Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE I. De la réforme urbaine à l’émergence d’un savoir expert : la contribution du projet des cités-jardins au développement de la spécialité urbanistique

Chapitre II. L’insertion du projet des cités-jardins dans les débats publics : l’émergence d’un savoir expert

Texte intégral

  • 1 Sur l’enjeu des « controverses publiques » dans l’élaboration de « savoirs experts », voire : Isabe (...)

1La réception du projet des cités-jardins n’a suivi, ni en France ni en Allemagne, de progression linéaire. Cette réception fut jalonnée de brusques changements de cap, de nouvelles interprétations. L’explication de ces sinuosités nécessite la prise en compte de multiples facteurs. Qu’advient-il de l’interprétation d’une idée importée d’Angleterre lorsque celle-ci n’intéresse plus seulement un groupuscule d’enthousiastes, mais s’intègre aux débats publics d’un rayonnement plus large ? La diversification des acteurs impliqués dans la diffusion de cette idée, les relations qu’ils entretenaient entre eux, les rapports de force qui les opposaient ainsi que leur conviction personnelle intervinrent alors dans le cours de cette réception et provoquèrent par ricochet l’ouverture de son champ d’interprétation : la cité-jardin, en apparaissant alors dans les discussions publiques, devint un objet de débat, voire de « controverse1 » au sein du milieu réformateur. Discuté, débattu, le projet des cités-jardins fut intégré à de nouvelles logiques argumentatives qui en retour l’enrichirent de nouvelles significations.

2En France comme en Allemagne, c’est au tournant des années 1906-1907 que l’expérience des cités-jardins engagea d’autres acteurs que ceux qui, dans le cadre des associations de propagande, s’y dévouaient sans partage. À une période où la ville connaissait de rapides et profondes mutations, la cité-jardin s’inséra en effet dans les débats d’urbanisme qui visaient la réforme du cadre urbain. Ainsi, le projet des cités-jardins ne contribua pas seulement à la formulation des problèmes qui justifiaient l’action réformatrice, il inspira également de nouveaux moyens d’action.

3Les différences qui distinguaient le processus d’urbanisation de l’Allemagne et de la France, qu’il s’agisse de la croissance urbaine et de ses spécificités ou de l’évolution particulière de la discipline urbanistique dans l’un ou l’autre pays, semblent réduire le parallèle que nous venons de constater à une coïncidence chronologique. Afin de comprendre la particularité des débats dans lesquels la cité-jardin est venue s’insérer et comment elle a pu participer à l’élaboration de nouveaux arguments dans le discours sur la ville et son aménagement, voire à la production de nouvelles catégories pour l’intervention urbaine, il nous a alors semblé nécessaire de distinguer trois moments :

4A. L’impact d’une manifestation internationale, le Congrès international des habitations à bon marché de Londres (1907), sur la réception en France et en Allemagne du projet des cités-jardins.

5B. L’apparition de la cité-jardin dans le discours des spécialistes de la question urbaine (1906-1907) : alors que la cité-jardin devint l’objet de débats publics, les questions nouvelles sur lesquelles elle vint se greffer, mais aussi les lignes de force qui structuraient le champ des spécialistes de la question urbaine, en modifièrent l’interprétation.

6C. L’influence de l’expérience des cités-jardins sur la constitution des catégories de l’urbanisme, qu’il s’agisse des représentations qui transformèrent la perception du territoire urbain ou des catégories d’action qui modifièrent la politique urbaine.

A. Un jalon dans la réception du projet des cités-jardins en France et en Allemagne : le Congrès international des HBM (Londres 1907)

  • 2 À propos de ce lauréat de la fondation Rothschild, membre de la SFHBM, puis de la Section d’hygiène (...)
  • 3 Les noms sont publiés dans : SFHBM, Bulletin, n°2, 1908, p. 233 : Georges Risler, Maurice Dufourman (...)

7Le Congrès international des habitations à bon marché qui se tint à Londres en 1907 marqua un tournant dans la réception du projet des cités-jardins en France tout comme en Allemagne. D’un côté comme de l’autre, les réformateurs se pressèrent à une manifestation qui réunissait les personnalités influentes de l’urbanisme anglais et plus particulièrement du mouvement anglais des cités-jardins, entre autres Ebenezer Howard. Si Josef Stübben, le ténor de l’urbanisme allemand et Hans Kampffmeyer, le responsable de la DGG y affichaient leur présence, les figures incontournables du milieu réformateur français comptaient aussi parmi les participants : Georges Risler et Maurice Dufourmantelle, Émile Cacheux et Lucien Ferrand dépêché par la SFHBM, l’architecte Augustin Rey spécialisé dans l’architecture du logement populaire2, Ambroise Rendu, conseiller municipal de Paris, membre influent de la SFHBM et du Musée social et enfin Georges Benoît-Lévy à titre de spécialiste des cités-jardins3.

  • 4 Voir SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1906, « Procés verbal de la séance du 7 novembre 1906 », p.  (...)
  • 5 Ibid., p. 449.
  • 6 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°3, 1907, p. 259.
  • 7 Georges Risler, Maurice Dufourmantelle, « L’habitation populaire en Angleterre. Souvenirs du 8e Con (...)
  • 8 Lucien Ferrand, « Compte rendu sommaire du Congrès international des HBM. Londres 1907 », in : SFHB (...)

8En France, jusqu’au Congrès de 1907, l’intérêt pour la cité-jardin fut très limité et ne suscita aucun débat de fond. On ne reviendra pas ici sur l’accueil bienveillant, mais très restreint que les réformateurs français réservèrent aux idées de Georges Benoît-Lévy. Il fallut attendre 1906 pour que l’idée de cité-jardin déclenchât une initiative, certes timide, de la part du conseil de la Société des habitations à bon marché. Il sollicita en effet la collaboration de Georges Benoît-Lévy avec un des membres de la Société, Lucien Ferrand, pour examiner dans quelle mesure la législation française des HBM était compatible avec la réalisation de l’expérience anglaise4. Cette démarche résultait sans aucun doute de l’intérêt que l’expédition collective organisée par Georges Benoît-Lévy le 14 juillet 1906 dans les cités anglaises avait éveillé auprès des membres de la Société5. Mais c’est le Congrès de 1907 qui bouleversa l’attitude des réformateurs français face à la cité-jardin. Cette manifestation suscita en effet une série de compte-rendus. Celui de Ferrand rédigé à l’attention des membres de la SFHBM réservait une grande place aux cités-jardins6 ; en 1908, Risler et Dufourmantelle leur consacraient quant à eux un rapport entier7. Le rapport de Ferrand éclairait d’un jour nouveau l’expérience des cités-jardins, portant aux caractéristiques spatiales de la cité un intérêt plus grand que Benoît-Lévy. En mettant en exergue le « mode de lotissement8 » de Letchworth, il abordait la cité-jardin sous l’aspect de son aménagement.

  • 9 Georges Risler, Maurice Dufourmantelle, « L’habitation populaire en Angleterre. Souvenirs du 8e Con (...)
  • 10 Voir Report of the international housing congress, Londres, Wightman & Co., 1907, section 5 : « Beb (...)
  • 11 C.I. Fuchs, « Der achte internationale Wohnungskongress in London vom 3.-10. August », in : Städteb (...)

9Risler et Dufourmantelle9, s’ils évoquaient de manière allusive et appro­ximative le schéma de la cité-jardin réalisé par Howard, composition de « zones concentriques », confirmaient par leur description de Letchworth l’attention nouvelle que les acteurs de la réforme urbaine portaient aux qualités urbaines de la cité-jardin. Leur analyse des caractéristiques spatiales de la cité-jardin gagnait en précision par rapport à la description de Ferrand alors qu’ils insistaient sur l’aménagement planifié de Letchworth, réalisé d’après « un plan préconçu et raisonné ». Cette nouvelle attention faisait écho aux débats qui dominaient le Congrès de Londres, notamment la question des plans de ville au programme de l’une des sections10. Si les participants français semblaient découvrir avec la cité-jardin les principes d’un aménagement urbain rationnel, les visiteurs allemands ne manifestèrent pas quant à eux beaucoup de curiosité pour un domaine dans lequel ils faisaient prévaloir leur rôle pionnier11. Ce furent d’autres aspects du projet anglais qui retinrent l’intérêt des observateurs allemands.

  • 12 Alfred Abendroth, « Die Grossstadt als Städtegründerin », in : Städtebau, n°2 (p. 24-27), n°3 (p. 3 (...)
  • 13 Deutsche Bauzeitung, n°49, 20 juin 1903, p. 315-316.

10On ne peut saisir l’impact du Congrès de Londres sur la propagande allemande sans le replacer dans le contexte d’institution­nalisation de la DGG. Ce congrès intervint en effet à un moment où la Société achevait son intégration parmi les institutions de la réforme. Cette légitimité couronnait un long parcours qui débuta en 1904 alors que la Société participait pour la première fois à un congrès d’envergure nationale. Un article12 publié en 1905 par Alfred Abendroth, géomètre de formation qui joua un rôle décisif dans le développement de l’urbanisme comme nouvelle spécialité professionnelle, fut un jalon essentiel sur le chemin de la reconnaissance. Publié dans Städtebau, l’organe spécialisé de la jeune discipline, l’article soumettait non seulement le projet anglais au jugement des spécialistes, il le créditait également d’une légitimité évidente : en arrimant l’interprétation du projet des cités-jardins aux débats d’actualité qui défrayaient la scène urbanistique, la croissance des grandes villes et les modalités de leur extension périphérique, l’analyse d’Abendroth renouvelait l’intérêt pour l’expérience anglaise. Alors que les activités de la DGG avaient jusqu’alors été accueillies avec beaucoup de scepticisme13, Alfred Abendroth esquissait un geste de reconnaissance.

  • 14 Wochenschrift des Architekten-Vereins zu Berlin, Jahrgang 1, n°38, n°42, n°44, cité in : « Gartenst (...)
  • 15 Deutsche Bauzeitung, n°49, 20 juin 1903, p. 315-316.
  • 16 Voir « Aus der Gartenstadtbewegung », in : « Gartenstadt », n°5, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907, p.  (...)

11Les articles que Theodor Goecke publia par la suite dans les premiers numéros de la revue professionnelle des architectes berlinois14 témoignent alors d’un revirement dans l’attitude des professionnels de l’aménagement à l’égard du projet des cités-jardins. Même si l’auteur posait des conditions au succès de cette expérience, il envisageait désormais la percée de ce projet en Allemagne. On mesure le fossé qui sépare cet article du scepticisme qui se dégageait de la première communication qu’il avait faite à ce sujet en 190315. À l’époque du Congrès de Londres, la réception du projet anglais prenait donc un tournant, perceptible de surcroît à travers la reconfiguration institutionnelle de la DGG initiée en 1906. Le Congrès de Londres, dont la publicité fut relayée par de nombreux articles de presse16, renforça alors la légitimité dont la DGG venait de se parer en s’ouvrant aux spécialistes de la question urbaine.

  • 17 C.I. Fuchs, « Der achte internationale Wohnungskongress in London vom 3.-10. August », in : Städteb (...)

12Le Congrès de Londres, par les nombreuses visites et excursions qu’il proposait dans les cités ouvrières modèles et les cités-jardins nouvellement bâties, vulgarisa parmi les réformateurs étrangers la connaissance des cités-jardins. Nous avions, en introduction de ce chapitre, signalé que cette réception ne suivit pas une trajectoire linéaire. Après la diffusion de l’idée de cité-jardin au tournant du siècle par des associations de réformateurs, le Congrès de 1907 constitua un second jalon dans le transfert en favorisant un contact plus direct avec la cité-jardin. Les participants aussi bien français qu’allemands saluaient « l’apprentissage sur le terrain17 » qui leur garantissait une appréhension à chaud de l’expérience anglaise. Les effets du Congrès ne furent cependant pas les mêmes en France et en Allemagne. En France, le renouvellement de l’intérêt pour la cité-jardin marginalisa la position de Georges Benoît-Lévy et par ricochet celle de son association parmi les institutions de la réforme, tandis que de nouveaux acteurs entraient en scène qui réactualisaient la conception des cités-jardins : ils découvraient, à travers le prisme des cités-jardins, les instruments de la planification urbaine. En Allemagne aussi, le Congrès de Londres communiqua à la diffusion de la cité-jardin un nouvel élan, mais la DGG, quant à elle, profita de cette vigueur à laquelle elle avait également œuvré. La publicité du Congrès de Londres coïncida aussi avec l’insertion de la cité-jardin dans les débats de la réforme urbaine. Alors qu’entre la France et l’Allemagne, de nombreux décalages apparaissaient dans le développement des connaissances de l’urbanisme, et que de part et d’autre, les morphologies urbaines suivaient des évolutions très contrastées, il convient de se demander comment ces différences se répercutèrent sur le projet des cités-jardins, et notamment après 1907 alors que ce projet participa de la constitution des savoirs urbanistiques.

B. L’idée de cité-jardin et sa place dans les débats autour des questions urbaines

1. L’impact du projet des cités-jardins sur la constitution de la discipline urbanistique en France

  • 18 France Guerrin-Pace, Denise Pumain, « 150 ans de croissance urbaine », in : Économie et statistique (...)
  • 19 On trouvera dans l’ouvrage de Jean-Pierre Gaudin une mise en perspective historique des questions d (...)
  • 20 Pour plus d’informations sur l’impact de la loi sanitaire de 1902 et ses implications, on se report (...)
  • 21 On se reportera en particulier au chapitre : « Les îlots insalubres. De l’aménagement à la statisti (...)

13La comparaison des taux d’urbanisation à l’échelle de l’Europe fait apparaître le retard de la France par rapport à l’Angleterre et l’Allemagne et souligne le « démarrage tardif et (…) longtemps modéré » du processus d’urbanisation en France qui ne prit véritablement son essor qu’après la seconde Guerre mondiale, alors qu’une croissance urbaine intense et rapide affecta de nombreuses villes allemandes, notamment dans la province rhénane, à partir de 187118. En conséquence, alors que les spécialistes allemands de l’urbanisme se réclamaient d’un héritage vieux de plusieurs décennies, la discipline urbanistique française était encore en pleine gestation au moment où l’idée de cité-jardin pénétra les cercles de la réforme. En effet, au moment du Congrès de Londres, tandis que les réformateurs français découvraient l’expérience des cités-jardins sur le terrain, l’urbanisme français était à la recherche de sa rhétorique. Les municipalités françaises étaient loin de disposer des instruments et de la marge de manœuvre dont bénéficiaient certaines communes allemandes dans la maîtrise de leur croissance. Les dispositions législatives de 1807 destinées à réglementer plus strictement l’alignement et donc à ordonner le chaos que dessinaient les périphéries urbaines n’avaient pas tenu leur promesse19. L’alignement achoppait aux contraintes pratiques, qu’il s’agisse du pouvoir des propriétaires ou des obstacles que le conseil d’État posait à l’expropriation. Le manque de garanties légales paralysait l’action municipale. L’impossibilité de geler les usages du sol ainsi que les difficultés à appliquer la loi sur l’expropriation grevaient les tentatives que les communes auraient pu entreprendre pour ordonner leur tissu périphérique. La segmentation des interventions dans l’aménagement urbain, l’absence de cohésion entre les différents quartiers de la ville étaient les conséquences de ce piétinement. C’est dans le domaine de l’hygiène que les premiers efforts furent entrepris au tournant du siècle pour ordonner le développement anarchique des villes et rompre avec la perception segmentée du territoire. Le Règlement sanitaire Type établi dans le cadre de la loi de 1902 amorçait l’évolution vers une approche synthétique de la ville, « associant globalement l’intérieur et l’extérieur, la ville et ses logements20 ». Dans cette perspective, Yankel Fijalkow a montré comment les techniciens de la ville voyaient dans la notion d’îlots insalubres « la possibilité de renouveler l’urbanisme parisien », en dépassant « un aménagement ponctuel de voirie encore protégé par l’orthodoxie financière » et en défendant des projets d’aménagement globaux21.

  • 22 Musée social, Annales, n°2, février 1908, « travaux des sections », p. 56.
  • 23 Marie Charvet, « La question des fortifications de Paris dans les années 1900 », op. cit., p. 23-44
  • 24 Voir notamment le discours de Jules Siegfried lors de la séance d’ouverture de la Section, le 14 ja (...)
  • 25 Musée social, Annales, n°2, février 1908, « Section d’hygiène urbaine et rurale », p. 60-61 et Anna (...)
  • 26 Musée social, Annales, n°8, août 1909, p. 249-252.
  • 27 Voir Susanna Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des habitations à bon (...)
  • 28 Georges Risler, « Les espaces libres dans les grandes villes », février 1909, in : Musée social, (...)

14Le langage de l’urbanisme contemporain était donc en germe dans le courant hygiéniste qui se développa au tournant du siècle. Le rapport de Lucien Ferrand qui à son retour du Congrès de Londres, évaluait les qualités d’organisation des colonies anglaises au prisme des données de l’hygiène est symptomatique de cet état du débat français sur la planification. Risler et Dufourmantelle signaient en 1908 un article dont le vocabulaire avait gagné en précision et en rigueur technique, en insistant sur la conception du « lotissement de letchworth » d’après « un plan préconçu et raisonné ». Le terme de plan dont ils usaient ici faisait en effet écho aux débats contemporains sur la réforme de la ville, notamment aux discussions qui engageaient les réformateurs de la Section d’hygiène urbaine et rurale, créée en janvier 1908 par le comité de direction du Musée social. Dès sa création, cette section vouée à l’étude de la « vie familiale des travailleurs » sous tous ses aspects, « habitations, jardins ouvriers, espaces libres, alimentation…22 » consacra ses efforts au règlement de la question épineuse qui opposait depuis 1881 la ville de Paris et l’État, la vente des enceintes fortifiées autour de Paris23. Dès lors, les modalités de vente des fortifications mais surtout leur lotissement polarisèrent les travaux de la Section. Soucieux de ne pas abandonner la « zone » à l’action désordonnée des spéculateurs et de veiller à un lotissement hygiénique et ordonné, les membres de la Section plaidèrent pour l’aménagement d’espaces libres. Très vite, les réformateurs prirent conscience que la mise en œuvre de ce programme relevait d’une démarche planificatrice qui appréhendait la ville dans une logique d’ensemble et prévoyait à long terme l’affectation de ses territoires24. Nous avons évoqué plus haut l’inadaptation des lois sur l’alignement à contrôler la croissance urbaine et surtout à traiter l’aménagement urbain de manière globale. Dès 1908, les membres de la Section s’employèrent à sortir de cette impasse, en préconisant diverses solutions : réforme de la politique foncière25 (attribution aux communes de réserves de terrains, introduction de « servitudes de lotissement »), loi « sur l’obligation pour les villes d’adopter un plan d’extension », « comprenant les voies à créer ou à élargir, les espaces libres à réserver26 ». L’idée de plan, si elle se greffa immédiatement sur la problématique des espaces libres, portait en germe de nouvelles représentations de l’espace urbain : celui-ci, conçu comme ensemble cohérent et fonctionnel, était doté de nouvelles qualités, rationalité et évidence, qui en favorisaient la maîtrise. De nombreux réformateurs regroupés dans la Section avaient poursuivi une carrière dans les affaires, à l’instar de Jules Siegfried, entrepreneur du Havre ou de Georges Risler, entrepreneur rouennais issu d’une famille industrielle de Mulhouse27 ; ces origines professionnelles ne semblent pas étrangères à la grille de lecture qu’ils projetèrent sur l’espace : elle était inspirée par une logique d’efficacité propre à l’organisation industrielle. Par exemple, dans le discours que Georges Risler prononça sur « Les espaces libres dans les grandes villes » au Musée social en février 1909, l’entrepreneur reconverti au projet réformateur appliquait à l’aménagement urbain l’esprit qui gouvernait une bonne gestion des affaires : « planifier, c’est prévoir, former, contrôler28 ». L’expression utilisée par Dufourmantelle et Risler dans leur rapport sur les cités-jardins, « plan préconçu et raisonné » s’inscrit dans ce même horizon de pensée et fait écho à ces discussions d’où était en train d’émerger une nouvelle lecture de la ville. Alors que l’idée de cité-jardin s’articulait aux débats fondateurs de l’urbanisme français, elle se greffa en Allemagne sur des théories dont les assises scientifiques étaient déjà bien installées.

2. La cité-jardin et l’urbanisme allemand

Intégration de la cité-jardin aux débats des spécialistes allemands de la question urbaine

  • 29 Julius Faucher, « Bericht über die Verhandlungen des neunten Kongresses deutscher Volkswirthe zu Ha (...)
  • 30 Voir Theodor Goecke, « Die Wohnungsfrage – eine Frage des Städtebaues », in : Deutsche Bauzeitung, (...)
  • 31 Werner Hegemann, Der Städtebau nach den Ergebnissen der allgemeinen Städtebau-Ausstellungen in Berl (...)

15À l’époque où la DGG fut créée, la science urbaine reposait sur un socle consolidé par des réflexions et des débats qui s’étaient développés au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. L’urbanisme, loin de relever seulement de questions de technique urbaine, enserrait une réflexion sur le logement et sa réforme et impliquait alors une perspective socio-politique. La science urbaine en pleine élaboration se concentrait en effet sur l’analyse des valeurs foncières et leur répartition à travers le territoire urbain. En 1867, un schéma pérennisa les corrélations supposées entre la morphologie du territoire urbain, les types de bâti et la répartition des valeurs foncières. À l’origine de cette réflexion théorisée par Julius Faucher en 186729, il y avait la crise du logement dont la cause était attribuée aux prix fonciers : leur niveau aurait été artificiellement entretenu par la spéculation, notamment dans la zone d’extension immédiate des villes. La lutte contre la spéculation passait donc par l’établissement d’une carte idéale des valeurs foncières dont on espérait qu’elle garantirait leur maintien à un niveau constant. Le découpage schématique de l’agglomération urbaine proposait une lecture scientifique du territoire : le zoning, principe qui ordonnait les règlements d’urbanisme, devait résoudre la question du logement en fixant des zones étagées selon la densité du bâti et des prix fonciers. Comme le relevaient les spécialistes de l’urbanisme à l’instar de Theodor Goecke, la question de l’habitation, et notamment de l’habitation ouvrière, ne relevait plus d’une simple « question de construction mais (d’)une question d’urbanisme30. » Julius Faucher ouvrit la voie à une ligne d’interprétation qui se développa dans les débats d’urbanisme au cours des années 1890 et devint très populaire dans les premières années du XXe siècle alors que les spécialistes de la discipline urbanistique se penchaient sur les modalités de l’extension urbaine. Tandis qu’en 1910, l’Exposition internationale d’urbanisme de Berlin, consacrée entre autres aux problèmes de l’aménagement périphérique des métropoles, donnait aux schémas de Julius Faucher un regain d’actualité31, la question foncière défrayait la chronique du milieu de l’urbanisme.

16C’est justement la dimension territoriale qui, en Allemagne, aiguilla d’abord l’intérêt pour l’ouvrage de Howard. La réception allemande fut d’emblée sensible au régime d’occupation des sols appliqué dans la cité-jardin, ce qui n’intéressa guère au premier abord les réformateurs français de la SFHBM, ni du Musée social. En Allemagne, le projet anglais servit de vecteur à la réforme de l’habitation populaire en même temps qu’à une réforme foncière qui visait le contrôle de la croissance urbaine.

  • 32 Alfred Abendroth, Die Grossstadt als Städtegründerin, tract n°7, op. cit., citations p. 12.

17L’article déjà mentionné plus haut, que le spécialiste d’urbanisme Alfred Abendroth publiait en 1905, inscrivait l’expérience des cités-jardins dans l’actualité des discussions du milieu urbaniste32. L’auteur se montrait d’une part fidèle à la conception défendue par la DGG selon laquelle la cité-jardin formait une entité close et distincte des villes existantes. Mais il l’intégrait d’autre part aussi à une analyse sur l’extension des villes. En la considérant comme une « colonie », une « filiale » de la grande ville, il proposait alors un nouveau mode d’interprétation qui se greffait sur les réflexions des spécialistes de l’urbanisme. Le vocabulaire dont l’auteur faisait usage confirme ce glissement. Le terme de « filiale », qui trahit la contamination du propos par des termes empruntés au registre économique, fait écho à l’éclatement des corsets qui enserraient d’une limite claire les territoires urbains et introduit de nouvelles représentations dans la conception de l’espace urbain. L’industrialisation, perçue comme vecteur de la croissance urbaine, servait désormais de référence aux modèles élaborés pour réguler l’extension urbaine. La nouvelle morphologie urbaine, aux yeux de l’auteur, devait alors se modeler sur les lois de la croissance économique. Conformément à cette logique, l’unité de la ville ne tenait plus ni à la continuité de son tissu urbain, ni à la nature de ses fonctions. Seule l’interdépendance économique des organismes qui la composaient – le noyau et ses « filiales » – dessinait désormais la trame de l’espace urbain.

  • 33 Ibid., p. 21; p. 32.

18En concevant la cité-jardin comme moteur de l’extension urbaine, Abendroth ouvrait la voie à une nouvelle interprétation de la cité-jardin. Elle désignait moins une ville organisée suivant de nouvelles modalités, qu’un principe, une cellule de base au fondement d’une nouvelle mécanique gouvernée par les lois de l’organisation industrielle. C’étaient des filiales de la grande ville, définies comme les « membres performants du corps Grande Ville », les composantes d’un « système » dont le fonctionnement était calqué sur celui de la production industrielle33. L’usage du terme « filiales » ici préfigure celui de « satellites » qui évoquera, dans les théories d’urbanisme élaborées après la Première Guerre mondiale, le modèle de croissance décentralisée imaginé à partir du projet des cités-jardins.

Le changement de paradigme à l’œuvre dans la conception de la cité-jardin

  • 34 « Gartenstadt », n°1, p. 6, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907, p. 6.

19La conception de la cité-jardin comme colonie suburbaine, filiale de la ville-mère, qu’Abendroth développa en précurseur, se diffusa progressivement au cours des années suivantes au sein de la DGG. L’apparition du terme de banlieues-jardins – Gartenvorstadt – dans les publications de la DGG au seuil de l’année 1907, alors qu’on évoquait les « nouvelles créations en Angleterre » appelées « Garden Suburb34 », constitue un premier indice de ce tournant. Le mot était lancé et à partir de ce moment, il fut de moins en moins question de cités-jardins en tant que villes indépendantes, mais plutôt de banlieues-jardins ou de quartiers bâtis suivant les principes des cités-jardins. Plusieurs facteurs ont provoqué ce tournant. S’ils ont agi de manière synergique, l’explication les détaillera séparément, par souci de clarté.

  • 35 Frank Jackson, « Sir Raymond Unwin et le mouvement des cités-jardins, 1902-1940 », in Ginette Baty- (...)
  • 36 « Gartenstadt », n°3, p. 21, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.
  • 37 « Gartenstadt », n°5, p. 36, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907 : Hans Kampffmeyer, « Zur Erweiterung un (...)

20L’orientation des activités de la DGG vers la construction de banlieues-jardins était très liée à l’évolution de l’expérience anglaise. En effet, la construction des banlieues-jardins commença à prendre le pas sur celle des villes indépendantes dans les priorités affichées au programme du mouvement anglais des cités-jardins. La première réalisation de ce type fut Hampstead dans la banlieue de Londres projetée dès le début de 190535. La réception allemande ne se contenta pas de suivre avec attention les étapes de la construction36, elle s’aligna elle-même sur cette nouvelle tendance. Entre 1905 et 1907, la révision du programme de la DGG fut mise en débat au sein du milieu réformateur allemand. Le nouveau cours suivi par la politique de construction anglaise incita effectivement certains responsables de la DGG, dont Bernhard Kampffmeyer, à orienter le programme allemand de construction vers la réalisation de banlieues-jardins et non plus de villes autosuffisantes37.

  • 38 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6-8.
  • 39 Voir Bernhard Kampffmeyer, « Gartenstadt-Gartenvorstadt-Gemeinschaftsbesitz », in : « Gartenstadt » (...)
  • 40 Bernhard Kampffmeyer, « Gartenstadt-Gartenvorstadt-Gemeinschaftsbesitz », in : Gartenstadt, n°5, p. (...)
  • 41 Sur le changement de programme : Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung(...)
  • 42 Hermann Wandersleb (dir.), Handwörterbuch des Städtebaues, Wohnungs- und Siedlungswesens, Kohlhamme (...)
  • 43 Gerhard Albrecht (dir.), Handwörterbuch des Wohnungswesen, Jena, Fischer, 1930, p. 650.
  • 44 Gartenstadt, n°6, p. 41, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

21L’influence anglaise ne suffit cependant pas à expliquer le changement de cap préconisé par certains responsables de la DGG. 1906 marqua en effet, dans l’histoire de la DGG, un tournant à double titre : transformée par un remaniement institutionnel, elle ne se cantonnait désormais plus à une approche théorique des cités-jardins mais « déplaçait le centre de gravité de ses activités » vers les réalisations concrètes38. Karlsruhe, dont l’édification fut décidée en 1905, était le premier projet concret envisagé par la Société. Les contraintes liées à la situation foncière dans la région de Karlsruhe – rareté et coût élevé des terrains – avaient notamment conduit la Société à réduire les dimensions de l’opération et à se rabattre sur la construction d’une banlieue-jardin39. Le revirement inauguré par le projet de Karlsruhe se confirma et provoqua, entre 1906 et 1907, de violentes controverses qui opposèrent au sein de la DGG partisans et adversaires de la révision du programme de la Société. Si la baisse des objectifs consentie par la DGG à Karlsruhe avait été largement récriée40, ces critiques culminèrent au cours de l’assemblée générale du 25 septembre 1907 destinée à valider les nouveaux statuts de la Société41. Les discussions opposaient les partisans d’un ajustement pragmatique du projet des cités-jardins à la situation des banlieues allemandes, aux thuriféraires du dogme howardien. L’abandon du principe de propriété collective du sol constituait le principal point d’achoppement. Gustav Landauer, Franz Oppenheimer et Paul Schirrmeister, tous trois pionniers du mouvement, affirmaient leur attachement inconditionnel au principe d’airain de la cité-jardin conçue par Howard. On se souvient que l’implication précoce de Franz Oppenheimer dans le projet coïncidait avec son engagement pour les expériences de réforme foncière. Les partisans d’une réorientation pragmatique du projet, les cousins Kampffmeyer en tête, tiraient quant à eux la leçon des difficultés rencontrées dans les expériences de construction pour solliciter l’assouplissement de ce régime foncier et l’allègement des opérations par la construction de « banlieues-jardins » au lieu de villes à proprement parler. Les discussions s’engagèrent en définitive sur une voie médiane : Franz Oppenheimer consentit à l’abandon du principe howardien tout en sollicitant l’introduction d’un nouveau statut qui stipulait le « droit de propriété supérieur de la commune » – « Obereingentum der Gemeinde ». Ce nouveau principe désignait différents modes juridiques de propriété ancrés de longue date dans le droit foncier allemand comme le droit de superficie héréditaire – Erbbaurecht – ou le droit de réméré – Wiederkaufsrecht. Ces formules présentaient plus de souplesse que le principe de propriété collective du sol puisqu’elles n’excluaient pas le principe de propriété individuelle tout en protégeant l’entreprise de la spéculation. Le Wiederkaufsrecht, par exemple, dont l’usage se répandit au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, stipulait la signature d’un contrat d’achat qui limitait les droits des propriétaires sur les biens fonciers ou immobiliers : en accordant au vendeur le droit de racheter son bien au prix d’achat sous un délai spécifique, ce contrat posait un garde-fou aux dérives spéculatives ; par l’introduction de clauses qui spécifiaient l’usage des terrains ou des bâtiments concernés, il garantissait par ailleurs la vocation sociale des entreprises. Les sociétés coopératives de construction y avaient d’autant plus recours que le soutien financier des instituts de crédit, notamment des caisses d’assurance, était souvent soumis à la signature d’un tel contrat42. L’Erbbaurecht, qui reposait sur une distinction entre construction et terrain de construction, autorisait l’édification sur un terrain qu’on ne détenait pas à titre de propriétaire, mais dont on pouvait avoir la jouissance moyennant le paiement d’un intérêt. Son application, déterminée par les § 1012-1017 du code législatif foncier, était néanmoins hasardeuse, étant donné le peu de garanties légales conférées par une législation encore lapidaire43. La définition d’un nouveau principe de propriété foncière finit pourtant par gagner les suffrages des membres de la Société. Le nouveau programme de la DGG finalement publié en 1907 validait officiellement le changement de cap amorcé dès 190544. Il envisageait la « construction de cités-modèles [Siedlungen] dans l’esprit de la cité-jardin ». Il ne s’agissait plus de construire d’authentiques villes au sens de Howard, mais de réaliser des ensembles urbains [Siedlungen] « dans l’esprit des cités-jardins ».

Changement de paradigme et intégration de la cité-jardin aux débats publics

  • 45 Josef Stübben, Städtebau, Stuttgart, Kröner, 1907.
  • 46 Voir Deutsche Bauzeitung, n°49, 20 juin 1903, p. 315-316.

22Ce changement de paradigme tient en grande partie au remaniement institutionnel de 1906 qui ouvrit la DGG aux ténors de l’urbanisme allemand et modifia l’équilibre des forces au sein de son noyau dirigeant. On devine que la DGG, pour ne pas se priver du concours de personnalités aussi influentes, dut s’engager sur la voie des concessions et réévaluer la conception des cités-jardins à l’aune des principes défendus par ses nouveaux soutiens. Josef Stübben, par exemple, s’il prenait acte de l’intérêt du projet des cités-jardins pour l’urbanisme allemand en lui consacrant un chapitre dans son encyclopédie de l’urbanisme45, insistait néanmoins, à la suite de Theodor Goecke46, sur la nécessité d’adapter le projet anglais à la situation des villes allemandes : non de créer des villes de toutes pièces éloignées des anciens noyaux urbains mais plutôt des quartiers périurbains.

  • 47 « Bericht des Ausschusses über die 32. Versammlung des Deutschen Vereins für öffen­tliche Ge­sund­h (...)
  • 48 Ibid., p. 91.
  • 49 Ibid., p. 98.

23Le Congrès national d’hygiène publique organisé en septembre 1907 par le Deutscher Verein für öffentliche Gesundheitspflege marqua un tournant décisif dans l’évolution qui se dessinait depuis 1905. Ce congrès qui abordait, entre autres, la question de l’aménagement périphérique rassemblait en effet les spécialistes de l’urbanisme qui depuis peu comptaient parmi le comité élargi de la DGG47 et entérina la nécessité du changement. La section du 12 septembre entièrement consacrée aux cités-jardins, était présidée par Carl Johannes Fuchs, membre du comité élargi de la Société depuis le 11 décembre 1906. Il prôna l’adaptation nécessaire du mouvement anglais aux conditions particulières de la croissance urbaine en Allemagne. Il édicta alors quatre principes qui déterminaient les nouvelles tâches du mouvement, en particulier la construction de banlieues-jardins et la diffusion de l’Erbbaurecht – droit de superficie héréditaire – dans le régime foncier allemand48. C’est exclusivement dans la perspective de l’urbanisation périphérique qu’il aborda le thème des cités-jardins, rappelant que, désormais, l’aménagement de « colonies d’habitation et de banlieues aérées d’espaces verts » était à l’ordre du jour des débats de l’urbanisme allemand49. Le Congrès du 12 septembre ne se contentait pas de conforter la position des tenants du pragmatisme au sein de la DGG. Il marquait un nouveau jalon dans les discussions publiques autour de la cité-jardin. Intégrée au discours de l’urbanisme, la cité-jardin fournissait de nouveaux paradigmes pour penser une situation inédite, la croissance méthodique des quartiers périphériques. La définition de la cité-jardin par Reinhard Baumeister, dans la discussion qui concluait les conférences du Congrès, est révélatrice de cette inflexion :

  • 50 Voir ibid., p. 102.

Elle [la cité-jardin] ne doit pas constituer une exception par rapport aux plans d’aménagement, aux règlements de construction etc. Elle ne constitue justement qu’un des niveaux de ce système50.

  • 51 Ibid., p. 102 : « Gartenstädte, Gartenvorstädte, weiträumig angelegte äussere Stadtbezirke ».
  • 52 Ibid. p. 102 : « Da handelt es sich zuerst um den allgemeinen Charakter eines solchen Aussenbezirks (...)

24Le projet des cités-jardins, conçu par Baumeister comme « quartier urbain périphérique aménagé de manière aérée51 », était assimilé à une question d’aménagement parmi d’autres. Certes, l’approche du titulaire de la chaire de Construction de l’Université de Karlsruhe, spécialiste des savoirs de l’extension urbaine, réduisait la portée d’un projet qui était essentiellement abordé sous l’angle de la technique urbaine. Partant, en se spécialisant, le projet des cités-jardins s’enrichissait également de nouveaux enjeux. En effet, comme le soulignait Baumeister, « le caractère général d’un tel quartier périphérique52 » restait à inventer. Il fallait définir sa physionomie de manière méthodique en posant un certain nombre de paramètres : densité du bâti, position des immeubles les uns par rapport aux autres, régime foncier etc. Le projet des cités-jardins participait désormais à l’élaboration du champ de savoirs et de savoir-faire de l’aménagement.

C. La cité-jardin, objet d’expertise ? de nouvelles catégories pour penser l’espace urbain

1. La contribution du projet des cités-jardins à l’élaboration d’une démarche planificatrice en France

  • 53 Marie Charvet, « La question des fortifications de Paris dans les années 1900. Esthètes, sportifs, (...)
  • 54 Martine Kaluszynski, « un paternalisme juridique : les hommes de la société générale des prisons, 1 (...)
  • 55 Musée social, Mémoires et documents, 1908, « compte rendu de la réunion en faveur des espaces libre (...)
  • 56 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, Musée social, Mémoires et documents, 1910, p. (...)
  • 57 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 387-388.
  • 58 Musée social, Annales, n°4, avril 1909, « Variétés », p. 118.

25En France, l’intérêt pour la cité-jardin fut aiguisé par la question des espaces libres qui polarisa les activités du Musée social à partir de 1908. La Section d’Hygiène urbaine et rurale créée en réponse aux problèmes posés par la vente des fortifications parisiennes se mobilisa en effet cette année-là à l’occasion de la campagne pour les élections municipales parisiennes53. Elle saisit l’occasion d’alerter l’opinion d’abord par la réalisation d’une affiche, puis quelques mois plus tard, par l’organisation d’une manifestation publique dans un amphithéâtre de la Sorbonne qui, parmi les orateurs présents, comptait notamment : Jules Siegfried, Georges Risler, Louis Landouzy, médecin spécialisé dans l’éradication de la tuberculose, le député Charles Beauquier, président de la Société de protection des paysages de France, l’avocat Alexandre Ribot, ancien secrétaire général du Ministère de la justice, éphémère président du conseil54. La conférence tenue par Alexandre Ribot, mentionnait la cité-jardin de manière encore timide55. Celui-ci abordait la cité-jardin sous l’angle des espaces verts et affichait une connaissance modeste du sujet. En décembre 1909, Georges Risler présentait l’expérience anglaise des cités-jardins aux réformateurs du Musée social au cours d’une conférence qui témoignait d’un intérêt élargi pour le sujet. Il abordait notamment le dispositif institutionnel qui soutenait l’entreprise des cités-jardins et la spécificité de ses infrastructures collectives. Malgré tout, les qualités environnementales de la cité-jardin continuaient de dominer le propos sensible à l’aspect pittoresque et au décor végétal des cités anglaises56. Au même moment, Émile Cheysson, ingénieur Leplaysien, membre de la SFHBM57, frayait quant à lui une nouvelle voie au débat en concevant la création de cités-jardins comme un moyen d’ordonner le « reflux de la population vers la banlieue58 ».

  • 59 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, « Procès-verbal de la séance du 13 juin 1911 », p. 141.
  • 60 Ibid., p. 144.
  • 61 Ibid., p. 296.
  • 62 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1911, p. 391.
  • 63 Il publie un rapport consacré à son voyage dans les cités-jardins anglaises en 1908. Sa visite des (...)
  • 64 Bericht über den 6. Wohnungskongress in Düsseldorf 1902, op. cit., p. 648.
  • 65 In : Georges Risler, « Les cités-jardins », in : Musée social, Mémoires et documents, op. cit., p.  (...)
  • 66 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 166 : « procès verbal de la séance du 2 mai 1912 ».
  • 67 Maurice Dufourmantelle, « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habitation populaire (...)

26L’articulation du projet des cités-jardins aux problèmes de la planification péri­phérique marqua alors une nouvelle étape dans le processus de réception de l’expérience anglaise : Si 1907 apparaît comme une année charnière, l’année 1911 signifia à cet égard un nouveau tournant. Cette année-là, l’intérêt suscité par la cité-jardin culmina, en particulier parmi les membres de la SFHBM qui soulignaient la nécessité d’en approfondir la connaissance en lui consacrant un « tract spécial59 ». Il s’agissait d’une première étape dans l’élaboration de savoirs spécialisés autour de la cité-jardin. Au cours de la même année, la cité-jardin inspira en effet à la Société divers projets. Alors que le conseil de la SFHBM réfléchissait « aux moyens de favoriser le mouvement en faveur des cités-jardins60 », le Comité de patronage des HBM et de la prévoyance sociale du département de la Seine organisa un « concours de cité-jardin » dans l’agglomération parisienne61. Ce processus de spécialisation était corrélatif de la découverte et de la visite des expériences étrangères, notamment allemandes et anglaises62. Les observations que Maurice Dufourmantelle recueillit de ses visites des cités construites à l’étranger, notamment en Allemagne63, révélèrent entre autres le projet des cités-jardins sous un jour nouveau. Ce juriste, spécialisé en droit comparé, compta parmi les premiers réformateurs de la SFHBM et du Musée social à s’intéresser aux formules juridiques qui réglaient la propriété foncière des cités. En 1902, Siegfried, en effet, déclarait encore : « la spéculation ne joue qu’un rôle très secondaire sur la cherté des terrains64 ». Dufourmantelle, salué par Risler comme le spécialiste de la société allemande65, se montra quant à lui particulièrement sensible aux mécanismes fonciers qui régissaient les cités d’Hellerau et de Nuremberg, visitées lors de son séjour en Allemagne en août 1909. En 1912, il attirait à nouveau l’attention de ses collègues de la SFHBM sur cet aspect du projet des cités-jardins66. La question foncière67 ouvrait alors une brèche dans les conceptions que les réformateurs de la SFHBM avaient de la cité-jardin mais aussi plus largement du logement populaire.

  • 68 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, « Procès-verbal de la séance du 13 juin », p. 140.
  • 69 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1909, « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habi (...)

27L’attention portée par Maurice Dufourmantelle au « régime légal68 » des cités-jardins l’incita à concevoir le projet des cités-jardins comme un système qui relevait de la coordination de différents facteurs : ainsi dans la cité-jardin, l’organisation du logement était étroitement liée à la politique foncière, mais aussi aux qualités de l’aménagement d’ensemble. Cette conception qu’il articula progressivement entre 1908, à son retour du Congrès international des habitations à bon marché de Londres, et 1914, lorsqu’il rédigea pour le compte de la SFHBM un rapport synthétique sur les cités-jardins, accordait une grande importance à la dimension collective propre à l’aménagement des cités-jardins. Ce que Dufourmantelle désigna à cet égard sous le terme de « confort public69 » décrivait les infrastructures collectives, les services urbains qui réglaient la vie des cités et les atouts d’un aménagement fonctionnel. Sensible à ces multiples facettes, il innova en proposant une définition globale de la cité-jardin qui révélait les aspects polyvalents de la question du logement :

  • 70 Maurice Dufourmantelle, « les Cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation (...)

La cité-jardin (et sous ce vocable nous rangeons également le Faubourg-jardins et le Village-jardins) nous apparaît donc comme une institution où viennent se fondre et s’harmoniser les efforts divers que suscite le problème de l’habitation moderne. Elle en est la synthèse et le couronnement (…). (…) Mieux, – parce qu’au lieu de laisser les initiatives se disperser dans le particularisme d’institutions sans lien les unes avec les autres, elle s’efforce au contraire de les rapprocher, en les coordonnant dans la réalisation en commun d’un même idéal, et par là-même d’en décupler la valeur70.

  • 71 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, « Procès-verbal de la séance du 13 juin », p. 140.
  • 72 SFHBM, Bulletin, n°2, 1912, p. 166.
  • 73 Susanna Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des habitations à bon marc (...)

28Le regard que Dufourmantelle porta à partir de 1908 sur les cités-jardins l’incitait à préconiser une nouvelle approche de la question du logement. Il proposa en 1911 de réviser la loi de 1906 qui réglait la construction des HBM en vue d’élaborer une « loi organique sur l’ensemble de la question du logement populaire71 ». Ce projet de réforme législative rompait avec l’approche segmentée et isolée de la question du logement jusqu’alors de coutume au sein de la SFHBM et intégrait au contraire la question du logement à une réflexion qui embrassait l’organisation urbaine dans tous ses aspects : planification fonctionnelle72, politique foncière, question environnementale. Cette approche répondait en outre à l’ouverture qui caractérisait à la même époque les discussions au sein de la SFHBM alors que le logement était désormais « replacé […] dans le cadre d’une action qui devait porter aussi sur son environnement, sur le quartier et la ville dans sa totalité, et notamment sur l’extension de celle-ci73 ».

  • 74 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, p. 296.

29Le concours de cités-jardins lancé en 1911 par la Société française des habitations à bon marché74, même s’il ne provoqua aucune révolution dans le paysage architectural parisien, permit à cet égard d’inaugurer dans la pratique ces nouvelles représentations. L’expérience de la cité-jardin servit à roder des outils au fondement de l’urbanisme encore en gestation. En effet, le programme du concours incita pour la première fois à lotir un ensemble et à articuler, à une échelle relativement vaste, les différentes fonctions urbaines dont résultait cet ensemble organique. Le programme du concours ne préconisait pas seulement la construction de logements mais une organisation fonctionnelle du quartier fondée sur une typologie des espaces (rues, bâtiments publics, espaces libres, quartiers résidentiels, industriels, commerçants). Ce concours, qui envisageait la réalisation d’une « ville-modèle », confirmait bien la tendance esquissée lors des débats du conseil de la SFHBM : élargir la question du logement populaire à de nouvelles perspectives. Avec ce concours qui prévoyait la construction de lotissements dans la banlieue parisienne, la SFHBM délocalisait en outre le terrain de ses interventions jusqu’alors circonscrites à la capitale et se lançait dans des opérations de plus grande envergure. La cité-jardin apparaissait donc dans ce contexte comme un laboratoire où l’on cherchait à éprouver de nouveaux outils pour concevoir le logement comme un problème urbain.

  • 75 « Procès verbal de la séance du 2 mai 1912 », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912.
  • 76 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 166.
  • 77 Ibid.
  • 78 Maurice Dufourmantelle, « les cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation (...)
  • 79 « Procès-verbal de la séance du 6 juin 1912 », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 168- (...)
  • 80 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 166.
  • 81 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1912, p. 510.

30Les transformations inaugurées par le concours de 1911 faisaient écho aux discussions sur les lotissements et les cités-jardins qui se multipliaient dans le même temps au sein de la SFHBM75. Intégré à une réflexion sur le lotissement et l’aménagement de terrains à grande échelle, le projet des cités-jardins fut abordé sous un jour plus concret. En mai 1912, le conseil d’administration de la SFHBM décidait de débattre de l’intégration, dans une nouvelle loi sur les HBM, de dispositions pour « donner des facilités de crédit spéciales aux Sociétés pour l’achat de grandes quantités de terrains ou de domaines sous réserve de lotissements modèles, en vue de la création de banlieues-jardins ou de villages-jardins76 ». La mise en œuvre de ce programme audacieux impliquait néanmoins que les moyens d’action désignés par la loi Strauss de 1906, qui incitait communes et départements à soutenir la construction à bon marché par des prêts et des cessions de terrain, soient renforcés par l’élaboration d’une législation sur le logement populaire plus développée. Cette approche plus concrète du projet des cités-jardins révéla la nécessité d’approfondir la connaissance de l’expérience anglaise. Dufourmantelle qui préconisait à cet effet l’étude de la « notion même de cité-jardin77 » et de ses implications (politique foncière, extension méthodique et raisonnée des villes), se chargea lui-même d’un rapport étoffé sur le sujet qu’il présenta lors de la VIII. Conférence des Sociétés d’habitations à bon marché en juin 191478. Dès lors, les membres du conseil multiplièrent les rapports sur les expériences de lotissement à l’étranger et sur les cités-jardins79. La cité-jardin, reconnue comme un principe d’aménagement, bouleversait les pratiques de la SFHBM : la construction de logements populaires engageait désormais une réflexion sur l’aménagement de surfaces étendues et la question du lotissement déplaçait le terrain des opérations de construction en banlieue. Dufourmantelle fut l’un des premiers à souligner les liens entre une éventuelle réforme de la législation du logement avec la question de « l’extension méthodique et raisonnée des villes80 ». Émile Cacheux poursuivit peu de temps après cette ligne argumentative en suggérant que les « communes du département de la Seine suivent l’exemple donné par la ville de Francfort, en faisant des opérations de lotissement en vertu d’une loi analogue à la loi Adickes81 ».

  • 82 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°3, 1912, p. 394.

31En décembre 1912, le vote d’une nouvelle loi82 entérina les réflexions qui s’enchaînaient depuis 1908 dans les cercles réformateurs. Pour la première fois, le projet des cités-jardins abordait le terrain de l’action puisque la loi prévoyait l’institution d’organismes de gestion et de construction, les Offices publics d’habitation à bon marché, dont l’objectif était :

(…) l’aménagement, la construction et la gestion d’immeubles salubres régis par la loi du 12 Avril 1906, ainsi que l’assainissement de maisons existantes, la création de cités-jardins ou de jardins ouvriers.

32En Allemagne aussi, la cité-jardin fut intégrée aux débats sur l’extension urbaine. Mais ils reposaient sur d’autres présupposés : le projet des cités-jardins avait été mieux diffusé parmi les spécialistes des questions urbaines, l’urbanisme était déjà une discipline constituée. Et surtout les premières expériences de construction avaient permis d’éprouver les principes théoriques de la cité-jardin aux contraintes de la réalité. Cette différence fondamentale qui opposait la réception de la cité-jardin en France et en Allemagne explique pourquoi les spécialistes de l’aménagement n’accordèrent pas le même statut au projet des cités-jardins que leurs collègues français.

2. La cité-jardin et sa contribution au renouvellement des débats sur l’extension urbaine en Allemagne

Cités-jardins : de nouveaux outils pour penser l’aménagement périphérique

33Dans un contexte où réguler la croissance urbaine relevait avant tout d’opérations ponctuelles menées selon la logique de l’alignement, la conception développée par les réformateurs allemands de la cité-jardin comme quartier de banlieue relayait les discussions engagées depuis le début du XXe siècle sur la réforme du cadre législatif de la planification. Le projet des cités-jardins réactualisa les discussions de la scène réformatrice autour de l’inadaptation des instruments de la planification urbaine en servant de révélateur aux problèmes qui paralysaient la démarche planificatrice : rigidité des règlements d’urbanisme, difficultés à mettre en œuvre une planification à grande échelle dans un cadre juridique ajusté à des interventions ponctuelles, nécessité de développer un mode de conception architecturale adaptée aux enjeux sociaux de l’entreprise. Les règlements d’urbanisme en vigueur apparaissaient en effet inappropriés à régir l’aménagement des banlieues, comme le dénonça la discussion finale du Congrès d’hygiène publique de septembre 1907. Définis de manière uniforme pour le territoire urbain dans son ensemble, ces règlements convenaient mal à l’aménagement périphérique qui n’obéissait pas aux mêmes critères de densité que les noyaux urbains. Cette critique incitait les spécialistes de l’urbanisme à revendiquer une plus grande flexibilité des règlements d’urbanisme selon la densité et les types du bâti, c’est-à-dire selon des zones urbaines. Cela revenait à mieux ajuster les textes réglementaires à la logique planificatrice.

  • 83 Voir Deutscher Verein für Wohnungsreform, Neue Aufgaben in der Bauordnungs- und Ansiedlungsfrage. E (...)
  • 84 Sur la réglementation prussienne de l’urbanisme : Ibid., p. 33-35.
  • 85 Hermann Salomon, « Gartenstädte », in : Joseph Brix, Felix Genzmer, Städtebauliche Vorträge, VIe cy (...)

34Dès les premières années du siècle, le mouvement réformateur allemand revendiquait effectivement une plus grande flexibilité des règlements d’urbanisme de manière à ce que l’organisation du bâti soit mieux adaptée aux mouvements de l’urbanisation. Prenant acte du mouvement centrifuge qui guidait l’implantation des industries, et par conséquent des quartiers d’habitation, sur des territoires en jachère urbaine, un des principaux organes de la réforme du logement, le Deutscher Verein für Wohnungsreform instituait en avril 1905 une commission chargée d’examiner la question des règlements d’urbanisme à appliquer dans les districts en voie d’urbanisation83. Cette commission réunissait les principales figures de la réforme urbaine que l’on retrouva d’ailleurs pour la plupart en 1906 dans les rangs de la DGG : il s’agit d’Adolf Damaschke, chef de file du mouvement de la réforme foncière, de Rudolf Eberstadt, de l’inspecteur du logement Gretschel, de Karl von Mangoldt et de Joseph Stübben. À travers l’exemple de la réglementation en usage en Prusse, cette commission dénonçait les résistances législatives qui freinaient l’urbanisation des zones périurbaines. En Prusse, les questions d’aménagement ne relevaient d’aucune réglementation uniforme, mais étaient traitées au cas par cas par des règlements d’urbanisme (Bauverordnung) édictées par la police locale84. Cette situation présentait deux inconvénients majeurs. D’une part, les décisions de la police des constructions ne nécessitaient d’autre assentiment que celui du conseil municipal. Or il arrivait fréquemment qu’il soit, en raison de la mécanique électorale, largement composé de propriétaires enclins à s’opposer aux décisions législatives contraires à leur intérêt. Pour parer à cet arbitraire, il aurait fallu mettre en jeu d’autres compétences. Mais l’intervention d’instances supérieures était exclue à moins que la réglementation ne s’appliquât à un territoire qui, dans son étendue, se soustrayait à la législation des compétences locales. Ces réglementations embrassaient alors des superficies d’une telle envergure que le principe d’une législation uniforme perdait, faute d’efficacité réelle, toute légitimité. En outre, la police des constructions n’était pas édictée par la municipalité, mais relevait de la puissance étatique, donc d’un autre cadre d’intervention, situé au niveau du district. La séparation institutionnelle des niveaux de compétence entravait l’ajustement des deux instruments essentiels à la démarche planificatrice : les règlements d’urbanisme – Bauordnung – étaient établis indépen­damment des plans d’aménagement – Bauplanung – qui relevaient eux de la compétence municipale. Dans ce contexte, la faculté des municipalités à prévoir de manière flexible l’allocation de leur territoire était souvent entravée par la rigidité de règlements d’urbanisme schématiques et uniformes : conçus à un échelon institutionnel relevant de l’État, ils prenaient souvent mal en compte les spécificités locales. Les administrations municipales n’étaient de surcroît pas toutes dotées de services spécialisés dans l’aménagement des territoires, loin sans faut. Les spécialistes de l’urbanisme incriminaient également l’inaptitude des acteurs employés dans les administrations municipales, peu avertis des principes élaborés par les théoriciens de la nouvelle discipline de l’urbanisme85.

  • 86 Deutscher Verein für Wohnungsreform, Neue Aufgaben in der Bauordnungs- und Ansiedlungsfrage, op. ci (...)

35Outre les vices propres à la mécanique institutionnelle, les réformateurs vilipendaient la rigidité de réglementations établies pour l’édification de casernes locatives. Elles ne convenaient nullement à l’urbanisation aérée et hygiénique que l’on préconisait pour les zones périurbaines et assignaient d’autre part de telles contraintes86 (par exemple, largeur disproportionnée des routes compte tenu des conditions de circulation dans les colonies périphériques) qu’elles induisaient des coûts de constructions très élevés et entravaient la réalisation d’un habitat à bon marché. Les exigences relatives au choix des matériaux de construction, au cubage des pièces ou à la taille des escaliers, en vigueur pour la construction des casernes locatives, ne convenaient pas à l’architecture des colonies périphériques qui privilégiaient la construction de maisons monofamiliales. Les réformateurs insistaient donc sur la nécessité d’ajuster les règlements aux particularités locales et préconisaient par exemple la réduction de la taille des voies de circulation à l’intérieur des colonies périurbaines.

36Dans ce contexte de carence institutionnelle, l’édification des cités-jardins inspira la mise en œuvre de nouveaux savoirs et savoir-faire adaptés à un aménagement fonctionnel à grande échelle. Si le rôle pionnier joué par l’expérience des cités-jardins dans la réforme des cadres institutionnels de la planification fera l’objet d’une réflexion approfondie au cours de la seconde partie de cet ouvrage, il convient d’analyser à ce niveau dans quelle mesure la DGG est parvenue à orchestrer un vaste réseau d’échanges qui relaya de nouveaux savoirs sur l’aménagement.

Un réseau d’échanges sur l’aménagement urbain : l’émergence d’un savoir expert

37La réalisation de cités-jardins conçues comme des quartiers périphériques décernés à l’habitation bon marché constituait une expérience pionnière qui mettait en jeu des compétences très diverses. Le lotissement de quartiers à grande échelle nécessitait non seulement la maîtrise de compétences techniques (tracé de plans, organisation fonctionnelle de l’espace, mise en œuvre de réseaux d’infrastructures), mais sollicitait également des facultés de négociation et de communication – notamment avec les diverses administrations chargées de réguler la croissance urbaine, mais aussi avec les institutions de crédit. Elle impliquait de surcroît des coopérations avec les différents métiers sollicités dans la construction de quartiers périphériques. Si ces conditions étaient propres à n’importe quelle opération d’envergure, la vocation sociale des projets de construction redoublait les contraintes. À cet égard, la nécessité de réduire le coût financier des opérations transformait les conditions de la production architecturale. Outre l’expérimentation de procédés de construction peu onéreux, l’édification à bon marché requerrait le soutien des puissances publiques et mettait en jeu de nouveaux partenaires souvent peu aguerris aux lois du marché de la construction, à l’instar des nombreux acteurs des sociétés coopératives de construction. Bref, si à partir de 1907, la cité-jardin fut reconnue comme un principe d’aménagement, les principes de son élaboration restaient encore à inventer.

  • 87 Gartenstadt Nürnberg e.G, 100 Jahre Leben in der Gartenstadt, op. cit.

38La DGG joua alors un rôle central dans l’élaboration de savoirs spécialisés sur l’aménagement périphérique. Le réseau enchevêtré des associations de la réforme qu’elle avait intégré couvrait effectivement une vaste sphère d’influence sur laquelle se greffa un espace de communication et d’échanges. Non circonscrit au milieu des spécialistes, il s’étendit à tout le territoire. Les conférences et expositions organisées par la DGG dans toute l’Allemagne pour encourager des projets de construction jouèrent à cet égard un rôle fondamental en répercutant, au niveau local, parmi un public novice, les débats des acteurs de la réforme. Ainsi, la discussion publique organisée conjointement le 1er septembre 1908 par le secrétaire général de la DGG, Hans Kampffmeyer, et le secrétaire du Musée social de Francfort, Ernst Cahn, à la mairie de Nuremberg, pour diffuser les principes de l’organisation coopérative, après avoir attiré un public étoffé, constitua en outre un levier efficace dans la création de la coopérative de construction de la cité-jardin de Nuremberg, qui fut officielle le 22 septembre 190887.

  • 88 Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Kolonie Reform, manuscrit dactylographié, Archives de la C (...)

39C’est sur la trame de cet espace quadrillé par les différents organes de la réforme et les relais locaux initiés par la DGG que se développa la circulation de connaissances ciblées, adaptées aux enjeux d’une construction de quartiers d’habitations périphériques. Les circonstances dans lesquelles fut monté un projet de cité-jardin à la périphérie de Magdebourg corroborent l’existence d’un réseau d’échanges piloté par la DGG. Ainsi, Paul Matthes, ouvrier social-démocrate qui habitait Magdebourg et venait de découvrir le projet des cités-jardins, se mit en contact épistolaire avec Paul Schlegel – le promoteur de la cité-jardin de Nuremberg, éditorialiste d’un journal local de gauche, le Fränkische Tagespost. Ce dernier l’encouragea non seulement à créer une Société coopérative à Magdebourg au tournant de l’année 1909, mais lui dévoila aussi les arcanes d’une telle entreprise88. En sus des démarches pratiques à accomplir, il lui révéla la conduite à adopter face aux institutions, la rhétorique à privilégier pour gagner le soutien de l’administration et des institutions de la réforme :

Dans cet écrit, il faut insister sur l’importance sociale de l’entreprise. (…) Enfin, vous comprenez ce que je veux dire. Un peu de belles paroles ne fait pas de mal. Il faut bien savoir être stratégique…

40Il lui transmit aussi les adresses des entrepreneurs et des agences d’architectes rompus à l’architecture des cités, lui signala les organismes de crédit et surtout le mit en relation avec différents organes du réseau réformateur, le « Musée social de Francfort », la DGG et la Société coopérative de construction de la cité-jardin de Hellerau. Cet espace de communication qui mettait en relation des acteurs aux compétences professionnelles variées répondait à la conception de l’espace public qui orientait les activités de la DGG. La question est alors de savoir comment un nouveau champ de savoirs et de savoir-faire, renouvelant les modes d’intervention sur l’espace, éclusa de ce brassement d’acteurs, d’idées, d’informations, voire d’innovations.

  • 89 Hans Kampffmeyer, « Der Verband gemeinnütziger Gartenstadtunternehmungen », in : Gartenstadt, 4e an (...)
  • 90 Hermann Hecker, Zur Geschichte der Landesplanung. Über sozialen Wohnungsbau, Städtebau und Bauberat (...)
  • 91 Hans Kampffmeyer, « Der Verband gemeinnütziger Gartenstadtunternehmungen », op. cit., p. 37-38.
  • 92 Voir « Gartenstadt und Gartenvorstadt », tract publié en annexe de Deutsche Garten­stadt­gesellscha (...)
  • 93 Gartenstadt, 6e année, n°10, octobre 1912, p. 170.
  • 94 Gartenstadt, 8e année, n°4, avril 1914, p. 81.
  • 95 Voir Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1913, op. cit., p. 79 et Deutsche Gartenst (...)
  • 96 Gartenstadt, 6e année, n°10, octobre 1912, p. 170-171.

41La DGG qui orchestrait ce réseau d’échanges joua un rôle central dans l’institutionnalisation de pratiques et de savoir-faire développés sur le terrain. En créant le 10 mars 1910 le Verband gemeinnütziger Garten­stadtunter­nehmungen – Association des Sociétés coopératives de construction des cités-jardins –, elle proposait effectivement un service d’expertise qui opérait la synthèse des informations et des savoir-faire expérimentés au gré de projets de construction disséminés89. Expertise au sens fort du terme, cette création était effectivement calquée sur l’œuvre d’une autre association de la réforme du logement90, le Rheinischer Verein zur Förderung des Kleinwohnungswesen, association rhénane de promotion du logement ouvrier créée en 1897. C’est sous l’égide de cette dernière, en effet, qu’avaient été instituées des commissions de spécialistes chargées de parer aux déficiences des administrations municipales : ces commissions techniques délivraient donc aux personnes engagées dans la construction de cités ouvrières toutes sortes de services, de l’assistance technique au soutien dans les démarches à accomplir auprès des administrations. Présidé par Hans Kampffmeyer et Adolf Otto, le Verband initié par la DGG rassemblait quant à lui huit coopératives de construction. L’édition conjointe d’une revue constituait une plate-forme d’échange sur les problèmes concrets de la construction ainsi que sur les « buts économiques et culturels que le mouvement des cités-jardins » s’était fixé. Mais les coopératives affiliées au Verband bénéficiaient aussi d’une assistance technique et artistique, notamment pour l’élaboration de plans d’aménagement. Ce service d’expertise reposait sur la mobilisation de compétences spécialisées : il fut donc assuré par une commission d’architectes proches de la DGG et rompus à l’architecture des cités, Hermann Muthesius, Heinrich Tessenow, Georg Metzendorf et Henry van de Velde91. Cette structure était secondée par un Office de renseignements, Beratungstelle für genossenschaftliche und städtische Siedlungsfragen, créé quelques années auparavant92. Après la dissolution du Verband en 191293, la fonction d’expertise fut relayée par une agence spécialisée – Bauabteilung – fondée par Hans Kampffmeyer et Adolf Otto et dirigée à partir de 1913 par l’architecte Bruno Taut94. La DGG inscrivait cette création dans une tradition, celle des guildes de construction du Moyen Âge dont elle louait la qualité des ouvrages95, tout en inaugurant des pratiques d’intervention inédites. Elle confiait ainsi à des experts, en l’occurrence à des spécialistes de l’urbanisme et non aux services municipaux, le soin de gérer le lotissement d’une portion de territoire urbain : il leur incombait donc de contrôler les plans d’aménagement et d’extension préparés par les collectivités locales, de veiller à ce que les règlements d’urbanisme soient adaptés aux enjeux d’une construction périphérique, mais aussi de participer à la sélection d’un personnel compétent96.

  • 97 Il s’agit notamment de : Heinrich Tessenow, Der Wohnungsbau, Munich, Callwey, 1914, 1re édition : 1 (...)

42L’émergence d’un nouveau domaine de savoirs et de savoir-faire supervisé par la DGG est très liée à l’implication de certains architectes dans l’architecture des cités-jardins. En s’engageant dans ce champ encore peu développé de la conception architecturale, ceux-ci contribuèrent à l’émergence de techniques et de formes d’organisation innovantes. La collaboration de Heinrich Tessenow, Georg Metzendorf, Hermann Muthesius et Henry van de Velde à la Commission technique initiée par la DGG confirmait l’acquisition d’une compétence accumulée au fil des expériences de construction des cités-jardins : Hermann Muthesius et Heinrich Tessenow avaient participé au projet de Hellerau, Heinrich Tessenow avait poursuivi ce travail à Falkenberg, Georg Metzendorf était l’architecte de Margarethenhöhe et Henry van de Velde avait été sollicité par Carl Ernst Osthaus pour construire la cité d’artistes d’Hohenhagen sur le modèle des cités-jardins. La multiplication des ouvrages de vulgarisation technique97 publiés par ces architectes participait de l’émergence de ce savoir expert : tirant le bilan des expériences recueillies, ils établissaient les normes et les principes d’une nouvelle forme d’architecture.

  • 98 Gartenstadt, n°3, mars 1911, p. 34 et Zeitschrift für Wohnungswesen, n°14, 1913, p. 213.
  • 99 Sur l’agence Lotz&Wagner: Oskar Schöneberg, Chronik der Gartenstadt Reform, op. cit., p. 5.

43La trajectoire de Bruno Taut est symptomatique de ce processus de spécialisation. La construction de la cité de Falkenberg, officiellement initiée en 1912, ouvrit en effet, à ce jeune architecte, une nouvelle brèche sur le marché concurrentiel de l’architecture : après Falkenberg, ce fut Magdebourg puis la direction du bureau technique de la DDG qui lui fut confiée en 1913. La contribution de l’agence d’architecture brêmoise Hugo Wagner, Lotz& Schacht à l’expérience des cités-jardins, si elle est moins illustre, est révélatrice néanmoins de l’émergence de ce nouveau champ de spécialités, supervisé par la DGG. Si on a déjà évoqué les circonstances dans lesquelles Lotz et Wagner percèrent au sein de la DGG, il convient de décrire le nouveau créneau que l’implication dans le projet des cites-jardins ouvrit aux associés Lotz-Wagner. La collaboration au programme de la DGG décloisonna effectivement leurs activités jusqu’alors circonscrites à l’arène brêmoise et enrichit leur parcours professionnel : la participation à divers projets de construction encouragés par la DGG leur valut de s’engager dans la construction des cités d’habitation populaire. Cette spécialisation constitua le prélude au développement de savoirs de pointe dans un domaine encore peu exploré, l’aménagement et la construction des cités. Il n’est pas étonnant dans ce contexte que Wagner ait alors joué un rôle clef au sein du mouvement réformateur qui s’organisa en décembre 1910 pour généraliser la création de services d’expertise (Bauberatungsstellen), habilités à soutenir le travail des administrations, mais aussi destinés à ouvrir l’enseignement de l’architecture à l’apprentissage des techniques de la construction économique et de l’aménagement des cités98. L’engagement dans le projet des cités-jardins ouvrit aux associés Lotz et Wagner un nouveau marché professionnel qui se répercuta également sur l’organisation de leur agence. Créée en 1907, cette agence99 se spécialisa dans la « construction de cités coopératives ». Dirigée par trois professionnels dont les compétences se complétaient – Hugo Wagner était architecte de formation, l’architecte Lotz avait une formation de négociant et l’ingénieur Schacht dirigeait une entreprise de ciment –, elle proposait des services qui dépassaient le domaine de la conception architecturale stricto sensu et relevaient de la démarche planificatrice, de la conception architecturale à l’aménagement des terrains, du dessin des bâtiments à la distribution des infrastructures, de la direction du chantier au lancement d’appel d’offres auprès des entreprises de construction. L’organisation de cette agence qui mettait en jeu des compétences polyvalentes répondait donc à l’évolution du projet des cités-jardins vers l’élaboration de savoirs de l’aménagement et de techniques de pointe.

Notes

1 Sur l’enjeu des « controverses publiques » dans l’élaboration de « savoirs experts », voire : Isabelle Backouche, « devenir expert », introduction au numéro de Genèses consacré à l’expertise, 70, mars 2008, p. 2-3.

2 À propos de ce lauréat de la fondation Rothschild, membre de la SFHBM, puis de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social, voir : M.-J. Dumont, Le logement social à Paris 1850-1930, Les habitations à bon marché, Liège, Pierre Mardaga, 1991, p. 158-159.

3 Les noms sont publiés dans : SFHBM, Bulletin, n°2, 1908, p. 233 : Georges Risler, Maurice Dufourmantelle, « L’habitation populaire en Angleterre. Souvenirs du 8ème Congrès international des HBM. Londres 1907 ».

4 Voir SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1906, « Procés verbal de la séance du 7 novembre 1906 », p. 397.

5 Ibid., p. 449.

6 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°3, 1907, p. 259.

7 Georges Risler, Maurice Dufourmantelle, « L’habitation populaire en Angleterre. Souvenirs du 8e Congrès international des HBM. Londres 1907 » in : ibid., n°2, 1908, p. 233.

8 Lucien Ferrand, « Compte rendu sommaire du Congrès international des HBM. Londres 1907 », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°3, 1907, p. 268.

9 Georges Risler, Maurice Dufourmantelle, « L’habitation populaire en Angleterre. Souvenirs du 8e Congrès international des HBM. Londres 1907 », in : SFHBM, n°2, 1908, p. 255.

10 Voir Report of the international housing congress, Londres, Wightman & Co., 1907, section 5 : « Bebauungsplan und Bauordnung », p. 1.

11 C.I. Fuchs, « Der achte internationale Wohnungskongress in London vom 3.-10. August », in : Städtebau, Volume 5, 1908, p. 48.

12 Alfred Abendroth, « Die Grossstadt als Städtegründerin », in : Städtebau, n°2 (p. 24-27), n°3 (p. 32-38), n°4 (p. 49-51), 1905.

13 Deutsche Bauzeitung, n°49, 20 juin 1903, p. 315-316.

14 Wochenschrift des Architekten-Vereins zu Berlin, Jahrgang 1, n°38, n°42, n°44, cité in : « Gartenstadt », n°1, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907, p. 8.

15 Deutsche Bauzeitung, n°49, 20 juin 1903, p. 315-316.

16 Voir « Aus der Gartenstadtbewegung », in : « Gartenstadt », n°5, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907, p. 38 .

17 C.I. Fuchs, « Der achte internationale Wohnungskongress in London vom 3.-10. August », in : Städtebau, Volume 5, 1908, p. 62 ; Lucien Ferrand, « Compte-rendu sommaire du Congrès International des HBM, Londres août 1907 », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°3, 1907, p. 260.

18 France Guerrin-Pace, Denise Pumain, « 150 ans de croissance urbaine », in : Économie et statistiques, 1990, Vol. 230, pp. 5-16, voir notamment p. 8 ; Arthur Imhof (dir.), Lebenser­wartungen in Deutschland, Norwegen und Schweden im 19. und 20. Jahrhundert, Akademie Verlag, Berlin 1994, p. 196; Jürgen Reulecke, Geschichte der Urbanisierung in Deutschland, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1985, p. 68 et suivantes.

19 On trouvera dans l’ouvrage de Jean-Pierre Gaudin une mise en perspective historique des questions de planification urbaine débattues au tournant du siècle. In : Jean-Pierre Gaudin, L’avenir en plan. Technique et politique dans la prévision urbaine 1900-1930, Seyssel, Champ Vallon, 1985, p. 25-30.

20 Pour plus d’informations sur l’impact de la loi sanitaire de 1902 et ses implications, on se reportera à : Christian Moley, L’architecture du logement, Paris, Anthropos, 1998, p. 68.

21 On se reportera en particulier au chapitre : « Les îlots insalubres. De l’aménagement à la statistique (1910-1945) », in : Yankel Fijalkow, La construction des îlots insalubres. Paris 1850-1945, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 189-224.

22 Musée social, Annales, n°2, février 1908, « travaux des sections », p. 56.

23 Marie Charvet, « La question des fortifications de Paris dans les années 1900 », op. cit., p. 23-44.

24 Voir notamment le discours de Jules Siegfried lors de la séance d’ouverture de la Section, le 14 janvier 1908 : Musée social, Annales, n°2, février 1908, Section d’hygiène urbaine et rurale : séance constitutive du 14 janvier 1908, p. 57.

25 Musée social, Annales, n°2, février 1908, « Section d’hygiène urbaine et rurale », p. 60-61 et Annales, n°4, avril 1908, « Section d’hygiène urbaine et rurale », p. 128-130.

26 Musée social, Annales, n°8, août 1909, p. 249-252.

27 Voir Susanna Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des habitations à bon marché, 1889-1914 », in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, op. cit., p. 255.

28 Georges Risler, « Les espaces libres dans les grandes villes », février 1909, in : Musée social, Mémoires et Documents, 1910, p. 370.

29 Julius Faucher, « Bericht über die Verhandlungen des neunten Kongresses deutscher Volkswirthe zu Hamburg 1867 », in : Vierteljahresschrift für Volkswirthschaft und Kulturgeschichte, Vol. XIX, Berlin, 1867, p. 116-140.

30 Voir Theodor Goecke, « Die Wohnungsfrage – eine Frage des Städtebaues », in : Deutsche Bauzeitung, n°18, 3 mars 1900, p. 112-113.

31 Werner Hegemann, Der Städtebau nach den Ergebnissen der allgemeinen Städtebau-Ausstellungen in Berlin und Düsseldorf 1910-1912, Berlin, Wasmuth, 1913, p. 22 et suivantes.

32 Alfred Abendroth, Die Grossstadt als Städtegründerin, tract n°7, op. cit., citations p. 12.

33 Ibid., p. 21; p. 32.

34 « Gartenstadt », n°1, p. 6, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907, p. 6.

35 Frank Jackson, « Sir Raymond Unwin et le mouvement des cités-jardins, 1902-1940 », in Ginette Baty-Tornikian, Cités-jardins. Genèse et actualité d’une utopie, op. cit., p. 51.

36 « Gartenstadt », n°3, p. 21, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

37 « Gartenstadt », n°5, p. 36, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907 : Hans Kampffmeyer, « Zur Erweiterung unseres Programms » et « Gartenstadt », n°5, p. 34, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907 : Bernhard Kampffmeyer, « Gartenstadt-Gartenvorstadt, Gemeinschaftsbesitz »; « Gartenstadt », n°6, p. 44, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907 .

38 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6-8.

39 Voir Bernhard Kampffmeyer, « Gartenstadt-Gartenvorstadt-Gemeinschaftsbesitz », in : « Gartenstadt », n°5, p. 33, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

40 Bernhard Kampffmeyer, « Gartenstadt-Gartenvorstadt-Gemeinschaftsbesitz », in : Gartenstadt, n°5, p. 33, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

41 Sur le changement de programme : Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6; Gartenstadt, n°6, p. 44-45, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

42 Hermann Wandersleb (dir.), Handwörterbuch des Städtebaues, Wohnungs- und Siedlungswesens, Kohlhammer, Stuttgart 1959, vol. 3, p. 1617-1618.

43 Gerhard Albrecht (dir.), Handwörterbuch des Wohnungswesen, Jena, Fischer, 1930, p. 650.

44 Gartenstadt, n°6, p. 41, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

45 Josef Stübben, Städtebau, Stuttgart, Kröner, 1907.

46 Voir Deutsche Bauzeitung, n°49, 20 juin 1903, p. 315-316.

47 « Bericht des Ausschusses über die 32. Versammlung des Deutschen Vereins für öffen­tliche Ge­sund­heitspflege zu Bremen », Deutsche Vierteljahresschrift für Öffentliche Gesund­heit­spfle­ge, vol. 40, 1908, p. 91-108.

48 Ibid., p. 91.

49 Ibid., p. 98.

50 Voir ibid., p. 102.

51 Ibid., p. 102 : « Gartenstädte, Gartenvorstädte, weiträumig angelegte äussere Stadtbezirke ».

52 Ibid. p. 102 : « Da handelt es sich zuerst um den allgemeinen Charakter eines solchen Aussenbezirks ».

53 Marie Charvet, « La question des fortifications de Paris dans les années 1900. Esthètes, sportifs, réformateurs sociaux, élus locaux », op. cit., p. 29-32.

54 Martine Kaluszynski, « un paternalisme juridique : les hommes de la société générale des prisons, 1877-1900 », p. 164, in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit.,
p. 161-185.

55 Musée social, Mémoires et documents, 1908, « compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres », p. 225.

56 Georges Risler, « Les cités-jardins », décembre 1909, Musée social, Mémoires et documents, 1910, p. 375. et p. 378.

57 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 387-388.

58 Musée social, Annales, n°4, avril 1909, « Variétés », p. 118.

59 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, « Procès-verbal de la séance du 13 juin 1911 », p. 141.

60 Ibid., p. 144.

61 Ibid., p. 296.

62 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1911, p. 391.

63 Il publie un rapport consacré à son voyage dans les cités-jardins anglaises en 1908. Sa visite des cités-jardins allemandes en 1909 se solde à nouveau par un rapport qu’il soumet à l’attention des membres de la SFHBM en 1909. Voir SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1909, p. 446 : « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habitation populaire en Allemagne ».

64 Bericht über den 6. Wohnungskongress in Düsseldorf 1902, op. cit., p. 648.

65 In : Georges Risler, « Les cités-jardins », in : Musée social, Mémoires et documents, op. cit., p. 403.

66 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 166 : « procès verbal de la séance du 2 mai 1912 ».

67 Maurice Dufourmantelle, « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habitation populaire en Allemagne », in : SFHBM, Bulletin, n°4, 1909, p. 446. « La réforme de l’habitation populaire par les cités-jardins », Revue d’économie internationale, septembre 1910 et « Les cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », in : Bulletin trimestriel, n°1, 1915, p. 19.

68 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, « Procès-verbal de la séance du 13 juin », p. 140.

69 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1909, « Quelques aspects récents du mouvement en faveur de l’habitation populaire en Allemagne », p. 458.

70 Maurice Dufourmantelle, « les Cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°1, 1915, p. 19-20.

71 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, « Procès-verbal de la séance du 13 juin », p. 140.

72 SFHBM, Bulletin, n°2, 1912, p. 166.

73 Susanna Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des habitations à bon marché, 1889-1914 », op. cit., p. 240.

74 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, p. 296.

75 « Procès verbal de la séance du 2 mai 1912 », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912.

76 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 166.

77 Ibid.

78 Maurice Dufourmantelle, « les cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », in : Maurice Dufourmantelle (ed.), VIIIe conférence nationale des Sociétés d’habitations à bon marché tenue à Lyon les 13 et 14 juin 1914 : rapports et compte-rendu des séances. Société des habitations à bon marché, Paris 1915.

79 « Procès-verbal de la séance du 6 juin 1912 », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 168-170 : Risler se charge d’un rapport sur « l’aménagement des terrains des cités-jardins anglaises » et Ferrand sur la législation relative aux lotissements au Canada. Dufourmantelle rédige un rapport sur les mêmes questions en Allemagne.

80 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1912, p. 166.

81 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1912, p. 510.

82 SFHBM, Bulletin trimestriel, n°3, 1912, p. 394.

83 Voir Deutscher Verein für Wohnungsreform, Neue Aufgaben in der Bauordnungs- und Ansiedlungsfrage. Eine Eingabe des Deutschen Vereins für Wohnungsreform, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1906.

84 Sur la réglementation prussienne de l’urbanisme : Ibid., p. 33-35.

85 Hermann Salomon, « Gartenstädte », in : Joseph Brix, Felix Genzmer, Städtebauliche Vorträge, VIe cycle de conférences, op. cit., p. 44.

86 Deutscher Verein für Wohnungsreform, Neue Aufgaben in der Bauordnungs- und Ansiedlungsfrage, op. cit., p. 20-24 et p. 35.

87 Gartenstadt Nürnberg e.G, 100 Jahre Leben in der Gartenstadt, op. cit.

88 Oskar Schönberg, Chronik der Gartenstadt Kolonie Reform, manuscrit dactylographié, Archives de la Coopérative Gemeinnützige Wohnungsgenossenschaft Gartenstadt-Kolonie Reform/Magdebourg eG, p. 3 et 6.

89 Hans Kampffmeyer, « Der Verband gemeinnütziger Gartenstadtunternehmungen », in : Gartenstadt, 4e année, n°4, avril 1910, p. 37.

90 Hermann Hecker, Zur Geschichte der Landesplanung. Über sozialen Wohnungsbau, Städtebau und Bauberatung zur Landesplanung, Hamburg, Hammonia-Verlag, 1959, p. 21.

91 Hans Kampffmeyer, « Der Verband gemeinnütziger Gartenstadtunternehmungen », op. cit., p. 37-38.

92 Voir « Gartenstadt und Gartenvorstadt », tract publié en annexe de Deutsche Garten­stadt­gesellschaft, Aus englischen Gartenstädten, op. cit.

93 Gartenstadt, 6e année, n°10, octobre 1912, p. 170.

94 Gartenstadt, 8e année, n°4, avril 1914, p. 81.

95 Voir Hans Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig, 1913, op. cit., p. 79 et Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 82.

96 Gartenstadt, 6e année, n°10, octobre 1912, p. 170-171.

97 Il s’agit notamment de : Heinrich Tessenow, Der Wohnungsbau, Munich, Callwey, 1914, 1re édition : 1909, Hermann Muthesius, Wie baue ich mein Haus ?, Munich, Bruckmann, 1917 et : Kleinhaus und Kleinsiedlung, Munich, Bruckmann, 1918.

98 Gartenstadt, n°3, mars 1911, p. 34 et Zeitschrift für Wohnungswesen, n°14, 1913, p. 213.

99 Sur l’agence Lotz&Wagner: Oskar Schöneberg, Chronik der Gartenstadt Reform, op. cit., p. 5.

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540