Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Affrontements religieux en Europe

 | 
Véronique Castagnet
, 
Olivier Christin
, 
Naima Ghermani

Partie 1. Identités et frontières

Genève, entre cité de Dieu et siège de Satan. Discours de François de Sales au duc de Savoie en 15961

Stéphane Gal

Texte intégral

  • 1 Source : Œuvres complètes de saint François de Sales évêque et prince de Genève, tome II, Paris, Bé (...)
  • 2 Amédée VIII (1383-1451), premier duc de Savoie (1416). Il abdiqua en 1434 pour vivre en ermite à Ri (...)

En réponse à la demande que lui fit ce prince sur ce qu’il y avoit à faire pour le bien des peuples, et ce qu’il pensoit sur la ville de Genève, il dit :
Qu’il n’y avoit nul doute que l’hérésie de l’Europe ne vint à être grandement débilitée, si cette cité étoit réduite et domptée ; parce que c’est le siège de Satan, d’où il épanche l’hérésie sur tout le reste du monde ; ce qui est évident par ces points.
1. Genève est cité capitale du calvinisme ; car Calvin et Bèze y ont choisi le siège de leur domicile.
2. Toutes les églises prétendues réformées de France, ès points de doctrine se rapportent au ministre de Genève, comme aussi en plusieurs choses la police.
3. Toutes les villes des hérétiques la respectent comme l’asile de leur religion, et comme une cité sainte ; en témoignage de quoi un homme du Languedoc est venu la visiter comme un catholique visiteroit Rome.
4. Il n’y a point de ville en Europe qui ait plus de commodités pour entretenir l’hérésie ; car vous n’ignorez point, monseigneur, la commodité de son assiette et situation, à la porte de France, d’Italie, d’Allemagne ; de sorte qu’il s’y trouve des habitants de toutes nations, Italiens, François, Allemands, Polonois, Espagnols, Anglois, et des provinces plus éloignées.
D’ailleurs chacun sait le grand nombre de ministres qu’il y eut l’année passée : elle en a fourni vingt à la France. L’Angleterre même fait venir des ministres de Genève.
Que dirai-je des belles et magnifiques imprimeries par lesquelles cette ville remplit toute la terre de méchants livres, jusqu’à en faire distribuer aux dépens du public ? Cette année, le livre de Rochandieu a été imprimé à en donner gratuitement pour sept cents écus d’or.
À ceci se rapportent les écoles, où l’on voit quantité de jeunes gentilshommes de France, témoin le sieur de Sponde ; d’Allemagne, témoin le père Louis, capucin, fils du grand chancelier de Saxe, qui y a fait ses études.
Il ne faut pas oublier les exercices continuels des prédications, leçons, conférences, disputes, compositions de livres, et autres semblables qui entretiennent merveilleusement l’hérésie.
5. Toutes les entreprises qui se font contre le Saint-Siège apostolique et les princes catholiques, ont leur commencement à Genève. Mais à quoi bon vous parler de ceci, monseigneur, qui avez si souvent découvert les tromperies et finesses de ces rebelles criminels ?
6. Il n’y a aucune ville en Europe qui reçoive tant d’apostats de tout grade, ecclésiastiques, séculiers et réguliers : la chose est évidente de soi-même.
De là je conclus, monseigneur, que Genève étant abattue, il est nécessaire que l’hérésie se dissipe. Et si je ne me trompe point, ces moyens qu’il y a longtemps que j’avois pensés, ne seroient point inutiles : c’est à savoir, si on envoie de bons prédicateurs en Chablais, Gex, Ternier et Gaillard, tels qu’on pourroit les tirer de la compagnie de Jésus et de l’ordre des capucins. Mais il faut qu’ils soient permanents et zélés : or, je ne vois pas comment ils puissent être permanents, s’ils ne vivent, et n’ont un absolu commandement de Sa Sainteté.
Il seroit aussi nécessaire d’avoir à Thonon un collège de jésuites, et à Annecy un imprimeur qui puisse mettre en lumière les écrits que les doctes font contre les hérétiques, et ainsi repousser un clou avec un autre clou.
Votre altesse me demandera comment on pourra entretenir un imprimeur en une petite ville ? Le collège y contribuera de tout ce qu’il pourra, et si l’on supplie Sa Sainteté, elle octroiera volontiers une pension de cent écus, à prendre sur les revenus superflus de quelque abbaye. Et pourquoi ne pourroit-on pas appliquer à une si bonne œuvre la prébende que les moines de Talloires baillent à un laïque pour couper leur bois ?
Plusieurs sont en désir de se convertir, mais ils sont retenus par la crainte de la pauvreté, et ceci je le sais par expérience. Mais quel remède, monseigneur ? Il faudroit ériger à Annecy ou à Thonon une maison de miséricorde, afin que ceux qui ont appris les arts mécaniques y puissent travailler et vivre. Et outre cela il faudroit encore ériger un séminaire pour ceux qui étudient ou qui ont étudié les belles-lettres. Combien est-ce que votre altesse a de grosses abbayes dans ses états de Savoie, qui pourroient être employées à cet effet par le bon plaisir de Sa Sainteté ? Abbayes, dis-je, dans lesquelles les moines, qui ne le sont que de nom, détruisent plutôt qu’ils n’édifient. Mais plaît-il à votre altesse que je le dise ? Certes à faute d’argent plusieurs manquent de courage : tout aussitôt qu’il y aura un bon ordre afin que rien ne manque de tout ce qui est nécessaire pour vivre, vous verrez combien de Genevois viendront habiter dans les autres villes.
C’est la vérité que ces remèdes sont petits, et portent à la longue ; mais que peut-on faire davantage, puisque le malheur de ce siècle de fer n’en permet point d’autres ?
« Vous dites bien, lui dit son altesse ; et en même temps levant les épaules par commisération, il se lamenta fort des injures du temps ». Mais le prévôt de Sales ayant commandement de poursuivre son discours, il continua.
Les autres choses qui regardent proprement la destruction de la ville de Genève, ne sont point de mon gibier ni de mon humeur ; votre altesse a en main plus d’expédients que je ne saurois penser. Toutefois, afin que je ne sorte point du sujet de Genève, puisque votre altesse, par sa bonté ordinaire, me permet de parler, j’exposerai quelque chose qui concerne ses très-humbles et très-obéissants serviteurs et orateurs les chanoines de l’église cathédrale de Saint-Pierre de Genève.
Les années passées, Monseigneur, que votre Altesse étoit venue en Savoie pour faire la guerre aux huguenots, selon son zèle à la religion catholique, elle avoit déclaré par lettres-patentes, que sa volonté étoit que tous les biens d’église fussent restitués, spécialement à l’église cathédrale de Genève, qui est des principales de vos états, et entre les principales la plus illustre et la plus ancienne ; et cette volonté vôtre a été entérinée par vos cours souveraines du sénat et de la chambre des comptes de Savoie. Maintenant que la très-sainte foi catholique a de l’entrée en Chablais, nous supplions très-humblement votre altesse qu’il lui plaise étendre le même commandement, afin que ce pauvre chapitre puisse rentrer dans les biens qui lui appartiennent d’ancienneté, et principalement dans le bénéfice-cure de l’église d’Armoy.
Si votre Altesse ne le savoit pas, je luy raconterois les misères que ces pauvres chanoines souffrent tous les jours. Privés de tout secours humains, et chassés de leur cité comme des larrons, ils sont contraints de célébrer leur office dans une église mendiée, que toutefois ils font si bien, par la grace de Dieu, qu’il n’y a point d’église en Europe (que ceci soit dit sans envie) où les divins offices soient célébrés avec plus de solennité, ayant égard à leur pauvreté, qui est presque extrême.
Le pape Paul III, en considération de leur misère, leur avoit concédé la moitié des fruits de chaque bénéfice du diocèse vacant la première année, afin que les autres églises secourussent au moins en quelque façon leur matrice. Le pape Pie IV et le pape Grégoire XIII les avoient exemptés du paiement des décimes, quelque grande que fût la nécessité : néanmoins, les années passées 1589, 1590 et 1591, toutes les graines de cette église furent enlevées par les officiers de votre altesse, de sorte que les chanoines furent contraints de mendier leur vie chez leurs parents et amis.
Toutefois la souveraine chambre des comptes a jugé que pour ces graines ainsi enlevées on devoit au chapitre plus de deux mille six cents florins. C’est pourquoi, monseigneur, votre altesse est humblement suppliée de vouloir ratifier les volontés des souverains pontifes ; et pour le paiement de ces deux mille six cents florins, s’il lui plaisoit de faire faire des habits à l’usage de l’église, elle imiteroit glorieusement la piété et la libéralité de ses sérénissimes ancêtres, spécialement de ce très-sage prince Amédée I, duc, lequel, après avoir cédé la papauté pour la tranquillité de tout le christianisme, se contenta de demeurer évêque de Genève, et mourut sous l’auguste mitre de cette église
2.
Je demande mille pardons à votre altesse sérénissime d’avoir fatigué ses oreilles de tant de misères et d’affaires si fâcheuses, peut-être plus amplement que je ne devois ; mais les grands princes comme vous, monseigneur, doivent savoir jusqu’ aux moindres choses et les plus petites particularités. Je me retire, Monseigneur, en vous assurant de mon profond respect, pour attendre vos commandements.

1La cité de Genève, qui s’imposa au cours du XVIe siècle comme l’un des principaux phares de la Réformation, cristallisa les rêves et les haines de l’Europe confessionnalisée. Carrefour idéologique, la cité rayonnait ses imprimés et ses pasteurs tandis qu’elle accueillait les vagues de réfugiés qui fuyaient les persécutions des États voisins. Carrefour géostratégique également, car la cité était une place de frontière, écharde fichée dans la dorsale catholique de l’empire des Habsbourg et de son fameux « chemin des Espagnols ». La vocation de Genève fut donc aussi d’être au cœur du bras de fer entre France et Espagne, et plus encore que la foi, la raison d’État devint le meilleur rempart de la cité de Calvin.

  • 3 Un évêque in partibus est un évêque titulaire d’un ancien évêché perdu ou disparu, tombé « in parti (...)

2Le discours de François de Sales (1567-1622), pas encore prince-évêque in partibus de Genève3 (il ne le sera qu’en 1602), mais déjà prévôt du chapitre de la cathédrale Saint-Pierre (depuis 1593), se situe lors de sa célèbre mission chablaisienne (septembre 1594-décembre 1596). Sa teneur est fidèle à la vision horrifique soulevée par la cité genevoise aux yeux de l’Europe catholique, cependant le discours souligne aussi le glissement d’un type d’affrontement à un autre. Adressé à son duc, Charles-Emmanuel Ier (1580-1630), en 1596, le propos de François de Sales ne se réduisait pas à un simple anathème jeté contre l’hérésie protestante et encore moins à un ardent appel à la croisade. La ligne des frontières politiques que tentait alors de déplacer son maître importait assez peu aux yeux du prévôt. La reconquête de la cité perdue avait à se jouer ailleurs, sur un autre plan que celui des seuls aspects militaires. Elle devait se faire par les consciences, lesquelles ne se prenaient ni par la poudre ni par les échelles, mais par l’exemple édifiant et le verbe de saints prédicateurs, quitte à se faire aider par quelques sévères mesures incitatives. Le fer de lance de cette nouvelle approche était un mélange de rhétorique et de sens pratique, l’art de convaincre rejoignant l’art de communiquer : il fallait séduire, instruire et émouvoir. Le prélat, dans le droit fil de Charles Borromée (1538-1584), le saint archevêque de Milan, grand promoteur des idées du concile de Trente (1545-1563), sut se faire l’apôtre d’une réforme catholique fondée moins sur la controverse que sur l’action et l’édification qui, à l’aube du « siècle des dévots », introduisait une autre approche de l’hérésie.

De l’indépendance communale à la métropole protestante

3L’histoire de Genève au XVIe siècle fut d’abord celle de la prise d’autonomie de la cité à l’égard de son prince-évêque et de son puissant voisin, le duc de Savoie. Elle fut favorisée par une ouverture de plus en plus large aux influences helvétiques et allemandes, lesquelles, de par le poids militaire des Suisses et les nouveaux horizons commerciaux qui s’offraient aux foires genevoises, semblaient mieux garantir un avenir fait d’autonomie politique et de prospérité économique. Rappelons que les partisans d’une alliance avec les Confédérés helvétiques, les Eidgenossen, représentant un milieu socio-économique homogène issu de la marchandise, l’emportèrent progressivement sur les partisans ducaux (Mammelus). Entre 1527 et 1534, ils remodelèrent les institutions politiques et judiciaires genevoises à leur profit (Conseil des Deux Cents ; Conseil des Soixante ; Tribunal du Lieutenant…) et désavouèrent l’évêque Pierre de La Baume qui dut quitter sa cité. En 1535, le contexte géopolitique (invasion des territoires appartenant à la Savoie par la France et par Berne au début de l’année 1536) et les maladresses de l’évêque aidant, ils s’arrogèrent les droits régaliens liés à la seigneurie épiscopale transformant Genève en une république souveraine : des pièces de monnaie furent frappées avec les armes de la commune et la devise Post tenebras lucem (devenue en 1542 Post tenebras lux, « après les ténèbres, la lumière »), ce qui en disait long sur le sens providentiel que l’on donnait à l’histoire récente de la cité.

4Parallèlement, la ville lémanique s’était montrée fort complaisante aux idées nouvelles venues d’Allemagne, d’autant plus que celles-ci encourageaient la lutte contre le pouvoir ecclésiastique. L’adhésion à la Réforme se fit progressivement, sous l’influence zwinglienne de Berne dont le puissant canton s’imposa comme le grand protecteur de la cité face aux menaces catholiques et ducales désormais confondues (traité de combourgeoisie de 1526, renouvelé en 1536 et 1558). La messe fut abolie en 1535, la Réforme officiellement adoptée le 21 mai 1536 lors d’un Conseil général : les Eidgenossen étaient devenus huguenots !

  • 4 Conformément au traité de Lausanne (1564), qui prévoyait la restitution du Pays de Gex, Genevois et (...)
  • 5 Le titre originel était : De unico Christi sacerdotio & sacrificio adversus commentitum missae sacr (...)

5La réorganisation calvinienne prolongea ce qui avait été initié depuis le début du siècle. Après un premier séjour peu fécond aux côtés de Guillaume Farel (1536-1538), Calvin s’installa définitivement dans la cité en 1541, jusqu’à sa mort en 1564. Profitant d’un contexte international propice (Savoie rattachée à la France jusqu’en 1559, territoires savoyards limitrophes de Genève4 occupés jusqu’en 1567 par Berne), il entreprit toute une série de transformations. Poursuivies par Théodore de Bèze, son successeur à la tête de la Vénérable Compagnie des Pasteurs, elles allaient donner à la cité sa véritable vocation, faisant d’elle la « capitale du calvinisme » et un modèle de la Réforme en Europe, pour ne pas dire une « cité sainte » comme l’affirmait François de Sales : ordonnances ecclésiastiques, édits civils et édits politiques ; réforme des mœurs, réorganisation de l’enseignement et ordonnances somptuaires… Le Collège et l’Académie, fondés en 1559 et servis par des professeurs de qualité (comme Théodore de Bèze), dotaient la cité et la Réforme tout entière d’un grand centre de formation intellectuelle pour ses cadres civils et religieux. Les ministres et les presses genevoises, une bonne cinquantaine de « belles et magnifiques imprimeries » entre 1551 et 1564, allaient pouvoir répandre les idées protestantes dans toute l’Europe et même au-delà (« cette ville remplit toute la terre de méchants livres ») : deux cents titres paraissaient entre 1542 et 1550, dont 80 % en français, signalant la volonté de toucher un public large. L’Institution de la religion chrétienne de Calvin, qui parut dans sa version française en 1541, donnait le ton aux côtés des nombreuses éditions en langues vulgaires de bibles et de psautiers (Gilmont, 2005). Mais à la fin du siècle, le latin, mieux adapté à des lecteurs désormais situés aux quatre coins de l’Europe, était revenu en force. Parmi les auteurs les plus publiés, en dehors de Calvin lui-même, le pasteur français réfugié à Genève Antoine La Roche Chandieu (1534-1591), auquel François de Sales faisait directement allusion dans son discours, en particulier à son Traicté théologic et scholastique, traduit du latin au français par Simon Goulart en 15955. Les œuvres complètes de Chandieu, qui reprenaient ses textes édités entre 1563 et 1590, dont son Histoire des persécutions, furent publiées à partir de 1592 ; elles connurent quatre éditions successives jusqu’en 1599.

6Au même moment, comme le soulignait le prévôt savoyard dans son article quatre, la cité affirmait sa vocation de refuge huguenot, accueillant à l’abri de ses murailles les flots de proscrits qui, depuis 1549, arrivaient principalement de France, mais aussi en grand nombre d’Italie, d’Angleterre (sous Marie Tudor) et, dans une moindre mesure, d’Espagne. Elle offrait aussi, comme tous les centres économiques, un débouché pour la main d’œuvre des campagnes savoyardes environnantes. Entre 1550 et 1560, la ville doubla sa population qui dépassa bientôt les vingt mille habitants. Genève, condensé de l’Europe protestante, s’affirmait ainsi aux portes de la France et de la Savoie catholiques comme un dangereux pôle de tentations et de perturbations, une nouvelle Babel dont le pouvoir de nuisance devait être détruit.

Entre guerres de religion et raison d’État

7La position du roi très chrétien à l’égard de Genève ne fut pas sans ambiguïté. Officiellement défenseur de l’Église catholique, Henri III, sollicité par Berne, choisit pourtant à partir de 1579 de devenir le principal protecteur d’une cité qui faisait figure de « Rome protestante » ! Le traité de protection de Soleure (8 mai 1579), qui intégrait Genève à la paix perpétuelle de 1516, obligeait en effet le roi de France à fournir un secours de mille cinq cents hommes de guerre aux côtés de Berne et de Soleure en cas de menace du duc de Savoie. Une telle alliance ne pouvait se comprendre que dans la mesure où le maintien de la cité genevoise, en rassurant les protestants français, facilitait les réformes royales entreprises à l’intérieur du royaume, tandis qu’à l’extérieur elle entravait la marge de manœuvre d’un empire espagnol éclaté, et dont les jointures, plus ou moins lâches, étaient les seuls points vraiment vulnérables. Protégée par raison d’État, la cité hérétique devenait ainsi une arme dans le jeu des équilibres géostratégiques entre France et Habsbourg. Henri IV non seulement confirma, mais surtout honora fidèlement l’engagement de son prédécesseur en intégrant Genève dans sa lutte contre la Ligue et l’Espagne. La cité compléta néanmoins ses alliances par un traité qui associait Zurich à Berne, en 1584, achevant de se doter de l’arsenal diplomatique qui devait assurer sa protection pendant plus d’un siècle. Forte de ses puissants alliés, Genève était en mesure de rouvrir les hostilités contre la Savoie, dès 1589.

8Le conflit qui reprit avec Charles-Emmanuel Ier était de nature double, tout comme aux Pays-Bas, à la fois guerre de religion et guerre d’indépendance. Il s’agissait, pour le duc, de reprendre une cité majeure, qui n’eût jamais dû échapper à la logique d’agrégation patrimoniale opérée par la maison de Savoie, et de combattre les ennemis de la foi incarnés non seulement par l’esprit de Calvin, qui soufflait sur le pays de Gex, le Genevois et le Chablais voisins, mais aussi par ses alliés bernois qui avaient jadis privé le duché de ses territoires helvétiques (Pays de Vaud). Dans le même temps, le duc crut pouvoir tirer profit de la crise dynastique qui déchirait les Français. Il proposa son secours aux ligueurs, notamment en Provence, en Dauphiné et Lyonnais où ses troupes, grossies de renforts espagnols, eurent à affronter les armées d’Henri IV. Le duc espérait ainsi non seulement s’imposer comme un champion de la foi catholique aux yeux de toute la Chrétienté, mais aussi agrandir ses États et se tailler un royaume qu’il aurait acquis par vertu. Pour Genève, où le parti de la guerre l’avait progressivement emporté, il s’agissait de desserrer un étau savoyard qui affamait la cité depuis 1585 et de se doter d’un véritable arrière pays.

9Malgré le retrait précoce des Bernois, qui signèrent une paix séparées dès le 10 octobre 1589 à Nyon, la guerre fut une succession d’escarmouches dont l’issue ne fut jamais réellement décisive pour aucun des belligérants. La trêve conclue en France à partir de 1593, entre Henri IV et les ligueurs, s’étendit naturellement au conflit sabaudo-genevois, instaurant une situation de paix armée jusqu’en 1598. Cependant, le traité de Vervins ne parvint pas à régler les différends qui opposaient la France et Genève d’une part, à la Savoie d’autre part. Le traité de Lyon, signé le 17 janvier 1601, laissa la cité dans l’insatisfaction. Non seulement la Savoie ne renonçait pas à ses prétentions, mais elle récupérait toutes ses terres autour de Genève, tandis que la cité lémanique ne recueillait de son côté que quelques miettes territoriales (Chancy, Avully et Aire-la-Ville), voyant définitivement lui échapper le pays de Gex au profit de la France. La paix donc n’était pas faite avec le duc Charles-Emmanuel et, malgré la destruction du fort de Sainte-Catherine, la Savoie restait une pesante menace.

François de Sales : la violence de la charité ou la charité par la violence ?

10Le discours de François de Sales s’inscrit dans ce contexte d’incertitudes et de tensions. Et l’on ne s’étonne guère de voir le prévôt du chapitre de la cathédrale Saint-Pierre de Genève faire, du moins dans un premier temps, de larges concessions à l’esprit belliqueux « de ce siècle de fer » : Genève était bien le « siège de Satan », la cité empoisonnait les âmes de toute la Chrétienté ; c’était une chose certaine que si elle était « réduite et domptée », l’hérésie tout entière en serait « grandement débilitée ». Au même moment (1595), François de Sales avait commencé la rédaction du Titre premier du Code Fabrien (qui ne parut qu’en 1606), dans lequel il dressait un réquisitoire tout aussi dur contre les protestants.

  • 6 C’est-à-dire un de ces esprits modérés en quête d’une voie médiane entre protestantisme et catholic (...)

11L’attitude du prévôt et futur évêque de Genève-Annecy, oscilla longtemps entre controverse et dialogue, rigueur et douceur, celle-ci l’emportant finalement sur celle-là. Et si, en 1595, il réclamait un soutien ferme du duc, afin d’obliger les habitants à assister à ses prêches par « une douce violence », quitte à priver les obstinés de leurs offices de justice et charges publiques, dès l’année 1597, et à trois reprises, le même François de Sales enjambait les frontières confessionnelles, en se rendant secrètement à Genève afin d’y dialoguer avec Théodore de Bèze… Espérait-il réellement pouvoir convertir le grand théologien de la Réforme ? En tout cas, sans pour autant être un « moyenneur » au sens strict6, il était fermement convaincu de la force du verbe et que, d’un échange irénique entre deux zélés serviteurs du Christ, jaillirait peut-être la Vérité. L’initiative était d’une audace inouïe, elle plut au vieux théologien qui ne lui ferma pas sa porte, mais ce fut sans pour autant qu’il souscrive aux arguments du jeune prévôt. Du moins la glace était-elle rompue et les bases à des relations interconfessionnelles nouvelles esquissées !

  • 7 Dès le 5 juin 1561, la paix de Cavour avait introduit une politique de tolérance, qui faisait écho (...)

12Dès 1594, François de Sales avait été désigné par son évêque, monseigneur Claude de Granier, pour procéder à la reconquête des âmes des bailliages protestants du Chablais et de Ternier-Gaillard. Cette partie des États du duché de Savoie avait été occupée par les Bernois et les populations converties au protestantisme dans la première moitié du siècle. Quoique restituée depuis une trentaine d’années, ces territoires bénéficiaient d’un régime particulier de liberté de culte, conformément à ce qui avait été négocié au traité de Lausanne entre les Bernois et le duc Emmanuel-Philibert.7 Le traité fait à Nyon entre le duc Charles-Emmanuel Ier et le canton de Berne, en octobre 1589, en avait repris l’esprit. Le duc pardonnait à ses sujets des trois bailliages de Chablais, Gex, et Ternier, et il les remettait en tous leurs biens, tandis que l’exercice de la religion était rendu libre dans trois paroisses, ou villages de chaque bailliage de Thonon, et de Gex, et dans une paroisse ou village du bailliage de Ternier « à la nomination et choix de son Altesse ». Le protestantisme s’y était donc maintenu en l’état, avec pasteurs pensionnés et consistoires nommés par les gouverneurs, notamment à Thonon. La guerre de 1589-1593 n’avait pas permis au duc de ramener les populations dans le giron de l’Église catholique aussi rapidement qu’il l’aurait souhaité. Au contraire, la prise de Thonon par les Genevois, en 1591, avait démontré combien la situation politique restait précaire, et les bataillons de missionnaires expédiés sur place avaient œuvré en pure perte.

« Repousser un clou avec un autre clou »

13Si, dans son discours, François de Sales rendait hommage au « zèle » de son maître « venu en Savoie pour faire la guerre aux huguenots », il reconnaissait aussi très explicitement les limites de ce genre d’entreprise. La « destruction » de Genève n’était ni dans ses objectifs premiers (« gibier »), ni même dans son « humeur ». Le prévôt de la cathédrale Saint-Pierre préférait exposer à son duc d’autres moyens, certainement plus à même de venir à bout de la cité et, quand celle-ci serait prise, de l’hérésie qu’elle y avait si longtemps couvée. Il fallait en somme utiliser les mêmes armes qu’elle, dans les domaines certes religieux, mais aussi sociaux et culturels, de manière à dissiper l’attrait qu’exerçait la métropole sur les populations. Il s’agissait donc de recruter de bons prédicateurs, tirés d’ordres neufs tels que les jésuites et les capucins, dont la première maison s’était ouverte à Chambéry en 1576, et s’aider d’imprimés édifiants sortis de presses installées à Annecy. L’urgence était de former la jeunesse grâce à la création d’un collège jésuite, en plus de celui de Chambéry fondé en 1564, et les prêtres grâce à un séminaire, lesquels feraient pièce au rayonnement intellectuel de l’Académie genevoise que François de Sales, en bon humaniste, ne pouvait s’empêcher d’admirer. Il fallait parallèlement réformer les réguliers des ordres anciens, en particulier tous ces moines qui ne l’étaient « que de nom » et qui « détruisaient plutôt qu’ils n’édifiaient » en donnant par leur vie peu « édifiante » des arguments aux ministres protestants. Sans compter la misère matérielle des clercs, y compris celle des « pauvres chanoines » du chapitre cathédral pour lesquels le prévôt s’efforçait, dans son discours, d’obtenir les fruits de quelques bénéfices ecclésiastiques. C’était un programme ambitieux, il devint précisément celui que François de Sales s’efforça d’appliquer méthodiquement lorsqu’il monta sur le siège épiscopal en 1602, en sus de la fondation de l’ordre de la Visitation et de l’Académie Florimontane. Enfin, il s’agissait de ne pas oublier les populations et les aspects bien concrets de leur rude existence. Par exemple en prenant en charge les petits artisans que le danger de pauvreté, en cas de conversion, donc de désocialisation, retenait dans le protestantisme.

14Si toutes les requêtes du prévôt ne furent pas entendues, Charles-Emmanuel soutint néanmoins l’œuvre missionnaire de manière à inciter, voire obliger - et ce en dépit des articles du traité de Nyon - ses sujets protestants à revenir au catholicisme. Le dispositif extraordinaire des Quarante heures fut en cela redoutable. Il s’agissait de déployer l’arsenal des pompes catholiques par une monstration typiquement baroque. Une avalanche de processions, messes, prières, adorations du Saint-Sacrement, prédications et spectacles religieux, exaltait la grandeur de l’Église et mettait la foi des fidèles à fleur de peau. Les vagues d’abjurations comme l’érection de croix à la place de celles jadis abattues, la saturation des espaces, tant géographique que sonore, par les processions défilant jour et nuit au milieu de rues pavoisées au son des chants, des tambours et des trompettes, visèrent à faire disparaître toute trace du protestantisme. Après le succès des cérémonies d’Annemasse, l’exemple des Quarante heures de Thonon, en septembre-octobre 1598, est resté comme la consécration du triomphe de la reconquête catholique en Chablais. Le duc y était personnellement présent aux côtés de son frère le prince Dom Amédée, du légat du pape Alexandre de Médicis, de François de Sales et de l’ardent capucin Chérubin de Maurienne. Celui-ci faisait partie des auxiliaires (deux capucins et un jésuite) que reçut François de Sales en 1597, et s’était distingué à Thonon par ses méthodes musclées. Pourfendeur de tout esprit de coexistence confessionnelle, Chérubin avait allumé de vives tensions entre les deux communautés en évinçant les protestants de l’église Saint-Hippolyte où se déroulait jusqu’alors un simultaneum. Selon lui, une même cloche ne pouvait être à la fois la voix de l’orthodoxie et celle de « l’hérésie ». Les prières et cérémonies religieuses des Quarante heures achevées, les derniers récalcitrants furent sommés de choisir leur camp lors d’une mise en scène dramatique destinée, comme dans les auto sacramentales espagnols, à frapper les esprits et à susciter une évocation forte de l’imminence du Jugement dernier. Dans une ville devenue soudainement theatrum mundi, chacun était appelé à venir jouer son propre rôle : à la droite du duc devaient se placer ceux qui acceptaient le salut offert par l’Église catholique, à sa gauche les obstinés qui s’y refusaient. Ils eurent trois jours pour plier bagages ! Le duc accorda ensuite des lettres patentes pour la création d’un couvent capucin dans la ville (juin 1601). Il prenait personnellement sous sa protection la communauté qui, autour du père Mauris de la Mora, avait pour mission de parachever l’œuvre de conversion et d’évangélisation du Chablais, Ternier et Gaillard.

15L’année même où François de Sales coiffait la mitre épiscopale, Charles-Emmanuel se lançait dans une nouvelle tentative contre Genève. La fameuse escalade de décembre 1602 fut cependant un retentissant désastre qui ne fit que renforcer la foi et le patriotisme des Genevois. Ce ne fut qu’en 1603, après un siècle de lutes religieuses et nationales, que la paix de Saint-Julien clarifia enfin la situation entre la cité et la Savoie. Si les armes pouvaient être un précieux secours des missionnaires, l’ultime échec militaire du duc venait démontrer combien vaine était la prétention d’éteindre la Réforme par la guerre. Il ne put qu’encourager le nouvel évêque du diocèse de Genève-Annecy dans la mise en œuvre de son vaste programme de réformation des cœurs qui fit de lui l’un des plus grands maîtres de la spiritualité moderne.

Bibliographie

H. Baud dir., Histoire du diocèse de Genève-Annecy, Paris, 1985.

H. Baud dir., « Saint François de Sales en Chablais », dans Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, tome LXXX, Saint François de Sales, Ambilly-Annemasse, 1967, p. 139-179.

P. Cozzo, La geograia celeste dei duchi di Savoia. Religione, devozioni e sacralità in uno stato di età moderna (secoli XVI-XVII), Bologne, 2006.

A. Dufour, Histoire de Genève, Paris, 2004.

J.-F. Gilmont, Le livre réformé au XVIe siècle, Paris, 2005.

R. Kleinman, Saint François de Sales et les protestants, Londres, 1962, trad. Lyon, 1967.

F. Meyer, « Charles-Emmanuel Ier (1580-1630) et les protestants des États de Savoie », dans P. Bolle dir., L’édit de Nantes : un compromis réussi ? Une paix des religions en Dauphiné-Vivarrais et en Europe, Grenoble, 1999, p. 132-142.

W. Monter, « De l’évêché à la Rome protestante », dans Histoire de Genève, Toulouse et Genève, 1974, p. 129-183.

A. Ravier, François de Sales, un sage et un saint, Paris, 2003 (5e édition).

Notes

1 Source : Œuvres complètes de saint François de Sales évêque et prince de Genève, tome II, Paris, Béthune éditeur, 1836, p. 551-553, tiré de la Vie du saint, par Auguste de Sales, liv. IV, page 120.

2 Amédée VIII (1383-1451), premier duc de Savoie (1416). Il abdiqua en 1434 pour vivre en ermite à Ripaille. Il devint pape sous le nom de Félix V (1439), mais, déclaré antipape, il se retira sur ses terres en 1449.

3 Un évêque in partibus est un évêque titulaire d’un ancien évêché perdu ou disparu, tombé « in partibus infidelium » (dans les contrées des infidèles). Cet évêque n’a donc pas de diocèse sous son autorité mais ce titre justifie son rang d’évêque.

4 Conformément au traité de Lausanne (1564), qui prévoyait la restitution du Pays de Gex, Genevois et Chablais.

5 Le titre originel était : De unico Christi sacerdotio & sacrificio adversus commentitum missae sacrificium, theologica & scholastica tractatio, Genève, 1581.

6 C’est-à-dire un de ces esprits modérés en quête d’une voie médiane entre protestantisme et catholicisme.

7 Dès le 5 juin 1561, la paix de Cavour avait introduit une politique de tolérance, qui faisait écho dans les États savoyards à ce que Catherine de Médicis tentait d’appliquer au même moment en France.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540