Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE I. De la réforme urbaine à l’émergence d’un savoir expert : la contribution du projet des cités-jardins au développement de la spécialité urbanistique

Conclusion de la partie 1

Texte intégral

1La réception du projet des cités-jardins s’est apparemment déroulée selon un processus analogue en France et en Allemagne : des sociétés de propagande furent créées de manière presque simultanée et c’est autour de 1906-1907 que dans les deux pays, le projet des cité-jardin perça les débats de l’urbanisme. La participation des représentants de la réforme urbaine au voyage de Londres en 1907 marque un tournant dans la réception du projet des cités-jardins en France et en Allemagne. Réévaluée à l’aune de l’expérience anglaise et des bouleversements qui, dans les deux pays, affectaient les morphologies urbaines, la cité-jardin, intégrée aux débats sur l’extension urbaine, participa à l’émergence d’un nouveau champ spécialisé de savoirs et de savoir-faire de l’urbanisme. En France, les discussions autour des espaces libres se greffèrent sur la lecture des cités-jardins qui, en retour, ouvrit un terrain d’expérimentation à la démarche planificatrice. En Allemagne, le projet des cités-jardins réinterprété au prisme des débats de spécialistes sur l’extension périphérique, fit moins consensus : les controverses dont il fit alors l’objet entraînèrent une conception plus ciblée du projet anglais qui fut alors assimilé à une technique d’aménagement.

2L’émergence de ces savoirs spécialisés coïncide aussi avec l’apparition de nouveaux acteurs sur le devant de la scène réformatrice : en France, les architectes qui intégrèrent la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social et qui en 1913 contribuèrent à la création de la Société française des architectes-urbanistes posèrent les fondements de l’urbanisme français conçu comme nouvelle pratique professionnelle. En Allemagne, les professionnels de l’architecture et de l’urbanisme participaient du renouvellement institutionnel de la DGG.

3Mais l’émergence de ce savoir expert opéra, dans les deux pays, de manière bien différente. En France, l’espace de discussions autour du projet des cités-jardins était en grande partie circonscrit par les institutions phare de la réforme dont le siège était établi à Paris, entre autres le Musée social et la Société française des habitations à bon marché. Le projet des cités-jardins inspira la rédaction de tracts, la mise en œuvre de concours d’urbanisme où incubaient de nouvelles connaissances sur la ville. L’émission de ces nouveaux savoirs restait l’apanage d’un cercle restreint de spécialistes qui se mouvaient dans un champ balisé par les forums de la réforme du logement. En Allemagne, au contraire, la manière dont se structura l’expérience des cités-jardins révèle l’efficacité d’une politique de diffusion ciblée sur la réalisation de projets locaux et partant la conquête d’un public large et diversifié. Cette stratégie imprima à l’organisation du projet des cités-jardins une forme particulière : au canevas des expériences locales sur lequel se développa un réseau d’échanges, prélude à la circulation d’informations techniques et à l’invention de savoir-faire, fait écho le maillage institutionnel dans lequel la DGG était insérée. Brassage d’acteurs aux appartenances institutionnelles multiples, la DGG s’intégrait à une arborescence d’associations implantées sur tout le territoire qui relayaient son action au niveau local.

  • 1 Zeitschrift für Wohnungswesen, Année n°10, n°17, 15 juin 1912, p. 233-237.
  • 2 Extrait des principes proposés par la commission du Reichstag pour améliorer les conditions du loge (...)

4La mise en regard de ces évolutions contrastées encourage l’analyse des enjeux politiques du projet réformateur dans les deux pays. Signe des innovations dont le programme des cités-jardins est porteur, il fut intégré en France en 1912 à un projet de loi, la Loi Bonnevay, qui visait la transformation des cadres réglementaires du logement populaire. En Allemagne aussi, le projet stimula l’intérêt des pouvoirs publics. La cité-jardin fut intégrée en 1912 aux principes proposés par la commission du Reichstag pour améliorer les conditions du logement à l’échelle de tout le territoire national1, première étape dans la constitution d’une politique publique du logement. La construction des cités-jardins fut l’un des motifs exposés dans ce texte en faveur de l’aide financière du Reich – dont le principe restait controversé – pour la construction de logements économiques destinés au personnel de l’État2. En Allemagne, la démarche législative ne fut cependant pas couronnée du même succès qu’en France : elle échoua. Face à ces issues différentes, il est tentant de renvoyer les spécificités du projet réformateur français – espace de discussion circonscrit à un public sélectionné – au fonctionnement du régime parlementaire qui relayait l’action réformatrice. Par opposition, l’émergence d’une expertise à partir de projets localisés, la naissance d’un espace de communication étendu pourraient être conçus comme le moyen de parer au déficit démocratique d’un régime autoritaire et d’un système représentatif grippé par le principe d’un vote inégalitaire. Cette hypothèse, pour être approfondie, invite à examiner de quelles manières l’expérience des cités-jardins a contribué à la transformation des politiques urbaines – des cadres d’intervention aux règlements d’urbanisme – ciblée depuis la fin du XIXe siècle par l’effort réformateur.

Notes

1 Zeitschrift für Wohnungswesen, Année n°10, n°17, 15 juin 1912, p. 233-237.

2 Extrait des principes proposés par la commission du Reichstag pour améliorer les conditions du logement à l’échelle de l’Empire in : « Richtlinien für Reich und Staat zur Verbesserung der Wohnungsverhältnisse », Zeitschrift für Wohnungswesen, Année n°10, n°17, 15 juin 1912, p. 234.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540