Version classiqueVersion mobile

La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992)

 | 
Françoise Bosman
, 
Jean-François Chanet
, 
Laurent Frajerman
, 
et al.

Troisième partie : La FEN à l'épreuve des débats idéologiques

Résumé des débats de la troisième séance

Texte intégral

1Joël Hedde,

2IHS-CGT

3L’autonomie du syndicalisme enseignant a des caractéristiques propres. Depuis 1954, date du consensus autour duquel la SFIO, le PCF, la CGT et FO ont accepté que la FEN soit le lieu unique de syndicalisation des enseignants jusque dans les années 1980, la FEN a représenté une force syndicale importante assise sur un fort corporatisme. Elle a été aussi le champ clos de batailles politiques pour le contrôle de ses syndicats et de sa direction. Souvent celles-ci l’ont emporté sur les revendications elles-mêmes.

4De par la fonction sociale que les enseignants occupent au sein de la société, ils font l’objet de luttes d’influence des partis politiques. Elles se traduisent dans les structures de tendances de la FEN et génèrent sur les revendications, sur les conceptions du syndicalisme, une forme d’instrumentalisation. Bien que les revendications portées par les uns et les autres dans la FEN soient réelles, elles sont en même temps les éléments d’un rapport de forces entre tendances marquées politiquement pour gagner le pouvoir. La situation s’est trouvée exacerbée dans les années 1984-1993, cela a amené à la scission. Les majoritaires UID pensant préserver leur influence. Une des raisons de la scission est à mon avis à chercher dans cette organisation en tendance sur une base politique.

5J’ai trouvé une question étrange dans l’appel à contribution : « Est-ce que les tendances sont mandataires des partis politiques ? ». Je pense que c’est l’inverse ! Les enseignants ont une autre spécificité, c’est d’être juge et partie sur des questions qui devraient concerner toute la société. Ils sont juges et parties sur le fonctionnement de l’école, sur la pédagogie, ce qui me paraît normal, mais aussi sur leur propre histoire et sur la conception de l’éducation, qui concernent tous les salariés.

6À l’intérieur des partis ce sont les enseignants qui déterminent la politique des partis dans le domaine éducatif. La courroie de transmission ne fonctionne pas dans ce cas, dans le sens « Parti – Syndicat » mais plutôt « Syndicat – Parti », cette pratique est valable pour tous les partis.

7Jean-Paul Roux

8En ce qui concerne l’Algérie, j’insiste sur les liens qui unissaient les dirigeants de la FEN à Messali Hadj. Ces liens ont perduré bien au-delà de la fin de la guerre d’Algérie. Ils se sont concrétisés par deux colloques historiques en 1998 et 1999 visant à restituer la mémoire, en France comme en Algérie, de Messali Hadj. À ces colloques étaient associés les héritiers des « messalistes » aujourd’hui.

9Sur la question du droit de tendances, la présentation me paraît juste historiquement, et en même temps un peu angélique ! Le droit de tendances, pour les « majoritaires », fut aussi un garde-fou visant à empêcher le noyautage. De même, le refus de l’organisation en tendances prôné par la tendance dite « unitaire », était, a contrario, lié à une stratégie de noyautage poursuivie avec constance pendant des années.

10Quant à l’homogénéité des exécutifs, cette question ne se pose pas seulement de façon théorique. Lorsqu’il y a exécutif homogène, il y a solidarité dans l’application des décisions et dans le vote du rapport d’activité. J’ai tenté, au début des années 1970, une expérience d’exécutif hétérogène dans mon département. Au terme de deux ans de mandat, j’ai constaté que les minoritaires votaient contre le rapport d’activité à l’exécution duquel ils avaient été associés. Dans une organisation structurée en tendances, l’homogénéité est donc un principe de cohérence et d’efficacité.

11En revanche, lorsque le SNES a été dirigé par Unité et Action en 1967 n’aurait-il pas fallu, dans la fédération, donner le pas à la légitimité des syndicats nationaux sur celle des tendances ? C’est l’inverse qui fut fait. Les statuts actuels de l’UNSA-Éducation n’interdisent pas le droit de tendances. Ils ne l’organisent pas, mais les statuts du Syndicat des enseignants prévoient clairement qu’il puisse y avoir plusieurs listes qui se présentent aux élections, ce qui ouvre donc le droit à un vote portant à la fois sur des personnes mais aussi sur des orientations.

12Louis Astre

13En 1967 avec la direction UA du nouveau SNES, les divergences avec le SNI se muent en antagonismes qui bousculent le devenir de la FEN. Le projet SNI d’École fondamentale s’aligne sur la scolarité à 16 ans de la droite, limite à trois ans la formation des maîtres et ambitionne la tutelle du SNI sur le premier cycle. Le SNES-UA lui oppose la continuité pédagogique du Second degré et la qualification des maîtres. L’incompatibilité des thèses interdit la synthèse.

14La question de l’homogénéité du bureau fédéral est alors posée. Les UID du SNES s’interrogent : doivent-ils rester au bureau fédéral ? Les élus de la CA divergent. Pour les uns, le bureau est l’expression de la seule majorité fédérale. D’autres estiment qu’il doit aussi représenter les syndicats, donc comprendre les dirigeants du SNES. Une note interne informe que nous déciderons à la rentrée, après discussion avec les dirigeants fédéraux. Mais ceux-ci rejettent mon argumentation et Clément Durand conclut : « la question se pose en effet, mais elle est prématurée ».

15Pour la défense des libertés, que j’ai longtemps assumée, nous sommes arrivés à des accords. Certes. Mais regardons de haut le temps long de la FEN. C’est la question des libertés qui a créé le clivage fondamental entre la majorité attachée à leur défense et Unité et Action alignée sur le Parti Communiste. Ce temps a commencé à évoluer le 18 août 1968, quand la direction UA du SNES a condamné l’agression soviétique contre le Printemps de Prague. Puis, durant l’Union de la gauche, la FEN, sous ma conduite, a entrepris une pression maximale, y compris par conflit public, sur le PCF et la CGT pour les amener à une défense des libertés sans exclusive. Et fin 1975 le PC fut contraint de reconnaître la répression psychiatrique en URSS et demander la libération de Léonid Plioutch.

16Sur l’Algérie, favorable à l’indépendance, j’ai rompu en 1958 avec la SFIO et participé à la fondation et la direction du PSA. Quand en juin 1961, j’accède au bureau de la FEN, on me charge de la commission spéciale sur l’Algérie du congrès de la FEN. J’ai dû surmonter de nombreuses difficultés au congrès, y compris avec Forestier, pour faire adopter la réorientation de la FEN en faveur de l’indépendance. Je suis donc à l’aise pour contester Skoutelsky qui évoque le rôle des instituteurs un peu comme support du colonialisme. Quand Forestier durant les années tragiques se rendait dans les zones dangereuses, il refusait la protection militaire. Ceci atteste le vrai regard du peuple algérien sur les instituteurs. Quant à la « Table ronde », ce projet d’un dialogue entre tous, longtemps soutenu par la FEN, n’en dénigrons pas l’ambition qui liait indépendance, démocratie et émancipation du peuple.

Fonds FEN, 4 BB 214, Archives nationales du monde du travail : Note de Jean Batut, secrétaire national du SNI-PEGC à François Mitterrand, sur les problèmes d’éducation, période du 13 au 29 juin 1976.

Fonds FEN, 4 BB 214, Archives nationales du monde du travail : Note de Jean Batut, secrétaire national du SNI-PEGC à François Mitterrand, sur les problèmes d’éducation, période du 13 au 29 juin 1976.

Copie adressée à André Henry, secrétaire général de la FEN. Feuillet tapuscrit

Fonds FEN, 4 BB 214, Archives nationales du monde du travail : Note de Jean Batut, secrétaire national du SNI-PEGC à François Mitterrand, sur les problèmes d’éducation, période du 13 au 29 juin 1976.

Fonds FEN, 4 BB 214, Archives nationales du monde du travail : Note de Jean Batut, secrétaire national du SNI-PEGC à François Mitterrand, sur les problèmes d’éducation, période du 13 au 29 juin 1976.

Copie adressée à André Henry, secrétaire général de la FEN. Feuillet tapuscrit

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.

Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages

Table des illustrations

Titre Fonds FEN, 4 BB 214, Archives nationales du monde du travail : Note de Jean Batut, secrétaire national du SNI-PEGC à François Mitterrand, sur les problèmes d’éducation, période du 13 au 29 juin 1976.
Légende Copie adressée à André Henry, secrétaire général de la FEN. Feuillet tapuscrit
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fonds FEN, 4 BB 214, Archives nationales du monde du travail : Note de Jean Batut, secrétaire national du SNI-PEGC à François Mitterrand, sur les problèmes d’éducation, période du 13 au 29 juin 1976.
Légende Copie adressée à André Henry, secrétaire général de la FEN. Feuillet tapuscrit
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.
Légende Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.
Légende Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.
Légende Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fonds FEN, 1 ED 19, Archives nationales du monde du travail : Lettre de Jacques Estienne, responsable de la tendance Unité, Indépendance et Démocratie du SNES, à Jean-Claude Barbarant, secrétaire général du SNI-PEGC, 21 mars 1992.
Légende Photocopie, feuillet tapuscrit, quatre pages
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search