Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Affrontements religieux en Europe

 | 
Véronique Castagnet
, 
Olivier Christin
, 
Naima Ghermani

Partie 2. Mobilisations et résistances

Des vestes de pourpoint autographes1 : de la rébellion protestante à la guerre civile en France

Véronique Castagnet

Texte intégral

  • 1 Source : Archives nationales, Réserve du Musée de l’Histoire de France, AE II 666 (a, b, c) et AE I (...)

Fig. 1. Dépêche signée de Louis de Bourbon, prince de Condé, datée du 24 septembre 1562.

Fig. 1. Dépêche signée de Louis de Bourbon, prince de Condé, datée du 24 septembre 1562.

© Archives nationales de France.

  • 2 Fig. 1 : AE II 667.

Messieurs2,
J’ay esté fort ayse d’entendre les bonnes nouvelles que vous m’avez mandées, lesquelles sont arrivées fort à propos pour nous tenir advertis comme nos ennemys font leur desseing de vous aller assaillir et de faict, pour ceste occasion, ont faict partir de Paris vingt canons qui descendent par eau. Mais ne doubtant poinct que vous n’ayez bien pourveu à ce que jugerez estre nécessaire pour leur respondre, je me reposeray sur l’asseurance que m’en donnez et que de tout temps j’en ay. Et quant à vous, Monsieur de Lorges, quant je depeschay Monsieur de Bricquemault par dellà, les rumeurs estoient si grandes qu’ilz voulloinct aller surprandre Rouen et moy tant incertain de la part où vous estiez pour soubdain vous en donner advis, que cela fut cause de le y envoier affin d’éviter les premiers et plus grands dangiers. Touttesfois j’estime que vous considérerez bien que la charge est assez grande, puisque les affaires se presentent, pour empecher deux vertueux gentilshommes ; qui me faict vous prier et l’ung et l’autre de tellement unir vos voluntez de preeminences, vous pourvoiez et remediez à tout ; car puisque c’est la cause de Dieu qui se doibt traicter en toute sincérité et droicture, mon oppinion est que en cecy l’ambition ne doibt poinct trouver place entre nous. Aussi veulx-je bien croire que la votre se rendra conforme à la myenne. Au regard de l’infanterie, je trouve bon que le sieur des Croses y commande, ce que vous luy ferez entendre de ma part, attendant que la commodité du temps soit plus propre pour luy en ezcrire, ensemble aux autres capitaines et gentilshommes qui sont auprès de vous, lesquels je m’asseure m’en excuseront bien pour ce coup. Et en ce qui touche le faict de messieurs de la ville, je vous prie vivement leur remonstrer combien ils deffavoriseroient nos affaires s’ilz manquoient à la promesse des deniers qu’ilz m’ont faicte ; leur représentant le devoir auquel le besoing requiert qu’ilz s’emploient pour y satisfaire ; car c’est le principal nerf de toutes nos forces, et mesmes que cela est desjà destiné corne vous scavez pour subvenir à ce que amene Monsieur d’Andelot qui n’est pas une petite compaignie, dont aujourd’huy nous en avons encores receu nouvelles, comme il se haste le plus qu’il peult et l’attendons en brief. Au demeurant, Monsieur de Bricquemault, vous avez très saigement faict de retenir les lettres que Monsieur le cardinal mon frère escrivoit à ceulx de Rouen, affin de leur couper le chemyn aux amorses ausquelles ils se fussent peu laisser aposter, cognoissant bien que ce soint des stratagemes de nos ennemys, desquels surtout il est besoing, messieurs, que vous donniez garde et mesures de trahisons, parce que oultre le bruict qui court icy qu’ils pratiquent des intelligences avecques aucuns de delà, ils se vantent d’avoir quatre capitaines en main qui leur, feront de bon services et c’est le seul motif de l’entreprise du volage ; mais j’espère que sitost que aurez receu ceste lettre, vous scaurez bien rompre ce piège et que Nostre Seigneur les fera eutx mesmes tumber en la fosse où ils tachent de vous précipiter et manifestera en brief l’exaltation de sa gloire, ce que de très bon cueur Je luy supplie et vous donner, messieurs, ce que plus desirez.
Escript ce XXIII
e de septembre 1562.
Vostre bien bon amy pour jamais
Louis de Bourbon

Fig. 2. Dépêche signée de Gaspard de Coligny, seigneur de Chastillon, amiral de France, datée du 25 septembre 1562.

Fig. 2. Dépêche signée de Gaspard de Coligny, seigneur de Chastillon, amiral de France, datée du 25 septembre 1562.

© Archives nationales de France.

  • 3 Fig. 2 : AE II 666 a, b, c.

Monsieur de Montgomery3,
J’ay receu ce que m’avez envoyé par ce porteur et ay esté bien ayse d’entendre de vos nouvelles, vous advisant que quant Monsieur de Bricquemault a esté despesché par delà nous ne scavions pas certainement où vous estiez, car quant nous eussions sceu que vous eussiez esté, ce nous eust esté grand plaisir que vous eussiez eu la totalle charge des affaires de ce costé là, scachant bien qu’en meilleure main ne pouvoit estre et que Monsieur de Bricquemault nous fust tousjours demeuré ; par quoy je vous prie ne penser qu’on l’eust voulu envoyer là pour vous defavoriser aucunement ; mais puysqu’ainsy est qu’il y a esté envoyé et que vous scavez le mérite et la suffisance du personnage, joinct que comme vous scavez, il y a bien assez d’affaires pour employer deux nommes de bien, que vous regardiez tous deux ensemble et d’un bon accord à departir sy bien entre vous deux la charge des affaires de par delà, que tout s’y puisse bien partir à la gloire de Dieu et la consolation des siens. Et au reguard de nos nouvelles, nous avons entendu que pour certain les ennemys vont assiéger Rouen et que dimanche dernier ils feisrent partir de Paris vingt-deux pièces d’artillerie pour y mener. Toutesfois ils laissent en guarnison es villes icy à l’entour trente enseignes, et je ne veoy pas que avecques le reste de leurs forces ilz puissent guère faire de mal à Rouen ; mais ils se vantent qu’ils y ont intelligence avec quatre capitaines et la doibvent assaillir par deux portes qui sont basses. J’espère qu’ils se trouveront bien loing de leur compte. Au reste nous n’avons encores rien entendu de la venue de Monsieur d’Andelot mon frère par ses lettres, mais bien arriva hier icy ung homme venant de Metz, qui nous a dict que mondict frère avoyt passé le Rhin avecques tous ses gens et qu’il marchoit en çà. Monsieur le conte de la Rochefoucault vient aussy avecques bonne trouppe, et en oultre ung laquais arrivé icy à ce soir venant de Bretagne, nous a dict que les sieurs de Blosset et de Gargray vous mènent de ce pays là, mil hommes tant de cheval que de pied. Depuis la présente escripte nous avons eu lettres de mon frère qui nous escript que le XlXème de ce moys il passerait le Rhin et que des le lendemain il marcherait avecques quatre mil chevaulx et six mil hommes de pied, et que nos affaires se portent bien par delà ; comme aussy font-ilz du costé de Lyon. Sur ce je me recommande de très bon cueur à votre bonne grâce. Je prye le Créateur, Monsieur de Mongomery, qu’il vous doint bonne et longue vie.

D’Orléans, le XXVème de septembre 1562.
Vostre entièrement bon et bien affectionné amy
Chastillon
Post-scriptum : je ne puis penser que nos ennemis vous puissent assaillir avecques le peu de forces qu’ils ont. Je vous pry que nous puissions avoir de vos nouvelles le plus souvent que vous pourrez.

  • 4 Lettres historiques, publiées par D. Thickett, Genève, 1966, p. 85.
  • 5 Philippe de Commynes, Mémoires, édition de J. Calmette, tome 1, p. 102.

1« Tolérer ce scandale pour éviter un plus grand », c’est ainsi qu’Étienne Pasquier résumait en janvier 1562 le discours de Michel de L’Hospital, chancelier, favorable à une tolérance ou à défaut une paix civile entre protestants et catholiques4. Malgré les intentions politiques du chancelier, le royaume bascula neuf mois plus tard dans la guerre civile ce dont témoignent, pour les protestants, les dépêches secrètes de Coligny et de Condé des 24 et 25 septembre 1562. Écrites sur des morceaux de toile formant la double de pourpoint (mesurant 0,250 par 0,400 m2), ces pièces autographes mettent l’accent sur le déroulement de guerre de siège, l’art de la poliorcétique prenant toute son ampleur grâce aux soutien d’alliés européens. Les assiégés recoururent à des cavaliers comme porteurs de messages secrets par-delà les lignes ennemies : les instructions se trouvaient portées sur la doublure de leur pourpoint (Fig 1). Cette source revêt un caractère original par sa composition, un morceau de tissu remarquablement conservé, et par sa nature, des dépêches. Dès le XVe siècle, le verbe « despecher » signifiait « envoyer quelqu’un en toute diligence » parlant d’ambassadeurs5 : ce type de document relate une correspondance officielle et politique, reçue ou transmise par un personnage public. Se pose la question de la fonction, de la formation et du statut des hommes portant ces deux pourpoints. En quoi ces dépêches reflètent-elles tant l’avancement de la rébellion des protestants que le trouble au sein du royaume de France dans le contexte difficile de la succession d’Henri II (1547-1559) ?

Des chefs protestants et l’échec de la conciliation religieuse

2Depuis les États généraux d’Orléans convoqués pour le 13 décembre 1560, par François II (1559-1560), les tensions entre les protestants et catholiques français ne cessèrent de s’accroître. Tous les sujets du roi de France étaient concernés par la décision royale. Il s’agissait pour chacun d’eux de se prononcer en rédigeant un cahier de doléances et en élisant des représentants.

  • 6 Ils se dirent liés par un mandat impératif exprimés dans les cahiers : la lutte contre l’augmentati (...)

3Présidés par le frère du roi défunt, Charles IX (1560-1574), les États généraux du 13 décembre 1560 au 31 janvier 1561, puis les États généraux de Pontoise du 1er au 27 août 1561 avaient pour finalité le vote des subsides au roi prisonnier de la dette monarchique. Trois cahiers de doléances furent présentés au roi, signe d’un dialogue entre le monarque et ses sujets, signe de l’affirmation de la place de Charles IX et de Catherine de Médicis. Or ces cahiers déplacèrent la question financière vers les préoccupations religieuses, et les réformés revendiquèrent, dans les cahiers rédigés au sein de régions protestantes, des temples et la liberté de culte. Un mois après l’ouverture des États généraux à Orléans, le chancelier décida de révéler le montant de la dette monarchique (43,5 millions de livres). Les députés prétextant que leur mandat, donné par les sujets, ne leur conférait pas de pouvoir pour consentir de nouveaux impôts, se dirent incompétents, et voulurent solliciter leurs électeurs6.

  • 7 Pour gérer ce don, une nouvelle institution vit le jour : l’assemblée générale du Clergé de France.
  • 8 Ces ventes massives se déroulèrent en 1563, 1568, 1569, 1574, 1586, 1587-1588.

4Dans les nouvelles lettres de convocation expédiées par le roi, la crise financière et l’obligation de trouver une solution furent clairement exposées. Dans les nouveaux cahiers de doléances, les députés défendirent l’idée que le clergé était à même de payer pour renflouer la dette monarchique. Les hauts représentants de l’Église finirent par accepter un don gratuit au roi. Le contrat de Poissy du 21 octobre 1561 en précisa le montant : 1 600 000 livres par an pendant six ans, et promit de racheter une partie de la dette7. Cette mesure favorable n’empêcha pas le droit de vendre certains biens ecclésiastiques8 et d’imposer les deux autres Ordres par une taxe sur le vin. Les États avaient essayé de s’arroger la puissance publique durant un interrègne, arguant la minorité du roi et utilisant les pratiques juridiques privées face aux questions de succession. Le Conseil du roi rappela que « par la loi du royaume le mort saisissoit le vif et l’autorité passoit sans interruption du roi défunt à son légitime successeur », selon le principe de la continuité monarchique. Les débats de l’assemblée de Pontoise portèrent sur l’attribution de temples aux réformés, le Tiers inclut cette demande dans son cahier de doléances. Néanmoins, le contexte européen (déroulement du concile de Trente pour les catholiques ; organisation des Églises réformées pour les protestants) invita la reine Catherine et le cardinal de Lorraine à favoriser une « union religieuse » : un « concile gallican » ne concernerait que les catholiques ; un « colloque » inviterait les protestants. À Poissy, siégèrent le roi, la reine-mère, le chancelier et les princes de sang, en plus de 12 calvinistes et de leur porte-parole, Théodore de Bèze. Mais cette réunion s’acheva le 14 octobre suivant sans qu’une formulation heureuse au sujet de la présence réelle du Christ lors de l’Eucharistie ne reçut un large consensus. Catherine organisa même une nouvelle rencontre entre théologiens du 28 janvier au 11 février 1562, sans succès.

  • 9 Wassy, petite ville de Champagne de 3 000 habitants, close de remparts, était située à quelques lie (...)
  • 10 Ils se limitèrent à évoquer les mouvements de troupes organisées et turent les massacres comme le s (...)

5Quelques jours auparavant, l’édit du 17 janvier 1562 (autrement appelé édit de Saint-Germain ou édit de Janvier) reconnut une possibilité toute nouvelle pour les protestants : le culte public devint légal le jour, publiquement, sans armes et à l’extérieur des villes, ou au sein des villes dans le cadre d’un culte privé. Or, faisant halte dans la paroisse familiale de Joinville, le dimanche 1er mars 1562, François de Guise eut connaissance d’un rassemblement de 600 personnes dans une église réformée (« une grange ») construite à l’intérieur des remparts de Wassy9. Les informateurs envoyés par Guise auprès des réformés de Wassy reçurent insultes et jets de pierre. Arrivé sur place, le duc bénéficia du même accueil. Les catholiques armés se lancèrent alors à l’assaut de la « grange », devenue le refuge des protestants, et massacrèrent les occupants faisant 25 à 30 morts et 150 blessés. S. Shannon défend la thèse selon laquelle Guise n’aurait pas pu ou voulu retenir ses troupes (Shannon, 1988). François de Guise se trouva auréolé d’un nouveau prestige, en tant que défenseur de l’Église catholique et défenseur des décisions royales (en l’occurrence l’édit de Janvier). Le 16 mars 1562, il fit une entrée glorieuse dans Paris. Les chefs protestants lui cédèrent leur place à la cour. Protestants et catholiques furent tour à tour, victimes et persécuteurs : de nombreux saccages se déroulèrent, saccages dont ni Condé ni Coligny ne parlèrent dans leurs dépêches10.

  • 11 Voir l’article : « Ordonnances ecclésiastiques et confessionnalisation : le Béarn de Jeanne d’Albre (...)
  • 12 Selon l’ambassadeur d’Espagne, cette association aurait même réuni les cardinaux de Bourbon et de T (...)

6Face à François de Lorraine, duc de Guise, Louis Ier de Bourbon, duc d’Enghien, prince de Condé, releva le défi au nom des protestants de France. Ce descendant de Robert de Clermont, neuvième fils de Louis IX dit saint Louis, était frère d’Antoine de Bourbon, lieutenant général du royaume de France. La famille des Bourbon offrit dans les années 1560 un saisissant résumé des affrontements politico-religieux que connut le royaume de France. Antoine de Bourbon était, selon la loi salique, et la règle de la primogéniture masculine, l’héritier présomptif de la Couronne après les quatre Fils de France… et de Catherine de Médicis ! Ce lignage était de plus apparenté aux plus grandes familles nobles comme les Guise, les Montpensier ou les Nevers. Une autre alliance se noua avec les Albret, à partir du mariage d’Antoine et de Jeanne, vicomtesse de Béarn, reine de Navarre, convertie au calvinisme11. Antoine se trouva donc placé dans une situation délicate : il était marié à la reine de Navarre, calviniste, et la reine de France, catholique, le courtisait pour qu’il l’aidât à sauvegarder le trône au profit de l’un de ses fils. Il demeura en définitive dans le clan catholique. Son frère, le prince de Condé suivit une autre voie. Devenu protestant, il combattit les Guise. À l’issue de l’échec de la conjuration d’Amboise en mars 1560, il fut accusé d’avoir voulu attenter à la famille de Guise qui séjournait avec le roi au château d’Amboise. Emprisonné à Orléans, il dut sa survie à la mort subite du roi François II, au changement de politique en matière religieuse (« tolérance ouverte » et non plus « couverte ») et à l’éviction temporaire des Guise. Or, Louis de Condé ne figura pas parmi les protestants conjurés. Il est pourtant vrai qu’il souhaitait lutter contre la présence des Guise dans l’entourage royal, mais les moyens militaires lui manquaient. Et son frère, Antoine de Bourbon, qui aurait eu la possibilité politique de le faire en convoquant des États généraux afin de les mettre en accusation ne le fit pas non plus. Entre les deux frères, une ultime tentative de réconciliation échoua en juin 1562, lors de l’entrevue de Toury en Beauce. Libéré, Condé séjournait à Paris avec une escorte armée lorsque François de Guise se rendit dans cette même ville (et non à la cour comme Catherine l’aurait souhaité pour espérer le contrôler). Condé ne put s’opposer aux hommes du Triumvirat (ainsi nommé par les protestants) soutenus par les Parisiens : François de Guise, Anne de Montmorency et Jacques d’Albon de Saint-André12. Condé quitta Paris le 23 mars ; le 27 mars, la reine et le jeune roi furent ramenés de force par les hommes du Triumvirat : le cortège partit de Fontainebleau en direction de Paris avec une escorte d’un millier de cavaliers. Les protestants jugèrent le roi prisonnier.

  • 13 Héritiers des grands feudataires médiévaux, les six pairs ecclésiastiques et les six pairs laïcs ai (...)
  • 14 Fils de René de Cossé (premier panetier et grand fauconnier du roi) et de Charlotte Gouffier (gouve (...)
  • 15 Celles du traité de Hampton Court.
  • 16 Avec son ami Cavagnes, il fut accusé par Charles IX d’avoir fomenté un complot, ce complot qui serv (...)
  • 17 Pour cette raison, il fut arrêté et décapité.

7Plusieurs chefs de guerre protestants intervinrent lors des événements décrits dans les dépêches des 24 et 25 septembre 1562. L’amiral Gaspard de Coligny, issu d’une des plus prestigieuses familles nobles françaises (la famille de Châtillon), chef militaire reconnu pour ses qualités guerrières fut nommé amiral en 1552 par le roi de France, en particulier en raison de ses faits de guerre lors du siège de la ville de Saint-Quentin par les Espagnols. Il resta prisonnier jusqu’en 1559 et se convertit durant sa captivité. Suivant les exemples familiaux, se convertirent également François de Châtillon nommé dans la dépêche de Gaspard de Coligny « Monsieur d’Andelot », et Odet de Châtillon. Le premier accomplit une brillante carrière dans l’armée devenant colonel général de l’infanterie, et se convertit peu après 1558. Le second choisit la carrière ecclésiastique : le cardinal de Châtillon reçut en bénéfice l’épiscopat de Beauvais et fut l’un des six pairs ecclésiastiques de France13. Il adhéra cependant à la Réforme après 1561 sans renoncer à ses bénéfices ecclésiastiques. Briquemault (autrement appelé Tauvenay) ne démérita pas non plus en tant que chef de guerre. Car François de Beauvais, seigneur de Bricquemault, porta les armes aux côtés du comte de Brissac,14 dans le Piémont, pendant les guerres d’Italie, avant de rejoindre en 1554 l’amiral de Coligny et de se distinguer comme négociateur auprès des autorités anglaises.15 Devenu chevalier de l’ordre du roi, mestre de camp et gentilhomme ordinaire de la chambre du roi,16 il suivit l’exemple de son parent, Adrien de Beauvais, dit Adrien de Villemongis, en se convertissant. Reçu bourgeois à Genève le 4 avril 1558, il avait fait partie des réfugiés français qui participèrent à la conjuration d’Amboise en 1560.17 Quant à La Rochefoucault, cet ancien lieutenant de François de Guise se convertit au calvinisme à la suite de ses secondes noces. Dès lors, il mit son bras au service des réformés et fut victorieux des troupes catholiques en Saintonge durant le printemps 1562. « Monsieur de Lorges » ou encore appelé « Monsieur de Montgomery » resta célèbre dans le royaume de France pour avoir blessé mortellement le roi Henri II lors d’un tournoi en 1559. Âgé d’une trentaine d’année, Gabriel de Lorges, comte de Montgomery, seigneur de Ducey, s’exila en Angleterre où il se convertit au protestantisme. De retour sur le continent, il devint le chef protestant de Basse-Normandie. Avant le début de la prise d’armes des protestants en raison de la captivité du roi, il saccagea la cathédrale d’Avranches, le 8 mars 1562, avec ses hommes et pilla le manoir épiscopal. En septembre 1562, l’homme restait sur une importante défaite et demeurait en quête de victoires et de gloire : en effet, en août 1562, une troupe de 3 000 catholiques bretons reprirent la ville d’Avranches aux réformés, se livrant à un nouveau pillage. Coligny insista tout d’abord sur la nécessaire concorde entre les chefs protestants. En ce cas, il ne saurait exister de concurrence, de rivalité entre Montgomery et Briquemault : « il y a bien assez d’affaires pour employer deux hommes de main […] Vous regardiez vous deux ensemble et d’un bon accord à départir sy bien entre vous deux la charge des affaires ». Ménageant son correspondant, Coligny soulignait, dès les premières lignes, les qualités de Montgomery : « quant nous eussions sceu que vous y eussiez esté, ce nous eust esté grand plaisir que vous eussiez eu la totalle charge des affaires de ce costé là ». Condé, la veille, avait bien précisé aux mêmes destinataires rouennais : « l’ambition ne doibt point trouver place entre nous ».

Forces et actions militaires des protestants

  • 18 Agrippa D’Aubigné, Histoire universelle, Paris, 1886-1909, tome 1, p. 14-15.

8Entre avril et septembre 1562, les protestants remportèrent de nombreuses victoires dans le royaume de France, au détriment des catholiques, saisis par l’ampleur de la mobilisation des réformés. Janine Garrisson qualifie ces victoires d’« incroyable tornade », de « raz-de-marée », d’« un orage huguenot ». Bravant l’autorité royale, le 2 avril 1562, Louis Ier s’empara de la ville d’Orléans avec 6 000 hommes de pied et 2 000 cavaliers. Les dénégations de la reine Catherine et de son fils expliquant qu’ils ne sauraient être les prisonniers du Triumvirat ôtèrent toute légitimité à l’action de ce prince de sang, dès lors rebelle. Il avait pourtant publié une Déclaration, datée du 8 avril, exposant les raisons politiques de son recours aux armes tout en rejetant sur les catholiques le déclenchement de la guerre civile. Le 11 avril, il contacta des gentilshommes protestant pour signer un Traité d’association faicte par Monseigneur le Prince de Condé avec les Princes, Chevaliers de l’Ordre, Capitaines, Gentilshommes et autres de tous estats, qui sont entrez, ou entreront cy après en ladite association, pour maintenir l’honneur de Dieu, le repos de son royaume, l’estat et liberté du roi soubs le gouvernement de la royne sa mère : 73 signataires répondirent à cet appel. En réalité, depuis 1560 et l’échec de la conjuration d’Amboise, depuis son emprisonnement, le prince de Condé avait établi un plan d’occupation du royaume dont Agrippa d’Aubigné, mémorialiste protestant, se fit l’écho en parlant de faire « prise des villes, pour, là, faire amas et former le parti »18. De nombreux corps de ville étaient gagnés par les nouvelles idées et constituaient autant de point d’appui pour les forces de Condé en Dauphiné (Romans, Valence, Grenoble, Dié, Vienne, Montélimar, Gap), en Languedoc (Nîmes, Saint-Gilles, Beaucaire, Montpellier, Béziers), dans l’Orléanais (Tours, Blois, Angers, Beaugency, Sancerre), dans le Rouergue, dans l’Angoumois, en Saintonge et Guyenne.

9Le 15 avril, dans la nuit, soit quinze jours après la prise d’armes par Condé, une armée protestante prit possession de la ville de Rouen, dont la position stratégique à l’embouchure de la Seine et à portée de navires du royaume d’Angleterre était un puissant atout pour les réformés. Devant le caractère stratégique de cette ville, les catholiques ne tardèrent pas à réagir et diligentèrent Antoine de Bourbon à la tête d’une armée de 30 000 hommes : ils parvinrent en septembre 1562 sous les murs de Rouen et assiégèrent la cité normande.

  • 19 Il ne faut pas confondre ce frère de Louis Ier de Condé avec l’un de ses fils, Charles III, né du m (...)

10Lucide sur l’importance des communications entre troupes du même camp, Condé félicitait les chefs protestants de Rouen leur disant : « vous avez tres saigement faict de retenir les lettres que Monsieur le cardinal mon frere escrivoit à ceulx de Rouen ». Fils de Charles, duc de Vendôme et de François d’Alençon, Louis Ier de Condé avait une sœur (Marguerite, duchesse de Clèves) et quatre frères : Antoine (duc de Vendôme), François (comte d’Enghien), Charles, et Jean (duc d’Estouteville et comte de Soissons). Charles, abbé de Saint-Denis et de Saint-Germain-des-Près, était surnommé « le cardinal de Rouen »19. La remarque de Condé tend à montrer que son frère avait rejoint le parti des catholiques, restant fidèle à la hiérarchie ecclésiastique et au roi. Il passa sous silence le ralliement de certains Rouennais à leur prélat : en effet, la population se divisa entre marchands et bourgeois favorables à la conciliation d’une part, et artisans et réfugiés des provinces environnantes plus enclins à faire confiance aux chefs réformés.

11Coligny soulignait très brièvement, après Condé, les risques de trahison au sein de la population rouennaise. Le prince mit en garde : « que vous donniez garde et mesures de trahisons ». Coligny se fit l’écho de rumeurs : « ils [les ennemis catholiques] pratiquent des intelligences avecques aucuns de delà, ils se vantent d’avoir quatre capitaines en main qui leur feront de bons services ». L’amiral pour sa part maintint ses homologues de Rouen en alerte en reprenant quasiment les mêmes termes : « ils se vantent qu’ils y [dans Rouen] ont intelligence avec quatre capitaines et la doibvent assaillir par deux portes qui sont basses ». L’enjeu de telles missives prit son ampleur ici : échanger des informations secrètes, provenant d’espions infiltrés dans les troupes adverses, grâce à un moyen des plus discrets et des espions acquis à sa cause.

  • 20 Des études ont montré l’importance des séminaires jésuites dans la formation de réseaux Des études (...)

12L’existence de réseaux d’espions est parfaitement avéré dès le XVe siècle par les historiens : le roi de France Louis XI inaugura en 1475 une nouvelle poste avec des relais de cavaliers et de chevaux sur toutes les grandes routes de France. La Renaissance marqua en ce domaine une considérable évolution dans la mesure où le réseau des espions laissa la place à des services de renseignements officiellement très organisés, à l’image des nouveautés italiennes et anglaises (Preto, 1994 ; Hugon, 2004). La définition de l’espion soulève quelques difficultés. Les dictionnaires historiques parlent d’individus qui se mêlent aux ennemis pour les épier (ancien français « espie » laissant la place à l’usage du terme « espion » aux XVIIe et XVIIIe siècles). Ce personnage pourrait ainsi devenir un agent double (Bely, 1990, p. 58-59) : ce fait expliquerait une éventuelle confiscation de ces dépêches et leur présence dans les archives du roi, d’autant que pour L. Bély « l’espion en temps de guerre, était bien un gibier royal » (Bely, 1990, p. 83). En cas d’arrestation de l’espion, la recherche de la preuve de son implication devenait essentielle : « le réflexe habituel était de se jeter sur ses papiers », précise L. Bély (Bely, 1990, p. 79). Comment penser à quelques mots écrits à l’encre sur la doublure d’un vêtement classique pour ces hommes, le pourpoint ? Il eût été plus aisé d’imaginer le « despescheur » possible espion en habit de religieux ou déguisé en voyageur20.

Soutiens et ralliements européens

13Le deuxième objet des instructions de Coligny portait sur l’état des forces d’après des rumeurs : « pour certains […] dimanche dernier ilz feisrent partir de Paris vingt-deux pièces d’artillerie pour y mener. Toutesfois ils laissent en guarnison es villes d’icy à l’entour trente enseignes, et je ne veoy par que avecques le reste de leurs forces ilz puissent guere faire de mail à Rouen ».

14Coligny en chef militaire n’omit pas de souligner les forces protestantes, surtout celles attendues dans le théâtre des opérations. Car l’objet de ces instructions fut également de soutenir le moral des troupes mobilisées. Le post-scriptum de la main même de Coligny paraissait suffisamment clair : « je ne puis penser que noz ennemis vous puissent assaillir avecques le peu de forces qu’ils ont ». Ce faisant, il tendait à minimiser l’ampleur de la mobilisation catholique. Les documents ne soulignent pas les négociations qui se déroulaient en parallèle entre les deux camps. Il est vrai qu’elles se heurtaient à l’obstination des chefs protestants, des Rouennais, des ministres protestants et des réfugiés venus de Basse-Normandie et du Maine. Le ton des dépêches reste donc volontiers martial avec comme enjeu l’acheminement de troupes et la recherche d’alliances et le besoin d’un financement. Ce dernier point préoccupait Condé depuis janvier 1562 car les dons et la mobilisation des fidèles ne suffisaient pas. Il soulignait en particulier à l’adresse de Montgomery : « en ce qui touche le faict de messieurs de la ville, je vous prie vivement leur remonstrer combien ilz deffavoriseroient nos affaires s’ilz manquoient à la promesse des deniers […] car c’est le principal nerf de la guerre ». Dès le printemps 1562, Condé réfléchit à un moyen de financement pour cette armée de rebelles.

  • 21 Par exemple, Louis de Lannoy, seigneur de Morvilliers, et François de Hurest, seigneur Par exemple, (...)

15En réalité, Condé disposait de 4 compagnies d’ordonnance sur les 65 dont disposaient les protestants. Ces compagnies composèrent la cavalerie lourde ou gendarmerie (Fig 2). Condé comptait sur une infanterie importante dont la composition la plus couramment constatée fut celle de bandes de gens de pied, formés de professionnels. « Monsieur d’Andelot » était chargé de recruter des mercenaires en Allemagne. Un messager laisserait présager du bon déroulement de sa mission : « bien arriva hier icy ung homme venant de Metz, qui nous a dict que mondict frère avoyt passé le Rhin avecques tous ses gens et qu’ils marchoit en çà ». Une lettre datée du 25 septembre 1562 écrite par d’Andelot et adressée à son frère l’amiral de Coligny souligna la réussite de cette mission. D’Andelot affirma rentrer en France avec 3 300 cavaliers allemands (reîtres) et 4 000 hommes de pied (fantassins, lansquenets), tous mercenaires venus des provinces de l’Empire. Ces troupes allemandes rejoignirent les nouvelles recrues du comte de La Rochefoucauld, soit « mil hommes tant de cheval que de pied ». Le déploiement massif de troupes protestantes était des plus cruciaux devant l’enjeu stratégique de Rouen. D’ailleurs, les catholiques, conscients également de ce fait, mobilisèrent une armée de 30 000 hommes sous les ordres d’Antoine de Bourbon. Ce recrutement important de troupes mercenaires par les réformés fut rendu possible grâce à la manne financière apportée par la reine d’Angleterre. Condé conclut une alliance avec la reine Élisabeth, le traité d’Hampton Court, le 20 septembre 1562. L’utilisation de cet argent fut donc décidée rapidement, pour que cela soit bénéfique aux assiégés protestants de Rouen. Les clauses de ce traité furent cependant jugées très défavorables aux Français. Si la reine fournit 100 000 couronnes et 6 000 hommes aux réformés, Condé devrait lui livrer le Havre en gage d’un échange futur avec Calais. À la décharge de Condé, le traité du Cateau-Cambrésis prévoyait, déjà en 1559, que Calais serait restitué à l’Angleterre au terme de huit ans. Des chefs de guerre protestants quittèrent les rangs des troupes réformées, jugeant cet accord trop excessif21.

Fig. 3. Le siège de Dreux en 1562.

Fig. 3. Le siège de Dreux en 1562.

© Bibliothèque nationale de France, collection Hennin.

  • 22 Mémoires de Condé, retranscription d’une « Requeste adressée au Roy par le Triumvirat », tome III, (...)
  • 23 Voir l’article : « L’esprit de la Ligue dans le Nord de la France » (Olivia Carpi).

16Depuis la nomination d’Antoine de Bourbon comme lieutenant général du royaume de France, depuis l’action des Guise à Paris et contre le roi à Fontainebleau, les catholiques français pouvaient espérer le soutien d’un allié européen : le roi d’Espagne en liaison avec le Triumvirat. Le Très Catholique souverain envoyait de l’argent et des armes afin que les troupes catholiques puissent se constituer en France et lutter contre le développement des forces protestantes. La finalité des hommes du Triumvirat ne pouvait que séduire Philippe II d’Espagne (1556-1596). D’après les Mémoires de Condé, ils adressèrent le 4 mai 1562 une requête à Charles IX et Catherine de Médicis pour obtenir « que le Roy par un Édict perpétuel déclare qu’il ne veut et entend authoriser, approuver ni souffrir en son Royaume aucune diversité de Religion ny d’Église »22. Pour défendre ce point de vue, ils mirent en avant l’honneur de Dieu, du roi, le salut de la « patrie » et le repos de leur conscience. Les années 1561-1562 constituaient le fondement d’un mouvement catholique appelé par la suite Ligue23. La première pierre fut posée par les hommes du Triumvirat (Montmorency, Guise et Saint-André) bientôt rejoints par le duc de Montpensier et Blaise de Monluc.

  • 24 Voir l’article : « Justifier l’extraordinaire : les lettres de commission pour l’application de l’é (...)
  • 25 P. Paschal, Journal de ce qui s’est passé en France durant l’année 1562, Paris, 1950, p. 51.

17Le siège de Rouen fut l’un des trois évènements marquant de cette première guerre de religion. En Normandie, sous les murs de Rouen, Antoine de Bourbon fut blessé par une arquebusade le 15 octobre 1562 et mourut un mois plus tard. Entre-temps les catholiques avaient mené victorieusement l’assaut le 26 octobre. En marchant sur Paris, Condé, défait à Rouen, tenta le siège de la capitale entre le 26 novembre et le 10 décembre, sans succès. Voulant rallier les secours anglais, Condé se heurta à Montmorency, le connétable. Le 19 décembre se déroula le second événement marquant : la première bataille rangée entre deux corps d’armée, l’une protestante, l’autre catholique. À Dreux, les protestants étaient numériquement plus faibles que les catholiques : 13 000 hommes contre 16 000. Pour haranguer et encourager ses troupes, Condé compara cette bataille à l’ordalie finale, salvatrice qui prouverait la justesse de leur combat au nom de Dieu. Deux chefs catholiques disparurent dans l’affrontement : le maréchal de Saint-André (un des hommes du Triumvirat) et le connétable de Montmorency. Condé, capturé, devint le commensal honoré de François de Guise. Forts de ces victoires, les catholiques voulurent enlever Orléans, quartier général des réformés. Le 18 février 1563, François de Guise fut assassiné par un gentilhomme protestant : Poltrot de Méré. Le 18 mars, il fut exécuté par écartèlement ; le 19 mars, l’édit de pacification d’Amboise fut signé24. Pour autant le royaume de France connut une situation très délicate. Les difficultés religieuses ne furent pas aplanies, les difficultés économiques ressurgissent, les difficultés sociales exprimées lors de révoltes antiseigneuriales se poursuivent, « de sorte que la France était affligée, et bien fort, de troys fleaux de Dieu » comme l’explique Pierre Paschal, contemporain de Condé et Coligny : c’est de « la peste, famine et guerre civile »25.

Bibliographie

L. Bely, Espions et ambassadeurs : au temps de Louis XIV, Paris, 1990.

S. Brunet, « De l’espagnol dans le ventre ! » Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (v. 1540-1589), Paris, 2007.

E. Genovefa, Histoire de l’espionnage mondial : les services secret de l’Antiquité à la seconde guerre mondiale, Bruxelles, 2000.

A. Hugon, Au service du roi catholique : honorables ambassadeurs et divins espions, représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, 2004.

P. Preto, I servizi segreti di Venezia, Milan, 1994.

S. Shannon, The Political Activity of François de Lorraine, duc de Guise (1559-1563) : From Military Hero to Catholic Leader, Thèse de l’Université de Boston, 1988.

Notes

1 Source : Archives nationales, Réserve du Musée de l’Histoire de France, AE II 666 (a, b, c) et AE II 667.

2 Fig. 1 : AE II 667.

3 Fig. 2 : AE II 666 a, b, c.

4 Lettres historiques, publiées par D. Thickett, Genève, 1966, p. 85.

5 Philippe de Commynes, Mémoires, édition de J. Calmette, tome 1, p. 102.

6 Ils se dirent liés par un mandat impératif exprimés dans les cahiers : la lutte contre l’augmentation et la multiplication des impôts.

7 Pour gérer ce don, une nouvelle institution vit le jour : l’assemblée générale du Clergé de France.

8 Ces ventes massives se déroulèrent en 1563, 1568, 1569, 1574, 1586, 1587-1588.

9 Wassy, petite ville de Champagne de 3 000 habitants, close de remparts, était située à quelques lieues de Joinville, la résidence des Guise. Or dès octobre 1561, une église réformée se développa, causant l’inquiétude de la mère des Guise, de l’évêque de Châlons, du prieur, du prévôt de Wassy, qui tous exercèrent une forte pression sur François de Guise pour qu’il fît cesser la situation.

10 Ils se limitèrent à évoquer les mouvements de troupes organisées et turent les massacres comme le sac de Beaugency (vallée de la Loire) au début du mois de juillet, celui de Mornas (en Provence) ou la prise de la ville de Rouen et ses conséquences dès avril.

11 Voir l’article : « Ordonnances ecclésiastiques et confessionnalisation : le Béarn de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre » (Véronique Castagnet).

12 Selon l’ambassadeur d’Espagne, cette association aurait même réuni les cardinaux de Bourbon et de Tournon, le duc de Montpensier et le maréchal de Brissac.

13 Héritiers des grands feudataires médiévaux, les six pairs ecclésiastiques et les six pairs laïcs aidaient le roi, en théorie, de leurs conseils et le servaient dans ses affaires, à l’assister lors du sacre. Les détenteurs des pairies ecclésiastiques au XVIe siècle sont : l’archevêque de Reims, les évêques-ducs de Laon et de Langres, les évêques-comtes de Châlons, Noyon et Beauvais.

14 Fils de René de Cossé (premier panetier et grand fauconnier du roi) et de Charlotte Gouffier (gouvernante des enfants de France), Charles de Cossé fut élevé aux côtés du Dauphin François mort en 1536. Durant sa brillante carrière en Italie, il se distingua au siège de Perpignan en 1541 et devint colonel général de la cavalerie légère, grand maître de l’artillerie en 1547, gouverneur du Piémont. En 1550, il fut fait maréchal de France sous le nom de Brissac. Il décéda en Picardie en 1561, où il avait été nommé gouverneur après la restitution du Piémont au duc de Savoie.

15 Celles du traité de Hampton Court.

16 Avec son ami Cavagnes, il fut accusé par Charles IX d’avoir fomenté un complot, ce complot qui servit de prétexte au roi pour le déclenchement de la Saint-Barthélemy. Accusé de lèse-majesté, comme son compagnon d’arme, il fut pendu le 27 octobre 1572. Leurs biens furent confisqués. Ils furent cependant réhabilités par l’édit de Beaulieu de 1576.

17 Pour cette raison, il fut arrêté et décapité.

18 Agrippa D’Aubigné, Histoire universelle, Paris, 1886-1909, tome 1, p. 14-15.

19 Il ne faut pas confondre ce frère de Louis Ier de Condé avec l’un de ses fils, Charles III, né du mariage de Louis Ier et de Éléonore de Roye. Charles III (1562-1594), élevé à Rome, devint archevêque de Rouen à la mort de son oncle en 1582. Il porta tour à tour le nom de « cardinal de Bourbon-Condé », puis « cardinal de Vendôme », et « cardinal de Bourbon ». Lui aussi joua un rôle très important dans la suite des guerres de religion.

20 Des études ont montré l’importance des séminaires jésuites dans la formation de réseaux Des études ont montré l’importance des séminaires jésuites dans la formation de réseaux d’espionnage et l’importance du réseau de renseignement mis en place par les Guise (Genovefa, 2000, p. 94 ; Brunet, 2007, p. 381 et sq).

21 Par exemple, Louis de Lannoy, seigneur de Morvilliers, et François de Hurest, seigneur Par exemple, Louis de Lannoy, seigneur de Morvilliers, et François de Hurest, seigneur de Genlis.

22 Mémoires de Condé, retranscription d’une « Requeste adressée au Roy par le Triumvirat », tome III, p. 333.

23 Voir l’article : « L’esprit de la Ligue dans le Nord de la France » (Olivia Carpi).

24 Voir l’article : « Justifier l’extraordinaire : les lettres de commission pour l’application de l’édit d’Amboise » (Jérémie Foa).

25 P. Paschal, Journal de ce qui s’est passé en France durant l’année 1562, Paris, 1950, p. 51.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Dépêche signée de Louis de Bourbon, prince de Condé, datée du 24 septembre 1562.
Crédits © Archives nationales de France.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 2. Dépêche signée de Gaspard de Coligny, seigneur de Chastillon, amiral de France, datée du 25 septembre 1562.
Crédits © Archives nationales de France.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 3. Le siège de Dreux en 1562.
Crédits © Bibliothèque nationale de France, collection Hennin.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39980/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 331k

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540