Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Deuxième partie. Mondes modernes et contemporains haines dites, haines tacites

Le gaullisme d’opposition au miroir de la haine politique, 1947-1958

Pascal Girard

Texte intégral

  • 1 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition, 1946-1958, Histoire du gaullisme, Paris, Fayard, 1983, 436 (...)

1L’expression gaullisme d’opposition est de Jean Charlot1, et renvoie au principal mouvement gaulliste de la Quatrième République, le Rassemblement du Peuple Français (RPF). Né le 7 avril 1947, mis en sommeil à l’automne 1954 et dissous en septembre 1955, il sera notre objet d’étude principal dans cette communication. Nous ne traiterons pas en amont de l’Union Gaulliste et en aval des Républicains Sociaux, mais nous analyserons néanmoins l’évolution postérieure à l’existence du RPF à la fin de la Quatrième République.

  • 2 Jacques Fauvet, Les forces politiques en France, Paris, Éditions Le Monde, 2e édition, 1950, pages  (...)
  • 3 Jacques Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, pages 127-128.

2Pourquoi le RPF ? Parce que ce qu’il a laissé, y compris chez les gaullistes, l’image d’un mouvement sinon extrémiste, du moins activiste, dont le discours ne s’embarrassait pas de précaution oratoire et dont la violence a même choqué nombre d’observateurs de l’époque. En 1950, le journaliste du Monde Jacques Fauvet, pourtant relativement bienveillant vis-à-vis du Rassemblement comparé à certains de ses confrères, relève que le discours de de Gaulle lui-même oscille entre la hauteur et la violence quand il s’en prend à ses contemporains. Reprenant les paroles d’une personnalité MRP de l’époque, il affirme que le RPF se caractérise par un « anticommunisme négatif et simpliste »2. Quelques années plus tard, il estime encore qu’avec le discours de Rennes, cet anticommunisme avait atteint une violence jamais égalée3. Il nous a donc semblé pertinent d’examiner la place de la haine dans le discours politique du RPF, et au-delà, de déterminer le ou les caractères éventuellement « extrémistes » du RPF, question qui peut paraître un peu provocatrice mais qui fait écho aux débats politiques de l’époque.

  • 4 Sur ce média particulier que constitue l’affiche, avec des conclusions un peu différentes, voir le (...)
  • 5 Nous tenons à exprimer ici notre sincère gratitude à la Fondation Charles de Gaulle qui a mis ces d (...)

3En ce qui concerne les sources à notre disposition, les premières qui viennent évidemment à l’esprit sont les discours du général de Gaulle. Ceux-ci ne constituent cependant par l’ordinaire de la propagande du RPF, avant tout basée sur un hebdomadaire militant, l’Étincelle (premier numéro paru le 26 avril 1947) qui devient le Rassemblement à partir du 31 janvier 1948. Le journal contient d’ailleurs le plus souvent les transcriptions des discours importants de de Gaulle ou des autres personnalités gaullistes, auxquelles il ajoute des articles divers, des dossiers thématiques, des rubriques, des caricatures et la plupart du temps une double page destinée à servir d’affiche4. C’est sur cette publication, qui donne un aperçu assez complet des formes de discours (discours, articles, dessins) sur une période relativement longue correspondant à l’existence du RPF, que nous avons choisi de nous appuyer. Les autres publications militantes étaient de façon surprenante relativement rare, mais nous les avons utilisées ponctuellement quand cela était possible5.

4Ce choix effectué, nous avons cependant dû faire face à une difficulté à laquelle nous n’avions pas pensé de prime abord : comment caractériser la haine dans le discours ? La définition du dictionnaire (hostilité, aversion profonde qui pousse à vouloir du mal, à nuire) nous est apparue quelque peu vague et insuffisante pour déterminer de façon sûre si un discours donné était effectivement à classer dans la haine ou dans un autre des multiples catégories connexes du mépris, de la défiance, de la peur, etc. De plus, dans les sources que nous avons pu consulter, c’est un sentiment qui est rarement exprimé de façon explicite, ni même véritablement valorisé pour lui-même, et qu’il est pour ainsi dire difficile de trouver à l’état « natif ».

5Plutôt que de traquer des formes de haine a priori, nous avons donc choisi d’examiner d’abord tous les discours politiques de type « critique » pour eux-mêmes, d’identifier les cibles qu’ils visent et d’analyser si le discours à leur encontre peut se ranger dans la catégorie du discours de haine. Il s’agit donc d’un travail très empirique, qui concerne deux cibles principales voire exclusives, d’où un plan en deux parties, la première portant sur le discours anticommuniste, la seconde sur l’attitude vis-à-vis du régime de la Quatrième République.

L’anticommunisme du RPF

Nature de l’anticommunisme des gaullistes

  • 6 Jean Charlot, op. cit., page 83-85.
  • 7 Dominique Lejeune, La peur du « rouge » en France. Des partageux aux gauchistes, Paris, Belin, 2003 (...)

6Pour évoquer l’anticommunisme du Rassemblement, un seul et même discours est constamment cité, celui du général de Gaulle à Rennes 27 juillet 1947. Celui-ci marque indubitablement un tournant à partir duquel, comme le souligne Jean Charlot, les gaullistes développent dans les discours ou dans l’Étincelle un argumentaire résolument anticommuniste6. Dans son ouvrage sur la peur du rouge, Dominique Lejeune qualifie cet anticommunisme gaulliste de « bonapartisme anti-rouge »7. Outre que cette appréciation relève d’une lecture un peu sommaire des travaux de René Rémond, elle ne me semble pas cerner le caractère spécifique de l’anticommunisme du RPF.

  • 8 La France sera la France. Ce que veut Charles de Gaulle, Paris, RPF, 1951, 358 pages.
  • 9 Ibidem, pages 101.
  • 10 Le Rassemblement, 16 septembre 1950, page 4.

7Quels sont en effet les mots de de Gaulle ? Il parle de « séparatistes » (le mot n’est pas de lui) « au service d’une entreprise de domination étrangère », formulation qui ne variera pas beaucoup et sera ensuite déclinée par les gaullistes. Dans La France sera la France. Ce que veut Charles de Gaulle, sorte de bréviaire politique expliquant par le texte le programme de de Gaulle et du Rassemblement8, il est explicitement dit que ce qui est reproché aux communistes c’est d’être « un corps étranger dans la nation », « de faire passer avant ceux de la patrie les intérêts de l’Union Soviétique »9, les autres reproches étant par comparaison beaucoup moins décisifs. En septembre 1950 encore, dans un lexique anticommuniste publié dans Le Rassemblement, les griefs touchent à la conception que les communistes ont ou sont censés avoir de la défense nationale, de la patrie, de la paix, tout comme leur action dans la résistance et les accusations d’espionnage et de sabotage10, toutes choses intimement liées au rapport à la nation.

  • 11 Dans son numéro du 15 janvier 1949, le Rassemblement critique la clémence dont bénéficie le MSUF, g (...)

8Ce qui effraie donc les gaullistes, et de Gaulle au premier chef, ce n’est pas le risque de subversion politique, sociale et économique représenté par le PCF (du moins de façon avouée) : c’est le caractère de 5e colonne au service d’une puissance étrangère hostile. Le communisme heurte le nationalisme ombrageux des gaullistes, une possible invasion signifiant en outre l’établissement d’un régime liberticide, étranger au génie français et aux traditions nationales. De fait, comme le souligne Jean Charlot, le type de discours associé au communisme est le même que celui qui a servi à justifier de la part de de Gaulle l’épuration contre la minorité de traîtres à la nation que furent les collaborateurs. On remarque à cet égard que dans La France sera la France là encore, le cas des collaborateurs et des communistes est traité dans le même chapitre11.

  • 12 Le Rassemblement, 5-11 janvier 1951, page 13.
  • 13 Le Rassemblement, 4-10 janvier 1952, page 3.
  • 14 Suivant les termes d’Yvon Morandat dans la rubrique « Action Ouvrière » du Rassemblement du 22-28 d (...)

9Des qualificatifs spécifiques sont toutefois attachés aux communistes : les plus fréquents sont « séparatistes » ou « 5e colonne », mais le lexique comprend les termes de staliniens, d’ennemis de l’État, d’agents/grenadiers du Kominform-pour souligner le primat de la fidélité au communisme. Il y a également les déclinaisons de mots déformés pour inclure la lettre K rappelant le Kominform : Kommunistes, Kominformiens, membres de la future Kollaboration12 ou la CGTK. Le caractère liberticide du communisme, ses compromissions passées et ses méthodes violentes sont également mis en évidence par la comparaison/l’assimilation avec le nazisme ou des épithètes comme stalino-fascistes13. Pour crypto-fascistes, traîtres à la patrie et « futurs collaborateurs de l’ennemi »14 qu’ils soient, les communistes français apparaissent cependant rarement comme des êtres totalement malfaisants et diaboliques.

  • 15 Le Rassemblement, 29 janvier 1949.
  • 16 L’Étincelle, 6 décembre 1947.
  • 17 Le Rassemblement, 26 janvier-1er février 1951, page 14.
  • 18 L’Étincelle, 20 décembre 1947, page 1.

10Certes, les dirigeants sont des traîtres, et ils sont toujours décrits comme les exécutants des injonctions de Moscou. Mais c’est en général fait avec dérision, comme on le voit par exemple sur le dessin d’un des caricaturistes les plus prolifiques du journal, le dénommé Titi (Cf. image 1)15. Quant aux militants communistes, les articles les évoquent peu et ne les accablent pas vraiment, les fautes étant rejetées sur les dirigeants, ou comme durant les grèves de novembre-décembre 1947, sur des provocateurs non ouvriers et étrangers à la solde du Kominform16. La caricature du militant communiste est également assez rare, et concerne avant tout le membre du service d’ordre. Dans quelques petits dessins, il est portraituré comme un nervi violent avec le front bas, une sorte de voyou servant aux basses œuvres du Parti – on note là une continuité assez nette avec l’imagerie anticommuniste d’avant-guerre. Mais on remarque aussi que le plus souvent ces bandits ne font pas bien peur, et qu’au contraire, ils craignent le service d’ordre du RPF. Les seuls communistes français qui fassent véritablement peur, ce sont des communistes comme Lecœur, qui manipulerait syndicalistes et mineurs17, ou encore Laurent Casanova, censé être le seul en décembre 1947 à connaître les plans d’invasion et de guerre civile de l’URSS, dont aucun autre dirigeant français, pas même Thorez, n’aurait été informé18.

11Pourquoi ces personnages précis, qui sont loin d’être les plus parlants pour un public militant pas forcément très au fait de la composition et de l’activité du PCF ? Parce que si pour reprendre les mots même de l’Étincelle les dirigeants du PCF sont des marionnetes, ces hommes de l’ombre sont eux supposés être en contact direct avec le véritable centre des menées subversives, c’est-à-dire Moscou.

« Les marionnettes du père Joseph »19

  • 19 Le Rassemblement, 16 février-22 février 1951.
  • 20 Jean Charlot, op. cit., page 84.
  • 21 Pour un témoignage particulièrement marquant, René Serre, Croisade à coups de poings, Givors, André (...)

12Certes, comme le souligne Jean Charlot20, après le discours de Rennes, il y a quelques articles dans l’Étincelle destinés à rafraîchir la mémoire des compagnons concernant les équivoques de l’activité du PCF en 1939-1940. Mais en lisant de façon minutieuse et sur plus long terme, il s’avère qu’ils sont finalement peu nombreux et étalés sur quelques semaines seulement. En fait, la plus grande part des articles visant à dénoncer les méfaits du communisme est consacrée aux exactions, aux atteintes aux libertés, aux efforts d’armement, à l’oppression de l’autre côté du rideau de fer. Mêmes les affrontements parfois homériques avec les communistes lors des réunions publiques, meetings, etc. qui ont marqué la mémoire du RPF21 ne sont généralement que brièvement évoqués (exception faite d’épisodes particulièrement sanglants comme Grenoble ou de quelques victoires gaullistes).

  • 22 Le Rassemblement, 12 août 1950.
  • 23 Jean-Louis dit Roger Chancel, a commencé sa carrière avant-guerre, dans les journaux d’extrême droi (...)
  • 24 Le Rassemblement, 27 mars 1948, page 4.
  • 25 Les premières vignettes paraissent dans le numéro du 29 novembre-7 décembre 1950, page 16.

13Le vrai danger réside en effet à Moscou, et quand quelque chose se trame sur le territoire national, que ce soit à l’été 1950 l’entraînement supposé de troupes sur le sol français22 ou les grèves de la fin de 1947, c’est Moscou qui tire les ficelles. Le thème n’a rien de neuf, et est repris dans certains dessins, en particulier ceux de Chancel23 (Cf. image 2)24. Chancel est d’ailleurs l’auteur des dessins de Dix ans d’histoire, d’abord paru dans le Rassemblement à partir de la fin de l’année 195025 puis dans un livret de propagande en 1952. Celui-ci est constitué de 122 vignettes accompagnées chacune d’un texte explicatif assez long retraçant l’histoire du pays de 1939 à 1950. La couverture de ce manuel d’histoire militante (Cf. image 3) révèle la vision volontiers conspiratrice et très anticommuniste de ses auteurs, avec Staline plantant le drapeau à croix gammée sur la carte de France. Le message est clair : l’ennemi principal des années 1940-1950, c’est Staline bien plus encore que Hitler, lui-même jouet des plans du maître du Kremlin.

14Non content d’échafauder des plans machiavéliques, d’être roué, secret, sans scrupule, Staline personnifie dans les caricatures du Rassemblement le système soviétique dans son entier, il est le mauvais sujet par excellence, sanglant et violent. L’image est là directe, on ne retrouve pas l’humour, la moquerie et le recul avec lesquels sont le plus souvent traités les dirigeants français. Si les membres du PCF sont des fantoches dérisoires, Staline est lui un meurtrier. Cette appréciation – primat du danger soviétique-rapproche manifestement les dessins des aiches de « Paix et Liberté », officine gouvernementale pour laquelle Chancel a d’ailleurs travaillé.

Y penser toujours… en parler rarement

15Si la dénonciation des méfaits de l’URSS et de Staline éclipse largement celle du PCF par sa fréquence et son intensité, il faut aussi nuancer la place de la haine anticommuniste dans son ensemble au sein de la propagande gaulliste.

  • 26 Le Rassemblement, 10 juillet 1948. On retrouve ce procédé à la une du Rassemblement du 18 septembre (...)

16Certes, nous avons vu que cette propagande avait adopté un vocabulaire spécifique pour stigmatiser la macule communiste – mais on peut également considérer cela comme une périphrase pour éviter de parler en termes plus crus de traîtres ou d’agents étrangers, et il est difficile de savoir s’il s’agissait d’atténuer ou d’accentuer le trait. Un élément qui tend à montrer plus clairement la force de la haine du communisme/des communistes est la forme adoptée pour les représenter dans la caricature. En effet, si les manifestations/personnalités amies ont droit à la photographie, ainsi que de temps en temps les membres du gouvernement – même si elles sont retouchées ou à dessein peu lateuses – ce n’est pratiquement pas le cas pour les communistes, qui sont quasiment cantonnés à la caricature. L’hypothèse qu’il est possible d’avancer pour explication ce fait est que la photographie ne permet pas les distorsions propres à la caricature, et que le dessin autorise un surcroît de déformation, d’exagération, voire de « diabolisation ». Seule la caricature permet en effet de montrer une poignée de main Staline-Ribbentrop (dont les photographies sont largement diffusées) d’où s’écoule du sang… La juxtaposition de Staline caricaturé et de Tito, alors revenu en grâce après la rupture avec Moscou et donc photographié, est révélatrice de ce procédé (Cf. image 4)26.

  • 27 Éric Roussel, Charles de Gaulle, Paris, 2002, Gallimard, page 542.
  • 28 Dominique Lejeune, op. cit., page 203.

17Il faut toutefois se garder de considérer ces éléments comme autant de preuves décisives de l’importance de l’anticommunisme au sein du discours gaulliste. Les auteurs s ‘ accordent pour considérer le discours de Rennes comme un tournant, ainsi que le fait Jean Charlot. Éric Roussel parle lui de l’anticommunisme comme nouveau cheval de bataille27 et Dominique Lejeune affirme lui le général de Gaulle fait constamment référence à la menace soviétique dans ses discours28.

  • 29 Outre que cette tâche demande un temps indéfini, les articles sont rarement totalement dédiés à la (...)

18Or, après vérification (voir le tome II des Discours et messages), et mis à part quelques discours de 1947 et 1950, cela ne constitue pas l’axe principal de ses discours. En ce qui concerne l’Étincelle-le Rassemblement, l’anticommunisme connaît des moments forts liés sans surprise aux grèves de novembre-décembre 1947 et au coup de Prague, qui déclenchent des accusations de crimes, la publication d’articles d’Arthur Koestler et à plusieurs reprises des comparaisons avec le nazisme. Mais d’une part l’anticommunisme ne constitue pratiquement jamais l’essentiel de l’hebdomadaire. D’autre part, cette vague anticommuniste indéniable ne se prolonge pas plus loin que le printemps 1948, moment où la Troisième Force redevient la cible quasi exclusive (sauf exception, comme au printemps 1950). Sur la durée, même si nous n’avons pas réalisé de métrage précis des articles29 dans le journal du parti, on constate que la grande majorité des articles n’est pas consacrée au communisme, et quand les articles le sont, ainsi que nous l’avons souligné, c’est en général du communisme international qu’il s’agit. Passé 1948, ce que les gaullistes ont voulu retenir des discours de de Gaulle est à cet égard éloquent : dans le florilège de ses discours et messages, La France sera la France, ce sont moins de sept pages (tirées de seulement deux discours) sur environ 350 pages (soit 2 % du total) qui sont consacrées à la dénonciation du danger communiste.

  • 30 Le Rassemblement passe en grand format et comporte des caricatures à partir du no 44 du 21 février (...)

19Ces observations sont là encore confirmées par l’étude des caricatures, plus faciles à dénombrer et donnantes par conséquent des indications plus convaincantes. Nous avons opéré un recensement de caricatures concernant la période allant de février 1948 à octobre 195130 : les caricatures consacrées au PCF et/ou à l’URSS représentent en tout et pour tout un peu moins de 12 % du total. Si l’on tient compte du fait que le journal est rempli de petits dessins (que nous n’avons pas comptabilisés avec les caricatures) largement consacrés, comme les articles qu’ils illustrent, à d’autres sujets que le PCF ou l’URSS, et que des vignettes satiriques qui agrémentent le journal suivant les années ne concernent pratiquement jamais le communisme, on voit que dans l’ensemble des dessins, la critique voire la haine du communisme, certes réelle, ne représente néanmoins qu’une part réduite.

  • 31 Le Rassemblement Ouvrier, 12-18 mars 1953.

20L’examen attentif des réactions du journal à deux moments clés après cette période, la manifestation Ridgway du 28 mai 1952 et la mort de Staline le 5 mars 1953, est également révélateur. Il apparaît que les événements n’ont provoqué aucun déploiement de propagande – dans les deux cas un ou deux articles de taille modeste. Le langage est d’ailleurs moins haineux qu’ironique : Staline est ainsi surnommé croque-mitaine ou Gengis Khan31.

  • 32 L’Étincelle, 17 janvier 1948, page 2.

21Point remarquable, que nous avions déjà noté en ce qui concernait la représentation des « nervis » communistes : alors que l’invasion soviétique ou une insurrection est de temps à autre explicitement annoncée, il n’y a pas véritablement de sentiment de peur. Ainsi en janvier 1948, l’Étincelle évoque l’hypothèse d’un soulèvement communiste conjugué entre le Nord de l’Italie et le Sud de la France pour le 15 avril, qui devrait réussir en 6 jours, mais l’heure n’est pas à l’affolement ; en effet, « heureusement pour la France et pour la République, le RPF veille et le général de Gaulle »32.

  • 33 Même si cela n’est pas sans arrière-pensée ou avec réticence pour certains d’entre eux. Sur ce poin (...)

22Enfin, même si les communistes sont considérés comme les ennemis de la nation, ce qui pour des gaullistes est un crime épouvantable, le discours relatif à la manière de contrer leur influence est souvent plus pondéré que celui de la droite traditionnelle. Alors qu’au PRL-CNIP par exemple certains demandent purement et simplement l’interdiction et la dissolution du PCF, le RPF n’en est, du moins officiellement, pas là. Ses dirigeants professent33 que la solution passe, tout du moins au niveau national, par l’extinction des causes sociales et économiques sur lesquelles s’appuie la propagande du PCF (par le biais de l’ambitieux projet d’Association Capital-Travail) et la réintégration des travailleurs égarés dans la nation. Il y a indubitablement aversion, voire haine profonde, mais pas au point de vouloir faire disparaître corps et biens des communistes qui sont avant tout des Français.

Le régime des partis

Le « système », voilà l’ennemi !

23Pour des raisons d’ordre documentaire et historique, l’analyse sera d’abord limitée à la période qui va du printemps 1947 à l’automne 1951, pour pointer ensuite les évolutions qui vont jusqu’en 1958. Quelles que soient les modifications nombreuses apportées à la composition du Rassemblement, la tendance générale reste la même : l’essentiel des articles concerne des questions de politique générale française et s’en prend en termes critiques à l’action gouvernementale, aux partis politiques et plus généralement au « système ».

24On observe la même tendance en ce qui concerne les caricatures : sur la période allant de février 1948 à octobre 1951 là encore, alors que comme nous l’avons vu autour de 12 % seulement des caricatures sont consacrées au communisme, ce sont pratiquement 84 % qui portent sur les partis politiques, la Troisième Force, les différents gouvernements, etc.

25Il y a en plus, à partir de la fin novembre 1950 et le passage à 16 pages, l’introduction d’une bande dessinée satirique dans la rubrique de défense de l’agriculture qui s’en prend exclusivement à la gestion gouvernementale et administrative. Au même moment apparaît une bande dessinée traitant des aventures ou plutôt des déboires quotidiens de Monsieur Triforsot, personnifiant l’électeur, le Français moyen qui soutient la Troisième Force. Si l’on tient compte du fait que de petits dessins (plus nombreux au début de notre période) illustrent souvent des articles ou les dépêches qui concernent très majoritairement la vie politique française, on voit que l’immense majorité des dessins est finalement dédiée au même sujet.

26Ayant identifié ce qui constitue la cible principale de la propagande gaulliste, nous avons cherché à définir quels sont les thèmes, les caractères attachés aux différents gouvernements, aux partis et aux personnalités politiques. À partir de la lecture des articles mais également de notre connaissance de la propagande gaulliste et des critiques associées au régime des partis, nous avons tenté d’établir un classement personnel. Les thèmes que nous avons choisi de considérer sont au nombre de cinq. Il y a d’abord la dénonciation d’un système des partis divisé, de gouvernements fragiles et condamnés à l’immobilisme (1er thème). On trouve également le thème d’un régime englué dans une situation financière désastreuse, aggravée par la mauvaise gestion du pays – avec l’abondance d’emplois des termes de faillite, ruine, néant, agonie, appartenant au lexique du déclin, ainsi que les épithètes d’incapables, d’impuissants, etc. accolés aux personnalités politiques (2e thème). Les partis s’accrochent cependant au pouvoir dont ils profitent, et sont impliqués dans des affaires de corruption (3e thème). Ils mentent, falsifient les chiffres, truquent les élections – avec l’usage des mots imposture, escroquerie, etc. (4e thème). Enfin, ces partis s’opposent au gaullisme à tout prix et font ainsi le jeu de l’ennemi véritable, le communisme (5e thème).

Haine ou mépris ?

27Pour disposer d’indications plus précises en terme de proportions, nous avons dû là encore renoncer au métrage, et nous avons dû aussi compléter ces indications en nous basant sur le corpus des caricatures des années 1948-1951, classées selon les thèmes que nous avons mis en évidence. Les résultats sont présentés dans le graphique suivant (Cf. image 5 page suivante).

  • 34 Le Rassemblement, 3 juillet 1948.

28Ce qui ressort, c’est que plus de 60 % des caricatures reprennent les deux premières catégories, et dressent le portrait de partis divisés, de gouvernements fragiles, d’un régime promis à une fin proche, incapable de gérer correctement le pays, lui-même entraîné vers sa ruine. C’est aussi le thème des vignettes concernant la Défense Agricole, qui stigmatisent la gabegie, l’incurie gouvernementale en matière de gestion agricole. La caricature suivante illustre la domination de ces deux thèmes dans la propagande du Rassemblement (Cf. image 6)34.

29On retrouve dans pratiquement un tiers des caricatures les deux accusations suivantes, plus agressives et plus graves de mensonge, de dissimulation (sur les chiffres des hausses de prix, le budget, les élections) grâce à la complicité de médias (presse, radio) à leur main, et celle d’être des profiteurs s’accrochant au pouvoir, ignorant les intérêts de la nation et l’opinion, au besoin en truquant les élections avec le système des apparentements. Les aventures de Monsieur Triforsot se rangent plutôt dans cette catégorie, et montrent un Français veule, voire lâche avec les communistes, hypocrite, se voilant la face devant les difficultés du pays

30Enfin, la complicité explicite avec l’ennemi par excellence, les communistes, comme la conflictualité avec le RPF, est un thème relativement marginal.

  • 35 Luca D’Alessandro, Berlusconi ti odio. Le offese della Sinistra al Premier pubblicate dall’agenzia (...)

31En résumé, on constate que la grande majorité des caricatures s’apparente à du mépris ou à de l’opposition systématique plutôt qu’à de la haine si l’on s’en tient à la définition stricte du questionnaire. Néanmoins, si l’on considère comme Paolo Guzzanti dans la préface à l’ouvrage Berlusconi ti odio35 que la haine commence là où la normale hostilité politique finit, alors l’appréciation peut différer. En effet, les nombreux articles donnent un caractère répétitif, presque martelé, aux accusations, aux critiques, etc. que ne vient pratiquement jamais tempérer aucune appréciation positive, et poussent à considérer les gouvernements comme les responsables de tous les déboires nationaux. Au dénigrement systématique s’ajoute une constante, la volonté de voir tomber les différents gouvernements et de voir mourir le régime. Si la haine consiste à vouloir du mal, même si l’objet de cette haine est une entité abstraite (la Quatrième République) et que l’objectif peut être atteint par le processus pacifique et légal des élections ou de la réforme constitutionnelle, on a cependant à faire là à une haine mortelle au sens propre du terme.

32Dans cet ordre d’idée, on note également l’usage de thèmes moins courants mais tout de même présents et particulièrement blessants et « haineux ». Ce sont par exemple les insinuations concernant la collusion entre les différents gouvernements et l’ennemi communiste. Ce qui frappe durant les grèves de l’automne 1948, après les incidents de Grenoble ou la manifestation de mai 1952, c’est que finalement les principales attaques sont dirigées non pas contre le PCF, mais contre le gouvernement supposé attiser et exploiter la situation contre le Rassemblement. Ces accusations sont aussi accompagnées de celles concernant les différentes affaires et scandales qui entachent le régime, avec pour corollaire les entraves à la justice. Dans Dix ans d’histoire, cette question revient régulièrement, ce qui est révélateur de la façon de concevoir la nature du régime.

  • 36 Le Rassemblement, 28 février 1948, page 2.

33À ce titre, les attaques ont d’ailleurs tendance à glisser du système ou des gouvernements qui le soutiennent, aux forces politiques ou à certains hommes politiques auxquels ils s’identifient, c’est très net en ce qui concerne les socialistes, avec des reproches de complicité passée ou présente avec le PCF ou d’implication dans divers scandales. Les attaques contre certains hommes sont également répétées, comme pour René Pleven ou plus encore Jules Moch, cibles régulières de critiques et de caricatures souvent ironiques mais parfois diffamatoires pour des présidents du Conseil ou ministres en exercice. Même une personnalité aussi unanimement respectée que Léon Blum n’est pas ménagée : dans la rubrique « Profils » du journal gaulliste, qui est en fait une biographie généralement assassine, il est qualifié d’homme à la fois sectaire et aux opinions mal arrêtées, opportuniste, et physiquement peureux36

  • 37 Le Rassemblement, 26 juin 1948, page 2.
  • 38 Le Rassemblement, 10 juillet 1948, page 2.

34Enfin, il y a des formes d’expression qui traduisent la haine. Pour les articles, c’est le vocabulaire employé qui frappe parfois. Les auteurs ne se limitent pas à sous-entendre que les hommes du Tripartisme sont des incapables, dissimulateurs, menteurs, falsificateurs, etc. ces mots et leurs synonymes faisant partie d’un riche lexique qui flirte bien souvent avec l’insulte. Les billets d’humeur comme « Tir à blanc » (le titre étant déjà emprunt d’une certaine violence) ou « Un atome de bon sens » du virulent polémiste Jean Nocher se signalent par une attitude plus désinvolte, des jeux de mots faciles, un vocabulaire plus agressif (Jean Nocher évoque par exemple la pourriture) ou de véritables attaques ad hominem. Dans « Tir à blanc », le parlement est, ponctuellement certes, comparé aux écuries d’Augias37, et le Congrès national de la SFIO qualifiée de Conseil tenu par les rats38.

  • 39 Le Rassemblement, 23 février-1er mars 1951, pages 8-9.

35En ce qui concerne le langage graphique, le style comme les idées des dessins sont souvent plus agressifs que le texte. L’insinuation ou l’analogie qui euphémisent les attaques dans le discours écrit disparaissent, et certains dessins rappellent de façon particulièrement frappante ceux de l’extrême droite des années 1930. C’est en particulier le cas pour Chancel, dont cette affiche de 1951 présente d’étonnantes similarités avec la propagande antiparlementariste de l’avant-guerre. (Cf. image 7)39. Un lecteur fera d’ailleurs le reproche aux caricaturistes d’être trop violent, le dessinateur Titi répondant par la surenchère en se représentant transperçant Robert Schuman avec son crayon…

Évolutions et permanences

36Par rapport à cette première période qui court de 1947 à 1951, celle de la Troisième Force, quelles sont par la suite les évolutions perceptibles dans le discours gaulliste ?

  • 40 Le Rassemblement, 22-28 avril 1954.

37L’évolution la plus palpable à la lecture du Rassemblement, c’est en 1952-1954 la radicalisation autour de la question de la Communauté Européenne de Défense (CED). Ce qui est remarquable, c’est que malgré le sentiment d’humiliation et d’indignation qui traverse une bonne partie de l’armée, la défaite de Dien Bien Phu n’est pas véritablement l’occasion d’un déchaînement de haine, et l’on reste dans le cadre habituel du procès pour impéritie, incapacité, etc. Par contre, la CED est, elle, vraiment l’objet d’une aggravation du vocabulaire employé ; il est désormais plus souvent et explicitement question de crime ou de trahison, d’évocation de Munich. En juin 1952, Michel Debré compare même Robert Schuman à Laval. À cette violence verbale accrue s’ajoute la violence brute de Chancel qui dépeint l’assassinat de la République40.

38Toutefois, plus frappante encore est la constance du registre des accusations portées contre le régime, que symbolise la première page du numéro 342 (15 au 21 avril 1954) du Rassemblement. Alors que le désastre est prévisible en Indochine, la une continue – et continuera par la suite – à respecter les grandes lignes des années précédentes : dénonciation des désastres, aventures et abdications en terme de politique extérieure certes (Indochine, Sarre) mais encore et toujours une critique du fonctionnement de la justice, une autre de la réforme fiscale, et une dernière de la partialité de la presse parisienne : rien ne change vraiment depuis la création du Rassemblement, à ceci près sans doute que la perte de l’empire est devenu un aiguillon plus efficace que la peur de l’invasion soviétique.

  • 41 La parution cesse avec le numéro 352 du 24-30 juin 1954.
  • 42 Sur ce point, voir Nicole Racine, « L’éditorialiste du Courrier de la Colère », dans Michel Debré e (...)
  • 43 Le Courrier de la colère, 1er mai 1958, page 6.
  • 44 Le Courrier de la colère, 15 mai 1958, page 6.

39Si l’on pousse encore plus loin et que l’on considère la fin de notre période, étudier la propagande et le discours gaulliste est plus compliqué. En effet, le Rassemblement disparaît courant 195441, le RPF est dissous en septembre 1955, et il n’y a plus désormais officiellement de militants ni d’organe de propagande – en dehors d’un bulletin de liaison plutôt confidentiel. Le mouvement gaulliste est atomisé, les Républicains Sociaux ne représentent qu’une petite part des anciens RPF qui les considèrent compromis avec le régime honni. On peut néanmoins retrouver la verve et l’agressivité gaulliste dans Le Courrier de la Colère de Michel Debré et Pierre Battesti, mis sur pied en novembre 1957 pour défendre l’Algérie française en œuvrant au retour du général de Gaulle42. Tout comme feu le Rassemblement, cette publication de 8 pages a gardé une grande réputation de véhémence. Or, à la veille des événements de mai 1958, l’argumentaire de l’appel à de Gaulle est le même : constitution mortifère, institutions délabrées, jeu des partis néfaste, situation critique, menées subversives communistes. Il n’est pas même fait mention de l’Algérie… Le manifeste du CAANAC (Comité d’action des associations nationales d’anciens combattants), organisation d’anciens combattants liée aux gaullistes les plus activistes, intitulé « Pour un Gouvernement de Salut Public » et publié dans le même journal, défend certes plus explicitement l’Algérie française, mais la revendication première reste la restauration de l’État et la refonte totale des institutions43. L’appel du même CAANAC publié le 15 mai réitère la revendication d’un régime dégagé de l’arithmétique parlementaire et avec un exécutif fort44.

40De 1947 à 1958, la rhétorique aura donc été stable, traduisant jusqu’à la fin une hostilité foncière et indéracinable pour les institutions de la Quatrième République.

Conclusion

41Quelles conclusions tirer de cette brève étude ?

  • 45 Le Rassemblement, 5-11 octobre 1951, page 16.

42D’abord que le RPF a effectivement produit un discours que l’on pourrait qualifier de haineux, et que cette image de 1951 à destination des militants, résume assez bien (Cf. image 8 page suivante)45.

43Ce discours a deux axes principaux : l’anticommunisme, viscéral et indiscutable, d’essence essentiellement antisoviétique. Mais passé le moment fort du début de la guerre froide 1947-début 1948 où il s’exprime pleinement, il semble aller suffisamment de soi pour ne pas occuper le premier plan de la propagande gaulliste.

44Le second est plus important, c’est la haine pour la Quatrième République, ses institutions, le régime des partis, dont on ne souhaite pour le coup ni plus ni moins que la mort. Si on considère la hargne perceptible dans le vocabulaire et accentuée par la radicalisation liée à un temps de guerre vécu (coloniale) ou perçu (contre le communisme), si l’on prend en compte la fréquence et la remarquable durée de ce discours – jusqu’en 1958-tout cela incite à penser que l’on est dans un véritable discours de haine, qui glisse souvent du système vers les hommes et les forces politiques.

  • 46 Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Pessac, Presses Universita (...)
  • 47 C’est particulièrement évident au travers de la perspective adoptée dans La France sera la France.

45En prenant un peu de hauteur avec la période considérée, il apparaît que ce discours est un révélateur de certains fondements de la culture politique, gaulliste ou autre. Dis-moi qui tu hais… Les formes particulières de l’anticommunisme, mais aussi la sensibilité à la question de la CED ou à l’Algérie française rappellent que le gaullisme de cette période est avant tout un nationalisme. Quant à l’opposition au système, dans ses formes et sur le fond, elle renvoie à un antiparlementarisme et un anti-étatisme plutôt conservateur qui ne diffère en apparence pas beaucoup de celui de la droite des années 1930. La mémoire de la III e République est d’ailleurs constamment honnie, et cette continuité est évidente quand dans le numéro du 28 août 1948, le Rassemblement reprenant les caricatures de la fin des années 1930 sous le titre « Dix ans déjà » dont la thématique et le trait sont remarquablement similaires avec les dessins de l’hebdomadaire du Rassemblement. Il ne faudrait cependant pas surestimer l’importance des continuités avec l’avant-guerre, la culture politique gaulliste étant sans doute celle qui a été la plus marquée par la mémoire, sinon l’expérience, de la guerre et de la Résistance, du moins au début de la période qui nous occupe46. Et cet opprobre vis-à-vis de la Troisième République répond de façon rétrospective aux craintes que l’incapacité du régime parlementaire de la Quatrième République fait peser sur la capacité du pays à conjurer le péril d’une nouvelle invasion, voire d’une seconde occupation, considérée comme imminente, le RPF se présentant d’ailleurs comme la continuation de la Résistance47.

46Quant au caractère extrémiste du RPF, il convient là aussi de se garder de conclusions hâtives. D’abord parce que durant cette période, la vie politique porte couramment trace de discours de haine qui ne sont pas nécessairement l’apanage des seuls mouvements d’extrême droite ou d’extrême gauche. De fait, ce discours précis doit être replacé dans son contexte : cette haine et cette violence sont celles du RPF, mais aussi celles d’une époque où la haine s’exprime dans la vie politique de façon sans doute plus ouverte et plus crue qu’aujourd’hui.

47En effet, à l’anticommunisme du PCF aura répondu (quand il ne l’a pas précédé) un antigaullisme non moins violent de la part du PCF, parti se signalant par ailleurs aussi par sa vive opposition au système. Durant son existence, le RPF aura été constamment dénoncé par le PCF comme la résurgence du fascisme, de Gaulle étant comparée à Mussolini, Hitler, Salazar, etc., et le service d’ordre gaulliste étant assimilé à des bandes armées fascistes composées de repris de justice à la gâchette facile. Bref, une haine d’intensité très forte à l’encontre du RPF et qui témoigne la aussi du caractère éminemment conflictuel de la culture politique communiste.

  • 48 Philippe Foro, L’antigaullisme. Réalités et représentations (1940-1953), Paris, Honoré Champion, 20 (...)

48Les récentes études sur l’antigaullisme48 dont nous disposons désormais modifient d’ailleurs assez largement ce que nous aurions pu croire sur la vie politique de l’époque. Ces travaux montrent que même la SFIO n’aura pas été que l’innocente victime de la haine gaulliste : dès la naissance du RPF, la SFIO développe un argumentaire antigaulliste fondé sur une juste haine se coulant dans la tradition républicaine, celle du pouvoir personnel, voire du fascisme, faisant par exemple de de Gaulle un Boulanger, un dictateur, quand ce n’est pas un Hitler en puissance.

  • 49 Réalisme, 11 décembre 1948.

49Cette haine socialiste aura néanmoins respecté d’étroites limites, sans connaître ni l’intensité, ni la pérennité de celle, très personnelle, de l’extrême droite vichyste vis-à-vis de de Gaulle. Une publication comme Réalisme49 consacre par exemple des numéros entiers à s’en prendre à de Gaulle, le considérant comme un complice des communistes… Paradoxe qui démontre s’il était besoin que le discours de la haine en dit peut-être moins sur son objet qu’il n’en révèle sur la vision du monde et la culture politique sur lesquelles il s’appuie.

Notes

1 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition, 1946-1958, Histoire du gaullisme, Paris, Fayard, 1983, 436 pages.

2 Jacques Fauvet, Les forces politiques en France, Paris, Éditions Le Monde, 2e édition, 1950, pages 202-203 et 238.

3 Jacques Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, pages 127-128.

4 Sur ce média particulier que constitue l’affiche, avec des conclusions un peu différentes, voir le solide travail de Pierre-Yves Lacour, La communication gaullienne par l’affiche, 1947-1969, mémoire de maîtrise sous la direction de Nicolas Bourguinat et Vladimir Claude Fišera, Université Marc Bloch, Strasbourg, 2001, en particulier pages 86-89 (volume 1) et page 65 (volume 2).

5 Nous tenons à exprimer ici notre sincère gratitude à la Fondation Charles de Gaulle qui a mis ces documents à notre disposition, et tout particulièrement à MM. Guillaume Papazoglou et Philippe Oulmont pour leur aide précieuse.

6 Jean Charlot, op. cit., page 83-85.

7 Dominique Lejeune, La peur du « rouge » en France. Des partageux aux gauchistes, Paris, Belin, 2003, page 203.

8 La France sera la France. Ce que veut Charles de Gaulle, Paris, RPF, 1951, 358 pages.

9 Ibidem, pages 101.

10 Le Rassemblement, 16 septembre 1950, page 4.

11 Dans son numéro du 15 janvier 1949, le Rassemblement critique la clémence dont bénéficie le MSUF, groupement néo-nazi.

12 Le Rassemblement, 5-11 janvier 1951, page 13.

13 Le Rassemblement, 4-10 janvier 1952, page 3.

14 Suivant les termes d’Yvon Morandat dans la rubrique « Action Ouvrière » du Rassemblement du 22-28 décembre 1950.

15 Le Rassemblement, 29 janvier 1949.

16 L’Étincelle, 6 décembre 1947.

17 Le Rassemblement, 26 janvier-1er février 1951, page 14.

18 L’Étincelle, 20 décembre 1947, page 1.

19 Le Rassemblement, 16 février-22 février 1951.

20 Jean Charlot, op. cit., page 84.

21 Pour un témoignage particulièrement marquant, René Serre, Croisade à coups de poings, Givors, André Martel, 1954, 238 pages.

22 Le Rassemblement, 12 août 1950.

23 Jean-Louis dit Roger Chancel, a commencé sa carrière avant-guerre, dans les journaux d’extrême droite comme l’Ami du Peuple du parfumeur François Coty, mais aussi Gringoire et l’Emancipation Nationale… Admirateur du fascisme, anticommuniste, sa germanophobie le pousse à rester en zone Sud et ne pas s’engager politiquement après la défaite, puis entrer dans la résistance active en mars 1942. Membre du Conseil National du RPF, il devait aussi travailler avec « Paix et Liberté ». Voir Christian Delporte, Les crayons de la propagande, Paris, CNRS Éditions, 1993, pages 65-66 et 194.

24 Le Rassemblement, 27 mars 1948, page 4.

25 Les premières vignettes paraissent dans le numéro du 29 novembre-7 décembre 1950, page 16.

26 Le Rassemblement, 10 juillet 1948. On retrouve ce procédé à la une du Rassemblement du 18 septembre 1948 quand il s’agit de valoriser le général de Gaulle – en photographie-par rapport aux personnalités politiques de l’époque – caricaturées.

27 Éric Roussel, Charles de Gaulle, Paris, 2002, Gallimard, page 542.

28 Dominique Lejeune, op. cit., page 203.

29 Outre que cette tâche demande un temps indéfini, les articles sont rarement totalement dédiés à la question du communisme, ce qui rend toute évaluation, même à l’échelle d’un article, assez approximative.

30 Le Rassemblement passe en grand format et comporte des caricatures à partir du no 44 du 21 février 1948. À partir d’octobre 1951, les caricatures deviennent beaucoup moins nombreuses et donc significatives, certains numéros ne comportant par exemple aucun dessin. Nous avons choisi de retenir toutes les caricatures, à l’exclusion notable des nombreux petits dessins illustrant les articles, soit sur cette période un corpus relativement modeste de 143 documents.

31 Le Rassemblement Ouvrier, 12-18 mars 1953.

32 L’Étincelle, 17 janvier 1948, page 2.

33 Même si cela n’est pas sans arrière-pensée ou avec réticence pour certains d’entre eux. Sur ce point, voir l’ouvrage (certes très critique) de Patrick Guiol, L’impasse sociale du gaullisme. Le RPF et l’Action Ouvrière, Paris, Presses de la FNSP, 1985, 361 pages.

34 Le Rassemblement, 3 juillet 1948.

35 Luca D’Alessandro, Berlusconi ti odio. Le offese della Sinistra al Premier pubblicate dall’agenzia ANSA, Milan, Mandadori, 2005, page 9.

36 Le Rassemblement, 28 février 1948, page 2.

37 Le Rassemblement, 26 juin 1948, page 2.

38 Le Rassemblement, 10 juillet 1948, page 2.

39 Le Rassemblement, 23 février-1er mars 1951, pages 8-9.

40 Le Rassemblement, 22-28 avril 1954.

41 La parution cesse avec le numéro 352 du 24-30 juin 1954.

42 Sur ce point, voir Nicole Racine, « L’éditorialiste du Courrier de la Colère », dans Michel Debré et l’Algérie, Paris, Éditions Champs Élysées, 2007, pages 36-50.

43 Le Courrier de la colère, 1er mai 1958, page 6.

44 Le Courrier de la colère, 15 mai 1958, page 6.

45 Le Rassemblement, 5-11 octobre 1951, page 16.

46 Bernard Lachaise (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2004, 173 pages.

47 C’est particulièrement évident au travers de la perspective adoptée dans La France sera la France.

48 Philippe Foro, L’antigaullisme. Réalités et représentations (1940-1953), Paris, Honoré Champion, 2003, 425 pages. François Broche, Une histoire des antigaullismes des origines à nos jours, Paris, Bartillat, 2007, 627 pages.

49 Réalisme, 11 décembre 1948.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540