Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Première partie. Mondes anciens et médiévaux. Le jeu des traductions

Des discours de la haine. Récits comparés de haine et de vengeances aux XIe et XIIe siècles

Bruno Lemesle

Texte intégral

  • 1 Voyez notamment le récit de vengeance entre Sichaire et Chramnesinde dans l’Histoire des rois fran (...)
  • 2 En latin, odium ou, plus rarement, exosum.
  • 3 C. Chevalier, Cartulaire de l’abbaye de Noyers, Tours, 1872 (Mémoires de la société archéologique (...)
  • 4 Vita sancti Arnulfi, J.P. Migne, Patrologie latine, t. 174, col. 1412-1413 (désormais : PL) ; trad (...)

1Dans les siècles centraux du Moyen Âge, la haine, en écho à quelques récits fameux des siècles antérieurs1, est le support de la vengeance. Les mots de la haine2 sont aussi ceux de la colère, de l’inimitié, voire de la férocité. C’est ainsi que nous pouvons les lire, fréquemment associés, sous la plume des moines qui rédigeaient les notices des régions de la Loire autour d’Angers et de Tours3. En Flandre, de plus riches associations soulignent dramatiquement tel récit hagiographique dont la vendetta est le moteur : son auteur, afin de rendre plus éclatante la puissance du saint capable d’en inverser le processus ravageur, n’hésite pas à décrire les sentiments effroyables qui déchirèrent la population dans une région souvent à feu et à sang au XIe siècle : il y est question de rage de tuer, d’atroce cruauté, de fureur de se venger, de rage diabolique, de cœurs cruels, jusqu’à ce que, grâce à la vertu du saint, la haine soit éteinte et les ennemis les plus acharnés se réconcilient4.

2Si les vengeances au Moyen Âge ont fait l’objet de belles analyses constamment enrichies, le discours de la haine qui s’y déploie demande pourtant à être apprécié et réévalué. Le plus souvent, les historiens ont privilégié l’analyse sociale, identifiant les groupes adverses, l’origine des médiateurs ; ils ont déterminé la qualité des autorités impliquées et ils ont décrit les modes de résolution des vengeances.

  • 5 S. D. White, « Feuding and Peace-making in the Touraine around the years 1100 », Traditio, vol. XL (...)

3Des études ont été menées sur des dossiers spécifiques et précis : la documentation tourangelle en offre un grâce à l’abbaye de Noyers que Stephen White a judicieusement exploité avant qu’il soit repris récemment par Chantal Senséby5. En étudiant les protagonistes à travers le cartulaire de cette abbaye, S. White a pu montrer que les parties opposées n’étaient jamais totalement étrangères l’une à l’autre. En particulier, les laïcs impliqués avaient tous des liens directs ou indirects avec les religieux de Noyers, ce qui leur a permis de faire la paix en réconciliant les adversaires.

  • 6 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993 (...)
  • 7 C. Senséby, « Récits de meurtre… », op. cit., n. 5.

4En mettant en valeur le réseau de relations tissé autour de l’abbaye, S. White a pu suggérer, selon Dominique Barthélemy6, que ce réseau formait la structure la plus politique de l’époque et que les moines auraient été au cœur d’une société à laquelle ils donnaient sa cohésion. Le lien social à cette époque réputée troublée aurait été principalement constitué et renforcé par les monastères. En termes d’analyse, on voit que la perspective sociale doublée de la perspective religieuse constituait bien le point de focalisation des historiens. Ce n’est que récemment que la fonction des récits a fait l’objet d’une attention systématique, permettant de déplacer le débat de l’analyse de la société vers celle du discours. Ainsi C. Senséby voit-elle dans les notices de l’abbaye de Noyers des récits exceptionnels dont l’inspiration proviendrait de l’hagiographie et dont le but aurait pu être de suggérer la sainteté de l’abbé de Noyers7.

  • 8 Voyez B. Rosenwein qui montre que le vocabulaire de la vengeance, généralement centré autour de la (...)
  • 9 H. Platelle, « La violence et ses remèdes en Flandre au XIe siècle », Sacris erudiri, Jaarboek voo (...)

5Les récits de haine liés aux affaires de vengeance seraient-ils donc avant tout des discours biaisés destinés à mettre en valeur le rôle des personnalités religieuses ou des saints ? Ou encore refléteraient-ils seulement des codes de comportement social où la manifestation de l’offense subie exigeait d’afficher la haine et la colère ? La réponse consistera à considérer les catégories de documents qui livrent ces récits et ces occurrences8 et à comprendre dans quel but ils étaient élaborés. On verra ainsi que, selon la nature des objectifs, le discours de la haine n’avait pas exactement les mêmes fonctions. Dans les notices angevines et tourangelles, la haine, maintes fois exprimée, était bien l’expression d’un code social, mais elle était toujours liée à la volonté d’enrayer la vendetta possible et de promouvoir la réconciliation. Le dossier hagiographique flamand contemporain, qui a fait l’objet de belles études depuis celle d’Henri Platelle9, fournira une comparaison indispensable en montrant que l’expression de la haine avait surtout pour but d’exalter la vertu des saints et de minorer, sinon d’effacer, le rôle des autorités œuvrant pour la paix. Dans les deux cas, ce sont elles qui devront nous préoccuper car nous devrons apprécier, malgré le filtre des récits, et à cause de lui, leur rôle exact dans ces affaires de vengeances et de haine.

Récits de haine, de colère et de vengeances dans les régions de la Loire

  • 10 S. White, « Feuding and Peace-making… », op. cit., n. 5.

6Nous pouvons lire ces récits au travers d’actes de la pratique, chartes et notices copiées dans les cartulaires d’établissements religieux ; ceux que je vais examiner proviennent du chapitre cathédral d’Angers, des abbayes de la Trinité de Vendôme, de Saint-Serge d’Angers et de Noyers (à une trentaine de kilomètres de Chinon). S. White, qui a fait une présentation détaillée des sept notices du cartulaire de Noyers contenant des affaires de vengeances, a mis en valeur le contexte de guerres privées qui divisaient les seigneurs de Touraine à cette époque : ils vivaient sous le règne du comte d’Anjou Foulques le Réchin, réputé pour la faiblesse de son autorité10. La rédaction des documents, généralement contemporaine des faits évoqués, est toujours en rapport avec des transferts fonciers et de taxes dont ces établissements furent bénéficiaires. La rareté de ces récits s’explique par-là : de tels documents n’avaient pas pour fonction d’exposer des meurtres, des haines et des vengeances. Pourtant, les relations de conflits ne sont nullement exceptionnelles dans les actes de la pratique, aussi est-ce à cette catégorie qu’ils doivent être rattachés. L’économie des récits de conflits ne se distingue en effet en rien de celle des récits de vengeances. En ce sens, la rareté n’est que très relative.

7Venons-en aux récits proprement dits et observons les différentes étapes qu’ils retracent. La mort violente est presque toujours le déclencheur de la haine qui, en retour, peut en provoquer une autre. Ainsi au début du XIIe siècle, à Angers, pouvons-nous lire sous la plume d’un chanoine du chapitre Saint-Maurice :

  • 11 CN no 99.

« L’an 1116 de l’Incarnation du Seigneur, Salomon, fils de Salomon, enflammé par la douleur et par la haine à cause de la mort de son parent (consanguineus) Hervé Rondeau, fit périr Hugues parce qu’il le soupçonnait de l’avoir provoquée : meurtre abominable par le lieu et le moment où il fut perpétré. En effet, cela eut lieu dans le cloître de Saint-Maurice le samedi de la mi-Carême. C’est pourquoi, avec ses complices, Salomon fut longtemps excommunié et exilé »11.

8Ainsi Salomon tua Hugues pour venger la mort de l’un de ses parents, et la haine préside à ce meurtre.

  • 12 Noyers, no 157.

9À l’origine du conflit se trouve souvent un banal différend portant sur des biens donnés à une abbaye. Ainsi, à la même époque, l’auteur de l’une des notices de Noyers, après avoir énuméré des donations faites par un certain Boson de Chillo, explique-t-il : « Après la mort de Boson, un litige naquit entre ses fils et ceux d’Amauri de Saint-Savigny ; la haine entre eux prit une telle proportion que les fils de Boson tuèrent l’un des fils d’Amauri de Savigny, Hugues »12.

  • 13 Ibid., no 310.

10La guerre comporte également le risque de se faire des ennemis haineux. Aimeri d’Aver, qui faisait la guerre au service du vicomte de Châtellerault et des seigneurs de L’Ile-Bouchard et de Sainte-Maure contre celui de Faye-la-Vineuse, tua un ennemi lancé à sa poursuite alors que lui-même était en fuite avec ses compagnons : « En raison de ce meurtre, il devint grandement odieux au seigneur de Faye-la-Vineuse et à tous les hommes de son château, car la victime était de naissance noble et soutenue par une puissante parentèle »13.

  • 14 Ibid., no 199.
  • 15 P. Marchegay, Cartularium monasterii Beatae Mariae Andegavensis, Archives d’Anjou, Angers, t. 3, 1 (...)

11Mais la haine peut naître d’autres circonstances que l’homicide. En colère après avoir été cruellement enfermé dans un coffre, le neveu du sire de Blois, Garnier Maingoth, eut de la haine pour l’écuyer Payen qui avait perpétré l’acte ; c’est pourquoi celui-ci chercha la paix « par crainte de cette âme féroce » qui voulait lui rompre les os et le tuer14. Ou encore, une notice de l’abbaye du Ronceray d’Angers évoque la haine des religieuses envers un de leurs hommes parce qu’il était passé au service de la comtesse et que, ce faisant, il avait rompu la fidélité qu’il leur devait15.

  • 16 Noyers, no 355.
  • 17 Ibid., no 320.
  • 18 Ibid., no 310.

12La crainte des représailles mais surtout la peur d’avoir mis son salut en danger incitent puissamment les auteurs des méfaits à rechercher la paix, si l’on en croit les auteurs de nos récits. Aimeri de Faye-la-Vineuse, effrayé par son crime, demanda aux frères de sa victime de lui pardonner16 tandis que Geoffroy, « épouvanté par la crainte dont la moindre n’était pas celle de l’homicide commis », demanda la paix17. Cependant, la peur se justifie d’abord parce que le meurtrier redoute la vengeance des parents et des proches de la victime ; celle-ci n’est jamais démentie par les documents. Qui plus est, on a l’impression que le degré de haine varie selon la puissance sociale : ainsi la haine affichée par le seigneur de Faye-la-Vineuse et ses vassaux semble-t-elle proportionnelle à la qualité et à la force des parents du chevalier tué18.

  • 19 Ibid., no 320.
  • 20 CN no 99.
  • 21 Noyers no 157.

13De son côté, l’abbé de Noyers peut faire valoir à des parents tenus par le devoir de vengeance qu’une autre voie s’ouvre à eux : « il leur montra par la raison et ses prières que leurs inimitiés, leur haine et leurs poursuites ne profiteraient en rien au salut de Philippe [leur parent tué] »19. Du reste, les adversaires savent bien qu’ils se réconcilieront ; c’est pourquoi les meurtriers font pénitence, non seulement pour obtenir le pardon divin et expier leur péché mais pour préparer la réconciliation avec leur adversaire. Salomon demande la pénitence à l’évêque d’Angers pour le meurtre perpétré dans le cloître20 et c’est en état de pénitents que les fils de Boson s’adressent au frère de leur victime pour qu’il accepte de faire la paix21.

  • 22 CN no 99.
  • 23 Y. Chauvin, Premier et second livres des cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Anger (...)
  • 24 TV no 16 et 17 (1039).

14Les autorités légitimes jouent en effet de leur puissance pour mettre un terme à la vendetta. À Angers, l’évêque s’entoure de ses confrères du Mans et de Rennes pour trouver la meilleure voie de résolution, la pénitence et la réconciliation22. À Juvigné, dans le Bas Maine, deux groupes de parents, les Frogeriani et ceux d’Hamelin Potin, avaient vidé une querelle afin d’obtenir la charge de prêtre de l’église, provoquant un mort de part et d’autre ; trois importants seigneurs de châteaux, Geoffroy de Mayenne, Hamon de Laval et Robert de Vitré, décidèrent de convoquer un plaid au cours duquel les adversaires acceptèrent de céder la charge de prêtre aux moines de Saint-Serge d’Angers23. Dernier exemple : dans la première moitié du XIe siècle, le comte d’Anjou, Geoffroy Martel, bien qu’en colère parce qu’un chevalier de Touraine avait tué l’un de ses cousins, convoqua une assemblée judiciaire de ses barons où il reçut la demande de pardon du meurtrier qui accepta de réparer sa faute24.

  • 25 Noyers, no 310.

15Un point commun à tous les récits est que le meurtrier fait un don avec un objectif explicitement religieux : accomplir une pénitence, assurer le salut du défunt et de celui du meurtrier. Cet objectif, rempli par l’établissement religieux bénéficiaire du don, se double alors de la réconciliation entre les adversaires. Ainsi procéda Aimeri d’Aver en donnant des terres et une colliberte (une paysanne non libre) à l’abbaye de Noyers : on stipula qu’un moine serait affecté en permanence aux prières pour le salut de Raoul [la victime]. Alors, « en raison de ces biens qu’il avait donnés, les parents de Raoul firent la paix » avec Aimeri25.

  • 26 Ibid., no 355.
  • 27 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, v. 1023-1026.
  • 28 Noyers no 157.

16Revenons à la haine telle que nos auteurs l’expriment. Même si elle est présentée comme un sentiment, elle est un code dans le discours : les hommes sont en effet pris dans les conventions sociales qui règlent leurs comportements ; la manifestation de la haine est une exigence pour tout individu ou groupe ayant subi une grave offense. C’est bien ce qu’exprime le moine rédacteur de Noyers lorsqu’il parle de l’offense que le seigneur de Faye-la-Vineuse a fait subir aux frères de Boson en le faisant périr dans sa prison26. La haine est souvent présentée comme une nécessité : Chrétien de Troyes fait dire à Erec, dans Erec et Enide, en réponse à un adversaire qui lui demande en quoi il a offensé Erec : « Tu as permis à ce misérable nabot de frapper et la jeune fille et moi. Cela t’a plu. Pour ce forfait, je dois te haïr »27. La haine est une réponse à l’offense qui appelle et justifie la vengeance. C’est pourquoi le rédacteur de Noyers précise qu’elle croît et enflamme les cœurs au point de rendre l’action de vengeance inévitable : « la haine entre eux prit une telle proportion que les fils de Boson tuèrent l’un des fils d’Amauri de Savigny »28.

  • 29 Affirmer que la haine et la colère fonctionnent comme des codes dans nos récits ne revient pas à n (...)

17Mais la haine divise les adversaires plus qu’elle ne les déchire vraiment. Les dénouements de ces affaires montrent que les ennemis ne sont pas irréconciliables. D’ailleurs, les adversaires savent bien qu’ils se réconcilieront ; c’est pourquoi les meurtriers font pénitence, non seulement pour obtenir le pardon divin et expier leur péché mais pour préparer la réconciliation avec leur adversaire. C’est pourquoi si, finalement, la haine apparaît comme l’envers du lien social qu’elle a rompu, son expression ne doit pas induire en erreur. La haine, la colère et la douleur sont les expressions qui indiquent la gravité d’une offense mais qui se déchiffrent plus comme des codes qu’il convient de respecter et d’afficher que comme des sentiments provoquant le déchirement social, au moins dans les notices que nous observons29. Lorsque la haine y est exprimée, elle est toujours suivie du rétablissement de la paix et de la concorde si bien que, dans nos récits, tout se passe en définitive comme si son invocation devait s’accompagner de l’appel au rétablissement de la paix entre les parties.

  • 30 Noyers no 320.
  • 31 Ibid., no 157.

18Pour favoriser et obtenir la réconciliation, des médiateurs semblent avoir été nécessaires. La diversité de leurs qualités ressort des cas évoqués : tantôt ce sont les seigneurs des personnes en conflit, tantôt des évêques, tantôt les moines et l’abbé de Noyers en Touraine. À lire de plus près les notices du cartulaire de Noyers, on s’aperçoit pourtant que ceux qui ont commis un tort appelant la vengeance s’adressent presque toujours en premier lieu à d’autres que les moines. Par exemple, Geoffroy frère de Pierre de Montbazon « demanda maintes fois la paix par des amis et des personnes de connaissance », et c’est parce qu’il ne put y parvenir qu’il s’adressa à l’abbé de Noyers30. Les fils de Boson de Châtellerault demandent la concorde à plusieurs reprises aux frères de leur victime et l’obtiennent31. La démarche appropriée n’est donc pas de s’adresser immédiatement aux moines : les notices de Noyers confirment finalement les notices angevines sur ce point, où l’on a vu intervenir respectivement trois évêques, le comte d’Anjou, trois seigneurs de château enfin.

  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., no 199.

19Cependant la médiation de l’abbé et des moines de Noyers semble moins une affaire d’autorité qu’un type de relation à la fois sociale et religieuse. Mais leur rôle n’a-t-il pas été surestimé ? Celui des seigneurs laïcs a vraisemblablement parfois été omis par les auteurs des notices : les fils de Boson obtiennent la paix en s’adressant aux frères de la victime32 mais n’y eut-il pas une médiation d’un ou de plusieurs seigneurs ainsi que cela se passe dans le récit de Saint-Serge ? De même un écuyer, Payen, a obtenu l’apaisement de sa victime grâce à l’abbé, mais l’accord a été conclu au plaid de Hugues de Sainte-Maure et de son seigneur, Barthélemy de l’Ile-Bouchard : ces deux seigneurs n’auraient-ils joué aucun rôle ou n’est-il pas plus probable qu’ils ont négocié l’accord conjointement avec l’abbé ? En ce cas, l’auteur de la notice a vraisemblablement minoré leur action préférant, assez logiquement, mettre en valeur celle de son abbé33.

  • 34 Contra : C. Senséby, « Récits de meurtres… », op. cit., n. 5.
  • 35 Noyers no 67.

20Pourtant l’abbé n’a pas toujours été l’entremetteur dans les affaires de vengeance décrites à travers le cartulaire de Noyers. Dans plusieurs cas, il n’est pas mentionné, ce qui doit nous conduire à rejeter l’idée que ces notices auraient été rédigées avec l’objectif d’en faire le héros principal de l’histoire34. Ainsi dans la notice 168, la réconciliation entre Hugues Dindellus, le meurtrier, et les parents de sa victime est-elle énoncée assez brièvement sans mention de l’abbé. Il en va pareillement dans la notice 355 où l’accord entre le seigneur de Faye-la-Vineuse et les frères de sa victime se produit sans que l’abbé intervienne, sinon en recevant le don effectué par le meurtrier à l’abbaye. D’autre part, l’abbé n’est pas uniquement Étienne ; la plus ancienne des affaires remonte à l’abbé Rainier qui obtient la réconciliation entre Acharias et les parents de ses victimes35. Les rédacteurs de Noyers ont pu omettre l’action ou minorer l’importance des seigneurs laïques dans les réconciliations ; inversement, il est difficile de penser que l’absence des abbés dans le processus de l’accord soit une omission volontaire. Les abbés n’y ont donc tout simplement pas toujours œuvré. C’est pourquoi il n’est pas sûr que les moines aient tellement exagéré l’importance de leur médiation dans ces vengeances, à la différence des récits hagiographiques de Flandre où les objectifs de la composition étaient différents.

  • 36 S. White, « Feuding and Peace-making… », op. cit., n. 5.

21Les sept notices du cartulaire de Noyers offrent une présentation tronquée et transformée du règlement des conflits, écrit S. White36. Incontestablement, les récits de vengeances laissent dans l’ombre beaucoup de détails, non seulement sur l’origine mais aussi sur la réconciliation elle-même. Mais les notices n’ont pas été rédigées pour cela. Elles ont été rédigées dans le but de consigner avec toute la précision souhaitable les dons effectués par les coupables repentis, pour écrire les noms des parents qui les approuvaient et ceux des témoins qui assistaient à la cérémonie. Une simple observation des longueurs respectives des récits de vengeance et de réconciliation, d’une part, et des mentions des dons à l’abbaye d’autre part, ne laisse aucun doute quant à l’objectif visé par les rédacteurs. Ils consacrent toujours au moins la moitié de la notice aux dons et le plus souvent la plus grande partie. Aussi ces notices se distinguent-elles surtout des autres notices ligériennes parce qu’elles exposent ces récits de vengeance et de haine ; mais pour le reste, qui était le plus important aux yeux des moines, elles ne présentent pas de différence.

  • 37 Ibid.

22Les récits sont-ils plus biaisés que ceux des règlements de conflits à cette époque dans les régions de la Loire ? Certainement pas, car ils montrent des caractères en tous points identiques : des récits très courts et allusifs, les plus nombreux, voisinent avec des récits bien circonstanciés ; même ces derniers, pourtant, n’exposent jamais tout. Les rédacteurs du monastère de Noyers utilisent une trame narrative souvent semblable d’un récit à un autre, comme S. White en a fait la démonstration convaincante37. Des formulations parfaitement identiques révèlent qu’ils écrivaient avec le modèle d’un précédent récit sous les yeux, ce qui renforce l’idée qu’on a affaire à des récits conventionnels. Là est d’ailleurs sûrement la raison de l’existence d’un bouquet de notices centré sur des récits de vengeances alors qu’ils sont plus éparpillés ou plus laconiques ailleurs.

  • 38 C. Senséby, « Récits de meurtre… », op. cit., n. 5.
  • 39 Bruno Lemesle, La société aristocratique dans le Haut-Maine (XIe-XIIe siècle), Rennes, Presses Uni (...)
  • 40 Dans le comté du Maine, l’abbé de la Couture, Johel, réconcilia, selon l’auteur de la notice, l’on (...)

23Enfin, la procédure décrite est-elle si rare dans le val de Loire, ainsi que l’écrit C. Senséby38 ? La comparaison avec les notices angevines mais aussi avec les notices mancelles (aux récits plus laconiques)39 révèle au contraire une procédure identique : un homme de condition aristocratique ayant tué un autre, il recherche la paix avec les parents de la victime, soit par l’intermédiaire d’amis et de connaissances, soit en s’adressant à des médiateurs tels que des évêques, un abbé40, un seigneur laïc. Le point commun à tous ces documents est la mention de dons par l’auteur du méfait aux moines qui sont bien les intermédiaires obligés en tant que passeurs des âmes ; l’activité de l’abbé de Noyers est certes mise en valeur de manière plus soulignée qu’ailleurs mais elle n’est ni systématique ni exceptionnelle. Ce trait ne traduit pas une exagération considérable mais plutôt une forme de subjectivité propre à des rédacteurs dont l’horizon était somme toute assez borné. Le détour par les récits hagiographiques flamands offre ici une comparaison utile.

Les vengeances de la région ligérienne au regard de l’hagiographie flamande

24La haine n’était pas moins féroce en Flandre ; peut-être l’était-elle davantage, si l’on en croit les récits hagiographiques. Voici comment l’hagiographe de saint Arnoul, Hariulf, décrit la situation :

  • 41 Vita sancti Arnulfi, II, cap. 14, PL 174, col. 1412-1413 ; traduction de D. Barthélemy, Chevaliers (...)

« À cette époque, en certaines parties de la Flandre, et même partout, des homicides quotidiens et d’intarissables effusions de sang troublaient la paix et le repos du pays. Un grand nombre de nobles supplièrent l’évêque du Seigneur de se rendre là où sévissait la plus atroce cruauté et d’enjoindre la paix et la concorde à ces Flamands d’esprit indocile et cruel (…). Il gagna Bruges avec une escorte de nobles et de magnats ; et de là la bourgade d’Oudenburg, où régnait la rage de tuer. Les gens y poussaient la fureur de se venger jusqu’au point de trouver agréable que le sang coule constamment et déplaisant, honteux, que les meurtres cessent un seul jour. C’est tout juste si le père épargnait le fils, le fils le père. Pour peu de chose, on se tuait entre frères, entre oncles et neveux. Or, cette rage diabolique, ce déchaînement malsain des gens de Bruges, de Furnes et d’Oudenburg, voici que l’homme du Seigneur, Arnoul, l’apaisa de merveilleuse façon en prêchant la douceur et en donnant les marques de la grande sainteté. Non sans mal, il amena ces cœurs cruels à des pactes de concorde. Il fit des instances, il prêcha à temps et à contretemps, souvent il se prosterna à leurs pieds, et à la fin la haine tomba ; les ennemis les plus acharnés devinrent de grands amis, solidement accordés »41.

  • 42 D. Barthélemy, L’an mil…, op. cit., n. 8, p. 537.

25Une ancienne version de la Vie de saint Ursmer évoque la haine mortelle que se vouaient les habitants des campagnes42. Comme en Anjou et en Touraine, la haine semble avoir été le moteur de la vengeance. Voyons d’abord quand ces documents ont été écrits, puis décrivons les actions des saints tout en montrant les différences avec les récits de haine des régions de la Loire.

  • 43 G. Koziol, « Monks, Feuds… », op. cit., n. 8, D. Barthélemy, L’an mil…, op. cit., n. 8, p. 537.
  • 44 D. Barthélemy, Chevaliers et miracles…, op. cit., n. 4, p. 191-192.

26Des deux textes que je vais considérer, la Vie de saint Ursmer est la plus ancienne. La Flandre a subi une guerre terrible entre 1047 et 1056 pour le contrôle de la Lotharingie que se disputaient le comte Baudouin V et l’empereur Henri III. Leurs monastères en ayant souffert, les moines de Lobbes entreprirent en 1060 une campagne en Flandre, espérant convaincre le comte de restaurer leurs seigneuries flamandes et obtenir des dons pour leur église. Ils transportèrent avec eux les reliques de saint Ursmer, leur patron, en suivant la route où Henri III avait concentré ses attaques ; c’étaient les parties où la population avait souffert le plus, où les troubles avaient été les plus grands ; le récit, rédigé peu après, est dû à un moine qui participa à l’expédition43. Arnoul, pour sa part, était né en Flandre et il avait été moine avant d’être évêque réformateur à Soissons, investi par le légat du pape Grégoire VII ; exilé par le roi Philippe 1er, il pacifia la Flandre maritime en 1083. Après sa mort, ses restes furent conservée au monastère d’Oudenburg où le moine Hariulf rédigea sa vie en 1114 ; elle sera retouchée et complétée par la suite et soumise aux évêques de la province ecclésiastique de Reims. Le concile de Beauvais en 1120, sur la foi de ce texte et au vu des miracles accomplis par le saint après sa mort, autorisa l’élévation de ses reliques à Oudenburg44.

  • 45 H. Platelle, « La violence et ses remèdes », op. cit., n. 8 ; D. Barthélemy, L’an mil, op. cit., n (...)
  • 46 Miracula s. Ursmari, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores (désormais : MGH, SS), t. XV, 2, p. (...)
  • 47 Vita sancti Arnulfi II, cap. 14, PL 174, col. 1412-1413.
  • 48 Ibid., cap. 15, col. 1413-1414.

27Les miracles narrés par les hagiographes se produisent dans une contrée où de nombreuses promulgations de paix ponctuent la période et où l’autorité des comtes, voire leur sévérité, sont restées légendaires45. Voyons à présent les récits. Les miracles accomplis par les saints ont généralement lieu en présence de la foule. Ainsi saint Ursmer à Strazeele provoque un afflux de gens vers ses reliques ; parmi eux, se trouvent ceux qui sont déchirés par les inimitiés et d’autres épargnés par les dissensions46. De telles foules ne se trouvent jamais dans les récits des auteurs des régions de la Loire ; pourtant, le public a pu être nombreux aux assemblées judiciaires où certaines vengeances apaisées sont transformées en réconciliations. Une autre différence est que les meurtriers invoquent souvent directement le saint. Ainsi saint Arnoul à Oudenburg : « Un grand nombre de nobles supplièrent l’évêque du Seigneur de se rendre là où sévissait la plus atroce cruauté et d’enjoindre la paix et la concorde »47. À Torhout également, un homme qui s’est enfui de l’église où le saint évêque prêchait est rattrapé, mais il est frappé de démence par l’esprit malin. Ses parents implorent l’évêque de le délivrer du diable et pour cela jurent de respecter fermement la paix48.

  • 49 Miracula s. Ursmari, MGH, SS, t. XV, 2, p. 838-839.
  • 50 Vita sancti ArnulfiII, cap. 19, PL 174, col. 1416.

28Les saints ne connaissent pas toujours le succès, cependant ; à Strazeele, certains résistent à saint Ursmer en refusant l’apaisement49, et saint Arnoul ne parvient pas à fléchir une veuve, Everda, endurcie dans sa volonté de venger son mari et son fils tués. Son entêtement finit par provoquer la colère et le châtiment de Dieu, explique l’hagiographe50.

29Les saints agissent dans une société profondément déchirée par les vendettas : le tableau, on l’a vu tout à l’heure, est bien noir. Le récit l’exigeait afin, par contraste, de mieux exalter le saint pacificateur ; à Blaringhem, saint Ursmer parvient par un miracle à sauver un jeune chevalier meurtrier de la mort en fléchissant le comte, son seigneur, et ceux qui voulaient son châtiment. La justice des hommes aurait pu attiser la vendetta si le meurtrier avait été condamné à mort ; le saint apparaît au contraire comme le seul capable d’apaiser la tension insoutenable que fait nettement ressentir le récit. Mais cette tension, justement, est une des clés de la narration : sans elle, plus de miracle. À Blaringhem, il opère la transformation des chevaliers prêts à en découdre en les faisant fondre en larmes dès lors que le saint passe auprès d’eux (à leur insu). En réalité, une partie de la société locale est déjà favorable à la paix : si certains demeurent déterminés à se venger, la plupart des récits font ressortir un réel désir de paix et il y a fort à parier que les chevaliers de Blaringhem attendaient que la porte de sortie leur fût ouverte. Comme en Touraine et en Anjou, afficher la haine et la colère est un code nécessaire pour ceux qui ont subi une offense ; la différence est que, dans les récits hagiographiques, elle devient un moteur du récit ; elle impose le sentiment d’une situation dramatique que seule la vertu du saint peut retourner. Les auteurs des notices angevines et tourangelles évoquent la haine en tant que convention sociale mais ils ne s’appesantissent pas ; il leur suffit de le dire pour caractériser une situation appelant la vengeance ; les hagiographes du Nord en usent certes aussi dans ce sens, mais surtout ils excellent dans l’exagération dramatique propre à faire ressortir la puissance de leur saint.

  • 51 D. Barthélemy, Chevaliers et miracles…, op. cit., n. 4, p. 207 ; H. Platelle, « La violence et ses (...)
  • 52 Miracula s. Ursmari, MGH, SS, t. XV, 2, p. 839.
  • 53 Vita sancti ArnulfiII, cap. 16, PL 174, col. 1414-1415.

30Le saint s’impose non comme un médiateur mais comme le sauveur. Il n’est cependant pas seul à intervenir. Il sait associer des médiateurs51, rendant ainsi le refus de l’apaisement quasiment insoutenable. Quant à l’autorité publique, dans une Flandre où les comtes œuvrent avec détermination à promulguer des paix, il aurait été impossible que les hagiographes fassent comme si elle n’avait pas existé. Les récits mettent donc en scène l’autorité mais ils s’arrangent pour démontrer son impuissance. Ainsi le seigneur Hugues du château de Blaringhem a-t-il cru ramener la concorde entre deux de ses vassaux dont l’un avait offensé l’autre ; il leur fit échanger le baiser de paix. Mais le ferment de la colère n’avait pas disparu et l’un d’eux avait tué l’autre, contraignant le seigneur à faire justice52. Saint Ursmer, en apaisant la tension, désamorce les risques de vendetta. L’hagiographe de saint Arnoul met également en scène l’impuissance du comte quand la paix de sa foire de Torhout est enfreinte. Les habitants lui font avec véhémence reproche de son incapacité à la protéger. Mais l’action du saint permet de transformer miraculeusement la blessure de l’homme qui y a été agressé en une marque légère sans conséquence, sauvant ainsi la face pour le comte, et ramenant la paix53.

31En Flandre, la présence de la foule a sûrement été un facteur déterminant pour l’obtention de la paix alors qu’elle ne paraît jamais l’avoir été près de la Loire. Une pression a pu ainsi être exercée sur les acteurs. Les miracles ne sont pas complètement séparables de cette particularité. En Touraine comme en Anjou et dans le Maine, nul besoin de miracles pour raccommoder les parties opposées. Les chevaliers enflammés par la haine et le besoin de vengeance n’étaient jamais complètement étrangers l’un à l’autre ; parfois des liens formés par des possessions communes les rapprochaient ; d’autres fois, on le voit bien à Noyers, les parties qui s’opposaient étaient toutes les deux bienfaitrices du monastère ; on comprend pourquoi son abbé avait pu être sollicité : il était le médiateur religieux par excellence. Au contraire, en Flandre, le recours aux actions miraculeuses du saint apparaît comme un palliatif au fait que les moines ne disposaient pas, a priori, d’un pareil réseau ; cependant, le saint n’arrivait pas démuni ; lorsque les moines se présentaient dans une localité, il était précédé de sa réputation à accomplir paix et réconciliation. Certes, le travail social des moines auprès des acteurs, ou de certains d’entre eux, a été actif, mais la différence avec la position des abbés de Noyers est sensible.

32Au total, c’est la diversité des situations qu’il faut d’abord redire. En Anjou, les moines sont peu actifs et se limitent à leur rôle traditionnel de passeurs des âmes ; en Touraine, ils sont plus actifs, du fait de l’éloignement du pouvoir princier et de l’absence d’implication de l’autorité archiépiscopale. En Flandre enfin, les moines, puissamment relayés par leur saint, accentuent à l’évidence leur propre action. Ceux de Noyers se contentent de mettre en lumière avec douceur et sans excès aveuglant leurs gestes en faveur du rétablissement de la concorde ; ils ne cherchent pas à s’attribuer plus qu’ils n’ont fait, notamment quand l’abbé ne joue pas de rôle personnel, par exemple. Les moines sont en revanche nettement plus offensifs en Flandre et leur propre mise en avant s’accompagne de la description de situations d’échec de l’autorité princière.

33Au-delà de cette diversité, remarquons qu’en mettant l’accent sur la violence et la haine, les moines semblent dire que leur intercession était la condition de toute réconciliation entre les laïcs. Les assemblées judiciaires sont peu mises en lumière alors que c’est là pourtant que bien des réconciliations sont ouvertement proclamées. Les récits biaisés rejettent un peu dans l’ombre les autorités laïques et ecclésiastiques, leurs règlements de paix, les paix laïques aussi bien que la paix et la trêve de Dieu. Les moines qui rédigent les récits paraissent concentrés sur leur monastère, leur abbé ou leur saint en s’appliquant à glorifier leur mémoire. Les autorités en jeu diffèrent selon les espaces pris en compte dans cette esquisse : le comte, notamment, est relativement effacé en Touraine et en Anjou à la fin du XI e siècle (quoique les documents exagèrent un peu), alors qu’il est fort en Flandre ; mais cette diversité ne recouvre pas le trait principal de l’époque : la multiplication de règlements de paix qui sont plus concurrents que convergents ; les moines sont dans cet esprit, eux qui voient midi à leur porte et qui donnent parfois l’impression qu’aucune réconciliation n’eut été possible sans eux. Les situations pratiques révèlent cependant d’authentiques convergences et coopérations entre les différents types d’autorités, princes, évêques, seigneurs de châteaux et de monastères.

34La haine était combattue et son origine diabolique parfois dénoncée dans tel récit hagiographique mais elle était un code d’expression rituelle dans la société. Les faiseurs de paix en exagéraient parfois les effets afin de mieux exalter leur propre capacité à la retourner en son envers, la réconciliation et la paix. Pour terminer, on évitera de prendre pour argent comptant toutes ces merveilleuses réconciliations, qu’elles soient miraculeuses ou plus prosaïquement sociales. Non pas en mettant en question les mérites et les réussites de tous ceux qui y ont travaillé ; mais juste pour rappeler que le petit nombre de documents évoquant les haines et les vengeances est plus révélateur de leur existence chronique et structurelle que de leurs résolutions. S’ils nous disent bien comment cela se passait, si les réconciliations n’en sont pas moins réelles, celles-ci sont sûrement plus limitées, moins parfaites et de toute façon bien difficiles à mesurer.

Notes

1 Voyez notamment le récit de vengeance entre Sichaire et Chramnesinde dans l’Histoire des rois francs de Grégoire de Tours et les commentaires de cet épisode, particulièrement J. M. Wallace-Hadrill, « The Bloodfeud of the Franks » (1962), dans The Long-haired Kings, University Toronto Press, 1982, p. 121-147, ainsi que, plus récemment : P. Geary, « Gabriel Monod, Fustel de Coulanges et les « aventures de Sichaire ». La naissance de l’histoire scientifique au XIXe siècle », dans D. Barthélemy, F. Bougard et R. Le Jan (dir.), La vengeance, 400-1200, Rome, collection de l’École française de Rome, 2006, p. 87-99 ; P. Depreux, « Une faide exemplaire ? À propos des aventures de Sichaire : vengeance et pacification aux temps mérovingiens », dans ibid., p. 65-85.

2 En latin, odium ou, plus rarement, exosum.

3 C. Chevalier, Cartulaire de l’abbaye de Noyers, Tours, 1872 (Mémoires de la société archéologique de Touraine, t. 22) (désormais : Noyers), no 199, 320, C. Urseau, Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, Paris, Picard, et Angers, 1908 (désormais CN), no 99, C. Métais, Cartulaire de l’abbaye de la Trinité de Vendôme, Paris, 1893 à 1904 (désormais : TV), no 17, 16.

4 Vita sancti Arnulfi, J.P. Migne, Patrologie latine, t. 174, col. 1412-1413 (désormais : PL) ; traduction dans D. Barthélemy, Chevaliers et miracles. La violence et le sacré dans la société féodale, Paris, Colin, 2004, p. 207-208.

5 S. D. White, « Feuding and Peace-making in the Touraine around the years 1100 », Traditio, vol. XLII, Fordham University Press, New-York, 1986, p. 195-263 ; C. Senséby, « Récits de meurtre, de haine et de vengeance. De l’art de présenter les conflits et leur règlement aux XIe et XIIe siècles », dans Liber Largitorius. Etudes d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, réunies par D. Barthélemy et J.M. Martin, Genève, Droz, 2003, p. 375-382.

6 D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, Fayard, 1993, p. 422-424 ; voyez aussi, dans le sillage de S. White et sur la foi de son analyse, R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 93.

7 C. Senséby, « Récits de meurtre… », op. cit., n. 5.

8 Voyez B. Rosenwein qui montre que le vocabulaire de la vengeance, généralement centré autour de la haine, fait l’objet de variations dans le temps et selon les récits (« Les émotions de la vengeance », dans La vengeance, 400-1200, op. cit., n. 1, p. 237-257).

9 H. Platelle, « La violence et ses remèdes en Flandre au XIe siècle », Sacris erudiri, Jaarboek voor Godsdienstwetenschappen, XX, 1971, p. 101-173 ; G. Koziol, « Monks, Feuds and the Making of Peace in eleventh Century Flanders », dans The Peace of God. Social Violence and Religious Response in France around the year 1000. Ed. by T. Head and R. Landes, Cornell University Press, Ithaca et Londres, 1992, p. 239-258 ; D. Barthélemy, Chevaliers et miracles, op. cit. n. 4, p. 188-224 ; D. Barthélemy, L’an mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale. 980-1060, Paris, Fayard, 1999, p. 536-546.

10 S. White, « Feuding and Peace-making… », op. cit., n. 5.

11 CN no 99.

12 Noyers, no 157.

13 Ibid., no 310.

14 Ibid., no 199.

15 P. Marchegay, Cartularium monasterii Beatae Mariae Andegavensis, Archives d’Anjou, Angers, t. 3, 1854 (Ronceray d’Angers ; désormais : RA), no 136.

16 Noyers, no 355.

17 Ibid., no 320.

18 Ibid., no 310.

19 Ibid., no 320.

20 CN no 99.

21 Noyers no 157.

22 CN no 99.

23 Y. Chauvin, Premier et second livres des cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe et XIIe siècles), Angers, t. 1, 1997, no 334, p. 277.

24 TV no 16 et 17 (1039).

25 Noyers, no 310.

26 Ibid., no 355.

27 Chrétien de Troyes, Erec et Enide, v. 1023-1026.

28 Noyers no 157.

29 Affirmer que la haine et la colère fonctionnent comme des codes dans nos récits ne revient pas à nier que les sentiments auraient été absents mais à dire simplement que nos documents ont moins pour fonction de les manifester que d’exprimer un code de comportement relatif à une norme sociale. Les conventions façonnent les comportements des individus ; en ce sens leurs affects et leurs sentiments (amour, haine, colère…) s’expriment à travers ces comportements normés. Certes, les émotions effectivement ressenties pouvaient varier d’un individu à l’autre et en fonction des situations singulières. Mais c’est justement cette intensité variable que ces documents ne permettent pas de mesurer, parce qu’ils se placent délibérément en deça des affects ; leur but n’est pas d’en développer les épanchements ; il leur suffit d’indiquer le comportement convenu dans une circonstance donnée.

30 Noyers no 320.

31 Ibid., no 157.

32 Ibid.

33 Ibid., no 199.

34 Contra : C. Senséby, « Récits de meurtres… », op. cit., n. 5.

35 Noyers no 67.

36 S. White, « Feuding and Peace-making… », op. cit., n. 5.

37 Ibid.

38 C. Senséby, « Récits de meurtre… », op. cit., n. 5.

39 Bruno Lemesle, La société aristocratique dans le Haut-Maine (XIe-XIIe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 196-199.

40 Dans le comté du Maine, l’abbé de la Couture, Johel, réconcilia, selon l’auteur de la notice, l’oncle du défunt avec le meurtrier (Bénédictins de Solesmes, Cartulaire des abbayes de Saint-Pierre de la Couture et de Saint-Pierre de Solesmes, Le Mans, 1881, no 18).

41 Vita sancti Arnulfi, II, cap. 14, PL 174, col. 1412-1413 ; traduction de D. Barthélemy, Chevaliers et miracles…, op. cit., n. 4, p. 207-208.

42 D. Barthélemy, L’an mil…, op. cit., n. 8, p. 537.

43 G. Koziol, « Monks, Feuds… », op. cit., n. 8, D. Barthélemy, L’an mil…, op. cit., n. 8, p. 537.

44 D. Barthélemy, Chevaliers et miracles…, op. cit., n. 4, p. 191-192.

45 H. Platelle, « La violence et ses remèdes », op. cit., n. 8 ; D. Barthélemy, L’an mil, op. cit., n. 8, p. 536 ; id., Chevaliers et miracles, op. cit., n. 4, p. 207-208 ; G. Koziol, « Monks, Feuds… », op. cit., n. 8.

46 Miracula s. Ursmari, Monumenta Germaniae Historica, Scriptores (désormais : MGH, SS), t. XV, 2, p. 838-839.

47 Vita sancti Arnulfi II, cap. 14, PL 174, col. 1412-1413.

48 Ibid., cap. 15, col. 1413-1414.

49 Miracula s. Ursmari, MGH, SS, t. XV, 2, p. 838-839.

50 Vita sancti ArnulfiII, cap. 19, PL 174, col. 1416.

51 D. Barthélemy, Chevaliers et miracles…, op. cit., n. 4, p. 207 ; H. Platelle, « La violence et ses remèdes », op. cit., n. 8.

52 Miracula s. Ursmari, MGH, SS, t. XV, 2, p. 839.

53 Vita sancti ArnulfiII, cap. 16, PL 174, col. 1414-1415.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540