Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

PARTIE I. De la réforme urbaine à l’émergence d’un savoir expert : la contribution du projet des cités-jardins au développement de la spécialité urbanistique

Chapitre I. Appropriations

Texte intégral

A. Le projet des cités-jardins au service d’un engagement réformateur : Georges Benoît-Lévy et la création de l’Association des cités-jardins de France

1. L’influence du parcours professionnel de Georges Benoît-Lévy sur la réception du projet des cités-jardins en France

  • 1 Susanna Magri, « Le Musée social, Georges Benoit-Lévy et les cités-jardins 1900-1909 », in : Ginett (...)
  • 2 SFHBM, Bulletin, n°1, 1904, Annexe, p. 6 : « Les cités-jardins de France. Communication faite au no (...)
  • 3 Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. I « Garden-City », Paris, Édition des Cités-Jardins de Fr (...)
  • 4 Sur le rôle de Charles Gide dans le mouvement coopératif français, voir les travaux mentionnés par (...)

1La généalogie de l’expérience française des cités-jardins est désormais bien connue1. Susanna Magri a minutieusement décrit la manière dont Georges Benoît-Lévy, avocat de formation, popularisa l’idée de cité-jardin en France. S’il n’y a pas lieu de dérouler à nouveau les étapes de ce transfert, il convient de revenir sur les singularités d’une appropriation pour mieux saisir la trajectoire particulière qu’a suivie l’expérience des cités-jardins en France, notamment par rapport à l’Allemagne. C’est lors d’un séjour en Angleterre en 1901 que Benoît-Lévy découvrit, sur les indications de Patrick Geddes « l’existence de petites collectivités industrielles vivant dans les meilleures conditions2 ». C’est moins le projet de Howard que la construction de cités patronales, notamment les villages ouvriers de Port Sunlight et de Bournville, qui cristallisèrent cet intérêt précoce. Cette première approche tient sans doute au rôle joué par Charles Gide dans cette découverte3. Or le chef de file du mouvement coopératif français, qui amalgamait « cités ouvrières » et « cité-jardin » (Garden cities), ne prêtait pas attention aux idées originales de Howard4. Son propos polarisé par le motif de la coopération et sa mise en œuvre dans la réforme du logement ouvrier ignorait les enjeux spatiaux qui singularisaient le projet de Howard, notamment toutes les questions de planification urbaine, et abordait les questions d’aménagement seulement sous l’angle de l’hygiène. Les circonstances de cette découverte pourraient paraître anecdotiques, si elles n’avaient influé sur la lecture du projet anglais à long terme. La conception de la cité-jardin comme forme d’habitation ouvrière parmi d’autres a en effet longtemps orienté la réception du projet anglais, escamotant les enjeux spatiaux attachés à l’organisation de la cité-jardin.

  • 5 Les références relatives au parcours de Georges Benoit-Lévy sont tirées de : Susanna Magri, « Le Mu (...)
  • 6 Le terme tel que nous l’employons ici fait référence à une acception commune à l’époque. Il désigne (...)
  • 7 Christian Topalov, « Le champ réformateur, 1880-1914 : un modèle », in : Christian Topalov (dir.), (...)
  • 8 Janet Horne, « L’antichambre de la Chambre : Le Musée Social et ses réseaux réformateurs, 1894-1914 (...)
  • 9 Susanna Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des habitations à bon marc (...)
  • 10 La dénomination est empruntée à Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 420 (...)
  • 11 Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. I « Garden-City », op. cit., p. 13 et Association des Cit (...)
  • 12 Voir notamment SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1907, p. 394. Voir Georges Benoit-Lévy, « Les cité (...)
  • 13 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 378-380.

2Georges Benoît-Lévy, aiguillé par Gide sur la piste des cités-jardins anglaises, s’employa immédiatement à en approfondir la connaissance, puis à la diffuser. Pour comprendre les enjeux de cette entreprise, il faut revenir sur le parcours professionnel de cette figure oubliée dont Susanna Magri est la première à avoir dressé le portrait5 : avocat de formation, Georges Benoît-Lévy (1880-1971) mit les pas dans ceux de son oncle, Edmond Benoît-Lévy, président de la Société populaire des Beaux-Arts et directeur de la Société de propagation du crédit populaire en entamant une carrière de « réformateur6 ». En fondant en 1903 l’Association des cités-jardins de France qu’il dirigea par ailleurs à titre de secrétaire général, Georges Benoît-Lévy scellait son entrée dans le vaste « champ de la réforme7 » dont le Musée social et la Société des habitations à bon marché fondaient alors de solides piliers institutionnels. Le Musée social, « institution hybride » créée en 1894, rassemblant des individus de courants politiques divers, issus de milieux professionnels variés, s’était fixé pour mission « d’élaborer un langage fondé sur l’expertise et destiné à mettre en pratique la réforme8 ». La Société française des habitations à bon marché, quant à elle, animée d’un esprit réformateur libéral, œuvrait, depuis sa fondation en 1890, pour l’application d’une politique publique de l’habitation populaire dont la loi du 30 novembre 1894 sur les habitations à bon marché posa les jalons9. La notion de « champ réformateur » forgée par Christian Topalov met en valeur trois processus qui, entre 1880 et 1914, ont structuré ces réseaux associatifs en un ensemble cohérent articulé autour d’une action commune : il s’agit du « renouvellement des élites » à partir de 1879, de l’« autonomisation institutionnelle et symbolique de l’activité réformatrice » et de l’« entrée en réforme » de certains professionnels soucieux de conforter leur position sociale. La trajectoire de Georges Benoît-Lévy résulte du mouvement d’autonomisation de l’activité réformatrice qui favorisa la promotion professionnelle de certains « amateurs10 ». C’est l’accumulation de savoirs de pointe, consacrée par une solide intégration au sein des institutions réformatrices, qui valait à des acteurs dénués d’expérience particulière, tel Georges Benoît-Lévy, d’affirmer un domaine de compétences spécifiques et de conquérir le statut d’expert. Aussi, pour parachever son « entrée en réforme », Georges Benoît-Lévy s’assura du soutien des principales institutions réformatrices et confia le patronage de son association à leurs figures tutélaires : le titre de président échut au député d’Estournelles de Constant, mais surtout les fonctions de vice-présidents furent décernées à Charles Gide représentant éminent du mouvement coopératif français, membre du Musée social, et à André Lichtenberger, directeur adjoint du Musée social11. Mais outre une reconnaissance symbolique, son intégration aux principales institutions de la réforme lui garantit aussi le soutien financier indispensable au déploiement de ses activités et à sa survie économique12. Le poste de secrétaire de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social qui lui fut confié en 1908 par Jules Siegfried, président du Musée social affilié à la SFHBM, « grand bourgeois provincial qui passe des affaires à la politique13 », semblait préjuger du succès de cette intégration institutionnelle.

  • 14 Voir SFHBM, Bulletin trimestriel, n°1, 1904, p. 6 ; Georges Benoit-Lévy, La cité-Jardin, volume I « (...)
  • 15 Participation au premier Congrès international des cités-jardins de Londres en juillet 1904 ; Inter (...)

3Sans doute, l’implication de Georges Benoît-Lévy sur la scène internationale de l’urbanisme avait-elle favorisé cette percée dans les milieux réformateurs français. Sa connaissance de l’expérience des cités-jardins à l’étranger lui permit d’établir un réseau de relations parmi les spécialistes de l’urbanisme de l’Angleterre à l’Empire austro-Hongrois14 : Patrick Geddes, Ebenezer Howard, Thomas Adams, conseiller du City Council de Newcastel on Tyne, rivalisaient avec les représentants de la Deutsche Gartenstadt­gesellschaft – DGG. Inséré sur la scène internationale, il comptait parmi les participants des principales manifestations internationales consacrées à la réforme du logement15. Témoin des expériences d’urbanisme tentées dans différents pays européens, il jouissait alors d’un rôle privilégié au sein des milieux français de la réforme : à un moment où les réformateurs scrutaient les expériences tentées chez leurs voisins pour apporter de nouvelles solutions à la question de l’habitation, il pouvait se prévaloir d’une bonne connaissance du terrain étranger et faire office de « passeur » d’idées et d’expériences. C’est effectivement à titre de chargé de mission en Angleterre qu’il multiplia les interventions aussi bien dans l’enceinte du Musée social que de la SFHBM. D’ailleurs, c’est à partir de 1907, alors que l’organisation du Congrès international de l’habitation en Angleterre valut à d’autres réformateurs français de découvrir le projet des cités-jardins sur le « terrain », que les interventions de Georges Benoît-Lévy au sein de ces institutions furent de moins en moins fréquentes.

2. La difficile conversion d’un engagement réformateur en spécialité

  • 16 Christian Topalov, « Le champ réformateur 1880-1914 : un modèle », in : Christian Topalov (dir.), L (...)
  • 17 Voir Georges Benoit-Lévy, « Le village-jardins des Mines de Dourges », in : SFHBM, Bulletin trimest (...)
  • 18 Voir Georges Benoit-Lévy, « Rapport présenté au nom de l’Association des Cités-Jardins », in : Acte (...)

4La définition par Christian Topalov du champ réformateur comme « système autonome de positions, d’acteurs et d’institutions, organisé par des enjeux et des rapports internes spécifiques16 » incite à analyser les moyens mis en œuvre par Benoît-Lévy pour affirmer sa position au sein des réseaux réformateurs. Les différents titres dont il signa ses activités sont justement révélateurs d’une telle stratégie de légitimation. En se créditant tour à tour du statut d’« ingénieur social17 » puis de « secrétaire général de l’Association des Cités-Jardins de France, chargé des enquêtes sur les cités-jardins au Musée social et au ministère du Commerce18 », l’« amateur » Georges Benoît-Lévy cherchait non seulement à faire valoir sa compétence, il tentait également de délimiter un domaine autonome de savoir et d’action à l’intérieur du champ réformateur.

  • 19 Sur le profil de l’Association et ses activités : Georges Benoit-Lévy, « Statuts de l’Association d (...)
  • 20 Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 419.

5La création de l’Association des cités-jardins de France constitua la première étape de ce processus de spécialisation. Les activités de l’Association s’organisaient en effet autour de deux pôles, l’« étude » et la « propagande19 », c’est-à-dire l’accumulation et la diffusion de savoirs. À travers ces objectifs, Georges Benoît-Lévy prétendait circonscrire un nouveau domaine de connaissances au sein de la réforme sociale, ce que Christian Topalov a caractérisé sous le terme de « nouvelles spécialités20 ». Jusqu’alors, l’habitation ouvrière avait été stigmatisée comme l’un des « fléaux sociaux » qui justifiaient l’engagement réformateur. Le règlement de cette question, déclinée sur divers registres – amélioration des conditions hygiéniques de logement, réforme de la législation sur l’habitation des plus démunis – était inscrite à l’ordre du jour de l’action réformatrice. La diffusion du projet des cités-jardins pouvait contribuer à spécifier le problème du logement ouvrier et garantir à Benoît-Lévy une position de connaisseur parmi les spécialistes de la question. Les visites organisées dans les cités-jardins de pays étrangers, notamment en Angleterre, lui avaient effectivement permis de se doter d’une riche collection de documents relatifs aux projets d’habitation tentés à l’étranger. Fort de cette connaissance garantie par la possession de documents inédits en France, George Benoît-Lévy entreprit de conforter sa position d’« expert » en diffusant ces nouveaux savoirs. On est étonné cependant que Georges Benoît-Lévy n’ait pas plus tiré parti du riche matériel iconographique qu’il détenait dans ses publications pauvres en illustrations. L’Association ne disposant pas de moyens financiers suffisants, la « propagande » menée resta modeste, cantonnée à la publication régulière d’une lettre de service social destinée aux adhérents. Un projet de revue consacrée spécifiquement au mouvement des cités-jardins en France et dans le monde avorta, faute de ressources suffisantes, après la publication des trois premiers numéros entre mai 1912 et juin 1914. Outre la publication d’ouvrages, la propagande de l’Association englobait aussi les conférences tenues par son secrétaire général.

  • 21 « Note de l’éditeur », in : Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, volume I « Garden-City », op. cit.(...)
  • 22 Georges Benoit-Lévy, « La première cité-jardin de France. Le village jardin des Mines de Dourges », (...)
  • 23 Henry Carnoy, Dictionnaire biographique international des écrivains, vol. 1-4, réédition, Hildeshei (...)
  • 24 Sur le public visé par les activités de l’Association : Georges Benoit-Lévy, « Rapport sur les cité (...)
  • 25 « Note de l’éditeur », in : Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, op. cit., p. 12.

6Le secrétaire de l’Association des cités-jardins tenta également d’asseoir sa position de spécialiste en ciblant le public parmi lequel il cherchait à vulgariser les connaissances acquises : non pas le « grand public », mais des professionnels concernés dans leurs métiers par les questions soulevées par l’expérience anglaise21. Ce sont effectivement des architectes que Georges Benoît-Lévy mentionna lorsqu’il évoqua les collaborateurs de l’Association22 : Ernest Delille, l’architecte en chef des mines de Dourges, était adhérent et parmi les spécialistes qui furent salués comme de proches collaborateurs, on comptait également l’élève de Jean-Pierre Barillet-Deschamps et d’Edouard André, Edouard Redont, membre du Musée social dont la réputation d’architecte-paysagiste avait été forgée par une activité qui s’étendait au-delà des frontières nationales et débordait le champ de l’aménagement paysager : ainsi, celui qui fut chargé en 1880 par la municipalité de Reims de la création des parcs, jardins et promenades publiques pour l’embellissement de la vieille cité, mit également ses compétences au service de métropoles étrangères, notamment en Roumanie, où on lui confia en 1900, outre l’aménagement du grand parc de Bibesco à Crajova, la réalisation d’un « plan général de systématisation de la ville de Bucarest23 ». L’Association de Georges Benoît-Lévy s’adressait plus largement aux « groupements économiques », aux « industriels, notaires, architectes » qui cherchaient à « savoir quelle forme il serait préférable de donner à la Société HBM qu’ils ont l’intention de constituer ». Cette collaboration impliquait l’« étude (…) de (…) projets de création de petites villes modèles (…) entreprises par des Sociétés financières, (…) des individualités, (…) des industriels24 ». Ces informations éparses révèlent les contours de l’organisation que Benoît-Lévy entreprit de monter. Il ambitionnait de mettre en œuvre un forum d’experts, délivrant un savoir de pointe – ces « notions précises et complètes sur les Cités-Jardins25 » – aux spécialistes impliqués dans l’aménagement urbain. Partant, c’est la conquête d’un public de spécialistes qui gageait du statut d’expert auquel Benoît-Lévy aspirait.

  • 26 Ibid., p. 48 et Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. III « Art et coopération dans les cités-j (...)
  • 27 Georges Benoit-Lévy, « Rapport sur les cités-jardins de France », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, (...)
  • 28 Plan d’aménagement : Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. III « Art et coopération dans les ci (...)
  • 29 Musée social, Annales, n°8, août 1911, « Travaux des sections : discussion du rapport de M. Georges (...)
  • 30 Marie Charvet, « la question des fortifications de Paris dans les années 1900. Esthètes, sportifs, (...)
  • 31 Musée social, Annales, n°12, décembre 1910, p. 418.
  • 32 Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. III « Art et coopération dans les Cités-jardins », op. ci (...)
  • 33 Robert de Souza, Nice, capitale d’hiver : Regards sur l’urbanisme niçois – 1860-1914, Nice, Serre E (...)

7Différents écueils firent néanmoins échouer l’entreprise. Georges Benoît-Lévy ne parvint pas à gagner le public escompté à la cause des cités-jardins, notamment parce que son association, paralysée par des difficultés financières, demeura un club de Happy Few26. Mais surtout, Benoît-Lévy échoua à créer le domaine de spécialité sensé accuser le profil caractéristique de l’Association. Au fur et à mesure que ce dernier tentait de s’implanter dans le milieu de la réforme sociale, le projet initial des cités-jardins, la création de « villes ou de villages modèles » perdait sa spécificité pour se confondre finalement avec un projet de construction de « maisons coquettes et attrayantes en même temps que saines » destinées aux classes moyennes27. Parallèlement, le programme qui encadrait les activités de l’Association énumérait des causes très variées en écho aux conjonctures et remous qui agitaient alors les principales institutions de la réforme : aménagement de parcs et de squares dans les villes, protection des paysages, plan d’aménagement, éducation physique sont autant de questions auxquelles Benoît-Lévy se consacra corps et âme28. Son engagement dans la lutte menée par le Musée social au nom de l’aménagement d’espaces libres dans Paris et sa périphérie29 est symptomatique de ces actions sporadiques qui ne se coordonnaient pas toujours et qui visaient surtout à asseoir la position de Benoît-Lévy plus solidement dans les institutions de la réforme. Alors que l’État envisageait de céder le terrain des fortifications parisiennes devenues caduques, la question de leur allocation – rachat par la ville de Paris, abandon à la spéculation foncière – polarisa dans les premières années du siècle l’action d’un groupe composite de réformateurs30. Un rôle important échut alors au Musée social, qui fonda en 1908 la Section d’hygiène urbaine et rurale, chargée entre autres d’examiner les modalités d’aménagement de ces terrains libérés : c’est ainsi que la question des « espaces libres » et des plans d’extension se surimposa aux discussions engagées dans ce forum sur la réforme de l’habitation ouvrière. En marge de la question des espaces libres, Georges Benoît-Lévy revendiqua, au nom de son association, la cause des plans d’aménagement et d’extension, un autre sujet débattu au sein de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social, mais elle lui fut refusée31. Cette course aux objectifs confère aux activités du secrétaire général de l’Association des cités-jardins de France un aspect décousu et donne surtout l’impression que Georges Benoît-Lévy, préoccupé par sa survie matérielle, se faisait le chantre opportuniste des revendications dominantes. L’échec de l’Association à promouvoir des réali­sations concrètes enfin est significatif de cette spécialisation avortée. Alors que Georges Benoît-Lévy célébrait lui-même la cité ouvrière de Dourges comme seul « village-jardin modèle32 », d’autres observateurs déploraient le retard français dans l’édification de cités-jardins33.

  • 34 Voir SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1910, « Compte-rendu des séances », p. 344 ; SFHBM, Bulletin (...)
  • 35 Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 255-256.

8Tout comme Benoît-Lévy échoua à définir un champ de compétences nettement circonscrit, il ne parvint pas à exploiter les soutiens qui lui avaient été prodigués lors de la création de l’Association et cette dernière continua d’occuper une position insulaire parmi les institutions de la réforme. Alors qu’après 1907, le projet des cités-jardins se mit à percer les débats de la réforme sociale, Georges Benoît-Lévy ne parvint pas à faire prévaloir ses compétences34 et intervint de plus en plus rarement au sein des institutions réformatrices. La transmission du projet anglais échut à d’autres acteurs, tel l’ancien industriel Georges Risler, membre influent du Musée social, de la SFHBM et de l’Alliance d’hygiène sociale35 ou le juriste Maurice Dufourmantelle, membre dirigeant de la SFHBM.

B. La réception du projet des cités-jardins en Allemagne : de l’engagement réformateur à l’émergence d’un forum de spécialistes

1. le projet des cités-jardins se greffe sur l’héritage des utopies communautaires du tournant du siècle

  • 36 Sur le cercle de Friedrichshagen voir Julius Hart, « Friedrichshagen. Aus meinen Lebenserinnerungen (...)
  • 37 Maximilian Harden fonda en 1892 la revue berlinoise Die Zukunft qui servit de caisse de résonance a (...)
  • 38 Sur la biographie de Franz Oppenheimer (1864-1943), voir notamment : Franz Oppenheimer, Erlebtes, E (...)
  • 39 Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung. Kulturpolitik und Gesellschaftsreform, München, M (...)
  • 40 Voir Paul Kampffmeyer, Blutverwandte deutsche Familien im Wandel der Jahrhunderte. Vom sechszehnten (...)

9Le projet d’Ebenezer Howard suscita tout d’abord l’intérêt d’un groupe d’intellectuels qu’un même élan réformateur avait regroupé en 1900, à Schlachtensee, dans la périphérie de Berlin. Pour comprendre la nature de leur mouvement, il faut remonter à 1890 où certains d’entre eux, déjà, s’étaient réunis autour d’un même idéal : renouveler la société et surtout les liens qui la composaient. Ceux qui en 1890 quittaient la ville, en l’occurrence Berlin, pour trouver refuge dans une villa de Friedrichshagen au bord du Müggelsee, appartenaient à la mouvance du naturalisme, ils baptisèrent leur mouvement Friedrichshagener Künstler- und Dichterkreis, le Cercle des poètes et des artistes de Friedrichshagen36. En effet, on comptait parmi eux des écrivains, les frères Hart, Felix Hollaender, mais aussi le socialiste fondateur de Die Neue Freie Bühne, Bruno Wille, le philosophe Wilhelm Bölsche, le dessinateur Fidus, le publiciste Maximilian Harden37, autant de noms qui scandèrent les heures de gloire du mouvement naturaliste. Il n’est pas étonnant dans ce contexte que le médecin Franz Oppenheimer, intégré dans le milieu naturaliste grâce à ses accointances avec le poète Richard Dehmel, ait rejoint le groupe de Friedrichshagen. Ses années de pratique dans les faubourgs ouvriers de Berlin, puis dans les campagnes de Prusse orientale, avaient sensibilisé très tôt ce médecin à la question sociale, et plus particulièrement au sort du prolétariat agricole. C’est par ce biais qu’il développa un grand intérêt pour les questions d’économie foncière et partant les expériences communautaires. L’aventure de Friedrichshagen marqua alors un tournant dans sa carrière : abandonnant son cabinet de médecine, il s’engagea dans le projet réformateur, assortissant activités éditoriales et projets pratiques, notamment la réalisation de l’expérience communautariste Freiland dans la périphérie berlinoise38. Mais parmi ces réformateurs de la première heure, on comptait aussi les frères Paul et Bernhard Kampffmeyer qui propagèrent ensuite le projet des cités-jardins en Allemagne. Sans être écrivains, ils fréquentaient la scène naturaliste et jouèrent un rôle déterminant au sein du cercle de Friedrichshagen. C’est en effet la villa dont ils avaient hérité qui abrita ces intellectuels à Friedrichshagen. Paul Kampffmeyer, socialiste militant dans la mouvance d’Eduard Bernstein, concevait l’organisation coopérative comme le socle de la réforme sociale et c’est à ce titre qu’il œuvra à développer les fondements théoriques des principes coopératifs39. Bernhard Kampffmeyer, jardinier de profession, s’était familiarisé avec les idées réformatrices à l’occasion de séjours à Paris puis à Londres, notamment avec les théories de l’association libre40. Autre figure tutélaire de ce cercle d’intellectuels, Gustav Landauer qui s’était affilié au groupuscule des socialistes indépendants – Verein unabhängiger Sozialisten.

  • 41 Voir Herbert Scherer, Bürgerlich-oppositionelle Literaten und sozialdemokratische Arbeiterbewegung (...)
  • 42 Franz Oppenheimer, Erlebtes, Erstrebtes, Erreichtes, Lebenserinnerungen, op. cit., 1964, p. 136.
  • 43 Voir notamment Heinrich Hart, Literarische Erinnerungen. Aus den Jahren 1880-1905, Berlin, Fleische (...)
  • 44 Franz Oppenheimer, Erlebtes, Erstrebtes, Erreichtes, Lebenserinnerungen, op. cit., p. 129.

10Si ces hommes issus d’horizons divers partageaient l’héritage naturaliste, ils ne formaient pas pour autant un groupe homogène uni autour d’un programme ou de principes clairement établis mais plutôt une coalition diffuse de personnalités animées d’une aspiration commune : cherchant refuge à l’écart de la ville, ils souhaitaient une société meilleure que la culture contribuerait à rénover. Ce groupement informel de personnalités, que des idéaux semblables et souvent des liens d’amitié avaient rassemblées, se soustrayait néanmoins à tout étiquetage politique. Si durant les années 1878-1890, beaucoup de naturalistes se rangèrent sous la bannière de la social-démocratie, ils s’en éloignèrent néanmoins par la suite – au moment même où ils se détournaient des thèses naturalistes – après que le parti social-démocrate, hostile à ces positions trop critiques, avait mis à l’index ceux qu’il considérait comme des renégats41. Après l’abrogation de la législation antisocialiste en 1890, de nombreux acteurs engagés dans la mouvance réformatrice n’hésitèrent pas à afficher leurs convictions politiques – déclinées suivant une large palette : si Franz Oppenheimer se décrivait comme un « socialiste libéral42 », Gustav Landauer arborait des opinions anarchistes. En tout état de cause, de nombreux membres du cercle partageaient avec Bruno Wille des aspirations « révolutionnaires43 » qui visaient la rénovation du parti social-démocrate. Le cercle de Friedrichshagen conserva cependant de cette proximité de vues durant les années 1878-1890 un sens de l’engagement social et la conviction que la culture était destinée à améliorer le sort du prolétariat. Franz Oppenheimer, issu d’une famille aux convictions libérales, décrivit à cet égard sa rencontre avec le « socialiste » Bruno Wille comme un événement décisif dans le tournant qui caractérisa sa carrière : son engagement pour la question coopérative et la réforme foncière44.

  • 45 Heinrich Hart, Julius Hart, Gustav Landauer, Felix Holländer, Die neue Gemeinschaft. Das Reich der (...)
  • 46 Cette expression empruntée à Christian Topalov caractérise avec justesse la trajectoire d’acteurs à (...)
  • 47 Sur Adolf Otto, on se reportera à : Renate Amann, Adolf Otto. Wohn- und Sozialreformer. Eine Biogra (...)
  • 48 Anna und Gustav Lilienthal, Die Lilienthals, Stuttgart/Berlin, J.G. Cotta’sche Buchhandlung Nachfol (...)
  • 49 Franz Oppenheimer, Erlebtes, Erstrebtes, Erreichtes, Lebenserinnerungen, op. cit., p. 156-160.

11Vers la moitié des années 1890, le mouvement, que plusieurs écrivains avaient alors quitté, finit par s’essouffler. Même les frères Hart, deux de ses figures tutélaires, l’abandonnèrent pour regagner Berlin. Fidèles à leurs années de bohème, ils ne tardèrent cependant pas à constituer une nouvelle communauté le 17 février 1900, Die Neue Gemeinschaft. Habités de l’esprit de Friedrichshagen, les membres de cette nouvelle communauté aspiraient aussi à un renouveau des valeurs sociales45. Le prolétariat n’était plus au centre du discours de ces réformateurs, qui, retranchés dans un repli sur soi, entendaient eux-mêmes instituer une communauté modèle qui édifierait pour la société dans son ensemble les règles à suivre. Ce nouveau modèle de société s’appuyait sur une réforme du système foncier. Les initiateurs de Die Neue Gemeinschaft partageaient effectivement le même intérêt pour les questions de « colonisation » et de politique foncière qu’ils plaçaient au cœur du projet réformateur. Die Neue Gemeinschaft, puis l’association qui lui succèdera, la Deutsche Gartenstadt­gesellschaft, offrit alors une tribune à des acteurs, souvent apparentés ou liés d’amitié, qui par ailleurs aspiraient à la réforme des usages fonciers. L’« entrée en réforme46 » presque fortuite d’un de ses membres, Adolf Otto47 éclaire ce jeu de connexions multiples. Rien ne prédestinait en effet cet employé, installé dans le commerce de la photographie, à se vouer à la cause réformatrice. C’est sans doute par l’entremise de son beau-frère Gustav Lilienthal qu’il intégra le milieu de Die Neue Gemeinschaft. Gustav Lilienthal en effet, touche-à-tout qui appliquait aussi bien son génie inventif à la construction aéronautique qu’à la conception architecturale48, était par ailleurs engagé dans des expériences de réforme foncière. C’est ainsi qu’en 1894, il fonda, en collaboration avec Franz Oppenheimer, la coopérative de construction, Freie Scholle. Elle réalisa à la périphérie de Berlin, la colonie Eden, qui portait en germe le programme des cités-jardins : le choix d’un mode de vie en harmonie avec la nature suscita notamment l’introduction de nouvelles règles de vie (régime végétarien, application du principe d’auto-subsistance etc.) et la mise en œuvre de principes coopératifs49.

  • 50 Le terme Siedlung déploie un champ sémantique étendu : s’il dédigne concrètement un groupement d’ha (...)
  • 51 In : Neue Gemeinschaft, 2e année, 1901/1902, H. 1-6/7, section J.
  • 52 Heinrich Hart, Julius Hart, Gustav Landauer, Felix Holländer, Die neue Gemeinschaft. Das Reich der (...)

12C’est à Schlachtensee, dans la périphérie de Berlin, que les intellectuels de Die neue Gemeinschaft transplantèrent leurs idéaux communautaires. L’idée de Siedlung50, dont la traduction française de « cité » ne rend compte que très imparfaitement et à laquelle on préfèrera le terme de « commune » ou de « colonie » qui caractérise plus justement le projet de colonisation foncière au fondement de cette entreprise, cristallisa leurs ambitions réformatrices. S’ils continuaient d’accabler la ville et notamment la grande ville des maux de la société, ils reconnaissaient cependant l’urbanisation comme phénomène irrémédiable. Ils allèrent même jusqu’à accorder au cadre de vie urbain un certain nombre de valeurs positives dont ils entendaient tirer parti. S’inspirant des utopies urbaines, notamment des projets de socialistes utopistes qui prêtaient à l’agencement rationnel de l’espace le pouvoir de sceller l’harmonie sociale, les habitants de la commune de Schlachtensee accordèrent à l’environnement un rôle déterminant dans la recherche d’une nouvelle cohésion sociale. Leur projet, en effet, s’appuyait sur une nouvelle distribution sociale du territoire, inspirée des idéaux de la réforme foncière qui fondait l’intérêt commun de ces réformateurs51. L’environnement naturel dans lequel les réformateurs s’étaient installés cimentait en outre l’unité de la nouvelle communauté : grâce au jardin et à la culture, les habitants reprenaient à proprement parler racine. Ils renouaient des attaches avec la « terre mère », celles-là même que la société industrielle menaçait de dissoudre, et s’épanouissaient, loin de la décadence de la grande ville, dans un cadre régénéré52.

  • 53 Eduard Bernstein, « Neue Vorschläge zur Reform der Volkswohnungen in England », in : Die neue Zeit, (...)
  • 54 Voir la réédition de l’ouvrage d’Auguste Bebel : Auguste Bebel, Die Frau und der Sozialismus, Stutt (...)
  • 55 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, Berlin, 1911, p. 5.

13Les idées de Howard s’implantèrent sur ce terreau favorable autour de 1902. Certes, on rencontre une des premières références au livre de Howard, peu de temps après sa parution, dans la littérature socialiste de l’époque53. Le compte-rendu sommaire qu’Eduard Bernstein livra de l’ouvrage insistait toutefois sur la décongestion des villes et le principe de déconcentration industrielle. Partant du constat que l’installation d’une nouvelle industrie à la campagne avait toujours provoqué l’émergence d’une ville, il concevait surtout les idées de Howard comme prémisses d’une discussion à venir sur la décentralisation industrielle. Cet intérêt immédiat suscité par les écrits de Howard ne semble pas avoir eu de grand retentissement sur la réception du projet anglais. Il faudra en effet attendre les années 1910 pour rencontrer parmi les socialistes de l’époque des allusions aux cités-jardins54. Lorsqu’un négociant, Heinrich Krebs, diffusa dans les rangs de Die neue Gemeinschaft la nouvelle des cités-jardins découvertes en Angleterre, l’impact fut plus fort55. Signe de l’engouement et de l’intérêt provoqués par les thèses anglaises, la création rapide d’une Société en septembre 1902, la Deutsche Gartenstadt­gesellschaft – DGG – pour étudier et diffuser ces idées.

2. Die Deutsche Gartenstadtgesellschaft : un creuset où fusionnent courants et compétences

  • 56 Voir Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Vermählung von Stadt und land. Ein soziales Experiment, (...)
  • 57 Sur Damaschke et son rôle au sein du mouvement de la réforme foncière, voir : Dorothea Berger-Thimm (...)
  • 58 L’imprimeur Robert Tautz (1871-1936) avait participé au cercle de Friedrichshagen ainsi qu’à l’expé (...)
  • 59 Composition et organisation de la DGG : Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Vermählung von Stadt (...)
  • 60 Voir DGG, Programm der DGG, Schlachtensee, Verlag der Deutschen Gartenstadt-Gesellschaft 1904, Absc (...)
  • 61 Voir DGG, Die Abkehr von der Grossstadt! Hinaus auf’s Land! Zur Gartenstadt!, tract n°3, Berlin-Sch (...)
  • 62 Gartenstadt, n°3, janvier 1909, « Die Leitung unserer Gartenstadtgenossenschaften », p. 39.
  • 63 Jürgen Reulecke, Sozialer Frieden durch soziale Reform. Der Centralverein für das Wohl der arbeiten (...)

14L’héritage de Friedrichshagen apporte un éclairage intéressant à l’inter­prétation divergente, en France et en Allemagne, des idées howardiennes, mais aussi aux écarts qui apparaissent, entre les deux pays, dans l’organisation institutionnelle du projet des cités-jardins. La DGG, relayant Die Neue Gemeinschaft, implanta son siège à Schlachtensee56. La pérennité des lieux mais aussi la stabilité des membres de la Société établissaient la filiation avec l’expérience de Die Neue Gemeinschaft : le philosophe Wilhelm Bölsche, Adolf Damaschke57, leader du Bund deutscher Bodenreformer – Association de réforme foncière –, l’éditeur Eugen Diederichs, le peintre Fidus, Julius Hart, Bernhard Kampffmeyer, le négociant Heinrich Krebs, l’employé Wilhelm Mieschel, Franz Oppenheimer, l’imprimeur Robert Tautz58 et enfin Adolf Otto, tous des membres de la communauté de Schlachtensee, initièrent la DGG présidée par l’écrivain Heinrich Hart, pionnier de Friedrichshagen. La création d’une société, la DGG, donna donc une visibilité institutionnelle à un réseau composite et encore informel. Ecrivains, universitaires, peintres, jardiniers, négociants, architectes59 : ce brassage de personnalités issues de divers horizons – avec toutefois une forte représentation des métiers artistiques et intellectuels – plaçait la DGG dans le sillage de Die neue Gemeinschaft. Fidèle au crédo de l’engagement réformateur, la Société affichait la fusion des compétences en tête de son programme, texte fondateur publié en 190460 et concevait la cité-jardin comme le point d’aboutissement de toutes les expériences relatives à la réforme du logement61. Tirant les conséquences de cette conception, la DGG considérait que son champ d’activités débordait sur les efforts menés par les autres mouvements de la réforme urbaine. Elle privilégia donc une coopération étroite avec d’autres organisations d’initiative privée et se présentant comme une institution phare de la société civile, réfuta toute appartenance politique – autre caractéristique qui rapproche la DGG des pionniers de Friedrichshagen62. Corollaire de cette position apolitique, la DGG menait une action qui ne devait pas se substituer à l’intervention des pouvoirs publics. Cette conception répondait par ailleurs à la logique qui avait présidé à la constitution du réseau associatif allemand : Jürgen Reulecke a ainsi montré, à partir de l’étude d’une des associations pionnières de la réforme sociale, le Centralverein für das Wohl der arbeitenden Klassen créé en 1844 pour lutter contre le paupérisme, que l’action associative, conçue comme un instrument au service de la paix sociale, s’appuyait sur l’idée que la société pouvait déployer des « forces d’auto-guérison » et que le problème ouvrier pouvait être conçu comme un problème purement social, totalement abstrait de la sphère politique63. La DGG, conformément à cette logique, limitait donc son intervention à la sphère civile, suscitant de nouvelles formes de cohabitation sociale : les sociétés coopératives de construction, qui mêlaient des représentants de toutes les couches sociales, furent conçues dans cette optique comme des instruments au service de la paix sociale.

  • 64 Voir Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Vermählung von Stadt und land. Ein soziales Experiment, (...)

15Contrairement à Die neue Gemeinschaft, mouvement informel de réformateurs, la DGG était une institution strictement organisée. Outre les fonctions de président, de secrétaire et de trésorier respectivement occupées par Heinrich Hart, W. Gebhardt et Wilhelm Mieschel, elle était structurée par deux comités, un comité de propagande et un comité de financement dans lesquels siégeaient bon nombre des adeptes de Die neue Gemeinschaft64. Elle se dota en outre d’un programme qui assignait à ses activités un but clair, fidèle aux intentions de Howard, qui visait principalement la construction de cités-jardins conformément aux principes de la réforme foncière :

  • 65 DGG, « Programm », in : Hans Kampffmeyer, « Die Gartenstadtbewegung », Jahrbücher für Nationalökono (...)

La Deutsche Gartenstadt­gesellschaft a pour but de gagner une large majorité de la population à la réalisation des cités-jardins selon le principe de la communauté du sol et de promouvoir tous les moyens qui serviraient ce but. La Deutsche Gartenstadt­gesellschaft préconise la colonisation du territoire national, c’est-à-dire une division économiquement harmonieuse des territoires agraires afin d’y installer des villes selon un plan rationnel. Elle vise une réforme de l’habitation fondée sur la délocalisation des usines à la campagne où il est possible de privilégier un bâti aéré, hygiénique et esthétique, sans négliger les besoins de l’industrie et où l’agriculture peut profiter, en sus des marchés directement accessibles, de l’énergie mécanique fournie à des prix avantageux et de bonnes conditions de transport65.

16Bien qu’apparues simultanément dans le champ réformateur pour y propager l’expérience anglaise, l’Association des cités-jardins de France et la DGG présentent des différences majeures. Le brassage de personnalités variées, s’il imprimait à l’association allemande un profil singulier, constituait aussi un atout pour sa propagande : il favorisa une interprétation large de l’idée de cité-jardin et facilita les contacts de la Société avec les nombreuses organisations réformatrices déjà installées. L’association française qui se développa dans l’ombre de son secrétaire général semblait quant à elle réduite à enregistrer les succès ou les échecs de celui-ci. La définition d’un programme ciblé contribua certainement à l’adhésion d’un public averti en Allemagne et favorisa la spécialisation des activités de la DGG alors que Georges Benoît-Lévy, dont les initiatives fusaient dans de multiples directions, ne parvint pas à s’assurer durablement les suffrages des personnalités influentes de la réforme autour d’un programme précis.

3. Vers l’institution d’un forum d’experts

Le travail de la DGG orienté vers l’accumulation de connaissances et leur diffusion

  • 66 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, Berlin-Schlachtensee, Verlag d (...)
  • 67 Jürgen Reulecke, Sozialer Frieden durch soziale Reform, op. cit., p. 275.
  • 68 Rüdiger vom Bruch, « Bürgerliche Sozialreform im deutschen Kaiserreich », in : Rüdiger vom Bruch, B (...)
  • 69 Il s’agit de 10 tracts publiés entre 1901 et 1906 par la DGG.
  • 70 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6.
  • 71 Hans Kampffmeyer, « Gartenstädte », in : Kunstwart, vol. 17, n°16, 1904, p.152 et suivantes.
  • 72 Franz Oppenheimer, « Die Gartenstadt », in : Neue Deutsche Rundschau, 1903, p. 897 et suivantes.

17À l’instar de son homologue français, la DGG se définit comme une société de « propagande » orientée vers l’accumulation de savoir et sa transmission. Mais à la différence de l’association française, sa politique de diffusion n’excluait pas le grand public et visait l’ensemble de la population66. Ce programme s’inscrivait plus largement dans la conception de la réforme sociale allemande. Décrits par Jürgen Reulecke comme la « conscience de la bourgeoisie éclairée », les réformateurs concevaient en effet l’analyse scientifique de la réalité sociale comme le fondement des solutions à apporter au problème social67. À cet égard, l’une des plaques tournantes de la réforme sociale allemande, le Verein für Sozialpolitik créé en 1873 pour appuyer la constitution pacifique du nouvel État national, postulait que la démarche réformatrice, et partant toute action politique, devaient reposer sur une bonne connaissance de la réalité sociale : l’élaboration d’une véritable science sociale, étayée par la constitution d’enquêtes statistiques et de monographies, devait constituer le socle des activités réformatrices, mais également des décisions législatives68. La DGG s’employa plus spécifiquement à explorer des modes d’habitation inconnus, cristallisations de nouvelles formes d’organisation sociale. Pour réaliser cette transmission de savoirs nouveaux, les responsables de la DGG poursuivirent avec ténacité et méthode divers objectifs au premier chef desquels figurait l’activité éditoriale. Les documents furent d’abord édités dans des conditions très modestes sous la forme de tracts consacrés à la description du projet anglais69. La variété des sujets abordés (organisation coopérative, décentralisation industrielle, enjeux esthétiques de l’habitation populaire, architecture des villes nouvelles, réforme agraire) visait la conquête d’un public diversifié. Outre ces tracts et la correspondance mensuelle réservée aux membres de la Société70, les acteurs mobilisés au sein de la DGG publiaient des articles dans la presse, notamment dans d’importantes revues de la réforme : le Kunstwart71 et Die deutsche Rundschau72 présentaient dès 1903 le projet des cités-jardins, signe de l’insertion réussie de la Société dans le champ réformateur.

  • 73 Theodor Goecke, « Gartenstädte », in : Deutsche Bauzeitung, 20 juin 1903, p. 313.

18La DGG étaya par ailleurs sa propagande sur un abondant matériel photographique et graphique. Les schémas qui illustrent l’ouvrage de Howard furent fidèlement reproduits dans les tracts, mais aussi présentés lors des diverses conférences tenues par les membres de la Société73. La DGG tirait parti de cette riche dotation et organisait des expositions itinérantes à travers toute l’Allemagne. La mise en œuvre d’une pédagogie visuelle était conçue comme l’un des principaux rouages de cette politique d’information :

  • 74 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 12.

Mais les mots écrits ou prononcés ne suffisent pas à sortir la masse des individus de leur léthargie résignée, à les amener à voir. Nos expositions itinérantes y contribuent avec succès. S’appuyant sur de nombreuses vues, des plans et des maquettes, des plans d’aménagement et un abondant matériau statistique concernant des cités-jardins allemandes – Gartensiedlung – et étrangères, elles montrent d’une manière édifiante ce qui a déjà été réalisé et comment les hommes, grâce à l’entraide, ont accru leurs faibles forces. De nouveaux documents viennent constamment compléter les expositions qui ont déjà été présentées avec succès dans de nombreuses villes, qu’elles soient de grande ou de petite taille74.

  • 75 Voir Christian Joschke, Les yeux de la nation. Photographie amateur et société dans l’Allemagne de (...)

19Les représentations, qu’elles soient graphiques, photographiques ou réalisées sous forme de maquettes, ne servaient pas seulement à véhiculer l’information, au même titre que les écrits publiés. Ce projet s’inscrivait dans un mouvement de la société contemporaine : la vulgarisation de la pratique photographique avait provoqué la multiplication des cartes postales, des photos de famille ainsi que la diffusion de la pratique photographique amateur75. Cette politique de diffusion par l’image s’inscrivait plus spécifiquement dans la logique de l’activité réformatrice : former et éduquer un public aussi large que possible à de nouvelles valeurs sociales. 

Former et éduquer l’opinion publique

  • 76 Voir « Gartenstädte », in : Deutsche Bauzeitung, 20 juin 1903, p. 313.
  • 77 « Die Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft », in : Städtebau, 1905, p. 42.

20Tout comme l’Association des cités-jardins de France, les activités de publicité de la DGG ciblaient les spécialistes des questions urbaines. À cet effet, les responsables de la Société multiplièrent expositions et conférences auprès de ces experts. Ainsi, dès le début de l’année 1903, peu de temps après la création de la DGG, les responsables de la jeune Société présentèrent le livre de Howard à une assemblée d’architectes réunie dans le bâtiment de la Architektenhause76. La Société tenta également de s’implanter dans le champ en pleine configuration de l’urbanisme, comme en témoigne le compte-rendu de l’assemblée générale de la DGG publié en 1905 dans Städtebau77, revue lancée en 1904 par Camillo Sitte et Theodor Goecke pour offrir une tribune aux spécialistes de la nouvelle discipline.

  • 78 « Gartenstadtmitteilungen », n°1, p. 5, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907 ; ibid., n°2, p. 14; ibid. ; (...)
  • 79 « Gartenstadtmitteilungen », n°2, p. 15, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

21Tandis que la Société s’adressait aux spécialistes ou aux réformateurs issus de tous bords mais directement concernés par les questions urbaines, elle s’ouvrait aussi, à la différence de l’association française, à un public plus large : ainsi, le public des conférences organisées par la DGG se recrutait aussi bien dans le mouvement réformateur – parmi les associations affiliées au mouvement Heimat, les associations de femmes, les regroupements d’hygiénistes –, dans les associations professionnelles – négociants, associations de jardiniers-paysagistes et d’architectes, que parmi les ouvriers et les petits fonctionnaires78. Les responsables de la Société affichaient le parti pris de vulgariser l’idée parmi toutes les couches de la population. D’où le projet d’installer dans « la rue la plus animée de Karlsruhe » des vitrines destinées à exposer les plans et les maquettes de la cité-jardin projetée dans la banlieue de l’agglomération79. La mise en œuvre d’une pédagogie visuelle participait d’une stratégie d’implantation dans la sphère civile conformément au programme réformateur. Par-delà les idéaux réformateurs, la conquête d’un public diversifié devint un enjeu spécifique à la DGG, au moment où elle poursuivit une politique de construction. La réalisation de cités-jardins fut effectivement soutenue dans la plupart des cas par des sociétés coopératives locales qui recrutaient parmi la population intéressée à la construction d’habitations à bon marché, à savoir les couches modestes.

  • 80 Sur l’évolution des adhésions de la DGG : Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstad (...)
  • 81 Sur le Bund deutscher Bodenreformer et le Verein Reichswohnungsgesetz voir : Dorothea Berger-Thimme (...)

22Alors que dans les premières années, les activités de la DGG affichaient un bilan modeste – 200 membres en 1905 –, un tournant s’annonça au cours des années 1906-1907, caractérisé par l’accroissement et la diversification des adhésions. En 1910, la DGG pouvait s’enorgueillir de rassembler plus de 1500 membres80. Certes en comparaison avec une association aussi puissante que le Bund deutscher Bodenreformer, qui remorquait alors le projet de réforme foncière, cette progression reste relative : si le Bund deutscher Bodenreformer comptait lui aussi à ses débuts, en 1898, 199 membres, dès 1902, il rassemblait cependant 1214 adhérents dont le chiffre quadrupla presque en 1910 – 4461 membres. En revanche, le rayonnement de la DGG semble d’une portée plus grande que celui du Verein Reichswohnungsgesetz, rebaptisé Deutscher Verein für Wohnungsreform en 1904 – Association allemande pour la réforme du logement  –, qui regroupait 600 adhérents en 1900 et seulement 800, 10 ans plus tard81. Tout relatif fût-il, l’essor de la DGG intervint brutalement et tient notamment à la percée de la DGG dans le réseau réformateur.

Insertion dans le réseau des institutions de la réforme urbaine

  • 82 In : Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und ästhetische Kultur », tract n°6, op. cit., p. 11.
  • 83 On se reportera notamment à : Hans Kampffmeyer, « Gartenstädte », in : Kunstwart, vol. 17, n °16, 1 (...)
  • 84 On se réfèrerra pour une description précise du Kunstwart et du Dürerbund à l’article suivant : Rüd (...)

23L’implantation de la DGG dans le réseau de la réforme, qui comptait parmi les objectifs inscrits à son programme, était au cœur de ses activités. Ainsi, comme nous l’avons déjà remarqué plus haut, les responsables de la Société se distinguaient par un engagement sans relâche, alignant les conférences dans les Heimatvereine, les ligues féministes, les assemblées de réformateurs fonciers etc. De ce flot de manifestations, certains événements émergent qui ont particulièrement aidé à cimenter la légitimité institutionnelle de la DGG et son intégration dans le milieu réformateur. Il y a d’une part l’adhésion rapide de la Société au Kunstwart et au Dürerbund82 qui se solda par la publication régulière d’articles sur la cité-jardin dans la revue du Kunstwart83. Il s’agissait d’une revue d’art éditée par Ferdinand Avenarius à partir du 5 octobre 1887 et dans le sillage de laquelle s’était développé un vaste mouvement de réformateurs, pour la plupart des intellectuels opposés au régime de Guillaume II et critiques envers le développement du libéralisme économique84. Le Dürerbund, sorte de forum chapeautant depuis 1902 un grand nombre d’associations réformatrices très variées, constituait un rouage essentiel du réseau réformateur qui favorisait notamment les contacts entre des acteurs issus de divers courants et soutenait financièrement la création de sociétés locales.

  • 85 Baptisé par la suite Deutscher Verein für Wohnungsreform – Association allemande pour la réforme du (...)
  • 86 Alfred Abendroth, Die Grossstadt als Städtegründerin, tract n°7, Berlin-Schlachtensee, 1905, p. 4.
  • 87 Voir Bericht über den ersten allgemeinen Deutschen Wohnungskongress in Frankfurt a. M. 16.-19. Okt. (...)
  • 88 Heinrich Bleicher, « Franz Adickes als Kommunalpolitiker », in : Ludwig Landmann/Historische Kommis (...)
  • 89 Dieter Eckhardt, "Soziale Einrichtungen sind Kinder ihrer Zeit ...". Von der Centrale für private F (...)
  • 90 Création mentionnée in : Chalamet, « Les habitations de jeunes travailleurs en Allemagne », in : Mu (...)
  • 91 À ce sujet : Arne Keilmann, « Vom Verrat der eigenen Ideale », in : Tilman Harlander, Wolfram Pyta (...)
  • 92 Sur le Congrès de 1904 : Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., p. 46-50; (...)

24Mais ce fut essentiellement la participation au Congrès national de l’habitation – Allgemeiner Deutscher Wohnungskongress – organisé en octobre 1904 par le Verein Reichs­wohnungs­gesetz85 – Association pour la promotion d’une loi nationale sur le logement – qui consacra la reconnaissance publique de la DGG86. Cette manifestation, inspirée par les discussions échangées lors du Congrès international des habitations à bon marché à Düsseldorf en 190287, fut organisée à Francfort, place forte de la réforme sociale en Allemagne. Cette ville qui servit de terrain d’essai à une politique municipale de remembrement foncier menée sous la tutelle de son maire Franz Adickes88 constituait en effet le point d’ancrage des institutions phare de la réforme sociale : l’Institut pour le bien commun créé en 1896 par l’industriel réformateur Wilhelm Merton89 – Institut für Gemeinwohl – qui fut épaulé en 1901 par une institution d’enseignement et de formation, l’Académie des sciences commerciales et sociales90 – Akademie für Sozial- und Handels­wissenschaften –, mais aussi le Verein Reichs­wohnungs­gesetz créé par l’économiste Karl von Mangoldt91 y étaient établis. Ce premier congrès national réunit toute une palette de professions, des représentants de l’administration, notamment locale, et des pouvoirs publics, ainsi que les associations influentes dans le champ de la réforme de l’habitation92. La diversité des participants, si elle offre un échantillonnage représentatif des principaux acteurs de la réforme du logement, signale aussi la publicité dont ce congrès entourait la DGG.

  • 93 Max Weber, Gesamtschriften, Section I, vol. 5, Tübingen, Mohr, 2000, p. 1017.
  • 94 Voir Clemens Zimmermann, « Wohnen als sozialpolitische Herausforderung. Reformerisches Engagement u (...)

25Les enjeux de ce congrès se mesurent également à la portée que cet événement eut sur l’évolution de la réforme du logement populaire développée depuis les années 1880. Initié par le Verein Reichs­wohnungs­gesetz, association responsable de la propagande pour l’élaboration d’une loi sur le logement à l’échelle du Reich, ce congrès marquait en effet un tournant important en abordant les problèmes de l’habitation dans une perspective politique. Cette orientation s’inscrivait dans l’évolution des débats sur l’habitation populaire amorcée depuis le tournant du siècle. Alors que les arguments de type hygiéniste ne suffisaient plus à expliquer la crise qui affectait le logement, les explications de type économique qui se multiplièrent à partir des années 1890, notamment au sein du Deutscher Verein für öffentliche Gesundheitspflege – Association d’hygiène publique – ou du Verein für Sozialpolitik – Association pour la promotion de la politique sociale – se concentraient sur l’analyse des valeurs foncières. Cette évolution des débats reflétait le poids des spécialistes d’économie politique engagés dans la réforme de l’habitation, à l’instar de Rudolf Eberstadt ou de Carl Johannes Fuchs qui après avoir passé son habilitation dans la discipline Staatswissenschaft et enseigné à l’université de Strasbourg, occupait depuis 1897 une chaire de professeur à l’université de Fribourg/Breisgau93. Aux yeux de ces derniers, la spéculation, en provoquant artificiellement la hausse des valeurs foncières, entraînait le renchérissement des loyers, plus particulièrement des loyers modestes, et la détérioration des conditions de logement. Aussi nécessitait-elle la mise en place d’une véritable politique foncière : l’établissement de règlements d’urbanisme par zones, l’instauration d’un système d’imposition de la propriété foncière, l’introduction de l’Erbbaurecht – droit de superficie héréditaire – devaient contribuer au contrôle des prix du sol. Cette explication légitimait l’intervention des pouvoirs publics, qu’il s’agisse des communes ou des gouvernements. L’analyse du logement et de ses conditions quittait le simple terrain des discussions techniques pour revêtir un tour politique. C’est dans ce cadre que fut créé en 1898 le Verein Reichs­wohnungs­gesetz pour discuter des modalités d’une loi sur le logement à l’échelle du Reich94. L’intervention des pouvoirs publics dans la question du logement et les formes qu’elle devait prendre étaient donc à l’ordre du jour du Congrès de 1904.

  • 95 DGG, Thesen zur Wohnungs- und Ansiedelungsfragen, Berlin-Schlachtensee, Deutsche Gartenstadtgesells (...)

26Les thèses relatives à la construction périphérique95 développées par la DGG dans le cadre du Congrès essaimèrent donc sur un terreau favorable en préconisant, comme solution à la crise du logement, la mise en œuvre d’une démarche planificatrice orientée vers un objectif de décentralisation. La cité-jardin qui proposait un modèle de gouvernement local fondé sur une distribution décentralisée des compétences ne pouvait en outre laisser indifférents les partisans d’une politique de l’habitation initiée par les municipalités et pouvait poser les jalons d’une réflexion sur l’intervention publique organisée à l’échelle municipale.

  • 96 Sur la position de Karl von Mangoldt dans le mouvement de la réforme sociale, voir Karl von Mangold (...)

27La DGG, en soumettant au Congrès des thèses qui, par certains aspects, rejoignaient les préoccupations des responsables du Congrès poursuivait son insertion dans le champ de la réforme. En témoigne le remaniement qui affecta sa composition en 1906. Sur la liste renouvelée des membres de la DGG, on retrouve alors de nombreux participants du congrès de 1904 : les spécialistes d’économie politique Heinrich Albrecht, Rudolf Eberstadt, Carl Johannes Fuchs, Karl von Mangoldt, le théoricien renommé de l’urbanisme allemand Josef Stübben, Heinrich von Wagner maire de la ville d’Ulm. C’étaient les ténors de la réforme du logement que la DGG était parvenue à conquérir. Rudolf Eberstadt avait appliqué ses connaissances d’économie à l’étude de l’aménagement urbain et de la question du logement. L’intervention de ce dernier dans le cadre du séminaire d’urbanisme de la Technische Hochschule de Berlin à partir de 1903 consacrait sa réputation de spécialiste d’urbanisme éprouvée au fil d’une intense activité éditoriale. Le réformateur Heinrich Albrecht, éditeur de la revue spécialisée Zeitschrift für Wohnungswesen, était affilié à la Zentralstelle für Volkswohlfahrt. Il y coudoyait le professeur de Fribourg/Breisgau, Carl Johannes Fuchs, qui, à titre de fondateur du Bund Heimatschutz à Dresde en 1904, orchestrait un mouvement composite organisé à partir du tournant du siècle autour de la « protection de la Heimat », objectif flou qui embrassait aussi bien la préservation des paysages que la célébration des traditions et coutumes locales, qu’il s’agisse de l’architecture ou des costumes traditionnels. Josef Stübben, architecte de formation, avait conquis au fil de ses fonctions à la tête des services de l’extension à Cologne, le statut de spécialiste de l’urbanisme. Cette réputation confortée par une intense production théorique lui valait d’être reconnu sur la scène nationale et européenne. Le maire d’Ulm, Heinrich von Wagner, en instituant une nouvelle législation sur l’expropriation, avait étendu les marges de manœuvre de la municipalité dans la gestion de son territoire. Karl von Mangoldt96 enfin, secrétaire depuis 1895 de l’Institut für Gemeinwohl où il était responsable de la question du logement, et fondateur du Verein Reichs­wohnungs­gesetz apparaissait comme la figure de proue du mouvement réuni au Congrès de 1904. Ces acteurs ne comptaient pas seulement parmi les représentants les plus actifs de la réforme du logement, ils affichaient tous une formation d’économiste ou d’architecte qui leur permettait d’aborder en spécialiste les questions du logement. Ce renouvellement témoignait de la réussite de la DGG à s’insérer dans le réseau de la réforme urbaine en même temps qu’il annonçait un tournant dans sa propagande et dans son organisation.

Le tournant de 1906 : spécialisation de la DGG

  • 97 « Gartenstadtmitteilungen », n°1, p. 4-5, in Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.
  • 98 La liste des membres du comité de direction de la société est imprimée à la fin des tracts publiés (...)
  • 99 Voir Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung. Kulturpolitik und Gesellschaftsreform, op. c (...)

28La reconfiguration institutionnelle de la DGG fut validée par l’assemblée générale du 11 décembre 190697. La décision d’ouvrir l’association à de nouvelles recrues en élargissant son comité directeur entérinait une série de transformations amorcées au cours des années précédentes. Autour de 1904, le départ des membres fondateurs transforma en effet l’équilibre des forces à la tête de la DGG : l’écrivain Heinrich Hart dont le nom ne figurait désormais plus sur les documents officiels de la Société fut remplacé par Bernhard Kampffmeyer et Adolf Otto à la présidence. À la faveur de ce renouvellement, de nouveaux acteurs firent par ailleurs leur apparition au sein de la DGG : notamment Hans Kampffmeyer installé au poste de secrétaire général en 190698. Ce cousin de Bernard Kampffmeyer, l’un des pionniers de la Société, allait rapidement devenir l’une des figures tutélaires de la DGG, voire une référence incontournable dans le milieu urbaniste allemand. Pourtant, avant d’entamer cette ascension professionnelle, sa carrière, pareille à celle de nombreux responsables de la DGG, ressemblait au parcours des dilettantes. Il avait d’abord travaillé en tant que jardinier à Dresde où il avait étudié l’art paysager. Improvisé peintre amateur après avoir fréquenté les milieux de la peinture lors d’un séjour parisien, il s’installa à Karlsruhe pour étudier à l’Académie d’art. Il s’allia alors au mouvement des cités-jardins impliqué dans la mise en œuvre de projets de construction et décida de promouvoir la réalisation d’une cité-jardin à Karlsruhe99. Avec Bernhard Kampffmeyer à la présidence, Hans Kampffmeyer au poste de secrétaire général et Adolf Otto promu à celui de trésorier en 1906, un équilibre s’installait durablement à la tête de la DGG.

  • 100 « Erweiterter Vorstand », in : « Gartenstadtmitteilungen », n°1, p. 4, Hohe Warte, vol. 3, 1906-190 (...)
  • 101 Ces ateliers furent créés en 1898, dans le sillage de l’Exposition Internationale d’art de Dresde d (...)
  • 102 Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 47; Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakiss (...)
  • 103 Lucius Burckhardt (dir.), Der Werkbund in Deutschland, Österreich und der Schweiz. Form ohne Orname (...)
  • 104 Gartenstadt, n°6, juin 1911, p. 65 : l’Assemblée générale eut lieu à Dresde les 10 et 11 juin 1911.

29La décision prise par l’Assemblée générale du 11 décembre 1906, de flanquer ce noyau dur d’un « comité directeur élargi » élu par le comité directeur et habilité à le conseiller100, provoqua le renouvellement des élites de la DGG. En même temps qu’elle s’ouvrait à de nouvelles personnalités, celle-ci se professionnalisait. En effet, ce sont avant tout des architectes et des spécialistes d’un champ en pleine émergence, l’urbanisme, que la DGG rallia à la cause des cités-jardins. Elle recueillit ainsi le soutien des fondateurs de la discipline urbanistique : Theodor Goecke, Joseph Stübben et l’ingénieur Richard Baumeister, professeur de Karlsruhe spécialiste de la question de l’extension urbaine. Parmi les architectes influents de la DGG, on compte Theodor Fischer, représentant de l’École de Stuttgart, Hermann Muthesius qui popularisa en Allemagne l’architecture domestique anglaise, Richard Riemerschmid, mais aussi Paul Schultze-Naumburg, président du Bund Heimatschutz. L’entrée en force de ces architectes dans les rangs de la DGG coïncidait avec la réalisation d’un projet de cité-jardin à Hellerau, dans la périphérie de Dresde. Ces derniers participèrent effectivement tous à cette expérience encouragée par l’entrepreneur Karl Schmidt, directeur des ateliers de Dresde, les Dresdner Werkstätte101. Ce sont eux qui à l’occasion de l’Exposition d’art industriel promue par ce même industriel à Dresde102 lancèrent aussi la création du Werkbund en 1907, association qui rassemblait des artistes, industriels et amateurs d’art animés du même souhait de surmonter le fossé entre création artistique et production industrielle103. Ces connexions multiples entre différents projets réformateurs et les appartenances croisées entre les diverses associations réformatrices, conféraient au milieu réformateur l’image d’un réseau enchevêtré. Elles alimentèrent en outre l’étroite parenté idéologique de la DGG et du Werkbund, scellée par la tenue d’une assemblée conjointe en 1911, à Dresde104. D’autres spécialistes des questions urbaines, figures tutélaires des associations de la réforme créées à la fin du XIXe siècle, firent participer la Société aux débats contemporains sur les questions urbaines et notamment la législation du logement. Les théoriciens, réputés pour leur engagement au nom d’une politique nationale du logement, Heinrich Albrecht, Rudolf Eberstadt, Carl Johannes Fuchs, Karl von Mangoldt côtoyaient les réformateurs impliqués dans les expériences coopératives de construction, le pasteur Bodelschwingh, spécialiste des questions foncières, Andreas Grunenberg, secrétaire général du Rheinischer Verein zur Förderung des Arbeiter­wohnungswesens – Association rhénane pour la promotion de l’habitat ouvrier –, ainsi que des représentants du pouvoir local comme Heinrich von Wagner. Le soutien du professeur d’économie Werner Sombart, par ailleurs à la tête du Verein für Socialpolitik, cautionnait la DGG de la légitimité de l’institution réformatrice. Les nouvelles recrues rejoignaient des membres plus anciens dont Franz Oppenheimer, Ferdinand Avenarius ou Josef August Lux. En réalité la DGG réunissait les principaux acteurs de la réforme urbaine, toutes origines confondues. On y rencontrait donc aussi des entrepreneurs et des industriels concernés par les questions de réforme urbaine – Karl Schmidt des ateliers de Dresde, l’éditeur Eugen Diederichs chez qui la Société publia nombre de ses écrits de propagande, mais aussi des hygiénistes et des techniciens municipaux. Le brassage de personnalités issues de divers horizons réalisait l’ambition affichée au programme de la DGG : la cité-jardin était appelée à devenir le point d’aboutissement de toutes les expériences de la réforme urbaine.

  • 105 Voir « Aufruf zur Gründung einer Gartenstadt bei Berlin », in : « Gartenstadt », n°1, p. 1, Hohe Wa (...)
  • 106 « Aus der Gartenstadtbewegung », in : « Gartenstadt », n°6, p. 44, Hohe Warte, vol. 3, 1908.

30L’ouverture de la DGG à de nouvelles personnalités et surtout sa professionnali­sation consacraient donc la légitimité dont celle-ci avait commencé de s’entourer lors du Congrès de Francfort. Cette professionnali­sation, expression de l’institution­nalisation progressive de la Société, ne pouvait manquer d’avoir des répercussions sur ses activités. Dès 1908, les responsables lancèrent dans des journaux de l’époque un appel à l’action qui annonçait ces changements : « aux actes ! Il nous faut désormais passer du verbe à l’action105 ! ». Les projets concrets de construction soutenus voire instigués par la Société au même moment répondaient à cet appel et son programme, discuté au cours de l’Assemblée générale du 25 septembre 1907106, fut adapté à ces changements : les principes fondateurs de la cité-jardin édictés par Howard furent aménagés aux contraintes de la réalité. Le programme envisageait désormais essentiellement la construction de banlieues-jardins, cités aménagées à la périphérie des villes – Gartenvorstadt – au lieu de cités-jardins, véritables villes autonomes. En outre, l’idéal foncier que la Société avait prôné jusque-là, la propriété collective du sol – Gemeineigentum –, fut allégé au profit de formules juridiques définies pour mettre l’usage du sol à l’abri de la spéculation.

  • 107 Bernhard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », in « Gartenstadt », n°1, p. 2, Hohe Warte, vol. 4 (...)

31À travers ces changements, la DGG poursuivait sa stratégie d’intégration au sein du réseau de la réforme, tout en affirmant sa singularité : elle se démarquait des autres associations qui existaient déjà et dont le champ d’activités recoupait le sien. À propos du contrôle de la spéculation foncière, principe central de la cité-jardin, les auteurs du nouveau programme foncier de la DGG avaient effectivement pris soin de marquer leur distance vis-à-vis d’un mouvement concurrent, le Bund deutscher Bodenreformer. Contrairement à ce dernier qui à la même époque plaidait pour une application radicale de la réforme foncière, c’est-à-dire une réforme législative du droit foncier, les membres de la DGG abordaient les théories foncières sous un angle plus pragmatique107 : destinées à faciliter la mise en œuvre des projets de construction et donc à surmonter les difficultés entraînées par la spéculation foncière, elles appelaient des réajustements et des compromissions au gré des contraintes économiques. Cette apologie du pragmatisme coïncidait avec un infléchissement des activités de propagande, induit par la mise en route des projets de construction.

Politique de construction et implantation de la DGG à l’échelle locale

  • 108 Voir Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 25.
  • 109 Voir Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6.

32Dès 1905, la DGG envisagea la réalisation de cités-jardins. La banlieue-jardin de Karlsruhe, dont l’édification fut décidée en 1905108, constitua le premier projet concret mené sous la tutelle de la DGG. La cité-jardin projetée à Hellerau dès 1906, bien qu’elle n’ait été, contrairement à la banlieue-jardin de Karlsruhe, promue par la DGG, mais par un industriel, s’inscrivait dans le programme du mouvement et, considérée comme la première cité-jardin allemande digne de ce nom, bénéficiait de l’appui de la Société puisque les architectes impliqués dans ce projet étaient également affiliés à la DGG. La mise en œuvre de cette politique de construction gagea de l’essor institutionnel de la jeune société de propagande109. Cet influx de vitalité s’explique par la mobilisation de nouveaux acteurs autour du projet des cités-jardins. Ce sont certes les professionnels de l’architecture et de l’urbanisme dont le concours fut sollicité pour les expériences de construction. Mais c’est surtout l’implantation de la DGG au niveau local qui lui ouvrit l’accès à un nouveau vivier alimenté par les réseaux de la réforme sociale.

  • 110 Gartenstadt, n°1, Janvier 1909, p. 15.
  • 111 Gartenstadt, n°3, Janvier 1909, p. 41.

33Pour mener à bien la politique de construction prodiguée à partir de 1905, la DGG encouragea effectivement la création de groupements locaux – les Ortsgruppe – chargés de la réalisation pratique de cités-jardins. Cette promotion était servie par une intense activité de publicité. Ainsi, à Magdebourg, le 24 septembre 1908, la conférence organisée par Henrich Lotz, architecte très actif au sein de la DGG, provoqua un rassemblement d’où émergea un groupement local – Ortsgruppe – puis une société coopérative à l’origine de la cité-jardin Reform de Magdebourg110. Ces groupements figuraient de véritables relais locaux des activités poursuivies par la DGG. À Magdebourg, la création d’un groupement local enclencha une série de manifestations chapeautées par la DGG : l’exposition sur les cités-jardins inaugurée le 26 décembre 1909 posa le cadre d’une série de conférences organisées par des membres de la DGG le 3 janvier 1909, puis le 23 janvier 1909111. Ce schéma qui se répéta sur un mode similaire dans de nombreuses villes d’Allemagne fut particulièrement opératoire là où la réforme sociale était fermement ancrée. Ainsi, ce sont souvent les scènes de la réforme comme les Gewerbemuseum ou le Goethebund, véritables points nodaux où se croisaient les trajectoires d’un milieu réformateur composite, qui accueillirent les manifestations organisées par la DGG.

  • 112 Nils Aschenbeck, Schnelldampfer, Landhäuser und Kaffee HAG. Der Deutsche Werkbund in Bremen, Delmen (...)
  • 113 « Gesellschaft für soziale Reform », in : Bremer Nachrichten, 7.4.1905.
  • 114 Emil Högg, « Aus den Kindertagen des Vereins für Niedersächsisches Volkstum », in : Niedersächsisch (...)
  • 115 Holger Maraun, Hugo Wagner, p. 38-39.
  • 116 Gartenstadt, n°3, Janvier 1909, p. 42.
  • 117 Sur Lotz: Handelsregister der Stadt Bremen, 4,75/5-vol.11, Fol. 161; Sur Wagner: Nils Aschenbeck, S (...)
  • 118 Le bilan des activités de la DGG présenté dans les numéros de la revue Gartenstadt entre 1909 et 19 (...)
  • 119 Holger Maraun, Hugo Wagner, op. cit., p. 42; Gartenstadt Nürnberg e.G., 100 Jahre Leben in der Gart (...)
  • 120 DGG, Aus englischen Gartenstädten, Berlin, Robert Federn, 1910
  • 121 Niels Aschenbeck, « Heinz Stoffregen. Landhäuser in der Industriestadt », in : Barkenhoff-Stiftung (...)
  • 122 Gartenstadt, n°4, 1910, p. 47.
  • 123 Liste publiée in DGG, Aus englischen Gartenstädten, op. cit., p. 13-16.

34C’est à Brême qu’on observe particulièrement bien comment les ramifications locales du vaste réseau de la réforme ont offert un point d’ancrage à la DGG. La vitalité de l’activité réformatrice s’y manifestait par l’existence de multiples forums réformateurs qui brassaient des acteurs aux appartenances multiples : le Werkbund112 et la Gesellschaft für soziale Reform, association pour la réforme sociale créée en 1901 par von Berlepsch, y avaient installé une antenne régionale113 ; le Verein für niedersächsisches Volkstum114 affichait le profil d’un Heimatverein en charge de promouvoir l’identité régionale sous tous ses aspects : protection du paysage, célébration de l’architecture et des traditions locales etc. Elle accueillait un public varié d’artisans, d’industriels, d’artistes et d’architectes, représentants de l’élite locale, et cette diversité reflétait la polarité de ses activités. Le secrétaire général de la DGG, Hans Kampffmeyer trouva donc un point de chute idéal dans ce milieu réformateur enchevêtré. En 1908, le Verein für niedersächsischesVolkstum l’invita dans le cadre d’une manifestation organisée par la Gesellschaft für soziale Reform115. En janvier 1909, Hans Kampffmeyer intervint à nouveau à deux reprises sur l’invitation conjointe des deux organisations dans l’enceinte du Gewerbemuseum, il organisa une exposition et participa à la visite de la cité ouvrière réalisée à Einswerden par une agence d’architecture locale, Hugo Wagner, Lotz &Schacht116. Même si ces activités de publicité ne déclenchèrent pas l’émergence d’un groupement local, ces différents forums constituaient un véritable vivier où la DGG puisa de nouvelles recrues. En tête de file figurent justement le négociant Heinrich Lotz et l’architecte Hugo Wagner, associés à la tête de l’agence d’architecture Hugo Wagner, Lotz &Schacht. Si les informations biographiques sur Heinrich Lotz sont rares et inexistantes dans le cas de Gustav Schacht, on connaît mieux le parcours d’Hugo Wagner, architecte brêmois par ailleurs affilié au Werkbund et au Verein für niedersächsisches Volkstum et très bien intégré au sein de la société locale, notamment auprès du patriciat industriel de Brême117. Lotz et Wagner se lancèrent à corps perdu dans les activités de la DGG, multipliant les activités éditoriales et les conférences aux quatre coins de l’Allemagne118, participant à des projets de construction119 : Hugo Wagner fut enjoint de présenter des plans de maison pour la cité d’Hellerau, Heinrich Lotz fut impliqué dans la construction de la cité-jardin de Nuremberg, il réalisa une cité-jardin à Hanovre et son expertise technique fut sollicitée à Magdebourg. Outre ces deux compagnons fidèles, la DGG trouva d’importants soutiens dans le milieu réformateur brêmois : elle recruta parmi les architectes locaux Heinrich Vogeler qui illustra un de ses ouvrages120 et Heinz Stoffregen qui projeta de réaliser une cité-jardin à Brême en 1908121. L’entreprise de Linoleum de Delmershorst dont le directeur Gustav Gericke siégeait à la présidence du Werkbund comptait parmi ses mécènes122. La liste des participants au voyage en Angleterre organisé par la DGG à l’été 1909 est un bon sismographe de la poussée de la DGG sur la scène brêmoise123. Outre les incontournables piliers du mouvement, Heinrich Lotz et Hugo Wagner, on y retrouve des architectes influents du Werkbund, comme Heinrich Vogeler, mais aussi des architectes de l’administration municipale, à l’instar d’Hans Strobel, employé dans les services d’extension de la ville de Brême.

L’essor des activités de propagande de la DGG

  • 124 « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, Vol. 3, 1906-1907, p. 105.
  • 125 Voir Gartenstadt, 3e année, n°4, mai 1909, p. 53.
  • 126 Gartenstadt, 3e année, n°7, novembre 1909, p. 102.

35Les activités d’édition de la DGG suivirent à partir de 1906 un rythme plus soutenu, alors que les projets de construction se multipliaient. La réalisation par un architecte du Werkbund, Peter Behrens, d’un signet qui devint l’effigie de la Société est le signe manifeste de ce nouveau rayonnement. Le renouvellement des membres de la DGG en 1906, son institution­nalisation progressive, les premiers projets de construction contribuèrent à la diversification de ses activités théoriques et partant à l’intensification de sa propagande. Il n’est pas étonnant que le tournant de 1906 coïncide avec l’édition régulière d’un supplément consacré au mouvement des cités-jardins allemand dans la revue de Joseph Lux, Hohe Warte124. La parution à partir de 1908 de Gartenstadt, une revue exclusivement réservée à l’expérience des cités-jardins en Allemagne et à l’étranger confirma cette popularité encore timide. Cette revue constitue un bon observatoire de la vitalité de la DGG. Ainsi, l’augmentation de tirage mentionnée en 1909125 reflète les succès enregistrés par la Société au cours de cette période et l’intensité de sa politique de construction. En marge des activités éditoriales liées aux publications de presse ou à la publication d’ouvrage, la DGG étend les activités de sa propre maison d’édition en 1909126, confirmant ainsi le dynamisme en germe.

Ill. 3 - Peter Behrens, signet de la DGG

Ill. 3 - Peter Behrens, signet de la DGG
  • 127 Un « service des voyages » dirigé par Adolf Otto était consacré à l’organisation. Voir Gartenstadt (...)
  • 128 Barkenhoff Stiftung Worpswede (dir.), „In erster linie Hausbau...“, op. cit., p. 18.
  • 129 Cette Commission était chargée de « germaniser » la région en assurant son peuplement par des colon (...)
  • 130 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Aus englischen Gartenstädten, op. cit, p. 13-16.

36Mais la vitalité de ses activités se manifesta surtout à travers l’organisation d’excursions127 dans les cités-jardins anglaises d’abord, puis dans les cités-jardins construites en Allemagne. Les voyages en Angleterre, proposés annuellement à partir de l’été 1909, jouirent d’une grande popularité, surtout parmi les architectes. L’architecte Heinrich Vogeler, par exemple, s’affilia à la DGG rien que pour avoir l’occasion de visiter les cités anglaises128. Ces visites, qui attiraient de nombreux professionnels de l’architecture, jouèrent un rôle déterminant dans la transmission des nouveaux principes qui guidaient alors l’aménagement urbain. Georg Metzendorf, qui réalisa pour l’entreprise Krupp la cité Margarethenhöhe, Paul Fischer, l’architecte du gouvernement qui siégeait au sein de la Ansiedlungs­kommission de Posen129 – Commission de « colonisation » –, ou Paul Wolf figurent sur la liste des participants au même titre que Ludwig Mies van der Rohe, Ludwig Lesser, le premier jardinier-paysagiste « indépendant » engagé dans l’aménagement des jardins de Berlin, et des représentants des services municipaux130. Mais ces équipées collectives attiraient aussi de nombreux membres des professions libérales, médecins, avocats, banquiers, des entrepreneurs, des affiliés de ligues de femmes, des instituteurs et des professeurs en grand nombre. Les métiers modestes, ouvriers, artisans et employés, les principaux intéressés à la construction de cités-jardins ne firent néanmoins pas partie du voyage.

37Ces expéditions qui résultaient de l’essor du projet des cités-jardins en Allemagne s’inscrivaient dans la continuité des voyages d’agrément qui se banalisèrent parmi les couches bourgeoises dans les dernières décennies du XIXe siècle, ainsi que des excursions organisées par les associations de protection de la nature en fin de semaine pour les ouvriers et les employés. En somme, ces équipées collectives s’alignaient sur la mode du tourisme qui se développa à la suite de l’essor des transports et de la naissance des loisirs. La publicité que la DGG faisait autour de ces « voyages d’études » – Soziale Studienreise –, vantait les qualités de l’expérience vécue sur le terrain, du caractère « vivant » de ces explorations qui étaient comparées à des études ethnographiques :

  • 131 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 12.

Si les individus peuvent être introduits au cœur même de la réalité, il est naturellement préférable qu’ils puissent également ressentir la pulsation chaude de cette nouvelle vie plus fraîche, qu’ils ne voient pas seulement de belles maisons, des rues, des villes, mais ce qui est à l’intérieur, ce pour quoi nous construisons en définitive : des hommes, sains, forts et heureux131.

38À travers ces voyages, la DGG poursuivait des objectifs similaires à ceux que remplissaient les expositions de représentations graphiques et photographiques : une appréhension immédiate et spontanée de l’espace de la cité-jardin sous la forme de la perception visuelle ou de l’expérience vécue. Ces enquêtes sur le terrain induisaient en outre une nouvelle dimension : tout comme les excursions organisées en fin de semaine dans la nature ou d’autres manifestations touristiques, elles suscitaient des expériences inédites, la découverte de nouveaux modes de vie – la participation « à la pulsation chaude de cette nouvelle vie ».

  • 132 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, Leipzig 1913, p. 48.
  • 133 Ce fut le cas lors de l’exposition universelle de 1867.

39Ce plaidoyer pour la transmission vivante de nouveaux modes de vie et d’expériences étrangères inspira vraisemblablement aussi les projets d’exposition de cités-jardins. Ainsi, on décida, à l’occasion de l’Exposition internationale de la construction – Internationale Baufachausstellung – qui devait se tenir à Leipzig en 1913, d’édifier la cité-jardin de Marienbrunn, objet d’exposition destiné à accueillir des habitants une fois la manifestation achevée132. Déjà, lors d’expositions précédentes133, on avait, en guise de modèles d’architecture sociale, édifié de véritables maisons. Dans le cas de Leipzig, on poussa l’expérience plus loin : ce ne sont pas seulement des bâtiments, objets singuliers, que l’on exhiba, mais à travers la cité, l’espace en lui-même. Tout comme cela avait déjà été le cas dans la cité de Letchworth en 1903, une fois l’exposition achevée, la cité de Marienbrunn accueillit des habitants.

Conclusion du premier chapitre

40Les activités soutenues par la DGG accusent le profil singulier de l’organisation allemande, notamment en comparaison avec l’association française. Certainement, le brassage des compétences, la définition d’un programme précis, la construction rapide de cités-jardins, l’implantation au niveau local ont favorisé l’essor du mouvement allemand alors qu’en France la diffusion de l’idée de cités-jardins a pâti, au moins dans les années précédant la Première Guerre mondiale, de l’organisation fragile de l’association qui lui était consacrée. Tributaire des revers de fortune de son secrétaire général, seul pilier du mouvement, l’association française ne disposait ni des moyens financiers ni de la structure requise pour une diffusion plus large de l’idée. Du fait de ces décalages, le projet des cités-jardins a suivi des parcours divergents dans les deux pays. Georges Benoît-Lévy n’a pas réussi à se départir de son statut d’« amateur » : ce généraliste de la réforme sociale a échoué à cibler son engagement réformateur pour baliser un nouveau domaine de savoirs et de compétences autour du projet des cités-jardins. La DGG au contraire est parvenue à opérer cette conversion : modelée selon les principes classiques de l’action réformatrice, elle s’est peu à peu transformée en forum d’experts. Ce processus de spécialisation est l’un des traits qui dénote la capacité de la DGG à s’imposer dans le champ réformateur. En s’ouvrant aux spécialistes de l’architecture et de l’urbanisme, la DGG a privilégié la réalisation concrète de projets d’architecture et a ouvert ainsi de nouveaux champs d’intervention aux spécialistes qui gravitaient dans son sillage. L’association française qui ne parvint à s’assurer ni le soutien durable des spécialistes de la réforme urbaine ni celui des professionnels de la construction ne mena à bien aucune réalisation concrète. L’édification des premières cités-jardins qui se réclamaient des théories de Howard fut amorcée en France aux lendemains de la Première Guerre, en dépit des débats autour de la cité-jardin qui se multiplièrent après 1907. Conséquence de ce « retard », l’espace, au centre des débats français sur la cité-jardin dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, fut un objet peu représenté, alors qu’en Allemagne les développements théoriques sur la cité-jardin s’appuyaient sur un matériel iconographique très fourni.

41Les chapitres suivants se devront d’approfondir l’explication de ces contrastes dans l’organisation des activités liées au projet des cités-jardins : répondent-ils à la conception singulière que chacune des associations jumelles avait de son rôle respectif ou renvoient-ils plus généralement aux enjeux décalés de l’activité réformatrice dans des régimes politiques éloignés ? Afin d’éprouver cette hypothèse, le prochain chapitre s’intéressera à la manière dont le projet des cités-jardins s’est articulé aux activités de la scène réformatrice. Dans cette perspective, il analysera l’intégration de la cité-jardin aux débats publics qui constituèrent les moments forts de l’action réformatrice dans les deux pays.

Notes

1 Susanna Magri, « Le Musée social, Georges Benoit-Lévy et les cités-jardins 1900-1909 », in : Ginette Bati-Tornikian (dir.), Cités-jardins, Genèse et actualité d’une utopie, Paris, Éditions Recherches/ Ipraus, 2001, p. 84-85.

2 SFHBM, Bulletin, n°1, 1904, Annexe, p. 6 : « Les cités-jardins de France. Communication faite au nom de l’Association des cités-jardins de France par M. Georges Benoit-Lévy. »

3 Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. I « Garden-City », Paris, Édition des Cités-Jardins de France, 1911, p. 32 et Susanna Magri, « Le Musée social, Georges Benoit-Lévy et les cités-jardins 1900-1909 », in : Ginette Bati-Tornikian (dir.), Cités-jardins, Genèse et actualité d’une utopie, op. cit., p. 85.

4 Sur le rôle de Charles Gide dans le mouvement coopératif français, voir les travaux mentionnés par Susanna Magri : André Gueslin, L’invention de l’économie sociale. Le XIXe siècle français, Paris, Economica, 1987, p. 152-160 et 237-240, ainsi que sur son rôle dans le mouvement réformateur : Janet Horne, Republican social reform in France : the case of the Musée social, 1894-1914, Ph. D., New York University 1992, p. 44-55 et 153-158. Sur l’analyse des cités-jardins par Charles Gide : « Le logement. Les Sociétés de construction », in : Charles Gide, Cours d’Economie Politique, Paris, Société du recueil Sirey, 1913, p. 843.

5 Les références relatives au parcours de Georges Benoit-Lévy sont tirées de : Susanna Magri, « Le Musée social, Georges Benoit-Lévy et les cités-jardins 1900-1909 », in : Ginette Bati-Tornikian (dir.), Cités-jardins, Genèse et actualité d’une utopie, op. cit., p. 87 et suivantes.

6 Le terme tel que nous l’employons ici fait référence à une acception commune à l’époque. Il désigne en effet des acteurs que Christian Topalov a décrits comme des « hommes aux inclinations politiques différentes et souvent opposées », issus de « milieux et domaines d’action très divers » qui « travaillent à “réformer” la société et se décrivent volontiers comme “réformateurs” ». (In : Christian Topalov, « Les “réformateurs” et leurs réseaux : enjeux d’un objet de recherche », Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 12.) Employé dans ce sens large, le terme offre l’avantage d’englober aussi les acteurs allemands qui à la même époque constituèrent un mouvement des cités-jardins en Allemagne.

7 Christian Topalov, « Le champ réformateur, 1880-1914 : un modèle », in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 461-474.

8 Janet Horne, « L’antichambre de la Chambre : Le Musée Social et ses réseaux réformateurs, 1894-1914 », in Christian Topalov (dir.), ibid., p. 121-140. Citation, p. 121.

9 Susanna Magri, « La réforme du logement populaire : la Société française des habitations à bon marché, 1889-1914 », in : Christian Topalov (dir.), ibid., p. 239-268.

10 La dénomination est empruntée à Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 420-422.

11 Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. I « Garden-City », op. cit., p. 13 et Association des Cités-Jardins de France, La Cité-jardin, n°1, mai 1912, Paris, 1912, p. 16.

12 Voir notamment SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1907, p. 394. Voir Georges Benoit-Lévy, « Les cités-jardins de France. Communication faite au nom de l’Association des cités-jardins de France », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°1, 1904, p. 6 ; Musée Social, Annales, « Section des Missions », n°2, février 1904, p. 67 ; « Quelques repères pour mieux connaître le Musée social : liste des missions », in : Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps, Paris, Presses de l’École Normale Supérieure, 1998, p. 375.

13 Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 378-380.

14 Voir SFHBM, Bulletin trimestriel, n°1, 1904, p. 6 ; Georges Benoit-Lévy, La cité-Jardin, volume I « Garden-City », op. cit., note 1, p. 33 ; Musée social, Annales, n°10, octobre 1904, p. 465 ; Association des cités-jardins de France, La Cité-jardin, n°2, mai 1913, p. 52 ; « Chronique étrangère », SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, Année 1910, p. 408.

15 Participation au premier Congrès international des cités-jardins de Londres en juillet 1904 ; Intervention au cours du Congrès international des habitations à bon marché de Liège en août 1905 dans la section consacrée aux cités-jardins ; Participation au Congrès international des habitations à bon marché à Vienne en 1910 ; Participation à l’Exposition sur la cité moderne organisée par l’American City : Association des cités-Jardins de France, La Cité-jardin, juin 1914, n°3, p. 70.

16 Christian Topalov, « Le champ réformateur 1880-1914 : un modèle », in : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 461-474. Citation : p. 461.

17 Voir Georges Benoit-Lévy, « Le village-jardins des Mines de Dourges », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1909, p. 442 

18 Voir Georges Benoit-Lévy, « Rapport présenté au nom de l’Association des Cités-Jardins », in : Actes du VII. Congrès international des habitations à bon marché, Liège 7-10 août 1905. Publiés par le bureau du Congrès, Liège, Thone, 1906, « Quatrième question », p. 3.

19 Sur le profil de l’Association et ses activités : Georges Benoit-Lévy, « Statuts de l’Association des cités-jardins de France », in : Georges Benoit-Lévy, La cité-Jardin, vol. III « Art et coopération dans les Cités-jardins », op. cit., p. 165-168.

20 Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 419.

21 « Note de l’éditeur », in : Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, volume I « Garden-City », op. cit., p. 12.

22 Georges Benoit-Lévy, « La première cité-jardin de France. Le village jardin des Mines de Dourges », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1909, p. 439 ; Association des Cités-Jardins de France, La Cité-jardin, n°1, mai 1912, p. 25.

23 Henry Carnoy, Dictionnaire biographique international des écrivains, vol. 1-4, réédition, Hildesheim, Olms 1987, p. 152.

24 Sur le public visé par les activités de l’Association : Georges Benoit-Lévy, « Rapport sur les cités-jardins de France », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1906, p. 458-460

25 « Note de l’éditeur », in : Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, op. cit., p. 12.

26 Ibid., p. 48 et Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. III « Art et coopération dans les cités-jardins », op. cit., p. 165 et Benoit-Lévy, « Rapport sur les cités-jardins de France », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1906, p. 449.

27 Georges Benoit-Lévy, « Rapport sur les cités-jardins de France », in : SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, Année 1906, p. 458.

28 Plan d’aménagement : Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. III « Art et coopération dans les cités-jardins », op. cit., p. 172 ; Education physique : Georges Benoit-Lévy, La Formation de la race, Paris, Éditions des Cités-Jardins de France. Il participe au Premier Congrès International pour la Protection des Paysages qui se tient au Musée social entre le 17 et le 20 octobre 1909.

29 Musée social, Annales, n°8, août 1911, « Travaux des sections : discussion du rapport de M. Georges Benoit-Lévy sur les cours et courettes », p. 307 ; Voir Musée social, Annales, n°12, décembre 1910, « Travaux des sections », p. 406 ; Musée social, Annales, n°11, novembre 1908, « Section d’hygiène urbaine et rurale », p. 330-331 ; Voir Musée social, Annales, n°5, mai 1910, « variétés », p. 166.

30 Marie Charvet, « la question des fortifications de Paris dans les années 1900. Esthètes, sportifs, réformateurs sociaux, élus locaus », in Genèses, 16 juin 1994, p. 23-44 ; Janet Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État providence, Paris, Belin, 2004, p. 286-288.

31 Musée social, Annales, n°12, décembre 1910, p. 418.

32 Georges Benoit-Lévy, La cité-jardin, vol. III « Art et coopération dans les Cités-jardins », op. cit., p. 164.

33 Robert de Souza, Nice, capitale d’hiver : Regards sur l’urbanisme niçois – 1860-1914, Nice, Serre Ed., 2001 (réédition de l’ouvrage paru en 1913 à Nancy chez Berger-Levrault), Chapitre VII, p. 201.

34 Voir SFHBM, Bulletin trimestriel, n°4, 1910, « Compte-rendu des séances », p. 344 ; SFHBM, Bulletin trimestriel, n°2, 1911, « Procès-Verbal de la séance du 13 juin 1911 », p. 141.

35 Christian Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 255-256.

36 Sur le cercle de Friedrichshagen voir Julius Hart, « Friedrichshagen. Aus meinen Lebenserinnerungen », in : Velhagen § Klasings Monatsheften, 1919, p. 652-656. Ainsi que : Gertrud Cepl-Kaufmann, Rolf Kauffeldt, « Friedrichshagener Dichterkreis », in : Wulf Wülfing (dir.), Handbuch literarisch-kultureller Vereine, Gruppen und Bünde 1825-1933, Stuttgart, Metzler, 1998, p. 112-126.

37 Maximilian Harden fonda en 1892 la revue berlinoise Die Zukunft qui servit de caisse de résonance aux débats des écrivains naturalistes.

38 Sur la biographie de Franz Oppenheimer (1864-1943), voir notamment : Franz Oppenheimer, Erlebtes, Erstrebtes, Erreichtes, Lebenserinnerungen, Düsseldorf, Joseph Melzer Verlag, 1964.

39 Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung. Kulturpolitik und Gesellschaftsreform, München, Moos, 1976, p. 31.

40 Voir Paul Kampffmeyer, Blutverwandte deutsche Familien im Wandel der Jahrhunderte. Vom sechszehnten in das zwanzigste Jahrhundert, Greifenwald, Dallmeyer, 1939, p. 147.

41 Voir Herbert Scherer, Bürgerlich-oppositionelle Literaten und sozialdemokratische Arbeiterbewegung nach 1890. Die « Friedrichshagener » und ihr Einfluß auf die sozialdemokratische Kulturpolitik, Stuttgart, Metzler, 1974.

42 Franz Oppenheimer, Erlebtes, Erstrebtes, Erreichtes, Lebenserinnerungen, op. cit., 1964, p. 136.

43 Voir notamment Heinrich Hart, Literarische Erinnerungen. Aus den Jahren 1880-1905, Berlin, Fleischel, 1907, p. 66.

44 Franz Oppenheimer, Erlebtes, Erstrebtes, Erreichtes, Lebenserinnerungen, op. cit., p. 129.

45 Heinrich Hart, Julius Hart, Gustav Landauer, Felix Holländer, Die neue Gemeinschaft. Das Reich der Erfüllung, Brochure n°2, Leipzig, 1901, p. 10.

46 Cette expression empruntée à Christian Topalov caractérise avec justesse la trajectoire d’acteurs à l’instar d’Adolf Otto dont l’engagement réformateur a également marqué le début d’une nouvelle carrière professionnelle. Christian Topalov, La nébuleuse réformatrice, op. cit., p. 397.

47 Sur Adolf Otto, on se reportera à : Renate Amann, Adolf Otto. Wohn- und Sozialreformer. Eine Biografie im Spiegel der Zeit, Berlin, Édition Arkadien, 2001.

48 Anna und Gustav Lilienthal, Die Lilienthals, Stuttgart/Berlin, J.G. Cotta’sche Buchhandlung Nachfolger, 1930, p. 65-71.

49 Franz Oppenheimer, Erlebtes, Erstrebtes, Erreichtes, Lebenserinnerungen, op. cit., p. 156-160.

50 Le terme Siedlung déploie un champ sémantique étendu : s’il dédigne concrètement un groupement d’habitations, il évoque aussi l’idée de colonisation d’un territoire.

51 In : Neue Gemeinschaft, 2e année, 1901/1902, H. 1-6/7, section J.

52 Heinrich Hart, Julius Hart, Gustav Landauer, Felix Holländer, Die neue Gemeinschaft. Das Reich der Erfüllung, Brochure n°2, Leipzig 1901, p. 78.

53 Eduard Bernstein, « Neue Vorschläge zur Reform der Volkswohnungen in England », in : Die neue Zeit, 18e année, n°2, 1900, p. 522-530.

54 Voir la réédition de l’ouvrage d’Auguste Bebel : Auguste Bebel, Die Frau und der Sozialismus, Stuttgart, Dietz, 1910, ainsi que l’allocution de Karl Liebknecht devant le Reichstag en 1912 : Karl Liebknecht, « Die Natur schützen und dem Volk näherbringen », Gesammelte Reden und Schriften, 5e volume : février-décembre 1912, Berlin, Dietz, 1963, p. 482.

55 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, Berlin, 1911, p. 5.

56 Voir Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Vermählung von Stadt und land. Ein soziales Experiment, tract n°1, Schlachtensee, Verlag der Gartenstadt-Gesellschaft, 1903.

57 Sur Damaschke et son rôle au sein du mouvement de la réforme foncière, voir : Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, Bern, Lang, 1976, p. 83-91, ainsi que les deux volumes autobiographiques publiés par l’auteur : Adolf Damaschke, Aus meinem Leben, Leipzig, Zürich, Grethlein, 1924 et Zeitenwende, Leipzig, Zürich, Grethlein, 1925.

58 L’imprimeur Robert Tautz (1871-1936) avait participé au cercle de Friedrichshagen ainsi qu’à l’expérience de Die Neue Gemeinschaft. Fidèle épigone du mouvement des cités-jardins, il fut jusqu’en 1918 l’un des dirigeants de la coopérative de la cité-jardin de Falkenberg à Berlin-Grünau, ainsi que le rédacteur de la revue de la cité, Der Falkenberg. Voir Adolf Otto, Wohn- und Sozialreformer. Eine Biografie im Spiegel der Zeit, Berlin, Édition Arkadien, 2001, p. 31. Der Falkenberg, zwanglose Worte zum Weiterdenken, n°1, 15 décembre 1915, p. 2, n°4, 3 avril 1919, p. 13-15.

59 Composition et organisation de la DGG : Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Vermählung von Stadt und Land. Ein soziales Experiment, tract n°1, op. cit.

60 Voir DGG, Programm der DGG, Schlachtensee, Verlag der Deutschen Gartenstadt-Gesellschaft 1904, Abschnitt b).

61 Voir DGG, Die Abkehr von der Grossstadt! Hinaus auf’s Land! Zur Gartenstadt!, tract n°3, Berlin-Schlachtensse, Verlag der Deutschen Gartenstadt-Gesellschaft, 1904, p. 3.

62 Gartenstadt, n°3, janvier 1909, « Die Leitung unserer Gartenstadtgenossenschaften », p. 39.

63 Jürgen Reulecke, Sozialer Frieden durch soziale Reform. Der Centralverein für das Wohl der arbeitenden Klassen in der Frühindustrialisierung, Wuppertal, Peter Hammer Verlag, 1986, en particulier p. 277.

64 Voir Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Vermählung von Stadt und land. Ein soziales Experiment, tract n°1, op. cit.

65 DGG, « Programm », in : Hans Kampffmeyer, « Die Gartenstadtbewegung », Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, Dritte Folge, Volume 34, 1908, Cahier 5.

66 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, Berlin-Schlachtensee, Verlag der Deutschen Gartenstadt-Gesellschaft, 1911, p. 6-7.

67 Jürgen Reulecke, Sozialer Frieden durch soziale Reform, op. cit., p. 275.

68 Rüdiger vom Bruch, « Bürgerliche Sozialreform im deutschen Kaiserreich », in : Rüdiger vom Bruch, Bürgerlichkeit, Staat und Kultur im Kaiserreich, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2005, p. 166-272. Ici : p. 171-172.

69 Il s’agit de 10 tracts publiés entre 1901 et 1906 par la DGG.

70 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6.

71 Hans Kampffmeyer, « Gartenstädte », in : Kunstwart, vol. 17, n°16, 1904, p.152 et suivantes.

72 Franz Oppenheimer, « Die Gartenstadt », in : Neue Deutsche Rundschau, 1903, p. 897 et suivantes.

73 Theodor Goecke, « Gartenstädte », in : Deutsche Bauzeitung, 20 juin 1903, p. 313.

74 Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 12.

75 Voir Christian Joschke, Les yeux de la nation. Photographie amateur et société dans l’Allemagne de Guillaume II, thèse soutenue le 15 décembre 2005.

76 Voir « Gartenstädte », in : Deutsche Bauzeitung, 20 juin 1903, p. 313.

77 « Die Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft », in : Städtebau, 1905, p. 42.

78 « Gartenstadtmitteilungen », n°1, p. 5, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907 ; ibid., n°2, p. 14; ibid. ; n°3, p. 23; ibid., n°4, p. 30.

79 « Gartenstadtmitteilungen », n°2, p. 15, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

80 Sur l’évolution des adhésions de la DGG : Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6 et p. 9; DGG, Aus englischen Gartenstädten. Beobachtungen und Ergebnisse einer sozialen Studienreise, Berlin-Grunewald, Renaissance-Verlag Robert Federn, 1910, Annexe : « Gartenstadt und Gartenvorstadt », tract de la DGG.

81 Sur le Bund deutscher Bodenreformer et le Verein Reichswohnungsgesetz voir : Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., note 71, p. 315, resp. p. 41.

82 In : Hans Kampffmeyer, « Gartenstadt und ästhetische Kultur », tract n°6, op. cit., p. 11.

83 On se reportera notamment à : Hans Kampffmeyer, « Gartenstädte », in : Kunstwart, vol. 17, n °16, 1904, p. 152 et suiv. et : « Aus der Gartenstadtbewegung », in : Kunstwart, vol. 21, n°7, 1908, p. 58 et suiv. ainsi qu’à Hans Kampffmeyer, « Die Gartenstadt Hellerau », in : Kunstwart, vol. 21, n°20, 1908, p. 103 et suiv.

84 On se réfèrerra pour une description précise du Kunstwart et du Dürerbund à l’article suivant : Rüdiger vom Bruch, « Kunstwart und Dürerbund », in : Diethart Kerbs, Jürgen Reulecke, Handbuch der deutschen Reformbewegungen 1880-1933, Wuppertal, Hammer, 1998, p. 429-438.

85 Baptisé par la suite Deutscher Verein für Wohnungsreform – Association allemande pour la réforme du logement.

86 Alfred Abendroth, Die Grossstadt als Städtegründerin, tract n°7, Berlin-Schlachtensee, 1905, p. 4.

87 Voir Bericht über den ersten allgemeinen Deutschen Wohnungskongress in Frankfurt a. M. 16.-19. Okt. 1904, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht 1905, p. 1.

88 Heinrich Bleicher, « Franz Adickes als Kommunalpolitiker », in : Ludwig Landmann/Historische Kommission der Stadt Frankfurt am Main (dir.): Franz Adickes. Sein Leben und sein Werk, Frankfurt, Englert und Schlosser, 1929.

89 Dieter Eckhardt, "Soziale Einrichtungen sind Kinder ihrer Zeit ...". Von der Centrale für private Fürsorge zum Institut für Sozialarbeit, Frankfurt 1999.

90 Création mentionnée in : Chalamet, « Les habitations de jeunes travailleurs en Allemagne », in : Musée social, Annales, n°9, septembre 1910, p. 280.

91 À ce sujet : Arne Keilmann, « Vom Verrat der eigenen Ideale », in : Tilman Harlander, Wolfram Pyta (dir.), NS-Architektur : Macht und Symbolpolitik, Berlin, LIT Verlag, 2010, p. 135-151. En particulier : p. 136-137.

92 Sur le Congrès de 1904 : Dorothea Berger-Thimme, Wohnungsfrage und Sozialstaat, op. cit., p. 46-50; Bericht über den ersten allgemeinen Deutschen Wohnungskongress in Frankfurt a. M. 16.-19. Okt. 1904, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1905, p. 4 et suivantes.

93 Max Weber, Gesamtschriften, Section I, vol. 5, Tübingen, Mohr, 2000, p. 1017.

94 Voir Clemens Zimmermann, « Wohnen als sozialpolitische Herausforderung. Reformerisches Engagement und öffentliche Aufgaben », in : Geschichte des Wohnens, Vol. 3, « 1800-1918. Das bürgerliche Zeitalter », Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1997, p. 556-557.

95 DGG, Thesen zur Wohnungs- und Ansiedelungsfragen, Berlin-Schlachtensee, Deutsche Gartenstadtgesellschaft, 1904.

96 Sur la position de Karl von Mangoldt dans le mouvement de la réforme sociale, voir Karl von Mangoldt, « Der deutsche Verein für Wohnungsreform 1898-1920 », in : Deutscher Verein für Wohnungsreform, 30 Jahre Wohnungsreform 1898-1928. Denkschrift aus Anlaß des 30-jährigen Bestehens, Berlin, Carl Heymanns Verlag, 1928, p. 7-11. Arne Keilmann, « Vom Verrat der eigenen Ideale », op. cit., p. 136, 137 et 151.

97 « Gartenstadtmitteilungen », n°1, p. 4-5, in Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

98 La liste des membres du comité de direction de la société est imprimée à la fin des tracts publiés par la DGG. Ici : le tract n°7 : Die Gartenstadt in Wort und Bild, Flugschrift VII : Prospekt für Lichtbilder-Vorträge, 1906, op. cit.

99 Voir Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung. Kulturpolitik und Gesellschaftsreform, op. cit., p. 32.

100 « Erweiterter Vorstand », in : « Gartenstadtmitteilungen », n°1, p. 4, Hohe Warte, vol. 3, 1906-1907.

101 Ces ateliers furent créés en 1898, dans le sillage de l’Exposition Internationale d’art de Dresde de 1897. S’inspirant des théories de l’art industriel développées en Angleterre, Schmidt tenta de promouvoir la production de meubles et d’ustensiles d’usage courant qui, tout en affichant des prix abordables, répondraient à des exigences de goût et d’esthétique. À propos des ateliers de Karl Schmidt voir : Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der Gartenstadt Hellerau, Basel, Verlag der Kunst, 1993.

102 Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 47; Klaus-Peter Arnold, Vom Sofakissen zum Städtebau. Die Geschichte der Deutschen Werkstätten und der Gartenstadt Hellerau, op. cit., p. 27-33.

103 Lucius Burckhardt (dir.), Der Werkbund in Deutschland, Österreich und der Schweiz. Form ohne Ornament, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt, 1978. Joan Campbell, Der deutsche Werkbund : 1907-1934, Stuttgart, Klett Cotta, 1981. Frederic J. Schwartz, The Werkbund. Design Theory ans Mass Culture before the First Worl War, New Haven, London, Yale University Press, 1996.

104 Gartenstadt, n°6, juin 1911, p. 65 : l’Assemblée générale eut lieu à Dresde les 10 et 11 juin 1911.

105 Voir « Aufruf zur Gründung einer Gartenstadt bei Berlin », in : « Gartenstadt », n°1, p. 1, Hohe Warte, vol. 4, 1908.

106 « Aus der Gartenstadtbewegung », in : « Gartenstadt », n°6, p. 44, Hohe Warte, vol. 3, 1908.

107 Bernhard Kampffmeyer, « Bodenreform und Praxis », in « Gartenstadt », n°1, p. 2, Hohe Warte, vol. 4, 1907-1908; « Gartenstadt », p. 10, Hohe Warte, vol. 4, 1907-1908.

108 Voir Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Die deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 25.

109 Voir Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 6.

110 Gartenstadt, n°1, Janvier 1909, p. 15.

111 Gartenstadt, n°3, Janvier 1909, p. 41.

112 Nils Aschenbeck, Schnelldampfer, Landhäuser und Kaffee HAG. Der Deutsche Werkbund in Bremen, Delmenhorst und Oldenburg – 1900 bis 1948, Berlin, Werkbundarchiv und DWB Nord, 2004.

113 « Gesellschaft für soziale Reform », in : Bremer Nachrichten, 7.4.1905.

114 Emil Högg, « Aus den Kindertagen des Vereins für Niedersächsisches Volkstum », in : Niedersächsisches Jahrbuch, 1930, Bremen, p. 17 et suivantes.

115 Holger Maraun, Hugo Wagner, p. 38-39.

116 Gartenstadt, n°3, Janvier 1909, p. 42.

117 Sur Lotz: Handelsregister der Stadt Bremen, 4,75/5-vol.11, Fol. 161; Sur Wagner: Nils Aschenbeck, Schnelldampfer, Landhäuser und Kaffee HAG, op. cit. et Holger Maraun, Hugo Wagner, op. cit.

118 Le bilan des activités de la DGG présenté dans les numéros de la revue Gartenstadt entre 1909 et 1910 recense ces différentes activités.

119 Holger Maraun, Hugo Wagner, op. cit., p. 42; Gartenstadt Nürnberg e.G., 100 Jahre Leben in der Gartenstadt, Erlangen, Mayer 2008, p. 32 ; Gartenstadt, n°3, Janvier 1909, p. 41 et Oskar Schöneberg, Chronik der Gartenstadt Reform, op. cit., p. 15.

120 DGG, Aus englischen Gartenstädten, Berlin, Robert Federn, 1910

121 Niels Aschenbeck, « Heinz Stoffregen. Landhäuser in der Industriestadt », in : Barkenhoff-Stiftung Worpswede (dir.), „In erster Linie Hausbau...“ Heinrich Vogeler und die Bremer Reformarchitekten, Oldenburg, Isensee Verlag, 2002, p. 128-132.

122 Gartenstadt, n°4, 1910, p. 47.

123 Liste publiée in DGG, Aus englischen Gartenstädten, op. cit., p. 13-16.

124 « Gartenstadtnummer », in : Hohe Warte, Vol. 3, 1906-1907, p. 105.

125 Voir Gartenstadt, 3e année, n°4, mai 1909, p. 53.

126 Gartenstadt, 3e année, n°7, novembre 1909, p. 102.

127 Un « service des voyages » dirigé par Adolf Otto était consacré à l’organisation. Voir Gartenstadt und Gartenvorstadt, tract publié en annexe de Deutsche Gartenstadt-Gesellschaft, Aus Englischen Gartenstädten, op. cit.

128 Barkenhoff Stiftung Worpswede (dir.), „In erster linie Hausbau...“, op. cit., p. 18.

129 Cette Commission était chargée de « germaniser » la région en assurant son peuplement par des colons « allemands » et de contrer par la même occasion l’exode rural. Les questions de politique foncière étaient donc aussi au centre des débats de cette commission. Voir Wiederaufbau der Provinz Ostpreussen, « Bericht über die vierte Sitzung der Kriegshilfskommission », n°7, 1915, p. 122, ainsi que : Thomas Serrier, Entre Allemagne et Pologne, Nations et identités frontalières, 1848-1914, Paris, Belin, 2002, p. 123-127.

130 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Aus englischen Gartenstädten, op. cit, p. 13-16.

131 Deutsche Gartenstadtgesellschaft, Die Deutsche Gartenstadtbewegung, op. cit., p. 12.

132 Die Gartenvorstadt Leipzig-Marienbrunn, Leipzig 1913, p. 48.

133 Ce fut le cas lors de l’exposition universelle de 1867.

Table des illustrations

Titre Ill. 3 - Peter Behrens, signet de la DGG
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540