Version classiqueVersion mobile

La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992)

 | 
Françoise Bosman
, 
Jean-François Chanet
, 
Laurent Frajerman
, 
et al.

Quatrième partie : Quelle spécificité du syndicalisme enseignant ?

Résumé des débats de la quatrième séance

Texte intégral

1Jean-Paul Roux

2Je voudrais réagir à la communication de Christian Chevandier. La grande grève des postiers de 1974 est partie des centres de tri où elle fut massive. Ce mouvement était centré sur des revendications propres à la Poste. La plate-forme fut étendue artificiellement aux questions de pouvoir d’achat dans un but mobilisateur évident et surtout pour tenter d’élargir le mouvement. La FEN était, à l’époque, en pleine polémique avec la CGT et la CFDT à cause de notre signature de l’accord salarial. Cette polémique était relayée au plan interne par les camarades de la tendance Unité et Action. On exigeait donc de nous une extension du mouvement qui ne se développait pourtant pas dans d’autres secteurs.

3Nous étions par principe en désaccord avec les grèves fourre-tout. Mais l’intervention des CRS dans les centres de tri occupés nous amena à lancer un mot d’ordre de grève de 24 heures par solidarité avec la CGT et la CFDT. Cette grève a permis d’interrompre, pour un temps, les polémiques externes et internes. Elle nous permit aussi de faire une démonstration de force en réussissant une grève massive, preuve de la capacité du mouvement syndical enseignant à se mobiliser sur une question de principe, le libre exercice pour les postiers, de leur droit à l’action, à la mobilisation et à la grève.

4Un rapport étroit avec les parents est une constante du mouvement syndical enseignant. Dans l’action, cette démarche n’est pas seulement informative. Elle sollicite souvent le soutien. Dans de nombreux mouvements enseignants, la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) apporta son appui en invitant les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école.

5Ce rapport est donc actif. Mais cela implique toujours de notre part une très grande mesure dans le recours à la grève. La règle générale est plutôt la grève de 24 heures. Lorsqu’elle est plus longue, c’est qu’elle est incluse dans des mouvements sociaux plus vastes de type fonction publique ou mouvement interprofessionnel, ou lorsque le mouvement est concentré sur un secteur où la tension la rend inévitable, comme dans la Seine-Saint-Denis en 1998.

6En revanche, le monde enseignant sait organiser des manifestations massives dont certaines sont entrées dans la légende, qu’il s’agisse des manifestations des années 1960, de celle du dimanche 23 novembre 1986, marquée par la présence des partis de gauche dans le carré de tête pour la première fois depuis la rupture de 1984 ou de celle du 16 janvier 1994 lorsque le ministre de l’Éducation nationale, François Bayrou, a voulu aggraver la loi Falloux. Le monde enseignant paraît donc traditionnellement caractérisé par sa capacité de mobilisation pour exprimer publiquement sa solidarité. Ces manifestations généralement débordent le cadre des seuls enseignants pour englober toute la communauté éducative. En revanche, elle use avec mesure de la grève pour une raison évidente. La « matière d’œuvre » de l’enseignant n’est pas une matière comme les autres !

7Louis Astre

8Pour 1949-1954, j’ai souvenir d’un rapport FEN/UNEF plus solidaire qu’un simple partenariat mais moins politique qu’en 1960. Toutefois un combat particulier fut conduit, deux années durant, sous ma responsabilité de secrétaire de la commission de la jeunesse, avec les étudiants des ENS affiliés à la FEN mais aussi regroupés à l’UNEF en un Cartel animé par des militants communistes, notamment Le Roy Ladurie. Nous avons mené avec l’actif soutien du secrétaire général de la FEN, Adrien Lavergne, la bataille victorieuse pour le statut des ENS. Les maîtres d’internat réglaient leurs problèmes avec les syndicats FEN, pas avec l’UNEF.

9Sur la relation FEN/UNEF durant la guerre d’Algérie, il ne faut pas oublier leurs actions communes. Par exemple pour la manifestation du 27 octobre 1960, cet événement politique majeur. L’UNEF, en accord avec la FEN, a proposé aux centrales, CGT, CFTC, FO, à la LDH et la FEN, une manifestation unitaire et un appel commun, qui ne fait pas allusion au FLN. La CGT l’a rejetée et l’a même sabotée en la dénonçant, avec le PCF, comme « irresponsable » et en organisant des manifestations dans les usines. Ce 27 octobre fut la première grande protestation nationale sans la CGT et le PCF.

10Mon intervention au congrès de la MNEF en 1973 à Marseille ponctue notre rapport étroit à L’UNEF. En 1971 celle-ci éclate en deux : une Union animée par les communistes et l’UNEF-US qui deviendra l’UNEF-ID. Au nom de la FEN je soutiens l’UNEF-US en son congrès constitutif à Dijon, et lance, en vain, un appel à l’unité. Nous coopérons aussi avec l’autre syndicat. Ma descente au congrès de la MNEF, en soutien de la seule organisation étudiante unitaire, s’inscrit dans un violent affrontement interne pour le pouvoir, avec tentatives d’exclusion. Dès mon arrivée, je fais l’objet de pressions. Devant le risque pour la MNEF, je prends au micro, au nom de la FEN, la responsabilité périlleuse de prier publiquement les deux chefs des clans antagonistes de me suivre pour arrêter les violences. Ils me suivent et nous préservons l’unité. Voici ce que dit le procès-verbal, inédit, de conciliation, rédigé par moi et signé par eux, qui commence ainsi : « Vendredi 29 juin 1973 à 9 heures. Sollicité de part et d’autre d’assister à titre personnel à leur rencontre, je constate l’accord passé entre Michel Sérac, président de l’UNEF-Soufflot, et Gérard Jacquot, président de la MNEF, sur les bases ci-après… ». Puis sous ma signature figure la mention suivante : « Nous reconnaissons l’exactitude de ce constat », signé Sérac et Jacquot. Et le congrès s’achève sans le service d’ordre du maire, Gaston Defferre.

11Je ne suis pas d’accord avec Bruno Poucet quand il dit que, dans les années 1960, la FEN veut être reconnue comme une véritable confédération. C’est en contradiction avec sa nature et l’esprit de ses bâtisseurs. Fin 1970, seul des principaux responsables, André Henry rêve d’une FEN à l’égal des centrales. Par contre, au printemps 1983 lors de l’adoption du décret organisant l’élection aux caisses de Sécurité Sociale, j’ai moi-même prié l’Élysée de retirer la FEN du collège électoral des confédérations. « La FEN était orientée vers Force Ouvrière », dit Poucet. La réalité est plus complexe. La FEN entendait agir avec FO et la CGT. De plus, elle s’engage dès 1967, malgré FO, dans l’action commune avec la CGT et la CFDT déconfessionnalisée.

12Quant à la politique du CNAL des années 1960, elle était élaborée collectivement par les cinq organisations et Cornec, quoi qu’il en ait dit, ne pouvait imposer ses choix. Ce n’est pas « à son corps défendant » que la FEN a discuté avec des émissaires de la hiérarchie catholique. L’esprit laïque, ferme sur les principes est fait d’ouverture à tous. Ainsi, pour le contrat simple, la FEN souhaitait une mesure d’attente, permettant la recherche d’une issue consensuelle à la question scolaire. Le projet Chaban allait en ce sens : c’est l’Église qui rejeta le dialogue et Pompidou qui a cassé ce projet et radicalisé le conflit.

13Par delà notre commune hostilité à la mainmise cléricale et patronale sur la formation des jeunes, je rappelle que la FEN a réussi dans les années 1970 une coopération fructueuse rassemblant CGT, CFDT et FO sur la formation des adultes et l’ouverture du service public. Sur les rencontres FEN-CFDT auxquelles j’ai participé activement, Monsieur Poucet dit notre difficulté à accepter l’existence du SGEN confédéré et poursuit : « Marangé et Astre avaient été jusqu’à évoquer la possibilité d’une double affiliation SGEN/FEN ». C’est exact. La déconfessionnalisation de la CFDT et son aspiration à un socialisme démocratique ouvraient des convergences, mais le maintien d’un syndicat non unitaire, altérait notre rapprochement. Aussi avons-nous évoqué l’hypothèse de la double affiliation permettant aux membres du SGEN de nous rejoindre tout en demeurant liés à leur centrale. Monsieur Poucet conclut : « Mais cela ne dure que le temps d’une intervention », suggérant de notre part un propos fantaisiste. Or il existe une note du bureau confédéral CFDT qui atteste le contraire, en déclarant avoir examiné l’hypothèse de la FEN et concluant que le SGEN constitue un élément permanent de la CFDT.

Fonds FEN, 3 BB 161, Archives nationales du monde du travail : Brochure du PUMSUD. L’appel « Pour un mouvement syndical uni et démocratique » lancé en juin 1957 par Denis Forestier, SNI, Roger Lapeyre, FO et Aimé Pastre, CGT, donne naissance à une association.

Fonds FEN, 3 BB 161, Archives nationales du monde du travail : Brochure du PUMSUD. L’appel « Pour un mouvement syndical uni et démocratique » lancé en juin 1957 par Denis Forestier, SNI, Roger Lapeyre, FO et Aimé Pastre, CGT, donne naissance à une association.

Brochure reliée par agrafes (64 pages)

Fonds FEN, 3 BB 161, Archives nationales du monde du travail : Brochure du PUMSUD. L’appel « Pour un mouvement syndical uni et démocratique » lancé en juin 1957 par Denis Forestier, SNI, Roger Lapeyre, FO et Aimé Pastre, CGT, donne naissance à une association.

Fonds FEN, 3 BB 161, Archives nationales du monde du travail : Brochure du PUMSUD. L’appel « Pour un mouvement syndical uni et démocratique » lancé en juin 1957 par Denis Forestier, SNI, Roger Lapeyre, FO et Aimé Pastre, CGT, donne naissance à une association.

Brochure reliée par agrafes (64 pages)

Fonds FEN, 1 HH 1, Archives nationales du monde du travail : L’Enseignement public de juin 1968. Compte-rendu du conseil national de la FEN tenu à la fin du mouvement.

Fonds FEN, 1 HH 1, Archives nationales du monde du travail : L’Enseignement public de juin 1968. Compte-rendu du conseil national de la FEN tenu à la fin du mouvement.

Journal, format 21 x 28 cm 248Résumé

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Manuscrit (quatre premières pages)

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Manuscrit (quatre premières pages)

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Manuscrit (quatre premières pages)

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.

Manuscrit (quatre premières pages)

Table des illustrations

Titre Fonds FEN, 3 BB 161, Archives nationales du monde du travail : Brochure du PUMSUD. L’appel « Pour un mouvement syndical uni et démocratique » lancé en juin 1957 par Denis Forestier, SNI, Roger Lapeyre, FO et Aimé Pastre, CGT, donne naissance à une association.
Légende Brochure reliée par agrafes (64 pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fonds FEN, 3 BB 161, Archives nationales du monde du travail : Brochure du PUMSUD. L’appel « Pour un mouvement syndical uni et démocratique » lancé en juin 1957 par Denis Forestier, SNI, Roger Lapeyre, FO et Aimé Pastre, CGT, donne naissance à une association.
Légende Brochure reliée par agrafes (64 pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fonds FEN, 1 HH 1, Archives nationales du monde du travail : L’Enseignement public de juin 1968. Compte-rendu du conseil national de la FEN tenu à la fin du mouvement.
Légende Journal, format 21 x 28 cm 248Résumé
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39867/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.
Légende Manuscrit (quatre premières pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39867/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.
Légende Manuscrit (quatre premières pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39867/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.
Légende Manuscrit (quatre premières pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39867/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fonds FEN, 1 HH1, Archives nationales du monde du travail : Notes de séances de la négociation de Grenelle, 25 mai 1968.
Légende Manuscrit (quatre premières pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39867/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search