Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Deuxième partie. Mondes modernes et contemporains haines dites, haines tacites

Haine en pays neutre ? (In)expression du ressentiment dans le discours gouvernemental suisse (1847-2007)

Irène Herrmann

Texte intégral

  • 1 Initiative : Pour une Suisse plus sûre, tout-ménage de l’Union démocratique du Centre, distribué da (...)

Chères Suissesses, Chers Suisses
« Le premier août, nous fêtons l’anniversaire de notre pays et nous nous rappelons les origines de la Suisse. Le serment du Rutli des Confédérés [du 1er août 1291] est le symbole de notre volonté d’indépendance. Nous voulons nous occuper nous-mêmes de nos affaires et nous n’avons pas besoin de juges étrangers […]. [Aujourd’hui] Il n’y a guère d’autre pays au monde où vivent autant d’étrangers qu’en Suisse… on compte un nombre trop élevé d’étrangers qui abusent de notre hospitalité. Ils commettent des délits graves, menacent notre propriété et même notre intégrité physique et notre vie »1.

  • 2 Ibid.
  • 3 Pietro Boschetti, La conquête du pouvoir. Essai sur la montée de l’UDC, Genève, Éditions Zoé, 2007  (...)
  • 4 Voir notamment le numéro spécial de L’Hebdo, du 11 octobre 2007.
  • 5 En réalité, l’image d’un peuple naturellement tranquille est battue en brèche depuis longtemps dans (...)

1Cette jolie déclaration de haine vise à faire passer un projet de loi permettant de renvoyer sans autres formes de procès tout étranger jugé indésirable, tel que « les délinquants violents, les assassins » ainsi qu’une catégorie plus floue et arbitraire composée des « profiteurs de nos œuvres sociales »2. Elle a beau fleurer l’ultranationaliste XIXe siècle, elle a été envoyée au mois de juillet 2007 à tous les citoyens helvétiques par l’Union démocratique du Centre ; un parti politique qui, en dépit de son nom, est plus à l’extrême-droite qu’au centre, plus démagogique que démocratique et qui, pourtant, est une formation politique cruciale en Suisse puisqu’elle compte deux ministres sur sept3. Orné d’une magnifique illustration clairement raciste4, cet appel à la détestation de l’Autre majuscule confirme une thèse toujours plus soutenue parmi les historiens, à savoir que la réputation de tranquillité dont jouit la Suisse est largement usurpée, et que le pays connaît lui aussi ses accès de malveillance agressive5.

2Ce constat pousse lui-même à questionner cette image de sérénité ou plutôt, à se demander comment cette réputation de calme a pu composer avec l’extériorisation d’une hostilité ambiante. En remontant jusqu’au moment de la création officielle de la Suisse moderne, soit au milieu du XIXe siècle et non à la fin du XIIIe, et en scrutant la parole officielle garante de l’ordre, il s’agit de traquer ici l’expression de la haine helvétique. À travers l’analyse du discours produit par les sphères gouvernementales, on tentera de dégager ses stratégies et ses significations, non sans avoir, au préalable, retracé rapidement les circonstances qui ont amené à lui donner consistance. Le tout devant permettre de comprendre ce que dissimule cette déclaration ouverte de haine qui a souillé les boîtes à lettres suisses au milieu de l’été 2007.

Les circonstances de la haine

3Sans surprise et sans grande originalité, on s’aperçoit bien vite que l’histoire suisse est constellée de nombreux conflits et donc d’occasions évidentes de manifester sa haine. La constitution d’un véritable État-nation suisse, par la transformation d’une vingtaine de cantons souverains en une fédération cohérente tant à l’externe qu’à l’interne, se présente comme un processus ponctué de violences symboliques et, plus souvent qu’à leur tour, physiques.

  • 6 L’ouvrage le plus complet sur la guerre du Sonderbund reste, à ce jour, celui d’Erwin Bucher, Die G (...)
  • 7 Heidi Borner, Zwischen Sonderbund und Kulturkampf. Zur Lage der Besiegten im Bundesstaat von 1848, (...)

4Ainsi, la création de la Suisse moderne, en 1848, est l’aboutissement d’une guerre civile qui, un an auparavant, avait opposé les ressortissants des cantons ruraux, catholiques et conservateurs du centre du pays aux habitants des cantons urbains, protestants et progressistes qui formaient son pourtour. Le conflit fratricide ne dura que trois semaines, fit moins de cent morts mais inaugura une cinquantaine d’années de défiance à l’encontre du camp désormais qualifié de « conservateur-catholique »6. Souvent latente, cette hostilité se manifesta avec vigueur lors du Kulturkampf, durant lequel les gouvernements suisses n’hésitèrent pas à exiler ou à emprisonner plusieurs de leurs évêques. La Confédération décida même de rompre ses relations diplomatiques avec le Vatican et, à la faveur d’une refonte de la Constitution, humilia les tenants de l’ancienne foi en supprimant les dernières prérogatives civiles du clergé romain et en se réservant le droit de surveiller étroitement son développement7.

  • 8 Voir, par exemple l’ouvrage fondateur de ErichGruner, Die Arbeiter in der Schweiz im 19. Jahrhunder (...)

5Il faudra attendre l’entre-deux-guerres pour voir la situation se normaliser et le sentiment anticatholique s’estomper. Cette évolution est sans doute liée à la laïcisation croissante de la société. Elle est également anticipée par la volonté expresse des édiles helvétiques, soucieux de pacifier le front droit face aux menaces que semblait représenter le front gauche. Dès le dernier quart du XIXe siècle, le pays a en effet été secoué par de graves remous sociaux qui, au contact des autres courants de contestation européens, se sont politisés, voire internationalisés, causant aux classes dirigeantes helvétiques des frayeurs teintées d’incompréhension et de mépris8.

  • 9 Willy Gautschi, Der Landesstreik 1918, Zurich, Chronos, 1988.

6Après une brève accalmie, au début de la Première Guerre mondiale, les choses s’enveniment tant et si bien que le jour même de l’armistice éclate en Suisse une grève générale unique en son genre. Affolé, le gouvernement fait intervenir l’armée qui réprime le mouvement dans le sang9. Pendant quelques décennies, la peur du rouge, bien plus que celle du brun, anime le pouvoir helvétique et l’amène à torpiller toutes les propositions faites par le parti socialiste. Là encore, c’est pas à pas, par des concessions successives, qu’à partir de la Seconde Guerre mondiale des représentants bien assagis de la gauche intégreront les rouages du gouvernement fédéral.

  • 10 Thomas Buomberger, Kampf gegen unerwünschte Fremde. Von James Schwarzenbachbis Christoph Blocher, Z (...)
  • 11 Le terme allemand est celui « Ueberfremdung » qui ne possède pas d’équivalent en français.
  • 12 Voir, par exemple, Neue Zürcher Zeitung, du 8 mai 1928.

7Il est vrai que les revendications de gauche se sont elles-mêmes atténuées, le désengagement de la Suisse durant les deux grands conflits du XXe siècle ayant permis au pays d’atteindre un degré de prospérité exceptionnel et envié. Dès lors, l’agressivité ambiante se retourne contre ceux qui risqueraient de vouloir profiter indûment de la richesse nationale, à savoir les étrangers. Bien heureusement, cette animosité ne fait pas de morts. Néanmoins, elle pousse des groupements de citoyens à proposer l’élaboration de lois ouvertement xénophobes, connues sous le nom de leur concepteur principal : Schwarzenbach10. Ces initiatives populaires s’opposent aux solutions jusqu’alors préconisées par le pouvoir pour réguler l’immigration massive que draine le pays depuis la fin du XIXe siècle. De fait, si les autorités ont très vite analysé la présence étrangère comme une forme de surpopulation susceptible de dénaturer l’esprit helvétique11, elles ont toutefois tenté de gérer ce qu’elles considèrent comme un problème en explorant, non sans une certaine agressivité, les possibilités offertes par l’intégration « sélective »12. C’est pourquoi, les campagnes démagogiques, visant à chasser les travailleurs immigrés, suscitent dans les sphères du pouvoir des ripostes cinglantes, assez comparables au discours qui leur avait permis, auparavant, de légitimer les exactions commises envers les catholiques et les mouvements de gauche.

L’expression de la haine

  • 13 Pour reprendre la première définition donnée par le Petit Robert (édition 1993).

8Ainsi, les autorités helvétiques avaient amplement l’occasion d’éprouver elles-mêmes de la haine et disposaient des moyens de communication adéquats pour l’exprimer. Toutefois, ce qui frappe, à la lecture des innombrables proclamations, débats ou autres pamphlets gouvernementaux suscités par les différents conflits examinés, c’est en réalité la rareté des discours de la haine. Sans doute ces écrits suggèrent-ils clairement ce « sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à quelqu’un et à se réjouir du mal qui lui arrive »13. Mais il est difficile de le déceler concrètement, tant il est canalisé, soit dans le temps soit dans l’espace.

  • 14 Voir, par exemple : „ Bruderliebe und Heldentod : Geschichtsbilder und Geschichtskultur in Festrede (...)

9Ainsi, les sorties les plus haineuses à l’encontre des cantons catholiques n’interviennent pas pendant la guerre civile ni même après. Les déclarations les plus agressives sont là, en quelque sorte, pour préparer les troupes à la violence fratricide14. Dans les deux camps, on accuse l’autre partie de brader les valeurs historiques du pays, de vouloir causer sa ruine et de constituer un danger contre lequel il importe de se défendre. Seul l’idéal qu’il convient de protéger diffère puisqu’il s’agit pour les uns de sauvegarder la « vraie » religion et, pour les autres, la « vraie » nation. La rhétorique se rejoint dans le fond sur l’importance cruciale accordée à l’indépendance et dans la forme sur le souci de dissimuler par le propos une attitude clairement offensive en la faisant passer pour de la légitime défense.

  • 15 Officieusement, l’animosité reste bien perceptible, comme en témoigne un échange à l’intérieur d’un (...)
  • 16 AEG : RC Ann 1847 II, AF, no 188 : Proclamation [ ?] de Rilliet aux troupes genevoises entrant en V (...)

10Durant les hostilités et surtout après elles, le discours officiel15 s’atténue encore ou, plus exactement, se concentre sur des cibles lointaines. La chose est clairement lisible dans les recommandations adressées par le quartier général dit fédéral aux soldats pénétrant dans les régions catholiques16. La rhétorique haineuse développée avant le début de la guerre civile est reprise mais entièrement concentrée sur les Jésuites et les élites conservatrices, coupables d’avoir prêté l’oreille aux flatteries fallacieuses des disciples de Loyola. La tactique était subtile. Dans cette optique, les seuls responsables du conflit ne sont plus les habitants des petites contrées catholiques dans leur ensemble mais des ressortissants étrangers (et leurs suppôts locaux) soumis à la tutelle du Pape. Dans cette optique, les habitants des cantons sécessionnistes sont envisagés comme des victimes, manipulées par

  • 17 AEG, RC Ann 1848 II, AF, no 39 : Discours adressé au Grand Conseil Constituant du Valais par M. le (...)

« ces gens qui, sous le prétexte d’assurer à leur canton l’indépendance vis-à-vis de la Confédération, et de maintenir l’existence cantonale qui n’était menacée par personne, livrent l’instruction publique et l’éducation du peuple à des hommes soumis à un pouvoir étranger. [Il est indispensable de repousser] les idées de ces hommes aveuglés, de ces hommes insensés, qui voulaient arrêter la marche du progrès et faire reculer la civilisation. Car si le Sonderbund eût été victorieux, la Suisse était destinée à servir de boulevard à la réaction européenne et à la restauration de toutes les aristocraties »17.

  • 18 Le 19 mars 1873, le parlement du canton de Neuchâtel déclare qu’il soutient l’Exécutif nationale et (...)

11Sans surprise, le même type d’argumentation est repris au moment du Kulturkampf. Là encore, il s’agit de focaliser la haine sur des éléments étrangers et de fustiger les Suisses qui se seraient laissé séduire par les représentants de puissances voisines désireuses de dépecer le pays18.

  • 19 L’une des seules histoires marxistes de la Suisse a été écrite en prison par le leader communiste R (...)
  • 20 Irène Herrmann, op. cit., partie III.

12De façon moins attendue, peut-être, on constate que la rhétorique anti-rouge n’est pas vraiment différente. Certes, comme il n’y a pas eu, à proprement parler, de guerre contre les communistes, on ne perçoit pas vraiment de distinction dialectique entre l’avant et l’après grève générale. En outre, on constate un durcissement dans la désignation des coupables, liée à une dispute sur l’usage des références discursives utilisées. En effet, la gauche extrême avait pris soin d’inscrire ses revendications sociales dans le destin historiquement démocratique de la Suisse19. Or, depuis le dernier quart du XIXe siècle, l’évocation du passé libre et glorieux de l’Helvétie constituait déjà une des légitimations majeures du gouvernement en place20. Ce dernier, furieux et inquiet de se faire dérober cet atout symbolique puissant réagit vertement. Il dénie donc aux « Rouges » le droit de se revendiquer des grands héros de la liberté helvétique. Mieux encore, il accuse tous ces « Rouges » d’avoir été dévoyés par les Soviets qui, selon lui, représenteraient une menace majeure.

13Quelques journaux et quelques groupes, déclare l’Exécutif national au lendemain de la première grève générale, menacent ouvertement ou d’une manière voilée de transporter en Suisse les expériences révolutionnaires et anarchistes qui ensanglantent la Russie. Des éléments louches, généralement étrangers, sèment la haine, exploitent les difficultés insurmontables de notre ravitaillement, excitent les passions malsaines ; ces éléments-là ne reculeraient ni devant les coups de force ni devant le crime. Dans la maison suisse, si largement hospitalière et si ouverte à l’esprit de liberté, il n’y a point de place pour eux !

  • 21 Feuille fédérale, 1918, t. V, pp. 66-68.

Ces menées et l’état d’esprit qui en découle constituent un des périls les plus graves pour notre sécurité et pour notre intégrité. Les regards des peuples et de leurs gouvernants sont tournés vers nous. La Suisse a toujours tenu à l’honneur d’être un asile de liberté et d’indépendance […] Nous nous adressons à vous, fidèles et chers confédérés, afin que vous souteniez votre gouvernement, dans cette heure si grosse de responsabilités, par votre calme, par votre sens civique, par votre pondération et par votre maîtrise de vous-mêmes. […] Il n’y a point de citoyens éclairés en Suisse qui pourraient ou qui voudraient se solidariser avec les ennemis de notre démocratie. La démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple. Elle est la raison d’être, l’âme même de nos institutions. Sans la démocratie, la Suisse cesserait d’exister. Si la guerre nous a épargnés, si le sentiment de cohésion nationale s’est raffermi et s’est purifié, si les sympathies des peuples sont venues nous réconforter, c’est aussi que notre pays est le berceau le plus ancien et le foyer le plus ardent de l’idée démocratique dans le monde21.

14Ce faisant, le gouvernement souligne l’ignorance dont témoigneraient les communistes au sujet du fonctionnement des institutions politiques.

  • 22 En 1942, le parti socialiste, qui proposait l’élection directe du Conseil fédéral (exécutif nationa (...)

15Cette dernière argumentation sera reprise quelques décennies plus tard non seulement contre les forces de gauche22 mais aussi en réaction aux réflexes de repli que suscite, dans le public, l’éblouissante prospérité du pays au lendemain du Second Conflit mondial. Or, le gouvernement sait pertinemment que la richesse du pays dépend de sa capacité à attirer des travailleurs sous-payés qu’il peut renvoyer à tout moment. En outre, l’aboutissement des initiatives xénophobes donnerait une image désastreuse de la Confédération et serait dommageable à ses rapports internationaux. Néanmoins, l’argumentation présentée aux citoyens afin de contrer ce chauvinisme intempestif insiste essentiellement sur deux autres aspects. En premier lieu, elle revendique une interprétation ouverte et généreuse de l’histoire suisse, accusant toute lecture étroitement nationaliste de vouloir induire la population en erreur sur les vraies valeurs helvétiques. Ensuite et surtout, la rhétorique officielle blâme les appels explicites à la haine xénophobe comme une faute de goût majeure discréditant à jamais ceux qui l’ont commise, parce que prouvant avec éclat qu’ils ne connaissent pas le maniement ni le fonctionnement des institutions du pays. En 1970, alors que le démagogue Schwarzenbach lance une initiative visant à limiter drastiquement l’immigration, les autorités lui rétorquent :

M. Schwarzenbach nous demande de réduire radicalement la proportion des étrangers parce que nous serions menacés d’« Ueberfremdung ». Nous aurions atteint un « taux d’intoxication » – c’est la seule traduction qui nous paraisse rendre l’esprit de l’initiative.

À ce moment-là, il n’importe plus que M. Schwazenbach soit personnellement xénophobe […] Ce qui compte, c’est que sa conception de Suisse idéal rejette la Suisse que nous sommes devenus aujourd’hui, avec les étrangers qui nous entourent. […].

  • 23 Bernard Béguin [qui exprime ici l’avis officiel], « Comment voter pour rester Suisse ? », Journal d (...)

C’est cela que nous refusons, pour nous-mêmes et surtout pour nos enfants. Nous refusons d’être la génération qui aura eu honte, qui aura eu peur, honte du progrès et peur de l’avenir. Voter oui, c’est renier tout un passé23.

  • 24 « Progressivement, les passions ont pris le pas sur la raison. Pourtant, la question posée appelle (...)

16Le reproche le plus répandu concerne la nature des arguments avancés qui, au contraire d’une tradition qu’on veut déjà bien établie, ne seraient pas rationnels ni raisonnables mais émotionnels et peu dignes du sens politique suisse24. Dès lors, en tant que nationalistes ignorants prônant un patriotisme passionnel, les promoteurs de cette nouvelle loi seraient plus dangereux que les étrangers dont ils veulent se débarrasser.

17Ainsi, la réplique des autorités est-elle presque moins amène que l’initiative xénophobe qui l’a provoquée. Mieux encore, elle trahit dans sa virulence feutrée l’existence d’une codification, régulant l’expression de la haine, en fonction de logiques spécifiques.

Les logiques de la haine

18De fait, on constate que l’animosité évidente qui se dégage des discours analysés provient moins du contenu qui leur est donné que des présupposés qui le sous-tendent. Ainsi, l’essentiel du message qu’ils véhiculent est, en apparence du moins, atténué par un mécanisme d’exterritorialisation, qui se déploie sur deux registres différents. Tout d’abord, quand un ennemi est clairement désigné, c’est qu’il est étranger. Les forces tentatrices et subversives évoquées dans l’argumentaire de la haine sont généralement des États entourant le pays, comme au lendemain du Sonderbund ou une contrée plus lointaine, plus orientale et plus rouge, comme au sortir de la Première Guerre mondiale. Derrière ces accusations précises, finalement peu nombreuses, se dissimule en réalité un schéma de détestation plus général opposant nettement la nation (suisse) aux valeurs et aux systèmes supranationaux, qu’ils soient de nature religieuse ou sociale.

19Il arrive que le sujet fustigé soit suisse. Toutefois, son attitude (répréhensible) et ses desseins (destructeurs) sont censés eux aussi avoir été inspirés par des puissances extérieures ou par une incompréhension souvent corrélée des spécificités de la Confédération. Cette interprétation des choses a une double conséquence. En premier lieu, elle renforce le procédé précédent et, contre toute vraisemblance, permet de maintenir la haine au-dehors des frontières helvétiques. Par ailleurs et par conséquent, cette lecture excuse les nationaux qu’on pourrait vouloir détester. Pour autant, cette réhabilitation n’est pas gratuite. En suggérant la crédulité de ceux qui se sont laissé berner par des idéologies étrangères et en soulignant leur ignorance des réalités helvétiques, ce dédouanement se fait au prix du crédit de ceux-là même qui en bénéficient. Dès lors, le discours qui les rachète est moins une expression de haine que de condescendance envers des brebis égarées.

20Mieux encore, la seule émotion qui soit clairement suscitée n’est pas la haine pure mais la peur et, plus spécifiquement, une angoisse intense pour la survie du pays. L’écho de cette anxiété est savamment amplifié grâce à des évocations circonstanciées de l’histoire qui, en soulignant l’ancienneté de la nation suisse et les glorieux efforts consentis depuis des temps immémoriaux pour en conserver l’intégrité, induisent un devoir de préservation inquiet. Ainsi, c’est cette crainte et les différentes allusions historiques grâce auxquelles elle est entretenue qui stimulent un sentiment de rejet viscéral. Et ce dernier a beau être terriblement agressif, il se veut lui aussi défensif. La détestation n’est donc pas ouvertement exprimée, mais elle se déduit logiquement des propos tenus et, de ce fait, s’insinue aisément dans l’esprit du public. La haine ne se dit pas mais se devine pour être mieux ressentie.

21Ce discours ne vise donc pas à exprimer l’animosité mais à la causer et, partant, à stimuler dans les comportements civiques des réponses adéquates, c’est-à-dire susceptibles de préserver la vie, le mode de vie puis le niveau de vie du pays. Il s’agit de provoquer d’intenses frayeurs d’invasion étrangère, de contamination bolchevique puis de ruine économique, afin de mieux faire adopter les mesures d’évitement préconisées par le gouvernement, c’est-à-dire pour faciliter l’acceptation ou le rejet de lois officialisant l’attitude publique que les autorités estiment la meilleure pour la Suisse. À la limite, la haine insufflée de manière détournée ne doit pas déboucher sur des violences physiques mais sur une violence légale et légalisée par l’aval des citoyens préalablement effrayés.

22Dans ces conditions, la retenue rhétorique observée tant quantitativement que qualitativement dans l’expression de l’hostilité ne signifie pas l’absence de haine. De même et par conséquent, elle nuance l’idée d’un pays naturellement calme, préservé par les passions partisanes. Toutefois, le discours qui enrobe les multiples conflits helvétiques trahit une véritable volonté de régler les dissensions sans vraiment les admettre, ce qui peut donner une impression de placidité. Parallèlement, il reflète une culture politique axée sur l’intériorisation, qui requiert des dirigeants une certaine discrétion dans l’expression de leurs animosités et qui confère aux dirigés une part de responsabilité individuelle dans la manière de manifester leurs inimitiés.

23Dès lors, le discours de la haine suisse reflète une sorte d’autocensure dont il constitue pourtant une exception, poussant à se demander, en guise d’interrogation conclusive, ce qui a pu inciter les autorités suisses à sortir momentanément de leur modération rhétorique et ce que signifient réellement ces « pertes de contrôle » si maîtrisées.

Conclusion et épilogue

24Il apparaît tout d’abord que le discours de la haine coïncide avec la perception d’un péril planant sur la Suisse. Toutefois, en dépit des assertions officielles, le péril en question est généralement moins extérieur qu’intérieur, moins concret qu’imaginé puisqu’il prend la forme d’un risque réel ou supposé de ruine effective, axiologique sinon économique du pays. En d’autres termes, l’hostilité trahit une angoisse interne, s’exprime en angoisse externe et trouve son exutoire implicite dans un ennemi étranger ou dans une catégorie particulière de la population helvétique contaminée par lui. Dès lors, l’appel à la détestation lancé à l’été 2007 par l’Union démocratique du centre peut se concevoir comme un prolongement de la rhétorique de haine en cours depuis la création de l’État moderne suisse. Sa virulence, amplifiée par des références appuyées à une mythologie historique des plus nationalistes, trahirait un désarroi profond face aux mutations que la globalisation fait subir aux anciennes structures (de pensée) étatiques.

  • 25 http://www.politik-stat.ch/2007_fr.html

25Néanmoins, la brutalité de ce texte découle de son caractère explicitement haineux et se démarque fondamentalement des discours de haine antérieurs, puisque l’objet de la détestation est clairement désigné. Mieux encore, il ne contient aucun élément susceptible de « disculper » ceux qu’il fustige, tant il est vrai qu’on peut difficilement « exterritorialiser » un ennemi déclaré comme tel parce qu’il est étranger. Enfin, dans la mesure où ce qui aurait longtemps passé pour une monumentale faute de goût rhétorique émane de sphères censées représenter le pouvoir, on assiste même à un tournant crucial. En admettant que les modes d’expression ou plutôt d’inexpression de la haine soient véritablement le reflet de la culture politique suisse, alors cette invitation abrupte à la xénophobie signifierait que la Suisse est en train de perdre son apparence de calme et de sérénité. Et de fait, les élections législatives de l’automne 2007 ont largement plébiscité l’UDC25. Tout indique ainsi que la pax helvetica, cette mince couche de vernis, qui avait commencé par être une marque de fabrique et avait fini par s’incruster assez profondément dans la société helvétique, est en train de se fissurer. Ironie de l’histoire, elle semble se craqueler sous les coups de ceux qui, au nom de cette même histoire, voulaient absolument la préserver.

Notes

1 Initiative : Pour une Suisse plus sûre, tout-ménage de l’Union démocratique du Centre, distribué dans l’ensemble de la Suisse fin juillet 2007.

2 Ibid.

3 Pietro Boschetti, La conquête du pouvoir. Essai sur la montée de l’UDC, Genève, Éditions Zoé, 2007 ; François Cherix, Christoph Blocher ou le mépris des lois, Lausanne, Éditions Favre, 2007 ; Oscar Mazzoleni, Philippe Gottraux, Cécile Péchu (dir.), L’Union démocratique du centre : un parti, son action, ses soutiens, Lausanne, Éditions Antipodes, 2006.

4 Voir notamment le numéro spécial de L’Hebdo, du 11 octobre 2007.

5 En réalité, l’image d’un peuple naturellement tranquille est battue en brèche depuis longtemps dans l’historiographie helvétique. En revanche, il faudra attendre le 150e anniversaire de la Confédération, en 1998, pour que les historiens s’attaquent à ce problème sans privilégier un type de conflit (religieux, social, linguistique) particulier. Citons, tout de même, à titre d’exceptions : Pierre du Bois (dir.), Union et division des Suisses. Les relations entre Alémaniques, Romands et Tessinois aux XIXe et XXe siècles, Lausanne, Ed. de l’Aire, 1983. Plus récemment, voir : Andreas Ernst, Albert Tanner, Matthias Weishaupt (dir.), Revolution und Innovation – Die Konfliktreiche Entstehung des schweizerischen Bundesstaates von 1848, Zurich, Chronos, 1998 ; Hans-Ulrich Jost, « Violence sociale et culture politique », De la violence sociale à la violence politique. XIXe-XXe siècles, Congrès international des Sciences historiques 6-13 août 2000, Lausanne / Oslo, 2000 ; La Suisse, pays du consensus ?, Traverse, 3/2001 ; Irène Herrmann, Les cicatrices du passé. Essai sur la gestion des conflits en Suisse, Berne etc., Peter Lang, 2006.

6 L’ouvrage le plus complet sur la guerre du Sonderbund reste, à ce jour, celui d’Erwin Bucher, Die Geschichte des Sonderbundskrieges, Zurich, Berichthaus, 1966. On peut également trouver un bon résumé des événements, agrémenté d’une abondante iconographie dans Joachim Remak, A very Civil War : the Swiss War of 1847, San Francisco, Westview Press, 1993, traduit en allemand sous le titre : Bruderzwist nicht Brudermord. Der Schweizer Sonderbundskrieg von 1847, Zurich, Orell Füssli, 1997.

7 Heidi Borner, Zwischen Sonderbund und Kulturkampf. Zur Lage der Besiegten im Bundesstaat von 1848, Lucerne et Stuttgart, Rex-Verlag, 1981 ; Peter Stadler, Der Kulturkampf in der Schweiz : Eidgenossenschaftund katholische Kirche im europäischen Umkreis, 1848-1888, Zurich, Chronos, 1996 (2ème édition revue et commentée) ; François Bedouelle et François Walter (dir.), Histoire religieuse de la Suisse, Paris, Editions du Cerf, 2000.

8 Voir, par exemple l’ouvrage fondateur de ErichGruner, Die Arbeiter in der Schweiz im 19. Jahrhundert : soziale Lage, Organisation Verhältnis zu Arbeitgeber und Staat, Berne, Francke, 1968.

9 Willy Gautschi, Der Landesstreik 1918, Zurich, Chronos, 1988.

10 Thomas Buomberger, Kampf gegen unerwünschte Fremde. Von James Schwarzenbachbis Christoph Blocher, Zurich, Orell Füssli Verlag, 2004.

11 Le terme allemand est celui « Ueberfremdung » qui ne possède pas d’équivalent en français.

12 Voir, par exemple, Neue Zürcher Zeitung, du 8 mai 1928.

13 Pour reprendre la première définition donnée par le Petit Robert (édition 1993).

14 Voir, par exemple : „ Bruderliebe und Heldentod : Geschichtsbilder und Geschichtskultur in Festreden am schweizerischen Schützenfest in Glarus 1847“, Revolution und Innovation, op. cit, pp. 61-78.

15 Officieusement, l’animosité reste bien perceptible, comme en témoigne un échange à l’intérieur d’une société d’étudiants progressistes (dite de Zofingue), entre des membres issus de cantons appartenant au camp conservateur vaincu et des membres venant des cantons victorieux : « Est-ce que vous, qui prédisiez à nous-mêmes et à notre cause une ruine prochaine, vous nous auriez tendu la main, si nous n’étions là aussi forts, même plus forts que vous, par notre [force ?] d’âme juvénile et notre bonne cause ? Ou auriez-vous tourné vos pensées, – je ne parle pas de vos cœurs – vers nous si avec le Sonderbund le principe de l’absolutisme l’eût emporté dans notre patrie ? C’est là qu’étaient vos sympathies, là votre tête, là votre cœur » – « C’est parce que la vôtre, ancienne Zofingue de Bâle, a reçu le coup fatal par la victoire du libéralisme que vous venez à notre rencontre par une lettre » […] « Celui qui n’est pas pour nous, est contre nous ; vous avez avec vos décisions rejeté aussi le principe libéral ; le peuple l’a vu, l’opinion publique vous a jugés ! » (Archives d’État de Genève [AEG] : Archives privées, 192.7.1, Société de Zofingue, Correspondance, dossier « schisme de 1847 » : Lettre de la section de Bâle à celle de Genève, le 13 février 1848).

16 AEG : RC Ann 1847 II, AF, no 188 : Proclamation [ ?] de Rilliet aux troupes genevoises entrant en Valais, du 29 novembre 1847.

17 AEG, RC Ann 1848 II, AF, no 39 : Discours adressé au Grand Conseil Constituant du Valais par M. le Conseiller d’État Delarageaz, le 28 décembre 1847 (c’est nous qui soulignons) ; voir, dans le même ordre d’idées : « nous avons pu nous convaincre qu’il régnait une certaine inquiétude dans le peuple, que les citoyens évitaient de se prononcer… agissant sous l’empire de l’éducation que procure un Gouvernement despotique » (Ibid., AF, no 22 : Rapport des représentants fédéraux dans le canton du Valais (Franscini, Delarageaz et Emile Frey), au Haut Directoire fédéral, du 20 décembre 1847.

18 Le 19 mars 1873, le parlement du canton de Neuchâtel déclare qu’il soutient l’Exécutif nationale et le remercie « pour la fermeté avec laquelle vous venez de défendre les droits de la souveraineté nationale contre les menées de l’ultramontanisme.
Vous avez compris que cet ennemi séculaire de la Suisse menaçait de nouveau sa paix intérieure et vous avez trouvé dans votre patriotisme, comme dans les traditions mêmes de notre vieille histoire, les moyens les plus efficaces d’arrêter les usurpations d’une puissance étrangère hostile à nos libertés ». (Archives fédérales : E 22/1541 : Adresses sur l’attitude du Conseil fédéral pendant Kulturkampf (1872-74)).

19 L’une des seules histoires marxistes de la Suisse a été écrite en prison par le leader communiste Robert Grimm, incarcéré pour avoir incité à la grève générale, en novembre 1918 : Robert Grimm, Die Schweiz in ihren Klassenkämpfen, Bern, Verlag Unionsdruckerei, 1920.

20 Irène Herrmann, op. cit., partie III.

21 Feuille fédérale, 1918, t. V, pp. 66-68.

22 En 1942, le parti socialiste, qui proposait l’élection directe du Conseil fédéral (exécutif national) par le peuple (et non par le parlement) se fait moucher par une rhétorique officielle essentiellement basée sur cette accusation d’ignorance.

23 Bernard Béguin [qui exprime ici l’avis officiel], « Comment voter pour rester Suisse ? », Journal de Genève, du 3 juin 1970.

24 « Progressivement, les passions ont pris le pas sur la raison. Pourtant, la question posée appelle un jugement responsable alors que les partisans de l’initiative font appel à des réactions émotives. […]
Politiquement, l’adoption de l’initiative Schwarzenbach mettrait un terme définitif au libéralisme helvétique qui, avec la neutralité de notre pays, a constitué jusqu’à présent notre seule et unique raison de vivre reconnue par les autres États. Elle s’accompagnerait d’une perte immense, pour ne pas dire définitive, de prestige pour la Suisse sur le plan international. Enfin, sur le plan intérieur, le risque serait grand de voir surgir de nouveaux mouvements extrémistes, pour lesquels l’initiative constituerait un puissant levier, ainsi qu’une sorte de caution que le peuple leur aurait donné à son insu. […]
Et, il faut bien le dire, cette initiative a des relents de xénophobie, de racisme et d’autre déviations du droit naturel que la Suisse a toujours su reprocher aux autres » (Journal de Genève, du 22 mai 1970).

25 http://www.politik-stat.ch/2007_fr.html

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540