anciens, l’image d’un monde intact. Consciente du caractère irrémédiable des changements provoqués par la croissance urbaine, elle souhaitait poser de nouveaux repères. Ainsi, à la suite de nombreux réformateurs, elle déplorait la débâcle culturelle, signe de son époque. Un des symptômes visible de cette crise était l’érosion de la « culture esthétique » dont elle percevait notamment la cause dans la disparition des coopératives artisanales37. À la suite de Riehl, Hans Kampffmeyer attribuait la crise culturelle de son époque à la mobilité de la population38. Certes, le diagnostique posé n’était pas neuf. La réponse, en revanche, plus originale. La DGG, en valorisant les aspects fonciers du projet des cités-jardins, avait greffé à une image concrète l’idée de liens et de racines qui s’était développée depuis la seconde moitié du XIXe siècle au sein du mouvement réuni autour du Heimatschutz : celle du sol et de ses usages sociaux. Ainsi, l’image du sol, lieu de l’enracinement, servait de pont jeté entre le discours de la réforme du logement, promouvoir un modèle d’habitat où les valeurs familiales trouveraient un point d’ancrage, et celui de la Heimat, défendre l’image de la culture locale. La cité-jardin unissait en un tout organique famille et Heimat :

  • 39 In Max Gruber, « Vortrag in der Generalversammlung des deutschen Vereins für Volkshygiene. 21 Septe (...)

Le principe directeur des nouvelles cités construites doit être de doter chaque famille, autant que possible, d’un siège indépendant afin qu’elle puisse à nouveau retrouver son ancrage territorial, son terroir [boden- und heimatständig] et sa spécificité39.

14L’environnement était perçu au sein de la DGG comme un tout organique dont la référence au sol fondait l’unité. La cité-jardin réconciliait en effet les pôles que par convention on tendait à opposer : campagne et ville, identité locale et sentiment national, communauté et individu. Richard Riemerschmid, l’un des architectes de la cité de Hellerau, s’inscrivait dans cette conception lorsqu’il décrivait le nouveau programme architectural des cités ouvrières :

  • 40 Voir Hohe warte, vol. 3, 1906, p. 139.

(…) un groupement conséquent d’habitations qui ne doivent pas donner l’impression d’être bâties là selon une loi arbitraire, mais doivent composer un ensemble organique déterminé par sa fonction et par l’environnement, qui à son tour n’est que la partie d’un tout40.

15Ces quelques lignes laissent clairement apparaître dans quel dessein les adeptes allemands de la cité-jardin mobilisèrent la problématique environnementale inhérente au projet de Howard. Ce que l’on pourrait caractériser de « stéréotype » de la cité-jardin, l’image de « l’ensemble organique », la DGG l’interpréta à travers le leitmotiv qui orientait les efforts du mouvement de protection de la Heimat : conjurer l’union harmonieuse des « parties » et du « tout », c’est-à-dire, du sentiment d’appartenance locale et du sentiment national. Le sol, propriété indivise de la communauté, affecté cependant à des usages individuels, devenait le garant de cette union.

  • 41 Augustin Berque, Médiance. De milieux en paysages, Montpellier, Reclus, 1991, p. 44.

16L’idée d’environnement, au cœur de l’interprétation de la cité-jardin en France et en Allemagne, y revêt ici et là des accents différents. Les réformateurs français décrivaient la cité-jardin comme un tableau paysager et s’alignaient sur les conceptions du paysage élaborées au sein du mouvement français de protection de la nature. Les descriptions des cités-jardins par les réformateurs allemands s’intéressaient moins aux qualités pittoresques du paysage. Elles insistaient en revanche sur la dimension territoriale des cités-jardins. Si l’on s’en tient aux liens mis en valeur par Augustin Berque41 entre les sociétés, la nature et l’usage qu’elles en font, il convient de se demander dans quelle mesure cette perception contrastée de l’environnement naturel s’est répercutée sur le programme social élaboré de part et d’autre à partir du projet des cités-jardins.

C. Formes spatiales, formes sociales

1 Environnement et cohésion sociale

L’impact du débat autour des espaces libres sur l’hypothèse écologique de la cité-jardin

  • 42 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, in : Musée social, Mémoires et documents, op. (...)
  • 43 Robert de Souza, Nice, Capitale d’Hiver. Regards sur l’urbanisme niçois : 1860-1914, op. cit.
  • 44 Alliance d’hygiène Sociale, 7Congrès d’Hygiène Sociale Roubaix 19-22 octobre 1911, op. cit.
  • 45 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 378 et p. 387-88.
  • 46 Robert de Souza, Nice, Capitale d’Hiver. Regards sur l’urbanisme niçois : 1860-1914, op. cit., p. 1 (...)
  • 47 « Variétés : Les parcs urbains et ruraux en France et à l’étranger. Causerie-conférence organisée p (...)
  • 48 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., 1910, p. 400.
  • 49 Ibid., p. 377, p. 396, p. 400.
  • 50 Ibid., p. 402.

17C’est une image cohérente de l’organisation sociale des cités-jardins qui se dessina, de la conférence du Musée social consacrée aux cités-jardins en décembre 190942 à l’étude détaillée que réalisa Robert de Souza43 en passant par les différents points de vue échangés dans le cadre du 7e Congrès national d’hygiène sociale en 191144. Georges Risler, dans la conférence tenue au Musée social en décembre 1909, ne percevait pas la nature des cités-jardins sous le seul aspect de ses atouts hygiéniques ou esthétiques. Elle était traitée comme un équipement collectif au même titre que d’autres ressources indispensables au confort de la vie sociale. L’habitant de la cité-jardin de Letchworth, véritable « usager » de la nature, pouvait au sein de cet ensemble particulier « jouir de l’ombrage des arbres », « profiter du parc central ». Ce réseau sémantique (« jouir », « profiter ») soutenait une conception « utilitariste » de la nature. Les qualités environnementales de la cité-jardin étaient d’ailleurs qualifiées « d’avantages collectifs45 ». Souza relayait Risler lorsqu’il décrivait la nature dans les cités-jardins en termes de service, comme « une garantie contre toute laideur et insalubrité environnantes », et lorsqu’il évoquait le rapport de l’habitant à l’environnement de la cité-jardin : il « profite de la grandeur et de la beauté du domaine dont il occupe une parcelle46 ». Conservatoire de servitudes hygiéniques, décor dans lequel la vie de l’individu se déroulait, harmonieuse, l’environnement de la cité-jardin avait pour les réformateurs français le statut d’un équipement collectif. Cette représentation de la nature dans la cité-jardin rappelle en filigrane les arguments avancés en faveur de l’aménagement des espaces libres sur la ceinture parisienne. L’idée d’équipement fut également accolée à celle d’espace libre qualifié tour à tour de « petits réservoirs d’air » et d’« indispensables accessoires de la vie urbaine dans les quartiers populeux47 ». À cette conception de la nature et de l’espace libre faisait écho l’attention portée par Georges Risler au réseau d’infrastructures aménagé dans les cités anglaises48. La mise en exergue du motif de la circulation et de la distribution49 singularisait le tableau fonctionnaliste que Georges Risler faisait des cités-jardins et lui servait surtout à mettre en évidence la performance des réseaux techniques. Ainsi, si ces cités étaient bien approvisionnées, elles étaient de surcroît « presque aussi bien desservies qu’une station du Métropolitain de Paris50 ». L’utilisation de cette image caractérisait la valeur d’échange comme principe structurant de la cité-jardin.

  • 51 Georges Risler, « les cités-jardins », op. cit., p. 391-393 et p. 397.
  • 52 « The Revenue of Garden City, and how it is obtained – The Agricultural Estate », in : Ebenezer How (...)
  • 53 Georges Risler, « les cités-jardins », op. cit., p. 395.
  • 54 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française. XIXe-XXe siècle, Paris, éditions du Seuil 1 (...)

18Sa description du dispositif financier de la cité-jardin s’ordonnait selon une logique similaire : le fonctionnement de la cité-jardin était abordé comme celui d’une entreprise51. Partant, Risler rebondissait sur certains ressorts de la pensée de Howard tout en en forçant le trait. Aux yeux de Howard, tous les habitants de la cité devaient participer aux bénéfices réalisés par la société responsable de sa gestion. Cependant, cette vision économiste reposait sur un idéal social. Le sol demeurait propriété indivise de la société gestionnaire dont l’existence servait de garantie contre la spéculation52. Les penseurs français ne retenaient, quant à eux, que l’aspect gestionnaire de la pensée de Howard. La question de la propriété collective du terrain était ignorée au profit d’une image de l’ouvrier qui, s’il n’était plus propriétaire de sa maison, était désormais défini comme « un petit capitaliste53 ». La cité-jardin semblait abolir ce qui jusqu’alors avait été la loi d’airain du paternalisme, la propriété. Comme le souligne en effet Gérard Noiriel au sujet de « l’éducation de la main-d’œuvre » au XIXe siècle, l’accroissement du nombre de propriétaires parmi les ouvriers de la grande industrie avait été soutenu par de nombreux patrons français convaincus que la propriété foncière était « le meilleur moyen de lutter efficacement contre l’instabilité chronique des ouvriers54 ».

  • 55 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française. XIXe-XXe siècle, op. cit, p. 101.
  • 56 Ibid., p. 111.
  • 57 Ibid., « Dans la “névrose fin de siècle” », p. 83-119.
  • 58 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 394-395. Voir aussi : Maurice Dufourmantelle, « (...)
  • 59 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 388.
  • 60 Robert de Souza, Nice, capitale d’hiver, op. cit., p. 200 : Souza reprend à son compte l’image intr (...)

19En réalité, ce renoncement n’était que factice et le système des plus-values foncières introduit par Howard semblait offrir aux réformateurs français le moyen d’initier de nouveaux modes de contrôle de la classe ouvrière. Le « désenchantement par rapport au paternalisme55 », les changements qui affectèrent le marché du travail ouvrier au tournant du siècle dont par exemple le « renouveau du turn over56 », permettent peut-être d’expliquer ce changement de stratégie de la part des réformateurs qui tentaient d’ajuster leur action aux nouvelles caractéristiques du marché du travail ainsi qu’aux conduites d’un mouvement ouvrier en pleine émergence57. À défaut d’être propriétaire de sa maison, l’ouvrier « capitaliste », actionnaire de la société gestionnaire de la cité-jardin, en acquérant « un chiffre d’actions équivalent à la valeur de sa maison », conquerrait un statut qui prolongeait de manière analogique celui du propriétaire, tout en supprimant les « inconvénients58 » de la propriété. Comme le soulignait Risler, l’ouvrier combinait de cette manière « tous les avantages de la propriété unis à ceux de l’association59 ». La propriété attachait l’ouvrier à sa maison, les actions qu’il détenait à la cité-jardin dans son ensemble. Dans l’un et l’autre cas, l’ouvrier était enraciné dans un milieu dont les réformateurs détenaient le contrôle. Comme le soulignait également Souza, la formule de la société gestionnaire proposée par la cité-jardin permettait à l’ouvrier capitaliste de réaliser des profits60. Cette description en termes de profits faisait fi de tout un pan du projet howardien : chez ce dernier, la création d’une société gestionnaire avait pour but d’éviter la spéculation et de maintenir la propriété collective du sol. Ainsi, elle poursuivait un but collectif qui naturellement avait des répercussions positives sur le bien-être individuel. Aux yeux de Risler et de Souza, il n’était pas question d’affectation collective de la propriété foncière. L’aménagement collectif ciblait la satisfaction des besoins individuels. Les tenants allemands de la cité-jardin ne manquèrent d’ailleurs pas de signaler la partialité de la conception française des cités-jardins.

La question foncière domine la lecture allemande de l’environnement de la cité-jardin

20Alors que les réformateurs français appréciaient la cité-jardin pour ses ressources en espaces libres et ses atouts environnementaux, leurs collègues allemands envisageaient l’écoumène de la cité-jardin sous l’angle des questions foncières. Si le programme d’action défini par la DGG en 1904 revendiquait la possession collective du sol – Gemeineigentum –, les exigences pratiques auxquelles les projets de construction confrontaient le mouvement incitèrent les responsables de la DGG à mettre une sourdine à ce principe sans toutefois l’abandonner : désormais, la communauté de la cité-jardin, sans obligatoirement demeurer propriétaire du domaine, contrôlait son usage – Obereigentum – par le truchement de diverses formules juridiques – droit de superficie héréditaire – Erbbaurecht, droit de réméré – Wiederkaufsrecht.

  • 61 Ulrich Linse, « ’Gemeinschaft’ und ‘Gesellschaft’ von Ferdinand Tönnies bis Theodor Geiger », in : (...)
  • 62 Paul Schultze-Naumburg, Kulturarbeiten, vol. III, München, Callwey im Kunstwart Verlag, 3ème éditio (...)
  • 63 Leberecht Migge, « Rhythmen der neuen Gartenstadt », in : Gartenstadt, 4e année, n°12, décembre 191 (...)
  • 64 Leberecht Migge, « Die Gartenkultur des 20. Jahrhunderts », in : Gartenstadt, n°1, janvier 1914, p. (...)
  • 65 Paul Schultze-Naumburg, Kulturarbeiten, vol. III, op. cit., « Die Landschaft », p. 91-92.
  • 66 Leberecht Migge, « Mehr Ökonomie », in : Gartenstadt, 4e année, n°10, octobre 1910, p. 111.
  • 67 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, 7e année, n°4, avril (...)

21En dépit de l’échiquier des positions idéologiques au sein du mouvement allemand des cités-jardins et donc de la diversité des desseins auxquels la cité-jardin fut intégrée, un consensus se dessinait autour d’une représentation organique de l’espace urbain qui découlait de la relation de la communauté à son territoire. Ainsi les conceptions développées avant-guerre par deux membres de la DGG, aussi éloignés dans leur engagement politique que Leberecht Migge et Paul Schultze-Naumburg, relativisent l’amalgame communément opéré entre cette vision organiciste et conservatisme politique61. Migge et Naumburg qui se référaient tous deux à une vision organiciste de l’espace communautaire affichaient pourtant deux conceptions très dissonantes du pacte social conclu dans la cité. C’est l’image mythifiée et traditionnaliste du village, appréciée à l’aune de critères esthétiques, dont s’inspirait l’architecte Schultze-Naumburg, très lié au Bund Heimatschutz, au Werkbund et par ailleurs à la DGG, lorsqu’il évoquait l’architecture typique de la cité ouvrière62. L’architecte paysagiste Leberecht Migge, au contraire, en rupture avec cette position esthétique, rejetait avec véhémence la construction de cités sous la forme de « village-jardin » (Gartendorf). Il déplorait à ce titre l’apparence esthétique des cités de Letchworth et d’Hampstead, conservatoires de styles antiques et surannés63. Il s’agissait bien plus que de simples divergences relatives à l’appréciation esthétique de la cité-jardin. Les deux hommes ne s’entendaient en aucun cas sur la destination sociale de ces cités. Construites pour loger les « masses64 » dans l’esprit de Migge, elles devaient rester pour Schultze-Naumburg de dimensions modestes afin d’offrir, au même titre que le village, un cadre sécurisant et intime. Pourtant ils se réclamaient tous deux, en des termes comparables, du même principe esthétique : celui de l’unité organique du corps urbain. Aux yeux de Schultze-Naumburg, l’unité organique de l’ensemble construit scellait l’union harmonieuse de la cité et de l’environnement naturel dans lequel elle s’intégrait65. Pour Migge, alors engagé dans l’aménagement des jardins de la cité de Leipzig-Marienbrunn à la veille de 1914, rythme et unité étaient aussi essentiels au travail de l’architecte66. Il devait chercher à donner à la cité « l’expression » d’un « ensemble uni67 ».

  • 68 Voir notamment Carole Tucoulet, « L’écologie urbaine entre géographie et urbanisme », in : Vincent (...)

22Un consensus s’établit au sein de la DGG autour de la cité-jardin comme « ensemble organique ». Mais ces représentations recèlent-elles vraiment une spécificité nationale ? Ne s’intègrent-elles pas plutôt aux pensées sur la ville qui, dans un mouvement qui englobe de nombreux pays européens, en particulier la France, se sont acquittées des théories vitalistes de l’époque ? Certes en France aussi, dans les discussions relatives à la ville et à son aménagement, on croise les termes d’« organisme » ou d’« organique68 ». La similitude des termes ne doit cependant pas masquer les conditions singulières de leur usage. Elles concernent en premier lieu les différences d’accentuation. Si la question du sol et de l’ancrage territorial est au cœur de l’idée d’organisme en Allemagne, elle n’est pas centrale dans la perception que les observateurs français ont de la nature dans la cité-jardin. Ainsi la question du sol demeure en Allemagne l’élément fédérateur des différentes représentations plastiques et sociales de la cité-jardin en dépit de leurs tonalités très écartées.

2. Naturalisation des faits sociaux

  • 69 .– Joseph Dépinay, « Le Town Planning en Angleterre », in : Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, (...)

23Howard proposait, avec la cité-jardin, un modèle de cohésion sociale qu’il déduisait d’un mode particulier de division du sol. Certes, les principes imaginés par Howard heurtaient, du côté français comme du côté allemand, des formes et des pratiques anciennes d’organisation du parcellaire urbain au nom desquelles on revendiquait ici comme ailleurs une certaine identité nationale69. Le poids des représentations, l’inertie de l’intervention urbaine ou la force des armatures urbaines héritées modelèrent au gré des conjonctures locales l’ordonnance de la cité-jardin imaginée par Howard. En France, la situation se présentait plus simplement qu’en Allemagne. En l’absence d’expérience pratique, les débats autour de la cité-jardin se plaçaient essentiellement d’un point de vue théorique. L’aménagement de la couronne parisienne en constituait l’enjeu majeur et les éclusait dans une même direction : la cité-jardin proposait avant tout de nouvelles formules d’urbanisme qui faisaient consensus. En Allemagne, les lectures du projet howardien généraient au contraire de plus grandes distorsions. La construction des cités-jardins, l’usage que les habitants en firent, corrigeaient les modèles idéaux imaginés à partir de la version howardienne. Dans le cadre de cette analyse comparative, afin de pouvoir mettre en balance les modèles d’organisation sociale élaborés à partir du projet des cités-jardins des deux côtés de la frontière, en l’absence d’expérience de construction en France, nous nous appuierons essentiellement sur les schémas théoriques développés par les associations réformatrices. Nous essaierons avant tout de comprendre quelle vision idéale de l’équilibre social se dégageait des différentes positions qui s’exprimaient dans les publications de la DGG.

24Il n’est pas indifférent qu’Howard ait bâti son utopie sociale sur une réflexion autour de la nature. Epris de justice sociale, habité d’un fort sentiment religieux, il imaginait une ville dont les jardins n’amélioreraient pas seulement le cadre de vie mais scelleraient aussi l’égalité entre ses différents habitants : la nature où les inégalités de rang et de naissance n’existaient pas devenait le lieu du consensus social. De fait, les interprètes de la cité-jardin, en Allemagne comme en France, calquèrent l’organisation sociale de la cité sur la morphologie de son territoire, comme si les formes sociales tiraient leur légitimité des formes naturelles.

L’analogie biologique au fondement de l’harmonie communautaire de la cité-jardin allemande

  • 70 Rüdiger vom Bruch, « Der wissenschaftsgläubige Mensch », in : Hans Christoph Liess (dir.), Bürgerli (...)
  • 71 Bernard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », in : « Gartenstadt », 2e année, n°1-2, p. 3, Hohe (...)
  • 72 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig/Berlin, B. G. Teubner, 1913, p. 80.
  • 73 Bernard Kampffmeyer traduisit même un de ses ouvrages en Allemand : Petr Aleksandrovich Kropotkin, (...)
  • 74 Ainsi dans A. Wagemann, « Unsere Ziele », in : Gartenstadt, n°5, mai 1914, p. 85-86.

25En Allemagne, les métaphores biologiques qui imprégnaient déjà les théories sociales de l’époque70 se greffèrent par le truchement du symbole de la nature sur l’idée de cité-jardin. Les activités poursuivies par la DGG trouvaient par exemple une justification dans l’analogie que les adeptes de la cité-jardin supposaient entre nature et vie sociale. L’une et l’autre étaient décrites sous la forme d’un flux : « manifestations sans cesse en mouvement dont la forme varie constamment71 ». Une telle perception de la réalité sociale répondait aux formes d’action préconisées par les réformateurs : la promotion d’expériences pionnières à défaut d’une intervention législative. Seule l’audace expérimentale des pionniers de l’initiative privée, par sa souplesse, pouvait en effet s’adapter aux bigarrures de la réalité et épouser le flux de la vie sociale. Les lois valables de manière systématique, au contraire, ne pouvaient prendre en compte, aux yeux des responsables de la Société, les particularités du social. La conception de son action, mais aussi l’édifice social que la DGG tenta de bâtir, avait son siège dans l’analogie supposée entre formes naturelles et formes sociales. Ainsi, le système coopératif que la DGG affichait à son programme d’action72 était étayé des théories de l’émigré russe Pierre Kropotkine sur l’organisation coopérative73. La description que ce dernier faisait du monde naturel et de ses formes d’entraide semblait garantir d’une caution scientifique la notion de solidarité coopérative qui arc-boutait l’édifice social de la cité-jardin74.

  • 75 Hans Kampffmeyer, « Die Bedeutung der wirtschaftlichen und sozialen Grundlagen der Gartenstädte für (...)
  • 76 Bernhard Kampffmeyer, Gartenstadt und Landeskultur, tract n°10, op. cit., p. 10.
  • 77 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Abkehr von der Grossstadt! Hinaus auf’s Land! Zur Gartenstad (...)
  • 78 Peter Behrens, « Die Gartenstadtbewegung », in : « Gartenstadt », 2e année, n°4, p. 27, Hohe Warte, (...)
  • 79 Voir à ce propos le commentaire de Hans Kampffmeyer au sujet de l’article de Hugo Preuss, « Die Ent (...)
  • 80 Hans Kampffmeyer, Die Abkehr von der Grossstadt! Hinaus auf’s Land! Zur Gartenstadt!, tract n°3, op (...)
  • 81 Hans Kampffmeyer, « Die Gartenstadtbewegung », in : Carl Johannes Fuchs (dir.), Die Wohnungs- und S (...)

26Parés de cette légitimité scientifique, les liens coopératifs dans la cité-jardin étaient traités comme des phénomènes naturels. Plus encore, la métaphore biologique exprimait l’évidence d’une harmonie naturelle75. Ainsi, la cité-jardin, que les membres de la DGG décrivaient comme « un jardin plus que comme une ville76 », était conçue comme le moyen de réunir tous les efforts entrepris jusqu’alors par la réforme du logement en un « tout harmonieux et cohérent77 ». Pour l’architecte Peter Behrens, membre des comités de la DGG depuis 1908, l’architecte des cités-jardins devait parvenir au « groupement et (à l’) emboîtement des bâtiments, des jardins et des places afin de créer un tout organique78 ». Cette loi d’harmonie générale s’étendait aux rapports sociaux établis dans la cité-jardin : la cité-jardin était en théorie imperméable aux conflits d’intérêt79 et la société de construction de la cité était envisagée comme une instance d’arbitrage entre employeurs et employés80. Hans Kampffmeyer percevait dans une union fusionnelle l’architecture et la composition sociale de la cité81.

L’harmonie communautaire

27L’environnement de la cité-jardin, s’il désignait concrètement l’espace de vie d’un individu, posait alors, dans l’interprétation des adeptes allemands de la cité-jardin, le cadre d’une sociabilité ritualisée. La cité-jardin devenait aux yeux de ses interprètes le lieu où l’individu pouvait renouer avec une tradition communautaire que l’anonymat des grandes métropoles industrielles avait pu mettre en péril. Ainsi que le rappelait Hans Kampffmeyer, dans une communication au cours de l’Assemblée générale de la DGG en 1911, chaque individu, membre d’une cité-jardin, doit :

  • 82 Voir Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan, Vorträge gehalten auf der Jah (...)

(…) soumettre dans une certaine mesure ses désirs personnels à la volonté de la communauté et se sentir ainsi le membre actif d’un tout plus global82.

  • 83 Sur l’articulation contrat de travail et bail: Voir notamment Die Gartenstadt Leipzig-Marienbrunn, (...)
  • 84 Gartenstadt, n°4, Avril 1912, p. 59-60.
  • 85 Wolf Dohrn, « Die Gartenstadt Hellerau. Bericht von Wolf Dohrn zur Jahresversammlung der deutschen (...)

28Le statut que la DGG accorda au principe de propriété est un moyen commode pour apprécier le rapport organique de l’individu au corps communautaire. Même après la révision de son programme, la DGG continua de subordonner le bien-être individuel à la création d’une nouvelle forme de sociabilité communautaire. Ainsi, une distinction subtile fut introduite entre possession et propriété qui reposait sur l’introduction de modalités particulières d’affectation du sol. Cette distinction rejoignait en partie les nuances apportées en France à la notion de propriété. Conscients de la mobilité croissante des ouvriers du fait des progrès de l’industrialisation, les réformateurs allemands, comme leurs homologues français, renonçaient aux principes hérités du paternalisme selon lesquels le logement ouvrier conçu comme annexe de l’usine était destiné à attacher durablement l’ouvrier à son lieu de travail. Cette conception qui estompait les frontières entre sphère privée et sphère de la production octroyait aux entrepreneurs une grande mainmise sur leurs ouvriers à l’intérieur comme à l’extérieur de l’usine. Au tournant du siècle, une évolution s’affirma qui affranchissait peu à peu le logement ouvrier de la tutelle du chef d’entreprise. Les cités-jardins anglaises ont sans aucun doute servi de modèles à la tendance qui s’esquissait : notamment la tentative du fabricant de savons, Cadbury, d’ouvrir la cité de Bournville à d’autres populations que les ouvriers de l’usine, mais aussi d’affranchir le contrat de bail du contrat de travail. D’une manière analogue, la DGG salua la construction de la cité Margarethenhöhe qui, bien que destinée à loger les ouvriers de l’usine Krupp, accueillit aussi des habitants étrangers à l’usine83. La volonté des promoteurs de la cité de Marienbrunn de « ne pas refréner la mobilité moderne » justifia l’introduction d’un mode inédit de loyer, dit « loyer héréditaire84 » – Erbmiete. Ce régime octroyait effectivement au locataire les avantages de la propriété : il pouvait léguer à ses héritiers son contrat de location que le bailleur quant à lui ne pouvait révoquer. La signature d’une créance hypothécaire d’un montant équivalent à 25 % de la valeur constructive devait garantir, aux yeux des promoteurs du projet, le bon maintien de l’habitation. Ce rapport juridique n’aliénait cependant pas le locataire à son logement puisqu’il était le seul contractant à pouvoir résilier le contrat s’il le souhaitait. À Hellerau, le refus de créer des « rapports d’allégeance moderne » incita les responsables du projet à affranchir les employés des ateliers de Karl Schmidt de l’obligation de loger dans la cité85.

29Même s’ils remettaient en question le rapport de propriété, les réformateurs s’accordaient sur l’importance du Heim, du « chez soi » incarné par le foyer, ainsi que sur celle de l’appartenance :

  • 86 Bernhard Kampffmeyer, « Vom Laubgarten zum Gartenstadtheim! », in : Gartenstadt, n°8, août 1911, p. (...)

Prenons le chemin de la maison dans la cité-jardin ! De la maison individuelle ! Nous n’entendons cependant pas par maison individuelle un droit de propriété absolu, mais une maison, louée selon les termes d’un bail non résiliable, construite en rangée [Reihenhaus] avec jardin attenant86.

  • 87 Ernst Behnisch, « Die Rechtsformen zur dauernden Sicherung der Gemeinnützigkeit von Gartenstadtsied (...)
  • 88 Citations: Ermann, « Miete, Erbbesitz, Erbmiete », in : Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 231.

30Dans cet article publié en 1911 par Bernhard Kampffmeyer sur l’habitat des cités-jardins, c’est l’idéologie bourgeoise de la propriété, pilier de l’identité individuelle, garant de la stabilité familiale et à plus forte raison de l’ordre social, qui était remise en question. La propriété en tant que possession réelle – Besitz – faisait place à la notion du chez soi, à la relation d’appartenance – Eigen – qui s’exprime plutôt à travers l’usage individuel qu’on a de son bien, ici de son logement – Eigenheim. Le contrat – « maison louée selon les termes d’un bail non résiliable » – qui légitimait la jouissance que l’individu pouvait tirer de son bien se substituait donc à la possession matérielle du bien. Jusqu’ici on constate une évolution similaire dans les représentations qui s’imposèrent aussi en France à la même époque : on entendait lier l’ouvrier à son logis par la souscription d’actions et non plus par la propriété réelle. Les deux conceptions achoppent cependant sur la question du profit. Alors que d’après les réformateurs français, l’ordre collectif n’exclut pas, voire facilite les gains individuels, la possession du logis individuel dans la cité-jardin allemande n’inclut ni droit de propriété, ni quelconque profit87. Pour expliquer cette position, il faut s’en remettre à l’articulation spécifique entre niveau individuel et niveau communautaire. Le contrat qui lie l’habitant à son logement, que ce soit sous la forme d’un simple loyer, du droit de superficie héréditaire – Erbbaurecht – ou du droit de réméré – Wiederkaufsrecht –, ne suffit pas à définir l’appartenance communautaire dans la cité-jardin allemande88 :

Le détenteur d’un « droit de superficie héréditaire» – Erbbesitzer – n’est pas lié à sa cité-jardin par le truchement d’un contrat imposé du dehors, mais par des liens intimes en tant que membre de la communauté.

31Le lien qui relie l’individu à l’ordre communautaire est indissoluble. Il est de l’ordre du sentiment d’appartenance, inexplicable, non quantifiable. Cette conception quasi mystique de l’appartenance communautaire dissone avec l’idée française du « petit capitaliste » dont l’appartenance à la cité-jardin fait prospérer les profits :

Le propriétaire de sa maison selon le droit de réméré n’est pas lié à la cité-jardin par un simple contrat, il en est un membre indissociable.

  • 89 Sur la composition architecturale de la cité : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnung und Be (...)

32Comment s’opère la fusion de l’individu dans la communauté ? C’est l’environnement, clef de voûte de cet équilibre, qui emboîte dans une même unité les différents espaces de la cité-jardin. C’est pourquoi aucun bâtiment ne se suffit à lui-même. La silhouette de chaque bâtiment est déterminée par l’impression d’ensemble. L’encastrement des espaces selon l’image des poupées russes illustre le nœud qui lie l’individu à la communauté. Le foyer est l’espace où l’individu jouit de « la paix et de l’intimité de sa vie privée89 », alors que les bâtiments qui encadrent la vie collective, tels la bibliothèque, la maison du peuple etc., l’enracinent dans la vie communautaire. Mais privé et public s’imbriquent. L’individu, dès lors qu’il habite sa maison, est aussi membre du collectif.

Clivages sociaux et fusion communautaire

  • 90 « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, n°13, vol. 3, 1906, p. 112. Juan Rodriguez-Lores, « Die Zon (...)
  • 91 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan, op. cit., p. 42.

33Ce credo communautaire n’abolissait cependant pas le cloisonnement social de l’espace. Le lecteur est en effet frappé que cette idéologie communautaire se soit accommodée des théories du zoning qui supposaient une division fonctionnelle mais aussi sociale du territoire90. En effet, les premières constructions de cités-jardins firent rapidement prendre conscience aux responsables de la DGG de la nécessité de rentabiliser le financement des cités en procédant à l’affectation sociale des quartiers, c’est-à-dire en répartissant les parcelles de terrain suivant les niveaux de fortune des habitants. Selon Hans Kampffmeyer, ce moyen de réaliser des plus-values et d’attirer des capitaux, permettait par ailleurs de ventiler la palette des loyers proposés dans la cité et donc également de ne pas exclure les salaires les plus humbles91.

  • 92 Walter Lehweß, « Die Gartenstadt », in : Willy Lange, Land- und Gartensiedlungen, Leipzig, Weber, 1 (...)
  • 93 Ibid., p. 191-192.

34Même les membres du mouvement qui plaidaient pour un brassage social au sein de la cité-jardin furent contraints d’aménager cet idéal au principe de la rente foncière. Walter Lehweß, l’un des réformateurs du Bund Heimatschutz, qui, à titre d’architecte, contribua par ailleurs à consolider le socle théorique de l’urbanisme allemand, se disait ainsi favorable à la construction de banlieues-jardins qui mélangeraient, à la périphérie des grandes villes, différentes couches de population. Cette cohabitation, puisqu’elle sensibilisait les élites de la bourgeoisie à la question sociale, enrichissait la vie collective; l’idéal de mixité sociale était par ailleurs appréhendé dans une logique économique comme un moyen de mieux répartir les recettes fiscales sur le territoire urbain92. Bien que favorable au mélange des classes sociales, gage de paix sociale, l’architecte Walter Lehweß atténuait l’idéal de mixité sociale en énonçant certaines règles d’aménagement qui introduisaient une hiérarchisation qualitative des espaces au sein d’une même zone. Elles aboutissaient à une forme plus subtile de séparation sociale que le cloisonnement radical des quartiers. Le découpage du territoire selon des parcelles de tailles différentes favorisait donc la juxtaposition de différentes architectures : d’une part la construction de maisons en rangée adaptées aux contraintes des petites parcelles, de l’autre l’édification de villas plus aisées qui « dissimuleraient leur intimité » derrière des « parcs majestueux » aménagés sur les grandes parcelles93. Dans cette conception, la nature servait à protéger des regards les maisons plus cossues de la clientèle bourgeoise. Artifice au service de l’embellissement des façades, le parc ne servait donc pas seulement, au sein des quartiers pourtant mélangés, de paravent à la discrimination sociale, mais il introduisait aussi une véritable frontière entre les types d’habitation. Le brassage de population n’impliquait pas le décloisonnement de l’espace.

35Sans trahir l’utopie howardienne de paix sociale, les adeptes du projet des cités-jardins étaient cependant contraints de se plier aux obstacles de la réalité, qu’il s’agisse de la charge financière des opérations de construction, des résistances de la spéculation ou de certains clivages sociaux irrémédiables. La cité-jardin leur posait donc un pari ambitieux : comment concilier l’utopie howardienne avec les rigidités de la mécanique sociale ? L’harmonie naturelle servit dans ce contexte à exhorter la sociabilité communautaire : en unissant dans un tissu harmonieux la cité-jardin, ses habitants et son territoire, les références à la nature donnaient à la cohésion sociale la force de l’évidence. La nature voilait dans l’harmonie de ses formes les clivages et les discriminations.

« Il ne faut pas que les petits soient d’un côté, et les gros et dodus de l’autre » : réglementation de l’espace et normalisation des relations sociales dans la pensée urbaine française

  • 94 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », in : Musée social, Mémoires (...)

36En France, les réformateurs rejetèrent avec vivacité les formules pratiquées en Allemagne. Avant-guerre, le brassage des classes sociales était invariablement brandi par la réforme comme un idéal à poursuivre. N’ayant pas encore d’obstacles concrets à braver, les réformateurs français pouvaient camper sur des positions de principe. Ainsi, Georges Risler, même s’il admirait les techniques d’urbanisme appliquées en Allemagne, notamment dans l’aménagement des cités-jardins, ne se montrait pas moins critique, au nom de l’idéal de mixité sociale, envers la rationalité schématique de ces ordonnancements, assimilés à la rigidité prussienne94.

  • 95 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 313.
  • 96 Ibid., p. 321 et « Chronique du Musée social : Causerie-conférence de Robert Schloesing : “L’art de (...)

37Le zoning allemand n’aiguisait pas seulement la critique de Risler en vertu de critères techniques ou d’arguments sociaux. Ce mode de partition était la cible de préjugés nationaux, voire nationalistes que la démonstration de Risler amalgamait avec les questions d’aménagement. Ainsi, l’urbanisme allemand, taxé par Risler de « prussien », était en outre récrié pour son absence de qualités artistiques95. Ce réquisitoire, qui s’abritait en 1912 derrière le paravent de l’argumentaire technique, cristallisait plus largement un clivage idéologique que Risler présumait entre identité allemande et identité française. Il opposait terme à terme l’Allemagne et la France qu’incarnaient, selon lui, l’esprit de méthode « prussien » allié à la rationalité scientifique, le « manque de doigté » et le schématisme des interventions d’un côté et le raffinement artistique français de l’autre96.

  • 97 Voir à ce sujet : Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan. Technique et politique dans la prévision ur (...)
  • 98 « Extrait de la séance du Conseil général de la Seine du 1er juillet 1914. Création d’un Office dép (...)

38La critique du zoning eut la vie dure parmi les réformateurs français et le réquisitoire idéologique de Risler à l’encontre de l’aménagement allemand qui « parquer(ait) les citoyens par catégorie » circula sans grande variation dans le débat urbanistique français97. Henri Sellier s’empara à son tour des arguments de Georges Risler contre le zoning pour défendre en juillet 1914, devant le Conseil général du département de la Seine, la constitution de l’Office public départemental des habitations ouvrières à bon marché98, en les habillant toutefois d’une rhétorique « socialiste ». Etayant lui aussi son raisonnement de la formule de François Miron déjà citée par Risler en 1912 pour défendre le principe de mixité sociale, il déplorait :

  • 99 Ibid., p. 1010.

(…) la spécialisation si complète des quartiers et des communes que les différentes classes sociales sont comme parquées dans des cellules étanches sans aucune espèce de pénétration ni de vie commune, [les agglomérations] traduisent dans l’ordre du logement et de l’aménagement urbain le phénomène de la lutte des classes qui divise déjà les hommes sur le terrain économique et industriel99.

  • 100 Voir Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, op. cit., Chapitre 4 : (...)

39La mélodie restait identique bien que la cible du réquisitoire fût recentrée. Sellier se référait à l’argumentaire de Risler qui assimilait lui aussi la spécialisation des quartiers au « parcage » des catégories sociales. Pour Georges Risler toutefois, c’était la technique allemande du zoning qui contrariait le brassage des classes. Dans une certaine mesure, le cas allemand exemplifiait les dangers contre lesquels on cherchait à se prémunir. Sellier, quant à lui, ne tournait pas ses regards vers une société étrangère mais pointait du doigt le symptôme de diffraction sociale à l’intérieur des communes françaises. La séparation sociale des quartiers était reconnue comme un état de fait des banlieues auquel la construction des cités-jardins devrait remédier. En outre, le vocabulaire s’était radicalisé : il était question de classes et de luttes de classes. La situation ainsi que l’engagement politique de l’interlocuteur avaient changé. En effet, la poussée industrielle qui s’opéra entre 1900 et 1930 provoquait un cloisonnement du monde ouvrier100 auquel Sellier, du fait de son engagement socialiste, était sensible.

  • 101 Georges Risler, Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, La question de la reconstruction des villes (...)
  • 102 Musée social, Annales, janvier 1914, « Travaux des sections : section d’hygiène urbaine et rurale. (...)

40Quelque différentes qu’aient été leurs positions idéologiques, Sellier et Risler supposaient un rapport d’homologie entre formes sociales et formes spatiales. Cette vision imprégna d’ailleurs la pensée urbaine de cette époque. Il est remarquable que la référence à la nature ait été convoquée, comme en Allemagne, mais pour s’intégrer à une représentation du brassage social qui faisait alors consensus parmi les réformateurs, toutes appartenances politiques confondues. En effet, il est à noter qu’une ligne de continuité se dessinait entre représentations de l’équilibre social et représentations du paysage. Le principe du brassage social trouvait un pendant dans le canon esthétique qui aux yeux des réformateurs gouvernait aussi bien un bel agencement urbain101 que celui du beau paysage : « la variété dans l’unité ». De même, le discours urbaniste français, aiguisé par sa critique du schématisme des villes allemandes et de la pratique volontariste du zoning, plaida pour que l’urbaniste modèle sa composition sur l’« évolution naturelle102 » des villes. Cet argument avait l’avantage de ne pas contrarier en théorie l’idéal de mixité sociale que l’interventionnisme allemand semblait menacer. Une telle démarche revenait à naturaliser a posteriori l’organisation sociale et à s’en remettre à l’agencement social de l’espace.

41La cité-jardin, en prévoyant de nouveaux modes d’aménagement, fut entrevue par certains réformateurs comme le moyen idéal de promouvoir la cohésion sociale. La nature, lieu du consensus universel, servit en Allemagne de cadre à une cohabitation pacifique entre les différentes classes adaptée aux contraintes financières imposées par la politique foncière. Parmi les réformateurs français, ce fut longtemps une vision idéale de la société qui domina les représentations de la cité-jardin. Elles cherchaient, grâce à une occupation judicieuse de l’espace, à effacer les démarcations sociales. Ces deux visions de l’harmonie sociale au sein de la cité-jardin reposaient cependant sur une conviction commune : le pouvoir performatif de l’espace dans l’agencement de la mosaïque sociale. Cette reconnaissance accordait une grande importance aux espaces publics et à leur aménagement. Par conséquent, cette position impliquait la réévaluation des politiques urbaines orientée vers un engagement renforcé des pouvoirs publics.

Notes

1 On se reportera à l’aimant de Howard – Ill. 4 – ainsi qu’à sa description de la campagne in : Ebenezer Howard, Garden Cities of To-Morrow, Cambridge, The M.I.T Press, 2001, « Author’s Introduction », p. 47.

2 Notion empruntée à Marcel Roncayolo, « Le paysage du savant », in : Pierre Nora (dir.), La Nation I, Paris, Éditions Gallimard, 1986, p. 500.

3 Voir à ce propos « Heimat » in : Etienne François, Hagen Schulze, Deutsche Erinnerungsorte III, München, C.H. Beck, 2001, p. 361.

4 Wilhelm Heinrich Riehl, Land und Leute, Stuttgart und Augsburg, J. G. Cotta’sche Buchhandlung, 1857, préface (sans pagination).

5 Edeltraud Klueting, « Heimatschutz », in : Diethart Kerbs, Jürgen Reulecke, Handbuch der deutschen Reformbewegungen 1880-1933, Wuppertal, Hammer, 1998, p. 47-57.

6 Voir Jürgen Reulecke, Geschichte der Urbanisierung in Deutschland, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1985, p. 22.

7 Lothar Gall, Von der ständischen zur bürgerlichen Gesellschaft, München, R. Oldenburg Verlag, 1993, p. 21 et suivantes.

8 Alon Confino, The Nation as a local Metaphor : Württemberg, Imperial Germany, and National Memory, 1871-1918, Chapel Hill London, University of North Carolina Press, 1997 et Celia Applegate, A nation of Provincials. The German Idea of Heimat, Berkeley, Los Angeles, Oxford, Univ. of California Pr, 1990.

9 Alan Confino, The Nation as a local Metaphor : Württemberg, Imperial Germany, and National Memory, 1871-1918, op. cit., p. 108-114.

10 Alan Confino, The Nation as a local Metaphor : Württemberg, Imperial Germany, and National Memory, 1871-1918, op. cit., p. 103-107.

11 Marie Charvet, « La question des fortifications de Paris dans les années 1900. Esthètes, sportifs, réformateurs sociaux, élus locaux », op. cit., p. 26-27. Voir aussi : Proposition de Loi ayant pour objet d’imposer aux villes l’obligation de dresser des plans d’extension et d’embellissement présentée par M. Charles Beauquier, député. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 Janvier 1909.- n°2265, Chambre des députés, neuvième législature, session de 1909. Georges Risler, « Les espaces libres dans les grandes villes. Conférence faite au Musée social en février 1909 », in : Musée social, Mémoires et documents, novembre 1910, p. 363.

12 À propos du jardin public et de sa naissance, on pourra consulter : Marie Blanche d’Arneville, La France des jardins et des espaces verts entre 1789 et 1870, thèse dactylographiée en deux volumes, 1987. Françoise Choay, « Haussmann et le système des espaces verts parisiens », in : Revue de l’art, n°29, 1975, p. 83.

13 Voir par exemple : M. Beaufreton, « Le logement populaire à Paris », in : Musée social, Annales, n°10, 1908, p. 303 et p. 304.

14 « Compte-rendu de la réunion en faveur des espaces libres tenue dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne le 5 juillet 1908. Discours de M. Ribot », in : Musée social, Mémoires et documents, 1908, p. 224. Citations : p. 228-229.

15 Musée Social, Annales, n°2, février 1911, p. 68.

16 Musée Social, Annales, n°1, janvier 1914, « Travaux des sections : section d’hygiène urbaine et rurale. Séance du 27 novembre 1913 », p. 45.

17 « Compte-rendu de la réunion en faveur des espaces libres tenue dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne le 5 juillet 1908. Discours de M. Ribot », op. cit., p. 230.

18 Musée Social, Annales, n°12, décembre 1910, p. 416.

19 « Rapport sur les travaux de la section d’hygiène urbaine et rurale », in : Musée social, Annales, n°12, décembre 1910, p. 413.

20 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, in : Musée social, Mémoires et documents, novembre 1910, p. 375.

21 Il s’agit des chapitres VI et VII de son ouvrage, Robert de Souza, Nice, capitale d’hiver : Regards sur l’urbanisme niçois – 1860-1914, Nice, Serre Ed., 2001 (réédition de l’ouvrage paru en 1913 à Nancy chez Berger-Levrault).

22 Marie Charvet, La question des fortifications de Paris dans les années 1900, op. cit., en particulier : p. 25 et suivantes.

23 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, in : Musée social, Mémoires et documents, novembre 1910, p. 404.

24 Sur ce point voir notamment : Bernard Rupprecht, « Villa. Zur Geschichte eines Ideals », in : Probleme der Kunstwissenschaft. Vol. 2, Wandlungen des Paradiesischen und Utopischen. Studien zum Bild eines Ideals, Berlin, de Gruyter, 1966.

25 Voir notamment pour une analyse de cette évolution : Susanna Magri, Christian Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un tournant du projet réformateur, 1905-1925. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », in : Revue française de sociologie, XXVIII, 1987, p. 417-451.

26 Alliance d’Hygiène Sociale, 7Congrès d’Hygiène Sociale. Roubaix 19-22 octobre 1911, op. cit.

27 Georges Benoit-Lévy, « Lotissements modèles et cités-jardins », in : ibid., p. 66.

28 Catherine Bruant, « Donnat Alfred Agache (1875-1959). L’urbanisme, une sociologie appliquée », in : Vincent Berdoulay, Paul Claval, Aux débuts de l’urbanisme français. Regards croisés de scientifiques et de professionnels (fin XIXe-début XXe siècle), Paris, Budapest, Torino, L’Harmattan, 2001, p. 133-150.

29 Donnat-Alfred Agache, « La cité-jardin », in : Alliance d’Hygiène Sociale, 7e Congrès d’Hygiène Sociale Roubaix 19-22 octobre 1911, op. cit., p. 89.

30 Ibid., p. 77.

31 Ibid., p. 76, p. 83 et p. 85.

32 In : « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, vol. 3, cahier numéro 1, 1906, p.107.

33 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, tract n°1, p. 1.

34 Ibid., p. 2

35 « Association des cités-jardins de France Paris », in : Gartenstadt, n°12, décembre 1912, p. 212.

36 Voir notamment : Henri Sellier, La crise du logement et l’intervention publique en matière d’habitation populaire dans l’agglomération parisienne, Paris, Éditions de l’Office public des HBM du département de la Seine, 1921.

37 Hans Kampffmeyer, Gartenstadt und ästhetische Kultur, tract n°6, 1904, op. cit., p. 6.

38 Ibid., p. 6.

39 In Max Gruber, « Vortrag in der Generalversammlung des deutschen Vereins für Volkshygiene. 21 September 1907 », cité in : Gartenstadt, 2e année, n°3, in Hohe Warte, vol. 4, 1908, p. 18.

40 Voir Hohe warte, vol. 3, 1906, p. 139.

41 Augustin Berque, Médiance. De milieux en paysages, Montpellier, Reclus, 1991, p. 44.

42 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, in : Musée social, Mémoires et documents, op. cit.

43 Robert de Souza, Nice, Capitale d’Hiver. Regards sur l’urbanisme niçois : 1860-1914, op. cit.

44 Alliance d’hygiène Sociale, 7Congrès d’Hygiène Sociale Roubaix 19-22 octobre 1911, op. cit.

45 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 378 et p. 387-88.

46 Robert de Souza, Nice, Capitale d’Hiver. Regards sur l’urbanisme niçois : 1860-1914, op. cit., p. 197.

47 « Variétés : Les parcs urbains et ruraux en France et à l’étranger. Causerie-conférence organisée par la Section d’hygiène urbaine et rurale (8 mars 1910) », in : Musée social, Annales, mai 1910, p. 164 et p. 165.

48 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., 1910, p. 400.

49 Ibid., p. 377, p. 396, p. 400.

50 Ibid., p. 402.

51 Georges Risler, « les cités-jardins », op. cit., p. 391-393 et p. 397.

52 « The Revenue of Garden City, and how it is obtained – The Agricultural Estate », in : Ebenezer Howard, Garden Cities of To-Morrow, op. cit., p. 59.

53 Georges Risler, « les cités-jardins », op. cit., p. 395.

54 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française. XIXe-XXe siècle, Paris, éditions du Seuil 1986, p. 78.

55 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française. XIXe-XXe siècle, op. cit, p. 101.

56 Ibid., p. 111.

57 Ibid., « Dans la “névrose fin de siècle” », p. 83-119.

58 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 394-395. Voir aussi : Maurice Dufourmantelle, « La réforme de l’habitation populaire par les cités-jardins », op. cit., p. 18.

59 Georges Risler, « Les cités-jardins », op. cit., p. 388.

60 Robert de Souza, Nice, capitale d’hiver, op. cit., p. 200 : Souza reprend à son compte l’image introduite par Georges Risler dans sa conférence de décembre 1909 du « petit capitaliste ».

61 Ulrich Linse, « ’Gemeinschaft’ und ‘Gesellschaft’ von Ferdinand Tönnies bis Theodor Geiger », in : Diethard Kerbs, Jürgen Reulecke, Handbuch der deutschen Reformbewegungen, op. cit., p. 161-165. En particulier, p. 165.

62 Paul Schultze-Naumburg, Kulturarbeiten, vol. III, München, Callwey im Kunstwart Verlag, 3ème édition, 1928, p. 97.

63 Leberecht Migge, « Rhythmen der neuen Gartenstadt », in : Gartenstadt, 4e année, n°12, décembre 1910, p. 139.

64 Leberecht Migge, « Die Gartenkultur des 20. Jahrhunderts », in : Gartenstadt, n°1, janvier 1914, p. 17.

65 Paul Schultze-Naumburg, Kulturarbeiten, vol. III, op. cit., « Die Landschaft », p. 91-92.

66 Leberecht Migge, « Mehr Ökonomie », in : Gartenstadt, 4e année, n°10, octobre 1910, p. 111.

67 Leberecht Migge, « Die kleinen Gärten in der Gartenstadt », in : Gartenstadt, 7e année, n°4, avril 1913, p. 68.

68 Voir notamment Carole Tucoulet, « L’écologie urbaine entre géographie et urbanisme », in : Vincent Berdoulay, Paul Claval, Aux débuts de l’urbanisme français, op. cit., p. 95-104.

69 .– Joseph Dépinay, « Le Town Planning en Angleterre », in : Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, Société française des habitations à bon marché. La question de la reconstruction des villes et villages détruits par la guerre, Paris, Société française des habitations à bon marché, 1916, p. 52 ; Gartenstadt, n°1, janvier 1911, p. 1.

70 Rüdiger vom Bruch, « Der wissenschaftsgläubige Mensch », in : Hans Christoph Liess (dir.), Bürgerlichkeit, Staat und Kultur im Kaiserrreich, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005, p. 13.

71 Bernard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », in : « Gartenstadt », 2e année, n°1-2, p. 3, Hohe Warte, vol. 4, 1907-1908.

72 Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig/Berlin, B. G. Teubner, 1913, p. 80.

73 Bernard Kampffmeyer traduisit même un de ses ouvrages en Allemand : Petr Aleksandrovich Kropotkin, Die Eroberung des Brotes. Wohlstand für alle, Berlin, Der Syndikalist, 1920.

74 Ainsi dans A. Wagemann, « Unsere Ziele », in : Gartenstadt, n°5, mai 1914, p. 85-86.

75 Hans Kampffmeyer, « Die Bedeutung der wirtschaftlichen und sozialen Grundlagen der Gartenstädte für den Städtebau », in : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan, op. cit., p. 43.

76 Bernhard Kampffmeyer, Gartenstadt und Landeskultur, tract n°10, op. cit., p. 10.

77 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Abkehr von der Grossstadt! Hinaus auf’s Land! Zur Gartenstadt!, tract n°3, op. cit., p. 3.

78 Peter Behrens, « Die Gartenstadtbewegung », in : « Gartenstadt », 2e année, n°4, p. 27, Hohe Warte, vol. 4, 1908.

79 Voir à ce propos le commentaire de Hans Kampffmeyer au sujet de l’article de Hugo Preuss, « Die Entwiclung des deutschen Städtewesens », in : « Gartenstadt », 2e année, n°5, p. 36, Hohe Warte, vol. 4, 1908.

80 Hans Kampffmeyer, Die Abkehr von der Grossstadt! Hinaus auf’s Land! Zur Gartenstadt!, tract n°3, op. cit., p. 3.

81 Hans Kampffmeyer, « Die Gartenstadtbewegung », in : Carl Johannes Fuchs (dir.), Die Wohnungs- und Siedlungsfrage nach dem Kriege. Ein Programm des Kleinwohnungs- und Siedlungswesen, Stuttgart, Wilhelm Meyer-Ilchen, 1918, p. 346.

82 Voir Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan, Vorträge gehalten auf der Jahresversammlung der Deutschen Gartenstadtgesellschaft, Paris und Leipzig, Renaissance-Verlag Robert Federn, 1911, p. 42.

83 Sur l’articulation contrat de travail et bail: Voir notamment Die Gartenstadt Leipzig-Marienbrunn, Leipzig, H. A. Ludwig Degener, 1913, p. 2.

84 Gartenstadt, n°4, Avril 1912, p. 59-60.

85 Wolf Dohrn, « Die Gartenstadt Hellerau. Bericht von Wolf Dohrn zur Jahresversammlung der deutschen Gartenstadtgesellschaft », Gartenstadt, n°1, janvier 1909, p. 8-9.

86 Bernhard Kampffmeyer, « Vom Laubgarten zum Gartenstadtheim! », in : Gartenstadt, n°8, août 1911, p. 101.

87 Ernst Behnisch, « Die Rechtsformen zur dauernden Sicherung der Gemeinnützigkeit von Gartenstadtsiedlungen », in : Gartenstadt, n°1, Janvier 1913, p. 18-20.

88 Citations: Ermann, « Miete, Erbbesitz, Erbmiete », in : Gartenstadt, n°11, novembre 1913, p. 231.

89 Sur la composition architecturale de la cité : Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan, op. cit., p. 42 ; citation: p. 44.

90 « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, n°13, vol. 3, 1906, p. 112. Juan Rodriguez-Lores, « Die Zonenplanung – Ein Instrument zur Steuerung des Kleinwohnungsmarktes ? », in : Juan Rodriguez-Lores/Gerhard Fehl (dir.), Die Kleinwohnungsfrage, Hamburg, Hans Christians Verlag, 1988, p. 157-207.

91 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Bauordnung und Bebauungsplan, op. cit., p. 42.

92 Walter Lehweß, « Die Gartenstadt », in : Willy Lange, Land- und Gartensiedlungen, Leipzig, Weber, 1910, p. 189-192.

93 Ibid., p. 191-192.

94 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », in : Musée social, Mémoires et documents, Paris 1912, p. 339-340.

95 Georges Risler, « Les plans d’aménagement et d’extension des villes », op. cit., p. 313.

96 Ibid., p. 321 et « Chronique du Musée social : Causerie-conférence de Robert Schloesing : “L’art de bâtir les villes, une mission en Allemagne” », in : Musée social, Annales, n°3, mars 1914, p. 92.

97 Voir à ce sujet : Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan. Technique et politique dans la prévision urbaine 1900-1930, Seyssel : champ vallon 1985, p. 62 : « Comment planifier les usages du sol ? ». Concernant la pérennité et la reprise de cette critique par Maurice Dufourmantelle : Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, Georges Risler, Société française des habitations à bon marché. La question de la reconstruction des villes et villages détruits par la guerre, Paris, Société française des habitations à bon marché, 1916, p. 19 et suiv.

98 « Extrait de la séance du Conseil général de la Seine du 1er juillet 1914. Création d’un Office départemental d’habitations à bon marché », in : Henri Sellier, La crise du logement, op. cit., p. 1005.

99 Ibid., p. 1010.

100 Voir Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, op. cit., Chapitre 4 : « Usine, banlieue, cité, l’ouvrier nouveau est arrivé! », p. 120.

101 Georges Risler, Joseph Dépinay, Maurice Dufourmantelle, La question de la reconstruction des villes et villages détruits par la guerre, op. cit., p. 21.

102 Musée social, Annales, janvier 1914, « Travaux des sections : section d’hygiène urbaine et rurale. Séance du 27 novembre 1913 », p. 48. Voir aussi : Donat-Alfred Agache, « les grandes villes modernes et leur avenir », Conférence du 22 juin 1916, in : Louis Gaultier, Exposition de la cité reconstituée, esthétique et hygiène 29 mai-11 août 1916, Rapport général, Paris, Édition scientifique Association générale des hygiénistes et des techniciens municipaux, 1917, p. 243.

Table des illustrations

Titre Ill. 4 - Schéma des trois aimants de Howard
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540