Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Affrontements religieux en Europe

 | 
Véronique Castagnet
, 
Olivier Christin
, 
Naima Ghermani

Partie 2. Mobilisations et résistances

Pour l’honneur de Dieu : Le combat de la grande union des catholiques de France en 15891

Stéphane Gal

Texte intégral

  • 1 Source : Declaration des consulz, eschevins, manans et habitans de la ville de Lyon, sur l’occasion (...)

Premièrement nous promettons à Dieu, sa glorieuse mere, anges, saincts et sainctes de paradis de vivre & mourir en la religion catholique apostolique & romaine, & y employer noz vies & biens sans y rien espargner, jusques à la derniere goute de nostre sang, esperans que Dieu qui est seul scrutateur de noz cueurs nous assistera en une si saincte resolution en laquelle nous protestons n’avoir autre but que la manutention & exaltation de son sainct nom, & protection de son Église à l’encontre de ceux qui ouvertement ou par moyens occultes s’efforcent l’aneantir & maintenir l’heresie & la tyrannie.
Jurons aussi d’entendre de tout nostre pouvoir & puissance à la conservation de ceste ville de Lyon, establissement d’un bon et asseuré repos en icelle, & des autres villes & communautez de ce gouvernement à la descharge du pauvre peuple.
Conserver les marchans des nations estranges & autres frequentans les foires de ceste ville en leurs privileges, & tenir la main à ce qu’ils puissent negocier en toute seureté & ne souffrir qu’il leur soit faict aucun mal ny desplaisir.
Jurons pareillement de nous maintenir en bonne intelligence avec les princes, prélats, seigneurs, gentils-hommes habitans tant de ceste ville que celle de Paris, capitale de ce royaume, que des autres villes qui sont unies ou s’uniroient par cy après pour un si bon & sainct subject, & ne permettre qu’il soit faict ou attenté par deça aucune chose qui leur puisse tourner à desplaisir ou porter prejudice à l’union. Ains nous opposer de tous noz pouvoirs & moyens à ceux qui le voudroient entreprendre.
Ne recevoir commandement de qui que ce soit, sans nul excepter, soit par escrit ou de visve voix, qui porte prejudice à ladicte union.
Nous voulons entretenir de poinct en poinct l’édict d’union publié ès courts de Parlemens de ce royaume, juré solemnellement par le Roy en l’assemblée generalle des Estats, & depuis par lesdicts Estats, estably pour loy fondamentale du royaume ; & n’assister de nos personnes, ny moyens ceux qui l’ont violé, & faulsé la foy promise ausditsEstats.
Promettons aussi & jurons obeir à Monseigneur le Duc de Genevois & Nemours, nostre gouverneur en chef, & representant la personne du roy en ce pays, & à tout ce que par luy nous sera commandé quand Dieu luy fera la grace d’estre arrivé par deça. Promettons & jurons aussi de nous abandonner jamais les uns les autres, & n’entendre à aucun traicté sinon d’un commun consentement de tous lesdicts princes, prelats, villes & communautez unies.
Prions tous les seigneurs, gentils-hommes, villes & communautez de ce gouvernement s’unir avec nous en ceste si saincte resolution, leur promettant de nostre part toute assistance de noz moyens en ce qu’ils en auront besoin.
Arresté au consulat tenu en l’hostel commun de ceste ville le jeudy deuziesme jour de mars, 1589.

1Ce document, émanant du consulat de la ville de Lyon, signale l’entrée officielle de la cité dans la Ligue, ou Sainte Union des catholiques, le 24 février 1589. Il a été rédigé sous forme de serment, plus ou moins sur le modèle de celui de Péronne dont le manifeste avait circulé parmi les députés des États généraux réunis à Blois, à la fin de l’année 1588. Il a été publié chez l’imprimeur lyonnais Jean Pillehotte, propagandiste officiel du mouvement. Tout ligueur, soit individuellement, soit collectivement, dans le cadre d’assemblées générales des habitants, avait souscrit au serment qui était à la fois le sésame d’entrée dans l’Union et le credo identitaire de chacun de ses membres.

2L’adhésion lyonnaise s’inscrivait dans le contexte d’un véritable raz-de-marée ligueur qui submergea le royaume au cours de l’année 1589. Le triomphe du mouvement stigmatisait l’échec de la politique de réformation entreprise par le roi Henri III dès les premières années de son règne (1574-1589). Désormais l’initiative ne lui appartenait plus et sa tentative désespérée de reprendre les commandes du royaume, en décembre 1588, lors de l’assassinat des Guise à Blois, n’avait fait qu’accroître le chaos et précipiter sa propre chute. Au cours des mois suivants, presque toutes les principales villes du royaume, cités parlementaires ou capitales de province, à l’image de Lyon, basculèrent dans la rébellion ouverte. Le défi qui se posait alors à ces cités dressées face à leur roi était de trouver une légitimité à leur action, de s’unir entre elles afin de tenir tête aux armées royales, et réaliser l’idéal de la Ligue des catholiques : débarrasser le royaume du protestantisme.

3Le mouvement ligueur avait été initié au milieu des années 1580 devant la perspective angoissante d’une crise dynastique et confessionnelle. Celle-ci était liée à l’absence d’héritier catholique au trône. La mort du dernier frère d’Henri III, le duc François d’Anjou, en juin 1584, fut à l’origine de la réaction des catholiques ultras, horrifiés à l’idée de voir un jour un roi protestant, en l’occurrence Henri de Navarre, coiffer la couronne de saint Louis. Au cours des mois suivants, les énergies partisanes d’un catholicisme radical coagulèrent par tout le royaume sous l’effet d’une double impulsion : d’une part l’engagement de la famille des Guise, le duc Henri et son frère le cardinal de Guise, porte-bannière du catholicisme depuis le début des guerres de religion ; d’autre part l’initiative de bourgeois parisiens, curés, hommes de loi, marchands et officiers, tous notables, dont le zèle ardent trouva à s’organiser secrètement grâce à l’armature civique des seize quartiers de la capitale. Dès son origine, la Ligue s’édifia sur un agrégat de frustrations propres à la noblesse, qui contestait la nouvelle économie de la faveur royale mise en place par Henri III, en particulier sa politique des mignons - avec au premier chef le duc d’Épernon - qui écartait les grands d’une participation aux instances de décision et les privait d’un accès direct aux ressources de l’État ; et les aspirations profondément religieuses de fidèles soucieux de défendre un catholicisme inconditionnel. L’historiographie, après avoir longtemps discrédité un mouvement dont la religion n’était abordée que sous l’angle du fanatisme populaire ou comme simple prétexte à l’ambition de ses cadres, a mis tour à tour l’accent sur ses différentes facettes, soulignant la complexité d’une révolte aux ressorts à la fois sociaux et religieux, dont la dimension politique en faisait également une alternative à l’absolutisme naissant.

4La morphologie double de la Ligue, à la fois princière et bourgeoise, fit sa force et sa faiblesse. Sa force, dans un premier temps, en lui faisant bénéficier du charisme extraordinaire des princes lorrains et du soutien des principales cités du royaumes ; sa faiblesse à la longue, car après la disparition du duc Henri de Guise, jamais le mouvement ne parvint à retrouver une véritable tête, à savoir un prince capable de fédérer derrière sa bannière une Union en mal d’union, minée par les contradictions et les forces centrifuges.

L’Union : une mystique de combat

5Le seul vrai dénominateur commun à tous les ligueurs fut le rejet absolu du protestantisme. Chez l’homme ligueur, l’hérésie était vécue d’abord comme une abomination qui défigurait le royaume et ses sujets. Toute concession à la huguenoterie devint une trahison, toute alliance avec elle fut un crime, plus encore, un pacte avec le démon. Huguenots comme « politiques », amateurs d’État plus que de religion, furent confondus dans une même haine de tout ce qui altérait la vérité pure incarnée par « la religion catholique, apostolique et romaine ». Dans un climat de tension eschatologique toujours affleurante, tolérer l’hérésie était une incitation à la vengeance d’un Dieu « tout-puissant » dont le bras menaçait de s’abattre à tout moment sur une humanité souillée par le péché. Car ne pas combattre le péché c’était l’accepter et devenir soi-même pécheur ! La Saint-Barthélemy, pas plus que la douceur de la politique de réformation entreprise par le roi Henri III et la reine-mère Catherine de Médicis, n’ayant permis de débarrasser le royaume de la « lèpre huguenote », la confusion n’avait fait que croître partout, mêlant inextricablement l’ivraie au bon grain. Il fallait trancher, se lever et agir, avant que Dieu ne le fasse à la place des hommes et contre les hommes.

  • 2 Articles de la Sainte-Union des catholiques françois, s.l., 1588, p. 10 v°.

6Le pacte ligueur recelait une double dimension, à la fois l’horizontalité de solidarités humaines qui faisait de chaque membre un conjuré soudé à son semblable par la force de la parole sacrée du serment ; et la verticalité d’un lien mystique entre le fidèle zélé et son Dieu. Le serment lyonnais qui, dans ses premières lignes, appelait à la rescousse le Ciel tout entier à travers des accents quasi testamentaires, soulignait cette dimension transcendantale d’un engagement à la vie à la mort. Comme le prétendait un imprimé ligueur anonyme de 1588, ce lien tissait une relation unitive à Dieu en permettant aux hommes de « jeter leurs ancres dans la terre ferme du Ciel »2. Arrimé directement à Dieu, l’homme ligueur était en mesure d’affronter tous les maux d’ici-bas. D’une manière générale, le serment ligueur était un acte de purification et de clarification, une réponse de la vraie foi à la confusion générale entretenue par l’hérésie. Le serment permettait tout autant de se reconnaître entre conjurés que de donner un nom à l’ennemi commun. Comme le baptême ou la marque des justes dans l’Apocalypse de saint Jean, il devenait le signe visible qui distinguait les individus sauvés, les élus appelés à régénérer le royaume par leur foi et leur lutte contre le mal. L’engagement ligueur, « jusqu’à la dernière goutte de nostre sang », était un acte de combat idéalement total, qui prétendait rejoindre l’absolu de la croisade. L’affrontement jusqu’à éradication complète de l’adversaire était sa raison d’être. L’engagement total de l’être appelait sacrificiellement la force divine sur chacun de ses membres : chaque ligueur était amené par son combat contre le mal à reproduire une histoire sacrée, providentielle et biblique, celle qui redonnerait à Dieu sa juste place dans le royaume et conjointement dans le cœur des hommes. Ce qui pourrait nous aider à définir la fameuse « défense de l’honneur de Dieu », si souvent alléguée par les ligueurs. D’innombrables imprimés de propagande en diffusèrent le thème à partir des presses de Paris, de Rouen et de Lyon : près d’un ouvrage ligueur par jour en 1589 ; plus d’un millier de titres à Paris en dix ans de Ligue (Pallier, 1976) !

Révolte armée et légalisme

7Dans ce royaume qui n’était plus lui-même, il devenait bientôt clair aux yeux de l’homme ligueur que le roi n’était plus le roi. « La tyrannie » dénoncée du gouvernement d’Henri III l’avait fait rejoindre l’hérésie dans l’esprit de la plupart des membres de la Sainte Union. Antéchrist, le roi n’existait plus en tant que souverain sacré, mais comme membre de l’armée du Mal, « ceux qui ouvertement ou par moyens occultes » recherchent l’anéantissement de l’Église, « ceux qui l’ont violé, & faulsé la foy promise ». Délivrés par la Sorbonne de leur serment d’obéissance au roi Henri III, dès le 7 janvier 1589, les ligueurs furent encouragés à se substituer à la mission royale originellement jurée lors du serment du sacre et renouvelée lors de « l’édit d’union » (15 juillet 1588). Le roi, devenu parjure, avait failli à la mission divine qui lui était confiée. Ce seraient donc les ligueurs conjurés qui, désormais, défendraient le royaume contre l’hérésie et qui seraient les seuls détenteurs de la sacralité mystique du royaume de France : un Dieu, une foi, une loi, une Union ! La Ligue se confondit avec le royaume et avec l’Église, et devint l’identité même du croyant. Défenseurs de « l’édit d’union », des décisions des États généraux et des parlements, notamment au sujet de la reconnaissance de la loi de catholicité comme loi fondamentale du royaume, les ligueurs prétendirent incarner non la dissidence de la rébellion, mais l’obéissance fidèle aux lois et à la tradition ancestrale du royaume. Ce légalisme ligueur, ou prétendu tel, donna sa légitimité au combat engagé contre le souverain. Paradoxalement, les ligueurs reprirent, plus ou moins confusément, des arguments anciens, jadis forgés par les théoriciens de la Réforme et les monarchomaques des lendemains de la Saint-Barthélemy, afin de justifier leur lutte contre le pouvoir en place, du droit de résistance à la justification du tyrannicide.

8Le roi tyran, désacralisé par une campagne de propagande d’une violence extrême, n’apparut plus que dans sa dimension de corps privé et comme le catalyseur du mal qui rongeait le royaume. Le corps physique du roi, stérile et corrompu par mille vices, n’en était-il pas le vivant témoignage ? Après avoir commis le double crime de Blois, Henri III semblait donner raison à la propagande ligueuse en faisant officiellement alliance avec son cousin, le protestant Henri de Navarre, en avril 1589. Ensemble ils entreprirent le siège de la ville rebelle de Paris tandis que le pape lançait un monitoire d’excommunication contre le roi de France en raison de l’assassinat du cardinal de Guise. Autant d’actes gravissimes aux yeux des ligueurs, qui valurent au dernier des Valois d’être assassiné à son tour, le 1er août, par un moine dominicain dont le bras avait été porté par l’exaltation ligueuse.

Guerre sainte et réalisme bourgeois

9L’hérésie cristallisait toutes les peurs. Derrière la dimension eschatologique et la mystique de la Ligue, affleuraient les préoccupations plus prosaïquement matérielles des cités. Toutes avaient à cœur de défendre des prérogatives identitaires liées à une situation économique qui pâtissait de la longueur des guerres ; toutes avaient à faire face à une situation financière désastreuse qui, bien souvent dès les premiers affrontements de 1562, les avait entraînées dans une spirale de l’endettement qui les menaçait d’asphyxie. Le déclin de relations commerciales vitales préoccupait au plus haut point la cité de Lyon. Pôle économique majeur du royaume, dont la prospérité s’était bâtie sur ses grandes foires, la cité respirait quatre fois l’an en drainant dans ses murs « les marchans des nations estranges ». La ville avait besoin d’un « bon et asseuré repos » pour préserver des relations commerciales trop souvent perturbées par les troubles et leurs escadrons de coupeurs de route et autres rançonneurs de voyageurs. À moins que l’on ne cherchât des boucs émissaires, protestants et Italiens, pour tenter d’expliquer un déclin irrémédiable qui trouvait son origine dans la résidence de la cour à Paris, ou non loin, et dans le glissement lent mais certain du grand commerce vers les routes atlantiques ?

10Le sursaut ligueur apparaissait à plus d’un titre, comme la Saint-Barthélemy en son temps, comme l’occasion providentielle de redresser la barre et de terminer radicalement des guerres civiles qui n’avaient que trop duré pour le « pauvre peuple ». C’était l’occasion d’établir la paix rêvée, celle qui, aux yeux des hommes du XVIe siècle, préfigurait le retour à l’âge d’or par le triomphe des armes et la prière des justes. La Ligue n’était pas seulement une réaction à courte vue. Son « programme », du moins tel qu’il peut apparaître à travers le contenu des divers serments jurés aux quatre coins du royaume, reprenait le thème ancien et idéalisé d’une réformation nécessaire. Il aspirait à une transformation en profondeur de la société tout entière, de l’homme, des institutions du royaume, à commencer par la justice corrompue, jusqu’à la mise en place d’une monarchie tempérée par le pouvoir des États généraux. Le combat religieux était d’abord une conversion, c’est-à-dire une guerre à livrer contre soi-même, condition préalable à toute victoire contre l’ennemi du dehors. Ce « programme ligueur » n’était en réalité pas propre à la Ligue. Il se proposait en somme de réaliser, par le fer et le feu, un idéal sociétal qui n’était pas si éloigné de celui auquel aspirait la Réforme, et que la monarchie des derniers Valois, en particulier Henri III, avait en vain tenté de mettre en place par des moyens pacifiques. La formule de « révolution ligueuse », même « à rebours », comme l’a judicieusement proposé Robert Descimon, apparaît bien excessive. N’innovant rien, la Ligue chercha toujours, en particulier en soumettant le politique au religieux, à rétablir un ordre ancien, terreau fertile et idéalisé sur lequel avait jadis pu fleurir le royaume du fils aîné de l’Église, et qu’elle croyait en passe de disparaître.

L’Union : une illusion

11Le modèle de la grande Ligue des catholiques resta celui de la confrérie et de ses solidarités. On se promettait foi et assistance mutuelle, secours en armes et en argent. Mais l’efficace d’un tel fonctionnement peinait à dépasser les murs d’une cité. Paris, nouvelle Jérusalem quadrillée par les Seize, ne parvint pas à faire de véritables émules. Notamment à Lyon où l’ardeur ligueuse resta modérée, avant de s’estomper complètement devant le déclin des affaires, les dissensions internes et les charges insupportables imposées par le gouverneur. Les princes qui ralliaient le mouvement, comme le duc de Nemours (1567-1595), gouverneur en chef de la ville de Lyon, Forez et Beaujolais, apparaissaient comme d’incontestables atouts militaires et politiques. Mais la tentation fut grande chez Charles-Emmanuel de Savoie-Nemours, secondé par son frère le marquis de Saint-Sorlin (1572-1632), de régir sa ville en maître absolu, se heurtant aux prérogatives consulaires et à l’influence de l’archevêque mayenniste Pierre d’Espinac (1540-1599). D’autant que, par sa parenté, Nemours était en lien non seulement avec les princes lorrains (il était frère utérin des Guise), mais aussi avec le duc de Savoie, Charles-Emmanuel Ier (1562-1630), gendre du roi Philippe II.

12Le recours à l’aide militaire et financière d’une puissance étrangère, opérée dès le traité de Joinville, signé entre les Guise et Philippe II en décembre 1584, était un des leviers classiques de la révolte nobiliaire telle qu’elle se pratiquait à l’époque moderne. Sans l’aide d’un prince étranger, un parti, quel qu’il fût, n’avait guère de chance de supporter l’effort de guerre que réclamait l’opposition armée au roi légitime. Outre les six cent mille écus rassemblés par Guise pour lever ses troupes, le traité de Joinville prévoyait une aide espagnole de six cent mille écus supplémentaires par an. Avec l’immixtion de l’Espagne dans les affaires françaises, la guerre de la Ligue fit entrer l’affrontement dans une géopolitique planétaire, celle du grand combat espagnol pour la défense du catholicisme, dont la ligne de front courait du Pérou au Japon, en passant par les Pays-Bas et l’Angleterre d’Élisabeth Ire. Si la pression exercée par la proximité de la fabuleuse armada espagnole avait, dans un premier temps, permis le succès des barricades parisiennes, en mai 1588, son échec désastreux, moins de trois mois plus tard, fut un des premiers grands revers subis par la Ligue. L’aide espagnole, comme savoyarde, trop souvent limitée, et toujours trop intéressée pour être aveuglément acceptée, fut un ferment de division supplémentaire au sein même des ligueurs. Elle donna à Henri IV son principal argument : celui de la défense d’une identité nationale reconstruite autour des « bons Français » face aux ambitions démesurées de princes étrangers moins « catholiques » zélés que prédateurs universels.

13Le recours à la ville de Paris dans le serment lyonnais, reconnue comme la « capitale du royaume » (alors que le roi en avait été chassé depuis mai 1588 et qu’il avait entrepris d’instaurer une « contre-capitale » à Tours), et partant comme la capitale de la Ligue, fut une illusion qui berça les fantasmes de l’Union. La Ligue n’eut aucune capitale, ou plutôt, elle n’eut que des capitales ! Les conseils de l’Union, institutions centrales et locales mises en place afin d’harmoniser le mouvement et de créer un réseau de villes, ne fonctionnèrent pas. Le réseau ligueur, si tant est qu’il eût jamais existé en tant que tel, s’étiola malgré la correspondance nourrie que tenta d’entretenir le duc de Mayenne, lequel avait pris la succession de ses défunts frères à la tête du mouvement en qualité de « lieutenant général de l’Estat royal et couronne de France ». Mais il fut surtout gouverneur de Bourgogne et piètre chef de guerre ! Les armées de la Ligue ne remportèrent sous ses ordres aucune grande victoire, contrairement à Henri IV qui les collectionnait depuis celle de Coutras en 1587. Seule la défense de Paris, entre mai et fin août 1590, fut un éclatant succès, mais qui dut tout à l’héroïsme fanatisé des Parisiens et au secours d’Alexandre Farnèse. Le tout au prix de plusieurs dizaines de milliers de morts, en particulier des enfants (près de douze mille selon l’ambassadeur espagnol Mendoza), qui ne purent supporter les abominables privations alimentaires que leur imposa le siège. La propagande ligueuse, malgré force occasionnels célébrant les divers « coups du Ciel » en faveur de l’Union, eut de plus en plus de mal à faire admettre que la providence divine ne guidait pas les pas du souverain qu’elle s’obstinait à combattre. Symptôme éclairant de cette incapacité à établir une véritable union des villes et des provinces ligueuses : ce ne fut que l’ombre d’États généraux que la Ligue parvint à réunir, après mille difficultés, à Paris, en janvier 1593. États dont il ne ressortit rien, hormis que l’Union était incapable de se trouver un roi autre que le roi désigné par la loi salique, Henri IV ! La réalité était que l’on ne savait pas faire vivre un tel mouvement, lequel se voulait plus qu’un simple « parti », celui de Dieu, mais fut toujours moins qu’une véritable fédération de villes et de provinces unies au niveau national. Faute d’union de la Ligue, il n’y eut qu’une mouvance ligueuse à la géographie floue et éclatée. Sa nature protéiforme, tant au point de vue de son organisation que de ses aspirations, justifia amplement sa comparaison à l’Hydre à laquelle recoururent ses adversaires, et expliqua la lenteur avec laquelle elle recula avant de s’éteindre au crépuscule du siècle. Malgré ses victoires et son abjuration, ce fut au cas par cas qu’Henri IV dut négocier, jusqu’à l’ultime reddition nantaise de 1598.

14Au cœur des affrontements religieux de la fin des guerres civiles françaises, le mouvement ligueur recouvrait un ensemble complexe d’aspirations sociales, politiques et religieuses. Le serment, par son rôle identitaire, voire talismanique, reste une des meilleures clés pour comprendre l’imaginaire de cette vaste réaction catholique. Il permettait d’exprimer une dynamique de combat qui faisait de chacun des conjurés un guerrier portant « la croix en soi » (Crouzet, 2006). L’âme de l’Union devenait ainsi visible le temps de la formulation de la parole sacrée. Ce souffle premier pouvait ensuite donner force aux énergies des combattants ligueurs.

15La ligue ne fut pas un accident politique ni une parenthèse historique. Elle exprimait les craintes et les aspirations profondes des Français à retrouver un ordre, une stabilité et une harmonie que l’irruption de la Réforme semblait avoir à jamais détruits.

16Le tombeau de la Ligue servit de socle à la refondation bourbonienne opérée par Henri IV. Cependant, sa défaite fut bien relative et le mouvement subsista, sinon dans sa forme du moins dans ses idées ! Le roi s’était converti au catholicisme dès 1593 ; il négocia au prix fort, droits et argent, la reddition des villes et des chefs de la Ligue ; il mourut lui-même sous le poignard d’un exalté largement inspiré par les idéaux ligueurs... Le XVIIe siècle absolutiste se construisit certes sur le réalisme de la raison d’État, laquelle rangea le religieux dans le rayon des accessoires politiques, et les dévots furent plus pacifiques que leurs aînés ligueurs ; cependant, un siècle exactement après la fondation de la grande Union des catholiques, en 1685, Louis XIV revint sur l’édit de Nantes, accordant ainsi à la Ligue sa plus grande victoire posthume : l’ennemi protestant était officiellement éradiqué du royaume !

Bibliographie

J.-M. Constant, La Ligue, Paris, 1996.

S. Gal, Grenoble au temps de la Ligue, étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise, Grenoble, 2000.

S. Gal, « Le serment pendant les guerres de Religion : contrat implicite et rituel de passage », dans G. Bertrand et I. Taddei (dir.), Le destin des rituels, Faire corps dans l’espace urbain Italie-France-Allemagne, Rome, 2008, p. 227-244.

N. Le Roux, Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri IV, Paris, 2006.

D. Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue (1585-1594), Genève, 1976.

Notes

1 Source : Declaration des consulz, eschevins, manans et habitans de la ville de Lyon, sur l’occasion de la prise des armes par eux faicte, le vingtquatriesme febvrier 1589, à Lyon, par Jean Pillehote, 1589 (extrait).

2 Articles de la Sainte-Union des catholiques françois, s.l., 1588, p. 10 v°.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540