Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les discours de la haine

 | 
Marc Deleplace

Première partie. Mondes anciens et médiévaux. Le jeu des traductions

Un exemple parfait de haine politique : Cicéron et Antoine

Paul-Marius Martin

Texte intégral

  • 1 Cf. Hellegouarc’h, 41-90, notamment 48 sq ; 128.
  • 2 Cf. Ernout-Meillet, s.v. inuideo.
  • 3 Cf. Hellegouarc’h, 195 sq.
  • 4 Cf. Hellegouarc’h, 191 sq.

1Le latin a quatre mots essentiels pour désigner l’aversion : simultas, inimicitia, inuidia, odium. Le premier désigne l’aversion sociale née, entre égaux, d’une compétition acharnée ; au pluriel, il désigne les différends nés de cette opposition. Le second, comme l’indique son étymologie, définit le contraire de l’amicitia – qui est, rappelons-le, à Rome une relation plus sociale que personnelle – et, plus souvent encore, une rupture de l’amicitia1 : Est inimicus celui avec lequel, qu’on ait ou – plus rarement – qu’on n’ait pas entretenu antérieurement avec lui des relations d’amicitia, on a des différends, de quelque ordre qu’ils soient, mais souvent politiques. L’inuidia – étymologiquement le fait de « jeter le mauvais œil, ou un œil mauvais »2 – désigne le sentiment de celui qui jalouse autrui, en général à cause de sa supériorité sociale (gloria) ou politique (potentia), et qui en retire un sentiment humiliant d’infériorité3. Par rapport aux autres termes, odium possède une spécificité la fois grammaticale et sémantique : il est le seul à ne pas dériver d’une forme adjective ou adverbiale – au contraire, odiosus est un dérivé – et à pouvoir être associé à un substantif abstrait en complément du nom, alors que les autres ne peuvent être associés qu’à un complément de nom de personne ou de groupe humain. Odium désigne le sentiment d’irrépressible aversion éprouvé à l’égard de quelqu’un, mais aussi de quelque chose4. C’est lui qui est sémantiquement le plus éloigné de tout contenu social et le plus proche du mot français « haine ». Il se prête parfaitement à l’expression du rejet passionné d’une politique, et non pas seulement du ou des hommes qui l’incarnent. Doté en outre d’une double valeur active et passive, odium est apte à désigner la haine aussi bien « ressentie vis-à-vis de » que « subie par ». Il reste que le mot exprime d’abord un sentiment, et qu’un sentiment ne demande pas à être fondé en raison. Ce préambule linguistique était destiné à metre en évidence le fait qu’à Rome, il n’est pas nécessaire qu’une idéologie sous-tende, au départ, la haine suscitée par un homme ou un régime. Inversement, une haine politique, à fondement idéologique, peut être atténuée, voire oblitérée par une sympathie personnelle.

2La haine qui animait Cicéron et Antoine l’un contre l’autre éclate dans les Philippiques écrites par le premier. Elle est absolument, résolument, d’ordre politique, s’attachant non à la personne d’Antoine, mais à ce qu’il représente ; du moins est-ce ce qu’affirme Cicéron. Il convient donc, pour examiner la nature de cette haine, de rappeler brièvement le substrat idéologique qui la sous-tend.

Les grandes périodes de haine politique depuis les débuts de la République

  • 5 Cf. Martin (1994), 4 sq.
  • 6 Cic. Tusc. IV, 50 (odium tyranni).
  • 7 Liv. I, 54, 7 ; 2, 6, 2 (odio et ira).
  • 8 Cic. Rep. I, 62 (odium regium).
  • 9 Cic. Rep. II, 52 (odium regalis nominis). L’absence d’article ne permet pas au latin de faire la di (...)
  • 10 Cic. Rep. II, 49 (nostri quidem omnes reges uocitauerunt qui soli in populos perpetuam potestatem h (...)
  • 11 Sur ce point, cf. Martin (1982), 278 sq ; 289 sq.
  • 12 Cf. nos travaux : Martin (1977) ; Martin (1983) ; Martin (1984).

3Historiquement, si l’on en croit la tradition, l’apparition de la première haine politique, qui servira plus tard de socle à l’idéologie républicaine romaine, fut celle éprouvée par les Romains contre le dernier roi de Rome, Tarquin le Superbe, à cause de son comportement tyrannique à l’égard du peuple romain.5 La chute de la royauté aurait été ainsi « haine du tyran »6 ; elle aurait même été en réalité l’afrontement de deux haines : haine du peuple romain contre la personne du roi ; « haine et colère »7 du roi contre le peuple romain, avant et après sa chute. Avant d’être odium regni, « haine de la royauté », le sentiment collectif fut donc d’abord « haine du roi »8, « haine du nom du roi » avant d’être « haine du nom de roi »9 et, par extension idéologique, « haine du pouvoir personnel ». Comme disait Cicéron dans le De Republica, « nos concitoyens ont nommé rois tous ceux qui exercèrent sur les peuples un pouvoir perpétuel »10 ; il faudrait ajouter « ou qui ont tenté de l’exercer » puisqu’il rappelle aussitôt après cette phrase les tentatives d’instauration d’un pouvoir personnel (adfectationes regni) qui eurent lieu sous la République. Si grande que soit la recomposition par les Romains de leur propre passé et notamment du passage de la royauté à la République11, on peut donc dater de la naissance même de la République l’apparition de la première haine à caractère politique. De ce sentiment premier dérivera plus tard l’idéologie républicaine romaine, qu’on peut résumer ainsi : la royauté, c’est la servitude ; la République, c’est la liberté. Idéologie fruste, mais redoutablement efficace, dont héritera la Révolution française12.

  • 13 Cf. Liv. II, 23, 1 ; 27, 3 ; 29, 9 ; 45, 5 ; 58 5 & 7 ; III, 15, 7 ; 37, 2 ; 38, 4 ; 41, 5 ; 42, 2 (...)
  • 14 Cf. Martin (1982), 323 sq.
  • 15 Cf. Martin (2007).
  • 16 Nous renvoyons à deux ouvrages fondamentaux : Richard (1978) ; Eder (1990).
  • 17 Cf. Martin (2003).
  • 18 Liv. I, 47, 11 (odio alienae honestatis).

4Le second déferlement de haine politique aurait caractérisé, toujours selon la tradition, l’affrontement patricio-plébeien, aux deux premiers siècles de la République. Les livres II à IV de Tite-Live font ainsi état, à maintes reprises, de la haine qui animait les deux blocs antagonistes13. L’expression de cette haine emprunte le vocabulaire et les thèmes de l’idéologie républicaine14. Quant à sa description, elle emprunte beaucoup, de manière anachronique, aux sentiments qui animèrent, dans le dernier siècle de la République, populares et optimates les uns contre les autres15. Ce n’est pas une raison pour nier toute historicité à cette page de l’histoire de la jeune République16. L’explication de cette approche anachronique s’explique par l’idéologie popularis, qui, en un raccourci historiquement faux, mais idéologiquement très efficace, voyait la lutte des populares contre les optimates comme la répétition de la lutte menée jadis par les « Grands Ancêtres » plébéiens contre l’État patricien17. On en arriva même, dans la reconstruction anachronique du passé royal, à laisser accuser le roi Servius, d’humble origine, de « haine contre l’élite à laquelle il n’appartenait pas »18.

  • 19 Cf. Martin (1994), 107-140.
  • 20 Sall. BJ 30, 3 (odium potentiae nobilitatis).
  • 21 Sall. BJ 40, 3 (odium nobilitatis).
  • 22 Sall. H F 11 C (odium Sullae).
  • 23 Cic. De domo sua 44; Att. I, 19, 8; II, 6, 2 ; IX, 1, 3 ; cf. Verr. II, 4, 81 (odium/odia improboru (...)
  • 24 Cic. De domo sua 68 ; harusp. resp. 7 ; in Pis. 43; Sest. 46 (bonorum odium); in Vat. 24 (odium in (...)
  • 25 Cf. Achard, passim.
  • 26 Cic. Verr. II, 1, 23 (odium nostri ordinis) ; Sest. 127 (odio populi) ; De fin. I, 51 (odio ciuium)(...)
  • 27 Cic. Att. II, 20, 4 (odium popularium) ; De or. I, 228 (odio populi). Noter que l’expression odium (...)
  • 28 Le vocabulaire politique romain utilise le terme populus avec la même ambiguïté que le vocabulaire (...)

5L’affrontement que connut le dernier siècle de la République, à partir de l’expérience politique des Gracques, s’accompagna en effet d’un nouveau déferlement de haine, chaque camp accusant l’autre d’attenter à la libertas et de vouloir imposer son regnum19. La violence dans l’expression de cette haine doit être prise en compte dans l’examen des causes qui firent déboucher cet affrontement sur le meurtre politique et sur la guerre civile. À vrai dire, cette haine s’exerçait surtout de la part des populares en direction des optimates, si l’on en croit les témoignages convergents de deux contemporains qui étaient chacun proches d’un camp différent : Salluste et Cicéron. On pourrait penser à une forme d’inuidia, puisque les populares étaient censés défendre la plèbe contre les abus des grands, mais ce schéma se brise devant la constatation que les leaders du mouvement popularis appartenaient eux-mêmes – à l’exception de Marius – à la classe politique dont ils dénonçaient les abus et les malversations. En fait, il s’agit bien d’une haine politique, sans doute nourrie du ressentiment né des échecs répétés dans la mise en œuvre de la politique popularis depuis les Gracques ; les optimates, eux, n’avaient pas de raison d’éprouver du ressentiment à l’égard de leurs adversaires, étant généralement sortis vainqueurs des affrontements avec eux, sauf fugitivement à l’époque de Marius. On comprend pourquoi c’est toujours le mot odium qui revient aussi bien chez Salluste que chez Cicéron pour désigner les sentiments des populares à l’égard de leurs adversaires. Salluste parle ainsi de « la haine contre le pouvoir de la noblesse »20 qui animait le tribun Memmius et qui rencontrait « la haine de la noblesse »21 ressentie par la plèbe. Et, dans les Histoires, il rappelle les sentiments de haine que suscita Sulla22. À son tour, Cicéron, obstinément, se dira, notamment au moment de son exil, en butte à « la haine des mauvaises gens » ; et ce non seulement dans ses écrits publics, mais aussi dans sa correspondance privée23 – preuve, s’il en fallait, qu’il le pensait véritablement. Cette haine était, dit-il, dirigée, à travers lui, contre tous les « gens de bien »24. Rappelons que, dans le lexique cicéronien, boni désigne les conservateurs et ceux qui les soutiennent, improbi les « révolutionnaires », jugés mettre en péril les institutions – autrement dit, les optimates et leurs appuis d’un côté, les populares et leurs tribuns de l’autre25. Par élargissements progressifs, Cicéron finit par identifier la cause des boni à celle du sénat et du peuple romains, autant dire à l’ensemble des citoyens romains, à la République elle-même, tous objets de la haine des improbi26. Et il précise que les artisans de cette haine sont bien les populares, manipulateurs du populus27 synonyme ici de plèbe agitée28.

Cicéron et César : une haine imparfaite

  • 29 Cf. Caes. BC I, 7, 2-8 ; 22, 5 ; 32, 6 ; III, 91, 2.
  • 30 Cic. Phil. XIII, 42.
  • 31 Cic. Att. VII, 5, 4 (certe tyrannus exsistet).
  • 32 Cf. Cic. Fam. IV, 3 ; 4 ; 6 ; 8 ; 9 ; 13 ; VI, 5 ; 10 ; 12 ; 14 ; VII, 24 ; IX, 16 ; 17 ; 18 ; 20.
  • 33 Cf. Cic. Att. XIII, 37, 2.
  • 34 Cic. Fam. IV, 7, 4 (eius potestas quem ueremus). Il n’est d’ailleurs pas le seul ! (cf. Fam. VI, 7)
  • 35 Cic. Att. XIV, 1, 2 (ego dubitem quin summo in odio sim, cum M. Cicero sedeat… ? Atqui si quisquam (...)

6Cet affrontement idéologique va subir, à partir de l’arrivée au pouvoir de César, une mutation radicale. La guerre civile entre Pompée et César pouvait encore, à la rigueur, être habillée du manteau de l’opposition optimates/populares, comme en témoignent les discours de César dans son Bellum ciuile, où il se présente en défenseur des droits du peuple bafoués par l’oligarchie conservatrice29, tandis qu’Antoine, dans une lettre citée par Cicéron, se définit en tant que césarien comme appartenant « au parti que haïssait Pompée »30. Mais, lucidement, Cicéron voyait bien, dès la fin de l’année 50 qu’en cas de guerre, « il n’en sortirait à coup sûr qu’un tyran »31. Les vieux sentiments de haine contre le pouvoir personnel, qui habitaient, selon la tradition, le peuple à l’aube de la République, vont alors connaître un puissant regain d’actualité, dont témoigne Cicéron. Non immédiatement d’ailleurs, si l’on en croit sa Correspondance, dans laquelle, encore dans les années 46-45, il se plaît à souligner – seulement auprès de familiers, il est vrai, jamais dans une lettre à Atticus – sa bonne intelligence avec César et son entourage, en même temps qu’il déplore la mort de toute activité civique et se dit résigné à une retraite studieuse32. Attitude prudente, qu’il avoue incidemment être dicté par la peur de la toute puissance du « roi »33 César34. Cette haine, fondée sur la peur, était bien celle d’un tyran ; c’était aussi la haine d’un homme, qui était d’ailleurs conscient d’être haï, si l’on en croit une réflexion de César sur Cicéron rapportée à celui-ci après la mort du dictateur : « Je douterais d’être l’objet d’une haine suprême, alors que Cicéron fait antichambre… ? Pourtant, si quelqu’un est d’humeur facile, c’est bien lui ! Néanmoins je ne doute pas qu’il me haïsse à fond »35.

  • 36 Cic. Att. XIII, 52.
  • 37 Cic. Att. XIV, 17, 6 (Ille enim nescio quo pacto ferebat me quidem mirabiliter) ; cf. XV, 4, 3 (ita (...)

7En réalité, les sentiments de Cicéron à l’égard de César étaient contradictoires, comme le montre la lettre relatant le bref séjour que fit César dans le domaine de Cicéron à Pouzzoles fin 45, jugé à la fois « pénible » et « ne laissant pas un mauvais souvenir », « odieux, mais non pas désagréable »36. Devant César, si le politique en Cicéron se hérissait, le lettré était séduit et l’homme était sensible à la flatterie. « Je ne sais trop pourquoi, écrit-il avec un brin de nostalgie moins de deux mois après les Ides de Mars, il me supportait avec une patience étonnante »37.

  • 38 Cic. Phil. V, 38 (odium seruitutis, quam populum Romanum liberum…). Sur l’opposition libertas/regnu (...)
  • 39 Et contre sa royale maîtresse Cléopâtre : cf. Cic. Att. XV, 15, 1 (Reginam odi).
  • 40 Cic. Fam. VI, 15.
  • 41 Canfora, 302.
  • 42 Cic. At. XIV, 6, 2 (Quid enim miserius qua mea nos tueri propter quae illum oderamus ?).
  • 43 Cic. At. XIV, 12, 1 (uereor ne nobis Idus Martiae nihil dederint praeter laetitiam et odi poenam ac (...)
  • 44 Cic. At. XIV, 5, 2.
  • 45 Cic. At. XIV, 6, 2 (propter quae illum oderamus).
  • 46 Cf. Cic. At. XIV, 9, 2 (uiuit tyrannis, tyrannus occidit) ; 11, 1 (interfecto rege liberi non sumus (...)
  • 47 Cic. At. XIV, 13, 2.
  • 48 Cic. At. XIV, 13, 6 (nonnunquam Caesar desiderandus esse uideatur).
  • 49 Cic. At. XV, 4, 3 (me Idus Martiae non delectant… Non fuerit dominus ille fugiendus).

8La « divine surprise » des Ides de Mars va radicaliser les sentiments de Cicéron à l’égard de César : l’homme disparu, disparut avec lui la séduction intellectuelle qu’il exerçait sur Cicéron. Cette haine de César, était « la haine de la servitude » imposée à « la liberté du peuple romain »38. Ne restait donc plus chez Cicéron que la haine politique contre le pouvoir personnel du tyran39. Et comme il n’y avait apparemment plus aucun risque à laisser éclater cette haine, dès le 15 mars, un billet de Cicéron à Basilus déborde d’une haineuse joie sauvage40. Les modernes ont douté parfois que l’objet de la joie de Cicéron pût être l’annonce de l’assassinat de César. Mais « il y a dans cette volonté [de la critique] de gommer les travers le refus bien-pensant d’admettre la férocité de la lutte politique et des haines politiques dans la République romaine »41. Relisons en effet les témoignages à peine postérieurs de Cicéron dans sa correspondance la plus intime, avec Aticus. Autant ses manifestations de haine étaient tempérées du vivant de César, autant elles devinrent violentes et répétées après sa mort. Ce déferlement de haine a posteriori est largement dû, comme on va le voir, au maintien des acta Caesaris : « N’est-il pas désolant, écrit Cicéron le 12 avril, que nous défendions les pratiques qui nous faisaient haïr César ? »42. « Je crains, ajoute-t-il quelques jours plus tard, que les Ides de mars ne nous aient rien apporté d’autre que la joie et une réparation pour notre haine et notre souffrance »43. Le 11 avril, les Césariens en poste étaient appelés par lui tyranni satellites44 tandis que, le lendemain, les acta Caesaris sont dits tyranni facta ; or, précise-t-il, « ce sont ces actes qui nous le [César] faisaient haïr »45. Dans la quinzaine du 17 avril au 3 mai, les trois mots : « haine » (odium), « tyran » (tyrannus) et « roi » (rex) reviennent sans arrêt dans la correspondance de Cicéron46. Opposés idéologiquement aux concepts de liberté et de République, ces termes sont toujours associés au regret que la mort du tyran n’ait pas mis fin à la tyrannie. Cicéron a donc rapidement déchanté et, dès la fin avril, il craint pour sa vie, pour s’être publiquement réjoui de la mort de César47. En effet, le premier instant de panique passé, Antoine chaussa rapidement les botes du maître défunt. La déception était immense et elle explique que, rétrospectivement, Cicéron en vienne, dès le 26 avril, à « parfois regretter presque César »48, voire les Ides de Mars49.

Antoine et Cicéron : la perfection de la haine

  • 50 Cic. Att XV, 11, 2 ; Br. II, 5, 2. À défaut de l’avoir tué, Cicéron souhaite qu’il meure de maladie (...)
  • 51 Cic. Att. XVI, 4, 1.
  • 52 Cic. Att. XIV, 10, 1 ; 12, 1.
  • 53 Cic. Att. XIV, 21, 3 (regni heredem).
  • 54 Cic. Att. XV, 21, 1.
  • 55 Au point que Cicéron, au début, sous-estime sa capacité de nuisance (Cic. Att. XIV, 3, 2).
  • 56 Cic. Att. XV, 22.
  • 57 Cic. Att. XIV, 13, 2.
  • 58 Cic. Att. XV, 22 (nisi uictorem neminem uicturum).
  • 59 Sur le portrait-robot du tyran, cf. P.-M. Martin (1994), 71-79.

9Autant les sentiments de Cicéron à l’égard de César sont nuancés, autant ceux qu’il manifeste envers Antoine sont franchement hostiles. Dès le soir des Ides de mars, sa position est claire : il aurait fallu aussi liquider Antoine ; il l’a conseillé ce soir-là aux Libérateurs, qui n’ont pas suivi son avis : tout le malheur actuel vient de là50. Par le biais de la prétendue ratification des acta Caesaris, Antoine, faux consul51, assoit son pouvoir personnel52 et se pose en « héritier du trône »53, qui aspire à la dictature54. Un débauché, qui ne pense qu’à bâfrer55 et à baiser56 ? Oui, mais aussi un homme dangereux, sanguinaire et cynique, prêt à tout pour le pouvoir, y compris à déclencher une guerre civile dont Cicéron analyse lucidement que, cette fois, nul ne pourra se réfugier dans la neutralité57 et à l’issue de laquelle « seul le vainqueur vivra »58. Ce véritable portrait-robot d’Antoine en tyran59 annonce, pour l’essentiel, les thèmes qui seront développés dans les Philippiques après la rupture avec Antoine. Or ce portrait peut se déduire exclusivement des lettres adressées à Atticus entre avril et juin 44. C’est bien la preuve, d’une part de la sincérité de Cicéron dans ses attaques contre Antoine dans les Philippiques, d’autre part de la conscience qu’il avait que la lutte, si elle s’engageait, serait forcément une lutte à mort.

  • 60 Cic. Att. XV, 1, 2.
  • 61 Cic. Fam. XVI, 23, 2 (Ego tamen Antonii inueteratam sine offensione amicitiam retinere sane uolo).
  • 62 Cf. Cic Att. XV, 8, 1 (sa mission) ; XVI, 3, 1 (l’affaire de Bouthrôte).
  • 63 Ou Clodius ? Cf. Cic. Att. XIV, 13 A & B.
  • 64 Fam. XI, 2 ; 3.
  • 65 Cic. Att. XIV, 13, 6.

10Pourtant, officiellement, dans cette période de l’après-Ides-de-mars, l’amicitia ancienne qui liait Cicéron à Antoine n’est pas rompue. Même après avoir renoncé à trouver un gentleman agreement avec lui,60 Cicéron déclare tenir à la conserver61, car, pour diverses raisons62, il doit le ménager. D’où le chef-d’œuvre de langue de bois politique que constitue l’échange de lettres entre Antoine et Cicéron à propos du rappel d’exil de l’affranchi Cloelius63, qui contraste avec la brutalité rigide des lettres contemporaines de Brutus et de Cassius à Antoine64 et surtout avec le jugement que, dans sa correspondance privée, Cicéron porte sur Antoine à propos de cette affaire : nocivité encore plus grande que celle de César, mœurs débauchées, bassesse de son âme65. En dépit des apparences, le jugement de Cicéron sur Antoine est donc des plus sévères et il annonce son engagement contre lui et même les thèmes de cet engagement. En fait, les deux hommes se haïssent, et Antoine sans doute plus que Cicéron. La raison en est évidente et l’on s’étonne de ne pas la voir plus souvent mentionnée : il est impossible qu’Antoine n’ait pas eu vent de la suggestion de le tuer faite par Cicéron le soir même des Ides de Mars. Il a pu dissimuler tant qu’il crut sa position assurée, d’autant plus que le départ de Cicéron pour la Grèce – départ qu’il avait du reste facilité parce que cela l’arrangeait – lui laissait le champ libre. Dès qu’il sentit son pouvoir contesté, Antoine attaqua Cicéron, le 1 er septembre 44.

  • 66 Comparer Cic. Phil. II, 76 et Plut. Cic. 43.
  • 67 Cic. Phil. I, 11-13 ; II, 110 ; V, 19 ; cf. Plut. Ibid.
  • 68 Mais nous savons qu’il en prononça au moins dix-sept (cf. Arusianus Messius Gramm. VII, p. 467, l. (...)
  • 69 Cf. Cic. ad Brut. 2, 3, 4 ; 4, 2.
  • 70 Cf. Cic. Phil. II, 1-2 ; 15 ; 42 ; III, 33 ; V, 19-20 ; Fam. X, 1, 1 ; 2, 1 ; XII, 2, 1 ; 23, 3 ; 2 (...)
  • 71 Cf. Cic. Phil. II, 3 sq.

11Parti de Rome depuis le début d’avril, Cicéron s’était enfin décidé à y rentrer la veille, sous les applaudissements de la foule, prétend-il, en réalité dans la froideur des consulaires66. La fraîcheur de l’accueil de ses pairs au moins autant que sa pusillanimité naturelle explique que, prétextant les fatigues du voyage, Cicéron ne se soit pas rendu à la séance du sénat où Antoine allait demander qu’un jour de supplications fût ajouté en l’honneur de César ; furieux, Antoine menaça publiquement d’enfoncer les portes de sa maison pour le traîner de force au sénat67. Ulcéré, Cicéron prononça le lendemain, en l’absence d’Antoine, sa 1re Philippique devant le sénat – première d’une série de discours au sénat ou au peuple dont nous avons conservé quatorze68, de septembre 44 à avril 43. Ce recueil, auquel Cicéron décida tardivement de donner le nom des discours prononcés jadis par Démosthène contre Philippe69, est un cri continu de haine contre Antoine, Cette lutte à mort fut engagée – pense-t-on communément – à partir de la 2e Philippique, beaucoup plus violente que la seconde. En fait, si la rupture définitive entre les deux hommes intervint bien le 19 septembre, à la suite des attaques lancées contre Cicéron par Antoine devant le sénat et le peuple70, il faut noter que ce que reprocha en premier Antoine à Cicéron, c’est d’avoir, par son discours du 2 septembre, rompu l’amicitia qui, cahin-caha, continuait à relier les deux hommes d’un lien de courtoisie politique71. Il plaçait donc leur différend politique sur le terrain de l’inimicitia. C’est la réponse de Cicéron qui va déplacer leurs sentiments de l’inimicitia vers l’odium, et cette initiative vient bien, comme le dit Antoine, de Cicéron seul.

  • 72 Cic. Phil. I, 27 (uideo autem quam sit odiosum habere eundem iratum et armatum).
  • 73 Cic. Phil. I, 32 (propter unius dictatoris odium) ; cf. II, 91 ; V, 38.
  • 74 Cic. Phil. II, 91 (Optimum uero, quod dictaturae nomen in perpetuum de re publica sustulisti ; quo (...)
  • 75 Cic. Phil. I, 33-34 (Illud magis uereor ne […] gloriosum putes plus te unum posse quam omnis et met (...)

12De fait, à lire la 1re Philippique, jugée communément « modérée » par rapport aux suivantes, on constate qu’elle contient déjà un appel – feutré, mais indubitable – à la haine contre Antoine. L’attaque commence par cette phrase : « Je vois combien il est odieux d’avoir affaire à un homme tout ensemble en colère et armé »72. L’absence de maîtrise de soi – impotentia caractéristique du tyran – chez un homme qui dispose de la force armée ne peut qu’engendrer la haine. Certes, c’est la situation qui est qualifiée d’odieuse, mais la haine qu’elle fait naître tient bien à un homme au comportement tyrannique. Le même homme, pourtant, a aboli le titre de dictateur, qui, comme jadis le nom de roi, était devenu odieux « en raison de la haine suscitée par un seul dictateur »73. Acte mémorable, sur lequel Cicéron reviendra dans la 2e Philippique : « La meilleure chose, c’est que tu as aboli à jamais de la République le nom de dictature ; par cet acte tu as donné à penser que tu avais conçu une telle haine contre le pouvoir personnel que tu voulais en éradiquer jusqu’au nom, en raison de la crainte née de la dernière dictature »74. La dictature de César était odieuse parce qu’elle avait instauré un régime fondé sur la peur. Or « ce que je crains, enchaîne Cicéron, c’est que tu juges plus glorieux d’avoir plus de pouvoir à toi seul que tous les autres, et que tu préfères être craint plutôt qu’être aimé par tes concitoyens ». Et, ajoute-t-il, « être craint, être objet de haine, c’est cela qui est odieux, détestable, fragile, précaire. Comme nous le voyons dans une tragédie, où celui-là même qui avait dit : « Qu’ils haïssent, pourvu qu’ils craignent ! » fut la victime de ses paroles »75. Tous les thèmes qui seront développés contre Antoine dans les Philippiques suivantes sont en place dès ces phrases, dans une implacable rhétorique : Antoine, successeur de César, veut à son tour le pouvoir personnel ; donc il va faire régner la terreur ; laquelle va engendrer la haine, laquelle va armer de nouveau le bras des tyrannicides. La 1re Philippique contient donc bien une menace de mort contre Antoine.

  • 76 Cf. Martin (1994), 1-95.
  • 77 Cic. Phil. II, 91.
  • 78 Sur cette affaire, voir Cic. Pro Deiotaro rege.
  • 79 Cic. Phil. II, 96 (Sciebat homo sapiens ius semper hoc fuisse, ut quae tyranni eripuissent, ea, tyr (...)
  • 80 Cic. ibid. (Ille uir fuit ; nos quidem contemnendi, qui a [u] ctorem odimus, acta defendimus).
  • 81 Cf. Cic. Phil. XIII, 2 ; Fam. XIV, 7, 2…

13Le rappel de la dictature de César et de son caractère odieux est certes un thème récurrent des premières Philippiques. L’odium regni, sentiment fondateur de l’idéologie républicaine romaine76, est présenté dans la 2e Philippique77 comme la motivation qui semblait animer Antoine dans sa proposition d’abolir la magistrature dictatoriale. Un peu plus loin, Cicéron identifie odium regni et odium regis en approuvant l’initiative du roi Déjotarus d’avoir, sans en référer à quiconque, récupéré son royaume dont l’avait privé César78 : « Il savait, dans sa sagesse, que ce fut toujours un droit, pour les spoliés, de récupérer, une fois les tyrans morts, les biens dont les tyrans les avaient privés »79. Et d’opposer cette conduite « de vrai homme » à celle, méprisable, « de nous, qui, tout en haïssant l’auteur, défendons ses actes »80. Malgré l’expression de la haine contre « l’auteur » de cette législation, César, l’essentiel est bien dans la dénonciation, maintes fois répétée, de cet accord funeste qui, au soir des Ides de Mars, pérennisa le pouvoir césarien entre les mains d’Antoine81.

14Cela dit, les circonstances politiques évoluant, la cible de la haine de Cicéron sera désormais Antoine exclusivement. On ne trouve plus, à partir de mai 44, d’expressions haineuses dirigées contre César, si bien que leur réapparition dans les premières Philippiques n’apparaît, en réalité, que comme une manière d’attaquer Antoine « par la bande », en tant que successeur avéré du tyran honni.

  • 82 Cic. Phil. XII, 21 (acerbissimum omnium in me odium impiorum) ; cf. 24 ; II, 1.
  • 83 Sur cet épisode, dont l’interprétation demeure controversée, voir, outre Cic. Phil. II, 84 sq ; III (...)
  • 84 Cic. Phil. II, 87 (urbem odisse).
  • 85 Cic. Phil. V, 42 (ardens odio, animo hostili in omnis bonos). Sur ce que recouvre le mot boni pour (...)
  • 86 Cic. Phil. IV, 4 (ardens odio uestri, cruentus sanguine ciuium Romanorum).
  • 87 Cic. Phil. IX, 7 (declarauit quam odisset senatus).
  • 88 Cic. Phil. II, 87 (regnum) ; IV, 2-4 (libertatem ; seruitute ; libertatis uestrae) ; V, 42 (nulla l (...)
  • 89 Cic. Fam. XII, 24, 2 (tantus ardor animos hominum occupauit desiderio libertatis odioque diutinae s (...)

15À Antoine qui lui reproche d’avoir rompu leur amicitia, la réponse constante de Cicéron est un appel à la haine contre un ennemi de la liberté. L’un se plaçait sur le plan des relations sociales, l’autre se place sur un terrain purement idéologique et renvoie du côté d’Antoine l’initiative de la haine. À partir de la 2e Philippique, Cicéron ne cesse de répéter sous différentes formes que, s’il attaque Antoine, c’est parce que celui-ci hait, non pas Cicéron seul – qui a, dit-il, l’habitude d’être en butte, comme défenseur de la République, à la haine des impies82-, mais la communauté civique des Romains, en nouveau Tarquin qu’il est. Cette haine, dit-il, remonte aux Lupercales de 44, quand Antoine offrit à César le diadème royal83. Il a manifesté alors à quel point il « haïssait la Ville »84. À partir de ce constat, Cicéron va décliner, dans les discours suivants, toutes les cibles publiques visées par la haine d’Antoine : tous les « gens de bien »85, plus généralement tous les citoyens86, et le symbole même de la continuité de l’État, le sénat87. La proximité, dans le contexte, des mots libertas, regnum, seruitus88, met en évidence le fait que l’offensive d’Antoine est bien dirigée contre la liberté du peuple romain. Cette reprise de la vieille opposition libertas/regnum se retrouve dans une lettre adressée à D. Brutus en janvier 43 : « Si grande est l’ardeur qui enflamme les âmes du regret de la liberté et de la haine d’une longue servitude »89.

  • 90 Cic. Phil. IX, 7 (de hoc bello iudicium senatus… bellum tam graue).
  • 91 Cf. Jal, 381 sq.
  • 92 Cic. Phil. VII, 25 (Omnia uidebitis, patres conscripti,… plena odiorum, plena discordiarum, ex quib (...)
  • 93 Cic. Phil. XII, 27 (mediocre etiam odium).
  • 94 Cic. Phil. XIII, 6 (Fortitudo dimicare iubet, iustum odium incendit).
  • 95 Cf. Cic. De Inv. II, 163 ; Rh. Her. III, 3 & 5 ; IV, 35 ; Novielli, 74.
  • 96 Cic. Phil. XIII, 7 (Itaque, si, receptis illis, esse possumus liberi, uincamus odium pacemque patia (...)
  • 97 Cf. Novielli, 78.
  • 98 Cic. Phil. XII, 19 (Quo enim adspectu uidere potero – omitto hostem patriae, ex quo mii odium in il (...)

16Mais voici qu’à propos de l’attaque antonienne contre le sénat, apparaît un autre mot : bellum90. L’idée que l’ambition tyrannique non seulement menace la liberté, mais déchire la communauté en provoquant la guerre civile est un topos91, mais repris par Cicéron de manière doublement originale. D’une part, avec une approche plus psychologique que sociologique, comme plus tard Lucain, il voit comme cause première de cette rupture de la paix civile le déchaînement des haines : « Vous verrez, sénateurs,… toutes choses remplies de haines, remplies de discordes, d’où naissent les guerres civiles »92. Ce qu’il démontre par la réciproque : remontant au-delà des guerres civiles à la guerre sociale, il déclare – faussement d’ailleurs – qu’alors « même la haine était mesurée »93. D’autre part, dans la 13e Philippique, où l’opposition odium/pax trouve son expression la plus achevée, une notion nouvelle apparaît : celle de « la haine juste » que le Courage personnifié insuffle aux combattants pour la liberté94. L’appel du courage au combat et au sacrifice est aussi un topos rhétorique95. Ce qui est original, c’est l’idée que le courage doit être animé par une haine juste. Sentiment en soi répréhensible, la haine contre les mali est déclarée être légitime, car conforme à la justice. Et la prosopopée de la Sagesse dialoguant avec Cicéron, dans les lignes qui suivent, confirme cette coloration nouvelle donnée à la haine politique. Entamer des pourparlers avec l’adversaire ne se justifie que si la paix obtenue ne se fait pas aux dépens de la liberté, bien suprême : « C’est pourquoi, si, en recevant ces gens, nous pouvons être libres, faisons taire la haine et résignons-nous à la paix »96. Sinon, le choix dicté par l’honneur est clair : vivre libres ou mourir ! Cette argumentatio rhétorique par ratiocinatio97 met de nouveau en perspective le couple antithétique odium/pax, toujours dans une perspective éthique : non plus celle de la justice, mais celle de l’honneur (uirtus). S’il peut être préservé dans la paix, on peut, sinon renoncer à la haine légitime, du moins la vaincre. Mais cette concession est faite du bout des lèvres par un Cicéron qui se dit la cible privilégiée d’Antoine : « Quel regard pourrai-je porter – je ne dis pas sur l’ennemi de la patrie, chose qui m’inspire à son égard une haine que nous partageons vous et moi – mais comment regarderai-je un ennemi tout particulièrement cruel envers moi seul, comme le montrent ses discours si durs à mon encontre ? »98.

  • 99 Cic. Phil. XIII, 15 (Incens iomnes rapimus ad libertatem reciperandam ; non potest illius auctorita (...)
  • 100 Lucil. F 156 M (odi hominem, iratus pugno) ; cf. Cic. Tusc. IV, 48 ; Novielli, 101 sq.
  • 101 Cic. Phil. XII, 24 (Oderint hostem – nam hoc caput est).

17Pour échapper à cette haine, il lui faut y associer le sénat et le peuple romain tout entier : « Nous brûlons tous du désir de recouvrer la liberté ; il est impossible à quiconque, par son autorité, d’éteindre une si grande ardeur du sénat et du peuple romain. Nous avons la haine ! Pleins de rage nous allons au combat »99. Cette exclamation, qu’on croirait sortie d’un rap de banlieue, pastiche un vers de Lucilius qu’affectionnait Cicéron100. Devant la gravité du danger qui le menace, Cicéron en arrive à dire que la haine importe plus que le fait qu’elle soit juste : « Qu’ils [les chefs républicains] haïssent l’ennemi public [Antoine] – c’est l’essentiel »101. En effet, car si la haine, mal attisée, vient à faiblir, c’en est fait de la liberté républicaine, mais c’en est fait surtout de Cicéron.

  • 102 Cic. Phil. VIII, 21 (omnes, inflammati odio).
  • 103 Cf. Novielli, passim.
  • 104 Cic. Phil. XII, 8 (odio… in Antonium).
  • 105 Cic. Phil. XII, 7 (odium in Antonium).
  • 106 Cic. Phil. XIV, 8 (L. Antonius, insigne odium omnium hominum uel, si etiam di oderunt quos oportet, (...)
  • 107 Cic. Fam. XII, 10, 3 (numquam tanto odio ciuitati Antonius fuit quanto est Lepidus).
  • 108 Cic. Ad Br. I, 15, 9 (exstare enim uolebam in crudelissimos hostis monumenta odi publici sempiterna (...)
  • 109 Cf. Grattarola ; Gotter ; Cristofoli ; Osgood, chap. 1.
  • 110 Cic. Ad Br. I, 15, 10 (hoc bello uictores quam rem publicam simus habituri non facile adfirmarim).
  • 111 Cic. ad Brut. I, 1, 2 (In eum autem locum rem adductam… ut utrique salui esse non possint).

18Aussi le vieux lutteur, pour les galvaniser, décline, à son habitude, toutes les composantes du corps civique romain qu’il veut croire « enflammées par la haine »102. Vœu pieux – la réalité était différente – ou plutôt expression d’une rhétorique consensuelle103. Ce consensus de la haine va, à l’en croire, de la légion de Mars qui rallia la légitimité républicaine « par haine contre Antoine »104 à l’Italie tout entière des municipes et des colonies, unis dans « leur haine contre Antoine »105. Cette haine englobe jusqu’aux dieux, si l’on en croit une attaque contre le frère d’Antoine lancée dans le dernier discours conservé : « L. Antonius, insigne objet de haine pour tous les hommes et, si même les dieux haïssent ceux qu’il faut, pour les dieux »106. Trois mois après la dernière Philippique parvenue jusqu’à nous, dans deux lettres, l’une à Cassius, l’autre à Brutus, Cicéron réaffirme encore que la haine contre Antoine est celle « de la cité tout entière »107, qu’elle est « une haine publique »108, mais, dans le même temps, il doit avouer que les ennemis sont désormais plus nombreux : Lépide, d’autres encore… Le rapprochement des Césariens entre eux109 ouvre les yeux de Cicéron : contrairement, dit-il, à l’issue des précédentes guerres civiles, « dans cette guerre-ci, il n’est pas facile d’affirmer avec certitude quelle forme de République nous aurons, si nous sommes vainqueurs »110. Cicéron reste seul avec le poids de sa haine contre Antoine. Lucidement, en mai 43, il constate : « La situation en est venue au point qu’Antoine et moi ne pouvons rester en vie tous les deux »111.

  • 112 Cf. dans ce colloque la communication de S. Wahnich.
  • 113 Liv. F 60 Jal (= Sen. Rh. Suas. VI, 22) (Quae uere aestimanti minus indigna uideri potuit, quod a u (...)

19On le voit, le déferlement de haine contre Antoine dans les Philippiques n’est pas purement rhétorique. Ou plutôt la rhétorique n’exclut pas la sincérité et se pose alors le problème du rapport entre haine politique et haine personnelle : peut-il y avoir une haine politique qui ne soit pas aussi une haine personnelle ? Peut-on « haïr froidement », comme Robespierre pensait en être capable ?112 Pour Cicéron et Antoine, en tout cas, il est certain que la haine entre les deux hommes était au moins aussi profonde que leur haine politique. Les Anciens en avaient d’ailleurs conscience : nous laisserons la conclusion à Tite-Live quand, après avoir raconté la mort atroce de Cicéron, il porte ce jugement désabusé : « Celle-ci, tout bien pesé, aurait pu paraître moins indigne parce qu’il subit de son ennemi vainqueur un sort en rien plus cruel que celui que, dans la même situation, il aurait infligé au vaincu »113.

Bibliographie

Achard = G. Achard, Pratique rhétorique et idéologie politique dans les discours « optimates » de Cicéron, Leiden, 1981.

Canfora = L. Canfora, César, le dictateur démocrate (trad. Fr.), Paris, 2001.

Cogitore = I. Cogitore, La légitimité dynastique d’Auguste à Néron à l’épreuve des conjurations, Rome, 2002.

Cristofoli = R. Cristofoli, Dopo Cesare. La scena politica romana all’indomani del cesaricido, Pérouse, 2002.

Eder = W. Eder (hgb), Staat und Staalickeit in der frühen römischen Republik, Stuttgart, 1990.

Ernout-Meillet = A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 19674.

Gotter = U. Gotter, Der Diktator ist tot. Politik in Rom zwischen des Iden des März u. der Begründung des Zweiten Triumvirats, Stuttgart, 1996.

Grattarola = P. Grattarola, I Cesariani dalle idi di marzo alla costituzione del secundo triumvirato, Turin, 1990.

Hellegouarc’h = J. Hellegouarc’h, Le Vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 19722.

Jal = P. Jal, La guerre civile à Rome. Étude littéraire et morale, Paris, 1963.

Martin (1977) = P.M. Martin, « Présence de l’Histoire romaine dans la Révolution française », in Influence de la Grèce et de Rome sur l’Occident moderne, Paris, 1977, p. 215-226.

Martin (1982) = P.M. Martin, L’Idée de royauté à Rome. I. De la Rome royale au consensus républicain, Clermont-Ferrand, 1982.

Martin (1983) = P.M. Martin, « La République contre les rois. Étude comparée d’un thème d’idéologie et de propagande dans la Rome républicaine et sous la Révolution française », in Roma-Constantinopoli-Mosca, I. Seminario « Da Roma alla terza Roma », Rome, 1983, p. 9-29.

Martin (1984) = P.M. Martin, « Esclaves ou citoyens ? La référence à Rome dans le débat sur les esclaves noirs avant et pendant la Révolution française », in La nozione di « Romano » tra cittadinanza e universalità - Da Roma alla terza Roma, II, Naples, 1984, p. 203-216.

Martin (1988) = P.M. Martin, Tuer César !, Bruxelles, 1988.

Martin (1994) = P.M. Martin, L’Idée de royauté à Rome. II. Haine de la royauté et séductions monarchiques, Clermont-Ferrand, 1994.

Martin (2003) = P.M. Martin, « Le mos maiorum et l’idéologie popularis », in L’Ancienneté chez les Anciens. I. La vieillesse dans les sociétés antiques : la Grèce et Rome, Montpellier, 2003, 155-168.

Martin (2007) = P.M. Martin, « Présence de l’idéologie popularis dans les discours des tribuns de la plèbe, dans la première décade de Tite-Live », in M. Ledentu (éd.), Parole, Media, Pouvoir dans l’Occident romain - Hommages à G. Achard, Lyon, 2007, 187-210.

Novielli = C. Novielli, La retorica del consenso - Commento alla tredicesima Filippica di M. Tullio Cicerone, Bari, 2001.

Osgood = J. Osgood, Caesar’s Legacy. Civil War and the Emergence of the Roman Empire, Cambridge, 2006.

Richard = J.-C. Richard, Les Origines de la plèbe romaine - essai sur le dualisme patricio-plébéien, Rome-Paris, 1978.

Notes

1 Cf. Hellegouarc’h, 41-90, notamment 48 sq ; 128.

2 Cf. Ernout-Meillet, s.v. inuideo.

3 Cf. Hellegouarc’h, 195 sq.

4 Cf. Hellegouarc’h, 191 sq.

5 Cf. Martin (1994), 4 sq.

6 Cic. Tusc. IV, 50 (odium tyranni).

7 Liv. I, 54, 7 ; 2, 6, 2 (odio et ira).

8 Cic. Rep. I, 62 (odium regium).

9 Cic. Rep. II, 52 (odium regalis nominis). L’absence d’article ne permet pas au latin de faire la diférence. Mais Tite-Live, IV, 15, 3 (cf. II, 2) confirme bien que c’était à l’origine une « haine du nom du roi » (nominis odio) qui contraignit Tarquin Collatin, pourtant victime du roi et acteur de la Révolution, à l’exil.

10 Cic. Rep. II, 49 (nostri quidem omnes reges uocitauerunt qui soli in populos perpetuam potestatem haberent).

11 Sur ce point, cf. Martin (1982), 278 sq ; 289 sq.

12 Cf. nos travaux : Martin (1977) ; Martin (1983) ; Martin (1984).

13 Cf. Liv. II, 23, 1 ; 27, 3 ; 29, 9 ; 45, 5 ; 58 5 & 7 ; III, 15, 7 ; 37, 2 ; 38, 4 ; 41, 5 ; 42, 2 & 6 ; 54, 3 ; IV, 35, 5 ; 36, 5 ; 40, 4…

14 Cf. Martin (1982), 323 sq.

15 Cf. Martin (2007).

16 Nous renvoyons à deux ouvrages fondamentaux : Richard (1978) ; Eder (1990).

17 Cf. Martin (2003).

18 Liv. I, 47, 11 (odio alienae honestatis).

19 Cf. Martin (1994), 107-140.

20 Sall. BJ 30, 3 (odium potentiae nobilitatis).

21 Sall. BJ 40, 3 (odium nobilitatis).

22 Sall. H F 11 C (odium Sullae).

23 Cic. De domo sua 44; Att. I, 19, 8; II, 6, 2 ; IX, 1, 3 ; cf. Verr. II, 4, 81 (odium/odia improborum).

24 Cic. De domo sua 68 ; harusp. resp. 7 ; in Pis. 43; Sest. 46 (bonorum odium); in Vat. 24 (odium in bonos).

25 Cf. Achard, passim.

26 Cic. Verr. II, 1, 23 (odium nostri ordinis) ; Sest. 127 (odio populi) ; De fin. I, 51 (odio ciuium) ; harusp. resp. 5 ; post red. ad Quir. 30 (odio rei publicae).

27 Cic. Att. II, 20, 4 (odium popularium) ; De or. I, 228 (odio populi). Noter que l’expression odium populi se trouvait déjà dans le Pro Sestio 127, une fois avec une valeur active, une fois avec une valeur passive.

28 Le vocabulaire politique romain utilise le terme populus avec la même ambiguïté que le vocabulaire politique français le mot « peuple » : soit pour désigner l’ensemble du corps civique, soit dans l’acception restreinte de « forces populaires », par opposition aux « forces réactionnaires ».

29 Cf. Caes. BC I, 7, 2-8 ; 22, 5 ; 32, 6 ; III, 91, 2.

30 Cic. Phil. XIII, 42.

31 Cic. Att. VII, 5, 4 (certe tyrannus exsistet).

32 Cf. Cic. Fam. IV, 3 ; 4 ; 6 ; 8 ; 9 ; 13 ; VI, 5 ; 10 ; 12 ; 14 ; VII, 24 ; IX, 16 ; 17 ; 18 ; 20.

33 Cf. Cic. Att. XIII, 37, 2.

34 Cic. Fam. IV, 7, 4 (eius potestas quem ueremus). Il n’est d’ailleurs pas le seul ! (cf. Fam. VI, 7)

35 Cic. Att. XIV, 1, 2 (ego dubitem quin summo in odio sim, cum M. Cicero sedeat… ? Atqui si quisquam est facilis, hic est. Tamen nbon dubito quin me male oderit).

36 Cic. Att. XIII, 52.

37 Cic. Att. XIV, 17, 6 (Ille enim nescio quo pacto ferebat me quidem mirabiliter) ; cf. XV, 4, 3 (ita gratiosi eramus apud illum).

38 Cic. Phil. V, 38 (odium seruitutis, quam populum Romanum liberum…). Sur l’opposition libertas/regnum dans l’idéologie républicaine romaine, voir Martin (1994), 99-184.

39 Et contre sa royale maîtresse Cléopâtre : cf. Cic. Att. XV, 15, 1 (Reginam odi).

40 Cic. Fam. VI, 15.

41 Canfora, 302.

42 Cic. At. XIV, 6, 2 (Quid enim miserius qua mea nos tueri propter quae illum oderamus ?).

43 Cic. At. XIV, 12, 1 (uereor ne nobis Idus Martiae nihil dederint praeter laetitiam et odi poenam ac doloris).

44 Cic. At. XIV, 5, 2.

45 Cic. At. XIV, 6, 2 (propter quae illum oderamus).

46 Cf. Cic. At. XIV, 9, 2 (uiuit tyrannis, tyrannus occidit) ; 11, 1 (interfecto rege liberi non sumus) ; 12, 1 (nobis Idus Martiae nihil dederint praeter laetitiam et odi poenam ac doloris) ; 14-15, 2 (sublato enim tyranno tyrannida manere uideo) & 4 (quide mihi atuerit ista domini mutatio praeter laetitiam quam oculis cepi iusto interitu tyranni) ; 17, 6 (minore periculo existimo contra illas nefarias partis uiuo tyranno dici potuisse quam mortuo) ; Fam. XII, 1, 1 (non regno sed rege liberati uidemur… Tantummodo odium illud hominis impuri et seruitutis dolor depulsus esse uideatur, res p. iaceat) ; cf. At. XV, 4, 3 (interecto domino liberi non sumus) ; 20, 2 (illum tyrannum).

47 Cic. At. XIV, 13, 2.

48 Cic. At. XIV, 13, 6 (nonnunquam Caesar desiderandus esse uideatur).

49 Cic. At. XV, 4, 3 (me Idus Martiae non delectant… Non fuerit dominus ille fugiendus).

50 Cic. Att XV, 11, 2 ; Br. II, 5, 2. À défaut de l’avoir tué, Cicéron souhaite qu’il meure de maladie (Att. XV, 3, 2).

51 Cic. Att. XVI, 4, 1.

52 Cic. Att. XIV, 10, 1 ; 12, 1.

53 Cic. Att. XIV, 21, 3 (regni heredem).

54 Cic. Att. XV, 21, 1.

55 Au point que Cicéron, au début, sous-estime sa capacité de nuisance (Cic. Att. XIV, 3, 2).

56 Cic. Att. XV, 22.

57 Cic. Att. XIV, 13, 2.

58 Cic. Att. XV, 22 (nisi uictorem neminem uicturum).

59 Sur le portrait-robot du tyran, cf. P.-M. Martin (1994), 71-79.

60 Cic. Att. XV, 1, 2.

61 Cic. Fam. XVI, 23, 2 (Ego tamen Antonii inueteratam sine offensione amicitiam retinere sane uolo).

62 Cf. Cic Att. XV, 8, 1 (sa mission) ; XVI, 3, 1 (l’affaire de Bouthrôte).

63 Ou Clodius ? Cf. Cic. Att. XIV, 13 A & B.

64 Fam. XI, 2 ; 3.

65 Cic. Att. XIV, 13, 6.

66 Comparer Cic. Phil. II, 76 et Plut. Cic. 43.

67 Cic. Phil. I, 11-13 ; II, 110 ; V, 19 ; cf. Plut. Ibid.

68 Mais nous savons qu’il en prononça au moins dix-sept (cf. Arusianus Messius Gramm. VII, p. 467, l. 15 & 17).

69 Cf. Cic. ad Brut. 2, 3, 4 ; 4, 2.

70 Cf. Cic. Phil. II, 1-2 ; 15 ; 42 ; III, 33 ; V, 19-20 ; Fam. X, 1, 1 ; 2, 1 ; XII, 2, 1 ; 23, 3 ; 25, 4 ; Plut. Cic. 41 ; Dio XLV, 30, 2 ; XLVI, 8, 2.

71 Cf. Cic. Phil. II, 3 sq.

72 Cic. Phil. I, 27 (uideo autem quam sit odiosum habere eundem iratum et armatum).

73 Cic. Phil. I, 32 (propter unius dictatoris odium) ; cf. II, 91 ; V, 38.

74 Cic. Phil. II, 91 (Optimum uero, quod dictaturae nomen in perpetuum de re publica sustulisti ; quo quidem facto tantum te cepisse odium regni uidebatur ut eius omne nomen propter proximum dictatoris metum tolleres) ; cf. 115.

75 Cic. Phil. I, 33-34 (Illud magis uereor ne […] gloriosum putes plus te unum posse quam omnis et metui a ciuibus tuis quam diligi malis. […] metui uero et in odio esse inuidiosum, detestabile, imbecillum, caducum. Quod uidemus etiam in fabula illi ipsi qui « Oderint dum metuant » dixerit perniciosum fuisse.) La tragédie auquel fait allusion Cicéron est l’Atrée d’Accius (cf. Sest. 102 ; Off. I, 97).

76 Cf. Martin (1994), 1-95.

77 Cic. Phil. II, 91.

78 Sur cette affaire, voir Cic. Pro Deiotaro rege.

79 Cic. Phil. II, 96 (Sciebat homo sapiens ius semper hoc fuisse, ut quae tyranni eripuissent, ea, tyrannis interfectis, ii quibus erepta essent reciperarent).

80 Cic. ibid. (Ille uir fuit ; nos quidem contemnendi, qui a [u] ctorem odimus, acta defendimus).

81 Cf. Cic. Phil. XIII, 2 ; Fam. XIV, 7, 2…

82 Cic. Phil. XII, 21 (acerbissimum omnium in me odium impiorum) ; cf. 24 ; II, 1.

83 Sur cet épisode, dont l’interprétation demeure controversée, voir, outre Cic. Phil. II, 84 sq ; III, 12 ; XIII, 17 ; 31, Suet. Diu. Iul. 79 ; Plut., Caes. 61 ; Ant. 12 ; App. BC II, 109 ; Dio XLIV, 11… Nous en avons proposé une lecture dans Martin (1988) 76 sq.

84 Cic. Phil. II, 87 (urbem odisse).

85 Cic. Phil. V, 42 (ardens odio, animo hostili in omnis bonos). Sur ce que recouvre le mot boni pour Cicéron, voir Achard, 60 sq.

86 Cic. Phil. IV, 4 (ardens odio uestri, cruentus sanguine ciuium Romanorum).

87 Cic. Phil. IX, 7 (declarauit quam odisset senatus).

88 Cic. Phil. II, 87 (regnum) ; IV, 2-4 (libertatem ; seruitute ; libertatis uestrae) ; V, 42 (nulla libertas).

89 Cic. Fam. XII, 24, 2 (tantus ardor animos hominum occupauit desiderio libertatis odioque diutinae seruitutis).

90 Cic. Phil. IX, 7 (de hoc bello iudicium senatus… bellum tam graue).

91 Cf. Jal, 381 sq.

92 Cic. Phil. VII, 25 (Omnia uidebitis, patres conscripti,… plena odiorum, plena discordiarum, ex quibus oriuntur bella ciuilia).

93 Cic. Phil. XII, 27 (mediocre etiam odium).

94 Cic. Phil. XIII, 6 (Fortitudo dimicare iubet, iustum odium incendit).

95 Cf. Cic. De Inv. II, 163 ; Rh. Her. III, 3 & 5 ; IV, 35 ; Novielli, 74.

96 Cic. Phil. XIII, 7 (Itaque, si, receptis illis, esse possumus liberi, uincamus odium pacemque patiamur).

97 Cf. Novielli, 78.

98 Cic. Phil. XII, 19 (Quo enim adspectu uidere potero – omitto hostem patriae, ex quo mii odium in illum commune uobiscum est – sed quomodo adspiciam mihi uni crudelissimum hostem, ut declarant eius de me acerbissimae contiones ?)

99 Cic. Phil. XIII, 15 (Incens iomnes rapimus ad libertatem reciperandam ; non potest illius auctoritate tantus senatus populique Romani ardor exstingui. « Odimus, irati pugnamus »).

100 Lucil. F 156 M (odi hominem, iratus pugno) ; cf. Cic. Tusc. IV, 48 ; Novielli, 101 sq.

101 Cic. Phil. XII, 24 (Oderint hostem – nam hoc caput est).

102 Cic. Phil. VIII, 21 (omnes, inflammati odio).

103 Cf. Novielli, passim.

104 Cic. Phil. XII, 8 (odio… in Antonium).

105 Cic. Phil. XII, 7 (odium in Antonium).

106 Cic. Phil. XIV, 8 (L. Antonius, insigne odium omnium hominum uel, si etiam di oderunt quos oportet, deorum).

107 Cic. Fam. XII, 10, 3 (numquam tanto odio ciuitati Antonius fuit quanto est Lepidus).

108 Cic. Ad Br. I, 15, 9 (exstare enim uolebam in crudelissimos hostis monumenta odi publici sempiterna).

109 Cf. Grattarola ; Gotter ; Cristofoli ; Osgood, chap. 1.

110 Cic. Ad Br. I, 15, 10 (hoc bello uictores quam rem publicam simus habituri non facile adfirmarim).

111 Cic. ad Brut. I, 1, 2 (In eum autem locum rem adductam… ut utrique salui esse non possint).

112 Cf. dans ce colloque la communication de S. Wahnich.

113 Liv. F 60 Jal (= Sen. Rh. Suas. VI, 22) (Quae uere aestimanti minus indigna uideri potuit, quod a uictore inimico <nil> crudelius passus erat, quam quod eiusdem fortunae conpos uicto fecisset – la correction de Lipse s’impose ; sinon, la phrase est absurde).

Auteur

Professeur émérite de langue et littérature latines, Université Paul-Valéry Montpellier-III EA 735-CERCAM

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540