Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Affrontements religieux en Europe

 | 
Véronique Castagnet
, 
Olivier Christin
, 
Naima Ghermani

Partie 2. Mobilisations et résistances

L’« esprit de la Ligue »1 dans le Nord de la France en 15882

Olivia Carpi

Texte intégral

  • 1 P.-L. Anquetil, L’esprit de la Ligue, Paris, 1783.
  • 2 Source : Archives municipales d’Amiens, BB 48, fol. 134 et vo (19 mai 1588).

Sont entrez de la permission de messieurs, Gaudefroy de Baillon, procureur du roi au bailliage d’Amyens, Nicole Scellier procureur fiscal de la ville, Vincent Boullenger, Nicolas Roche avocat et Anthoine Marcote conseiller d’icelle ville. Lequel de Baillon a dict et remonstré à messieurs qu’ilz estoient esleuz et creez par le peuple pour pourveoir leur mal, procurer leur salut et les maintenir en paix union et trancquillité suivant les eedictz du roy et les privilèges qu’il a pleu à Sa Majesté leur donner et confirmer, que par les nouvelles qui courent, il estoit à craindre qu’il n’arrive une sédition générale en ce royaume, que ces derniers jours il s’estoit descouvert une entreprinse que l’on prestendoit faire sur ceste ville par les menées et artifices d’aulcuns habitans mal affectionnez à la religion catholicque apostolicque et romaine, au service du roy et à leur propre liberté, laquelle n’avoit esté préméditée à aultre occasion que pour ruyner avec toute cruaulté les bons chrestiens de ladicte ville, anéantir la vraye religion, y introduire celle desdictz prestenduz réformés et finalement faire mollir et faire renoncer dieu et son esglise aux gens de bien, et après la mort du roy nostre sire très chrestien à qui par sa grace dieu veuylle donner parfaicte santé très longue et très heureuse vie, introduire en ladicte ville et au pais le roy de Navarre protecteur de ceste nouvelle et damnable religion que tous vraiz chrestiens catholicques zélés à l’honneur de dieu et de son esglise ont toujours esté et seront à jamais très affectionnez au service du roy très chrestien.

 

Toutefois voians que la gloire de dieu est desprimée par l’artifice de plusieurs politicques fauteurs et adhérans des héréticques, ils ne peuvent davantaige dissimuler et endurer telles factions en tant que la religion passe toutes passions humaines et sont résoluz n’espargner leurs biens ny leurs vies pour maintenir l’honneur de dieu, conserver pour eulx et leur postérité la vraye religion et rendre au roy la fidélité obeissance et service qu’ilz luy doibvent et pour ce que l’on a veu depuis quatre jours en ceste ville de grandes divisions et partialitez et deffiances faulte apparemment d’entendre l’ung l’aultre de de se unir ensemblement, il luy a semblé que le service du roy et le debvoir de sa charge l’obligeoient à venir requérir et stimuler messieurs y donner ordre plus tost que plus tard et faire en sorte que tous les habitans soient uniz, qu’ils parlent ung mesme langage et n’aient qu’ung cueur et une volonté et pour y parvenir le faire assembler et jurer par serment solempnel devant monsieur le maieur qu’ilz emploieront leurs vies et biens pour la manutention de l’honneur de dieu de la saincte religion catholicque apostolicque et romaine extirpation des héréticques de leurs fauteurs et adhérans suivant l’eedict de réunyon faict par le roy pour l’obéissance deue à Sa Majesté et la conservation des privilèges de la ville et ne permectre que la force et gouvernement d’icelle deppendent d’aultre authorité que monsieur le maieur suivant les privilèges de la ville. Et qui sy aucuns congnoissent cy après quelque chose quy puisse apporter aulcun préjudice contre l’establissement de ceste saincte unyon, ilz seront tenuz en advertir celluy qui sera en ladicte charge de maieur sans y user de longueur ou connivence pour respect de parenté ou aultre considération particulière.

1Au-delà de ses adversaires contemporains qui avaient tout intérêt à la dénigrer et qui ne s’en sont pas privés, forgeant autour d’elle une véritable légende noire, la postérité n’a pas été tendre non plus avec la Ligue dont on a longtemps dénoncé le caractère obscurantiste, fanatique et antinational (Descimon, 1983, p. 26 sq ; Constant, 1996, p. 467 sq). Or, même quand on a cessé de la caricaturer, la Ligue n’a pas toujours été mieux comprise pour autant, du fait de rapprochements, tentants mais pas toujours fondés, avec d’autres mouvements insurrectionnels, proprement révolutionnaires, voire avec certaines formes actuelles d’intégrisme religieux (Baumgartner, 1976 ; Lebigre, 1980 ; Barnavi, 1979 et 2006 ; Barnavi et Rowley, 2006). Certes, la Ligue a fait l’objet, au cours du dernier quart de siècle, de nombreux travaux historiographiques qui ont permis d’en avoir une meilleure connaissance, mais dont l’inconvénient réside peut-être dans une tendance, inévitable vu leur caractère généralement monographique, à la fragmentation de ce phénomène, décliné dans ses diverses variantes, parisienne et provinciale ; cléricale, nobiliaire et citadine ; sociologique, politique et religieuse. Aussi, sans prétendre en donner une vision univoque et définitive, nous nous proposons à partir d’un cas précis, de souligner quelques unes des principales caractéristiques de la Sainte Union, en faisant le lien à la fois entre elles mais aussi avec le contexte précis dans lequel elle s’inscrit et qui lui confère toute sa spécificité.

2Bien sûr, Amiens n’est pas la Ligue. Toutefois, à travers l’exemple de la capitale de Picardie, c’est une de ses composantes essentielles qui se laisse apercevoir, à savoir la Ligue des villes, dont le cœur battait incontestablement au Nord de la Loire, même si l’Union eut aussi quelques puissants bastions dans le Midi (Greengrass, 1983 ; Kaiser, 1992 ; Gal, 2000). Car les ressemblances sont grandes entre toutes ces cités ligueuses, Paris en tête, qui, pendant les années 1588-94 voire 1598 (Fig. 1), dans certains cas (Bretagne), font globalement montre du même habitus et, surtout, du même esprit, alliance de militantisme politique et d’exaltation spirituelle, de conservatisme et de radicalisme, pour la défense de la « vraye religion » et de la « liberté ».

3C’est du moins ce que l’on peut dégager de l’analyse de ce texte, tiré des archives communales d’Amiens mais que l’on pourrait facilement retrouver sous la plume d’un greffier parisien, rouennais, nantais, dijonnais ou troyen (Drouot, 1937 ; Benedict, 1981 ; Barnavi et Descimon, 1985 ; Roberts, 1996 ; Tingle, 2002), du fait non seulement de la large diffusion, à partir de Paris, de la propagande ligueuse mais aussi et, surtout, de la communauté de vues de ces bourgeois, soucieux du « salut » de leur ville, ici-bas et dans l’au-delà. Il s’agit donc d’une requête, présentée au maire et aux échevins de la ville, le 19 mai 1588, par cinq individus, désireux que soit ordonnée la convocation d’une assemblée d’habitants, afin de leur faire prêter le serment d’union. Bien que formulé dans des termes très respectueux à l’égard de la municipalité et du roi, ce discours comporte en réalité une forte charge subversive, en raison des circonstances dans lesquelles il a été prononcé mais aussi de la personnalité de ses auteurs et de la nature de leurs intentions. Il permet en fait de se faire une idée de ce que cela implique concrètement d’être ligueur et au nom de quoi de nombreux catholiques contemporains étaient prêts à recourir à toute sorte d’extrémités.

Fig. 1. « Figure des états de la Ligue tenus à Paris » du 26 janvier au 8 août 1593.

Fig. 1. « Figure des états de la Ligue tenus à Paris » du 26 janvier au 8 août 1593.

Gravure anonyme, © Archives nationales de France.

Quand l’Union fait la force

  • 3 C’est-à-dire le bourgmestre.

4Cette séance de l’échevinage a lieu, en effet, « quatre jours » après que le maieur,3 prévenu par le frère de l’un des conjurés, ait « descouvert une entreprise que l’on prestendoit faire sur ceste ville », ourdie non pas par les protestants et leurs « fauteurs » mais par certains habitants « affectionnez à la religion catholicque apostolicque et romaine ». Sous l’effet des « nouvelles qui courent » c’est-à-dire celles des barricades parisiennes qui ont eu lieu quelques jours plus tôt (12 mai), ceux-ci se décident à mettre à exécution le plan qu’ils ont conçu pour se rendre maîtres de la ville. Ainsi, après avoir éloigné le lieutenant général du roi qui séjournait à Amiens avec son escorte, en alléguant la possibilité d’une d’émotion populaire en cas de refus et après avoir également poussé l’échevinage à refuser de laisser entrer en ville un gentilhomme au service d’Épernon, le favori tant honni d’Henri III, les auteurs de ce complot prennent les armes à leur tour, dans la nuit du 15 au 16 mai, afin de s’emparer des endroits stratégiques de la ville. Ils sont soutenus par le duc d’Aumale, dont les troupes sont postées à l’abbaye de Saint-Jean, tout près des remparts, prêtes à intervenir au premier signal.

5Face à cette mobilisation, augurant du pire pour la « trancquillité » de la ville, le maieur préfère s’exposer à la colère du roi, que la Ligue a chassé de sa propre capitale, plutôt que de tenter de résister à ses protagonistes locaux. Aussi valide-t-il officiellement la thèse de la légitime défense que lui ont présentée les auteurs de cette conspiration dite de la Saint-Honoré et se résout-il également à donner un caractère légal à leur initiative en les conviant à l’hôtel de ville pour qu’ils y exposent leur projet. Étant donné que l’échevinage comptait de nombreux partisans de l’Union et que la population y avait également été sensibilisée par une active propagande, il ne leur a pas été très difficile d’obtenir que, dans le cadre d’une assemblée traditionnellement vouée à la ratification des décisions de l’échevinage, l’on impose à tous les habitants d’adhérer à l’Union par « serment solempnel » et obligatoire, sous peine de bannissement. Par conséquent, dès le 20 mai 1588, à l’appel de la municipalité, deux cents personnes jurent « d’une mesme voix et commun consentement qu’ils estoient prestz de signer l’unyon de leur sang si besoing estoit », imitées dans les jours suivants par le reste des Amiénois, parfois contraints de signer en présence des sergents de la ville.

6Bien qu’à la différence d’autres cités, l’adhésion à l’Union n’ait pas donné lieu à une sorte de putsch militaire (Chartres) ou à une insurrection populaire (Rouen) et encore moins à une effusion de sang (Le Mans), on a bien affaire ici à un véritable coup de force, devant lequel le maieur n’a d’autre choix que de s’incliner, s’il veut éviter que n’éclate la violence. Car Amiens est effectivement la proie, depuis plusieurs mois, de « grandes divisions partialitez et deffiances », résultant de la lutte de « factions » entre les tenants de la Ligue et ceux qu’ils qualifient de « politicques ». D’un côté, on trouve les membres du parti de l’Union qui s’est progressivement constitué, depuis 1585, sous l’influence à la fois des ligueurs parisiens, bénéficiant de la proximité géographique et des relations étroites entre les deux villes (familiales, commerciales, judiciaires, politiques entre les deux corps de ville) mais aussi des clients du duc d’Aumale qui n’est autre que le cousin du duc de Guise et qui brigue le gouvernement de Picardie où il détient déjà plusieurs places, acquises par la force ou par le biais du traité de Nemours, extorqué à Henri III, le 7 juillet 1585. Ainsi, sous l’égide du lieutenant général au bailliage, de l’évêque et de quelques bourgeois, un certain nombre d’habitants, recrutés parmi les chanoines, les gens de loi et les bons marchands, se sont secrètement regroupés et organisés. Leur objectif consiste, tout d’abord, à gagner la population à leurs idées, grâce à l’audience dont ils bénéficient de par leur statut socioprofessionnel ou leur charisme personnel puis, par le noyautage de ses principales administrations, dont la municipalité, à contrôler le gouvernement de la ville afin de pouvoir y mettre en œuvre le programme auquel ils adhèrent. De fait, lors du renouvellement de la loi d’octobre 1585, malgré les instructions du roi, un ligueur notoire se substitue à un échevin régulièrement élu, sous prétexte qu’il n’avait pas l’âge requis. L’année suivante, le lieutenant général du bailliage enfreint sciemment le règlement électoral pour faire élire un autre ligueur. Quelques semaines plus tard, d’autres ligueurs, en l’occurrence quatre des cinq porteurs de ce texte, sont promus au Conseil de la ville. Enfin, les 28 et 29 octobre 1587, une majorité des échevins nouvellement désignés est formée de ligueurs, en dépit des précautions que le roi avait prises pour l’empêcher.

7Certes, Henri III peut compter sur le dévouement de certains bourgeois, prêts à prendre de gros risques pour l’informer, lui ou le duc de Nevers, gouverneur de la province (Boltanski, 2006), des « menées et artifices » des ligueurs voire pour les contrer, lors de séances houleuses à l’hôtel de ville. D’ailleurs, deux de ces « bons serviteurs du roi », heureusement prévenus à temps, n’ont échappé que de justesse, en quittant la ville, au mauvais sort que leur réservaient leurs adversaires, dans la nuit du 15 au 16 mai. Sûrement n’avaient-ils pas à craindre pour leur vie, dans la mesure où, sous le règne de la Ligue, on ne déplore aucun assassinat politique à Amiens, comme dans de nombreuses autres villes ligueuses d’ailleurs, à l’exception notable de Paris (meurtre du président Brisson et de deux conseillers au Parlement, le 15 novembre 1591). Après la flambée de violence dont le royaume a été le théâtre, essentiellement entre 1562 et 1572, sous le règne d’Henri III, celle-ci reflue, intériorisée par les catholiques intransigeants pour qui elle relève dorénavant davantage du fantasme, de la représentation ou du discours que du passage à l’acte (Crouzet, 1990). Tout au plus les royalistes soupçonnés ou avérés sont ils, sans « respect de parenté ou autre considération particulière » (ce qui explique qu’on n’ait pas hésité à s’en prendre à des officiers royaux, même haut placés), stigmatisés auprès de leurs concitoyens comme des traîtres et des « adhérans des héréticques » (Papin, 1991) et, très logiquement, emprisonnés ou assignés à résidence voire momentanément bannis, attentivement surveillés (appel à la délation, perquisition de leurs demeures, interception de leur courrier), lourdement taxés, privés de leurs charges, exclus des assemblées publiques, seule manière de les empêcher d’« apporter aulcun préjudice contre ceste saincte unyon ».

8Ainsi, une fois le corps de ville sous leur domination, les ligueurs sont déterminés à user de tous les moyens, au demeurant considérables, dont ils disposent (pouvoir de justice et de police, commandement militaire, jouissance de ressources financières importantes), afin de gagner le combat dans lequel ils se sont engagés. Car « emploier vies et biens pour la manutention de l’honneur de Dieu et de son église » n’est pas un vain mot. Non seulement ils n’ont déjà pas hésité à défier l’autorité du roi en adhérant à un mouvement séditieux qu’il condamne, mais ils ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin (Carpi, 2008). Dans les mois qui suivent, en contradiction avec leurs protestations d’« obéissance » et les objurgations du monarque, les dirigeants amiénois persistent dans cette logique en concluant une alliance formelle avec Paris, en vue notamment de la présentation de doléances communes aux prochains États Généraux ou en réformant la milice communale sur le modèle parisien. Surtout, après les événements de Blois, entre Noël 1588 et les premiers jours de l’année 1589, comme beaucoup d’autres villes catholiques, Amiens bascule dans la révolte ouverte contre le souverain, désormais ravalé au rang d’assassin et de tyran. La soustraction d’obédience, à la fois symbolique et effective, entraîne alors le renforcement du dispositif répressif mis en place contre « ceux du parti contraire » et l’exercice de prérogatives proprement régaliennes telles que la frappe de monnaie, la saisie de deniers publics, la levée de nouveaux impôts ou le recrutement d’hommes de guerre, dans le but de résister aux tentatives de reconquête des royaux. Or, il faudra que le Bourbon se convertisse (Wolfe, 1993) et qu’il cède aux exigences des bourgeois insurgés, tant en matière religieuse que politique (Cassan, 2004), pour leur faire accepter son autorité (Finley-Croswhite, 1999), à défaut de les avoir soumis par la force. Il est vrai que la pacification du royaume et la réconciliation entre le nouveau souverain et ses sujets n’auraient pu s’opérer si Henri IV n’avait pas fait le choix du pardon et de « l’oubliance » du passé. Mais il n’en demeure pas moins qu’à l’origine, c’est sans aucune garantie de succès et en s’exposant à la fois à de cruelles épreuves et à de potentielles représailles que, pourtant instruits de ses implications par le souvenir encore prégnant de celle qui avait marqué le siècle précédent, ces bourgeois catholiques se sont volontairement jetés dans la tourmente de la guerre civile. Quelles pouvaient être les motivations assez puissantes pour les conduire à prendre une telle option ?

La primauté du mobile religieux

9Sur ce point, le texte étudié lève assurément un coin du voile, à condition, toutefois, de comprendre ce que ses termes recouvrent exactement et d’éviter les généralisations hâtives ou les jugements de valeur, ce qui n’a pas toujours été le cas… Il n’est pas impossible que certains acteurs de la Ligue, issus de la « bourgeoisie seconde » et victimes du processus d’oligarchisation des gouvernements citadins, y aient vu une opportunité de réaliser l’ascension sociale dont ils rêvaient ou, tout du moins, de recevoir la considération à laquelle ils aspiraient (Drouot, 1937 ; Bernstein, 2004). C’est probablement le cas de ces Scellier, Boullenger, Roche et Marcotte, basochiens de leur état (avocats ou procureurs), écartés des offices royaux de judicature par leur prix ou leur confiscation par quelques familles mais aussi de la réalité du pouvoir municipal dont ils ne sont que de simples auxiliaires, la fonction des membres du conseil de ville amiénois consistant uniquement à aider l’échevinage dans le règlement de ses affaires judiciaires ou fiscales. Pendant la période ligueuse, certains individus ont effectivement été pourvus de charges qu’ils n’auraient jamais reçues dans d’autres circonstances, notamment par destitution arbitraire d’officiers royalistes, tout comme ils ont pu, en tant que cadres de la Ligue, jouer un rôle politique, bien que la grande stabilité des institutions municipales dans la plupart des villes ligueuses n’ait pas donné une grande marge de manœuvre aux homines novi ou aux ambitieux, désireux de brûler les étapes d’un cursus honorum fixé de toute ancienneté. Néanmoins, les résultats des enquêtes prosopographiques dont ils ont fait l’objet (Descimon, 1983 ; Barnavi, 1980) révèlent que l’opportunisme socioprofessionnel ou la recherche d’une quelconque gratification ne constituent pas le principal ressort du « zèle » des ligueurs.

10De fait, pour ces « bons chrestiens », « la religion passe toutes passions humaines » et c’est d’abord pour la sauvegarder qu’ils ont pris la résolution, en jurant sur les Évangiles et au péril de leur âme, de faire don de tout ce qu’ils possédaient et d’eux-mêmes, dans une perspective sacrificielle, symptomatique du caractère spirituel, proprement eschatologique de la Ligue. Faire le « salut » de leur âme est en effet l’obsession dévorante des ligueurs, comme de l’immense majorité des catholiques, que la conscience torturante de leurs péchés plonge dans une telle angoisse qu’ils sont littéralement prêts à tout pour obtenir la miséricorde divine. Or, cette urgente nécessité est ressentie avec d’autant plus d’acuité que les contemporains évoluent dans un climat de fin des temps, persuadés, à grand renfort de sermons apocalyptiques, que les calamités qui les frappent (catastrophes naturelles telles que tempêtes ou inondations, contagions, famines comme celle de 1586-1587 dont Amiens se relève à peine, chômage, pauvreté, cherté des prix) sont les signes de la colère de Dieu et de l’imminence de son Jugement, auquel il importe de se préparer en lui offrant le spectacle d’une humanité repentante de ses fautes et unie dans son amour. Ainsi s’explique la « pluralité d’actes rituels » qui caractérise la piété ligueuse, faite de grandes processions, de prières publiques, de pratiques expiatoires et de serments sur la finalité desquels il importe de ne pas se tromper. Car le but n’est pas uniquement de préserver, quasiment de force, l’unanimisme citadin, sans lequel il n’est pas de bon gouvernement ni d’étouffer toute velléité d’opposition au parti dominant, même si ce n’est pas exclu (Crouzet, 1983, p. 304-306). Faire en sorte que tous les habitants « parlent ung mesme langage et n’aient qu’ung cueur et une volonté », c’est, « dans la profondeur pulsionnelle et mystique qui induit la mobilisation collective », participer d’une « geste de négation de l’individuel, d’éradication de tout élément de dissociation », seule voie possible d’une réconciliation avec Dieu (Crouzet, 1983, p. 356-357). Ainsi, le temps de la Ligue est-il d’abord celui de « l’offrande de tous au Christ-roi » mais aussi de l’affirmation de « la primauté de la défense de l’Église sur toute considération mondaine » (Crouzet, 1983, p. 449 et 437).

11La priorité des ligueurs est en effet de « conserver pour eux et leur postérité la vraye religion », objectif qui n’a rien de nouveau mais dont les enjeux revêtent une gravité inusitée à cause de l’apparition de « ceste nouvelle et damnable religion ». Depuis longtemps déjà, les édiles amiénois ont mis un point d’honneur, en étroite concertation avec le clergé, à promouvoir « la religion des pères », pas seulement au nom de leurs convictions personnelles, mais aussi parce que, pour ceux qui ont été « esleuz et créez par le peuple pour pourveoir leur mal », il s’agissait là d’une mission dont l’accomplissement était aussi nécessaire, si ce n’est plus, à l’intégrité et à la pérennité de la communauté citadine, que d’assurer la subsistance et la sécurité de ses membres. S’explique, par conséquent, la promulgation d’ordonnances imposant l’observance des dimanches et fêtes chômées, l’assistance, « en grande dévotion », aux diverses cérémonies religieuses (à la messe, en particulier) ou prohibant le blasphème, la prostitution, le jeu, la danse, la fréquentation des tavernes, dans une évidente volonté de moralisation des comportements. S’expliquent aussi la participation, en grand apparat, du corps de ville aux offices de la cathédrale et aux grandes processions à l’organisation desquelles il contribue, la distribution d’aumônes à certains ordres religieux, la rémunération de prédicateurs, l’attribution de bourses aux étudiants en théologie, natifs de la ville, la subvention de publications dévotes comme le Petit bouclier de la foi, en 1584, l’entretien de fondations pieuses ou l’appartenance de nombreux échevins à la prestigieuse confrérie de Notre-Dame-du-Puy (Christin, 2006).

  • 4 Voir l’article : « L’extermination des protestants en Picardie » (Olivia Carpi).

12Tout cela relève de la politique ordinaire du corps de ville qui, cependant, est amené à s’impliquer davantage dans le domaine religieux au cours de la deuxième moitié du siècle, par crainte que les « prestendus réformez » ne parviennent à s’établir en ville et, à terme, par leur prosélytisme, à « faire renoncer dieu et son église » à leurs concitoyens. Conscientes de la puissance de séduction que pouvait exercer le calvinisme sur un peuple assoiffé de divin et éventuellement déçu par ce qu’avait à lui offrir l’Église traditionnelle dont elles n’hésitaient pas à dénoncer les faiblesses ou les dysfonctionnements, notamment dans les cahiers de doléances élaborés en vue des États d’Orléans (1560), les élites catholiques amiénoises se sont donc mobilisées à la fois pour « l’extirpation des héréticques », en l’occurrence plutôt réussie4 mais aussi pour la mise en œuvre d’une réforme en profondeur de l’Église établie, en faisant pression sur le roi afin qu’il nomme un évêque qui soit un vrai pasteur pour ses ouailles et qu’il favorise l’application, dans le royaume, des décrets tridentins. Or, si les catholiques amiénois ont été en partie exaucés avec la désignation, en 1576, après trois ans de vacance et à la suite d’une série de prélats de cour absentéistes, de Geoffroy de la Marthonnie qui s’est révélé un évêque pleinement investi dans sa charge et partageant les vues de son protecteur, le cardinal de Lorraine, quant à la mise en œuvre des décisions du concile, cela n’a pas empêché la municipalité d’œuvrer également à la réforme du système d’assistance ou d’instruction publiques, ce qui fut la source de nombreux différends avec le clergé mais portant davantage sur la méthode que sur le fond (Carpi, 2008).

13Quelles ne sont donc pas la peur et la colère de ces « gens de bien » qui ont tellement travaillé à la « gloire de Dieu et de son église » et qui se sont crus récompensés de leurs efforts par la publication de « l’eedict de réunyon » de 1585 (interdisant le culte réformé dans le royaume), aussitôt inscrit au frontispice du recueil des lois fondamentales de la ville, à l’idée que la religion puisse être « anéantie » ou tout du moins sérieusement menacée si « le roy de Navarre » devait monter sur le trône « après la mort du roy » et « introduire en ladicte ville et au pais » celle dont il est le « protecteur ». Bien que ces éléments soient entrés en ligne de compte, les mobiles de la sédition catholique ne se réduisent donc pas au seul impact de la propagande ligueuse, montant en épingle le cas de l’Angleterre où la reine Elisabeth Ire aurait rendu le catholicisme hors la loi ou aux débats relatifs à la supériorité du principe de catholicité sur celui de l’hérédité dans les règles de dévolution de la couronne. Pour les tenants de la Sainte Union et tous ceux qui partageaient leur système de représentation du monde, laisser le Bourbon, même converti (ce qu’au demeurant, il n’envisageait pas de faire dans un premier temps), porter un jour le titre de « très chrestien » c’est non seulement commettre le pire des sacrilèges mais aussi faire courir le royaume tout droit à sa « ruyne », le condamner irrévocablement à la damnation éternelle du fait de sa collusion avec l’hérésie. C’est la raison pour laquelle, malgré son impopularité et l’incompréhension soulevée par son comportement, l’on souhaite « parfaite santé très longue et très heureuse vie » au dernier Valois (Leroux, 2006), tout en prétendant résister jusqu’au bout à l’avènement de son successeur potentiel, même après son abjuration, dans l’attente de l’absolution pontificale qui n’a pas toujours suffi à convaincre les catholiques les plus intransigeants d’obéir à Henri IV. À Amiens comme à Abbeville, par exemple, encore après septembre 1595, on continue de « mal parler du roi » et certains ecclésiastiques refusent d’administrer les sacrements à ceux qui le reconnaissent comme souverain légitime.

L’expression d’un « républicanisme civique »5

  • 5 H. Schilling, Religion, Political Culture and the Emergence of Early Modern Society, Cologne, New-Y (...)

14Loin de n’être qu’un simple paravent ou le prétexte de triviales ambitions, la primauté du facteur religieux dans la Ligue n’est pas incompatible, toutefois, avec la poursuite d’autres objectifs, plus politiques, cette fois, et relevant du même idéal de respublica christiana citadine, régie par les lois de Dieu, du roi mais aussi celles que les bourgeois se sont données. À leurs yeux, en effet, la religion n’est pas seule en danger, les « privilèges de la ville » aussi, ce qui nourrit leur détermination à « ne permectre que la force et gouvernement d’icelle deppendent d’autre authorité que monsieur le maieur ». Pour ces héritiers de l’une des premières et des plus puissantes communes de France (1117), jouissant de prérogatives très étendues, tant en matière de justice, police, finances que militaire, conférées, augmentées et confirmées par les souverains qui se sont succédés depuis Louis XI, il ne peut être question de tolérer la moindre remise en cause d’acquis que, par ailleurs, ils estiment pleinement mérités, en raison de leur « fidélité » et du « service » qu’ils ont fait au roi, en lui conservant une place frontière de grande importance et en contribuant, de leurs deniers voire en payant de leur personne, à l’effort de guerre contre les Anglais, les Bourguignons et les Impériaux, depuis au moins le XIVe siècle. Or, même si la politique d’Henri III puis celle d’Henri IV ne visait nullement à priver les corps et communautés du royaume de toute liberté afin de leur substituer leur pouvoir absolu, certains de ces aspects comme l’alourdissement de la ponction fiscale ou une intervention accrue dans le gouvernement de la ville (par le biais des élections ou de créations d’offices) ont pu générer inquiétude et mécontentement chez ces bourgeois qui avaient bénéficié jusque là d’un véritable régime de faveur, synonyme d’aisance financière et d’immixtion minimale du souverain dans leurs affaires, pourvu qu’ils remplissent convenablement leurs obligations envers lui. Là encore, on aurait tort de ne voir dans leur attitude frondeuse que la simple préservation d’intérêts égoïstes, corporatifs ou matériels. Au-delà de la poursuite de « l’entente cordiale », largement empreinte d’affectivité, qui régnait entre le roi et ses bonnes villes depuis le règne de Charles V (Chevalier, 1982), c’est toute une culture politique, d’essence contractuelle, qui inspire la conduite des bourgeois ligueurs, probablement moins influencés par la littérature monarchomaque que par la fréquentation de l’Écriture sainte et des Anciens et des décennies de pratique positive. Dans leurs esprit, en effet, ce n’est pas en termes de sujétion unilatérale que se définit la nature de la relation qui unit le roi à ses sujets mais de pacte, certes non écrit mais connu de tous, fondé sur un principe de réciprocité, entre respect des libertés et « obéissance ». Et, à partir du moment où les bourgeois ont le sentiment que le roi ne remplit plus sa part du contrat, à l’instar des nobles des deux confessions qui mettent en exergue leur « devoir de révolte » (Jouanna, 1989) pour justifier leurs prises d’armes, il leur apparaît licite et même indispensable de se dresser contre lui, non pas afin de le renverser et encore moins de le tuer mais de se prémunir d’éventuels abus et de le contraindre à revenir dans le droit chemin.

15En fait, malgré le caractère audacieux voire innovant et parfois brutal de leurs façons de faire, à l’origine des analogies que l’on a pu voir entre eux et les acteurs des révolutions contemporaines, les bourgeois ligueurs apparaissent avant tout comme des conservateurs ou des réactionnaires, dans certains cas, comme Paris où les évolutions politiques, économiques et sociales ont été plus rapides et plus marquées qu’ailleurs (Descimon, 1983). Leur rêve n’est pas de s’émanciper de la tutelle monarchique ni de créer un monde nouveau, affranchi des pesanteurs du passé mais, au contraire, de préserver, quitte à le réformer, si nécessaire, celui qu’ils ont toujours connu. Aussi ne doit-on pas se méprendre sur la signification du mot de « république » que les adversaires de la Ligue urbaine, comme le duc de Longueville à propos d’Amiens, ont employé pour la dénoncer. Si républicanisme il y a chez ses protagonistes, ce n’est pas dans le sens d’une revendication d’indépendance, similaire à celle qui a conduit les villes de Hollande et de Zélande à faire sécession, ni dans celui d’une aspiration à l’instauration d’un régime démocratique. C’est plutôt dans le sens d’une conception spécifique, proprement civique (Blickle, 1998 ; Bernstein, 2004 ; Breen, 2007), de la chose publique et de la manière de la régir, encore suffisamment vivace et consensuelle, malgré les altérations que lui ont infligées l’affirmation de l’État moderne, le schisme religieux et l’aggravation des inégalités sociales pour pousser les bourgeois du temps à se mettre en porte à faux de logiques, relevant de la centralisation du pouvoir ou d’une « autonomisation du politique » par rapport au religieux (Christin, 1997) et qui ont certes fini par triompher, quoique non sans mal mais qui n’avait rien pourtant d’inexorable.

Bibliographie

É. Barnavi, Le Parti de Dieu. Étude sociale et politique des chefs de la Ligue parisienne, Louvain, 1980.

É. Barnavi, « La Ligue parisienne (1585-94), ancêtre des partis totalitaires modernes ? », French Historical Studies, vol. XI, 1979, p. 29-57.

É. Barnavi et R. Descimon, La Sainte Ligue, le juge et la potence, Paris, 1985.

É. Barnavi, Israël-Palestine, une guerre de religion ?, Paris, 2006.

É. Barnavi et A. Rowley, Tuez les tous ! La guerre de religion à travers l’histoire (VIIe-XXIe siècles), Paris, 2006.

F. J. Baumgartner, Radical Reactionnaries : The Political Thought of the French Catholic League, Genève, 1976.

H. Bernstein, Between Crown and Community. Politics and Civic Culture in Sixteenth Century Poitiers, Ithaca, 2004.

H. Bernstein, « The Bourgeoisie seconde, the Catholic League and Urban Society », French History, 17/4, 2004, p. 342-351.

Ph. Benedict, Rouen during the Wars of Religion, Cambridge, 1981.

P. Blickle (dir.), Résistance, représentation et communauté, Paris, 1998.

A. Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal, Genève, 2006.

M. P. Breen, Law, City and King. Legal Culture, Municipal Politics and State Formation in Early Modern Dijon, Rochester, 2007.

O. Carpi, « Élites citadines et sédition en France à l’époque des troubles de religion », dans Ph. Depreux (dir.), Révolte et statut social de l’Antiquité tardive aux Temps modernes, Munich, 2008, p. 255-271.

O. Carpi, « L’administration de l’hôtel-Dieu d’Amiens dans la deuxième moitié du XVIe siècle : un simple enjeu de pouvoir ? », Les hôpitaux, enjeux de pouvoir (France du Nord et Belgique, IVe-XXe siècles), Revue du Nord, hors série, collection Histoire No 22, 2008, p. 103-120.

O. Carpi, Une république imaginaire. Amiens pendant les troubles de religion, Paris, 2005.

M. Cassan, « La réduction des villes ligueuses à l’obéissance », Nouvelle Revue du Seizième Siècle, No 22/1, 2004, p. 159-174.

J.-M. Constant, La Ligue, Paris, 1996.

B. Chevalier, Les bonnes villes de France, Paris, 1982.

O. Christin, « Dévotion mariale, identité urbaine et providentialisme politique : les Puys amiénois de l’époque d’Henri IV », Le Roi-Providence. Trois études sur l’iconographie gallicane, Lyon, 2006, p. 9-44.

O. Christin, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Paris, 1997.

D. Crouzet, « La représentation du temps à l’époque de la Ligue », Revue Historique, No 107, 1983, p. 304-306.

D. Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, tome 2, Seyssel, 1990.

R. Descimon, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne, Paris, 1983.

H. Drouot, Mayenne et la Bourgogne, Étude sur la Ligue, Paris, 1937.

S. Gal, Grenoble au temps de la Ligue. Étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise, Grenoble, 2000.

M. Greengrass, « The Sainte Union in the Provinces : The Case of Toulouse », The Sixteenth Century Journal, t. XIV, No 4, 1983, p. 469-496.

A. Jouanna, Le devoir de révolte, Paris, 1989.

W. Kaiser, Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions, Paris, 1992.

A. Lebigre, La révolution des curés, Paris, 1980.

N. Leroux, Un régicide au nom de Dieu. L’assassinat d’Henri III, Paris, 2006.

Ph. Papin, « Duplicité et traîtrise : l’image des politiques durant la Ligue », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XXXVIII, janvier-mars 1991, p. 3-21.

P. Roberts, A City in Conflict. Troyes during the French Wars of Religion, Manchester, 1996.

E. Tingle, « Nantes and the Origins of the Catholic League of 1589 », The Sixteenth Century Journal, t. XXXIII, No 1, 2002, p. 109-128.

M. Wolfe, The Conversion of Henri IV : Politics, Power and Religious Belief in Early Modern France, Cambridge, 1993.

Notes

1 P.-L. Anquetil, L’esprit de la Ligue, Paris, 1783.

2 Source : Archives municipales d’Amiens, BB 48, fol. 134 et vo (19 mai 1588).

3 C’est-à-dire le bourgmestre.

4 Voir l’article : « L’extermination des protestants en Picardie » (Olivia Carpi).

5 H. Schilling, Religion, Political Culture and the Emergence of Early Modern Society, Cologne, New-York, 1992.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. « Figure des états de la Ligue tenus à Paris » du 26 janvier au 8 août 1593.
Crédits Gravure anonyme, © Archives nationales de France.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540