Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Deuxième partie. Mondes modernes et contemporains haines dites, haines tacites

Le nationalisme français des années 1880-1900 et l’exaltation de la haine, « légitime », « saine », « populaire », contre le juif

Laurent Joly

Texte intégral

  • 1 Xavier Crettiez, Violence et nationalisme, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 27-40.
  • 2 Cité par Damien Guillaume, Antisémitisme et discours. L’Anti-Sémitique, premier journal antisémite (...)

1L’éloge de la haine, associé au culte de la violence, de la guerre et de la mort, est l’une des figures rhétoriques du nationalisme français au XIXe siècle, qui prend différentes formes, de Michelet à Jules Soury, en passant par Victor Hugo ou Déroulède1. Toussenel, dans son Histoire de la féodalité financière. Les Juifs, rois de l’époque, publié en 1845, célèbre ainsi « la haine nationale de la France pour la Grande-Bretagne », qui « est légitime et sainte » : « C’est la haine de l’oiseau de jour pour l’oiseau de nuit »2. Après la défaite de 1870 contre la Prusse, le thème de la revanche nourrit un nouveau courant littéraire que Raoul Girardet a, dans son anthologie du nationalisme français, résumé par la formule de « haine sainte ». Le poème de Victor de Laprade, « À la terre de France », paru en 1873 dans son recueil Poèmes civiques, est particulièrement représentatif du genre :

  • 3 Cité par Raoul Girardet, Le Nationalisme français. Anthologie 1871-1914, Paris, Seuil, 1992 (1re é (...)

Arrière le pardon, quand l’outrage subsiste,
France ! Et pour qui te hait, plus de compassion !
[...]
Restons seuls, cultivant la haine à outrance !
Et les peuples ingrats qu’ont charmés nos revers
Sauront ce qu’il advient quand l’âme de la France Se retire un moment
du sordide univers3.

  • 4 Mais cette violence demeure en France au stade des invectives écrites, et l’on peut interpréter le (...)

2En l’espèce, les idéaux et principes de 1789, l’universalisme, l’égalité entre les hommes, ne sont pas fondamentalement remis en cause. Mais, devant l’adversité et la haine de ses voisins, la France doit, de façon exceptionnelle, savoir renier ses idéaux. En ce sens, la haine et la violence sont les cousines parfois nécessaires de la grandeur nationale. La fin du XIXe siècle voit naître un nouveau type de nationalisme, plébéien et populiste, à la fois archaïque et éminemment moderne, dont La France juive de Drumont, publiée en 1886, constitue le premier symbole. Contrairement au nationalisme républicain cocardier de Hugo ou Déroulède, ce nationalisme revendique une haine permanente et rédemptrice contre les ennemis de l’intérieur. La haine est toujours présentée comme le revers de l’amour de la Patrie, mais tandis que le nationalisme cocardier suppose un envahisseur étranger, un état d’exception, la guerre avec ses règles codifiées, l’exaltation de la haine contre les juifs, incontrôlable, se veut délibérément violente, « populaire » et contestataire. En cela, elle apparaît, pour les intellectuels et politiques qui s’en font les partisans, comme plus fascinante et dangereuse4.

Le juif : l’ennemi « haineux » par excellence

  • 5 Haine que les nationalistes perçoivent jusque dans les manuels scolaires, qui enseignent aux enfan (...)
  • 6 Voir Laurent Joly, Vichy dans la « Solution finale ». Histoire du commissariat général aux Questio (...)

3Pour la tradition réactionnaire, catholique et monarchiste, il est évident que le climat anticlérical du tournant du XXe siècle, marqué par l’adoption d’une série de lois pas toujours respectueuses des libertés individuelles, est le fruit d’une « haine » des ennemis de la religion et de la France5. La haine supposée de l’adversaire est un postulat classique dans tout affrontement politique, ethnique ou nationaliste, mais d’aucun autre on ne suppose une haine aussi farouche et insatiable que celle du juif. La nature haineuse du juif est l’argument justificateur le plus utilisé par la rhétorique antisémite. Le plus célèbre et le plus vendu des pamphlets antijuifs publiés sous l’Occupation sera intitulé « Je vous hais », expression détournée d’un propos de Léon Blum à la Chambre des députés en 1924 et censée symboliser la haine du juif pour la France et ses traditions6.

  • 7 Édouard Drumont, « La veille et le lendemain », Le Bien public, 18 juillet 1871.
  • 8 Comte de Bruc, « Droits de l’homme, devoirs de Français », L’Action Française. Revue bimensuelle, (...)
  • 9 Jules Lemaître, « Lettres à un Ami. IX. Le roi et les juifs », L’Action Française, 18 mai 1909.
  • 10 « Ce qu’il y a de plus particulier, dans cette conquête du monde par le Juif, c’est l’implacable h (...)

4Pour beaucoup de catholiques de la fin du XIXe siècle, la haine du juif pour l’Église est une certitude bien ancrée. Dans une chronique de juillet 1871, Drumont, encore peu préoccupé par la « question juive », évoque sous le sceau de l’évidence « la puissance étrange de cette race exceptionnelle, la colère haineuse de la nation déicide contre l’Église de Jésus-Christ »7. « La haine du Juif pour le Christ » : cette assertion est inlassablement déclinée dans La France juive puis dans toute la littérature antijuive. « La politique n’a jamais été qu’un paravent derrière lequel les Juifs dissimulèrent les agissements que leur inspirait leur haine atavique religieuse contre tout peuple catholique », peut-on lire en 1901 dans L’Action Française bimensuelle8. Même le modéré Jules Lemaître considère « que, pris dans sa totalité, l’esprit juif, impliqu[e] la haine de l’Église, la barbare utopie collectiviste et l’internationalisme »9. Le juif est donc l’ennemi total, sur les plans de la religion, de l’économie ou de la politique10.

  • 11 Aristide Chevalier, Un écho de la Dernière Bataille de Ed. Drumont, Paris, Téqui, 1890, p. 259. Ma (...)

5De fait, l’antisémitisme se trouve justifié, la haine appelant la haine. Un vieil abbé lecteur de La Croix écrira ainsi à Drumont en 1889 : « Merci, Monsieur Édouard Drumont, merci. Par vous, nous sommes un peu vengés. [...] Par vous, la haine irréligieuse diminue et se change peu à peu en de la bonne et de la sainte haine contre la persécution, contre la lâcheté, contre la mauvaise opulence que le Christ a maudite tant de fois »11.

  • 12 Anatole Leroy-Beaulieu, Les doctrines de haine. L’antisémitisme, l’antiprotestantisme, l’anticléri (...)
  • 13 Paul de Cassagnac, « Le cas de M. Drumont », L’Autorité, 5 mai 1886 ; Bernard Lazare, « Juifs et a (...)
  • 14 « Une lettre de Gyp », La Libre Parole, 25 mai 1899.
  • 15 Henry de Brisay, « Paris-Chronique », Journal d’Indre-et-Loire, 23 octobre 1888.

6Dans un ouvrage appelé à faire débat, le catholique libéral Anatole Leroy-Beaulieu analyse, en 1902, l’antisémitisme comme une « doctrine de haine » comparable à l’anticléricalisme et à l’antiprotestantisme. Mêmes procédés de polémique, même propension à diaboliser l’adversaire et à exploiter « l’aveugle crédulité des masses », même « passion sectaire » doublée de « calculs qui n’ont souvent rien d’honorables »12. Une différence de degré, que Leroy-Beaulieu ne relève pas et qui est perçue à l’époque par d’autres observateurs, semble néanmoins devoir séparer l’antisémitisme des deux autres « anti ». Dans son expression paroxystique, la haine du juif recèle en effet un potentiel de violence autrement plus menaçant que celle du « clérical » ou du protestant. Le terme d’« extermination » est ainsi souvent évoqué dans la presse, en référence à la Bible et à l’histoire du peuple juif sous l’Empire romain, pour caractériser la barbarie que l’antisémitisme moderne semble porter en lui13. Au demeurant, cette dimension irrationnelle et féroce est parfois ouvertement revendiquée comme un sentiment légitime, une réaction de l’instinct, un appel de la race. La comtesse de Martel de Janville, dite Gyp, son nom de plume bien connu, déclare ainsi avoir « eu toujours d’instinct l’horreur des Juifs, aversion physique semblable à celle que l’on éprouve pour certains animaux »14. Un collaborateur du Journal d’Indre-et-Loire écrit pour sa part en 1888 au sujet de Drumont : « Ah ! il le hait bien, le Juif ! Et comme je le comprends ! J’ai, moi aussi, dans le sang, la haine féroce du sémite ! Je les hais comme le chien hait le chat et c’est pour cela que j’aime Drumont qui est l’interprète de mes colères ! »15.

La « belle haine » de Drumont

  • 16 Archives de la Compagnie de Jésus, fonds du père Du Lac, H Du 57, lettre de Drumont au père Du Lac (...)
  • 17 Voir par exemple Édouard Drumont, « Un article de M. Delahaye », La Libre Parole, 14 mai 1894 ; id (...)

7Au début des années 1880, alors qu’il rédige La France juive, Drumont écrit dans une lettre adressée à son confesseur, le père Du Lac : « Je me sens au cœur plus de haine (intellectuelle mon Révérend Père, intellectuelle) que d’amour »16. En se lançant dans le projet qui le rendra célèbre, Drumont est pleinement conscient d’accomplir une œuvre de « haine » ; il en tire d’ailleurs vanité et veut donner à ce sentiment violent ses lettres de noblesse. Vouloir du mal aux Juifs, se réjouir du mal qui leur arrive : voilà une « belle haine », comme il l’écrira souvent17.

  • 18 Id., « Un article de M. Delahaye », La Libre Parole, 14 mai 1894.

8Si cette haine se veut « belle », c’est parce qu’elle ne peut être, selon lui, que désintéressée. L’auteur de La France juive ne cesse d’insister sur les prétendus sacrifices que lui aurait imposé sa « mission » : en proclamant l’impératif de rendre la « France aux Français », il prétend faire violence à ses inclinations naturelles, celles d’un contemplatif ennemi du tapage, modeste et bienveillant. En 1894, dans son journal La Libre Parole, il se présentera comme « un être doux, animé d’une belle haine contre les iniquités sociales, mais au fond épris de repos, exempt d’ambition personnelle et n’ayant qu’une idée en tête : le désir de s’asseoir sous un arbre à la campagne pour entendre chanter les oiseaux »18. Il serait imprudent de le prendre au mot. « Le cœur de Drumont est une matraque », affirment en chœur ses adversaires.

  • 19 Id., « Ce que disent les chiffres », La Libre Parole, 30 décembre 1898.

9« Belle », cette haine l’est aussi en raison du principe qui l’inspire : l’amour de la Patrie. En décembre 1898, La Libre Parole lance dans ses colonnes une souscription pour venir en aide à la veuve du colonel Henry, le « martyr » des antidreyfusards, qui a fabriqué un faux pour accabler Alfred Dreyfus et s’est donné la mort dans sa cellule du Mont-Valérien. Ce qui frappe d’abord, à la lecture de ces listes, c’est la violence paroxystique de certains messages, le sadisme verbal de souscripteurs rêvant tout haut massacres et corps suppliciés : « Pour la conversion de la viande des youpins en hachis » ; « Un médecin militaire qui voudrait que l’on pratiquât la vivisection sur les Juifs plutôt que sur d’inoffensifs lapins » ; « R.G. anti-dreyfusard au Mans, qui voudrait que tous les Juifs aient les yeux crevés »… Drumont lui-même insiste sur la charge émotive et passionnelle des messages publiés, lesquels, écrit-il, témoignent d’« une belle haine, une haine purifiée et sanctifiée par l’amour ardent de la Patrie »19. L’amour, envers et ressort de la haine : telle est l’inquiétante alchimie moderne rêvée par le fondateur de l’antisémitisme français.

  • 20 Arsène Guérin, « La France juive », Revue du monde catholique, 1er juin 1886.
  • 21 Édouard Drumont, « Le discours de Saint-Mandé », La Libre Parole, 16 août 1892.
  • 22 Maurice Barrès, « La formule antijuive », Le Figaro, 22 février 1890.

10Plus qu’un doctrinaire, Édouard Drumont est un journaliste habitué à prendre le pouls de l’opinion. Il fait appel aux passions de ses lecteurs et parle à leur imagination. « Sa lecture fouette le sang, lit-on dans la Revue du monde catholique en 1886. Elle éveille le cœur à une véritable révolte, honnête et patriotique »20. L’antisémitisme, s’enflamme Drumont en 1892, est « un soulèvement de la race tout entière, une fermentation de douleurs restées longtemps inertes, de haines contenues, d’indignations sourdes… C’est quelque chose de confus, de désordonné, en apparence, et qui obéit cependant comme l’océan à des lois mystérieuses »21. Douleur, colère, indignation, révolte : autant de mots mobilisés par Drumont et ses disciples pour traduire cette phobie particulière qu’est la haine antijuive. Le directeur de La Libre Parole insiste aussi sur la menace que l’antisémitisme fait peser sur le corps social : « Je m’effraie presque devant le spectacle de ces haines, que les Juifs ont déchaînées par leur incompréhensible obstination à traiter en outlaws et en parias ces Français chrétiens, qui les ont accueillis jadis avec tant de cordialité, dans un élan de fraternité et de cohérence »22.

  • 23 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique à l’aube du (...)

11Parmi les jeunes intellectuels qui, à la fin du XIXe siècle, se réclament des idées de Drumont et s’interrogent sur les fondements de la haine antijuive, deux surtout seront appelés à jouer un rôle majeur dans l’histoire du nationalisme français : Charles Maurras et Maurice Barrès. L’antisémitisme, l’un et l’autre en sont conscients, échappe aux exigences de la pensée critique, libère les forces de l’instinct, se meut dans l’irrationnel des passions humaines. Pareil constat ne va pas sans tiraillements, la raison n’abdiquant pas volontiers ses droits. Ambivalence que résume cette phrase de Maurras en 1889 : « Vive Drumont, parce que ! [...] cette acclamation ne part pas de ma raison – qui aurait beaucoup à dire et que mon échauffement scandalise un tantinet –, mais d’un sentiment, d’un instinct, d’une révolte coléreuse de l’être inconscient qui est en moi »23. Pour autant, cette posture équivoque ne satisfait pas Maurras, qui cherchera toujours à rationaliser son antisémitisme, à doter ses haines d’une armature théorique.

  • 24 Maurice Barrès, « La formule antijuive », Le Figaro, 22 février 1890.

12Barrès éprouve moins de scrupules à valoriser la charge émotive et passionnelle du phénomène antijuif. Dans un article retentissant publié dans Le Figaro et souvent cité par les historiens, le député de Nancy déclare non sans provocation en février 1890 : « C’est de la haine, simplement de la haine qu’on voit tout d’abord dans cette formule antijuive. [...] La haine est un des sentiments les plus vigoureux que produisent notre civilisation, nos grandes villes. Nos oppositions violentes de haut luxe et de misère la créent et la fortifient à toute heure : elle ne fera jamais défaut aux partis qui voudront l’exploiter »24. Urbain, rassembleur, l’antisémitisme mobilise les émotions de la foule, oppose sa force brute aux vieilles habitudes d’analyse, de critique et de réflexion qui stérilisent l’action. Il célèbre l’instinct des masses et témoigne de leur puissance. Pour Barrès, l’antisémitisme s’adresse aux sentiments plutôt qu’à la raison ; il constitue à ce titre un principe politique éminemment moderne.

13Drumont lit l’article de Barrès dans Le Figaro du 22 février. Il lui écrit le jour même pour le féliciter, mais lui fait part des réserves que lui inspire l’emploi univoque du mot « haine » pour définir l’antisémitisme :

À vrai dire, comme stimulus et véhicule de l’idée antisémitique, le mot justice devrait, en plus d’un endroit de votre article, être substitué au mot haine. Il y a dans la conscience française éprise de loyauté et d’honneur une protestation universelle et généreuse contre ces fortunes édifiées par des moyens odieux, par des manœuvres ignobles.

Pour comprendre la question juive il faudrait que vous descendiez des sphères où se plaît votre pensée pour regarder de près, comme je l’ai fait, ces escroqueries financières.

  • 25 Bibliothèque nationale (BN), ms, fonds Maurice Barrès, lettre de Drumont à Barrès, 22 février 1890

[...] à côté du principe de haine il y a le principe d’amour, d’amour pour mon pays, pour ceux qu’on exploite, pour la justice en un mot25.

14Dans un article peu connu publié dans Gil Blas en avril 1892 et intitulé « M. Édouard Drumont », Barrès reprend mot pour mot certaines formules utilisées dans son article du Figaro près de deux ans auparavant. Mais il tient compte des remarques de Drumont et veut croire au prétendu « principe d’amour » mis en avant par le polémiste. Plus largement, le député de Nancy résume ses idées sur l’antisémitisme et confesse son admiration pour l’auteur de La France juive :

De la haine, simplement de la haine, faite d’avidité, d’envie, de mauvais sentiment ; voilà le fond de la formule antijuive telle qu’elle fut d’abord propagée. Elle était gonflée de tout ce que notre civilisation a amassé de peurs et de ressentiments.

Vigoureux sentiment, la haine ! la haine d’argent surtout, la seule que produit encore abondamment notre époque ! [...]

Cœur serré du jeune homme intelligent, sans argent, sans maîtresse qui par un soir volé sur son travail, croise au Bois de Boulogne les voitures rapides des jeunes banquiers juifs ; poings serrés de l’ouvrier discutant et amplifiant avec sa femme, dans une chambre malsaine, le confortable des patrons, – voilà les deux étaux qui brutalement ont saisi la formule antijuive, tandis qu’elle flottait dans l’air.

Mais de la haine, est-ce assez pour transformer la société ?

Je ne le crois pas, il y faudrait de l’amour.

Il faudrait qu’après avoir mis en relief toutes les injures que nous font les hommes d’argent qui maîtrisent ce siècle, vous [Drumont] nous fissiez entrevoir un beau rêve. À votre noir tableau des excès de la France juive, opposez une conception délicieuse de la France sans juif.

  • 26 Maurice Barrès, « M. Édouard Drumont », Gil Blas, 23 avril 1892. Drumont adressera une lettre de r (...)

Et c’est exactement ce que fait aujourd’hui Drumont. Voilà l’instant où il est arrivé. Au cri premier : « Sus aux juifs ! », il substitue : « La France aux Français ! »26.

  • 27 Charles Maurras, « Lettre à Édouard Drumont II », La Libre Parole, 26 novembre 1902.

15Propos qu’il est tentant de mettre en parallèle avec ceux de Charles Maurras qui dix ans plus tard, dans une série de six « Lettres à Édouard Drumont », se voit ouvrir les colonnes de La Libre Parole pour y exposer les fondements de sa doctrine monarchiste. Tout en exprimant sa dette intellectuelle à l’égard de Drumont, le théoricien de l’Action française ose alors souligner ce qui le sépare du vétéran de la lutte antijuive. Après avoir rendu hommage à la « méthode » de son aîné et loué La France juive, qui sonna le réveil de « la France conservatrice et traditionnelle », Maurras présente ses « doléances ». Le « programme critique » de Drumont, sa « juste doctrine de haine » ne suffisent pas, écrit-il. Il faut les compléter par un « programme positif », une « doctrine de désir et d’Amour ». Les socialistes parviennent à faire rêver ; les nationalistes doivent eux aussi susciter un rêve ; et ce rêve, cet horizon merveilleux, est la monarchie27.

La haine antisémite comme élément d’une discipline nationale : les débuts de l’Action française (1899-1901)

  • 28 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 732.
  • 29 Cité par ibid., p. 240-241.
  • 30 Cité par ibid., p. 615.

16Malgré toutes ces réserves, demeure l’idée que la haine antisémite constitue un instrument indispensable pour renverser le régime, pour mobiliser les énergies, instincts et passions contre la « République juive ». En 1896, Barrès salue, lors de la célébration du quatrième anniversaire de La Libre Parole, cette « haine sainte et salutaire », cette « haine exultante », qui prépare l’opinion aux inévitables « décisions héroïques et chirurgicales28 ». Dès 1889, Maurras est partagé entre « répulsion » et fascination, exaltant les sentiments primaires – « Faisons des armes… Donnons cours à nos colères. Osons haïr »29… – avant d’évoquer, en 1894, les « belles violences »30. Bref, Barrès et Maurras exaltent déjà des sentiments que l’on retrouvera plus tard glorifié par le nazisme : avoir un ennemi à haïr, en l’occurrence le juif, est un moyen pour souder la communauté nationale, au-delà de ses différences sociales et politiques. Dans l’Action française des débuts, la haine antisémite comme élément d’une discipline nationale occupe une place décisive.

17Deux traits caractéristiques se retrouvent plus fortement marqués encore que chez Drumont, dont la position à l’égard du régime restera ambiguë jusqu’à la fin :

– Revendiquer la haine du juif est un moyen d’affirmer et de symboliser la rupture avec le régime républicain et ses principes, de signifier le rejet des valeurs humanistes de 1789.

– Exalter la haine contre le juif est aussi le meilleur chemin, pensent ces intellectuels, pour accéder au peuple, réagir comme lui, éprouver ses sentiments.

  • 31 Henri Vaugeois, « Réaction, d’abord », L’Action Française. Revue bi-mensuelle, 1er août 1899.

18L’antisémitisme est l’un des moteurs essentiels de l’entreprise intellectuelle initiée, en 1899, par Henri Vaugeois et les dissidents de la Ligue de la Patrie française désireux à la fois d’une action nationaliste énergique et d’une opposition radicale à la République dreyfusienne. Dans l’un des premiers articles publiés par la revue L’Action Française le 1er août 1899, les buts du mouvement sont ainsi définis : outre combattre Dreyfus et le dreyfusisme, défendre l’antisémitisme et « entretenir l’instinct de répulsion si sain, si gai, du Peuple français contre le Juif. L’antisémitisme aura ici des amis réfléchis, qui s’efforceront d’en approfondir et d’en éclaircir la légitimité historique et naturelle. Nous soutiendrons qu’il faut mesurer attentivement les Droits de l’homme à certains hommes »31.

19Remettant en cause les principes démocratiques, Vaugeois ne rejette pas encore la filiation de 1789. L’antisémitisme, la focalisation sur un ennemi, est le principal ressort de son article de foi, titre de son éditorial : « Réaction d’abord », mot d’ordre qui n’est pas encore monarchiste.

  • 32 Id., « Nos trois proscrits. Paul Déroulède, Jules Guérin, André Buffet », L’Action Française. Revue (...)

20La haine du juif n’en symbolise pas moins la rupture avec les idéaux révolutionnaires, le mythe de l’égalité entre les hommes, le « rousseauisme ». En janvier 1900, Vaugeois présente l’antisémitisme comme une force révolutionnaire que le nationalisme peut opposer « au parlementarisme qui nous livre à l’Étranger » ; sa vertu principale est de faire appel à ces instincts populaires sains et brutaux qu’un chef éclairé peut utiliser32. Développant certaines de ces idées dans La Libre Parole, il répète quelques mois plus tard que l’antisémitisme est la première condition pour « juger sainement l’affaire Dreyfus » : « j’entends bel et bien par là une répulsion instinctive et quasi physique pour le Juif et sa peau, une sensation de « sauvage » que méprisent les belles âmes du Temps ».

  • 33 Id., « À Édouard Drumont : que faire des Juifs ? », L’Action Française. Revue bi-mensuelle, 15 août (...)
  • 34 « La défense de M. Vaugeois », La Gazette de France, 3 janvier 1901.

21Pour Henri Vaugeois, l’antisémitisme répond au « mépris insondable » que les juifs éprouvent pour les Français et que le peuple est seul à saisir spontanément : « Cette vérité, nous avons à la comprendre, comme le peuple la sent »33. Mais comme Drumont, le directeur de L’Action Française est amené à nuancer cet éloge de la haine de déclamations généreuses. En 1901, l’antisémitisme lui apparaît comme « un sentiment et un instinct, très naturel, très spontané, très ancien et, je le prétends, très généreux, que l’affaire Dreyfus a exalté, chez les gens du peuple notamment » ; « je demeure persuadé que la répulsion pour le juif, loin d’être une passion aveugle et basse, dénote chez quiconque l’éprouve et en tient compte avec calme et avec une attention sérieuse, dans la vie sociale, une certaine générosité de tendances et un certain sens psychologique »34.

22La même année, Vaugeois a été gagné par Maurras au dogme du « nationalisme intégral » et du retour à la monarchie. Ayant dès lors trouvé une armature idéologique, l’Action française n’abandonne pas, au contraire, le combat antisémite, mais renonce à valoriser la « haine » contre les juifs, qui apparaît dès lors comme une réaction individualiste, populacière et désordonnée.

  • 35 Grégoire Kauffmann, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 666.
  • 36 Charles Maurras, « La Politique. II. Drumont et le Juif-Roi », L’Action Française, 16 juin 1944.

23Cette évolution n’était pas sans traduire la faiblesse de l’antisémitisme en tant que tel, de la haine du juif réduite à elle-même. En 1898, plusieurs députés ayant été élus dans le sillage de Drumont à la Chambre, l’antisémitisme avait fait la preuve de la nullité de son programme : derrière les cris et la haine, il n’y avait donc rien35. En 1944, Maurras pourra conclure, en forme d’épitaphe : « Drumont ne comprit jamais qu’un programme négatif, comme le sien, excellent pour détruire le mal, parfaitement capable de grouper des énergies et des passions nécessaires, ne suffisait cependant ni à rassurer les cadres civils et militaires de la nation – indispensables eux aussi » –, ni à entraîner durablement le peuple derrière lui36.

Notes

1 Xavier Crettiez, Violence et nationalisme, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 27-40.

2 Cité par Damien Guillaume, Antisémitisme et discours. L’Anti-Sémitique, premier journal antisémite français, mémoire de DEA (sciences du langage), EHESS, 2002, p. 105.

3 Cité par Raoul Girardet, Le Nationalisme français. Anthologie 1871-1914, Paris, Seuil, 1992 (1re éd. 1983), p. 55-56.

4 Mais cette violence demeure en France au stade des invectives écrites, et l’on peut interpréter les listes du Monument comme un phénomène de catharsis dont, analyse Christophe Prochasson, l’efficacité semble, dans le contexte de l’affaire Dreyfus, « incontestable au vu du faible nombre de violences perpétrées en France métropolitaine ». Christophe Prochasson, « Un retour aux sources : l’antisémitisme au temps de l’Affaire », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, no 137, juillet-septembre 1995, p. 57.

5 Haine que les nationalistes perçoivent jusque dans les manuels scolaires, qui enseignent aux enfants « à vénérer la France qu’en tant qu’apôtre et martyre des idées révolutionnaires » : « Pour l’autre France, celle du passé, ils n’ont qu’une pitié méprisante, quand ce n’est pas de la haine ». Georges Valois, avec François Renié, et la collaboration de Marius Riquier et Jean Herluison, Les Manuels scolaires. Études sur la religion des primaires. Manuels d’histoire : falsifications historiques. Manuels de morale : falsifications scientifiques. Manuels de lecture : falsifications littéraires, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1911, p. 26.

6 Voir Laurent Joly, Vichy dans la « Solution finale ». Histoire du commissariat général aux Questions juives (1941-1944), Paris, Grasset, 2006, p. 51-52.

7 Édouard Drumont, « La veille et le lendemain », Le Bien public, 18 juillet 1871.

8 Comte de Bruc, « Droits de l’homme, devoirs de Français », L’Action Française. Revue bimensuelle, 1er juin 1901, p. 878.

9 Jules Lemaître, « Lettres à un Ami. IX. Le roi et les juifs », L’Action Française, 18 mai 1909.

10 « Ce qu’il y a de plus particulier, dans cette conquête du monde par le Juif, c’est l’implacable haine vouée par lui depuis des siècles à ce monde qu’il s’est juré de conquérir ». Maurice Talmeyr, « Où sont les milliards. Le Juif ennemi du monde », L’Action Française, 3 novembre 1921.

11 Aristide Chevalier, Un écho de la Dernière Bataille de Ed. Drumont, Paris, Téqui, 1890, p. 259. Maurras dans sa lettre au garde des Sceaux Abraham Schrameck en 1925, réaction à différents assassinats de militants nationalistes, écrira de manière typique : « Vos premiers actes connus établissent votre fidélité à la consigne ethnique donnée par votre congénère Alfred Dreyfus le jour de sa dégradation : Ma race se vengera sur la vôtre. Votre race, une race juive dégénérée, car il y a des Juifs bien nés qui en éprouvent de la honte, la race des Trotsky et des Krassine, des Kurt Eisner et des Bela Kuhn, vous a chargé maintenant d’organiser la révolution dans notre patrie. […] C’est sans haine comme sans crainte que je donnerai l’ordre de verser votre sang de chien s’il vous arrive d’abuser de la force publique pour ouvrir les écluses de sang français sous les balles et les poignards de vos chers bandits de Moscou ». Charles Maurras, « La Politique. II. Lettre ouverte à M. Abraham Schrameck, ministre de l’Intérieur », L’Action Française, 9 juin 1925. Au début des années 1990, dans un documentaire puis un livre intitulés La Haine antisémite, le seul antisémite revendiquant ce sentiment le fera au nom de la haine que les juifs sont supposés porter aux aryens. Serge Moati, Jean-Claude Raspiengeas, La Haine antisémite, Paris, Flammarion, 1991, p. 42.

12 Anatole Leroy-Beaulieu, Les doctrines de haine. L’antisémitisme, l’antiprotestantisme, l’anticléricalisme, Paris, Calmann-Lévy, 1902, p. 279.

13 Paul de Cassagnac, « Le cas de M. Drumont », L’Autorité, 5 mai 1886 ; Bernard Lazare, « Juifs et antisémites », L’Evénement, 23 décembre 1892.

14 « Une lettre de Gyp », La Libre Parole, 25 mai 1899.

15 Henry de Brisay, « Paris-Chronique », Journal d’Indre-et-Loire, 23 octobre 1888.

16 Archives de la Compagnie de Jésus, fonds du père Du Lac, H Du 57, lettre de Drumont au père Du Lac, s. d.

17 Voir par exemple Édouard Drumont, « Un article de M. Delahaye », La Libre Parole, 14 mai 1894 ; id., « Ce que disent les chiffres », La Libre Parole, 30 décembre 1898.

18 Id., « Un article de M. Delahaye », La Libre Parole, 14 mai 1894.

19 Id., « Ce que disent les chiffres », La Libre Parole, 30 décembre 1898.

20 Arsène Guérin, « La France juive », Revue du monde catholique, 1er juin 1886.

21 Édouard Drumont, « Le discours de Saint-Mandé », La Libre Parole, 16 août 1892.

22 Maurice Barrès, « La formule antijuive », Le Figaro, 22 février 1890.

23 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique à l’aube du XXe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 316.

24 Maurice Barrès, « La formule antijuive », Le Figaro, 22 février 1890.

25 Bibliothèque nationale (BN), ms, fonds Maurice Barrès, lettre de Drumont à Barrès, 22 février 1890.

26 Maurice Barrès, « M. Édouard Drumont », Gil Blas, 23 avril 1892. Drumont adressera une lettre de remerciements à Barrès pour cet article. Il le juge « véritablement exquis ». (BN, ms, fonds Maurice Barrès, lettre de Drumont à Barrès, 23 avril 1892).

27 Charles Maurras, « Lettre à Édouard Drumont II », La Libre Parole, 26 novembre 1902.

28 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 732.

29 Cité par ibid., p. 240-241.

30 Cité par ibid., p. 615.

31 Henri Vaugeois, « Réaction, d’abord », L’Action Française. Revue bi-mensuelle, 1er août 1899.

32 Id., « Nos trois proscrits. Paul Déroulède, Jules Guérin, André Buffet », L’Action Française. Revue bi-mensuelle, 15 janvier 1900.

33 Id., « À Édouard Drumont : que faire des Juifs ? », L’Action Française. Revue bi-mensuelle, 15 août 1900.

34 « La défense de M. Vaugeois », La Gazette de France, 3 janvier 1901.

35 Grégoire Kauffmann, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 666.

36 Charles Maurras, « La Politique. II. Drumont et le Juif-Roi », L’Action Française, 16 juin 1944.

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540