Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Deuxième partie. Mondes modernes et contemporains haines dites, haines tacites

Le métis dans la société coloniale : entre haine, mépris et défiance

Bernard Grunberg

Texte intégral

  • 1 Guaman Poma de Ayala (Felipe), Nueva Corónica y Buen Gobierno, édit. J.V. Murra, R. Adornos, J.L. U (...)
  • 2 La Vega (Garcilaso de), Commentaires royaux sur le Pérou des Incas, intr. M. Bataillon, trad. et no (...)

1Les premières décennies du XVIe siècle voient apparaître une nouvelle catégorie sociale : les métis (ils d’Espagnols et d’Indiennes). Comment ces individus sont-ils perçus dans la société coloniale du Nouveau Monde au XVIe siècle ? Il est bien difficile de répondre à cette question car la documentation est relativement rare, même s’il semble se dessiner progressivement autour du métis une image de défiance, de mépris, voire de haine. Ainsi, si l’on en croit Guaman Poma de Ayala, un métis péruvien fier de ses origines indiennes et de la civilisation inca, qui achève sa chronique au début du XVIIe siècle, les métis sont abhorrés, ils ne doivent pas vivre aux côtés des Indiens mais être rejetés, voire déportés au Chili pour le plus grand bien du monde indigène1. Quant à Garcilaso de la Vega, un autre métis, ils d’un conquistador du Pérou et d’une princesse royale inca, dans ses Commentaires royaux publiés au début du XVIIe siècle, il fait ce constat : « Nous, descendants d’Espagnol et d’Indienne, ou d’Indien et d’Espagnole, on nous appelle métis, pour dire que nous sommes un mélange des deux races […] et je le profère quant à moi à pleine bouche et j’en suis fier. Cependant aux Indes si l’on dit à quelqu’un « vous êtes un métis », ou « c’est un métis », on y voit une expression de mépris… »2.

2Qu’en est-il exactement ? Pour tenter une approche plus précise, nous nous servirons de documents législatifs et administratifs (lettres royales, textes de lois, rapports des autorités politiques coloniales) et d’un procès d’Inquisition, qui, chose nouvelle et exceptionnelle, nous informe des sentiments de certains milieux coloniaux vis à vis d’un métis.

Les métis dans les lois des Indes

  • 3 Recopilación de leyes de los reynos de las Indias mandadas imprimir y publicar por la Magestad Cató (...)

3Pour avoir une vue plus générale sur la perception du métis dans l’Amérique espagnole, il nous semble intéressant d’examiner les lois édictées par la couronne d’Espagne au sujet des métis. Elles sont certes très peu nombreuses (moins d’une dizaine pour le XVIsiècle)3 mais traduisent déjà une certaine image, qu’en métropole et aux Indes on se fait du métis.

  • 4 Encinas (Diego de), Cedulario indiano, recopilado por Diego de Encinas [fac. simil de l’édit. uniqu (...)

4La première loi connue date de 1533, c’est à dire quatorze ans après l’arrivée des premiers Espagnols au Mexique4. Cette loi répond à une situation nouvelle, alors que la première génération de métis est apparue. La monarchie demande à l’Audience de Mexico de recueillir les enfants que les Espagnols ont eus avec des Indiennes dans des villes peuplées de chrétiens. En effet, la métropole a été informée de l’existence d’une multitude de ces enfants (il faut noter ici que le terme métis n’apparaît pas dans la loi) ; or ces jeunes se sont égarés parmi les Indiens et par manque de précaution meurent ou sont sacrifiés ; et pour éviter tous ces dommages il est nécessaire de les recueillir en un lieu, Mexico ou toute autre ville peuplée de chrétiens, où l’on pourra les soigner et où ils seront avec leurs mères ; si les autorités constatent qu’ils ont des pères qui bénéficient de ressources, que ceux-ci les prennent avec eux et pourvoient à leurs besoins ; pour ceux qui n’ont pas de pères et qui sont en âge de travailler, qu’on leur apprenne un métier et que les plus jeunes soient remis à des personnes ayant des encomiendas, un par encomendero pour qu’il puisse les nourrir et bien les traiter jusqu’à ce qu’ils soient en âge d’apprendre un métier.

5La loi répond certes à un essor très important du métissage biologique mais nous montre que l’enfant métis est rejeté non seulement par son père mais aussi par les Indiens. Il ne reçoit pas d’éducation et peut donc constituer un danger. La métropole montre ici sa volonté de protéger les métis, probablement dans le souci de développer la colonisation.

  • 5 ENC/IV, 344: Cedula que manda que se executen las leyes del Reyno en casos de adulteria, contra mes (...)

6C’est en 1548 que le terme métis (mestiza) est employé (au féminin) pour la première fois dans une loi sur l’adultère des métisses. La première génération de métis étant parvenue à l’âge du mariage et devant le manque chronique de femmes espagnoles, il y a désormais de très nombreuses métisses mariées à des Espagnols. Si ce type d’union n’est pas remis en cause, il pose cependant un problème de discrimination. En effet, les femmes métisses qui commettent l’adultère ne sont pas poursuivies selon les lois de Castille, comme on le fait dans le cas des femmes espagnoles mariées à des Espagnols, qui se sont rendues coupables d’adultère5. Cette inégalité dans le traitement montre que dans le monde colonial deux types de femmes sont bien distingués, la métisse et l’Espagnole, la première gardant les traces de ses origines maternelles et restant perçue par les colons comme une Indienne, une femme que l’on peut quitter et remplacer quand on le veut, sans s’embarrasser de la législation. Ce que la loi ne dit pas explicitement c’est que l’une des conséquences les plus dommageables pour la métropole et l’Eglise est la remise en cause indirecte du mariage chrétien ; mais la monarchie sait que ce type de mariage est essentiel pour établir durablement la colonisation et elle ne fait au travers de cette loi que rappeler le droit sans insister davantage.

  • 6 ENC/I, 212 et Zorita (Alonso de), Leyes y ordenanzas reales de las Indias del mar oceano… (cedulari (...)

7Les femmes métisses restent l’objet des préoccupations des autorités car elles constituent un des éléments essentiels du développement de la colonisation. Au milieu du siècle, un collège construit sur ordre du vice-roi et de la couronne dans la ville de Mexico est destiné aux jeunes filles, métisses ou espagnoles, de tout âge qui vagabondent, collège dans lequel une ou deux femmes espagnoles vertueuses leur enseignent toutes les choses nécessaires ; chaque année un auditeur de l’Audience est chargé d’inspecter ce collège en veillant à ce que ces jeunes filles soient bien éduquées et que le collège soit pourvu du nécessaire. Le succès semble immédiat car de nombreux colons souhaitent pouvoir épouser ces jeunes filles, qui ont l’avantage d’obtenir une dot, prise sur les finances royales, notamment sous forme de corregimientos et d’autres charges accordées aux futurs époux6.

  • 7 ENC/IV, 345: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Virey don Francisco de Toledo, que manda (...)
  • 8 SOLORZANO/II, 30, no 21.

8À la même époque, il existe aussi à Mexico un collège où sont recueillis de nombreux enfants métis pauvres et où on leur enseigne la doctrine chrétienne et les bonnes coutumes, pour éviter qu’ils ne tombent dans le vice et le vagabondage. Mais un peu plus de vingt ans plus tard, le pouvoir semble faire marche arrière et précise, à l’intention du vice-roi du Pérou, qu’on ne doit pas fonder de collèges sauf pour les enfants d’hommes et de femmes espagnols et de gens bien nés7. Nous retrouvons ici tous les présupposés associés aux métis : oisiveté, paresse, vagabondage, instabilité, voire brigandage. Sans entrer dans le détail, indiquons ici que la « lourde » hérédité des métis a été transmise par le lait maternel, le lait indien avec tous ses vices, ce qui fait du métis une personne irrécupérable8.

  • 9 ENC/I, 328-329 (20/III/1596): «En la ciudad de México ay un colegio donde se recogen todos los mest (...)

9Malgré tout, le collège pour les métis, garçons et filles, continue à fonctionner à Mexico à la fin du siècle, notamment avec les enfants abandonnés par leurs pères9.

  • 10 Actas de cabildo de la ciudad de México, Mexico, 1889-1906, 54 vols. [= CAB/MEX] : Acta del 12 de m (...)

10La discrimination qui touche les métis se retrouve aussi au niveau de l’hôpital ; en effet les métis, comme les noirs et les mulâtres libres, ont leur propre hôpital à Mexico dans les dernières décennies du siècle10.

  • 11 ENC/II, 226: Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reino de Granada, den orden como se guarden (...)
  • 12 RECOPILACION/V, 8, 40: Que no se admitan informaciones para que Mestizos, y Mulatos sean Escribanos (...)
  • 13 ENC/II, 362: « los que ovieredes de proveer sea en personas que tengan las calidades de fidelidad (...)

11C’est encore au milieu du siècle qu’une autre loi exclut les métis et les mulâtres, comme les bâtards, de tout office royal ou public, sauf s’ils ont reçu une autorisation spéciale du roi11. C’est un signe du début de l’exclusion des métis de la communauté « espagnole ». En 1576, les métis et les mulâtres sont exclus désormais de l’office d’écrivain-notaire (escribano) et tous ceux qui ont obtenu cette fonction se la verront retirer ; la même loi sera reprise en 162112. En effet, les autorités estiment que pour cet office il faut des personnes qui aient des qualités de loyauté13, qu’aux yeux des Espagnols, péninsulaires comme colons, les métis n’ont pas.

  • 14 ENC/I, 173: Cedula que manda al obispo del Cuzco provea como las personas que ordenare tengan las p (...)

12Mais ont-ils les qualités requises pour recevoir les ordres sacerdotaux ? En 1577 et 1578, le roi, qui a appris que l’évêque de Cuzco et l’archevêque de Lima ont ordonné des métis, demande aux autorités de n’ordonner que les personnes « aptes et capables » d’exercer le sacerdoce, mais interdit désormais toute ordination des métis, en attendant de se prononcer, après réflexion, sur le sujet14.

  • 15 ENC/I, 173: De carta que su Magestad escrivio a la audiencia de Mexico año de ochenta y dos, que ma (...)
  • 16 ENC/I, 172: Cedula que los prelados de las Indias ordenen a los religiosos de los monesterios, sin (...)
  • 17 RECOPILACION/I, 7, 7: Que los Prelados ordenen de Sacerdotes a los Mestizos, con informacion de vid (...)

13En 1582, le roi écrit à l’Audience de Mexico de ne plus ordonner les métis15, alors que la couronne avait approuvé l’ordination des créoles et des métis au Mexique dès 1560-156116. En 1588, un nouveau revirement de situation permet aux prélats d’ordonner prêtres les métis à la condition que ces derniers aient les aptitudes et les qualités nécessaires pour l’ordre sacerdotal ; et pour ce faire, après avoir vérifié s’ils sont de naissance légitime, les évêques devront s’informer sur leur vie, sur leurs habitudes et juger de leur bonne instruction, de leur habileté et capacité à exercer leur futur office. Quant aux métisses qui souhaitent devenir religieuses, elles seront admises dans les monastères, après la même enquête sur leur vie et leurs coutumes que pour les métis17.

  • 18 RECOPILACION/VI, 12, 13: Que ningun Mestizo, que no sea hijo legitimo, o vecino pueda cargar Indios (...)
  • 19 ENC/IV, 289: Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reyno, no consientan que mestizos sean Caciq (...)

14Nous assistons, dès le milieu du XVIe siècle, à l’exclusion des métis de la société indienne. La monarchie stipule qu’aucun métis qui ne soit habitant d’une ville ou d’un village (vecino) ou fils légitime de vecino ne pourra lever des Indiens comme porteurs, sous peine de tomber dans l’illégalité, même si c’est dans des lieux où il n’y a ni routes tracées, ni bêtes de somme, même s’il est avéré que les Indiens le font de leur plein gré, qu’ils le veulent, le demandent ou que ce soit la coutume de la région18. Un peu plus tard (1576), en Nouvelle-Grenade, deux fils métis de conquistadores reçoivent des autorités l’ordre de se défaire de leur fonction de caciques19. La mesure sera généralisée et tous ceux qui étaient caciques seront démis de cette fonction.

  • 20 CAB/MEX, Acta del 7 de marzo de 1547.

15En effet, les métis sont considérés comme dangereux, notamment pour les communautés indigènes. Dès 1547, le Conseil Municipal de Mexico interdit aux noirs, morisques et métis de vivre aux côtés des caciques indiens « de peur qu’ils les conseillent mal et les abusent, sous peine d’une amende de 10 pesos d’or et de coups de fouet ». L’arrêté municipal sera confirmé par le viceroi Antonio de Mendoza20.

  • 21 ZOR/349-350: Ley 2, sobre los agravios y malos tratamientos que hacen españoles y mestizos y vagamu (...)

16Une loi de 1552 fait référence aux dommages causés dans certaines provinces aux Indiens de Nouvelle Espagne par des Espagnols, des métis et des vagabonds. Les rapports qui parviennent dans la péninsule font état de nombreux villages indigènes détournés de l’évangélisation et sous la coupe de ces individus « car il y a beaucoup d’Espagnols vagabonds nés dans ces régions, notamment des métis, qui se font amis des caciques par des cadeaux et autres dons, spécialement du vin, et ces Espagnols, métis et mulâtres commettent de nombreux délits, extorsions, mauvais traitements aux Indigènes en leur prenant notamment leurs filles et leurs femmes par force contre leur volonté ». Et le roi de demander à l’Audience de se charger de ce problème et d’y porter remède21.

  • 22 RECOPILACION/VI, 3, 21: Que en Pueblos de Indios no vivan Españoles, Negros, Mestizos, y Mulatos (m (...)
  • 23 ENC/IV, 341: Cedula que manda que no se consienta que anden ni esten en compañia de Indios ni en su (...)
  • 24 ENC/IV, 342: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Virrey del Peru, que manda de orden como (...)
  • 25 RECOPILACION/VI, 3, 22: Que entre los Indios no vivan Españoles, Mestizos, ni Mulatos, aunque hayan (...)

17En 1563, la loi interdit dans toutes les Indes « aux Espagnols, noirs, métis et mulâtres de vivre dans les villages indiens parce que l’expérience a montré que certains Espagnols qui fréquentent, vivent ou passent parmi les Indiens sont des hommes turbulents, de mauvaise vie, voleurs, joueurs, vicieux et gens de perdition, et que pour fuir tous ces préjudices, les Indiens ont quitté leurs villages et provinces ; quant aux noirs, métis et mulâtres, en plus de les maltraiter, ils se servent d’eux, leur enseignent les mauvaises coutumes, l’oisiveté ainsi que certaines erreurs et des vices qui peuvent corrompre et pervertir le résultat que nous désirons, à savoir leur salut, leur accroissement et leur tranquillité. Et nous ordonnons qu’ils soient châtiés avec les peines les plus sévères et ne soient pas tolérés dans les villages et que les vice-rois, présidents, gouverneurs et juges mettent la plus grande attention à faire exécuter cet ordre par eux-mêmes ou par des hommes de toute intégrité ; quant aux métis et zambaigos, qui sont enfants d’Indiennes, nés parmi les leurs et qui doivent hériter des maisons et des biens, parce qu’il semble qu’il est dur de les séparer de leurs parents, ils peuvent être dispensés [de cette interdiction] »22. On ne peut être plus clair. Mais dans les terres outre-Atlantique la loi est constamment contournée et oblige les autorités de la péninsule à réitérer leurs ordres. Au Mexique, en 1578, on interdit aux métis, aux mulâtres et aux noirs de vivre aux côtés des Indiens. La loi reprend les causes qui sont à la racine du mal : si ces métis traitent mal les Indiens, se servent d’eux, leur enseignent leurs mauvaises coutumes et leur oisiveté, et freinent l’action qui a été entreprise pour la sauvegarde de leurs âmes, c’est tout bonnement parce que leur nature (tout comme celle des mulâtres et des noirs) est foncièrement mauvaise23. Nous retrouvons le même exemple au Pérou en 158924. Mais rien n’y fait car, en 1646, la monarchie a appris que son interdiction était contournée car des Espagnols, métis et mulâtres avaient acheté des terres dans les villages d’Indiens, ou tout près, et elle ordonne à nouveau que personne n’autorise ces gens, sous quelque forme que ce soit, à vivre dans les villages d’Indiens car c’est là la cause principale et l’origine des oppressions, des mauvais traitements dont souffrent les Indiens25.

  • 26 RECOPILACION/VI, 6, 7: Que no se dén Protectorias a Mestizos (20/XI/1578): « Ordenamos los Vireyes, (...)

18En 1578, il est interdit aux métis d’être « protecteurs » d’Indiens. En effet, au Pérou, certains métis, protecteurs et défenseurs d’Indiens, leur ont causé beaucoup de dommages : « au lieu de les défendre et de leur être utiles ils leur ont porté préjudice » ; désormais pour l’exercice de cette fonction le législateur demande des personnes honnêtes, honorables et soucieuses de veiller au bien des indigènes26, ce qui implicitement montre que les métis sont tout le contraire.

  • 27 ENC/IV, 343, ZOR/20+209-210+350: Cedula que manda que al Virey de la nueva España provea como los E (...)
  • 28 ENC/IV, 342-343: Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reyno de Grenada se informen de los mest (...)

19La monarchie, en Amérique comme en Espagne, a peur des vagabonds et, dans le Nouveau Monde, leur nombre ne cesse d’augmenter. En 1558, une cédule demande au vice-roi du Mexique que les Espagnols, métis et Indiens vagabonds soient rassemblés dans des villages où ils vivront désormais. Et comme la plupart de ces vagabonds sont des métis, la couronne ordonne à ces « gens oisifs » de se sédentariser, d’apprendre les bonnes manières de vivre, et de peupler de nouvelles villes qui ont été fondées dans certains endroits pour que ces métis y travaillent et aient les moyens de subsister. Là ils pourront labourer, semer et élever du bétail. Et comme les premières années il faudra les aider, les autorités coloniales devront y pourvoir et leur envoyer des clercs qui résideront parmi eux et leur administreront les Saints Sacrements27. Une dizaine d’années plus tard, une cédule demande à l ‘ audience de la Nouvelle-Grenade de s’informer sur les métis présents car beaucoup d’entre eux vivent beaucoup trop librement et n’ont pas de métiers. La couronne demande aux autorités coloniales de leur donner une occupation soit en les mettant au service d’un seigneur, soit en leur apprenant un métier ou à cultiver la terre et tous ceux qui refuseront seront bannis de ces terres28.

  • 29 Grunberg (Bernard), « L’esclave noir dans la législation de l’Amérique espagnole (XVIe-XVIIe siècle (...)
  • 30 ENC/IV, 344-345: Cedula que manda que al Licenciado Castro que no consienta que mestizo ni Indio te (...)
  • 31 ENC/IV, 34: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Licenciado Castro sobre que los mestizos (...)
  • 32 ENC/IV, 345: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Virey don Francisco de Toledo, que manda (...)

20Même si les mots employés ne traduisent pas de haine ou de mépris, mais c’est une constante dans la législation des Indes29, il n’en demeure pas moins qu’ils restent aux yeux des Espagnols des hommes à qui on ne peut se fier. En 1566, au Pérou, une cédule interdit le port d’armes aux métis, aux mulâtres comme aux Indiens. Elle reconnaît que les vice-rois ont jadis donné cette autorisation à certains en contradiction avec la législation, ce qui a entraîné de nombreux inconvénients. Il faut donc leur reprendre les armes30. Deux ans plus tard, en 1568, une nouvelle instruction de la métropole reprend les ordres précédents et précis que tout métis ou mulâtre qui détient des armes est passible de la peine de mort31. Cette mesure est emblématique de la discrimination En effet l’interdiction a été très mal vécue notamment par les métis fils de conquistadores, pour qui le port de l’épée reste une marque de prestige associée au monde espagnol. La monarchie doit revenir sur ses instructions et, en 1573, si la prohibition touche toujours les mulâtres et les zambaygos, les métis, quant à eux, peuvent y échapper à la condition d’obtenir une autorisation du vice-roi, qui ne pourra la leur accorder que s’ils vivent au sein des villes peuplées d’Espagnols, et s’ils ont une maison et un travail32.

  • 33 ENC/IV, 358: Cedula que manda que queriendo venir a estos Reynos alguna India con sus hijos que los (...)

21Il semble cependant que la métropole, ou du moins les autorités métropolitaines, n’aient pas la même aversion des métis qu’en Amérique. Une cédule de 1555 nous apprend que les Indiennes et leurs enfants métis qui veulent se rendre dans la péninsule en sont empêchés par les autorités coloniales. La loi oblige désormais ces dernières à les laisser partir et amener avec elles leurs enfants33. Notons qu’il s’agit ici d’une catégorie particulière, car pour pouvoir embarquer vers l’Espagne, il faut disposer d’une certaine somme, ce qui implique que le père du métis appartient à une couche supérieure de la société.

  • 34 RECOPILACION/IX, 26, 23, ENC/IV, 287: Que los Mestizos puedan volver a las Indias con licencia de l (...)

22La péninsule ibérique a d’ailleurs accueilli un certain nombre de métis et, en 1559, une loi stipule qu’en ce qui concerne « les métis, fils de chrétiens et d’Indiennes, qui sont venus dans ces royaumes pour étudier ou pour d’autres choses qui leur sont utiles et qui sollicitent le retour dans les provinces d’où ils viennent, le président et les juges de la Casa de la Contratación les laisseront retourner dans celles-ci sans qu’il soit nécessaire d’avoir une autre licence [de la couronne] »34.

  • 35 ENC/I, 328-329, 22/VII/1595 et 20/III/1596.
  • 36 Métis d’Indiennes et de Noirs.

23A la fin du XVIe siècle, les instructions données aux vice-rois du Pérou et du Mexique confirment, s’il en était besoin, que le « problème métis » n’est point réglé35. Les métis espagnols, les mulâtres et les zambaygos36 vagabonds célibataires vivent toujours au milieu des Indiens. Ils vivent de façon licencieuse, sont incorrigibles, désobéissants et préjudiciables à la communauté indienne à tel point qu’il faut les bannir, voire, si cela est nécessaire, les envoyer au Chili (c’est le souhait de Guaman Poma de Ayala). Mais ce qui inquiète encore plus les autorités, c’est l’accroissement très important du nombre de métis, « plus [grand] qu’il ne convient pour la quiétude et la conservation de ces provinces ».

24Si la législation des Indes évite soigneusement les mots qui trahissent le mépris ou la haine (odio, aborrecimiento), elle nous indique cependant implicitement l’exclusion, voire le mépris dont cette catégorie est frappée, mais peut-on trouver d’autres traces d’un discours de haine plus précis ? La réponse nous est donnée par le procès d’un métis dans le dernier tiers du siècle.

« Chien de métis » ! Esquisse de la perception d’un métis de première génération : Diego Díaz del Castillo

  • 37 Archivo General de Indias (Sevilla) [= AGI], Guatemala, 394, f.39.
  • 38 Espagnols qui se sont enrichis aux Indes.
  • 39 AGI/Guatemala, 394, f.31.
  • 40 Archivo General de la Nación (Mexico) [= AGN], Reales Cedulas, I, 218, fs.214v-216v.
  • 41 AGN/Reales Cedulas, I, 218, fs.214v-216v.
  • 42 Díaz del Castillo (Bernal), Historia verdadera de la conquista de la Nueva España (manuscrito « Gua (...)
  • 43 Paz y Melia (Antonio), Nobilario de conquistadores de Indias, Madrid, Sociedad de Bibliofilos Españ (...)

25On sait peu de choses sur ce fils bâtard de Bernal Díaz del Castillo, conquistador et chroniqueur de la conquête du Mexique (c1496-1584). Quelques documents cependant nous permettent d’avoir des renseignements sur ce métis : il s’agit de 4 cédules royales et d’un procès d’Inquisition, qui portent essentiellement sur les années 1560. Diego Díaz del Castillo est né à Santiago de Guatemala entre 1536 et 1543. Il est le fils que Bernal Díaz del Castillo, encore célibataire, a eu avec une indigène, Angelina Díaz, et qu’il a légitimé37. Nous savons qu’au début des années 1560, notre métis est en métropole (ce qui explique qu’il ait pu obtenir sa légitimation) ; les autorités lui concèdent aussi le privilège habituel pour les indianos38, de rapporter en Amérique des marchandises libres de tout impôt (pour une valeur de 200 pesos)39. Il obtiendra, quelques mois plus tard, une recommandation auprès du président et des auditeurs de l’Audience royale de Mexico, qui demande à ces derniers de lui accorder le titre d’écrivain et notaire public aux Indes, après l’avoir interrogé et jugé « habile et apte »40. Un an après, en 1562, Diego Díaz se présente devant l’audience de Mexico ; celle-ci examine sa candidature et approuve sa nomination. On sait, grâce au procès d’Inquisition que Diego Díaz était compétent pour cet office (écriture élégante et formules correctes) ; mais on exigeait, en outre, comme c’était la coutume, que le nouvel écrivain et notaire public prouvât qu’il possédait une fortune d’au moins 50 000 maravédis (une centaine de pesos)41. Ce dernier ne pouvant justifier d’une telle richesse, on dut lui attribuer une caution pour le montant requis car il est probable que Diego Díaz bénéficiait de bonnes relations à la cour du viceroi Luis de Velasco au début des années 1560 (Bernal Díaz rapporte en effet qu’un de ses fils résidait à la cour du vice-roi)42. En 1565, il obtient, avec ses frères, un blason, que tous les descendants du conquistador pourront arborer en considération des mérites de Bernal Díaz (qui, à cette époque, vit encore au Guatemala). Sur cet écu on distingue un homme armé d’une épée et d’un bouclier sur un château, le tout encadré par deux lions et entouré de 8 coquilles de saint Jacques43.

  • 44 En Amérique, un corregidor administre une région densément peuplée ; c’est un juge de paix qui a la (...)
  • 45 AGI/México, 1089, fs.53v-54r : « … le havimos hecho merçed de çierto entretenimiento en essa tierra (...)
  • 46 Dorantes de Carranza (Baltasar), Sumaria relación de las cosas de la Nueva España con noticia indiv (...)
  • 47 AGN/Inquisición [= AGN/INQ], VIII, 3, fs.244r-364r ; cf. aussi Reynolds (Winston A.), El corregidor (...)
  • 48 AGN/INQ, VIII, 3, f.259v.

26Diego Díaz a également obtenu une pension à vie de 150 pesos, qui passe, au milieu des années 1560, à 300 pesos. Mais cette rente étant insuffisante, il sollicitera un office de corregidor44, poste « très bon, honorable et rémunérateur », qu’il obtiendra en 1568 (peut-être même auparavant) dans l’état de Guerrero45. En 1604, nous savons que ce fils naturel du conquistador était encore en vie, qu’il disposait d’une rente de 300 pesos et qu’il avait une fille mariée ; le plus singulier est qu’on ne fasse point mention des autres enfants de Bernal Díaz del Castillo !46 Un procès d’Inquisition nous permet cependant de nuancer le portrait de Diego Díaz del Castillo et celui de son bras droit, Juan de la Calle, métis lui aussi47. Tout commence en 1568 par une dénonciation faite à un vicaire concernant la pratique de « sacrifices idolâtres » ; quelques Indiens avaient vu sur un petit temple consacré aux divinités indigènes une offrande de copal frais48. S’il semble établi que certains Indiens demeurent encore idolâtres, le procès va très vite glisser vers un conflit entre ecclésiastiques et représentants du pouvoir local, deux métis.

  • 49 AGN/INQ, VIII, 3, f.260r-261v.
  • 50 AGN/INQ, VIII, 3, f.262r-263v.
  • 51 AGN/INQ, VIII, 3, f.264r-268v + 278r.

27Juan de la Calle, le premier à être conduit en prison, fait sa « confession ». Fils légitime de Juan de la Calle, un Espagnol natif de Zamora, et d’Isabel, une Indienne, il est né au Mexique et a été baptisé. Son père est régisseur des domaines du contador de Mexico. Agé de 17 ou 18 ans, il sert d’interprète aux corregidores et aux alcaldes mayores ; il sait signer comme en témoigne sa très belle signature, au bas de sa déposition. Interrogé sur ses connaissances religieuses, il apparaît que ce jeune métis sait réciter le pater noster et l’ave maria, le credo et le salve regina « oralement » mais qu’il ne connaît pas le reste de la doctrine chrétienne. Il indique qu’il s’est confessé durant le carême à un franciscain et qu’il n’a jamais été excommunié ni puni par l’église. En fait, il est au même niveau d’instruction religieuse que de nombreux indigènes49. Il est accusé d’avoir porté la main sur le vicaire du district du corregidor Diego Díaz del Castillo. En réponse aux questions du juge ordinaire, il répond qu’il ne savait pas que mettre la main sur un clerc valait l’excommunication. Il tente de se tirer d’affaire en indiquant que c’est Diego Díaz del Castillo qui l’a nommé pour le seconder et que celui-ci lui a donné l’ordre d’empêcher le vicaire de faire son travail50. Des témoins à charge indigènes sont également interrogés, notamment don Gaspar, le gouverneur de Mizquitlan, qui est lui aussi emprisonné. Comme notre métis, il sait quatre prières et peut réciter le pater noster et l’ave maria mais n’en sait pas plus ! Il reconnaît que c’est Diego Díaz del Castillo qui leur a demandé de ne pas aller à la messe du vicaire. Les autres témoignages indigènes vont tous dans le même sens51. Et Juan de la Calle demande à sortir de prison car il affirme n’avoir fait qu’obéir à une provision royale.

  • 52 AGN/INQ, VIII, 3, f.281v.

28Dans cette partie du procès, nous trouvons effectivement au dos d’une lettre de Diego Díaz del Castillo et Don Gaspar, le gouverneur indigène du village, une copie de cette provision signée par Philippe II, qui autorise les Indiens à ne pas se rendre dans une l’église si celle-ci est trop éloignée de leur village52.

  • 53 AGN/INQ, VIII, 3, fs.284r-287v.
  • 54 AGN/INQ, VIII, 3, fs.290rv.
  • 55 AGN/INQ, VIII, 3, fs.290v : « mozo vil et de baja suerte de mala vida y costumbres » ; idem f. 31 (...)
  • 56 AGN/INQ, VIII, 3, fs.290v : « a cometido delito atroz y gran digno de punicion y castigo ».

29Le 20 novembre 1570, Diego Díaz del Castillo témoigne, à Mexico, de la régularité de ses agissements53 mais le procureur (fiscal) de l’archevêché, Hernán Gutierrez, retient contre notre corregidor l’accusation de « paroles scandaleuses contre notre sainte mère l’Eglise pour avoir dit aux Indiens de ne pas obéir aux clercs, de ne pas écouter la messe, de ne pas assister aux offices divins, de ne pas édifier d’églises sous prétexte que les Indiens n’y étaient point obligés, que l’excommunication ne valait rien… »54. Le fiscal ajoute qu’il est à l’origine du mauvais traitement subi par le clerc qui voulait dire la messe car il a nommé pour le seconder dans cette besogne, Juan de la Calle, un « jeune homme vil qui était de basse extraction et mauvaises mœurs »55. Pour charger encore plus l’accusé, le fiscal l’accuse d’un « grave et atroce délit », à savoir d’avoir confessé un Indien56.

  • 57 AGN/INQ, VIII, 3, fs.294v-307r.
  • 58 AGN/INQ, VIII, 3, fs.307r-308v.
  • 59 AGN/INQ, VIII, 3, f.313r : « si saben que el dicho Diego Diaz del Castillo es mestizo, y tal parece (...)
  • 60 AGN/INQ, VIII, 3, fs.329r-331r.
  • 61 AGN/INQ, VIII, 3, f.317v. : « bellacos perros ».
  • 62 AGN/INQ, VIII, 3, fs.327v-328r : « hombre bullarioso… enemigo capital » ; f. 329r : « buen cristian (...)
  • 63 AGN/INQ, VIII, 3, fs.338r+340r+341r.

30Devant de telles accusations, Diego Díaz del Castillo va charger l’un des meilleurs avocats de Nouvelle-Espagne, Fulgencio de Vique, de le défendre, ce qui montre aussi l’importance de ce corregidor et sa bonne insertion dans la société de cette vice-royauté. Probablement sur les conseils de son avocat, notre métis va passer lui aussi à l’attaque. Il accuse le curé Tejada, vicaire de Tlacocauhtitlan, et Diego García de Almaraz, le vicaire de Izcateupa et Teleloapa, de mauvaise conduite et de divers abus57. Il indique notamment que le curé Gaspar de Tejada, avait déjà accusé à tort un Espagnol qui avait été emprisonné abusivement ce qui avait obligé l’évêque de Puebla à remettre en liberté le prisonnier mais aussi à condamner le curé à « certaines peines ». Et Diego Díaz del Castillo d’ajouter que tout ceci n’est qu’une conjuration destinée à le perdre : en effet, le père Diego García est son ennemi, tout comme le vicaire Tejada, jadis dénoncé par lui pour de graves abus, qu’il accuse d’être son principal ennemi58. Mais l’Inquisition ne veut visiblement pas absoudre l’accusé et, en 1570, parmi les questions posées par le procureur sur l’attitude de Diego Díaz, la quatrième est des plus surprenantes : « savez-vous que le dit Diego Diaz est métis, et le paraît par son aspect ? »59. Les trois témoins de la défense (dont un religieux) confirmeront l’inimitié du vicaire contre Diego Díaz et la bonne attitude chrétienne de ce dernier, le padre Francisco de Moya affirmant notamment qu’il tenait Diego Díaz pour « un bon chrétien ». L’accusé est dépeint comme un homme incapable d’agir contre la foi catholique ; c’est le fils d’un vieux chrétien, bon caballero, regidor et conquistador, il a obtenu diverses charges de corregidor60. Les Indiens (gouverneurs, chefs, alguazils) qui témoigneront à décharge allégueront les mauvais traitements du clerc qui les a forcés à faire de faux témoignages contre l’accusé, qui « les a [au contraire] toujours poussés à aller à la messe le dimanche et à faire d’autres actions de chrétiens » mais surtout ils diront que Tejada avait déclaré que Diego Díaz n’était qu’un « mestizo coyote » (chien de métis) et que les indigènes étaient des « coquins de chiens »61. Les témoins espagnols souligneront le bon comportement de l’accusé : aux questions du défenseur du corregidor, Juan de la Cueva répond que Tejada était un homme « excité » et le principal ennemi du corregidor ; le moine Francisco de Moya tenait Diego Díaz del Castillo pour un bon chrétien62. Mais le principal intérêt réside sans doute dans les témoignages indiens qui montrent que le vicaire avait l’habitude de traiter l’accusé de « mestizo coyote »63.

  • 64 AGN/INQ, VIII, 3, f.344r.
  • 65 AGN/INQ, VIII, 3, f.345-346r : « por denigrar e disfamar mi persona ».
  • 66 AGN/INQ, VIII, 3, f.347r.
  • 67 AGN/INQ, VIII, 3, fs.352r-355v.
  • 68 AGN/INQ, VIII, 3, fs.358r-360r.
  • 69 AGN/INQ, VIII, 3, f.351r.

31Devant ces preuves irréfutables, Diego Díaz del Castillo, incarcéré dans la prison de l’archevêché de Mexico, est libéré et absous au printemps 1571 ; mais il devra cependant payer le coût du procès (24 pesos)64. Comme le droit le lui permet, dès sa libération, Diego Díaz del Castillo porte plainte en avril 1571 contre le vicaire « pour avoir dénigré et diffamé [sa] personne » et pour avoir fabriqué de faux témoignages à son encontre. Il demande notamment d’arrêter le vicaire, de mettre ses biens sous séquestre pour pouvoir payer les dommages causés et le coût du procès, le tout estimé à plus de 1 000 pesos. Tejada sera mis en prison, demandera son élargissement, qui lui sera refusé notamment sur l’insistance de Diego Díaz, qui veut absolument que son ennemi ne puisse échapper à la justice65, et, au début du mois de mai, c’est Gaspar de Tejeda qui se retrouve dans les geôles de l’archevêché66. Pour sa défense, l’accusé nie avoir dit que le corregidor était un « chien de métis » mais il reconnaît lui avoir dit plusieurs fois qu’il était métis67. Mais surtout Tejeda refuse d’être jugé par la juridiction de l’archevêché de Mexico et demande que l’on transfère son procès dans celle de l’évêché de Tlaxcala, ce qui sera fait par le juge qui renvoie l’accusé devant le proviseur de l’évêché, qui le condamne à payer 30 pesos d’or commun68. Il semble que le prêtre se soit vu interdire d’exercer sa charge quelque temps car notre regidor se plaindra de ce que le condamné ait pu célébrer deux messes alors que cela lui était interdit !69.

  • 70 AGN/INQ, VIII, 3, fs.361r-363v.

32Les derniers folios contenus dans ce procès indiquent que Diego Díaz del Castillo demande à communiquer un témoignage de son frère légitime (et non métis), Bernardino del Castillo, fait devant l’audience dans le village de Huechapa, contre Tejeda, pour la défense de ses droits à une estancia. Mais Tejeda réfutera ce témoignage arguant du fait qu’il n’a pas lieu d’être dans le procès contre Diego Díaz del Castillo « mestizo » (sic) ! Ces documents annexes montrent également que Tejeda avait eu d’autres procès contre deux Espagnols et Diego Díaz del Castillo70.

 

  • 71 Grunberg (Bernard), L’Univers des conquistadores. Les hommes et leur conquête dans le Mexique du XV (...)

33S’il apparaît clairement que nous ne connaissons pas tous les tenants et les aboutissants de cette affaire, il est cependant évident que le vicaire ne peut souffrir le corregidor, notamment parce qu’il est métis. Que conclure de ces quelques détails épars ? Nous savons que le métis, aux premiers temps de la colonisation, ne semble pas être réellement rejeté par la société71. Dans les documents de l’époque, il est d’ailleurs souvent difficile de distinguer le métis, puisqu’il est souvent qualifié d’Espagnol ! En effet, l’enfant métis, s’il était élevé chez son père ou dans une famille espagnole, était généralement agrégé à la société espagnole (Diego Díaz del Castillo), ce qui n’était pas le cas du jeune métis qui vivait auprès de sa mère au sein du monde indien et qui vivait à la « manière indigène », même s’il restait proche du monde espagnol, en travaillant aux côtés des Espagnols, notamment en servant d’interprète (Juan de la Calle).

  • 72 Baudot (Georges), La vie quotidienne dans l’Amérique de Philippe II (XVIe siècle), Paris, Hachette, (...)

34Cependant, grâce à ce procès inquisitorial et malgré les minces renseignements récoltés, nous pouvons constater qu’un enfant naturel, même légitimé, qui plus est métis de la première génération, peut être rejeté. Peu à peu semble s’esquisser une fracture qui repose sur le mépris, voire des sentiments de haine, qui se font jour parmi certains Espagnols. Ce procès montre clairement que la haine débouche ici sur la violence verbale et s’exprime par l’injure. Mais s’agit-il d’un cas isolé ? Est-ce le début du rejet des métis, dont le poids démographique commence à menacer la suprématie des Espagnols ? Nous ne pouvons rien affirmer, d’autant plus que, malgré le mépris et les préjugés, les manifestations de rejet et de haine et les tensions sociales sont relativement modérées, parfois même difficiles à déceler, dans l’empire américain du XVIe siècle72. Il n’en ira plus de même au siècle suivant, car avec l’essor du métissage et sa diversité, un fossé se creusera progressivement entre « blancs » et « métis » pour aboutir, à la fin de l’époque coloniale, à la constitution du système des castes.

Notes

1 Guaman Poma de Ayala (Felipe), Nueva Corónica y Buen Gobierno, édit. J.V. Murra, R. Adornos, J.L. Urioste, Madrid, Historia-16, 1987, 3 vols., LXXVII + 1384 p., cit. fs.977-978 (III, p. 1072).

2 La Vega (Garcilaso de), Commentaires royaux sur le Pérou des Incas, intr. M. Bataillon, trad. et notes de L.F. Durand, Paris, Maspéro, 1982, 3 vols., 333+281+332 p., IX, 36, tome III, p. 286-287.

3 Recopilación de leyes de los reynos de las Indias mandadas imprimir y publicar por la Magestad Católica del Rey Don Carlos III Nuestro Señor… [1re édit. 1691], Madrid, Imprenta Nacional, 1998, 3 tomes, 660+ 613+824 p. [= RECOPILACION]. On relève 11 lois, dont 4 ne sont que des reprises; cf. Solórzano y Pereira (Juan de), Política Indiana, Madrid, Atlas, 1972, 5 tomes, 2113 p., cf. II, 30.

4 Encinas (Diego de), Cedulario indiano, recopilado por Diego de Encinas [fac. simil de l’édit. unique de 1596], Madrid, Ediciones de Cultura Hispanica, 1945-46, 4 vols., 1741 p. [= ENC], cf. IV, 342. Cf. aussi Puga (Vasco de), Provisiones, cedulas, instrucciones para el gobierno de la Nueva España, Madrid, Ed. Cultura Hispanica, 1945 [1re édit. Mexico 1563], 218 fs. [= PUGA], f. 88r : cedula que manda a la audiencia de Mexico, provea y de orden como se recojan los hijos de Españoles avidos en Indias, a pueblos de Christianos (3/X/1533) : « […] Yo he sido informado que en toda essa tierra ay mucha cantidad de hijos de Españoles que han avido en Indias, los quales andan perdidos entre los Indios, y muchos dellos por mal recaudo se mueren y los sacrifican de que nuestro Señor es muy deservido, y que para evitar lo suso dicho e otros daños y malos recaudos que de andar assi perdidos se podrian recrecer, me fue suplicado mandasse que fuessen recogidos en un lugar qual para ello fuesse se señalado, adonde se curassen y fuessen mantenidos ellos y sus madres […] proveais como los hijos de Españoles que huvieren avido en Indias, e anduvieren fuera de su poder en essa tierra entre los Indios della, se recojan y alverguen todos, en essa dicha ciudad y en los otros pueblos de Christianos que os pareciere, y assi recogidos, los que dellos os constare que tuvieren padres y que tienen hazienda o aparejo para los poder sustentar, hagais como luego los tomen en su poder, y los sustenren de lo necessario, y a los que no tuvieren padres, los que dellos fueren de edad los hagais poner a oficios para que los deprendan, y a los que no fueren, encargarloseis a las personas que tuvieren encomiendas de Indios, dando a cada uno el suyo, para que los tengan y mantengan, hasta tanto que sean de edad y que puedan aprender oficios y hazer de si lo que quisieren, encargandoles que los traten bien, e no fagades ende al ».

5 ENC/IV, 344: Cedula que manda que se executen las leyes del Reyno en casos de adulteria, contra mestizas casadas con Españoles, como se haze en el los Reynos de Castilla (10/IX/1548: « en essa tierra ay muchas mestizas que estan casadas con Españoles, y que aunque cometen adulterio contra sus maridos, y son acusadas por ellos, no se procede contra ellas conforme a las leyes destos Reynos, como se haze contra las mugeres Españolas,… y de aqui adelante en casos semejantes, guardareys las leyes del Reyno, que cerca dello disponen con las dichas mestizas, assi como se guarda y deve guardar con las mugeres Españolas que en essa tierra residen, e no fagades ende al por alguna manera».

6 ENC/I, 212 et Zorita (Alonso de), Leyes y ordenanzas reales de las Indias del mar oceano… (cedulario de 1574), édit. B. Bernal, Versión paleográfica y estudio crítico. Liminar Jesús Silva-Herzog Flores, Mexico, SHCP, 1984, 588 p. [= ZOR], 117-118 : Carta que su Magestad siendo principe escrivio al Virrey de la nueva España, que manda tenga ayudo de visitar el colegio de las niñas de Mexico una vez cada uno (1552) : «  Antonio de Mendoça, Visorey que fue de essa tierra estando en ella dio orden como se recogiessen en essa ciudad de Mexico en una casa muchas niñas donzellas de todas edades Españolas y mestizas que andavan perdidas por la tierra, y que ansi se recogieron y pusieron con ellas una o dos mugeres Españolas virtuosas, para que las enseñassen en todas las cosas de virtud necessarias, y que para esta casa fuesse mas ayudada convenia que vos visitassedes las dichas niñas donzellas recogidas una vez cada año, y diessedes orden como le sustentassen en servicio de Dios nuestro Señor, y tuviessen siempre el recogimiento, y dotrina necessaria, y que si saltasse la muger que al presente tienen consigo hiziessedes poner otra qual conviniesse y porque como veys es justo que esta obra sea ayudada y favorecida, vos encargo y mando que en cada un año por su turno, tengays cuydado vos un año, y un Oydor de essa Audiencia qual para ello nombraredes, otro, de visitar las dichas niñas recogidas, y dar orden que tengan el recogimiento y doctrina necessaria, y que aya personas que miren por ellas, y que se crien en toda virtud, y se ocupen en lo que convenga para el servicio de Dios, y su bien y aprovechamiento y saber en que y como se gasta la limosna que se haze a la dicha casa ». Idem, ENC/I, 212 + ZOR, 119. De la dicha carta que manda al dicho Visorrey tenga por muy encomendadas a las niñas del dicho colegio, y las ayude para su remedio en lo que oviere lugar (18/XII/1552) : «  muchos Españoles oficiales y otras personas, como las veen ansi recogidas y enseñadas y dotrinadas en virtud las piden para casarse con ellas, y que el dicho don Antonio de Mendoça en su tiempo ayudava con algunos dineros para su casamiento de la caxa de su Magestad, y a algunos dava corregimientos, y otros cargos, y que agora convenia que se hiziesse lo mismo, y en todo fuessen de vos favorecidas las niñas y donzellas que ansi estuviessen recogidas en la dicha casa, y porque nos tenemos voluntad que lo sean vos encargo, y mando que tengays por muy encomendada esta casa, y la ayudeys y favorezcays en lo que oviere lugar a las niñas y donzellas que en ella oviere que en ello sere servido ».

7 ENC/IV, 345: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Virey don Francisco de Toledo, que manda que no consienta que mulatos ni zambaigos traygan armas, ni mestizos si no fuere con su licencia (1/XII/1573): «... y los colegios no parece que conviene se funden para ello si no solamente para hijos de Españoles y Españolas, y gente bien nazida».

8 SOLORZANO/II, 30, no 21.

9 ENC/I, 328-329 (20/III/1596): «En la ciudad de México ay un colegio donde se recogen todos los mestizos, y muchachos perdidos de la tierra para instruyrlos e dotrinarlos, y que no se crien viciosamente, y hagan vagamundos en deservicio de Dios e daño suyo, lo qual por ser cosa tan importante como se ha de considerar, assi para la tranquilidad e paz de essa Republica, como para el bien de los ministros mestizos, desseo mucho que esto no solo se conserve… en la dicha Ciudad de México e su comarca muchas niñas mestizas hijas de Españoles e Indias que andavan perdidas sin conocer padre ni personas que mirassen por ellas, se fundo una casa en la dicha Ciudad de Mexico para su recogimiento, sustentacion y dotrina,».

10 Actas de cabildo de la ciudad de México, Mexico, 1889-1906, 54 vols. [= CAB/MEX] : Acta del 12 de marzo de 1582, 15 de marzo de 1582, 20 de agosto de 1582.

11 ENC/II, 226: Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reino de Granada, den orden como se guarden las leyes del Reyno, cerca de que ningun mulato, ni mestizo, ni hombre que no fuere legitimo no pueda tener Indios (27/II/1549): « que los dichos mulatos y mestizos y no legitimos no pudiessen tener los dichos Indios por via de repartimiento, ni en otra manera, ni ningun oficio real, o como la nuestra merced fuesse…».

12 RECOPILACION/V, 8, 40: Que no se admitan informaciones para que Mestizos, y Mulatos sean Escribanos (Madrid, 15/XI/1576 + 7/VI/1621): « Ordenamos que los Vireyes, y Audiencias Reales no admitan ni consientan informaciones a Mestizos, ni Mulatos para Escribanos, y Notarios públicos, proveyendo, que en todas se ponga especial pregunta, de que los pretendientes no lo son, y despachen provisiones para todas las justicias de sus distritos, ordenandoles que hagan lo mismo ; y si acaso con engaño se dieren algunos títulos a Mestizos, a Mulatos, y constare que lo son, no les consentirán usar de ellos, aunque sea en ínterin, y los recogerán, de forma que no puedan volver a su poder».

13 ENC/II, 362: « los que ovieredes de proveer sea en personas que tengan las calidades de fidelidad y legalidad, y las demas que por leyes destos nuestros Reynos se requieren, sin que por ninguna via se passe contra el tenor y forma dellas, y que los que estuvieren proveidos se quiten, porque ansi conviene a la buena administracion y uso de los dichos oficios ».

14 ENC/I, 173: Cedula que manda al obispo del Cuzco provea como las personas que ordenare tengan las partes y calidades que se requiere para semejante dignidad (13/XII/1577); Cedula que manda al arçobispo de los Reyes, que las personas que los obispos ordenaren tengan las partes y calidades que se requieren y se contienen en ella (25/XI/1578); ENC/I, 173 + IV, 344. Cedula que manda al arçobispo de los Reyes que no de ordenes a meztizos (2/XII/1578): « nos somos informado, que aveys dado ordenes a mestizos, y a otras personas que no tienen suficiencia para ello: lo qual como podeys considerar es de grande inconveniente por muchas razones, y la principal por lo que podria suceder por no ser las personas a quien se han de dar las dichas ordenes recogidas virtuosas y suficientes, y de las calidades que se requieren para el estado del Sacerdocio, y pues es cosa que toca tanto al servicio de Dios nuestro Señor, y bien de las almas de essos naturales: os ruego y encargo que mireys mucho en ello, y tengays en el dar las ordenes el cuydado que de vuestro buen zelo y christiandad se confia dandolas solo a personas en quien concurren las partes y calidades necessarias, y por agora no las dareys a los dichos mestizos de ninguna manera, hasta que aviendose mirado en ello, se os avisé de lo que se ha de hazer…».

15 ENC/I, 173: De carta que su Magestad escrivio a la audiencia de Mexico año de ochenta y dos, que manda que la cedula que esta dada para que no se ordenen mestizos, se entienda solamente con los hijos de India o Indio y Español (1582): «Por importar lo mucho que entendereys que las personas que huvieren de subir a la orden Sacerdotal, sean virtuosos y quales conviene para tan alto ministerio, escrivimos a los Prelados de essas partes que advirtiessen mucho a esto, mirando y considerando muy bien a quien diessen las dichas ordenes, y se escusassen de darlas a mestizos, hasta que se les avisasse de lo que en ello se huviesse de hazer: y aunque el intento que se tuvo y tiene es el aqui referido, no se puede culpar el del Cabildo de la Yglesia de Antequera, en aver dudado sobre si se podran dar a los hijos de mestizos y Españoles, como dezis lo hizieron: pero porque no ay ocasion de que los virtuosos se desconsuelen, y dexen de seguir el camino de la virtud, ordenareys que las cedulas que sobre lo susodicho mandamos dar, se entiendan tan solamente con los hijos de India o Indio, y Español o Española, y no con los de mas descendientes, siendo habiles y suficientes».

16 ENC/I, 172: Cedula que los prelados de las Indias ordenen a los religiosos de los monesterios, sin ponerles ningun impedimiento (24/VI/1560): « que ordenayas a muchos mestizos, y otras personas nazidas en essa tierra»; ENC/I, 173. De carta que su Magestad escrivio al obispo de Mexico año de sesenta y uno, en que aprueva aver ordenado hijos de Españoles y Españolas, nazidas en aquella tierra, y que lo haga para adelente (1561): «Esta bien aver ordenado ansi clerigos como frayles de los nazidos en essa tierra, de Españoles y Españolas, siendo habiles y suficientes para ello, y ansi lo podreys hazer de aqui adelante, concurriendo en ellos las calidades que se requieren».

17 RECOPILACION/I, 7, 7: Que los Prelados ordenen de Sacerdotes a los Mestizos, con informacion de vida y costumbres, y provean que las Mestizas puedan ser Religiosas con la misma calidad ((31/VIII et 18/IX/1588): «Encargamos a los Arzobispos y Obispos de nuestras Indias, que ordenen de Sacerdotes a los Mestizos de sus distritos, si concurrieren en ellos la suficiencia y calidades necesarias para el Orden Sacerdotal; pero esto sea precediendo diligente averiguacion é informacion de los Prelados sobre vida y costumbres, y hallando que son bien instruidos, habiles, capaces y de legitimo matrimonio nacidos. Y si algunas Mestizas quisieren ser Religiosas y recibidas al Habito y Velo en los Monasterios de Monjas, provean, que no obstantes qualesquiera Constituciones, sean admitidas en los Monasterios y a las profesiones, precediendo la misma informacion de vida y costumbres».

18 RECOPILACION/VI, 12, 13: Que ningun Mestizo, que no sea hijo legitimo, o vecino pueda cargar Indios en los casos permitidos (1/VI/1549). «En los casos permitidos de cargar, Indios, no pueda gozar de esta licencia ningun Mestizo, que no sea vecino, o hijo legitimo de vecino, ni pueda llevar Indios cargado aunque sea en lugares donde no haya caminos abiertos, ni bagages de carga, pena de incurrir en la prohibicion, aunque los Indios digan, que lo hacen de su voluntad, y sea verdad que lo quieren, y piden, y haya tal costumbre en la Provincia».

19 ENC/IV, 289: Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reyno, no consientan que mestizos sean Caciques y los que oviere los quiten y remuevan luego (18/I/1576): « avemos visto como dos hijos mestizos de dos conquistadores, pretendian ser Caciques de dos repartimientos de Indios, que caen en el distrito desta ciudad de Tunja, y aunque huno contradicion dello, fueron metidos en la possession: y que despues que lo han sido ha resultado seguirse algunos inconvinientes dignos de remedio. … os mando que no consintais ni deis lugar a que ningunos mestizos en essa tierra sean Caciques en los pueblos de Indios della en ninguna forma, y si algunos lo fueren de presente, los quiteis y removais luego de los dichos Cacicazgos, y hareis que se guarde en su elecion, la orden que los dichos Indios han tenido, sin que por agora sea novedad».

20 CAB/MEX, Acta del 7 de marzo de 1547.

21 ZOR/349-350: Ley 2, sobre los agravios y malos tratamientos que hacen españoles y mestizos y vagamundos a los indios de ciertas provincias de la Nueva España (28/VIII/1552). «A nos se ha hecho relación que en la Nueva España y gobernación de ella hay muchos pueblos apartados y desviados del trato y conversación y doctrina de frailes y españoles que de ellos son en la mar del Sur, a las espaldas de Colima y Zacatula, hasta llegar a la provincia de Tututepec y otros en la provincia de Chinant la hasta llegar a la boca del río de Alvarado y en lo de las zapotecas que cae a las espaldas de Oaxaca, en las cuales hay muchos españoles vagamundos nacidos en aquellas partes y muchos mestizos, los cuales todos se hacen amigos de los caciques con dádivas y otras cosas que les dan, especialmente vino, y que con esto los dichos españoles, mestizos y mulatos que hay en las dichas tierras, han hecho y hacen muchos agravios y extorsiones y malos tratamientos, a los naturales de ellas, tomándoles las hijas y mujeres por fuerza y contra su voluntad y haciéndoles otros malos tratamientos,…».

22 RECOPILACION/VI, 3, 21: Que en Pueblos de Indios no vivan Españoles, Negros, Mestizos, y Mulatos (mayo de 1563) ; idem, 25/XI/1578, 8/V/1581, 10/I/1589, 12/VII/1600, 1/X et 17/XII/1646 : « Prohibimos y defendemos, que en las Reducciones, y Pueblos de Indios puedan vivir, o vivan Españoles, Negros, Mulatos, o Mestizos, porque se ha experimentado, que algunos Españoles, que tratan, traginan, viven, y andan entre los Indios, son nombres inquietos, de mal vivir, ladrones, jugadores, viciosos, y gente perdida, y por huir los Indios de ser agraviados, dexan sus Pueblos, y Provincias, y los Negros, Mestizos, y Mulatos, demas de tratarlos mal, se sirven de ellos, enseñan sus malas costumbres, y ociosidad, y tambien algunos errores, y vicios, que podran estragar, y pervertir el fruto que deseamos en orden a su salvacion, aumento, y quietud ; y mandamos, que sean castigados con graves penas, y no consentidos en los Pueblos ; y los Vireyes, Presidentes, Gobernadores, y Justicias tengan mucho cuidado de hacerlo executar donde por sus personas pudieren, o valiendose de Ministros de toda integridad : y en quanto a los Mestizos, y Zambaygos, que son hijos de Indias, nacidos entre ellos, y han de heredar sus casas, y haciendas, porque parece cosa dura separarlos de sus padres, se podrá dispensar ».

23 ENC/IV, 341: Cedula que manda que no se consienta que anden ni esten en compañia de Indios ni en sus pueblos, mestizos ni mulatos ni negros (25/XI/1578): « Nos somos informados que es de mucho inconviniente para el bien y aprovechamiento de los Indios naturales de essas provincias, que anden en su compañia mulatos, mestizos y negros, porque demas que los tratan mal y se sirven dellos, los enseñan sus malas costumbres y ociosidad, y tambien algunos errores y vicios que podrian estragar y estorvar el fruto que se dessea para la salvacion de las almas de los dichos Indios; y que vivan en policia: y porque de semejante compañia no puede pegarseles cosa que les aproveche, siendo universalmente tan mal inclinados los dichos mulatos, negros y mestizos: Os mandamos que tengais mucho cuydado de prohibir y defender de aqui adelante, que no anden ni esten en compañia de los dichos Indios: ordenando a todas las justicias del distrito de essa audiencia, que tengan mucho cuidado de defender en todos sus distritos, castigando a los que hallaren en compañia de los dichos Indios, ni en sus lugares y poblaciones…».

24 ENC/IV, 342: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Virrey del Peru, que manda de orden como los negros y mulatos no vivan entre Indios (10/I/1589).

25 RECOPILACION/VI, 3, 22: Que entre los Indios no vivan Españoles, Mestizos, ni Mulatos, aunque hayan comprado tierras en sus Pueblos (30/VI/1646): «Aunque los Españoles, Mestizos y Mulatos hayan comprado tierras en Pueblos de Indios, y sus términos, todavía les comprehende la prohibicion. Y así mandamos, que de ninguna forma se consienta que vivan en los dichos Pueblos, y Reducciones de Indios, por ser esta la causa principal, y origen de las opresiones, y molestias que padecen».

26 RECOPILACION/VI, 6, 7: Que no se dén Protectorias a Mestizos (20/XI/1578): « Ordenamos los Vireyes, y Presidentes, que quando hubieren de nombrar Protectores de Indios, no elijan Mestizos, porque así conviene a su defensa, y de lo contrario, se les puede seguir daño y perjuicio ». Idem ENC/IV, 343-344 : «  entre los protectores y defensores de Indios que proveeis en los pueblos particulares de essas provincias, proveeis algunos mestizos, de que resulta mucho daño a los dichos Indios, porque en lugar de defendellos y aprovechallos, los dañan y perjudican : y porque es justo que se tenga mucho cuydado desto, y que de lo que se procura para su remedio no se les siga daño, os encargamos y mandamos que de aqui adelante no proveais en los dichos oficios a los dichos mestizos, antes procureis que los a quien se huvieren de dar sean personas honradas y de conciencia, y que miren por los dichos Indios con mucho cuydado».

27 ENC/IV, 343, ZOR/20+209-210+350: Cedula que manda que al Virey de la nueva España provea como los Españoles y mestizos y Indios vagabundos que oviere en aquella tierra se junten y hagan pueblos en que viven (3/X/1558): « Ya sabeis como por nos esta ordenado y mandado que proveays que los Españoles que en essa tierra anduvieren vagabundos y holgazanes sin tener assiento ni oficio, ni otra buena ocupacion, y los Indios que anduvieren ociosos sin querer se ocupar en cosa alguna, asienten con amos, o se ocupen en otros oficios y buenos exercicios en que ganen de comer, y que a los Españoles que no lo hizieren, no siendo casados los hagays echar de la tierra. Y porque somos informados que son muchos los que ansi andan vagabundos, especialmente mestizos: ha parecido que conviene que se de orden como essa gente ociosa tome assiento y manera de vivir, y pueblen en algunos pueblos que en essa tierra se hagan de nuevo, donde a vos os pareciere, para que alli trabajen y se den a grangerias, y otros provechamientos con que se puedan sustentar, y por ser el negocio de la calidad que es, he acordado de os lo remitir, y ansi os mando que deis orden como los Españoles y mestizos que en essa tierra huviere vagabundos holgazanes, que no tuvieren assiento ni oficio ni otra buena ocupacion, y tambien los Indios que anduvieren desta manera se junten en dos o tres pueblos, o mas, en las partes y sitios que os pareciere, y mejor disposicion huviere para poblar: y proveereis que pueblen alli, poniendolos Indios por si en un pueblo, y los Españoles y mestizos en otro, o otros, y señalarles heis competentes terminos en que puedan labrar sembrar, y criar sus ganados y, para ello dareis vos todo el calor y ayuda que fuere necessario: y porque los primeros años ternan necessidad de alguna ayuda de simientes, para hazer sus sementeras, e que coman entre tanto que nazen, y algunos ganados, y ayuda para reparo de sus casas proveereis que se les de nuestra hazienda para ello lo que os pareciere, e vieredes convenir. … que embie algunos buenos clerigos que residan en ellos, y administren los santos Sacramentos».

28 ENC/IV, 342-343: Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reyno de Grenada se informen de los mestizos que ay en aquella tierra y los compelan a que sirvan o deprendan oficios (15/I/1569): « en essa tierra ay muchos mestizos que viven muy sueltamente y no tienen oficios en que se ocupar. Y queriendo proveer en ello. … vos mando, que luego que esta veays, os informeis y sepais que mestizos ay en essa tierra, y a los que ansi huviere en ella los hagays servir a señores, o aprender oficios, o cultivar la tierra, y a los que dellos fueren amonestados y no lo cumplieren, los echeis de la tierra,».

29 Grunberg (Bernard), « L’esclave noir dans la législation de l’Amérique espagnole (XVIe-XVIIe siècle) », in : Pétré-Grenouilleau (Olivier), s. dir., Esclavage et formes de dépendances, expériences antiques et modernes. Représentations de l’esclave : homme, animal, chose ?, Paris, Perrin, à paraître.

30 ENC/IV, 344-345: Cedula que manda que al Licenciado Castro que no consienta que mestizo ni Indio tenga ni trayga armas, y que los que las tuvieren se las tomen, y provea como adelante no las tengan (10/XII/1566): « Nos somos informados que estando por nos proveido y mandado que los Indios y mestizos y mulatos en essas partes no tengan ni traygan armas, diz que el Marques de Cañete y Conde de Nieva nuestros Visorreyes que fueron en essa tierra, e otras personas que en ella han gobernado, han dado licencia a algunos Indios y mestizos y mulatos para poder traer y tener las dichas armas, no lo pudiendo ni deviendo hazer, por ser contra lo por nos ordenado y mandado, de mas de los inconvenientes que dello se siguen. Y queriendo proveer en ello, visto y platicado por los de nuestro Consejo de las Indias, fue acordado que deviamos mandar dar esta nuestra cedula para vos, e yo tuvelo por bien. Porque vos mando que os informeis, y sepays que Indios y mestizos tienen en essa tierra armas algunas, y a todos los que las tuvieren se las quiteis y hagais quitar, y proveais que de aqui adelante no las tengan ni traygan en niguna manera, ni por ninguna via…».

31 ENC/IV, 34: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Licenciado Castro sobre que los mestizos ni mulatos no tengan ni trayran armas (19/XII/1568): « que ningun mestizo ni mulato pueda traer armas en essa tierra, ni tener arcabuz en su poder, so pena de muerte».

32 ENC/IV, 345: Capitulo de carta que su Magestad escrivio al Virey don Francisco de Toledo, que manda que no consienta que mulatos ni zambaigos traygan armas, ni mestizos si no fuere con su licencia (1/XII/1573): «... aveis proveido que los mestizos no traygan armas, de que se han agraviado muchos, con algunas causas de ser hijos de conquistadores, y otras, de servicios, para cuyo remedioseria de fruto el uso de los estudios. Lo que en esto aveis de hazeres, no permitir ni dar lugar a que los mulatos ni zambaygos traygan armas, ni los mestizos sino fuere con licencia vuestra: la qual no dareis si no fuere a los mestizos que vivieren en lugares de Españoles, y tuvieren y mantuvieren casa y labrança…».

33 ENC/IV, 358: Cedula que manda que queriendo venir a estos Reynos alguna India con sus hijos que los huvo en Español la dexen venir a ellos con los dichos sus hijos (30/VIII/1555): « me ha hecho relacion que quando algunas Indias que tienen hijos en Españoles de la dicha ciudad y fuera della quieren venir con sus hijos a estos Reynos las justicias se lo impiden, y no las dexan venir a estos Reynos por ende yo vos mando que cada y quando algunos de los dichos vezinos de la dicha ciudad de Velez que tuvieren hijos en Indias naturales de essas partes quisieren traer consigo a estos Reynos las dichas Indias con los dichos sus hijos, o dixeren que ellas quieren venir con ellos, las hagays parerecer ante vos, y sepays dellas si es su voluntad de venir a elles Reynos con sus hijos y declarando que quieren venir de su voluntad las dexeys y consintays venir libremente, y traer consigo los dichos sus hijos».

34 RECOPILACION/IX, 26, 23, ENC/IV, 287: Que los Mestizos puedan volver a las Indias con licencia de la Casa (30/I/1559): «Los Mestizos hijos de Christianos, é Indias, que vinieren a estos Reynos a estudiar, u otras cosas de su aprovechamiento, y pretendieren volver à las Provincias de donde vinieron, el Presidente, y Jueces de la Casa los dexen volver a ellas, y no sea necesaria otra licencia nuestra».

35 ENC/I, 328-329, 22/VII/1595 et 20/III/1596.

36 Métis d’Indiennes et de Noirs.

37 Archivo General de Indias (Sevilla) [= AGI], Guatemala, 394, f.39.

38 Espagnols qui se sont enrichis aux Indes.

39 AGI/Guatemala, 394, f.31.

40 Archivo General de la Nación (Mexico) [= AGN], Reales Cedulas, I, 218, fs.214v-216v.

41 AGN/Reales Cedulas, I, 218, fs.214v-216v.

42 Díaz del Castillo (Bernal), Historia verdadera de la conquista de la Nueva España (manuscrito « Guatemala »), edición crítica de J.A. Barbón Rodríguez, Mexico, UNAM-El Colegio de México, 2005, CCXIV, p. 840 [= f.293r].

43 Paz y Melia (Antonio), Nobilario de conquistadores de Indias, Madrid, Sociedad de Bibliofilos Españoles, 1892, p. 69-70.

44 En Amérique, un corregidor administre une région densément peuplée ; c’est un juge de paix qui a la haute main sur la police, qui veille à la bonne application des lois et au paiement des impôts ; lorsque le territoire est très étendu, il est assisté d’un lieutenant.

45 AGI/México, 1089, fs.53v-54r : « … le havimos hecho merçed de çierto entretenimiento en essa tierra, y que fuese proveido en uno de los corregimientos della, lo qual no se le havia cunplido, y porqu’él se havia criado y exerçitado en el ofiçio de la pluma en esa Audiençia, y los queria y deseava continuar para que lo pudiese hazer y ser honrrado e ocupado en nuestro serviçio, me fue suplicado le mandase proveer de una reçeptoria desa Audiençia, atento que no havia vastante numero della y que tenia avilidad y sufiçiençia para ello o como la mi merçed fuese… ».

46 Dorantes de Carranza (Baltasar), Sumaria relación de las cosas de la Nueva España con noticia individual de los descendientes legitimos de los conquistadores y primeros pobladeros españoles, paléografie de l’original publiée par J. M. de Agreda y Sánchez, Mexico, Porrua, 1987 [Imprenta del Museo Nacional, 1902], LXIII+453 p.

47 AGN/Inquisición [= AGN/INQ], VIII, 3, fs.244r-364r ; cf. aussi Reynolds (Winston A.), El corregidor Diego Díaz del Castillo (hijo del conquistador) ante la inquisición de México (1568-1571), Madrid, J. Porrua Turanzas, 1973, XIII-229 p. Cet ouvrage ne donnant qu’une partie du procès de notre métis, nous en avons repris l’étude exhaustive sur le texte même du procès.

48 AGN/INQ, VIII, 3, f.259v.

49 AGN/INQ, VIII, 3, f.260r-261v.

50 AGN/INQ, VIII, 3, f.262r-263v.

51 AGN/INQ, VIII, 3, f.264r-268v + 278r.

52 AGN/INQ, VIII, 3, f.281v.

53 AGN/INQ, VIII, 3, fs.284r-287v.

54 AGN/INQ, VIII, 3, fs.290rv.

55 AGN/INQ, VIII, 3, fs.290v : « mozo vil et de baja suerte de mala vida y costumbres » ; idem f. 313r.

56 AGN/INQ, VIII, 3, fs.290v : « a cometido delito atroz y gran digno de punicion y castigo ».

57 AGN/INQ, VIII, 3, fs.294v-307r.

58 AGN/INQ, VIII, 3, fs.307r-308v.

59 AGN/INQ, VIII, 3, f.313r : « si saben que el dicho Diego Diaz del Castillo es mestizo, y tal parece por su aspecto… ».

60 AGN/INQ, VIII, 3, fs.329r-331r.

61 AGN/INQ, VIII, 3, f.317v. : « bellacos perros ».

62 AGN/INQ, VIII, 3, fs.327v-328r : « hombre bullarioso… enemigo capital » ; f. 329r : « buen cristiano temoroso de dios ».

63 AGN/INQ, VIII, 3, fs.338r+340r+341r.

64 AGN/INQ, VIII, 3, f.344r.

65 AGN/INQ, VIII, 3, f.345-346r : « por denigrar e disfamar mi persona ».

66 AGN/INQ, VIII, 3, f.347r.

67 AGN/INQ, VIII, 3, fs.352r-355v.

68 AGN/INQ, VIII, 3, fs.358r-360r.

69 AGN/INQ, VIII, 3, f.351r.

70 AGN/INQ, VIII, 3, fs.361r-363v.

71 Grunberg (Bernard), L’Univers des conquistadores. Les hommes et leur conquête dans le Mexique du XVI e siècle, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 192-195.

72 Baudot (Georges), La vie quotidienne dans l’Amérique de Philippe II (XVIe siècle), Paris, Hachette, 1981, cf. p. 72.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540