Version classiqueVersion mobile

L'artiste pluriel

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Marc Perrenoud
, 
Roberta Shapiro

Préface

Howard S. Becker
Traduction de Marc Perrenoud et Roberta Shapiro

Texte intégral

1La sociologie gagne toujours à interroger les évidences, ou pour reprendre l’expression d’Everett Hughes, à estimer que « les choses auraient toujours pu se passer autrement ». En particulier nous gagnons à questionner les noms et les définitions de ce que nous étudions, et notre compréhension progresse toujours lorsque nous exploitons les données comparatives qui émergent d’un tel questionnement. Il en va ainsi pour les problèmes liés à la définition du travail, à la désignation du métier et de l’activité, et plus encore à la manière d’envisager l’ensemble très hétéroclite de ce que chacun fait au travail.

2En effet, comme Hughes le disait aussi, « tout métier est un faisceau de tâches », ce qui est une autre façon de dire que tout métier relève en partie de la pluriactivité. L’activité professionnelle qu’on exerce sous une désignation unique est constituée en fait de plusieurs tâches spécifiques, parfois nombreuses. Les professeurs d’université enseignent, mais ils font aussi passer des examens et corrigent des copies, se rendent dans des réunions ou des commissions très diverses qui ne concernent souvent en rien l’enseignement, ils font de la recherche et publient leurs résultats, et font bien d’autres choses encore. Un vendeur dans une petite boutique vend des produits, bien sûr, mais il encaisse aussi l’argent, rend la monnaie, emballe les achats, reçoit et range le stock qui arrive, et devra même parfois balayer devant le magasin ou nettoyer à l’intérieur.

3Mais ces différents éléments ne font-ils pas partie du métier ? Ne sont-ils pas simplement constitutifs de ce qu’est l’activité professionnelle ? Non. On sait qu’ailleurs, dans d’autres sociétés ou d’autres temps, les mêmes tâches ont été réparties très différemment, des combinaisons d’activités différentes étaient assignées à des gens dont le métier était nommé différemment.

4La division du travail intéresse les sciences sociales depuis Adam Smith et Émile Durkheim. Nul besoin de penser que des tâches hétérogènes constituent un métier bien défini, sous une seule appellation, simplement parce que ce serait « naturel » ou « logique ». J’ai écrit ailleurs que « faire de la musique » implique au moins deux activités distinctes — la composition et l’interprétation — mais que ces tâches sont réparties différemment selon les espaces musicaux. En musique classique, les deux activités sont en général accomplies par deux catégories différentes, compositeurs et interprètes. En jazz, les compositeurs écrivent des morceaux, mais les musiciens interprètes composent aussi des mélodies très différentes inspirées par l’original. Dans la musique rock, le compositeur et l’interprète ne font qu’un généralement. Aucune de ces divisions du travail musical n’est naturelle, ni ne constitue la seule « bonne » façon de faire.

5Parfois le sens commun associe des activités différentes à un même métier. Ainsi, enseigner et siéger dans des jurys de concours sont deux tâches différentes que le sens commun reconnaît comme faisant normalement partie du métier d’enseignant d’université. Mais parfois, il peut reconnaître ces deux activités comme participant du travail lié à deux métiers différents. Dans ce cas, le sens commun trouvera étonnant qu’une personne fasse les deux à la fois ; en effet « tout le monde sait » qu’un adulte sérieux doit avoir une seule profession, un seul métier, et ne pas se disperser. Dès lors, on peut craindre que le « cumulard » ne soit pas totalement dévoué, ou élude les responsabilités liées à un travail pour se consacrer à l’autre.

6C’est souvent ainsi que pensent les non sociologues, mais accepter cette idée sans critique serait une erreur. Nous ferions mieux d’observer qu’il n’existe pas de manière « naturelle » de distinguer les activités formant les métiers selon la nomenclature en vigueur. Chaque façon de procéder résulte d’une négociation entre les acteurs impliqués dans un secteur professionnel, et chaque typologie des tâches ainsi obtenue requiert le même type d’explication (ceci est une version du principe de symétrie exposé dans Latour 1995, p. 425-460).

7Dans la plupart des sociétés, un principe dominant se dégage pour typifier des faisceaux de tâches. Dans beaucoup de sociétés modernes, les activités multiples se transforment en un travail unique à partir du moment où le revenu du travailleur provient de leur rétribution et qu’elles sont réunies sous une seule appellation. À l’inverse, ce qui rend l’activité « pluri », c’est le fait que son revenu provienne d’au moins deux faisceaux de tâches désignés différemment ; ceux-ci, souvenons-nous, sont constitués arbitrairement et auraient pu, dans d’autres circonstances, ne constituer qu’un seul métier.

8La pluriactivité est donc une construction nominale, un artéfact qui résulte du processus de désignation. Si mon travail, ce pour quoi je suis payé, inclut le fait de peindre des tableaux et, aussi, d’enseigner la peinture, ou bien de jouer du piano en public et, aussi, d’enseigner le piano, alors je ne suis pas pluriactif, je fais simplement mon métier. Mais si mon métier, tel qu’il est défini par ceux qui me payent, consiste uniquement à enseigner, mais que je peins des tableaux et les vends « pendant mon temps libre », cela devient de la pluriactivité ; certains pourraient y trouver à redire et tenter de m’empêcher de le faire. Si je suis engagé pour jouer en concert et enseigner, l’association de ces deux tâches est parfaitement acceptable ; si je suis engagé pour enseigner et que je donne des concerts qui me procurent un revenu « à-côté », cela relève de la pluriactivité et peut mériter une explication.

9Le corniste dans l’orchestre symphonique est payé pour jouer du cor, mais il peut aussi donner des cours particuliers. L’enseignant qui apprend la musique aux élèves peut aussi jouer dans des clubs ou pour des mariages le samedi soir. Dans les deux cas, l’activité « secondaire » n’intéresse pas l’employeur de l’activité « primaire ». La problématique sociologique de la pluriactivité pourrait donc se résumer à cette question : quel faisceau de tâches forme l’ensemble de l’activité professionnelle d’un acteur, et comment ce faisceau est-il fragmenté entre différents employeurs ?

10Les auteurs de cet ouvrage l’ont parfaitement compris : il n’y a pas de distribution a priori logique ou correcte de ces tâches, de ces activités. Il n’y a que des façons acceptables et acceptées de le faire. Le sociologue doit alors se demander : acceptées par qui, et à travers quel processus ?

11Quand on désigne un emploi comme « irrégulier », on accepte implicitement comme « correcte » une manière particulière d’envisager le travail qui se passe d’explication et de justification, et on renvoie toutes les autres manières à une « irrégularité » presque contre-nature qui demande à être expliquée. Une des raisons pour lesquelles les espaces professionnels de l’art semblent toujours « irréguliers » vient du fait que les artistes tirent leur revenu d’activités diverses payées par divers employeurs, au lieu d’une seule et même activité pour de multiples employeurs ou d’activités multiples pour un seul employeur. Pourtant même ce point peut être discuté, dans la mesure où un avocat, par exemple, s’engage dans diverses activités au service de plusieurs personnes. Cependant, il est « son propre patron », il travaille pour lui-même, et pourrait donc être classé comme mono- ou pluriactif en fonction de celui qui établit les classements, et de ses intentions.

12Souvent, et il semble que ce soit largement le cas pour les situations décrites dans les contributions à cet ouvrage, l’État se charge de définir ce qui constitue la répartition correcte des faisceaux de tâches.

13C’est particulièrement vrai dans le domaine de l’aide aux personnes à bas revenus. Si pour des raisons économiques ou pour quelque circonstance indépendante de leur volonté, des travailleurs (des artistes en l’occurrence) ne peuvent trouver le type de travail pour lequel ils sont formés et qu’ils veulent exercer, l’État moderne intervient pour éviter qu’ils aient à endurer des difficultés économiques trop importantes. Et l’État moderne et bureaucratique doit le faire de manière rationnelle, légale, en définissant les conditions d’accès à l’indemnisation, en mettant en place les règles appropriées, et le personnel pour les faire appliquer. Comme nous le savons tous, n’importe quel ensemble de règles génère presque automatiquement des modalités de détournement que leurs créateurs n’auraient jamais imaginées. La discussion sans fin sur la situation des intermittents montre simplement comment toute règle qui tente de rationaliser le traitement de ce « problème » finit par engendrer d’autres problèmes, dans la mesure où les travailleurs concernés découvrent des manières de faire faire aux règles ce qu’elles étaient censées prévenir.

14Toutes ces possibilités permettent des combinaisons innombrables, comme les exemples ci-dessus et les contributions à cet ouvrage le montrent. On retrouve ici une problématique sociologique classique dans laquelle il s’agit de porter au jour les conditions et les circonstances qui affectent la manière dont le travail, les faisceaux de tâches, sont définis. Chaque situation étudiée montre une combinaison différente de ces conditions et de leurs conséquences. Et chaque cas présenté nous donne accès à de nouvelles combinaisons conjoncturelles et permet ainsi d’éclairer le monde du travail artistique.

Bibliographie

Latour Bruno, 1995, La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, Gallimard, collection Folio essais.

Auteur

Marc Perrenoud (Traducteur)

Sociologue et ethnologue, chercheur au LISST-CERS (UMR 5193), Université Toulouse II le Mirail-CNRS. Il est également musicien. Outre un ouvrage sur le métier, Les musicos. Enquête sur des musiciens ordinaires, Paris, La Découverte, 2007, il a dirigé l’ouvrage collectif Terrains de la musique, L’Harmattan, 2006. Marc Perrenoud a également publié de nombreux articles dont : « Passage à l’acte : de la réception active à la pratique musicale chez les jeunes amateurs », in Les arts moyens aujourd’hui, L’Harmattan, 2008 ; « Jouer « le jazz » : où ? comment ? Approche ethnographique et distinction des dispositifs de jeu », Sociologie de l’art, 8 – Les mondes du Jazz aujourd’hui, 2006 ; « Les musicos au miroir des artisans du bâtiment : entre « art » et « métier » », Ethnologie Française, XXXVIII/1 – L’art au travail, 2008. LISST-CERS, Université de Toulouse II le Mirail – EHESS – CNRS.

Roberta Shapiro (Traducteur)

Sociologue, chargée de recherche au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture – Lahic et chercheure associée au Centre d’études de l’emploi – CEE. Elle a animé, avec Marie-Christine Bureau, le séminaire Culture, travail, emploi. Parmi ses publications : « Art et changement social : l’artification », in P. Le Quéau, Vingt ans de sociologie de l’art : bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, 2007 ; « Une seconde chance pour les jeunes ? », in M.-C. Bureau et E. Marchal, Au risque de l’évaluation. Salariés et candidats à l’emploi soumis aux aléas du jugement, Lille, Septentrion, 2005 (avec M.-C. Bureau et P. Nivolle) ; « The Aesthetics of Institutionalization : Breakdancing in France », The Journal of Arts Management, Law and Society, Vol. 33, No 4, 2004. Après des travaux sur les stratégies matrimoniales et les modes de vie, ses recherches actuelles portent sur le changement social et culturel et sur les trajectoires professionnelles des artistes.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search