Version classiqueVersion mobile

Deux cents ans de progrès éducatifs dans la France septentrionale (1808-2008)

 | 
Jean-François Condette

Annexe documentaire

Texte intégral

Annexe 1 – Carte de l’académie de Douai de 1809 à 1848

1Les cartes qui suivent ont été réalisées par Muriel FONTENEAU, agrégée de géographie au lycée d’Aire-sur-la-Lys et reproduites avec son aimable autorisation, à partir des données fournies par Jean-François CONDETTE.

L’académie de Douai de 1809 à 1848

L’académie de Douai de 1809 à 1848

Annexe 2 – carte de l’académie de Douai entre février 1848 et mars 1850

Carte de l’académie de Douai (1848-1850)

Carte de l’académie de Douai (1848-1850)

Annexe 3 – carte de l’académie de Douai-Lille de 1854 à 1962

2Après l’épisode des académies départementales, décidées par la loi Falloux du 15 mars 1850, la loi Fortoul du 16 juin 1854 décide le retour de grandes académies avec à leur tête un recteur doté d’importants pouvoirs. L’académie de Douai comprend alors, et jusqu’en 1962, cinq départements. En 1888, le siège de l’académie est transféré de Douai à Lille.

Carte de l’académie de Douai-Lille (1854-1962)

Carte de l’académie de Douai-Lille (1854-1962)

Annexe 4 – Carte de l’académie depuis 1964

Carte de l’académie de Lille (1964-2008)

Carte de l’académie de Lille (1964-2008)

Annexe 5 – Tableau récapitulatif des successions rectorales à la tête de l’académie de Douai-Lille depuis 1809

Annexe 6 – Graphique de la durée d’exercice de la fonction rectorale pour les recteurs de l’académie de Douai-Lille depuis 1809

La durée d'exercice de la fonction pour les recteurs de l'académie de Douai-Lille (1808-2008)

La durée d'exercice de la fonction pour les recteurs de l'académie de Douai-Lille (1808-2008)

graphique réalisé par J.F. Condette

Annexe 7 – André TARANGET, premier recteur de l’académie de Douai (1809-1824)

3André TARANGET. Il est né le 2 août 1752 à la Citadelle de Lille (Nord) et décédé le 26 août 1837 à Douai. Fils d’un chirurgien major, il étudie au collège d’Arras, dans les mêmes années que Robespierre. Ses parents désirent le voir entrer dans une carrière ecclésiastique et le jeune Taranget suit les cours de théologie au séminaire. Dispensé par l’évêque de la troisième année, étant donné ses résultats très brillants, il est proposé pour un canonicat par l’évêque d’Orléans mais refuse, ne se sentant pas pour le sacerdoce, une vocation suffisante. Il suit alors les cours de la faculté de médecine de Douai et obtient le grade de docteur le 2 mai 1782. On le retrouve ensuite professeur de physiologie à la faculté de médecine de l’université de Douai (1782-1792). Dépossédé de sa chaire pour avoir refusé le serment exigé en 1792 de tous les fonctionnaires publics, il est chargé des fonctions de médecin à l’hôpital militaire mais il continue aussi ses cours de médecine à Douai en dehors de l’université de 1794 à 1804. Membre du Conseil des Cinq-Cents (avril 1797), il prend une part active à ses travaux avant d’en être exclu le 18 Fructidor de la même année. Il reprend ses leçons à l’hôpital de Douai puis donne des cours particuliers. Il est ensuite brièvement professeur et doyen de la faculté des lettres de Douai (20 juillet 1809) avant d’être nommé recteur de l’académie de Douai (26 août 1809-4 octobre 1827) par Louis de Fontanes. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages et traités de médecine et s’intéresse plus spécialement aux liens entre les maladies qu’il rencontre et le climat de la région. C’est aussi un adepte de la « vaccine » qui tente de diffuser la découverte de Jenner. La ville de Douai, longtemps réticente au sujet de la construction d’un hôtel académique pour loger le recteur et ses services, André Taranget dirige l’académie depuis son domicile et loue, à ses frais, une maison mitoyenne où il installe ses bureaux.

4Source : J.-F. Condette, Les recteurs d’académie en France : tome 2, Dictionnaire biographique, Lyon, INRP, 2006, pp. 348-349. La photographie a été prise par Frédéric COSSART, avec l’aimable autorisation de la Société d’Agriculture, des Sciences et des Arts de Douai.

Annexe 8 – Georges LYON, recteur de l’académie de Lille (1903 à 1924)

5Georges LYON. Il est né à Paris, le 28 septembre 1853 et décédé le 16 octobre 1929. Fils d’un employé, « sous-chef de bureau à la préfecture de police », il réalise de brillantes études. Normalien (1874 à 1877), il est agrégé de philosophie (1877, 1er) puis docteur ès lettres en 1888. Professeur de philosophie au lycée Henri IV, il est ensuite chef de cabinet de Marcellin Berthelot (son beau-père) au ministère de l’Instruction publique (décembre 1886-juin 1887). Maître de conférences à l’Ecole normale supérieure (18881903), il est nommé recteur de l’académie de Lille en juillet 1903 et la dirige jusqu’en juin 1924. Il joue un rôle fondamental dans le développement des divers niveaux de l’enseignement ; il est à l’origine de la création de nombreux établissements, en particulier de jeunes filles et appuie constamment les demandes des quatre facultés lilloises en ce qui concerne les créations de postes, les projets pédagogiques ou les constructions ; il fait terminer la bibliothèque universitaire et fait construire la maison des étudiants, rue de Valmy (avec la prime que lui a versée la compagnie de chemin de fer suite à la mort accidentelle de son ils). Le recteur Georges Lyon joue un rôle capital pendant la Première Guerre mondiale. Véritable ministre de l’Instruction publique des territoires occupés, il use de toute son influence pour inciter constamment les membres de l’enseignement à continuer leur travail. Il ne veut pas laisser vides les bâtiments universitaires afin de les soustraire aux réquisitions allemandes. Il tient aussi à maintenir partout une activité d’enseignement, signe de la survie de la culture française au milieu des troupes d’occupation. Il ne cesse également de protester contre les actions allemandes qui vont à l’encontre des Droits de l’Homme, condamnant les réquisitions de matériel ou de bâtiments sans réellement pouvoir les éviter, dénonçant les déportations de main-d’œuvre. De 1918 à 1924, le recteur Lyon consacre ensuite toute son énergie à reconstruire les structures éducatives de son académie.

6Source : J.-F. CONDETTE, Les recteurs d’académie en France (1808-1940), Lyon, INRP, 2006 ; tome 2 : Dictionnaire biographique, pp. 263-264. Photographie prise par Jean-François Condette à partir de : COLLECTIF, Georges Lyon 1853-1929, Lille, Société d’Éditions du Nord, 1929 (collection particulière).

Annexe 9 – Albert CHÂTELET, recteur de l’académie de Lille (1924 à 1936)

7Albert CHÂTELET. Il est né à Valhuon (Pas-de-Calais), le 24 octobre 1883 et décédé à Paris, le 30 juin 1960. Il est le fils d’un modeste instituteur de village et doit ses promotions ultérieures à ses brillantes études. Élève de l’école communale de Valhuon, où exerce son père, puis du collège de Saint-Pol-sur-Ternoise et du lycée de Douai (classes préparatoires aux grandes écoles, il intègre l’École normale supérieure (1905 à 1908). Agrégé de mathématiques (1908), il est docteur ès sciences en Sorbonne en 1911. Chargé de cours de mécanique rationnelle et appliquée à la faculté des sciences de Toulouse (1913), mobilisé dans le Train sanitaire en août 1914 puis au sein de la Commission d’expériences d’artillerie navale de Gâvres, près de Lorient, il est ensuite professeur de mathématiques générales (1920) à la faculté des sciences de Lille. Doyen de la faculté (1921-1924), il devient le nouveau recteur de l’académie de Lille après la retraite de Georges Lyon (1924-1936). Albert Châtelet réalise une œuvre importante de bâtisseur mais aussi de rénovateur au service de l’Ecole unique. Il est ensuite appelé par Jean Zay au ministère comme directeur de l’Enseignement du Second degré (1937-1940) et lance de nombreuses réformes. Démis de ses fonctions par le Régime de Vichy, il est ensuite professeur d’arithmétique et de théorie des nombres en Sorbonne (1945) avant d’être élu doyen de la faculté des sciences de Paris (1949-1953). Dès sa retraite, en janvier 1954, il s’engage dans de nombreuses associations pacifistes, milite pour la fin de la guerre en Algérie et intègre le Comité Maurice Audin. En 1958, il rejoint l’Union des Forces démocratiques et s’oppose au retour de Charles de Gaulle. Il est candidat à l’élection présidentielle indirecte de décembre 1958 contre De Gaulle et rassemble 8.4 % des suffrages exprimés.

8Source : J.-F. CONDETTE, Les recteurs d’académie en France (1808-1940), Lyon, INRP, 2006 ; tome 2 : Dictionnaire biographique, pp. 111-113 ; Source de la photographie : Tableau d’E. Selmy (1933), Famille Châtelet, reproduction Jean-François Condette.

Annexe 10 – Paul DUEZ, recteur de l’académie de Lille (1940 à 1946)

9Paul DUEZ. Il est né à Epinoy (Pas-de-Calais) le 29 décembre 1888 et décédé à Paris, le 17 octobre 1947. Bachelier ès sciences en 1906, il poursuit des études de droit à la faculté de Lille et obtient sa licence (1909), son doctorat (1913) et l’agrégation de droit public en 1920. Mobilisé d’août 1914 à mars 1919, il sert dans l’infanterie, devient lieutenant puis est promu capitaine. Il est blessé le 16 avril 1917 à Craonne (« fracture complète de l’humérus droit par schrapnell »). Chargé de cours de droit à la faculté de Nancy puis de Paris, il est ensuite très longuement professeur de droit à Lille (octobre 1921-décembre 1940) et devient le doyen de sa faculté, constamment réélu à partir de 1926. Il est aussi directeur de l’Institut commercial de l’Université de Lille de 1928 à 1939. Après le départ pour l’académie d’Alger du recteur Georges Hardy, alors que la France du Nord est de nouveau occupée par l’armée allemande et que le poste de recteur est vacant, Paul Duez accepte cette lourde charge et devient recteur de l’académie de Lille, « à titre temporaire », du 1er décembre 1940 au 21 mars 1946. Il y multiplie les combats afin de maintenir en vie les structures scolaires et universitaires, tentant aussi de protéger au maximum les enseignants, les étudiants et les élèves des mesures vichyssoises et allemandes de réquisition. Il décide en 1946 d’abandonner ses fonctions et il est nommé recteur honoraire le 2 mai 1946. Spécialiste de droit administratif, membre de l’Institut international de droit public, on lui doit de nombreux ouvrages et articles dont : De l’indépendance des autorités législatives et des autorités réglementaires dans la fixation des règles du Droit (thèse en 1913), Traité de responsabilité de la puissance publique, Traité de droit constitutionnel (avec Joseph Barthélémy), Traité de droit administratif (avec son beau-fils Guy Debeyre).

10Sources : Jean-François CONDETTE, Les recteurs de l’académie de Lille (XIXe et XXe siècles), Lille, CRDP, 2001, pp. 154-155. Photographie de Jean-François Condette à partir d’une photographie originale de Madame Renée DUEZ-DEBEYRE et avec son aimable autorisation.

Annexe 11 – Guy DEBEYRE, recteur de l’académie de Lille (1955 à 1972)

11Guy DEBEYRE : Il est né à Lille le 6 novembre 1911 et décédé à Lille, le 10 mai 1998. Il est le fils d’Albert Debeyre, professeur d’histologie et de chirurgie à la faculté de médecine de Lille, grand promoteur de l’éducation physique dans la région. Ancien élève de l’école Rollin et du lycée Faidherbe de Lille, il fait des études de droit. Docteur en droit (1936), agrégé de droit public (1945), il est mobilisé le 22 août 1939. Il est prisonnier de guerre en Allemagne de 1940 à 1945 et organise dans son Offlag, une université de captivité. Professeur de droit public à Alger (1945), il est nommé professeur à la faculté de droit de lille (1950) et en devient le doyen. Il est recteur de l’académie de 1955 à 1972. Il fait face au baby-boom qui touche les structures scolaires et met en place les réformes fondamentales du secondaire (1959, 1963), multipliant les constructions d’établissements. Il doit aussi gérer une première « massification » du supérieur qui renforce les tensions dans les facultés. Il œuvre ainsi au transfert des facultés vers les campus péri-urbains d’Annappes (Lille 1) et de Pont-de-Bois (Lille II et III). Il doit aussi faire face aux événements de mai-juin 1968 et met en œuvre la loi Faure du 12 novembre 1968, faisant preuve d’un remarquable esprit de dialogue. En 1953, il est le fondateur avec l’industriel Bertrand Motte, du CERES (Comité d’études régionales économiques et sociales) qui veut accélérer le renouveau économique d’une région déjà très marquée par la crise, travaillant à la diversification des activités économiques et à l’obtention de soutiens ministériels. Chantre de la décentralisation et de l’aménagement du territoire, il s’engage aussi au service de la municipalité lilloise et entre en 1977 au conseil municipal comme adjoint de Pierre Mauroy, dans un « groupe de personnalités », mettant ses compétences et son art de la négociation au service de la ville de Lille, jouant un grand rôle dans la création des mairies et des conseils de quartier.

12Source : J-F Condette, Les recteurs de l’académie de Lille (XIXe-XXe siècles), Lille, CDRP, 2001, pp. 158-160. Photographie de Jean-François Condette à partir d’une photographie originale personnelle de Madame Renée DUEZ-DEBEYRE et avec son aimable autorisation.

Annexe 12 – Notice sur les écoles normales du Nord-Pas-de-Calais (réalisée par Jean-François CONDETTE)

  • 1 Hugues LETHIERRY (dir.), Feu les écoles normales (et les IUFM ?), Paris, L’Harmatan, 1994, 460 p. ; (...)

13L’échec rapide de l’école normale fondée à Paris par le décret de la Convention du 30 octobre 1794 puis le faible impact du décret du 17 mars 1808 demandant la mise en place de « classes normales » annexées aux lycées de garçons, laissent longtemps le champ libre aux initiatives locales et privées. Si la première école normale primaire apparaît dès 1810 à Strasbourg, il faut attendre 1828-1830 pour voir se multiplier les créations avant que la loi Guizot du 28 juin 1833 n’impose ensuite le cadre normalien dans chaque département pour les garçons. Entre 1830 et 1833, 34 écoles normales ouvrent d’ailleurs ouvert leurs portes mais pas dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais1.

  • 2 Richard HEMERYCK, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIX(...)

141) Dans le département du Nord, si plusieurs projets existent antérieurement, en particulier en 1828, il faut attendre le 16 mai 1834 pour voir s’ouvrir les portes de l’école normale des garçons de Douai. Jusqu’à cette date, divers cours normaux, annexés à des établissements secondaires, mais aussi des noviciats religieux, semblent avoir fonctionné avec plus ou moins de succès alors que la plupart des instituteurs apprennent leur métier « sur le tas » comme sous l’Ancien Régime. Très vite l’école normale de Douai se retrouve à l’étroit et son histoire, au XIXe siècle, est celle de déménagements et d’agrandissements successifs. En 1850, alors que gronde la réaction conservatrice, les écoles normales sont accusées d’être des pépinières de « déracinés » et de « petits rhéteurs » aux idées révolutionnaires. La loi Falloux du 15 mars 1850 décide alors que les écoles normales sont facultatives, les autorités départementales pouvant confier à d’autres institutions, la formation de leurs maîtres. Dans le Nord, même si les débats sont vifs2, l’école normale survit mais on décide de renforcer l’influence religieuse qui s’exerce sur elle. Les Frères maristes sont contactés pour la transformer en cours normal mais ils déclinent l’offre. Dès lors, l’école normale poursuit son existence, sous un régime disciplinaire de fer, comme le stipule le règlement ministériel du 24 mars 1851. En décembre 1855, après la mort du directeur (M. Juge), c’est l’abbé Loizellier qui prend la direction de l’école normale de Douai (1855-1858), même si les maîtres adjoints demeurent laïcs. Pendant tout le Second Empire, l’école normale de Douai ressemble bien plus à un séminaire ou à un noviciat qu’à une école professionnelle mais elle continue à former des élèves-maîtres assez nombreux qui sont ensuite acceptés dans les communes. En septembre 1877, après d’importantes tractations entre l’État, le préfet, le conseil général et la commune, une nouvelle école normale est inaugurée à l’extrémité de la rue d’Arras, entre les remparts de la ville et le Jardin des Plantes. La politique républicaine de rénovation des études et de laïcisation des formations vient ensuite, dans les années 1880, transformer radicalement l’esprit des études normaliennes, même si elle n’en bouleverse pas le cadre matériel. Il s’agit alors de former les « hussards noirs » de la République décrits par Charles Péguy, conscients de l’importance de la patrie et de la grandeur nationale mais aussi adeptes de la nouvelle « foi laïque » chère à Ferdinand Buisson.

Annexe 12-A : Les normaliens de Douai posent pour la photographie avec leur fusil d’exercice. Vers 1881-1882.

Annexe 12-A : Les normaliens de Douai posent pour la photographie avec leur fusil d’exercice. Vers 1881-1882.

Sources : Archives départementales du Nord, 31 FI 154.

15Au XXe siècle, les locaux sont ensuite successivement agrandis et réaménagés. Transformée en hôpital par les Allemands en 1914-1918, l’école normale masculine de Douai rouvre ses portes en 1920 alors que ces élèves et anciens élèves ont montré, par leur engagement dans la boue et le sang des tranchées, leur attachement à la patrie. L’Entre deux guerres est alors une délicate tentative pour retrouver une certaine stabilité. En 1939, une grande partie du matériel est évacuée vers Granville (Manche). Une formation est organisée en 1939-1940 dans divers hôtels et dans le casino de Granville avant que la Blitzkrieg ne vienne détruire cette tentative de réorganisation. Supprimée par le régime de Vichy dès le 18 septembre 1940 (à partir du 1er octobre 1941), les écoles normales sont remplacées, le 15 août 1941, par des instituts de formation professionnelle (IFP). Ces instituts tentent de briser définitivement le cadre normalien en organisant une scolarité d’un an autour de quatre stages successifs. Dans le même temps, le régime de Vichy impose la possession du baccalauréat aux futurs instituteurs (c’était aussi la revendication de Jean Zay dans son projet de 1937 !) qui doivent désormais suivre leurs études secondaires dans les lycées en qualité de boursiers avant de rejoindre l’IFP. Douai accueille alors l’Institut de formation professionnelle et les ex-normaliens.

Annexe 12-C Le trousseau de l’élève de l’école normale de Douai.

Annexe 12-C Le trousseau de l’élève de l’école normale de Douai.

Liste contenue dans une lettre de l’inspecteur primaire au recteur datée du 30 mai 1885.

Sources : Archives départementales du Nord, 2 T 2614

  • 3 Sur l’école normale de Douai, voir : Gilbert CAVRO, L’école normale de Douai (1834-1971), Lille 3, (...)

16Restaurées dès la Libération, les écoles normales ont ensuite bien du mal à retrouver leur équilibre. On y prépare le baccalauréat avant d’y suivre une formation professionnelle qui varie en durée (entre un et deux ans). Après 1950, la hausse progressive des effectifs d’élèves maitres et la transformation des études bouleversent le cadre normalien qui fait cependant preuve d’une certaine adaptabilité alors que se multiplient les réformes par la volonté d’universitariser les formations. Les écoles normales sont ensuite dissoutes en 1991 alors que les formations intègrent le nouvel institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) qui devient à son tout une école interne de l’Université d’Artois au premier janvier 20083.

17En ce qui concerne les institutrices, la situation nordiste est longtemps marquée par un retard certain car ce n’est qu’en 1883 qu’est inaugurée l’école normale des filles de Douai.

  • 4 Voir l’article de Richard HEMERYCK, « La congréganisation des écoles normales du département du Nor (...)

18Les aspirantes au métier sont longtemps formées par des congrégations religieuses. Après de longues négociations entre les institutions religieuses et le rectorat, un « cours normal » de filles est ouvert à Douai en octobre 1845, intégré au sein d’une école congréganiste tenue par les Sœurs (Les Dames de Flines)4. Pour cette première année, le cours accueille dix jeunes filles (deux boursières de l’État et huit du département). Les études qui durent deux années, passent à trois années en 1852 alors que le nombre des élèves augmente peu à peu (en 1853 : six bourses d’État et trente bourses départementales). Au sein de ce cours normal, la formation de la bonne chrétienne, on le devine, est une priorité même si les élèves reçoivent aussi une formation théorique et pratique. En 1880, alors que les Républicains ont enfin conquis la République (1879), et en application de la loi Paul Bert (1879), le conseil général du Nord décide la création d’une école normale laïque de filles qui s’installe elle aussi à Douai. Il faut cependant trois années pour que l’institution voit le jour en 1883. Le cours normal de Flines continue, quant à lui, de fonctionner de 1883 à 1904 afin de former des institutrices libres. L’école normale des filles de Douai suit ensuite l’évolution générale des écoles normales féminines françaises et rencontre, elle aussi, les tensions multiples d’un XXe siècle, profondément marqué par les guerres. Ses formations sont progressivement universitarisées au cours du second vingtième siècle avant que l’école n’intègre, elle aussi, l’IUFM en 1991.

  • 5 Sur l’école normale d’Arras, voir : Mademoiselle MESSELIER, L’Ecole normale des instituteurs d’Arra (...)

192) Dans le département voisin du Pas-de-Calais, l’opposition au modèle normalien défini par François Guizot se fait plus forte5. Le conseil général fait tout d’abord le choix d’envoyer des boursiers au pensionnat Saint-Bertin de Dohem. À partir de 1820, le pensionnat de Dohem devient ainsi le « cours normal » du département dirigé par des Frères. Dans le même temps, existent diverses « écoles modèles » comme celle d’Arras (école modèle, rue de Baudimont fondée en 1817 pour former à la méthode mutuelle) ou celle de Saint-Omer (école mutuelle installée dans une dépendance du collège communal à partir de 1830). À partir de 1828, divers projets d’école normale interdépartementale (à Douai) sont mis au point mais qui rencontrent le scepticisme des élites du Pas-de-Calais (refus de subvention du conseil général dans sa séance du 5 septembre 1829). Comme la loi Guizot de juin 1833 en donne le droit, le conseil général du Pas-de-Calais décide ensuite d’envoyer ses boursiers suivre les cours de l’école normale des garçons de Douai qui devient ainsi interdépartementale (une somme de 6000 francs est votée au budget de 1834 pour fonder six bourses et douze demi-bourses), ce qui lui permet d’éviter d’avoir à supporter les frais d’une école normale spécifique. L’ordonnance royale du 28 novembre 1833 reconnaît la validité de l’accord conclu entre les deux départements.

20C’est en pleine période de réaction conservatrice, alors que l’épuration s’abat sur le corps enseignant jugé responsable des événements révolutionnaires de 1848, que le Pas-de-Calais décide de fonder son « école normale ». En 1850 en effet, comme l’autorise la loi Falloux (article 35), le conseil général du Pas-de-Calais décide de confier de nouveau ses boursiers-normaliens à une institution privée qui n’est autre que le pensionnat de Dohem. Le traité est conclu avec l’administration du pensionnat en septembre 1851, avec l’accord du recteur et du préfet. Le « cours normal » très longtemps dirigé par l’abbé Panet et subventionné par les deniers publics (30 bourses à 500 francs), doté de locaux et de maîtres laïcs spécifiques, s’installe donc au sein du pensionnat.

Annexe 12-D. Lettre de Monseigneur De la Tour d’Auvergne-Lauraguais, évêque d’Arras aux prêtres pour leur faire connaître l’existence du « cours normal » de Dohem qui doit former des maîtres compétents et chrétiens. 11 février 1851.

Annexe 12-D. Lettre de Monseigneur De la Tour d’Auvergne-Lauraguais, évêque d’Arras aux prêtres pour leur faire connaître l’existence du « cours normal » de Dohem qui doit former des maîtres compétents et chrétiens. 11 février 1851.

Sources : Archives départementales du Pas-de-Calais, T 108.

21La situation n’évolue plus jusqu’au « moment Ferry ». En 1879, seuls huit départements français ne possèdent pas encore d’école normale de garçons dont celui du Pas-de-Calais. Les élèves boursiers du conseil général sont toujours envoyés comme internes au sein du pensionnat de Dohem, situé à une centaine de kilomètres d’Arras. Les critiques se multiplient cependant sur les lacunes de la formation reçue (divers échecs aux examens du brevet élémentaire) mais aussi sur l’esprit très religieux inculqué aux normaliens alors que la République laïque lance sa politique de réformes scolaires. Pour les filles, la formation se déroule essentiellement au sein des congrégations religieuses, même si le pensionnat de Dohem intègre aussi rapidement un « cours normal des filles ».

22Comme l’exige la loi Paul Bert du 9 août 1879, le département du Pas-de-Calais doit alors songer à la construction d’une école normale de garçons et d’une école normale des filles. Après de longues négociations sur le choix de l’implantation des nouvelles écoles normales, (offres des villes de Béthune, Arras, Montreuil, Saint-Omer et Saint-Pol-sur-Ternoise) et sur les conditions financières de l’installation, deux bâtiments sont progressivement construits à Arras. Les deux écoles normales sont alors ouvertes le 1er octobre 1883 et leur histoire est dans l’ensemble parallèle à celles du Nord.

Annexe 12-E. Carte postale de la nouvelle école normale des filles d’Arras vers 1900.

Annexe 12-E. Carte postale de la nouvelle école normale des filles d’Arras vers 1900.

Sources : Archives départementales du Pas-de-Calais.

23Au début de la guerre de 1914-1918, l’école normale de garçons du Pas-de-Calais est transférée à Berck-sur-Mer et tente avec les enseignants et les élèves qui lui restent de mettre sur pied une formation minimale qui commence en février 1915. Les élèves sont répartis dans diverses pensions de famille et les cours organisés dans plusieurs salles de la ville alors que nombre de leurs camarades des promotions précédentes sont dans les tranchées. En octobre 1919, les cours rejoignent ensuite les locaux des deux écoles normales d’Arras. Plongés de nouveau dans les affres de la guerre, en 1930-1945, les locaux de l’école normale de garçons sont un temps occupés par la troupe puis mis à la disposition du collège d’Arras. En 1945, l’école normale de garçons est ensuite occupée pendant six semaines par un état major anglais. Dès lors, comme à Douai, les années 1945-1991 au sein des écoles normales arrageoises tentent ensuite de faire face à la demande accrue d’instituteurs et d’institutrices tout en intégrant dans leurs formations les novations exigées par les transformations du public scolaire et les attentes du système éducatif.

Annexe 13 – Lettre du recteur Taranget au maire de Douai pour une distribution des prix (16 mars 1810)

Sources : Archives municipales de Douai, 1R11.

Annexe 14 – Lithographie du lycée de Douai au milieu du XIXe siècle

Sources : Archives départementales du Nord, J 634.

Annexe 15 – Prospectus du collège Fénelon de Lille (jeunes filles) pour l’année 1883

Sources : Archives départementales du Nord, 2T 2197.

Annexe 16 – Carte postale de l’inauguration du lycée Fénelon de Lille (1907)

Sources : Archives départementales du Nord, 30 FI - Enseignement 13.

Annexe 17 – Carte postale : La salle de couture du lycée Fénelon avant 1914

Sources : Archives départementales du Nord, 30 FI - Enseignement 20.

Annexe 18 – Photographie des professeures du collège Fénelon vers 1905

Sources : Archives départementales du Nord, 31J 15.

Annexe 19 – Lettre du 7 décembre 1915 rédigée par le proviseur du lycée Faidherbe expliquant l’occupation et le pillage par les troupes allemandes
Sources : archives départementales du Nord, 2 T 603
ACADÉMIE DE LILLE
Lycée Faidherbe
Lille, le 30 juin 1915
Le Proviseur du Lycée Faidherbe
à Monsieur l’Inspecteur d’académie
J’ai l’honneur de vous adresser le rapport qui m’a été demandé par la note rectorale en date du 18 juin dernier sur la marche des études au lycée Faidherbe pendant l’année scolaire 1914-1915. Avant de parler des études et de leurs résultats, je crois nécessaire d’indiquer, au moins dans ses grandes lignes, l’organisation que nous avons dû adopter dans notre enseignement sous la pression des événements militaires.
Dès le début du mois d’août, la mobilisation nous avait enlevé 22 professeurs, 3 professeurs-adjoints, un surveillant général et un commis aux écritures. Notre cadre du personnel enseignant était donc bien réduit. Cependant, j’avais pu, en prévision de la rentrée d’octobre, préparer, en septembre, un tableau d’emploi du temps qui donnait satisfaction à tous les besoins de l’enseignement, y compris ceux des classes préparatoires aux grandes écoles. Cette organisation ne put fonctionner que pendant neuf jours.
La rentrée des classes se fit à la date fixée lors de la distribution des prix, c’est-à-dire le jeudi matin 1er octobre. Le nombre de nos élèves s’élevait, dès les premiers jours, à 426 dont 26 pensionnaires. C’était un effectif relativement élevé et d’autant plus inespéré qu’un très grand nombre de familles de Lille et des environs avaient quitté la région, lors des paniques de la fin août et du début de septembre, et que bien peu d’entre elles étaient revenues. Aussi, au début d’octobre, la situation générale du lycée permettait de faire de bonne besogne et chacun de nous se mit courageusement à l’œuvre. Mais nos efforts ne tardèrent pas à être entravés par les événements. Dès le vendredi 3 octobre, une bombe, jetée par un aréoplane sur un immeuble de la rue Inkermann, jette l’effroi dans les familles et, le soir, nos classes comptent de très nombreux absents. Le samedi, on signale un peu partout, autour de Lille, la présence de cavaliers ennemis. Cinq fonctionnaires du lycée, mobilisables, craignant d’être pris et emmenés en Allemagne, quittent la ville pour se réfugier à la côte. Ils croyaient à une absence de quelques jours ; aucun d’eux ne put revenir à son poste […].
Le lendemain, dimanche 4, c’était l’affaire de Fives et le premier bombardement de Lille. Le lundi matin 5, quelques rares élèves, des courageux, se présentent au lycée ainsi que les fonctionnaires de service. Le canon tonne aux portes de la ville et l’on se bat dans la banlieue. On ne pouvait faire classe dans de telles conditions et, par prudence, les cours sont licenciés. Monsieur le Recteur fixe la rentrée au vendredi 9 octobre. Une note publiée dans les journaux locaux fait connaître cette mesure aux familles.
Le vendredi, 125 élèves se présentent et les classes du matin ont lieu régulièrement. A midi, l’ordre est donné à tous les jeunes gens et à tous les hommes âgés de 18 à 48 ans d’évacuer la ville et de se diriger vers Gravelines. Huit professeurs, deux professeurs-adjoints, onze grands pensionnaires, deux surveillants d’internat partent vers trois heures. Un grand nombre d’externes en font autant. La classe du soir ne peut avoir lieu, une douzaine d’élèves seulement s’étant présentés au lycée. Les cours, provisoirement suspendus sont renvoyés au lundi 12 octobre. Le samedi soir, à 3 heures, a lieu au lycée, sous la présidence de M. l’inspecteur d’académie, une réunion des professeurs et des professeurs adjoints […]. Quelques instants après la fin de cette séance, des coups de fusils sont tirés dans la rue des Arts, en face de la porte du lycée, sur une patrouille ennemie qui entrait en ville. Les bombes commencent à tomber sur Lille. Les événements qui ont suivi sont connus de tous et je n’ai pas à les raconter ici. Mais ils eurent pour conséquence de reculer notre nouvelle rentrée.
Dès le lendemain de l’occupation, notre literie est réquisitionnée ; quelques jours plus tard, un groupe nombreux de chauffeurs d’automobiles sont logés dans nos locaux. Puis au moment où nous pensions pouvoir recommencer nos cours, arrivent un détachement important de cavalerie ainsi qu’un convoi de voitures qui encombrent la maison pendant plusieurs semaines et la mettent dans un état extraordinaire de malpropreté. Une épaisse couche de fumier couvre le parquet de nos préaux et de nos classes. Les cours sont salies par les déjections des soldats. Un nettoyage complet, une désinfection énergique s’imposent. Notre personnel d’agents, extrêmement réduit, se met courageusement au travail et il allait achever la besogne lorsqu’une ambulance allemande vient prendre possession du lycée. Des tentatives sont faites à diverses reprises, près des autorités allemandes du lazaret, pour essayer de nous faire réserver une partie de nos locaux, en particulier le petit lycée de la rue Saint-Jacques ; ces efforts répétés demeurent impuissants. Le petit lycée annexe, occupé par les téléphonistes militaires, et qui a beaucoup souffert du bombardement, ne peut être utilisé. L’incendie du 28-29 novembre vient encore aggraver cette situation. Il fallait donc chercher ailleurs une installation devenue impossible au lycée. M. le Recteur nous offre la faculté des lettres […]

Annexe 20 – Lettre de l’instituteur de Savy Berlete à son inspecteur primaire (23-11-1914)

Sources : Archives départementales du Pas-de-Calais, 2T 513.

Annexe 21 – Lettre du général Von Graevenitz du 16 mai 1918 réquisitionnant l’université

Sources : Archives départementales du Nord, 2T 604.

Annexe 22 – Tableau de statistiques : Le développement de l’enseignement primaire de 1955 à 1965

Sources : Guy Debeyre, L’académie de Lille (1955-1965), Lille, G. Sautai Fils, 1967. (Tableau réalisé par Jean-François Condette).

Annexe 23 – Tableau de statistiques. L’enseignement du niveau du second degré dans l’académie de Lille de 1955 à 1965

Sources : Guy Debeyre, L’académie de Lille (1955-1965), Lille, G. Sautai Fils, 1967, p. 176-177. Tableaux réalisés par Jean-François Condette.

Annexe 24 – Tableaux de statistiques. L’enseignement du niveau du second degré dans l’académie de Lille de 1955 à 1965

** = Nombre d’établissements.

Sources : Guy Debeyre, L’académie de Lille (1955-1965), Lille, G. Sautai Fils, 1967, p. 176-177. Tableau réalisé par Jean-François Condette.

Annexe 25 – Évolution du nombre des candidats et des admis aux baccalauréats d’enseignement général dans l’académie de Lille de 1977 à 1988 (séries A, B, C, D et E)

Année de session

Nombre de candidats

Nombre d’admis

% d’admis

1977

13598

8656

63,65 %

1978

13870

8889

64,08 %

1979

14416

9241

64,10 %

1980

15723

8029

60,43 %

1981

16655

9938

63,14 %

1982

16508

9965

63,37 %

1983

15881

10406

62,47 %

1984

16508

10017

60,67 %

1985

15881

10215

64,32 %

1986

16403

1118

67,78 %

1987

17777

11891

66,88 %

1988

19171

13382

69,80 %

Sources : Jean-Claude DISCHAMPS, Une décennie de progrès éducatifs dans l’académie de Lille, Centre régional de documentation pédagogique, Lille, 1989, 320 p. Tableau de synthèse réalisé par Jean-François Condette

24En onze ans, de 1977 à 1988, on compte 5.573 candidats de plus pour l’académie de Lille et 4.727 admis supplémentaires pour les seuls baccalauréats de l’enseignement général.

25En 1999, l’académie de Lille délivre 38.941 baccalauréats, toutes séries confondues (chiffre maximum jamais atteint). En 2006, l’académie délivre 36.450 baccalauréats dont 7.513 professionnels (20,6 %), 10.787 technologiques (29,5 %) et 18.150 baccalauréats de l’enseignement général (49,7 %).

Annexe 26 – Les effectifs de l’enseignement primaire et secondaire dans l’académie de Lille en 2006-2007

Sources : Rectorat de l’académie de Lille ; (l’enseignement privé repris ici est le privé sous contrat). Tableau réalisé par Jean-François Condette.

Annexe 27 – Effectifs de l’enseignement supérieur dans l’académie de Lille en 2006-2007

Sources : Rectorat de l’académie de Lille. Tableau réalisé par Jean-François Condette.

Notes

1 Hugues LETHIERRY (dir.), Feu les écoles normales (et les IUFM ?), Paris, L’Harmatan, 1994, 460 p. ; Marcel GRANDIÈRE, La formation des maîtres en France (1792-1914), Lyon, INRP, 2006, 221 p. ; Christian NIQUE, L’impossible gouvernement des esprits, Histoire politique des écoles normales primaires, Paris, Nathan, 1991, 200 p. ; Jean-François CONDETTE, Histoire de la formation des enseignants en France (XIXe-Xe siècles), Paris, L’Harmatan, 2007, 354 p.

2 Richard HEMERYCK, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIXe siècle (1845-1883) : l’école normale d’instituteurs de Douai », Revue du Nord, no 220, janvier-mars 1974, pp. 13-28.

3 Sur l’école normale de Douai, voir : Gilbert CAVRO, L’école normale de Douai (1834-1971), Lille 3, maîtrise (Bernard Ménager dir.), 1991, 220 p. ; Bernard DENIS, L’origine géographique et sociale des instituteurs du Nord sous la Troisième République, Lille 3, maîtrise, 1976, (Yves-Marie Hilaire dir.), 113 p. ; André CANIVEZ, L’Ecole normale d’instituteurs de Douai de 1834 à 1961, 1962, 186 p.

4 Voir l’article de Richard HEMERYCK, « La congréganisation des écoles normales du département du Nord au milieu du XIXe siècle (1845-1883) : le cours normal des Dames de Flines », Revue du Nord, no 217, avril-juin 19732, pp. 113-122.

5 Sur l’école normale d’Arras, voir : Mademoiselle MESSELIER, L’Ecole normale des instituteurs d’Arras (1883-1965), Lille 3, maîtrise, (Bernard Ménager dir.), 1998, 98 p. ; Jean-Robert THOMAS, L’Ecole normale d’instituteurs du Pas-de-Calais, (monographie par le directeur de l’E. N), Arras, 1965, Société d’éditions du Pas-de-Calais, 260 p. ; Marc LOISON, Facteurs d’alphabétisation et de scolarisation dans l’Arrageois au XIXe siècle ou un arrondissement rural face à des inégalités, thèse Lille 3, Sciences de l’Education, 546 p. Travail synthétisé dans Ecole, alphabétisation et société rurale dans la France du Nord au XIXe siècle, Paris, L’Harmatan, 2003, 296 p. « (pp. 223 et suivantes) ;

Table des illustrations

Titre L’académie de Douai de 1809 à 1848
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte de l’académie de Douai (1848-1850)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte de l’académie de Douai-Lille (1854-1962)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Carte de l’académie de Lille (1964-2008)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre La durée d'exercice de la fonction pour les recteurs de l'académie de Douai-Lille (1808-2008)
Crédits graphique réalisé par J.F. Condette
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Annexe 12-A : Les normaliens de Douai posent pour la photographie avec leur fusil d’exercice. Vers 1881-1882.
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, 31 FI 154.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Annexe 12-C Le trousseau de l’élève de l’école normale de Douai.
Légende Liste contenue dans une lettre de l’inspecteur primaire au recteur datée du 30 mai 1885.
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, 2 T 2614
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Annexe 12-D. Lettre de Monseigneur De la Tour d’Auvergne-Lauraguais, évêque d’Arras aux prêtres pour leur faire connaître l’existence du « cours normal » de Dohem qui doit former des maîtres compétents et chrétiens. 11 février 1851.
Crédits Sources : Archives départementales du Pas-de-Calais, T 108.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Annexe 12-E. Carte postale de la nouvelle école normale des filles d’Arras vers 1900.
Crédits Sources : Archives départementales du Pas-de-Calais.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Crédits Sources : Archives municipales de Douai, 1R11.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, J 634.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, 2T 2197.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, 30 FI - Enseignement 13.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, 30 FI - Enseignement 20.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, 31J 15.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Crédits Sources : Archives départementales du Pas-de-Calais, 2T 513.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Crédits Sources : Archives départementales du Nord, 2T 604.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Crédits Sources : Guy Debeyre, L’académie de Lille (1955-1965), Lille, G. Sautai Fils, 1967. (Tableau réalisé par Jean-François Condette).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits Sources : Guy Debeyre, L’académie de Lille (1955-1965), Lille, G. Sautai Fils, 1967, p. 176-177. Tableaux réalisés par Jean-François Condette.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende ** = Nombre d’établissements.
Crédits Sources : Guy Debeyre, L’académie de Lille (1955-1965), Lille, G. Sautai Fils, 1967, p. 176-177. Tableau réalisé par Jean-François Condette.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Crédits Sources : Rectorat de l’académie de Lille ; (l’enseignement privé repris ici est le privé sous contrat). Tableau réalisé par Jean-François Condette.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Crédits Sources : Rectorat de l’académie de Lille. Tableau réalisé par Jean-François Condette.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40110/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search