Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Affrontements religieux en Europe

 | 
Véronique Castagnet
, 
Olivier Christin
, 
Naima Ghermani

Partie 2. Mobilisations et résistances

L’« extermination » des protestants en Picardie1

Olivia Carpi

Texte intégral

  • 1 Source : Extrait du Procès verbal touchant ceulx qui ont faict confession de foy par devant moy en (...)

Le lundy sixiesme jour de juillet l’an mil cinq cens soixante deux environ noeuf heures atendant dix du matin se seroyent adressez et approchez de nous Nicolas Griveau doyan et chanoyne de l’église d’Amyens estant et assistant pour lors au sainct service divin célébré en icelle certains bons et notables personnages eulx disantz avoir commission et charge de la part de messieurs les maieur prevost et eschevins de la ville d’Amyens pour me dire et déclarer comme vicaire de révérend père en Dieu monseigneur messire Nicholas de Pellevé moderne évesque dudict Amyens que lesdicts sieurs désiroient grandement l’extirpation et extermination des malheureuses perverses et pestifères doctrines sectes et hérésies lesquelles puys aucun temps en ça sont entrées et ont pullulé dedans ladicte ville à leur très grand regret ennuy et desplaisir et vouldroyent bien pour le debvoir du lieu et charge quilz tiennent que soigneusement et dilligemment il y fust pourveu par quelque bon moyan et sur ce avoyent receu quelques letres pour chasser hors leurdicte ville tout notoirement difamez pour avoir receu la nouvelle religion et partant que en leur hostel de ville avoyent conclud arresté et delibéré d’envoyer par devers nous comme vicaire dudict seigneur evesque tous ceulx quilz sentiroient suspectez de telles mauvaises doctrines ausquelz ils auroyent enjoinct de venir en personne en tel lieu que nous voudrions assigner pour entendre comme ils se porteroyent en leur foy et que à ces fins quilz eussent à faire entre noz mains en l’absence dudict seigneur évesque la confession et protestation de foy telle quilz sont tenuz faire en la forme et manière quil a esté observé en la ville de Paris et autres lieux.

A quoy leur aurions faict responce que pour adviser à tout cela il n’y avoit lieu plus propre que la maison de monseigneur l’évesque à la charge duquel appartient de adviser en icelles choses et composer en toute modestie par son diocèse toutes alterations et flotz des oppinions differentes desquelles le peuple povoyt estre invadé surprins et séduict et à ceste cause quil avoyt estably par tout son diocèse plusieurs grands personnaiges docteurs en théologie pour divertir son peuple de telles diversitez de sectes et les ramener en la bergerye ecclésiasticque et neantmoings que suyvant leur requeste nous nous trouverons bien volontiers en ladicte maison épiscopale à une heure après midy pour ouyr ce que lon nous vouldroict dire tant de la part de messieurs de la ville que de tous aultres qui vouldroyent procéder à faire telle protestation ou confession de foy.

1Au XIXe siècle, Michelet parlait des protestants du Nord de la France comme d’un « grand peuple d’infortunés dont on sait peu l’histoire », situation qui n’a pas tellement changé aujourd’hui, à quelques exceptions près (Joblin, 1994 et 1998). Indépendamment de la rareté des sources, le premier historien du protestantisme picard, le pasteur Louis Rossier attribue cette absence de postérité au fait que, dans la région, les « fruits de la semence évangélique n’auraient pas été très abondants » (Rossier, 1990, p. 18). L’assertion demande pourtant à être nuancée du fait de la diffusion précoce des nouvelles idées religieuses, dans les années 1530-1540 et de la formation de communautés calvinistes dynamiques, au cours de la décennie suivante.

2Cependant, en Picardie, peut-être plus qu’ailleurs (Fig 1 et 2), en effet, l’élan conquérant de la Réforme a été brisé net, au cours des années 1560, par une réaction catholique extrêmement efficace, bien que la violence de sang n’ait pas été son principal instrument. Ce sont d’autres armes, tout aussi redoutables, celles du droit, de la justice et de la politique, que les autorités catholiques ont préféré utiliser, afin de « purger » leurs cités de l’hérésie, manifestant déjà les prémisses d’une certaine « conversion juridique et judiciaire du conflit religieux » (Christin, 1996, p. 104).

3Bien que le clergé ne soit pas resté passif et qu’ils aient agi en étroite collaboration, ce sont surtout les dirigeants laïques, édiles et officiers royaux, qui, « pour le debvoir du lieu et charge quilz tiennent », se sont consacrés à cette mission qui consistait à « exterminer » les protestants, non pas en les faisant passer de vie à trépas mais en les poussant, par toute sorte de mesures coercitives et discriminatoires, à quitter la ville pour de bon ou à rentrer dans le droit chemin, quitte à faire pression sur le roi pour qu’il revienne sur ses propres édits de tolérance.

4C’est ce qui apparaît assez nettement dans ce document, daté du 5 juillet 1562 et qui constitue le préambule d’une liste établie par le vicaire de l’évêque, responsable de l’opération, à l’intention de l’échevinage d’Amiens, des individus suspectés d’appartenir à la nouvelle religion et qui ont été contraints, paroisse par paroisse, de faire profession de la foi catholique. Découverte en 1974 et publiée vingt ans plus tard, cette liste a servi à l’historien américain David Rosenberg, pour dresser une sociologie et une géographie du protestantisme amiénois. Mais ce n’est pas le seul intérêt de ce texte qui permet aussi de saisir les origines, les méthodes et les résultats de la réaction catholique à Amiens ainsi que dans d’autres villes picardes comme Abbeville, Montdidier, Beauvais ou Soissons ou du reste du royaume comme Paris, Tours, Dijon ou Troyes (Dieffendorf, 1991 ; Holt, 1993 ; Nicholls, 1994 ; Roberts, 1996). Car la capitale picarde n’a pas l’apanage de ce comportement qu’il faut comprendre à la fois comme une réponse au péril, aussi bien temporel que spirituel, que la « nouvelle religion », qualifiée de « pestifère » faisait courir à la cité et comme une volonté farouche de retour en arrière, de restauration de l’unité religieuse, par la réduction, coûte que coûte, de la fracture confessionnelle.

Genèse du conflit confessionnel en Picardie

5En 1562, le conflit confessionnel atteint son acmé en Picardie où l’on enregistre plusieurs manifestations de violence meurtrière. Ainsi, à Amiens, le 29 juin, un soldat venu de Calais et soupçonné d’espionnage pour le compte des huguenots est tué à coups de pierres puis jeté dans la Somme. Quelques jours plus tard, c’est une femme que l’on noie dans la rivière, après l’avoir traquée dans toute la ville pour l’obliger à avouer son erreur. En août, on laisse brûler vifs des réformés, suspectés d’avoir tué un cordelier, dans l’incendie qui s’est déclaré dans la prison du beffroi où ils étaient détenus, tandis que les fuyards sont achevés dans la rue. Dix jours plus tard, c’est un boiteux qu’on lynche à mort, pour les mêmes raisons. À Abbeville, en juin de la même année, plusieurs paroissiens de l’église Saint-Paul sont tués lors d’une rixe qui les a opposés aux soldats protestants de la garnison, au sortir de la grand-messe. Surtout, le 6 juillet, une grave émeute débouche sur l’assassinat du gouverneur protestant de la ville. Dix ans avant lui, Robert de Saint-Delis d’Heucourt subit le même supplice que l’amiral de Coligny puisque précipité du haut d’un toit où il s’était réfugié pour échapper à ses poursuivants, son corps est lardé de coups de pique et de hallebarde, dénudé, traîné dans la boue, abandonné dans la rue, enterré à la nuit tombée mais exhumé le lendemain, pendu à une potence et brûlé sur la place du Grand Marché, dans un souci, de la part de ses bourreaux, d’humiliation et d’anticipation des châtiments de l’Enfer auxquels il était forcément promis (Crouzet, 1990).

  • 2 Gravure réalisée en 1583 pour le De Leone Belgico de Mickael Aitsinger.

Fig 1. « La furie espagnole : les massacres de Flandre »2 de Franz Hogenberg (1583).

Fig 1. « La furie espagnole : les massacres de Flandre »2 de Franz Hogenberg (1583).

© Musée de la Chartreuse de Douai, inv. no 2624.

6Cette explosion de violence qui n’atteint pas, cependant, les proportions que prennent les tueries de l’année 1562 dans d’autres villes du royaume (El Kenz, 1997), est la conséquence directe de l’exacerbation des tensions confessionnelles, engendrées, depuis le début de la décennie, par l’affirmation d’églises calvinistes qui « puys aucun temps en ça ont pullulé » dans la province. À Amiens, en effet, les réformés seraient à cette date plus de 1 700 personnes soit environ 13 % de la population, ce qui est supérieur à la moyenne nationale (10 %). On ne dispose pas de données statistiques comparables sur les communautés d’Abbeville, de Beauvais ou de Montdidier, mais on sait qu’elles étaient également nombreuses, recrutant majoritairement dans les milieux de l’artisanat textile mais aussi au sein des élites citadines (Bonzon, 1999 ; Bonet-Maury, 1874 ; Godet, 1917 et 1918). Toutefois, c’est à l’Est de la province qu’on trouve le plus d’églises : à Château-Thierry, Soissons, Laon, Saint-Quentin, Vervins, ainsi que dans la campagne environnante (Douen, 1958).

Fig 2. « Massacre de Oudewater » de Franz Hogenberg (1583).

Fig 2. « Massacre de Oudewater » de Franz Hogenberg (1583).

© Musée de la Chartreuse de Douai, inv. no 26622.

7Cette situation, plutôt florissante, est à mettre sur le compte de plusieurs paramètres qui ont joué, localement, en faveur de l’enracinement de la Réforme. Les églises calvinistes ont effectivement été « plantées » dans un terrain qui avait été préparé, depuis le milieu des années 1520, par l’audience croissante des « mauvaises doctrines » dans cette région économiquement et culturellement dynamique, proche de Paris et largement ouverte, de surcroît, aux influences extérieures, du fait de sa bordure littorale et de sa localisation aux marges du royaume. Rappelons que, non contente d’avoir vu naître Jean Calvin, la Picardie a également fourni quelques unes des plus grandes figures de l’humanisme chrétien comme Louis de Berquin, gentilhomme natif d’Artois, ami d’Érasme, traducteur des œuvres de Luther dont il aurait professé les thèses lors d’un séjour à Abbeville et Amiens, où il s’était réfugié, en 1526, afin d’échapper aux foudres de la Sorbonne. Sans exagérer l’audience qu’il a pu rencontrer, il est probable que ses propos ne soient pas restés sans écho dans un diocèse qui avait eu sa querelle des indulgences, en 1518, ayant opposé les moines augustins et une partie du chapitre cathédral d’Amiens à l’un de ses membres, chargé de les vendre. C’est aussi de Picardie que sont originaires le fondateur du groupe de Meaux, Jacques Lefèvre d’Étaples et l’un de ses disciples, Gérard Roussel, ainsi que Pierre Robert dit Olivetan, Noyonnais, parent de Calvin et traducteur de la Bible en français (parue à Neufchâtel en 1535). Certes, ces hommes n’y ont pas exercé leur apostolat mais leur parcours atteste bien de l’intensité de l’activité intellectuelle et de la recherche théologique dans cette région, par le biais notamment des chambres de rhétorique, réunions littéraires où il arrivait souvent que l’on parle de religion, ce qui explique la méfiance des autorités ecclésiastiques à leur égard. N’oublions pas non plus que la Picardie était limitrophe de la Brie et que le rayonnement de Meaux, premier foyer de l’hétérodoxie dans le royaume, s’y est fortement exercé, particulièrement en Thiérache, Vermandois ou Vervinois, par le canal des ouvriers agricoles ou du textile qui transitaient dans cette zone. Enfin, du fait de leur proximité géographique et de leurs relations commerciales, on ne s’étonnera pas des connections étroites et des ressemblances flagrantes entre le protestantisme picard et celui des villes flamandes comme Valenciennes, Cambrai, Lille, Mons ou Tournai.

8La diffusion de la Réforme en Picardie doit également beaucoup à ces ecclésiastiques, théologiens ou religieux, qui ont pris de gros risques pour partager avec leurs frères les bienfaits d’une redécouverte de l’Écriture. L’un des tout premiers zélateurs de ces « oppinions différentes » de l’orthodoxie catholique est en effet le chanoine amiénois Jean Morand, docteur de la Sorbonne, vicaire général de l’évêque et dont la brillante carrière fut définitivement interrompue après qu’il eut osé prêcher, pendant l’Avent de 1533, des propositions luthéro-zwingliennes. Arrêté, emprisonné à la Conciergerie à Paris et condamné à l’excommunication, le 7 octobre de l’année suivante, ce dernier préféra se rétracter, ce qui ne l’empêcha pas, une fois accomplie la retraite monastique d’un an qu’on lui avait imposée, de rejoindre les sacramentaires de Neufchâtel. À Montdidier, c’est un prêtre augustin, Richard de Vauvillé qui provoque une vive émotion par le contenu de sa prédication, lors de l’Avent de 1547. Quelques années plus tard, aux dires de la veuve d’un maréchal de camp de Coligny, c’est un cordelier qui n’hésite pas à « dogmatiser », sous son habit, dans les environs.

9Très souvent, en effet, ces prédicateurs ont répondu à l’invitation de certains nobles de la province, membres de la famille ou de la clientèle de Coligny et du prince de Condé (gouverneurs de Picardie de 1555 à 1569) et désireux d’embrasser la nouvelle religion, bien que la relation entre statut social et choix religieux n’ait rien d’automatique (Brook Neuschell, 1989). Seigneurs haut justiciers, détenteurs de charges importantes dans la province, ces gentilshommes comme Jean de Monchy, baron de Sénarpont, lieutenant général du roi en Picardie, ses cousins, Poix Séchelles et Lannoy-Morvillers, gouverneur de Boulogne, capitaine de Chauny et d’Amiens, Louis d’Ailly de Picquigny, vidame d’Amiens, Robert de Saint Delys d’Heucourt, gouverneur d’Abbeville, Jean d’Estrées, sieur de Cœuvres, sénéchal de Boulonnois ont donc beaucoup fait pour le développement de communautés réformées sur leurs terres mais aussi dans les villes proches, en leur fournissant des lieux où se réunir et leur protection, en cas d’ennuis.

10Enfin, depuis les bords du lac Léman, Calvin n’oubliait pas sa région natale où il envoya plusieurs missionnaires, chargés de répandre la doctrine réformée et d’organiser les églises « à la genevoise », comme Guy de Brès, fondateur de l’église de Valenciennes et qui a contribué à l’édification de celles d’Amiens et de Montdidier. Il s’agissait la plupart du temps d’anciens réfugiés, prêts à risquer le martyre, comme le Soissonnais Thomas de Saint Paul, brûlé à Paris, en 1551 ou Michel de Lagrange, qui subit le même sort à Montdidier, en 1555.

11Or, au terme de ce processus de structuration, à l’orée de la décennie 1560, les communautés réformées de Picardie n’hésitent plus à revendiquer le droit de pratiquer librement leur religion. On voit alors se tenir des prêches au grand jour, dans quelque demeure privée, comme à Amiens, le 8 mars 1561, chez un peintre, nommé Guillaume Coppin qui accueille une assemblée de plus de 80 personnes. À Abbeville, c’est au château, où logent le gouverneur et ses hommes, que le culte est célébré par un ministre, fréquenté par de nombreux bourgeois. Bien que généralement pacifiques et ne s’accompagnant pas, comme ailleurs, d’une vague d’iconoclasme (on signale seulement quelques attaques contre des croix et des statues de Vierge à l’Enfant, à Laon en 1559 ou à Abbeville, en 1561, commises, dans ce cas précis, par des soldats de la garnison), ces rassemblements, perçus comme une insupportable provocation, suscitent la riposte immédiate des catholiques. À Amiens, à la suite d’une émeute, en mars 1561, l’échevinage doit promulguer des ordonnances interdisant aux habitants de se réunir à plus de trois ou quatre dans les rues, de sortir le soir, de porter des armes, de discuter du contenu des sermons et de se traiter de « huguenots, luthériens, papistes et cafards », sous peine de mort. Défense est également faite de s’assembler dans la ville ou en dehors « pour faire prêches, lectures et chant des psaumes ». Pourtant, ces précautions ne suffisent pas à empêcher, le 7 décembre suivant, des catholiques en armes de se jeter, à l’appel du tocsin, sur les réformés qui assistaient au prêche dans la maison prêtée par le baron de Dammartin, blessant grièvement plusieurs personnes qui s’étaient abritées dans l’église du couvent des augustins. Le lendemain, veille de la fête de l’Immaculée Conception, pendant les vêpres, les calvinistes, en guise de représailles, pénètrent en armes dans la cathédrale où ils commencent à casser du mobilier, ce qui déclenche aussitôt une nouvelle rixe sanglante. À Beauvais, en 1561 toujours, une émeute éclate le lundi de Pâques, quand on découvre que l’évêque a fait prêcher et célébrer la Cène dans son palais : le pasteur est tué, son corps brûlé et les demeures des bourgeois soupçonnés d’appartenir à la congrégation, vandalisées. Même scénario à Montdidier, le jour de l’Ascension.

La réponse catholique au péril protestant

12N’ayant rien, il est vrai, d’une lame de fond, le « flot des oppinions différentes » s’est donc quand même déversé sur la Picardie dans la première moitié du siècle, en dépit des dispositions que l’on a prises pour y faire barrage. Ainsi, tout comme Pierre Hamon, de l’ordre des augustins, appelé pour prêcher le Carême en 1561 en l’église de Saint-Martin mais dont les sermons peu conformes à la stricte orthodoxie ne faisaient que conforter les réformés dans leurs convictions, l’auteur du texte fait partie de ces « docteurs en théologie », recrutés par l’évêque pour contrer le prosélytisme réformé. Arrivé à Amiens en 1553, c’est un protégé du cardinal de Lorraine, archevêque de Reims, qui l’a recommandé au poste de doyen du chapitre, en raison de ses compétences et de son zèle, qui lui ont également valu de participer au colloque de Poissy, en 1561, au concile provincial de Reims en 1564 et à l’assemblée du clergé, en 1567 mais aussi d’être sauvagement battu, au point d’en rester handicapé, par un seigneur réformé, en 1563.

13En dehors de la prédication, c’est aussi par le biais de processions extraordinaires, de prières publiques et même de miracles que le clergé s’efforce de soustraire « son peuple » à la « pernicieuse séduction » de l’hérésie. À Abbeville, par exemple, on fait faire, pendant trente jours de suite, des processions générales et des prières d’action de grâce devant une « image » de Notre-Dame de Lorette qui aurait ressuscité plus de trente enfants morts nés afin qu’ils puissent être baptisés. On connaît aussi le cas de la possédée de Vervins, Nicole Aubry, que l’évêque exhibe régulièrement, en 1565-1566, dans cette ville et celle de Laon, afin de contraindre les protestants locaux à l’abjuration, à l’occasion de séances publiques d’exorcisme au cours desquelles le Diable révélait le nom des hérétiques à la malheureuse que l’on ne pouvait calmer qu’en lui administrant la communion.

14Pour spectaculaires qu’elles soient parfois, ces méthodes présentent néanmoins le double inconvénient d’être porteuses de violence et peu efficaces. Ainsi, en juin 1561, afin d’éviter les « séditions », l’échevinage d’Amiens prie l’évêque de Pellevé de faire cesser les processions d’enfants qu’on envoie le soir, dans les rues, par bandes de cent ou deux cents, sous la conduite d’adultes armés, portant des croix et d’autres sacrements de plomb, pour chanter « aucuns saluts » sous les fenêtres des protestants présumés. Le 4 décembre suivant, l’échevinage lui demande, pour les mêmes raisons, d’inciter les prédicateurs à « prêcher plus modestement », lors de l’Avent. Par ailleurs, tous les prélats ne s’investissent pas de la sorte dans la répression à l’égard des « mal sentant de la foi », à l’instar de l’évêque de Beauvais, Odet de Châtillon, dont le laxisme envers l’âme du « conventicule » local, le prêtre Adrien Fourré, précède largement son apostasie ou bien encore, celui d’Amiens, François de Pisseleu, surnommé « protecteur des luthériens », pour des motifs similaires.

15C’est en partie ce qui explique que la tâche ait été rapidement confiée par le roi à ses juges mais avec un succès tout aussi mitigé. Car, si soixante-dix Amiénois comparaissent devant la Chambre ardente, créée par Henri II à son avènement, seulement trois d’entre eux sont condamnés à mort, les autres, à l’amende honorable. Plus tard, le Parlement de Paris et le lieutenant général au bailliage ne peuvent que déplorer le manque d’implication des officiers locaux de justice dans la poursuite des hérétiques, accusant même certains des « plus apparens » de la ville d’en être aussi, ce que corrobore l’official en 1558. Il n’est pas douteux que la répression a dû pâtir des conflits de juridiction, ainsi que de l’état de guerre quasi permanent dans lequel la province fut plongée sous les règnes de François Ier et d’Henri II, monopolisant toute l’attention et les ressources de ses dirigeants. Néanmoins, au début des années 1560, au terme d’un discret processus de noyautage des instances locales et à la faveur de la politique de concorde adoptée par la royauté, les réformés picards peuvent se sentir suffisamment forts pour réclamer la jouissance de certains droits, surtout lorsque, dans des villes comme Amiens, la majorité des membres de l’échevinage sont des adhérents ou des sympathisants de la « nouvelle religion » (17 sur 25 après les élections d’octobre 1561).

16Le péril est grand, tellement qu’à Amiens, Abbeville, Montdidier, Beauvais, Saint-Quentin ou Soissons, les catholiques s’organisent pour le conjurer, en formant de véritables partis, composés de chanoines et de bourgeois, qui s’affairent à mobiliser la population, à coups de sermons et de pétitions mais aussi à faire pression sur le souverain, par le biais de leurs puissants « amis » de la cour tels le cardinal de Lorraine ou le connétable de Montmorency, afin d’obtenir les moyens légaux de lancer la contre-offensive. Car leur détermination n’est pas telle qu’elle puisse amener les catholiques les plus intransigeants à enfreindre les édits du roi ou les privilèges de leur ville pour agir. Pour ce faire, il leur faut des « lettres » du roi, finalement obtenues grâce au retournement de conjoncture politico-religieuse qu’entraînent, au printemps 1562, le soulèvement de Condé et l’accession au pouvoir du triumvirat, dont la politique d’exclusivisme catholique est, par ailleurs, largement relayée par le Parlement (Daubresse, 2005, p. 102 sq). Aussi, bien que l’édit de Janvier n’ait pas été formellement révoqué, sur le modèle de « ce qu’il a esté observé en la ville de Paris », où les prêches ont été interdits, les protestants désarmés et soumis à une confession de foi obligatoire, le 5 mai 1562, le maieur d’Amiens et le prévôt royal, parti rejoindre Condé à Orléans, sont arbitrairement remplacés, sur ordre de la reine-mère, par deux catholiques bon teint. Quelques jours plus tard, le cardinal de Créqui arrive en ville, porteur de lettres du roi qui ordonnent l’interdiction du culte réformé, comme dans toutes « les villes et places de frontière dudict pays » et, donc, l’expulsion des ministres, décision que Saint-Quentin avait obtenue dès le 9 avril par l’entremise de son gouverneur, le comte de Chaulnes et ceux de Soissons, le 28 décembre précédent, grâce au sieur d’Estrées. Le 10 juin, en précisant que cela ne devra pas prêter à conséquence, de nouvelles lettres royales nomment dix nouveaux échevins catholiques, offrant aux représentants de la confession majoritaire toute latitude pour « chasser hors de leurdicte ville tout notoirement diffamez pour avoir receu la nouvelle religion ». Concrètement, cela se traduit par l’arrestation et la mise à l’amende de tous ceux qui ont refusé de tendre leurs maisons et de cesser le travail pour les grandes processions de l’Ascension et du Saint-Sacrement et par l’autodafé, le 13 juin, de tous les livres prohibés qui ont été saisis chez eux, lors de perquisitions domiciliaires. Le 4 juillet, enfin, l’échevinage reçoit de nouvelles lettres qui l’autorisent à désarmer les protestants et à les soumettre à une confession de foi obligatoire, sous peine de bannissement. La plupart s’exécutent par dizaines, dans les jours qui suivent, à genoux devant « l’ymage de la Passion » et après avoir entendu les sermons du chanoine sur le thème unum ovile, unus pastor (chapitre X de l’Évangile selon saint Jean), sauf quelques « obstinez » qui sont mis dehors, dont un échevin et sa femme enceinte.

17Des dispositions identiques, assorties de sanctions financières (cotisation ou saisies) sont prises à Montdidier, où Créqui se rend début juillet, Abbeville, Beauvais ou Soissons. Parallèlement, à Amiens et Abbeville surtout, les magistrats, municipaux et royaux, s’efforcent, tant bien que mal, en usant de la milice et d’ordonnances de police, de mettre un terme à « l’insolence et liberté effrénée dont use le menu populaire en l’invasion et démolition de plusieurs maisons tant des ecclésiastiques que des autres citoyens », dont des protestants. Le climat social est en effet très tendu dans ces cités manufacturières, affectées par la cherté des prix, le chômage et la pauvreté et dans lesquelles la moindre étincelle suffit à déclencher la hargne du peuple contre les possédants et les hérétiques, qu’il a tendance à mettre dans le même sac, au titre de victimes expiatoires de ses frustrations et de ses inquiétudes. Or, si les autorités catholiques ne dédaignent pas d’exploiter cette agitation populaire comme une arme supplémentaire et efficace contre les protestants, ce qu’attestent les nombreux cas de « réconciliation » d’enfants (c’est-à-dire de réintégration dans l’Église par un nouveau baptême) observés à Amiens au mois de juin, il est en revanche exclu de se laisser déborder et de laisser le peuple se faire justice lui-même. La seule violence admise est celle qui doit s’exercer dans le cadre de la loi et rester le monopole de la puissance publique, incarnée par le roi ou ses serviteurs.

La réduction de la fracture confessionnelle

18Une fois apaisées les ardeurs de l’été et même si l’on pouvait douter de la sincérité de certaines conversions (en 1564-65, 60 % des pères et 50 % des mères cités dans le registre de baptêmes du pasteur Chesneau faisaient partie de la liste de 1562…), il y avait tout lieu, pour les catholiques picards de se sentir, si ce n’est satisfaits, du moins rassurés : le péril réformé semblait écarté. Quelle n’est donc pas leur indignation à l’annonce de la promulgation de l’édit d’Amboise (19 mars 1563) qui remettait tout en question, en autorisant les exilés à revenir et en leur accordant la liberté de conscience et la possibilité, quoique limitée, de pratiquer leur culte. On assiste alors à une nouvelle levée de boucliers, les dirigeants citadins n’hésitant pas, cette fois, à braver l’autorité du roi en refusant de publier l’édit et de recevoir le baron de Sénarpont, chargé de son application (Amiens), en faisant exécuter des prisonniers protestants en dépit de l’amnistie dont ils bénéficiaient (Beauvais) ou en refusant de les rembourser des sommes qu’on leur avait extorquées (Abbeville). Certes, le roi n’ayant pas cédé à leurs instances, les autorités catholiques finissent par s’incliner de fort mauvaise grâce (publication de l’édit à Amiens le 11 mai) et des lieux de culte sont établis dans les faubourgs d’Amiens (en 1564, à Hem, où fut construit un temple sur une terre appartenant à la veuve du gouverneur martyr d’Abbeville) ou de Beauvais, où l’évêque apostat Odet de Châtillon revient soutenir ses frères en 1564 et où l’on ouvre même une école, pour les réformés, en 1565, ou bien encore à Montdidier où a même lieu un synode provincial en 1563. Pourtant, il n’y a guère de quoi pavoiser côté protestant. C’est armés de couteaux et de bâtons, cachés sous leurs vêtements (ils sont fouillés au retour, conformément aux mesures de sécurité qui prévalent dans ces villes closes), qu’ils doivent se rendre au prêche, afin de se prémunir des attaques qu’ils essuient régulièrement de la part des catholiques dont les pulsions homicides se laissent parfois libre cours comme à Abbeville, où un protestant, condamné à faire amende honorable sur le parvis de l’église Saint-Vulfran, est assailli par la foule et noyé dans la Somme, sous les yeux du lieutenant civil qui n’a pas fait grand-chose pour s’interposer (28 mars 1563). Cela dit, ce sont surtout les tracasseries qu’ils subissent au quotidien qui irritent ou découragent les protestants que l’on oblige à suivre les dévotions catholiques pour intégrer les corps de métiers ou exercer une charge publique ou que l’on continue d’exclure de la milice (Rosenberg, 1998).

19En fait, c’est la séquence guerrière des années 1567-1570 qui permet l’achèvement de l’œuvre de « recatholicisation » des villes picardes, entreprise cinq ans plus tôt. Pas plus que dans le passé les protestants ne sont victimes de pogrom, sauf à Amiens, en 1568, où plus de deux cents personnes auraient été tuées dans une émeute provoquée par les insultes proférées par un protestant contre la messe, lors des cérémonies pascales. De nouveau, les protestants font l’objet d’enquêtes, de dénonciations, de spoliations ainsi que de privations de charges, à l’instar des officiers des bailliages d’Amiens et de Montdidier, en 1569. En outre, dans le cadre du renforcement de la défense de villes qui redoutent d’être surprises « par dol [ruse] ou par force » par les bandes huguenotes qui hantent les environs, les protestants sont cantonnés dans certains quartiers, éloignés des remparts, étroitement surveillés, désarmés voire expulsés, de peur qu’ils ne se fassent les complices de telles entreprises. Certes, le danger est bien réel, en raison des exactions que commettent, en 1567-68, les troupes conduites par des gentilshommes du cru à savoir Mouy et Gamaches en Beauvaisis, François de Cocqueville dans le Vimeu et le Ponthieu, François de Hangest, dans l’Aisne actuel. N’ayant pu rejoindre Condé et ayant décidé de gagner les Pays-Bas pour porter secours à Guillaume d’Orange et à leurs coreligionnaires, persécutés par le duc d’Albe, ceux-ci ne se contentent pas de ravager villages et abbayes sur leur passage, parvenant même à s’emparer de certaines villes comme Doullens, Saint-Valéry, Rue, Soissons, Chauny, Coucy, Crépy, La Fère. Il faudra que le maréchal de Cossé vienne en faire le siège pour déloger Cocqueville de Saint-Valéry (le 27 juillet 1568, il est décapité avec cinq de ses hommes).

20Toute l’habileté des autorités catholiques picardes a donc consisté à faire état de ce danger, ainsi que du statut de « clef du royaume » de leurs villes pour obtenir une sorte de régime dérogatoire de la part du monarque qui ne pouvait se permettre de perdre ou de s’aliéner des places aussi précieuses du point de vue stratégique et financier. Stratégie payante puisque le roi interdit le culte protestant en septembre 1568 et autorise, en avril 1569, la destruction du temple d’Amiens, suivie par la démolition, en août 1572, avec l’approbation du roi et du maire, cette fois, de celui de Montdidier qui avait déjà fait l’objet de la fureur populaire en janvier 1568.

21Les dégâts occasionnés aux églises protestantes picardes par cette politique sont considérables voire irrémédiables, dans certains cas et ce, sans que l’on déplore de bain de sang. Car, réduits au rang de paria, empêchés de pratiquer leur religion, soumis aux avanies de leurs concitoyens, les protestants ont tellement souffert pendant ces quelques années que beaucoup ont préféré partir vers des terres plus hospitalières comme Dieppe, Genève, l’Angleterre (Londres, les îles Sandwich) voire la principauté de Sedan. D’autres, qui n’ont pas pu ou voulu partir, se sont résignés à une sorte d’exil intérieur, en renonçant à professer publiquement leur religion et en se conformant aux rites catholiques. C’est pourquoi, lorsque la paix de Saint-Germain est promulguée (1570), son bénéfice est quasiment nul pour les protestants picards. D’une part, elle ne permet que l’ouverture de deux lieux de culte pour tout le gouvernement (l’un aux faubourgs de Montdidier et l’autre, à Ribemont, à l’ouest de Saint-Quentin). D’autre part, la municipalité d’Amiens ne tarde pas à en arracher l’exemption à Charles IX, par l’entremise du duc de Longueville, nouveau gouverneur de la province (mars 1572). Enfin, les communautés qui auraient pu en jouir ont déjà disparu ou ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes.

22Bien loin des espoirs qui les avaient portés dix ans plus tôt, les protestants picards ne sont plus guère en mesure, désormais, d’entretenir la résistance contre un adversaire avec lequel le combat s’avère par trop inégal, pas seulement parce qu’il est supérieur en nombre ou parce qu’ils ont perdu leurs protecteurs nobles, tombés sur le champ de bataille, comme Louis d’Ailly et son frère Charles, à Saint-Denis, en 1567 ou Condé à Jarnac, en 1569 mais aussi et surtout parce qu’il a la loi de son côté. On comprend mieux, par conséquent, qu’en 1572, la Picardie, qui n’en était pas coutumière de toute façon, n’ait pas connu de répliques du carnage parisien de la Saint-Barthélemy dont l’impact ne fut tout de même pas négligeable, la peur ayant poussé ceux qui hésitaient encore à regagner « la bergerie ecclésiastique », afin de sauver leur vie (Rosenberg, 1988). À cette date, en effet, ce ne sont pas tant les précautions prises par le maréchal de Montmorency et le duc de Longueville qui ont permis d’éviter le pire mais le constat objectif que les protestants ne constituaient plus une source de « malheur » pour ces cités qui peuvent se vanter de constituer de véritables « citadelles du catholicisme ».

Bibliographie

A. Bonzon, L’esprit de clocher. Prêtres et paroisses dans le diocèse de Beauvais, Paris, 1999.

G. Bonet-Maury, « Les origines de la Réforme à Beauvais », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, tome XXIII, 1874, p. 73-84, 126-137, 217-232.

K. Brook Neuschell, Word of Honor. Interpreting Noble Culture in Sixteenth Century France, Ithaca, Londres, 1989.

O. Carpi, Une république imaginaire. Amiens pendant les troubles de religion, Paris, 2005.

O. Carpi, « Les villes picardes, citadelles du catholicisme », Revue du Nord, tome LXXVIII, avril-juin 1996, p. 305-322.

O. Christin, La paix de religion, Paris, 1997.

D. Crouzet, Les guerriers de Dieu, Seyssel, 1990.

S. Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison, Genève, 2005, p. 102 sq.

B. Dieffendorf, Beneath the Cross : Catholics and Huguenots in Sixteenth Century, Paris, 1991.

O. Douen, Essai historique sur les églises réformées du département de l’Aisne, Saint-Quentin, 1860.

D. El Kenz, Les bûchers du roi, Seyssel, 1997.

M. Godet, « Les protestants à Abbeville au début des guerres de religion », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français., 1917, p. 22-34, 126-136, 313-322 et 1918, p. 28-61, 115-122.

M. P. Holt, « Wine, Community and Reformation in Sixteenth Century Burgundy », Past and Present, 1993, no 138, p. 58-93.

A. Joblin, Catholiques et protestants dans le Boulonnais, Mémoire de la Société Académique du Boulonnais, tome XV, 1994.

A. Joblin, « Le protestantisme en Calaisis aux XVIe-XVIIe siècles, Revue du Nord, tome LXXX, No 326-327, 1998, p. 599-618.

S. Mours, Les églises réformées en France, Paris, Strasbourg, 1958.

D. Nicholls, « Protestants, Catholics and Magistrats in Tours, 1562-1572 : The Making of A Catholic City during the Religious Wars », French History, vol. 8 ; No 1, 1994, p. 14-33.

P. Roberts, A City in Conflict. Troyes during the French Wars of Religion, Manchester, 1996.

D. Rosenberg, « Les registres paroissiaux et les incidences de la réaction à la Saint Barthélemy à Amiens », Revue du Nord, tome LXX, 1988, p. 501-510.

D. Rosenberg, Social Experience and Religious Choice : the Protestant Weavers and Woolcombers of Amiens in the Sixteenth Century, Yale, 1978.

D. Rosenberg, Les protestants amiénois au milieu du XVIe siècle, Amiens, 1994.

D. Rosenberg, « Dissidence religieuse et activisme corporatif dans les métiers du textile : Houppiers et sayeteurs protestants d’Amiens dans les années 1570 », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, No 650, 3e trimestre 1998, p. 78-120.

L. Rossier, Histoire des protestants de Picardie, Paris, 1990 (rééd.).

Notes

1 Source : Extrait du Procès verbal touchant ceulx qui ont faict confession de foy par devant moy en la ville d’Amiens comme vicaire de l’évêque (Bibliothèque Nationale, Département des Manuscrits, Ancien Fonds Français, 3953, fol. 90-91).

2 Gravure réalisée en 1583 pour le De Leone Belgico de Mickael Aitsinger.

Table des illustrations

Titre Fig 1. « La furie espagnole : les massacres de Flandre »2 de Franz Hogenberg (1583).
Crédits © Musée de la Chartreuse de Douai, inv. no 2624.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40001/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig 2. « Massacre de Oudewater » de Franz Hogenberg (1583).
Crédits © Musée de la Chartreuse de Douai, inv. no 26622.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/40001/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540