Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Affrontements religieux en Europe

 | 
Véronique Castagnet
, 
Olivier Christin
, 
Naima Ghermani

Partie 3. Les pouvoirs et la foi

La dispute d’Ilanz en 1526 enjeux et pratiques de la controverse religieuse au début du XVIe siècle1

Fabrice Flückiger

Texte intégral

  • 1 Source : S. Hofmeister, Acta und Handlung des Gesprähs so von alle Priesteren der Tryen Pündten im (...)

Fig. 1. Sebastien Hofmeister Actua und Handlung, Récit de la dispute d’Ilanz, 1526, page 1

Fig. 1. Sebastien Hofmeister Actua und Handlung, Récit de la dispute d’Ilanz, 1526, page 1

© Bibliothèque nationale suisse, Berne.

  • 2 L’utilisation des termes « réformés » et « catholiques » répond ici à des questions de commodité de (...)

1En 1526 paraît chez Christoph Froschauer, éditeur zurichois acquis à la Réforme, un fascicule de 30 pages rédigé par le réformateur schaffhousois Sebastian Hofmeister et consacré à la dispute organisée en janvier de la même année à Ilanz, dans l’actuel canton suisse des Grisons. Le pamphlet, qui rapporte les débats qui ont opposé en janvier 1526 réformés et catholiques2, se veut une démonstration des positions réformées et une attaque en règle contre les clercs restés fidèles à Rome. Ce document n’est qu’un exemple parmi d’autres de la masse d’écrits – pamphlets, libelles et tracts, plus connus sous le nom de Flugschriften – qui inondent le Saint-Empire et la Confédération helvétique alors que progresse la Réforme. Le texte de Hofmeister présente toutefois un intérêt particulier pour l’étude des affrontements religieux à l’époque moderne. Il reflète l’une des modalités les plus importantes de la diffusion de la Réforme dans l’aire germanique, à savoir les disputes religieuses. Les années 1520-1530 furent marquées par cette forme nouvelle de la controverse religieuse, caractéristique des premières années de la Réforme (Fuchs 1995 ; Hollerbach, 1982 ; Moeller, 1970/1974). C’est au sein de ces rencontres que se fit, le plus souvent, le choix religieux des villes libres, des cantons suisses et, comme le montre Ilanz, des républiques communales qui subsistaient aux marges de l’Empire dans le premier tiers du XVIe siècle.

Les principales disputes en Suisse et en Allemagne dans les années 1520-1530

1523

Zurich I (janvier) et II (octobre)

1528

Berne

1525

Memmingen

Hambourg

Kaufbeuren

1531

Ulm

Nuremberg

1535

Genève

1526

Ilanz

1536

Lausanne

Baden*

* La dispute de Baden fut la seule à être organisée par un magistrat favorable au catholicisime.

La dispute d’Ilanz, un cas exemplaire

2Dans son rapport, Hofmeister retrace les origines et le déroulement de la rencontre durant laquelle les trois ligues grisonnes (Ligue grise, Ligue de la Maison Dieu et Ligue des Dix Juridictions) – liées par une constitution commune depuis 1524 pour former l’État libre des Grisons – ont tenté de régler le conflit religieux dans leur territoire. Le récit s’ouvre sur la plainte déposée contre les « hérétiques » la veille de Noël 1525 devant l’assemblée des ligues (Bundestag) par le vicaire général du diocèse de Coire, Peter Speiser :

Il se présenta devant l’assemblée réunie avant Noël à Coire, accompagné de l’abbé de Saint-Luc et des membres du chapitre de Coire, et accusa publiquement [Comander] et ses compagnons d’être des hérétiques et des fauteurs de trouble, de détruire les saints sacrements, de mépriser la sainte messe et de déchirer les Ecritures. Ils n’auraient que mépris pour le jeûne, les offrandes, la prière et la confession. Leur but, dit-il, est d’abattre la Sainte Église chrétienne en remettant en cause les vérités de la foi pourtant reconnues et confirmées depuis 1526 ans [...].

3À cette date, les idées réformées ont déjà connu un certain succès dans les communes grisonnes, traditionnellement hostiles aux prétentions politiques et économiques de l’église. La situation est donc tendue lorsque, devant les députés, Speiser accuse Johannes Comander, curé de l’église Saint-Martin de Coire et chef de file des réformés grisons, de propager l’hérésie. Convoqué devant l’assemblée, Comander réfute les accusations portées à son encontre, affirme ne désirer que la paix et défendre la vraie religion chrétienne. Il demande que l’on organise une « discussion amicale » pour mettre fin au conflit :

Et, lorsque [Comander] parut [...], il pria ces Messieurs, pour l’amour de Dieu et au nom du Jugement dernier, et aussi pour la paix et l’unité des ligues unies, de ne pas prêter foi à cette accusation fausse et mensongère, mais au contraire de fixer un jour où lui et la partie adverse se rencontreraient pour une discussion amicale et chrétienne [...].

  • 3 Même si le rapport de Hofmeister ne le précise pas, on peut supposer que le choix d’Ilanz, capitale (...)

4Les députés grisons accèdent à cette demande et la rencontre est fixée au 7 janvier 1526. Elle aura lieu à Ilanz, capitale de la Ligue grise. Cependant, dès le matin du 7, les difficultés surgissent. Les députés mandatés pour présider la rencontre ne sont pas tous présents, ce qui retarde les débats qui ne peuvent commencer en leur absence. Les clercs restés fidèles à Rome, menés par le vicaire général Speiser et l’abbé du couvent Saint-Luc de Coire, Theodul Schlegel, refusent de reconnaître l’autorité du pouvoir temporel en matière de décision religieuse. Ils exigent que la rencontre soit annulée et que l’on s’en remette à un concile. Speiser est le plus véhément : tout au long de la rencontre, il ne cessera de montrer son désaccord, cachant mal son exaspération devant le dialogue avec les « hérétiques » qui lui a été imposé, alors qu’il espérait que sa plainte conduirait à leur condamnation. Le lieu choisi pour la dispute est lui aussi contesté : les catholiques tentent d’obtenir que les débats se déroulent dans une église, mais ils auront finalement lieu à l’hôtel de ville. L’organisation de la rencontre par le pouvoir politique se voit ainsi clairement mise en évidence3.

5Les débats s’ouvrent enfin le 8 janvier. Dès le début, les adversaires ne s’accordent sur rien. Alors que Comander avait prévu de démontrer 18 articles résumant les principales thèses réformées, seul l’article 1 fait l’objet d’une discussion quelque peu approfondie. Il concerne la nature de l’Église, dans laquelle les réformés voient une communauté spirituelle ancrée dans le Verbe divin et non une institution temporelle. On se dispute surtout au sujet des modalités d’argumentation, les catholiques refusant de se plier au principe sola scriptura qui interdisait le recours à la Tradition et aux Pères. Le désaccord porte jusque sur la version de la Bible à utiliser, les catholiques insistant sur la seule validité de la traduction de saint Jérôme, alors que les réformés entendent recourir aux versions grecque et hébraïque des Écritures. Devant les attaques ad hominem et les nombreuses digressions qui troublent les débats, les députés mettent fin à la rencontre le soir même. Le rapport de Hofmeister ne précise pas quelle décision fut alors prise, mais quelques mois plus tard, en avril 1526, l’assemblée des Grisons décidait le cantonnement de l’Église à des activités purement spirituelles et soustrayait les habitants des ligues à la justice ecclésiastique. Le Bundestag renforçait ainsi les mesures de 1524 qui mettaient de sévères restrictions aux activités économiques de l’Église, interdisant notamment la vente d’indulgences. Quant à la ville d’Ilanz, elle choisit d’adopter la Réforme.

6Certes, le rapport de Hofmeister relate une dispute organisée dans une petite ville et dont les conséquences ne semblent guère dépasser le cadre de l’État grison. Il ne faut cependant pas réduire cette rencontre à des enjeux purement locaux. En effet, à bien des égards, la dispute d’Ilanz est emblématique des rencontres organisées dans le Saint-Empire et les cantons suisses de 1523 à 1536. Elle s’inspire du modèle défini en 1523 par Ulrich Zwingli et le conseil de Zurich, dont toutes les disputes allaient plus ou moins s’inspirer : devant une présidence formée de membres du conseil et/ou de théologiens, le réformateur présentait une liste d’articles de foi. Les catholiques étaient invités à démontrer qu’ils étaient faux ou à renoncer à toute opposition. En accord avec le principe sola scriptura édicté par Luther, les Écritures étaient la seule autorité reconnue. L’institution ecclésiastique se voyait exclue du débat et le conseil de ville qui, bien souvent, se réunissait en l’absence des clercs pour statuer, prononçait le jugement. Le type de dispute né à Zurich connut un succès important : on en recense plus de 30 pour les années 1523-1536, de Nuremberg à Lausanne en passant par Berne et Baden (Moeller, 1974). On peut donc, à partir de l’exemple d’Ilanz, tenter de dégager les principaux enjeux de ces disputes : rôle des autorités, déséquilibre des camps en présence au profit des protestants, choix d’un mode bien particulier d’argumentation.

Le rôle du pouvoir temporel

7Au début du rapport de Hofmeister, l’initiale gravée qui ouvre le texte attire l’attention du lecteur (Fig. 2). Elle représente le Jugement de Salomon. Cette illustration résume fort bien le rôle que le pouvoir temporel entend occuper dans les disputes : arbitre se plaçant au-dessus des factions adverses, le magistrat écoute les arguments des parties, juge de leur validité et prononce le verdict sur les questions de foi.

8Villes libres d’Empire, républiques helvétiques ou ligues communales telles que celles des Grisons jouent alors un rôle essentiel dans le succès de la Réforme. Le statut des villes d’Empire les libère de toute tutelle seigneuriale, l’Empereur restant la seule autorité à laquelle elles doivent se soumettre. Dans les cantons suisses, les villes sont souveraines, le traité de Bâle de 1499 ayant entériné l’indépendance de la Confédération face au Saint-Empire. Alliées aux cantons suisses, les Ligues grisonnes jouissent d’une autonomie importante. On ne s’étonne donc pas de voir la plupart des disputes organisées au sein de ces structures politiques fortement indépendantes. À cette époque, celles-ci sont régies par des gouvernements collégiaux, attachés – qu’il s’agisse des députés grisons ou des conseillers des Räte municipaux – à l’idéal du gouvernement exercé par les membres élus de la communauté. Les magistrats se pensent comme garants du bien commun et la dispute leur apparaît comme un moyen de mettre fin au conflit religieux et de réunifier la communauté. Tenue en présence des représentants de la Gemeinde – il est rare que tous les habitants soient invités à assister aux débats – la dispute devient la réunion de l’« assemblée chrétienne » présentée par les théoriciens de la Réforme comme garante de la préservation de la « vraie foi » face aux dérives de l’église romaine.

Fig. 2. Initiale gravée représentant le jugement de Salomon dans l’ouvrage de S. Hofmeister

Fig. 2. Initiale gravée représentant le jugement de Salomon dans l’ouvrage de S. Hofmeister

© Bibliothèque nationale suisse, Berne.

  • 4 Les noms des députés présents à Ilanz reste inconnus. Seule la présence du juge Durig Berchter de D (...)

9Dans les Grisons, l’idée de communauté représentée par des magistrats élus est particulièrement forte. L’assemblée souveraine est composée des députés des différentes communes qui forment les ligues. À Ilanz, le magistrat grison conduit le processus de bout en bout : il décide de l’organisation de la dispute et définit le lieu ainsi que la date de la rencontre. Ses représentants président les débats et décident de leur clôture4. Parallèlement, il prend des décisions qui limitent les prérogatives de l’Église et reconnaissent les réformés, comme dans les édits de 1524 et 1526 qui restreignent les pouvoirs de l’Église et de l’évêque de Coire (Bundi, 2003). Le rapport de Hofmeister reflète donc le rôle central de l’autorité politique dans l’organisation des disputes. La décision prise à Coire la veille de Noël 1525 montre que le magistrat n’entend pas simplement enregistrer les exigences du vicaire général et condamner des « hérétiques », mais bien endosser le rôle d’arbitre et statuer lui-même sur la question religieuse. Les clercs idèles à Rome ne s’y trompent pas et leur réticence à participer à la rencontre résulte aussi de leur refus de voir le pouvoir temporel s’arroger des compétences dont ils estiment avoir le monopole. À cet égard, Ilanz est loin d’être un cas isolé : pour ne citer qu’un exemple, à Kaufbeuren, en janvier 1525, les clercs se montrent très réticents à l’idée d’être jugés par le conseil, et l’évêque d’Augsbourg, Christoph von Stadion, tente d’empêcher la dispute. Mais de manière générale, les protestations de la hiérarchie catholique n’auront pas l’effet escompté. L’interdiction de disputer entraîne l’absence de controversistes compétents dans le camp catholique, seuls les clercs obligés de répondre à la convocation émise par l’autorité politique participant à la rencontre. Le refus catholique irrite les magistrats, qui y voient une remise en question de leur autorité et de leur compétence, et conforte dans la population l’image d’une Église davantage préoccupée par la défense de ses privilèges que par la recherche de la vérité religieuse. Réformateurs et magistrats ont alors beau jeu de se poser en esprits ouverts et généreux, disposés, quant à eux, à discuter et à écouter les arguments de l’adversaire.

10Dans ces disputes, les magistrats poursuivent deux ambitions. Tout d’abord affirmer leurs prérogatives et avec elles l’autonomisation du politique. Lorsque les idées réformées commencent à se répandre, les conseils de ville travaillent depuis longtemps à restreindre les prérogatives de l’Église dans les territoires placés sous leur juridiction. Le clergé, en effet, bénéficie d’exemptions de taxes, d’outils de production qui lui appartiennent en propre, de privilèges divers qui constituent aux yeux des commerçants et artisans une concurrence déloyale. Le magistrat voit quant à lui d’un mauvais œil l’empiétement de la juridiction ecclésiastique sur ses compétences et le refus du clergé de se plier aux lois régissant la communauté. Dans ce contexte favorable à la sécularisation des biens du clergé et à la distinction des deux règnes, la Réforme pouvait donc trouver un certain écho auprès des magistrats. La dispute d’Ilanz répond à ce type de considérations : elle est pour le Bundestag l’occasion de reprendre la main sur la question religieuse et de se poser en arbitre au-dessus des partis. L’importance du choix du lieu de la dispute prend ici toute sa signification : l’organisation des débats dans les hôtels de ville souligne que la discussion des questions de foi se fera sous l’égide du magistrat et cette affirmation symbolique de la prééminence du temporel ne manque bien sûr pas de susciter la colère des clercs fidèles à Rome.

11Préservation de la paix publique et souci du bien commun sont la seconde ambition des magistrats : ils s’efforcent de présenter les disputes comme autant de discussions amicales permettant de refonder l’unité chrétienne. Dans les mois qui précèdent la dispute, les autorités sont, en effet, confrontées aux revendications insistantes de la population, de l’homme du commun comme de certains puissants bourgeois, exigeant le passage à la Réforme. Les rixes, qui voient même des prêtres en venir aux mains, se multiplient et dégénèrent parfois en émeutes. À Memmingen, en août 1524, plusieurs membres influents des puissantes corporations de métiers de la ville exigent l’instauration de la prédication réformée et l’organisation d’une dispute. La veille de Noël de la même année, une foule en furie manque de lyncher le curé de la paroisse Notre-Dame, Jakob Megerich, qui ne doit son salut qu’à l’intervention du bourgmestre et de quelques conseillers. Dans la ville voisine de Kaufbeuren, c’est un chapelain qui est roué de coups dans l’église Saint-Martin.

12Dans un premier temps, les autorités louvoient souvent, insistant sur leur fidélité à l’Église romaine tout en refusant de condamner les réformés pour ne pas aggraver les troubles. Conscients des revendications de la population et intéressés par les possibilités offertes par la Réforme, les magistrats connaissent aussi les risques liés à un éventuel ralliement à ceux qui, officiellement, restent des hérétiques. De manière générale, ce n’est donc que lorsqu’une majorité acquise aux idées nouvelles se détache au conseil que la dispute devient possible. Elle est alors le plus souvent organisée en réaction directe à une nouvelle émeute – l’attaque du curé Megerich à Memmingen, par exemple, ou la plainte pour troubles et hérésie à Ilanz –, dans le but de restaurer l’ordre public et de réaffirmer l’autorité du magistrat en rompant avec une politique indécise qui avait fini par lui attirer l’animosité des deux camps. La dispute est l’occasion de reprendre le contrôle sur une population échauffée par les sermons des prédicateurs et le sentiment d’être abandonnée par l’Église. Et s’il accède aux revendications du gemeiner mann, le conseil, au moyen de la dispute, institutionnalise le passage à la Réforme, qui devient ainsi un acte pleinement assumé par le détenteur légitime de l’autorité.

13Ces motivations se retrouvent à Ilanz. La dispute permet au Bundestag de consolider sa position et de poursuivre sa politique de restriction des prérogatives juridiques et économiques de l’Église, entreprise dès la fin du XVe siècle. La rencontre organisée dans la capitale de la Ligue grise met publiquement en scène la seule compétence du Bundestag dans la gestion du conflit religieux. Qu’il s’agisse là d’une rencontre décidée par les députés d’une république communale, dans laquelle la culture urbaine – représentée par Coire, Ilanz et Davos – se mêle aux traditions communales des vallées de montagne – que l’on peut aussi observer dans le sud de l’Empire –, n’invalide pas le modèle proposé. Au contraire, l’exemple d’Ilanz rappelle que le modèle inventé à Zurich trouva un écho dans des configurations politiques diverses.

14Aux motivations politiques du magistrat s’ajoute un réel souci d’assurer le salut de la communauté. Trop souvent réduites à un masque dissimulant des intérêts économiques et politiques, les motivations proprement religieuses des conseils, qui se pensent alors comme garants du salut, ont joué un rôle important dans le choix de la Réforme. La philosophie politique réformée, qui faisait de l’autorité temporelle le garant d’un christianisme « authentique » et refusait toute compétence politique à l’Église, amène de nombreux magistrats à considérer que le salut de la communauté dont ils ont la charge passe justement par l’adoption des idées réformées et l’éviction d’une institution ecclésiastique qui aurait trahi sa mission. Ce qui pouvait apparaître comme des intérêts purement politiques visant à mettre fin à toute concurrence issue de l’Église sur le plan économique et politique devient alors une façon de remplir les exigences de préservation de la « bonne religion ». Les réformés ont sans doute vite compris qu’ils pouvaient tirer profit de l’intérêt des magistrats pour une réforme qui limiterait les pouvoirs de l’Église, ce qui explique aussi le soin qu’ils mettent à se présenter, au cours des disputes, comme des serviteurs du bien commun. Mais là encore, il ne faut pas y voir que du cynisme : aux magistrats comme aux réformateurs, la Réforme apparaissait comme une véritable opportunité pour refonder la religion chrétienne et revenir au plus près de l’enseignement du Christ.

Les agents de la dispute et la recherche d’un équilibre de positions

15Les réformateurs qui prennent la parole pour démontrer les thèses réformées étaient souvent actifs depuis plusieurs mois, voire années, dans la ville où se tient la dispute à laquelle ils participent. Titulaires d’une charge de prédicateur ou eux-mêmes curés de paroisse, comme Comander, ils s’étaient fait connaître par leurs sermons et le camp réformé les reconnaît comme ses porte-parole. S’esquisse alors rapidement un corps de controversistes, formé d’orateurs rompus à l’exercice de la dispute et qui participent à des rencontres diverses, échangent lettres et ouvrages, créant un véritable réseau. Ainsi, Sebastian Hofmeister préside la deuxième dispute de Zurich en octobre 1523. Il y rencontre Zwingli, mais aussi Christoph Schappeler, le réformateur de Memmingen. En 1528, les articles proposés par Comander à Ilanz inspirent le programme de la dispute de Berne. Anciens clercs de l’Église romaine, ces hommes restent familiers de l’institution qu’ils contribuent désormais à remettre en cause. Presque tous ont suivi un cursus universitaire, sanctionné par des titres académiques qu’ils prennent soin, avec les magistrats, de mettre en avant pour montrer qu’ils sont bel et bien compétents pour discuter des questions abordées. Leurs études les ont familiarisés avec les techniques de la controverse et on ne s’étonne guère de voir les toutes premières disputes, organisées dès 1519 entre Luther et Cajetan ou Eck, suivre dans un premier temps le modèle de la disputatio académique. L’entrée en scène de l’autorité politique interdit bientôt de recourir à cette forme de débat, mais la disputatio reste une référence importante tout au long du XVIe siècle. Outre une certaine habitude des joutes oratoires, les orateurs réformés investissent dans le jeu leurs compétences théologiques, linguistiques et exégétiques : fins connaisseurs de la Bible, dont ils lisent souvent les versions hébraïque et grecque, ils tirent pleinement profit de l’obligation d’argumenter en se basant sur les seules Écritures, comme le voulait la règle imposée à Zurich dès 1523 et qui devint le fondement de toute dispute.

16Du côté catholique, les « experts » semblent rester absents des premières rencontres. Les disputes où le réformateur développe ses thèses devant un parterre de vicaires et chapelains peu familiers des joutes oratoires et aux connaissances bibliques et théologiques rudimentaires sont nombreuses. À Memmingen et Kaufbeuren, la plupart des clercs catholiques restent muets devant les arguments de Christoph Schappeler, car tout simplement privés de parole en raison de leur incapacité à produire un discours qui leur permettrait de remettre en cause l’argumentation du réformateur. De manière significative, les catholiques se réfugient alors derrière l’interdiction de disputer prononcée par leur hiérarchie et invoquent le concile comme seule instance de décision religieuse. Or, loin d’empêcher la tenue de la rencontre, cette attitude est interprétée par l’autorité politique comme une déclaration de forfait. Le refus du clergé catholique de faire entrer en lice des orateurs capables de contrer l’argumentation de leurs adversaires facilite la victoire des réformateurs. Toutefois, si la hiérarchie refusera longtemps toute idée de dialogue, les organisateurs et les controversistes des deux camps comprennent assez vite la nécessité de résorber le déséquilibre qui résultait de cette situation (Christin, 2000). À Ilanz, la participation aux débats de l’abbé Schlegel, diplômé de l’université de Heidelberg et dont l’érudition savante était reconnue, montre que l’idée d’une participation catholique à la dispute commençait à faire son chemin. Mais c’est probablement Johannes Eck, professeur de théologie à Ingolstadt et ancien adversaire de Luther dans la dispute de Leipzig, qui fut le premier à saisir pleinement les enjeux de la dispute et les conséquences désastreuses de l’attitude de refus de la hiérarchie catholique. Lors de la rencontre organisée à Baden en mai-juin 1526, fort de ses compétences théologiques et exégétiques, il parvient à pousser dans ses derniers retranchements le réformateur bâlois Jean Oecolampade (Backus, 1993). L’entrée en lice des « experts » catholiques, symbolisée par Eck, marque un tournant. De plus en plus, les organisateurs et les controversistes cherchent des adversaires de niveau équivalent : un succès face à un controversiste catholique prestigieux à l’issue d’un débat de haut niveau avait plus de poids qu’une victoire face à un parterre de clercs sans formation. Une attention toujours plus grande sera dès lors portée aux « droits d’entrée » à la dispute : compétence scripturaire et linguistique, habileté à débattre, connaissance de l’histoire de l’Église deviennent bientôt les conditions sine qua non à l’entrée en dispute.

17Mais dans les disputes organisées entre 1523 et 1536 par des magistrats favorables à la Réforme, les discours d’ouverture et autres proclamations, qui insistent sur la réunion de « tous les clercs » en une « assemblée fraternelle et chrétienne » pour parvenir à la « réunification des parties en une seule foi et croyance » ne doivent pas faire oublier que les jeux sont faits d’avance. La dispute sert à transformer la décision du magistrat en choix issu d’un débat pacifié et fondé sur l’évaluation présentée comme impartiale des arguments des deux parties. De son côté, incapable de comprendre les enjeux de la crise religieuse, l’institution ecclésiastique s’efforce de ramener la Réforme à une simple hérésie, considérant que seul un refus sans appel d’entrer en matière peut constituer une réponse adéquate aux défenseurs de la nouvelle foi. À nouveau, l’exemple d’Ilanz est ici révélateur : lorsque le vicaire général Speiser présente sa requête aux députés grisons, ce n’est pas un débat théologique qu’il réclame, mais la condamnation des réformés qu’il désigne clairement comme hérétiques. Les réformés y voient tout de suite une nouvelle preuve de la volonté acharnée de l’Église de préserver ses privilèges. Pourtant, la sincérité des sentiments religieux des catholiques n’était pas moindre que celle des réformés.

Dire le vrai : produire un discours performatif

18Pour les controversistes, l’enjeu majeur reste la production d’un discours en mesure de convaincre l’autorité politique. Mais comme le montrent Ilanz et tant d’autres rencontres, sur nombre de points, comme les versions de la Bible autorisées ou la langue des débats, les adversaires ne parviennent pas à s’entendre. Pour les catholiques, le principe même de la dispute reste inacceptable et les débats ne peuvent donc être qu’une « une remise en cause de l’ordre de l’Église », comme l’affirme le vicaire général Speiser à Ilanz. Avant que certains n’acceptent, comme Eck à Baden, le principe de la dispute, les rencontres butent sur le refus catholique de reconnaître les réformés comme interlocuteurs. Le discours qui s’impose dans les disputes, avec la complicité des magistrats, est donc celui des réformés, qui définissent à leur profit les règles d’argumentation et l’ordre des prises de parole.

19La dispute restant officiellement une « rencontre amicale », l’une des préoccupations constantes des organisateurs était de veiller à ce que l’échange se fasse de façon policée. Les réformateurs qui, dans les sermons ou les tracts, ne se privaient pas d’abreuver d’injures leurs adversaires, abandonnent ces pratiques au profit de la création d’un espace pacifié et se mettent en scène comme les serviteurs désintéressés du bien commun. À l’image de Comander devant les députés grisons, les réformateurs insistent sur leur dévouement à la communauté et se déclarent systématiquement disposés à reconnaître publiquement leur erreur si leurs adversaires parviennent à démontrer que leurs thèses contredisent les Écritures :

[Comander] répondit qu’il n’avait jamais enseigné de choses hérétiques ou antichrétiennes comme on l’en accusait mensongèrement, mais qu’il avait fidèlement suivi les ordonnances des seigneurs députés, lesquels avaient ordonné et fait savoir dans deux assemblées tenues il y a peu que l’on ne devait point prêcher et enseigner autre chose que la vraie et pure parole de Dieu. De plus, il s’était montré prêt [...] à rendre raison à tous de sa prédication.

20Et alors que de nombreux catholiques s’obstinent dans le refus de débattre, le désintéressement affiché porte ses fruits : il renforce l’impression que tout le problème vient des représentants de l’Église, qui, pour défendre leurs intérêts propres, refusent le dialogue proposé. Qu’aucun réformateur ne fut réellement disposé à revenir sur ses positions importe peu : l’important était d’être reconnu comme interlocuteur par le magistrat, qui restait très attaché à la défense du bien commun.

21Les listes d’articles proposés par les réformés, au premier rang desquels on compte la question de l’Eucharistie et le statut de l’Église dans la société, mais aussi l’exclusivité du Christ en tant que médiateur et la non-reconnaissance de la dîme comme obligation divine, constituent l’ossature des débats. Ces listes s’inspirent des listes de thèses en vigueur dans la disputatio médiévale et, suivant l’usage académique, elles sont affichées publiquement ou communiquées aux participants avant le début de la rencontre. Les clercs catholiques, sommés de répondre aux articles, ne parviennent que difficilement à dévier d’un programme qui les place d’emblée en position défensive et le cas de Nuremberg, où ils sont invités à participer à l’élaboration du programme de la dispute de 1525, reste une exception.

22Les réformateurs démontrent leurs articles au moyen de références tirées de la Bible, seule autorité reconnue. On conserve ainsi un document présentant l’argumentation de Christoph Schappeler à Memmingen où sont recensées les citations bibliques présentées par le réformateur. À Ilanz, Comander use lui aussi de nombreuses références scripturaires :

[Schlegel] lui répondit : [...] Le premier article concerne donc l’Église, et je demande alors qui est la pierre lorsque le Christ dit dans Matthieu 16 : „ Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église“ ? [Comander] répondit : Christ est la pierre, Matthieu 16, Isaïe 28, Daniel 2, Matthieu 21, Luc 20 et Pierre 2. Le Christ y est toujours la pierre et le fondement vivant [...] sur lesquels est édifiée l’Église.

23Mais les catholiques refusent le plus souvent de se plier à la règle du sola scriptura, considérant que l’on ne peut passer sous silence les enseignements des Pères et de la Tradition. Et si l’autorité de la Bible elle-même n’est pas contestée, des divergences profondes séparent les adversaires quant à la version à utiliser. Ce n’est pas sans raison que Sebastian Hofmeister et Johann Jakob Amann se rendent à Ilanz en possession des versions grecque et hébraïque de la Bible, que les réformés considèrent comme plus fidèles à la parole de Dieu que la traduction latine. La réponse que leur fait Bartholomé Castelmur, qui ne veut reconnaître que le texte de saint Jérôme, reflète la position de bon nombre de catholiques.

24Les divergences quant aux questions de fond, de plus en plus fortes au fur et à mesure que les deux « confessions » se distinguent et se solidifient, rendent d’emblée toute recherche d’accord difficile, voire impossible, et les divergences sur les modalités de la discussion ne font qu’aggraver la fracture. Avec la complicité des magistrats, les réformateurs parviennent rapidement – en fait dès la rencontre de 1523 organisée par Zwingli à Zurich – à imposer un système d’argumentation incompatible avec la tradition catholique. L’adversaire s’en trouve démuni, surtout au début, alors que font défaut les spécialistes qui auraient su s’adapter aux nouvelles règles. Mais peu à peu, on veille à ce que les dispositifs de parole soient équitables et bientôt, les négociations préalables aux débats vont durer plus longtemps que la dispute elle-même. On s’attache dès lors aussi à produire une argumentation de qualité et à opposer des controversistes de même compétence, la reconnaissance savante jouant bientôt un rôle plus important que le statut social. Le XVIe siècle voit ainsi naître un important travail historique et philologique destiné à assurer des fondements solides à l’argumentation et à obtenir des textes fiables, sur lesquels on pouvait s’accorder.

25Après 1536, le phénomène des disputes urbaines et communales perd de son importance. Les villes et territoires où ce type de rencontre pouvait naître ont fait leur choix. La controverse se poursuit cependant au sein des colloques organisés par les seigneurs territoriaux et, bientôt, dans le Saint-Empire, par le pouvoir impérial. Ces dernières rencontres, qui s’étalent de 1539 à 1557, se caractérisent par la technicité de l’argumentation et la complexité de l’organisation des débats, dont les moindres détails font l’objet de négociations minutieuses. Seuls des « professionnels » tels que Philipp Melanchton, Martin Bucer, Wolfgang Capito ou Gasparo Contarini auront les compétences suffisantes pour y participer. On passe donc des disputes urbaines et communales, marquées par leur ancrage dans la communauté dont elles déterminent le choix religieux, à des rencontres dont on espère encore qu’elles permettront de mettre globalement fin au conflit. Cet espoir sera cependant vite déçu. Comme les premières disputes, les grands colloques du milieu du XVIe siècle serviront avant tout à consolider les positions antagonistes des deux confessions et ne permettront jamais le retour à l’unité de la christianitas médiévale.

Bibliographie

I. Backus, The Disputations of Baden (1526) and Berne (1528). Neutralizing the Early Church, Princeton, 1993.

M. Bundi, Gewissensfreiheit und Inquisition im rätischen Alpenraum, Berne, 2003.

O. Christin, « La formation étatique de l’espace savant. Les colloques religieux des XVIe-XVIIe siècles », Actes de la recherche en sciences sociales, 133, 2000, p. 53-61.

O. Christin, « Concile, conférence, dispute. Les dispositifs de parole dans les conflits confessionnels du XVIe siècle et l’Histoire du concile de Trente de Sarpi », dans Marie Viallon et al. (dir.), Autour du Concile de Trente, Saint-Etienne, 2006, p. 102-115.

T. Fuchs, Konfession und Gespräch. Typologie und Funktion der Religionsgespräche in der Reformationszeit, Cologne, Vienne, 1995.

M. Hollerbach, Das Religionsgesprächals Mittel der konfessionellen und politischen Auseinandersetzung im Deutschland des 16. Jahrhunderts, Francfort-sur-le-Main, Berne, 1982.

B. Moeller, « Zwinglis Disputationen. Studien zu den Anfängen der Kirchenbildung und des Synodalwesens im Protestantismus I + II », Zeitschriftder Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Kanonistische Abteilung, 87, 1970, p. 275-324 et 91, 1974, p. 213-364.

Notes

1 Source : S. Hofmeister, Acta und Handlung des Gesprähs so von alle Priesteren der Tryen Pündten im M. D. XXVI. Jar, uf Mentag und Zynstag nah der heyligen III Künigentag zu Inlantz im Grawen Pündt, uss Ansehung der Pundtsherren geshehen, [Zurih], [C. Froschauer], [1526]. Les citations sont tirées de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale suisse, à Berne, cote A 3731.

2 L’utilisation des termes « réformés » et « catholiques » répond ici à des questions de commodité de lecture. Jusqu’au milieu du XVIe siècle, les frontières entre les deux confessions restent floues. En outre, tous les premiers réformateurs sont d’anciens clercs catholiques, à l’image de Luther, ancien moine augustin, et Zwingli qui fut curé de Glaris et chapelain à Einsiedeln avant de devenir prédicateur à la collégiale de Zurich.

3 Même si le rapport de Hofmeister ne le précise pas, on peut supposer que le choix d’Ilanz, capitale de la Ligue grise où avait été promulgué l’édit de 1524 qui restreignait fortement les privilèges ecclésiastiques, apparut en lui-même aux catholiques comme une menace.

4 Les noms des députés présents à Ilanz reste inconnus. Seule la présence du juge Durig Berchter de Disentis, premier magistrat de la Ligue grise, semble avérée.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Sebastien Hofmeister Actua und Handlung, Récit de la dispute d’Ilanz, 1526, page 1
Crédits © Bibliothèque nationale suisse, Berne.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 2. Initiale gravée représentant le jugement de Salomon dans l’ouvrage de S. Hofmeister
Crédits © Bibliothèque nationale suisse, Berne.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540