Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Deuxième partie. Mondes modernes et contemporains haines dites, haines tacites

La haine, ciment identitaire de l’extrême-gauche européenne ?

Philippe Buton

Volltext

1Comme tout groupement humain, l’extrême-gauche est traversée par une multitude de comportements, de ressentis, sentimentaux, psychologiques, dont la haine. Toute la question est de savoir si, par la place et la fonction de ce sentiment, l’extrême-gauche possède une spécificité qui permettrait de déterminer, au moins partiellement, sa nature.

  • 1 Parmi les Mémoires d’anciens militants léninistes, citons en particulier Robert Barcia, La véritab (...)

2Pour une part, cette problématique n’est pas loin d’être une gageure, ce qui peut expliquer qu’il n’existe à ma connaissance aucun travail publié sur le sujet que j’ai choisi. En effet, la dimension psychologique s’approche difficilement. À titre d’exemple, une des sources essentielles à l’historien du politique – je pense aux Mémoires – est quasi inutilisable pour notre sujet, puisque, dans les nombreux ouvrages de souvenirs publiés, les auteurs n’avouent jamais ce type de sentiment1. L’autre difficulté de l’exercice renvoie au caractère pluriel de l’extrême-gauche. Dans ce travail d’étape, je me contenterai de l’examen d’une seule sensibilité gauchiste, celle du courant maoïste en Europe occidentale au tournant des années 1960 et 1970.

La genèse d’un mouvement

  • 2 Citations du Président Mao Tse-toung, Pekin, Éditions en langues étrangères, 1966, p. 227.

3Commençons par observer la naissance du phénomène. Le mouvement aujourd’hui qualifié de gauchiste possède une double naissance : une naissance sociale et une naissance idéologique. Tout est dit dans le célèbre texte de Mao Tsé-toung, « D’où viennent les idées justes ? » publié en mai 1963 : « Les idées justes qui sont le propre d’une classe d’avant-garde deviennent, dès qu’elles pénètrent les masses, une force matérielle capable de transformer la société et le monde »2

4Dans ce texte, et avec son langage particulier, Mao distingue bien les deux phases : la naissance idéologique (les idées justes) et la naissance sociale (une force matérielle). Pour l’historien, c’est la seconde naissance qui est essentielle, afin de comprendre les véritables raisons de l’existence d’un groupe, les fonctions sociales qu’il remplit, etc. Pour autant, l’examen de la naissance idéologique peut être un complément important, en particulier en déterminant partiellement les buts de l’organisation, sa culture et son identité.

5Dans le cas des organisations trotskistes, les naissances idéologique et sociale sont séparées par plusieurs décennies. En revanche, en ce qui concerne le courant maoïste, les deux naissances sont quasi concomitantes.

  • 3 Jean Baby, La grande controverse sino-soviétique (1956-1966), Paris, Grasset, 1966.

6Le processus s’amorce en 1963 par l’exclusion des partis communistes orthodoxes puis des organisations de jeunesse ou d’étudiants communistes orthodoxes, d’abord en Belgique, puis en France, puis dans tous les autres pays européens de militants qui prennent partie pour la Chine dans ce que Jean Baby a appelé « la grande controverse sino-soviétique »3.

  • 4 Quelques développements supplémentaires dans Philippe Buton, « Préface », Sylvain Boulouque, Pasca (...)

7À partir de 1964, ces militants exclus se regroupent – jamais dans un seul groupe –, et ils tentent de se développer. Dans le même temps, ils précisent leur carte d’identité idéologique. Ils affinent leur naissance idéologique en se différenciant, en se dissociant du courant communiste orthodoxe dont ils sont issus. Le but – à la fois réel et affiché – de ce processus est simple : redéfinir une voie révolutionnaire valable à court terme pour l’Europe de ces années 1960 et 1970. Cette volonté résulte de l’axiome principal de tous ces groupes : le courant communiste orthodoxe – l’URSS comme les partis qui lui sont liés – n’est plus un courant révolutionnaire mais un courant réformiste ou, plus exactement, un courant révisionniste, c’est-à-dire un courant qui a révisé le marxisme, qui a trahi le marxisme et la révolution. Cette dimension du révisionnisme est essentielle, car la structuration politico-idéologique de tous ces groupes s’opère ainsi autour d’un couple antinomique : la trahison d’un côté, la pureté de l’autre4. Ainsi, le processus de naissance idéologique consiste à retrouver/inventer la mythique pureté révolutionnaire originelle, afin de déjouer le piège de l’accommodement révisionniste de la trahison. Pour cela, un certain nombre de moyens sont définis. Cette contribution se propose d’examiner trois de ces outils : le retour à Lénine, le retour à Staline et, enfin, le ralliement à Mao Tsé-toung.

Le retour à Lenine

8Dans le supermarché idéologique qu’est le capital théorique revendiqué par tout le courant communiste, ces groupes opèrent un tri en omettant les éléments qui vont dans le sens de l’assagissement et, à l’inverse, en mettant en avant les seuls éléments favorables à la radicalisation maximale. Une des formes les plus visibles de ce phénomène est un estompage des œuvres de Marx et d’Engels au profit de celles de Lénine.

9Lorsqu’on analyse les textes marxistes fondamentaux lus et étudiés par les militants maoïstes, individuellement ou dans le cadre des écoles de formation, on s’aperçoit que toute la dernière période des écrits de Marx et d’Engels est soigneusement occultée. Il s’agit des écrits dans lesquels ceux-ci envisagent un passage pacifique au socialisme. D’une façon générale, on peut également observer que les textes de Marx et d’Engels sont délaissés. Seuls Le Manifeste du parti communiste et La guerre civile en France sont réellement possédés par les militants. Pour l’essentiel, si les portraits de Marx et d’Engels sont brandis, leurs œuvres sont négligées. Et, à la place de Marx et d’Engels, c’est Lénine qui est encensé, statufié et ce sont ses œuvres qui inaugurent réellement la patristique révolutionnaire. Or, entre Lénine d’un côté et Marx et Engels de l’autre, il y a de nombreuses différences, dont une nous intéresse au premier chef : le rapport à la haine.

  • 5 Recherche effectuée le 16 janvier 2008. Toutes les citations non précisément référencées sont issu (...)

10L’étude de cette question est rendue plus difficile par l’absence de l’occurrence « Haine » dans les index publiés. Pour tenter d’approcher cette question, outre nos lectures personnelles, nous avons également scruté le champ lexical imprégnant le corpus des textes marxistes présents sur le site « Marxists. Org ». La représentativité de ce corpus reste à démontrer, mais il est certain qu’il n’a pas été constitué pour répondre à la question du rapport à la haine des différents théoriciens se réclamant du marxisme. Ce site nous a fourni 622 articles ou chapitres de livres contenant le vocable « Haine »5. Or, l’utilisation du mot « haine » est partiellement différente chez ces trois auteurs.

  • 6 Par exemple l’article d’Engels « Les condamnations à mort d’Anvers » dans La Nouvelle Gazette Rhén (...)

11Chez Marx et Engels, la fréquente utilisation du mot « haine » ne renvoie pas, la plupart du temps, au domaine de la polémique politique, mais plutôt au genre littéraire. À titre d’exemple, évoquant la Guerre de sécession américaine, ils écrivent que « l’ignorance et la haine ont décrié la conscription en la présentant comme un fait inouï dans l’histoire des États-Unis ». Et cette utilisation purement descriptive est fréquente chez ces deux auteurs6. En revanche, une telle pratique est très rare chez Lénine.

12Une autre pratique fréquente chez Marx et Engels, qui nous interdit de déduire une quelconque connotation du mot « Haine » est l’usage des citations. Ainsi, dans un article du 13 mars 1849, les deux auteurs citent un texte de loi ou bien Engels, dans L’Anti-Dühring, cite plusieurs utilisations du mot « haine » par Dühring lui-même. Là aussi, cet usage est rarissime chez Lénine.

13En revanche, une pratique commune aux trois théoriciens est d’utiliser le mot de façon dépréciative pour qualifier les animosités entre peuples. Ainsi, dans une lettre à Bebel le 13 septembre 1886, Engels stigmatise « le chauvinisme et la haine entre les peuples ». Quant à Lénine, un texte du 1 er décembre 1900 évoque à la fois la haine des Chinois contre les Européens et le fait que la réaction attise la haine contre les Juifs. Lénine multiplie ce type de notations toute sa vie : « Nous sommes ennemis des haines nationales » déclare-t-il ainsi le 4 janvier 1920.

14Si maintenant, nous ne retenons que les expressions qui permettent de connoter politiquement l’utilisation du vocable, il est clair que chez Marx et Engels, la haine est plus subie que revendiquée, alors que c’est le contraire chez Lénine. Chez les auteurs allemands, la haine se révèle principalement subie : c’est le prolétariat ou le camp de la liberté qui sont victimes de la haine de la bourgeoisie ou de la réaction. Ainsi, dans La Nouvelle Gazette Rhénane, le 28 juin 1848, ils évoquent la « haine qui éclate avec violence » au sein de la garde nationale, « une fureur froide contre les ouvriers insurgés », et ils insistent sur cette « haine fanatique des bourgeois contre les ouvriers insurgés ». Dans Le 18 Brumaire, Marx stigmatise « le parti de l’ordre (qui comprend) différentes fractions royalistes qui […] se réunissent toutes dans une même haine et dans les mêmes attaques contre la République ». Dans Les luttes de classes en France, c’est la haine de la bourgeoisie contre les Ateliers nationaux que Marx souligne. Enfin, dans La Guerre civile en France, c’est Thiers qui est mis au pilori : « Thiers n’a été conséquent que dans son avidité de richesse, et dans sa haine des hommes qui la produisent ».

15Lénine reprend naturellement à de nombreuses-reprises cette argumentation, tout en la prolongeant en montrant que la haine de la réaction vise aussi les révolutionnaires, c’est-à-dire les communistes. En 1921, il observe que la bourgeoisie internationale, remplie d’hostilité et de haines furieuses contre la Russie soviétique, est prête à tout moment à se jeter sur elle pour l’étrangler (Lénine, Intervention au III e congrès de l’Internationale communiste, 1921).

  • 7 Dans son « Discours sur la Pologne » du 22 février 1848, Engels avait déjà utilisé une formule app (...)

16Surtout, Lénine insiste infiniment plus que ses prédécesseurs sur ce que j’appellerai « le devoir de haine », la salutation positive de ce sentiment au sein du peuple et des révolutionnaires. Il existe quelques appropriations positives de la haine populaire chez Marx et Engels, mais en position seconde et, semble-t-il, dans leurs œuvres de jeunesse. Ainsi, dans son ouvrage de 1845, La situation de la classe laborieuse en Angleterre, Engels présente, à plusieurs reprises, sous un jour favorable la haine des ouvriers envers les bourgeois : « Il n’est donc pas étonnant que les travailleurs qu’on traite comme des bêtes, deviennent vraiment des bêtes, ou bien n’aient pour sauvegarder leur conscience d’hommes et le sentiment qu’ils sont des êtres humains que la haine la plus farouche, qu’une révolte intérieure permanente, contre la bourgeoisie au pouvoir. […] Oui, vraiment, ils ne peuvent vivre que dans la haine la plus ardente de leurs oppresseurs et de l’ordre des choses qui les a placés dans une semblable situation, qui les ravale au rang de machines ! » Le même sentiment apparaît, en creux, dans un article du même Engels publié le 1er août 1848 dans La Nouvelle Gazette Rhénane (« La Kölnische Zeitung et la situation en Angleterre »). De même, plusieurs écrits d’Engels présentent positivement la haine nationale que peuvent ressentir, contre l’Allemagne, les Polonais et leurs amis. Ainsi, dans son article du 21 juin 1848, « Nouvelle politique en Posnanie », Engels estime que « toute la sanglante guerre d’extermination contre les Polonais avec toutes les cruautés et les barbaries qui marqueront le nom allemand d’un opprobre éternel » provoque « la juste haine mortelle des Polonais à notre égard »7.

17Encore les choses ne sont-elles pas univoques, et nous pouvons également trouver des passages plus ambigus sur le rapport à la haine. Ainsi, dans la célèbre Guerre des paysans en Allemagne (1850), l’évocation de l’évolution de Münzer vers un langage plein de radicalité haineuse ne semble pas recueillir l’assentiment d’Engels : « Le langage serein et didactique du penseur, qui ne lui était pas étranger jusque-là, n’apparaît plus. Münzer est désormais tout entier le prophète de la révolution. Il attise sans arrêt la haine contre les classes dominantes, il excite les passions les plus effrénées et n’emploie plus que les tournures violentes que met dans sa bouche le délire religieux et national des prophètes de l’Ancien Testament. On se rend compte, d’après le style qu’il devait dès lors s’approprier, quel était le niveau de culture du public sur lequel il devait agir ».

  • 8 Lénine, « Exposé et commentaire du projet de programme », Œuvres complètes, tome 25, Paris/Moscou, (...)
  • 9 Id., « Projet de résolution sur la situation politique actuelle », op. cit., tome 2, p. 110.
  • 10 Id., « Contribution à l’histoire de la dictature », op. cit., tome 31, p. 367.
  • 11 Autres exemples dans sa « Lettre aux camarades » : « C’est précisément à ce mélange de réflexion e (...)
  • 12 Richard Pipes, The Unknown Lenin, New-Haven, Yale University Press, 1996.

18Ce type de réserve ne se rencontre jamais chez Lénine, bien au contraire. Chez lui, le devoir de haine est immédiat, proclamé et permanent. Lénine confère à la haine un véritable rôle structurant, celui de donner son efficacité à la lutte de classes. Très tôt, la haine est au centre de sa vision politique. Dans le tome 2 de ses œuvres (1896), se trouve un texte programmatique qu’il a écrit en prison. Dans ce texte, Lénine affirme que la haine de classe est le point de départ de la conscience de classe, même si le parti doit la rationaliser : « Il fut un temps où l’hostilité des ouvriers contre le capital ne s’exprimait que par un sentiment confus de haine pour leurs exploiteurs, par la vague conscience de leur état d’oppression et de leur esclavage, par le désir de se venger des capitalistes. […] C’était la première forme du mouvement ouvrier, sa forme initiale, et elle était nécessaire, car la haine du capitaliste a été, de tout temps et en tous lieux, la première impulsion qui a porté les ouvriers à se défendre. Mais le mouvement ouvrier russe n’en est plus à cette forme primitive »8. Mais rationaliser la haine, ce n’est pas la dépasser, c’est la maximiser. Lénine se félicite ainsi, en septembre 1917, que « la haine de l’armée [entendre : des soldats] sera accrue par l’attitude du gouvernement Kérenski »9 et, en 1920, il écrit qu’« une révolution, au sens étroit et premier du mot, est précisément une période de la vie du peuple pendant laquelle la haine accumulée depuis des siècles contre les exploits des Avramov éclate non en paroles, mais en actes »10. La même année, lors du IIe congrès du Komintern, il déclare ainsi : « Nous observons dans maints pays un antiparlementarisme qui n’est pas tant le fait d’hommes issus de la petite-bourgeoise que celui de certains groupes avancés du prolétariat, mus par la haine à l’égard de l’ancien parlementarisme, haine légitime, juste et nécessaire, provoquée par le comportement des parlementaires de Grande-Bretagne, de France, d’Italie, de tous les pays »11. Et de nombreux autres textes pleins de phrases haineuses sont présents dans les textes de Lénine écartés de ses Œuvres complètes par les Soviétiques et publiés par Richard Pipes12. En outre, Lénine étend cette appréciation positive aux conflits nationaux, pour justifier la lutte des nations opprimées. Il évoque ainsi dans ses Notes critiques sur la question nationale de 1913 la « haine parfaitement légitime et naturelle contre les oppresseurs grands-russes ».

  • 13 Pour de plus amples développements, cf. Philippe Buton, « La SFIO vue par le Parti communiste, par (...)
  • 14 Lénine, « Lettre aux ouvriers américains » (20 août 1918), OC 28, p. 61.
  • 15 Lénine, « L’Internationale de la jeunesse », OC 23, p. 280.

19Et ce juste sentiment n’est pas réservé aux masses, les révolutionnaires aussi doivent s’en nourrir. Présentant l’engagement de Marx et d’Engels, Lénine leur attribue ce propre sentiment dans son article nécrologique de 1895 : « Dès le lycée, (Engels) avait pris en haine l’absolutisme et l’arbitraire de la bureaucratie […] Marx et Engels possédaient très fort le sentiment démocratique de haine pour l’arbitraire politique ». D’où le fait que chez Lénine, cette acceptation du sentiment de haine se traduit par une pratique politique particulière, un langage original, à savoir le maniement de l’injure. Dans les écrits de Lénine, il est frappant de voir qu’un militant en désaccord n’est pas un militant en divergence d’analyse, mais un traître. Parmi une multitude d’exemples, pensons à la brochure qu’il écrit en 1918, La révolution prolétarienne et le renégat Kautsky. Ce triptyque : désaccord-trahison-stigmatisation n’est pas lié au caractère teigneux de Lénine. Ou, plus exactement, le caractère teigneux de Lénine renvoie au fait qu’il a introduit un changement de paradigme dans la vision du couple « unité/diversité » dans la pensée socialiste. Deux phases existent dans la condamnation de la déviation socialiste par Lénine. Dans un premier temps, le socialisme majoritaire serait un opportunisme, hésitant devant la Révolution et tenté par la conciliation de classe. Mais, à partir de la Première Guerre mondiale, l’opportunisme se métamorphoserait en social-chauvinisme, en social-impérialisme. D’un adversaire au sein du mouvement ouvrier, le socialisme officiel deviendrait l’agent de l’ennemi au sein du mouvement ouvrier13. La haine se retrouve ainsi parfaitement légitimée et elle souderait la relation entre vrais et faux révolutionnaires. En 1919, Lénine souligne l’hostilité dont ont été victimes ses illustres prédécesseurs de la part des traîtres : « Vers 1870, Marx s’est acquis la haine honorifique des vils héros de la tendance internationale « bernoise » de l’époque, des opportunistes et des réformistes, pour avoir stigmatisé nombre de leaders des trade-unions anglaises, vendus à la bourgeoisie ou payés par elle pour services rendus à sa classe à l’intérieur du mouvement ouvrier ». (Lénine, Les tâches de la IIIe Internationale, 1919). Naturellement, ce même sentiment s’observerait à l’encontre des bolcheviks : « Quoi d’étonnant si la bande des impérialistes internationaux nous hait pour cette raison, s’ils nous « accusent », si tous les larbins des impérialistes, y compris nos socialistes-révolutionnaires de droite et nos menchéviks, nous « accusent » eux aussi ? Dans la haine que ces chiens de garde de l’impérialisme vouent aux bolchéviks, comme dans la sympathie des ouvriers conscients de tous les pays, nous puisons une assurance nouvelle dans la justesse de notre cause »14. En décembre 1916, il salue une publication car elle « est pénétrée d’un excellent esprit de haine ardente contre les traîtres au socialisme qui « défendent la patrie » dans la guerre actuelle »15. Autre exemple, un an plus tard : « On observe partout, au sein des masses prolétariennes, sous une forme plus ou moins claire et plus ou moins vive, la conscience de la trahison du socialisme par les social-chauvins, la haine et le mépris pour les social-chauvins les plus en vue, tels que Plekhanov en Russie, Scheidemann en Allemagne, Guesde, Renaudel et Cie en France, Hyndman et consorts en Angleterre, et une foule d’autres ». (« Sur la conférence de Stockholm » septembre 1917).

20Ce trait politique est d’autant plus prégnant chez Lénine qu’il est à la fois justifié politiquement et assumé psychologiquement. Prenons l’épisode même de la naissance de Lénine. Lénine n’est pas né Lénine mais Vladimir Ilitch Oulianov. Il devient Lénine lorsqu’il adopte ce pseudonyme et surtout, pour notre propos, lorsqu’il devient indépendant sur le plan politique, fondateur d’une nouvelle doctrine. Cet épisode matriciel survient au début du siècle, en 1900-1901, lorsqu’il rompt avec celui qui a introduit le marxisme en Russie, Georges Plekhanov. Lénine a alors trente ans.

  • 16 Jean Bruhat se contente de l’annotation suivante : « D’abord, il n’est pas toujours facile de s’en (...)
  • 17 Robert Service, Lenin. L’uomo, il leader, il mito (2000), Milano, Mondadori, 2001, p. 124 sq.
  • 18 Le développement suivant est largement redevable à l’ouvrage pionnier de Dominique Colas, Le lénin (...)

21Cet épisode est négligé dans l’hagiographie rédigée par l’historien communiste Jean Bruhat16. Il est en revanche largement traité dans la dernière biographie publiée de Lénine, celle de Robert Service17, et surtout dans le bel ouvrage de Dominique Colas18.

  • 19 Lénine, « Comment l’Iskra faillit s’éteindre », Œuvres complètes, tome 4, Paris/Moscou, Éditions s (...)
  • 20 Ibid., p. 354-355.

22Pour connaître cet épisode, nous avons la chance de posséder un texte de Lénine relatant cette rupture, un texte style journal intime, et qui ne fut publié qu’après sa mort. Je passe sur les détails de la rupture, et j’en viens à l’essentiel, la double remarque de Lénine. Première remarque : la reconnaissance de la haine qu’il ressent désormais pour Plekhanov : « Est-ce bien moi, ardent admirateur de Plekhanov, qui parle maintenant de lui avec tant de haine et qui vais, les lèvres serrées et une froideur diabolique dans l’âme, lui dire des paroles froides et cassantes, lui annoncer ou à peu près la ‘ rupture des relations’ ? »19. Deuxième remarque : selon Lénine, cette haine résulte de l’amour déçu, de la passion trahie qu’il ressentait pour Plekhanov. Et, comme l’observe avec justesse Dominique Colas, Lénine en vient alors à sa conclusion fondamentale : s’interdire désormais d’aimer : « nous étions jusque-là amoureux de Plekhanov (…) Et cette jeunesse amoureuse reçoit de l’objet de son amour un amer enseignement : il faut considérer tout homme ‘ sans sentimentalité’, en dissimulant à tout hasard une pierre dans son sein. Voilà les paroles amères que nous répétions sans fin ce soir-là (…) Aveuglés par notre passion nous nous étions conduits en somme comme des esclaves »20.

23Pour conclure sur ce point, je dirai que Marx et Engels sont des polémistes nés, mais leur polémique n’est pas fondamentalement haineuse mais rhétorique. En revanche, chez Lénine, la polémique est naturellement rhétorique mais également haineuse, car Lénine a confié à la haine la fonction de structurer la double colonne vertébrale du bolchevisme :

  1. La haine est justifiée à l’égard des opposants, des dissidents qui ne sont que des traîtres
  2. La haine est le moteur principal de la lutte des classes.
  • 21 Entre de multiples exemples, je renvoie à la lumineuse étude réalisée par Annie Kriegel en 1966 : (...)
  • 22 Cf. Patrick Kessel, Le mouvement « maoïste » en France, Paris, UGE, « 10/18 », tome 1, 1972, p. 14 (...)

24Ce trait fondamental du bolchevisme a donné une connotation particulière à tout le mouvement communiste21. Or, après la mort de Staline, le mouvement communiste connut un difficile processus d’acculturation démocratique, dans lequel le rapport à cette double colonne vertébrale constituée par la haine fut essentiel. Une des étapes de cette acculturation démocratique fut, en 1966, la résolution du Comité central du PCF réuni à Argenteuil, résolution qui, entre autres choses, assimilait le marxisme à une forme spécifique de l’humanisme. Or, ce fut précisément le terrain d’affrontement choisi par les maoïstes de l’Union des Étudiants communistes pour rompre avec le PCF : refuser ce ralliement à l’humanisme et renouer avec la pureté antihumaniste du léninisme22.

25Pour poursuivre leur radicalisation, les maoïstes trouveront facilement une autre voie encore plus aisée que celle de la controverse intra-léniniste. Une autre voie plus aisée parce que moins encombrée : le retour à Staline.

Le retour à Staline

26Ce deuxième moyen de purification idéologique ne concerne pas tous les militants maoïstes, mais seulement ceux qui ont choisi comme logo identitaire la reproduction des cinq pères fondateurs : Marx-Engels-Lénine-Staline-Mao. Ce logo permet à la fois de revendiquer une filiation, d’où la présence de Marx et d’Engels, et une radicalisation, d’où la présence de Lénine et de Staline, Mao représentant l’ultime développement de cette doctrine révolutionnaire.

27Pour ces groupes, le retour à Staline constitue une voie privilégiée dans la radicalisation. Ainsi, pour la formation de la grande majorité des militants de cette période, l’ouvrage de base est le livre rédigé par Staline, L’histoire du PCb, publié en 1938. Or, il est intéressant de noter que cet ouvrage s’abreuve à la haine des concurrents de Staline, Trotski essentiellement. Il suffit ici de citer quelques passages de la table des matières :

  • pour la période 1921-1925, il est écrit : « Recrudescence de l’activité trotskiste en rapport avec la maladie de Lénine […] Défaite des trotskistes ».
  • pour la période 1926-1929, on peut lire : « Constitution du bloc trotskistes-zinoviéviste de lutte contre le Parti […] Écrasement du bloc trotskiste-zinoviéviste. Duplicité politique »
  • Puis les caractérisations vont crescendo. Pour la période 1930-1934, cela donne : « Les boukhariniens dégénèrent en politiciens à double face. Les trotskistes à double face dégénèrent en une bande de gardes blancs, assassins et espions. Lâche assassinat de Kirov ». Enfin, pour la dernière période, 1935-1937, on peut lire : « Liquidation des débris boukhariniens et trotskistes, espions, saboteurs et traîtres à la patrie »23.
  • 24 Trotski et le trotskisme. Textes et documents, Paris, Bureau d’Éditions, 1937, rééd. Paris, Edition (...)

28Accompagnant la lecture de cet ouvrage, toute une série de textes nourris de haine sont réédités et entretiennent ce rejet maladif du trotskisme, celui-ci ne faisant qu’occuper une des figures de la trahison. Exemple parmi d’autres, les maoïstes rééditent à plusieurs reprises dans les années 1970 un opuscule publié par le PCF en 1937, intitulé « Trotski et le trotskisme » dans lequel, entre autres choses, est reproduite la caractérisation du trotskisme faite par Staline le 3 mars 1937 : « Le trotskisme a cessé d’être le courant politique dans la classe ouvrière qu’il était il y a sept ou huit ans, il est devenu une bande cynique et sans principe de saboteurs, d’agents de diversion, d’espions et d’assassins agissant selon les instructions des organes d’espionnage des États étrangers »24.

29Mais tous ces groupes ne se contentent pas de rééditer les textes des staliniens des années 1930, ils font également œuvre de création intellectuelle. Les Belges de l’UCMLB ont ainsi réalisé plusieurs brochures à vocation historique pour exalter la lutte de Staline contre les diverses déviations. En France, un des trois principaux groupes maoïstes des années 1970 publie une revue théorique, Octobre, dont quelques numéros seulement sortiront. La deuxième livraison, en juin 1973, est précisément consacrée au trotskisme et ne craint pas de reproduire les extraits des procès-verbaux des procès de Moscou avec des interventions de Vichinski, alors même qu’à ce moment, tout le monde connaissait le caractère truqué de ces procès.

30Le troisième procédé de rupture avec l’acculturation démocratique est le ralliement à Mao Tsé-toung

Le ralliement à Mao

  • 25 Jung Chang, Jon Halliday, Mao. The Unknown Story, London, Jonathan Cape, 2005.
  • 26 Voir par exemple Maria-Antonetta Macciochi, De la Chine, Paris, Le Seuil, 1971 ou Alain Bouc, Mao (...)

31Cela dit, sur ce troisième point, les choses sont plus complexes. La vraie vie de Mao est alors très mal connue. Les connaissances moyennes d’un militant maoïste sont très loin de la récente biographie écrite par Jung Chang et Jon Halliday25. Nourrie par les livres angéliques d’Edgar Snow, de Maria-Antonetta Macciochi et des correspondants du quotidien français Le Monde, tels Alain Bouc, s’imposait une vision quasi-humaniste de la vie et de l’œuvre de Mao26.

32Dans le même temps, la spécificité du maoïsme – et c’est la principale raison de son succès – était l’antidote théoriquement trouvé à la dégénérescence bureaucratique de l’URSS. Ce qui s’élaborait alors était une vision de la lutte des classes qui opposait d’un côté la chute, incarnée par une sorte de tranquillité complaisante envers le système, une volonté plus ou moins avouée de préserver le cadre habituel, les habitudes conformistes diverses, dont le souci du droit, des droits de l’homme et de la personnalité humaine. Face à ce Mal, le Bien est incarné par la table rase, par l’exigence révolutionnaire voulue par les masses, par la brutalité nécessaire nourrie par la haine ressentie par les exploités vis-à-vis des exploiteurs.

33Aussi, pour lutter contre l’acculturation démocratique des ouvriers européens et des militants, les militants maoïstes utilisèrent plusieurs moyens. L’un d’entre eux est un traitement spécifique des luttes sociales et politiques, qu’on peut résumer en trois points : exacerber, généraliser et globaliser les conflits. Or, dans cette spirale radicalisatrice, la haine fut un des moteurs particulièrement sollicités. Autrement dit, si le retour à Staline a permis de maximiser la première composante haineuse du bolchevisme (la haine du déviant), le ralliement à Mao signifie la maximisation de la seconde composante haineuse du bolchevisme : la haine comme moteur privilégié de la lutte des classes.

34Les principales cibles de cette haine sont au nombre de quatre.

35La plus importante, à mon sens, est l’extrême-droite.

  • 27 Par exemple Ernst Nolte, La guerre civile européenne, 1917-1945(1987), Paris, Éditions des Syrtes, (...)
  • 28 Voir en particulier Donatella della Porta (a cura di), Terrorismi in Italia, Bologna, Il Mulino, 1 (...)
  • 29 Reproduit dans Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en It (...)
  • 30 Ibid., p. 84.

36Les travaux sur l’Italie des années de plomb, en particulier les ouvrages de Donatella della Porta, – comme ceux précédemment parus sur l’Allemagne de Weimar27 – ont montré la dangerosité de la spirale radicalisatrice provoquée par cette « guerre civile limitée » entre extrémistes des deux bords28. Cette haine de l’extrémiste opposé est entretenue avant tout par les actions concrètes et les affrontements physiques. Mais l’écrit joue aussi ce rôle dans l’entretien d’un certain climat. Ainsi, en Italie, Potere Operaio publie des tracts très violents. En voilà un extrait : « Les détruire, les mettre en morceaux, les terroriser, en casser l’organisation, briser l’épine dorsale de cette armée anti-ouvrière, punir avec une violence systématique ces assassins, c’est un devoir… » (5 février 1971)29. Cette haine est légitimée et renforcée par toute une thématique analogique. En mars 1971, rendant compte d’une attaque d’un meeting d’Ordre Nouveau, la Gauche prolétarienne écrit « La haine remonte de loin : nous n’avons pas oublié le massacre des juifs et des résistants par les nazis et les collaborateurs, nous n’avons pas oublié le massacre de nos frères algériens par les successeurs des nazis lors de la guerre pour l’indépendance de l’Algérie. Nous n’avons pas oublié le mot d’ordre du poète de la Résistance : ‘ Par les armes et par le sang, délivrez-nous du fascisme’ »30.

37La deuxième cible, par ordre d’importance, est représentée par les forces de l’ordre.

  • 31 La cause du peuple, no 37, 18 mars 1971.

38Dans la presse maoïste, leur présence est encore plus forte que celle des présumés fascistes, et un certain nombre de techniques sont utilisées pour préparer le militant à éviter toute compassion éventuelle : la dénonciation maximale (cf. les photos de Richard Deshayes ensanglanté), l’acclimatation à la violence donnée et pas seulement à la violence reçue (cf. la dramaturgie photographique de L’Humanité nouvelle en avril-mai 1968, ainsi que la même thématique, mais radicalisée, dans La cause du peuple en 1970-1971). Naturellement, les textes d’accompagnement sont en harmonie avec ces illustrations violentes. Voilà le récit des affrontements avec la police pour tenter d’interdire un meeting d’Ordre Nouveau début 1971 : « Nous nous sommes regroupés à plus de trois mille à la porte de Vanves ; en tête, un groupe compact, casqué et bien armé sur les ailes, des camarades qui portaient des cocktails […]. La colère a monté dans nos rangs : le souvenir de Richard mutilé, la haine des fascistes nous ont soulevés. Une grenade a été lancée, elle a explosé sur le ventre d’un flic qui portait une sacoche de grenades (il doit en rester peu de chose !). Des deux ailes, les cocktails sont partis, sur des flics qui flambaient comme des torches. Alors nous avons chargé, et par deux fois on les a fait reculer en désordre à coups de barres et de cocktails. […] Avec des boulons, des bouteilles, chacun y allait, sans hésiter, avec ce qu’il avait. Lorsqu’on a dû reculer sous le jet des gaz lacrymogènes […] on a pu voir une quinzaine de flics allongés sur le bitume »31.

39La troisième cible, particulièrement dangereuse pour la paix civile, est celle incarnée par les « petits chefs ».

40Ce fut la spécialité des Brigades rouges en Italie avec la pratique dite de jambisation, consistant à tirer dans les jambes d’un individu, antichambre des assassinats. Or, en espérant être soutenus par les salariés, les militants armés prenaient pour cible le petit personnel d’encadrement des usines.

  • 32 Ibid., no 33, 8 janvier 1971.

41Il n’est pas indifférent d’observer que lorsque la Gauche prolétarienne s’est engagée dans la voie de la radicalisation militaire, c’est la même cible qu’elle a retenue, avec les Groupes ouvriers anti-flics attaquant des « petits chefs » à la sortie de Renault-Billancourt32. La légitimation de ces actions est sans réserve, ainsi dans ce texte de mars 1970, « De la lutte violente de partisans » : « Quand on incendie la moto du patron ou les grands bureaux des mines, quand on sabote une grue en représailles contre l’assassinat des ouvriers, c’est peu de chose en comparaison de la guerre véritable, celle que nous mènerons quand tout le peuple sera soulevé et armé, mais c’est quand même la guerre de classe qui commence : avec la lutte violente de partisans, c’est l’état de guerre qui est instauré entre le peuple et ses oppresseurs, c’est la paix sociale qui est brisée, puisque patrons et flics savent qu’ils n’ont pas à craindre des pétitions ou des protestations, mais qu’ils ont à craindre pour eux-mêmes, pour leurs biens, pour leur matériel ».

42La dernière cible vise à l’introduction systématique de la violence dans les luttes sociales, que ce soit la séquestration des cadres et des dirigeants, la destruction des bureaux, la redécouverte des sabotages et les pratiques d’affrontements personnels.

43En définitive, tout cela pose une question simple : la haine jusqu’où ?

44A posteriori, tout un discours a été développé sur le codage des affrontements, sur une certaine théâtralisation des affrontements. Cela ne m’apparaît que moyennement exact. Une comparaison France-Italie peut donner quelques indications intéressantes.

  • 33 Cité par I. Sommier, op. cit., p. 65.
  • 34 Ibid., p. 59.

45En premier lieu sur la revendication de la haine comme un sentiment juste. Les témoignages sont ambigus. Un des théoriciens italiens de la lutte violente, Toni Negri, écrit dans un ouvrage publié à Milan en 1974 « Nous ne craignons ni la crise ni la violence : nous sommes une réalité qui tire sa raison de la haine pour les patrons et de l’inflexibilité de la lutte non pas du désespoir mais du désir, du plaisir, de la richesse »33. À l’inverse, en 1971, le groupe armé de la Gauche prolétarienne, la Nouvelle résistance populaire, rejetait ce sentiment de haine sur le camp opposé, grâce à une rhétorique fleurant le romantisme juvénile : « Nous sommes conscients que c’est une lutte à mort qui s’engage, mais nous ne la craignons nullement, car les coups de nos ennemis sont dictés par la peur et la haine, alors que les nôtres seront guidés par la confiance dans l’avenir et par l’amour du peuple »34.

  • 35 Entretien Patrick Isnard, octobre 2006.
  • 36 Alain Geismar, Serge July, Erlyn Morane, Vers la guerre civile, Paris, EPI, 1969, p. 364.

46En fait, les choses ne sont pas univoques. Un militant maoïste français, alors âgé de 15 ans, témoigne qu’en 1972, squattant une maison vide à Issy-les-Moulineaux et attendant l’assaut de la police, il écrit sur les murs à la bombe de peinture, de façon spontanée « Flics, la haine de classe vous perdra », revendiquant ainsi ce sentiment motivant son combat politique35. Et un des passages conclusifs de l’ouvrage de Geismar, July et Morane – Vers la guerre civile – est sans ambiguïtés : « (A Sochaux, en juin 1968) le bruit court dans la région, parmi les travailleurs, que plusieurs corps de CRS auraient été retrouvés aux alentours. En tout cas les armes, prises sous le coup de la réaction furieuse, de la haine de classe, furent rapidement rangées, après avoir mis en fuite les CRS. À la date où cela se passait, le passage à l’insurrection armée n’était pas de mise : les camarades de Sochaux l’ont compris, ils ont mis à sac le cercle Peugeot, ils ont osé prendre les armes. Ils savent ce que signifie l’affrontement de classe. Ce réapprentissage de la haine de classe fut chèrement payé, mais la force prolétarienne a de quoi faire peur à la bourgeoisie et aux capitulards »36.

47En outre, lorsqu’on décortique le processus d’acclimatation de la violence, on s’aperçoit qu’il est identique en France et en Italie. Car une des erreurs est de séparer drastiquement les luttes violentes de rue ou les luttes sociales violentes, et les pratiques terroristes. En Italie, le processus est complètement imbriqué, et l’enclenchement du processus fut exactement le même de chaque côté des Alpes. Or en Italie, ce ne fut pas de la théâtralisation et les limites ont rapidement été franchies.

48Il y eut plus de 4 000 actions violentes en Italie entre 1969 et 1980. Parmi ces actions violentes, 68 % ont été commises par l’extrême-droite et 27 % par l’extrême-gauche. Mais au total il y eut 362 morts pour des causes politiques, en majorité provoquées par l’extrême-droite, mais pas seulement par elle.

49En guise de conclusion, tentons de répondre à notre question initiale : la haine constitue-t-elle le ciment identitaire de l’extrême-gauche maoïste de ces années ?

50À mon sens, la réponse ne peut être que nuancée en raison de deux constats. D’une part la haine existe et elle joue un rôle fondamental dans la tentative de radicaliser les affrontements sociaux et politiques de cette époque. Mais le sentiment de haine ne m’apparaît pas jouer le rôle principal à l’extrême-gauche, ni dans l’adhésion, ni dans la lutte militante. Dans l’adhésion, on adhère pour des raisons fondamentalement humanistes et libertaires. Dans la lutte militante, cette composante ne disparaît pas. Certes, elle est épisodiquement ou fréquemment contrebalancée par la haine – et cela dépend des groupes – mais elle ne disparaît pas. À cet égard, il me semble nécessaire de rejeter le parallélisme des extrêmes : au sein de l’extrême-droite, le rejet de l’Autre, la recherche obsessionnelle de la pureté du groupe par l’exclusion du différent constitue sa colonne vertébrale identitaire, pas à l’extrême-gauche.

Anmerkungen

1 Parmi les Mémoires d’anciens militants léninistes, citons en particulier Robert Barcia, La véritable histoire de Lutte Ouvrière. Entretiens avec Christophe Bourseiller, Paris, Denoël, 2003 ; Daniel Bensaïd, Une lente impatience, Paris, Stock, 2004 ; Renato Curcio, À visage découvert. Entretiens avec Mario Scialoja (1993), Paris, Lieu commun, 1993 ; Nicolas Dubost, Flins sans fin…, Paris, François Maspero, 1979 ; Gérard Filoche, 68-98, histoire sans fin, Paris, Flammarion, 1998 ; Alberto Franceschini, Brigades rouges. L’histoire secrète des BR racontée par leur fondateur. Entretien avec Giovanni Fasanella (2004), Paris, Editions du Panama, 2005 ; Jacques Jurquet, À contre-courant, 1963-1986, Pantin, Le Temps des Cerises, 2001 ; Alain Krivine, Ca te passera avec l’âge, Paris, Flammarion, 2006 ; Edwy Plenel, Secrets de jeunesse, Paris, Stock, 2001 ; Benjamin Stora, La dernière génération d’octobre, Paris, Stock, 2003. La même absence d’indications utiles s’observe dans les histoires organisationnelles écrites par les dirigeants : Pierre Frank, La quatrième internationale, Paris, François Maspero, 1969 ; Michel Lequenne, Le trotskisme, une histoire sans fard, Paris, Syllepse, 2005 ; Livio Maitan, Per una storia della IV internazionale. La testimonianza di un comunista controcorrente, Roma, Edizioni Alegre, 2006. On pouvait s’attendre à une moisson plus abondante en lisant les anciens militants ayant choisi la forme de l’autobiographie romancée, mais la récolte demeure maigre : Thierry Jonquet, Rouge c’est la vie, Paris, Le Seuil, 1998 ; Robert Linhart, L’Etabli, Paris, Les Éditions de Minuit, 1978 ; Jean Rolin, L’organisation, Paris, Gallimard, 1996 ; Olivier Rolin, Tigre en papier, Paris, Le Seuil, 2002.

2 Citations du Président Mao Tse-toung, Pekin, Éditions en langues étrangères, 1966, p. 227.

3 Jean Baby, La grande controverse sino-soviétique (1956-1966), Paris, Grasset, 1966.

4 Quelques développements supplémentaires dans Philippe Buton, « Préface », Sylvain Boulouque, Pascal Girard (dir.), Traîtres et trahisons. Guerres, imaginaires sociaux et constructions politiques, Paris, Seli Arslan, 2007.

5 Recherche effectuée le 16 janvier 2008. Toutes les citations non précisément référencées sont issues de cette source.

6 Par exemple l’article d’Engels « Les condamnations à mort d’Anvers » dans La Nouvelle Gazette Rhénane, no 93, 3 septembre 1848. De même, plusieurs passages de La Sainte Famille (1844) ou du Capital. Autre exemple pour Marx, dans les Manuscrits de 1844 : « Il transforme la fidélité en infidélité, l’amour en haine, la haine en amour, la vertu en vice, le vice en vertu, le valet en maître, le maître en valet, le crétinisme en intelligence, l’intelligence en crétinisme » ou bien pour Engels, dans l’Anti-Dühring, « La haine de la philologie ancienne l’amène à… », et la liste n’est pas exhaustive.

7 Dans son « Discours sur la Pologne » du 22 février 1848, Engels avait déjà utilisé une formule approchante : « Mais, Messieurs, est-ce là tout ce que nous avons à faire ? Est-ce assez de verser une larme sur le tombeau d’un malheureux pays et de jurer à ses oppresseurs une haine implacable, mais jusqu’à présent peu puissante ? »

8 Lénine, « Exposé et commentaire du projet de programme », Œuvres complètes, tome 25, Paris/Moscou, Éditions sociales/Éditions du progrès, 1975, p. 343.

9 Id., « Projet de résolution sur la situation politique actuelle », op. cit., tome 2, p. 110.

10 Id., « Contribution à l’histoire de la dictature », op. cit., tome 31, p. 367.

11 Autres exemples dans sa « Lettre aux camarades » : « C’est précisément à ce mélange de réflexion enseignée par l’expérience chez les éléments conscients et de haine proche du désespoir à l’égard des lock-outeurs et des capitalistes chez les larges masses que le développement de la révolution a amené en fait et les ouvriers et la paysannerie ».

12 Richard Pipes, The Unknown Lenin, New-Haven, Yale University Press, 1996.

13 Pour de plus amples développements, cf. Philippe Buton, « La SFIO vue par le Parti communiste, partenaires et adversaires », Serge Berstein, Frédéric Cépède, Gilles Morin, Antoine Prost (dir.), Le Parti socialiste entre Résistance et République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 171-180.

14 Lénine, « Lettre aux ouvriers américains » (20 août 1918), OC 28, p. 61.

15 Lénine, « L’Internationale de la jeunesse », OC 23, p. 280.

16 Jean Bruhat se contente de l’annotation suivante : « D’abord, il n’est pas toujours facile de s’entendre avec Plekhanov. Bien des bons bourgeois suisses, promeneurs d’un soir d’été, ont dû se demander ce qui se passait entre ces cinq personnages, qui discutaient avec vivacité et en une langue étrangère un jour d’août 1900 à Corsier, tout au bord du lac Léman. Ils étaient cinq en effet, Plekhanov, Lénine, Potressov, Vera Zassoulitch, et Axelrod, qui étaient sur le point de rompre, d’où les éclats de voix qui trouaient le silence du soir. Plekhanov est autoritaire, mais Lénine est têtu quand il estime avoir raison ». Jean Bruhat, Lénine, Paris, Le Club français du livre, 1960, p. 67.

17 Robert Service, Lenin. L’uomo, il leader, il mito (2000), Milano, Mondadori, 2001, p. 124 sq.

18 Le développement suivant est largement redevable à l’ouvrage pionnier de Dominique Colas, Le léninisme, Paris, Presses universitaires de France, 1982, « Quadrige », 1998.

19 Lénine, « Comment l’Iskra faillit s’éteindre », Œuvres complètes, tome 4, Paris/Moscou, Éditions sociales/Éditions du progrès, 1976, p. 356.

20 Ibid., p. 354-355.

21 Entre de multiples exemples, je renvoie à la lumineuse étude réalisée par Annie Kriegel en 1966 : « Un phénomène de haine fratricide : Léon Blum vu par les communistes » (1966), Annie Kriegel, Le pain et les roses, Paris, PUF, 1968, UGE, 1973, p. 391-433.

22 Cf. Patrick Kessel, Le mouvement « maoïste » en France, Paris, UGE, « 10/18 », tome 1, 1972, p. 149 sq.

23 Histoire du Parti communiste (bolchévik) de l’URSS (1938), Moscou, Éditions en langues étrangères, 1949, rééd. Paris, Éditions Norman Béthune, 1971, p. 407-408.

24 Trotski et le trotskisme. Textes et documents, Paris, Bureau d’Éditions, 1937, rééd. Paris, Editions Norman Béthune, 1971, p. 84.

25 Jung Chang, Jon Halliday, Mao. The Unknown Story, London, Jonathan Cape, 2005.

26 Voir par exemple Maria-Antonetta Macciochi, De la Chine, Paris, Le Seuil, 1971 ou Alain Bouc, Mao Tsétoung ou la révolution approfondie, Paris, Le Seuil, 1975 ; Id., La rectification, Lyon, Fédérop, 1977.

27 Par exemple Ernst Nolte, La guerre civile européenne, 1917-1945(1987), Paris, Éditions des Syrtes, 2000.

28 Voir en particulier Donatella della Porta (a cura di), Terrorismi in Italia, Bologna, Il Mulino, 1984 ; Id., Social Movements and Violence : Participation in Underground Oranizations, Greenwich/London, Jai Press, 1992 ; Sidney Tarrow, Democracy and Disorder. Protest and Politics in Italy, 1965-1975, Oxford, Oxford University Press, 1989 ; Donatella Della Porta, Il terrorismo di sinistra, Bologna, Il Mulino, 1990.

29 Reproduit dans Isabelle Sommier, La violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 82.

30 Ibid., p. 84.

31 La cause du peuple, no 37, 18 mars 1971.

32 Ibid., no 33, 8 janvier 1971.

33 Cité par I. Sommier, op. cit., p. 65.

34 Ibid., p. 59.

35 Entretien Patrick Isnard, octobre 2006.

36 Alain Geismar, Serge July, Erlyn Morane, Vers la guerre civile, Paris, EPI, 1969, p. 364.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540