Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE II. La cité-jardin et les fondements de l’intervention publique

Introduction

Texte intégral

1La reconnaissance législative qu’annonçait en France la loi Bonnevay ou en Allemagne, la référence au projet des cités-jardins dans les discussions législatives sur la réforme du logement ne présageait pas seulement des succès de propagande autour de la cité-jardin, mais aussi de la nouvelle échelle d’intervention à laquelle elle allait désormais être intégrée. Devenu objet des débats réformateurs sur l’aménagement urbain, intégré à des projets de loi sur la gestion urbaine et la politique du logement, suscitant la création de structures d’expertise technique, le projet des cités-jardins quittait le terrain des utopies urbaines pour devenir progressivement un instrument concret au service de l’aménagement du territoire urbain, un volet de politique publique. L’objet de ce chapitre sera d’étudier les raisons ainsi que les implications de cette nouvelle échelle d’intervention : comment le projet des cités-jardins a-t-il contribué à l’élaboration de politiques publiques d’aménagement ? Comment expliquer, malgré la référence commune à l’idée « anglaise », les conceptions différentes de l’intervention publique qui se greffèrent alors en France et en Allemagne sur l’idée de cité-jardin ? L’intégration de la cité-jardin aux politiques qui se mirent en place en France et en Allemagne à la même époque permet-elle de comprendre les différentes conceptions de l’interventionnisme en matière de gestion urbaine autrement qu’en les réduisant à des oppositions idéologiques ? Nous interrogerons sous trois angles la manière dont le projet des cités-jardins a nourri progressivement l’élaboration de politiques publiques :

(A) La cité-jardin telle que Howard l’a décrite traçait de nouvelles frontières entre espace privé et espace public. Son projet qui reposait sur un postulat écologique – agir sur l’environnement, notamment urbain, pour transformer la société – dotait l’espace public, l’espace de la collectivité, d’une nouvelle charge symbolique, expression d’un paradigme communautaire. Nous analyserons dans un premier temps les façons dont ce postulat écologique a été interprété en France et en Allemagne et quels changements il a pu susciter dans les représentations de l’espace public.
(B) Quel fut le lien entre ces nouvelles représentations de l’espace et la gestion urbaine en pleine émergence ? L’analyse explorera les conditions dans lesquelles l’idée de cité-jardin parvint à impulser de nouveaux modes de gestion urbaine.
(C) L’expérience des cités-jardins qui reposait sur une réflexion écologique a cristallisé en France comme en Allemagne un certain nombre de représentations du territoire national, notamment un sentiment identitaire. Dans le cadre de cette comparaison, il est essentiel d’interroger la dimension nationale qui s’est greffée, par le truchement de représentations territoriales, de manière presque paradoxale, sur la cité-jardin, un objet pour ainsi dire « importé » : il s’agira alors de comprendre l’impact de cette dynamique nationale sur l’émergence du service public évoqué plus haut.

2L’étude s’étendra des « débuts » de la cité-jardin en France et en Allemagne jusqu’à la guerre. Elle implique de nombreux retours sur la période évoquée dans le premier chapitre. Des retours qui ne sont cependant pas des redites. C’est en effet sous un autre angle que seront abordées ces premières années : celui des nouvelles représentations de l’intervention publique qui ont pu se cristalliser en France et en Allemagne sur le projet des cités-jardins. On suivra l’évolution de ces formes d’intervention jusqu’à la guerre, de la formulation de leurs principes à leur mise en pratique. Alors que les destructions qui frappaient les villes et les villages de Prusse orientale incitèrent les pouvoirs publics allemands à mettre en place des mesures visant la reconstruction dès septembre 1914, tandis que les impératifs de la reconstruction accéléraient l’application des projets élaborés par la réforme urbaine avant-guerre en France, que la mise en œuvre de l’économie de guerre légitimait de nouvelles pratiques d’intervention publique, le conflit de 1914-1918 marque une césure dans la réflexion, ouvrant un autre débat, celui de la « reconstruction » prise au sens propre comme au sens figuré.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540