Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Deuxième partie. Mondes modernes et contemporains haines dites, haines tacites

Chiens de maltotiers ! : les commis des aides en tournée dans les élections de Reims et Epernay au XVIIIe siècle

Benoît Musset

Texte intégral

  • 1 Archives Départementales de la Marne (ADM), dépôt de Châlons (comme toutes les cotes utilisées ici) (...)

1Le 24 octobre 1717, place de la Couture à Reims, vers sept heures du soir, les commis des aides s’approchent de la maison d’un cabaretier où deux tonneliers roulent un tonneau. Ils leur demandent ce qu’il renferme. On leur répond des navets : ils y trouvent des fromages. Demandant pourquoi on leur avait fait cette réponse, il leur est rétorqué que « c’était pour se moquer ». L’instant d’après, plusieurs personnes arrivent, criant « ce sont des commis, il faut les tuer ». Frappés, les commis se réfugient dans une maison puis parviennent à se frayer un chemin à l’aide de leurs épées sous les cris : « allez-vous en chiens de maltotiers ou vous périrez par nos mains »1.

  • 2 Yves-Marie Bercé, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1994, (...)
  • 3 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris (...)

2Chaque année, plusieurs scènes de ce genre se déroulaient dans les élections de Reims et Epernay. L’opposition à la fiscalité et à ses percepteurs, cause fondamentale des grandes révoltes du XVIIe siècle, est à ce titre bien connue des historiens, notamment grâce aux travaux d’Yves-Marie Bercé2. De son côté, Jean Nicolas a montré que cette hostilité ne diminuait pas au XVIIIe siècle3. Toutefois, comme l’ont montré ces auteurs, les représentations du monde qui nourrissaient ses réactions ne se laissent pas facilement approcher, les historiens ne disposent bien souvent que du discours normatif des autorités, l’expression des révoltés eux-mêmes étant rare ou filtrée.

  • 4 Vida Azimi, Un modèle administratif de l’Ancien Régime : les commis de la Ferme Générale et de la R (...)
  • 5 Voir Lefebvre de la Bellande, Traité général des droits d’aides, Paris, 1760, 2 vol., 428 et 325 p.

3Impôt indirect sur la consommation, les aides avaient tout pour susciter l’hostilité. Créées à titre temporaire pour financer le paiement de la rançon du roi Jean II le Bon en 1360, elles devinrent permanentes, leur perception passant sous le régime de la Ferme des Aides, administration de plus de 30 000 personnes à la fin de l’Ancien Régime4. À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, des droits nouveaux vinrent s’ajouter au droit de gros de 5 % : anciens et nouveaux 5 sols fixes, 5 sols pour livre, sol pour livre, 6 deniers pour livre, tous droits proportionnels, les droits de jauge et courtage fixes, atteignant entre 20 et 35 % de la valeur des vins5.

  • 6 Gustave Laurent, Cahiers de doléances pour les États généraux de 1789, Département de la Marne. Tom (...)
  • 7 Id., p. 331.

4Les aides faisaient assez largement l’unanimité contre elles. En 1789, les doléances des habitants de Verzenay relevaient que « les aides sont mal nommées puisqu’elles sont la ruine et l’esclavage du vigneron » quand leurs voisins de Verzy fustigeaient « tant de pirateries »6. Les habitants de Bouleuse incriminaient directement les commis : « il s’en trouve d’honnêtes, mais tels aménités qu’ils aient, le public les envisage et les regarde toujours comme des ennemis de son repos et de sa tranquillité ; de père en fils, ce sentiment se perpétue »7. Deux séries de procès-verbaux des commis conservées dans les papiers des élections de Reims et Epernay aux Archives départementales de la Marne couvrant les années 1721-1733 et 1759-1771 vont nous servir de guide dans l’exploration des sentiments exprimés à l’égard des commis dont la haine est un aspect primordial.

Le commis en action

5Les élections de Reims et Epernay formaient chacune une direction des aides. Chaque direction était divisée en départements desservis par plusieurs commis accomplissant des visites de surveillance. L’échelon le plus bas était le bureau où chaque vente de vin devait être déclarée : un par paroisse dans le vignoble, un dans les plus importantes ailleurs. Les droits y étaient payés en échange d’un congé. Ces bureaux étaient tenus par des buralistes, gens du cru percevant une part du produit des droits. Ils ne délivraient des congés que si l’on venait chez eux. S’ils surveillaient plus ou moins la circulation des vins, ils ne disposaient d’aucun pouvoir de police.

  • 8 Vida Azimi, op. cit., chapitre II ; Archives Nationales, G² 26, rapports des directeurs des aides, (...)

6Les commis, une vingtaine par direction, incarnaient la Ferme des aides auprès des sujets. La Ferme imposait un recrutement assez sélectif par une exigence de capacités en calcul et en écriture, un cautionnement, ainsi que des critères moraux – la fidélité, la probité, l’exactitude – et physiques comme la robustesse et l’endurance8. En tournée, le commis avait une apparence toute militaire : uniforme, chapeau, bandoulière de la Ferme et surtout l’épée.

  • 9 Pierre Brunet de Grandmaison, Dictionnaire des aydes, 1726, p. 146.

7Servant au moins par deux, le plus souvent par quatre ou six à cause des risques, leur couverture du territoire était sélective. D’après Brunet de Grandmaison, ils devaient se concentrer sur les villes : « ils employeront toute leur vigilance, principalement dans les Villes & Bourgs de leur Département, & dans les autres Paroisses à proportion, suivant le travail de l’étendue »9.

8Les commis avaient pouvoir de perquisition délivré par les élus. Ils pouvaient entrer chez n’importe qui à toute heure du jour et de la nuit, que ce soit pour une simple visite de contrôle – activité la plus basique – ou sur présomption de fraude. S’il est très difficile d’estimer leur activité et l’ampleur de la fraude, celle-ci était massive dans certaines zones selon les directeurs – les villes et le vignoble – alors que les campagnes céréalières étaient beaucoup plus calmes. Néanmoins, la verbalisation n’était qu’une petite partie de leur quotidien. D’après notre série de procès-verbaux, nous parvenons à une moyenne de 23 procès-verbaux par an en 1721-1733, soit à peine deux par mois, et 17 en 1759-1771.

  • 10 Les procès remontaient très rarement jusqu’à la cour des Aides, les élections jugeant de fait presq (...)

9Un arsenal de peines, définies pour la plupart dans l’ordonnance des aides de 1680, appuyait l’action des commis. Les contraventions étaient toutes passibles d’une amende, allant de 100 livres – dans la majorité des délits – à 1 000 livres. Cependant, certains délits étaient assortis d’une peine supplémentaire. Ainsi, la falsification des congés était-elle punie du fouet et d’un bannissement de l’élection pour 5 ans en plus de l’amende. La rébellion pouvait déboucher sur une peine de galère. Toutefois, plusieurs éléments poussent à douter d’une sévérité exemplaire. Si les cas de rébellion devaient être sévèrement réprimés, les traités des aides suggèrent la relative mollesse des tribunaux d’élections, compétents en première instance10. Par ailleurs, nous avons trouvé quelques cas de récidive laissant penser que les peines n’étaient pas totalement dissuasives.

Le discours de la majorité : entre résignation et peur

10Les discours dont nous disposons sont fragmentaires. Les paroles prononcées, retranscrites par les commis, sont éparses. Mais c’est aussi leur intérêt. Les offenses contre la personne des commis ou les critiques à l’égard du système constituant des peines aggravantes, en particulier les injures, elles devaient être assez fidèlement recensées.

11Or, la majorité des contrevenants ne déclamait rien de haineux à l’égard des commis : 446 actes sur 502 se sont déroulés sans hostilité affichée (89 %). Si une attitude relativement passive et timide n’exclut pas une haine intérieure, celle-ci ne s’exprime pas. Les comportements et les paroles les plus fréquentes relèvent de la peur et de l’indifférence, au moins en façade.

12La résignation était la réaction la plus courante, à peine tempérée par une mauvaise foi désespérée : nier, gagner du temps, feindre de perdre la clé du cellier ou de la cave, reporter la faute sur un tiers opportunément absent, prétendre ne rien comprendre. Personne ou presque ne se laissait faire sans résister. Par ailleurs, pas un seul contrevenant n’acceptait de signer le procès-verbal des commis. De même, les voisins pris à témoin lors de certaines perquisitions se révélaient très peu coopératifs, cherchant à s’éclipser à la première occasion. Mais au total, 67 % des interventions se sont déroulées sans incident.

  • 11 ADM, Châlons, C 3137, 9 août 1733.

13Certains, peu nombreux, craquaient. Seuls 2 % des procès-verbaux révèlent des réactions d’effondrement. Celles-ci étaient presque toujours le fait de femmes (8 cas sur 11), la plupart du temps des veuves ou des femmes dont le mari était absent. Si les commis n’ont pas rapporté systématiquement les propos tenus, se contentant de noter que telle femme était « toute tremblante et interdite », quelques paroles apparaissent. Ainsi en 1733, la femme de Thomassé, cabaretier à Reims, se met à pleurer en disant « il faut que je sois bien malheureuse », ajoutant que c’était la première fois11.

  • 12 ADM, C 3134, 31 juillet 1728.

14En revanche, la demande de pardon était beaucoup plus courante, avec 37 cas (7 %). On note même une tendance à l’augmentation (de 5 à 10 % sur les deux périodes). L’expression la plus courante sous la plume des commis est « de ne point faire d’affaires pour si peu ». Certains implorent de la « compassion », de « l’indulgence ». D’autres enfin, un bourgeois et deux curés, demandent « que cela ne s’ébruite pas dans la ville » sans s’opposer aux commis12. Pour eux, l’infamie était la plus redoutable des peines. Les demandes de pardon proviennent là encore le plus souvent de femmes, comme si une telle démarche était socialement illégitime pour des hommes. Ceux-ci en revanche ne rechignent pas à proposer une somme d’argent « pour terminer l’affaire ». Ces demandes apparaissent dans 8 % des cas. La tentative de corruption était scrupuleusement notée par les commis en tant que délit intrinsèque. Cependant, l’acceptation d’accommodement devait exister pour que tant d’offres fussent faites.

  • 13 ADM, C 3136, 6 mars 1730, C 2146, 20 novembre 1766.
  • 14 ADM, C 3137, 11 mars 1733.
  • 15 ADM, C 2146, 17 octobre 1771.
  • 16 ADM, C 2145, 22 juillet 1760. Ce contrôleur des aides paraît assez douteux ; le 19 septembre 1760, (...)

15Un certain nombre de contrevenants n’hésitaient pas à afficher une certaine indifférence voire un mépris à l’égard des commis. Nous trouvons 45 déclarations de contrevenants se justifiant. Parmi les justificateurs apparaissent quelques groupes. Il y a d’abord celui des misérables expliquant leur fraude par leur état : « ils sont de pauvres gueux, ils n’ont pas de vin, ils seraient bien heureux s’ils avaient du pain » ; « sa famille est dans une grande misère »13. D’autres rejettent la faute sur un tiers pour tenter de mettre en avant leur bonne foi. Pour le fils Maillot à Gaumont en 1733, « ce n’était pas sa faute si sa mère apportait ainsi du vin chez lui »14. Louis Legrand, bourgeois de Cumières en 1771, « a répondu qu’il croyait pouvoir jouir du privilège du sieur abbé tant qu’il viveroit », mettant en avant une procuration de l’abbé Seigneuret, exempt du droit de gros, l’autorisant à vendre le vin sous son nom15. Quant à Jean Deveste, tailleur d’Epernay faisant boire chez lui au détail, il n’hésite pas à affirmer que « c’etoit d’après l’ordre que leur en avoit donné M. Verdelet, contrôleur des aides de ladite ville d’Epernay »16.

  • 17 ADM, C 3137, 12 mars 1733.
  • 18 ADM, C 2145, 10 avril 1763.

16D’autres émettaient des reproches plus généraux à l’égard des aides. Leurs déclarations échappant à toute forme de colère apparente nous font saisir les racines de l’hostilité aux commis et au système des aides. Nous pouvons peut-être déceler ici un discours révélant, par le mépris affiché, une forme de haine. Chez plusieurs contrevenants, c’est le droit de perquisition qui était mal vécu. En 1733, le cabaretier de Saint-Hilaire-le-Grand disait aux commis « qu’il était libre de faire de leurs biens ce qu’ils voulaient »17. Comme beaucoup d’autres, Claude Guillaume, vigneron à Epernay, déclarait qu’« il lui etoit très permis de boire avec eux sans que nous puissions y trouver à redire », annonçant même sa victoire au procès18.

  • 19 ADM, C 3136, 8 juin 1731.
  • 20 ADM, C 3136, 23 août 1730.
  • 21 ADM, C 3136, 1er septembre 1730.

17Il y a ensuite le montant des droits jugés trop élevés. En 1731, un laboureur de Villefranche sans congé explique sans frémir aux commis « qu’aujourd’hui il ne voulait point souffrir de frais »19 ; Jean Jacquet de Cauroy-lès-Hermonville disait à peu près la même chose : « les droits du roi étaient trop forts »20. Jean Martin, meunier du moulin d’Harcy, récidiviste, annonce fièrement aux commis « qu’il ne déclarerait jamais »21.

18Il n’y a donc pas vraiment de discours de la haine dans la majorité des procès-verbaux. Tout au plus s’en prend-on au système des aides dans ce qu’il a de plus humiliant, c’est-à-dire le droit de violation de l’intimité domestique. C’est davantage un discours de la résignation et de la peur que de la haine que nous trouvons dans la grande majorité des procès-verbaux. Il ne faut pas minimiser l’importance du système répressif pour expliquer cette attitude. La peur était sans doute suffisante pour étouffer la haine que l’on sent parfois couver. Pour que celle-ci soit exprimée, il fallait la réunion de plusieurs facteurs.

Discours et expressions de la haine

  • 22 ADM, C 1123, 14 août 1733.
  • 23 ADM, C 2651, 24 juin 1740.

19La haine des contrevenants se manifeste de deux manières d’après nos procès-verbaux : d’abord par des paroles injurieuses, insolentes, menaçantes ou défiantes ; ensuite par la violence et des gestes humiliants envers la personne des commis. Même si cette haine est générée par la colère de l’instant, par le fait de se faire prendre, par l’attitude inquisitoriale et inflexible des commis, elle n’en est pas moins probablement représentative d’un sentiment profond. En 1733 à Reims, l’ouvrier en laine du quartier Saint-Remi criant à la foule « tuons ces b… de maltotiers qui nous font enrager tous les jours » résumait sans doute un sentiment largement répandu22. De leur côté, des commis de Dormans notaient dans un procès-verbal la délectation avec laquelle un père laissait son fils menacer les commis, « par la haine apparemment qu’il nous conservoit »23.

20Le fait le plus marquant est l’interaction entre injure et violence physique. En effet, l’injure est presque toujours suivie de violence, parfois immédiatement, parfois après quelques minutes, à l’issue d’une escalade. À l’inverse, les injures ou menaces sans violence sont assez rares. Sur 56 cas conflictuels, nous trouvons certes 17 cas d’injure ou menace sans violence (30 %). Mais il faut dire que dans 14 cas sur ces 17, les commis sont partis avant que la situation ne dégénère. De même, 14 cas de violence sont marqués par l’absence d’injure ou menace préalable. Or, ces violences sont l’œuvre dans 5 cas sur les 14 de personnes extérieures arrivées en cours de route et se jetant sans avertissement sur les commis. Il n’est donc pas hasardeux d’avancer que la séquence normale était l’injure suivie de l’attaque. Elle est vérifiée dans 44 % des cas, et atteindrait même 75 % si les commis n’avaient pas fui pour éviter des coups imminents. Nous trouvons là le cœur de notre propos : l’entrée dans la sphère des propos haineux marque une sorte de point de non-retour et est habituellement la première étape vers une agression physique.

21Examinons rapidement ces injures. À vrai dire, celles-ci ne sont pas toujours retranscrites entièrement, les commis écrivant pudiquement « b… de » ou « f… de » ou encore simplement « jurant et blasphémant », laissant entendre que ces injures ne visaient pas directement les commis. Aucune injure ne domine vraiment, si ce n’est l’inévitable « maltôtier », percepteur abusif (25 %), « fripons » (25 %), devant « gueux », « chiens » (17 %), « bougres » (14 %), « coquins » et « rats de cave » (5 %), le tout souvent mélangé et complété par des « b… de » et « f… de ».

  • 24 ADM, 10 cotes C 3133, 16 septembre 1727 ; C 3136, 13 novembre 1731 ; C 2145, 14 décembre 1760 ; C 3 (...)

22Du côté des menaces, annonce de coups et appel au meurtre rivalisent : « il ne faut point laisser sortir ces chiens », « nous allons vous foutre le tout », « faire passer un mauvais quart d’heure », « sortez d’ici chiens de maltotiers sinon nous vous assommerons », « cassons les bras à ces b… de gueux de maltotiers », « il faut tuer ces b… là », « il va donner des coups de baton au lieu de l’argent », « saisie d’une hache, disant voilà avec quoi je signe le dos des maltôtiers », « il faut tuer tous ces b… de commis quoique cela fait au monde » ou encore « il faut les tuer et leur faire souffrir une si cruelle mort que jamais d’autres n’oseront s’y présenter »24. Ces menaces étaient alors souvent suivies d’effets lorsque les commis restaient pour faire face.

  • 25 Yves-Marie Bercé, Histoire des croquants. Etude des soulèvements populaires au XVIIe siècle dans le (...)

23Pour parvenir à ce déclenchement de propos haineux, un contexte particulier était tout de même nécessaire. Ainsi, l’expression de la haine est largement favorisée par un fort soutien collectif. Un scénario-type extrêmement favorable à l’expression de la haine se laisse dévoiler. Tout d’abord, la haine est plus largement urbaine. En effet, la seule ville de Reims concentre 39 % des conflits pour 17 % seulement des procès-verbaux dressés ; 25 % des interventions y ont mal tourné. À l’inverse, les campagnes sont plus calmes : 52 % des procès-verbaux conflictuels, certes, mais pour 68 % du total des procès-verbaux ; 8 % seulement du total des procès-verbaux ruraux signalent des actes violents. Cependant, rien ne différencie l’explosion urbaine de l’explosion rurale. Cette susceptibilité urbaine s’explique fort naturellement par la densité de la présence humaine. Il faut imaginer des villages plus calmes, où les gens sont dispersés pendant la journée, rendant l’action des commis plus facile. À l’inverse, le fameux « devoir de rescousse » d’Yves-Marie Bercé s’exerce beaucoup plus aisément en ville où la moindre incursion des commis provoque un attroupement25. L’individu pris à parti par les commis se retrouve plus aisément galvanisé par l’assistance.

  • 26 Christian Jouhaud, « Les révoltés », dans Histoire de la France. Les conflits, Paris, 2000, p. 77 à (...)

24En effet, la violence s’installe lorsqu’un public est présent. Tout se passe comme si l’expression de la haine n’avait que peu de valeur sans assistance. Comparons le contexte des procès-verbaux sans et avec incident. Dans le premier cas, nous trouvons à 52 % un homme ou une femme, à 19 % le mari et la femme réunis. Au total, 71 % des procès-verbaux « normaux » étaient réalisés dans l’univers strictement domestique. Par contre, 59 % des procès-verbaux à incident avaient lieu en présence d’un public extra-familial allant de deux à une centaine de personnes. Nous retrouvons là le caractère collectif des formes de contestation26. Si la présence d’une assistance n’était pas une condition automatique au déclenchement d’un comportement haineux, elle n’en était pas moins une condition très fréquente.

  • 27 ADM, C 1123, rapport du curé Pelletier, 23 août 1733.

25En forçant le trait, on peut dire qu’être pris pour cible par les commis sous le regard d’autrui était un défi qu’il fallait relever, alors qu’une intervention des commis en « face à face » ne l’était pas. Un individu confondu par les commis devant un public se devait d’être le héros momentané de la haine habituellement sourde et silencieuse, de dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Il entraînait un élan de solidarité. Des encouragements des convives et de la foule accourue aux premiers éclats de voix étaient fréquents. En novembre 1731 à Reims, un certain Ménager qui, après une première série de menaces et d’insultes, provoque un attroupement dans la rue des Augustins. Les quatre commis demandent à la foule de se retirer et reçoivent comme seule réponse « allez-vous faire foutre, il faut vous tuer, courage Ménager, tue ces b… ». Propulsé chef de cette foule, Ménager fait face aux commis, part chercher son fusil, donnant opportunément à ceux-ci l’occasion de fuir. En effet, la foule attendant son retour s’était consciencieusement abstenue de frapper les commis, se contentant de les insulter. De même à Reims en 1733, les commis furent assaillis par un bataillon en garnison dans la ville, venant au secours d’un groupe de soldats interpellés à propos de vin fourni par leurs officiers. Ces derniers durent protéger les commis contre leurs propres soldats jusqu’au bureau des aides lors d’une parodie spontanée de procession, sous les huées des habitants de la rue du Barbâtre. Le curé de la paroisse Saint-Julien, sollicité pour apporter des éclaircissements sur cette affaire, soutint avec condescendance ses paroissiens contre les commis, indiquant dans son rapport que « les bourgeois ne pouvoient guerre se dispenser de regarder. Quelques-uns rioient de voir ce spectacle, mais personne n’a insulté ny animé les soldats, c’est une pure calomnie que les commis ne peuvent jamais prouver »27.

  • 28 ADM, C 3137, 22 décembre 1733.

26Une fois l’attaque verbale lancée, l’offensive suivait à plus ou moins court terme. Coups de poings et de pieds dominaient. Dans quelques cas seulement, les agresseurs avaient l’opportunité de saisir une arme : hallebarde, bâton ferré, pelle, hache voire fusil ou pistolet. Mais les attaques se faisaient généralement à mains nues ou avec des éclats de verre lorsque des bouteilles avaient été brisées. L’on se jetait alors à la gorge d’un des commis, on le griffait, on le mordait jusqu’au sang. Un procès-verbal signale même un « trou à la joue droite »28. Parfois, l’épée de l’un des commis était saisie et utilisée contre lui. Lorsque le groupe était suffisamment important, on essayait alors de jeter un ou plusieurs commis au sol afin de les rouer de coups.

  • 29 Entre 1661 et 1789, Jean Nicolas a quand même recensé 313 tués parmi les commis des différentes fer (...)
  • 30 Andrée Corvol, L’homme et l’arbre sous l’Ancien Régime, Paris, 1984, p. 352-362. Elle utilise la mé (...)

27La lecture des procès-verbaux finit par laisser perplexe. On s’étonne de ne pas trouver de blessures plus graves, ni même de commis assassinés29. Sans vouloir faire offense aux commis malmenés, une espèce de retenue paraît perceptible. En effet, une série d’indices laisse songer que la violence, tout en étant bien réelle, était contenue dans certaines limites et n’avait pas pour but de tuer les commis, acte irréparable. Deux cas de figure sont à différencier. D’abord ceux où la violence s’exerçait dans le cadre domestique, face à une poignée de personnes. Là, les commis l’emportaient – malgré des blessures – et leur victoire armée mettait fin à l’incident. Par contre, la victoire devenait impossible en cas de rassemblement. Aussi les commis se retiraient « pour éviter plus grand bruit ». Ils revenaient alors le lendemain signifier le procès-verbal et trouvaient généralement les lieux déserts. Sans minorer la violence, au-delà des coups bien réels, des attitudes, des gestes, des objectifs avant tout symboliques présidaient à l’action des groupes30.

  • 31 ADM, C 3132, 25 avril 1723. Les commis mirent le feu aux poudres en venant signifier, à la sortie d (...)
  • 32 Quatre individus des villages ont été emprisonnés à Reims sur ordre de l’intendant pendant près d’u (...)

28La fuite des commis suffisait souvent à apaiser la fureur de la foule. On ne recherchait pas la victoire définitive, impensable, mais la victoire immédiate. Dans l’affaire Ménager, les commis avaient été poursuivis jusqu’au bout de la rue. À quatre contre une centaine, leur sort aurait pu être réglé autrement et très vite. De même à Cheveuges, dans les Ardennes, en 1723, les commis, retranchés dans un cabaret, n’en sortirent « qu’à condition de ne plus jamais revenir en leur village et charger notre directeur de n’y pas revenir aussi », promesse naturellement intenable31. Mais la victoire immédiate, l’humiliation des commis était imparable, malgré les lourdes conséquences judiciaires que personne ne pouvait ignorer32.

  • 33 ADM, C 3131, 27 septembre 1713.
  • 34 ADM, C 3134, 31 mai 1728.
  • 35 ADM, C 3137, 8 mars 1732.
  • 36 ADM, C 2145, 19 janvier 1762.
  • 37 ADM, C 2651, 24 juin 1740.

29Dans plusieurs cas, la violence s’éteignait lorsque le groupe s’emparait, tel un trophée, d’une épée, d’une perruque, d’un chapeau ou mieux encore, de la bourse et des registres des commis. À Reims en 1713, un commis assailli ne parvint à quitter un cabaret qu’après avoir perdu « son registre portatif, sa perruque et son chapeau »33. À Auviné en 1728, un chapeau de la Ferme tombé dans une ruelle était piétiné par les poursuivants, laissant le temps à son propriétaire de fuir34. Un autre registre portatif fut pris à Loué en 173235. À Flavigny en 1762, les commis encerclés furent libérés, quoique bombardés de pierres, par une foule peu avenante après la perte de leurs deux chapeaux brodés d’or36. Les poursuites, quand elles avaient lieu, étaient alors rarement acharnées. Elles s’achevaient au bout d’une rue ou à la sortie du village. Un seul procès-verbal laisse penser que les émeutiers voulurent vraiment tuer les commis. En tournée à La Neuville, près de Dormans en 1740, ceux-ci furent d’abord insultés par le cabaretier du lieu, puis encerclés par « un grand nombre de personnes qui etoyent pres de leur maison partie jouant aux quilles et l’autre partie spectateurs »37. Une vingtaine de personnes poursuivirent les commis, jetant des pierres. Les fuyards se dirigèrent vers le village voisin de Champlat avant d’être arrêtés par une partie de la troupe sur le chemin. Après avoir été tous les trois blessés jusqu’au sang, les commis réussirent à gagner les bois pour s’y cacher pendant quatre heures jusqu’à la tombée de la nuit sous la menace de plusieurs hommes continuant la traque. Ils purent regagner le bureau général d’Epernay au milieu de la nuit.

30Représentants d’une fiscalité indirecte très lourde à tous points de vue, les commis des aides semblent bien cristalliser un sentiment de haine. S’ils provoquent le plus souvent la peur et la résignation, celle-ci n’exclut pas une haine profonde à leur égard. Même s’ils ne nous livrent pas de discours étoffé, argumenté et nuancé, nos procès-verbaux font malgré tout émerger des bribes de paroles saisies sur le vif, replacées dans une chaîne d’attitudes et de comportements. Finalement apparaissent en filigrane les fondements d’une haine : droits trop élevés, commis arbitraires, impôt injuste, droit de perquisition violant l’espace privé. De plus, face à l’autorité incarnée par les commis, la haine s’exprime plutôt de manière marginale, d’autant plus que les propos hostiles étaient sanctionnés. Individus isolés et couples faisaient généralement profil bas. Par contre, lorsque la haine s’exprime, c’est selon une trame qui ne peut pas être intégralement imputée au caractère stéréotypé de l’écriture du récit par les commis.

31Trois faits sont à retenir dans cette trame. D’abord, les propos haineux sont presque inséparables d’une action violente. Ainsi, on injurie presque jamais sans frapper et l’on ne frappe presque jamais sans avoir préalablement injurié. Ensuite, l’expression verbale et physique de la haine se fait presque toujours en présence d’un groupe comme si l’intervention des commis face au regard d’autrui obligeait le contrevenant à se faire le porte-parole de la volonté générale. S’il y a un « devoir de rescousse », il y aurait aussi un « devoir de révolte » chez les humbles. Enfin, la haine ne va jamais, dans notre série, jusqu’à la mort de l’adversaire, cela en dépit des menaces proférées. La victoire immédiate compte davantage : blessure, prise d’un trophée, fuite des commis. À défaut de discours, l’expression de la haine se perçoit avant tout dans une chaîne d’attitudes collectives. Il y a sans doute là un trait intéressant de la psychologie sociale des « foules » dans les décennies précédant la Révolution.

Notes

1 Archives Départementales de la Marne (ADM), dépôt de Châlons (comme toutes les cotes utilisées ici), C 3131, 24 octobre 1717.

2 Yves-Marie Bercé, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, 1994, 254 p.

3 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, 2002, 622 p.

4 Vida Azimi, Un modèle administratif de l’Ancien Régime : les commis de la Ferme Générale et de la Régie générale des aides, Paris, 1987, 176 p.

5 Voir Lefebvre de la Bellande, Traité général des droits d’aides, Paris, 1760, 2 vol., 428 et 325 p.

6 Gustave Laurent, Cahiers de doléances pour les États généraux de 1789, Département de la Marne. Tome IV : Bailliage de Reims, Reims, 1930, p. 1048.

7 Id., p. 331.

8 Vida Azimi, op. cit., chapitre II ; Archives Nationales, G² 26, rapports des directeurs des aides, années 1770.

9 Pierre Brunet de Grandmaison, Dictionnaire des aydes, 1726, p. 146.

10 Les procès remontaient très rarement jusqu’à la cour des Aides, les élections jugeant de fait presque tous les cas. Le cas de Philippe-Valentin Bertin du Rocheret est caricatural. Président de l’élection, il avait fait fouetter les commis ayant osé venir chez lui. Juge et partie, il fit mettre l’une des commis en prison ! L’intendant intervint, condamnant Bertin à une lourde amende. Voir le rappel précis de l’affaire dans Jean Nollevalle, Ay en Champagne, un bourg viticole à la fin de l’Ancien Régime, Ay, 1984, p. 238-239.

11 ADM, Châlons, C 3137, 9 août 1733.

12 ADM, C 3134, 31 juillet 1728.

13 ADM, C 3136, 6 mars 1730, C 2146, 20 novembre 1766.

14 ADM, C 3137, 11 mars 1733.

15 ADM, C 2146, 17 octobre 1771.

16 ADM, C 2145, 22 juillet 1760. Ce contrôleur des aides paraît assez douteux ; le 19 septembre 1760, il s’immisce dans une perquisition des commis et tentent de les modérer dans leur action.

17 ADM, C 3137, 12 mars 1733.

18 ADM, C 2145, 10 avril 1763.

19 ADM, C 3136, 8 juin 1731.

20 ADM, C 3136, 23 août 1730.

21 ADM, C 3136, 1er septembre 1730.

22 ADM, C 1123, 14 août 1733.

23 ADM, C 2651, 24 juin 1740.

24 ADM, 10 cotes C 3133, 16 septembre 1727 ; C 3136, 13 novembre 1731 ; C 2145, 14 décembre 1760 ; C 3133, 6 octobre 1727 ; C 3137, 8 mars 1732 ; C 3136, 1er mai 1731 ; C 3136, 13 novembre 1731 ; C 3132, 25 avril 1723.

25 Yves-Marie Bercé, Histoire des croquants. Etude des soulèvements populaires au XVIIe siècle dans le Sud-Ouest de la France, Genève-Paris, 1974, p. 587.

26 Christian Jouhaud, « Les révoltés », dans Histoire de la France. Les conflits, Paris, 2000, p. 77 à 108.

27 ADM, C 1123, rapport du curé Pelletier, 23 août 1733.

28 ADM, C 3137, 22 décembre 1733.

29 Entre 1661 et 1789, Jean Nicolas a quand même recensé 313 tués parmi les commis des différentes fermes, contre 401 chez les fraudeurs. C’est en 1701-1750 que la mortalité a été la plus forte. J. Nicolas, op. cit., p. 64.

30 Andrée Corvol, L’homme et l’arbre sous l’Ancien Régime, Paris, 1984, p. 352-362. Elle utilise la métaphore du spectacle dans sa fine analyse des procès-verbaux de délits forestiers.

31 ADM, C 3132, 25 avril 1723. Les commis mirent le feu aux poudres en venant signifier, à la sortie de la messe, que dorénavant, le « braquet » – petite bière locale – serait soumis aux droits et qu’un bureau serait ouvert dans la paroisse pour faciliter les déclarations.

32 Quatre individus des villages ont été emprisonnés à Reims sur ordre de l’intendant pendant près d’un an pour les obliger à désigner les instigateurs du complot. Le résultat fut une véritable guerre civile larvée au village entre clans rivaux se renvoyant la responsabilité. ADM, C 1122.

33 ADM, C 3131, 27 septembre 1713.

34 ADM, C 3134, 31 mai 1728.

35 ADM, C 3137, 8 mars 1732.

36 ADM, C 2145, 19 janvier 1762.

37 ADM, C 2651, 24 juin 1740.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540