Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Deuxième partie. Mondes modernes et contemporains haines dites, haines tacites

La haine et la vengeance : les passions politiques du Midi pendant la Révolution française

Stephen Clay

Texte intégral

  • 1 Sur le thème de la haine et de la vengeance pendant la Révolution française, voir Stephen Clay, « R (...)

1Le mot « haine » ponctua les écrits de la Révolution Française. Il était utilisé dans les documents officiels des administrations locales et nationales, dans les proclamations des généraux, dans les discours des hommes politiques, dans les journaux de toutes tendances, dans les dictionnaires de l’époque, dans les mémoires des révolutionnaires et des contre-révolutionnaires ou encore dans les correspondances privées des citoyens ordinaires. Il exprimait l’aversion envers des personnes, des institutions, des groupes, des régimes – la haine contre les aristocrates, les modérés, les contre-révolutionnaires, voire les révolutionnaires eux-mêmes. C’est un mot qui apparaît dans les serments exigés par les gouvernements révolutionnaires, mais aussi tout au long des procédures des tribunaux révolutionnaires. Un mot également utilisé pour stigmatiser ceux qui, par leur haine de la liberté, aspiraient à détruire ce qui était souvent considéré comme l’essence même de la Révolution. Partout dans la France révolutionnaire et tout au long de la décennie, la « haine » figurait parmi les émotions les plus passionnées et les plus fortes suscitées par le tumulte politique de 1789 à 17991.

  • 2 Raymond Verdier et Jean-Pierre Poly (dir.), La Vengeance, Etudes d’anthropologie, d’histoire et de (...)

2Doté d’une longue histoire linguistique et politique sous l’ancien régime, le mot « haine » n’est pas d’origine récente2. Toutefois, la Révolution française, au cours de ses conflits, dissensions et antagonismes apparemment interminables, porta le mot et l’émotion à un degré inégalé. À partir de 1789, la haine, tout comme d’autres passions perturbatrices telles que la vengeance, le ressentiment, la jalousie, ou l’ambition, était considérée comme exerçant une influence négative sur la politique et l’ordre public, comme une force désorganisatrice divisant les révolutionnaires et la Révolution. La haine avait toujours entraîné des catastrophes, toujours produit des ravages. Dans le discours révolutionnaire, la haine était avant tout la cause et la conséquence de « l’esprit de partis », de la lutte quasi omniprésente, persistante et souvent sanglante dans la France révolutionnaire, entre des factions en guerre au niveau local comme national. « Les haines de parti » constituaient un leitmotiv dans le langage de l’époque, apportant la destruction dans son sillage, menaçant de saper la Révolution. Les haines individuelles et collectives étaient décrites par les autorités, comme cause essentielle des crimes, de la violence, du désordre et de l’anarchie. La haine était condamnée en tant que moteur et auxiliaire de la vengeance.

  • 3 Sur le thème du Midi provençal et de la violence, Richard Cobb, The Police and the People. French P (...)
  • 4 Journal de Marseille, n. 6 (9 messidor III) p. 54 Le journal de Beaugeard connaissait une circulati (...)
  • 5 Pour un bilan synthétique de la nature et des dynamiques des luttes de factions dans le Midi Proven (...)

3Peu de régions de France virent la haine poussée à de telles extrêmes que dans le Midi provençal. Tout au long de la décade révolutionnaire, les départements des Bouches-du-Rhône, du Var et du Vaucluse furent touchés par différentes formes de violence – individuelle et collective, physique et verbale, ainsi que symbolique3. Formant un long catalogue, les émeutes, meurtres, massacres, et attentats contre les personnes et les propriétés constituèrent des défis parfois insurmontables pour l’ordre public que devaient préserver les autorités locales, qu’elles aient été administratives, judiciaires ou militaires. La plupart des actes violents émanaient du conflit existant entre des factions rivales, conflit qui divisait les villes, petites et grandes. En effet, la lutte des deux factions ou partis – des termes normalement interchangeables – caractérisa la politique de la région. Les autorités locales et nationales décrivirent à de nombreuses reprises ces luttes comme un basculement perpétuel d’oppresseurs en opprimés, d’égorgeurs en égorgés, dans laquelle le triomphe d’une faction impliquait nécessairement la défaite de l’autre. Le journaliste marseillais Ferréol Beaugeard exprimait une opinion courante, quand il disait : « En vain voudrait-on en [sic] se le dissimuler ; nous sommes aujourd’hui divisés en deux classes bien distinctes : en dilapidateurs & en dilapidés, en dénonciateurs & en dénoncés, en voleurs & en volés, en septembriseurs & en septembrisés, en assassins & en parents d’assassinés », ajoutant que dans la dynamique de tels conflits « il faut qu’un parti écrase absolument l’autre, ou qu’il en soit écrasé »4. De manière fréquente dans ces luttes, le vocabulaire politique de l’époque – royaliste, républicain, aristocrate, « buveur de sang », anarchiste – s’appliquant à une faction ou l’autre, reposait sur des dénominations vagues, utilisées à la fois de manière désinvolte et stratégique pour stigmatiser l’opposition, et ne reflétait généralement pas les véritables convictions de la personne qui s’en voyait affublée. Ceux qui se proclamaient républicains, comme les fédéralistes de l’été 1793, étaient surpris et alarmés de se voir traités de royalistes par leurs adversaires jacobins, qui occupèrent les postes judiciaires et administratifs de la Terreur en 1793 et 1794. De même, dans les mois qui suivirent la chute de Robespierre, mois qui virent le démantèlement progressif des institutions de la Terreur et la persécution croissante de ses agents, les anciens jacobins furent eux-mêmes, de manière méprisante, appelés « buveurs de sang », « anarchistes » ou « anthropophages ». Les labels faisaient partie des pratiques de dénonciations politiques, et constituaient un trait caractéristique des luttes des factions. Derrière ces conflits existaient généralement des antagonismes socio-économiques plus profonds, qui impliquaient différents niveaux et types de richesse, opposant des groupes et des individus séparés par des quartiers et des rues différentes, le localisme jouant un rôle fondamental dans les rivalités sanglantes qu’il pouvait faire générer et entretenir5.

  • 6 Archives Nationales (AN) F7 7141 : Puget Bartantane au Ministre de la Justice, 5 floréal an IV, F7  (...)
  • 7 AN F7 3820 : Situation des Départements (Bouches du Rhône), vendémiaire VIII.
  • 8 Les commentaires, contemporains et plus tardifs, sur le caractère unique et la nature explosive du (...)
  • 9 Service historique de la Défense (SHD) : B*3 282 : Dugua au Ministre de la Police Générale, 5 germi (...)
  • 10 AN F7 7186 : Administration centrale du Vaucluse au Ministre de la Police, 24 vendémiaire V ; F7 36 (...)

4De nombreux contemporains attribuaient la virulence et la violence des luttes des factions à ce qu’ils caractérisaient comme le caractère méridional – la chaleur des têtes, la chaleur du sang, dans un pays où, comme le disait un général « les passions haineuses sont d’une intensité qui fait désespérer leur extinction »6. Peu disposés au calme et à l’action réfléchie, les Méridionaux dans ces descriptions étaient stéréotypés comme passionnés et extrêmes : « Les passions jouent un plus grand rôle là qu’ailleurs ; tout y est extrême », affirmait un rapport officiel sur la région à la fin de la décennie révolutionnaire7. Décrits dans une multitude de publications comme animés par des haines et des passions fatales et incontrôlables, les Méridionaux de la décennie révolutionnaire semblaient plus que d’autres Français prompts par nature et tempérament à la vengeance et la violence8. Dans les représentations contemporaines, l’ambition, l’intrigue, la vengeance, les haines, constituaient les forces essentielles menant la politique locale. « Chacun » affirmait un commentateur contemporain « est toujours prêt à peindre son ennemi sous les couleurs les plus hideuses et au gré de l’ambition et des haines »9. Dans le Midi plus que nulle part ailleurs, disait-on, la moindre altercation pouvait se transformer en amères disputes et les passions non éteintes couvaient, toujours prêtes à exploser en actes de violence10.

  • 11 AN F1cIII Var 9 : Administration centrale du Var au Ministre de l’Intérieur, 19 messidor an V.
  • 12 ACM 13D art. 23 : Administrateurs et Procureurs Syndic du District de Marseille au Ministre de l’In (...)
  • 13 SHD : B13 123 : Radet, chef de la 24e division de gendarmerie au Ministre de la Guerre, Avignon, 16 (...)
  • 14 AN F7 3693 (2) : Préfet du Var au Ministre de la Justice, 8 fructidor an XI ADD.

5L’influence du climat comme explication pour ce tempérament méridional particulier était fréquemment avancée par les contemporains. Les administrateurs, juges, officiers, journalistes, membres des assemblées nationales attribuaient facilement à l’impact durable du soleil du midi et à la chaleur ardente du climat la « vivacité provençale ». « Le climat de notre département », écrivaient les administrations départementales du Var au ministre l’intérieur en 1797 « influe sans doute sur l’exaltation des individus qui l’habitent, un sang chaud ne peut être tranquille. Mis en mouvement par une passion quelconque, il bouille dans les veines, les têtes s’échauffent, le désordre vient, et la tranquillité publique est troublée »11. Ces observations étaient répétées de rapport en rapport par les autorités du midi Sud-est, perplexes face à la persistance et l’intensité de la violence locale. Le soleil, semblait-il, avait « exalté », ou « volcanisé les têtes par sa chaleur brûlante », rendant les habitants plus excitables, plus violents qu’ailleurs12. « De tout temps, observait un officier à la fin de la décennie révolutionnaire, les contrées méridionales furent agitées, sans autres causes que celles de la nature du climat qui, en influant sur les sens, exaspère les esprits, rend les habitants, légers inconstants, vicieux et turbulents »13. Les autorités locales devaient relever le défi de contrebalancer l’influence du climat – considérable, puissante, souvent maligne, sur les habitants de la région et prévenir, pour reprendre les mots d’un préfet quelques années plus tard « ce qui est un effet du climat, des mœurs, du caractère des habitants de cette contrée du besoin qu’ils ont de nourrir la haine et de la rendre héréditaire dans leur famille »14.

  • 15 Le problème de l’ordre public est central dans la vie politique de la région tout au cours de la dé (...)
  • 16 Alphonse Aulard, Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire, 5 vol. (Paris, 189 (...)
  • 17 Journal de Perlet, n. 76 (23 nivôse IV) p. 98.

6De manière significative, la continuité des conflits marqua la région comme une des plus troublées de la France révolutionnaire. Le problème de l’ordre public, répandu pendant la décennie révolutionnaire dans différentes régions de France, semblait, aux yeux des autorités nationales comme locales, particulièrement grave dans le Midi provençal15. Du printemps 1789 au 18 brumaire an VIII, des milliers de lettres furent échangées entre les autorités de toutes les branches du gouvernement central et les autorités locales, témoignant des difficultés croissantes au cours de la Révolution à appliquer les lois au milieu des luttes des factions et d’une criminalité rurale et urbaine endémique. La presse locale et nationale publiait des descriptions frappantes des incidents de violence du sud-est – meurtres, massacres, insurrections, et attaques fréquentes sur des hommes, des femmes et des enfants. Les troubles du Midi étaient le sujet de nombreuses conversations dans les cafés de la capitale16. Ces troubles, confessait plus d’une autorité, semblaient incontrôlables. Comme le remarquait l’éditeur du Journal de Perlet en janvier 1796, quelques mois après l’installation du Directoire : « la situation du Midi est toujours un problème qu’on ne peut résoudre. Ces contrées semblent couvertes d’un voile funèbre à travers lequel on distingue des vengeances et des fureurs de partis qui se succèdent les uns aux autres : et qui sont également cruels »17. Les autorités locales et nationales étaient d’accord : le Midi, particulièrement le Midi provençal, nécessitait une attention spéciale de la part du gouvernement.

  • 18 AN F7 7172 : Municipalité de Carpentras au Ministre de la Justice, 20 brumaire V ; F7 7214 : Députa (...)
  • 19 Pour un petit échantillon, voir les documents conservés en AN F1cIII Haute Loire 1 ; F1cIII Loire 8 (...)
  • 20 Félix Rocquin, (éd.), « Rapport fait aux consuls par le conseiller d’état Francois de Nantes, charg (...)

7Il n’est pas étonnant que le Midi ait été fréquemment comparé à la Vendée. L’expression « nouvelle Vendée », qui évoquait toutes les horreurs de la guerre civile, le massacre des patriotes et la destruction de la République, abondait dans les écrits sur le Midi provençal pendant ces années18. À en croire la correspondance des autorités locales, le risque que la région, avec ses haines et ses passions, ne devienne une nouvelle Vendée, une Vendée qui dans leurs esprits serait plus dévastatrice que celle de l’Ouest, était une réalité imminente et omniprésente. « Une nouvelle Vendée se prépare dans ces contrées » était plus qu’une figure de style ou un simple procédé rhétorique : il s’agissait d’une peur bien ancrée et largement répandue, en partie due à la situation quasi anarchique et incontrôlée qui faisait rage dans de grandes parties de leur territoire. Certes l’expression « nouvelle Vendée » était communément utilisée par les membres du gouvernement pour invoquer des conditions similaires considérées comme une menace pour la République et l’ordre public dans divers départements tels que la Loire, la Haute-Loire, le Loiret, le Gers, la Haute-Vienne, la Manche ou le Nord, pour n’en citer que quelques-uns19. Cependant, c’était dans le Midi, le sulfureux Midi, où « il règne beaucoup plus de haines individuelles que de haines de partis » selon un rapport, que la perspective d’une véritable guerre civile – déclenchant une Saint-Barthélémy contre les patriotes – apparaissait la plus imminente et la plus menaçante20.

  • 21 Pour ce paragraphe et le suivant, voir Stephen Clay, « Les Réactions du Midi : conflits, continuité (...)

8C’est l’héritage de la haine qui s’était accumulée à travers chaque phase de la Révolution qui rendait le Midi si constamment troublé et le maintien de l’ordre si difficile. La Révolution dans le Midi provençal, comme partout en France, passa par différentes phases, principalement dictées par des événements nationaux, qu’il s’agisse des changements de régimes de la Constituante jusqu’au Directoire, de l’institution d’élections qui ponctuèrent l’histoire de la décennie, ou des journées révolutionnaires telles que le 31 mai, le 9 thermidor an II, le 18 fructidor an V ou le 18 brumaire an VIII. Chacun de ces facteurs joua un rôle significatif dans les affaires tant nationales que locales ; chacun entraîna de profonds changements par la purge ou l’élection du personnel des administrations locales, modifiant fondamentalement l’orientation de la politique locale. De manière générale, chaque phase vit un groupe de faction révolutionnaire supplanté par la faction opposée. Dans les villes et villages de la région, ce conflit était largement centré sur la rivalité entre les membres des sociétés populaires et leurs opposants qui, dans le langage très polarisé et manichéen de la période, étaient qualifiés d’aristocrates, d’honnêtes gens, ou de contre-révolutionnaires. En effet, le mot même de « patriote », ou après 1792, de « républicain », était un titre que s’appropriait chaque faction pour se réclamer d’une authentique légitimité politique. Ainsi, la lutte de pouvoir entre les « vrais » et les « faux » patriotes faisait rage dans la plupart des communes de la région, et occupait une grande place dans le discours politique de la période. L’importante densité de sociétés populaires dans ces départements, parmi la plus élevée de la France révolutionnaire, assurait un haut degré de politisation. La confrontation entre factions rivales, très souvent accompagnée de violence, marqua la politique locale à partir de 1789. Chaque phase de la Révolution provoqua un nombre croissant d’actes de violence ne demandant qu’à être vengés – souvent aussi par la violence21.

9La Révolte Fédéraliste de l’été 1 793 et la Terreur, qui dura de l’automne jusqu’à l’été suivant, cristallisèrent la haine des factions, plaçant chacune tour à tour dans le rôle de l’oppresseur et de l’opprimé. Fruit des événements locaux et nationaux, la Révolte Fédéraliste – ou mouvement des sections – menée par Aix et Marseille, et touchant rapidement la plupart des communes de la région, provoqua la fermeture de la majorité des sociétés populaires et l’arrestation ou la fuite d’un grand nombre de leurs membres. Des actes de violence de toute sorte, souvent appelés « pendaisons », étaient perpétrés par certains membres de ces sociétés contre leurs ennemis – réels ou fictifs – tels que les prêtres réfractaires, les contre-révolutionnaires supposés, les nobles et d’autres indésirables, ainsi qu’une multitude de « contributions forcées » imposées à certains habitants de la région à l’été et l’automne 1 792. Ces actes avaient conduit à une lutte de pouvoir plus âpre entre les clubs et les sections, à l’établissement d’un Tribunal Populaire pour juger ces « excès », ainsi qu’à des appels répétés par les autorités, surtout les sections, au retour de ce qui était proclamé comme le règne de la loi – afin « d’abjurer toute haine particulière » et de laisser à la Loi seule le soin de punir les coupables. Les sections menèrent ensuite une guerre contre les « anarchistes » et les « intrigants » pour la défense des personnes et des propriétés et le maintien de l’unité et de l’indivisibilité de la République. Un certain nombre d’anciens terroristes furent dénoncés et exécutés et des milliers d’entre eux prirent la fuite ou se cachèrent.

10L’effondrement de la courte Révolte Fédéraliste vit les anciens membres des sociétés populaires locales de retour au pouvoir, à des postes administratifs et judiciaires ; la plupart d’entre eux avaient subi des dommages personnels ou à l’encontre de leurs propriétés perpétrés par des fédéralistes et – c’est ce que leurs détracteurs maintinrent par la suite – étaient peu disposés à l’impartialité dans l’exercice de leurs fonctions. De telles accusations restent naturellement difficiles à démontrer, mais plus d’une victime de la Terreur accusa ses opposants de permettre à la haine et la vengeance de guider leurs actions. Des derniers jours d’août 1793 au même mois de l’année suivante, des centaines de personnes – leur nombre exact est impossible à déterminer – furent emprisonnées, non seulement celles qui étaient directement accusées de « contre-révolution » de par leur participation à la Révolte Fédéraliste, mais également leurs familles, leurs amis et leurs alliés.

  • 22 AN AFII 252 : Rovere et Poultier au Comité de Salut public, 15 brumaire II Pour Rovère, voir Michel (...)
  • 23 Pour Maignet et sa mission dans le Midi-Sud Est, voir Paul Gaffarel, « La mission de Maignet dans l (...)
  • 24 AN F7 4774 (29) : Arrêté du Représentant du Peuple Français, Envoyé dans les Départemens des Bouche (...)
  • 25 Bibliothèque municipale d’Avignon (BMA) ms 2526 : Proclamation du Représentant du Peuple Maignet, E (...)
  • 26 Archives départementales du Vaucluse (AD Vaucluse) L. 534 : Maignet to District d’Avignon, 16 ventô (...)
  • 27 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBDR) L. 3013 : Maignet au Tribunal Révolutionnaire (...)
  • 28 Archives Communales de Tarascon I (non classé) : Comite de Surveillance Tarascon au Maignet, 23 ven (...)
  • 29 BMA : ms 2527 : L’Agent National près le District de Carpentras, aux comites de surveillance des co (...)
  • 30 ADBDR L. 1304 : Leger Autheman à Maignet, 10 messidor II ; Voir parmi d’autres : ADBDR L. 3109 : Pé (...)

11Au cours de ces mois, les accusateurs aussi bien que les accusés admettaient que les haines avaient divisé les habitants de la région. Réfléchissant sur l’histoire révolutionnaire de son département, le conventionnel Rovère constatait : « Depuis quatre ans, le département du Vaucluse, livré à des orages continuels pour la conquête de sa liberté, a vu naître dans son sein cent partis divers qui, tantôt vainqueurs et vaincus, oppresseurs et opprimés, y ont prolongé les haines et rendu les vengeances héréditaires »22. Les représentants en mission envoyés dans les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse, comme Étienne Maignet, déploraient aussi ce qu’ils considéraient comme des haines suscitées par le tumulte révolutionnaire23. « C’est avec le sentiment de la plus profonde douleur que nous voyons, chaque jour, annonçait Maignet dans l’un de ses nombreux arrêtés, les haines et les discordes se propager au milieu de vous »24. « Des partis se sont élevés parmi vous, remarquait-il plus tard dans une proclamation générale, les haines, les passions s’agitent pour diviser les bons citoyens », ajoutant qu’il enverrait devant les tribunaux quiconque tenterait de « faire renaître les haines et les discordes »25. En conséquence, Maignet exhortait les comités de surveillance locaux à assurer « l’éloignement de tout esprit de haine » dans l’exercice de leurs fonctions, insistant pour « qu’aucune passion, qu’aucune haine, qu’aucune vengeance soient les mobiles des arrestations »26. Il reconnaissait toutefois, avec raison, que des haines et des passions puissent avoir envoyé des innocents en prison, ce qui pourrait expliquer la présence de nombreux suspects parmi ceux qui s’entassaient dans les prisons révolutionnaires27. Certains agents au sein des comités de surveillance des régions laissaient entendre la même chose dans leurs directives : « Jamais la haine, la vengeance, [sic] aucune passion ne doivent être le mobile des arrestations » écrivait le comité de surveillance de Tarascon le 23 ventôse an II28. L’agent national du district de Carpentras ordonna de même que le tableau détaillé des suspects rempli par les comités du district soit « dépouillé de préjugés, de haine, de vengeance, et de toute inimitié particulière »29. Malgré ces principes de prudence, beaucoup parmi ceux qui étaient dénoncés et arrêtés clamaient leur innocence avec vigueur, s’estimant les victimes de « l’esprit de parti et de haines purement personnelles »30.

  • 31 Bibliothèque Municipale d’Arles M815 : correspondance du comité de surveillance de la commune d’Arl (...)
  • 32 AN AFII 90 (662) : Proclamation de Freron et Barras, 3 pluviôse II ; ibid., AF II 90 (663) : Arrêté (...)
  • 33 ADBDR L 3122 a 3123 et 14J 132 (Tribunal revolutionnaire), et L. 3128 (Commission militaire). AD Va (...)

12La plupart des comités de surveillance, tels que celui d’Arles, et des sociétés populaires, comme celle de Malaucène ponctuaient leur correspondance de promesses de « haine éternelle à tous les traîtres » et de serments de « détruire les ennemis de la République »31. Presque toutes les communes, Marseille en tête, vouaient une vengeance éternelle et une haine implacable à « l’infâme Toulon » pour sa vile reddition aux Britanniques et sa résistance prolongée aux armées de la République. Des représentants comme Fréron ou Barras, tout comme Maignet, agrémentaient leurs proclamations et leurs discours de toute une rhétorique punitive appelant à la vengeance contre ceux qui avaient défié la souveraineté nationale, en premier lieu les anciens fédéralistes et leurs alliés32. Les dénonciations qui affluaient vers le Tribunal Révolutionnaire et la Commission Militaire stigmatisaient des personnes pour leur « haine contre les patriotes », et Maignet, avant d’ordonner la destruction de la petite ville de Bedoin, dans le Vaucluse, la condamna pour avoir manifesté sa haine contre la Révolution33. Les expériences de la Terreur, tout comme celles des autres phases de la Révolution, varièrent d’une commune à l’autre, voire d’une personne à une autre. Dans ce sens, elles reflétaient et définissaient la géographie politique de la région. Le langage utilisé par les agents de la Terreur était toutefois bien plus cohérent. Des termes tels que « haine » et « vengeance » apparaissaient fréquemment dans les correspondances et les délibérations des comités de surveillance, des administrations départementales, municipales et de district, dans les discours et proclamations des Représentants en mission ainsi que dans les procédures et les dénonciations des tribunaux. Mais ce langage était loin d’être une spécificité méridionale : il était en accord avec celui qui était employé partout en France et par la Convention Nationale et le Comité de Salut public durant l’an II.

  • 34 Sur les différentes réactions qui marquèrent la région après Thermidor, voir Stephen Clay, « Les Ré (...)
  • 35 BM Avignon ms 2965 : Tribunal Criminel du département de Vaucluse à leurs justiciables, 1 frimaire (...)
  • 36 Le Midi Sud-Est fut en effet le théâtre des incidentes de violence figurant parmi les plus spectacu (...)

13Dans les années qui suivirent la chute de Robespierre, les départements des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse en particulier furent les témoins d’une réaction politique d’une rare intensité34. Les victimes de la Terreur revinrent pour se venger de leurs persécuteurs : des attaques individuelles et collectives sur les anciens terroristes, ou même parfois sur les anciens membres des sociétés populaires, furent perpétrées à travers la région, bien au-delà de la capacité des autorités locales à contrôler ces actes de vengeance. La question de savoir si l’attitude des administrateurs locaux envers ces attaques a été l’indifférence, l’insouciance, ou la complicité appartient au débat historiographique. Ce qui reste certain est que les appels répétés des habitants de la région à étouffer les haines particulières et les vengeances personnelles n’empêchèrent pas le meurtre, le massacre et la mutilation d’un grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants de la région, les poussant par centaines vers la fuite et l’exil volontaire. « Assez et trop longtemps, nos belles contrées ont été déchirées par les haines et les animosités particulières ; assez et trop longtemps les hommes ont été substitués à la chose publique et par là nous nous sommes écartés du but de notre Révolution », annonçaient à leurs justiciables les membres du tribunal criminel du département du Vaucluse à Avignon en novembre 179435. Ce discours, répété par les administrations, les sociétés populaires, les représentants en mission, les comités de surveillance locaux – tous avaient été purgés après Thermidor, et leur personnel avait été souvent remplacé par d’anciens fédéralistes ou leurs alliés – se poursuivit tout au long du printemps et de l’été 1 795. En vain. Car malgré les exhortations répétées à obéir à la loi et à confier aux tribunaux la responsabilité de juger les anciens terroristes, les victimes de la Terreur, libérées de prison ou de retour de leurs cachettes, devinrent à nouveau les bourreaux : les oppressés étaient devenus les oppresseurs, la violence avait engendré la violence36.

  • 37 AD Vaucluse 3L 26 : Agent national District d’Avignon à Jean Debry, 23 germinal III.
  • 38 AC Arles H 128 : Proclamation du Chambon aux citoyens du District d’Arles, 1 floréal III ; ADBDR 14 (...)

14Tout comme celui de la Terreur, le langage de la Réaction de l’an III était stéréotypé, uniforme et virulent. Les anciens terroristes étaient qualifiés de « buveurs de sang », « anarchistes », « dilapidateurs », « robespierristes », « terroristes », « fripons », « brigands » ou encore « cannibales ». Et tout comme sous la Terreur, les mots « haine », « vengeance » et « passions » occupaient une place prédominante dans les écrits des autorités locales et nationales. Au beau milieu d’une vague d’assassinats sans précédent, certaines autorités locales, telles que l’agent national du district d’Avignon, prédisaient que la tranquillité ne pourrait être restaurée que si l’on pouvait « parvenir à anéantir les haines et les vengeances particulières »37. D’autres autorités, comme le Représentant en mission Chambon, exhortaient les habitants de la région à ne pas imiter les crimes de leurs oppresseurs avec une réaction inspirée par la haine et la vengeance38. Mais ces appels, si éloquents et si désespérés qu’ils soient, étaient condamnés à un succès limité au vu de l’accumulation des ressentiments, de la lenteur des tribunaux locaux à juger les terroristes, et de la faiblesse – ou la complicité – des autorités locales. Loin d’être « royaliste », comme le prétendirent un grand nombre d’anciens terroristes et plus tard d’historiens, la Réaction de l’an III était un produit de la vengeance. Elle fut perpétrée par des personnes dont l’agenda politique était en grande partie non la restauration de la monarchie, mais l’extermination des anciens terroristes.

  • 39 Stephen Clay « Réactions du Midi, » op. cit. ; Sur Freron lui-même, voir Raoul Arnaud, Le fils de F (...)
  • 40 AD Vaucluse 1 L 178 : Commissaire du Pouvoir Exécutif Administration Centrale Vaucluse au Ministre (...)
  • 41 Voir parmi d’autres, AD Vaucluse 1L 88 : délibération Administration centrale du Vaucluse, 29 frima (...)

15L’installation du Directoire en novembre 1795 vit s’opérer un changement de régime, mais les haines principalement causées par de plus anciens conflits persistèrent. Il en fut de même pour la vengeance. L’arrivée de Stanislas Fréron, conventionnel, journaliste et ancien terroriste envoyé par la Convention à la fin du mois d’octobre 1795 avec la mission expresse d’user de tous les moyens possibles pour mettre fin aux troubles, faire respecter les lois et poursuivre les principaux auteurs des complots et de la violence contre les « vrais » patriotes, changea de nouveau la politique et le personnel administratif des Bouches-du-Rhône principalement, et entraîna une autre Réaction, une réaction jacobine39. Tout comme la Réaction de l’an III, celle de l’an IV fut caractérisée par le désir des membres d’une faction de recouvrer leur pouvoir perdu et de se venger des persécutions subies au cours de l’an III. L’amnistie proclamée le 4 brumaire an IV autorisa la libération d’un grand nombre de terroristes emprisonnés qui furent de nouveau nommés à des postes de fonctionnaires, tandis que d’autres parmi eux commencèrent à attaquer leurs opposants politiques et personnels. Les six mois passés par Fréron dans le Midi provençal virent le retour au pouvoir d’un grand nombre d’anciens terroristes qui, tout comme leurs opposants, étaient motivés par la haine et la vengeance. Le conflit entre les factions empira dans certains endroits de la région, en particulier dans le Haut Comtat, où la violence contre les anciens terroristes se poursuivit sans relâche. « Tous les motifs, tous les prétextes sont mis en jeu pour donner l’éveil à l’esprit de parti et provoquer les vengeances par le souvenir déchirant des maux qui ont successivement ravagé nos contrées » observa le commissaire du directoire exécutif attaché à l’administration départementale du Vaucluse en janvier 179640. Pratiquement partout, maintenaient les autorités, les haines étaient substituées à l’action de la loi qui, pour beaucoup, demeurait muette. La violence était clairement endémique, perpétrée par les anciens « amnistiés » aussi bien que par leurs adversaires, en général vaguement décrits comme « royalistes »41.

  • 42 AN AFIII 98(435) : Députés des Bouches-du-Rhône au Directoire Exécutif, 8 frimaire IV ; AN F7 4629 (...)
  • 43 Stanislas Freron, Mémoire Historique sur la Réaction Royale et sur les Massacres du Midi, Paris, 18 (...)
  • 44 En plus de nombreux articles dans les journaux parisiens et locaux, comme le Gardien de la Constitu (...)

16La mission de Fréron suscita une longue et féroce polémique. Il était accusé d’être anticonstitutionnel, arbitraire, partial, d’abuser de son pouvoir, et de créer une « seconde Terreur »42. Le célèbre rapport de sa mission, le Mémoire historique sur la Réaction Royale, et sur les massacres du Midi, paru à l’été 1796, accusait les députés de la période, ainsi qu’un grand nombre de fonctionnaires locaux, de négligence criminelle, voire de complicité dans la poursuite des responsables des meurtres du printemps 1795, période que Fréron qualifiait, avec peu de rigueur et sur un ton polémique, de Réaction Royale43. Son travail fut considéré comme une révélation de méfaits par certains, comme un tissu de mensonges par d’autres44. Quelle qu’ait été la justesse des affirmations de Fréron, la Réaction d’anciens terroristes et membres des sociétés populaires contre leurs adversaires qu’il contribua à provoquer rendit plus profonde encore la culture de haine et de vengeance qui marqua tant le Midi et le Sud-est pendant la décennie révolutionnaire.

  • 45 Pour Willot, voir SHD 259 (d. Willot) ; Paul Gaffarel, « Le Gouvernement du général Willot à Marsei (...)

17Les événements nationaux et locaux du printemps et de l’été 1796, comme l’arrestation de Babeuf, la fermeture du Club du Panthéon ou les violentes élections municipales de Marseille, dernière bataille d’une véritable guerre entre factions qui se solda par des morts, alarma les membres du gouvernement, ainsi qu’un nombre conséquent de modérés locaux, au sujet de ce qui semblait être une dangereuse montée en puissance des anciens Jacobins, des sans-culottes et de leurs sympathisants. Il est peu surprenant que l’homme choisi pour pacifier le Midi au moment des conséquences agitées de la turbulente mission de Fréron fut un général de l’armée, Amédée Willot, vanté par ses partisans comme un homme de l’ordre. Pourtant, Willot se révéla n’être pas moins controversé, pas moins politisé que Fréron, et donc pas moins disposé à provoquer de nouvelles confrontations et de nouvelles violences entre des ennemis de factions opposées de si longue date45.

  • 46 Paul Barras, Mémoires de Barras, mémoire du Directoire, éd. G. Duruy, 4 vols., Paris, 1895, vol. 2 (...)
  • 47 Correspondance de Napoleon 1er, publiée par ordre de L’empereur Napoleon III, 32 vols. (Paris, 1859 (...)
  • 48 Stephen Clay, « Réactions du Midi », op. cit.

18Pendant l’occupation de son poste de général en chef de la huitième division militaire, qui couvrait en même temps les départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, du Var, des Basses Alpes et des Alpes-Maritimes, Willot s’attira l’inimitié des Jacobins locaux et parvint, aux dires de ses détracteurs, de par son hostilité ouverte aux anciens terroristes et à leurs alliés, ses méthodes arbitraires et son soutien d’une faction contre une autre, à établir un « despotisme militaire », défiant les lois et la Constitution. En raison de toutes ses proclamations de neutralité politique, ce « Roi de Marseille », ce « tyran », comme le surnommaient ses ennemis, n’a incontestablement pas aidé à apaiser les haines explosives qui couvaient dans les départements sous son contrôle. Son choix d’un personnel militaire bien peu impartial à d’autres postes de la huitième division militaire – un personnel qui, tout comme lui, était férocement anti-terroriste – était la garantie que les politiques de factions se poursuivraient avec autant de violence qu’auparavant. Parlant de Willot, le Directeur Paul Barras, lui-même loin d’être neutre dans ses sympathies politiques, déclarait : « Nous voyons avec chagrin le maintien d’un fonctionnaire aussi partial et personnel dans ses haines »46. Et Bonaparte, qui était alors commandant de l’Armée d’Italie mais guère bien disposé envers Willot, de commenter : « Ce général a des opinions trop exagérées et embrasse trop les différentes opinions des partis qui déchirent la France, pour pouvoir maintenir l’ordre dans le Midi »47. Willot suscita une tempête de protestations dès son arrivée dans le Midi, et se vit fréquemment accusé de royalisme – une accusation qui trouva écho dans la presse locale et nationale. Quelle qu’ait été la nature exacte de ses sentiments royalistes à ce stade de sa carrière politique – il aura plus tard des contacts avec des agents royalistes ainsi qu’avec Louis XVIII – il est certain que sa présence dans le Midi envenimait la situation. Tout comme Fréron, il avait causé une autre « Réaction », la « Réaction Willot » comme la nommèrent ses contemporains48. La terrible et persistante violence commise contre les anciens Jacobins pendant la réaction, une violence motivée par l’héritage de la haine et animée par la volonté de vengeance, n’était pour beaucoup rien moins qu’une attaque contre la République. Pourtant, la popularité de Willot parmi les antiterroristes était suffisamment solide pour assurer son élection inattendue au Conseil des Cinq Cents lors des élections de 1 797. Mais cette popularité se révéla de courte durée, puisque moins de cinq mois plus tard, Willot, en compagnie de 51 autres députés, fut arrêté au cours de la célèbre journée du 18 fructidor an V, accusé de fomenter une conspiration contre le régime du Directoire. Le nom de Willot devint synonyme de conspirateur ; Il fut brûlé en effigie, tenu responsable des vagues de violence anti-jacobine dans le Midi pendant « l’époque de Willot », accusé de fomenter une contre-révolution et de réorganiser une réaction royale. Le coup d’État du 18 fructidor an V, dans les mots de beaucoup, avait sauvé la République en se débarrassant de Willot et de ses amis conspirateurs.

  • 49 Bibliothèque Méjanes d’Aix : mss. 1438 : Roux Alpheran, Journal Historique de tout ce qui s’est pas (...)
  • 50 ADBDR L. 245 : commissaire du pouvoir exécutif Département au Ministère de la Police Générale, 11 v (...)

19Dans la vie politique polarisée de l’époque, la défaite d’une faction signifiait nécessairement le triomphe de l’autre. Les départements des Bouches du Rhône, du Vaucluse et du Var figuraient parmi les 49 départements purgés par la loi du 19 fructidor, qui virent de surcroît le retour à l’automne 1 797 d’un grand nombre d’anciens terroristes à des postes dans les administrations, les autorités judiciaires et militaires. Ce changement de pouvoir répandit la peur parmi les habitants de la région, poussant des centaines d’entre eux à fuir ou se cacher, à l’image des jacobins et des terroristes qui avaient fait de même pendant la Réaction de l’an III et après les élections de l’an V. Une réaction en invitait toujours une autre. Un contemporain aixois énuméra dans son journal personnel le nombre de réactions qui touchèrent ces départements, y incluant celle qui se préparait alors après le coup de Fructidor. « La nouvelle réaction des terroristes contre le parti contraire est opérée. C’est la quatrième depuis le commencement de ce journal [en floréal an III] : celle contre les terroristes depuis la mort de Frégier (en floréal an III), jusqu’à la mission de Fréron ; celle des terroristes contre le parti ennemi, depuis la dite mission de Fréron jusqu’à celle de Willot à la suite des assassinats commis le jour de la Magdeleine (thermidor an IV) ; celle encore contre les terroristes depuis lors jusqu’à présent ; celle qui va commencer »49. Plus d’une autorité reconnaissait que la vengeance et les haines constituaient le moteur de ces réactions. Ce que le commissaire du pouvoir exécutif attaché aux administrations départementales des Bouches-du-Rhône disait de son propre département pouvait s’appliquer à d’autres départements du Midi Provençal : « Les attentats sur les personnes… étaient le résultat de la haine individuelle que les hommes violents des deux partis portaient respectivement à certaines personnes »50.

20Et les observateurs, au début de la Révolution comme à sa fin, ont déploré la difficulté, si ce n’est l’impossibilité, de trouver des hommes capables de s’élever au-dessus des querelles des factions pour atteindre ne serait-ce qu’un semblant d’impartialité dans l’exercice de leurs fonctions administratives. La nature même des politiques locales dans les petites comme dans les grandes villes divisées par les luttes incessantes des partis et la présence par élections ou nominations de personnes attachées à l’une de ces factions dans des fonctions publiques signifiait que presque tous les aspects du gouvernement local demeuraient extrêmement politisés.

  • 51 AN F7 3677 : Le Riche au Ministère de l’Intérieur, 18 floréal VI.

21En effet, les politiques de faction influençaient souvent les décisions administratives, judiciaires et militaires. Les accusations de partialité répandues et parfois légitimes, étaient récurrentes dans la correspondance de l’époque. On a souvent avancé que les fonctionnaires devinrent les instruments des factions et des haines particulières. Même si les administrations locales déclaraient systématiquement leur impartialité, la neutralité politique était au contraire une denrée rare. Cette réalité ne faisait qu’irriter et entretenir les ressentiments, en créant parfois de nouveaux : « Dans un pays où il existe un très petit nombre d’hommes impartiaux les haines s’éteignent lentement », remarqua un agent du Directoire envoyé dans le Midi en 179851.

  • 52 Charles Lourde, Histoire de la Révolution à Marseille et en Provence, depuis 1789 jusqu’au Consulat(...)

22À travers la décennie révolutionnaire dans le Midi-Sud-Est, comme si souvent ailleurs, si les revendications relatives à la malfaisance administrative, la corruption, l’abus de pouvoir étaient courantes, elles n’en étaient pas moins nombreuses pour le domaine judiciaire. D’aucuns ont déploré la facilité avec laquelle les juges de paix locaux délivraient des mandats d’arrêt à partir de vagues dénonciations, dénonciations souvent dictées, avançait-on, par les passions et les haines particulières. Les accusations de partialité à tous les niveaux du processus judiciaire – juges de paix, directeurs du jury, juges des tribunaux criminels ou les jurys eux-mêmes – ponctuèrent l’histoire de la région pendant la Révolution. L’esprit de parti, affirmaient les autorités locales et nationales, s’accordait rarement avec l’esprit de justice ; la partialité et l’indulgence, l’impunité et l’obstructionnisme délibéré, surtout dans le jugement de crimes extrêmement politisés comme les massacres dans les prisons du printemps 1795, dont les procédures ont perduré jusqu’au Directoire et au début du Consulat, étaient considérés comme ayant altéré nombre des décisions de justice de l’époque, et plus encore, d’avoir entretenu les rivalités factionnelles et empêché la restauration de l’ordre. « Les révolutions, a observé Charles Lourde, un historien du XIXe siècle, sont le sommeil des lois. Lorsqu’elles éclatent, des passions viles se mêlent toujours à la passion de la liberté ; les haines individuelles se joignent à la haine des tyrans »52.

23La difficulté à exécuter les lois témoignait alors de la force des passions et des haines comme éléments centraux dans la vie politique ainsi que de la partialité de ceux même qui devaient appliquer ces lois. Mais se posait également la question des moyens. Au cours de la Révolution, nombreuses sont les lois qui ne sont jamais entrées en vigueur de par le manque de moyens coercitifs dont disposaient les autorités pour les appliquer. Les administrateurs locaux se plaignaient régulièrement de ce que ni la garde nationale, ni la gendarmerie, ni les gardes champêtres – des corps qui manquaient notoirement d’armes et d’effectifs, et souvent hautement politisés, ne suffisaient pas pour le maintien de l’ordre et à l’application des lois de la République. Seules les troupes régulières, ont observé la plupart des représentants, pouvaient satisfaire au besoin d’une force coercitive, en particulier dans cette situation politique délicate dominant dans une grande partie du Midi Sud-Est. Mais ces troupes, au grand dam des administrations locales, étaient constamment en sous-effectif. Les administrateurs locaux rappelèrent fréquemment qu’ils se sentaient entravés dans l’exécution de leurs charges de par le nombre trop faible ou l’absence totale de troupes à leur disposition. Pour compliquer le tout plus encore, l’histoire de la période révèle que l’armée était loin d’être la force neutre ardemment désirée par les gouvernements locaux et nationaux : elle n’était pas moins politisée que d’autres branches de l’administration civile ou judiciaire, nourrissant l’histoire des régions et les cycles sans fin de réactions de haine et de vengeance.

  • 53 Courier d’Avignon, n. 307, 31 décembre 1791.
  • 54 Bibliothèque municipale d’Arles Ms 444 : Administration municipale d’Arles à leurs concitoyens, 14 (...)
  • 55 AN F1cIII Vaucluse 7 : Administration municipale du canton d’Orange à ses concitoyens, 30 brumaire (...)
  • 56 AN F1cIII BDR 7 : administrateurs municipaux de la commune de St Remy à leurs concitoyens, 1 vendém (...)

24Durant toute la décennie révolutionnaire, il n’y avait pas de désir plus insistant, plus récurrent, plus nécessaire et surtout plus vain de la part des administrateurs que les habitants des régions renoncent à leurs haines, contrôlent leurs passions, tempèrent leur vengeance et obéissent à la loi. Dès le mois de décembre 1791, le maire nouvellement élu d’Avignon pria dans son discours : « Observons, chérissons cette loi : plus de haines, plus d’esprit de parti, plus de querelles sur les diversités d’opinion »53. À mesure que les années de la Révolution s’écoulaient, son appel devait trouver un écho, discours après discours, proclamation après proclamation, arrêt après arrêt avec une insistance grandissante de la part des autorités locales et nationales. Chaque faction ou du moins certains membres de chaque faction trouvèrent un accord sur la nécessité d’oublier les haines et les désirs de vengeance. Après six ans de Révolution, dans un effort pour apaiser un long et amer conflit civil, la municipalité d’Arles proclama à l’intention de tous ses citoyens : « Il est temps d’abjurer toutes les haines »54. Dans la même période d’autres administrations comme celle d’Orange ont exprimé les mêmes sentiments de façon plus lyrique : « Étouffez dans vos âmes ces germes de division ; combattez les passions haineuses que vous nourrissez ; la vengeance ne rend les hommes que les artisans de leur malheur »55. Deux ans plus tard, à la fin de l’une des périodes les plus extraordinairement violente de l’histoire de cette nation, surtout dans le Midi Sud-Est, les administrateurs municipaux de St Rémy écrivirent à leurs concitoyens, reflétant bien d’autres appels de la même trempe : « Tous les sentiments divers que vous aviez pu concevoir jusques à présent déposés sur l’autel de la patrie, tous les ressentiments, toutes les haines, tous les projets de vengeance ; que de calamités inséparables des crises dont nous avons tour à tour été les instruments ou les victimes ont pu faire naître en vos cœurs »56. La violence entre les partis ne cessa pas, produit des ressentiments qui s’accumulèrent dans diverses périodes de la Révolution et de la mauvaise volonté ou de l’incapacité des autorités à l’endiguer.

  • 57 ACM 13D art36 : Delacroix, Préfet du Département des Bouches du Rhône, aux Citoyens de ce départeme (...)
  • 58 AC Arles H129 : Le Commissaire Central près l’Administration du Département des Bouches du Rhône, à (...)
  • 59 AD Vaucluse 1U 100 : St. Hilaire au Préfet du Vaucluse, 17 floréal VIII.
  • 60 Cette affirmation est abondamment attestée par une variété de sources judiciaires et administrative (...)
  • 61 AN F7 7768 : Le Commissaire Général de Police au Ministre de la Police Générale, 29 floréal IX.

25La journée de « Révolution » du 18 brumaire an VIII aviva l’espoir de l’apaisement des haines et de la fin de la vengeance. Dans les proclamations et les discours du Midi provençal, tout comme ceux de la France entière, la venue du Consulat fut accueillie comme la promesse de l’effacement des factions, du retour à la tranquillité, la restauration de la justice, la réimplantation de l’ordre, cristallisant le destin de la République après les tourmentes révolutionnaires. La proclamation faite par le premier préfet des Bouches-du-Rhône, Charles Delacroix, était typique de la rhétorique grandiloquente inspirée par le coup d’État du 18 Brumaire : « Il y a peu de mois encore, la France sous un gouvernement faible, était déchirée… agitée dans tous, par des dissensions et des haines, que nourrissaient des souvenirs douloureux… »57. Dans le langage officiel des préfets et des administrateurs, non moins que dans la presse, les factions étaient dénoncées comme destructrices de la République, et les administrateurs se hâtèrent pour rassurer les habitants du pays, en affirmant que le coup d’État n’allait pas provoquer une réaction – encore une ! – qui avait tant marqué le paysage politique des années précédentes. C’était particulièrement pertinent dans les endroits les plus politiquement volatiles du pays, comme le Midi provençal où chaque faction, si habituée aux retournements politiques, vit dans le 18 Brumaire la promesse ou la menace de reprendre ou de perdre le pouvoir. Comme si souvent auparavant, les nouvelles autorités firent des appels insistants : « abjurons les haines, étouffez les passions » – « les germes, commenta l’administration centrale du Bouches-du-Rhône, sans cesse renaissants de la discorde et de la haine »58. L’on espérait que les préfets, choisis en dehors de leurs départements, offrent une gouvernance plus impartiale. Comme le Général St. Hilaire le dit au Préfet du Vaucluse, le 7 mai 1800 : « Les préfets étrangers aux passions, aux factions qui ont agité le Midi, succèdent à des autorités timides ou partiales qui n’ont point voulu faire ce qu’elles auraient pu et dû faire, pour étouffer les ferveurs de la haine et de la vengeance… »59. Cette tâche s’avéra plus facile pour le préfet que pour les maires et adjoints divers des différentes communes de la région, la plupart d’entre eux membres d’une faction ou d’une autre de la période révolutionnaire. Malgré les communiqués optimistes de plusieurs officiels publics concernant les changements heureux introduits par le 18 Brumaire, les haines et la vengeance des années révolutionnaires furent loin d’être effacées pendant les années du Consulat. Écrivant depuis Aix et se référant au Midi provençal, un général récemment arrivé dans la région nota fin 1801 « tous les esprits… ne respirent que haine et vengeance ». Des termes comme « vengeance » et « haine » continuent à décrire les politiques de la région durant les années napoléoniennes60. En effet, le Préfet du Var alla jusqu’à remarquer que dans le Midi, d’une certaine manière, la vengeance débute avec la vie et se termine avec la mort. De telles réflexions s’accordèrent avec d’autres non moins recherchées, à propos de la nature même de la haine : « Le temps, qui détruit tout, détruira peut-être les haines, et lui seul peut effacer les traces du sang qui fut versé »61.

Notes

1 Sur le thème de la haine et de la vengeance pendant la Révolution française, voir Stephen Clay, « Réaction dans le midi : le vocable de la vengeance » dans Dictionnaire des usages sociopolitiques (1770-1815), fasc. 6, Paris, Klincksieck, 1999, pp. 157-186 ; Arno Mayer, The Furies. Violence and Terror in the French and Russian Revolutions. Princeton, Princeton University Press, 2000 ; V. Hurley, « The Discourse of Vengeance in the French Revolution : A Study of Rhetoric in the Extremist Press, 1789-1794 », Ph.-D. dissertation (Drew University, 2003), et Jean-Clément Martin, Violence et Révolution : Essai Sur La Naissance D’un Mythe National, Paris, le Seuil, 2006. Pour des études locales, voir Jacques-Philippe Chamgagnac : Quiberon La répression et la vengeance, Paris, 1989 ; René Moulinas : « Contre-Révolution et Vengeances : le Meurtre du Notaire Juge a Valréas en Avril 1796 », Mémoires de L’Académie de Vaucluse, 2 (2003-2004), pp. 77-102.

2 Raymond Verdier et Jean-Pierre Poly (dir.), La Vengeance, Etudes d’anthropologie, d’histoire et de philosophie, 4 vols. Editions Cujas, Paris 1980-1984.

3 Sur le thème du Midi provençal et de la violence, Richard Cobb, The Police and the People. French Popular Protest 1789-1820, Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 131-150 ; Colin Lucas, « Themes in Southern Violence after 9 Thermidor » dans G. Lewis and C. Lucas, eds., Beyond the Terror : Essays in French Regional and Social History, 1794-1815, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, 152-194 ; Stephen Clay « Le Massacre du fort Saint-Jean, un épisode de la Terreur blanche à Marseille » dans Michel Vovelle (dir.), Le tournant de l’an III : réaction et terreur blanche dans la France révolutionnaire., Paris, Éditions du CTHS, 1997, pp. 579-583 ; ibid., « Justice, Vengeance et Passé Révolutionnaire : Les Crimes de la Terreur Blanche », Annales Historiques de la Revolution Francaise, 350 (Oct/Décembre 2007), pp. 109-133.

4 Journal de Marseille, n. 6 (9 messidor III) p. 54 Le journal de Beaugeard connaissait une circulation régionale et nationale large, et les termes de haine et de vengeance apparaissent fréquemment dans ses pages. Pour une bonne étude de sa vie et de son activité de journaliste voir René Gerard, Un Journal de Provence sous la Révolution. Le Journal de Marseille’ de Ferreol Beaugeard (1781-1797) (Paris, 1964). La rivalité professionnelle et politique entre Beaugeard et un autre journaliste de la faction opposée, qui s’avère révélatrice au sujet des idéologies concurrentes et des abus de langage, a été étudiée dans Stephen Clay, « La guerre des plumes : la presse provinciale et la politique de faction sous le Premier Directoire à Marseille, 1796-1797 », Annales historiques de la Révolution française, 308, 1997, pp. 221-248.

5 Pour un bilan synthétique de la nature et des dynamiques des luttes de factions dans le Midi Provençal, qui insiste sur la continuité du conflit au cours de la période, voir Stephen Clay, « Les Réactions du Midi : conflits, continuités et violence », AHRF n. 345 (Juillet/Septembre 2006), pp. 55-91.

6 Archives Nationales (AN) F7 7141 : Puget Bartantane au Ministre de la Justice, 5 floréal an IV, F7 7186 : Commissaire du pouvoir exécutif Département du Vaucluse to Ministère de la Police Générale, 4 fructidor V, F7 7534 : Général Quantin au Ministre de la Police Générale, 15 pluviôse VII ; F1cIII Vaucluse 9 : Commissaire du pouvoir exécutif du département du Vaucluse au Directoire Exécutif, 16 brumaire IV.

7 AN F7 3820 : Situation des Départements (Bouches du Rhône), vendémiaire VIII.

8 Les commentaires, contemporains et plus tardifs, sur le caractère unique et la nature explosive du tempérament méridional sont vastes et variés. Voir, au sein d’un énorme corpus : AN F7 3659(1) : Le Marquis de Miran commandant en Provence au Ministre de l’Intérieur, 27 avril 1790 ; Camille Desmoulins, Révolution de France et de Brabant no 95, (3 octobre 1791) p. 47 ; Louis Jullien et Alexandre Mechin, Mémoire sur Le Midi présente au Directoire Exécutif,… charges par les anciens Comites de Gouvernement d’accompagner le Citoyen Freron dans les Départemens Méridionaux (Paris, IV) ; Archives Communales de Marseille (ACM) 13D art. 23 : Administrateurs et Procureurs Syndic of District of Marseille to Ministre de l’Intérieur, 13 nivose an IV ; Felix Rocquin, éd., « Rapport fait aux consuls par le conseiller d’état François de Nantes, charge de l’inspection de la 8e division militaire », dans L’État de La France (Paris, 1874) Pazzis : Mémoire statistique sur le département de Vaucluse (Carpentras, 1808).

9 Service historique de la Défense (SHD) : B*3 282 : Dugua au Ministre de la Police Générale, 5 germinal an VI.

10 AN F7 7186 : Administration centrale du Vaucluse au Ministre de la Police, 24 vendémiaire V ; F7 3693 (2) : Préfet du Var au Ministre de l’Intérieur, 12 nivôse IX ; F1cIII Bouches-du-Rhône 9 : commissaire du pouvoir exécutif du Département du Vaucluse au Directoire exécutif, 21 brumaire IV.

11 AN F1cIII Var 9 : Administration centrale du Var au Ministre de l’Intérieur, 19 messidor an V.

12 ACM 13D art. 23 : Administrateurs et Procureurs Syndic du District de Marseille au Ministre de l’Intérieur, 13 nivôse an IV.

13 SHD : B13 123 : Radet, chef de la 24e division de gendarmerie au Ministre de la Guerre, Avignon, 16 floréal VIII.

14 AN F7 3693 (2) : Préfet du Var au Ministre de la Justice, 8 fructidor an XI ADD.

15 Le problème de l’ordre public est central dans la vie politique de la région tout au cours de la décennie révolutionnaire. Sur ce thème, voir Jonathan Devlin, « The Army, Politics and Public Order in Directorial Provence, 1795-1800 », Historical Journal, 32 (1989), 87-106 ; ibid., « The Directory and the Politics of Military Command : The Army of the Interior in South-East France », French History, 4 (1990), 199-223 ; Stephen Clay, « La question de l’ordre public et la politique de l’état de siège pendant le Directoire à Marseille », dans La République directoriale (actes du colloque de Clermont-Ferrand mai 1997), Philippe Bourdin et Bernard Gainot (dir)., Société des études robespierristes, 1998, t. II, pp. 861-883 ; ibid., « La Garde nationale en Provence pendant le Directoire : service d’ordre et de désordres », Serge Bianchi et Roger Dupuy, dirs., La Garde nationale entre nation et peuple en armes. Mythes et réalités, 1789-1871, Presses Universitaires de Rennes, pp. 359-369.

16 Alphonse Aulard, Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire, 5 vol. (Paris, 1898-1902) 2 : 518, 583, 603, 640-641 ; 3 : 517 ; 4 : 61.

17 Journal de Perlet, n. 76 (23 nivôse IV) p. 98.

18 AN F7 7172 : Municipalité de Carpentras au Ministre de la Justice, 20 brumaire V ; F7 7214 : Députation du Bouches-du-Rhône, au Conseil des Cinq Cents, 29 frimaire V ; F7 3693 : Municipalité de Toulon to Ministère de la Police Générale, 9 nivôse V ; BB3/99 : Président du Tribunal Criminel du Vaucluse à Goupilleau, 24 nivôse IV. La presse républicaine de l’époque relayait particulièrement cette image voir parmi d’autres Journal des Hommes Libres, n. 133 (22 vendémiaire IV), p. 517 ; ibid., n. 40 (25 brumaire V), p. 160 ; L’Ami du Peuple, n. 234 (25 brumaire V), p. 3 ; La Sentinelle, n. 538 (23 frimaire V), pp. 654-655.

19 Pour un petit échantillon, voir les documents conservés en AN F1cIII Haute Loire 1 ; F1cIII Loire 8 ; F1bII Gers 1 ; F7 7093 ; F7 7096 ; BB18 Loiret 454.

20 Félix Rocquin, (éd.), « Rapport fait aux consuls par le conseiller d’état Francois de Nantes, charge de l’inspection de la 8e division militaire », dans L’État de La France éd. Felix Rocquin (Paris, 1874), p. 19. L’expression « Saint-Barthelemy des patriotes » constituait un classique de la rhétorique républicaine de l’époque, voir par exemple : AN F7 4268 (Cadroy) : Lettre de Gibelini to Directoire Exécutif, 1 fructidor an IV ; ibid., AF III 144 b (681) : Département de Bouches du Rhone aux Conseil des Cinq Cents, 11 germinal IV ; Observateur du Midi no 12 (25 floréal an IV) pp 47-48.

21 Pour ce paragraphe et le suivant, voir Stephen Clay, « Les Réactions du Midi : conflits, continuités et violence », AHRF n. 345 (Juillet/Septembre 2006), pp. 55-91.

22 AN AFII 252 : Rovere et Poultier au Comité de Salut public, 15 brumaire II Pour Rovère, voir Michel Jouve et Marcel Giraud-Mangin : Correspondance intime du conventionnel Rovere avec Goupilleau (de Montaigu) en mission dans le Midi après la Terreur (1794-1795) (Nismes, 1905).

23 Pour Maignet et sa mission dans le Midi-Sud Est, voir Paul Gaffarel, « La mission de Maignet dans les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse (1794) », Annales de la Faculté de Lettres d’Aix en Provence, 6, no 12 (janv. juin 1912) pp 1-100.

24 AN F7 4774 (29) : Arrêté du Représentant du Peuple Français, Envoyé dans les Départemens des Bouches-du-Rhône et de Vaucluse, l’an second de la République, une et indivisible., 3 ventôse II.

25 Bibliothèque municipale d’Avignon (BMA) ms 2526 : Proclamation du Représentant du Peuple Maignet, Envoyé dans les Départemens des Bouches-du-Rhône et de Vaucluse, 16 ventôse II.

26 Archives départementales du Vaucluse (AD Vaucluse) L. 534 : Maignet to District d’Avignon, 16 ventôse II

27 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBDR) L. 3013 : Maignet au Tribunal Révolutionnaire, 21 germinal II

28 Archives Communales de Tarascon I (non classé) : Comite de Surveillance Tarascon au Maignet, 23 ventôse II

29 BMA : ms 2527 : L’Agent National près le District de Carpentras, aux comites de surveillance des communes de son arrondissement, 3 germinal II

30 ADBDR L. 1304 : Leger Autheman à Maignet, 10 messidor II ; Voir parmi d’autres : ADBDR L. 3109 : Pétition Louis Thibau to citoyen à qui de droit, 19 nivôse II ; ibid., L. 3120 : Joseph Maurice Galbardy à l’accusateur public, sd. an II. ACM I2(non classe) : Vincent Caire à Maignet, 4 messidor II

31 Bibliothèque Municipale d’Arles M815 : correspondance du comité de surveillance de la commune d’Arles, 16 germinal II ; AD Vaucluse 6L 18 : société populaire montagnarde sans culottes et républicaine de la ville de Malaucène, 21 messidor II.

32 AN AFII 90 (662) : Proclamation de Freron et Barras, 3 pluviôse II ; ibid., AF II 90 (663) : Arrêté Freron et Barras, 8th jour of troisième décade du mois seconde ; AN AFII 144 (1148) : proclamation Barras, Freron, 8 jour, troisième décade, an II.

33 ADBDR L 3122 a 3123 et 14J 132 (Tribunal revolutionnaire), et L. 3128 (Commission militaire). AD Vaucluse 8 L 16 ; en particulier, voir ADBDR L. 3115 (Joseph Darnat), 23 nivôse II ; L. 3117 (Charles Clapier), 5 germinal II. ; AD Vaucluse 7L art 51 : Déclaration de Maignet 7 prairial II. Le Gallo : « L’affaire de Bedoin », La Révolution francaise, 14 octobre 1901 ; Paul Gaffarel, « L’affaire de Bedoin », Congrès des sociétés savantes de Provence, 1909, reproduit dans « la mission de Maignet dans les Bouches-du-Rhône et en Vaucluse », Annales de la faculté des lettres d’Aix, 1912 ; Paul Vaillandet « L’affaire de Bedoin », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, (1930).

34 Sur les différentes réactions qui marquèrent la région après Thermidor, voir Stephen Clay, « Les Réactions du Midi », op. cit.

35 BM Avignon ms 2965 : Tribunal Criminel du département de Vaucluse à leurs justiciables, 1 frimaire III.

36 Le Midi Sud-Est fut en effet le théâtre des incidentes de violence figurant parmi les plus spectaculaires de la période thermidorienne. Pour l’examen d’un épisode notoire de violence collective, voir Stephen Clay « Le Massacre du fort Saint-Jean, un épisode de la Terreur blanche à Marseille » dans Le tournant de l’an III : réaction et terreur blanche dans la France révolutionnaire, Michel Vovelle (dir.), Paris, Éditions du CTHS, 1997, pp. 579-583.

37 AD Vaucluse 3L 26 : Agent national District d’Avignon à Jean Debry, 23 germinal III.

38 AC Arles H 128 : Proclamation du Chambon aux citoyens du District d’Arles, 1 floréal III ; ADBDR 14J 105 : Proclamation du Chambon aux Citoyens des Départements du Bouches-du-Rhône et du Var, 23 floréal III.

39 Stephen Clay « Réactions du Midi, » op. cit. ; Sur Freron lui-même, voir Raoul Arnaud, Le fils de Fréron (Paris : Perrin, 1909) ; A. Dufraisse « La première mission de Fréron à Marseille », (DES, Université d’Aix-en-Provence, 1967) ; Michel Vovelle, « Représentants en mission et mouvement populaire en Provence sous la Révolution française : Du nouveau sur Fréron ? » Provence historique 23 (1973), pp. 463-483 ; Karen Greene : « The Rise and Fall of a Revolutionary : The Political Career of Louis-Marie Stanislas Freron, Representative on Mission and Conventionnel, 1754-1802 », (PhD Florida State University, 2004).

40 AD Vaucluse 1 L 178 : Commissaire du Pouvoir Exécutif Administration Centrale Vaucluse au Ministre de la Police Générale, 16 nivôse IV.

41 Voir parmi d’autres, AD Vaucluse 1L 88 : délibération Administration centrale du Vaucluse, 29 frimaire IV ; Archives Communales d’Aix LL. 95 : Municipalité d’Aix au Ministère de L’Intérieur, 8 nivôse IV ; Archives Communales d’Arles (AC Arles) D 423 : Municipalité d’Arles to département des BDR, 11 frimaire IV ; Archives Communales de Salon 2D 2/2 : Municipalité de Salon to administration centrale du Département du Bouches-du-Rhône, 6 nivôse IV ; BM Avignon ms 2531 : Ministère de l’Intérieur to administration centrale du Vaucluse, 21 frimaire IV ; BM Arles, M637, Pierre Veran (journal historique de la ville d’Arles,) (1796).

42 AN AFIII 98(435) : Députés des Bouches-du-Rhône au Directoire Exécutif, 8 frimaire IV ; AN F7 4629 (Cadroy) Paulin Chaumanel à Cadroy, 11 frimaire an IV ; ibid., Nistoche à Cadroy, 1 Ventôse an IV ; ADBDR L. 146 : administration centrale au Ministre de l’Intérieur, 15 frimaire IV ; et les journaux conservateurs, Le Gardien de la Constitution, Le Messager du Soir ; Journal de Perlet, pour les mois de nivôse, pluviôse, ventôse an IV passim.

43 Stanislas Freron, Mémoire Historique sur la Réaction Royale et sur les Massacres du Midi, Paris, 1824.

44 En plus de nombreux articles dans les journaux parisiens et locaux, comme le Gardien de la Constitution, le Messager du Soir, Le Miroir, Courrier Republicain, L’Observateur du Midi et Journal de Marseille, voir Paul Cadroy, membre du conseil des cinq-cents, à ses collègues, sur le Mémoire de Freron (Paris, thermidor IV) ; Isnard à Freron (Paris, an IV) ; Réponse de Durand-Maillane au Mémoire de Freron, sur le Midi (Paris, an IV) ; Note Essentielle sur le Mémoire du citoyen Freron, faisant suite au Mémoire sur le Midi, par les citoyens Al. Mechin et Jullien, sd. IV ; Batipe, citoyen Francais au vertueux Freron, 10 thermidor IV.

45 Pour Willot, voir SHD 259 (d. Willot) ; Paul Gaffarel, « Le Gouvernement du général Willot à Marseille », La Révolution française 65 (1913), pp. 133-166 ; Jonathan Devlin, « A Problem of Royalism : General Amedee Willot and the French Directory », Renaissance and Modern Studies, 33 (1989), pp 125-143.

46 Paul Barras, Mémoires de Barras, mémoire du Directoire, éd. G. Duruy, 4 vols., Paris, 1895, vol. 2 pp 245-246.

47 Correspondance de Napoleon 1er, publiée par ordre de L’empereur Napoleon III, 32 vols. (Paris, 1859) : vol. 2, pp. 31-32.

48 Stephen Clay, « Réactions du Midi », op. cit.

49 Bibliothèque Méjanes d’Aix : mss. 1438 : Roux Alpheran, Journal Historique de tout ce qui s’est passé de remarquable dans Aix ; depuis le dimanche 26 avril 1795 jusqu’au dimanche 31 décembre 1797, pour servir à rédiger des mémoires, fol. 271.

50 ADBDR L. 245 : commissaire du pouvoir exécutif Département au Ministère de la Police Générale, 11 vendémiaire VI.

51 AN F7 3677 : Le Riche au Ministère de l’Intérieur, 18 floréal VI.

52 Charles Lourde, Histoire de la Révolution à Marseille et en Provence, depuis 1789 jusqu’au Consulat 3 vols. (Marseille, 1839), vol. 2, p. 10.

53 Courier d’Avignon, n. 307, 31 décembre 1791.

54 Bibliothèque municipale d’Arles Ms 444 : Administration municipale d’Arles à leurs concitoyens, 14 brumaire IV.

55 AN F1cIII Vaucluse 7 : Administration municipale du canton d’Orange à ses concitoyens, 30 brumaire IV.

56 AN F1cIII BDR 7 : administrateurs municipaux de la commune de St Remy à leurs concitoyens, 1 vendémiaire VI.

57 ACM 13D art36 : Delacroix, Préfet du Département des Bouches du Rhône, aux Citoyens de ce département, 17 Germinal VIII.

58 AC Arles H129 : Le Commissaire Central près l’Administration du Département des Bouches du Rhône, à ses Concitoyens, le 28 Nivôse VIII.

59 AD Vaucluse 1U 100 : St. Hilaire au Préfet du Vaucluse, 17 floréal VIII.

60 Cette affirmation est abondamment attestée par une variété de sources judiciaires et administratives. Voir, au sein d’une vaste sélection : AN BB18 177 : Le maire et adjoint de la commune de Tarascon au Ministre de l’Intérieur, 5 nivôse IX ; ibid., BB18 189 : Vernet, sous-préfet du 2e arrondissement. communal Département des Bouches-de-Rhône au Préfet, 14 messidor IX ; ibid., F7 3659 5 : Le Sous-Préfet du 2eme Arrondissement (Aix) au Ministre de l’Intérieur, 5 germinal X ; ibid., F7 3693(3) : Préfet du Var au Ministre de l’Intérieur, 2 fructidor XIV ; AD Vaucluse 1 M I : Préfet Vaucluse to Ministre de l’Intérieur ; 12 brumaire IX ; A.D. Vaucluse 1U 8 : Grand Juge et Ministre de la Justice au commissaire du gouvernement près du Tribunal criminel du département du Vaucluse, 20 fructidor 11.

61 AN F7 7768 : Le Commissaire Général de Police au Ministre de la Police Générale, 29 floréal IX.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540