Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992)

 | 
Françoise Bosman
, 
Jean-François Chanet
, 
Laurent Frajerman
, 
et al.

Troisième partie : La FEN à l'épreuve des débats idéologiques

Chapitre 10. La Fédération de l’éducation nationale et l’indépendance de l’Algérie : un double décalage

Rémi Skoutelsky

Texte intégral

1De 1954 à 1962, la Fédération de l’éducation nationale, comme les autres organisations syndicales, se trouve plongée dans la guerre d’Algérie. Condamnations de la torture, tentatives de placer l’école « au-dessus des partis », aide aux enseignants victimes de la répression, défense de la République lors du coup d’État du 13 mai 1958 et du putsch des généraux d’avril 1961, lutte contre l’OAS représentent autant d’aspects de son activité. Mais elle se targue avant tout de faire des propositions susceptibles de regrouper les forces de gauche sur le fond du problème : les négociations de paix, le statut de l’Algérie à leur issue. Pourtant, les « solutions originales » qu’elle prône pour sortir du conflit visent à éviter une pleine indépendance de l’Algérie. Ces orientations théoriques de la FEN nous paraissent fondamentales, car elles touchent directement au corpus idéologique des militants enseignants,

  • 1 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983, p. 28.

2Des analyses du conflit découlent des propositions concrètes. Les étudier implique de démarquer ce qui relève de points de vue partagés par l’ensemble des organisations auxquelles s’adresse la centrale, de positions qui lui sont propres. Parmi ces organisations, citons la Ligue des droits de l’homme, alliée traditionnelle, mais aussi depuis peu l’Union nationale des étudiants de France (UNEF)1, et sous la Ve République, le Syndicat général de l’Éducation nationale (SGEN), branche enseignante de la CFTC. À ces forces s’ajoute la nébuleuse des intellectuels. Comment se positionne la FEN au sein de ce champ ? Quels clivages internes suscitent ces propositions, des attentats de la Toussaint, en 1954, à la signature des accords d’Évian, en 1962 ? En amont de cette approche diachronique, il convient de brosser un tableau de la centrale enseignante à la veille des événements et de rappeler son opinion sur le mouvement de décolonisation des années cinquante, en aval de revenir sur son analyse de la nature du Front de libération nationale algérien (FLN).

Le syndicalisme enseignant et les colonies

  • 2 Jacques Girault, Instituteurs, professeurs…, op. cit., p. 293.
  • 3 Les effectifs du SGEN représentent à la même époque environ 6 % de ceux de la FEN.
  • 4 Parler de véritables tendances structurées à l’époque de la guerre d’Algérie constitue un abus de (...)

3La FEN est fortement influencée par le Syndicat national des instituteurs – plus de 70 % des adhérents, d’autant que les positions du SNI sur la guerre d’Algérie reflètent dans l’ensemble celles du milieu qu’il structure. Sa puissance numérique2 place la FEN, autonome depuis 1948, au niveau d’une confédération3. Le droit de tendance est organisé en son sein. Les « autonomes », situés dans la mouvance socialiste, dirigent la fédération avec environ 70 % des mandats ; la mouvance communiste (que l’on nommera ex-CGT), influence environ 20 % des syndiqués ; l’École émancipée, enfin, si elle reste dominée par des syndicalistes révolutionnaires, comprend une influente minorité trotskyste « lambertiste », et ne rassemble plus que 5 % des adhérents sur ses motions4.

  • 5 Gilles Morin, De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie au Parti socialiste autonome (1954- (...)

4La FEN se situe donc au cœur de la gauche non communiste et laïque liée à la SFIO. Denis Forestier, secrétaire général du SNI de 1953 à 1962, milite au Parti socialiste et, jusqu’en 1958, rencontre chaque semaine Guy Mollet5. On ne saurait pour autant faire de la FEN une « courroie de transmission » de la SFIO ; en revanche, elle exerce une influence certaine sur cette dernière.

5Une dimension identitaire fondamentale caractérise les syndicalistes enseignants : le rapport à la classe ouvrière. Ils transposent sur le plan syndical la fonction qu’ils exercent au quotidien : comme instituteurs ils éduquent le peuple, comme militants, ils pensent représenter une forme d’avant-garde du mouvement ouvrier, un intellectuel collectif amené à lui servir de guide. En outre, les enseignants dans leur ensemble – l’Université – se considèrent comme les gardiens des valeurs de la civilisation des droits de l’homme et de la République. Or, lutter contre la guerre d’Algérie et pour la démocratie devient très vite un seul et même combat. Le positionnement de la FEN doit donc s’apprécier aussi par rapport à celui des intellectuels.

  • 6 Forme que dans la constitution de 1946 prennent les rapports entre la métropole et les DOM (dont f (...)
  • 7 « Motion générale de l’Union française », congrès du SNI de 1950, L’École libératrice (EL), 21 sep (...)
  • 8 E. Jacquemard, « Affaires coloniales », EP, 13 juillet 1945.

6Les instituteurs de la majorité fédérale déterminent l’idéologie de la FEN en matière « coloniale ». Autant qu’un émancipateur de l’individu, l’instituteur est un libérateur des peuples. Et de la même façon que cela s’inscrivait, au début du siècle, dans un grand projet : asseoir la République, il s’agit, au sortir de la guerre, de « construire une véritable Union française »6, c’est-à-dire une « association volontaire des peuples établie sur des bases égalitaires et humaines »7. On pouvait encore lire à la Libération dans l’Enseignement public8 : il faut « veiller désormais à ce que les fonctionnaires envoyés dans les possessions d’Outre-mer soient des citoyens […] soucieux de poursuivre l’œuvre d’émancipation qui est à la base de la colonisation française […] de revenir aux traditions des pionniers qui ont acquis à la France l’attachement indéfectible des peuples coloniaux ». : Dans les années cinquante, le « colonialisme » est désormais clairement condamné, comme manifestation du capitalisme. Cela ne signifie nullement le souhait que les territoires sous domination française prennent leur indépendance.

  • 9 EL, 15 septembre 1946.

7En 1954, la FEN regroupe environ 12 000 enseignants d’Algérie, aussi bien européens que musulmans, mixité que la centrale revendique. On doit cependant la nuancer, compte tenu de la réalité du milieu enseignant outremer : dans le département d’Oran, par exemple, les « Arabo-berbères » ne constituent même pas 5 % des instituteurs. Les tendances nationales de la FEN sont représentées en Algérie, les autonomes dominant largement. Jusqu’aux événements de la Toussaint 1954, les articles consacrés à l’Algérie dans L’École libératrice ne portent que sur les énormes problèmes de scolarisation ; notons que le congrès du SNI de 1946 réclame l’étude obligatoire de l’arabe dans tous les établissements publics, et les moyens de « réaliser une véritable culture mixte arabe et française »9.

La Conférence de la Table ronde

8Dans les premières années du conflit, le clivage fondamental n’oppose pas dans la société tenants de l’Algérie française et partisans de l’indépendance, mais se structure autour de deux stratégies antagonistes : « négociation » ou « pacification ». La FEN prône clairement la première, ce qui l’amène à condamner les méthodes utilisées dans la conduite de la guerre.

  • 10 EL, 26 novembre 1954.

9La première réaction de fond aux attentats de la Toussaint 1954 se lit dans un éditorial de Denis Forestier10. Il y condamne le terrorisme comme moyen d’action – « qui immanquablement conduirait en Algérie à la guerre civile » –, position qu’adoptent d’ailleurs toutes les tendances. Même s’il n’en nie pas les causes internes, économiques et sociales, « l’élément moteur » de l’insurrection est constitué par un « jeu d’influences internationales ». Il suit en cela l’opinion dominante dans le pays. Il met en garde contre une répression aveugle qui ferait, elle aussi, dégénérer immanquablement la situation en guerre civile. Par ailleurs, il entame la première d’une série de tournées en Algérie qui jalonneront les huit années de guerre.

10Il faut attendre début 1955, calendrier syndical oblige, pour que les différents congrès prennent position sur le fond du conflit. Ceux du Syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES) et du SNET renvoient dos-à-dos les violences terroristes et la répression aveugle. Il est vrai que des milliers d’arrestations ont donné un tour nouveau aux événements. Les syndicalistes enseignants condamnent à cette occasion l’état d’urgence, voté le 3 avril.

  • 11 Pierre Desvalois, « La guerre d’Algérie et les instituteurs », témoignage devant le Groupe de Rech (...)

11À l’occasion de son congrès, réuni à Bordeaux, le SNI adopte une motion sur l’Algérie. Il s’agit d’une véritable charte, à laquelle le syndicat se tiendra quasiment jusqu’au bout du conflit, la nuançant ou y apportant des éclairages en fonction de la marche des événements. Ce texte marque dans ses analyses une nette évolution du syndicat. Plus aucune allusion au « jeu d’influences extérieures », le nationalisme n’est plus condamné en tant que tel, terrorisme et répression aveugles sont renvoyés dos-à-dos. Les raisons profondes de la situation sont « l’hypocrisie des gouvernements successifs qui, tout en déclarant « l’Algérie c’est la France », se refusent à lui donner une véritable égalité des droits » et « la réaction colonialiste, forme locale du capitalisme ». Si la dénonciation de la « misère lamentable » dans laquelle on laisse croupir les masses musulmanes appelle des solutions économiques, sociales et naturellement scolaires, on ne saurait faire l’économie de mesures politiques, à commencer par la pleine application du statut de 1947, lequel ne constitue pas une fin en soi. Cependant, la motion se prononce clairement pour « le maintien de l’Algérie dans le cadre de la démocratie française », à la demande expresse des sections algériennes selon un témoignage de Pierre Desvalois11. La phrase disparaîtra dans les appels ultérieurs.

  • 12 Jacques Simon, La FEN et la Table ronde. La solution démocratique au problème algérien (1954-1962)(...)

12Le point d’orgue de la motion est l’exigence de l’ouverture dans l’immédiat d’une « Conférence de la table ronde, groupant les représentants authentiques de toutes les populations, sans distinction aucune, qui rechercheraient les solutions urgentes capables d’arrêter toutes les violences ». Le SNI prône donc une négociation sans exclusive et sans le préalable du dépôt des armes par les indépendantistes. Cette idée que Messali Hadj - leader historique du nationalisme algérien dont se sont éloignés les fondateurs du FLN – a défendu à la conférence des non-alignés de Bandoeng12, sera reprise par la FEN et le SNI quasiment jusqu’à la fin de la guerre.

13Les minorités opposent des motions à cette charte. L’École émancipée réclame la réunion d’une assemblée constituante qui établisse les institutions de la nouvelle république algérienne. Les « ex-cégétistes » présentent un texte préconisant l’ouverture de négociations avec les représentants qualifiés du peuple algérien, ce qui n’apparaît pas contradictoire avec la position des autonomes et correspond à la ligne définie par le PCF dès le lendemain de l’insurrection. Dans sa présentation, leur orateur Louis Guilbert estime que, devant prendre en considération l’existence d’un fait national algérien, il faut reconnaître, dès le début de ces discussions, le droit à l’indépendance.

  • 13 Jean-François Sirinelli, « Les intellectuels français en guerre d’Algérie », Les Cahiers de l’IHTP(...)
  • 14 Madeleine Singer, « Paul Vignaux, intellectuel et syndicaliste, devant la guerre d’Algérie », Les (...)

14Les événements d’Algérie ne commencent à investir revues et débats qu’en novembre 195513. Le premier article sur la question de Paul Vignaux, dirigeant du SGEN et de la minorité « Reconstruction » de la CFTC14, date d’octobre. Opportunité du calendrier ou particulière clairvoyance, le SNI apparaît donc, en avril 1955, à la pointe du mouvement intellectuel contre la guerre. Mais si sa direction se préoccupe très tôt du problème algérien, elle le fait sur fond d’apathie de la base.

Face à l’enlisement

  • 15 EP, mars 1956.

15La FEN soutient ouvertement le Front républicain dans la campagne électorale de janvier 1956, dont la fin de la guerre « imbécile et sans issue » constitue l’axe principal. Le SNI condamne vigoureusement les émeutes qui accompagnent le voyage du nouveau président du Conseil le 6 février 1956. L’Union des sections algériennes du SNI, le bureau académique du SNES algérois font de même15. Mais ces prises de positions, ajoutées aux motions votées par les différents congrès quelques mois plus tôt, provoquent des remous à la base.

  • 16 US, 20 février 1956.

16Fin mars, le bureau du SNI d’Alger se voit obligé d’organiser un référendum interne sur la Charte de Bordeaux – contestée pour son manque de fermeté face au FLN – laquelle est adoptée grâce aux voix des instituteurs du bled, de justesse semble-t-il. La section académique du SNES d’Alger vote une motion se prononçant pour la « non-ingérence du SNES dans la lutte politique »16. Quant au SNET d’Alger, il avait, fin 1955, approuvé toutes les décisions militaires prises par l’État dans un texte niant l’existence de discriminations entre Français et musulmans. La FEN ne réussira pas à éviter la scission en Algérie et la création de syndicats enseignants plus ou moins liés aux « ultras ».

  • 17 EP, avril-mai 1956.

17En mars 1956, le Parlement, avec l’appui des voix communistes, accorde au gouvernement des pouvoirs spéciaux de maintien de l’ordre. En réaction, la FEN, par un « Appel au sang-froid et à la raison »17, approuvé par les ex-cégétistes, demande au gouvernement de « ne pas se laisser enfermer dans le cycle infernal attentats répression ». Sa volonté de maintenir une balance égale entre les « extrémistes » l’entraîne à condamner le « chantage à la sécession » (sic) des indépendantistes et à dénoncer les privilèges injustifiables d’une minorité de profiteurs « tant musulmans qu’européens ». Mais en maintenant le principe de la Conférence de la table ronde qui « déterminerait les conditions d’un arrêt des hostilités et préparerait des élections libres », l’appel se démarque nettement du triptyque du président du Conseil – préalable du cessez-le-feu, puis élections, puis négociations.

18L’année suivante, une action d’envergure est décidée par le congrès du SNI : le lancement médiatique d’un nouvel appel pour que le FLN mette fin à ses « attentats » et à ses « atrocités » et que les autorités françaises fassent cesser les « actes de répression collective et individuelle ». Le texte est diffusé massivement, reçoit l’appui de la LDH et d’une centaine d’intellectuels ; la presse lui réserve un large écho ; Messali Hadj et Habib Bourguiba le soutiennent.

19Mais que l’on ne se méprenne pas : les divergences entre la FEN et le gouvernement Guy Mollet, renversé en avril 1957, portent sur la conduite de la guerre et les négociations, non pas sur le refus de l’indépendance ; car sur le fond, la FEN adhère parfaitement au discours du président du Conseil. La fédération voit comme lui en Nasser un nouvel Hitler, stigmatise la xénophobie des pays arabes, le panarabisme, ne condamne pas l’intervention de Suez, continue à considérer qu’on ne peut traiter le problème algérien en l’isolant de l’action du Caire. Au-delà, elle souscrit à la thématique de l’Eurafrique, forme la plus achevée de la théorie de « l’indépendance dans l’interdépendance ».

20Les positions des différentes composantes de la FEN évolueront jusqu’en mai 1958, date à laquelle les répercussions en métropole de la guerre prendront le pas sur la situation en Algérie même. Si les autonomes du SNI s’en tiennent encore à la Conférence de la table ronde, suivie d’élections libres, les ex-cégétistes, le SNES et le SNET – toutes tendances confondues – rejettent la formule, prônant la négociation d’un cessez-le-feu (sans préalable du dépôt des armes), puis des élections libres d’où sortiraient les représentants du peuple algérien avec qui discuter. La différence avec la Conférence réside donc dans la question des interlocuteurs du côté algérien, dans un cas en partie désignés par le gouvernement français, dans l’autre issus d’élections. Même si la formule ressemble à celle avancée par Guy Mollet, elle diverge nettement. Sur la forme, le cessez-le-feu demandé par l’ancien président du Conseil n’était pas négocié, sur le fond, il n’était pas question pour lui que les négociations débouchent sur une quelconque indépendance de l’Algérie. L’École émancipée n’intervient pas dans ce débat.

  • 18 Motion des ex-cégétistes au congrès fédéral de novembre 1957.

21La vraie divergence se situe cependant au niveau de la question de l’indépendance. L’École émancipée se positionne a priori en faveur de l’indépendance. Les ex-cégétistes sont, depuis 1957, comme le Parti communiste, pour la reconnaissance du droit à l’indépendance, tout en précisant que la négociation, pour aboutir, doit tenir compte des « légitimes intérêts des populations d’origine européenne. »18 Le SNES se prononce pour l’autodétermination, mais ne précise pas dans ses motions, comme l’École émancipée, « jusques et y compris l’indépendance ». La majorité du SNI, qui fixe la ligne de la fédération, considère que reconnaître le droit à l’indépendance serait préjuger du résultat des négociations et refuse donc de l’inscrire dans ses motions et positions.

Contrepoints : la FEN à l’aune de ses partenaires

22À la veille du coup d’État du 13 mai 1958, où en sont les autres forces du champ syndical et intellectuel dans lequel évolue la FEN ?

  • 19 Madeleine Singer, « Paul Vignaux », op. cit., p. 167.

23Une divergence de fond sépare le SGEN de la FEN : l’analyse des mouvements de décolonisation. Elle explique en grande partie que dans la lutte contre la guerre d’Algérie, les deux organisations empruntent des voies parallèles qui ne se rejoignent que sur des actions ponctuelles. Le syndicat enseignant de la CFTC ne manifeste aucune méfiance a priori vis-à-vis du processus de décolonisation. Ainsi, son congrès de 1957 adopte une motion selon laquelle le SGEN veut désormais « participer à l’élaboration entre la nation française et les peuples d’Outre-mer de rapports nouveaux fondés sur la compréhension du processus mondial de décolonisation ainsi que des mouvements nationalistes qui se développent dans les territoires sous-développés »19.

  • 20 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, op. cit., p. 76.

24Depuis deux ans, l’UNEF est dirigée par les « minos », vertébrés par la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC). À l’instar de ceux de la FEN, les dirigeants de l’UNEF se considèrent comme des intellectuels organiques. Ils peuvent s’appuyer eux aussi sur un très fort taux d’adhésion. En 1955, les étudiants commencent à basculer dans l’opposition à la guerre, à partir de « l’anticolonialisme corporatif », en clair le refus de combattre en Algérie. S’y ajoute un sentiment de solidarité générationnelle avec leurs camarades musulmans20. Forts de cette base, François Borella et Jacques Julliard mettent sur pied en 1956 la « Conférence nationale étudiante pour la solution du problème algérien » qui regroupe des étudiants français et des étudiants algériens. Elle conclut que la France devra reconnaître le droit du peuple algérien à son indépendance et que c’est avec les responsables de fait que doivent être menées les discussions préalables qui mèneront à la « République algérienne de demain »

  • 21 Émile Poulat, Une Église ébranlée, Paris, Casterman, 1980, p. 100, cité par Étienne Fouilloux, « I (...)

25Mais il ne faut pas verser dans l’anachronisme : la direction de l’organisation étudiante mettra quatre ans pour entraîner la majorité des adhérents sur ses positions. Si les équipes successives qui dirigent l’UNEF à partir de 1956 partagent, sur le fond, des opinions plus tranchées que la FEN sur l’avenir de l’Algérie, l’hétérogénéité politique de leur organisation – autrement dit la crainte d’une scission « de droite » qu’elles ne pourront d’ailleurs éviter – les placent alors parfois en retrait, dans leur expression publique, par rapport à la centrale enseignante. Il n’en reste pas moins que la FEN se voit à plusieurs reprises « tournée à gauche par les curés » selon le mot attribué à un ministre21.

  • 22 Gilles Morin, « La Ligue des Droits de l’Homme face à la IVe République », Cahiers de l’OURS, no 1 (...)

26On retrouve des positions beaucoup plus tranchées que celles de la centrale enseignante dans la mouvance laïque. La LDH, partie en 1954 des mêmes positions que la FEN, adopte un texte dans lequel on lit : « Quant au régime politique, point de veto préalable, même à l’autonomie ou à l’indépendance, si elle est voulue par le peuple algérien lui-même »22.

  • 23 Marie-Christine Granjon, « Raymond Aron, Jean-Paul Sartre et le conflit algérien », Les Cahiers de (...)

27Reste enfin la nébuleuse des intellectuels. Ils s’expriment à travers diverses structures souples, comme le « Comité d’action des intellectuels contre la poursuite de la guerre en Afrique du Nord » créé en novembre 1955 autour d’anciens militants communistes par des hommes d’obédiences diverses : André Mandouze, Edgar Morin, Jean-Paul Sartre, François Mauriac, Roger Martin du Gard… S’il appelle à l’ouverture de négociations, ce comité ne prend pas position sur le type d’alternative à la guerre qu’il faut proposer. Dès 1956, Raymond Aron se prononce pour le droit des Algériens à l’indépendance23. Quant au Comité Maurice Audin, fondé par Laurent Schwarz, Pierre Vidal-Naquet et Luc Montagnier, il s’attache à la dénonciation permanente et inconditionnelle de la torture et non pas à la question de l’avenir de l’Algérie.

  • 24 Dominique Balvet, Jacques Soustelle et l’Algérie française : gaullisme et antigaullisme, du Front (...)
  • 25 Jean-François Sirinelli, « Guerre d’Algérie, guerre des pétitions ? Quelques jalons », Les Cahiers (...)

28On ne saurait oublier que les partisans de l’Algérie française cherchent aussi à s’attacher des universitaires. Jacques Soustelle24 réussit une opération d’envergure en direction de la gauche en montant l’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française (USRAF). Cette association conjugue un nationalisme outrancier à une volonté intégrationniste qui fait illusion auprès de personnalités réputées pour leur progressisme. On trouve ainsi parmi ses fondateurs Jean Sarrailh, recteur de l’Université de Paris, l’ethnologue Paul Rivet et Albert Bayet, président de la Ligue de l’Enseignement et vice-président de la LDH (les deux organisations les plus proches du SNI). Jean-François Sirinelli25 relève l’âge des signataires, purs produits, comme Guy Mollet lui-même, de la IIIe République. Le prisme générationnel nous semble une catégorie d’analyse pertinente. Les jeunes intellectuels directement concernés par le rappel du contingent (étudiants, surveillants) font passer la lutte contre la guerre avant le maintien de l’Algérie dans le cadre de la République française. Les militants chenus de la gauche laïque baignés dans le colonialisme triomphant de l’entre-deux-guerres adoptent la position inverse. Et précisément, les dirigeants de la FEN, trop âgés pour être mobilisables, mais en pleine phase d’activité politico-syndicale à l’époque du craquement des empires, se trouvent dans une situation intermédiaire.

Autodétermination et indépendance

29Pendant les premiers mois de pouvoir gaulliste, en 1958, la FEN se focalise d’abord sur les questions constitutionnelles, puis sur la défense de la laïcité mise à mal par la loi Debré adoptée en décembre 1959. Pour les grandes forces politiques et syndicales, la question algérienne passe pour quelque temps au second plan. La direction de la fédération se reconnaît dans le nouveau Parti socialiste autonome, scission de la SFIO qui condamne la politique de Guy Mollet et l’instauration de la Ve République. S’ils ne prennent pas de responsabilité au PSA, Georges Lauré, professeur de l’enseignement technique élu secrétaire général de la FEN en 1956, Paul Ruff, secrétaire du Syndicat de l’enseignement de la Région parisienne (SERP), Louis-Paul Letonturier, secrétaire général de la section académique parisienne du SNES et Denis Forestier aident matériellement à sa constitution.

30Lors de son discours d’Alger, le 4 juin 1958, De Gaulle se prononce pour l’intégration (« la France considère que dans toute l’Algérie, il n’y a qu’une seule catégorie d’habitants, que des Français à part entière »). Quelques mois plus tard, au congrès fédéral, Desvalois désapprouve cette option qui « ne saurait conduire à une solution durable et réaliste ». Un an plus tard, le 16 septembre 1959, une allocution télévisée de De Gaulle marque un tournant. Un référendum sur l’autodétermination, au plus tard trois ans après le retour effectif à la paix, proposera trois solutions : « la sécession, la francisation complète ou bien « le gouvernement des Algériens par les Algériens », appuyé sur l’aide de la France et en union étroite avec elle ».

31La proposition de Conférence de la table ronde doit donc être actualisée ; le Bureau national du SNI du 1er octobre se consacre à cette question. Pour la majorité, il n’est plus nécessaire de négocier sur le principe de l’autodétermination puisque tout le monde l’accepte. La Conférence devient donc la négociation pour le cessez-le-feu, lequel comprend un volet politique. Si l’objet est modifié, le principe demeure entier : non seulement le Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA, fondé par le FLN), mais aussi le Mouvement national algérien (MNA) de Messali Hadj, les travailleurs européens, la « masse silencieuse » doivent être associés à la discussion. Pour les ex-cégétistes, puisque le FLN refuse de négocier le cessez-le-feu avec d’autres représentants des Algériens que lui-même, entreprendre des démarches, par la Conférence de la table ronde « nouvelle formule », avec d’autres acteurs du drame, ne peut que retarder la paix.

32Par le mouvement, victorieux, contre la suppression des sursis, début 1960, la direction de l’UNEF se sent désormais en position de force pour entraîner la masse des étudiants sur ses positions algériennes. Aussi frappe-t-elle un grand coup lors de son congrès d’avril, en réclamant des négociations avec le FLN. Le décalage avec les positions de la FEN – qui avait d’ailleurs soutenu le mouvement sur les sursis – est flagrant. L’UNEF constitue désormais l’élément moteur de la lutte contre la guerre d’Algérie.

33Lorsque le SNI réunit son congrès en juillet 1960, des pourparlers ont déjà eu lieu entre le gouvernement français et le FLN, et se sont soldés par un échec. Par la voix de Denis Forestier, la majorité propose un véritable plan pour la paix en Algérie, selon lequel des « équipes de démocrates » devraient mener une « étude fouillée… de la notion d’autodétermination et des conditions de l’autodétermination » et « une étude des garanties à la minorité française, comme pour toutes les minorités ». Dans ce cadre, la Conférence de la table ronde reste un objectif, elle doit aboutir à l’établissement « d’un système institutionnel ou tout au moins un accord sur l’essentiel » soumis à référendum. Pour les ex-cégétistes, une négociation a été amorcée, elle peut mener à la paix : « Aujourd’hui il y a un fait nouveau : on négocie. Et tu veux qu’on dise : pas cette négociation-là, elle ne nous convient pas, une autre » déclare Georges Fournial à la tribune. L’École Émancipée, quant à elle, dénonce maintenant l’autodétermination, « manœuvre gaulliste ».

  • 26 Position de Georges Fournial au bureau national du SNI du 6 octobre 1960.

34La rentrée scolaire 1960 est marquée par le procès du réseau Jeanson d’aide au FLN, et la publication d’un texte, signé par des artistes et des intellectuels, sur le « droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie », justifiant la désertion, connu sous le nom de Manifeste des 121. Si la FEN condamne fermement la répression à l’égard des signataires, il ne s’agit aucunement pour elle de les approuver : les majoritaires s’en tiennent à leur position légaliste, les ex-cégétistes considèrent l’appel à l’insoumission comme « une forme petite bourgeoise de la révolte »26.

35En octobre, la FEN lance un nouvel appel à l’opinion « pour une paix négociée » qui apparaît comme une réponse au Manifeste, une tentative de reprendre le leadership intellectuel de la lutte contre la guerre et un palliatif de l’absence d’initiative syndicale unitaire. On y lit : « L’affaire des jeunes devient l’affaire de tous, l’affaire de la Nation. Tous, nous sommes mis en demeure d’opter entre les conceptions des ultras ou des officiers activistes et une volonté de paix sans équivoque et sans ruse. » Quant à l’avenir de l’Algérie : « Il n’y a plus « d’Algérie française » possible ». Mais cela ne signifie nullement l’acceptation d’une indépendance pure et simple…

36Cet appel a été éclipsé dans la mémoire collective par le Manifeste des 121. Pourtant, c’est à lui que se rallie la « nouvelle gauche ». On y retrouve les signatures d’Edgar Morin, Roland Barthes, Vladimir Jankelevitch, Colette Audry, Ernest Labrousse, Jacques Le Gof, Paul Vignaux, Paul-Henry Chombart de Lauwe, Georges Lavau, Maurice Merleau-Ponty, Paul Ricœur, Jacques Prévert, Jean Effel…

  • 27 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, op. cit., p. 116.

37Parallèlement à l’initiative de la FEN, l’UNEF a lancé, le 5 octobre, un appel à une manifestation nationale unitaire contre la guerre à la fin du mois. Tout en donnant son accord, la FEN tente d’éviter la mention du FLN27. Après plusieurs semaines de négociations difficiles – et finalement la défection de la CGT – un meeting dans et aux abords de la Mutualité réunit des milliers de participants le 27 octobre « pour la paix par la négociation en Algérie, pour les garanties mutuelles de l’application loyale du principe d’autodétermination, pour la sauvegarde de la démocratie et de ses objectifs fondamentaux ».

Presque jusqu’au bout…

38La politique algérienne du général de Gaulle est approuvée massivement lors du référendum du 8 janvier 1961. À la suite de diverses rencontres organisées par la FEN, une déclaration commune de la gauche non communiste se centre sur les garanties à donner aux minorités pour régler le conflit. Au vu des résultats du référendum, le GPRA a proposé au gouvernement français de reprendre les pourparlers de paix. Or la déclaration réclame « une pacifique confrontation permettant enfin d’aboutir à une solution négociée », et non pas la reprise des négociations avec le GPRA. Le Parti communiste, la CGT, et au sein de la FEN les ex-cégétistes, refusent de ratifier le texte. Mais ils ne sont pas les seuls : ni l’UNEF, ni le PSU, auquel appartiennent plusieurs dirigeants de la majorité, n’acceptent de le signer. Les divergences entre la fédération et les organisations de la gauche non communiste les plus en pointe dans la lutte contre la guerre apparaissent nettement.

  • 28 « Les Enseignants et l’Algérie », le Monde, 7 février 1961.

39Le SNES, pourtant de même obédience que le SNI, condamne très vivement autant le fond de la déclaration inspirée par la FEN, que la mise à l’écart de la CGT et de l’UNEF28. En avril, alors que des pourparlers entre le FLN et le gouvernement ont été amorcés, son congrès « récuse toute tentative de faire obstacle à un dialogue qui concerne exclusivement le gouvernement français et le GPRA. Il récuse notamment toute tentative de retour à la formule d’une « table ronde »

  • 29 EP, avril 1961.

40Mais c’est la gauche tout entière qui se retrouve au colloque de Grenoble des 3 et 4 mars 1961, consacré au régime intermédiaire qui sera mis en place entre le cessez-le-feu et le scrutin d’autodétermination. Reprenant le souci des garanties aux minorités, il entraîne la FEN, en signant la charte pour l’autodétermination qui en est issue, à mentionner, pour la première fois, la négociation avec le GPRA et à se prononcer pour un État souverain algérien29. La FEN se rallie aux positions majoritaires dans toute la gauche. Il ne s’agit pas pour autant de laisser le peuple algérien voler de ses propres ailes. La motion sur l’Algérie, votée par le SNI en juillet 1961 affirme sa préférence pour la solution institutionnelle d’une « Algérie indépendante associée à la France » – notion qui va plus loin que la coopération.

41On constate de fortes nuances entre les positions du SNI et celles du congrès de la FEN, réuni quelques mois plus tard. La motion générale adoptée par ce dernier n’évoque pas l’association mais une « Algérie indépendante et la coopération des deux États pleinement souverains ». Louis Astre, secrétaire général du SNET, par ailleurs proche de la direction du PSU, rapporteur de la motion sur l’Algérie n’évoque pas une seule fois l’idée d’indépendance-association.

42Il aura donc fallu attendre novembre 1961 pour que la FEN se prononce officiellement pour l’indépendance pure et simple de l’Algérie. La première raison de cette attitude en est le refus de laisser l’Algérie sous la direction du FLN.

La FEN et le FLN

43Si on s’en tient aux positions de sa majorité, la FEN se caractérise par une hostilité au FLN, plus ou moins frontale mais jamais démentie.

  • 30 Pierrete Rouquet, « En marge des mouvements nationalistes », EL, 14 décembre 1950.

44À la base de ce positionnement se trouve une grande méfiance à l’égard des mouvements nationalistes, accusés de défendre des intérêts opposés à ceux de la classe ouvrière. Une philippique de l’École libératrice, visant le Néo-Destour et l’Istiqlal – partis indépendantistes tunisiens et marocains – l’illustrait déjà en 195030 : « Nous sommes, certes, quelque peu sceptiques sur la volonté, de la part des chefs nationalistes, d’améliorer sérieusement le standard de vie des masses populaires. Les mouvements nationalistes, quels qu’ils soient, même quand le nationalisme et le socialisme font un mariage d’opportunité, sont assez rarement des mouvements qui aient en vue une révolution économique, la seule qui puisse vraiment intéresser le prolétariat d’un pays. ». On chercherait en vain le moindre soupçon de tiers-mondisme dans les orientations de la direction fédérale. Cette position n’est cependant pas un dogme : la FEN accompagne le processus de l’indépendance de la Tunisie, même si elle l’envisage initialement dans le cadre de l’Union française, Denis Forestier se félicitant de la haute estime dans laquelle Habib Bourguiba tient les instituteurs français.

  • 31 « Le combat pour l’indépendance : une fausse coïncidence », Esprit, no 208, janvier 1995, p. 142-1 (...)

45En outre, pendant l’été 1956, le Parti communiste algérien et l’association des Oulémas – mouvement islamiste créé dans les années 1930 – ont rejoint le FLN. Dans une interview bilan de l’action des intellectuels contre la guerre d’Algérie, Pierre Vidal-Naquet souligne que ces derniers ont nettement sous-estimé le poids de l’islam au sein du front31 : la très laïque FEN reste sur ce point très vigilante. Bref, les dirigeants de la centrale enseignante ne reconnaissent aucune dimension révolutionnaire au nationalisme en général, au FLN en particulier.

46Au-delà, deux traditions auxquelles les instituteurs « autonomes » restent attachés, pacifisme et libéralisme politique, constituent la base d’une hostilité au FLN et donc du refus d’une indépendance totale de l’Algérie sous son égide. Dans les années trente, les syndicalistes enseignants constituaient le fer de lance du « pacifisme intégral » : cela marque aussi la génération d’après guerre, malgré sa participation à la Résistance. Mais le libéralisme politique est partagé par la majorité de la gauche non communiste qui n’adoptera pas des positions aussi tranchées face au FLN. On constate également une hostilité à l’implication des syndicats dans les luttes d’indépendance.

  • 32 Benjamin Stora, Messali Hadj, 1898-1974, fondateur du nationalisme algérien, thèse de 3e cycle en (...)

47Les dirigeants de la FEN ont en revanche noué des liens avec le MNA de Messali Hadj. Benjamin Stora note d’ailleurs32 que beaucoup d’instituteurs d’Algérie s’en sentent proches. Dans ce cadre, les enseignants trotskistes « lambertistes », comme Robert Chéramy du SNES, favorisent ces liens entre la FEN et le MNA, ce qui la singularise par rapport aux intellectuels chrétiens, aux communistes ou aux socialistes fondateurs du PSA. Lorsque les fédérations de France du FLN et du MNA se livrent à une véritable guerre civile, avec notamment l’assassinat de syndicalistes messalistes comme Ahmed Bekhat, le secrétaire général de l’USTA, en octobre 1957, l’hostilité de la FEN à l’égard du FLN ne peut que s’exacerber.

48Circonstance aggravante enfin, pour le FLN, celui-ci viole le sanctuaire : l’École. À la rentrée 1957, le front lance un mot d’ordre de boycott des cours pour les petits musulmans. Les réactions de la FEN montrent un réel désarroi. Du refus d’accorder un caractère politique à la grève au fait de n’y voir qu’une manifestation de la volonté des Oulémas de développer l’école coranique, il n’y a qu’un pas que franchissent certains instituteurs.

  • 33 Cofondateur de Témoignage chrétien pendant la Résistance, professeur à la faculté de lettres d’Alg (...)

49Cependant, nous l’avons vu, des pans entiers de la fédération ne partagent pas cette hostilité au FLN : les ex-cégétistes, après le ralliement des communistes à sa cause, la majorité des membres du PSU, et enfin la direction du SNES, qui par exemple avait soutenu dès 1957 le professeur André Mandouze33, là où Denis Forestier le désavouait pour ses liens avec le Front.

Conclusion : Les fondements d’un double décalage

50En prônant dès 1955 la « Conférence de la table ronde », les « autonomes » du SNI se placent à la tête des partisans d’une négociation sans préalables. En s’accrochant quasiment jusqu’au bout à cette formule, ils apparaissent nettement en retrait du PSU, de l’UNEF ou des rénovateurs de la CFTC. Sous la IVe République, leur conception de l’avenir de l’Algérie correspond globalement à celle des autres grandes forces de la gauche non communiste. Sous la Ve République, les dirigeants du SNI semblent constamment à la remorque des initiatives du pouvoir gaulliste (approuvant l’autodétermination, l’indépendance dans l’interdépendance puis l’indépendance-association dont ils ne se départissent qu’in extremis) alors même qu’ils se placent dans une opposition virulente à celui-ci. Leur refus de la pleine indépendance les sépare des secteurs de la gauche les plus en pointe contre la guerre.

51Au sein de la FEN, ceux qui réfutent l’orientation de la direction du SNI ne se comptent pas uniquement au sein des minorités. Les enseignants du secondaire regroupés dans le SNES et dans une moindre mesure ceux du SNET s’en démarquent aussi : ignorance puis refus de la formule de la Conférence de la table ronde, mise en avant du droit à l’autodétermination, sensibilité plus affirmée à l’unité d’action pour lutter contre la guerre, non-condamnation du Manifeste des 121. Il existe donc un double décalage : interne entre les instituteurs et les autres enseignants, externe entre la FEN – dans la mesure où le SNI lui imprime son orientation – et de larges secteurs de la gauche non communiste, dont plusieurs intellectuels. Il reste à l’expliquer.

52Pourquoi les « autonomes » refusent-ils l’indépendance de l’Algérie ? Ain d’éviter une rupture avec les sections d’outre Méditerranée ? Lorsque la prolongation de la guerre met en péril la démocratie en métropole, on peut douter que cela reste une priorité, d’autant plus que des sections syndicales ont déjà fait scission en Algérie. Incapacité à appréhender le phénomène nationaliste et crainte que l’Algérie ne tombe dans l’orbite de l’Union soviétique ne singularisent pas la FEN. La gauche non communiste dans son ensemble, dont une partie évoluera différemment, partage initialement les mêmes analyses sous la IVe République. Volonté de « coller » au Parti socialiste SFIO ? À partir de 1956, les rapports entre les deux organisations se compliquent considérablement.

53La principale clef de l’attitude du SNI se trouve condensée et illustrée dans cet extrait d’un article du bureau de la section d’Alger, publié en janvier 1956 par l’École libératrice : « L’école laïque a été une réussite à laquelle reste attachée un peu de la grandeur de notre pays. À la fin du siècle dernier, des hommes vinrent de France à l’appel de Jules Ferry, ils firent de la Kabylie ou de quelques humbles villages des plateaux, comme leur seconde patrie ; ils ont lutté contre l’ignorance, contre la maladie, et conquis les cœurs avec ce que l’apôtre appelait les armes de la lumière ». Jules Ferry est l’homme de l’école laïque et de la colonisation ; les deux sont constitutives de l’idéologie de la Troisième République, reprise par la Quatrième.

  • 34 Guy Mollet : Un camarade en république, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 522-526.

54Alain Savary notait à propos de Guy Mollet34 qu’il était « avant tout obsédé par une idée très en honneur dans le parti, ainsi que dans le milieu de la FEN par exemple, qu’il fallait commencer par libérer les individus avant de libérer les pays. Des hommes et des femmes ont été marqués par cet argument : ne pas libérer les pays trop tôt, de crainte de les livrer aux féodaux ». Autrement dit, l’émancipation passe par l’égalité progressive des droits et par le moyen terme. Dans cette optique, il revient naturellement au peuple colonisateur de déterminer le moment favorable à la « libération », laquelle ne signifie ni reconnaissance du fait national, ni a fortiori indépendance.

55Où réside la singularité de la FEN ? Peut-être ici : non seulement les instituteurs étaient, par leur enseignement, le principal vecteur de l’idéologie coloniale de la IIIe République, mais en tant que corps, aussi un des piliers d’une colonisation par définition émancipatrice, puisque menée dans un cadre républicain. Reconnaître les aspirations à l’indépendance de l’Algérie, alors que la scolarisation des masses algériennes restait encore largement à faire, revenait à avaliser leur propre échec et en tant qu’enseignants et en tant que syndicalistes laïques. Le poids politique de l’Islam apparaissait comme un motif supplémentaire de ne pas livrer les Algériens à eux-mêmes.

56A contrario, les enseignants du second degré se sentaient probablement moins impliqués dans le projet colonial et ne furent que marginalement concernés par la scolarisation de l’Algérie. Ils réussirent donc plus aisément, en métropole, à prendre leurs distances par rapport à l’idéologie de la « colonisation de progrès ». De plus, le SNES et le SNET ne pouvaient prétendre représenter à eux seuls le milieu du secondaire alors que le SNI se trouvait en situation de quasi-hégémonie. D’où leur nécessité à composer avec d’autres forces, et par-là même à prendre encore plus de distance.

57En définitive, l’appartenance politique n’apparaît pas comme la bonne grille de lecture de l’attitude des enseignants syndicalistes pendant la guerre d’Algérie. C’est en amont, dans l’implication dans la colonisation considérée comme partie intégrante du projet laïque, autant en métropole qu’outre-Méditerranée, et aussi dans la tradition pacifiste hostile au nationalisme que se trouve le soubassement idéologique des positions des instituteurs « autonomes » de la FEN, de 1954 à 1962.

Fonds FEN, 2 BB 97, Archives nationales du monde du travail : Appel à l’opinion pour une paix négociée. Tract recto-verso, 3 octobre 1960

Fonds FEN, 2 BB 97, Archives nationales du monde du travail : Appel à l’opinion pour une paix négociée. Tract recto-verso, 3 octobre 1960

Fonds FEN, 2 BB 97, Archives nationales du monde du travail : Appel à l’opinion pour une paix négociée. Tract recto-verso, 3 octobre 1960

Fonds FEN, 2 BB 97, Archives nationales du monde du travail : Appel à l’opinion pour une paix négociée. Tract recto-verso, 3 octobre 1960

Notes

1 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF de 1956 à 1968, Paris, PUF, 1983, p. 28.

2 Jacques Girault, Instituteurs, professeurs…, op. cit., p. 293.

3 Les effectifs du SGEN représentent à la même époque environ 6 % de ceux de la FEN.

4 Parler de véritables tendances structurées à l’époque de la guerre d’Algérie constitue un abus de langage. Nous y céderons cependant parfois ici pour éviter les périphrases. Cf. Laurent Frajerman, L’interaction entre la Fédération de l’Éducation nationale et sa principale minorité…, op. cit.

5 Gilles Morin, De l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie au Parti socialiste autonome (1954-1960). Histoire d’un courant socialiste, thèse de doctorat d’histoire, Antoine Prost (dir.), université de Paris-I, 1991, p. 442.

6 Forme que dans la constitution de 1946 prennent les rapports entre la métropole et les DOM (dont fait partie l’Algérie) et les TOM. Succédant à l’Empire, l’UF, au statut flou, représentée par une assemblée disposant de peu de pouvoirs, se veut fédérale.

7 « Motion générale de l’Union française », congrès du SNI de 1950, L’École libératrice (EL), 21 septembre 1950. Nous renvoyons pour les motions de congrès à la presse syndicale.

8 E. Jacquemard, « Affaires coloniales », EP, 13 juillet 1945.

9 EL, 15 septembre 1946.

10 EL, 26 novembre 1954.

11 Pierre Desvalois, « La guerre d’Algérie et les instituteurs », témoignage devant le Groupe de Recherches sur l’histoire du Syndicalisme enseignant et Universitaire FEN-Paris-I, 20 avril 1988.

12 Jacques Simon, La FEN et la Table ronde. La solution démocratique au problème algérien (1954-1962), Centre de recherche et d’études sur l’Algérie contemporaine, 2000.

13 Jean-François Sirinelli, « Les intellectuels français en guerre d’Algérie », Les Cahiers de l’IHTP, no 10, novembre 1988, p. 7-20.

14 Madeleine Singer, « Paul Vignaux, intellectuel et syndicaliste, devant la guerre d’Algérie », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 167-180.

15 EP, mars 1956.

16 US, 20 février 1956.

17 EP, avril-mai 1956.

18 Motion des ex-cégétistes au congrès fédéral de novembre 1957.

19 Madeleine Singer, « Paul Vignaux », op. cit., p. 167.

20 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, op. cit., p. 76.

21 Émile Poulat, Une Église ébranlée, Paris, Casterman, 1980, p. 100, cité par Étienne Fouilloux, « Intellectuels catholiques et guerre d’Algérie (1954-1962) », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 53-78.

22 Gilles Morin, « La Ligue des Droits de l’Homme face à la IVe République », Cahiers de l’OURS, no 183, septembre-octobre 1988, p. 25-35, p. 30.

23 Marie-Christine Granjon, « Raymond Aron, Jean-Paul Sartre et le conflit algérien », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 79-94.

24 Dominique Balvet, Jacques Soustelle et l’Algérie française : gaullisme et antigaullisme, du Front populaire aux marges du Front national, thèse d’histoire, université de Lille 3 2003.

25 Jean-François Sirinelli, « Guerre d’Algérie, guerre des pétitions ? Quelques jalons », Les Cahiers de l’IHTP, op. cit., p. 181-210.

26 Position de Georges Fournial au bureau national du SNI du 6 octobre 1960.

27 Alain Monchablon, Histoire de l’UNEF, op. cit., p. 116.

28 « Les Enseignants et l’Algérie », le Monde, 7 février 1961.

29 EP, avril 1961.

30 Pierrete Rouquet, « En marge des mouvements nationalistes », EL, 14 décembre 1950.

31 « Le combat pour l’indépendance : une fausse coïncidence », Esprit, no 208, janvier 1995, p. 142-152.

32 Benjamin Stora, Messali Hadj, 1898-1974, fondateur du nationalisme algérien, thèse de 3e cycle en sciences sociales du Maghreb et du Moyen-Orient contemporain, Charles-Robert Ageron (dir.), EHESS, 1978, p. 352-329.

33 Cofondateur de Témoignage chrétien pendant la Résistance, professeur à la faculté de lettres d’Alger, André Mandouze lance en 1954 la revue Conscience maghrébine qui s’attache à faire reconnaître la légitimité du nationalisme algérien. Il est suspendu par le rectorat et muté à Strasbourg en mars 1956.

34 Guy Mollet : Un camarade en république, Lille, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 522-526.

Table des illustrations

Titre Fonds FEN, 2 BB 97, Archives nationales du monde du travail : Appel à l’opinion pour une paix négociée. Tract recto-verso, 3 octobre 1960
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre Fonds FEN, 2 BB 97, Archives nationales du monde du travail : Appel à l’opinion pour une paix négociée. Tract recto-verso, 3 octobre 1960
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 659k

Auteur

Docteur en Histoire, CHS.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540