Version classiqueVersion mobile

La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992)

 | 
Françoise Bosman
, 
Jean-François Chanet
, 
Laurent Frajerman
, 
et al.

Troisième partie : La FEN à l'épreuve des débats idéologiques

Chapitre 8. Représentation et prise en compte du pluralisme dans le syndicalisme français : l’originalité de la FEN (1944-1968)

Laurent Frajerman

Texte intégral

  • 1 Guy Caire et Thomas Lowit, « Syndicalisme », Encyclopedia Universalis.

1Le syndicalisme, recrutant sur une base professionnelle et non idéologique, inclut obligatoirement des groupes divers en son sein. De plus, de nombreuses typologies du syndicalisme distinguent un syndicalisme d’opposition et un syndicalisme de négociation1. Le syndicalisme français vit le conflit entre ces deux conceptions depuis longtemps, avec notamment la première scission confédérale de 1921. La simple coexistence depuis 1948 de confédérations rivales prouve l’importance de la question du pluralisme dans le syndicalisme français. Comment organiser l’expression des différences sans nuire à l’efficacité et à l’unité ? Ce problème se pose sous des formes diverses à tous les syndicats. Historiquement, la majorité d’entre eux a choisi de juguler ses minorités par des méthodes autoritaires, en leur refusant toute visibilité et toute existence.

  • 2 Motion Bonissel-Valière et appel Pour un mouvement syndical uni et démocratique. L’Enseignement Pub (...)
  • 3 Laurent Frajerman, L’interaction entre la Fédération de l’Éducation Nationale et sa principale mino (...)
  • 4 Cf. par exemple Bertrand Geay, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, 1997.

2Au contraire, la FEN représente le seul exemple français de syndicat qui préfère canaliser la diversité interne. Elle accepte officiellement le pluralisme, inscrit dans les moindres aspects de la vie syndicale. Avec son principal syndicat, le SNI, elle s’offre même en exemple sur ce point, en proposant une réunification confédérale conditionnée à l’adoption de son mode d’organisation2. Cette spécificité devrait combler d’aise la principale minorité, le courant unitaire. Ce courant, adepte d’un syndicalisme combatif et animé notamment par les enseignants communistes, a préféré en 1948 rester dans la FEN autonome plutôt que de créer une scission en rejoignant la CGT3. De nombreux auteurs en ont déduit que l’unité de la FEN a été préservée au prix de la reconnaissance du droit de tendance, dans une sorte de troc entre autonomes (réformistes) et unitaires4. Nous contestons cette idée, à la fois pour des raisons chronologiques (on commence à adopter le système des tendances deux ans avant la scission) et parce que les unitaires ont longtemps combattu avec énergie ce système. Le courant unitaire base même sa stratégie sur ce refus entre 1954 et 1965. Ne participant pas au jeu des motions, il tente alors de s’insérer dans la majorité, et en désespoir de cause présente ses listes par l’intermédiaire de la section des Bouches-du-Rhône. Pourtant, quel paradoxe pour un courant minoritaire que de refuser un système pluraliste ! Il nie sa propre existence, puisqu’il ne peut s’identifier totalement au syndicat. De plus, sans les règles proportionnelles adoptées par la FEN et ses syndicats, sa place au sein des instances serait bien plus réduite. Du fait de ces réticences, un riche débat passe en revue toutes les options possibles d’organisation de la démocratie interne. La restitution de ce débat et la comparaison avec les solutions retenues par les autres organisations est susceptible d’éclairer le positionnement syndical en matière de gestion du pluralisme interne.

Refus ou acceptation des tendances ?

Les différents degrés de structuration interne

3Précisons d’abord le sens des termes employés. Selon nous, les minorités peuvent revêtir plusieurs formes, énumérées selon une gradation continue : sensibilités, courants ou tendances. La dénomination « sensibilité » recouvre des regroupements affinitaires discrets, quelquefois à la limite de la clandestinité. Les sensibilités se retrouvent dans toutes les organisations, même monolithiques.

  • 5 Yves Poirmeur, Contribution à l’étude du phénomène des tendances dans les partis et les syndicats : (...)
  • 6 Pierre Bourdieu, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Act (...)

4La forme de regroupement interne la plus notoire se nomme tendance. Yves Poirmeur la définit ainsi : « les tendances sont des regroupements partiels et stables d’adhérents d’un parti politique ou d’un syndicat, qui défendent des positions communes en souhaitant les voir adopter par l’ensemble. […] En tant que groupes organisés et durables, elles induisent chez ceux qui s’investissent en elles des comportements stables et distinctifs et apparaissent donc comme des entités sociales individualisées. »5 Les tendances se distinguent donc des simples sensibilités par leur caractère organisé, par « le passage de l’implicite à l’explicite »6.

5Nous différencions courant et tendance, en fonction d’un critère objectif : la structuration du regroupement. Le terme « tendance » désigne alors des groupes structurés, disposant par exemple d’un fichier et d’un bulletin, tandis que les formes prises par un courant sont plus loues, informelles, autorisant une certaine fluidité des positions des militants. L’École Émancipée représente l’exemple même d’une tendance pérenne. Elle publie un bulletin intérieur et un journal mensuel et ses militants se réunissent pendant une semaine chaque été. Si la FEN accepte les tendances et refuse les fractions, les deux termes désignent le même phénomène, caractérisé péjorativement dans le cas de la fraction.

La tradition de refus des tendances

  • 7 Jean Charles, « À propos de la scission syndicale de 1921 », Mélanges d’histoire sociale offerts à (...)
  • 8 Peter M. Arum, « Du syndicalisme révolutionnaire au réformisme : Georges Dumoulin (1903-1923) », Le (...)
  • 9 Maurice Labi, La grande division des travailleurs. Première scission de la CGT, 1914-1921, Paris, É (...)

6La CGT comprend des tendances dissidentes dès le début du XXe siècle, comme le comité d’union syndicaliste constitué par les réformistes en 1909, avec cotisation mensuelle, journal, statuts7. Le courant syndicaliste-révolutionnaire publie La Vie Ouvrière8. Après 1918, l’opposition révolutionnaire à la direction confédérale franchit le Rubicon en créant les Comités syndicalistes révolutionnaires, qui distribuent des cartes, prélèvent des cotisations, et s’affilient même à l’Internationale syndicale rouge9. La majorité exclut les membres des CSR pour ce motif. La constitution de la minorité en tendance a donc légitimé la première scission confédérale, ce qui explique l’adoption du monolithisme par la CGT, alors que la nouvelle confédération, la CGTU, reconnaît les tendances dès 1923.

  • 10 Antoine Prost, La CGT à l’époque du front populaire, 1934-1939, essai de description numérique, Par (...)

7Le long conflit entre syndicalistes révolutionnaires et réformistes produit petit à petit un véritable modèle de fonctionnement de la CGT : le refus des tendances au profit d’un fédéralisme contrôlé. Bien qu’officiellement, chaque structure de la CGT conserve son autonomie, la direction confédérale contrôle nombre d’Unions Départementales, ce qui lui assure une confortable majorité dans le Comité Confédéral National, véritable cœur du pouvoir. Lors de la réunification confédérale de 1936, les réformistes, majoritaires, refusent que les révolutionnaires s’organisent en tendance. En effet, l’Internationale Communiste préconise la constitution de fractions communistes dans les syndicats. Pour Antoine Prost, ce fut une erreur des réformistes, car leurs adversaires s’organisent clandestinement à l’aide de l’appareil du PCF : « les communistes auraient sans doute été plus vulnérables de se présenter ouvertement comme tels »10. Dans les faits, trois courants se manifestent en publiant des journaux (la Vie ouvrière pour les unitaires, Messidor pour les confédérés proches de Léon Jouhaux, Syndicats pour les proches de René Belin, confédérés très anticommunistes).

  • 11 René Mouriaux, Les syndicats dans la société française, Paris, FNSP, 1983, p. 37.
  • 12 Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Le Seuil, 1975, p. 164-169.

8Depuis la scission de 1948, la CGT et la CGT-FO rejettent l’existence des tendances, tout en tolérant l’expression de désaccords. Les minorités d’extrême-gauche constituent un « élément de décorum démocratique » de FO11. Courants syndicaux, ces minorités présentent des motions d’orientation et disposent de bulletins12. À la CGT, malgré l’existence d’une sensibilité non-communiste et celle plus informelle encore de plusieurs sensibilités communistes, un très fort consensus règne au sein de la plupart des organismes de direction. Les Congrès confédéraux approuvent massivement les orientations proposées, ce qui laisse peu d’espace aux minorités.

  • 13 EP, no 1, octobre 1952.

9Les syndicalistes enseignants reproduisent d’abord les schémas confédéraux. Malgré l’existence de formes de regroupement internes, leurs organisations interdisent les tendances, et les militants réformistes du SNI hésitent à accorder ce droit avant 1946. De leur côté, les unitaires ne manquent pas d’ambiguïtés et leur position varie selon les circonstances. Elle oscille entre l’intérêt d’une minorité et l’hostilité aux tendances, qui exprime peut-être l’influence d’une culture communiste unanimiste et valorisant la discipline d’organisation. À partir de 1952, sous l’influence de Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT, le courant adopte une rhétorique très hostile au système de tendances. Ainsi, ils arguent du fait que les motions d’orientation portent sur des questions très générales, et s’approchent obligatoirement par leur abstraction des considérations politiques. Guilbert, dirigeant unitaire, préconise donc d « écarter les positions uniquement partisanes qui divisent »13 et de construire ensemble le programme syndical, ce qui implique un débat recentré sur les questions corporatives. Les unitaires n’ont rien à gagner à se positionner sur le terrain politique, du fait des scores médiocres du PCF en milieu enseignant.

  • 14 EP, no 8, août-septembre 1956.

10Les majoritaires ne se privent pas de signaler que les discours hostiles aux tendances ne coïncident pas toujours avec les pratiques et ils concentrent leurs critiques sur le paradoxe d’une tendance dénonçant les tendances. En fait, les unitaires tentent de se maintenir sur une ligne de crête entre le refus des tendances cristallisées et le soutien à la reconnaissance des divergences d’opinions. Leur motion d’orientation de 1956 décline une démarche alternative : l’établissement de listes et de motions distinctes constituerait le point d’aboutissement du congrès, et non son point de départ14. Ce schéma permet le dépassement des tendances, sans les interdire. Les unitaires perpétuent ce discours, même lorsque, à partir du milieu des années 1960, ils se structurent dans une véritable tendance, Unité et Action.

L’acceptation des tendances

  • 15 La minorité « Reconstruction » se manifeste entre 1945 et 1961 et son adversaire traditionaliste n’ (...)

11En revanche, d’autres syndicalistes prônent l’adoption d’un système de tendances. Après la Libération, la CFTC apparaît comme la confédération la plus touchée par les divisions internes. Ses deux courants se regroupent autour de bulletins, mais ils sont éphémères et ne bénéficient d’aucune officialisation15. Le débat est relancé en 1957 dans la CGT par Pierre Le Brun, secrétaire confédéral et Léon Rouzaud, dirigeant de l’Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires. Ils présentent la reconnaissance du pluralisme comme une condition fondamentale de la réunification, mais le débat conserve sa dimension théorique puisqu’ils ne s’organisent pas pour autant, restant une simple sensibilité.

  • 16 Laurent Frajerman, L’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement et son activité en France, 1 (...)
  • 17 L’École Émancipée, no 1, 22 septembre 1946.

12Dans le syndicalisme enseignant, on peut repérer des antécédents au système pluraliste. Des sensibilités cohabitent dans le SNI, tandis que sa concurrente, la Fédération Unitaire de l’Enseignement, reconnaît officiellement l’existence des tendances au milieu des années 192016. Depuis 1948, la structuration pluraliste de la FEN constitue un véritable credo de la majorité. Tous les aspects de la vie syndicale prévoient donc la place des tendances ou des courants, sortes de structures syndicales de base. Dans les congrès du SNI figurent des stands de l’École Émancipée, parmi les autres stands (mutuelles, journaux…)17. Les réunions des instances délibératives des syndicats enseignants incluent un horaire pour les réunions des groupes organisés. Au-delà des discours, tous les militants naturalisent ainsi ce fonctionnement. Les congrès consacrent une séance spécifique aux affrontements internes : le débat d’orientation. Parmi les principes démocratiques associés à ce système se trouve la circulation de l’information dans la presse syndicale, par l’intermédiaire de tribunes libres et de la publication obligatoire des motions de congrès et des résumés d’interventions.

13Le système adopté par la FEN est à la fois un principe et une organisation particulière, ce qui suppose d’étudier ses effets sur le fonctionnement syndical.

La prise en compte du pluralisme dans le fonctionnement syndical

Les modalités d’élection des directions

  • 18 Ils obtiennent un tiers des voix et un quart des sièges. Joël Hedde, André Narritsens, Structures e (...)

14Le mode d’élection constitue un outil puissant de l’acceptation ou du refoulement du pluralisme. Le système majoritaire, en vigueur dans toutes les confédérations, réduit la prolifération des groupes. Ainsi, en 1936, le Bureau Confédéral de la CGT est élu sur une liste unique par la commission administrative, après des tractations de sommet. Les rapports de force avaient été mesurés au congrès sur la base du vote de trois questions décisives, mais la place des militants issus de la CGTU est minorée18.

  • 19 Yves Poirmeur, Contribution à l’étude du phénomène des tendances…, op. cit., p. 518 et 521.
  • 20 Henri Aigueperse et Robert Chéramy, Un syndicat pas comme les autres : le SNI, Paris, Martinsart, S (...)

15À l’inverse, le système proportionnel « s’accompagne toujours d’une division en tendances », car il ne pénalise pas leur création19. Il est adopté par le SNI en 1946, à la demande du courant unitaire et de l’École Émancipée. Les unitaires défendent en même temps le panachage, c’est-à-dire la possibilité pour l’électeur de rayer des noms sur la liste choisie et de les remplacer en inscrivant sur leur bulletin de vote des candidats provenant de listes concurrentes. Le panachage présente l’avantage de permettre l’élection de militants minoritaires particulièrement appréciés, quelles que soient leurs convictions. Mais il se heurte à l’opposition de l’École Émancipée, idèle partisane de la proportionnelle intégrale, du fait de sa faible influence et des risques d’intervention extérieure dans ses affaires20.

  • 21 CAMT, PER 11 B, congrès FEN de novembre 1954, 3 novembre a.m., p. 89.
  • 22 EP, no 3, décembre 1954.

16Le courant unitaire veut séparer les questions d’orientation des questions de direction et entend ainsi en 1954 appliquer la lettre des statuts, en présentant une liste de candidats tout en votant pour la motion majoritaire. Féraud, militant École Émancipée, propose alors de modifier les statuts de la FEN, « parce que c’est l’orientation qui est l’étiquette de ces représentants. »21 L’article 5 précise désormais que les listes sont proposées « par les courants syndicaux, qui ont présenté une motion d’orientation au vote du Congrès. »22 Cette modification introduit pour la première fois la notion de courant dans les statuts, achevant l’officialisation du pluralisme interne.

Des directions homogènes ?

  • 23 Laurent Frajerman et André Narritsens, « Fédéralisme et démocratie syndicale : l’exemple de la FEN (...)

17La théorie élaborée par la FEN et le SNI sur le droit de tendance associe celui-ci à un principe : la composition homogène des directions exécutives des syndicats. Conformément au modèle de la démocratie représentative, cette théorie distingue direction de type législatif, qui élabore les grandes orientations syndicales (les tendances ou les courants y sont représentés proportionnellement à leur influence) et direction exécutive, qui les applique au quotidien et impulse l’activité syndicale (les majoritaires se réservent tous les sièges). Cependant, ce modèle ne garantit pas le caractère démocratique de l’organisation de la FEN. Les critères de fonctionnement d’un syndicat diffèrent de ceux d’une société, car c’est une organisation reposant sur le volontariat de ses membres23.

  • 24 Jacques Girault, Instituteurs, professeurs…, op. cit., p. 198.

18L’homogénéité des directions correspond à une tradition du SNI, affirmée pour le bureau national au moment de la réunification de 193524. A la Libération, la place prise par les unitaires dans la Résistance conduit à leur accès aux responsabilités dans tous les syndicats et à la fédération. Paul Delanoue, leur leader, est le numéro deux de la fédération et s’occupe de dossiers clés au SNI. Mais la crise de 1948 radicalise les oppositions internes et conduit à nouveau la majorité à occuper seule les responsabilités. La cohésion de l’équipe dirigeante constitue une motivation forte de l’homogénéité : comment des militants exprimant des divergences profondes pourraient-ils œuvrer efficacement et ensemble au bien commun syndical ? Les unitaires rétorquent qu’ils ont déjà participé à la direction fédérale et qu’ils collaborent à la direction du SNET jusqu’en 1956, sans que les polémiques n’y paraissent insurmontables. D’ailleurs, des bureaux hétérogènes subsistent dans des sections départementales à majorité réformiste. Ces exemples constituent la preuve vivante du caractère circonstanciel de l’homogénéité des exécutifs. Cependant, les minoritaires présents dans un exécutif sont eux aussi pris dans un dilemme : la voie est étroite entre solidarité de l’équipe dirigeante et affirmation de leurs propres idées.

  • 25 EP, no 6, mars 1949 et SNI, Section du Puy-de-Dôme, Bulletin mensuel, no 45, janvier-février 1951.

19Le principe de l’homogénéité mène à une inégalité fondamentale entre les syndiqués, certains n’étant pas jugés dignes de participer à la direction du syndicat, quelle que soit la qualité de leur militantisme. Les tendances sont libres d’exister dans la FEN, mais non égales. Les unitaires considèrent que cela les transforme en « simples figurants », en « adhérents de seconde zone »25. Ce principe transforme la nature du système adopté par la FEN, qui légitime l’isolement des militants unitaires. Réfutant totalement l’homogénéité, ceux-ci ouvrent toujours les directions exécutives qu’ils contrôlent, même si les réformistes déclinent cette offre pour le cas du SNES en 1967.

  • 26 Raymond Barberis « La direction nationale de la CGT dans les années 1950 » in Elyane Bressol, Miche (...)

20En revanche, la composition des directions de la CGT constitue un palliatif au refus des tendances, par l’intégration des sensibilités réformistes et anarcho-syndicalistes, puis chrétiennes. Pierre Le Brun n’est pas écarté de ses responsabilités après avoir manifesté publiquement ses désaccords. Il s’agit d’afficher le respect de la diversité des adhérents, et de démentir les accusations des autres confédérations. Une règle non écrite instaure même une parité entre communistes et non-communistes au Bureau confédéral. Cette démarche reste ambivalente, la promotion de militants personnifiant la diversité de la CGT s’accompagne du souci de conserver une majorité fidèle26. Ainsi, des membres du PCF dirigent la plupart des structures intermédiaires (UD et Fédérations), ce qui les amène à composer plus des trois quart de la Commission administrative… Manquant de militants et de cadres, les minoritaires ne peuvent siéger dans les instances confédérales qu’en contrepartie d’une loyauté minimale. Une telle solution peut s’avérer moins franche, les majoritaires disposant d’une maîtrise suffisante de l’appareil et ayant tout loisir pour se concerter en dehors des instances officielles.

  • 27 Antoine Bevort et Dominique Labbé, La CFDT : organisation et audience depuis 1945, Paris, La Docume (...)

21De son côté, la CFTC proclame régulièrement que « l’organe directeur de la confédération doit refléter aussi fidèlement que possible les différentes sensibilités »27. Mais il faut attendre 1957 pour que la minorité « Reconstruction » qui promeut la déconfessionnalisation de la confédération partage les responsabilités nationales avec la majorité. Cependant, on n’y théorise pas l’hétérogénéité, qui apparaît comme le produit d’une évolution des rapports de force au profit de l’ancienne opposition. Paradoxalement, les exécutifs sont homogènes dans la FEN et hétérogènes dans plusieurs confédérations. Il est donc difficile d’établir quel syndicat prend le plus en compte ses minorités…

Les conséquences pour l’activité syndicale

22Le degré de prise en compte du pluralisme interne rejaillit-il sur l’activité syndicale ? Cette question se pose à propos des modalités du débat interne et de la question épineuse de l’unité syndicale.

Quelle influence sur le type de débat interne ?

23La critique unitaire la plus pertinente du système de la FEN repose sur la limitation de l’initiative individuelle. Les syndiqués sont appelés à se ranger dans un groupe prédéfini, en laissant le soin de décider à ses chefs. Effectivement, dans la FEN, les décisions sont prises lors de l’élaboration de la motion majoritaire et les directions syndicales concentrent l’essentiel des pouvoirs par ce biais. Dans les congrès, les militants qui se reconnaissent globalement dans les orientations majoritaires ne peuvent les contester sur un point précis, en votant un amendement. En effet, la possibilité d’amender n’existe que si un texte unique sert de référence au débat. Or, le système FEN organise la confrontation entre plusieurs textes, avec un seul vote sur leur intégralité. Cependant, des garde-fous existent : les congrès votent des motions particulières. Leur nombre ne dépasse pas la dizaine dans la FEN (motion corporative, coloniale, pédagogique…), mais atteint la cinquantaine dans ceux du SNES et du SNET, ce qui permet la discussion d’une large palette de motions portant sur des points très précis.

  • 28 Motion unitaire. EP, no 10, août-septembre 1960.
  • 29 L’École Libératrice, no 17, 5 février 1948.
  • 30 Guy Coq, « L’autonomie est-elle une stratégie ? », Projet, no 149, novembre 1980, p. 1082.

24L’organisation interne de la FEN permet aux minorités de s’exprimer, mais pas de participer à l’élaboration de l’action syndicale. Les unitaires dénoncent les « partis pris qui découragent toute étude personnelle par l’approbation ou la réprobation systématique »28. Mais ce résultat peut être atteint par d’autres voies, et Aigueperse rétorque que les votes étaient également bloqués et le résultat « connu d’avance » dans les instances de la CGT avant la scission29. Quelle qu’en soit l’origine (l’officialisation du pluralisme ou l’existence d’un conflit interne), les débats de la FEN abondent en discussions stéréotypées. Des observateurs évoquent une « sclérose du débat syndical »30.

  • 31 Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Éd Complexe, 1995.

25L’officialisation du pluralisme implique un type de militantisme plutôt interne, car elle prépare efficacement aux techniques de manipulation des débats et prédispose les militants à assister à de nombreuses réunions. Elle s’avère moins performante pour un syndicat, qui souhaite tourner son énergie vers l’extérieur, dans un travail de terrain porté par l’unité de l’organisation. Dans les confédérations, les débats internes sont peu publicisés et réservés aux dirigeants, moins rebutés par leur expression. Ces divergences touchent rarement les adhérents, sauf dans les périodes de crise (invasion de la Hongrie par l’armée soviétique en 1956 pour la CGT31, scission de la CFTC en 1964).

  • 32 EL, no 13, 25 mars 1946.

26Au contraire, la base de la FEN se compose d’enseignants, habitués à la confrontation d’idées. Les discussions théoriques sur l’orientation auxquelles elle se livre s’expliquent sans doute par le rapport à l’abstraction entretenu par ses membres. Ainsi l’unitaire Paul Delanoue dénonce les « débats académiques sur "l’orientation" » des congrès du SNI32. L’officialisation du pluralisme dans la FEN proviendrait donc de son caractère d’organisation réservée aux couches moyennes intellectuelles.

Les formes organisationnelles ont-elles un effet sur la division syndicale ?

27Les syndicats partagent une culture unanimiste, leur objectif étant de rassembler sur des bases larges. La reconnaissance officielle du pluralisme contribue-t-elle à accentuer ces conflits, ou au contraire les désamorce-telle ?

  • 33 Jean-Louis Robert, « 1921 : la scission fondatrice ? », Le mouvement social, no 172, juillet-septem (...)

28En 1921 dans la CGT, la cristallisation des désaccords en tendances et la division de la presse syndicale approfondissent les dissensions. C’est une des explications de la scission : « Désormais chaque événement est analysé par les uns et les autres selon une lecture où la nocivité de l’autre prend une place centrale […] il n’y a plus de capacité d’assumer ensemble ces divergences. »33 Les unitaires de la FEN reprochent aux autres courants de se satisfaire des divisions internes du syndicalisme, sans chercher à les dépasser.

  • 34 EP, no 5, février 1960.
  • 35 EP, no 7, avril-mai 1949.

29Les dirigeants de la FEN déduisent de l’« histoire même des scissions syndicales » que la scission se produit, « lorsqu’une tendance n’a pas pu s’exprimer ou a été brimée »34. En pleine guerre froide, le syndicalisme enseignant constitue un des seuls lieux de rencontre institutionnelle entre militants communistes et socialistes. La reconnaissance du pluralisme interne apparaît comme le prix de cet exploit. Mais grâce à sa fonction de substitut à la concurrence externe, elle vise plus à assurer la cohabitation qu’à créer un consensus, la FEN étant devenue un terrain de confrontation entre deux cultures militantes. Alors que les unitaires ne cessent de critiquer ses actes, le courant autonome (majoritaire) se montre dominateur, en prétendant au monopole d’expression dans le milieu enseignant. Le courant unitaire est la cible principale, puisque la majorité accepte de présenter des motions d’orientation communes avec les courants FO et EE. L’anticommunisme justifie ces convergences tactiques, Kreisler, dirigeant du SNES, écrit en 1949 : « En un certain sens, s’il existe quelque part un rideau de fer, il passe aussi à l’intérieur de la FEN. »35

30La FEN limite le champ d’action des tendances et des courants à l’exercice de la liberté d’expression, au débat théorique. La majorité tente ainsi de s’arroger le monopole de l’action syndicale concrète et exige l’application par tous de ses décisions. Le climat interne est marqué par des polémiques incessantes, qui affaiblissent le syndicat. Ces heurts produisent aussi une culture du débat et constituent paradoxalement des soupapes de sécurité, qui canalisent l’hostilité entre courants. D’autant que les militants observent globalement un code de bonne conduite impliquant l’absence d’attaques personnelles. La séparation systématique des militants en camps prédéfinis rejaillit sur les contacts humains : la fraternité se situe plus au niveau des courants qu’à celui de l’ensemble du syndicat. Les courants cohabitent dans la FEN, plus qu’ils ne vivent en symbiose. En revanche, la base se montre peu sensible à cet aspect, l’identité essentielle reste celle du syndicat. Ce facteur contraint la minorité à respecter l’unité de l’organisation.

Conclusion

  • 36 Guy Caire, Les syndicats ouvriers, Paris, PUF, 1971, p. 404.
  • 37 René Mouriaux, Les syndicats dans la société, op. cit., p. 37.

31Pouvons-nous affirmer qu’un syndicat soit plus démocratique qu’un autre, notamment grâce à une forme précise d’organisation interne ? Difficilement, car la démocratie dépend autant des pratiques, de l’existence de démocrates, que des institutions, des règles statutaires, notamment dans le cas d’une structure reposant sur le volontariat. « La nature de la démocratie syndicale ne dépend pas de structures formelles telles que définies par des statuts ou règlements puisque, à partir de structures semblables, des modes de fonctionnement très différents peuvent être observés. »36 René Mouriaux note que le débat sur le pluralisme « pose fondamentalement la question de la démocratie en termes de consensus. Jusqu’où les divergences entre membres d’une même organisation sont-elles compatibles ? »37 L’acceptation de l’altérité idéologique paraît essentielle. Elle varie dans le mouvement syndical selon le contexte. Par exemple, les exclusions prononcées par les confédérations au nom du refus du travail fractionnel se sont multipliées après 1968, en réaction au développement de l’extrême-gauche.

32On constate que le monolithisme conduit à restreindre les débats aux cercles dirigeants, traversés par des sensibilités concurrentes. L’acceptation des tendances et des courants dans la FEN conduit à élargir le cercle des syndiqués sensibilisés aux divergences internes. Mais le courant majoritaire dispose d’une hégémonie suffisante pour intégrer le moins possible les analyses minoritaires dans ses raisonnements. Si l’acceptation du pluralisme résout la question de la représentation des minorités, leur prise en compte réelle s’avère plus délicate, et rien n’interdit d’imaginer qu’elle soit plus forte dans un système moins libéral en théorie, par exemple, lorsque la majorité de la CGT ressentait le besoin d’améliorer son image en ouvrant ses directions.

33La solution élaborée par la FEN se base sur le triptyque officialisation du pluralisme, élections proportionnelles sur liste et homogénéité des exécutifs. Ces trois éléments y sont indissociables, ce qui n’exclut pas la possibilité d’autres combinaisons. D’un côté, ce système accorde une liberté d’expression et d’organisation suffisante à la principale minorité pour pallier le risque bien réel d’une scission de sa part. De l’autre, il organise l’isolement de ce courant, en le privant de responsabilités et de moyens d’action autonomes.

34À l’opposé, les unitaires promeuvent le modèle cégétiste et recherchent un équilibre entre leur refus théorique des tendances et le besoin concret de garanties pour leur minorité. Ils souhaitent maintenir un espace pour une action syndicale hors des tendances, par le biais de rassemblements originaux (comme en 1957, leur participation avec des majoritaires à une liste hors tendances en Seine-et-Oise), des candidatures individuelles et du panachage lors des élections. Disposant de la masse critique suffisante pour créer leur propre syndicat, ils comptent pour assurer leur existence moins sur des garanties statutaires que sur le rapport de force.

  • 38 Marie-France Galand, Les militantes du SNI-PEGC de 1945 à 1981, thèse de troisième cycle d’histoire (...)
  • 39 Devenue par la suite l’UNSA-Éducation. L’Enseignant, no 20, 10 avril 1993.

35Paradoxalement, en un demi-siècle, les positions se sont inversées dans le syndicalisme enseignant, justifiées par des arguments identiques, mais à front renversé. Dès la fin des années 1970, les militants majoritaires du SNI déplorent l’application concrète de l’officialisation du pluralisme, tout en se montrant favorables à son principe38. Depuis la scission de 1992, les statuts de la FEN ne reconnaissent plus les tendances39, alors que la nouvelle Fédération dirigée par le courant Unité et Action, la FSU, confirme leur existence. Force est alors de constater la place des considérations tactiques et le fait que l’officialisation des tendances et des courants ne constitue pas l’unique perspective offerte au syndicalisme dans la gestion de son pluralisme.

Fonds FEN, 3 BB 15, Archives nationales du monde du travail : Le manifeste pour l’Unité de la FEN. L’Enseignement Public d’octobre 1973

Fonds FEN, 3 BB 15, Archives nationales du monde du travail : Le manifeste pour l’Unité de la FEN. L’Enseignement Public d’octobre 1973

Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.

Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.

Journal relié par agrafes, 21 x 30 cm (16 pages)

Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.

Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.

Journal relié par agrafes, 21 x 30 cm (16 pages)

Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.

Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.

Journal relié par agrafes, 21 x 30 cm (16 pages)

Notes

1 Guy Caire et Thomas Lowit, « Syndicalisme », Encyclopedia Universalis.

2 Motion Bonissel-Valière et appel Pour un mouvement syndical uni et démocratique. L’Enseignement Public, no 27, avril 1948, et no 1, octobre 1957.

3 Laurent Frajerman, L’interaction entre la Fédération de l’Éducation Nationale et sa principale minorité…, op. cit.

4 Cf. par exemple Bertrand Geay, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, 1997.

5 Yves Poirmeur, Contribution à l’étude du phénomène des tendances dans les partis et les syndicats : le cas français, thèse d’État de sciences politiques, université d’Amiens, 1987, p. 35-36.

6 Pierre Bourdieu, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 36/37, février-mars 1981, p. 4.

7 Jean Charles, « À propos de la scission syndicale de 1921 », Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, Éditions ouvrières, 1976, p. 62-63.

8 Peter M. Arum, « Du syndicalisme révolutionnaire au réformisme : Georges Dumoulin (1903-1923) », Le mouvement social, no 87, avril-juin 1974, p. 58-59.

9 Maurice Labi, La grande division des travailleurs. Première scission de la CGT, 1914-1921, Paris, Éditions ouvrières, 1964, p. 135 et p. 173-174.

10 Antoine Prost, La CGT à l’époque du front populaire, 1934-1939, essai de description numérique, Paris, Armand Colin, 1965, p. 136.

11 René Mouriaux, Les syndicats dans la société française, Paris, FNSP, 1983, p. 37.

12 Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Le Seuil, 1975, p. 164-169.

13 EP, no 1, octobre 1952.

14 EP, no 8, août-septembre 1956.

15 La minorité « Reconstruction » se manifeste entre 1945 et 1961 et son adversaire traditionaliste n’apparaît que de 1956 à 1964. Frank Georgi, L’invention de la CFDT, 1957-1970 : syndicalisme, catholicisme et politique dans la France de l’expansion, préface d’Antoine Prost, Paris, Éd de l’Atelier/CNRS Éditions, 1995, p. 25.

16 Laurent Frajerman, L’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement et son activité en France, 1919-1932, maîtrise d’histoire, université de Paris-IV, 1992.

17 L’École Émancipée, no 1, 22 septembre 1946.

18 Ils obtiennent un tiers des voix et un quart des sièges. Joël Hedde, André Narritsens, Structures et démocratie, questions essentielles au fil de l’histoire de la CGT, Brochure ICGTHS, mars 2006.

19 Yves Poirmeur, Contribution à l’étude du phénomène des tendances…, op. cit., p. 518 et 521.

20 Henri Aigueperse et Robert Chéramy, Un syndicat pas comme les autres : le SNI, Paris, Martinsart, SUDEL, 1990, p. 368. Si un petit nombre de délégués appartenant à un autre courant s’entendait pour mettre en avant dans sa liste d’autres noms, cela empêcherait l’élection des leaders de l’EE. CAMT, PER 11 B, sténotypie du congrès FEN de 1949, samedi 12 matin, p. 40-41.

21 CAMT, PER 11 B, congrès FEN de novembre 1954, 3 novembre a.m., p. 89.

22 EP, no 3, décembre 1954.

23 Laurent Frajerman et André Narritsens, « Fédéralisme et démocratie syndicale : l’exemple de la FEN et de la CGT », in René Mouriaux et Jean Magniadas (dir.), Le syndicalisme au défi du XXIe siècle, Paris, Syllepse, 2008, p. 63-77.

24 Jacques Girault, Instituteurs, professeurs…, op. cit., p. 198.

25 EP, no 6, mars 1949 et SNI, Section du Puy-de-Dôme, Bulletin mensuel, no 45, janvier-février 1951.

26 Raymond Barberis « La direction nationale de la CGT dans les années 1950 » in Elyane Bressol, Michel Dreyfus, Joël Hedde, Michel Pigenet (dir.), La CGT dans les années 1950, Rennes, PUR, 2005, p. 233.

27 Antoine Bevort et Dominique Labbé, La CFDT : organisation et audience depuis 1945, Paris, La Documentation française, 1992, p. 47.

28 Motion unitaire. EP, no 10, août-septembre 1960.

29 L’École Libératrice, no 17, 5 février 1948.

30 Guy Coq, « L’autonomie est-elle une stratégie ? », Projet, no 149, novembre 1980, p. 1082.

31 Michel Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Éd Complexe, 1995.

32 EL, no 13, 25 mars 1946.

33 Jean-Louis Robert, « 1921 : la scission fondatrice ? », Le mouvement social, no 172, juillet-septembre 1995, p. 106.

34 EP, no 5, février 1960.

35 EP, no 7, avril-mai 1949.

36 Guy Caire, Les syndicats ouvriers, Paris, PUF, 1971, p. 404.

37 René Mouriaux, Les syndicats dans la société, op. cit., p. 37.

38 Marie-France Galand, Les militantes du SNI-PEGC de 1945 à 1981, thèse de troisième cycle d’histoire, A. Prost (dir.), université de Paris-I, 1987, p. 193.

39 Devenue par la suite l’UNSA-Éducation. L’Enseignant, no 20, 10 avril 1993.

Table des illustrations

Titre Fonds FEN, 3 BB 15, Archives nationales du monde du travail : Le manifeste pour l’Unité de la FEN. L’Enseignement Public d’octobre 1973
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.
Légende Journal relié par agrafes, 21 x 30 cm (16 pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.
Légende Journal relié par agrafes, 21 x 30 cm (16 pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fonds FEN, PER 265, Archives nationales du monde du travail : Bulletin Unité et Action du 23 janvier au 11 février 1987, imprimé.
Légende Journal relié par agrafes, 21 x 30 cm (16 pages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 545k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search