Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique de l’urbanisme

 | 
Elsa Vonau

Préface à l’ouvrage d’Elsa Vonau : « La fabrique de l’urbanisme »

Christian Topalov

Texte intégral

1Comment voyagent les idées, les formes, les techniques – plus géné­ralement, les objets culturels ?

2La réponse est assez simple : parce qu’il y a des gens qui les déplacent d’un lieu à l’autre, par la médiation de paroles ou d’écrits, de livres ou d’images, d’instruments ou de machines, d’armes parfois. Les acteurs du déplacement, comme les moyens utilisés pour le transport, jouent dans l’affaire un rôle crucial, parce qu’ils ne laissent pas inchangées les choses qui sont transportées. Plutôt qu’en termes de « diffusion » ou d’« influence », il faut donc décrire et analyser les transferts culturels comme des emprunts sélectifs, des traductions, des transformations. Pas d’exportation sans importateurs : c’est du côté de ceux qui empruntent que se trouvent les raisons du transfert et que se définit la consistance de ce qui est transféré. Le cas des voyages du modèle anglais de la garden city entre France et Allemagne permet à Elsa Vonau de mettre en œuvre efficacement ce point de vue et, ainsi, de renouveler l’approche d’un objet que l’on croyait pourtant bien connaître.

  • 1 C.B. Purdom, The Garden City : A Study in the Development of a Modern Town, London, J.M. Dent and S (...)

3La littérature savante sur la cité-jardin, en effet, est immense. C.B. Purdom, auteur et critique dramatique, âgé alors de 26 ans, inaugura le genre en 1913 avec The Garden City : A Study in the Development of a Modern Town, ouvrage qui donnait le premier récit officiel de l’épopée de Letchworth et du mouvement tout entier1. Une dizaine d’années plus tard, alors que le modèle anglais avait déjà fait des émules sur les cinq continents, un récit matriciel avait pris forme.

4Il s’agissait d’abord, comme il se doit, d’un mythe d’origine. Le frontispice du livre de Purdom est un document touchant : dans des médaillons ovales, trois portraits, ceux de Lever, Cadbury et Rowntree – les industriels « pionniers », dont les deux premiers, avec leurs villages ouvriers modèles de Port Sunlight et Bournville, auraient anticipé les propositions visionnaires de Howard et offraient désormais leurs figures protectrices au mouvement dont ils auraient été les précurseurs.

  • 2 Première édition : To-Morrow : A Peaceful Path to Real Reform, London, Swan Sonnenschein, 1898. Deu (...)
  • 3 Voir W.L. George, 1909, Labour and Housing at Port Sunlight, London, Alston Rivers.

5Le grand intérêt de cette construction est de rendre évidente la façon dont s’écrivent les traditions : du présent vers le passé. L’histoire réelle de la Garden City commença pourtant seulement lorsqu’en 1901, Ralph Neville, grand notable du mouvement coopératif, prit sous sa protection l’obscur auteur d’une brochure publiée trois ans plus tôt et passée totalement inaperçue2. De celle-ci à sa réédition de 1902 – celle dont les schémas allaient faire le tour du monde – il y avait beaucoup plus qu’un nouveau titre, il y avait un changement de projet et d’acteurs. Le petit livre de Howard était devenu le support d’une entreprise qui dépassait largement son auteur et mobilisa l’élite de la réforme sociale londonienne, en premier lieu pour former First Garden City Ltd., réunir les capitaux nécessaires, acheter les terrains à Letchworth, dresser les plans. C’est seulement alors que furent convoqués les ancêtres supposés : Neville eut l’idée géniale de tenir à Port Sunlight la première conférence qui devait lancer son projet. C’est ainsi que fut mis en place le panthéon fictif du mouvement naissant : de la même façon que la brochure initiale de Howard, les maisons ouvrières d’un fabricant de savon soucieux de lancer sa marque et de stabiliser la partie qualifiée de sa main d’œuvre, changèrent soudain de sens. Un indice : on ne connaît pas de plan de Port Sunlight antérieur à celui que dressèrent, vers 1909, les activistes de la cité-jardin et du nouveau town planning3. Port Sunlight, dont la construction commença pourtant en 1887, serait-il finalement une création de Unwin vingt ans plus tard ? Si les traditions s’ordonnent toujours en un récit qui suit le cours du temps, c’est bien à l’envers qu’il convient de les lire et d’en écrire l’histoire.

  • 4 Ewart G. Culpin, The Garden City Movement Up-To-Date, London, The Garden Cities and Town Planning A (...)

6Quant au récit canonique de la diffusion du modèle howardien, il a été, dès l’origine, organisé par une tension essentielle, qui s’exprimait déjà dans l’ouvrage publié en 1913 par E.G. Culpin : The Garden City Movement Up-To-Date4.

7D’un côté, on décrivait l’expansion irrésistible d’une idée destinée à conquérir le monde : pour faire face aux maux de la grande ville moderne, l’humanité disposait désormais d’« un chemin pacifique vers la vraie réforme » – pour reprendre le titre de la première édition de la brochure de Howard en 1898. Ce chemin était disponible pour qui voulait le prendre : les problèmes nés de l’urbanisation étant partout les mêmes, les solutions pouvaient partout s’inspirer d’un même idéal, devenu désormais expérience concrète – « brique et mortier ».

  • 5 Cité par Simon Pepper, « The Garden City Legacy », Architectural Review, June 1978, p. 322. Voir au (...)

8Mais d’un autre côté, dès que les premières réalisations furent adaptées à des conditions nouvelles, commencèrent les trahisons. Le « mouvement » prenant de l’ampleur, ceux qui s’étaient érigés en gardiens du temple commencèrent à dénoncer les mises en œuvre dévoyées de la doctrine. En mars 1922, Sir Theodore Chambers et C.B. Purdom rappelèrent celle-ci au congrès de l’International Garden Cities and Town Planning Association : une cité-jardin doit être une ville indépendante (an independant community) ; elle doit comprendre des industries, une activité agricole et toutes les catégories de population ; elle doit être planifiée globalement et son assise foncière actuelle et future contrôlée. « Rien ne peut être correctement appelé cité-jardin qui ne réalise pas toutes ces conditions. »5

  • 6 Parmi les ouvrages les plus caractéristiques de cette posture : Walter L. Creese, The Search for En (...)
  • 7 Une des premières enquêtes collectives sur les variations nationales du modèle : Simon Pepper (ed.) (...)

9Il en fut ainsi très souvent dans les mouvements réformateurs du premier XXe siècle – et au-delà : les acteurs de la réforme racontaient leur histoire en même temps qu’ils la faisaient. Ils attribuaient de cette façon à celle-ci une sorte de nécessité interne, qui se confondait avec celle du progrès – épopée dont le récit constitue un genre scientifique bien reconnaissable, que ceux des Britanniques portés à le mettre en doute appellent Whig History. L’historiographie s’est longtemps contentée d’en reprendre l’essentiel en l’agrémentant de quelques archives et notes de bas de page. Ainsi, les premières histoires internationales de la garden city écrites par des universitaires dans les années 1960 ont adopté sans hésitation le point de vue diffusionniste des fondateurs du mouvement : si le modèle s’est répandu partout, c’est tout simplement que c’était une bonne idée6. Lorsqu’un peu plus tard vint le temps de la critique, l’attention se porta plutôt sur les variations « nationales » dans la mise en œuvre du modèle : que celles-ci fussent interprétées comme des trahisons, ou plutôt comme des adaptations pragmatiques à de nouveaux contextes, la description portait principalement sur l’écart au modèle. Le renouveau d’intérêt pour la cité-jardin qui a accompagné la mise en discussion du mouvement moderne parmi les historiens de l’architecture s’est généralement placé de ce point de vue7. Un autre infléchis­sement opéré par ces historiens fut qu’en s’emparant de l’objet, ils en firent presqu’exclusivement une affaire de formes spatiales : basses densités, rues courbes, espaces libres – faisant oublier du même coup que certaines descriptions plus anciennes de la cité-jardin pouvaient avoir presqu’entièrement négligé son plan. Il est vrai qu’à la fin du XXe siècle, le regard architectural pouvait s’imposer sans conteste à la cité jardin : le modèle avait cessé depuis longtemps d’être un opérateur de la réforme.

10Dans l’ouvrage que l’on va lire, Elsa Vonau adopte une perspective neuve, qui diffère grandement des traditions historio­graphiques que je viens d’évoquer.

11Elle a écrit une histoire des voyages d’un objet culturel qui a circulé en même temps à travers la Manche et de part et d’autre des Vosges. En Allemagne comme en France, des acteurs regardaient vers l’Angleterre pour y prélever une ressource qu’ils allaient tenter de mettre à profit chez eux. Des acteurs différents ont donc utilisé un même objet avec des intentions différentes, dans des conjonctures locales et nationales différentes et, en outre, à des moments différents de la trajectoire que parcourait la garden city en Angleterre même. Cette recherche démontre avec une belle rigueur combien et comment l’objet importé change selon ces trois types de variations.

12Dans un processus qui concerne trois aires linguistiques, pas de variation sémantique notable : le nom original – garden city – est calqué en allemand et en français. La variation anglaise garden suburb a, elle aussi, son calque dans les deux autres langues. Des désignations autochtones apparaissent néanmoins, qui signalent déjà une diversité d’interprétations : « village ouvrier », « lotissement modèle », Siedlung. Mais si le substantif dominant est constant, implique-t-il pour autant qu’il y ait une substance, comme on croit trop souvent ?

13À rebours de l’historiographie dominante, Elsa Vonau ne présume jamais que l’objet nommé « cité-jardin » présente une quelconque stabilité, sinon dans ses aspects morphologiques. D’où un double effet heuristique de son enquête : elle observe comment la cité-jardin change selon les acteurs et les contextes, mais aussi comment acteurs et contextes eux-mêmes changent sur son passage. Il n’y a pas un « modèle » plus ou moins adopté ou adapté, il y a un objet culturel très plastique dont les avatars nous révèlent les propriétés de ceux qui s’en emparent et le remodèlent. Une telle façon de penser l’objet et d’explorer sa circulation n’est pas sans analogie avec celle des physiciens qui observent la trajectoire d’une particule dans un accélérateur. Ils savent que cette particule et ses propriétés ne sont observables qu’en interaction avec les champs de particules qu’elle traverse. Ils savent que cette particule n’existe que dans ces interactions, qui révèlent à la fois les propriétés des champs et de la particule, tout en les modifiant. L’histoire croisée que pratique Elsa Vonau a quelque chose d’un cyclotron. Les objets culturels, leurs déplacements et métamorphoses, sont des révélateurs des sociétés qu’ils traversent. L’enquête historienne est une expérimentation.

14C’est la première fois qu’on peut lire une étude qui prenne en compte l’ensemble de la période qui commence avec l’importation du modèle anglais sur le continent et s’achève avec les premières réalisations au lendemain de la Grande Guerre. Ce quart de siècle dense d’événements fut décisif pour la mise en place des institutions, des législations, des réalisations qui donnèrent naissance à l’urbanisme de plan comme science, savoir-faire et profession. De nombreux travaux s’intéressent séparément aux modèles, aux professionnels, aux projets, au cadre réformateur, à la guerre et à la reconstruction. Je n’en connais pas qui tienne tout cela ensemble dans une perspective d’histoire comparée.

15Évoquons, par exemple, l’étude des usages de la cité-jardin dans les rhétoriques nationalistes. On oublie trop – surtout parmi les sociologues – que lorsqu’on parlait de « société » en 1900, on désignait en fait une société dans les limites des frontières nationales. En rapportant les arguments en faveur de la cité jardin et de l’aménagement rationnel des villes, Elsa Vonau montre bien ce que les travaux sur les mouvements hygiéniste et nataliste avaient déjà établi : la défense de la « race », c’est aussi, peut-être d’abord, la défense de la nation contre l’ennemi héréditaire de l’autre côté des Vosges. Ce n’est pas pour autant que l’« idéologie » – notion massivement normative – parasite ou déforme la description de l’autre pays : nous avons affaire, classiquement, à la construction en miroir des caractères nationaux par la science et la politique, en même temps qu’à la mobilisation de la rhétorique du « retard » par rapport au concurrent, qui a été et reste aujourd’hui essentiel dans les argumentaires de la réforme.

16Un des apports les plus précieux de l’ouvrage est l’étude fine des agents de l’importation en Allemagne et en France : ils ont été divers au sein de chaque pays et différents d’un pays à l’autre. Les différents groupes ne sont pas entrés dans le jeu au même moment, à ces moments différents l’objet disponible pour une importation avait changé en Angleterre même, et la façon dont il pouvait être mobilisé dans les débats locaux avait elle aussi varié. Il s’agit donc d’une analyse configurationnelle, la seule vraiment efficace pour comprendre comment changent les idées.

17La mise en évidence de deux tournants observables avant guerre dans les réceptions françaises et allemandes de la garden city peut convaincre de cette efficacité. En Allemagne, l’année 1907 fut celle du passage de la Gartenstadt au Gartenvorort, de la colonisation intérieure du territoire à l’aménagement des extensions urbaines. Un peu plus tard, ce fut le passage à l’échelle de la région urbaine, avec un Grand Berlin décrit comme un ensemble articulé de faubourgs-jardins. Tandis que passaient au second plan les premiers importateurs – les intellectuels un peu bohème qui étaient à l’origine de la Deutsche Gartenstadt­gesellchaft (DGG) –, les professionnels militants des plans de ville prenaient la main. Dès 1910, ils surent mettre à profit une potentialité du schéma spatial de Howard restée jusque-là inaperçue : il pouvait être démultiplié et, ainsi, formaliser de nouveaux modes d’organisation de l’espace à l’échelle de la région urbaine. À une époque où la notion d’agglomération venait à peine d’émerger, c’était là un mode d’approche de la ville extrêmement neuf – tout à fait étranger à Howard et à ses protecteurs anglais.

18D’une façon analogue, le débat français changea de nature en 1911, quand les notables de la réforme de l’habitation s’emparèrent de l’objet qu’avait déniché pour eux outre-manche Georges Benoît-Lévy – un jeune entrepreneur en réforme. De ce déplacement, bientôt confirmé par les professionnels qui allaient fonder en 1913 la Société française des architectes-urbanistes (SFAU), résulta un tournant analogue à celui qui venait de se produire en Allemagne : l’effacement de la notion de « village ouvrier » au profit de celle de « lotissement modèle », le changement d’échelle du projet réformateur de celle du logement à celle de la ville toute entière, l’émergence d’arguments décisifs en faveur de la nécessité des plans d’aménagement et d’extension. L’objectif concret des hommes de la SFAU ? Une nouvelle législation. Et cela à une date où la DGG compte déjà à son actif la réalisation de quatorze cités-jardins.

19Elsa Vonau insiste sur cette différence, en reprenant parfois elle-même le langage réformateur de l’« avance » allemande et du « retard » français en matière d’urbanisme – laissant entendre par là qu’il y aurait un sens de l’histoire. Elle montre fort bien, en tout cas, que si Français et Allemands ont divergé pendant une quinzaine d’années sur l’interprétation de la garden city anglaise, c’est qu’en Allemagne on construisait et qu’en France on ne construisait pas. C’est peut-être qu’en France, contrairement à l’Allemagne, ne s’est pas développée à temps une « économie de la réforme » qui aurait draîné des ressources suffisantes vers les diverses formes de l’action privée. Benoit-Lévy s’époumonnait donc d’année en année à annoncer pour l’année suivante la mise en chantier de la « première cité-jardin de France », au moment où les Gartenvororte commençaient à fleurir dans les périphéries des villes allemandes où la « scène de la réforme » était puissante. Lorsqu’au lendemain de la guerre, les municipalités prirent la main, elles bénéficiaient dans l’Allemagne de Weimar – comme au Royaume-Uni – d’une expérience accumulée par l’initiative privée qui faisait totalement défaut au Conseil général de Seine. Un relai municipal d’autant plus dynamique que l’initiative privée l’avait été auparavant : voilà une observation qui invite à s’interroger sur la description du premier XXe siècle comme l’époque de la montée inexorable de l’intervention de l’État dans les affaires de la société et, sans doute, sur la nature même des nébuleuses réformatrices.

Notes

1 C.B. Purdom, The Garden City : A Study in the Development of a Modern Town, London, J.M. Dent and Sons, 1913.

2 Première édition : To-Morrow : A Peaceful Path to Real Reform, London, Swan Sonnenschein, 1898. Deuxième édition : Garden Cities of To-Morrow, London, Swan Sonnenschein, 1902, avec une préface de Ralph Neville.

3 Voir W.L. George, 1909, Labour and Housing at Port Sunlight, London, Alston Rivers.

4 Ewart G. Culpin, The Garden City Movement Up-To-Date, London, The Garden Cities and Town Planning Association, 1913.

5 Cité par Simon Pepper, « The Garden City Legacy », Architectural Review, June 1978, p. 322. Voir aussi C.B. Purdom, « New Towns for Old : Garden Cities, What They Are and How They Work », Survey, vol. 54, n°3, 1 May 1925, p. 169-172.

6 Parmi les ouvrages les plus caractéristiques de cette posture : Walter L. Creese, The Search for Environment. The Garden City : Before and After, New Haven, Yale University Press, 1966

7 Une des premières enquêtes collectives sur les variations nationales du modèle : Simon Pepper (ed.), « The Garden City Legacy », Architectural Review, June 1978.

Auteur

directeur d’études à l’EHESS

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540