Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

Introduction

Texte intégral

  • 1 Julien Gracq, La forme d’une ville, Paris, Gallimard, 1995, p. 771.

1Si les formes de la ville sont en proie « au vertige de la métamorphose1 », il n’en va pas de même de certaines représentations accolées à l’urbain qui ont perduré à travers les siècles dans la conscience européenne : en dépit des transformations qui ont affecté son enveloppe matérielle, la ville n’a effectivement cessé de se définir comme berceau de la civilisation. La permanence de cette étiquette tient à ce que, lieu de migration ou centre du négoce, elle fut et demeure un foyer d’échanges. Même si l’essor industriel au XIXe siècle transforma la nature des échanges dont elle constituait le centre et partant remodela son territoire. Rappelons les témoignages des contemporains qui, en décrivant l’extension tentaculaire des agglomérations corrélative au développement des moyens de communication, exprimaient la crainte de voir se dessiner un espace uniforme, nivelant les particularités et les identités locales. L’industrialisation exerçant des effets similaires sur le développement urbain des nations européennes, la ville devint alors elle-même un objet d’échanges : les congrès internationaux qui rassemblaient entre autres les réformateurs d’Allemagne, d’Angleterre et de France se multiplièrent au tournant du XXe siècle, dans le cadre desquels les spécialistes de l’urbain, à défaut de toujours parvenir à s’accorder sur un modèle idéal auquel soumettre le développement urbain, confrontaient leurs expériences. La constitution de ces réseaux, si elle signale une intensification des échanges, abolissait-elle pour autant les particularités ou les barrières nationales ? On s’en doute, cette question ne peut se satisfaire d’une réponse univoque, mais nous invite au contraire à examiner la nature des contacts – imbrication, superposition ou télescopage – entre des aires géographiques d’étendues variables qui furent suscités par la multiplication de ces échanges.

  • 2 Voir Ebenezer Howard, To-morrow : a Peaceful Path to Real Reform, London 1898.
  • 3 Voir le diagramme 1 – Ill. 1 : la ceinture agricole assure la subsistance des habitants de la cité. (...)
  • 4 Le domaine de la cité-jardin couvre 6000 acres, 1000 sont réservés à la partie urbaine, les autres (...)
  • 5 Faute de place, nous ne pouvons évoquer en détail le système coopératif au fondement de la cité-jar (...)
  • 6 Garden City Association est créée en 1899.
  • 7 Il s’agit de la première cité-jardin suscitée par le livre de Howard. La propriété est achetée à 50 (...)

2La circulation de l’idée de cité-jardin à travers le monde dans les premières décennies du XXe siècle donne l’occasion d’éclairer ce jeu multiple d’échelles dans lequel, au tournant du siècle, s’inscrivit le développement urbain sur la scène européenne. Apparu au milieu du XIXe siècle, le terme de cité-jardin – garden city – évoque surtout l’ouvrage écrit par Ebenezer Howard, un sténographe anglais, en 1898, To-morrow, a path to real reform2, alors que les villes anglaises connaissaient une urbanisation massive. Si le projet de Howard éveille le souvenir des colonies de Quaker et de certaines villes qu’il avait eu l’occasion de visiter aux États-Unis, il n’en demeure pas moins une réponse inédite à ce que les contemporains percevaient comme une crise urbaine sans précédent, la croissance anarchique et non maîtrisée des villes. Ce projet s’inscrit en effet à la croisée de deux inspirations : l’une de nature utopique, l’autre visant au pragmatisme. Il s’annonce utopique dans sa volonté de sceller, autour de l’idée de nature, une nouvelle communauté, de susciter une nouvelle culture urbaine. La nature est déterminante dans la cité-jardin, tant par la place qu’elle occupe effectivement – l’espace de la cité parsemé de jardins publics et privés est entouré d’une ceinture agricole3 – que par le réservoir d’analogies qu’elle véhicule : fondement de l’existence, symbole de l’origine, elle permet à l’homme de renouer avec ses racines et distille le sens du beau. Ce plaidoyer pour la nature et ses vertus n’évoque cependant aucune nostalgie pour la vie de village. Il ne s’agit pas de prôner une ruralité mythifiée contre la ville chargée de tous les maux, mais d’améliorer le cadre de vie urbain. C’est à cet endroit qu’intervient le pragmatisme de Howard. Fidèle à cette acception classique de la ville, berceau de la civilisation et de l’urbanité, celui-ci reconnaît en effet un mode de sociabilité propre à la vie urbaine : il repose sur le système de la coopération et le sens de l’esprit public. Si les villes contemporaines ne laissent plus ces qualités se déployer, il suffit d’en bâtir de nouvelles, mieux adaptées aux besoins nés de l’industrialisation. Howard, à partir des conquêtes des pionniers de l’urbanisme, tente de résoudre les problèmes concrets posés par la croissance urbaine. Les villes sont gangrenées par la spéculation foncière sur fond de croissance anarchique, Howard propose alors une véritable réforme foncière : le domaine de la cité-jardin, dont l’extension sera maîtrisée4, demeurera propriété commune5. L’espace de la cité sera organisé d’une manière rationnelle. Sans se perdre en détails sur l’aspect de la cité, il suggère, à l’aide d’un diagramme, une articulation fonctionnelle des divers types d’espaces qui la composent. Guidé par ce même sens pragmatique, Howard ne laissa pas ses idées sommeiller à l’état spéculatif. Après avoir suscité la création d’une Association des cités-jardins6, il s’engagea dans l’édification de Letchworth7, la première cité-jardin destinée à illustrer ses thèses. Howard posait ainsi les jalons d’une réforme de la ville qui embrassait divers aspects. Le réagencement de l’armature urbaine devait favoriser le déploiement d’un type original de culture urbaine et consolider la pyramide sociale sur de nouveaux fondements. En envisageant la participation des habitants aux orientations de la politique urbaine, Howard initiait en outre dans le cadre de ces communes autosuffisantes un type inédit de gestion locale.

Ill. 1 - Ebenezer Howard, schéma d’aménagement de garden city

Ill. 1 - Ebenezer Howard, schéma d’aménagement de garden city

Ill. 2 - Ebenezer Howard, système des cités-jardins

Ill. 2 - Ebenezer Howard, système des cités-jardins
  • 8 Terme emprunté à : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatr (...)
  • 9 Viviane Claude, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Parenthèses, Marseille, 2 (...)

3Cet élan réformateur valut au projet du concepteur anglais un grand retentissement sur la scène européenne et notamment en France et en Allemagne où il suscita d’emblée et presque concomitamment la création de réseaux associatifs. Vouées spécifiquement à la promotion du projet anglais dans leur pays respectif, ces associations s’intégraient également à la « nébuleuse8 » associative qui encadrait alors l’action réformatrice. Si cette action, qui, en France comme en Allemagne, commença de s’organiser, selon des chronologies décalées, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, s’inscrivait dans un horizon commun, « réformer la société », elle répondait néanmoins à des logiques et à des schémas d’organisation spécifiques des deux côtés de la frontière. Ces dissonances rejaillirent sur la réception et la lecture du projet howardien dans les deux pays, d’autant plus fortement que l’expérience des cités-jardins visait non seulement une rénovation sociale mais aussi une refonte de la matière urbaine et que l’évolution des villes des deux côtés de la frontière était gouvernée par une urbanisation décalée dans ces rythmes, un développement des savoirs urbanistiques à contretemps mais aussi des pratiques de gestion urbaine très différentes. En dépit de ces écarts, la cité-jardin servit de trame au projet des villes-satellites qui se propagea des deux côtés du Rhin au sortir de la Première guerre, signalant des parallélismes dans les représentations de l’urbain, mais aussi des coïncidences dans l’évolution des trames urbaines – agencement des périphéries urbaines sur le mode du quartier résidentiel – ou dans la mise en place d’une politique publique du logement. Partant, dans ce fonds commun de représentations, de pratiques de construction et de gestion urbaine, c’est le champ de l’urbanisme conçu comme « le produit conjoint et souvent contradictoire de politiques publiques, de divers savoirs et savoir-faire ou connaissances et d’une série de professions ou plutôt de métiers9 » qui était en gestation.

 

4Cette évolution esquissée à grands traits fait apparaître l’expérience des cités-jardins comme un incroyable vecteur d’échanges. La construction des cités-jardins, en effet, a d’abord impulsé les voyages et les circulations, par-delà les frontières, de réformateurs, parfois même de fonctionnaires de l’administration ou de représentants du pouvoir politique, en quête de nouveaux modèles d’organisation sociale. Le projet des cités-jardins a ensuite inspiré un intense mouvement d’idées entre les réformateurs européens soucieux d’éprouver leur conception du progrès social aux expériences tentées dans les pays voisins. La cité-jardin, enfin, a servi de creuset à de multiples expériences réformatrices, puisant à différentes sources d’inspiration – protection de la nature, développement de la paix sociale ou expérimentation de procédés de construction économique. L’expérience des cités-jardins, en effet, n’a pas seulement servi de caisse de résonance aux modèles de sociabilité imaginés par les réformateurs des deux côtés de la frontière pour rénover l’ordre social. La réalisation concrète des cités-jardins fut très vite abordée comme un moyen d’ordonner les tissus urbains bouleversés par la croissance urbaine, en somme d’aménager la banlieue. L’édification de ces nouveaux ensembles urbains a alors suscité la mise en œuvre de nouveaux savoirs et savoir-faire qui ne renouvelaient pas seulement les pensées de la ville, mais transformaient les pratiques de l’architecture et remettaient en question les modes d’intervention sur le territoire urbain. Ce processus d’innovation, loin d’avoir évolué de façon uniforme, a suivi un cours différent selon les pays, mais aussi à l’intérieur même des frontières nationales, selon les conjonctures et constellations locales, créant par là-même une dynamique d’échanges. La manière dont ces échanges et les formes d’hybridation qui ont constellé l’expérience des cités-jardins ont participé de l’émergence de l’urbanisme comme spécialité et nouvelle pratique professionnelle fonde justement l’interrogation de ce travail.

  • 10 Voir Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung, Kulturpolitik und Gesellschaftsreform, Münch (...)
  • 11 Stephen Ward (dir.), The garden city : past, present and future, London, Spon, 1992.
  • 12 Paulette Girard, Bruno Fayolle Lussac (dir.), Cités, cités-jardins : une histoire européenne. Actes (...)
  • 13 Voir Pierre Weidknet, « ouverture du colloque », in : ibid., p. 14.
  • 14 Voir Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivi (...)
  • 15 Voir Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivi (...)
  • 16 Au sujet des difficultés méthodologiques qui guettent la démarche des transferts, voir notamment Mi (...)

5Le choix de cette problématique nous a placé en porte-à-faux vis-à-vis de la posture adoptée dans de nombreuses études consacrées au transfert du projet howardien sur la scène européenne. Les différentes interprétations de ce projet ont souvent été envisagées par la littérature critique comme autant de variations nationales sur la référence originale. C’est un des partis pris affichés par de nombreux travaux consacrés par la recherche allemande à la réception de la garden city en Allemagne10. Il n’est pas rare que telle étude consacrée à la dimension internationale de l’idée de cité-jardin ait en réalité décliné les différents modèles « nationaux » engendrés par l’idée anglaise11. Même le colloque de 1993 consacré aux cités-jardins12 détrompe les attentes suscitées par le titre prometteur : « Une histoire européenne ». L’ouverture inaugurale du colloque conforte effectivement l’impression éveillée à la lecture du programme : on suit l’évolution d’une « référence première13 », celle de Howard, « la place de cette référence, son rapport avec d’autres influences et avec la nécessaire adaptation aux réalités locales ». Cette approche décalque de manière étonnante les représentations qui, au moment de la diffusion du projet anglais sur la scène européenne, accréditaient l’idée d’une nécessaire « acclimatation » de la garden city aux diverses conditions nationales. Loin de sonder la dimension européenne du projet suscité par Howard, elle revient en réalité à figer l’idée de Howard, abordée comme « référence », dans un contexte, en l’occurrence un contexte national posé comme toile de fond. N’assiste-t-on pas à cet « usage commode et paresseux du contexte14 » incriminé par Michael Werner et Bénédicte Zimmermann lorsqu’ils évoquent le risque inhérent à la démarche comparative de « préfigurer une partie des résultats15 » à travers une grille d’analyse qui cristalliserait des problématiques et des catégories nationales ? Outre que cette approche, en réduisant la circulation de l’idée de cité-jardin au début du XXe siècle à un jeu d’influences et de contextes, dénote le caractère fixiste qu’arborent de nombreuses études du transfert16, elle manque d’interroger la spécificité de ce dernier lorsqu’il a pour objet un projet urbain, c’est-à-dire une forme spatiale : aussi aborde-t-elle le transfert de la cité-jardin, selon un schéma linéaire, comme la translation d’un objet source, l’ouvrage de Howard appréhendé comme référence originale, entre un pays de départ, l’Angleterre, et un pays cible. Même si l’ouvrage de Howard, qui a inspiré un mouvement de propagande à travers le monde entier, constitue le point de départ obligé d’une étude des cités-jardins, il ne peut être considéré comme le seul vecteur de diffusion, sauf à ignorer la spécificité du transfert qui a pour objet l’espace.

6L’idée des cités-jardins déploie effectivement de nombreux aspects : si elle renvoie initialement à l’ouvrage de Howard, elle inspira aussi des réalisations qui différaient en de nombreux points des intentions du concepteur anglais. En outre, même si l’ouvrage de Howard a fait référence, il est moins certain que les épigones du projet aient effectivement pris connaissance de la cité-jardin à travers celui-ci : le texte était en effet encadré de diagrammes qui se sont parfois surimposés à l’écrit, l’ont relayé dans la diffusion de l’idée de Howard et partant, ont aussi déplié des interprétations divergentes de la conception originale. La propagation du projet des cités-jardins ne se résume de surcroît ni à la diffusion d’un ouvrage ni à celle d’une idée originelle. Nous l’avons dit, le projet de Howard a donné lieu à des réalisations architecturales, non seulement en Angleterre mais aussi dans d’autres pays européens, notamment en Allemagne. On sait que ces réalisations ont animé visites et débats dans les rangs des réformateurs et ont ouvert l’idée développée à l’origine par l’auteur anglais à de nouvelles interprétations.

  • 17 Voir Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses rés (...)

7Si l’image du transfert, dès lors qu’elle implique un schéma de translation linéaire entre un pays source et un pays cible, ne rend pas compte de la dynamique qui a impulsé la circulation d’un projet d’aménagement spatial, elle ne caractérise pas non plus avec justesse la complexité des échanges qui se sont noués entre la France et l’Allemagne autour de l’idée de cité-jardin. Les deux États s’intégraient effectivement au tournant du XXe siècle à un réseau plus vaste de pays en voie d’urbanisation qui diffusait, à travers l’organisation de congrès internationaux, de voyages, de rencontres, mais aussi d’échanges plus informels entre les professionnels de l’urbain et de l’architecture, les savoirs sur la ville. L’analyse centrée sur la France et l’Allemagne nous donne l’occasion d’éclairer les dynamiques de ce vaste « champ réformateur » dont Christian Topalov a montré qu’il n’était en rien délimité à l’intérieur des frontières nationales. La notion de réforme et a fortiori de réformateur forgée par cet auteur pour décrire des acteurs qui « entretenaient d’intenses échanges internationaux et mobilisaient dans leurs batailles les images qu’ils construisaient des expériences étrangères17 » sera donc au cœur de cette étude comparative. Les décalages qui apparaissaient, entre les deux nations limitrophes, dans les rythmes d’urbanisation, aussi bien que dans l’évolution des savoirs urbanistiques, les plaçaient néanmoins dans une position asymétrique : les progrès de la science urbaine, autant que la réalisation précoce des cités-jardins sur le sol allemand, fondèrent les spécialistes français de l’urbain à considérer les réalisations du pays voisin comme des modèles. Ce statut de modèle n’était pourtant pas sans revêtir certaines ambiguïtés à une période où la concurrence nationale, qui s’exprimait notamment à travers les questions territoriales, rejaillissait effectivement sur les échanges d’urbanisme. L’organisation de l’espace, on s’en doute, ne se limite pas seulement à un arrangement de formes. Elle est un des foyers privilégiés où cristallisent les représentations. Il suffit pour s’en convaincre de rappeler la définition de la représentation que livre Roger Chartier :

  • 18 Roger Chartier, Au bord de la Falaise. L’histoire entre inquiétudes et certitudes, Paris, Albin Mic (...)

(…) d’un côté, la représentation donne à voir une absence, ce qui suppose une distinction nette entre ce qui représente et ce qui est représenté ; de l’autre, la représentation est l’exhibition d’une présence, la présentation publique d’une chose ou d’une personne18.

8Il convient dans le cadre de notre interrogation sur la cité-jardin comme objet d’échanges de comprendre, d’une part, en quoi la cité-jardin a servi de prisme au regard que les spécialistes français portaient sur l’urbanisme allemand. Mais on ne peut ignorer, d’autre part, les formes plus subtiles et peut-être moins visibles de contact entre les deux pays qui ont pu se constituer autour de la cité-jardin et qui tiennent aux différentes réalités qu’elle met en jeu : des modes matériels de représentations – cartes, dessins, modèles ou descriptions –, les représentations idéologiques inhérentes aux systèmes culturels.

  • 19 Nous nous contentons de mentionner cette expression forgée par Christian Topalov dans son introduct (...)

9À cet effet, l’image du « jeu de miroirs » introduite par Christian Topalov19, nous semble décrire avec plus de pertinence notre démarche qui entend sonder les échanges provoqués par la cité-jardin à l’échelle transnationale entre la France et l’Allemagne et leurs répercussions sur la « trajectoire » de l’objet à l’échelle nationale. À cet endroit, il s’agira d’interroger le sens et la portée politique du projet des cités-jardins dans des régimes très éloignés, notamment avant 1918 : les enjeux différents de l’action réformatrice dans un Régime autoritaire d’une part et dans un système parlementaire de l’autre laissent-ils émerger des spécificités dans l’organisation de ces expériences des deux côtés de la frontière ? Pour rendre compte de la complexité des échanges qui sont intervenus entre la France et l’Allemagne autour de la cité-jardin, nous avons tenté de concilier la démarche des transferts à une perspective comparative. Notre intention n’est pas tant de comparer terme à terme le « transfert » de la cité-jardin qui s’opéra depuis l’Angleterre vers la France et vers l’Allemagne que de suivre les trajectoires du projet développé à l’origine par Howard : il s’agira autant d’examiner comment ce projet est « approprié » par le milieu réformateur dans la République française et dans l’Empire allemand, que de suivre les expériences qu’il suscita à l’échelle locale, tout en faisant apparaître le « jeu de miroirs » que cette expérience diffusa à l’intérieur du réseau réformateur, entre les opérations de construction et entre les pays. Notre enquête prendra en compte l’évolution du projet des cités-jardins en Angleterre autant qu’elle est essentielle pour comprendre sa réception en France et en Allemagne, elle se concentrera néanmoins sur l’impact du projet dans ces deux pays.

  • 20 Voir notamment : Susanna Magri, Christian Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un (...)

10Un dernier argument nous servira à justifier notre dispositif comparatif. Si nous avons jusqu’à présent évoqué les études comparatives consacrées à la cité-jardin pour mieux nous en démarquer, nous n’avons pas mentionné l’appoint apporté par les travaux de Susanna Magri et de Christian Topalov à la question20. Ces travaux, qui ont en France considérablement défriché le champ de recherche consacré à la cité-jardin et ont privilégié la dimension comparative, pourraient décourager quiconque de s’aventurer sur des chemins qui semblent déjà bien balisés. Ils ont néanmoins écarté l’Allemagne de l’enquête comparative et ont privilégié l’étude des cadres de la réforme dans lesquels l’idée de cité-jardin évolua. C’est dans cette optique qu’ils ont abordé les questions de morphologie. Nous avons souhaité accentuer l’analyse des formes spatiales et, partant, prêter une attention renforcée à la question de la représentation qui en découle – qu’il s’agisse des formes visuelles de la représentation spatiale ou des représentations symboliques que les formes véhiculent. En choisissant enfin d’analyser les expériences que le projet des cités-jardins inspira en France et en Allemagne, il nous semblait qu’on pouvait élargir les conclusions développées par Christian Topalov au sujet de la nébuleuse réformatrice française entre 1880 et 1914 et analyser, dans cette perspective, la portée spécifique de l’action réformatrice dans des contextes politiques et sociaux distincts.

  • 21 Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, op. cit.
  • 22 Sur l’« acception relationnelle, interactive et processuelle de l’histoire croisée », voir notammen (...)
  • 23 Notamment les jeux d’échelle, la réflexion sur l’historicité des objets ou sur les régimes d’histor (...)

11Cette introduction ne saurait être complète sans que nous ne précisions l’horizon dans lequel s’inscrit ce travail. Notre questionnement s’ancre en effet moins dans une géographie disciplinaire précise qu’il n’épouse un mouvement de réflexion contemporain. Les travaux qui explorent les pistes de l’histoire croisée21 ont notamment constitué les lignes de force de notre pensée : s’ils sont issus d’horizons disciplinaires très divers, ils ont néanmoins en commun de rompre avec une démarche fixiste pour privilégier une perspective dynamique22. Les réflexions autour de l’histoire croisée, qui essaient d’articuler à la démarche comparative les nouvelles perspectives qui ont remodelé la méthode historique23, nous invitent à sortir de l’ornière d’une étude de transfert qui évaluerait l’évolution de l’idée de cité-jardin en terme d’écart ou de proximité par rapport à une référence originale et nous semblent offrir des pistes intéressantes pour interroger la gestation d’une expérience d’aménagement urbain. L’approche caractérisée sous le terme d’histoire croisée s’avère extrêmement fructueuse lorsque l’analyse s’applique à une réalité spatiale. En incitant à faire varier les échelles d’analyse, une telle approche nous invite à aborder résolument l’expérience des cités-jardins dans un cadre national pour sonder les significations idéologiques qu’a pu cristalliser une expérience d’aménagement territorial à une période de forte concurrence nationale, mais aussi à faire varier la focale pour observer à l’échelle locale, les types d’échange suscités par l’expérience des cités-jardins et les spécificités de sa mise en œuvre.

  • 24 Ainsi, Maurice Dufourmantelle, un des réformateurs français les plus actifs à diffuser les expérien (...)

12C’est cette perspective qui a guidé notre réflexion et scandé les étapes de ce travail qui s’échelonnent entre le seuil du XXe siècle, alors que naît le projet de Howard, et le tournant de 1924, tandis que le modèle de la cité-jardin caractérisé par le bâti pavillonnaire est relayé par les grands ensembles. Ce tournant nous semblait briser le cadre de notre analyse. Étant donnés le flou qui enrobe l’usage de l’étiquette de cité-jardin24 et l’amplitude de son champ d’application, nous avons délibérément choisi de restreindre l’étude aux opérations qui sont issues du projet howardien ou aux conceptions qui s’en réclament. Cette référence présupposait que les objets répondent à un certain nombre de critères : bâti pavillonnaire, caractère social de l’opération qui se manifeste notamment à travers la prohibition de la spéculation et l’intervention des pouvoirs publics. Les grands ensembles, même s’ils apparaissent d’un certain point de vue comme les avatars de la cité-jardin, impliquaient de nouveaux modes de construction, de nouvelles échelles d’intervention, un nouveau rapport à l’environnement, et furent surtout définis à l’intérieur de cadres institutionnels totalement différents de ceux dans lesquels le projet howardien avait été accueilli. Or, notre réflexion s’appuie justement sur la manière dont l’expérience des cités-jardins se développa à l’intérieur de la réforme sociale, en France et en Allemagne, mais aussi à l’échelle transnationale. C’était à nos yeux une raison déterminante pour ne pas intégrer ce nouveau type architectural à une étude qui nous conduira dans un premier temps à suivre la trajectoire du projet inspiré par Howard en France et en Allemagne dans une perspective comparative, depuis la constitution d’associations vouées à la propagande de l’idée « anglaise » jusqu’à sa participation aux débats publics sur la scène de la réforme urbaine (Partie I). Nous attacherons une attention particulière à la façon dont le projet fut véhiculé, aux vecteurs de sa diffusion, aux acteurs qu’il toucha et surtout aux étapes qui ont marqué une diffusion de plus en plus étendue. C’est la manière dont un projet à teneur utopique servit à développer un savoir expert, prélude à l’émergence de l’urbanisme comme champ de pratiques professionnelles, qui constituera le noyau de cette analyse.

13Les étapes qui jalonnèrent cette spécialisation nous aideront alors à comprendre comment la cité-jardin devint un instrument dans la gestation des politiques publiques (Partie II). Nous essaierons surtout d’éclairer, à travers la manière dont la cité-jardin participa aux pensées de la ville en France et en Allemagne, les décalages qui se manifestent dans le développement de l’interventionnisme dans les deux pays sans les renvoyer aux oppositions idéologiques que les contemporains cristallisèrent sur les différents modes d’intervention publique. À travers l’expérience des cités-jardins, l’analyse comparative s’attachera notamment à décrypter de quelles manières les différents niveaux de l’intervention publique – central/local – furent sollicités dans l’élaboration de nouvelles politiques urbaines.

14Nous axerons enfin le dernier temps de cette analyse sur la guerre et son impact sur la trajectoire observée (Partie III). En plaçant l’événement au cœur de l’analyse, nous tenterons de sonder les effets d’une expérience commune sur les diverses trajectoires d’un projet d’aménagement urbain.

  • 25 Voir notamment Susanna Magri, « Du logement monofamilial à la cité-jardin. Les agents de la transfo (...)

15Avant de pénétrer le vif du sujet, il nous faut encore apporter quelques précisions sur les sources qui étayent la recherche. Les archives qui concernent le mouvement des cités-jardins en France et en Allemagne sont en partie lacunaires. Les fonds d’archives des associations qui furent créées au tournant du XXe siècle dans les deux pays pour assurer la propagande autour du projet anglais n’ont pas été centralisés, les archives sont éparpillées, quand ce n’est disparues. Si les travaux de Susanna Magri25 ont largement contribué à étendre la connaissance des réseaux structurés autour de la promotion de l’idée des cités-jardins en France, la dissémination et la disparition de certaines archives rend l’archéologie précise du mouvement des cités-jardins en Allemagne plus périlleuse. Nous avons tenté de contourner l’obstacle en nous appuyant sur les archives très riches des Sociétés coopératives locales de construction, les revues et tracts imprimés par la Société de propagande ainsi que les ouvrages publiés par les membres du mouvement. Les rapports des congrès internationaux ainsi que l’épluchage des principales revues d’architecture et d’urbanisme de l’époque ont constitué un des piliers de ce décryptage. On déplorera aussi la quasi-disparition du fonds d’archives de l’Office public des habitations à bon marché du département de la Seine qui constituerait, pour celui qui s’intéresse aux échanges noués autour de la cité-jardin sur la scène internationale, une véritable mine : il aurait aidé à cerner avec exactitude l’état des connaissances que les spécialistes français de l’urbanisme avaient des expériences étrangères. On peut regretter le manque de piété avec lequel les organismes gestionnaires des cités-jardins ont parfois traité les documents qu’ils détenaient. Accéder à un règlement en vigueur dans la cité-jardin de Suresnes a constitué un véritable parcours du combattant. Ces difficultés nous ont contraint à abandonner certaines de nos intentions initiales, faute de pouvoir analyser la construction dans ses aspects tangibles – notamment l’exécution matérielle de la tâche de planification dans notre dernière partie – d’une manière aussi systématique que nous l’aurions souhaité.

Notes

1 Julien Gracq, La forme d’une ville, Paris, Gallimard, 1995, p. 771.

2 Voir Ebenezer Howard, To-morrow : a Peaceful Path to Real Reform, London 1898.

3 Voir le diagramme 1 – Ill. 1 : la ceinture agricole assure la subsistance des habitants de la cité. Les jardins publics couvrent le centre, véritable place publique de la cité, ainsi que les voies de circulation qui parcourent les espaces résidentiels. L’élément naturel signale donc les espaces publics de la cité. La voie de circulation doit être considérée comme un espace public au sein de l’espace résidentiel.

4 Le domaine de la cité-jardin couvre 6000 acres, 1000 sont réservés à la partie urbaine, les autres à la ceinture agricole. Le nombre d’habitants ne dépasse pas le seuil des 34000 – 32000 pour la partie urbaine, 2000 pour la partie agricole.

5 Faute de place, nous ne pouvons évoquer en détail le système coopératif au fondement de la cité-jardin. On citera les deux Sociétés qui assurent l’édification de la cité. Une première Société achète le terrain qu’elle lotit suivant un plan d’aménagement. L’existence de cette Société garantit la propriété collective du territoire de la cité-jardin. En effet, selon les propres termes de Howard, « the land (…) is vested in trustees, who hold it in trust (…) for the whole community, so that the entire increment of value gradually created becomes the property of the municipality » in : Ebenezer Howard, Garden Cities of To-Morrow, Cambridge, The M.I.T Press, 2001, p. 59. Une seconde Société coopérative qui est une Société de construction bâtit les maisons de la cité.

6 Garden City Association est créée en 1899.

7 Il s’agit de la première cité-jardin suscitée par le livre de Howard. La propriété est achetée à 50 kilomètres au nord de Londres en 1903. En 1904, le projet des architectes Barry Parker et Raymond Unwin est retenu.

8 Terme emprunté à : Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1999.

9 Viviane Claude, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Parenthèses, Marseille, 2006, quatrième de couverture.

10 Voir Kristiana Hartmann, Deutsche Gartenstadtbewegung, Kulturpolitik und Gesellschaftsreform, München, Moos Verlag, 1976 : l’auteur décrit dans la première partie de sa recherche le « contexte politique et socio-économique » de l’Allemagne sous Guillaume II pour mieux comprendre ensuite la spécificité allemande de l’idée de cité-jardin. Voir Franziska Bollerey, Gerhard Fehl, Kritiana Hartmann (dir.), Im Grünen wohnen – im Blauen planen. Ein Lesebuch zur Gartenstadt mit Beiträgen und Zeitdokumenten, Hamburg, Christians, 1990. Les auteurs distinguent ici les différentes interprétations de l’idée de cité-jardin en Allemagne selon les acteurs qui s’en emparèrent, leur conviction politique et le contexte général. Le partage des différentes conceptions de la cité-jardin selon les opinions politiques de leurs auteurs nous semble très discutable et restituer une image erronée des réseaux de la réforme urbaine.

11 Stephen Ward (dir.), The garden city : past, present and future, London, Spon, 1992.

12 Paulette Girard, Bruno Fayolle Lussac (dir.), Cités, cités-jardins : une histoire européenne. Actes du colloque de Toulouse des 18 et 19 novembre 1993, organisé par le groupe de Recherches Production de la ville et Patrimoine des Écoles d’architecture de Toulouse et Bordeaux, Talence, MSHA, 1996.

13 Voir Pierre Weidknet, « ouverture du colloque », in : ibid., p. 14.

14 Voir Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », in : Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Seuil, 2004, p. 30. Les auteurs empruntent eux-mêmes l’expression à Jacques Revel in : « Micro-analyse et construction du social », in : Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience. Paris, Gallimard/Le Seuil, coll. « Hautes études », 1996, p. 25.

15 Voir Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », in : Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, op. cit., p. 29.

16 Au sujet des difficultés méthodologiques qui guettent la démarche des transferts, voir notamment Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », in : ibid., p. 19-21.

17 Voir Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, op. cit., p. 13.

18 Roger Chartier, Au bord de la Falaise. L’histoire entre inquiétudes et certitudes, Paris, Albin Michel, 1998, p. 79.

19 Nous nous contentons de mentionner cette expression forgée par Christian Topalov dans son introduction à la synthèse réalisée sur le mouvement réformateur français au tournant du XXe siècle, sans plus nous attarder ici sur les significations que lui assigne l’auteur. Nous reviendrons en effet sur les enjeux de cet emploi au cours de notre travail. Voir Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, op. cit., p. 13.

20 Voir notamment : Susanna Magri, Christian Topalov, « De la cité-jardin à la ville rationalisée. Un tournant du projet réformateur, 1905-1925. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », in : Revue française de sociologie, XXVIII, 1987, p. 417-451. Susanna Magri, Christian Topalov, « L’habitat du salarié moderne en France, Grande-Bretagne, Italie et aux États-Unis, 1910-1925 », in : Rémi Baudouï, Yves Cohen, Les chantiers de la paix sociale (1900-1940), Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions Fontenay-Saint-Cloud, 1995, p. 223-253.Susanna Magri, Christian Topalov, « “Reconstruire” : l’habitat populaire au lendemain de la Première Guerre mondiale. Étude comparative France, Grande-Bretagne, Italie, États-Unis », in : Archives européennes de sociologie, XXIX, 1988, p. 319-370.

21 Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, op. cit.

22 Sur l’« acception relationnelle, interactive et processuelle de l’histoire croisée », voir notamment Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », in : Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, op. cit., p. 21-29.

23 Notamment les jeux d’échelle, la réflexion sur l’historicité des objets ou sur les régimes d’historicité. Voir à ce propos Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », in : Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, De la comparaison à l’histoire croisée, op. cit., p. 15-17.

24 Ainsi, Maurice Dufourmantelle, un des réformateurs français les plus actifs à diffuser les expériences menées par le mouvement allemand et anglais des cités-jardins, évoqua les décalages qui apparaissaient entre le terme de garden city et l’usage qui s’imposa en France de l’étiquette de cité-jardin : « La notion de la Cité-jardin est, en général, incomplètement comprise en France. “Créer une Cité-jardin, m’écrivait dernièrement un de mes correspondants, c’est acheter un parc tracé et boisé, en conserver le plus possible les arbres et les pelouses et y disséminer des maisonnettes basses.” Cet essai de définition résume assez bien l’idée qu’on se fait communément de la chose dans notre pays . » in : Maurice Dufourmantelle, « Les cités-jardins. Leur portée sociale, leur caractère, leur organisation », in : Maurice Dufourmantelle (ed.), VIIIe conférence nationale des Sociétés d’habitations à bon marché tenue à Lyon les 13 et 14 juin 1914 : rapports et compte-rendu des séances, Société française des habitations à bon marché, Paris, p. 52.

25 Voir notamment Susanna Magri, « Du logement monofamilial à la cité-jardin. Les agents de la transformation du projet réformateur sur l’habitat populaire en France, 1900-1909 », in : Le Musée social en son temps. Paris, Presses de l’ENS-Ulm, 1998, p. 175-220. Susanna Magri, « Le Musée social, Georges Benoit-Lévy et les cités-jardins 1900-1909 », in : Ginette Baty-Tornikian (dir.), Cités-jardins. Genèse et actualité d’une utopie, Paris, Éditions Recherches/Ipraus, 2001, p. 83-92.

Table des illustrations

Titre Ill. 1 - Ebenezer Howard, schéma d’aménagement de garden city
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Ill. 2 - Ebenezer Howard, système des cités-jardins
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540