Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Première partie. Mondes anciens et médiévaux. Le jeu des traductions

Des Grifons vos sai dire c’onques genz ne fu pires1. Modalités et expressions de la haine contre les Grecs dans les écrits contemporains de la quatrième croisade

Marie-Geneviève Grossel

Texte intégral

  • 1 Vers 380 de Florence de Rome, chanson d’aventure du XIIIe siècle, éditée par Axel Wallensk*old, Par (...)

1Quand un amour subit victorieusement les années qui passent, on dit qu’il s’est approfondi ; quand la haine vieillit, elle devient recuite. Cette métaphore me servira d’introduction, car sa richesse révèle, derrière le banal référent à la flamme et la chaleur, le rejet de la haine, sentiment tout négatif, qui a plus à voir avec les cuisines infernales et les fours diaboliques qu’avec la douceur du foyer. Mais pour se recuire, la haine doit s’entretenir, voilà bien l’un des rôles du discours et, comme tout art, qu’il soit culinaire ou rhétorique, cet entretien a ses règles et ses normes. Le discours haineux, envers du discours amoureux, postule lui aussi le duo, la haine est généralement partagée et ce n’est que lorsque la parole cède la place à l’action (et pour le présent propos, ce seront 1204 et la prise de Constantinople), que le couple haineux se transforme en bourreau et victime.

2Le discours de la haine est de façon indivisible celui du génitif objectif et celui du génitif subjectif : c’est parce qu’il naît de la haine et en est empreint que ce discours est moteur, créateur de haine. Dans les œuvres littéraires, ce discours ne peut se cantonner à un registre unique. Le Moyen Âge divisait le champ intellectuel en poétique et en sermo. D’un côté, c’est le registre de l’expression affective ; on peut y placer la chanson de geste. De l’autre, le registre de la réflexion spéculative. Les récits historiques que j’évoquerai ressortissent plutôt du sermo, que le clerc s’exprime en latin, ou que l’écrivain en langue vernaculaire s’y présente comme témoin avec toutes les résonances scripturaires que recèle le mot, on pense à Villehardouin. Le discours de la haine emprunte tous ces registres, mais selon des moyens différents, dérision, sarcasme ou démonstration écrite en stilus gravis.

3Les croisades ont inspiré de façon fort diverse les œuvres littéraires. La première croisade suscita une floraison d’ouvrages aussi bien savants que populaires. Surtout les thèmes qui structuraient ces chansons pénétrèrent, et cela pour des années, la totalité du champ de l’écriture. Toutes ces œuvres, composées dans la proximité des événements qui les avaient suscitées, furent ensuite copiées et recopiées bien longtemps après. À son tour, la troisième croisade donna lieu à de nombreux textes littéraires et nourrit l’imaginaire des croisés. Au moment où va s’opérer la déviation vers Constantinople, les textes chantant la première et la troisième croisade sont recopiés, mis au goût du jour, enrichis de nombreux détails de propagande, ils continueront de l’être, cette fois en guise de justification, une fois Constantinople tombée, tout comme les chroniques seront reprises, remaniées, poursuivies. Or c’est dans les textes concernant la troisième croisade que se développe et s’affirme le portrait du Grec perfide dont le comportement et les traits topiques vont devenir les fondements d’un discours haineux.

4Bien qu’on ne puisse vraiment parler de propagande, au sens de « stratégie de communication pour déterminer une opinion », la haine contre les Grecs se nourrit, bien avant la « déviation de 1204 » d’un certain nombre d’accusations qui vont très vite se transformer en topoi, informant en profondeur la mentalité des croisés. J’en prendrai pour exemple la « prise de Constantinople » imaginaire que représente la chanson du Voyage de Charlemagne à Jérusalem et Constantinople. Cette chanson aurait été écrite entre 1130 et 1180, nulle croisade en particulier n’y est évoquée, nous restons dans le domaine du rire et de la parodie. Mais le sujet est indiscutablement la rivalité entre la France et Byzance.

5Voici l’histoire : Charlemagne a réuni sa cour devant la basilique de Saint-Denis, il s’agit de déclarer hautement qu’il est de tous le plus grand souverain. Si les barons opinent sans hésiter, la reine rit sous cape. L’empereur outragé la somme de s’expliquer et elle finit par avouer que, certes, il est magnifique mais il y a plus prestigieux que lui, c’est le basileus. Charlemagne décide aussitôt de vérifier ce qu’il en est, il part avec ses douze pairs, mais le roi très chrétien ira d’abord visiter les Lieux Saints. À Jérusalem, le Patriarche l’accueille triomphalement. Et c’est les coffres remplis de reliques insignes que l’empereur et ses pairs se dirigent vers Constantinople. La première rencontre avec le basileus est étonnante puisque ce dernier est occupé à labourer, mais sa charrue est d’or et l’équipage éblouissant, comme l’est d’ailleurs tout le décor, palais de rêve, jardins merveilleux où les Grecs, habillés fastueusement, flirtent avec de jolies demoiselles… La suite est éprouvante pour les Francs, mécanismes secrets d’un palais tournoyant qui jettent les pairs sur le sol, en proie au mal de mer, automates divers, repas enfin dont le luxe achève de les abasourdir. Si bien qu’une fois retirés dans leur chambre et abondamment pourvus de bons vins, nos pairs vont se consoler en usant d’un moyen bien françois, ils se lancent dans d’énormes galéjades, où ils se vengent imaginairement de s’être sentis si inférieurs. Hélas, le basileus perfide comme il se doit, a caché un espion dans la pièce, qui entend tout, croit tout et le lendemain, le Byzantin furieux somme les Francs d’accomplir leurs vanteries devant lui. Seuls, trois gabs seront menés à leur terme, celui de Guillaume Fierebrace, exploit de pure force physique, celui de Bernart qui détourne la mer pour la lancer contre Constantinople, miracle que Dieu accorde grâce aux reliques et qui sème l’épouvante chez les Grecs ; celui d’Olivier, enfin, un exploit amoureux : il s’est juré qu’il le ferait cent fois à la ravissante fille de l’empereur, et quoiqu’il s’exécute seulement une trentaine de fois, la belle est trop éblouie pour pouvoir encore compter. Pas de doute, le basileus doit s’incliner devant la suprématie de Charlemagne.

6Cette courte chanson renferme donc l’ensemble des motifs qui seront utilisés pour alimenter la haine, les Grecs sont des lâches (la scène de l’inondation en fait foi), ils sont perfides (c’est l’espion caché). Les domaines où ils proclament leur suprématie sont controuvés : ils n’ont pas l’intelligence de comprendre ce qu’est l’humour et ne font pas la part des choses ; ils sont à leur aise pour faire les paons devant les belles, étant efféminés, mais dans l’action, un Olivier leur en remontre assez, lui qui pourtant est le parangon de la sagesse ! Les Grecs sont attaqués dans leur outrecuidante conviction d’être bien plus savants, bien plus intelligents que les barbaroi, terme sous lesquels les désigne toujours Anne Comnène. Enfin leur somptuosité, leur faste sont purement matériels, à l’occasion, Dieu montre qu’il est du côté des Simples et des Vertueux qui – et ce n’est pas un hasard –, dans la Chanson se révèlent les légitimes possesseurs des reliques. La reine avouera pour finir la suprématie du seul, du véritable empereur universel, Charlemagne.

7Si tous ces motifs concourent au rire – mais on peut douter qu’un Byzantin aurait trouvé cela si drôle –, sans cesse rappelés dans les textes à grand succès que furent les Chansons, ils rendent indubitables des griefs que chaque croisé en venait plus ou moins à partager.

8C’est avec la troisième croisade que la haine va devenir intense. Or les textes écrits autour de 1190 sont essentiellement ceux qui ont alimenté l’idéologie des combattants de la quatrième croisade. On peut déjà voir la différence lorsqu’on lit les vers écrits par Ambroise dans son Estoire de la guerre Sainte. Contrairement aux croisés du camp normand, ou aux Allemands, Ambroise, clerc de Richard Cœur de Lion, ne semblait pas avoir de griefs particuliers contre Constantinople, dont il ne parle d’ailleurs pas. Les Grecs qui apparaissent dans son Estoire sont ceux des îles de Sicile et de Chypre. Et le premier contact, près de Messine, augure parfaitement de la suite :

[Les croisés] s’étaient tenus près des vaisseaux jusqu’à l’arrivée des rois, car les bourgeois de la ville, ramas de Grecs et de ribauds, gens issus de Sarrasins, conspuaient nos pèlerins, ils se mettaient pour nous insulter les doigts dans les yeux et nous appelaient des chiens puants, chaque jour ils nous faisaient des vilenies et ils nous tuaient des pèlerins qu’ils jetaient dans les privés. (p. 341)

9On remarquera que parmi l’abondance des termes issus de graecus, l’ancien français connaît Grex, Grieu, Grejois ou Griffon, d’abord réservé aux Grecs de Constantinople. Sur Griffon, Ambroise aligne grifonaille qui originellement avait simplement le sens de « canaille » mais qu’au profit de l’homonymie, il réserve bien sûr aux Grecs.

10Dans la Sicile où débarque Richard, Grecs et Sarrasins semblent d’emblée une même race d’hommes, jaloux de la prestance de l’Anglais, « arrogants, perfides et pleins de rage ». Ce climat va considérablement s’aggraver à l’arrivée à Chypre où régnait alors Isaac Comnène. Ambroise ignore les différends très graves ayant opposé l’armée allemande à Isaac Ange qui avait secrètement conclu un traité avec Saladin, mais il est déjà convaincu de la méchanceté grecque qu’il trouve vérifiée dans Isaac Comnène :

Le royaume eut ainsi à souffrir bien des malchances, mais rien ne lui avait apporté plus de mal, d’ennui et de retard qu’une île voisine de la Syrie : c’était la riche île de Chypre qui autrefois l’aidait beaucoup et dont alors rien ne pouvait plus lui venir car il y régnait un tyran porté vers tout mal, plus félon et plus traître que Judas et Ganelon. Il avait délaissé les Chrétiens et était le bon ami de Saladin et l’on disait même que pour s’allier, ils avaient bu le sang l’un de l’autre et on le sut plus tard vraiment. Ainsi il s’était fait empereur ou plutôt empireur, car il s’empirait lui-même, jamais quand il le pouvait, il ne cessait de faire et de susciter le mal et de poursuivre les Chrétiens de Dieu. (p. 350)

11Toutes les déloyautés sont utilisées par ce renégat, il bafoue les saufconduits, manque à sa parole et, en bon Grec, est d’une lâcheté sans égale. Les Grecs qu’il gouverne sont comme lui de « sales Grecs », de « misérables Grecs ». Ambroise, extrêmement fier de la politesse des Anglais et de son roi, digne fils de la courtoise Aliénor, souligne encore la grossièreté des Grecs :

Le roi prit un messager et l’envoya en un bateau prier courtoisement l’empereur [...] Celui-ci se moqua du messager jusqu’à en perdre la raison, il ne put modérer sa colère et dit au messager « prout, sire ! » et il ne voulut jamais donner une réponse plus honnête, mais se mit à grogner en ricanant. Le messager revint promptement en arrière et le répéta au roi. Et quand le roi entendit le mot honteux, il dit à ses gens : « Armez-vous ! ». (p. 351)

12La suite du récit met en scène à la façon épique le combat et souligne que les Grecs, plus nombreux et installés sur leur territoire qu’ils connaissaient bien, n’en sont pas moins écrasés par le vaillant Richard :

Toute la rive était pleine de ces gens sauvages [...] Les nôtres les attaquaient comme des lions, devant leur vaillante nation latine s’enfuyaient les Grecs et les Arméniens. (p. 352)

13Dolent, éperdu, courroucé, Isaac Comnène se replie sur Nicosie et doit se résoudre à une entrevue avec le roi d’Angleterre, car la haine que les Chypriotes portent au tyran rend ce dernier peu sûr de ses hommes. Il propose une rencontre à Richard qui s’avère, bien évidemment un traquenard, mais c’est trop compter sur la vaillance de ses troupes :

Soudain l’empereur sortit de son embuscade avec environ sept cents de ses hommes que leur couardise rendait impuissants [...] L’empereur harcelait l’armée sur ses flancs comme un Turcopole, tant qu’il arriva à l’arrière-garde que menait le roi Richard et lui lança deux flèches empoisonnées. Le roi sortit des rangs et s’élança et peu ne s’en fallut qu’il ne tira vengeance de ce mauvais empereur, mais celui-ci était monté sur Fauvel qui, aussi rapide qu’un cerf, le porta à son château de Candaire. (p. 356)

14Dans ce petit morceau de bravoure, nous retrouvons le souffle de la geste, mais on mesurera la distance avec le Voyage de Charlemagne. Les mêmes motifs sont traités de façon bien différente et l’effet créé est la mise en scène d’un tyran exécrable commandant ses dignes sujets. Les thèmes isolés entrent dans une structure consciente pour aboutir à une image des Grecs toute pétrie de haine. Lâcheté, méchanceté, perfidie se résument et se subsument dans ce coursier maudit qui emporte le tyran et répond au nom, hautement significatif pour le Moyen Âge, de Fauvel.

15La haine contre les Grecs ne requiert pas un discours pseudo-argumentatif visant comme le discours politique à une exhortation à haïr, mais met en évidence la légitimité quand on déprécie ceux que l’on expose à la haine. En ce sens, le discours de la haine relève bien plutôt dans notre contexte de l’esthétique que de l’art rhétorique puisqu’il est narratio, même s’il ne se refuse nullement le pathos et l’ethos, bien au contraire !

16Les récits écrits par les Chroniqueurs, contrairement à ceux que nous venons de voir, se situent après la prise de Constantinople, qu’ils aient été rédigés par des témoins directs comme Villehardouin et Robert de Clary, ou que, remaniements postérieurs, ils reposent sur une compilation de témoignages déjà anciens, comme la Chronique d’Ernoul et Bernard le trésorier ou la Chronique de Morée. Tous ces récits se présentent comme une justification des événements que leur éclairage rend inéluctables. L’image des Grecs, en tout point négative, ne peut que susciter le rejet et la colère.

17Bien qu’on ait pu à juste titre considérer le texte de Villehardouin comme un plaidoyer personnel, sa chronique veut donner une apparence de neutralité : ce n’est pas chez lui que l’on trouvera sarcasme, dérision, insultes. Cet écrivain très habile utilise des moyens plus feutrés, il distingue les Grecs de leurs basileis, ces derniers sont doublement coupables de forfaiture, devant Dieu et devant leurs semblables, leur parentèle. En ce sens, le discours des messagers de Philippe de Souabe, prononcé à Zara, est-il exemplaire :

« Seigneurs, fait le roi, je vous enverrai le frère de ma femme et je le remets en la main de Dieu et en la vôtre. Parce que vous marchez pour Dieu et pour le droit et la justice, vous devez rendre leur héritage à ceux qui sont déshérités injustement si vous le pouvez. Et il passera avec vous accord [...] pour conquérir la terre d’Outremer [...] Si Dieu accorde que vous le rétablissiez dans son héritage, il mettra tout l’empire de Romanie en l’obédience de Rome dont il est séparé depuis longtemps [...] et il ira lui-même avec vous dans la Terre du Caire ». (p. 85)

18En quelques lignes allusives, voilà mise en cause l’habituelle perfidie des Grecs, incarnée ici dans le basileus usurpateur, Alexis III, qui avait fait aveugler son frère Isaac Ange, jeté en prison avec son jeune fils Alexis IV. Face à lui, Philippe de Souabe, époux d’Irène, sœur d’Alexis IV et surtout l’ensemble des croisés, qui, comme dans la geste, ont pour eux Dieu et le droit. S’y ajoutent les intérêts stratégiques, l’union avec les Byzantins pour la conquête des Lieux Saints contrastant cruellement avec leurs multiples défections passées, enfin l’allusion au caractère schismatique des Grecs. Ici la haine s’exprime de façon discrète, bien plus, quand le mot vient sous la plume du Maréchal de Champagne, elle est toujours imputée aux Grecs, c’est elle qu’invoque le léger Alexis IV à l’heure de verser aux croisés l’argent qu’il leur a promis :

En un si court délai, je ne puis tenir mes engagements… Si vous me laissez, comme les Grecs me haïssent à cause de vous, ils me tueront. (p. 145)

19Ce sont les Grecs qui mettent le feu « par malignité » à leur ville pour tuer les Latins qui s’y sont établis et, pour finir, on assiste à un départ massif des Latins avec « femmes et enfants ». Qui se laisserait prendre à l’incertitude que feint en la circonstance le Chroniqueur ?

C’est ainsi que la discorde s’installa entre les Francs et les Grecs car leurs relations ne furent pas aussi étroites qu’elles l’avaient été auparavant, sans qu’on sût à qui s’en prendre. (p. 147)

20À très petites touches, le portrait du Grec s’affirme. Le moindre de ses défauts est bien la lâcheté que le Chroniqueur rend indubitable par l’emploi récurrent de la forme ils se débandèrent. En outre, les vices épouvantables de leur basileus, perfide comme Alexis III, flattant fielleusement les messagers des croisés, comme Murzuphle, faisant étrangler Alexis IV ou Alexis III faisant aveugler Murzuphle, ces vices, donc, sont partagés avec usure par le peuple des Grecs, prompts à acclamer n’importe quel tyran s’il a la force et à crier qu’il le hait s’il le voit déchu, peuple versatile, arrogant, outrecuidant, peuple pour finir justement abandonné de Dieu. Dès lors, rien d’étonnant de voir le clergé justifier la guerre contre un tyran assassin, avec, en discret écho, le rappel du refus de la suprématie de Pierre, autre forme de crime contre le Souverain.

21Alors seulement, au hasard d’une phrase, Villehardouin, qui a désormais démontré que les Grecs et leur roi se valent bien, peut laisser percer son propre jugement, mais de façon rare, mesurée :

Les Grecs qui étaient très déloyaux n’avaient banni la félonie ni de leur cœur ni de leur corps. (p. 219)
Les Grecs lui jurèrent fidélité, laquelle on tenait très mal en ce temps-là. (p. 251)

22Robert de Clary exprime les mêmes sentiments avec moins de détours. Fidèle à ses convictions, ce sont surtout les hauts personnages qu’il attaque dans l’idée que lorsque la tête faillit, les membres fatalement suivent :

Cette charge emplit [Andronic] d’un orgueil démesuré. Peu de temps après il se saisit une nuit de l’empereur et le tua ainsi que sa mère. Son crime accompli, il prit deux très grosses pierres qu’il fit attacher à leur cou, puis il les fit jeter dans la mer. Ensuite il se fit couronner empereur par la force et fit saisir tous ceux qu’il savait défavorables à son avènement, il les fit aveugler et exécuter d’une mort cruelle. Il prenait toutes les belles femmes qu’il rencontrait et les faisait coucher avec lui de force [...] Il épousa l’impératrice [...] Il commit plus de félonies qu’aucun traître, qu’aucun meurtrier en fit jamais. (p. 75)

23Comme Villehardouin, Clary insiste sur la lâcheté des Grecs en termes variés, apeurés, épouvantés, ils ne pensent qu’à fuir dès qu’on les attaque. Le mépris et la dérision sont ici compagnes de la détestation, le même amusement satisfait accompagne le récit du supplice de Murzuphle, précipité du haut d’une colonne.

24Pour Clary, perfide est une épithète de nature pour évoquer les Grecs, il est impossible de leur faire confiance, leurs stratagèmes sont dignes d’eux quand ils tentent une nuit d’incendier les nefs des croisés, c’est bien la « grande traîtrise » d’un empereur « entouré de traîtres ». Que Murzuphle l’assassin de son roi soit un maudit, c’est l’évidence :

Les Grecs ont une si grande confiance dans cette icône qu’ils sont persuadés que si l’on l’emporte dans une bataille, on ne peut être défait. C’est parce que Murzuphle ne la portait pas à bon droit que nous croyons qu’il fut déconfit. (p 147)

25Clary use abondamment du pathétique pour susciter l’émotion chez son auditeur. Ainsi dans ce joli petit passage où l’ennemi n’est si arrogant, si odieux que pour mieux révéler la haine qu’on lui porte et qu’on lui doit :

Ce jour-là à aucun moment, les Vénitiens et les Français ne purent causer aucun dommage [...] à la cité [...] ils en furent affligés et se retirèrent. À cette vue, les Grecs se mirent à les huer et à pousser des cris de toutes leurs forces et montés sur les murs, ils baissaient leur culotte et montraient leur cul [...] Murzuphle appela ses gens et se mit à dire : Voyez, seigneurs ! Suis-je un bon empereur ? [...] Ai-je bien agi ? Nous n’avons plus rien à craindre, je les ferai tous pendre. (p. 155)

26En bref, pour Clary, nul besoin de longs discours afin de justifier les deux attaques de Constantinople, Alexis n’était pas moins une canaille que l’horrible Murzuphle :

Alexis, que penses-tu faire ? fit le doge[... ] Ne tiendras-tu donc pas tes promesses envers nous ? [...]
– Non, fit l’empereur, je n’en ferai pas plus que je n’ai fait.
– Sale crapule, dit le doge, nous t’avons ajouta-t-il, tiré de la merde et dans la merde, nous ne remettrons. Je te défie. (p. 137)

27On comprend qu’arrivée à ce stade de l’injure et de la menace, la haine se soit débondée dans le carnage. Clary n’en parle pas. Quand il évoque pour finir les « horribles péchés » que les croisés avaient commis, il semble bien plutôt faire allusion à la cupidité des hauts barons et aux fabuleux trésors qui passèrent sous le nez de la piétaille.

28Le propos de la Chronique d’Ernoul est différent, ne serait-ce que parce qu’il n’y a pas de « personnalité littéraire » derrière ce travail à plusieurs mains qui nous mène jusque vers 1230. Les événements de 1204 sont désormais inscrits dans une continuité et la haine contre les Grecs, bien loin d’avoir disparu, se cherche des raisons dans l’Histoire qui s’écrit tout naturellement avec les hauts faits des Grands. La déviation vers Constantinople est présentée comme la juste guerre menée par un héritier exilé contre un usurpateur :

Si vous dirons [...] del fil l’empereur Kyrsac qui les iex ot creves que l’empereis ot envoié en Hongerie a garendise a sen frere le roy que cil qui les iex fist crever a son pere ne le tuast. (p. 360.)

29Le mépris des Grecs à l’égard des Latins se décrit selon les mêmes processus révoltants dont usait Clary, l’ennemi est rabaissé, ravalé par les insultes visant le bas corporel :

Cil de le ville quant il virent les François vinrent a l’empereur se li disent « Sire, [...] si lor deffendons tiere a prendre » Li empereres dist que non feroit, ains les lairoit on arriver et quant il seroient hebergié, il feroit issir toutes les putains de Costantinoble, si les feroit monter dessus une haute montaigne qui estoit celle part [...] si les feroit tant pissier qu’ils seroient tous noié en lor escloi. Car de si vile mort les feroit il morir. (p. 363)

30Surtout, nous sommes d’emblée dans un climat de haute violence. Ernoul présente continûment Alexis IV à la façon romanesque, il n’est qu’un enfes, un valet. Il n’aura même pas le temps de revenir sur ses promesses, les barons l’ont confié à un baillius qui sera en quelque sorte son régent. Étrange rôle ici prêté à Murzuphle ! Une fois assassiné Alexis, Murzuphle présente cette mort comme l’issue d’une maladie. Les croisés ne se laissent pas duper, surtout que l’usurpateur leur est devenu ouvertement hostile. C’est alors une course-poursuite, Murzuphle, croyant s’échapper, grimpe dans la colonne et fait une chute mortelle.

31Les basileis sont d’épouvantables tyrans. Murzuphle n’est que le pâle reflet de l’horrible Andronic dont Ernoul a longuement parlé. Mais ces basileis sont miroir d’un peuple avili dans sa cruauté. Sur le cadavre de Murzuphle, les foules ruent savates, pierres et rochers. Le tyran, naguère adulé, n’aura pas d’autre sépulture. Les Griffons, sont des lâches et des versatiles, mais ce sont surtout des sauvages, exact répondant des Barbaroi dont les Grecs usaient de leur côté. Et Bernard le trésorier ne se laisse pas attendrir par les modes romanesques qui, même chez Clari, faisaient se précipiter aux créneaux les belles Byzantines, émerveillées de la prestance des assiégeants, caracolant sous leurs murs. Non, « Ernoul » décrit ici pire que les Grecs, plus détestable encore, les Grecques ! Pour être mené à son supplice, Andronic fut assis à l’envers sur un vieux chameau et livré à la vindicte de la foule qui l’écharpa :

Quant il fu fors de le cité, si le livra on as femmes. Et les femmes li coururent sus com li ciens famelleus fait a la carougne et le depicierent tout piece a piece. Et celle qui pooit avoir aussi gros com une feve, si le mangoient [...] Et disoient que toutes celles qui avoient mangié de lui estoient salves pour che que elles avoient aidié a vengier le malisse qu’il avoit fait. (p. 94-5)

32En cette sinistre parodie de l’eucharistie, on ne peut certes déceler, malgré la complaisance apportée à la narration, autre chose qu’un violent dégoût contre un peuple qui possède des mégères si odieuses.

33Il s’est encore écoulé beaucoup de temps encore s’est écoulé lorsque l’Anonyme rédige la Chronique de Morée qui donnera naissance à deux familles de textes, l’une écrite en grec, l’autre en roman. Pour l’Italien qui sans doute composa le texte originel, un seul responsable à la déviation, le doge, mais ici tout à fait justifié :

Et quant (messire Goffroys et ses compagnons…) furent en Venise, si troverent le bon duc que on appeloit messire Henry Dadule, moult sage et vaillant home [...] Ycil dux avoit si moult courte veue car l’empereor des Grecs si l’avoit embachiné les yeux. (p. 6)

34Selon certaines sources, les Grecs avaient sciemment exposé Dandolo aux rayons ardents du soleil reflétés par un miroir concave. Nikétas Coniotès impute également à la seule responsabilité du doge la prise de Constantinople en 1204. Ce n’était là en réalité qu’un des multiples griefs nourris par Venise depuis le massacre des Latins, et du légat pontifical, en 1182, à Constantinople, sans parler d’autres vexations dues à Alexis III.

35L’Italien qui écrivit la Chronique de Morée haïssait lui aussi les Grecs, un siècle après il n’a pas un mot pour s’apitoyer sur le sort de Constantinople, bien au contraire, tout le récit des événements brosse l’image haineuse de l’Autre que nous avons étudiée chez les contemporains. Mais beaucoup plus que sur la lâcheté, c’est sur la haine réciproque que notre Anonyme s’attarde. Ainsi Alexis IV, pourtant décrit comme un sage enfes va se détourner des croisés poussés par les Grecs, ses sujets :

Et quant li enfes fu coronnez et ot receu la seignorie de l’empire des Grecs qui tousjours ont esté malicieux et fausses gent especialement aux François [...] si dirent et conseillerent Aleexi de non aler avec les François [...]car il estoient gens desesperée et aloient cerchant lor mort sans raisons. (p. 14)

36Mais fait nouveau, c’est sur le schisme et le caractère hétérodoxe des Grecs qu’il insiste. Voici le discours prêté à Philippe de Souabe :

... li hault homme de France ont entrepris.i. grant passaige de pelerins pour passer en la saincte terre de Jerusalem De quoy me semble que, se nostre saint Pere le Pape leur vouloit faire le commandement de leissier cellui voiage et de aler en Constantinoble, il vous pourroit bien remettre en vostre empire. Mais je ne me doubte que d’une chose pour quoy le Pape ne le vouldra faire ; car je scay bien que vous, Grec, si sunt rebelle vers la saincte Église de Rome… (p. 10)

37Bien plus, quand le légat prend la parole pour exhorter les croisés, il franchit le pas et assimile la guerre contre Constantinople à une guerre contre les hérétiques, aussi justifiée que celle contre les Sarrasins et autres Infidèles :

...il valoit mieulx de recovrer et convertir les Grecs et les remettre a la obedience de la saincte Église [...] que aler cerchant qu’il ne savoient ad quel fin il pourroient avenir. [...] si lez absoloit de paine et de coulpe autant que comme il se moroient a la guerre des Sarrasins pour delivrer le saint Sepulcre. (p. 11)

38Et le texte grec de la Chronique de renchérir, glissant là une longue diatribe de la religion grecque et de ses rites, juste avant le récit de la prise de Constantinople, éclairant ainsi d’un jour brutal de guerre de religion toute l’entreprise de 1204. Si, au moment des faits, la correspondance entre les Papes et les basileis se poursuivait toujours, dans l’espoir de mettre fin à ce qui n’était pas encore un schisme, au XIVe s. l’Anonyme italien est un bon témoin de ce que peut donner le discours de la haine quand il a porté ses fruits, rendant inexpiable le crime, indépassable le schisme, gravant dans le marbre des écrits l’image rejetée de l’Autre haïssable.

39Motifs épars dans des textes pour rire, les griefs qu’on imputait aux Grecs, dès lors qu’on les structura dans des récits où l’Ennemi prenait des traits parfaitement reconnaissables et quasi essentiels, se muèrent ainsi en véritables armes de haine et de mort, comme peuvent l’être les paroles quand elles justifient les actes et les actes quand ils requièrent toute la force des paroles.

Bibliographie

Robert de Clary, La Conquête de Constantinople, édition bilingue, publication, traduction, présentation et notes par Jean Dufournet, Paris, Champion classiques, 2004.

Geoffroy de Villehardouin, La Conquête de Constantinople, présentation et traduction par Jean Dufournet, bilingue, Paris, GF, 2004.

Le voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constantinople, texte publié par Paul Aebischer, Genève, Droz, TLF, 1965.

La Chronique de Morée (Livre de la Conqueste de la princée de l’Amorée) publiée par Jean Longnon, Paris, SHF, 1911.

La Chronique d’Ernoul et de Bernard le Trésorier, publiée par Louis de Mas Latrie, Paris, Renouard, 1871.

L’estoire de la guerre sainte, histoire en vers de la troisième croisade par Ambroise, publié et traduit par Gaston Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1897.

The Chronicle of Morea, TA XPONIKA TOY MOPEΩΣ, a History in political verse, relating the establishment of feudalism in Greece by the Franks in the thirteenth century, edited by John Schmitt, Verlag Boum’a Boekhuis N.V. Groningen, 1967.

Vers 380 de Florence de Rome, chanson d’aventure du premier quart du XIIIe siècle, éditée par Axel Wallenskölf, Paris, Didot-Firmin, SATF, 1907-1909.

Notes

1 Vers 380 de Florence de Rome, chanson d’aventure du XIIIe siècle, éditée par Axel Wallensk*old, Paris, Didot-Firmin, SATF, 1907-1909.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540