Version classiqueVersion mobile

La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992)

 | 
Françoise Bosman
, 
Jean-François Chanet
, 
Laurent Frajerman
, 
et al.

Deuxième partie : La FEN face aux enjeux éducatifs

Résumé des débats de la deuxième séance

Texte intégral

1Jacques Rouyer,

2Ancien secrétaire général du SNEP

3Quelques réactions à propos de l’intervention de Michaël Attali. La grève du SNEP du 27 janvier 1983 est présentée partiellement comme une initiative hostile à la FEN. Or, le budget prévoyait une réduction massive de postes (de 1200 à 240), la réaction revendicative normale et saine était de lancer une action de grève ! Qu’on ait pu signaler l’inertie de la FEN n’est pas anormal. Je vous rappelle qu’on était face à un gouvernement de gauche uni. On pourrait relever, à l’inverse, le mérite de l’indépendance syndicale d’avoir lancé une grève en expliquant que le syndicat voulait mettre en œuvre les objectifs de changement du gouvernement. Qu’au passage il y ait eu le coup de patte contre la FEN, c’était de bonne guerre, mais vraiment secondaire. L’essentiel était de réussir une grève, en janvier 1983 (il n’y en a pas beaucoup qui l’ont fait), sans s’opposer pour autant aux changements programmés par la gauche.

4Il n’y a pas que le SNEP et le SNEPS dans le rapport à l’éducation physique. Le SNI PEGC a compté pour beaucoup dans les conceptions et les questions corporatives. Dans une négociation avec Soisson, un représentant du SNI PEGC venait défendre les PEGC bivalents, ce qui était perçu par nos collègues comme un coup de poignard dans le dos. Pour moi la FEN était plutôt un frein qu’un atout dans la bagarre de la démocratisation. Elle a notamment hésité sur la question des CAS (Centres d’animation sportive), et sur la loi Mazeaud… Il faut rappeler qu’au moment où cette loi Mazeaud se discutait, se tenait la négociation sur le statut des professeurs adjoints, conçu par les gouvernants comme un corps permettant de liquider le professorat.

5Quelle a été la pensée de la FEN sur la question de l’éducation physique ? Je pourrais presque faire des reproches semblables à mes camarades du SNES qui ont souvent été solidaires de nos positions, mais sans forcément y adhérer sur le fond. La FEN soutient une vieille position favorable à une animation sportive sympathique (songeons à Lucet, à la Ligue de l’Enseignement), avec une vision de l’éducation sportive qui était aussi extrascolaire, et en même temps un discours corporel très abstrait sur une éducation psychomotrice. La pratique d’une animation sportive sans enseignants (ou avec peu d’enseignants) se conjugue à un discours peu appliqué. C’est en réaction que nous avons développé l’idée d’un enseignement avec un contenu exigeant et apportant des connaissances précises, aussi bien dans le domaine du sport que de la danse.

6Louis Astre

7Parler de fédération-cartel est trop schématique, y compris pour les questions existentielles des syndicats d’enseignants auxquels l’unité de la FEN a assuré une exceptionnelle représentativité. Que leurs divergences s’expriment n’est ni aberration ni impuissance ! J’ai souvenir en 1953 des responsables du SNES, qui votent contre le rapport d’activité du bureau fédéral sans être chassés de la majorité, ni du bureau. Adhérant dès 1945 au SNES, j’ai accédé en 1949 à des responsabilités nationales au syndicat et à la FEN, puis en 1961, comme secrétaire général du SNET, j’ai accédé au bureau fédéral. J’ai durant ces temps connu divergences, conflits, mais aussi avancées. J’ai particulièrement souvenir d’échanges passionnants avec Jeanne Lordon, responsable pédagogique du SNI, en recherche de convergences SNES, SNET, SNI sur le projet Langevin Wallon. Nous avancions ! Aux Assises pour l’Université Nouvelle en octobre 1968 Jeanne dénonçait la limitation à 16 ans imposée par la droite et revendiquait la scolarité obligatoire à 18 ans afin d’assurer une formation complète aux enfants du peuple : « Il faut intégrer dans l’éducation toute la dimension de préparation au travail » À Pâques 1966 avec la fusion SNET/SNES je visais l’osmose entre enseignements technique, moderne et classique, mais aussi la convergence des stratégies éducatives dans la FEN. Et le congrès fédéral de novembre a permis sur ce terrain pédagogique un vrai premier pas.

8Louis Weber

9Ancien président de l’institut de recherches de la FSU

10Je confirme que la question récurrente du cartel et de l’organisation unitaire a existé dès l’origine à la FSU. J’ai personnellement été frappé par la rapidité avec laquelle, après les quelques premiers mois d’euphorie suite aux premiers succès aux élections professionnelles, ces problèmes sont réapparus au sein de la FSU, en tout cas entre les principaux syndicats dans l’ordre numérique. J’ajoute que j’ai l’impression, qui demande à être confirmé, d’une amélioration, ce qui me permet de revenir à la centralité de la question de la formation des maîtres. On peut sans doute penser que les changements importants intervenus en 1989 dans les modalités de recrutement vont peu à peu résorber cette différence de culture, donc vont améliorer les rapports entre les syndicats.

11Je veux prolonger la réflexion sur le risque d’enfermement franco-français. Dans ma carrière syndicale internationale, j’ai pu vérifier que le nœud d’un certain nombre de difficultés – le fameux cycle moyen entre 11 et 15 ans – n’était pas qu’un problème français. C’était un problème à l’échelle de l’Europe qui a été résolu de façons différentes selon les traditions nationales, et selon les formes d’organisation syndicale. Dit de façon un peu abrupte, dans les pays où les syndicats enseignants appartenaient à des confédérations assez fortes, elles ont poussé aux fusions syndicales, ce qui a permis, au moins en apparence, de dépasser ces problèmes. On peut donc interroger le rapport entre l’autonomie de la FEN et la forte prégnance de ces affrontements culturels, organisationnels, etc.

Fonds FEN, 2 HH 1, Archives nationales du monde du travail : Tribune du congrès de 1969 de la FEN.

Fonds FEN, 2 HH 1, Archives nationales du monde du travail : Tribune du congrès de 1969 de la FEN.

Tirage photographique noir et blanc, 12,5 x 17,5 cm.

Table des illustrations

Titre Fonds FEN, 2 HH 1, Archives nationales du monde du travail : Tribune du congrès de 1969 de la FEN.
Légende Tirage photographique noir et blanc, 12,5 x 17,5 cm.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search