Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992)

 | 
Françoise Bosman
, 
Jean-François Chanet
, 
Laurent Frajerman
, 
et al.

Deuxième partie : La FEN face aux enjeux éducatifs

Chapitre 6. La formation des maîtres du second degré (1967-1973) : un enjeu déterminant dans la FEN1

Alain Dalançon

Texte intégral

  • 1 Le contenu de cet article a été substantiellement développé dans notre Histoire du SNES, Les année (...)
  • 2 Nous rejoignons Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ?, Paris, Folio, 2005.

1Nous plaidons pour une histoire syndicale du syndicalisme partant de l’analyse de cinq domaines indissolublement liés à ses fonctions : représentativité, revendications, actions, négociations, résultats2. L’esquisse qui suit essaie d’en donner un exemple. Une telle approche ne saurait bien sûr ignorer le contexte des diverses conjonctures et structures de la société globale. Loin de se refermer sur une histoire intérieure de l’institution syndicale, elle vise au contraire à comprendre comment le syndicalisme s’adapte à toutes ces données externes et cherche à influer sur elles, ce qui a des répercussions sur ses structures et ses méthodes de fonctionnement.

« La formation des maîtres : une affaire déterminante »3

  • 3 Titre d’un article de Guy Georges, L’École libératrice, no 5, 9 octobre 1970.
  • 4 Analysée de façon différente : pour simplifier, crise de civilisation pour les uns, crise du capit (...)

2La formation des maîtres s’est toujours située au carrefour d’enjeux décisifs, dans la mesure où dépend d’elle la reproduction du système éducatif, dont les enseignants sont les agents principaux, et celle des structures syndicales qui lui correspondent. Nous avons choisi de l’étudier dans le cadre de la FEN, entre 1967 et 1973, pour deux raisons. D’une part, la formation des maîtres cristallisa des divergences fondamentales dans la fédération, sur trame d’enjeux de pouvoir et de choix de modèle syndical. D’autre part, elle fut au cœur des débats sur la nature des réformes de l’École et partant au centre des programmes revendicatifs syndicaux, à l’heure où, sur fond d’enjeux politiques touchant à un choix de société, le système éducatif français était en train de vivre une « révolution copernicienne » et apparaissait affecté par une « crise » aux yeux de tous4.

  • 5 Entre 1958 et 1974, les effectifs d’élèves ont été multipliés par 2,5 pour le 1er cycle, par 2, 3 (...)
  • 6 Viviane Isambert-Jamati, « Brève histoire d’une notion incertaine », Cahiers pédagogiques, no 107, (...)
  • 7 Voir la distinction faite par Jean-Pierre le Goff dans le no 4 de Nouveaux regards, « Mai 68 et l’ (...)

3« L’explosion scolaire » dans le second degré continuait d’être spectaculaire5. Cependant toutes les enquêtes démographiques et sociologiques démontraient que l’École continuait de reproduire les inégalités sociales et culturelles, de sorte que sa « démocratisation » devenait une notion un peu plus « incertaine »6 et était sérieusement mise en cause, surtout après 68, en particulier par les gauchismes néo-marxistes et culturels7. Pour la majorité des syndicalistes, qui continuaient à défendre cet objectif, tout en étant conscients du poids considérable des facteurs sociaux et culturels dans la réussite scolaire, il fallait le rendre crédible, à travers un projet cohérent de réforme démocratique de l’École.

4Le changement d’échelle du système éducatif, dont le centre de gravité se déplaçait du premier degré vers le 1er cycle du second degré, contenait en lui-même toute une série de questions décisives : comment concilier enseignement de qualité et de masse, enseignement et éducation, culture commune et ouverture de l’école sur la vie et préparation à la profession… ? Cela posait une série de problèmes quant au cursus et aux contenus des études, à « l’égalité des chances » et à l’orientation des élèves, à la carte scolaire, aux débouchés, aux normes d’apprentissage, à la portée de l’innovation pédagogique… et au recrutement des maîtres.

  • 8 50 % des personnels de type lycée avaient moins de 35 ans au 1er janvier 1975 ; les femmes étaient (...)

5Qu’est-ce que la fonction enseignante ? Combien et quels maîtres pour quelle école ? Autant de questions qui résumaient l’essentiel de la problématique, aussi bien pour les syndicats que pour les gouvernants. Suivant les options fondamentales retenues, les solutions proposées pour réformer la formation des maîtres du second degré divergeaient. Tout différait : le rôle de l’enseignement supérieur, l’équilibre entre formation théorique et formation pédagogique, entre formation initiale et formation permanente, la place des sciences de l’éducation, de la psychopédagogie et de la recherche pédagogique, la monovalence ou la bivalence, l’existence et la nature de pré recrutements, la durée de la formation initiale, le niveau des concours de recrutement… Les enjeux ne concernaient pas que la démocratisation de l’enseignement : ils avaient aussi une dimension corporative essentielle, dont dépendait la revalorisation de la fonction d’un corps enseignant qui, lui aussi, était affecté par des évolutions marquantes. Plusieurs phénomènes le caractérisaient alors : son augmentation plus rapide que celle des effectifs scolarisés, la diversité persistante des catégories – dont l’auxiliariat – avec l’augmentation des enseignants titulaires de type lycée dans les lycées et collèges, sa jeunesse et sa féminisation8.

  • 9 L’association des journalistes universitaires estimait en 1973 que le débat avait concerné jusqu’a (...)
  • 10 Voir Les partis devant l’École, op. cit.
  • 11 Une 2e édition des propositions du PCF, « Pour une réforme démocratique de l’École », fut publiée (...)

6S’ajoutaient des enjeux de représentativité entre syndicats concurrents mais aussi à l’intérieur de la FEN, chacun de ses syndicats nationaux (SN) cherchant à protéger ses territoires de souveraineté d’une colonisation par l’autre. Enfin, les syndicats n’étaient pas seuls à proposer des réformes de l’éducation. Jamais autant d’experts ne s’étaient penchés au chevet de l’institution scolaire9 ; les lycéens et les parents s’en mêlaient. La réforme de l’École devenait un élément de chaque projet politique10 et, à gauche, le Parti communiste possédait au départ une longueur d’avance11. Les syndicats de la FEN ne pouvaient donc plus se contenter d’exercer leur pression sur le seul ministère ; ils devaient tenir compte de ces nouveaux participants aux débats, sans leur imposer que « charbonnier doit rester maître chez soi », tout en défendant l’autonomie professionnelle des enseignants. Équilibre difficile à tenir à une époque où les opinions sur les « profs » étaient en train de se cristalliser.

7À partir des cinq caractères fondamentaux du syndicalisme évoqués plus haut, nous nous proposons de centrer la problématique sur trois séries de questions :

  • Quelle était la nature et l’ampleur des divergences dans la FEN sur la formation des maîtres ? Pouvait-elle concilier les programmes revendicatifs de ses SN, fédérer leurs actions, négocier à leur place ? Ce qui renvoyait à sa nature : fédération ou cartel ?
  • Quel rôle ces divergences ont-elles joué dans l’histoire de la FEN, entre le triple tournant de 1966-196712 et le congrès du « manifeste » de 1973 ?
  • La FEN et ses SN ont-ils pu influer sur la réforme de la formation des maîtres, en cherchant à faire avorter ou à infléchir les projets ministériels, tout en essayant de faire prendre en compte leur programme par les partis de la gauche et le Programme commun ?

8La réponse à ces questions nécessite d’être attentif à la chronologie au cours de cette période charnière. On peut repérer grossièrement trois temps : l’année 1967 permet de situer les positions des différents acteurs syndicaux dans la FEN ; après les événements de Mai juin, dans le cadre des commissions instituées par Edgar Faure, les positions ne réussirent pas à se rapprocher malgré des évolutions marquées ; au début des années 1970, elles se différencièrent de plus en plus nettement.

Le point sur un vieux terrain de débats dans la FEN

9En 1967, vingt ans après la publication du Plan Langevin-Wallon, les syndicats de la FEN, notamment les deux plus importants, le SNI et le SNES, en dépit de leur fidélité proclamée à ce texte sacré, l’interprétaient toujours différemment. S’ils s’accordaient sur une même durée de 4 années de formation (licence, plus une année de formation professionnelle), de tous les maîtres de la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans, en revanche, ils étaient en désaccord sur les étapes de réalisation de cet objectif et sur la distinction entre maîtres des matières communes et de spécialités qui devait intervenir au 2e cycle d’orientation du premier degré, de 11 à 16 ans. Il fallait pourtant dépasser les vieux affrontements entre « primaires » et « secondaires » pour répondre aux défis de « l’explosion scolaire ». Le SNI et le SNES cherchaient donc à affiner un projet de réforme de l’École laïque, dont l’élargissement du recrutement populaire des maîtres et leur formation constituaient le pivot, permettant la démocratisation du système éducatif, afin de concourir à celle de la société, et également, de façon indissociable, de revaloriser la fonction enseignante (carrières, rémunérations, conditions d’emploi et de travail). Un tel programme revendicatif correspondait aux attentes de la masse des enseignants, qui avaient le sentiment que leur mission était mal reconnue, qu’ils soient instituteurs ou professeurs.

10Le SNI avait compris que l’ordre primaire, sur lequel s’étaient fondées l’identité et la puissance du syndicat, se rétrécissait au 1er degré élémentaire. Fort du succès des cours complémentaires, il revendiquait que les instituteurs, prototypes selon lui des maîtres des matières communes du Plan Langevin-Wallon, puissent intervenir jusqu’à la fin du 1er cycle du 2nd degré, qui correspondait à celle de la scolarité obligatoire, décrétée à 16 ans en 1959 et devenue réalité en 1967. Il repoussait donc toute rupture entre école élémentaire et cycle d’orientation – en insistant sur la nécessité de la 6e commune – et toute cassure du corps des instituteurs. Il demandait en conséquence un allongement de leur durée de formation à bac + 2, mais toujours dans les Écoles normales, modèle de recrutement populaire dès la seconde. Ainsi était justifiée l’urgence de la revalorisation des instituteurs (qualification ouvrant droit à des échelles indiciaires plus élevées et 27 h de service hebdomadaire), qui marquerait la reconnaissance que la Nation devait accorder à la noblesse de leur mission.

  • 13 Le point 5 de sa déclaration finale concernant la formation des maîtres est in extenso le suivant  (...)

11La nouvelle majorité Unité et Action du nouveau SNES ne se sentait pas moins responsable de cette démocratisation. Le grand chantier qui s’offrait au pays, à l’heure du développement accéléré des sciences et techniques, résidait dans l’unification d’un second degré de qualité (fin des filières ségrégatives du 1er cycle de la réforme Fouchet), son accessibilité à tous les enfants, son développement accompagné de la promotion des enseignements techniques. Le SNES approuvait la continuité entre école élémentaire et second degré, la 6e commune étant une « étape seulement qualitativement nouvelle » ; il insistait surtout sur la continuité des deux cycles du second degré, grâce à une véritable orientation, dans la perspective d’une prolongation rapide de la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans. Pour lui, comme pour le SNI, il fallait des maîtres plus nombreux, mieux formés. Mais s’il admettait des étapes pour l’unification de la formation de tous les maîtres, en proposant d’allonger celle des instituteurs à bac + 3, en revanche, il revendiquait pour tous ceux du second degré une formation monovalente à bac + 4 (niveau maîtrise, en raison de l’affaiblissement de la licence Fouchet), plus une année de formation pédagogique dans des centres de formation universitaires intégrant IPES (Instituts de préparation aux enseignements de second degré) et anciennes ENI. Lui aussi liait l’amélioration de la formation des maîtres à la revalorisation de la fonction enseignante, en demandant la fin de l’auxiliariat et l’alignement progressif de la situation de tous les maîtres du second degré sur celle des agrégés (indices de traitement et 15 h de service hebdomadaire) et l’abaissement des effectifs par classe (25 élèves), condition centrale de l’amélioration des conditions de travail des maîtres et des élèves. Ce projet cohérent, synthétisant près de vingt années de réflexions, répondait à la question essentielle alors posée, celle de l’unification du recrutement des maîtres du second degré et de leur niveau de qualification. Il avait été élaboré un an avant le colloque d’Amiens, dont la déclaration finale esquivait la réponse à cette question qu’il avait pourtant posée13.

12Au congrès de la FEN de novembre 1967, la formation des maîtres fit l’objet d’un débat intense, mais il fut impossible de trouver une synthèse entre les positions des deux principaux syndicats et des deux principales tendances (autonome et Unité et Action). Les thèses du SNI l’emportèrent. Chacun savait pourtant que le gouvernement préparait la création d’un nouveau corps de professeurs de collège recruté à bac + 3, perspective que le SNI et le SNES combattaient mais pour des raisons différentes.

13Lors du colloque du Comité national d’action laïque (CNAL) de décembre 1967, Jeanne Lordon, secrétaire pédagogique du SNI, montra que son syndicat ne s’accrochait pas à des positions conservatrices, en précisant qu’« un pas décisif, la participation de l’enseignement supérieur à la formation de tous les maîtres doit être franchi, si l’on veut marquer un progrès vers la licence pour tous ». La déclaration finale réaffirma la nécessité « de la licence pour tous les enseignants jusqu’au niveau scolaire de 18 ans », mais reprit à la virgule près les positions du congrès du SNI pour la formation des instituteurs. La déclaration fut néanmoins publiée dans L’Université Syndicaliste, et Jean Petite, secrétaire pédagogique du SNES, établit un état des « convergences et des points de discussion » avec le SNI. Les positions s’étaient-elles donc rapprochées ? Ou n’était-ce qu’une façon pour le SNES de faire « front sur l’essentiel », dans la perspective de lancer une grève en février-mars, après la tenue, juste avant le colloque du CNAL, de ses premiers « États généraux du second degré » où tous les partis de gauche seraient présents ?

Des rapprochements après 68 ?

  • 14 L’École émancipée connut une scission juste après Mai juin 68 : les trotskistes lambertistes const (...)
  • 15 Votée le 18 novembre, son article 1 précise : « Elles [les universités] forment les maîtres de l’E (...)

14Après la secousse de mai-juin 68, les syndicats de la FEN furent encore plus convaincus que la formation des maîtres était la clé de voûte de tout « changement ». Ils considéraient que pouvait s’ouvrir pour le système éducatif français une phase comparable à celle des années 1880. Mais ce qui avait été obtenu au premier stade des négociations en juin et juillet ne permettait pas de répondre à cet objectif. Au cours des négociations ouvertes par Edgar Faure, il leur fallait transformer espoirs et promesses en engagements financés en s’appuyant sur leur représentativité acquise – et malgré tout confirmée -, en dépit des critiques des deux branches rivales de l’École émancipée14 qui criaient à la collaboration de classes. Le ministre mit en place des commissions sur la rénovation pédagogique et la formation des maîtres, pour traduire le principe retenu par la loi d’orientation de l’enseignement supérieur dans ce domaine15.

15À son congrès de novembre 1968 et dans la commission ministérielle, le SNI fit évoluer sa revendication. Il reprit l’essentiel des dispositions du Plan Langevin-Wallon mais confirmait la nécessité de commencer par la réforme de la base de la pyramide, en portant la durée de la formation des instituteurs à bac + 3, au même niveau que celle des maîtres de CEG (deux années sanctionnées par un diplôme du 1er cycle du supérieur, plus une année de formation pédagogique). Mais, différence persistante par rapport au SNES, il maintenait que, pour des raisons pédagogiques, les instituteurs devaient avoir vocation à enseigner jusqu’à la fin du cycle d’observation.

  • 16 Une longue motion fut élaborée par le congrès d’études de 1970 (rapporteur Françoise Regnaut).

16Le SNES estimait que l’amélioration de la formation des instituteurs ne devait pas renvoyer à plus tard celle des professeurs du second degré. Il restait opposé à la pérennisation du recrutement de maîtres de CEG ou à la création d’un corps de professeurs du 1er cycle. Il se battit donc pour faire avaliser les points essentiels de son programme revendicatif de formation et de recrutement qui n’avait pas été modifié par les discussions dans les établissements en mai juin. Il commença cependant à accorder une attention plus grande à la formation permanente des maîtres16, mais sans en faire une priorité comme le SGEN, par crainte de faire passer la formation initiale au second plan.

  • 17 Lettre au SNES du 18 novembre 1968 publiée dans L’US, no 6, 4 décembre 1968, p. 7-10.

17Fin janvier 1969, le SNES pouvait se féliciter de l’accord de la majorité de la sous-commission second degré : 4 années de formation scientifique initiale comportant l’acquisition d’une maîtrise centrée sur une spécialité dominante, permettant de définir 7 professorats-cadres, suivis d’une année de formation professionnelle. Auparavant, au mois de novembre, il avait obtenu l’engagement du ministre de créer des centres universitaires de formation et de mettre en place un mode unique de recrutement des maîtres (MUR) du second degré à bac + 5 et au service identique à terme à celui des agrégés17. En toute logique, le MUR devrait donc apporter aux professeurs certifiés des indices supérieurs et l’abaissement progressif mais rapide de leurs maxima de service vers les 15 h. E. Faure avait accepté que, dès la rentrée de 1969, leur service soit abaissé à (17 + 1) h puis à 17 h à la rentrée 1970. Ce qui n’avait pas été obtenu en juin 1968 dans ce domaine si sensible aux yeux des grévistes pouvait donc devenir une réalité, dans le cadre d’une profonde réforme du système du recrutement et de formation des maîtres.

  • 18 Les positions de la direction défendues par Gérard Alaphilippe ne firent pas l’unanimité au congrè (...)
  • 19 Voir la thèse d’Yves Verneuil, La Société des Agrégés, op. cit.

18Mais toute une série de questions restaient posées. Le MUR exclurait-il vraiment un statut de professeur de collège ? Ne risquait-il pas d’entraîner la suppression de l’agrégation comme concours de recrutement de professeurs du second degré ? L’accepter, n’était-ce pas lâcher la proie pour l’ombre ? Il y avait là un sujet de débat interne18 et de désaccord fondamental avec la Société des agrégés avec laquelle les ponts furent définitivement rompus19.

19Dans la FEN, malgré des convergences sur les principes généraux, persistaient entre le SNI et le SNES (et le SNESup et le SNPEN), des divergences sur toute une série de questions : niveau de formation immédiat pour les maîtres du second degré ; plurivalence, bivalence ou monovalence des maîtres du 1er cycle ; sort des ENI et de leurs professeurs et rôle de l’enseignement supérieur ; équilibre entre formation académique et pédagogique et entre formation initiale et permanente…

20Il y avait risque que le ministre prenne argument de ces divergences pour imposer ses solutions. Ses propositions du 7 mai 1969, ne concernant que les enseignants du second degré long, et sans engagement sur les maxima de service ni l’arrêt du recours à l’auxiliariat, furent considérées par le SNES comme une trahison des promesses qui lui avaient été faites par écrit, d’autant que peu après fut promulgué le statut des PEGC (professeurs d’enseignement général des collèges). De Gaulle ayant démissionné après la victoire du non au référendum le 27 avril, une phase de la Ve République se fermait. La gauche encore divisée, n’ayant aucune chance de parvenir au pouvoir dans l’immédiat, le MUR risquait de tomber dans les oubliettes de l’histoire ; en revanche le statut de PEGC avait toutes les chances de durer. Les deux syndicats sortaient perdants de cette longue période de négociations.

  • 20 Appel à pétition : « Nous sommes tous concernés ! », dans lequel le SNC était cloué au pilori : «  (...)
  • 21 Voir le chapitre d’André Robert.

21Le SNI avait jeté toutes ses forces contre le statut des PEGC20. Pourtant il s’adapta21 ; la modification des statuts adoptée au congrès de juillet 1969 en fut le premier signe (création de l’échelon académique et commission académique des PEG). Il était nécessaire pour lui, en effet, de ne pas perdre la bataille de la représentativité, en ne laissant pas d’espace libre au Syndicat national des collèges (SNC) ni au SGEN – voire au SNES – pour continuer la syndicalisation des maîtres de CEG, entreprendre celle des PEGC et présenter des candidats dans les commissions administratives paritaires académiques (CAPA) qui seraient instituées.

  • 22 En réalité c’était la durée de la semaine de travail des élèves qui était ramenée à 27 h et le min (...)

22Le SNES avait caressé l’espoir de faire avaliser une partie essentielle de sa thèse mais il n’avait rien gagné – l’agrégation et les IPES paraissaient même menacés –, alors que le SNI pouvait dire qu’il avait au moins obtenu pour les instituteurs les 27 h22 et deux années de formation professionnelle après le bac. Les conclusions de la motion pédagogique du congrès du SNI de 1969 furent reprises en novembre par celui de la FEN, presque sans changement.

  • 23 De 41,9 % des suffrages en 1967, la liste ID tomba à 23,36 %, tandis que la liste U & A passa de 5 (...)
  • 24 En 1969, le courant ID perdit à nouveau de son avance, passant de 60,3 % des mandats en 1967 à 55, (...)
  • 25 Le 1er numéro du bulletin U & A date d’octobre 1970.

23Mais les rapports des forces évoluaient dans un sens favorable à U & A dans la fédération. Certes le SNES avait perdu une partie de sa suprématie aux élections professionnelles mais sa syndicalisation progressait, surtout chez les jeunes, directement concernés par les questions de formation et de recrutement. Aux élections internes de mai 1969, U & A améliora sa majorité tandis que les Autonomes subirent une sévère défaite23, les tendances gauchistes progressant globalement. U & A devint également majoritaire dans trois autres SN (SNEP, SNESup puis SNPEN). Au plan fédéral, la majorité subit un revers24 ; ses animateurs s’alarmèrent : pour conserver la direction de la FEN et éviter sa prise de contrôle par les communistes, il leur fallait organiser une véritable tendance comme le faisaient les Unitaires25, ce qui donna naissance à Indépendance et Démocratie puis un peu plus tard à Unité Indépendance et Démocratie.

Complexité des enjeux entre 1970 et 1973

24Durant les trois années suivantes, les tendances de la FEN et ses SN durent réagir à trois niveaux : faire face aux projets du gouvernement inscrits dans les options du VIe Plan ; se positionner dans la dynamique de l’union de la gauche ; améliorer leur position dans le rapport des forces interne de la fédération.

25C’est dans l’opposition au premier projet d’Olivier Guichard d’ITFP (Instituts techniques de formation pédagogique) réservés aux seuls certifiés, et à la disparition conjointe de 3 800 postes d’IPES au budget 1971, que le SNES, le SNESup, le SNPEN et le SNEP réussirent à fédérer leurs forces, dans des actions de grève et en organisant leurs « Assises sur la formation des maîtres » les 27 et 28 février 1971. Il en découla une plate-forme commune, qui fut précisée dans la brochure « Former des maîtres pour notre temps » issue d’un colloque commun du 18 février 1973, quelques semaines avant les élections législatives de mars, qui constituaient une échéance décisive, le programme commun de la gauche ayant été signé en juin 1972.

  • 26 Rétablis pour la seconde fois, après avoir été supprimés des budgets 1971 et 1972 ; ils le furent (...)

26Entre-temps, les quatre syndicats avaient été amenés à s’opposer à une nouvelle mouture du projet ministériel de CFPM (Centres de formation professionnelle des maîtres) de décembre 1971. Cette période avait été marquée par de nouvelles actions de grève et une intense campagne d’opinion du SNES, utilisant pour la première fois le support de films, « Le droit d’apprendre » auquel répondait « Le temps d’enseigner » et qui contenaient déjà la trame du projet d’École progressive. Devant l’opposition à son nouveau projet, Olivier Guichard avait reçu les quatre syndicats ensemble, fin février 1972 et leur avait annoncé le rétablissement des postes d’IPES26 et la mise sur pied d’un nouveau groupe de travail.

27La commission Paulian rendit son rapport le 16 juillet. Les quatre syndicats pouvaient se féliciter d’y avoir fait avaliser la quasi-totalité de leurs propositions. Il affirmait en effet : une « conception de la formation de tous les maîtres du second degré qui vise à élever, à améliorer et à harmoniser leur formation scientifique et pédagogique dans la perspective de l’unification progressive du niveau de la formation de tous les maîtres de l’Éducation nationale, en tenant compte des diversifications nécessaires », le caractère « inséparable » de la formation initiale et de la formation continue, une durée de 5 années de la formation initiale, l’association et non l’opposition entre formation scientifique et pédagogique. Les universités ou groupes d’universités seraient dotés de centres de formation spécifiques, dont la vocation ne serait pas limitée à une catégorie particulière d’enseignants et s’étendrait aux formations initiales et continues. Alors que les projets précédents envisageaient un concours pour les seuls étudiants pré-recrutés dans les centres universitaires à bac + 2, cette fois-ci un pré-recrutement existerait dès le niveau bac + 1 permettant d’améliorer le système des IPES mais les maîtres auxiliaires pourraient y entrer également à bac + 2 et à bac + 3 ; le recrutement aurait lieu par concours national ouvert aux étudiants, pré-recrutés ou non, titulaires de la maîtrise. Ceux qui n’auraient pas été pré-recrutés auraient dû suivre une préparation à l’initiative des universités et des centres faisant l’objet d’un contrôle. Le concours se déroulerait en deux temps. Le premier, à la fin de l’année de maîtrise (bac + 4), viserait à vérifier l’acquisition des connaissances de la culture générale dans la ou les disciplines enseignées et les résultats de la première phase de la formation pédagogique. Le second, au terme de la phase suivante de formation pédagogique et professionnelle (bac + 5), se fonderait sur des stages dans les classes, sous la responsabilité de conseillers pédagogiques et non en responsabilité totale. Au cours de la première année d’exercice, la formation pédagogique se poursuivrait dans le cadre d’un service allégé. Les équipes de formateurs des centres comprendraient des enseignants du supérieur, notamment de sciences de l’éducation, des représentants des corps d’inspection, des directeurs d’études conservant une partie de leur activité d’enseignement dans le second degré, des conseillers pédagogiques recevant des stagiaires dans leurs classes, et d’intervenants divers (médecins, conseillers d’orientation, administrateurs…).

  • 27 Présidée par Louis Joxe, elle rendit son rapport en juin 1972. Fontanet ne retint de ses propositi (...)

28Mais au lendemain de la démission de Chaban-Delmas, dans quelle mesure le gouvernement Messmer et son ministre Fontanet seraient-il engagés par ce rapport ? Ce dernier ne changea rien à la formation des certifiés et des agrégés malgré les recommandations de la « Commission des Sages » instituée par son prédécesseur27 et resta muet en attendant les résultats des élections législatives et d’abord ceux des élections professionnelles de décembre 1972 qui virent une progression de la représentativité du SNES après le trou d’air de 1969.

  • 28 Voir Guy Georges, « Pour une information complète avant congrès », EL, no 27, 16 avril 1971.
  • 29 Arguments-ripostes avant congrès fédéral de 1971, CAMT, Archives FEN, 1 ED 25.

29Pour le SNI, se posait la question presque vitale de ne pas être en dehors du jeu, en restant fidèle à son passé28. À son congrès de juillet 1971, il définit l’École fondamentale liée à une « conception nouvelle de l’éducation et de l’École ». Le projet, précisé par la session d’études de mars 1972, fut présenté à la presse en mars 1973, quelques semaines après le colloque des quatre syndicats à majorité U & A, et devint l’armature de son programme revendicatif pour près de 15 ans. Tout en protestant de sa fidélité au Plan Langevin-Wallon, le SNI y découpait les trois premiers stades de la scolarité obligatoire, maternelle, élémentaire et cycle d’orientation, en insistant sur ce cycle. Au nom des caractéristiques du développement de l’enfant mis au centre du dispositif, d’une « pédagogie active adaptée à son rythme », était soulignée la continuité entre les trois stades ; s’imposait donc l’intervention d’un même type de maître tout au long de l’École fondamentale, garant de l’égalité des chances et plus apte à « armer l’enfant » en lui donnant « des outils, beaucoup plus que des connaissances immuables ». En attendant bac + 4 ou 5, ce maître devait être formé à bac + 3 dans les EN modernisées, avec « participation de l’enseignement supérieur ». Si le projet parlait beaucoup d’équipes pédagogiques (enseignants, psychologue, conseiller d’orientation, médecin…), il n’évoquait plus la coopération avec les maîtres de spécialités. De là à penser que le SNI souhaitait l’éviction des certifiés et agrégés du 1er cycle, il n’y avait qu’un pas, que le SNES franchit immédiatement. À l’inverse, la majorité fédérale craignait qu’en demandant un corps unique du second degré, le SNES ne chasse le SNI du 1er cycle29.

  • 30 L’idée remontait à fin 1972 ; le manifeste fut présenté à la presse le 13 février 1973. Voir l’exp (...)
  • 31 Gérard Delfau en était le responsable, y militait en particulier Jean Petite.

30Le SNI devait-il avoir confiance dans le nouveau PS de Mitterrand pour trouver un relais politique à son projet ? La perspective du corps unique des maîtres évoquée par le Programme commun ne contenait-elle pas le risque que la politique de la gauche soit trop inspirée par le projet du PCF ? Mieux valait donc compter sur soi et faire fonctionner la courroie de transmission à l’envers, par l’intermédiaire d’un nouveau groupe interne au PS, « École et socialisme »30, afin de contrer également l’influence de « Démocratie et université », où se retrouvaient des militants U & A31. Ces derniers ne souhaitaient pas en effet que le PS avalise l’École fondamentale, pas plus que la gauche ne prenne pour référence principale le projet du PCF, auquel avaient collaboré leurs camarades U & A communistes.

31Quelle capacité la FEN avait-elle d’intervenir dans ce débat ? Au congrès fédéral de décembre 1971, la motion pédagogique majoritaire reprit pour l’essentiel les thèses du SNI sur la formation des maîtres. Les positions défendues par le courant U & A apparurent non point dans une motion U & A/FEN mais dans celle déposée par le SNESup. Ajoutons qu’après l’accord de juillet 1970 puis le vote des lois de juillet 1971, la formation professionnelle continue prit place dans la plate-forme de la FEN, en lien avec les revendications du SNETAA (syndicat de l’enseignement professionnel) de scolarisation de la formation professionnelle.

  • 32 Voir propositions soumises à la discussion U & A/SNI et réunion U & A/FEN en janvier 1972, archive (...)

32La confrontation UID-U & A, dans le large domaine de la formation des maîtres, s’articula donc à partir de ce moment autour de deux axes : SNI-SNETAA d’un côté et les quatre syndicats U & A de l’autre. Les militants UID du SNES, du SNESup et du SNPEN, écartelés entre au mieux la réserve à l’égard de l’École fondamentale et la solidarité fédérale, n’en furent que plus en difficulté. Dans le courant U & A, tout n’allait pas de soi non plus avec les militants du SNI. Certes l’hostilité à l’École fondamentale rassemblait ; on partageait une analyse de la fonction de l’École, de la lutte contre l’échec scolaire, de la valeur des contenus ; on était d’accord sur l’objectif d’unification de la formation de tous les maîtres à bac + 4 + 1 pour ceux du second degré avec une 1re étape à bac + 3 pour les instituteurs, la création de centres universitaires ; mais on discutait sur les modalités de promotion des instituteurs et d’intégration des PEGC dans le nouveau corps unifié des maîtres du second degré32.

33Après un répit dans la confrontation au début de l’année scolaire 1972-1973, marqué par la grande manifestation unitaire du CNAL du 9 décembre « Pour une autre politique d’Éducation nationale », la gauche échoua aux législatives. Fontanet présenta le 5 juin 1973 les grands axes de sa méthode : enquêtes, sondages et organisation par un nouveau comité d’experts présidé par Pierre Massé, l’ancien commissaire au Plan, d’un colloque dont les conclusions serviraient de bases à un projet de loi d’orientation des enseignements de second degré. Le SNES dénonça une opération mystificatrice, visant à contourner les organisations syndicales représentatives, pour imposer une politique choisie depuis longtemps. Après en avoir proposé le boycott, il participa finalement au colloque pour ne pas être isolé dans sa démarche vis-à-vis de la FEN et du SNI, celui-ci ayant fait savoir qu’il y défendrait son projet d’École fondamentale. Quelques jours avant l’ouverture du congrès de la FEN, le colloque Fontanet se tint du 21 au 23 novembre mais fut un échec selon la presque totalité de la presse nationale.

34Pour le congrès anniversaire des 25 ans de l’unité de la FEN dans l’autonomie, les majoritaires déclenchèrent une grande offensive contre les syndicats U & A qui avaient rejoint l’unité d’action CGT-CFDT, en dehors de la discipline fédérale, en faisant voter un « manifeste pour l’unité et la responsabilité de la FEN ». Une longue motion pédagogique incluant la formation des maîtres l’accompagnait, répondant à celle d’U & A/FEN, révélant deux conceptions distinctes du système éducatif et des luttes à mener. La fédération n’avait pas pour autant réussi à imposer sa discipline. Le projet Fontanet allait faire éclater au début de l’année 1974 une récidive ouverte des oppositions internes, d’autant que la FEN avait décidé d’accorder la priorité à la réforme du cadre B, c’est-à-dire celui des instituteurs.

Conclusions

35De l’inventaire de revendications, le SNI et le SNES étaient passés à un véritable programme revendicatif dont la formation des maîtres constituait la colonne vertébrale. La FEN restait cependant incapable de faire une synthèse acceptable par tous ses syndicats et continuait à apparaître plus comme un cartel dirigé par son principal syndicat qu’une fédération. La FEN ne pouvait d’ailleurs pas négocier à la place de ses SN sur la formation des maîtres, comme pour les questions Fonction publique ; procédures et lieux de débats et de négociation étaient différents pour les sujets concernant la maison Éducation nationale. C’étaient les SN qui avaient des élus aux CAP et représentaient les identités des professions, pas la fédération. Les ministres ne s’y trompaient pas d’ailleurs et étaient constamment tentés par le jeu de bascule entre SNI et SNES.

36La formation des maîtres joua un rôle tout à fait déterminant dans la confrontation principale entre UID et U & A pour le contrôle de la fédération. La FEN avait certes défini des positions mais calquées pour l’essentiel sur celles du SNI, car sa majorité constituait à elle seule le tronc de celle de la fédération. Le solennel avertissement du « manifeste » constituait une amorce de reprise en main de la situation. Mais pour cela, la FEN devait se doter d’un véritable projet d’école et de formation des maîtres, si elle voulait acquérir une identité de fédération dans laquelle puissent se reconnaître tous les enseignants. Ce fut un des objectifs que se fixa André Henry en devenant secrétaire général en 1974.

37La FEN et ses SN ont-ils réussi à peser sur la formation des maîtres dans une conjoncture politique incertaine ? Ils se sont appliqués à interpeller l’opinion et ont été des interlocuteurs incontournables aussi bien pour les gouvernements que pour les partis de gauche. À la fin de l’année 1973, aucune réforme d’envergure de la formation des maîtres du second degré n’avait cependant vu le jour. Ont-ils donc tout bloqué, à cause de leur incapacité à surmonter leurs divergences ? Ou au contraire, l’avenir de l’unification des formations a-t-il été préservé ? La réponse dépend beaucoup des préférences de chacun sur ce sujet toujours brûlant.

38Quant aux divers projets des partis de la gauche, les empreintes des syndicats de la FEN s’y retrouvaient. Comment aurait-il pu en être autrement, dans la mesure où chacun comptait trouver en l’autre des relais et des soutiens ? Mais la logique des partis et des syndicats était différente, d’où des problèmes dans les rapports entre SNI et PS et tout autant entre SNES et PCF, notamment à propos des maîtres du 1er cycle du second degré. Catégories qui allaient rester au centre des débats jusqu’à la fin des années 1980, de sorte que la formation des maîtres du second degré a tenu une place centrale dans les divergences qui conduisirent à l’éclatement de la FEN.

39Ces conclusions nous ramènent à notre option formulée au début de cette esquisse. La différenciation entre deux projets de formation des maîtres dans la FEN était liée à deux conceptions de l’École et de l’éducation, qui ne relevaient pas seulement ou principalement du conflit d’identité et de culture entre professeurs et instituteurs, ou de revendications corporatives, ou de manœuvres dans le champ politique, ou de conflits de représentativité et de pouvoir. Tous ces éléments ont joué, étroitement imbriqués dans une conjoncture mouvante.

Notes

1 Le contenu de cet article a été substantiellement développé dans notre Histoire du SNES, Les années tournant (1967-1973), tome 2, Paris, IRHSES, 2007.

2 Nous rejoignons Jean-Marie Pernot, Syndicats : lendemains de crise ?, Paris, Folio, 2005.

3 Titre d’un article de Guy Georges, L’École libératrice, no 5, 9 octobre 1970.

4 Analysée de façon différente : pour simplifier, crise de civilisation pour les uns, crise du capitalisme pour les autres.

5 Entre 1958 et 1974, les effectifs d’élèves ont été multipliés par 2,5 pour le 1er cycle, par 2, 3 pour le 2nd cycle court et 2,8 pour le 2nd cycle long : Alain Norvez, « Le corps enseignant », Cahiers de l’INED no 82, Paris, PUF, 1977.

6 Viviane Isambert-Jamati, « Brève histoire d’une notion incertaine », Cahiers pédagogiques, no 107, octobre 1972.

7 Voir la distinction faite par Jean-Pierre le Goff dans le no 4 de Nouveaux regards, « Mai 68 et l’enseignement », décembre 1998. Qu’on songe notamment à Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éd. de Minuit, 1970, et à Christian Baudelot et Roger Establet, L’École capitaliste en France, Paris, Maspero, 1971, ou aux thèses de la déscolarisation s’inspirant d’Ivan Illich, Une société sans école, Paris, Le Seuil, 1971.

8 50 % des personnels de type lycée avaient moins de 35 ans au 1er janvier 1975 ; les femmes étaient majoritaires depuis le début des années 1960 : Alain Norvez, art. cité.

9 L’association des journalistes universitaires estimait en 1973 que le débat avait concerné jusqu’alors deux groupes de pression, l’opinion publique et les enseignants, ils y ajoutaient l’influence des « novateurs », Edgar Faure, Ivan Illich, Mao Tsé Toung, incarnant « la Réforme, l’Utopie, la Révolution culturelle » : Les partis devant l’École, Paris, Le Seuil, 1973, p. 33. À propos de la formation des maîtres, Antoine Prost évoque quatre groupes d’acteurs : les gestionnaires de l’EN, auxquels il adjoint les « réformateurs », les enseignants et leurs syndicats, les personnels chargés de la formation et l’opinion, « L’évolution de la formation des enseignants, de 1960 à 1990 », Recherche et Formation, no 32, INRP, 1999, p. 9-24.

10 Voir Les partis devant l’École, op. cit.

11 Une 2e édition des propositions du PCF, « Pour une réforme démocratique de l’École », fut publiée en janvier-février 1970. Pierre Juquin présenta ensuite en 1973, sous le titre Reconstruire l’École, une proposition communiste de loi d’orientation portant création de l’école fondamentale démocratique et moderne.

12 Ce triple tournant réside dans l’accession d’un instituteur, James Marangé, au secrétariat général de la FEN après la démission de Georges Lauré, la création du nouveau Syndicat national des enseignements de second degré par fusion des anciens SNES et SNET, suivie de l’accession à sa direction d’une nouvelle majorité Unité et Action (U & A).

13 Le point 5 de sa déclaration finale concernant la formation des maîtres est in extenso le suivant : « Les participants au Colloque d’Amiens estiment nécessaire de tout faire pour mettre fin à l’actuelle division du corps enseignant. Ils reconnaissent la nécessité urgente, pour les maîtres de tous les degrés, d’une formation continue, liée à la formation initiale. Cette formation doit porter à la fois sur les disciplines intellectuelles et comporter une formation professionnelle. Les membres du colloque recommandent en particulier :
a) une formation universitaire pour tous les futurs enseignants y compris les instituteurs ;
b) deux années de formation professionnelle pour tous les futurs enseignants, conçues sous une nouvelle forme : un stage en responsabilité ;
c) une formation continue obligatoire et statutaire pour les enseignants de tous les niveaux ;
d) l’institution dans chaque académie, d’un centre universitaire de formation et de recherche en éducation, animant, dans les départements, des centres de formation continue. »
Texte publié dans Éducation et Développement, no 37, avril 1968.

14 L’École émancipée connut une scission juste après Mai juin 68 : les trotskistes lambertistes constituèrent le Front unique ouvrier.

15 Votée le 18 novembre, son article 1 précise : « Elles [les universités] forment les maîtres de l’EN, veillent à l’unité générale de cette formation – sans préjudice de l’adaptation des diverses catégories d’enseignants à leurs tâches respectives – et permettent l’amélioration continue de la pédagogie et le renouvellement des connaissances et des méthodes. »

16 Une longue motion fut élaborée par le congrès d’études de 1970 (rapporteur Françoise Regnaut).

17 Lettre au SNES du 18 novembre 1968 publiée dans L’US, no 6, 4 décembre 1968, p. 7-10.

18 Les positions de la direction défendues par Gérard Alaphilippe ne firent pas l’unanimité au congrès du SNES de 1969.

19 Voir la thèse d’Yves Verneuil, La Société des Agrégés, op. cit.

20 Appel à pétition : « Nous sommes tous concernés ! », dans lequel le SNC était cloué au pilori : « organisation minoritaire et corporatiste » par opposition à « syndicat de masse », de mèche avec le gouvernement pour « réduire l’autorité du SNI », EL, no 21 bis, du 4 mars 1969.

21 Voir le chapitre d’André Robert.

22 En réalité c’était la durée de la semaine de travail des élèves qui était ramenée à 27 h et le ministre souhaitait que les instituteurs consacrent 3 h par semaine (27 + 3) à leur perfectionnement (arrêté du 7 août 1969).

23 De 41,9 % des suffrages en 1967, la liste ID tomba à 23,36 %, tandis que la liste U & A passa de 51,77 à 57,62 %.

24 En 1969, le courant ID perdit à nouveau de son avance, passant de 60,3 % des mandats en 1967 à 55,9 %.

25 Le 1er numéro du bulletin U & A date d’octobre 1970.

26 Rétablis pour la seconde fois, après avoir été supprimés des budgets 1971 et 1972 ; ils le furent à nouveau en 1973.

27 Présidée par Louis Joxe, elle rendit son rapport en juin 1972. Fontanet ne retint de ses propositions que le « travail indépendant » (visant à donner à un groupe d’élèves la responsabilité d’un travail documentaire) et les « 10 % » (10 % de l’horaire annuel mis à la disposition des établissements pour des activités originales en liaison avec l’enseignement, circulaire des 23 et 27 mars 1973.

28 Voir Guy Georges, « Pour une information complète avant congrès », EL, no 27, 16 avril 1971.

29 Arguments-ripostes avant congrès fédéral de 1971, CAMT, Archives FEN, 1 ED 25.

30 L’idée remontait à fin 1972 ; le manifeste fut présenté à la presse le 13 février 1973. Voir l’exposé de Jean Battut et le témoignage de Guy Georges à la séance du groupe de travail CHS-Centre Aigueperse de décembre 2005.

31 Gérard Delfau en était le responsable, y militait en particulier Jean Petite.

32 Voir propositions soumises à la discussion U & A/SNI et réunion U & A/FEN en janvier 1972, archives IRHSES.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540