Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fédération de l’Éducation nationale (1928-1992)

 | 
Françoise Bosman
, 
Jean-François Chanet
, 
Laurent Frajerman
, 
et al.

Avant-propos

Martine de Boisdeffre

Texte intégral

1Je suis heureuse d’ouvrir ce livre, issu du colloque tenu dans les magnifiques installations du Centre des Archives du Monde du Travail de Roubaix. En effet, il marque à mes yeux une étape importante dans le processus archivistique qui va de la collecte à la valorisation des archives de la Fédération de l’Éducation Nationale. Après un premier contrat de dépôt en 1997, nous avons signé un avenant qui venait le compléter le 27 août 2001, ces signatures ont abouti à deux dépôts en 1998 et en 2001, et un troisième dépôt est à venir qui clôturerait la période des origines à 2002 inclus.

2Le dépôt des archives de la FEN résultait d’échanges nombreux, il était surtout le fruit de volontés convergentes : celle de la FEN de voir ses archives conservées et communiquées au mieux, et celle des Archives Nationales, et plus précisément du CAMT, d’enrichir, au service du public, ses fonds d’archives privées grâce à l’entrée de documents essentiels pour la compréhension de la vie et du fonctionnement d’un pan essentiel de l’activité de l’État, l’Éducation nationale, au cours des soixante dernières années.

3À cette occasion, je voudrais évoquer l’importance des archives privées. Elle a été soulignée à la fin du XIXe siècle par le marquis de Vogüé à propos des archives familiales : il était bien conscient, déjà, de tout ce qu’elles peuvent apporter à la recherche historique, des personnes les plus modestes jusqu’aux plus célèbres.

4Les archives privées viennent compléter les fonds d’archives publiques que les services d’archives ont pour vocation naturelle et première à recevoir et à présenter ensuite. En effet, elles dévoilent des réalités et des représentations qui seraient, sans elles, inaccessibles aux chercheurs ou d’un accès aléatoire. Elles apportent des éclairages complémentaires sur les événements ou les décisions consignés dans les documents officiels. À cet égard, les chapitres consacrés à l’attitude syndicale par rapport aux réformes proposées sont particulièrement intéressants. Du fait de ma formation historique et de mon expérience de l’administration, quelle est ma première réaction quand je plonge dans les archives ? Je vais étudier le processus de décision, les projets de textes (le conseiller d’État que je suis y est bien entendu particulièrement sensible), je vais vérifier qu’il y a eu des rendez-vous avec les syndicats, en voir les procès-verbaux, mais tout cela n’est finalement qu’un aspect de la vision. Il est très important de pouvoir voir les autres aspects, les autres facettes. Je pense qu’aujourd’hui nous sommes tous convaincus que l’histoire, et notamment l’histoire de nos institutions, de notre État, ne peut vraiment se comprendre et s’écrire sans l’apport des archives privées, lorsque nous pouvons en bénéficier.

5Les archivistes ont compris cela depuis longtemps, puisque Charles Braibant a créé, dès les années 1950, une Section des archives privées à Paris ainsi qu’une Section des archives économiques et sociales et puisque surtout a été décidée, notamment à l’initiative de Jean Favier, l’ouverture du Centre des Archives du Monde du Travail en 1994. Le CAMT est un service original puisque, d’emblée, on a prévu qu’il accueillerait principalement des archives privées. Cette destination, déjà inédite dans le contexte français, prend une dimension encore plus spécifique si on la compare à celle d’autres pays européens, puisque le CAMT est destiné aussi à rassembler dans un même lieu à la fois les archives des entreprises et celles des syndicats et autres mouvements sociaux. Bien souvent, chez nos voisins, ces deux types d’archives sont conservés par des institutions différentes, alors qu’ici au contraire, d’entrée de jeu l’on s’est efforcé d’unifier la collecte. Compte tenu de cette vocation, il était logique que les archives d’un des grands syndicats français rejoignent Roubaix, ce qui a été décidé d’un commun accord.

6Cependant, la conservation et la sauvegarde des archives, si elles constituent notre objectif premier, chronologiquement et méthodologiquement parlant, ne sont pas la seule fin que nous poursuivons. Les archivistes, il faut le dire, ne collectent pas pour eux. Ils collectent pour communiquer les archives au public le plus large, pour les offrir à la découverte et à la recherche lorsque cela est possible, pour en tirer tout le suc par l’organisation de colloques et autres séminaires. Tel est bien le cas en l’espèce. Ce livre marque la volonté d’ouvrir largement la réflexion sur un mouvement syndical spécifique, passé du syndicalisme confédéré dans la CGT au syndicalisme autonome au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

7Cet ouvrage constitue aussi une incitation à venir sur place à Roubaix pour consulter des archives riches et ouvertes. Rien ne remplace à mes yeux la consultation sur place, dans une salle de lecture, de fonds, d’originaux, qui permettent parfois de faire évoluer sa recherche en fonction de découvertes imprévues et même inopinées. Combien de grands érudits, d’historiens, m’ont dit qu’ils avaient donné une nouvelle orientation à une étude qu’ils étaient en train de mener parce que, ayant demandé à consulter tel fonds, tel document, ils avaient trouvé un élément inattendu qui avait stimulé leur réflexion et l’avait orientée vers d’autres voies.

8Naturellement, mon opinion sur la nécessité du contact personnel, physique, avec les archives, ne signifie pas que j’oublie l’usage des nouvelles technologies et leur apport. Les Archives de France les utilisent au contraire largement pour reproduire les documents, les sécuriser et faciliter leur consultation. Les documents d’archives, nationales comme départementales et municipales, représentent aujourd’hui 40 % du catalogue des archives numérisées du Ministère de la Culture. Cela montre que les archivistes ne sont pas, comme on aime à le dire parfois, de vieux messieurs uniquement préoccupés de vieux papiers et indifférents sinon hostiles aux nouvelles technologies ! La présence au colloque de Françoise Bosman, de moi-même et de Fabien Oppermann, conservateur en mission au Ministère de l’Éducation nationale, démontre que cette image n’est plus la bonne depuis longtemps.

9S’agissant plus précisément des archives de la FEN et des nouvelles technologies, il est prévu d’intervenir sur les supports son et image qui ont été confiés au CAMT pour les transférer sur des DVD. Un cahier des charges commun aux différents centres des archives nationales permettra d’harmoniser les standards retenus, en particulier pour les films.

10Pour conclure, ce livre illustre bien l’esprit dans lequel le Centre des Archives du Monde du Travail souhaite travailler. Le Centre a entrepris de décloisonner ses activités, de diversifier ses partenariats, notamment avec l’université de Lille 3 et les Archives départementales du Nord, avec lesquelles il est associé notamment dans l’organisation d’une spécialité de master sur le patrimoine et les archives de l’industrie et du travail. Je souhaite que cet esprit continue de souffler et que se maintienne l’enthousiasme qui nous anime, enthousiasme dont Voltaire écrivait que rien ne peut se faire sans lui.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540